Les bureaucrates prennent l'ascenseur, La République monte par l'escalier... AARSE / Avril 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bureaucrates prennent l'ascenseur, La République monte par l'escalier... AARSE / Avril 2015"

Transcription

1 Les bureaucrates prennent l'ascenseur, La République monte par l'escalier... AARSE / Avril 2015

2 Les bureaucrates prennent l'ascenseur, La République monte par l'escalier... 1 Pour les cinéastes de la région PACA et tout le tissu cinématographique qui a voulu «exister» dans cette région, le deuxième mandat de M. Vauzelle aura une caractéristique principale : Aucun bilan, aucun débat public, critique et contradictoire n'aura élaboré, et encore moins évalué, la politique du cinéma mise en œuvre depuis Pendant ce même laps de temps de pseudo «études» ont été distillées par des cabinets privés, sommairement ensuite résumés en «éléments de langage» à destination de responsables politiques et de journalistes peu regardant. Des «expertises» médiatisées et des affirmations péremptoires se sont substituées aux consultations démocratiques et à la pensée collective, dépossédant les citoyens de toute implication dans le processus de décision. Si de telles méthodes avaient une pertinence ou témoignaient de réussite, nous n'aurions qu'à admettre la supériorité de la bureaucratie, des conflits d'intérêt, du lobbying privé, des politiques dessinées à Paris ou Bruxelles imposées ensuite en région... et constater que la démocratie est une coquille vide et futile à solder au grand bazar de la nostalgie des valeurs d'autrefois... Mais la politique menée est un désastre économique, culturel et artistique comme toutes les intrusions du CNC dans les politiques territoriales depuis les années 80 (avant il n'en avait pas... C'était plus simple) et ses instigateurs déploient des efforts considérables pour dissimuler la réalité de leur échec... Ou plutôt : pour dissimuler la réussite de leur «prélèvement» qui voit remonter vers la capitale et ses industries centralisées du cinéma, les budgets publics que les régions devaient consacrer au tissu cinéma du territoire, ses artistes et ses producteurs. Retour sur un désastre politique et culturel qui est aussi un déni de démocratie. Histoire d'une mystification (l'étude 2011). Nul ne peut plus ignorer le chiffre magique sensé résumer à lui seul toute la politique régionale : quand la région consacre 1 au cinéma, elle recevrait près de 18 de retour sur cet investissement. Diable!... On peut lire dans la presse au sujet d'une enquête récente d'escroquerie que selon la police financière, promettre un rendement de 8 pour 1 trahissait une affaire louche... Ce n'est donc pas sans imprudence qu'on se laisse à promettre du 18 pour 1! Voyons ça de plus près. D'où vient ce chiffre? Il est tiré de la première «étude» initiée par le service cinéma de la région ET la chambre de commerce 2 (haut lieu de l'élaboration de politiques culturelles s'il en est). Le chiffre provient plus précisément du résumé, de la synthèse de «l'étude», qui affirme 3 : 1 investi par la région génère : 2,13 de retombées directes et indirectes s'il s'agit d'un court-métrage 3,77 de retombées directes et indirectes s'il s'agit d'un documentaire 4,99 de retombées directes et indirectes s'il s'agit d'un long-métrage 17,47 de retombées directes et indirectes s'il s'agit d'une fiction TV On voit déjà que la fiction TV, seule affublée de ce rendement mirifique, n'étant qu'un pourcentage de l'argent investi (20,5% depuis 2003), la moyenne pour «le cinéma» est très très inférieure à ces 17,47 mythologiques. Mais il justifierait presque les yeux de Chimène que le service cinéma a pour la fiction TV, quelle que soit sa qualité!.. Pourtant allons plus loin... Que dit l'étude complète? que la synthèse distribuée largement ne dit pas. Il faut avouer qu'elle tempère, atténue ou contredit le bel enthousiasme et ne justifie guère les effets de clairon! En fait les précisions méthodologiques transforment rapidement ces affirmations En hypothèses, voir même si on regarde de près... en prévisions tout ce qu'il y a de plus météorologiques. Dans la version complète de 113 pages, les tableaux de chiffres des données régionales sont annotés ainsi : «l'ensemble du 1 Titre plagié! 2 Étude des retombées économiques et touristiques des tournages audiovisuels et cinématographiques en Provence- Alpes-Côtes d'azur. Présenté au public de la région en Avril Mais c'est curieusement l'objet d'une communication désopilante à Ouarzazate (Maroc) en janvier de la même année à l'initiative de la chambre de commerce de Marseille (!?) Cette initiative sous le label Movie Med est présenté sur un site plein d'annonces d'actions à venir mais ne semble pas avoir survécu au delà de C'est le problème avec les prévisions, elle ne se réalisent pas toujours! 3 Chapitre 2 de la synthèse

3 tableau inclus des données prévisionnelles»... Inclus?, ça laisse de la marge de doute sur la précision des sources, qu'en est-il exactement? On dénichera en particulier l'information que «Le CNC a refusé de fournir les comptes de tournage» et que par ailleurs, «pour la période considérée, la constitution d'un dossier de subvention ne prévoit pas de retour des budgets réalisés ou des comptes de film dans leur intégralité»....et l'on comprend alors, effaré, que les sources de cette étude ne se réfèrent à AUCUNE données comptables sérieuses. Les dossiers de subvention étant des prévisionnels (qui plus est destinés à séduire l'institution), au mieux des retours invérifiables de producteurs qui veulent prouver «qu'ils ont joué le jeu», cette étude est donc elle aussi une prévision! Ce qui conduit les «experts» à des remarques honnêtes de ce type (que l'on cherche en vain dans la synthèse) : «En particulier, il ne nous a pas été possible de mesurer de possibles différences entre les retombées directes et indirectes avant et après la mise en place du fond d'aide de la région et celles ne bénéficiant pas de ce soutien. De plus, la taille de l'échantillon ne permet pas de mesurer une éventuelle progression des retombées économiques au cours de la période couverte ( )». Ce qu'un esprit retord peut lire ainsi : les données sources ne permettent pas d'évaluer les effets de la politique régionale d'aide à la création cinématographique... pour une dotation de 2,4 millions d', plus un peu moins de la moitié venue du CNC! Pour une étude à 80000, ça fait cher l'ignorance. Pensez donc : un rendement de 18 pour 1 qui ne laisse pas de trace!? On continue? Page 20 de l'étude complète : «(..) Il n'est pour autant pas possible d'établir un lien direct entre les aides accordées par la région et les dépenses indirectes produites. Néanmoins, il semble que toute décision de la région visant à renforcer son soutien aux longs-métrages et aux séries TV et téléfilms devrait se traduire par de plus fortes retombées économiques directes et indirectes». Pas mal, non? On n'est plus dans la tonitruance là! On sert les fesses au conditionnel plutôt que souffler dans le clairon du présent de l'indicatif... Mais puisque les sous-traitants du CNC qui payent l'étude veulent soutenir des long-métrages et des fictions TV, on va leur écrire que sans doute c'est pas mal, que c'est une bonne idée... Mais on ne peut dire ni pourquoi ni combien!? Ni évidemment, on va étudier d'alternative... Ça une politique!?.. Mais une politique en forme de nappe de brouillard, qui vise à dissimuler un fait essentiel quand aux retombées touristiques (ces fameuses «retombées indirectes» puisque c'est l'objet premier de l'étude) : La première motivation des visiteurs de PACA c'est le soleil et la mer. Les motivations «cinématographiques» y sont négligeables (ce n'est pas faute pourtant d'avoir choisi un panel de sondés pourtant sélectionné au mépris des règles déontologiques). C'est sûrement la seule information fiable au cœur de cet énorme travail! 4 Le présent d'un désastre (l'étude 2014) On a bien compris que ce n'est pas le service cinéma de la région PACA qui «imagine» cette politique. Elle est le fruit des orientations du CNC, favorable à l'industrie du cinéma centralisée en région parisienne, qui utilise l'argent des régions comme certains jouent à l'euromillion! Mais contrairement à l'euromillion, c'est chaque année que les régions de France «passent à la caisse». Et le rendement, pour humble qu'il soit, est connu : 1 (du CNC - argent des prélèvements sur recettes de l'industrie) pour 2 (de la région - argent des impôts)... Mais réel celui-là! Et précieux car multiplié par le nombre de régions. Si la politique cinéma est une politique territoriale c'est d'abord pour le territoire d'île de France! Qui dévoile cette énormité? La deuxième étude diligentée par le service cinéma de la région (en 2014) et les bilans d'activité du service cinéma. Présentée en catimini (les documents n'étaient pas disponibles) devant un public clairsemé d'une trentaine de spectateurs, nul ou presque ne la connaît. C'est dommage. Malgré la volonté de dissimulation évidente, le désastre économique et politique y transparaît. Le bilan artistique (qualitatif) lui, passe à la trappe sous le vocable de «rayonnement». Notion fourre tout difficilement utilisable dans le domaine de la création mais dans laquelle le service cinéma met plein d'espoir transformant la création artistique en vague et juteuse opération de comm. Ce chapitre pourrait commencer par une phrase identique à celle qui clôt le chapitre précédent, appliquée non plus au tourisme, mais aux tournages : «La région PACA dispose d'atouts importants qui la rendent suffisamment attractive pour attirer de nombreux tournages en dehors de toute aide financière» (P22. Chapitre : Une attractivité «naturelle» de la région). La chose est clairement exprimée. Tous les professionnels le savent, mais le tour de force du service cinéma est d'avoir fabriqué et distillé cette mythologie que les aides à la création devaient devenir des aides à l'industrie pour créer dans emplois par la venue des tournages... Et 4 L'analyse critique et polémique de cette «étude» a fait l'objet d'une publication sur le site de film flamme en 2011 sous le titre «le livre des leurres». Merci de vous y référer.

4 que ça fonctionnait! D'où ces «études» qu'aucun débat ne viendra contredire. 5 Rappelons qu'il s'agissait à l'origine «d'aides à la création» (il s'agit toujours de ça d'ailleurs). Et pas des aides à l'économique. C'est l'esprit du vote des élus qui a été détourné au prix de démonstrations tarabiscotées qui ne résistent à aucune étude sérieuse... justifiées par la lutte pour l'emploi, cause nationale s'il en est. Et c'est pourquoi nous parlons de détournement de fond. Car en plus ça ne fonctionne pas! Contrairement à ce qu'aurait été une action de structuration de la dynamique de création territoriale. Car il n'y avait pas d'alternative à ça en fait! Mais ça ne plaisait pas à nos amis de la capitale et des capitaux, qui n'apprécient pas la concurrence. Voyons ce qu'en dit cette nouvelle «expertise» de de la venue des tournages et de l'emploi justement. Prenons les tournages venus de l'étranger : En 2005 PACA était la première région de France pour les tournages étrangers (39%) et à cette époque l'effet des aides de la région ne pouvait guère déjà se faire sentir (c'est bien ça qui encombrait nos experts de 2011). D'autant que PACA est la deuxième région de France pour les tournages étrangers depuis 1998! Mais la proportion des tournages étrangers n'est plus que 21% en 2008 et 17% en Et cela malgré les financements régionaux... Et pour cause! Les films aidés ne représentent que 38% des tournages (officiellement, mais sans doute beaucoup moins selon les propres critères de la région -nous verrons plus loin à expliquer les manipulations et omissions sur les chiffres sources- Dans ce cas le service fournit les chiffres des tournages qu'il connaît, mais les films qui ne passent pas par son guichet ne sont pas tous pris en compte). D'autres chapitres de l'étude interdisent les déclarations triomphalistes (P.25 du bilan de 10 ans de politique cinéma... / Rapport Phases 3&4) : «A partir de 2008, la crise économique et le resserrement des budgets de production touchent de plein fouet le secteur en région, avec plusieurs conséquences : * L'arrivée d'équipes de production parisiennes complètes avec très peu d'emploi local («Un retour en arrière» diront certains), les professionnels en région ont alors de plus en plus de mal à obtenir des postes à responsabilité, ou même à travailler * Une baisse du nombre de jours de tournage pour les productions extérieures * Une baisse du nombre de coproductions en région (uniquement avec France 3 qui utilise majoritairement son personnel) *Une concurrence grandissante des autres régions dans l'accueil des tournages avec des fonds d'aide bien dotés * Une fragilisation générale du tissu économique régionale (sic) avec des difficultés d'emploi de nombreux intermittents.» On peut trouver encore des témoignages de techniciens et comédiens (P.32 du bilan de 10 ans de politique cinéma... / Rapport Phases 3&4) : «Aussi bien les techniciens que les acteurs constatent un ralentissement de leur activité depuis 2008 : moins de postes distribués, des durées de tournages plus courtes, des rémunérations en baisse. ( ) Une autre explique que des productions profitent de la situation pour faire «du chantage à l'emploi». ( ) Enfin une autre explique que de nombreux professionnels intermittents ont changé d'activité, soit par choix, soit contraints (perte de statut).» Vraiment, on ne lit pas ça dans la presse régionale! Pour ceux qui peuvent penser que ces témoignages sont subjectifs ou larmoyants, retour aux chiffres froids en comparant deux statistiques : Évolution des aides moyennes sur 9 ans (page 20 / Rapport Phases 1&2) Aide à la production long-métrage : +137% Aide à la fiction TV : + 171% (celle qui augmente le plus donc!) Aide au CM : +82% (mais baisse considérable du nombre de projets aidés, donc augmentation des budgets) Aide au documentaire : -4,7% (alors même qu'il s'agit déjà des budgets les plus faibles) MAIS... hélas (page 22 / Rapport Phases 1&2) : Tendance à la baisse des tournages de fiction TV depuis : 16,7% en 2011 contre 20,8% en Alors, rappelons-nous, qu'on justifie cette politique par la rentabilité sans égale de cette action 6. MAIS... encore hélas (page 21 / Rapport Phases 3&4) : «Comme l'ensemble des acteurs de la filière, les commissions du film et les BAT observent une baisse 5 Notons qu'en 2014, la contribution critique de l'association des Auteurs et Réalisateurs du Sud-Est n'est en rien mentionnée. 6 Les chiffres sont fondés sur les nombres de jours de tournage. Comme si cette seule phase «résumait» la réalisation d'un film. Le principal intérêt de ce détournement, c'est évidemment d'exclure de l'étude tout le travail de postproduction ou de préparation... Nettement moins favorable aux films «venus de l'extérieur» pour évaluer le produit du travail.

5 des budgets de production qui a conduit à une baisse du nombre de jours de tournage, une partie croissante du travail de production étant réalisé en amont, mais à nombre de jours de tournage constant. Tous les types de tournage sont touchés, y compris les documentaires et les tournages TV. De plus, si le nombre de tournages semble plutôt se maintenir dans la période actuelle, les retombées économiques seraient toutefois en baisse selon les estimations issues des fiches d'évaluation 7 retournées par les productions aidées (une partie seulement des productions en région)» Évidemment, comme dans toute argumentation du service cinéma, la cause des échecs est extérieure (ce qui ne l'empêche pas de s'adresser des satisfecits permanents sur la politique menée!) en l'occurrence la crise économique et le resserrement des budgets... La bureaucratie se nourrit de confort moral. On peut aussi considérer que l'échec identifié par un bilan pourtant fabriqué sur mesure (avec le cahier des charges de l'étude et les données sources fournies par le service, un «comité de suivi» formé par le service sans regard extérieur -même pas un élu!), tient surtout à l'absence de vision de ses auteurs, ou pour ce qui est du CNC, des intérêts réellement servis. Cet échec tient à l'absence de vision du service (les élus de la région pointent aux abonnés absents depuis 2010) car ces perspectives étaient prévisibles. La crise de financement du cinéma, construit sur un modèle suranné et inadapté aux évolutions techniques et artistiques, était prévisible, l'impasse du financement TV était prévisible depuis le développement d'internet mais aussi dès son origine à la fin des années 80 8, le déficit de prise en compte du territoire était patent dans notre région dès 2008 (ou prise en compte à travers des formes archaïques). Cet échec économique et artistique est le résultat d'une erreur stratégique de l'institution leurrée par les paillettes. La réussite absolue de l'échec du CNC dans ce domaine depuis toujours aurait pourtant dû alerter les collectivités territoriales... Allons chercher dans le rapport de 2014 les traces de l'erreur stratégique en question 9. Il faut fouiller un peu, mais tout y est (ou presque). Fouiller entre les chiffres... Surtout quand ils sont faux. Quand la vérité naît des plus purs mensonges. 2 statistiques étranges quant à l'emploi donnent à penser : Evolution des effectifs (page 31 / Rapport Phases 1&2) : «La part des établissements ne disposant d'aucun salarié est en moyenne sur la période de 68%. Celle des établissements de 1 à 2 salariés est en moyenne de 14, 7%» 10 Qu'est-ce que c'est que ces établissements qui n'ont aucun salariés? Près de 70%! Comment vivent-ils? Quelle est leur production? Qui y travaille et comment? Que faire de cette réalité sociale et économique? Que recouvre t-elle? La question ne sera pas posée. On dira qu'elle est un peu contradictoire avec l'embellie de l'emploi annoncé! On dira surtout que la question du tissu audio-visuel régional, dans sa plus importante composante, n'intéresse pas le service cinéma 11. Autres chiffres, pour le coup absolument faux. On se demande même qui a validé de telles fantaisies! Cependant, cela traduit la même indifférence au tissu réel de la région : Évolution des catégories juridiques des établissements audiovisuels entre 2003 et 2012 (page 30 / Rapport Phases 1&2) : «Les associations représentent 8,6% de l'ensemble des établissements considérés en 2012 alors qu'il n'en était recensé aucune en 2003» Alors que la région PACA était déjà en 2003, et reste aujourd'hui, riche d'un réseau associatif d'un dynamisme extrême, le service cinéma considère qu'il n'existait pas (et peut-être même est-il né grâce au système d'aide comme pourrait le laisser entendre la phrase. Alors que c'est l'inverse : la politique menée est parfaitement nuisible aux associations réelles) Peu importe qu'il produise une part importante des films réalisés en PACA : il n'existe pas! Seul le secteur privé serait donc 7 Remarquons au passage qu'en 2014 comme en 2011, on ne parle toujours pas de budget réel de production comme sources de données! On reste dans les documents de complaisance livrés par des producteurs qui veulent entretenir, on les comprend, de bonnes relations avec l'institution. 8 Sans parler des conséquences qualitatives qui livrent la liberté de création aux mains des directions de programmes TV. 9 Sans doute aurait-il fallu inclure dans l'erreur stratégique l'existence des studios de Marseille, mais sauvés par le «miracle» (commercial) de Plus Belle La Vie... Sinon ses promoteurs n'auraient eut qu'à se noyer dans la superbe piscine («Où pourrait se tourner James Bond») qui n'a jamais servi. 10 Nous avions déjà cité cette statistique problématique issue de l'insee lors de notre réponse critique à l'étude de 2011 (Cf «Le livre des leurres»). 11 D'autant que ces structures sont repérées par le code NAF qui est très approximatif et fausse certainement la perception du tissu réel si on ne travaille pas par recoupement de données et de témoignages.

6 porteur de la dynamique du cinéma. Voir même aurait-il créé le secteur associatif (Quoi que, c'est un fait... pour accéder à certains financements, il ne s'en prive pas!). Il est important cependant qu'il n'existe pas pour permettre le racket des fonds publics vers le privé, et de la région vers la capitale. MAIS... Ô miracle des chiffres! Ces associations qui n'existent pas... Sont joyeusement intégrées dans les statistiques quand il s'agit de vanter «la croissance économique régionale dont le fond d'aide a été l'un des moteurs» (on ne dit jamais quels sont les autres moteurs d'ailleurs) Par quel artifice? Les chiffres de l'emploi viennent des données fournies par AUDIENS 12. Or les associations aussi cotisent à AUDIENS! Une partie même des fameux «contrats aidés» est prise en compte par AUDIENS. On en conclura que la dynamique de l'emploi (si elle existe) ne peut se passer du secteur associatif. D'autant que pour l'essentiel l'emploi associatif est un emploi de proximité, fut-il intermittent, alors que pour le secteur privé l'intermittence n'a pas forcément une dimension locale. C'est un des artifices utilisé par l'étude simuler une dynamique... C'est pourquoi on prendra avec des pincettes les chiffres de l'emploi cités ici pour ce qui est des retombées locales. L'absence de croisement des sources en rend l'analyse difficile ou sommaire. Mais on peut se poser une question : pourquoi l'institution ne sollicite pas la DIRECCT pour obtenir une étude approfondie sur l'emploi cinématographique et audio-visuel en PACA? Continuons sur la réussite de leur échec annoncé et ses conséquences. La période a vu un accroissement des déséquilibres territoriaux entre Paris et la région, mais aussi à l'intérieur même de la région. Chiffres de l'étude : Implantation géographique des entreprises de l'audiovisuel entre 2003 et 2012 (page 29 / Rapport Phases 1&2) : Bouches du Rhône : de 40,5% à 44,7% Alpes Maritime : de 29,8% à 26,7% Var : de 13% à 13,3% Htes Alpes : de 4,6% à 3,3% Alpes Htes Provence : de 2,7% à 2% Tiens le Vaucluse a disparu? Donc en dehors des Bouches du Rhône, le nombre d'entreprises audio-visuelles stagne ou régresse. Difficile de comprendre, avec ces chiffres pas folichons quand même, où passe la fameuse dynamique du cinéma!? La raison d'être de l'institution régionale est de réduire les fractures entre territoires?... Raté! Mais dans la conception du service cinéma (et du CNC) cette réduction est simplement impossible. C'est de toute façon le cadet de ses soucis au CNC... Sauf quand il s'agit de considérer les habitants des régions comme des spectateurs... C'est à dire là, encore, comme une source de revenus pour fournir des recettes à l'industrie centrale!... De la salle de cinéma à la formation du consommateur (rebaptisée «pédagogie du cinéma»), les collectivités sont priées de nourrir le monstre en clients. Dans toute la France, toutes les collectivités, en pleine «crise financière» et «resserrement budgétaire» ont financé le passage au numérique ( par salle de cinéma environ!) sans débat public ni évaluation des conséquences (dont la liquidation des dernières industries techniques de laboratoire et de fabrication de caméras! Sans parler de la profession de projectionniste, ou des cinémathèques, ou sans parler de la disparition de la mémoire du cinéma). Unanimité politique! Dans un silence... De mort... Il y a par exemple un lycée technique marseillais qui forme des projectionnistes. En cours d'année 2013 on a réunit les élèves pour leur dire : «Désolé, le métier n'existe plus, réfléchissez à autre chose»... Sur que ça donne envie de réfléchir! A propos des projectionnistes : les statistiques sur l'emploi (Rapport Phases 3&4) intègrent évidemment les salariés des salles de cinéma qui représentent 54% de la masse salariale des permanents... Le poste qui a progressé le plus entre 2000 et A mettre en relation avec les efforts des collectivités territoriales pour financer les salles de cinéma. Ce sont les postes de permanents dont on est certain Qu'ils sont locaux. Les intermittents, eux, peuvent venir de partout, c'est à dire essentiellement de Paris (ou de l'étranger)! Évidemment, dans la stricte logique bureaucratique, du fait de ce sous-équipement des départements en structures de production, on peut imaginer qu'il en sera de même pour les projets de films et les auteurs soutenus. Bingo! (page 12 / Rapport Phases 1&2) : «Il convient de souligner qu'au sein de la région PACA, la quasi-totalité des projets aidés vient du département des Bouches du Rhône et en particulier de la ville de Marseille, reflétant en cela l'origine des projets» Plus précisément le taux de projets régionaux issus des Bouches du Rhône est de 80% et ils représentent 90% des projets régionaux aidés... Un résultat laborieusement obtenu en 9 ou 10 ans de politique territoriale... Et une phrase digne de Pierre Dac! 12 Groupe de protection sociale destiné aux professionnels de la culture, de la communication et des médias.

7 A moins qu'il s'agisse de génétique territoriale? A moins que les cinéastes sont quasi-totalement plus talentueux dans les Bouches du Rhône que partout ailleurs dans la région (c'est ainsi... Fallait pas naître à la montagne!) Et on peut se consoler en pensant qu'ils sont moitié moins talentueux dans les Bouches du Rhône qu'en région parisienne 13. Cela si on a la foi dans la politique menée et dans ce qu'elle construit comme inégalité et comme renoncement! Discrimination territoriale, on continue. Et hop, tranquille Emile! Les festivals. Ventilation des subventions territoriales accordées par la région par département en 2012 (page 49 / Rapport Phases 3&4) : Bouches du Rhône : 54% Alpes Maritime : 36% Var : 1% Htes Alpes : 4% Alpes Htes Provence : 5% Vaucluse : 0% 14 C'est à dire que deux départements sur 6 concentrent 90% des aides aux festivals! Je ne sais pas si les élus des autres départements connaissent ces chiffres!? Mais je serais eux... Car l'élitaire pour tous ça a donné ça : l'élitaire pour les mêmes! Une politique qui regarde du haut vers le bas, ça donne une mauvaise politique cinéma. Pour regarder le cinéma il faut regarder vers le haut! La politique cinéma de la région est à renverser. C'est une impasse. Aparté... Peut-être va t-on faire là un aparté. Quand nous parlons de volonté de dissimulation, il ne faudrait pas croire qu'on fait un procès d'intention... Prenons un exemple récent : Sous le titre «Des cinéastes attaquent les aides de la région au cinéma» une journaliste du site Marsactu a interrogé l'association des Auteurs et Réalisateurs du Sud-Est qui critique le système d'aide et en particulier cette remontée des fonds vers la capitale. S'adressant au service cinéma elle s'est entendu justifier tranquillement l'injustifiable, rapport IDATE (celui de 2014) en main : «Sur ce point, le rapport Idate est plus nuancé que le point de vue des professionnels du cru même s'il reconnaît une quasi-égalité entre les gens de la capitale du Nord et celle du Sud. "Les projets portés par des acteurs de la région PACA sont les plus nombreux à la fois en nombre de dossiers déposés et en nombre de projets soutenus. Rappelons que certaines aides (à l écriture) sont réservées aux porteurs régionaux. Pourtant, le nombre de projets déposés par des porteurs régionaux tend à diminuer sur 2011 et 2012 alors que 2012 est une année record pour le nombre de projets déposés par des porteurs parisiens", précise l'étude. Pour sa défense, le service cinéma de la région évoque une pénurie de créateurs : "Si des producteurs excellents existent sur place pour les documentaires, il y a une pénurie de producteurs en fiction, c'est pour cela que les réalisateurs sont obligés d'entrer dans les réseaux parisiens voire étrangers». Il faut admettre que les journalistes sont de bonnes bêtes! Pas contrariants pour 2 sous. Prenons, pour vérifier l'argument régional, les chiffres du service cinéma pour l'année 2013 (l'année «record» pour les projets parisiens c'est 2012, soyons pas mauvais joueurs), si «le nombre de projet soutenus est équivalent entre sociétés parisiennes et de PACA" est presque vrai... Par contre, si on compare le volume d'argent versé ce n'est plus vrai du tout : en 2013, Total toutes catégories d aides : Producteurs Paris et IdF : Producteurs basés en Paca : * (24%) * dont le film de Woody Allen, Moonlight, coproduit par Firstep (Nice) et par Dipper Mouth, Perdido Productions, Ske-Dat-De-Dat productions... Et la seule société de PACA qui reçoit une aide pour un long-métrage serait donc productrice... d'un Woody Allen! (Un jeune cinéaste «issu de la diversité» qui rame pour faire son premier film)... Il est flagrant que parler en «nombre de projets» relève d'une duplicité certaine. Ce que perçoivent réellement cette année là les sociétés de la région ce sont les aides au développement, au docu, au court... de façon pas trop déséquilibré avec les sociétés parisiennes, mais ce sont des budgets dérisoires! Ce qui va revenir in fine aux techniciens, cinéastes, producteurs de la région en 2013, c'est peanuts! Quant au cynique et stupide «déficit de créateurs»... Ben c'est un peu comme le rattrapage du déséquilibre territorial Ce que confirme un titre de paragraphe qui affirme que la politique menée en terme d'aide à l'écriture n'a pas permis de faire émerger de talents... Ce qui ne condamne pas la politique évidemment, mais les crétins qui peuplent cette région! Trouver une telle sottise dans un document de la région laisse perplexe. 14 Il y a un défaut dans le graphique de l'étude mais il semble que ce soit les chiffres affectés aux départements.

8 C'est juste raté encore une fois! La totalité de la politique du cinéma est un parfait ratage. D'une «Analyse qualitative» Bien des chapitres seraient encore à décortiquer pour faire entendre le son creux de cette politique. Toutefois le plus inconsistant s'intitule «Analyse qualitative». Ici pas ou peu de chiffres. Des «points de vue recueillis auprès de professionnels rencontrés pendant la phase 3 de la mission». Inattaquable en ce qu'il s'agit d'un ramassis «d'opinions» qui valent ce que valent les discussions au café du commerce. Mais révélateur de cette démarche bureaucratique effrayée par le débat public, impuissante devant la contradiction, tétanisée par l'action collective et toute dynamique qui ne soit feutrée et bercée par le doux son des souffleries d'ordinateur ou de climatiseurs et rythmée par des percolateurs de couloir... Et se réfugie dans un entre soi de bon aloi. Là des phrases du genre : «Si certains points font l'unanimité parmi les personnes rencontrées, d'autres apparaissent beaucoup plus discutés, soit ne suscite l'intérêt que d'un petit nombre de personnes». Étonnant, non? Et ça continue dans le genre, certains sont pour et d'autres sont contre... Sans que quelque idée nouvelle ne vienne mettre en péril l'édifice qui permet dans ce rapport de consacrer plus de 6 mentions à l'éloge du service cinéma et de sa chef! Aussi le plus étonnant ce n'est pas le contenu qui correspond peu ou prou, aux desiderata du service cinéma... C'est le panel constitué pour nourrir ce chapitre, qui apparaît de loin en loin comme une sorte de sondage, permettant de dégager ici une majorité, là de repérer un point de vue extrême mais (Dieu merci!) minoritaire... Donc ce panel, qui n'est pas sans rappeler la constitution des commissions qui officient en totale opacité pour la sélection des dossiers d'aide à la création cinéma, est constitué ainsi : 2 réalisateurs 2 comédiens 6 producteurs 3 représentants du même festival, le FID Marseille (?) 1 prestataire de service Et 22 salariés d'institutions diverses! Qu'on entende bien... Il ne s'agit pas là de nier l'intérêt que peut avoir l'accueil de tournage, il s'agit de relever que cette action doit se distinguer radicalement de l'aide à la création, du travail pédagogique négligé, de l'équilibre territorial et social qui doit permettre aux jeunes de cette région, comme aux cinéastes et techniciens qui y vivent de bénéficier d'un soutien indispensable pour compenser un minimum, le déséquilibre structurel de la production cinématographique et son hyper concentration parisienne, objectif parfaitement oublié de politiques menées. Pour les auteurs, il s'agit de refuser le rouleau compresseur de l'industrie du divertissement qui agit à Marseille comme dans une réserve d'indiens, au mépris de sa population, de ses créateurs et tout autant des producteurs qui essayent contre vent et marée d'exister avec le même acharnement que Pagnol ou Allio avaient pu en mettre en leur temps. Depuis lors, pour le cinéma en PACA, rien n'a changé. Et l'échec est là. Marseille le 15 avril 2015

9 ANNEXE Aides au Cinéma et à l Audiovisuel 2013 Conseil Régional Paca Total toutes catégories d aides : Producteur Paris et IdF : Producteur basés en Paca : * (24%) * dont le film de Woody Allen, Moonlight, coproduit par Firstep (Nice) et par DipperMouth, Perdido Productions, Ske- Dat-De-Dat productions Production Long Métrage : Producteur Paris et IdF : = Producteur Paca : (10%) * * le film de Woody Allen, Moonlight, produit par Firstep (Nice)!!) Production CM : Producteur Paris et IdF : Producteur Paca : (21%) Production Documentaire : Producteur Documentaire Paris et IdF : Producteur Documentaire Paca : (57%) Producteur Documentaire Corse : Producteur Documentaire Lyon : Production Fiction TV : Producteur Fiction TV Paris et IdF : Producteur Fiction TV Paca : ( 25%) Production Films d Animation : Producteur Film d animation Paris et IdF : Producteur Film d Animation Paca : 0 (0%) Aides au Développement toutes catégories : Producteur Dvlpt Paris et IdF : Producteur Dvlpt Paca : (82%) Aides à l Ecriture toutes categories : * *toutes catégories confondues et attribuées, pour la plupart, à des auteurs estampillés Paca Autres aides, toutes attribuées à des Producteurs Paca : Aide au Développement Groupé : Aide au Développement de projets «Nouveaux Medias» :

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

ETUDE DES RETOMBEES ECONOMIQUES ET TOURISTIQUES DES TOURNAGES AUDIOVISUELS ET CINEMATOGRAPHIQUES EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR.

ETUDE DES RETOMBEES ECONOMIQUES ET TOURISTIQUES DES TOURNAGES AUDIOVISUELS ET CINEMATOGRAPHIQUES EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. ETUDE DES RETOMBEES ECONOMIQUES ET TOURISTIQUES DES TOURNAGES AUDIOVISUELS ET CINEMATOGRAPHIQUES EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR Synthèse Comité de pilotage de l étude Cabinet IDATE Florence Leborgne Sophie

Plus en détail

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES (1 er janvier 2015) Depuis 1991 et la création du Centre Européen

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Demande de soutien sélectif

Demande de soutien sélectif SÉRIE TV D ANIMATION OU SPÉCIAL TV Soutien au développement Dossier 2016 Version octobre 2015 Demande de soutien sélectif Vous trouverez dans ce document le règlement du soutien sélectif de Ciclic au développement

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION 1 Sommaire Le contexte.. p.3 Pourquoi un diagnostic p.3 Rétroplanning.. p.3 Caractéristiques des répondants p.4 L adresse e-mail. P.5 La Google adresse.

Plus en détail

Fictions TV françaises

Fictions TV françaises Fictions TV françaises REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES TOURNAGES EN 2012 Note méthodologique : Productions concernées : Unitaires et séries TV français (COSIP, ou productions françaises ayant au moins une

Plus en détail

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 )

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 ) MissionCréationetInternet RéponsesdelaCSDEM (ChambreSyndicaledel Editionmusicale, représentantplusde80entrepriseset80%dumarché 1 ) Préambule:leséditeursdemusiquetiennentàrappelerleurprofondattachementaudroitexclusif

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS)

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Enquête exclusive ESSEC/CSA Janvier 2010 Tous droits réservés Essec. Toute reprise doit être accompagnée de la mention : "Les jeunes internautes et l

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans le 9 avril, dans le 11 avril et diffusé sur LEVEE D EMBARGO LE 9 AVRIL 8H Rappel méthodologique

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015 LesFurets.com Etude réalisée par pour Publiée le 13 octobre 2015 Levée d embargo immédiate Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 10 et 11

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE Qui êtes-vous? Chaque année l'a.b.f. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

L'indicateur du "Climat de Confiance" des membres du Boss Club de Mars 2013. Résultats synthétiques Mars 2013

L'indicateur du Climat de Confiance des membres du Boss Club de Mars 2013. Résultats synthétiques Mars 2013 L'indicateur du "Climat de Confiance" des membres du Boss Club de Mars 2013 Résultats synthétiques Mars 2013 1. Contexte, méthode et présentation générale 2 1. Présentation de la démarche La démarche STRADEIS

Plus en détail

Comptabilité appliquée à l officine

Comptabilité appliquée à l officine Comptabilité appliquée à l officine I. Le compte de résultat spécifique Rappel ; qu est ce qu un compte de résultat? Il sert à analyser le résultat de l activité : PRODUIT 7. CHARGES 6. = résultat Il sert

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Synthèse du Baromètre 2015 BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises Reflet d une société en mutation Le projet de loi pour la croissance et l activité du Ministre

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

Etude des retombées économiques et touristiques des tournages audiovisuels et cinématographiques en Provence-Alpes- Côte d Azur

Etude des retombées économiques et touristiques des tournages audiovisuels et cinématographiques en Provence-Alpes- Côte d Azur Etude des retombées économiques et touristiques des tournages audiovisuels et cinématographiques en Provence-Alpes- Côte d Azur Synthèse Contacts IDATE Florence Le Borgne Sophie Girieud 04 67 14 44 43

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMA/AUDIOVISUEL

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMA/AUDIOVISUEL Délibération n 12/02.495 du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon du 12 octobre 2012 Délibération n 14/02.250 du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon du 27 juin 2014 REGLEMENT DU FONDS REGIONAL

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

Indicateurs de l'emploi dans le spectacle vivant. en région Provence- Alpes- Côte d'azur

Indicateurs de l'emploi dans le spectacle vivant. en région Provence- Alpes- Côte d'azur Indicateurs de l'emploi dans le spectacle vivant en région Provence- Alpes- Côte d'azur Sources 2010, 2011, 2012 Approche territoriale des données de l'emploi culturel : employeurs & salariés en région

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Tableau de bord interrégional de la construction

Tableau de bord interrégional de la construction Tableau de bord interrégional de la construction Cette étude a été réalisée pour le bureau de l'analyse des secteurs professionnels du MEEDDM par le réseau des Cellules Economiques Régionales de la Construction.

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Les objectifs Ce fonds a pour objectifs de soutenir l écriture, le développement et la production d œuvres produites

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature PROJET : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : Ce document est un exemple de plan d affaires professionnel. Vous êtes libre de vous en inspirer ou d en choisir un autre

Plus en détail

Multimédia et intermittents du spectacle Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia

Multimédia et intermittents du spectacle Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia 2003 Agence Française pour le Jeu Vidéo afjv.com Reproduction autorisée avec mention «Source : Agence Française

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Fiche technique Sondage réalisé pour : MALONGO Dates de réalisation : Les 22 et 23 mars 2006 Échantillon national de 1000 personnes, représentatif

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015

Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015 Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 9 juillet 2015 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Réalisée quotidiennement par la CCI de Quimper Cornouaille, la revue de presse a pour objectif de présenter l essentiel de l actualité économique

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL I Exemple d introduction Deux châteaux d'eau alimentent 3 villes à travers un réseau de canalisations au sein duquel se trouvent également des stations de pompage. Les châteaux

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

04/05/2014. L étude de marché

04/05/2014. L étude de marché L étude de marché Définition l étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché. (Environnement, offre, demande, ) Son

Plus en détail

SYNDICAT DES INDÉPENDANTS PRÉSIDENTIELLE 2012. SDI 266 Av de la Californie 6ème Etage 06200 NICE Tél : 04.92.29.85.90 Fax : 04.92.29.04.

SYNDICAT DES INDÉPENDANTS PRÉSIDENTIELLE 2012. SDI 266 Av de la Californie 6ème Etage 06200 NICE Tél : 04.92.29.85.90 Fax : 04.92.29.04. www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux PANORAMA DES TPE PRÉSIDENTIELLE 2012 Enquête

Plus en détail

Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier Cedex 5 Ligne directe : 04 67 14 44 39 PERSONNE AYANT REMPLI LE QUESTIONNAIRE

Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier Cedex 5 Ligne directe : 04 67 14 44 39 PERSONNE AYANT REMPLI LE QUESTIONNAIRE Merci de bien vouloir renvoyer ce questionnaire une fois rempli, de préférence avant le 31/10/2001, soit par courrier soit par fax à : Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT 2 ème semestre 2013

ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT 2 ème semestre 2013 ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT 2 ème semestre 2013 En partenariat avec IT-PARTNERS VOTRE SOCIETE 1. Quelle est la taille de votre entreprise? 0 ou 1 salarié 54 %

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-10-20-50-20151014 DGFIP IR - Réduction d'impôt au titre des

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

RESPONSABLE MARKETING

RESPONSABLE MARKETING LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : ÉCONOMIE - GESTION - FINANCE RESPONSABLE MARKETING Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 35 s L'enseignement de découverte professionnelle

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits par Henri-Edouard Audier Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits Résumé Il ressort d un document récent du ministère sur le Crédit d impôt recherche (CIR) : (i) que celui-ci

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

BULLETIN D ADHÉSION JE, SOUSSIGNÉ... demande l admission de la Société... ...

BULLETIN D ADHÉSION JE, SOUSSIGNÉ... demande l admission de la Société... ... BULLETIN D ADHÉSION JE, SOUSSIGNÉ...... Président, Directeur Général, Gérant ou Responsable de la production i demande l admission de la Société............ à l en qualité de [ ] PRODUCTEUR ADHÉRENT [

Plus en détail

3.3.2. La concurrence monopolistique 1

3.3.2. La concurrence monopolistique 1 3.3.2. La concurrence monopolistique 1 La concurrence monopolistique offre l'avantage d'expliquer simultanément les trois faits majeurs des échanges contemporains. Elle explique l'apparition d'un commerce

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

Les services publics de l'emploi et les employeurs - Un partenariat essentiel et pourtant difficile

Les services publics de l'emploi et les employeurs - Un partenariat essentiel et pourtant difficile Miguel Peromingo Association Mondiale des Services d Emploi Publics Les services publics de l'emploi et les employeurs - Un partenariat essentiel et pourtant difficile Lorsque l'organisation internationale

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Au sens du règlement CE 364/2004 du 25 février 2004, on entend par PME, l'entité économique:

Au sens du règlement CE 364/2004 du 25 février 2004, on entend par PME, l'entité économique: Prime e-business Faqs Qu'entend-on par PME? Au sens du règlement CE 364/2004 du 25 février 2004, on entend par PME, l'entité économique: dont l'effectif d'emploi est inférieur à 250 personnes; dont: soit

Plus en détail

Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels?

Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels? Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels? Novembre 2003 DEXIA Françoise LEFEBVRE / Marie-Anne DELOEIL Contacts TNS Sofres : Département Communication

Plus en détail