Contribution des entreprises de travail intérimaire aux transitions sur le marché du travail : l exemple de la formation professionnelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution des entreprises de travail intérimaire aux transitions sur le marché du travail : l exemple de la formation professionnelle"

Transcription

1 Contribution des entreprises de travail intérimaire aux transitions sur le marché du travail : l exemple de la formation professionnelle A Au nom de : Eurociett et UNI-Europa Réalisé par : IDEA Consult : Dr. Anneleen Peeters Daphné Valsamis Debbie Sanders Bruxelles, février 2009 IDEA Consult nv Tél. : (+32) Kunstlaan 1-2, box 16 & Fax: (+32) B 1210 Brussels

2 AVANT-PROPOS Le présent rapport fait partie d un projet conjoint Eurociett/UNI-Europa financé par la Commission européenne et dont l objectif principal est d évaluer le rôle que les entreprises de travail intérimaire peuvent jouer afin de faciliter les transitions sur le marché du travail de l UE en promouvant les possibilités de formation professionnelle offertes aux travailleurs intérimaires. Il devient de plus en plus évident que les entreprises de travail intérimaire jouent un rôle dans le débat sur la flexicurité. Le travail intérimaire constitue une forme d emploi qui gagne en importance dans l Union européenne. En 2007, il représentait environ 2% de l'emploi total dans les pays de l'ue 27, soit 3,8 millions de travailleurs intérimaires (équivalent temps plein) et plus de 9 millions de travailleurs au total, employés par quelque entreprises, dans un secteur dont le chiffre d affaires annuel dépasse les 100 milliards. Le travail intérimaire est réglementé de façon hétérogène dans la plupart des États membres par un mélange de législation, de conventions collectives et d auto-réglementation. Le travail intérimaire répond à des besoins spécifiques, à la fois des entreprises et des travailleurs et a pour but de compléter d autres formes d'emploi. Eurociett et UNI-Europa, les deux partenaires sociaux sectoriels européens reconnus pour le travail intérimaire, ont uni leurs forces afin de développer le dialogue social au niveau national et européen et afin d'augmenter la qualité de l emploi de travailleurs intérimaires. Ces travailleurs doivent être mieux qualifiés afin de bénéficier de conditions d emploi plus stables et de contribuer à protéger leur propre santé et sécurité sur le lieu de travail. L accès à la formation professionnelle est donc un des principaux objectifs du programme de travail conjoint pour Le secteur du travail intérimaire peut faciliter la mise en adéquation de l offre et de la demande sur le marché du travail. Étant donné la nature de l activité des entreprises de travail intérimaire, il est dans l intérêt de ces entreprises de favoriser la transition entre les missions ou les emplois. En outre, les entreprises clientes recherchent dans l immédiat des travailleurs qualifiés capables de répondre au niveau de qualité exigé. Dans plusieurs États membres (p.ex. en Belgique, en France, en Italie, aux Pays- Bas et en Espagne), les entreprises de travail intérimaire et les syndicats ont mis en place des structures bipartites de formation afin de faire face à ces défis et investissent dans la formation professionnelle des travailleurs intérimaires. Ces fonds donnent la possibilité aux travailleurs intérimaires d améliorer les compétences nécessaires à l économie locale. 3

3 Dans d autres pays, les actions entreprises en la matière ont été rares voire inexistantes. Comme d autres travailleurs, les travailleurs intérimaires pourraient avoir accès à la formation, mais bien souvent, il n existe aucun programme ou initiative spécifique pour promouvoir l amélioration de leurs compétences. Les 6 études de cas identifiées dans ce rapport peuvent aider ces pays à tirer profit des expériences couronnées de succès. Le dialogue social s est souvent avéré être un des meilleurs moyens de garantir la cohérence entre les besoins des travailleurs et l environnement économique local. Grâce à la recherche de l équipe d experts d IDEA Consult, UNI-Europa et Eurociett sont en mesure de poursuivre leur propre travail. Bruxelles, le 4 décembre 2008 Bernadette Ségol Secrétaire régionale d UNI-Europa Annemarie Muntz Présidente d Eurociett 4

