Calcul des primitives

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcul des primitives"

Transcription

1 Université Joseph Fourier, Grenoble Mths en Ligne Clul des primitives Bernrd Yrt L objetif de e hpitre est purement tehnique : l théorie de l intégrtion est supposée onnue ou dmise. Le seul but est d eposer les priniples tehniques de lul des primitives et des intégrles. Tble des mtières Cours. Propriétés des intégrles Primitives et intégrles Tehniques de lul des primitives Primitives des frtions rtionnelles Applitions des frtions rtionnelles Entrînement. Vri ou fu Eeries QCM Devoir Corrigé du devoir Compléments L qudrture du erle Fontions spéiles Intégrles elliptiques mi

2 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Cours. Propriétés des intégrles Toutes les fontions onsidérées sont supposées ontinues, ou ontinues pr moreu, sur leur intervlle d intégrtion, et sont don intégrbles. Nous ommençons pr résumer les priniples propriétés des intégrles. Théorème.. Reltion de Chsles :. Linérité : 3. Monotonie : b b f() d + (λf() + µg()) d λ b f() d b f() d. b f() d + µ g() d. Si [, b], f() g() lors b f() d b g() d. L reltion de Chsles permet d étendre l définition de l intégrle u s où l fontion f n est ontinue que pr moreu sur l intervlle d intégrtion. On intègre séprément hun des moreu et on joute ensuite les intégrles obtenues. Considérons pr eemple l fontion f qui vut si [, ] et si ], ]. f() / Figure Eemple de fontion disontinue. Son intégrle sur l intervlle [, ] vut : f() d d + d +.

3 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble À propos de et eemple, il est onseillé de ne ps perdre de vue l interpréttion géométrique d une intégrle : l intégrle d une fontion onstnte positive est l surfe d un retngle, l intégrle d une fontion ffine positive ou nulle (du type α + β) est l surfe d un tringle si l fontion s nnule sur l une des deu bornes, l surfe d un trpèze dns le s générl. L reltion de Chsles reste vrie même si les bornes des intervlles d intégrtion ne sont ps dns le bon ordre, e qui peut rriver près un hngement de vrible. On onvient de hnger le signe de l intégrle qund on éhnge les bornes. Cette onvention est ohérente ve le fit que l intégrle sur un intervlle de longueur nulle vut néessirement. b f() d + f() d f() d. b L propriété du théorème (linérité), dit que l intégrle est une pplition linéire, de l espe vetoriel des fontions intégrbles, dns R. On l utiliser souvent, soit pour mettre en fteur une onstnte devnt l intégrle, soit pour séprer le lul en deu intégrles plus simples. Pr eemple : π 4 os () d π 4 + os() d π 4 d + π 4 os() d π On peut utiliser l monotonie pour vérifier ertins luls. Pr eemple si une fontion est positive sur l intervlle d intégrtion, son intégrle doit être positive. L intégrle d une fontion positive et non identiquement nulle est même stritement positive : on utilise souvent e résultt sous l forme suivnte. Proposition. Soit f une fontion ontinue sur [, b]. Si l intégrle de f sur [, b] est nulle, lors f est identiquement nulle. b f() d f(), [, b]. L intégrle peut être endrée à l ide du minimum et du mimum de f sur l intervlle [, b] : b (b ) inf f() [,b] f() d (b ) sup f(). [,b] Si on divise es inéglités pr l longueur de l intervlle, on obtient : inf f() b f() d sup f(). [,b] b [,b] b Il fut omprendre f() d omme l vleur moyenne de l fontion sur l intervlle. Le théorème de l moyenne dit que ette vleur moyenne est tteinte sur b l intervlle.

4 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Théorème. Si f est ontinue sur [, b], il eiste [, b] tel que : b f() d f(). b f() b Figure Illustrtion du théorème de l moyenne.. Primitives et intégrles Rppelons tout d bord l définition. Définition. On ppelle primitive d une fontion f, définie sur un intervlle ], b[, toute fontion dérivble sur ], b[, dont l dérivée oïnide ve f sur ], b[. Etnt données deu primitives de f, leur différene doit voir une dérivée nulle, et don être onstnte. Deu primitives de l même fontion diffèrent don pr une onstnte. Pour spéifier une primitive prtiulière, il suffit de fier s vleur en un point. En générl, on onsidère l primitive qui s nnule en un ertin point. Elle s érit omme une intégrle, grâe u théorème suivnt, que nous dmettrons. Théorème 3. Soit f une fontion ontinue sur [, b], et un point de l intervlle [, b]. On onsidère l fontion F (), qui à [, b] ssoie : F () f(t) dt. Alors F est l unique primitive de f qui s nnule u point. Observons l ériture f(t) dt, dns lquelle les deu lettres t et jouent des rôles totlement différents. L lettre désigne une borne de l intervlle d intégrtion. Si on l remple pr un réel, pr eemple, on obtiendr un résultt réel : l vleur de l fontion F u point. L vrible d intégrtion t est muette. On ne peut ps l rempler pr un réel. Pr ontre, n importe quelle utre lettre (suf et ) pourrit 3

5 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble jouer le même rôle. Dns l ériture des primitives, on éviter toujours de noter ve l même lettre l vrible d intégrtion et une des bornes de l intervlle. Observons que n importe quelle primitive peut être utilisée pour luler une intégrle : b f() d F (b) F (b) F (), pr l reltion de Chsles. L intégrle de f est don un roissement de primitive, qui ne dépend ps de l primitive hoisie. On note : b f() d F (b) F () [ ] b F (). Il est ommode, en prtiulier pour les hngements de vrible, de onserver des bornes d intégrtion, même qund on ne lule que des primitives. C est pourquoi nous ontinuerons de noter f(t) dt l primitive de f qui s nnule en, même s il est superflu de fier. De notre point de vue, il n y don uune différene entre les luls de primitives et les luls d intégrles. Il est ournt d eprimer les primitives des fontions usuelles «à une onstnte près». Pr eemple, les primitives de os() sont toutes les fontions de l forme sin() + C, où C est une onstnte réelle. Nous érirons : [ ] os(t) dt sin(t) sin() sin() sin() + C. Or qund prourt R, sin() ne prend que les vleurs omprises entre et, tndis que C désigne une onstnte réelle quelonque. En prtique, il suffit de trouver une primitive prtiulière : l vrible ne ser qu un rtifie d ériture. Nous supposerons toujours que et sont telles que l fontion soit définie et ontinue sur l intervlle [, ]. Pr eemple : [ ] t dt ln t ln + C, e qui suppose que l intervlle [, ] ne ontient ps. Dns ette ériture, C désigne en fit une fontion, qui est onstnte sur hque intervlle où l fontion à intégrer est définie et ontinue. L ensemble des primitives de l fontion / est l ensemble des fontions f telles que : f() où C et C sont deu réels quelonques. { ln() + C si > ln( ) + C si <, En prtique, pour luler une primitive d une fontion donnée, on l rmène à un tlogue de primitives usuelles. Ces primitives, que l on doit onnître, sont rssemblées dns le tbleu i-dessous. Attention : les intervlles de définition ne sont ps préisés. 4

6 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Fontion ( R, ) e λ (λ ) os(ω) (ω ) sin(ω) (ω ) os () + tn () + osh(ω) (ω ) sinh(ω) (ω ) + Une primitive + + ln λ eλ ω sin(ω) ω os(ω) tn() rtn() ω sinh(ω) ω osh(ω) ln ( + + ) ln + rsin() Nous rppelons dns l setion suivnte les tehniques de bse pour le lul des primitives, lorsqu elles peuvent s eprimer à l ide des fontions lssiques..3 Tehniques de lul des primitives L première tehnique de lul onsiste à utiliser l linérité pour séprer l intégrle d une somme en une somme d intégrles. L eemple le plus simple est elui des polynômes. (t 3 + t + 4t + ) dt C. On peut ussi intégrer des polynômes en sin() et os(), ou bien sinh() et osh(). On utilise pour el les formules d Euler, et les propriétés de l eponentielle (réelle ou omplee). 5

7 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble sin() ei e i i sinh() e e os() ei + e i osh() e + e Le prinipe est le suivnt : tout polynôme en sin() et os() est une ombinison linéire de termes de l forme sin n () os m (), qu il s git de linériser, en les eprimnt eu-mêmes omme ombinisons linéires de termes en sin(k) et os(k), dont on onnît une primitive. Voii un eemple. sin 4 () os 6 () (ei e i ) 4 (e i + e i ) 6 4 (ei e i ) 4 (e i + e i ) 4 (e8i 4e 4i + 6 4e 4i + e 8i )(e i + + e i ) 4 (ei 4e 6i + 6e i 4e i + e 6i +e 8i 8e 4i + 8e 4i + e 8i +e 6i 4e i + 6e i 4e 6i + e i ) ( ) 6 + os() 8 os(4) 3 os(6) + os(8) + os(). 5 D où une primitive de sin 4 () os 6 () : sin() sin(4) sin(6) sin(8) 48 + sin() 5 Observons que les questions de prité permettent de prévoir priori que l linéristion ne ontiendr que des os(k). En effet, sin() est une fontion impire et os() une fontion pire. Don si on remple pr, sin n () os m () ser inhngé si n est pir, hngé en son opposé si n est impir. Dns le premier s, l linéristion ne ontiendr que des osinus, dns le seond s, elle ne ontiendr que des sinus. L même tehnique s utilise ussi pour les osinus et sinus hyperboliques. Comme utre pplition de l eponentielle omplee, signlons l possibilité d intégrer des epressions du type e λ os(ω) ou e λ sin(ω), en les eprimnt omme prties réelles ou imginires d eponentielles omplees, que l on peut intégrer formellement omme des eponentielles réelles. Voii un eemple. e 3 os() Re(ep((3 + i))). Or une primitive (formelle) de ep((3 + i)) est : 3 i ep((3 + i)) 3 + i 3 e3 (os() + i sin()). 6.

