DROIT CIVIL - LES PERSONNES CHAPITRE 3 IDENTIFICATION SECTION 2. LE NOM

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DROIT CIVIL - LES PERSONNES CHAPITRE 3 IDENTIFICATION SECTION 2. LE NOM"

Transcription

1 DROIT CIVIL - LES PERSONNES CHAPITRE 3 IDENTIFICATION SECTION 2. LE NOM Fatou Kiné CAMARA Docteure d Etat en Droit Chargée d enseignement FSJP/UCAD 2010/2011

2 LES PERSONNES CHAPITRE 3. L IDENTIFICATION DE LA PERSONNE SECTION 1. LE NOM SECTION 2. LE DOMICILE SECTION 3. LA NATIONALITÉ 2

3 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile A- Intérêt de la détermination du domicile B- Caractères du domicile II. Détermination du domicile A- Le domicile volontaire B- Le domicile légal 3

4 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE Le domicile est le lieu où la personne est fictivement localisée dans l espace. «Fictivement» parce qu il se peut que la personne ne s y trouve pas réellement mais le domicile d une personne n est pas affecté par ses déplacements. 4

5 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE Le domicile est le point d ancrage juridique de la personne, son siège légal. Les intérêts attachés à la notion du domicile (A) justifient les caractères du domicile (B). 5

6 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile A- Intérêt de la notion de domicile En matière civile, les actions personnelles et les actions mobilières sont de la compétence du tribunal dans le ressort duquel se trouve le domicile du défendeur, (actor sequitur forum rei). Les significations d huissier doivent se faire à personne et à défaut à domicile. L acte régulièrement signifié à domicile est censé avoir touché son destinataire. 6

7 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE I. INTÉRÊT ET CARACTÈRES DU DOMICILE B- Caractères du domicile Le domicile est obligatoire, fixe et unique. 1) Le domicile est obligatoire Toute personne a nécessairement un domicile. Dans les cas où il est difficile, voire impossible à déterminer, la résidence en tiendra lieu. 7

8 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES I. Intérêt et caractères du domicile B- Caractères du domicile SECTION 2. LE DOMICILE Article 14 CF Domicile ou résidence inconnue Si le domicile ne peut être déterminé, la résidence actuelle en produira les effets. A défaut de résidence l habitation en tiendra lieu. 8

9 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES 2) Le domicile est fixe SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- Caractères du domicile Le domicile est fixe en ce sens qu il demeure le même malgré les déplacements de la personne, malgré les séjours plus ou moins longs qu elle peut faire dans un autre lieu. 9

10 2) Fixité CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- Caractères du domicile C est la fixité du domicile qui distingue cette notion de celle de résidence ou d habitation. La résidence est le lieu où une personne vit de façon permanente. L habitation est l endroit où se trouve une personne même momentanément. 10

11 SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- CARACTÈRES DU DOMICILE 2) FIXITÉ Le changement de résidence ou d habitation s opère chaque fois qu une personne quitte le lieu où elle est installée pour un autre. Le changement de résidence ou d habitation n entraîne pas nécessairement un changement de domicile. 11

12 SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- CARACTÈRES DU DOMICILE 3) Unicité L unité du domicile découle de sa définition. Le domicile est le lieu du principal établissement (art.12 CF). Ainsi, si une personne peut avoir plusieurs établissements, un seul pourra être qualifié de principal. 12

13 SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- CARACTÈRES DU DOMICILE 3) UNICITÉ LES EXCEPTIONS (DOMICILE PROFESSIONNEL ET DOMICILE ÉLU) Le domicile professionnel Article 12 al. 1 er CF La personne est domiciliée au lieu de son principal établissement et, pour son activité professionnelle, au lieu où elle exerce celle-ci. 13

14 SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- CARACTÈRES DU DOMICILE 3) UNICITÉ LES EXCEPTIONS Le domicile professionnel La distinction entre le domicile civil et le domicile professionnel facilite les recherches relatives à la détermination du domicile pour les affaires qui relèvent de l activité professionnelle. 14

15 SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- CARACTÈRES DU DOMICILE 3) UNICITÉ LES EXCEPTIONS LE DOMICILE ÉLU Article 15 CF Election de domicile : Pour une affaire ou activité déterminée les parties peuvent convenir d un lieu qui produira les effets du domicile ou seulement certains d entre eux. 15

16 SECTION 2. LE DOMICILE I. Intérêt et caractères du domicile B- CARACTÈRES DU DOMICILE 3) UNICITÉ LES EXCEPTIONS LE DOMICILE ÉLU Le domicile élu est un domicile spécial, purement fictif et temporaire. C est un domicile spécial parce qu il ne vaut que pour une opération juridique déterminée (ex. : l exécution d un acte ou d un jugement). C est un domicile fictif parce qu aucun élément de localisation matérielle n est nécessaire pour sa détermination. 16

17 B- CARACTÈRES DU DOMICILE 3) UNICITÉ LES EXCEPTIONS LE DOMICILE ÉLU La localisation du domicile élu dépend uniquement de la volonté de l intéressé, sauf dans les cas où la loi impose de faire élection de domicile dans un lieu qu elle indique. 17

18 B- CARACTÈRES DU DOMICILE 3) UNICITÉ LES EXCEPTIONS LE DOMICILE ÉLU C est un domicile temporaire : une fois terminée l opération à propos de laquelle l élection de domicile a eu lieu (exécution du contrat, procès, ), l élection de domicile cesse de produire effet. 18

19 II. La détermination du domicile CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE En principe le domicile est volontaire (A), toutefois il est fixé à titre exceptionnel de manière impérative, c est le domicile légal (B). A- Le domicile volontaire Il est déterminé en fonction d un double critère : le lieu, indice objectif (1) la volonté de l intéressé de faire de ce lieu son principal établissement, critère subjectif (2). 19

20 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE A- Le domicile volontaire 1) L indice matériel : l établissement L établissement correspond à une installation stable et durable. L intention d une personne de situer son domicile en un lieu précis doit être corroborée par une telle installation. 20

21 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE A- Le domicile volontaire 2) L élément intentionnel : le principal établissement L intention est manifestée de façon expresse par une déclaration de changement de domicile. A l occasion d un changement d adresse ou d un déménagement on notifie aux autorités compétentes que ce changement correspond à un changement de domicile au sens légal. 21

22 II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE A- LE DOMICILE VOLONTAIRE 2) L ÉLÉMENT INTENTIONNEL : LE PRINCIPAL ÉTABLISSEMENT L intention de faire d un lieu son principal établissement est manifestée de façon tacite par l accomplissement en ce lieu d actes juridiques ou de formalités administratives tels que : l inscription sur des listes électorales, le paiement des impôts, la réception du courrier, le lieu de résidence des enfants dont on a la garde. Le lieu où se trouvent les attaches familiales le siège des intérêts économiques 22

23 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- Le domicile Légal (article 13 CF) Le domicile légal correspond à une localisation autoritaire de la personne par le législateur. «Autoritaire» signifie qu aucune part n est laissée à la volonté de l intéressé dans la détermination de son domicile. Tel est le cas : des incapables (1) de la femme mariée (2). 23

24 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 1) Le domicile des incapables les mineurs non émancipés et les majeurs en tutelle sont domiciliés chez la personne qui exerce le droit de garde ou leur tuteur. Article 13 CF fixation légale du domicile Sont domiciliés : 1 ) Le mineur non émancipé chez la personne qui exerce sur lui le droit de garde. 2 ) Le majeur en tutelle chez son tuteur. 24

25 CHAP.3 L IDENTIFICATION DES PERSONNES SECTION 2. LE DOMICILE II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 2) Le domicile de la femme mariée Jusqu à son abrogation par la loi n du 17 janvier 1989, l article ) du code de la Famille domiciliait : «La femme mariée au domicile de son mari ou dans la demeure qui lui a été fixée par celui-ci, sauf autorisation judiciaire de domicile séparé.» Toutefois, cette abrogation n a rien changé car l article 153 CF a été maintenu. 25

26 II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 2) Le domicile de la femme mariée L article 153 CF donne au mari le droit exclusif de choisir la résidence du ménage (le domicile conjugal). Il fait obligation à la femme d habiter en ce lieu, sauf autorisation judiciaire de domicile séparé. Ainsi, le principal établissement de la femme mariée sera obligatoirement le domicile conjugal, sauf autorisation maritale ou judiciaire de résidence séparée. 26

27 II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 2) LE DOMICILE DE LA FEMME MARIÉE Article 153 CF - Résidence du ménage Le choix de la résidence du ménage appartient au mari; la femme est tenue d y habiter avec lui et il est tenu de l y recevoir. Lorsque la résidence fixée par le mari présente pour la famille des dangers d ordre physique ou d ordre moral, la femme peut, par exception, être autorisée à avoir pour elle et ses enfants un autre domicile fixé par le juge de paix. 27

28 II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 2) Le domicile de la femme mariée En ôtant à la femme mariée le droit de choisir son domicile conjugal, l article 153 du Code de la Famille contrevient aux dispositions de la Constitution, ainsi qu aux dispositions des conventions relatives aux droits des femmes intégrées dans la Constitution. L article 153 est un article inconstitutionnel. 28

29 II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 2) Le domicile de la femme mariée Constitution du Sénégal, article 7 alinéa 4 Tous les êtres humains sont égaux devant la loi. Les hommes et les femmes sont égaux en droit. 29

30 II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 2) Le domicile de la femme mariée Protocole à la Charte Africaine des Droits de l Homme et des Peuples relatif aux droits de la famme, Article 6 - Mariage Les États veillent à ce que l homme et la femme jouissent de droits égaux et soient considérés comme des partenaires égaux dans le mariage. A cet égard, les États adoptent les mesures législatives appropriées pour garantir que : ( ) e) les deux époux choisissent, d un commun accord, leur régime matrimonial et leur lieu de résidence. 30

31 II. LA DÉTERMINATION DU DOMICILE B- LE DOMICILE LÉGAL 2) LE DOMICILE DE LA FEMME MARIÉE Article 5 Convention sur l élimination de toutes les formes de discriminations à l égard des femmes Les États parties prennent toutes les mesures appropriées pour : a) Modifier les schémas et modèles de comportement socioculturel de l'homme et de la femme en vue de parvenir à l'élimination des préjugés et des pratiques coutumières, ou de tout autre type, qui sont fondés sur l'idée de l'infériorité ou de la supériorité de l'un ou l'autre sexe ou d'un rôle stéréotypé des hommes et des femmes ; ( ) 31

32 CHAPITRE 3. L IDENTIFICATION DE LA PERSONNE SECTION 3 LA NATIONALITÉ Merci d envoyer vos questions et observations à l adresse suivante

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Art. 492 et suivants du Code Civil Maître Sandrine Valvekens: Avocat au Barreau de Bruxelles Création d un statut unique pour toutes les personnes

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 6 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention bilatérale MAROC Textes de référence : - Le code de statut personnel et des successions ou Moudawana du 18 décembre 1957. - Loi

Plus en détail

"Mariage et cohabitation (hétéro/homo) dans un contexte international"

Mariage et cohabitation (hétéro/homo) dans un contexte international "Mariage et cohabitation (hétéro/homo) dans un contexte international" QUELQUES CHIFFRES En France entre 2001 et 2011 le nombre de mariage est passé de 295 720 à 241 000 alors que celui des Pacs est passé

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

Le domicile d aide sociale (résumé de la législation et de la jurisprudence)

Le domicile d aide sociale (résumé de la législation et de la jurisprudence) Direction de la santé et des affaires sociales Direktion für Gesundheit und Soziales Service de l action sociale Kantonales Sozialamt CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Route des Cliniques 17 Case postale

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

Licenciement économique

Licenciement économique Licenciement économique Définition légale Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié résultant

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION SUR LE PACS

NOTICE D INFORMATION SUR LE PACS COUR D APPEL DE VERSAILLES TRIBUNAL D INSTANCE DE BOULOGNE-BILLANCOURT NOTICE D INFORMATION SUR LE PACS Le PACS est un contrat passé entre deux personnes majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour

Plus en détail

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS La loi du 2195 ADP du 16 MAI 1995 LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS L ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE Vu la Constitution Vu la résolution n 01/ADP

Plus en détail

CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION

CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION Préambule La médiation est un processus structuré par lequel deux ou plusieurs parties tentent de parvenir à un accord négocié

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

Copyright Nations Unies 2005

Copyright Nations Unies 2005 PROJET D ARTICLES SUR LE STATUT DU COURRIER DIPLOMATIQUE ET DE LA VALISE DIPLOMATIQUE NON ACCOMPAGNÉE PAR UN COURRIER DIPLOMATIQUE ET PROJETS DE PROTOCOLES FACULTATIFS Y RELATIFS 1989 Texte adopté par

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015.

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015. Tribunal fédéral 5A_46/2015 Newsletter septembre 2015 II ème Cour de droit civil Arrêt du 26 mai 2015 (f) Garde des enfants, entretien, revenu Résumé et analyse hypothétique Proposition de citation : Olivier

Plus en détail

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles Transmettre Transmettre La rédaction d un testament permet d organiser sa succession en décidant soi-même qui va hériter et de quoi. Il est ainsi possible d attribuer un bien particulier

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :...

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :... MANDAT «EXPERT» NON EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex: une somme d argent). Au Luxembourg, il 2 types de saisies de meubles incorporels. (I) -arrêt de droit

Plus en détail

Table des matières. 1. Un guide utile à l intention de toutes les travailleuses enceintes...3. 2. Le retrait préventif...3. 3. Le suivi médical...

Table des matières. 1. Un guide utile à l intention de toutes les travailleuses enceintes...3. 2. Le retrait préventif...3. 3. Le suivi médical... Table des matières 1. Un guide utile à l intention de toutes les travailleuses enceintes................3 2. Le retrait préventif...............................................3 2.1 De la travailleuse

Plus en détail

MODELE DE REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE

MODELE DE REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE FEDERATION FRANCAISE DE KARATE ET DISCIPLINES ASSOCIEES Porte d Orléans - 39 rue Barbès 92120 MONTROUGE MODELE DE REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE TITRE I ORGANES CENTRAUX DE LA LIGUE CHAPITRE I L ASSEMBLEE

Plus en détail

1/6. N au registre des mandats N ENTRE LES SOUSSIGNES

1/6. N au registre des mandats N ENTRE LES SOUSSIGNES MANDAT «GEOMETRE-EXPERT» EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

Activité réservée 3.6.5

Activité réservée 3.6.5 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines : la personne au premier plan Évaluer une personne dans le cadre d une décision du Directeur de la protection de la

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

La protection juridique du jeune majeur

La protection juridique du jeune majeur La protection juridique du jeune majeur Alexandra GREVIN Avocat à la Cour PARIS Journées D étude CRAIF, 7 Et 8 Mars 2014 Choix difficile, lourd. Mon objectif, aujourd hui : Vous informer, vous donner des

Plus en détail

Statuts de Givaudan SA

Statuts de Givaudan SA Statuts de Givaudan SA Avril 2013 TABLE DES MATIÈRES Section 1 Raison Sociale, Siege et But... 3 Section 2 Capital... 4 Section 3 Organisation... 7 Section 4 Etablissement des Comptes et Emploi du Bénéfice...

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

CERTIFICAT DE CONFORMITÉ

CERTIFICAT DE CONFORMITÉ CERTIFICAT DE CONFORMITÉ Le présent certificat atteste que l Office municipal d habitation de conformité avec les exigences du Règlement sur l attribution des logements à loyer modique. a adopté les résolutions

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

10900, rue des Montagnards Beaupré (QC) G0A 1E0 Tél : 418-827-4193 Fax : 418-827-6856. Règlements Généraux

10900, rue des Montagnards Beaupré (QC) G0A 1E0 Tél : 418-827-4193 Fax : 418-827-6856. Règlements Généraux CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA PELUCHE 10900, rue des Montagnards Beaupré (QC) G0A 1E0 Tél : 418-827-4193 Fax : 418-827-6856 Règlements Généraux Adoptés par le conseil d administration du 17 janvier 2013

Plus en détail

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1 LEXIQUE Ab intestat En l absence de testament. Les biens constituant la succession sont répartis entre les héritiers suivant les règles légales. Abattement Part de la valeur des biens imposables non soumise

Plus en détail

Numéro du rôle : 3444. Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3444. Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3444 Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 299, 300 et 1429 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de regroupement familial opposé à un ressortissant algérien bénéficiaire de l Allocation aux adultes

Plus en détail

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs Fiche 8. DROITS DES ENFANTS Droits des enfants Les principes énoncés dans le cadre international des droits de l'homme s'appliquent à la fois aux enfants et aux adultes. Les enfants sont explicitement

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières"

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré Les Grandes Hières Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières" Entre d'une part, le Département des Vosges, 8 rue

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable Avril 2014

La lettre de votre Expert-comptable Avril 2014 CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Avril 2014 Au sommaire : SOCIAL - Le salarié et la gestion des mails - Jours fériés FISCALITE - Exonération

Plus en détail

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE LA PROCÉDURE PRUD HOMALE Le conseil de Prud hommes est compétent pour juger des litiges nés à l occasion du contrat de travail. La procédure comprend deux phases distinctes : la tentative de conciliation

Plus en détail

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier?

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? 49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? Toute personne majeure et capable (aussi depuis peu certaines personnes sous statut d administration provisoire dans certaines conditions)

Plus en détail

CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION

CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION Commentaires du modèle de l Ordre national des infirmiers Rappel : La liberté contractuelle est un principe

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

République d Haïti. Corps Législatif. Loi sur la Paternité, la Maternité et la Filiation

République d Haïti. Corps Législatif. Loi sur la Paternité, la Maternité et la Filiation République d Haïti Corps Législatif Loi sur la Paternité, la Maternité et la Filiation Vu les articles 136, 259, 260, 261 de la Constitution haïtienne; Vu la Convention relative aux droits de l enfant

Plus en détail

La publicité des enquêtes publiques par affichage

La publicité des enquêtes publiques par affichage Pour une meilleure enquête publique La publicité des enquêtes publiques par affichage Edmond Chaussebourg, coordonnateur des secteurs techniques L affichage constitue l une des obligations réglementaires

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

DEMANDES D ACTES DE L ÉTAT CIVIL (NAISSANCE, MARIAGE, DÉCÈS)

DEMANDES D ACTES DE L ÉTAT CIVIL (NAISSANCE, MARIAGE, DÉCÈS) > DÉMARCHES CITOYENNES PASSEPORT Pour toute première demande ou renouvellement de passeport, s adresser à la mairie de votre choix, dotée des équipements appropriés. Un formulaire approprié et la liste

Plus en détail

Disparition. d un proche à l étranger CENTRE DE CRISE. Ministère des Affaires étrangères et européennes

Disparition. d un proche à l étranger CENTRE DE CRISE. Ministère des Affaires étrangères et européennes Disparition d un proche à l étranger CENTRE DE CRISE Ministère des Affaires étrangères et européennes Disparition d un proche à l étranger Une disparition à l étranger d une personne peut être un événement

Plus en détail

LE CONTENTIEUX ELECTORAL

LE CONTENTIEUX ELECTORAL LE CONTENTIEUX ELECTORAL 1. Quels litiges peuvent se présenter suite à l organisation d élections professionnelles? 2. Quel est le tribunal compétent? 3. Qui peut saisir le tribunal d instance? 4. Quels

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 245 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI visant à limiter la possibilité d instruction obligatoire donnée par la famille à domicile

Plus en détail

1 of 5 17.04.13 23:37

1 of 5 17.04.13 23:37 N dossier: CCC.2009.147 Autorité: CCC Date 27.01.2010 décision: Publié le: 12.05.2010 Revue juridique: Art. 172ss CC Art. 10 LDIP Art. 62 LDIP Art. 65 LDIP Articles de loi: Titre: Compétence du juge des

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

RESUME ANONYMISE DE LA DECISION

RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Paris, le 7 mai 2013 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-92 du 7 mai 2013 relative à la scolarisation en classe primaire d enfants demeurant dans des campements illicites Champ : Enfance

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Administration Communale de Larochette Le Mariage

Administration Communale de Larochette Le Mariage Administration Communale de Larochette Le Mariage Dernière mise à jour 1 janvier 2015 Préparer le mariage civil Pour se marier civilement au Luxembourg, il est nécessaire d effectuer au préalable un certain

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

ORGANISATION ET PREPARATION DES ELECTIONS

ORGANISATION ET PREPARATION DES ELECTIONS LES ELECTIONS DES REPRESENTANTS DES PARENTS D ELEVES AU CONSEIL D ECOLE ORGANISATION ET PREPARATION DES ELECTIONS Constitution du bureau des élections A la fin de l année scolaire précédente ou au début

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP Commentaire Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011 Syndicat SUD AFP Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité relative

Plus en détail

COMMISSION CONSULTATIVE COMMUNALE DE LA PERSONNE HANDICAPEE

COMMISSION CONSULTATIVE COMMUNALE DE LA PERSONNE HANDICAPEE COMMISSION CONSULTATIVE COMMUNALE DE LA PERSONNE HANDICAPEE Chapitre I er : Objet et attributions de la Commission Article 1 : Dans l esprit de la Charte Communale de l Intégration de la Personne Handicapée,

Plus en détail

Accès internet personnalisé aux locataires Conditions générales d utilisation

Accès internet personnalisé aux locataires Conditions générales d utilisation Accès internet personnalisé aux locataires Conditions générales d utilisation Les sociétés du Groupe Logement Français (Logement Francilien, Logement Français, Coopération et Famille, Sollar, Logis Familial,

Plus en détail

Commission des clauses abusives

Commission des clauses abusives Commission des clauses abusives Recommandation n 16-01 de la Commission des clauses abusives relative aux contrats de déménagement, garde-meubles et stockage en libre-service 0 La Commission des clauses

Plus en détail

LOI N 2007-023 du 20 août 2007. sur les droits et la protection des enfants. (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158)

LOI N 2007-023 du 20 août 2007. sur les droits et la protection des enfants. (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158) LOI N 2007-023 du 20 août 2007 sur les droits et la protection des enfants (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance respective en date du 21 juin 2007

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE GENERALITES DE L AIDE SOCIALE CONDITIONS GENERALES DE L AIDE SOCIALE RESIDENCE : art. L111-1 du CASF Pour prétendre à l aide sociale, il faut résider en France de façon habituelle et non passagère. Elle

Plus en détail

CONTRAT DE MISSION. , agissant en qualité de Directeur, dûment habilité à représenter aux fins des présentes, la

CONTRAT DE MISSION. , agissant en qualité de Directeur, dûment habilité à représenter aux fins des présentes, la CONTRAT DE MISSION ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur société ci-après dénommé le «Client», agissant en qualité de Directeur, dûment habilité à représenter aux fins des présentes, la Siège social : Téléphone

Plus en détail

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Mise à jour le 10.08.2009 NOTE D INFORMATION CV/CV Réf. : II-2-4-5 26 mars 2008 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES//Délégations de signature fonct.terr. DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

Plus en détail

ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil

ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil Plusieurs observations liminaires doivent être produites avant qu un guide de correction vous soit proposé. Le sujet est particulièrement long, voire

Plus en détail

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts 1 Vaudoise Assurances Holding SA Statuts Vaudoise Assurances Holding SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Raison sociale et siège, durée Art. 1 Il existe sous la raison sociale VAUDOISE ASSURANCES

Plus en détail

Que de copropriétaires se plaignent légitimement d aberrations liées à des actes de base inadaptés, qui génèrent des crispations au sein des AG.

Que de copropriétaires se plaignent légitimement d aberrations liées à des actes de base inadaptés, qui génèrent des crispations au sein des AG. LA MISE EN CONFORMITE OBLIGATOIRE DES STATUTS : UN OUTIL ET UNE OPPORTUNITE POUR LES COPROPRIETAIRES LESES Pierre ROUSSEAUX/S.N.P. ARTICLES PR6279-20140307-1112-SE note De Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président

Plus en détail

Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009

Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009 Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009 Service public Règlementation Refus d attribution du «minimum vieillesse» Nationalité Observations devant la juridiction La haute autorité a été saisie d une

Plus en détail

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «société d assurance rattachée à une convention cadre»

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «société d assurance rattachée à une convention cadre» CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «société d assurance rattachée à une convention cadre» Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de Préambule - Raison sociale

Plus en détail

Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles de 1 ère classe

Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles de 1 ère classe 139, Rue Guillaume Fouace CS 12309 50009 SAINT-LO CEDEX 02.33.77.89.00 02.33.57.07.07 Mail : cdg50@cdg50.fr Site : www.cdg50.fr Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles de 1 ère classe L EMPLOI

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ------- NOR : SAE0400401DL DELIBERATION N 2004-55 APF DU 11 MARS 2004 portant réglementation du registre du commerce et des sociétés. L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

Plus en détail

Enfant mineur et société civile

Enfant mineur et société civile Enfant mineur et société civile Henry Royal 1 Tél : 01 46 05 95 61 contact@royalformation.com www.royalformation.com Gérer les biens d un enfant mineur, d un incapable majeur, d une personne handicapée

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

DIRECTIVES DEMANDE DE CERTIFICAT DE NAISSANCE

DIRECTIVES DEMANDE DE CERTIFICAT DE NAISSANCE DIRECTIVES DEMANDE DE CERTIFICAT DE NAISSANCE Pour remplir votre demande de certificat de naissance, veuillez lire attentivement les directives, écrire lisiblement et consulter au besoin le numéro correspondant

Plus en détail

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE Vous souhaitez solliciter l ouverture d une mesure de protection judiciaire, avant de faire cette démarche,

Plus en détail

Bulletin officiel n 4482 du 8 moharrem 1418 (15 mai 1997)

Bulletin officiel n 4482 du 8 moharrem 1418 (15 mai 1997) Bulletin officiel n 4482 du 8 moharrem 1418 (15 mai 1997) Dahir n 1-97-65 du 4 chaoual 1417 (12 février 1997) portant promulgation de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce Titre I : TABLE

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE L AN DEUX MIL TREIZE et le ONZE FEVRIER A LA REQUETE DE : Monsieur David MOURVILLIER, né le 20 avril 1974

Plus en détail

Vous êtes cité: devant la justice de paix. La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer.

Vous êtes cité: devant la justice de paix. La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes cité: devant la justice de paix Cette brochure vous explique : > ce que la partie

Plus en détail

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844 ORGANISATION OF AFRICAN UNITY ORGANISATION DE L UNITE AFRICAINE Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844 PROTOCOLE RELATIF A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

FICHE 2-3 : L ASSIGNATION À RÉSIDENCE (23 mai 2008)

FICHE 2-3 : L ASSIGNATION À RÉSIDENCE (23 mai 2008) FICHE 2-3 : L ASSIGNATION À RÉSIDENCE (23 mai 2008) Texte: L552-4: A titre exceptionnel, le juge peut ordonner l'assignation à résidence de l'étranger lorsque celui-ci dispose de garanties de représentation

Plus en détail

Loi canadienne anti-pourriel

Loi canadienne anti-pourriel Loi canadienne anti-pourriel Loi visant à promouvoir l efficacité et la capacité d adaptation de l économie canadienne par la réglementation de certaines pratiques qui découragent l exercice des activités

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

Wink - Conditions générales de vente Points de retrait

Wink - Conditions générales de vente Points de retrait Wink - Conditions générales de vente Points de retrait En vigueur à partir du 13/04/2016 1 Généralités 1.1 Les présentes conditions générales régissent les ventes en ligne conclues via le site internet

Plus en détail

ETAT-CIVIL > MARIAGE :

ETAT-CIVIL > MARIAGE : ETAT-CIVIL > MARIAGE : En France deux personnes peuvent se marier à condition qu'elles soient âgées d'au moins 18 ans, (sauf dispense d'âge pour "motifs graves" accordée par le Procureur de la République)

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AU BENIN

AMBASSADE DE FRANCE AU BENIN AMBASSADE DE FRANCE AU BENIN SECTION CONSULAIRE Madame, Monsieur, Vous envisagez de vous marier au Bénin devant les autorités locales. Diverses formalités doivent être accomplies avant la célébration de

Plus en détail

Mandat de protection future

Mandat de protection future N 13592*02 LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE NE PEUT PRENDRE EFFET QUE LORSQU IL EST ETABLI QUE LE MANDANT NE PEUT PLUS POURVOIR SEUL A SES INTERETS Mandat de protection future (Articles 477 à 488 et 492

Plus en détail

Section 2. Les règles de filiation par le sang

Section 2. Les règles de filiation par le sang Section 2. Les règles de filiation par le sang Il convient de distinguer les règles de droit positif et les règles issues de l ordonnance du 4 juillet 2005, applicables à compter du 1 er juillet 2006.

Plus en détail

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Selon le code civil (art. 1984), le mandat est l acte par lequel une personne, le mandant, donne à une autre, le mandataire, le pouvoir de faire quelque chose en son nom.

Plus en détail

Les successions et la fiscalité

Les successions et la fiscalité Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Les successions et la fiscalité Cette publication vous est fournie uniquement à titre d information. Les renseignements qu elle contient ne constituent

Plus en détail

ANNEXE n 3-8-2. Accueillants familiaux employés par des personnes morales de droit public ou de droit privé

ANNEXE n 3-8-2. Accueillants familiaux employés par des personnes morales de droit public ou de droit privé ANNEXE n 3-8-2 Accueillants familiaux employés par des personnes morales de droit public ou de droit privé CONTRAT TYPE D ACCUEIL DE PERSONNES AGEES OU ADULTES HANDICAPEES PREAMBULE L'accueil à titre onéreux,

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

Vous avez perdu un proche. Quelles démarches entreprendre?

Vous avez perdu un proche. Quelles démarches entreprendre? Vous avez perdu un proche. Quelles démarches entreprendre? Vos Experts Le décès d un proche est toujours un moment difficile, quelles que soient les circonstances. Pourtant de nombreuses formalités doivent

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail