LES CEREMONIES ET LES RITUELS DE COUR : DES INSTITUMENTS D'UNE POLITIQUE DE COIIIMUNICATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CEREMONIES ET LES RITUELS DE COUR : DES INSTITUMENTS D'UNE POLITIQUE DE COIIIMUNICATION"

Transcription

1 LES CEREMONIES ET LES RITUELS DE COUR : DES INSTITUMENTS D'UNE POLITIQUE DE COIIIMUNICATION PAR Claudine HAROCHE Chargée dc recherch.e ou CNRS (CURAPP) o Ceux Ià s'abusent lourdement qui s'imaginent que ce ne sont Iù que des affaires de cérémoni.e. Les peuplcs sur qui nous régnons, ne pout)ant pénétrer lc fond des choses, règlcnt d'ord,inaire Leurs jugements sur ce qu'ils aoient a.u dchors, et c'est lc plus soudent sur lns préséances et Les rangs qu'i)s mesurent lcur respect et lcur obéissance,,(louin XN Mémoires) En matière de communication politique un certain nomlre d'interrogations contemporaines rencontrent des préoccupations séculaires. Ainsi I'insistance actuelle sur le look " ", la présentation de soi, le savoir faire, tout ce travail sur les apparences auquel se livre le politigue remontent-ils en réalité à des préoccupations très anciennes. Ainsi encore la nécessité d'instaurer aujourd'hui une relation personnalisée avec les administrés, le style intirniste répondent-ils à des finalités politiques séculaires. De même I'importance accordée aux emblèmes, aux sig-es extérieurs, aux logos peut-elle s'éclairer " " à la lumière d'une archéologie de Ia communication politique. Les mots changent, se chargent de contenus différents mais renvoient à une constante fondamentale du pouvoir politique, Monarchigue ou répu-blicain, le pouvoir doit communiquer. La maîtrise de la co--unication est désormais considérée comme un enjeu politique majeurr. Elle trouve ses origines il y a'bien longtemps, quand n'existait ni débat ni opinion publique, ni jugement critique. Qu'il s'agissent de I'Antiquité2, de la cour Byzantine3, de la cour des derniers Valois ou de celle des Bourbons, par des cérémonies, des cérémonials d'etat, des rituels et u des façons de cour,, le pouvoir veut imposer un

2 t84 I,ES CEREMOnI-IES ET I,ES RITUELS DE COUR ordre, des formes. Il doit se faire reconnaître, il doit communiquera. COMMUNIQUER PAR LES CÉRÉMONIES ET LES RITUELS: FORMER, S'INFORMER. Que faut-il entendre ici sous le terme communiqunr? Sigrrifier l'autorité, la puissance, le prestige, la hiérarchie à I'aide de moyens non violents 5, par des cérémonies, des rituels ordonnés par une étiquette, un protocole I et régler ainsi le rapport du peuple au pouvoir en imposant une alternance entre I'accessibifité et I'inaccessibilité des sujets au monarque. Il s'agit encore de signifier le pouvoir, la hiérarchie, et pour cela montrer : Montrer et instaurer une distance entre Ie roi et ses sujets ; mais aussi conjurer la peur que les sujets ont d'un monarque trop énigmatique ; conjurer encore la peur que le monarque a des sujets. Se montrer pour imposer, soirnposer : montrer pour se faire craindre. Montrer pour séduire, envoûter, fasciner, frxer par le regard,, par l'expression, les dispositions psychologiques peintes sur Ie visage, inscrites dans Ie corps. Communiquer par le cérémonial apparaît donc comme art de montrer, r, art de parler au regard, de parler par le regard dans une indistinction qui enveloppe les sujets, qui prévient l'échange,6. Il convient de sigrrifier le pouvoir, et pour cela montrer, savoir montrer : persuader, faire rentrer dans ses vues, circonvenir?, transmettre un savoir qui dans les cérémonies et les rituels s'adresse aux corps, aux regards et aux âmes en faisant appel aux gestes, âux mouvements, aux postures, aux expressions mais âussi aux comportements, aux manières de cour8. De cette communication Ie dialogue, le débat, le souci d'informnr véritablement sem-blent s'être absentés I ils se sont effacés devant celui d'organiser, de façonner, de form.er et d,e sinform.er; dn faire sauoir, de faire croirel de dominer, doimpressionner bref de gouverner au sens littéral. Ces cérémonies d'etat, ces rituels, ces façons de cour entendent donc imposer un ordre. A la société ils cherchent à imposer des formes et des normes en assignant des places : ils entendent ainsi établir une hiérarchie, des rangs, de la distance. Ce sont ces éléments immanents de la communication que nous voulons retrouver dans les cérémonies et les rituels de cour de I'Ancien Régime et dans ceux-ci les éléments liés à la composânte humaine du pouvoir. Les signes extérieurs qui visent à impressionner ou à séduire, à rappeler à l'obéissance ou à susciter I'amour, font des cérémonies et des rituels des instruments du politiquee. Le contexte dans lequel se déroulent ces sigrres change : Ieur fonction perdure, Cette finalité ouvertement politique des rituels de cour apparaît pour la première fois de façon aussi explicite dans un texte célèbre daté de 1563,I'Aais donnez par Cathertnc d"e Médirk à Charl.es IX, pour la polbe d.e sa cour et