4 DOCUMENT DE SYNTHESE Au nom d Eurociett et d UNI-Europa, IDEA Consult a réalisé une étude sur les initiatives de formation professionnelle pour les travailleurs intérimaires. Cette recherche fait partie du projet conjoint Eurociett/UNI-Europa financé par la Commission européenne et intitulé «Davantage de possibilités de formation pour les travailleurs intérimaires». Dans un premier temps, une étude écrite a été réalisée auprès des membres d Eurociett et d UNI-Europa dans 21 pays 1 afin d effectuer une recherche comparative quant aux possibilités de formation professionnelle offertes aux travailleurs intérimaires ainsi qu'aux caractéristiques de leur profil. Ensuite, une étude approfondie des meilleures pratiques des 6 pays sélectionnés 2 a été menée sur base de documents et d entretiens. Cadre général des programmes de formation pour les travailleurs intérimaires Les travailleurs intérimaires peuvent participer à des programmes de formation parce qu ils ont accès à un système de formation standard dans leur pays, offert à tous les travailleurs (sur base individuelle), et/ou parce qu ils ont accès à un système de formation spécifique conçu pour les travailleurs intérimaires. Dans tous les pays couverts par l enquête, les travailleurs intérimaires ont accès au système standard de formation professionnelle accessible pour tous les travailleurs. Ce système général est un élément contextuel important lors de l analyse des possibilités de formation pour les travailleurs intérimaires. Les pays disposant d un système général de formation (bien développé) offert à tous les travailleurs ne ressentent peut-être pas le besoin de concevoir des programmes spécifiques de formation adressés aux travailleurs intérimaires. Dans six pays de l UE (Autriche, France, Belgique, Italie, Pays-Bas et Espagne), un système de formation spécifique pour les travailleurs intérimaires a été élaboré. Dans chacun de ces pays, un organe bipartite de formation a été créé avec pour but de faciliter l accès à la formation pour les travailleurs intérimaires. En France et en Italie, les fonds existent depuis plus de 10 ans et peuvent donc être considérés comme des systèmes plus expérimentés que ceux qui ont été créés plus récemment, comme en Autriche. L organisation de formation pour les travailleurs intérimaires peut être réglementée par la loi ou par une convention collective (cf. Tableau 1 : Comment l'offre de formation spécifique aux travailleurs intérimaires est-elle réglementée?). En Belgique et aux Pays-Bas, un système spécifique de formation pour le secteur du travail intérimaire est mis en place par convention collective, alors qu en Italie il ne l est que par la loi. En France, en Autriche et en Espagne, l accès à la formation pour les travailleurs intérimaires est organisé par un mélange de législation et de conventions collectives. Dans la plupart des pays, les programmes de formation pour les travailleurs intérimaires peuvent également être mis en place par les entreprises de travail intérimaire sur une base volontaire pays parmi les 21 du groupe cible ont répondu à l enquête (taux de réponse de 76%). 2 Les pays sélectionnés étaient l Autriche, la Belgique, la France, l Allemagne, les Pays-Bas et l Espagne. 5

5 Tableau 1 : Comment l'offre de formation spécifique aux travailleurs intérimaires est-elle réglementée? Par convention collective Oui Non Oui FR, AU, ES IT Par la loi Non BE, NL DE, CZ, FI, GR, HU, IE, NO, PO, SE, UK Source : IDEA Consult sur base d'un questionnaire Dans la moitié des pays couverts par l'enquête, le secteur du travail intérimaire coopère avec les services publics pour l'emploi nationaux afin de faciliter l'accès à la formation pour les travailleurs intérimaires. Ceci illustre la manière dont le secteur du travail intérimaire peut faciliter la transition du chômage à l emploi. Cinq pays (Belgique, France, Allemagne, Hongrie et Royaume-Uni) ont répondu que le secteur avait élaboré des programmes de coopération avec d'autres secteurs en matière de formation de travailleurs intérimaires. À l'exception de la France, aucun des pays couverts par l'enquête n'a mis sur pied de système d'évaluation pour apprécier les résultats des programmes de formation. En France, le FAF.TT évalue régulièrement les programmes de formation (enquête de satisfaction annuelle) de sa propre initiative. En Belgique, certaines évaluations des programmes de formation ont lieu (p.ex. réunions d'évaluation régulières avec les fonds sectoriels et les services nationaux pour l'emploi), mais on ne peut pas véritablement parler d'un système d'évaluation. En outre, il est important de noter que dans aucun de ces pays, une méthodologie n'a été élaborée afin de mesurer l'impact à long terme sur l'emploi des programmes de formation pour les travailleurs intérimaires. Financement de programmes de formation pour travailleurs intérimaires Les principales sources de financement de programmes de formation pour travailleurs intérimaires sont classées ci-après par ordre décroissant : Entreprises de travail intérimaire elles-mêmes, entreprises clientes, services publics pour l'emploi, fonds bipartite de formation et utilisation des fonds européens. Sur base des 6 pays pris en exemple, on constate que les ressources financières externes (provenant des fonds européens, d'autres secteurs, de services publics pour l'emploi) sont actuellement limitées dans la plupart des pays par rapport aux contributions du secteur du travail intérimaire lui-même. Le Royaume-Uni est le seul pays à avoir répondu que les programmes de formation sont directement financés par les travailleurs intérimaires. Il faut souligner que même si les autres pays n'ont pas mentionné cette réponse, il est également possible que les travailleurs intérimaires financent indirectement leur programme de formation (p.ex. via les charges sociales liées à leur salaire). En ce qui concerne la manière dont les initiatives spécifiques de formation pour travailleurs intérimaires sont financées, différents systèmes (co)existent. Les 6

