TOUS !"#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!"$& #!"$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TOUS !"#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!"$& #!"$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013"

Transcription

1 RAPPORTS THEMATIQUES OMD 1 ELIMINER L EXTRÊME PAUVRETE ET LA FAIM RAPPORT NATIONAL TOUS ENSEMBLE Union des Comores! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+," Le gouvernement de l Union des Comores et le Système des Nations Unies, ensemble avec leurs partenaires au développement, oeuvrent pour un Comores prospère, stable et vert où prévalent l équité et la solidarité.!""" #!""$ #!""! #!""% #!""&# RAPPORTS THEMATIQUES REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Union des Comores! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+,"! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+,"!""' #!""( #!"") #!""* #!""+ #!"$" #!"$$ #!"$! #!"#$ #!"$& #!"$'

2

3 Objectifs du Millénaire pour le Développement Rapports thématiques 2013 OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS

4 RAPPORT NATIONAL Sommaire SIGLES ET ABREVIATIONS 4 INTRODUCTION 6 Profil du système de santé 8 Methodologie de travail 10 OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Cible 4.A Réduire de trois quarts, entre 1990 et I. ANALYSE ET TENDANCE 12 Indicateur 4.1 : Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 12 Indicateur 4.2 : Taux de mortalité infantile 14 Indicateur 4.3 : Proportion d enfants de 1 an vaccinés contre la rougeole 14 Facteurs de risque liés à la morbidité et mortalité des enfants de moins de 5 ans 15 II. SITUATION DE MISE EN ŒUVRE 19 Capacité nationale de suivi et évaluation (Atouts et Faiblesses) 20 Forces 20 Faiblesses 20 Mécanismes de financement (National, Régional ou International) 22 Durabilité des progrès réalisés et des stratégies déployées 24 III. DEFIS ET PRIORITES 25 CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS 26 BIBLIOGRAPHIE 28 2

5 Liste des graphiques Graphique 1 : Evolution du taux de mortalité des enfants de moins de 5ans pour mille naissances vivantes de Graphique 2 : Evolution du taux de mortalité infantile pour mille naissances vivantes de Graphique 3 : Evolution de la couverture vaccinale Anti-Rougeoleuse des enfants de moins de 1 an de Graphique 4 : Evolution de la situation nutritionnelle des enfants de moins de 5 ans en Union des Comores de 1991 à Graphique 5 : Evolution de la couverture vaccinale de routine pour tous les antigènes de 2006 à 2011 en Union des Comores 19 Graphique 6 : Pourcentage des dépenses totales de santé par rapport au budget de l Etat 23 Liste des tableaux Tableau1 : Traitement des infections respiratoires aiguës, de la fièvre et de la diarrhée parmi les enfants de moins de 5 ans 16 Tableau 2 : Evolution des différents types de malnutrition 17 3

6 RAPPORT NATIONAL Sigles et abréviations OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS ACT AFD BCG CARITAS CDE CHN CHRI CPN CSD CSF DSCRP DTC-HépB-Hib EDS EDS-MICS EIM GAVI GIVS HP IRA ISF JICA MIILD MD NAC OMD OMS ONG Combinaison Thérapeutiques à base d Artémisine Agence Française de Développement Bacille de Calmette Guérin Réseau Caritatif de France. Secours Catholique Convention des Droits de l Enfant Centre Hospitalier National Centre Hospitalier de Référence Insulaire Consultation Pré Natale Centre de Santé de District Centre de Santé Familiale Document de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté Diphtérie Tétanos Coqueluche Hépatite B hemophilus inf Enquêtes Démographiques et de Santé Enquêtes Démographiques et de Santé - Enquête à indicateurs multiples Enquêtes à Indicateurs Multiples Alliance Globale pour les Vaccins et la Vaccination Global Immunization and Vaccine Strategy Hôpital de Pôle Infections Respiratoires Aigues Indice Synthétique de Fécondité Agence Japonaise de Coopération Internationale Moustiquaire Imprégnée d Insecticide de Longue Durée d efficacité Maladies Diarrhéiques Nutrition à base Communautaire Objectif du Millénaire pour le Développement Organisation Mondiale de la Santé Organisation Non Gouvernementale 4

7 PASCO PBF PCIME PEC PEV PIP PNUD PPAC PS PTME RGPH RHS RISIE RSS-GAVI SIS SIDA SNIS SRO TOFE TPI TRO UNFPA UNICEF VAR VIH Projet d Appui au Secteur de la Santé aux Comores Financement Basé sur la Performance Prise en Charge Intégrée des Maladies de l Enfant Prise en Charge Programme Elargi de Vaccination Programme d Investissement Public Programme des Nations Unies pour le Développement Plan Pluri Annuel Complet Poste de Santé Prévention de la Transmission Mère-Enfant du VIH Recensement Général de la Population et de l Habitat Ressources Humaines de la Santé Réseau de Surveillance et d Investigation des Epidémies Renforcement du Système de Santé par l Alliance Globale pour les Vaccins et la Vaccination Système d Information Sanitaire Syndrome d Immuno Déficience Acquise Système National d Informations Sanitaires Solution de Réhydratation par voie Orale Tableau des Opérations Financières de l Etat Traitement Préventif Intermittent Thérapie de Réhydratation Orale Fonds des Nations Unies pour la Population Fonds des Nations Unies pour l Enfance Vaccin Anti Tétanique Virus de l Immunodéficience Humaine 5

8 RAPPORT NATIONAL Introduction OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS La santé au cœur des Objectifs du Millénaire pour le Développement, les objectifs 4, 5 et 6 en particulier sont axés sur la santé, mais tous les autres objectifs ont des aspects liés à la santé. La survie de l enfant de moins de 5 ans est une préoccupation majeure de santé publique dans la plupart des pays d Afrique. Chaque année dans le monde, les enfants de moins de 5 ans continuent de mourir. La plupart de ces décès survient en Afrique subsaharienne. Dans la Région Africaine. Près d un quart de ces décès interviennent pendant le premier mois de la vie. La majorité de ces décès est due à un petit nombre d affections courantes, qu il est possible de prévenir et de traiter. En 2000, les nations du monde se sont réunies et ont convenu des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Parmi les cibles pour mesurer ces objectifs, graphique la Cible 4A qui est de réduire de deux tiers (2/3) le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans entre 1990 et L Union des Comores avec ses partenaires au développement, ont pris en compte ces objectifs dans plusieurs documents, notamment, le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté, le rapport national sur les OMD de 2003 et la Politique Nationale de la Sante, perspective Il faut noter que certains objectifs liés à la santé de l enfant parmi d autres, ont été définis dans cette politique: Il s agit de: - Réduire le taux de mortalité infanto-juvénile de 74 naissances vivantes à Réduire le taux de mortalité infantile de 59 naissances vivantes à Réduire le taux de mortalité néonatale de 24,9 naissances vivantes à Proportion d enfants de 1 an vaccinés contre la rougeole. Il faut noter que la cible à atteindre en 2015 est de 100%. Par ailleurs, l Union des Comores et ses partenaires au développement se sont engagés pour atteindre ces objectifs. Parmi les stratégies retenues c est de passer à l échelle les interventions efficaces à travers des mécanismes innovants de planification (stratégies ciblées sur la levée des goulots d étranglements) et d allocation rationnelle des ressources basée sur les résultats par l élaboration des documents, de politique et stratégies. À cet effet, plusieurs documents stratégiques ont été adoptés. Il s agit de: Politiques Nationales de la Santé , Politique Nationale de la Nutrition , Plan National de Développement Sanitaire , le Plan d Investissement pour le Développement de la survie de la mère et de l enfant, perspective , le Plan Stratégie de la Santé Communautaire et la stratégie nationale de survie de l enfant, perspective

9 Ces plans surviennent dans un contexte d alignement du Document de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) et son plan d action pour la période Par ailleurs, il existe une feuille de route pour accélérer l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement en rapport avec la santé de la mère et du nouveau-né ( ), d un Plan Pluriannuel Complet (PPAC), perspective , qui assurent le continuum des soins. Enfin, l Union des Comores a enregistré au cours de la période de 1990 à 2012 une amélioration sensible dans la réduction du taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans. Selon les données disponibles, la mortalité infanto-juvénile est passée de 130 pour mille en 1991 à 74 pour mille naissances vivantes en 2000 et à 50 pour mille en Quant au taux de mortalité infantile, il est passé de 86 pour mille en 1990 à 35,33 pour mille en S agissant du taux de mortalité néonatale, il est passé de 38 pour mille en 1996 à 24 pour mille en En matière de suivi et évaluation des principaux indicateurs des OMDs, l Union des Comores a engagé en collaboration avec ses partenaires au développement un processus des revues de ces cibles dont trois rapports sont disponibles. Il s agit des rapports de 2003, 2005 et Le présent rapport est le résultat d un processus participatif et inclusif de la quatrième revue nationale des OMDs menée sous l égide du Commissariat Générale au Plan avec l appui technique et financier du Système des Nations Unies. Dans le cadre de cette revue, il a été organisé des consultations thématiques. Le thème de ce présent rapport de revue 2013 est basé sur «OMD 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans» avec comme «Cible 4A : Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans». Il faut noter que certains indicateurs liés à la réduction de cette mortalité, ne sont pas pris en compte dans l OMD 4, mais, ils seront traités avec une analyse beaucoup plus poussée dans l OMD 1, 5 et 6, notamment, la malnutrition, le paludisme, le VIH-SIDA, etc. Ce rapport à part l introduction, est constitué en quatre grandes parties selon les directives du plan proposé à tous les Consultants thématiques et le Consultant au Sommet par le Commissariat Général au Plan avec du Système des Nations Unies. Il s agit de : (i) Analyse et tendance du cible 4A de l OMD 4, (ii) Situation de la mise en œuvre, (iii) Défis et priorités, notamment en matière d aide et de coopération internationale et (iv) Recommandations spécifiques et générales. D autres parties ont été tenues dans l introduction, notamment: la méthodologie et le profil du système de santé pour information et orientation. 7

10 RAPPORT NATIONAL OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Profil du système de santé La reforme du système de santé en Union des Comores a été entreprise en 1994 par l application de l Initiative de Bamako : décentralisation des soins, renforcement des Districts Sanitaires et de la co-gestion avec la communauté des formations sanitaires, le recouvrement des coûts et l approvisionnement en médicaments. A cet effet, une carte sanitaire a été arrêté en découpant le territoire national en 17 districts sanitaires.les principale structure sanitaire étaient : CHR, CMC CSD, CMU, PS et dispensaire. En 2008, l évaluation du système de santé a permis de réviser les normes sanitaires et a permis d arrêter une nouvelle carte sanitaire. Le dispositif du système de santé mis en place est pyramidal et comprend 3 niveaux : Centre Régional (Ngazidja, Ndzuani et Mwali) et périphérique : 17 districts sanitaires dont 7) à Ngazidja, 7 à Ndzuani et 3 à Mwali avec Sept (7) Pôles de santé : 3 à Ngazidja, 3 à Ndzuani et 1 à Mwali. Les principales infrastructures sanitaires par niveau recensées en 2012 sont : - Central : 1 CHN, 2 CHRI. - Intermédiaire : 6 Hôpitaux de Pôle dont 2 Centre Hospitalier de Référence Insulaire (CHRI) et 4 Hôpitaux de Pôle (HP). - Périphérique : 14 Centres de Santé de District (CSD), 3 Centre Médico-chirurgical (CMC), 3 Centres de Santé Familiale (CSF), 48 Postes de Santé, 3 Centres de santé militaire et 4 Centres de sante CARITAS. L accessibilité géographique à une structure de prestation de soins dans un rayon de 5 km, est estimée à 45% à Ngazidja, 74% à Ndzouani et 69% à Mohéli soit une moyenne nationale de 63%. L ensemble de la population comorienne a accès à une structure de soins de santé dans un rayon de 15 km. Cette accessibilité n est que théorique car la mauvaise qualité des routes et le nombre réduit de formations sanitaires fonctionnelles faute de personnels qualifiés entravent l accès des populations aux services de santé de qualité dans plusieurs régions des îles. Il faut noter que plusieurs structures de santé connaissent des difficultés en électricité et en approvisionnement en eau. Les taux de fréquentation des formations sanitaires sont très bas. Ils sont de 14,7%, de 20,21% et 8,92% respectivement en Ngazidja, à Ndzuani et à Mwali pour une moyenne nationale de 10,25%. Selon les données de 2012, le pays compte environ 1758 personnels de santé toutes catégories confondues dont 1486 dans le secteur public (84,5%). Le secteur privé utilise 15,5% dont 13,1% du secteur privé à but lucratif et 2,4% par le secteur privé à but non-lucratif. Le secteur privé à but non lucratif, peu développé, est représenté par CARITAS et le Croissant Rouge Iranien. Au niveau des îles (le personnel du CHN étant exclu), Ndzouani utilise 33,1% des Ressources Humaines pour la Santé (RHS), suivi de Ngazidja avec 24,7% et de Mwali avec 11,8%. Le CHN utilise 24,5% de toutes les RHS du pays. Les trois principales causes de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes sont : le paludisme, les maladies diarrhéiques et les infections respiratoires aiguës (IRA). Les taux de mortalité néonatale, infantile et infanto-juvénile sont respectivement en 2012 de 24 pour mille naissances vivantes, 35,33 pour mille et 50 pour mille. 8

11 L espérance de vie à la naissance de la population est passée de 55 ans en 1991 à 65,5 ans en 2004 avec une variation entre les hommes (64,3 ans) et les femmes (66,9 ans). Au cours des dix dernières années le ratio de mortalité maternelle est de 380 pour mille naissances vivantes 2003 à 172 en Ce progrès résulte des efforts fournis en matière de prise en charge des grossesses, notamment les Consultations Prénatales (CPN) et les soins des nouveaux nés. L Indice Synthétique de Fécondité (ISF) est estimé à 4,3 enfants par femme; l ISF est beaucoup plus élevé en milieu rural (en moyenne, 4,8 enfants par femme) qu en milieu urbain (3,5 enfants). La couverture des naissances ayant lieu dans une structure de santé est passée de 56% en 2011 à 82% en 2012, quant à la proportion des césariennes elle est passée de 6% en 2011 à 6,8% en 2012 et celle des CPN1 est passée de 53% en 2011 à 69% en Les couples annuellement protégés sont passés de en 2011à en 2012 D après le bulletin statistique annuel 2012 de la direction de la santé familiale et infantile. La couverture vaccinale, chez les enfants de 0 à 11 mois, en 2012 pour les différents antigènes est respectivement de 85% pour le BCG, 82% pour le DTC/Heb/Hib3, 85,35% pour la rougeole et 87% pour le Polio ; alors que le GIVS (Global Immunization and Vaccine Strategy) préconise un taux de 90% pour l ensemble des antigènes. La Lèpre est endémique aux Comores avec une prévalence de 4 pour 1000 habitants. Il est important de signaler que 90% de cas sont dépistés à Ndzuani où la prévalence est estimée à 11,8 pour habitants. La prévalence de la tuberculose est de 35 pour 1000 habitants avec un taux de guérison de 94%. La prévalence du VIH/SIDA reste très faible (inférieur à 0,025%). Aussi, la tendance de certains facteurs de risque ne justifie-t-elle pas l inquiétude par rapport à l évolution du VIH. Les données des facteurs de risque des Maladies non Transmissibles en 2011, montrent que 39,4% des adultes ont un Indice de Masse Corporel supérieur ou égal à 25 kg/m² ; 25,9% ont une surcharge pondérale et 13,5% sont des obèses ; 25,4% une tension artérielle élevée et parmi elles, 86% ne suivaient aucun traitement médical. Et 61,7 % des adultes ne pratiquaient aucune activité physique. Les cancers génitaux sont les plus fréquents 46%, suivi des cancers digestifs (15%) et urologiques (13%). Il faut noter que 30 % des enfants souffrent de malnutrition chronique dont 15 % de forme sévère. Des études exhaustives réalisées en 2003 ont montré une prévalence de cécité située entre 0,6 et 0,8% avec principale cause la cataracte. Selon une enquête rétrospective réalisée par l association - Union Comorienne Contre le Cancer, 495 cas de cancer ont été observé chez les médecins exerçant aux Comores sur la période de 1995 à

12 RAPPORT NATIONAL Méthodologie de travail Le principal objectif de ce travail est de faire la revue 2013 de l OMD 4 en regardant la tendance des indicateurs de la cible 4A pour la période de 1990 à Le rapport a été élaboré en conformité avec la méthodologie proposée par le Commissariat avec l appui du Programme des Nations Unies pour le Développement. OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Dans le but d évaluer le progrès de la mise en œuvre des objectifs du millénaire au regard de la santé des enfants de moins de 5 ans en Union des Comores, le Commissariat Général au Plan, a décidé de recruter des consultants thématiques et un Consultant au Sommet pendant la période de juillet Le Consultant de l Objectif 4 des OMD est chargé de traiter la Cible 4A. Cette Cible 4A comprend trois indicateurs dont : - Indicateur 4.1. le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans. - Indicateur 4.2. le taux de mortalité infantile. - Indicateur 4.3. la proportion d enfants de 1 an vaccinés contre la rougeole. Par ailleurs, un travail de collecte des données secondaires et des rencontres avec les parties prenantes des programmes et directions en charge de la mise en œuvre des politiques et stratégies de la santé de l enfant, a été effectué durant cette période. C est ainsi que nous avons dû recourir aux plans stratégiques et rapports existants et disponibles au niveau du système national d information sanitaire, de certains services et programmes de santé également du niveau national. Des entretiens individuels avec certains chefs de programmes et de services ont permis de recueillir les informations et des éclaircissements sur les données manquantes, les difficultés rencontrées au quotidien, etc. Des bases des données en Excel ont été définies pour tracer les graphiques en mesurant les tendances des indicateurs de 1990 à 2012 ou le cas échéant jusqu en Les graphiques ont été présentées conformément aux recommandations consensuelles et proposées par le Consultant du sommet en collaborations avec les points focaux du Commissariat Général au Plan et du Système des Nations Unies. 10

13

14 RAPPORT NATIONAL CIBLE 4A RÉDUIRE DE TROIS QUARTS, ENTRE 1990 ET A.I. ANALYSE ET TENDANCE OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS A l approche de la date butoir, nous pouvons faire état de grands progrès dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, notamment pour l OMD 4 Le gouvernement comorien et avec l appui technique et financier des partenaires au développement, le secteur privé et la société civile ont consenti des efforts en mettant en œuvre des interventions à grande échelle et ont réussi à sauver de nombreuses vies et à améliorer leurs conditions vitales. Un aperçu de la tendance des indicateurs de suivi du progrès de l OMD 4 plus particulièrement la Cible 4A: Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015 et de son analyse a été fait partir de trois indicateurs ci-après - Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans. Indicateur 4.1 : Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans L évolution du taux de mortalité infanto-juvénile en Union des Comores, montre une net amélioration, entre 1990 et Les taux sont passés de 122, 103.7, 74 pour mille naissances vivantes respectivement en 1990,1996, 2000 à 50 pour mille en En d'autres termes, environ un enfant sur vingt meurt avant d'atteindre l'âge de 5 ans. Cette tendance est significativement encourageant pour atteindre l indicateur 4.1 de l OMD 4 d ici Ce progrès est le résultat de différentes interventions mis en œuvre ces dernières décennies. Il s agit notamment de la lutte - Taux de mortalité infantile. - Proportion d enfants de 1 an vaccinés contre la rougeole. Le graphique 1 ci-après montre la situation globale de 1990 à 2012 pour la réduction de la mortalité des enfants de moins de 5 ans en Union des Comores. La tendance est à la baisse pour les trois indicateurs. Actuellement, les taux en 2012 sont respectivement de: 35,33 pour mille naissances vivantes pour mortalité infantile, 50 pour mille naissances vivantes pour infanto-juvénile et de 85,35%, la proportion d enfants de 1 an vaccinés contre la rougeole. Il faut noter que ce taux de mortalité infantile à dépasser la cible de 35 pour mille naissances fixée pour 2015 avec un écart de 0,33 pour mille naissances vivantes. contre le paludisme; premier cause de la mortalité, avancement de la vaccination des enfants, la prise en charge des maladies intégré des enfants et la malnutrition. En effet, le gouvernement avec l appui de partenaire des nations unis ont mobilisé des font auprès du fond mondiale pour la lutte contre la tuberculose, le paludisme et le sida. Ces fonds ont permis de mettre à l échelle à haute impact notamment la distribution des moustiquaires imprégnés à longue durée, le dépistage et la prise en charge rapide par les ACT, l élimination du paludisme par le traitement de masse de ce fléau. Pour la vaccination, à part l introduction du nouveau 12

15 vaccin contre l hépatite B, et l hémophilis, les compagnes de vaccination ont été organisées régulièrement pour le contrôle de la rougeole, l élimination du tétanos néonatale, le contrôle de la rougeole et l éradication de la poliomyélite. Le dépistage et la prise en charge des communautaire de malnutrition, le déparasitage des enfants et la supplémentions des vitamines ont contribué significativement à la réduction de la mortalité infanto-juvénile. Les progrès en matière de technologie médicale, la présence du personnel de santé qualifié dans les structures de santé, les améliorations aux niveaux de la promotion de la santé en faveur de l enfant et de la croissance économique, mais aussi, la nette amélioration de la couverture vaccinale de routine pour tous les antigènes. Il faut noter aussi la présence actuelle de l amélioration de la prise en charge pédiatrique au niveau des Hôpitaux par des spécialistes pédiatres. Graphique 1 : Evolution du taux de mortalité des enfants de moins de 5ans pour mille naissances vivantes de , Actual trend Path to goal 2005 Linearly Projected Value Sources: RGPH1991-EDS MICS EDS-MICS 2012-SOWC 2013 Si les indicateurs liés à l OMD 4, continuent à évoluer favorablement avec la même tendance de réduction de la mortalité, l Union des Comores pourrait atteindre l OMD 4 qui est de 40 pour 1000 naissances vivantes en 2015 pour les enfants de moins de 5 ans. Il faudra cependant renforcer les interventions visant la mortalité néonatale qui restent tout de même élevée et ne sont pas stables pendant la période. Ce taux de mortalité néonatale est passé de 40 pour mille naissances vivantes en 1990 à 38 pour 1000 en 1996 à 24,9 pour 1000 en et est remonté à 29 pour 1000 en 2007, mais a baissé de 5 point, soit 24 pour 1000 naissances vivantes en Cette situation peut s expliquer entre autres par le retrait de certains partenaires, mais aussi avec les reformes institutionnelles qui ont été menées depuis

16 RAPPORT NATIONAL Indicateur 4.2 : Taux de mortalité infantile L évolution du taux de mortalité infantile, montre une amélioration constante. Elle est passée de 86, pour 1000 respectivement de 1990 à Soit 35 pour mille naissances vivantes. A cette effet, en calculant le risque de goulot, on trouve que le résultat est significatif, soit 3,64% entre 1990 et 2012 dont il est significatif, mais aussi, encourageant. Graphique 2 : Evolution du taux de mortalité infantile pour mille naissances vivantes de OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Sources: RGPH1991-EDS MICS EDS-MICS SOWC 2008S-OWC 2013 Indicateur 4.3 : Proportion d enfants de 1 an vaccinés contre la rougeole La couverture nationale pour a chute de 87% EN 1990, 63% en 1996 et 56,3% en En effet, depuis 2008 la situation a connu un changement ascendant. Partant de 79% en 2008 pour atteindre 85,35% en Il faut noter qu à nos jours, le vaccin traditionnel (BCG, rougeole, poliomyélite) sont financé exclusivement par l UNICEF. A partir de 2009, le nouveau partenaire notamment GAVI ET JICA appuient et contribuent la vaccination de routine. Il faut noter que des campagnes de vaccination contre la rougeole ont été menées en parallèle pendant cette période, soit en 2007, 2010 et Ainsi, beaucoup d enfants ont pu être rattrapés car les couvertures des campagnes n étaient pas en deçà de 90% durant aux deux années, mais, les résultats de 2013 ne sont pas encore publiés. Il faut noter que le (Global Immunization and Vaccine Strategy) préconise un taux de 90% pour que le Programme Élargi de Vaccination arrive à lancer la deuxième dose de la VAR. Par ailleurs, aucun cas de décès lié à la rougeole n a été notifié ces dernières années. 14

17 Graphique 3 : Evolution de la couverture vaccinale Anti-Rougeoleuse des enfants de moins de 1an de Sources : RGPH1991-EDS MICS PPAC 2012-SOWC 2013-Rapport PEV 2011 Facteurs de risque liés à la morbidité et mortalité des enfants de moins de 5 ans Aucune étude spécifique sur les causes de la mortalité infanto-juvénile n a été réalisé sur les ces dernière décennies. Cependant, les des donnée des données statiques des routines des différent programmes laissent comprendre que les principaux causses de mortalité infanto-juvénile sont le paludisme, la diarrhée, l infection respiratoire aigue. Toutes ces pathologies agissent souvent sur le fond de la malnutrition qui est l une des principales causes sous-jacentes de la mortalité des enfants de moins de 5ans. La principale cause de consultation chez les enfants de moins de 5ans, sont attribuées en grande partie de la fièvre (21%), des diarrhées (16,6%), des Infections Respiratoires Aigues (2,8%) et de la rougeole (5%). Il faut noter en plus que la malnutrition, l insuffisance d hygiène, le manque d accès à l eau potable et à des sanitaires adéquats contribuent également à ces décès. En outre, cette partie va passer en revue ces facteurs sans faire le détail car l analyse est faite à travers l OMD 1. Le tableau ci-après montre un aperçu général sur le recours aux soins pour les principales causes de consultation. 15

18 RAPPORT NATIONAL Tableau 1 : Traitement des infections respiratoires aiguës, de la fièvre et de la diarrhée parmi les enfants de moins de 5 ans Caractéristique sociodémographique IRA 1 Fièvre Diarrhée Milieu de résidence OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Urbain Rural Région/Ile Mwali Ndzuani Ngazidja Source : EDS-MICS Le paludisme: Aux Comores, cette maladie constitue une endémie stable dont la charge parasitaire est de 8,9% en moyenne dont 10,6 % à Ngazidja, 9,1 % à Ndzuani et de 5,4 % à Mwali. Grace aux efforts entrepris par le gouvernement et ses partenaires, le paludisme ne constitue plus la principale cause de mortalité infantile aux Comores. effet, les cas de paludisme déclarés ont passé de en 2011 à en Il faut 16 noter que si la morbidité reste élevée, la mortalité des enfants de moins de 5 ans est nettement faible, soit 23 décès cas enregistrés en dans la même période. - Nutrition: La malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans reste un grand problème de santé publique en Union des Comores (Graphique 3): 30,1% des enfants souffrent de malnutrition chronique. Parmi

19 eux, environ 14, 5% souffre de la forme sévère. Si la prévalence de la malnutrition chronique a connu une baisse ces dernières années passant de 42% en 2003 à 30,1% en 2012, la malnutrition aigüe quant à elle a montré une progression de la prévalence qui est passée de 1.8% en 2004 à 3.8% en En effet, environ 11% des enfants souffrent de la malnutrition aigüe. La forme sévère représente 3,8% alors que le seuil est de 2% et la forme modérée est d environs7,3%. le tableau ci-après montre l évolution des différents types de malnutrition durant ces dernières années. Tableau 2 : Evolution des différents types de malnutrition Indicateurs EDS 1966 MICS 2000 EIM 2004 Enq Nut 2008 EDS/MICS2013 Retard de croissance (modéré and sévère) 47.20% 42.30% 44% 38.10% 30.10% Emaciation (modéré and sévère) 10.30% 14.20% 7.90% 8.20% 11.10% Insuffisance pondérale 33.70% 33.90% 24.90% 17.19% 15.30% Faible poids à la naissance 21.30% 24% 25% 22.2% Allaitement maternel exclusif 21.30% 15.30% 21% 14% 12.40% 17

20 RAPPORT NATIONAL Graphique 4 : Evolution de la situation nutritionnelle des enfants de moins de 5 ans en Union des Comores de 1991 à 2012 OMD 4 : REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS Source: RGPH1991-EDS MICS EDS-MICS 2012-SOWC 2008 et Infections Respiratoires Aigües et les Maladies Diarrhéiques représentent a eux seules 39,5% des pathologies enregistrées dans les structures sanitaires, dont 53,5% ont touché les enfants de 1à 4 ans. - Diarrhée: la prise en charge de la diarrhée avec la SRO est en baisse passant de 29,1% en à 17% en Un traitement médical pour cause de diarrhée a été recherché auprès d un service de santé pour 40% de ces enfants. Parmi eux, 38% des enfants malades ont reçu une solution de Sel de Réhydratation Orale (SRO) et 60% ont reçu une Thérapie de Réhydratation Orale (TRO, à savoir soit une SRO, soit une solution maison sucrée salée). - Fièvre: 21% des enfants de moins de 5 ans, ont eu de la fièvre au cours des deux semaines précédant l enquête EDS-MICS Un traitement médical a été recherché auprès d un professionnel de santé pour 45% d entre eux. Les enfants du milieu rural (44%), ceux des îles de Ndzuani et de Ngazidja (44%). 18 Outre ces causes, certains facteurs sont liés à des maladies évitables par la vaccination. Le programme élargis de vaccination offre des prestations vaccinales sur 9 antigènes dont 2 parmi ces antigènes sont introduits comme nouveau vaccins avec l appui de GAVI. Le système de vaccination a connu ces dernières années un appui considérable de la part des partenaires. A part les partenaires principaux l UNICEF et l OMS d autres partenaires comme GAVI et JICA portent des appuis considérables dans l achat des nouveaux vaccins et l amélioration de la chaine de froid. L approche ACD (Atteindre Chaque District) est mise en œuvre depuis 2008 et a permis de réduire les écarts en matière de couverture vaccinale entre la population urbain et la population rurale ou enclavée. Les couvertures vaccinales vacillent entre 75 et 94% on ne note pas des districts ayant des couvertures vaccinales moins de 50%. En effet des épidémies liées aux maladies évitables par la vaccination ne sont pas enregistrées ces dernières années. Toutefois, des efforts doivent

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix- Travail- Patrie -------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE -------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace- Work- Fatherland -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie * Superficie 154530 Km2 * Population générale : 9 779 000 habitants * Taux de

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

MALI ENQUÊTE PAR GRAPPES À INDICATEURS MULTIPLES MICS RÉSUMÉ

MALI ENQUÊTE PAR GRAPPES À INDICATEURS MULTIPLES MICS RÉSUMÉ MALI ENQUÊTE PAR GRAPPES À INDICATEURS MULTIPLES MICS 2010 RÉSUMÉ L Enquête par Grappe à Indicateurs Multiples du Mali a été réalisée en 2009-2010 par la Cellule de Planification et de Statistique du Ministère

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Institut National de la Statistique Annuaire Statistique du Cameroun 2010 CHAPITRE 7 : SANTE

Institut National de la Statistique Annuaire Statistique du Cameroun 2010 CHAPITRE 7 : SANTE CHAPITRE 7 : SANTE 1. Présentation... 2 2. Méthodologie... 4 3. Sources de documentation... 4 4. graphiques... 6 5. tableaux... 9 LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 7. 1 : Prévalence du VIH chez les adultes

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail

Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective

Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective Conférence sur le Financement de la Santé, Port-au-Prince 28-29 Avril, 2015 Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective Dr. Georges Dubuche, DG, MSPP MSPP Le problème Haïti a fortement

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000

Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000 Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000 Ministère de l Economie et des Finances Gouvernement du Cameroun UNICEF 28/05/02 1 TABLES DE MATIERES Avant-propos et remerciements

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Conférence internationale sur la population et le développement

Conférence internationale sur la population et le développement Conférence internationale sur la population et le développement Conférence ministérielle Projet de Document d engagement Document d'engagement du troisième examen quinquennal de la mise en œuvre du Programme

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE 1. CONTEXTE Le Sénégal, vu sa position géographique de pays sahélien, est chroniquement exposé à l insécurité

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE SANTÉ

PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE SANTÉ PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE SANTÉ Par: Dr Gabriel THIMOTHÉ Directeur Général du MSPP Mars 2008 1. Contexte Le MSPP commeautoriténationalede la Santéjouele rôlede : REGULATEUR COORDONATEUR

Plus en détail

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris DOCUMENT DE REFLEXION SUR UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT SANITAIRE AUX COMORES Intervention de Monsieur MOHAMED Adame Cadre Supérieur de Santé Diplômé en Management

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle

Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle Présentation du Projet aux Partenaires Cotonou, Bénin 26 Mars 2015 Plan de présentation Contexte Démarche et orientation stratégique Mise en œuvre

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix 1999 pédiatrie

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition Produit par Anthony

Plus en détail

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Ordre du jour de l atelier Jour 1 Introduction Démographique Mortalité Jour 2 Morbidité

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement RÉSUMÉ DU RAPPORT Décembre 21 sera l heure du bilan de la décennie

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET FORUM DE LA

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

Plan Cadre des Nations Unies (UNDAF) Cas du Maroc

Plan Cadre des Nations Unies (UNDAF) Cas du Maroc Plan Cadre des Nations Unies (UNDAF) Cas du Maroc Nations Unies Agences des Nations Unies (Système des Nations Unies) Agences signataires du plan cadre 2007-2011 MAEC, Résident coordinateur du SNU UNICEF,

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

EVALUATION DE LA REFORME DU SYSTEME DE SANTE (SYNTHESE)

EVALUATION DE LA REFORME DU SYSTEME DE SANTE (SYNTHESE) 1 REPUBLIQUE FEDERALE ISLAMIQUE DES COMORES ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA CONDITION FEMININE ------------------ EVALUATION DE LA REFORME DU SYSTEME DE SANTE (SYNTHESE) Octobre

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Gabon. Projet de descriptif de programme de pays 2012-2016

Gabon. Projet de descriptif de programme de pays 2012-2016 Gabon Projet de descriptif de programme de pays 2012-2016 Le projet de descriptif de programme de pays relatif au Gabon (E/ICEF/2011/P/L.23) a été présenté au Conseil d administration pour examen et commentaires

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie Hailu Zelelew 28 avril 2015 Port-au-Prince Abt Associates Inc. In collaboration with: Broad

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 CONSOLIDATED RESULTS REPORT Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 1. Key Results Expected (restate, 1.1 Réduction du taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans de 71 à 40 pour 1 000 (conformément

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole Termes de Reference Recrutement d un bureau d étude ou une institution pour l Enquête de Couverture Vaccinale (ECV) post campagne Rougeole en Mauritanie 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Lors de l assemblée

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet Projet d appui au renforcement des capacités en gestion de la santé en Haïti PARC Unité de santé internationale Objectifs du projet Le PARC contribue à l amélioration de la gouvernance du système de santé

Plus en détail

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Commission 2.7 - Africa Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Professor M. Guelaya Sall World Conference on Early Childhood Care

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER L association ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Cameroun Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Le projet de descriptif de programme de pays relatif au Cameroun (E/ICEF/2012/P/L.35) a été présenté au Conseil d administration pour examen

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

Cameroun MICS 3. Enquête par grappes à indicateurs multiples 2006. Suivi de la situation des enfants et des femmes. Rapport de synthèse

Cameroun MICS 3. Enquête par grappes à indicateurs multiples 2006. Suivi de la situation des enfants et des femmes. Rapport de synthèse Cameroun Suivi de la situation des enfants et des femmes Enquête par grappes à indicateurs multiples 2006 Rapport de synthèse Ministère de l Economie, de la Planification et de l Aménagement du Territoire

Plus en détail

ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO

ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO Rapport final Décembre 2012 01 BP 6490 Ouagadougou 01, Burkina

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG I. CONTEXTE Le VIH reste un problème de santé mondiale ; mais l Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée par ce virus.

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2009-2013

PLAN STRATÉGIQUE 2009-2013 Plan Stratégique 2009-2013 Page 1 sur 40 ORGANISATION OUEST AFRICAINE DE LA SANTE (OOAS) ORGANIZACAO OESTE AFRICANA DA SAUDE (OOAS) WEST AFRICAN HEALTH ORGANISATION (WAHO) PLAN STRATÉGIQUE 2009-2013 Mars

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

La région du Centre-Sud en chiffres

La région du Centre-Sud en chiffres MINISTĖRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice La région du Centre-Sud en chiffres Edition 2014 Géographie GÉOGRAPHIE ET ORGANISATION ADMINISTRATIVE 0rganisation administrative

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous»

Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous» Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous» Les Amis du Fonds mondial Cycle d information et d échanges Yous Hannah 30/09/2014

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail