Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1"

Transcription

1 Estelle Marcault 10/02/2010 URC Paris Nord 1

2 Pourquoi randomiser la participation des patients? Etudes non randomisées (avant/après) Amélioration spontanée de la maladie Régression vers la moyenne Effet Hawthorne (amélioration de la maladie liée à la participation) Effet placebo Effet du traitement 10/02/2010 URC Paris Nord 2

3 LA RANDOMISATION : Définition Randomisation (ou tirage au sort): Procédé selon lequel l attribution d un traitement à une personne se prêtant à la recherche est réalisée de façon aléatoire, en vue de réduire les biais dans la réalisation de la recherche en ayant des groupes homogènes. Nécessité d un tirage au sort : La randomisation est un moyen utilisé pour éviter les biais de sélection et permettre la comparaison de 2 groupes strictement identiques pour des facteurs connus et inconnus. La seule différence entre les 2 groupes est liée à l administration du traitement 10/02/2010 URC Paris Nord 3

4 LA RANDOMISATION : quand? à quel moment : La phase de randomisation doit se faire obligatoirement après : Vérification des critères de sélection Signature du consentement (sauf Zelen randomisation avant signature du consentement) On randomise le patient le plus tard possible juste avant l intervention afin d éviter les perdus de vue entre la randomisation et le début de l intervention. 10/02/2010 URC Paris Nord 4

5 LA RANDOMISATION : quand? R évènement Délai le plus court possible décès retrait de consentement non confirmation de diagnostic A B 10/02/2010 URC Paris Nord 5

6 LA RANDOMISATION : dans quels cas? Les différents types de recherche : La Recherche Biomédicale La Recherche en «Soins Courants» décret (article R ) La Recherche Non Interventionnelle (rando interdite) «Art. R Les recherches définies au 1 de l article L appelées recherches non interventionnelles sont des recherches pour lesquelles la stratégie médicale destinée à une personne qui se prête à la recherche n est pas fixée à l avance par un protocole et relève de la pratique courante. 10/02/2010 URC Paris Nord 6

7 LA RANDOMISATION : dans quels cas? Si Randomisation Recherche Biomédicale Soins Courants 10/02/2010 URC Paris Nord 7

8 LA RANDOMISATION La randomisation attribue une intervention au patient inclus : N de traitement (si possible N de patient) Bras (études en ouvert) 10/02/2010 URC Paris Nord 8

9 LA LISTE DE RANDOMISATION Liste de randomisation est établie selon le protocole par un biostatisticien représentant du promoteur. Cette personne doit idéalement être différente de la personne en charge de l analyse statistique. Conservation (15 ans) dans une enveloppe inviolable avec mentions obligatoires : signature du responsable de la liste, date et numéro de version, titre complet et code du protocole de recherche 10/02/2010 URC Paris Nord 9

10 LA LISTE DE RANDOMISATION La liste de randomisation doit être établie pour un nombre supérieur au nombre total de personnes participant à la recherche mentionnée (en prévention des perdus de vue, remplacement de personnes participant ) Cette liste est émise avant le démarrage de la recherche et le début des inclusions. 10/02/2010 URC Paris Nord 10

11 LA LISTE DE RANDOMISATION Randomisation par blocs : taille des blocs = multiple du nombre de bras avantage : limite les déséquilibres inconvénient : potentielle connaissance du prochain traitement (si essai en ouvert) aspects pratiques : la taille des blocs doit être inconnue des investigateurs et doit être la plus importante possible (elle peut être modifiée en cours d essai) 10/02/2010 URC Paris Nord 11

12 LA LISTE DE RANDOMISATION Randomisation par bloc de 4 : exemple 1 A 2 A 3 B 4 B 5 A 6 B 7 A 8 B 9 B 10 B 11 A 12 A 13 B 14 A 15 B 16 A 10/02/2010 URC Paris Nord 12

13 LA LISTE DE RANDOMISATION La stratification : Permet de contrôler la distribution aléatoire des traitements dans un essai thérapeutique, de façon à équilibrer le tirage au sort dans des sousgroupes. Ex : sur le centre (de cette façon, on évite ainsi le risque qu'un centre ne procède à l'inclusion des patients appartenant à un seul groupe de traitement) sur des facteurs pronostiques majeurs mesurés à l'entrée dans l'essai (sévérité de la maladie, âge, sexe...) 10/02/2010 URC Paris Nord 13

14 LA LISTE DE RANDOMISATION Transmise à qui? A personne En particulier : investigateurs, stat avant le gel de base Sauf - Pharmacie (si nécessité de préparer les traitements) - Centre anti-poison - Celui qui attribue la randomisation 10/02/2010 URC Paris Nord 14

15 LA LISTE DE RANDOMISATION Dans tous les cas, l investigateur ne doit pas connaître le bras dans lequel son patient sera randomisé avant de l inclure (Aveugle) Si essai en aveugle, importance du maintien de l aveugle, donc de ne pas communiquer le bras Le «double-aveugle» signifie que ni le patient, ni le médecin investigateur chargé d'évaluer l'effet du traitement ne sont informés du groupe dans lequel le patient a été inclus. 10/02/2010 URC Paris Nord 15

16 LA RANDOMISATION L assignation secrète (clause d ignorance) Adéquate Randomisation centralisée Médicaments préparés par la pharmacie Enveloppe opaque et scellée Inadéquate Administrer chacun des traitements alternativement à un patient sur deux (alternance). Donner le traitement A aux sujets nés les années paires et les traitements B aux sujets nés les années impaires (utilisation de l'année de naissance). Enveloppe non opaque et scellée 10/02/2010 URC Paris Nord 16

17 LA RANDOMISATION Recommandation sur la génération de la liste : génération aléatoire assignation secrète : si possible, centraliser la randomisation 10/02/2010 URC Paris Nord 17

18 RANDOMISATION et QUALITE D UN ESSAI Critères de qualité d un Essai randomisé Validité interne: limite des biais Randomisation adéquate Génération de la liste de randomisation Assignation secrète Aveugle Qui Patient Thérapeute Évaluateur Comment Analyse en intention de traiter Validité externe: applicabilité des résultats 10/02/2010 URC Paris Nord 18

19 LES OUTILS DE LA RANDOMISATION = de l allocation de traitement 1/ Randomisation centralisée : Par téléphone Par internet Par fax Médicaments préparés à la pharmacie selon liste 2/ Enveloppes de randomisation (service) Le choix de l outil sera fonction de l étude elle-même et de ses spécificités 10/02/2010 URC Paris Nord 19

20 Randomisation centralisée par SERVEUR VOCAL Appel 24h/24 7j/7 Identification et contrôles d accès Saisie de caractéristiques patient utiles (critères d inclusion ou de stratification) Randomisation : affectation du traitement (éventuellement rappel d infos) Investigateur Centre de gestion (Pharmacie) 10/02/2010 URC Paris Nord 20

21 LE SERVEUR VOCAL Avantages Simple Appel 24h/24 7j/7 Identification et contrôles d accès Sécurisé Saisie de caractéristiques patient utiles (critères d inclusion ou de stratification) Evite certaines incl à tort Randomisation : affectation du traitement (éventuellement rappel d infos) Rappel d infos logistiques fax fax fax Traçabilité Investigateur Centre de gestion Pharmacie Approvisionnements 10/02/2010 URC Paris Nord 21

22 Avantages LE SERVEUR VOCAL Attribution immédiate Plusieurs langues possibles Bilan des inclusions en temps réel (centre de gestion) Gestion des stocks et des réapprovisionnements (études multicentriques) 10/02/2010 URC Paris Nord 22

23 Inconvénients nients LE SERVEUR VOCAL Dysfonctionnements Onéreux Nécessite d avoir un accès à un téléphone au moment de l inclusion 10/02/2010 URC Paris Nord 23

24 Randomisation centralisée par internet Permet de randomiser un patient sur un site internet dédié à l étude Identification de l utilisateur Caractéristiques patient utiles (critères d inclusion ou de stratification) Randomisation : affectation de l intervention Investigateur Centre de gestion (Pharmacie) 10/02/2010 URC Paris Nord 24

25 10/02/2010 URC Paris Nord 25

26 10/02/2010 URC Paris Nord 26

27 10/02/2010 URC Paris Nord 27

28 10/02/2010 URC Paris Nord 28

29 Avantages Randomisation centralisée par internet Accès 24h/24 et 7j/7 Sécurisé (accès par un login et mot de passe) Vérification de critères d inclusion Attribution immédiate Plusieurs langues possibles Bilan des inclusions en temps réel (reporting) Gestion des stocks et des réapprovisionnements Traçabilité (fax et ) 10/02/2010 URC Paris Nord 29

30 Randomisation centralisée par internet Inconvénients nients Dysfonctionnements (pb de réseau) Outil informatique pas toujours facile d accès Nécessite un informaticien pour le programmer Coût Proximité d un poste informatique Mais multiplication des supports : PDA, smart phones 10/02/2010 URC Paris Nord 30

31 Randomisation centralisée par internet Pour les études monocentriques : mode dégradé Un logiciel sur un poste, pas sur internet 10/02/2010 URC Paris Nord 31

32 Randomisation centralisée par fax Centre de gestion a connaissance de l inclusion par un fax, vérifie les critères de sélection et retourne ce fax avec l allocation de traitement. FAX doit permettre la traçabilité des inclusions Mentions conseillées : critères d inclusion (DDN, signature du consentement) Mentions obligatoires : Nom + titre du protocole, Initiales patient (anonymisation obligatoire), Date de l inclusion, N de patient (si celui-ci n est pas attribué par la randomisation), Signature de l investigateur, N de version, Date Qui attribue le n de randomisation? obligatoirement un représentant du promoteur (différent de la personne en charge du monitoring) 10/02/2010 URC Paris Nord 32

33 LE FAX DE RANDOMISATION Avantages Randomisation centralisée Élaboration facile Très peu onéreux Traçabilité 10/02/2010 URC Paris Nord 33

34 LE FAX DE RANDOMISATION Inconvénients nients Horaires à respecter (urgence, nuit impossible) Pas immédiat Problèmes de complicité ARC-investigateur Absence imprévue du destinataire Fax en panne 10/02/2010 URC Paris Nord 34

35 CAPEDP Nom l l Prénom l l Numéro du centre l l Numéro du S dans le centre l l l l l l Inclusion- Maternité FORMULAIRE D INCLUSION CAPEDP : «Evaluation de l impact d une intervention visant à développer les compétences parentales et l attachement dans la petite enfance : essai randomisé.» Je soussigné(e) Docteur déclare inclure, après vérification de l ensemble des critères d inclusion et de non inclusion, la patiente: Nom : l l (première lettre) Prénom : l l (première lettre) Date de naissance : l l l l1 l9 l l l (mois/année) Date d inclusion : l l l l l l l l l l l (jour/mois/année) L inclusion de ce patient a lieu à l hôpital : Numéro centre : l l Numéro patient dans centre : l l l l Date : l l l l l l l l l l l Signature de l investigateur : (jour/mois/année) Ce document est à envoyer par télécopie à Estelle Marcault au Traitement alloué par la randomisation : Soins comme d habitude Bras intervention Date : l l l l l l l l l l l Signature de l ARC : 10/02/2010 URC Paris Nord 35

36 CAPEDP Nom l l Prénom l l Numéro du centre l l Numéro du S dans le centre l l l l l l Inclusion- Maternité FORMULAIRE D INCLUSION CAPEDP : «Evaluation de l impact d une intervention visant à développer les compétences parentales et l attachement dans la petite enfance : essai randomisé.» Thibaud Je soussigné(e) Docteur déclare inclure, après vérification de l ensemble des critères d inclusion et de non inclusion, la patiente: Nom : l l (première lettre) Prénom : l l (première lettre) Date de naissance : l l l l1 l9 l l l (mois/année) Date d inclusion : l l l l l l l l l l l (jour/mois/année) L inclusion de ce patient a lieu à l hôpital : 4 Numéro centre : l l Numéro patient dans centre : l l l l A y Bichat Date : l l l l l l l l l l l Signature de l investigateur : (jour/mois/année) Ce document est à envoyer par télécopie à Estelle Marcault au Traitement alloué par la randomisation : Soins comme d habitude Bras intervention Date : l l l l l l l l l l l Signature de l ARC : 10/02/2010 URC Paris Nord 36

37 CAPEDP Nom l l Prénom l l Numéro du centre l l Numéro du S dans le centre l l l l l l Inclusion- Maternité FORMULAIRE D INCLUSION CAPEDP : «Evaluation de l impact d une intervention visant à développer les compétences parentales et l attachement dans la petite enfance : essai randomisé.» Thibaud Je soussigné(e) Docteur déclare inclure, après vérification de l ensemble des critères d inclusion et de non inclusion, la patiente: Nom : l l (première lettre) Prénom : l l (première lettre) Date de naissance : l l l l1 l9 l l l (mois/année) Date d inclusion : l l l l l l l l l l l (jour/mois/année) L inclusion de ce patient a lieu à l hôpital : 4 Numéro centre : l l Numéro patient dans centre : l l l l A y Bichat Date : l l l l l l l l l l l Signature de l investigateur : (jour/mois/année) Ce document est à envoyer par télécopie à Estelle Marcault au Traitement alloué par la randomisation : Soins comme d habitude X Bras intervention Date : l l l l l l l l l l l Signature de l ARC : 10/02/2010 URC Paris Nord 37

38 DEMANDE D ATTRIBUTION D UN NUMERO DE TRAITEMENT FAX : Protocole d Etude Clinique KEAT F1 «Essai multicentrique contrôlé randomisé en double aveugle contre placebo évaluant l efficacité d une stimulation électrique intra vaginale par un stimulateur autonome et programmable à domicile dans l incontinence urinaire féminine d effort» Veuillez faxer ces pages complétées ATTENTION : L inclusion dans l essai n est possible que si les critères d inclusion sont respectés. Date de la demande / / Centre.. Investigateur du centre responsable : Nom Tél :. Fax :.. Initiales de la patiente Nom Prénom N Centre (Paris :01 / Mulhouse : 02) Date de la consultation / / Signature de l investigateur Décision du centre de gestion Le patient est éligible oui non Si oui, numéro d identification attribué à la patiente Date / / Signature du centre de randomisation 10/02/2010 URC Paris Nord 38

39 Préparation du traitement par la pharmacie La liste de randomisation est transmise à la pharmacie du centre et c est la pharmacie qui prépare et délivre le traitement au patient selon la liste de randomisation Soit préparation extemporanée Soit en avance et stockage dans pharmacie ou dans le service 10/02/2010 URC Paris Nord 39

40 Inconvénients nients Préparation du traitement par la pharmacie compliqué si traitement prolongé s assurer de la disponibilité et de l accord des pharmaciens participants prévoir une bonne traçabilité (documents + tube supplémentaire pour éventuelle analyse) 10/02/2010 URC Paris Nord 40

41 Enveloppes LES ENVELOPPES DE RANDOMISATION OPAQUES SCELLEES NUMEROTEES Chaque enveloppe détermine le bras de randomisation alloué au patient Traçabilité des ouvertures : Date et heure d ouverture de l enveloppe Nom de la personne ayant ouvert l enveloppe Identification abrégée du patient (initiales) et numéro si différent du numéro de randomisation 10/02/2010 URC Paris Nord 41

42 LES ENVELOPPES DE RANDOMISATION Reporter immédiatement le bras de randomisation dans le dossier médical + CRF Prévoir un fax pour le centre de gestion de l essai 10/02/2010 URC Paris Nord 42

43 Avantages LES ENVELOPPES DE RANDOMISATION Élaboration facile Peu compliqué Immédiat (peut être utilisé en urgence) Peu onéreux (pas de recours à un prestataire, ni à un matériel sophistiqué) Pas de problèmes techniques 10/02/2010 URC Paris Nord 43

44 Inconvénients nients Risque de fraude LES ENVELOPPES DE RANDOMISATION Ordre d ouverture des enveloppes pas toujours respecté Perte des enveloppes Aucun contrôle sur l inclusion elle-même (inclusion à tort?) Nécessite d organiser le lieu de conservation des enveloppes, par qui etc 10/02/2010 URC Paris Nord 44

45 LES ENVELOPPES DE RANDOMISATION Quand? Quand il n est pas possible d attendre le résultat d une randomisation centralisée (chirurgie) Quand on n a pas le budget pour SV ou e-crf et la randomisation par fax impossible (délai 24h/24, 7j/7) (ex. : patient en consultation qui doit repartir avec son traitement) 10/02/2010 URC Paris Nord 45

46 LA LEVEE D INSU On définit, avant la mise en œuvre de l étude, les cas de figure pouvant nécessiter une levée d insu permet de définir les modalités de levée d insu Pas d urgence : centre de méthodologie Urgence : accessibilité doit être immédiate (centre dédié, exemple centre anti poison) 10/02/2010 URC Paris Nord 46

47 LA LEVEE D INSU Modalités de levée d insu doivent être simple : ex : carte de levée d insu Nom :...Prénom :... Je participe à l'étude STRATAGEM Je reçois le traitement suivant : KARDEGIC 75 mg ou PLACEBO N malade :... Je suis suivi par le Dr A l'hôpital.. En cas de nécessité, un médecin peut demander la levée d'insu à l'hôpital Fernand Widal /02/2010 URC Paris Nord 47

48 LA LEVEE D INSU Quoi qu il arrive, on ne sort (ou on n exclu) jamais un patient d étude sauf retrait de consentement ou critère d exclusion prévu par le protocole. limiter les perdus de vue Si nécessaire, un arrêt de traitement sera effectué, mais le patient participera toujours à l étude. 10/02/2010 URC Paris Nord 48

49 RANDOMISATION : les BPC Documents devant être établis avant l inclusion de la 1 ère personne dans la recherche : Procédures de levée de l insu. Description de l attribution des traitements aux personnes et système permettant l accès à la liste de randomisation en cas d urgence. Documenter le système qui, en cas d urgence, doit permettre d identifier rapidement l intervention pour une seule personne qui se prête à la recherche à la fois. Responsables de la conservation : le promoteur, l investigateur et la pharmacie (le cas échéant) 10/02/2010 URC Paris Nord 49

50 RANDOMISATION : les BPC Documents devant être établis avant l inclusion de la 1 ère personne dans la recherche : Original de la liste de randomisation. Documenter la méthode de randomisation et permettre d identifier le traitement attribué à chaque personne qui se prête à la recherche dans le cadre de la randomisation. Responsable de la conservation : le promoteur uniquement 10/02/2010 URC Paris Nord 50

51 RANDOMISATION : les BPC Documents devant être établis après la fin ou l arrêt anticipé de la recherche : Documents permettant l accès à la liste de randomisation en cas d urgence et documentation de toute levée de l insu survenue au cours de la recherche. Les documents sont retournés au promoteur pour faire état de toute levée de l insu survenue. Importance d une bonne traçabilité Responsable de la conservation : le promoteur uniquement 10/02/2010 URC Paris Nord 51

52 RANDOMISATION : Cas Particuliers Fraude à la randomisation 1. Remonter l information au promoteur 10/02/2010 URC Paris Nord 52

53 D une manière générale 1. Remonter l information au promoteur 2. Informer l investigateur 3. Documenter au maximum les moyens mis en œuvre pour résoudre le problème, pour obtenir les informations 10/02/2010 URC Paris Nord 53

54 CAS PRATIQUE Quelle(s) stratégie(s) de randomisation peut on envisager pour les exemples suivants? De quelle manière randomise-t- on? Quand randomise-t- on? Aveugle? Oui/ non? Si oui, simple ou double? 10/02/2010 URC Paris Nord 54

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Définition du Monitoring Garantie que la conduite de l essai clinique, les enregistrements et les rapports sont réalisés conformément : Au protocole Aux Procédures

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Définition du Monitoring Surveillance de l avancement d un essai clinique Garantie que la conduite de l essai, les enregistrements et les rapports sont réalisés

Plus en détail

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique

AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique AcaDM 2012 LA RANDOMISATION plus concrètement? Quân TRAN Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique 12 juin 2012 Bref rappel des différentes méthodes Les moyens disponibles Expériences à l IFCT

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Donner une information et contacter les patients par téléphone

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

" autorisation " refus d autorisation " non respect du délai de réponse par le

 autorisation  refus d autorisation  non respect du délai de réponse par le FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION AUPRES DE L AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE ET D AVIS AUPRES DU COMITE DE PROTECTION DES PERSONNES RELATIVE A UNE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Les Métiers de la Recherche Clinique

Les Métiers de la Recherche Clinique Les Métiers de la Recherche Clinique 1 Présentation réalisée par Marie Pflieger, Pharmacien Délégation à la Recherche Clinique et à l Innovation 18 février 2014 Qu est ce qu une recherche clinique? Une

Plus en détail

Data Management. Définition

Data Management. Définition Data Management arole olland - U Méthodologie de la echerche linique 12/02/2011 Définition Data management : gestion des données Toutes les activités pour produire des données validées destinées à l analyse

Plus en détail

RandoWeb, un outil de randomisation en ligne pour les essais cliniques. Documentation de l utilisateur V3.2

RandoWeb, un outil de randomisation en ligne pour les essais cliniques. Documentation de l utilisateur V3.2 RandoWeb, un outil de randomisation en ligne pour les essais cliniques Documentation de l utilisateur V3.2 V. Morice 22 juillet 2014 Sommaire Sommaire... 3 Introduction... 5 I- Objectifs... 5 II- Quels

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 12 juin 2015 relatif aux modèles de documents à fournir lors du dépôt d une

Plus en détail

MISE EN PLACE, SUIVI ET MONITORING DES ESSAIS CLINIQUES

MISE EN PLACE, SUIVI ET MONITORING DES ESSAIS CLINIQUES MISE EN PLACE, SUIVI ET MONITORING DES ESSAIS CLINIQUES Qu est-ce qu on va me faire?? Cécile Lubrano-Berthelier URC-Est 1 C. Lubrano 11/01/2011 Les différentes étapes d un projet Fin de projet Projet archivé

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

Introduction à la création et la gestion de bases de données

Introduction à la création et la gestion de bases de données Introduction à la création et la gestion de bases de données Stéphane Béchet Biostatisticien / Data Manager Institut Pasteur Unité d Epidémiologie des Maladies Emergentes stephane.bechet@pasteur.fr 1 Objectifs

Plus en détail

Mission exploratoire La recherche clinique industrielle à La Réunion/Février 2011

Mission exploratoire La recherche clinique industrielle à La Réunion/Février 2011 LA REPONSE DE LA REUNION AUX ENJEUX ET AUX PRATIQUES DE LA RECHERCHE CLINIQUE D AUJOURD HUI Mission exploratoire La recherche clinique Des atouts naturels pour une recherche clinique de qualité Une forte

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière Arrêté n 387 du 31 juillet 2006 relatif aux essais cliniques Le Ministre de la santé,

Plus en détail

ASPECTS LOGISTIQUES DE LA RECHERCHE CLINIQUE

ASPECTS LOGISTIQUES DE LA RECHERCHE CLINIQUE Délégation Interrégionale à la Recherche Clinique Sud-Ouest Outre-Mer ASPECTS LOGISTIQUES DE LA RECHERCHE CLINIQUE Version 1.0 du 26 mars 2012 Objectifs de ce support de formation Support d autoformation

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH.

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH. PROGRAMME THERMAL DE RECHERCHE CLINIQUE ET SCIENTIFIQUE 2008 ANNEXE 5 - Dossier type de soumission de projet GUIDE POUR LA REDACTION D UN PROTOCOLE TYPE DE RECHERCHE CLINIQUE Ce guide liste des rubriques

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique JP SUPPINI

Unité de Recherche Clinique JP SUPPINI Unité de Recherche Clinique JP SUPPINI Création de l URC Juillet 2008 Volonté commune Direction - CME Accord Cadre CHITS CHU Nice (procédures formation statistiques - vigilance ) 1 responsable/chef de

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

Data Management. Daniel BOICHUT 11 janvier 2010. Umanis Département Santé/CRO. Plan du cours. Les différentes étapes de l essai clinique

Data Management. Daniel BOICHUT 11 janvier 2010. Umanis Département Santé/CRO. Plan du cours. Les différentes étapes de l essai clinique Data Management Daniel BOICHUT 11 janvier 2010 DIU FARC TEC 2010 1 Plan du cours Les différentes étapes de l essai clinique Le Data Management dans les essais cliniques Le métier de Data Manager 2 Les

Plus en détail

RECOMMANDATIONS en vue de L EVALUATION DES CURES THERMALES

RECOMMANDATIONS en vue de L EVALUATION DES CURES THERMALES RECOMMANDATIONS en vue de L EVALUATION DES CURES THERMALES Consensus d experts Juillet 2007 1, rue Cels afreth@wanadoo.fr 75014 PARIS www.afreth.org 1 L Association Française pour la Recherche en Thermalisme

Plus en détail

Répondre à un appel à projet - Vie d un projet

Répondre à un appel à projet - Vie d un projet Répondre à un appel à projet - Vie d un projet Carine Coffre 1, Nathalie Juteau 1, Ken Haguenoer 2,3 16 décembre 2011 1. Centre d Investigation Clinique - Inserm 202 CHRU de Tours 2. Laboratoire de Santé

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Instructions dans la recherche clinique

Instructions dans la recherche clinique Instructions dans la recherche clinique I. CNIL 1. Histoire de sa création 2. Organisation et composition 3. Missions 4. Définition des données à caractère personnel et de l anonymisation II. III. IV.

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

Gestion des bases de données

Gestion des bases de données Gestion des bases de données DU Chef de Projet en Recherche Clinique 23/11/2012 Fabrice GOURMELON URC/CIC Necker - Cochin 2 A. Qu est-ce qu une donnée? B. Qu est-ce qu une base de données? C. Définition

Plus en détail

La qualité du dossier clinique (Dossier source / CRF)

La qualité du dossier clinique (Dossier source / CRF) La qualité du dossier clinique (Dossier source / CRF) 4 ème journée de l EMRC Centre Blois, le 14 décembre 2012 Problématique : Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique?

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

PROTOCOLE : PRINCIPES DANS LA REDACTION

PROTOCOLE : PRINCIPES DANS LA REDACTION PT : PPS DAS A DAT Sandrine Massicot - U Méthodologie de la echerche linique - 4 février 2011 édaction d un protocole de echerche. DFT T MPTA. A DMAH D A HH. PA TYP D DAT D U PT Justification de l étude

Plus en détail

Unité d Investigation Clinique

Unité d Investigation Clinique secutrial Saisie et Validation des données Manuel d instructions (en développement) Version 0.81 Janvier 2014 Par Khaled Mostaguir CRC HUG Table des matières 1. Introduction... 2 2. Adresses Web (URLs)

Plus en détail

Actualités - Recherche clinique : nouveau règlement européen et - Contrat unique en France

Actualités - Recherche clinique : nouveau règlement européen et - Contrat unique en France + Actualités - Recherche clinique : nouveau et - Contrat unique en France Séance de l Académie Nationale de Pharmacie du 12 novembre 2014 Dr Véronique Lamarque-Garnier Membre correspondant national 4è

Plus en détail

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris Pharmacovigilance Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris VIGILANCE DES ESSAIS CLINIQUES : LES DEFINITIONS ET LES NOUVEAUX ACRONYMES 2 DÉFINITIONS (1) Événement indésirable

Plus en détail

Le financement institutionnel de la recherche clinique - le cas du PHRC

Le financement institutionnel de la recherche clinique - le cas du PHRC Le financement institutionnel de la recherche clinique - le cas du PHRC Dr Raphaël Serreau - MD, PhD Praticien Hospitalier - Médecin coordonnateur de l URCEST adj - Hôpital St Antoine - Apero SPI rue du

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Le Docteur... (nom, prénom), exerçant à l hôpital. vous propose de participer à une recherche concernant votre problème dentaire.

NOTE D INFORMATION. Le Docteur... (nom, prénom), exerçant à l hôpital. vous propose de participer à une recherche concernant votre problème dentaire. Essai randomisé multicentrique comparant la céramique et le composite dans le traitement des pertes de substance dentaires par inlays-onlays réalisés par CFAO : Essai CECOIA Cette recherche est organisée

Plus en détail

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Devalois B*, Jugan C*, Prevel M*, Abbas R**, Hajage D** * CHRD Pontoise **URC Bichat

Plus en détail

Outil de suivi du monitoring

Outil de suivi du monitoring Outil de suivi du monitoring SETHI Suivi des Études Thérapeutiques Internationales EC1 Trial Manager d ORIAM Sandrine BARRAUD Attaché de Recherche Clinique Valérie FAUBEAU Attaché de Recherche Clinique

Plus en détail

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française)

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française) Commission d'éthique cantonale (VD) de la recherche sur l'être humain Av. de Chailly, 23, 1012 Lausanne Courriel : secretariat.cer@vd.ch 5.12.2013/mz Recommandations pour la soumission d un dossier Tous

Plus en détail

RELAIS BABY-SITTING Bureau Information Jeunesse Saint-lô CANDIDATURE BABY-SITTER

RELAIS BABY-SITTING Bureau Information Jeunesse Saint-lô CANDIDATURE BABY-SITTER CANDIDATURE BABY-SITTER NOM DATE DE NAISSANCE Téléphone PRENOM SEXE M F Portable E-mail Statut Lycéen Etudiant Demandeur d emploi En formation Autre ; précisez : Véhicule Aucun Voiture Formation en rapport

Plus en détail

Rencontres AcaDM des 25-26 juin 2014 Dijon. Impact du Risk Based Monitoring sur le Data Management. Nicolas Gane ARCAGY-GINECO 25/06/2014

Rencontres AcaDM des 25-26 juin 2014 Dijon. Impact du Risk Based Monitoring sur le Data Management. Nicolas Gane ARCAGY-GINECO 25/06/2014 Rencontres AcaDM des 25-26 juin 2014 Dijon Impact du Risk Based Monitoring Nicolas Gane ARCAGY-GINECO 25/06/2014 De quoi parle-t-on? Monitoring (GCP 5.18.1) : Protection des droits du patient Fiabilité

Plus en détail

L organisation de la recherche clinique en France les outils. Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012

L organisation de la recherche clinique en France les outils. Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012 L organisation de la recherche clinique en France les outils Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012 Un exemple d établissement de santé promoteur: le CHU Toulouse

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

DEMANDE DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ (DEMANDE POUR LE PASSAGE DE L INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE À L INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE)

DEMANDE DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ (DEMANDE POUR LE PASSAGE DE L INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE À L INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE) DEMANDE DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ (DEMANDE POUR LE PASSAGE DE L INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE À L INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE) Demande de règlement invalidité (demande pour le passage de l invalidité de courte

Plus en détail

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions Rôle de l ARCl 1 Définitions ARC : Assistant de Recherche Clinique TEC : Technicien d Étude Clinique Promoteur : Personne physique ou morale qui prend l initiative de la recherche Investigateur principal

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

Spécificité des essais cliniques dans le cadre de l enregistrement d un médicament. Florence BOUDEVIN 20 Novembre 2009

Spécificité des essais cliniques dans le cadre de l enregistrement d un médicament. Florence BOUDEVIN 20 Novembre 2009 Spécificité des essais cliniques dans le cadre de l enregistrement d un médicament Florence BOUDEVIN 20 Novembre 2009 Introduction Une étude clinique c est : Une molécule Un objectif principal Un cycle

Plus en détail

Evaluation du temps ARC promoteur

Evaluation du temps ARC promoteur Evaluation du temps ARC promoteur Exemple d une RBM au CHU de Caen ASSEMBLEE DES DRCI GT 5 «Budget des projets de recherche» Mercredi 27 juin 2012 Principes d élaboration de l outil d estimation 1. Définition

Plus en détail

Planning Provisoire D.I.U. INVESTIGATEUR EN RECHERCHE BIOMEDICALE 2011/2012. DIU Investigateur en Recherche Biomédicale

Planning Provisoire D.I.U. INVESTIGATEUR EN RECHERCHE BIOMEDICALE 2011/2012. DIU Investigateur en Recherche Biomédicale D.I.U. INVESTIGATEUR EN RECHERCHE BIOMEDICALE 2011/2012 Planning Provisoire Z:\ENSEIGNEMENT\D.I.U. Invest. Rech. Biomédicale\2011-2012\Planning des cours\planning V17-29.08.11.doc 1 Lieux des cours Faculté

Plus en détail

DIRECTION DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES. Etudes cliniques. Grille de surcoûts

DIRECTION DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES. Etudes cliniques. Grille de surcoûts Le 1 er août 2012 Circulaire N 12-0346 DIRECTION DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES Index de la table des matières : Essais cliniques Claire Sibenaler : 01.45.03.88.24 Destinataires prioritaires : Affaires médicales

Plus en détail

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ARTICLE SUR LA THÉRAPEUTIQUE pour les résidents Cette fiche de travail devrait accompagner le Formulaire de soumission remis à votre superviseur. Elle s inspire

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS AU SUJET DE VOTRE FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNITÉ

RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS AU SUJET DE VOTRE FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNITÉ RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS AU SUJET DE VOTRE FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNITÉ Le formulaire de demande d indemnité ci-joint doit être rempli entièrement, signé et retourné à notre bureau aussitôt que possible.

Plus en détail

Bases de données Outils de gestion

Bases de données Outils de gestion 11/03/2010 Bases de données Outils de gestion Mise en place d outils pour gérer, stocker et utiliser les informations d une recherche biomédicale ent réalisé par L. QUINQUIS d épidémiologie et de biostatistique

Plus en détail

Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique. Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers

Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique. Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers Gestion des évènements indésirables avec un CRF électronique Anne-Lise Septans, ICO Paul Papin, Angers Journées des data managers académiques, Caen 12 juin 2012 I- Contexte / historique II- Idée III- Solution

Plus en détail

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 Rôle des CRO dans les essais cliniques DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 La sous traitance A tous les niveaux depuis la synthèse se chimique jusqu à la publicité,, en passant par la galénique,

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

D.I.U. INVESTIGATEUR EN RECHERCHE BIOMEDICALE 2012-2013

D.I.U. INVESTIGATEUR EN RECHERCHE BIOMEDICALE 2012-2013 D.I.U. INVESTIGATEUR EN RECHERCHE BIOMEDICALE 2012-2013 Z:\ENSEIGNEMENT\D.I.U. Invest. Rech. Biomédicale\2012-2013\Planning\Planning DIU Inv. Rech. Biomed. 2012-2013.doc 1 Lieux des cours Rez de chaussée

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Pour les utilisateurs Investigateurs et patients. Philadelphia, PA / Gif sur Yvette, France Mai 2010

Pour les utilisateurs Investigateurs et patients. Philadelphia, PA / Gif sur Yvette, France Mai 2010 Collecter les données patients avec une solution de capture de données électroniques basée sur du papier: la meilleure solution pour garantir la plus haute qualité des données et préserver une donnée source

Plus en détail

Méthode de mise en place et qualité des données

Méthode de mise en place et qualité des données Méthode de mise en place et qualité des données Dr Emilie LESAINE Médecin coordonnateur des registres cardio-neuro-vasculaires 1 ère journée des registres cardio-neuro-vasculaires 05 avril 2013 Equipe

Plus en détail

VIGILANCE AVANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE

VIGILANCE AVANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE VIGILANCE AVANT, PENDANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE P.OLIVIER DIU FARC 2012-2013 AVANTLE DEBUT DE LA RECHERCHE P.OLIVIER DIU FARC 2012-2013 ARC Promoteur + Responsable Vigilance (1) Aide rédactionnelle

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Evaluation des surcoûts hospitaliers dans les essais cliniques Dr F Lainé CIC INSERM 0203 Rennes

Evaluation des surcoûts hospitaliers dans les essais cliniques Dr F Lainé CIC INSERM 0203 Rennes 1 Evaluation des surcoûts hospitaliers dans les essais cliniques Dr F Lainé CIC INSERM 0203 Rennes Le contexte 2 Patients Centre d investigation (Médecin, pharmacien, équipe soignante) CPP Essai clinique

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

UP-CNV 2.0 2.0. Projet financé par le GIRCI Grand-Ouest à hauteur de 98 000 (AO 2011)

UP-CNV 2.0 2.0. Projet financé par le GIRCI Grand-Ouest à hauteur de 98 000 (AO 2011) UP-CNV 2.0 Banque de données en ligne répertoriant les CNVs (Copy Number Variations) identifiés par CGH-array chez les patients atteints de retard mental, anomalie du développement 2.0 Projet financé par

Plus en détail

NOTE D INFORMATION ET FORMULAIRE DE CONSENTEMENT DESTINES AUX PATIENTS

NOTE D INFORMATION ET FORMULAIRE DE CONSENTEMENT DESTINES AUX PATIENTS NOTE D INFORMATION ET FORMULAIRE DE CONSENTEMENT DESTINES AUX PATIENTS Ce document s appelle une lettre d information patient et de consentement éclairé. Il contient des explications détaillées sur la

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Retour d expérience CHU de Nîmes CAREMEAU - MCO 853 lits - SSR 182 lits - Psy 110 lits SERRE CAVALIER - SLD, EHPAD 500 lits 1845 lits

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Janvier 2006 I. PROMOTEURS Association dentaire française (ADF). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCE Agence nationale d accréditation et

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1

LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1 LES BASES JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITE & DE L ASSURANCE EN MATIERE DE RECHERCHE BIOMEDICALE DIU-FARC-TEC 04/11/2009 1 1ère Partie : La recherche biomédicale en France Historique Responsabilité et Assurance

Plus en détail

Accompagnement méthodologique: quelle offre?

Accompagnement méthodologique: quelle offre? Accompagnement méthodologique: quelle offre? Nicolas NAGOT Département de l Information Médicale Hôpital Lapeyronie Bât. AIDER CHU Montpellier 3ème manifestation consacrée à la Recherche Jeudi 15 avril

Plus en détail

La Recherche clinique est essentielle

La Recherche clinique est essentielle La Recherche clinique est essentielle Les essais clinique en Tunisie Point de vue du clinicien Professeur H. Haouala Tunis, le 09 février 2012 XVèmes Journées Pharmaceutiques Tunisiennes 1 Sommaire de

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

Valorisation des produits fonctionnels d origine marine. 22 mars 2011 beatrice.housez@biofortis.fr

Valorisation des produits fonctionnels d origine marine. 22 mars 2011 beatrice.housez@biofortis.fr Valorisation des produits fonctionnels d origine marine 22 mars 2011 beatrice.housez@biofortis.fr Introduction Co-produits fonctionnels marins co-produits ayant des propriétés particulières bénéfiques

Plus en détail

SWISSNOSO - SSI MODULE - GUIDE DE L USAGER POUR LA SAISIE DES DONNÉES

SWISSNOSO - SSI MODULE - GUIDE DE L USAGER POUR LA SAISIE DES DONNÉES SWISSNOSO - SSI MODULE - GUIDE DE L USAGER POUR LA SAISIE DES DONNÉES http://www.swissnoso.ch SURGICAL SITE INFECTION - PARTICIPATION - ENREGISTREMENT - > Cliquer ici pour saisir les données Version -

Plus en détail

Règlement des Etudes

Règlement des Etudes Règlement des Etudes Il est toléré 3 jours d absence, pour raisons valables, sur les 12 jours de l enseignement. A partir de 4 le DIU ne pourra pas être validé. Il est nécessaire d obtenir la note minimale

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

la chirurgie de la cataracte

la chirurgie de la cataracte Guide de préparation à la chirurgie de la cataracte Un livret pour le patient: Guide de préparation à la chirurgie de la cataracte Ce livret vous aidera à comprendre votre chirurgie et à vous y préparer.

Plus en détail

Les systèmes CDMS. et les logiciels EDC

Les systèmes CDMS. et les logiciels EDC Les systèmes CDMS et les logiciels EDC Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge.ch Centre de Recherche Clinique HUG http://crc.hug-ge.ch/ Les systèmes CDMS et les logiciels EDC Les systèmes CDMS

Plus en détail