8 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble L prtie réelle de ette epression est : qui est don une primitive de e 3 os(). 3 e3 (3 os() + sin()), e 3t os(t) dt 3 e3 (3 os() + sin()) + C. L seonde tehnique de lul à onnître est l intégrtion pr prties : b u() v () d [ ] b b u() v() u () v() d. Il fut penser à une intégrtion pr prties qund l un des fteurs de l fontion à intégrer une dérivée plus simple, essentiellement un polynôme (dériver diminue le degré), ln() (dérivée /), rsin() (dérivée / ) ou rtn() (dérivée /( + )). Enore fut-il onnître une primitive de l utre fteur. Pr eemple, pour λ : t e λt dt [ t ] λ eλt λ eλt dt λ eλ λ eλ + C. u(t) t u (t) v (t) e λt v(t) λ eλt L tehnique de lul d intégrles (ou de primitives) l plus importnte est le hngement de vrible. Théorème 4. Soit f une fontion ontinue sur [, b] et φ une fontion dérivble, de dérivée ontinue sur ], b[. Alors : b f(t) dt φ(b) φ() f(φ (u)) (φ ) (u) du. Il est fortement déonseillé de retenir l formule pr œur. Un hngement de vrible doit se penser de l mnière suivnte.. Je souhite rempler t pr u φ(t).. J eprime t en fontion de u : t φ (u) (je m ssure que φ est bien une bijetion). 3. J eprime dt en fontion de u et du en dérivnt l epression de t fontion de u : dt (φ ) (u) du. 4. J juste les bornes de l intervlle d intégrtion : si t vrie de à b, lors u φ(t) vrie de φ() à φ(b). (Cet justement des bornes est l rison pour lquelle il est onseillé de luler une primitive omme une intégrle de à ). 7

9 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble 5. Je remple t et dt pr leurs vleurs en fontion de u et du. Comme eemple, nous llons triter trois primitives d un type fréquent, omportnt l rine rrée d un trinôme. Voii l première. t + t + 5 dt. Notons que l fontion à intégrer est définie sur R tout entier. L première étpe onsiste à mettre le trinôme sous forme nonique, de mnière à fire pprître l une des trois epressions u +, u ou u. Nous sommes ii dns le premier s. t + t + 5 dt Nous devons don poser : On obtient : u t + ( t+ ) + dt (t + ) + 4 dt soit t u et dt du. + + u + du ( t+ ) + dt. + + u + du [ ln(u + ] + u + ) + ln( + + ( + ) +) + C ln( ) + C ln( ) + C. Voii une sitution prohe, mis qui du fit des signes renontrés dns le trinôme, onduit à des résultts différents. t t 3 dt. L fontion à intégrer est définie sur ], [ ]3, + [. Nous devons don supposer que l intervlle [, ] est soit inlus dns ], [, soit dns ]3, + [. L mise du trinôme sous forme nonique donne : t t 3 dt (t ) 4 dt 8 ( t ) dt.

10 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Nous devons don poser : On obtient : u t soit t u + et dt du. ( t ) dt u du u du [ ln u + ] u ln + ( ) + C ln C ln C. Comme prévu, les primitives ne sont définies que pour < ou > 3. Remrquez que le signe de + 3 dépend de l intervlle sur lequel on se trouve : il est négtif sur ], [, positif sur ]3, + [. Voii le dernier s que l on peut renontrer selon le signe du trinôme. t + t + 3 dt. L fontion à intégrer n est définie que sur l intervlle ], 3[. Nous devons don supposer que l intervlle [, ] est inlus dns ], 3[. L mise du trinôme sous forme nonique donne : t + t + 3 dt (t ) + 4 dt Nous devons don poser : dt. ( t ) u t soit t u + et dt du. 9

11 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble On obtient : dt ( t ) du u u du [ ] rsin(u) ( ) rsin + C. Comme prévu, les primitives ne seront définies que pour ], 3[. Nous verrons plus loin d utres pplitions lssiques des hngements de vrible. Il n est ps toujours file de deviner le bon hngement de vrible. Pour el, il fut se lisser guider pr l epression de f : si elle ontient une fontion ψ(t) et s dérivée ψ (t), il pourr être judiieu de poser u ψ(t). Dns le s le plus fvorble, l fontion se met sous l forme f(t) g (ψ(t))ψ (t), qui est l dérivée de g(ψ(t)). Il suffir don de onnître une primitive de g. Cei ne relève ps diretement du théorème 4, et s pplique d illeurs même si ψ n est ps monotone. Voii un eemple, ve ψ(t) e t, et ψ (t) te t. t [ ] te t dt + e t e t + dt ln( + e t ) ln( + e ) + C..4 Primitives des frtions rtionnelles On ppelle frtion rtionnelle le quotient de deu polynômes. L pluprt des primitives que l on sit luler formellement se rmènent à des luls de primitives de frtions rtionnelles, pr des hngements de vrible simples. Nous ommençons pr reenser les frtions rtionnelles prtiulières dont on sit luler une primitive. On les ppelle les éléments simples. On note n un entier stritement positif, et, b,, α, β des réels quelonques.. n : primitive. 3. n + n+. ( + ) : primitive ln + pour n ou n α + β ( + b + ) n, ve b 4 <. pour n >. n + ( + ) n

12 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Le dernier type est le plus diffiile à intégrer. L tehnique onseillée est l suivnte. On ommene pr fire pprître u numérteur l dérivée + b du trinôme. α + β ( + b + ) n α ( + b) + β α b ( + b + ) n α + b ( + b + ) + (β α n b) ( + b + ). n Cette dernière epression est ombinison linéire de deu termes. Le premier est de l forme f () f() n. Une primitive est don : γ [ t + b (t + bt + ) dt n n + (t + bt + ) n si n >, ou bien : si n. γ [ t + b t + bt + dt ln t + bt + Reste à intégrer le seond terme, γ (t + bt + ) dt. n ] ] γ γ n + ( + b + ) + C, n ln + b + + C, Il fut ommener pr mettre le trinôme sous forme nonique : ( t + bt + (t + b ) ) b 4. 4 On effetue lors un hngement de vrible ffine : t + b v b 4, 4 qui rmène le lul à elui d une primitive du type : I n (u) u γ (v + ) n dv. Si n, on obtient rtn(u)+c. Pour n >, une stue permet d effetuer un lul itértif en fisnt bisser le degré du dénominteur. ( u v + I n (u) γ (v + ) v ) dv n (v + ) n u u γ (v + ) dv v( v) n γ (v + ) dv. n

13 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Le premier terme est I n (u). Le seond terme s intègre pr prties, en dérivnt v. [ ]u u I n (u) I n (u) n + (v + ). n v γ n + (v + ). n dv. On rmène don insi le lul de I n (u) à elui de I n (u). En itérnt, on rrive à I (u) rtn(u) + C. On peut se demnder pourquoi le type 3 été restreint u dénominteurs tels que b 4 <. L rison est que dns le s, le type 3 se rmène u type. En effet, si, le trinôme s érit : γ + + b + ( + b ). Si >, le trinôme deu rines réelles. Il s érit : où ρ et ρ désignent les deu rines. Or : Une primitive de ( ρ )( ρ ) γ + b + ( ρ )( ρ ), ( ρ )( ρ ) ρ ρ ρ + ρ. ρ ρ est don : (t ρ )(t ρ ) dt ρ ρ (log( ρ log( ρ ) + C. Nous ommençons pr générliser ei à des frtions rtionnelles dont le dénominteur deu rines réelles distintes. Proposition. Soient n et m deu entiers, ρ et ρ deu réels distints. Il eiste des réels α,..., α n et β,..., β m tels que : ( ρ ) n ( ρ ) m α ( ρ ) + α ( ρ ) + + α n ( ρ ) n + β ( ρ ) + β ( ρ ) + + β m ( ρ ) m. Démonstrtion : L démonstrtion s effetue pr réurrene sur n + m, en utilisnt le s n m que nous vons déjà eminé. Notons H n,m l propriété énonée dns le théorème. Nous vons déjà montré que H, est vrie. Pour tout n, m, H n, et H,m sont évidemment vries. Pour n et m, on peut érire : ( ρ ) n ( ρ ) m ρ ρ ρ + ρ ρ ρ ( ρ ) n ( ρ ) m ( ) ρ ρ ( ρ ) n ( ρ ) m ( ρ ) n ( ρ ) m.

14 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Si H n,m et H n,m sont vries, on en déduit que H n,m est vrie. Don H n,m est vrie pour tout n, m. L déomposition que nous venons d effetuer, d une frtion rtionnelle prtiulière en une ombinison linéire d éléments simples, se générlise à des frtions rtionnelles quelonques. Nous ne donnerons ps l démonstrtion du théorème suivnt, semblble à elle de l proposition préédente, mis beuoup plus fstidieuse. Théorème 5. Considérons une frtion rtionnelle du type P ()/Q(), où P et Q sont deu polynômes à oeffiients réels, supposés premiers entre eu (frtion irrédutible). Considérons une ftoristion du dénominteur Q() sous l forme : Q() ( ρ ) n ( ρ k ) n k ( + b + ) m ( h + b h + h ) m h, où ρ,..., ρ k sont les rines réelles de Q, de multipliités n,..., n k, et les trinômes j + b j + j sont ses fteurs de degré, de disriminnt stritement négtif, orrespondnt u rines omplees de Q. L frtion rtionnelle P/Q s érit omme ombinison linéire des éléments simples suivnts.. l, où l,..., deg(p ) deg(q).. ( ρ i ), où i,..., k et l,..., n i. l 3. α + β ( j + b j + j ), où j,..., h et l,..., m j. l Pour omprendre ette déomposition, le mieu est d eminer s forme sur un s prtiulier, rssemblnt les différentes situtions. 3 ( ) 3 ( ) ( 3)( + ) ( + + ) A + B + + C ( ) + D ( ) + E ( ) 3 F ( ) + G ( ) + H ( 3) + I + J ( + ) + K + L ( + ) + M + N ( + + ), où les lettres A, B,..., M désignent des réels à déterminer. L théorie ssure que es réels eistent et sont uniques. Il suffirit don de réduire tous les éléments simples u 3

15 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble même dénominteur, et d identifier les numérteurs pour obtenir utnt d équtions que d inonnues (4 dns notre s). Ce n est ps insi qu on proède en prtique. On utilise plusieurs tehniques de mnière à déterminer le plus de oeffiients possibles pr des équtions simples. Voii es tehniques. Pour l prtie polynomile. Celle-i est non nulle seulement dns le s où le degré du numérteur est supérieur ou égl u degré du dénominteur. Dns e s le polynôme herhé, que l on ppelle l prtie entière, est le quotient Ent() de l division eulidienne de P () pr Q() : P () Ent()Q() + R(), où le reste R() est de degré stritement inférieur u degré de Q(). Dns notre eemple, Ent() + 9. Il fut s ssurer uprvnt que l frtion est bien irrédutible, et l simplifier éventuellement si elle ne l étit ps. Pour les termes en ( ρ i ) n i. Si on multiplie les deu membres de l déomposition pr ( ρ i ) n i, l rine ρ i disprît. On peut don rempler pr ρ i, e qui nnule tous les termes de l déomposition suf un. Il reste à guhe une ertine vleur, que l on lule en générl filement. Dns notre eemple, si on multiplie les deu membres pr ( ) 3, et qu on remple pr, on trouve : 3 ( ) ( 3)( + ) ( + + ) E, soit E. 4 Pour les termes en ( j + b j + j ) m j. On proède de même, en remplçnt pr une des rines omplees du trinôme. Dns notre s, on multiplie les deu membres pr ( + ), et on remple pr i. On trouve : i 3 (i ) 3 (i ) (i 3)(i + i + ) Ki + L. On identifie lors l prtie réelle et l prtie imginire : K et L 5. Pour les utres termes. Il fut herher les équtions les plus simples possibles, en prennt des vleurs prtiulières pour, qui ne soient ps des rines du dénominteur (, ±, et.). On peut ussi penser à fire tendre vers l infini. On n reours à une rédution u même dénominteur ve identifition des oeffiients qu en dernier ressort. Grâe à l déomposition en éléments simples, nous sommes mintennt en mesure d intégrer n importe quelle frtion rtionnelle, puisque nous svons intégrer hun des éléments simples. Nous llons détiller l eemple suivnt. P () Q() 6 + ( )( + + ). 4

16 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Le numérteur et le dénominteur sont premiers entre eu, l frtion est bien irrédutible. S déomposition en éléments simples l forme suivnte. 6 + ( )( + + ) A + B + C ( ) + D + E ( + + ) + F + G ( + + ). L division eulidienne du numérteur pr le dénominteur donne : ) 6 + ( ) (( )( + + ) + 3. Don A, B, et : 6 + ( )( + + ) ( )( + + ). On peut désormis ne trviller que sur l prtie restnte, à svoir : 3 ( )( + + ) C ( ) + D + E ( + + ) + F + G ( + + ). On multiplie les deu membres pr ( ), et on remple pr. On trouve C. 9 On multiplie ensuite les deu membres pr ( + + ), et on remple pr j +i 3. On trouve F j+g i 3. En identifint les prties réelles et imginires, 3 on trouve F + G et 3 F 3. L solution de e système de deu équtions 3 à deu inonnues est F et G On peut ensuite rempler pr i, et identifier prtie réelle et prtie imginire. On trouve D et E Il est bon de vérifier les luls, pr une ou plusieurs vleurs prtiulières. Pour : C + E + G. Pour : A B + C + D+E F +G +. Après voir enlevé l prtie entière, si on multiplie les deu membres pr et qu on fit tendre vers + : C + D. Aynt l déomposition en éléments simples, nous sommes mintennt en mesure de luler une primitive. I() t 6 + (t )(t + t + ) dt +t+ (t ) + t (t + t + ) + t (t + t + ) dt. On lule séprément 4 primitives. I 3 () I () 9 ( + t) dt, I () 9 t dt, t (t + t + ) dt, I 4() t (t + t + ) dt. 5

17 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Les deu premières sont files. I () I () ( + t) dt + + C. [ ] 9 t dt 9 ln t 9 ln + C. Les deu suivntes sont plus diffiiles. I 3 () t + 5 dt + 9 t + t + 9 t + t + dt 9 ln( + + ) + C Clulons séprément l primitive suivnte. I 5 () Effetuons le hngement de vrible : t + t + dt t + t + dt. (t + ) + 3 dt. 4 (t + 3 ) u, soit t u 3 3 et dt du. I 5 () 3 (+ ) 3 En regroupnt les luls : (+ 3 ) u + du rtn( ( )) + C 5. I 3 () 9 ln( + + ) rtn( 3 ( + )) + C 3. Pssons mintennt à I 4 () : I 4 () 3 t + (t + t + ) dt (t + t + ) dt C 4 Clulons séprément l primitive suivnte. I 6 () Effetuons le hngement de vrible : (t + t + ) dt (t + t + ) dt. ((t + ) + 3 dt. ) 4 (t + 3 ) u, soit t u 3 3 et dt du. 6

18 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble I 6 () (+ ) 3 (+ 3 ) (u + ) du (+ ) + u 3 (+ 3 ) (u + ) du (+ ) u 3 (+ 3 ) (u + ) du rtn( ( + 3 )) + C I 7(). Clulons enfin I 7 () pr prties : I 7 () 3 (+ ) u u (+ 3 ) [ (u + ) du u + ( u) ] 3 (+ ) + (+ 3 ) 3 (+ ) 3 (+ ) u + du 3 ( + ) 4 ( + 3 ) + + rtn( ( + 3 )) + C 7. En regroupnt l ensemble des résultts, on trouve : I() ln 9 ln( + + ) + rtn( ( )) C..5 Applitions des frtions rtionnelles De nombreu luls d intégrles se rmènent, près un ou plusieurs hngements de vrible, à un lul de primitive de frtion rtionnelle. Nous llons distinguer 4 types prinipu, et donner pour hun un eemple. L fontion à intégrer est notée f. Nous supposons omme d hbitude que f est définie et ontinue sur l intervlle d intégrtion, et que les hngements de vrible proposés peuvent effetivement être ppliqués. Type : f est une frtion rtionnelle en e t, osh(t), sinh(t) : Chngement de vrible u e t. Eemple : Posons : I sinh(t) dt dt. e t e t u e t soit t ln(u) et dt u du. 7

19 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble I e e u u u du e e u du e e u [ ] e u + du ln u ln u + e ln e e + ln e e + ln (e + ) e +. Type : f est une frtion rtionnelle en os(t), sin(t), tn(t) : Chngement de vrible u tn(t/). En effet, si u tn(t/), lors : Eemple : os(t) u u u, sin(t), tn(t) + u + u u, dt + u du. I π + os(t) dt + u + u du 3 + u du. +u Pour intégrer ette frtion rtionnelle, il fut effetuer un nouveu hngement de vrible : v u 3 soit u 3v et du 3dv. I v dv 3 3 rtn π 6 π 3 3. Le hngement de vrible u tn(t/) présente l inonvénient de onduire à des frtions prfois ssez ompliquées. On peut fire plus simple dns ertins s. Si f est un polynôme en os(t) et sin(t) : linériser. Si f(t) dt reste inhngé qund on remple t pr t : poser u os(t). Si f(t) dt reste inhngé qund on remple t pr π t : poser u sin(t). Si f(t) dt reste inhngé qund on remple t pr π + t : poser u tn(t). À titre d eemple, eminons l effet de 4 hngements de vrible possibles pour luler : I() tn(t) dt ln os() + C. 8

20 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble u tn t I() tn(/) u os(t) I() u sin(t) I() u tn(t) I() tn(/) os() os() sin() sin() tn() tn() 4u u 4 du u du u u du u + u du. Evidemment, les 4 hngements de vrible onduisent u même résultt finl, mis ertins sont plus simples... Type 3 : f est une frtion rtionnelle en t et ( t+b) m : t+d Chngement de vrible u ( t+b) m. t+d Eemple : I Effetuons le hngement de vrible : + t t dt. u 6 + t soit t u 6 et dt 6u 5 du. I 6 + 6u u 3 + u du + 6u u + du u 6 u + + u + du [ u 3 ] u + u ln u Type 4 : f est une frtion rtionnelle en t et t + bt + : Chngement de vrible u 4 (t + b ). b 4 Il est déonseillé de retenir pr œur e hngement de vrible. L idée est de mettre d bord le trinôme sous forme nonique, puis d effetuer le hngement de vrible déqut pour se rmener à l une des trois formes u +, u ou u. Nous vons déjà vu un eemple pour hun des 3 s. Une fois e hngement de vrible ffine effetué, il reste une frtion rtionnelle en u et u + ou bien u ou bien u. Il fut effetuer lors un nouveu hngement de vrible pour se rmener à une intégrle du type ou.. frtion rtionnelle en u et u + : hngement de vrible u sinh(v). 9

21 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble. frtion rtionnelle en u et u : hngement de vrible u osh(v). 3. frtion rtionnelle en u et u : hngement de vrible u sin(v). Eemple : I t ( t + 3t + ) 3 dt Effetuons le hngement de vrible : t ( ) 3 dt. (t + 3 ) 4 u t + 3 soit t (u 3) et dt du. I 5 3 (u 3) 4 ( 3 ( ) u ) 3 5 du 3 (u 3) ( u ) 3 du. Nous devons lors rempler u pr osh(v) (don du pr sinh(v) dv). I ln(5+ 4) ln(3+ 8) (osh(v) 3) ln(5+ 4) (osh(v) 3) sinh(v) dv (sinh(v)) 3 ln(3+ dv. 8) (sinh(v)) On eprime lors osh(v) et sinh(v) en fontion de e v : I ln(5+ 4) ln(3+ 8) ( ev +e v 3) ln(5+ 4) (e v 6e v + ) dv ( ev e v ) ln(3+ dv. 8) (e v ) C est une intégrle du type : le hngement de vrible w e v nous rmène à une frtion rtionnelle. I (w 6w + ) (w ) w dw w + 4 (w ) 6 (w + ) dw [ ln w 4 w + 6 ] 5+ 4 w

22 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Entrînement. Vri ou fu Vri-Fu. Prmi les ffirmtions suivntes lesquelles sont vries, lesquelles sont fusses, et pourquoi?. Toute fontion intégrble sur [, b] est ontinue.. Si une fontion est ontinue sur [, b], suf en un point, lors f dmet une primitive. 3. Toute fontion ontinue sur [, b] dmet une primitive qui s nnule en b. 4. Toute primitive d une fontion ontinue sur [, b] s nnule en un point de [, b]. 5. Toute primitive d une fontion ontinue sur [, b] est dérivble sur ], b[. 6. Toute primitive d une fontion ontinue sur ], b[ est dérivble à droite en. Vri-Fu. Toutes les fontions onsidérées sont supposées ontinues. Prmi les ffirmtions suivntes lesquelles sont vries, lesquelles sont fusses, et pourquoi?. L intégrle sur [, ] d une fontion négtive ou nulle est négtive ou nulle.. L intégrle sur [, ] d une fontion minorée pr est inférieure ou égle à. 3. L intégrle sur [, ] d une fontion mjorée pr est inférieure ou égle à. 4. L intégrle sur [, ] d une fontion mjorée pr est inférieure ou égle à L intégrle d une fontion impire sur [, ] est nulle. 6. Si une fontion f est telle que pour tout [, ], f() < 3, lors son intégrle sur [, ] est stritement négtive. 7. Si l intégrle d une fontion f ontinue sur [, ] vut y, lors il eiste [, ] tel que f() y. 8. Si l intégrle d une fontion f sur [, ] vut y, lors il eiste [, ] tel que f() y. Vri-Fu 3. Prmi les ffirmtions suivntes lesquelles sont vries, lesquelles sont fusses, et pourquoi?. Toute primitive d une fontion négtive ou nulle est déroissnte.. Toute primitive d une fontion positive ou nulle est positive ou nulle. 3. Toute fontion ontinue est l primitive d une fontion ontinue. 4. Si f est une fontion ontinue, lors os(f()) est une primitive de sin(f()). 5. Si f est une fontion ontinûment dérivble et ne s nnulnt ps, ln(f()) est une primitive de f () f(). 6. Si f est une fontion ontinûment dérivble, rtn(f()) est une primitive de f () +f ().

23 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Vri-Fu 4. Prmi les ffirmtions suivntes lesquelles sont vries, lesquelles sont fusses, et pourquoi?. Il eiste des primitives de ( ) / définies sur l intervlle [, ].. Il eiste des primitives de ( /) / définies sur l intervlle [, ]. 3. Il eiste des primitives de / définies sur l intervlle [, ]. 4. Il eiste des primitives de / définies sur l intervlle [, ]. 5. Toute primitive de sin 8 () est une fontion impire. 6. Toute primitive de sin 9 () est une fontion pire. 7. Une primitive de e t os(t) est e t sin(t). 8. Une primitive de e t os(t) est e t (os(t) + sin(t)). 9. Une primitive de e t os(t) est e t (sin(t) os(t)).. Une primitive de e t os(t) est e t sin(t π 4 ). Vri-Fu 5. Prmi les églités suivntes lesquelles sont vries, lesquelles sont fusses, et pourquoi? π π. sin() d os() d π π π π π π π π π sin() d π sin() d π os() d. π sin() d π. sin() d π. os() d. sin() d os() d. sin () d os() d. [ ] π π sin() os() d. π sin () d π. os () d. Vri-Fu 6. Prmi les églités suivntes lesquelles sont vries, lesquelles sont fusses, et pourquoi?. π sin(t) dt π sin(u) du.

24 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble π π π 8 π π 4 π sin(t) dt sin(t) dt sin(t) dt sin(t) dt sin(t) dt. Eeries π 4 π π π e π sin(u) du. sin(u) du. u u du. sin( ) u du. u sin(ln(u)) u du. Eerie. Érire sns lul les primitives suivntes. ln(t) t dt ; te t dt ; e t t dt ; sin(t)e os(t) dt ; e t+et dt ; + e dt ; t sin(t) + os(t) dt ; sin(t) + os(t) dt ; tn(t) os(t) dt ; e tn 3 (t) + tn 5 (t) dt ; sin(t) t + 3 (t + 3t + 5) dt ; sin(t) os(t) dt ; t + t dt ; rsin (t) dt ; t sin(t) tn(t) dt ; + tn 6 (t) dt ; t + t + t + 5 dt ; tn( t) + tn 3 ( t) t dt ; os(t) sin (t) dt ; os (t)(3 + tn(t)) dt ; e t (sin(e t ) sin 3 (e t )) ( + + os 3 (e t ) ) + os 3 (e t ) dt. t + t + t + 3 dt ; sin(e t )e t+ os(e t ) os(e t ) Eerie. Cluler les primitives suivntes, en utilisnt les propriétés de l eponentielle. os 3 (t) dt ; os (t) sin (t) dt ; os 3 (t) sin (t) dt ; sin 3 (t) dt ; os 4 (t) dt ; os(t) sin 3 (t) dt ; os (t) sin 3 (t) dt ; 3 sin 4 (t) dt ; os 3 (t) sin(t) dt ; os(t) sin 4 (t) dt ; dt ;

25 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble osh 3 (t) dt ; osh (t) sinh (t) dt ; osh 3 (t) sinh (t) dt ; e t os(t) dt ; sinh 3 (t) dt ; e t sin(t) dt ; osh 4 (t) dt ; osh(t) sinh 3 (t) dt ; osh (t) sinh 3 (t) dt ; e t os(t) dt ; sinh 4 (t) dt ; osh 3 (t) sinh(t) dt ; osh(t) sinh 4 (t) dt ; e t os(t π 4 ) dt ; e t os(t + π 4 ) dt ; e t os(t π 3 ) dt ; e t os(t + π 3 ) dt ; e t sin(t) dt ; Eerie 3. Cluler les primitives suivntes, en utilisnt l intégrtion pr prties. te t dt ; t ln(t) dt ; t sin(t) dt ; t os(t) dt ; rsin(t) dt ; (t + ) rtn(t) dt ; t e t dt ; t ln(t) dt ; t sin(t) dt ; t os(t) dt ; t rsin(t) dt ; (t + t)e 3t dt ; t 3 e t dt ; t 3 ln(t) dt ; t 3 sin(t) dt ; t 3 os(t) dt ; rtn(t) dt ; (t + ) rsin(t) dt. Eerie 4. Cluler les primitives de frtions rtionnelles suivntes. t(t ) dt ; t t + 4 dt ; t + 4 dt ; t (t ) dt ; (t ) dt ; t + 3 (t )(t + 5) dt ; (t + )(t + t + 5) dt ; t dt ; t 3 t + 4 dt ; 3t + t + 4 dt ; t(t ) dt ; t + (t + ) dt ; t(t ) dt ; t 5 t + 3 dt ; 3t + (t + 4)(t ) dt; t (t ) dt ; t(t + ) dt ; t (t )(t + )(t + 3) dt ; 6 t (t + ) dt ; 3 t 4 t dt ; t 4 + t(t ) 3 dt. 4

26 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Eerie 5. Cluler les primitives suivntes. + e dt ; t e t + e t + dt ; + osh(t) dt ; Eerie 6. Cluler les primitives suivntes. sin(t) dt ; e t e dt ; t e 3t e t e t + dt ; sinh(t) osh(t) dt ; os(t) dt ; e t e t dt ; e t + e t + e t + dt ; osh(t) sinh(t) + osh(t) dt. sin(t) os(t) dt ; + sin(t) dt ; os(t) tn(t) + sin(t) dt ; + 3 sin(t) os(t) dt ; 5 4 sin(t) tn(t) + tn(t) dt ; sin(t)( + os (t)) dt ; sin(t) + sin(t) dt ; + os(t) dt ; + os (t) dt ; os(t) os(t) dt ; + sin(t) dt ; os(t) sin (t) + tn (t) dt ; os(t) sin(t) os(3t) dt. Eerie 7. Cluler les primitives suivntes. + t t t + t dt ; t dt t t + dt. t dt ; t + t + t dt ; Eerie 8. Cluler les primitives suivntes. 4t t + + t dt ; t + t dt ; t + t(4 t) dt ; t + t(t ) dt ; t t dt ; t t + t dt ; t (t )(3 t) dt ; t t + t dt ; t + t + dt ; 5t 3 t + 8t + dt ; t t + t dt ; t t + t + dt ; t t t dt. 5

27 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble.3 QCM Donnez-vous une heure pour répondre à e questionnire. Les questions sont indépendntes. Pour hque question 5 ffirmtions sont proposées, prmi lesquelles sont vries et 3 sont fusses. Pour hque question, ohez les ffirmtions que vous pensez vries. Chque question pour lquelle les ffirmtions vries sont ohées rpporte points. Question. A Il eiste des primitives de sin( ) définies sur l intervlle [, ]. B Il eiste des primitives de sin( ) définies sur l intervlle [, ]. C Il eiste des primitives de définies sur l intervlle [, ]. sin() D L intégrle de sin () sur [ π, π] est nulle. E L intégrle de sin() sur [ π, π] est nulle. Question. On note f l fontion f qui à t R ssoie f(t) t. Pour tout R, on pose g() f(t) dt. A L fontion g est deu fois dérivble sur R. B g() f(t) dt. C g() tend vers + lorsque tend vers +. D L fontion g est deu fois dérivble sur R. E Si F est une primitive de f, lors g() F (). Question 3. A Pour tout R, sin 6 () est une ombinison linéire de, os(), os(4) et os(6). B Pour tout R, os 6 () est une ombinison linéire de os(), os(4) et os(6). C Pour tout R, sin 4 () os 4 () est une ombinison linéire de os(), os(4) et os(6). D Pour tout R, sin 5 () est une ombinison linéire de sin(), sin(3) et sin(5). E Pour tout R, sin 3 () os () est une ombinison linéire de sin() et sin(3). Question 4. Soit n un entier supérieur ou égl à. On pose : I n A I n B I n n n + tn ( t) n+ dt. n n + tn+ ( t) n dt. 6 ( t( t) ) n dt.

28 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble C I n D I n E I n n n + tn+ ( t) n dt. n( t) ( t( t) ) n dt. n(t )t n ( t) n dt. Question 5. On note f l fontion qui à t [, ], ssoie f(t) pose : I f(t)dt. (t )( t). On A Le hngement de vrible t u (t )( t) est bijetif sur [, ]. B I sup{f(), [, ]}. C Le hngement de vrible t u 3 t donne tf(t) dt 3I tf(t) dt. D Le hngement de vrible t v t 3 donne I v dv. E f dmet une primitive définie sur R. Question 6. On note f l fontion qui à t R, ssoie f(t) A B C D f(t) dt f(t) dt > + u du. t dt. f(t) dt ln(5). Soit g une fontion définie et ontinue sur [, ] telle que Alors pour tout t [, ], g(t). n k E n + k tend vers f(t) dt qund n tend vers l infini. k Question 7. On note f l fontion qui à t R, ssoie f(t) I f(t) dt. A f possède une primitive définie sur R. B I ( [ ] ) 8 t + 4 dt + t. t + 4 C I >. 4 D I ( + u ) du. e E I dv. e v + 4e v t t +. g(t) f(t) dt.. On pose (t + 4) 7

29 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble t + Question 8. On note f l fontion qui à t R, ssoie f(t) (t + 3)(t 4). A f une primitive définie sur R. B L déomposition en éléments simples de f l forme suivnte : f(t) A t B t + + C t. C Une primitive de f(t) est ln( (t + 3)(t + ) 5 ( t) ). + e 3u + e u D f(t) dt (e u + 3)(4 e u ) du. π ( + os (u)) sin(u) E f(t) dt (3 + os(u))(os (u) 4) du. Question 9. On note f l fontion qui à t R, ssoie f(t) e t + e. t A f une primitive définie sur R. B L fontion qui à ssoie ln(e + e ) est une primitive de f. C Si F est une primitive de u + /u, lors F (e ) est une primitive de f. D L fontion qui à ssoie π/4 rtn(e ) est une primitive de f. E L primitive de f qui s nnule en est π/4 rtn(e ). Question. Soient et b deu réels. On note f l fontion qui à t ssoie t + b. A Si et b sont stritement positifs, il eiste une onstnte C telle que rsin( /b) soit une primitive de f. BSi et b sont stritement positifs, il eiste une onstnte C telle que + b soit une primitive de t tf(t). C Si est stritement négtif et b stritement positif, il eiste une onstnte C telle que C rsin( /b) soit une primitive de f. D Si est stritement positif et b stritement négtif, il eiste une onstnte C telle que C rsin( /b) soit une primitive de f. E f dmet une primitive définie sur R si et seulement si et b sont de même signe. Réponses : BD BC 3 AD 4 BE 5 BC 6 DE 7 AB 8 BC 9 AD BC.4 Devoir Essyez de bien rédiger vos réponses, sns vous reporter ni u ours, ni u orrigé. Si vous souhitez vous évluer, donnez-vous deu heures ; puis omprez vos réponses ve le orrigé et omptez un point pour hque question à lquelle vous urez orretement répondu. 8

30 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Questions de ours : Soient f une fontion définie et ontinue sur R.. Qu ppelle-t-on primitive de f sur R?. Soit un réel. Soit F une primitive de f. Eprimer F () à l ide de F () et f(t) dt. 3. On supose qu il eiste > tel que F () F (). Montrer que f s nnule u moins une fois sur l intervlle [, ]. 4. En utilisnt une intégrtion pr prties, eprimer 5. Eprimer e t f(e t ) dt à l ide de F. tf(t) dt à l ide de F. Eerie : On rppelle les définitions suivntes du osinus et du sinus hyperboliques.. Vérifier que : R, osh() e + e et osh(t) dt sinh(). Démontrer l formule suivnte. n N, osh n+ () n 3. Démontrer l formule suivnte. 4. Cluler 5. Cluler n N, sinh n+ () n sinh() e e et. sinh(t) dt osh(). ( ) n n + osh((n + j)). j j ( ) n n + ( ) j sinh((n + j)). j j osh 5 (t) dt en fontion de sinh(5), sinh(3) et sinh(). sinh 5 (t) dt en fontion de osh(5), osh(3) et osh(). Eerie : Soit n N un entier. On note I n l intégrle suivnte. I n. Démontrer que pour tout n, ( t) n e t dt < n! ( t)n e t dt. ( t) n e t dt. En déduire que l suite I n est stritement déroissnte. 9

31 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble. Démontrer que pour tout n N, 3. Cluler I. 4. Cluler I. < I n < e (n + )!. 5. En utilisnt une intégrtion pr prties, démontrer que pour tout n : 6. En déduire que pour tout n N : I n I n n!. I n e n k k!. 7. Déduire des questions préédentes l endrement suivnt pour e. Eerie 3 : On pose I. Montrer que I. Montrer que I π/3 π/ 3 n k n k! < e < k! + e (n + )!. k + t(4 t) dt. sin(u) + sin(u) du. 4v ( + v) ( + v ) dv. 3. En déduire que I π Corrigé du devoir Questions de ours :. On ppelle primitive de f sur R toute fontion dérivble sur R telle que : R, F () f().. F () F () + f(t) dt. 3

32 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble 3. Démontrons l ontrposée : si f ne s nnule ps, lors F () F (). Puisque f est ontinue, d près le théorème des vleurs intermédiires, si f ne s nnule ps sur ], [, lors son signe reste le même : t ], [, f(t) > ou bien t ], [, f(t) <. Quitte à rempler f pr f nous pouvons supposer que f reste stritement positive sur ], [. Or l intégrle sur un intervlle d une fontion ontinue stritement positive est stritement positive. Don 4. tf(t) dt F () F () + 5. e t f(e t ) dt Eerie :. f(t) dt > F (). [ ] tf (t) F (t) dt F () F () F (t) dt. e osh(t) dt e f(u) du F (e ) F (e ). e t dt + [ ] e t + [ ] e t e t dt (et ) (e t ) sinh(). sinh(t) dt e t dt [ ] e t [ ] e t e t dt (et ) + (e t ) osh(). 3

33 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble. En utilisnt l formule du binôme de Newton : ( ) osh n+ n+ n + () e (n+ j) e j n+ j n+ n+ n+ n+ n+ n+ n j n+ j ( ) n + j e (n+ j) ( ) ( ) n n + n+ e (n+ j) n + + e (n+ j) j j jn+ j ( ) ( ) n n n n + e (n j) + e (n+ (n+ j )) j j n + j j ( ) n n + e (n+ j) + j j ( ) n n (e (n+ j) + e (j n )) j j ( ) n n + osh((n + j)) j j ( ) n n + osh((n + j)). j j 3. De même (les étpes intermédiires sont nlogues) : sinh n+ () n+ n+ n n+ j ( ) n e (j n ) n j ( ) n + e (n+ j) ( ) j e j j ( ) n n ( ) j( e (n+ j) e (j n )) j j ( ) n n + ( ) j sinh((n + j)). j j 4. En ppliqunt le résultt de l question pour n : osh 5 () 6 osh(5) osh(3) + 6 osh().

34 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Don : osh 5 (t) dt 6 osh(5t) dt sinh(5) sinh(3) sinh(), en utilisnt le résultt de l question. 5. En ppliqunt le résultt de l question 3 pour n : Don : sinh 5 (t) dt 6 sinh 5 () 6 sinh(5) 5 6 sinh(5t) dt 5 6 osh(3t) dt + osh(t) dt 6 sinh(3) + 6 sinh(). sinh(3t) dt + sinh(t) dt 6 8 (osh(5) ) 5 48 (osh(3) ) + 5 (osh() ), 8 en utilisnt le résultt de l question. Eerie :. Pour tout n, et pour tout t ], [, < ( t) < ( t) n < ( t) n ( t) n e t < ( t) n e t. L fontion t ( t) n e t ( t) n e t est ontinue et stritement positive sur ], [. Son intégrle est don stritement positive. ( t) n e t ( t) n e t dt > ( t) n e t dt < ( t) n e t dt. Comme n! > (n )!, /(n!) < /(n )!. Don I n < I n.. Pour tout n, et pour tout t ], [, < ( t) n e t. L fontion à intégrer est ontinue et stritement positive, don I n est stritement positive. L fontion t e t est mjorée pr e sur [, ]. De plus l fontion t e e t est ontinue et stritement positive sur [, [. Le même risonnement que préédemment donne l mjortion u sens strit suivnte. n! ( t)n e t dt < n! ( t)n e dt. 33

35 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble 3. Or : ( t) n dt Don : I n < n + I [ ] ( t)n+ n + n +. e t dt 4. Effetuons une intégrtion pr prties : e n! e (n + )!. [ e t ] e. I ( t)e t dt [ ] ( t)e t + e t dt + I e. 5. I n [ ] n! ( t)n e t + n n! ( t)n e t dt n! + I n. 6. Effetuons une démonstrtion pr réurrene. L formule est vrie pour I. Supposons-l vrie pour I n. En utilisnt le résultt de l question préédente : I n+ I n e e (n + )! n k n+ k k! (n + )! k!. L formule est vrie pour n +, elle est don vrie pour tout n N. 7. Nous vons démontré que < I n < e/(n + )!. Don : < e n k k! < e n (n + )! 34 k k! < e < n k k! + e (n + )!.

36 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble Eerie 3 :. Erivons t(4 t) 4 (t ). Effetuons le hngement de vrible t os(u), soit dt sin(u) du. Lorsque t vrie de à, os(u) vrie de / à, don u vrie de ros( /) π/3 à ros() π/. Sur et intervlle, t(4 t) 4 4 os (u) sin(u), r sin(u) est positif pour u [π/, π/3]. Don : I π/ π/3 π/3 + sin(u) ( sin(u)) du sin(u) π/ + sin(u) du.. L fontion à intégrer est une frtion rtionnelle en sin(u) qui n ps d invrine prtiulière. Effetuons le hngement de vrible u tn(v/), soit : du v dv et sin(u) + v + v. Lorsque u vrie de π/ à π/3, v vrie de tn(π/4) à tn(π/3), don de à 3. On obtient : I 3 v +v + v +v + v dv 3 3. L déomposition en éléments simples est l suivnte. On en déduit : [ I + v ] 3 4v ( + v) ( + v ) dv. 4v ( + v) ( + v ) ( + v) + + v. [ ] 3 + rtn(v) π 3 π π

37 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble 3 Compléments 3. L qudrture du erle Étnt donné un erle, dessiné sur une feuille de ppier, onstruire en utilisnt uniquement une règle et un omps, un rré dont l surfe est égle à elle du erle. Tel est l énoné du problème dit de «l qudrture du erle», qui oupé les mthémtiiens mteurs et professionnels pendnt tnt de sièles, qu il est devenu dns le lngge ournt un rhétype de problème insoluble. Effetivement, l qudrture du erle est impossible, et l démonstrtion définitive été donnée en 88 pr Crl von Lindemnn (85-939). Cei n empêhe ps de nombreu mteurs peu u fit des mthémtiques d essyer enore et enore, et de proposer leurs solutions (fusses bien sûr). Au point que l Adémie des Sienes dû délrer que désormis elle refuserit d eminer tout mémoire portnt sur l qudrture du erle. On peut onstruire à l règle et u omps toutes sortes de droites, de erles et de points. On peut onstruire des perpendiulires et des prllèles, des médines, des méditries, des bissetries... Qu est-e qui distingue e qui peut être onstruit à l règle et u omps de e qui ne peut ps? L réponse fut donnée en 837 pr Pierre-Lurent Wntzel (84-848) (il vit 3 ns). On ppelle nombre onstrutible toute oordonnée d un point que l on peut onstruire à l règle et u omps, à prtir d un repère orthonormé donné du pln. Théorème 6. Tout nombre onstrutible est rine d un polynôme à oeffiients entiers, et le plus petit degré d un polynôme à oeffiients entiers dont e nombre est rine est une puissne de. Wntzel mettit insi un point finl à deu utres problèmes élèbres hérités des Gres : l duplition du ube (onstruire un ube de volume double de elui d un ube donné), et l trissetion de l ngle (onstruire un ngle égl u tiers d un ngle donné). Mis il ne résolvit ps tout à fit l qudrture du erle. Le ôté d un rré dont l surfe est égle à π est π. D près le théorème de Wntzel, si π est onstrutible lors π l est ussi. Comment prouver que π n est ps onstrutible? Il se trouve que π est trnsendnt, est à dire qu il n est rine d uun polynôme à oeffiients entiers. Que π est irrtionnel vit déjà été soupçonné pr les Gres (en prtiulier Arhimède) et onjeturé près eu pr les mthémtiiens rbes, notmment Al Biruni (973-49) (dont L Fontine injustement fit «Aliboron»). Il fllut ttendre Jen-Henri Lmbert en 766 pour l première démonstrtion, à bse de frtions ontinues. Du fit de l enjeu (l qudrture du erle), l trnsendne de π fit l objet d une belle ompétition entre mthémtiiens, tout u long du i e sièle. Lindemnn remport l plme en 88, en utilisnt l trnsendne de e, démontrée vnt lui pr Chrles Hermite. 36

38 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble L démonstrtion de Lindemnn est beuoup trop diffiile pour être eposée ii. En utilisnt uniquement les outils à votre disposition, et en prtiulier les luls d intégrles, nous llons prouver plus modestement l irrtionlité de π, pr une démonstrtion différente de elle de Lmbert. Théorème 7. Le nombre π est irrtionnel. Démonstrtion : C est une démonstrtion pr l bsurde. On suppose que π est rtionnel, don qu il s érit π p/q, où p et q sont deu entiers. Pour tout n N, posons : π ( ) n I n (p q) sin() d. Observez que (p q) s nnule pour et pour π, pr hypothèse. Entre les deu, (p q) et sin() sont stritement positifs ; don l intégrle I n est stritement positive pour tout n. L démonstrtion omporte deu étpes. On montre d bord que I n est un entier divisible pr n!, ensuite que I n /n! tend vers qund n tend vers l infini. Mis une suite d entiers qui tend vers est nulle à prtir d un ertin rng. Or I n est stritement positive pour tout n. D où l ontrdition. Étpe : I n est un multiple entier de n!. C est une démontrtion pr réurrene, pour lquelle il nous fut une formule du même métl. On l obtient grâe à deu intégrtions pr prties suessives. I n [ ((p ) n( ] π q) os()) + π [ π n(p q) ( (p q) ) n os() d n(p q) ( (p q) ) n os() d n(p q) ( (p q) ) ] n π sin() π ( nq ( (p q) ) n ( + n(n )(p q) (p q) ) n ) sin() d π nq ( (p q) ) n π sin() d n(n )p ( (p q) ) n sin() d π + 4n(n )q(p q) ( (p q) ) n sin() d nq I n n(n )p I n + 4n(n )q I n nq( + (n )) I n n(n )p I n. Pour initiliser l réurrene, lulons I et I. I π [ sin() d ] π os(). 37

39 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble On lule I, à nouveu pr prties. I π (p q) sin() d [ ] π π (p q)( os()) + (p q) os() d [ ] π π (p q) sin() + q sin() d 4q. Don I et I sont entiers (multiples de!! ). L epression de I n en fontion de I n et I n montre que si I n est multiple entier de (n )! et I n est multiple entier de (n )!, lors I n est multiple entier de n!. D où le résultt, pr réurrene. Étpe : L suite (I n /n!) onverge vers. Le mimum de l fontion (p q) est tteint pour p/(q) et vut p /(4q). Don : ( ) p n ( ) π p n I n sin() d. 4q 4q Or pour tout R, l suite ( n /n!) onverge vers, d où le résultt. Au pssge, e n est que depuis le vii e sièle que le rpport de l ironférene d un erle à son dimètre se note π (du terme gre περίµετ ρoς (périmètre), qu Arhimède utilisit pour désigner l ironférene). Il semble que e soit Willim Oughtred (574-66) qui it le premier utilisé l nottion π, omme les signes ± et. Il ussi onstruit une des premières éhelles logrithmiques, ouvrnt insi l voie à l règle à lul. L lettre π est devenue une nottion stndrd près les trvu d Euler en Fontions spéiles Toute fontion ontinue sur un intervlle dmet une infinité de primitives sur et intervlle. L question du lul d une primitive reouvre en fit deu problèmes très différents. Le premier est elui du lul numérique d une ou plusieurs de ses vleurs, qui pr nture ser une pproimtion (l ordinteur ne peut donner que des résultts déimu). L utre problème est elui du lul formel, qui onsiste à trouver une epression d une primitive à l ide de fontions onnues. Considérons pr eemple les fontions suivntes. Ont-elles une primitive que l on peut luler?. f(). g() ln(). L réponse est oui pour f, dont une primitive est ln, dns l mesure où on onsidère que ln est une fontion onnue. C est non pour g suf si on définit l fontion 38

40 Mths en Ligne Clul des primitives UJF Grenoble logrithme intégrl que l on note Li : Li() dt ln(t). Cette fontion pprît nturellement dns des problèmes prtiques, tout omme le logrithme ordinire. De l même fçon, on est mené à définir le sinus intégrl, le osinus intégrl, l eponentielle intégrle. Si() sin(t) t + os(t) e t dt ; Ci() dt ; Ei() t t dt. Enore étudint, J.W.L. Glisher (848-98) publi un rtile sur les fontions sinus intégrl, osinus intégrl et eponentielle intégrle, ontennt des tbles de vleurs inédites. Il deviendr un spéiliste reonnu du lul de tbles numériques. Au ours du temps, de nombreuses fontions sont insi pprues, et sont désormis intégrées u logiiels de lul. Une des plus onnues est l fontion erf (pour «error funtion»), très utilisée en sttistique, qui est définie omme suit. erf() e t dt. π Toutes es fontions «spéiles», ont etement le même sttut mthémtique que les fontions usuelles : on peut les dériver, les intégrer, les ssoier à d utres fontions dns des formules, et. Au moment de luler numériquement une vleur prtiulière, un logiiel de lul utiliser toujours un lgorithme d pproimtion ; mis est ussi le s pour les fontions usuelles... Alors pourquoi distinguer les fontions spéiles des utres fontions? Peut-être pre que les fontions usuelles vous posent déjà suffismment de problèmes, sns en rjouter! 3.3 Intégrles elliptiques Il y plus de deu millénires, Arhimède svit déjà luler l ire délimitée pr un r de prbole. Pourtnt, jusqu u vii e sièle, luler l longueur d un r de ourbe fut onsidéré omme impossible. L idée qu un r de ourbe puisse être mesuré u même titre qu un segment de droite semblit même bsurde à beuoup de mthémtiiens. Le progrès vint de l idée que l longueur d un r de ourbe puisse être pprohée pr elle d une hîne de segments ynt leurs etrémités sur l ourbe. Pierre de Fermt (6-665) fut le premier à réliser que le lul d un r de ourbe se rmenit u lul de l ire insrite sous une utre ourbe, soit en termes modernes, une intégrle. Pourtnt, même près que l méthode de lul fut omprise, les tenttives pour luler l longueur d un r d ellipse éhouèrent. Voii une des fçons d érire le problème. Les équtions prmétriques d une ellipse prllèle u es sont : { (t) os(t) y(t) b sin(t). 39

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires L-MATH II-(25-26). Résumé sur les Intégrles Impropres & eercices supplémentires Une fonction définie sur un intervlle I est dite loclement intégrble sur I si f est Riemnnintégrble sur tout intervlle [,

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math

Espaces métriques, espaces vectoriels normés. Tewfik Sari. L2 Math Espces métriques, espces vectoriels normés Tewfik Sri L2 Mth Avertissement : ces notes sont l rédction, progressive et provisoire, d un résumé du cours d espces métriques de d espces vectoriels normés

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo

Théorie de la mesure et intégration. J.C. Pardo Feuille de TD 6. Théorie de l mesure et intégrtion. J.C. Prdo Exercices. Exo. 72 Soit f une fonction sur. On considère muni de l tribu B des boréliens et d une mesure λ sur B. On suppose que f est λ-loclement

Plus en détail

= L.a DVD 2.D et l = L.a BR. l DVD 2.D. .l BR. = 4,8 3,0 405 = 6,5 102 nm. 1 = 3,5.10 4 m 1 ; = 2,0.10 2 rad) 2.D L BR = L DVD. l BR 2.D.

= L.a DVD 2.D et l = L.a BR. l DVD 2.D. .l BR. = 4,8 3,0 405 = 6,5 102 nm. 1 = 3,5.10 4 m 1 ; = 2,0.10 2 rad) 2.D L BR = L DVD. l BR 2.D. Corretion exerie. Évolution des idées sur l lumière.. es ondes méniques néessitent un milieu mtériel (solide, liquide ou gz) pour se propger tndis que les ondes lumineuses peuvent se propger en l bsene

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

COMPARAISON DE FONCTIONS

COMPARAISON DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot COMPARAISON DE FONCTIONS 1 Notion de voisinge Définition 1.1 Voisinge Soit R = R {± }. On ppelle voisinge de une prtie de R contennt un intervlle de l forme :

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations Exeries Mthémtiques Disrètes : Reltions Reltions inires R1 Soient A = {0, 1, 2, 3, 4} et B = {0, 1, 2, 3} deux ensemles. Erire expliitement les ouples (, ) R où (, ) R si et seulement si : =, + = 4,

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Introdution edatenq est une pplition qui permet ux entreprises de ompléter et d'envoyer leurs délrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une pplition internet totlement séurisée du SPF Eonomie. Les

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Eo7 Clcls de primitives et d intégrles Eercices de Jen-Lois Roget. Retrover ssi cette fiche sr www.mths-frnce.fr * très fcile ** fcile *** difficlté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontornle

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2 MINISTERE DE L 'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FACULTE DES SCIENCES. DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES OSMANOV Hmid KHELIFATI Sddek BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE PARTIE : INTEGRATION. INTEGRALE INDEFINIE

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER 4. Fonctions loclement intégrbles Soit I un intervlle de R et soit f : R R une ppliction. Définition 4.. On dit que f est loclement intégrble sur I si f est intégrble

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord Mster Info - 2014-2015 MIF15 Complexité et Clculbilité Exmen Finl Corrigé rédigé pr Pul Brunet et Lure Gonnord Durée 1H30 Notes de cours et de TD utorisées. Livres et ppreils électroniques interdits. Le

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Le pilotage raisonné de l irrigation : pour maximiser la rentabilité et réduire l impact environnemental

Le pilotage raisonné de l irrigation : pour maximiser la rentabilité et réduire l impact environnemental Le pilotge risonné de l irrigtion : pour mximiser l rentilité et réduire l impt environnementl Auteurs : Crl Boivin 1, Christine Lndry 1 et Lu Belzile 1 Collorteurs : Pul Deshênes 1, Julie Minguy 1, Dnièle

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Chapitre 3 Intégrale double

Chapitre 3 Intégrale double Chpitre 3 Intégrle oule Nous llons supposer le pln usuel muni un repère orthonormé (O,i,j). 3. Aperçu e l éfinition formelle e l intégrle oule Soit =[, [, (

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.)

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.) TD : Arres Binires de eherhe (A.B..) Olivier ynud rynud@isim.fr http ://www.isim.fr/rynud ésumé Dns e Td nous proposons trois exeries. Le premier est onsré à l implémenttion du T.D.A. Ensemles dynmiques

Plus en détail

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes

Chapitre 1. Dénombrer et sommer. 1.1 Rappels ensemblistes. 1.1.1 Opérations ensemblistes Chpitre 1 Dénombrer et sommer Compter des objets et fire des dditions, voilà bien les deux ctivités les plus élémentires à l bse des mthémtiques. Et pourtnt à y regrder de plus près, ce n est ps si fcile.

Plus en détail

VII- Applications, bijections, bijection réciproque

VII- Applications, bijections, bijection réciproque ) Définitions VII- Appliations, bijetions, bijetion réiproque des un Une appliation d un ensemble (de départ) E dans un ensemble (d arrivée) F fait orrespondre à haque élément de E un élément unique (appelé

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen Cours de DEUG Méthodes mthémtiques pour les sciences de l vie I Avner Br-Hen Université Aix-Mrseille III 3 Tble des mtières Tble des mtières i Fonctions, limites, continuité Fonction, représenttion grphique......................

Plus en détail

Intégrale impropre d'une fonction continue sur un intervalle de R. Exemples

Intégrale impropre d'une fonction continue sur un intervalle de R. Exemples 38 Intégrle impropre d'une fontion ontinue sur un intervlle de R. Eemples Les fontions onsidérées sont priori dénies sur un intervlle réel I non réduit à un point, à vleurs réelles ou omplees et ontinues

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3.

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3. Mathématiques Devoirs de Vacances MPSI/PCSI août 5 Partie I : Manipulation d inégalités Eercice Soit m un réel Déterminer l'ensemble E des réels tels que e + e l'ensemble E des réels tels que (m + + m

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

TRIANGLES QUELCONQUES

TRIANGLES QUELCONQUES hpitre 3 TRINGLES QUELONQUES 3. Rppels : TRINGLES RETNGLES Figure de référene γ Nottions β = longueur du ôté opposé u sommet L ngle de sommet se nomme α. = longueur du ôté opposé u sommet L ngle de sommet

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE Jen-Mrie De Conto Université Joseph Fourier IUT Déprtement Mesures Phsiques Me contcter: sns hésiter À l IUT Au lbortoire: Lbortoire de Phsique Subtomique et de Cosmologie

Plus en détail

Automates et langages: quelques algorithmes

Automates et langages: quelques algorithmes Automtes et lngges: quelques lgorithmes Eugene Asrin Sddek Benslem Avertissement Dns l étt ctuel ce document est rchi-sec et peut servir seulement d un ide-mémoire. Pour comprendre les lgorithmes ci-dessous

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

On voit que même pour les nombres premiers la situation n est pas claire, néanmoins c est le cas le plus simple et donc on va l étudier en premier.

On voit que même pour les nombres premiers la situation n est pas claire, néanmoins c est le cas le plus simple et donc on va l étudier en premier. Chitre 3 : Résidus qudrtiques Dns ce chitre on v essyer d extrire des rcines crrés dns ZnZ. Dns le cors des nombres réels tous les nombres ositifs sont des crrés et les nombres négtifs ne le sont s, dns

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini 8 Intégrle oule. Suession intégrles simples - Théorème e Fuini Soit R = [, [, (

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Exercices - Calcul d intégrales : corrigé. Intégration par parties - Changements de variable

Exercices - Calcul d intégrales : corrigé. Intégration par parties - Changements de variable Intégration par parties - Changements de variable Eercice - Changements de variables - Niveau - L/Math Sup -. La fonction t t est une bijection de classe C de, 4] sur, ]. On peut donc poser u t. Lorsque

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange

THÉORIE DE LA MESURE. Notes de cours de B.Demange THÉORIE DE LA MESURE Notes de cours de B.Demnge Cours donné en 212-213 2 INTRODUCTION Ce cours pour but de donner une bonne définition de l intégrle de fonctions d une ou plusieurs vribles réelles, qui

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Table des matières. Avant propos

Table des matières. Avant propos Tble des mtières Avnt propos ii 1 Intégrle de Riemnn 1 1.1 Intégrle des fonctions en esclier............ 2 1.2 Fonctions intégrbles u sens de Riemnn........ 6 1.3 Propriétés générles de l intégrle de Riemnn......

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels Chpitre I Introduction ux problèmes vritionnels I.1. Introduction. Le clcul des vritions concerne l recherche d extrems (minimums ou mximums), et peut être considéré comme une brnche de l optimistion.

Plus en détail

Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane

Cours d Analyse II. Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première. Notes rédigées par : M. BENELKOURCHI Slimane Déprtement de Mthémtiques Fculté des Sciences Université Ibn Tofïl Kénitr Cours d Anlyse II S2 Filières : SMP /SMC (Deuxième semestre, première nnée) Notes rédigées pr : M. BENELKOURCHI Slimne Professeur

Plus en détail

Solution - TD Feuille 2 - Automates finis et expressions rationnelles

Solution - TD Feuille 2 - Automates finis et expressions rationnelles Solution - TD Feuille 2 - Automtes finis et expressions rtionnelles Informtique Théorique 2 - Unité JINPW Licence 3 - Université Bordeux Solution de l exercice : Pour tout l exercice, on note A = {, }.

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Chapitre 2 : calcul intégral, rappels et applications

Chapitre 2 : calcul intégral, rappels et applications Mthémtiques ppliquées 7-8 Cl. Gbriel Chpitre : lul intégrl, rppels et pplitions géométriques Intégrle définie : intégrle de Riemnn. Introdution Dns tout e hpitre, < b sont des réels. L idée intuitive d

Plus en détail

Chapitre 12 Applications du produit scalaire. Table des matières. Chapitre 12 Applications du produit scalaire TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 12 Applications du produit scalaire. Table des matières. Chapitre 12 Applications du produit scalaire TABLE DES MATIÈRES page -1 hpitre 12 pplitions du produit slire TLE DES MTIÈRES pge -1 hpitre 12 pplitions du produit slire Tle des mtières I Exeries I-1 1 Théorème d l Kshi.................................... I-1 2................................................

Plus en détail

Intégration sur un intervalle quelconque MP

Intégration sur un intervalle quelconque MP ntégrtion sur un intervlle quelconque MP 9 décembre 22 Dns ce chpitre, on définit l notion de fonction continue pr morceu et intégrble sur un intervlle quelconque. Cel nous permettr de donner un sens à

Plus en détail

LES CONIQUES. 1) Différentes approches des «coniques». page 2. 2) Equation focale d une conique.. page 4

LES CONIQUES. 1) Différentes approches des «coniques». page 2. 2) Equation focale d une conique.. page 4 LES CONIQUES Tle des mtières COURS ) Différentes pprohes des «oniques». pge ) Eqution fole d une onique.. pge 4 3) Axe fol de Γ. pge 6 4) Sommets de Γ. pge 6 5) Equtions rtésiennes réduites d une prole.

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x [ttp://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 205 Enoncés Dérivation Dérivabilité Eercice [ 0354 ] [Correction] Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes : a) 2 3 b) 2 ) arccos 2 ) Eercice 2

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

Calculs d incertitudes

Calculs d incertitudes Cluls d inertitudes Déinitions - Erreur solue - Inertitude solue Soit l vleur doptée près mesure de l grndeur A. On ppelle erreur solue l diérene entre l vleur vrie n et l vleur mesurée : Erreur solue

Plus en détail

Problème I : quartz et électronique (ENSTIM 2004)

Problème I : quartz et électronique (ENSTIM 2004) MSI 11 déebe 004 8 h 1 h Devoi en teps liité n 5 Toute éponse non justifiée ne donne ps lieu à ttibution de points L utilistion des lulties est utoisée oblèe I : qutz et életonique (ENSTIM 004) NB : Auune

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Graphes de décision binaires

Graphes de décision binaires Chpitre 3 : Grphes de déision inires Chpitre 3 Grphes de déision inires Pour répondre u prolème posé pr l roissement de l tille des fontions logiques à triter (grnd nomre de fontions, de monômes et de

Plus en détail

1 Fonction en escalier (ou étagée)

1 Fonction en escalier (ou étagée) : Fontion en eslier (ou étgée) 1 Dns tout e hpitre, I = [, b] désigner un segment fermé borné de R ve < b. 1 Fontion en eslier (ou étgée) 1.1 Subdivision 1.1 DÉFINITION On ppelle subdivision d un intervlle

Plus en détail

1 Langages reconnaissables

1 Langages reconnaissables 8INF713 Informtique théorique Automne 2014 Exercices 1 Lngges reconnissles 1.1 Considérez les deux utomtes suivnts et répondez ux questions suivntes : q 3, q 3 q 4 () A 1 () A 2 Figure 1 () Quel est l

Plus en détail

Notion de qualité de l énergie

Notion de qualité de l énergie BULLEIN DE L UNION DES PHYSICIENS 509 Notion de qulité de l énergie pr Pul ROUX et JenRobert SEIGNE Lycée Clude Furiel 42022 SintÉtienne Cedex RÉSUMÉ L conservtion de l énergie est insuffisnte pour ustifier

Plus en détail

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine Cours de «onepts vnés de ompiltion» Trvux prtiques Auteur : F. Védrine Les utomtes et les expressions régulières Les utomtes sont onstitués d étts et de trnsitions. Un étt définit l vnée dns l reonnissne

Plus en détail

Théorie de langages, TD3

Théorie de langages, TD3 Théorie de lngges, TD3 Octoer 6, 25 Automtes finis. Definitions Un utomte fini déterministe (DFA deterministic finite utomton) est une mchine de clcul A qui peut être définie pr les cinq éléments suivnts.

Plus en détail

Chapitre 5 DISPOSITIONS RELATIVES à L'AMÉNAGEMENT ET à L'UTILISATION DES ESPACES EXTÉRIEURS

Chapitre 5 DISPOSITIONS RELATIVES à L'AMÉNAGEMENT ET à L'UTILISATION DES ESPACES EXTÉRIEURS Tle des mtières 5.10 Pisines et sps...1 ) Distnes minimles...1 ) Terrsse entournt une pisine...2 ) Appreils méniques pour pisine (le filtre, l pompe, l thermopompe, et.)...3 d) Clôture utour d une pisine...3

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Enoncés 1 Topologie Ouverts et fermés Exercice 6 [ 118 ] [correction] On muni le R-espce vectoriel des suites réelles bornées de l norme u = sup u n

Plus en détail

Dynamique des systèmes et automates à états

Dynamique des systèmes et automates à états Chpitre 8 Dynmique des systèmes et utomtes à étts L modélistion sttique s intéresse à ce qu il y dns le système, à s structure, etc. L modélistion de l dynmique trite de l évolution du système dns le temps.

Plus en détail

Fonctions affines ; Equations et inéquations

Fonctions affines ; Equations et inéquations Fonctions ffines ; Equtions et inéqutions I. Fonctions ffines.. Définition Définition d une fonction ffine : on ppelle fonction ffine toute fonction définie sur pr f ( ) où et sont des réels tels que.

Plus en détail

Fiche de cours 5 - Calcul intégral.

Fiche de cours 5 - Calcul intégral. Licence de Sciences et Technologies EM - Anlyse Primitives et intégrles Fiche de cours 5 - Clcul intégrl. Définition : soit deu fonctions f, F, définies sur un intervlle I non réduit à un point. L fonction

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable e x 2 x dx 6) (**) +

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable e x 2 x dx 6) (**) + Eo7 Intégrtion Eercices de Jen-Louis Rouget. Retrouver ussi cette fiche sur www.mths-frnce.fr * très fcile ** fcile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournble Eercice

Plus en détail

Etalement urbain et consommation de l espace : étude comparée de Besançon, Belfort, Montbéliard

Etalement urbain et consommation de l espace : étude comparée de Besançon, Belfort, Montbéliard Etlement urin et onsommtion de l espe : étude omprée de,, Jen-Philippe Antoni, Smy Youssoufi To ite this version: Jen-Philippe Antoni, Smy Youssoufi. Etlement urin et onsommtion de l espe : étude omprée

Plus en détail

Séries, intégrales et probabilités

Séries, intégrales et probabilités Séries, intégrles et probbilités Thierry MEYRE Préprtion à l grégtion interne. Année 2014-2015. Université Pris Diderot. IREM. http://www.prob.jussieu.fr/pgeperso/meyre 2 BIBLIOGRAPHIE. Les ouvrges de

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Deuxième formule de la moyenne

Deuxième formule de la moyenne Deuxième formule de l moyenne Jen-Frnçois Burnol, 7 otobre 29 Soit < b et f, g : [, b] R deux fontions à vleurs réelles, f étnt supposée intégrble sur [, b] et g positive déroissnte. Alors : [, b] f(t)g(t)

Plus en détail

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo FAQ sur l utilistion d Ecoline-solo De quel mtériel i-je esoin pour compléter les informtions demndées dns Ecoline-solo? Pour remplir rpidement toutes les informtions demndées dns Ecoline-solo, vous devez,

Plus en détail