3 LES CEREMONIES ETLES RTTUELS DE COUR pour le gouaernernent d.e son Estatol0. Cette lettre multiplie les conseils concrets sur les détails les plus nrinutieux de I'art de paraîtreo dc l'art dc gou- Derrùer, en codifiant I'exhibition ritualisée de I'intirnité du roi et de sa dimension humaine. Le roi doit se montrer pour contenter ses courtisans, la cour mais aussi Ie peuple. Il lui faut ainsi restaurer les usages qu'avaient jadis instaurés François ler, son grand-père et Henri II son père. LES FAçONS DE COUR : DES RITUELS POLITIQTIES Les façons de cour sont des rituels politiques : ils contribuent à mattre en pl.ace, à renforcer une politiqtæ d'etat par d.es moyens d,ifférents d.e ceux des grands cérémonials : des moyens qui touchent à la personne du roi. Davantage qu'à la pompe royale, à I'effet de saisissement, à la fascination visuelle des cérémonials d'etat, les façons d.e cour mettent en jeu des mécanismes affectifs, émotionnels, I'amour mais tout aussi bien la crainte. Nous insisterons ici en effet srar ce qui est hunain -ou reconnu comme tel- chez le Prince, aux comportements, à la personnalité du monarque, à son intériorité, son intimité et dès lors aux mécanismes d'identification possibles avec ce qui en lui demeure humain. Les ofaçons dc couro entendent en effet façonner les comportements et les ârres, gouverner les sentiments, imposer au roi, mais aussi à ses sujets, plus tard aux citoyens de la République, des formes par des manières et des comportements codifiés. Les façons de cour que Catherine de Médicis souhaite voir restaurées entendent donc montrer, publiciser, ritua]iser une part de la dimension privée et hurnaine du monarque. Il faut vous (montrer pour contenter>': telle est la leçon que Catherine de Médicis donne à son fils Charles IX. Il faut vous montrer pour vous faire aimer et obéir. L'amour s'accompagnera tout naturellement d'obédience, I'obédience d'ordre. Or c'est le souci primordial de Catherine de Médicis : restaurer I'ord.re. Il s'agit d'un ordre ancien : cette préoccupation des apparences, b sou,ci de présentation de soi est en effet bien antérieur au texte qui nous intéresse iciu. La finalité politique qui anime cet Avis est nouvelle. Catherine de Médicis comprend I'importance de contrôler I'infornation et la communication : quand elle dit vouloir par ces façons de cour restaurer une relation directe entre le Roi et son peuple, c'est fondamentalement pour répondre aux infornations mensongères et écarter les intermédiaires mal intentionnés. Elle veut avant tout faire savoir que le roi est vertueux, honnête, que Ie roi est un bon monarque. FAIRE SAVOIR. SAVOIR FAIRE Dans cette lettre on découvre les conseils politiques d'une reine à un roi sur les façons de séduire, de plaire, de se faire aimer du peuple français. Charles IX devra pour cela se montrer pour contenter ses sujets tout en lg5

4 'rè ir ië$i îi:u*rëë Ë $ f É ËËËËË ËîfEililËiË$ iiëe;e âëiie*ii 1ËE;È{ tirë; ÈÉiâË së iii gi ËltsÏ ;ËiËgËÈÈlËi*ilËlsi; EiËËiËï+ÏËËËtË Ë:Ei,' fi g gâ?ëë ËTgËiËÈÈ* rë$'e ÏuiiËiii${$i$ Ëi ngiig iëbil aiii ËiiËtt ïilgëièiëë ËiËil - rëu ËâïiË ËiË ai tirt -litàë ËË;ËËaiËË t Ë IËË iëëg

5 LES CEREMOMES ETLES RITIJELS DE COIJR mais au-delà -et le roi doit se montrer attentif à le faire savoir- tout le royaume; De cette politique, retenons guelques mots cruciaux i rtuontrer, contenter, faire satsoir; L'ART DE SE FAIRE AIMER r87 Catherine de Médicis insiste encore sur le fait que le roi doit se laisser approcher, mais encore se faire désirer. Le roi devra régler jusque dans le détail le plus intime I'alternance entre présence et absence, comportements privés et conduites publiques. La Reine ajoute alors qu'il est indispensable de respecter les rangs, les conditions : elle reproche au roi de préférer la compagrrie de ses archers à celle des princes et des seigneurs. La Reine énumère alors toutes les activités, Ies façons de cour auxquelles devra se plier le Roi en compagrie de ses sujets: <,,. et après d,isncr, pour Ic moins deu.r fois Ia sernaine, domtez audiance, qui est uræ chose qui contente infi.niment uos sujets et après oous retirer et oenir chcz moy ou chez Ia Roync, afin Ete l'on cognoisse unn façon dn cour, qui et mc chose qui plaist infinimcnt a,urfran4ais, pour l'aaoir accoutum.ê et ayant demeuré d.emi,e hcure ou urrn heure en publin, aous retirer ou a oostre estudc ou en piaé, où bon aous sernbl.era ; et sur lcs trois h.eures après mid.y uous alli.ez uous prornencr à picd, ou ù cheual, afin de uous rnontrer et contenter la noblcsse, et passer aostre ternps aoec cette jeunesse à quelque erercice honncste, sinon tous lcs jours, au rnoins dcux à trois fois ln semaine; cel.a les contentera tous beaucoup... et après celà souper auec aostre famillc, et l'après souper, deuxfois la semaine, tenir la sallc d.e bal.."rs. Catherine de Médicis recourt parfois à des formules quelque peu désinvoltes et paternalistes pour parler d'un sujet aussi grave que la paix sociale: oj'ay ouy dire au Roy oostre grand-père qu'il fallait dcux jours, pour oiure en repos auec lcs Français et qu'ik aimmassent lcur Roy, Les tenir joyeux et occuper à quelquæ erercice,...car Les François ont tùnt accoutumé, s'il n'est gu.erre, d,e s'exercer, qtte qui ne lcur fait faire ils s'emplnyent à. d'autres choses plus dangeretrces..,116, Recevoir et écouter pour contenter ; se montrer, se promener ; se livrer à quelque exercice physique en compagnie de ses sujets ; les faire danser mais tout aussi bien s'exercer au rnétier des armes, peu importe : les occuper et les empêcher ainsi de s'abandonner à l'oisiveté toujours pernicieuse. Les structurer et les éduquer par des façons, les occuper par des exerciceso les amuser par des divertissements. Mais pour se faire aimer de ses sujets, le roi doit encore se soucier d'eux montrer de la considération : tout sujet -proche ou éloigrré de la personne même du monarque- doit se savoir protégé, ainê par le roi: o... il rn'e semblc qu'une d.es choses la plus nécessaire pour oous faire aimcr dc uos sujets, c'est qu'ils cognoissent qu'en toutes choses aaez soin d'eur, autant dc ceu'x qui sont près de ûostre personne que d.e ceux qui en sont lainrlt. La Reine met alors en garde son fils contre les fausses informations, les

6 Ëï$Ëuï s ËçgË{Ëï, ;jgèëëi. 3giàii ËËiliiïi i :Ë+ËË: g Ï:i* [i:fë EËËlls$,s ËÏtË ii ËE [si$s EË i.,ë: g E iëtïëè ;ËiiilËâ iiigiièë ËiÈËii iëièiiiil n iii$ii fi gi{ëiie* ËËËfÊ $Ëï iëëiiè Eti*i$È $ii$ È8,,, i E jïiëëlëâ âusëëi iëëï5i:ë Ë$ËliiÈ =Ë'*l*ts ËigËiË$r îëë,u;*'$ gèë$ië ËËIiËiË lèèè

7 LES CEREMONIES ET LES RITIIELS DE COUR cognoitre qu'il aaoit bicn agrêable d.e lns uoir. Et en ce faisant, lns mcnteuses inuentions qu'on a trouuées pour d.éguker ù aos sujets seront cogrrcus d.e tous et en serez mi.eux aimée et honoré d''eur ; car, retournant à' I'eur pays, feront entendre la oérité,,2r. GOWERNER LES ÉIUOITONS, OBSERVER ET SURVEILLER LES SUJETS Une expression est cruciale dans tout ce texte politique : que cela soit <<coganeu> de tous. C" Soi nécessite une façon : cette façon c'est un style de gorro"rrr"-"ttt des émotions et des sentiments des sujets. Un mode de relation qui entend personnaliser, individualiser tout lien : qui cherche autant que possible à étabtir un contact direct et individuel avec tout sujet, un contact humain, protecteur, paternel. Ainsi le monarque devra-t-il être capable d'appeler par leur nom les sujets à la cour. Evoquant le roi François ler, Catherine de Médicis lui dit 2,1o75 oqu'il aooit ordinairement en sa poche Ic nom de tous ceux qui auoient charge d'e Iuy, fusse près ou Inin, grands ou petits,..,22. Il s'agit d'un mode de relation qui va en outre lui permettre de s'informer. Ainsi encore, pour s'assurer de la dévotion sans faille du royaume, le roi éiirat-il discrètement dans chaque province une douzaine de particuliers qui sauront I'informer à temps de toute nouvelle importante: o...pour estre aoerty d,e tout ce qui se remuoit dcdans Les d,ites proainces, soit en général, ou en particulinr parmy les mg;isons prioées, ou aillnso ou parrny lc clergé, iim'ettoit peine d'en cintenter... solrs main, so;ns qu'e I'e reste s'en apperçoùse ny puisse d'ire qu2 1)ous rompicz lnurs priuilàges, lns fauorisant tellement Par bienfaits ou c,;utres tnoyens... qu'il ne s'y remuoit ri'en... qu'il n'e lc sceut ; et, en estant ad,uerty ii y remédioit,.,. et de si bonne heure qu'il empeschoit qu'il n'auint jamais ripn contre son autoritét Se conformer à un modèle : montrer en soi la Part d'humanité ; se faire ainsi aimer et susciter la dévotion. Savoir et faire savoir, que cela soit " cogneu de tous > ne cesse de répéter la reine ; établir une relation qui soit directe et individuelle entre le roi et ses sujets, son peuple ; s'informer, être informé, être prévenu à temps grâce à la mise en place d'un réseau discret et efficace de particuliers qui observeront, surveilleront le peuple, qui sauront l'écouter, lé manier, le faire parler peut-être, aviser le roi. Telles sont les grandes lignes du projet politique auquel Catherine de Médicis exhorte son fils. Dans cet Avis, au-delà du style, d'une façon d'être et de gouverner, on découvre donc une politique qui fait une place déterminante à la communicationo une politique qui entend faire croire grâce aux rituels de cour qu'une relation directe est possible entre Ie monarque et son peuple. Pourtant rien qui ressemble à cette politique monarchique dont rêvera I89

8 ËEiËÆ3E + ê : ËË iëëë ËËË Ëi Ë:e r st ià:;t ËËË $Ë. ËËËËf ËE sëït IffEËiË ËËËt g ËËËiii $i$ë ËtË,t ËiiEËî*?tE: *ËîË{$Ë ;È$s È ËËËisr[]r Ë Ej'=*; ggë*ëëjiëgtllë*ëg E $Ë o&ë Ë E# t ËËg*ià[* s,cë*ëëëëf+r n ji;iliël,ïëgëïëffëtlë iësèê ËËtigïËg ËË* ïëëïgëg* lglgt ËËËtËË ËgE ss;ëïeërëëiàë'usiië ËËËËt ËiËisËËÊ ËgËi

9 5 +së 3t'Ë "Ë s ËiÈÊi$ $;Ë së"lië i Ë $t rt{çitë[ë* Ë BË*lËÊ Eja s IËEà:l iit HËËiËËËEgË E;ËË$ii ËËË Ë i Fs S H E t:et ië sr. Ë iï 'iriëîèj[ëë Ë Ë;*{ïËEËËËçg ËËËËiEi+Ë È iiiièiëâ[ïïë TËiËË Ë ËîË3iiË{E$Éïs È i ËËËË#ËE a i ËË'iii*iË ië [È Ë EiË tiigi Ëë E E Itr{ ËjiËËtËis ËHeËËË"Ë âs iitiïtlilgëât ËËiËË ïhtëe3s âi Ëi - i fë#ë ç3gtiiëg{3 ËËgiËstcËitË *;:Ë E Ë âeëea

10 E+ âë Ë11$ Ë g*i-: i H s - E-; o cë O= ^ r O l 'E Èoo_o.!:ig o 5 X q.o v t: É Ë5.rÈ E s'i ËÈ!-. = (t q e o lyoé;lëo'f_rè Ë ië ih Ë ËËË H ù 'E 6lP H = *= - *..:.ii - É E'a F É.. 'r  a I 9.\- E î Ë;'$t*EsEË E g HE +FÏ ËT Ë E ËE Hg E H 5 E s il gï F{ É -,Y.o cë É - o z =R.ir*e3;i E t.: i " *..îp,h: = e - r,6 e O i:::.* Ë -..â.-c r,e!'1é E sç3e *gæ* E i.ë f Ë H; i i; o o. 1.1 F{!..,., - _q;&seë fr a Ï +* a; x'ë ; âiïii ËsïiilsllsiiirË itlëii il *ïëig â ittll ËËËigiïg*Ë ;tçgël gërrë sigii ilëli;lsigtlilë -ËgËIârËËF

11 n :Ë tti*{ * l;l gil5; ilëi ËiiiàËffit + ËliËE të,*,, âîisêë =ËrïliiË;â 'ËxrËËëÏBË

12 :iëëi;?ë.: ÉËE'=*îËËËËiggri ËËàË5igi Ë{Ei i iç i tëi'i Ë* i Ë!ÏlÏrutr*{*i;EtËË i$fjs;:+ Èi;:i Ë EË1ï,t{lilliË;Ëii ei E j?ë*:, liëëiit;ët;ëëltr9ëië Ëâg.EËirËÉi,Ëi,lsËEaËin gr*iigilëlslliiiië : iiillrllifiïl,ll s

13 =iëë${iëtëigèijiëieï itï lff î,[ ËË ËÈÈEg?rË Ëi i Ë ÊËÏIËËË.Ë ËïiiËlËtEi ËË Ë *î:îâëi;ë i rë;ë38ëë :i E E àë;aëiëeë: E ËËrfEË*ËË Ë$ È g Ë?tÂË?ËËEiË iëiègçëige;a Ë E!ËEi ie;ëiëëëig33iëëe ië[ È ËËti;i$ $ Ë! g, Ë ï it ï Ë{Ë j ËiËËi ï i3iè Ëi âë gàë +Ë : Ëll

Richard Lagrange Directeur du Centre national des arts plastiques

Richard Lagrange Directeur du Centre national des arts plastiques -è é. é é, é ôé É é é.,, é é é é.,, -ê à é, é é é ç éé. é éé ç œ,, é - É. é 2010. ç é,. é éé é 2012 é é éé éê é. é é é. = // é,. 38. 13/10/11, 24/11/11 î è é ç, é é., é é é à î é à î, é à è. é à,, ç, -à-.,.,

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

Annie Martin Présidente AGIEM 33 Conseillère pédagogique circonscription de St André de Cubzac - Gironde

Annie Martin Présidente AGIEM 33 Conseillère pédagogique circonscription de St André de Cubzac - Gironde Annie Martin Présidente AGIEM 33 Conseillère pédagogique circonscription de St André de Cubzac - Gironde Préambule : La citoyenneté et l AGIEM : L AGIEM, association générale des enseignants d école maternelle

Plus en détail

Comment rédiger correctement le courrier électronique?

Comment rédiger correctement le courrier électronique? Comment rédiger correctement le courrier électronique? Courriel, Mail, Mél Quel terme employer? Si tous ces termes vous sont connus, la commission de Terminologie (qui fixe les termes que l administration

Plus en détail

Versailles : arme du pouvoir (1)

Versailles : arme du pouvoir (1) Versailles : arme du pouvoir (1) 1 2 Versailles en 1668. La galerie des glaces. 3 4 Le pavillon de chasse de Louis XIII dessiné par J.C Le Guillou. Edition Deux Coqs d or. La chambre du roi 5 Le réseau

Plus en détail

Ateliers Multimédia de la Ville de Dieppe. Découverte de l'informatique

Ateliers Multimédia de la Ville de Dieppe. Découverte de l'informatique Ateliers Multimédia de la Ville de Dieppe Découverte de l'informatique Fiche La messagerie électronique - 1 L'email et la boite mail Email et virus 1 LA BOITE MAIL Nous appelons «Boite mail» le site gérant

Plus en détail

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

!+ &&'()$*$%+,%-.../ 0+ &&'()$*$%+($$%...0 $+,%$$'4&$1$%&1$%+...! #+ +$*$% +2%+7%&$,4$)...! 2+ +$&2%+7%&$,4$)...!/ &,+-%$7...!5

!+ &&'()$*$%+,%-.../ 0+ &&'()$*$%+($$%...0 $+,%$$'4&$1$%&1$%+...! #+ +$*$% +2%+7%&$,4$)...! 2+ +$&2%+7%&$,4$)...!/ &,+-%$7...!5 !"## $%!+ &&'()$*$%+,%-.../ 0+ &&'()$*$%+($$%...0 1+ &&$%,$1'&)$1$%+2%+%+$$3,4 $%$ +...5 "+ 6%$&2%&&%,42%()$*$%+... $+,%$$'4&$1$%&1$%+...! #+ +$*$% +2%+7%&$,4$)...! 2+ +$&2%+7%&$,4$)...!/ &+,2$1+$%%%$+,,+&1$%+

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

Doc.1 L enfance de Louis XIV. Histoire. Histoire

Doc.1 L enfance de Louis XIV. Histoire. Histoire Doc.1 L enfance de Louis XIV Lis ces textes populaires appelés «mazarinades» (datés de 1648.) Réponds ensuite aux questions par une phrase. Texte 1 : «Va-t en dans Rome étaler Les biens qu on t a laissé

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Boite postale 49090, Edmonton, Alberta, Canada T6E 5X0 Tel: (780) 439-1394 Sans frais : 1-877-818-0393 Fax: (780) 439-4091 www.nfa.

Boite postale 49090, Edmonton, Alberta, Canada T6E 5X0 Tel: (780) 439-1394 Sans frais : 1-877-818-0393 Fax: (780) 439-4091 www.nfa. L Association Canadienne des Propriétaires d Armes à Feu Boite postale 49090, Edmonton, Alberta, Canada T6E 5X0 Tel: (780) 439-1394 Sans frais : 1-877-818-0393 Fax: (780) 439-4091 www.nfa.ca Présentation

Plus en détail

COMMUNE DE BoTTENS. Règlement sur la protection des données personnelles

COMMUNE DE BoTTENS. Règlement sur la protection des données personnelles COMMUNE DE BoTTENS Règlement sur la protection des données personnelles 26.04.2010 Tnelr oes urnènes Art. 1 Objet..,.,.,.,.,.,.,...4 Ar1.. 2 Champ d'application...4 Art. 3 Responsable du traitement...,.,,,.,...,...4

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

Le Havre sous l Ancien Régime

Le Havre sous l Ancien Régime Le Havre sous l Ancien Régime Les privilèges des Havrais Document: Confirmation de privilèges (cote AMH AA2) Transcription Janvier 1718 Confirmation par Louis XV des chartes et privilèges accordées par

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL DU 31 OCTOBRE 2001

JUGEMENT CORRECTIONNEL DU 31 OCTOBRE 2001 TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE LYON JUGEMENT CORRECTIONNEL DU 31 OCTOBRE 2001 N de jugement :6265 11 ème chambre N de parquet : 9980186 ENTRE Monsieur le Procureur de la République près ce Tribunal, demandeur

Plus en détail

Introduction historique au droit

Introduction historique au droit Introduction historique au droit Auteurs : Marie Bassano, Professeur agrégé d histoire du droit, Ecole de droit, Université d Auvergne. Florent Garnier, Professeur agrégé d Histoire du Droit à l Université

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

Q/R Heures supplémentaires http://recherche2.assemblee-nationale.fr/questions/questions.jsp. 13ème législature

Q/R Heures supplémentaires http://recherche2.assemblee-nationale.fr/questions/questions.jsp. 13ème législature Q/R Heures supplémentaires http://recherche2.assemblee-nationale.fr/questions/questions.jsp 37108 de M. Salles Rudy ( Nouveau Centre - Alpes-Maritimes ) Question publiée au JO le : 09/12/2008 page : 10604

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

LE MINISTRE DE L'INTERIEUR ET LE SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT MESSIEURS LES WALIS ET GOUVERNEURS DES PREFECTURES ET PROVINCES DU ROYAUME

LE MINISTRE DE L'INTERIEUR ET LE SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT MESSIEURS LES WALIS ET GOUVERNEURS DES PREFECTURES ET PROVINCES DU ROYAUME *. ROYAUME DU MAROC SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DIRECTION DES ASSOCIATIONS ET DES PROFESSIONS REGLEMENTEES 1.4 JU~L 1 Rabat le, L< CIRCULAIRE CONJOINTE No 112010 LE MINISTRE DE L'INTERIEUR ET LE