6 entreprises de travail intérimaire peuvent financer (partiellement) les activités de formation, soit par un système volontaire soit par des contributions obligatoires. En Allemagne, aucune loi ou accord sectoriel ne stipule que la contribution à la formation est obligatoire. Toutes les initiatives de formation ont donc lieu au niveau de l'entreprise et sur une base volontaire. Dans les autres pays étudiés, les entreprises de travail intérimaire sont obligées par la loi ou par les conventions collectives de contribuer à la formation de leurs travailleurs (c'est-àdire leur propre personnel ainsi que les travailleurs intérimaires). Comme cela ressort clairement du tableau ci-dessous, il existe néanmoins de grandes différences entre les taux de contribution et les instruments utilisés pour organiser le financement obligatoire. Dans la pratique, on recourt aux instruments suivants : Utilisation individuelle de la contribution (c'est-à-dire le choix de l'entreprise de travail intérimaire), droits de tirage (c est-à-dire que chaque entreprise de travail intérimaire peut rembourser les investissements dans la formation jusqu'à un certain point) et système collectif (c.-à-d. que toutes les contributions sont mises en commun et peuvent être utilisées par n'importe quelle entreprise de travail intérimaire). Sur le terrain, de nombreux pays utilisent une combinaison de ces différents instruments pour financer les activités de formation. Tableau 2 : Comment la formation des travailleurs intérimaires est-elle financée? AU BE FR DE NL ES Taux de contribution 2,2 par ETP 3 par mois 0,5% 4 (de la masse salariale) 0,55% - 2,15% (de la masse salariale) 5 / 1,02% + 0,1% (de la masse salariale) 1,25% (de la masse salariale) Utilisation individuelle des contributions Droits de tirage O N O N O O N O O N N N Système collectif O (si pas d'utilisation individuelle) O O N O O Source : IDEA Consult sur base d'études de cas 3 ETP : équivalents temps plein 4 0,4% par le passé, ce chiffre a récemment augmenté. 5 La contribution des agences de travail intérimaire en France dépend de la taille de l'agence. La contribution minimale des agences de plus de 20 travailleurs est de 2% (1,2% pour les plans de formation, 0,5% pour les contrats de professionnalisation et 0,3% pour les congés individuels pour cause de formation. En outre, les agences doivent payer 0,15% de leur masse salariale au FPE.TT. Pour les agences de travail intérimaire de moins de 20 travailleurs et de plus de 10 travailleurs, la contribution minimale est de 1,35% de la masse salariale totale, alors que les agences de moins de 10 travailleurs consacrent 0;55% de leur masse salariale totale à la formation. Les petites agences sont généralement exemptées du versement au FPE.TT. 7

7 Offre en matière de formation pour les travailleurs intérimaires en Europe Le tableau ci-dessous présente des statistiques relatives à l'offre de formation pour les travailleurs intérimaires dans 5 États membres de l'ue. À l'heure actuelle, ces pays sont les seuls en mesure de fournir des données complètes sur les possibilités de formation pour les travailleurs intérimaires. Tableau 3 : Statistiques relatives à l'offre en matière de formation des travailleurs intérimaires (sur une base annuelle) FR BE NL ES IT Taux de pénétration du travail intérimaire Nombre de travailleurs intérimaires formés (x 1000) Nombre de travailleurs intérimaires (x 1000) % de travailleurs intérimaires formés Nombre d heures de formation (x 1000) Nombre d'heures de formation par travailleur intérimaire formé Somme investie dans la formation par les entreprises de travail intérimaire (x ) Somme investie par travailleur intérimaire formé ( ) Somme investie en formation en % de la masse salariale 2,5% 2,2% 2,8% 0,8% 0,7% 270,0 19,6 138,7 10,9 204, ,3% 3,6% 19,0% 1,4% 35,6% ,4 15,4 69,8 6, ,7 25 4, ,9 239,7 180,2 440,4 729,6 2,15% 7 0,5% 8 1,02% 1,25% Année de référence Source : IDEA Consult sur base d'un questionnaire 6 Le taux élevé de travailleurs intérimaires formés en Italie s'explique par le fait que les nouveaux travailleurs intérimaires sont obligés de suivre de petites formations en matière de sécurité, de santé et de droits des travailleurs. Ces formations sont de courte durée (4 heures par module en moyenne), ce qui explique la moyenne peu élevée d'heures de formation par travailleur intérimaire formé en Italie. Il est également utile de mentionner que ces courtes formations sont essentiellement offertes par les syndicats. 7 Taux de contribution maximum 8 0,4% par le passé ; ce chiffre a récemment augmenté 8

8 Il existe de grandes différences entre les pays dans le nombre de travailleurs concernés par les programmes de formation, le nombre d'heures de formation et le montant investi par travailleur. La proportion de travailleurs intérimaires formés varie de 1,4% en Espagne à 35,6% en Italie. En outre, alors que les travailleurs intérimaires espagnols formés reçoivent en moyenne 69,8 heures de formation par an, ce nombre n'est que de 6 heures en Italie. Enfin, le montant investi par travailleur intérimaire formé varie de 180,2 en moyenne aux Pays- Bas à 1.255,9 en France. Sur base de ces différents résultats, il semble que nous observions un rapport inversement proportionnel entre le nombre d'heures de formation par travailleur intérimaire formé et la proportion de travailleurs intérimaires formés. Les pays qui disposent de programmes de formation à plus long terme tendent à former moins de travailleurs intérimaires que les pays aux programmes de formation plus courts (cf. tableau ci-dessous). Ceci reflète le fait que le secteur du travail intérimaire offre à ses travailleurs des types de formation très différents (court, moyen ou long terme), en fonction des besoins spécifiques du marché de l'emploi concerné. Tableau 4 : Relation entre le nombre moyen d'heures de formation et le pourcentage de travailleurs intérimaires formés Nombre moyen d'heures de formation % de travaille urs intérima ires formés Faible Faible BE NL 9 FR Élevé ES Élevé IT Source : IDEA Consult sur base d'un questionnaire Il existe également un lien étroit entre la durée des programmes de formation et le système de paiement des travailleurs intérimaires pendant la formation. Dans des pays tels que la France, les Pays-Bas ou l'espagne, les travailleurs intérimaires ne sont payés que partiellement ou sous certaines conditions pendant la durée d'une formation. Dans ces pays, le nombre moyen d'heures de formation a tendance à être élevé. Par contre, dans des pays où les formations sont plus courtes comme en Autriche, en Finlande, en Pologne ou en Belgique, les travailleurs intérimaires reçoivent leur salaire normal pendant leur formation. La seule exception est l'italie. Dans ce pays, la durée moyenne de la formation est plutôt courte mais les travailleurs en formation ne sont payés que partiellement ou sous certaines conditions. Ceci est peut-être lié au nombre élevé de travailleurs intérimaires en formation dans ce pays. Dans la plupart des pays, la formation est dispensée ultérieurement, au cours d'une mission, alors que les formations préalables à l'engagement en tant que travailleur intérimaire sont plutôt limitées. Dans tous les pays, c'est le plus 9 Estimation basée sur la répartition de la durée de la formation 9

9 souvent l'entreprise de travail intérimaire qui prend l'initiative de la formation. Enfin, les formations se déroulent surtout dans l'entreprise cliente ou au sein de l'institut de formation. Sur base des informations collectées par l'enquête écrite, il n a pas été possible de produire des statistiques comparables concernant le type de formation dispensée aux travailleurs intérimaires. Toutefois, l'enquête indique que dans presque tous les pays, les programmes de formation relèvent du domaine des compétences techniques, de la santé et de la sécurité, des TIC, de l'utilisation de l'informatique et de la formation initiale et obligatoire. 10

10 Facteurs influençant l'offre de formation pour les travailleurs intérimaires Comme vous pouvez le constater dans le tableau 5, l'offre de formation pour les travailleurs intérimaires est influencée par différents facteurs. On peut distinguer les facteurs qui s'appliquent de façon générale à tous les secteurs de ceux qui sont spécifiques au secteur du travail intérimaire. Ces facteurs peuvent également être classés en différents niveaux : le niveau micro (ou individuel), le niveau méso (ou niveau du secteur ou de l'entreprise) et le niveau macro (ou niveau national). Tableau 5 : Facteurs influençant l'offre de formation pour les travailleurs intérimaires Micro Généralités Acquis scolaire du travailleur Situation précédente du travailleur Spécifique au secteur du travail intérimaire Motivation pour travailler dans le secteur du travail intérimaire Méso Compétences requises pour le poste Relation triangulaire Taille de l'entreprise Mobilité des travailleurs (travail dans différents secteurs, entreprises clientes, entreprises de travail intérimaire ) Macro Système général de formation professionnelle Législation sur les conditions de travail Pénuries sur le marché du travail Durée moyenne d'une mission (liée à une alternance importante entre travail et inactivité) Type de contrat avec l'entreprise de travail intérimaire Source : IDEA Consult Facteurs généraux influençant l offre de formation pour les travailleurs intérimaires Par exemple, l acquis scolaire du travailleur (comme un niveau d éducation faible ou élevé) est une caractéristique individuelle qui influence les besoins en formation. Il existe d importantes différences dans l acquis scolaire des travailleurs intérimaires d un pays à l autre. En Pologne, en République tchèque et en France, la plupart des travailleurs intérimaires ont un acquis scolaire peu élevé, alors que le niveau d éducation est moyen aux Pays-Bas, en Belgique et en Grèce et élevé en Norvège. Les besoins en matière de formation sont également influencés par la situation professionnelle précédente du travailleur intérimaire. Il est plus probable qu une formation ou qu un recyclage soit nécessaire lorsque l intéressé a été au chômage ou inactif pendant une longue période. On peut observer de grandes différences entre les pays lorsque l on compare la situation des travailleurs intérimaires avant de travailler dans ce secteur. En Allemagne, en Hongrie, en Norvège, en France, en Grèce et en Belgique, la majeure partie des travailleurs intérimaires étaient au chômage avant d'être travailleurs intérimaires. Aux Pays-Bas, en Finlande et en Pologne, la plupart d entre eux étaient étudiants. En République tchèque et en 11

11 Pologne, de nombreux travailleurs intérimaires travaillaient déjà en tant que tels auparavant. Toutefois, les exigences concrètes de formation sont également déterminées par les compétences requises pour la (les) mission(s) que le travailleur doit effectuer. Nous avons observé qu en Belgique, il n y a pas assez de travailleurs peu qualifiés pour répondre aux besoins (parmi les travailleurs intérimaires actuels). En France, la demande en travailleurs moyennement qualifiés dépasse l offre alors que la Norvège manque de travailleurs peu ou moyennement qualifiés parmi les travailleurs intérimaires actuellement disponibles. Facteurs spécifiques au travail intérimaire influençant l offre de formation pour les travailleurs intérimaires Les travailleurs se tournent vers le secteur du travail intérimaire pour toute une série de raisons. Une de leurs motivations est d obtenir un complément de revenus tout en étudiant (p.ex. en travaillant le soir ou le week-end). On peut s attendre à ce que ces travailleurs intérimaires soient moins motivés pour suivre une formation liée à leur mission intérimaire. Par contre, certains travailleurs font du travail intérimaire pour trouver un emploi permanent. Il sera moins difficile de motiver ces travailleurs à suivre une formation dans la mesure où celle-ci peut améliorer leur employabilité et donc leurs chances de décrocher un emploi permanent. Si nous nous penchons sur la part de travailleurs intérimaires qui ne cherchent pas d emploi permanent par le biais du travail intérimaire, nous observons de grandes différences d un pays à l autre. Alors qu en Finlande et aux Pays-Bas, la majorité des travailleurs intérimaires ne recherche pas d emploi permanent, en Hongrie, il n'y a qu'une toute petite partie des travailleurs intérimaires que cela n'intéresse pas de trouver un tel emploi via le travail intérimaire. Les résultats en Finlande et aux Pays-Bas peuvent s expliquer par le fait qu une grande partie des travailleurs intérimaires dans ces pays sont des étudiants. La relation triangulaire entre l entreprise de travail intérimaire, son travailleur et l entreprise où a lieu la mission complique l organisation d un cours de formation. Cette relation triangulaire peut soulever la question de savoir qui doit organiser et financer la formation (l entreprise de travail intérimaire, l entreprise cliente ou le travailleur intérimaire?). Malgré cette complication, la relation triangulaire peut également présenter des avantages pour l offre de formation. Les entreprises de travail intérimaire sont un intermédiaire entre la demande et l offre sur le marché du travail. Elles sont par conséquent les mieux placées pour déterminer les besoins «réels» de formation sur le marché du travail, tant du point de vue des entreprises que des travailleurs. En outre, le fait d élaborer des programmes de formation au sein de cette relation triangulaire présente des avantages aux trois parties concernées. Cela profite aux travailleurs intérimaires en améliorant leur employabilité et en garantissant leur propre santé et sécurité au travail. Cela est également bon pour les entreprises clientes qui recherchent des travailleurs capables d offrir les compétences demandées. Enfin, en raison de la nature du travail intérimaire, il est dans l intérêt des entreprises de travail intérimaire de rapidement mettre en adéquation l offre et la demande sur le marché du travail en tenant compte des compétences demandées par les entreprises. La grande mobilité des travailleurs intérimaires fait qu il est difficile de lier ces travailleurs à une entreprise de travail intérimaire. L entreprise de travail 12

12 intérimaire n a pas de garantie de retour sur investissement lorsqu elle finance un programme de formation pour ses travailleurs intérimaires. Néanmoins, il apparaît que les travailleurs intérimaires ont tendance à être liés à une entreprise de travail intérimaire (cela peut être considéré comme une sorte de «loyauté» du travailleur envers l entreprise). En outre, la formation est également utilisée par les entreprises de travail intérimaire pour établir une relation à long terme avec ses travailleurs et pour les aider à se construire une carrière. Il est donc dans l intérêt des entreprises de travail intérimaire de s assurer que la formation offerte aux travailleurs corresponde à leurs besoins et à leurs attentes. Par ailleurs, il existe également une forte mobilité des travailleurs intérimaires entre différents secteurs. Bien que les entreprises de travail intérimaire soient bien placées pour avoir un bon aperçu des besoins réels de formation (elles offrent leurs services à un grand nombre d entreprises), le fait qu elles fournissent de nombreux secteurs en travailleurs complique la tâche de définir le type de formation nécessaire, de concevoir les programmes et de sélectionner les meilleurs prestataires. Le type de contrat conclu avec l entreprise de travail intérimaire peut lier le travailleur à son entreprise. Toutefois, les contrats à durée indéterminée entre travailleurs et entreprises de travail intérimaire n existent que dans un nombre limité de pays (comme l Autriche et l Allemagne). Enfin, dans la plupart des pays, la durée moyenne d une mission n est que de deux mois environ. Par conséquent, le retour sur investissement d une formation à long terme dépend de la mesure dans laquelle les travailleurs peuvent être gardés dans la même entreprise de travail intérimaire. On peut conclure de ceci que l offre de formation pour les travailleurs intérimaires peut s avérer plus complexe que dans d autres secteurs en raison de plusieurs facteurs spécifiques au secteur du travail intérimaire. Un grand nombre de ces facteurs (p.ex. la relation triangulaire, la courte durée moyenne d une mission, le contrat temporaire entre le travailleur intérimaire et son entreprise etc.) peuvent être considérés comme des obstacles à l'élaboration, à l'organisation et au financement de programmes de formation pour les travailleurs intérimaires. Le graphique ci-dessous nous informe des principales difficultés rencontrées lors de la conception de programmes de formation pour les travailleurs intérimaires. D après les pays interrogés, les principaux problèmes semblent être liés au manque de moyens financiers pour mettre en œuvre le projet de formation (6 pays) et à la difficulté de trouver et de garder des candidats (6 pays ont répondu que trop de candidats abandonnaient et 5 pays ont répondu qu ils avaient du mal à motiver et à trouver des candidats pour les programmes de formation). Dans certains pays, l offre de formation est freinée par le manque de ressources disponibles pour organiser l aspect logistique de la formation ainsi que par la difficulté qu il y a à identifier les besoins en matière de compétences. 13

13 Graphique : Quelles sont les principales difficultés rencontrées lors de l élaboration de programmes de formation pour les travailleurs intérimaires? (N=13) Manque de moyens financiers pour mettre en œuvre le projet de formation Trop de candidats abandonnent Autres Diffiultés à motiver les candidats pour le programme de formation Difficultés à trouver des candidats pour le programme de formation Pas de ressources disponibles pour l organisation logistique de la formation Difficultés à identifier les compétences nécessaires Source : IDEA Consult sur base d un questionnaire 14

14 Facteurs essentiels de succès et défis pour le secteur du travail intérimaire La présente étude est la première à fournir un aperçu à l échelle de l Union européenne de l offre en matière de formation pour les travailleurs intérimaires. Plusieurs pays expérimentent actuellement différents systèmes afin de faciliter l accès à la formation pour les travailleurs intérimaires. Sur base de l analyse de 6 pays, nous pouvons mettre en exergue certains facteurs de réussite et défis futurs importants pour le secteur du travail intérimaire en ce qui concerne la formation des travailleurs de ce secteur. Étant donné les spécificités du secteur du travail intérimaire (p.ex. courte durée des missions, relation triangulaire, mobilité élevée entre différentes fonctions), il semble que le système général de formation professionnelle doive être adapté pour répondre aux besoins des entreprises de travail intérimaire, des entreprises clientes et des travailleurs intérimaires en matière de formation. Parmi les points communs entre les systèmes de formation mis en place dans les pays qui ont élaboré un cadre spécifique pour les travailleurs intérimaires (à savoir AU, BE, FR, NL, ES et IT), on trouve les éléments suivants : - Rôle important du dialogue social et des négociations collectives : dialogue social fort dans le secteur du travail intérimaire au sein des pays appliquant les meilleures pratiques. Tant les employés que les employeurs ressentent un besoin de formation et se comprennent mutuellement sur ce thème. Les partenaires sociaux sectoriels sont également les mieux équipés pour adapter les systèmes généraux/nationaux de formation existants aux spécificités du secteur du travail intérimaire. - Contributions obligatoires des entreprises de travail intérimaire: Tous les pays aux meilleures pratiques ont introduit des contributions obligatoires que les entreprises de travail intérimaire doivent payer pour la formation, soit par voie législative soit par convention collective, afin de garantir les investissements dans la formation. - Création et développement d un fonds bipartite de formation : dans les 6 pays pionniers, les fédérations nationales d employeurs du secteur du travail intérimaire et les syndicats ont constitué des organes bipartites afin de faciliter l accès à la formation. Le rôle du fonds de formation n est pas limité au soutien financier des formations. Dans la plupart des pays, les fonds de formation aident également les entreprises de travail intérimaire (et le secteur) à élaborer des politiques de formation, à sélectionner les prestataires de formation, à collaborer avec d autres secteurs, à obtenir un financement du FSE etc. Cette étude reflète la situation en matière d offre de formation pour les travailleurs intérimaires dans l UE en Étant donné l importance croissante de ce sujet ainsi que la situation économique changeante (crise économique), on peut s attendre à ce que l offre en formation pour les travailleurs intérimaires évolue dans un avenir proche (p.ex. création de nouveaux fonds de formation 10, changement de la demande en formation de la part des entreprises). Étant donné l intérêt de chacun de tirer des leçons des expériences des pays pionniers, 10 Le 1 er janvier 2009, le Luxembourg a créé un fonds sectoriel bipartite de formation. 15

LE RÔLE DU TRAVAIL INTÉRIMAIRE ET LES TRANSITIONS DU MARCHÉ DU TRAVAIL EN EUROPE

LE RÔLE DU TRAVAIL INTÉRIMAIRE ET LES TRANSITIONS DU MARCHÉ DU TRAVAIL EN EUROPE LE RÔLE DU TRAVAIL INTÉRIMAIRE ET LES TRANSITIONS DU MARCHÉ DU TRAVAIL EN EUROPE SYNTHÈSE INTRODUCTION Le rapport «le rôle du travail intérimaire et les transitions du marché du travail en Europe» est

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

... Briefing note. Garantie jeunes...

... Briefing note. Garantie jeunes... ... Briefing note Garantie jeunes... Le défi Jeunes Les jeunes sont davantage exposés au chômage que les autres groupes d âge. Depuis le début de la crise, le chômage des jeunes a connu une très forte

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre.

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre. Analyse n 3/2012 du RIEPP 1 Lorsque l'enfant paraît... à propos du repos d'accouchement, du congé de maternité, de paternité et autres congés parentaux et de l'égalité des genres en Europe Joëlle Mottint,

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire?

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Note Synthétique Juin 2010 Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Dossier rédigé sur la base du rapport homonyme d IDEA Consult Le bureau d études IDEA

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Rapport de l EMCEF sur les Négociations Collectives 2005/2006

Rapport de l EMCEF sur les Négociations Collectives 2005/2006 Rapport de l EMCEF sur les Négociations Collectives 2005/2006 Etabli en coopération avec les membres de COB@N-Network et l institut des Syndicats Européens Rapport provisoire de Bela Galgoczi, ETUI-Research

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 International Migration Outlook: SOPEMI 2010 Summary in French Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 Résumé en français Les migrations internationales restent au cœur des préoccupations

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

La formation professionnelle continue au Grand-Duché de Luxembourg

La formation professionnelle continue au Grand-Duché de Luxembourg Sommaire La formation professionnelle continue au Grand-Duché de Luxembourg Résumé 5 1. Introduction 6 2. Résultats de l enquête 7 2.1 La formation professionnelle continue (FPC) au niveau des entreprises

Plus en détail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013

Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013 Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013 Rapport final 28 november 2014 A la demande du : Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Je réponds en tant que...: réponses % Consommateur 41 ( 31.1%) Organisation représentative 30 ( 22.7%) Entreprise

Plus en détail

Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes

Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes Organisation for Economic Co-operation and Development Conseil d orientation pour l emploi Paris, le 13 janvier 2011 Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes John P. Martin Directeur de l Emploi,

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne

L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne Introduction Dans l Europe à 25, on compte environ 130 millions de

Plus en détail

Groupe de travail FSESP/ISP

Groupe de travail FSESP/ISP Groupe de travail FSESP/ISP 4-5 mai 2006, Bruxelles Une nouvelle Fédération Notre voix en Europe La Fédération européenne a besoin d une constitution qui reflète nos objectifs et nous donne la structure,

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/AC.2/2001/12 8 août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE Comité de gestion de la Convention TIR de

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Les étudiants qui peuvent conclure un contrat d occupation d étudiant sont les jeunes :

Les étudiants qui peuvent conclure un contrat d occupation d étudiant sont les jeunes : Le contrat d'occupation d'étudiant RES. HUM.! Outil : le modèle de contrat étudiant Une ASBL peut engager des étudiants pendant les vacances scolaires et/ou pendant l année en respectant les dispositions

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI. Décembre 2010

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI. Décembre 2010 TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI Décembre 2010 SOMMAIRE Tableau de synthèse PAGE 3 1. PARTIE CONJONCTURELLE PAGE 5 ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES TAUX D EMPLOI DES 55-64

Plus en détail

La protection sociale en Belgique :

La protection sociale en Belgique : La protection sociale en Belgique : données sespros 2009 1 La protection sociale en Belgique : données sespros 2009 Préface Après plus d un siècle d existence, l importance de la protection sociale dans

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012

Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012 Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012 Rapport final 31 décembre 2013 A la demande du: Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale, Direction

Plus en détail

Union fruitière lémanique www.ufl.ch

Union fruitière lémanique www.ufl.ch A tous les producteurs, Nous avons eu des questions quant aux assurances maladies pour les personnes non Suisse engagée pour une courte durée, vous trouverez ci-dessous un résumé des exigences et dérogations

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 décembre 2011 à 9 h 30 «Emploi et retraite en Europe : étude de cas» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le point sur la

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2.1. Méthode et outils d analyse 2.1.1. Méthode générale L'étude a été organisée en quatre phases, structuration de l'étude, observation, analyse et évaluation, décrites

Plus en détail

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS JUMELAGE DE VILLES DG Éducation et culture Programme d action communautaire pour la promotion de la citoyenneté européenne active RENCONTRES DE CITOYENS Appel de propositions DG EAC n 25/05 Jumelage de

Plus en détail

Les Documents de séjour des Etrangers

Les Documents de séjour des Etrangers Les Documents de séjour des Etrangers Pas toujours facile de s'y retrouver! Par G GEERTS (CJD) En effet, la plupart des cartes électroniques pour étrangers ont une validité de 5 ans, mais le séjour est

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 Patrick Pommier Département Formation professionnelle et insertion professionnelle des jeunes CNIS Formation emploi revenus du 31 mars 2009 AES : une enquête

Plus en détail

Salaires et allocations. Eurydice Faits et chiffres. des enseignants. et des chefs d établissement. en Europe, 2013/2014. Education et formation

Salaires et allocations. Eurydice Faits et chiffres. des enseignants. et des chefs d établissement. en Europe, 2013/2014. Education et formation Salaires et allocations des enseignants et des chefs d établissement en Europe, 2013/2014 Eurydice Faits et chiffres Education et formation Salaires et allocations des enseignants et des chefs d'établissement

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages www.qualityinternships.eu Préambule Etant donné que:! la passage des jeunes des études au marché de l'emploi devient de plus en plus compliqué

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL

L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL Eurobaromètre spécial 389 L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL RAPPORT Terrain : mars 202 Publication : juillet 202

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires Texte original Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires 0.822.727.2 Conclue à Genève le 25 juin 1991 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES

PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES, CONSIDÉRANT que, afin d'organiser la transition entre les dispositions institutionnelles des traités applicables avant

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

DECLARATION CONJOINTE ETABLISSANT UN PARTENARIAT DE MOBILITE ENTRE LA TUNISIE, D'UNE PART, ET L'UNION EUROPEENNE ET LES ÉTATS MEMBRES PARTICIPANTS,

DECLARATION CONJOINTE ETABLISSANT UN PARTENARIAT DE MOBILITE ENTRE LA TUNISIE, D'UNE PART, ET L'UNION EUROPEENNE ET LES ÉTATS MEMBRES PARTICIPANTS, DECLARATION CONJOINTE ETABLISSANT UN PARTENARIAT DE MOBILITE ENTRE LA TUNISIE, D'UNE PART, ET L'UNION EUROPEENNE ET LES ÉTATS MEMBRES PARTICIPANTS, D'AUTRE PART 1 La République Tunisienne, l'union européenne

Plus en détail

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC)

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC) Les actions internationales pour l'enseignement supérieur Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Vito Borrelli (DG EAC) 1 Qu'est-ce qu'? Programme de l'ue pour soutenir l'éducation, la formation

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

Les fonds de formation en Europe

Les fonds de formation en Europe 4-15 May 2015, Turin Les fonds de formation en Europe Patrycja Lipińska Cedefop Caractéristiques de base Basés sur les prélèvements/taxes sur les entreprises Fonctionnent au niveau national, sectoriel/interprofessionnel,

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Formation et emploi : relever le défi de la réussite résumé et messages

Formation et emploi : relever le défi de la réussite résumé et messages Formation et emploi : relever le défi de la réussite résumé et messages Le message de Formation et emploi : relever le défi de la réussite La formation professionnelle a été négligée L éducation et la

Plus en détail

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE?

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? Office National de Sécurité Sociale SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? 1. Envoi dans des pays de l Union européenne (UE) Depuis le 1er mai 2010, le Règlement CE n 883/2004 détermine la

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Je travaille en Belgique

Je travaille en Belgique FICHES INFOS DU FRONTALIER FRANCO-BELGE Je travaille en Belgique Ma pension 2 Je travaille en Belgique Vous travaillez ou avez travaillé en Belgique, la fin de votre carrière professionnelle approche Quels

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

DIX ans après le lancement de la stratégie de Lisbonne, cet article présente. Évolution et mesure de la pauvreté en Europe depuis 2000

DIX ans après le lancement de la stratégie de Lisbonne, cet article présente. Évolution et mesure de la pauvreté en Europe depuis 2000 Évolution et mesure de la pauvreté en Europe depuis 2000 Olivier Bontout, Guillaume Delautre (DREES) DIX ans après le lancement de la stratégie de Lisbonne, cet article présente l approche retenue au plan

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail