Systèmes d alerte & Plans d intervention d urgence. Plan d alarme & d intervention contre les crues. Protection contre les crues des cours d eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes d alerte & Plans d intervention d urgence. Plan d alarme & d intervention contre les crues. Protection contre les crues des cours d eau"

Transcription

1 Protection contre les crues des cours d eau 14/11/2008 Systèmes d alerte & Plans d intervention d urgence ou Plan d alarme & d intervention contre les crues Prise en compte des cartes de dangers et de l espace cours d eau au niveau du territoire communal Vendredi 14 novembre 2008, Pully 1/38

2 PLAN DE LA PRESENTATION 1. DANGER CRUES - CONTEXTE GENERAL 2. RELATION CARTE DES DANGERS PLAN D ALARME 3. OBJECTIFS D UN PLAN D ALARME & D INTERVENTION 4. CONCEPT D ALARME 5. CONCEPT D INTERVENTION 6. EXEMPLE CONCRET 7. CONCLUSION 2/38

3 DANGERS DUS AUX CRUES - Contexte général CH Stratégie de protection contre les crues Analyse et appréciation de la situation de danger Prise en compte de l espace cours d eau Mesures d aménagement du territoire Planification de mesures de protection intégrées Planification en cas d urgence 3/38

4 14/11/2008 DANGERS DUS AUX CRUES - Contexte général CH Système de prévention /38 Identifier les processus et les zones de danger Identifier les objectifs de protection Gestion des risques

5 DANGERS DUS AUX CRUES - Contexte général Plan d Alarme & d Intervention Evénement Plan d Urgence & d Intervention 5/38 Le cycle de la gestion intégrée des risques (OFEV)

6 DANGER CRUES - Contexte général Plan d urgence Concept global de gestion dans le cadre d événements dommageables qui ne sont pas ou alors difficilement planifiables. Mots clés : Gestion de crise (gestion flexible) Exemple : Torrents de montagne But : Optimiser les délais d intervention de manière à éviter les pertes (sauver des vies) et limiter les dommages Plan d alarme Concept d annonce et/ou d observation permettant la prise de conscience d un phénomène de danger. Mots clés : > Système de prévision > Système d alerte > Concept de surveillance Exemple : Cours d eau des vallées latérales 6/38 But : Permettre un délai de préalerte suffisant pour mener les interventions.

7 Relation CARTE DES DANGER - PAI Données de base Carte des intensités Carte des dangers Processus Evaluation & Analyse des dangers Dimensionnement Points faibles Scénarios de danger 7/38 Aménagement du territoire Planification des mesures de protection Dimensionnement des mesures de protection Elaboration d un plan d alarme et d intervention

8 Relation CARTE DES DANGER - PAI 8/38

9 Relation CARTE DES DANGER - PAI 9/38 Carte des dangers à l état actuel

10 Relation CARTE DES DANGER - PAI 10/38 Carte des dangers avec plan d alarme & d intervention

11 Relation CARTE DES DANGER - PAI > Arrière digue de protection > Plage de dépôt à matériaux 11/38 Carte des dangers après mesures urgentes

12 Relation CARTE DES DANGER - PAI Aménagements intégrés selon directives OFEV 12/38 Carte des dangers après mesures de protection et d aménagement

13 Relation CARTE DES DANGER - PAI Risques T0? Réalisation de la carte des dangers dus aux crues Risques actuels connus Réalisation des mesures urgentes Risques après la réalisation des mesures urgentes Réalisation des mesures définitives T1 T2 T3 PROJET COURS D EAU T0 Etat sans carte des dangers Carte des dangers T1 Carte des dangers Situation actuelle Plan alarme & intervention T2 T3 Réalisation des mesures urgentes Mesures urgentes 1 mio Réalisation des mesures définitives Risque résiduel restant après les mesures définitives Cours d eau aménagé Carte Mesures des dangers définitives Etat futur > 5 mio Risques avec un plan d alarme Temps 13/38

14 OBJECTIFS D UN PLAN D ALARME & D INTERVENTION Un Plan d Alarme & d Intervention (PAI) doit répondre aux questions suivantes : QUAND Quand intervenir? En combien de temps? Alerte & Alarme QUI Qui reçoit le signal? Qui transmet l alarme? Qui fait quoi? Acteurs & Responsables QUOI Ou agir au mieux? Boucler / Evacuer / Protéger? Que mettre en place? Interventions 14/38

15 DEROULEMENT D UN PLAN D ALARME & D INTERVENTION 1 2 PRISE DE CONSCIENCE DU DANGER Phase au cours de laquelle on réalise le danger SURVEILLANCE DU DANGER Phase allant des pronostics à la décision d intervenir 3 ALARME Phase d alarme des organes nécessaires 4 5 RASSEMBLEMENT DU PERSONNEL Phase d arrivée des organes d intervention sur les lieux MISE EN PLACE DE MESURES D URGENCE Phase de mise en place de systèmes de protection mobiles Et/ou phase pour l évacuation des personnes Le délai de préalerte doit être plus long que le temps total requis pour la mise en place du système de protection et/ou de l évacuation. 15/38

16 OBJECTIFS D UN PLAN D ALARME & D INTERVENTION Le succès des actions menées dans un plan d alarme ou d urgence dépend du temps de réaction et de l efficacité des mesures. Efficacité de l intervention Bonne Eviter les atteintes aux personnes Eviter les dommages et les dégâts Limitée Minutes Heures Jours Délai de préalerte 16/38

17 OBJECTIFS D UN PLAN D ALARME & D INTERVENTION Efficacité Bonne Temps de r éaction n écessaire pour mise en place des actions xy Meilleure préparation Meilleure préalerte Evénement Fiabilit é du d élais de pr éalerte Moyenne Temps de réaction Seuil d alarme Limitée Montée en puissance du danger Temps [t] 17/38

18 CONCEPT D ALERTE & D ALARME Critères de déclenchement 18/38

19 CONCEPT D ALERTE & D ALARME 19/38

20 CONCEPT D ALERTE & D ALARME 1600 Station Portes-du-Scex / Pointes journalières de 1974 à Débits [m3/m] /38 Débits représentatifs [m 3 /s] Occurrence / Périodicité 1 fois en 32 ans soit 0.09 fois par année 4 fois en 32 ans soit 0.13 fois par année 19 fois en 32 ans soit 0.6 fois par année

21 CONCEPT D ALERTE & D ALARME Critères de déclenchement Système d alerte 21/38

22 CONCEPT D ALARME Choix du système Systèmes de mesure du niveau de l eau : Systèmes de contrôle des phénomènes et scénario : Systèmes de mesure des précipitations : Systèmes de transmission des données Equipement Echelle limnimétrique Limnigraphe à pression Limnigraphe à bulle Avantages Coût Données numériques, précision, coût Données numériques, précision, problème du dépôt de calcaire moins important, grande distance possible entre le point de mesure et les équipements Inconvénients / Défauts Observations ponctuelles, données non numériques, précision Dépôt calcaire, risque d arrachement, entretien important Coût, entretien important, obstruction, risque d arrachement 22/38 Echelle limnimétrique Radar à impulsion Capteurs à pression Données numériques, situation hors rivière (pas de risque Mesures d arrachement par et/ou Vidéo surveillance d endomagement impulsion radarlors d un et éclairage événement), faible entretien Coût Station météo avec pluviomètre et température de l air

23 CONCEPT D ALERTE & D ALARME Critères de déclenchement Système d alerte Surveillance & Observation in situ Indicateurs de tendance 23/38

24 CONCEPT D ALARME PREALERT E Niveau de diagnostic Veille hydrologique / Suivi de l évolution Evaluation de la situation par experts m étier Gestion météo- et hydrométrique Application du plan partiel de surveillance Planification à l action par les organes d intervention Préparation des effectifs en matériel et en hommes ALERTE Niveau de vigilance renforcée ALARME Niveau d action Surveillance hydrologique Un plan resserrée d alarme Evaluation de la situation par experts métier & d intervention Permanence de suivi jusqu à retour à la normale associe Activation de l Etat Major à de crise chaque Application seuil du plan technique complet de surveillance des responsables Préparation avec des effectifs en matériel et en hommes des actions bien définies Surveillance hydrologique resserrée Evaluation de la situation par experts métier Permanence de suivi jusqu à retour à la normale Mobilisation de la chaine d intervention (déclenchement de l alarme sonore) Mobilisation de la cellule de crise Mise en application des plans d intervention Planification à l action et prépositionnement sur les lieux Application du concept de fermeture Application du concept d évacuation 24/38

25 DANGER CRUES - Contexte général Plan d intervention Mise en place d une structure organisationnelle efficace, pour garantir le bon déroulement des interventions, à savoir des actions concrètes menées sur le terrain. But : 1. Eviter les atteintes à la vie humaine 2. Limiter les dégâts et les dommages Mots clés : > Mise sur pieds d un Etat Major > Mise au point de systèmes de communication spécifiques > Evaluation des machines et du matériel > Concept de fermeture des voies > Concept d évacuation > Mise en place de mesures mobiles de protection 25/38

26 CONCEPT D INTERVENTION > Systèmes de protection mobiles contre les inondations : 14/11/2008 Mesures mobiles de protection Eviter les débordements Ramener l eau au cours d eau Protéger les objets spéciaux Ex. Engagement d un système mobile (boudins gonflables) de protection contre les inondations Mesures de protection objet intégrés et/ou mobiles 26/38

27 CONCEPT D INTERVENTION Systèmes mobiles de protection > Choix des variantes de gestion mobile : 14/11/2008 Boudins gonflables Panneaux mobiles Panneaux intégrés Eléments en béton 27/38

28 CONCEPT D INTERVENTION Systèmes mobiles de protection Domaines d intervention et limites : Les systèmes de protection mobiles permettent de limiter les débordements de faible intensité. L utilisation de tels systèmes est limité en cas de forte intensité (hauteur d inondation importante, vitesse d écoulement, effet du charriage, impacts des débris flottants, etc.), et en cas de délai de préalerte trop brefs. On peut souvent atténuer les dégâts, mais il est rare qu'on puisse les empêcher. Les systèmes mobiles de protection ne remplacent pas les mesures permanentes au niveau de la protection contre les inondations. 28/38 Mesures d aménagement et/ou constructives Isolation totale des eaux Mise hors eau des installations

29 Exemple concret Realp La Reuss 29/38 Realp (Canton d Uri)

30 Exemple concret Realp > Situation générale : 14/11/2008 Phénomènes : Montée rapide des eaux Puissants processus d érosion, de charriage et de dépôts solides Point faible : Pont ferroviaire qui ne permet pas le transit des crues > HQ50. Situation de danger : Dangers d inondation des voies, de Realp et des tunnels Reuss 30/38 Débits de pointe : HQ10 : 90 m 3 /s HQ20 : 110 m 3 /s HQ50 : 125 m 3 /s HQ100 : 165 m 3 /s EHQ : > 200 m 3 /s REALP

31 Exemple concret Realp > Concept de protection contre les crues de la Reuss : 14/11/2008 Mesures constructives de protection contre les crues : > Aménagements du lit et des berges > Digue de protection. Mesures de rétention : > Sécurisation des zones d écoulement et des couloirs d évacuation des eaux. Mesures d urgence : > Mise en place d une alarme de manière à gérer le trafic ferroviaire; > Mise en place de panneaux mobiles de protection à des points stratégiques. 31/38

32 Exemple concret Realp > Objectif du concept d alarme & d intervention : 14/11/2008 En raison de la complexité du déclenchement des crues et des délais de préalerte très courts, un système de mesure des précipitations et du débit s'avère être indispensable pour informer et avertir les autorités locales. Une acquisition redondante du signal, de manière à garantir sa fiabilité. La mise en place d un système de mesure automatisé, permettant une transmission instantanée depuis le site au poste de gare de Realp. Un système de réception, de traitement et d évaluation des données fiable qui permette le déclenchement automatisé des interventions. 32/38

33 Exemple concret Realp > Système de mesure mis en place : 14/11/2008 Niveau d eau à Realp (mesures redondantes) Intensité des précipitations dans les BV Furka et Witenwasserental Température de l air (pour déterminer la limite des chutes de neige) 33/38 2 radars 1 caméra avec éclairage 2 stations pluvio+temp

34 Exemple concret Realp > Mode de transmission des infos : 14/11/2008 Transmission directe des paramètres depuis le terrain dans base de données des décideurs via : CAMERA Niveau de l eau Précipitations > fibres optiques (ligne fixe) > liaison GSM 34/38

35 Exemple concret Realp > Mode d analyse des infos : 14/11/2008 Gestion des données Traitement et évaluation des données Mise en valeur et combinaison des différents paramètres Scripts 1. Valeurs limites absolues Outputs pour le contrôle et une appréciation de la situation 2. Débit + Gradient Seuils techniques 3. Débit avéré + Précipitations + Température Pas d alarme ou Alarme 4. Facteurs et Sommes * x = + = Activation de l ALARME 35/38

36 Exemple concret Realp > Plan d alarme avec 4 seuils techniques : 14/11/2008 Préalerte Alerte 1 Alerte 2 Alarme : Veille hydrologique / Suivi de l évolution : Info aux responsables de l intervention Analyse de la situation : Préparation des effectifs Mise en place d un service de piquet : Mise en place des mesures mobiles de protection Pont 1.75 m env. 4 h 36/38

37 CONCLUSION Plan d alarme & d intervention Plan d intervention d urgence Seuils fixes Permet l information, à tous les organes, de l état de la situation de danger par des seuils représentatifs. Actions prédéfinies Actions coordonnées Dans ce cadre, le PAI simplifie la tâche des organes d intervention. Pas de possibilité, à tout un chacun, de se faire sa propre interprétation du danger. Le PAI permet une meilleure coordination entre les différents organes d intervention (mêmes objectifs et documentation pour tout le monde!) 37/38

38 Merci de votre attention 38/38

Planification des mesures d urgence dans le cadre de la protection contre les crues

Planification des mesures d urgence dans le cadre de la protection contre les crues Planification des mesures d urgence dans le cadre de la protection contre les crues Thomas Schneider, Ingénieur-Géologue UNIL/EPFL, CSD Ingénieurs Conseils SA, Sion - Lausanne Dans le cadre de la protection

Plus en détail

Travailleur isolé. Cependant pour des travaux très dangereux, la notion de travailleur isolé peut s entendre pour des périodes de quelques minutes

Travailleur isolé. Cependant pour des travaux très dangereux, la notion de travailleur isolé peut s entendre pour des périodes de quelques minutes Conseils prévention Santé au travail Travailleur isolé Crée le 20/09/2012 par Frédérique Sierra 1 Définition du travailleur isolé (INRS, ED 985, travail isolé) Une personne devra être considérée comme

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile O.R.SE.C. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES pour la protection générale > des populations Direction de la Sécurité Civile Le risque zéro n existe pas Tempête de

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR Leaders mondiaux dans les systèmes de formation aux incidents NRBC/Matières Dangereuses ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR INTRODUCTION

Plus en détail

Protection mobile contre les crues

Protection mobile contre les crues Protection mobile contre les crues La protection mobile contre les crues gagne en importance. De même que la meilleure des protections incendie ne remplace pas les sapeurs-pompiers, de même, les mesures

Plus en détail

Forum Samuel de Champlain «Eau et Santé», La Rochelle 2008

Forum Samuel de Champlain «Eau et Santé», La Rochelle 2008 Forum Samuel de Champlain «Eau et Santé», La Rochelle 2008 COMMENT RÉUSSIR UNE COLLABORATION ENTRE ACTEURS ET FINANCEURS POUR MINIMISER LES RISQUES DE CRUE À LA POPULATION? L exemple du projet pilote du

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Introduction à la gestion de crise en cas d inondation

Introduction à la gestion de crise en cas d inondation Introduction à la gestion de crise en cas d inondation Ir Paul DEWIL, Directeur-Coordinateur Charles REGNIER, attaché Centre Régional de Crise de Wallonie (CRC-W) http://environnement.wallonie.be/inondations

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

Comité Départemental 2015

Comité Départemental 2015 Comité Départemental 2015 Mardi 2 juin 2015 Cécilia HOUMAIRE 2 BILAN sur l année 2014 (1) PNC 2014 similaire à celui de 2013 : Son contenu ne modifie pas le champ d intervention de l ARS. Il a été précisé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS)

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal

Plus en détail

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES)

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Responsable d'études et de travaux en Hygiène Sécurité et Conditions de Travail. Au sein des établissements du

Plus en détail

PLAN D ALARME ET D INTERVENTION LORS D INONDATION

PLAN D ALARME ET D INTERVENTION LORS D INONDATION ENTREPRISE DE CORRECTION FLUVIALE DE L EAU FROIDE PLAN D ALARME ET D INTERVENTION LORS D INONDATION RAPPORT TECHNIQUE 1. INTRODUCTION 3 2. ORGANISATION EN CAS DE CATASTROPHE 3 2.1. Introduction 3 2.2.

Plus en détail

LA STABILITE DES FLANCS DE CARRIERE ET DES TALUS

LA STABILITE DES FLANCS DE CARRIERE ET DES TALUS LA STABILITE DES FLANCS DE CARRIERE ET DES TALUS CIGO - 20 avril 2011 4 Surveillance active et passive Pourquoi CIGO 20 avril 2011 1 / 22 Surveiller!!! Pourquoi? Acquérir des informations qualitatives

Plus en détail

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR?

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? 1 FORMATION DES INSPECTEURS HYGIENE SECURITE OCTOBRE 2008 L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? Dominique VACHER 2 Enjeux du domaine Santé Sécurité Social et Environnemental : pas de Développement

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 7 - LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE. 1. LE MÉTIER Secteur d activités et entreprise. Le BTS Maintenance Industrielle donne accès au métier de technicien

Plus en détail

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN)

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) 17 février 2014 Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) Etat au 1 er septembre 2015 Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

MENTION COMPLEMENTAIRE «SECURITE CIVILE ET D ENTREPRISE» LIVRET DE COMPETENCES

MENTION COMPLEMENTAIRE «SECURITE CIVILE ET D ENTREPRISE» LIVRET DE COMPETENCES MENTION COMPLEMENTAIRE «SECURITE CIVILE ET D ENTREPRISE» LIVRET DE COMPETENCES NOM et PRENOMS : LIEUX DE FORMATION : ANNEE SCOLAIRE : LIVRET DE COMPETENCES MC SECURITE CIVILE ET D ENTREPRISE Page 1/7 UTILISATION

Plus en détail

1. PREAMBULE 2. OBJECTIFS 3. DUREE

1. PREAMBULE 2. OBJECTIFS 3. DUREE Salle de formation : nouveau concept. Cadre agréable hors entreprise. Première session des 16 et 17 octobre2014 «Un sauveteur secouriste du travail (ou SST) peut sauver des vies sur le lieu de travail,

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Diplôme de Comptabilité et de Gestion DCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é r e n t i e

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

RADARS SOMMER Série 30 Mesure sans contact des débits des écoulements à surface libre

RADARS SOMMER Série 30 Mesure sans contact des débits des écoulements à surface libre RADARS SOMMER Série 30 Mesure sans contact des débits des écoulements à surface libre Fonctions et caractéristiques Sans entretien Aucune construction structurelle en eau Totalement opérationnel y compris

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

Ingénierie de surveillance

Ingénierie de surveillance Ingénierie de surveillance La sécurité de vos structures grâce à la technologie OSMOS Surveillance Analyse Diagnostic Prévention Ingénierie La sécurité des structures Viaduc de Millau - France Le monitorage

Plus en détail

Solutions intégrées de Communication et de Sécurité PROTECTION DU TRAVAILLEUR ISOLÉ GUARDIAN - GUARDIAN IR - BODYGUARD

Solutions intégrées de Communication et de Sécurité PROTECTION DU TRAVAILLEUR ISOLÉ GUARDIAN - GUARDIAN IR - BODYGUARD Solutions intégrées de Communication et de Sécurité PROTECTION DU TRAVAILLEUR ISOLÉ GUARDIAN - GUARDIAN IR - BODYGUARD L e a d e r e n s é r é n i t é Être leader en sérénité Vos méthodes et vos conditions

Plus en détail

Plan Communal de Sauvegarde

Plan Communal de Sauvegarde 34 35 36 LE DISPOSITIF COMMUNAL DE CRISE LA CELLULE DE CRISE Elle est constituée selon le schéma ci-dessous. Le maire ou son représentant s assurant que chaque rôle est assumé par une ou plusieurs personnes.

Plus en détail

L objectif du PPMS. Le PPMS doit permettre de répondre à 6 questions : 2 Comment déclencher l alerte? 3 Où et comment mettre les élèves en sureté?

L objectif du PPMS. Le PPMS doit permettre de répondre à 6 questions : 2 Comment déclencher l alerte? 3 Où et comment mettre les élèves en sureté? L objectif du PPMS Le PPMS doit permettre de répondre à 6 questions : 1 Quand déclencher l alerte? 2 Comment déclencher l alerte? 3 Où et comment mettre les élèves en sureté? 4 Comment gérer la communication

Plus en détail

La sécurité et la prévention LES CHANTIERS DE VOIRIE

La sécurité et la prévention LES CHANTIERS DE VOIRIE La sécurité et la prévention LES CHANTIERS DE VOIRIE Sommaire Aspect réglementaire Précaution pour un balisage efficace Les différentes catégories de signalisation Les précautions en tant que conducteur

Plus en détail

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE LA MÉDIATION SOCIALE LES FORMATIONS 2016 Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale w w w. f r a n c e m e d i a t i o

Plus en détail

1. Les exigences relatives au POI 2. Difficultés et réponses à apporter

1. Les exigences relatives au POI 2. Difficultés et réponses à apporter Plan de l intervention 1. Les exigences relatives au POI 2. Difficultés et réponses à apporter Établissements visés Le POI est demandé pour les installations présentant les risques les plus importants

Plus en détail

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction Planification opérationnelle Introduction Objectifs A la fin de la séquence, le stagiaire sera capable de se positionner dans l ensemble de la planification opérationnelle. 1. Introduction : Feyzin FEYZIN

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

Forum des Gestionnaires des Espaces Naturels Nantes 12 et 13 décembre 2011

Forum des Gestionnaires des Espaces Naturels Nantes 12 et 13 décembre 2011 Forum des Gestionnaires des Espaces Naturels Nantes 12 et 13 décembre 2011 Prévention et gestion des risques et des territoires: application opérationnelle au niveau local et à grande échelle dans une

Plus en détail

La démarche globale d évaluation des risques professionnels

La démarche globale d évaluation des risques professionnels La démarche globale d évaluation des risques professionnels Journées Nationales de Prévention 2014 La démarche d évaluation des risques professionnels Méthodologie : 5 étapes 1 Définir les unités de travail

Plus en détail

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P Le système d'alarme incendie doit permettre de signaler un sinistre et de le localiser. Il fonctionne sur une source autonome en l'absence de courant. L'action

Plus en détail

Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23

Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23 Jurançon, le 8 avril 2013 Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23 Histoire Les avertisseurs sonores sont depuis longtemps des appareils de sécurité nécessaires dans les systèmes d alarmes incendie

Plus en détail

Q97 R39 Conception, exploitation, maintenance des évacuateurs de crues vannés à EDF

Q97 R39 Conception, exploitation, maintenance des évacuateurs de crues vannés à EDF Q97 R39 Conception, exploitation, maintenance des évacuateurs de crues vannés à EDF Bernard REVERCHON Philippe CLAVEIROLE Pierre-Guilhem BOUQUIER Hervé BARTHOMEUF Division Production et Ingénierie Hydraulique

Plus en détail

Sécurité des machines

Sécurité des machines Sécurité des machines But : réduire les causes d accident du travail Contrainte : assurer la sécurité tout en maintenant la disponibilité des équipements Sécurité des machines : les étapes => risques d

Plus en détail

LES RISQUES MAJEURS. Document à conserver

LES RISQUES MAJEURS. Document à conserver LES RISQUES MAJEURS Document à conserver Abordons ensemble, les cinq risques majeurs auxquels nous sommes exposés à Saint-Amarin. LES RISQUES NATURELS Inondation...... pages 1-2 Crue torrentielle... pages

Plus en détail

Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt

Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt Module 2 : Communication interne et externe des Comités Paysans Forêt 1. Précision du sujet Ce module fait parti d une série des modules pour la mobilisation de la population locale et particulièrement

Plus en détail

station d énergie La protection de climat est notre responsabilité

station d énergie La protection de climat est notre responsabilité LA CENTRALE D ENERGIE La protection de climat est notre responsabilité Pompe à chaleur, machine de froid, production eau chaude sanitaire contient un fluide frigorigène «R290» sans danger pour l environnement

Plus en détail

Gérer et Prévenir les risques, plus qu une Priorité : une Nécessité

Gérer et Prévenir les risques, plus qu une Priorité : une Nécessité Gérer et Prévenir les risques, plus qu une Priorité : une Nécessité 1 » Introduction» Comment prévenir et gérer les risques? Présentation de l approche prescriptive Présentation de l approche performantielle»

Plus en détail

Entraînements et actionnement. Un produit de ALPHA Deuren International BV

Entraînements et actionnement. Un produit de ALPHA Deuren International BV Entraînements et actionnement Un produit de ALPHA Deuren International BV Bau muster Zertifizierung geprüft Entraînements et actionnement Variantes d entraînement Il est possible de choisir entre un cordon

Plus en détail

FORMATION DES CONSEILLERS EN PREVENTION

FORMATION DES CONSEILLERS EN PREVENTION FORMATION DES CONSEILLERS EN PREVENTION DES SERVICES INTERNES ET EXTERNES POUR LA PREVENTION ET LA PROTECTION AU TRAVAIL Niveau II Conformément à l A.R du 17 mai 2007 relatif à la formation et au recyclage

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

Faire Face au Feu. Sur 4 entreprises qui brûlent, plus de 3 ne REPRENNENT PAS leur activité

Faire Face au Feu. Sur 4 entreprises qui brûlent, plus de 3 ne REPRENNENT PAS leur activité Faire Face au Feu Sur 4 entreprises qui brûlent, plus de 3 ne REPRENNENT PAS leur activité Ce qu il faut savoir? Comment prévenir le risque? Comment procéder? Pour être prêt, Une priorité absolue : favoriser

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

«À PARTIR DE ZÉRO» : BÂTIR LA RÉSILIENCE DES COLLECTIVITÉS EN CAS DE CATASTROPHE

«À PARTIR DE ZÉRO» : BÂTIR LA RÉSILIENCE DES COLLECTIVITÉS EN CAS DE CATASTROPHE «À PARTIR DE ZÉRO» : BÂTIR LA RÉSILIENCE DES COLLECTIVITÉS EN CAS DE CATASTROPHE METROPOLIS 2011 Le 23 mars 2011 Robin S. Cox, Ph.D. Contexte de catastrophe Qu est-ce que la résilience? La résilience en

Plus en détail

Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS. Philippe Bertrand Conseiller en prévention

Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS. Philippe Bertrand Conseiller en prévention Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS Philippe Bertrand Conseiller en prévention ACIS Belgique : active dans 8 secteurs d activités Maisons de

Plus en détail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail santé - sécurité au travail Enseignement agricole Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail Du danger à la prévention des risques professionnels Le secteur agricole est un secteur «à risques». Mais

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL :

1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL : De : Société Projets & Formations 293 rue de jonquilles 84100 Orange yveslozano@projets-formations.com +33 (0)6 18 72 39 98 1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL : Projets et Formations est en mesure

Plus en détail

CEPS La formation des EPI, spécificités pour les PMR Le vendredi 26 mars 2010 Patrick De Huisser Conseiller technique (ceps) S/Off (SRI de Nivelles)

CEPS La formation des EPI, spécificités pour les PMR Le vendredi 26 mars 2010 Patrick De Huisser Conseiller technique (ceps) S/Off (SRI de Nivelles) CEPS La formation des EPI, spécificités pour les PMR Le vendredi 26 mars 2010 Patrick De Huisser Conseiller technique (ceps) S/Off (SRI de Nivelles) Qui sont les PMR? - Personnes handicapées physiques

Plus en détail

Formation ÉVACUATION

Formation ÉVACUATION Formation ÉVACUATION Définition : Lorsque le signal d alarme retentit, tous les occupants doivent immédiatement évacuer les locaux en respectant une procédure particulière rappelée sur le plan d évacuation

Plus en détail

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité O.R.SE.C. - P.P.I. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité P.P.I. > Plan Particulier d Intervention Direction

Plus en détail

Les risques professionnels en stérilisation

Les risques professionnels en stérilisation Les risques professionnels en stérilisation H. Mockly-Postal Pharmacien RAQ - Stérilisation CHRU Besançon Contexte Réglementaire Certification En stérilisation Conclusion Principales situations rencontrées

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage. Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales

Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage. Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales Organisation de la gestion de crise en cas d activation du plan de délestage Rôles de la structure fédérale de crise et des autorités locales Version août 2015 1. UNE GESTION DE CRISE COLLECTIVE ET COORDONNEE

Plus en détail

Energie nucléaire et sécurité

Energie nucléaire et sécurité XXIth European days of State Territorial Representatives Energie nucléaire et sécurité Cathy Berx Gouverneur de la province d Anvers (Belgique) Juin2014 Energie nucléaire et sécurité Le développement et

Plus en détail

Défense d entreprise CFF.

Défense d entreprise CFF. Défense d entreprise CFF. Pour la sécurité de notre clientèle. Défense d entreprise CFF. En bref. 2 La défense d entreprise CFF est responsable de la protection des personnes, de l environnement et des

Plus en détail

La gestion de la circulation et la maîtrise d œuvre durant les travaux. Alexandre Beaupré, ing., M. Ing Julie Morin, ing.

La gestion de la circulation et la maîtrise d œuvre durant les travaux. Alexandre Beaupré, ing., M. Ing Julie Morin, ing. La gestion de la circulation et la maîtrise d œuvre durant les travaux Alexandre Beaupré, ing., M. Ing Julie Morin, ing. OBLIGATIONS LÉGALES 2 Mine de Westray Les modifications apportées au Code criminel

Plus en détail

Conduite du changement dans les services de radiothérapie

Conduite du changement dans les services de radiothérapie Conduite du changement dans les services de radiothérapie page1 Sommaire A Types de changement B Évaluer l impact des changements C Adopter une démarche projet D Mettre à jour le SMQ E Effectuer les démarches

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

ROLLAIR 550-750-1000-1500 Accessibilité accrue, maintenance simplifiée

ROLLAIR 550-750-1000-1500 Accessibilité accrue, maintenance simplifiée motralec ROLLAIR 550-750-1000-1500 Accessibilité accrue, maintenance simplifiée Conception compacte et simple rendant le compresseur à vis accessible à un plus grand nombre d utilisateurs Le ROLLAIR 550-1500

Plus en détail

Comment mettre en place un système de veille sur les marchés publics? Mardi 10 décembre 2013 - Privas 10/12/13

Comment mettre en place un système de veille sur les marchés publics? Mardi 10 décembre 2013 - Privas 10/12/13 Comment mettre en place un système de veille sur les marchés publics? Mardi 10 décembre 2013 - Privas 10/12/13 SOMMAIRE Définition de la veille Pourquoi faire de la veille? Typologies de veille Le cercle

Plus en détail

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION Etude de postes pour le document unique De la maitrise des risques à l étude de postes Maitriser les risques professionnels

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

y a plus de saisons! http://www.lthe.hmg.inpg.fr/~belleudy philippe.belleudy@hmg.inpg.fr le risque : des lieux communs et des vraies idées

y a plus de saisons! http://www.lthe.hmg.inpg.fr/~belleudy philippe.belleudy@hmg.inpg.fr le risque : des lieux communs et des vraies idées études spécifiques d impact et de risques / définition du risque 1 Philippe Belleudy - 09-2006 Philippe BELLEUDY Professeur Observatoire des Sciences de l Univers de Grenoble Université Joseph-Fourier

Plus en détail

Systèmes électroacoustiques pour services de secours

Systèmes électroacoustiques pour services de secours Systèmes électroacoustiques pour services de secours Photo : aéroport de Djeddah, Arabie Saoudite Séminaire de l AEAI sur la protection incendie des 18/19 octobre 2011 Sommaire Introduction Fonctionnement

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT D UNE PLATEFORME CARTOGRAPHIQUE D AIDE À LA GESTION DE CRISE INONDATION SUR L YERRES AVAL

DÉVELOPPEMENT D UNE PLATEFORME CARTOGRAPHIQUE D AIDE À LA GESTION DE CRISE INONDATION SUR L YERRES AVAL DÉVELOPPEMENT D UNE PLATEFORME CARTOGRAPHIQUE D AIDE À LA GESTION DE CRISE INONDATION SUR L YERRES AVAL EPTB SEINE GRANDS LACS PARIS 12 NOVEMBRE 2015 Direction des Services Techniques POLE RIVIERE/ LOÏCK

Plus en détail

a b c d e f j o l m n k Document d Information Communal sur les Risques Majeurs numéros utiles

a b c d e f j o l m n k Document d Information Communal sur les Risques Majeurs numéros utiles numéros utiles a b c POMPIERS 18 NUMÉRO D APPEL D URGENCE EUROPÉEN 112 POLICE SECOURS 17 POLICE MUNICIPALE 04 78 03 68 68 SAMU 15 d e f MÉTÉO FRANCE 08 92 68 02 69 EDF 0 810 69 2000 GDF 0 810 69 2000 VILLE

Plus en détail

Journées techniques Ouvrages d Art 2013

Journées techniques Ouvrages d Art 2013 Journées techniques Ouvrages d Art 2013 Dijon, Mercredi 05 et Jeudi 06 juin Buse du ruisseau du Marais RN70 RCEA Gestion d'une situation d'urgence 5 juin 2013 Sommaire Déclenchement de l affaire Le constat

Plus en détail

520.12 Ordonnance sur l alerte, la transmission de l alarme à la population et la diffusion de consignes de comportement

520.12 Ordonnance sur l alerte, la transmission de l alarme à la population et la diffusion de consignes de comportement Ordonnance sur l alerte, la transmission de l alarme à la population et la diffusion de consignes de comportement (Ordonnance sur l alarme, OAL) du 5 décembre 2003 (Etat le 30 décembre 2003) Le Conseil

Plus en détail

CHAMBRES FROIDES (équipements pour...)

CHAMBRES FROIDES (équipements pour...) CHAMBRES FROIDES (équipements pour...) Nous proposons des équipements pour chambres froides comprenant le matériel nécessaire pour la protection du sol de la chambre froide, les équipements de sécurité

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

Brague : petit fleuve, BV de 70 km 2, 20 km de long. Petits vallons côtiers : BV de quelques km 2. Ruissellement urbain :

Brague : petit fleuve, BV de 70 km 2, 20 km de long. Petits vallons côtiers : BV de quelques km 2. Ruissellement urbain : GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES RISQUES D INONDATION Expérience de la commune d Antibes Commission Départementale des Risques Naturels Majeurs des Alpes-Maritimes Mercredi 3 décembre 2014 1 PREAMBULE

Plus en détail

Sommaire. Définition des décrets d applications

Sommaire. Définition des décrets d applications Prévention des risques électriques Bienvenue! Mis en ligne le 13/02/2012 Sommaire Définition des décrets d applications Norme NF C 18-510: Processus d une habilitation électrique Principe et articulation

Plus en détail

RN90 Tunnel du Siaix DOSSIER DE PRESSE. Aménagement d une galerie de sécurité MARS 2016

RN90 Tunnel du Siaix DOSSIER DE PRESSE. Aménagement d une galerie de sécurité MARS 2016 RN90 Tunnel du Siaix Aménagement d une galerie de sécurité DOSSIER DE PRESSE MARS 2016 Sommaire 3 La mise en conformité du tunnel du Siaix Où en sommes-nous? Le projet de creusement de la galerie Tout

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

R.C.S.C. Réserve Communale de Sécurité Civile CHATEAUNEUF-LES-MARTIGUES

R.C.S.C. Réserve Communale de Sécurité Civile CHATEAUNEUF-LES-MARTIGUES R.C.S.C Réserve Communale de Sécurité Civile CHATEAUNEUF-LES-MARTIGUES Contexte local Juillet 2008 : par délibération N 2008-07-113, adoptée par le conseil municipal de Châteauneuf-les-Martigues, il a

Plus en détail

PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION

PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION Janvier 2014 AVANT-PROPOS Un plan d'intervention est l'un des outils les plus précieux pour aider le personnel d'intervention à maîtriser efficacement une

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique POWEO TOUL PRODUCTION Partie 1 Demande d autorisation d exploiter Résumé non technique DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE NOUVELLE INSTALLATION DE PRODUCTION D ELECTRICITE 48-AO0102-APS/G.06/0001

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

Ordonnance sur l organisation des interventions en cas d événement ABC et d événement naturel

Ordonnance sur l organisation des interventions en cas d événement ABC et d événement naturel Ordonnance sur l organisation des interventions en cas d événement ABC et d événement naturel (Ordonnance sur les interventions ABCN) 520.17 du 20 octobre 2010 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Conseil fédéral

Plus en détail

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire GESTION DE CRISE : Le rôle du maire Introduction : Le risque zéro n existe pas L actualité montre que de nombreux événements soudains et dramatiques peuvent survenir en France (d origine naturelle, technologique,

Plus en détail

TP IV-PALETTIC. Analyser, Améliorer ou Adapter la fonction sécurité. Justifier de la mise en place d'un relais de sécurité.

TP IV-PALETTIC. Analyser, Améliorer ou Adapter la fonction sécurité. Justifier de la mise en place d'un relais de sécurité. TP IV-PALETTIC OBJECTIF : Analyser, Améliorer ou Adapter la fonction sécurité. Justifier de la mise en place d'un relais de sécurité. Système, sous système : PALETTIC SAVOIR : (pré-requis : TD et TP précédents

Plus en détail

La communication simultanée sécurisée, pour les équipes en mouvement.

La communication simultanée sécurisée, pour les équipes en mouvement. La communication simultanée sécurisée, pour les équipes en mouvement. Condor: la communication sans limites Condor est la première solution de communication complète, instantanée et sécurisée au monde,

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Solutions Laboratoires

Solutions Laboratoires Solutions Laboratoires Créons le Bien-Être Solutions Laboratoires Des espaces de travail sûrs et fonctionnels pour les professionnels des laboratoires. 2 Les solutions Halton Vita offrent une gestion intelligente

Plus en détail

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES COMME CADRE DE L INTEGRITE Expérience de l ONEE-Branche Eau DAO 1 Mostafa ETTOURKI Direction Audit et Organisation

Plus en détail

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS Conclusions et partage d expérience Réunion du Cluster Sécurité Alimentaire 10/02/2015 Bangui - RCA DE QUOI S

Plus en détail

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne.

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne. LE CRM À L ÈRE DU CLIENT façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne ebook 1 SOMMAIRE Résumé analytique Mieux aligner les ventes et le marketing

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 PREFECTURE DES BOUCHES DU RHÔNE Cabinet Service Interministériel Régional des Affaires Civiles et Economiques de Défense de De la Protection Civile Rèf : 850 Affaire

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE STRATÉGIE. Séminaire du 26 avril 2011

QU EST-CE QU UNE STRATÉGIE. Séminaire du 26 avril 2011 QU EST-CE QU UNE STRATÉGIE DE COLLECTE DE FONDS? Séminaire du 26 avril 2011 UN APERÇU DE LA STRATEGIE Séminaire du 26 avril 2011 LA STRATÉGIE, C EST STRATÉGIQUE La stratégie de collecte de fonds doit être

Plus en détail

Principes de planification pour les évacuations. La planification de petites évacuations

Principes de planification pour les évacuations. La planification de petites évacuations Principes de planification pour les évacuations La planification de petites évacuations Impressum Editeur Office fédéral de la protection de la population OFPP Monbijoustrasse 51A 3003 Berne Tél. 031 321

Plus en détail

DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR

DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR 2 TEXTES RELATIFS AUX TRAVAILLEURS ISOLES Code du travail Art R237-10 du décret du 20/02/92 : le chef de l entreprise intervenante

Plus en détail