Plus en détail

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service 1 Leçon 7 Aimer Dieu par l'adoration et le service Introduction Lecture : Apocalypse 4.2-11; 5.11-14 Lorsque nous disons que nous aimons quelqu un, que ce soit notre époux, un membre de la famille ou un

Plus en détail

Quelques outils d aide à l orientation professionnelle

Quelques outils d aide à l orientation professionnelle Quelques outils d aide à l orientation professionnelle IRMR INVENTAIRE DES INTERETS PROFESSIONNELS DE ROTHWELL- MILLER, FORME REVISEE 1993, BERNAUD J.-L. P.PRIOU C est un outil de référence pour l'évaluation

Plus en détail

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre D-5 Loi sur les dépôts et consignations SECTION I DU BUREAU DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS Bureau des

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Les ateliers de mères

Les ateliers de mères Les ateliers de mères Des moments uniques d écoute et d échange de savoir-faire entre mères TABLE DES MATIERES o Pourquoi page 2 o Les parcours page 3 o Quelles spécificités page 4 et 5 o Quels bénéfices

Plus en détail

A N A L Y S E E T E V A L U A T I O N D E S T R A T É G I E S D E C O M M U N I C A T I O N B A N C A I R E

A N A L Y S E E T E V A L U A T I O N D E S T R A T É G I E S D E C O M M U N I C A T I O N B A N C A I R E 1 A N A L Y S E E T E V A L U A T I O N D E S T R A T É G I E S D E C O M M U N I C A T I O N B A N C A I R E E X E M P L E : L ' O P E R A T I O N D E L A N C E M E N T D U S E R V I C E X X X P A R L

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Le projet pédagogique de la FNP

Le projet pédagogique de la FNP Une association, un mouvement, n existe que parce qu il poursuit un objectif. Dans son souci d accompagner les jeunes vers son objectif, le Patro s est défini un projet pédagogique. Celuici présentera

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Fiche Collection Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Une collection de livres concrets et amusants pour se repérer dans le monde des grands. SOMMAIRE Introduction p. 1 Fiche 1 L Europe p. 2 Fiche

Plus en détail

HANDICAP, MILIEU ORDINAIRE ET FORMATION CONTINUE

HANDICAP, MILIEU ORDINAIRE ET FORMATION CONTINUE HANDICAP, MILIEU ORDINAIRE ET FORMATION CONTINUE Joël ROY Cet article relate une action de formation continue en lecture/écriture entreprise par les formateurs de l'i.m.pro. de Palaiseau à destination

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveaux B2/C1 : en bref trouble Thème : quand le cœur tressaille et que naît le Après une entrée dans le film par le titre et la scène

Plus en détail

CIRCULAIRE. : Modification des règles de l'etat fédéral relatives au cannabis Réseaux. Objet

CIRCULAIRE. : Modification des règles de l'etat fédéral relatives au cannabis Réseaux. Objet française, Communauté Bruxelles, le Administration générale de l'enseignement et de la recherche scientifique Direction générale de l'enseignement obligatoire Le Directeur général CIRCULAIRE Objet : Modification

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches.

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches. Oui, mais c'est l œuvre de quelqu'un d'autre 1 «On parle souvent des cinéastes qui, à Hollywood, déforment l œuvre originale. Mon intention est de ne jamais faire cela»¹ «la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation

Plus en détail

mode d emploi facile facile facile

mode d emploi facile facile facile LES SERVICES PREMIÈRE CLASSE ET LES SERVICES DE GESTION DES APPELS mode d emploi facile facile facile AVANT-PROPOS Bienvenue aux Services Première Classe et aux Services de gestion des appels de Sogetel.

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

Avez-vous de la difficulté à garder un emploi et vivre sans inquiétude?

Avez-vous de la difficulté à garder un emploi et vivre sans inquiétude? Avez-vous de la difficulté à garder un emploi et vivre sans inquiétude? Sommaire Avant-propos Les opportunités de la vie se présentent de façon étrange et sans avertissement! Est-ce que l'éducation tue

Plus en détail

LE DROIT DES ÉLÈVES ENCEINTES AU SECRET PROFESSIONNEL, DANS LE CADRE DE LEURS CONSULTATIONS AUPRÈS DU PERSONNEL INFIRMIER OEUVRANT EN MILIEU SCOLAIRE

LE DROIT DES ÉLÈVES ENCEINTES AU SECRET PROFESSIONNEL, DANS LE CADRE DE LEURS CONSULTATIONS AUPRÈS DU PERSONNEL INFIRMIER OEUVRANT EN MILIEU SCOLAIRE Cat. 2.119.5 LE DROIT DES ÉLÈVES ENCEINTES AU SECRET PROFESSIONNEL, DANS LE CADRE DE LEURS CONSULTATIONS AUPRÈS DU PERSONNEL INFIRMIER OEUVRANT EN MILIEU SCOLAIRE Mai 1987 2 Ce document a été préparé suite

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

LA PREVENTION ET VOUS

LA PREVENTION ET VOUS Septembre 2012 LA PREVENTION ET VOUS «LE SURENDETTEMENT ET LA MARGINALISATION : COMMENT VIVRE ET ABORDER LE SURENDETTEMENT AU SEIN DE SON MILIEU FAMILIAL ET SOCIAL» AU DELÀ DE LA DIMENSION ÉCONOMIQUE METTRE

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité.

Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité. Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité. Le projet intitulé «Dire le monde, dire mon monde : émotions

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED isf I965 PROJET DE RAPPORT DU.DEUXIEME COMITE SUR LA CONSULTATION AVEC LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE Note du secrétariat,a la demande

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Le 26 septembre 2011. Le grand sondage 2011 de Royals

COMMUNIQUE DE PRESSE Le 26 septembre 2011. Le grand sondage 2011 de Royals COMMUNIQUE DE PRESSE Le 26 septembre 2011 Le grand sondage 2011 de Royals Les rois peuvent prendre leur retraite! D après un large sondage du magazine Royals auprès de quelque 1000 répondants, les rois

Plus en détail

Radisson BLU Hotel, Toulouse Airport. Le Radisson Blu Hotel, Toulouse Airport

Radisson BLU Hotel, Toulouse Airport. Le Radisson Blu Hotel, Toulouse Airport Radisson BLU Hotel, Toulouse Airport Le Radisson Blu Hotel, Toulouse Airport A 10 minutes du centre ville de Toulouse A 10 minutes du centre ville de Toulouse Radisson BLU Hôtel Découvrez un lieu contemporain

Plus en détail

COREPS Comité régional des professions du spectacle en Poitou-Charentes

COREPS Comité régional des professions du spectacle en Poitou-Charentes COREPS Comité régional des professions du spectacle en Poitou-Charentes Cellule de veille pour l emploi 1 Validé avril 2010 Compte-rendu synthétique de la réunion du groupe de travail Mercredi 10 février

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 2 Jeunesse et sports Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction

Plus en détail

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944)

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) Huit clos est une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre, dont la première représentation a eu lieu en 1944. Le récit se déroule en enfer, il prend ici la forme d

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

LES COMPÉTENCES DONT VOTRE SERVICE CLIENT A BESOIN

LES COMPÉTENCES DONT VOTRE SERVICE CLIENT A BESOIN LES COMPÉTENCES DONT VOTRE SERVICE CLIENT A BESOIN SOMMAIRE Téléphone Support via Ticket et Email Chat 4 6 8 Réseaux Sociaux 10 3 LES COMPÉTENCES DONT VOTRE SERVICE CLIENT A BESOIN De nos jours, le service

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Les tableaux des Sabines dans le temps.

Les tableaux des Sabines dans le temps. Les tableaux des Sabines dans le temps. Giovanni Bazzi - L enlèvement de Sabines, 1520 Nicolas POUSSIN L'enlèvement des Sabines - vers 1637-1638 Pablo Picasso, 1962 Enlèvement des Sabines Écriture du livre

Plus en détail

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision Erziehungsdirektion des Kantons Bern Mittelschul- und Berufsbildungsamt Direction de l'instruction publique du canton de Berne Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle

Plus en détail

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN INTRODUCTION C est autour de l œuvre publicitaire d Auguste POULAIN, né à Pontlevoy, à la Ferme des Bordes en 1825 et fondateur de la chocolaterie de Blois, que nous vous invitons à découvrir les grands

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

TD n o 8 - Domain Name System (DNS)

TD n o 8 - Domain Name System (DNS) IUT Montpellier - Architecture (DU) V. Poupet TD n o 8 - Domain Name System (DNS) Dans ce TD nous allons nous intéresser au fonctionnement du Domain Name System (DNS), puis pour illustrer son fonctionnement,

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

1. Le service Commercial

1. Le service Commercial La fonction Commerciale Sommaire 1. Le service Commercial... 1 2. Les enjeux :... 1 3. La technique de vente :... 2 4. La gestion de la force de vente :... 2 5. Les principales fonctions commerciales :...

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

confiance Amma, l'amour absolu numéro 8 féminin positif inspirant Le rire est la musique de l'âme Le miracle de l'eau

confiance Amma, l'amour absolu numéro 8 féminin positif inspirant Le rire est la musique de l'âme Le miracle de l'eau féminin positif inspirant LE PREMIER MINDSTYLE MAGAZINE numéro 8 En cadeau Paulo Coelho la malle aux trésors de sagesse Guy Corneau BEL : 5,90 - DOM/S : 5,90 - CH : 9,30 FS L 14655-8 - F: 4,95 - RD confiance

Plus en détail

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE Société Nationale Burkinabé d Hydrocarbures La SONABHY, une société de référence: Sécurité et qualité, aujourd hui et demain MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Selon la norme ISO 9001 (Version 2008) Siège social,

Plus en détail

LOI N 83-629 du 12 Juillet 1983

LOI N 83-629 du 12 Juillet 1983 LOI N 83-629 du 12 Juillet 1983 Réglementant les activités privées de surveillance, de gardiennage et de transport de fonds (journal officiel du 13 juillet 1983) L'assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

FICHES D UTILISATION DU LOGICIEL LATIS PRO MENU

FICHES D UTILISATION DU LOGICIEL LATIS PRO MENU FICHES D UTILISATION DU LOGICIEL LATIS PRO MENU A- Comment enregistrer les coordonnées successives d un point en mouvement à partir d une vidéo? Pages 2 et 3 B- Comment réaliser l acquisition d une tension?

Plus en détail

La bientraitance est une culture inspirant les actions individuelles et

La bientraitance est une culture inspirant les actions individuelles et Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles La bientraitance : définition et repères pour la mise en œuvre OBJET Cette recommandation a pour but de traduire la vision de la bientraitance

Plus en détail

1. L accountability dans le droit européen de la protection des données

1. L accountability dans le droit européen de la protection des données Journée d INRIA et de l AFDIT Protection de la vie privée (11/09/2013) Evolution de l accountability dans le droit européen Antoine Fobe CNIL, Affaires européennes et internationales «Accountability» est

Plus en détail

La solitude du Manager

La solitude du Manager Dans le cadre d une enquête en ligne plus large intitulée Système et Pratiques relationnelles dans l entreprise Le département Etudes et Sondage de Human Asset s est intéressé à La solitude du Manager

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR FONCTIONNEMENT DE L ACCUEIL PERISCOLAIRE DES ECOLES MATERNELLE ET ELEMENTAIRE DE NERONDES : SURVEILLANCE DURANT LE TEMPS DE MIDI

REGLEMENT INTERIEUR FONCTIONNEMENT DE L ACCUEIL PERISCOLAIRE DES ECOLES MATERNELLE ET ELEMENTAIRE DE NERONDES : SURVEILLANCE DURANT LE TEMPS DE MIDI REGLEMENT INTERIEUR FONCTIONNEMENT DE L ACCUEIL PERISCOLAIRE DES ECOLES MATERNELLE ET ELEMENTAIRE DE NERONDES : SURVEILLANCE DURANT LE TEMPS DE MIDI (AVANT ET APRES LE REPAS) NOUVELLES ACTIVITES PERISCOLAIRES

Plus en détail

Un souffle de vie. au cœur de la communauté chrétienne

Un souffle de vie. au cœur de la communauté chrétienne Un souffle de vie au cœur de la communauté chrétienne LA CELLULE-JEUNESSE Présentement notre Église a une grande difficulté à rejoindre les adolescentes et adolescents. Cela est un constat et non une démission.

Plus en détail

comme un prince DuRée : 1h30

comme un prince DuRée : 1h30 Musée des arts décoratifs Palais rohan 2, place du château fiche descriptive de la visite avec un médiateur Niveau : du CM1 aux post-bac de 9 à 20 ans et plus La préparation à la visite est indispensable.

Plus en détail

DEVENEZ UN LEADER EFFICACE

DEVENEZ UN LEADER EFFICACE DEVENEZ UN LEADER EFFICACE Bonjour! Bienvenue à l atelier : «Devenez un leader efficace» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés au développement du leadership. Cet

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

La mort d un enfant, c est la perte de l avenir et la perte du passé, d une ancienne vie. C est la rupture, la déchirure presque physique.

La mort d un enfant, c est la perte de l avenir et la perte du passé, d une ancienne vie. C est la rupture, la déchirure presque physique. «La mort de mon Enfant, le courage du deuil au Quotidien» Soirée débat, mardi 05 février 2013, à l Hôtel de Ville. Animée par Mme Katy BONNARD, En partenariat avec l Association Jonathan Pierres Vivantes.

Plus en détail

Fiche pédagogique Le rêve de Dieu

Fiche pédagogique Le rêve de Dieu AUTEUR L archevêque Desmond Tutu a reçu le prix Nobel de la Paix en 1984. Considéré comme la conscience morale de l Afrique du sud, il a contribué à défaire l apartheid avant de se mettre au service de

Plus en détail

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 1. Création d'un état... 2 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 4. Création d'un état avec plusieurs tables... 9 5. Modifier la structure d'un état...11

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

DOMAINE ESTIMATION, GRANDEURS ET MESURES (EGM)

DOMAINE ESTIMATION, GRANDEURS ET MESURES (EGM) DOMAINE ESTIMATION, GRANDEURS ET MESURES (EGM) Le domaine Estimation, Grandeurs et Mesures (EGM) comprend deux ensembles de modules qui correspondent respectivement à ESTIMATION (modules 1a et 1b) et à

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

L'émotion, ciment du souvenir

L'émotion, ciment du souvenir 1 L'émotion, ciment du souvenir Martial VAN der LINDEN et Arnaud D'ARGEMBEAU Chaque souvenir a une saveur : certains sont teintés de joie, d'autres de tristesse, d'autres encore de fierté ou de mépris.

Plus en détail

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre SAMPOL_octobre_2015.indd 27 8.10.2015 8:28:34 UNE PROTECTION SOCIALE POUR TOUT LE MONDE rend malade et la maladie rend pauvre Thomas Rousseau Cher responsable politique d'un pays d'afrique subsaharienne,

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics

Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics Le grand principe gouvernant la matière, déjà évoqué, veut que les marchés publics soient passés avec concurrence. A cette fin, les pouvoirs adjudicateurs

Plus en détail

Objet : demande émanant de l'asbl Recip-e afin de conserver l'autorisation accordée par la délibération RN n 05/2011 (RN-MA-2013-427)

Objet : demande émanant de l'asbl Recip-e afin de conserver l'autorisation accordée par la délibération RN n 05/2011 (RN-MA-2013-427) 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 12/2014 du 19 février 2014 Objet : demande émanant de l'asbl Recip-e afin de conserver l'autorisation accordée par la délibération RN n 05/2011

Plus en détail