Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien"

Transcription

1 Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien PROPRIÉTAIRE ou LOCATAIRE vous avez des obligations VOUS AVEZ SIGNÉ UN BAIL. CE CONTRAT DE LOCATION, RENFORCÉ PAR LES DISPOSITIONS LÉGALES, PRÉCISE LES OBLIGATIONS QUI S IMPOSENT RESPECTIVEMENT À CHACUN DE VOUS. PROPRIÉTAIRE, vous avez l obligation de remettre au locataire un logement décent dont l état et les éléments d équipement et de confort répondent aux caractéristiques fixées par la Loi. > Vous devez effectuer les réparations autres que locatives, justifier des dépenses correspondant aux charges payées par le locataire et lui garantir l usage paisible du logement. LOCATAIRE, vous devez payer le loyer et les charges au terme convenu dans le bail. Vous êtes tenu de vous assurer contre les risques locatifs et d assumer l entretien et les réparations qui vous incombent. > Vous devez utiliser paisiblement le logement en respectant la destination qui lui a été donnée et les règles d hygiène et de salubrité. > Vous ne pouvez le transformer, le céder ou le sous-louer sans l'accord écrit du propriétaire.

2 un logement décent UN LOGEMENT DÉCENT DOIT SATISFAIRE À CERTAINES CONDITIONS AU REGARD DE LA SÉCURITÉ PHYSIQUE ET DE LA SANTÉ DES LOCATAIRES. Il assure le clos et le couvert. Le gros œuvre est en bon état d'entretien et de solidité et protège les locaux contre les eaux de ruissellement et les remontées d'eau (couverture, menuiseries extérieures ). Dans le logement et ses accès, les garde-corps des fenêtres, escaliers, loggias et balcons sont dans un état conforme à leur usage. Les réseaux et branchements d'électricité et de gaz et les équipements de chauffage et de production d'eau chaude répondent aux normes de sécurité et sont en bon état d'usage et de fonctionnement. Les dispositifs d'ouverture et de ventilation permettent un renouvellement de l'air adapté aux besoins d'une occupation normale et au fonctionnement des équipements. Il en est de même de la nature et de l'état de conservation et d'entretien des matériaux de construction, des canalisations et des revêtements. Les pièces principales bénéficient d'un éclairement naturel suffisant et d'un ouvrant donnant à l'air libre ou sur un volume vitré donnant lui même à l'air libre. IL DOIT PARALLÈLEMENT ÊTRE DOTÉ DES ÉLÉMENTS D'ÉQUIPEMENT ET DE CONFORT SUIVANTS : Une installation permettant un chauffage normal, munie des dispositifs d'alimentation en énergie et d'évacuation des produits de combustion. Une installation d'alimentation en eau potable assurant à l'intérieur du logement la distribution avec une pression et un débit suffisants. Des installations d'évacuation des eaux ménagères et des eaux-vannes empêchant le refoulement des odeurs et des effluents et munies de siphons. Une cuisine ou un coin cuisine aménagé de manière à recevoir un appareil de cuisson et comprenant un évier raccordé aux installations d'alimentation en eau chaude et froide et d'évacuation des eaux usées. Une installation sanitaire intérieure au logement comprenant un WC, séparé de la cuisine et de la pièce où sont pris les repas, et un équipement pour la toilette corporelle, comprenant une baignoire ou une douche. Aménagé de manière à garantir l'intimité personnelle, il est alimenté en eau chaude et froide et muni d'une évacuation des eaux usées. 2

3 SON ÉTAT ET SES ÉLÉMENTS D'ÉQUIPEMENT ET DE CONFORT SONT CONFORMES AUX CARACTÉRISTIQUES D'UN LOGEMENT DÉCENT DÉFINIES PAR LE DÉCRET DU 30 JANVIER Un réseau électrique permettant l'éclairage suffisant de toutes les pièces et des accès ainsi que le fonctionnement des appareils ménagers courants indispensables à la vie quotidienne. POUR ÊTRE CONSIDÉRÉ COMME DÉCENT, LE LOGEMENT DOIT ÉGALEMENT VÉRIFIER DES NOR- MES DE SURFACE ET DE VOLUME FIXÉES PAR LA LOI. IL DOIT DISPO- SER AU MOINS D'UNE PIÈCE PRIN- CIPALE AYANT SOIT UNE SURFACE HABITABLE AU MOINS ÉGALE À 9 M 2 ET UNE HAUTEUR SOUS PLA- FOND AU MOINS ÉGALE À 2,20 M, SOIT UN VOLUME HABITABLE AU MOINS ÉGAL À 20 M 3. VOUS ÊTES LOCATAIRE, VOUS POUVEZ DEMANDER AU PROPRIÉTAIRE DE RÉALISER LES TRAVAUX DE MISE EN CONFORMITÉ A défaut d'accord c'est le juge d'instance qui déterminera ces travaux et leur délai d'exécution. Il peut également dans ce cas réduire le montant du loyer. Si ces travaux de mise en conformité durent plus de 40 jours, vous pouvez demander au propriétaire une diminution de loyer. S'ils rendent le logement inhabitable, vous pouvez résilier le bail. CE QUI ÉVITERA LA SUSPENSION DU VERSEMENT DES AIDES AU LOGEMENT C'est la demande de mise en conformité qui conditionne le maintien du versement des aides au logement. Cette démarche doit être engagée par le locataire dans les 6 mois qui suivent le constat de non décence du logement. A défaut la CAF ou la MSA peuvent suspendre cette allocation. Si votre logement ne satisfait pas à l'une ou l'autre des conditions de décence rappelées ci-dessus, vous pouvez demander à tout moment à votre propriétaire de réaliser à ses frais les travaux de mise en conformité. Cette démarche ne remet pas en cause la validité du bail en cours. 3

4 des règles d hygiène & de salubrité Les principales règles pour l occupant peuvent être résumées de la manière suivante : PROPRETE Les locaux d habitation, les parties communes, leurs dépendances et leurs abords doivent être constamment maintenus en état de propreté : Il est interdit d entreposer ou d accumuler des détritus, déjections, objets ou substances susceptibles d attirer la vermine, les rongeurs ou d entraîner un risque d épidémie ou d accident. Il est interdit d encombrer les passages (cours et allées de circulation) par des ordures ou détritus et les gravats doivent être évacués au fur et à mesure. Il est interdit de battre les tapis par les fenêtres en dehors des jours et heures fixés par l autorité municipale. Il est interdit de projeter à l extérieur des bâtiments tout objet ou détritus pouvant nuire à l hygiène ou à la sécurité du voisinage. ENSOLEILLEMENT Il ne doit pas être créé d obstacle permanent à la pénétration de la lumière et des radiations solaires dans les logements, les arbres situés à proximité des fenêtres seront élagués en tant que de besoin. EAUX USEES Il est interdit de rejeter dans la nature des eaux usées sans traitement préalable. CAVES, SOUS-SOLS Il est interdit d habiter dans les caves, sous-sols, garages et combles non dotés d une ouverture donnant directement sur l extérieur. ANIMAUX L élevage d animaux de toutes espèces dans les habitations, leurs dépendances ou leurs abords et leur stationnement dans les parties communes est interdit si leur nombre, leur comportement ou leur état de santé peut porter atteinte à la sécurité ou à la salubrité des habitations et de leur voisinage Il est interdit d attirer systématiquement ou de façon habituelle des animaux, notamment les pigeons et les chats Les installations renfermant des animaux vivants notamment les clapiers, poulaillers et pigeonniers doivent être constamment entretenus, nettoyés, désinfectés et désinsectisés aussi souvent que nécessaire 4

5 Evacuation des eaux pluviales : elles devront être nettoyées régulièrement notamment pour ne pas être obstruées lors de la chute des feuilles, de plus tout déversement de détritus, d immondice et de toute substance toxique ou dangereuse est interdit dans ces canalisations. Assainissement autonome : il doit être vidangé, par un entrepreneur agréé par le Maire, aussi souvent que nécessaire et une fois tous les 5 ans au minimum. NON SEULEMENT, LE LOGEMENT MIS EN LOCA- TION DOIT ÊTRE DÉLIVRÉ EN BON ÉTAT, MAIS L OCCUPANT DEVRA L UTILISER DE MANIÈRE À RESPECTER L ENSEMBLE DES RÈGLES D HYGIÈNE ET DE SALUBRITÉ, QU ELLES RÉSULTENT DU RÈGLEMENT SANITAIRE DÉPARTEMENTAL OU D ARRÊTÉS MUNICIPAUX. EQUIPEMENTS : ENTRETIEN ET UTILISATION Conduits de fumée : ils doivent être ramonés périodiquement et au minimum une fois par an Chaudières : elles doivent être nettoyées et vérifiées au moins une fois par an. Réserves d eau : les bassins d ornement ou réserves destinées notamment à l arrosage doivent être vidangés régulièrement afin d empêcher la prolifération des insectes, de même, ils devront être nettoyés et désinfectés au moins une fois par an. Le Maire est chargé de faire respecter le règlement sanitaire départemental. A ce titre, il peut ordonner aux occupants toutes les mesures nécessaires notamment de nettoyage, désinfection, désinsectisation ou de dératisation. Il peut même faire exécuter d office ces travaux aux frais du responsable si celui-ci n agit pas après une mise en demeure. 5

6 lutte contre l habitat indigne Lorsque l immeuble présente un danger grave pour la santé des occupants et (ou) du voisinage une procédure d insalubrité peut être engagée. Après contrôle des lieux par les services de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales et avis du comité départemental de l'environnement, des risques sanitaires et technologiques, le PRÉFET peut prendre un ARRÊTÉ D INSALUBRITÉ. Il peut s agir d un ARRÊTÉ D INSALUBRITÉ REMÉDIABLE avec interdiction temporaire d habiter lorsque les travaux qu il prescrit dans l arrêté permettent d y mettre fin ou, dans le cas contraire, d un ARRÊTÉ D INSALUBRITÉ IRRÉMÉDIABLE avec interdiction définitive d habiter. Lorsque l immeuble menace ruine et qu il est susceptible par son effondrement de compromettre la sécurité ou qu il n offre pas les garanties de solidité nécessaires au maintien de la sécurité publique, le MAIRE peut engager une procédure de péril. Lorsqu un danger réel est constaté, le MAIRE prend un ARRÊTÉ DE PÉRIL ORDINAIRE qui prescrit les travaux à réaliser dans un certain délai et le cas échéant l interdiction d habiter ou d occuper les lieux. Lorsqu il y a urgence, le Maire prend un ARRÊTÉ DE PÉRIL IMMINENT qui ordonne les mesures provisoires pour garantir la sécurité par exécution de travaux, évacuation de l immeuble le cas échéant ou démolition partielle. 6

7 intervention de la puissance publique CONSÉQUENCES POUR LES OCCUPANTS Le loyer cesse d être dû dès le premier jour du mois suivant la notification ou l affichage de l arrêté d insalubrité ou de péril et jusqu à l achèvement des travaux. Les aides au logement sont automatiquement suspendues. Le bail est suspendu jusqu au premier jour du mois suivant l achèvement des travaux constaté par l arrêté de mainlevée. En cas d interdiction d habiter, le propriétaire a une obligation de relogement ou d hébergement des occupants : > Si l interdiction d habiter est définitive, le propriétaire doit proposer une offre de relogement correspondant aux besoins et aux possibilités des occupants, il devra prendre en charge 3 mois du nouveau loyer destinés à couvrir les frais de réinstallation. En cas de carence, c est le Maire ou le Préfet qui prend les dispositions nécessaires pour reloger les occupants, le propriétaire devra alors verser à la collectivité une indemnité représentant 1 an de loyer prévisionnel. > Si l interdiction d habiter est temporaire, le propriétaire est tenu d assurer un hébergement provisoire décent correspondant aux besoins des occupants. Il devra en outre en assumer le coût dans son intégralité. A défaut, il devra s acquitter du montant du loyer des locaux où la personne publique les aura temporairement relogés. Dès la mainlevée de l interdiction d habiter prononcée après constat de l achèvement des travaux, les locataires pourront réintégrer leur logement et la durée du bail sera prolongée d autant sans qu ils aient eu à payer de loyer ni pour le logement qu ils ont temporairement quitté ni pour leur hébergement provisoire. 7

8 Vous souhaitez plus de précisions Agence Départementale d Information sur le Logement 7, Place Sainte Catherine RODEZ Tél Votre Mairie Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales 4, rue Paraire - BP RODEZ CEDEX 9 Tél

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent :

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent : L ADIL 63 vous informe : Juin 2011 Le logement décent Les logements concernés : logements loués à titre d habitation principale (ou mixte : habitation principale et professionnelle) nus ou meublés. Sauf

Plus en détail

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE NON DÉCENCE Défaut de CONFORT et de SÉCURITÉ MANQUEMENT À LA SALUBRITÉ GÉNÉRALE Défaut d'hygiène et de SALUBRITÉ INSALUBRITÉ DANGER pour la SANTÉ publique DANGER

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

Guide. de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé. Edition juillet 2014

Guide. de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé. Edition juillet 2014 Guide Edition juillet 2014 de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé Non-Décence / Manquement à la salubrité générale des habitations / Insalubrité des habitations / Bâtiments menaçant

Plus en détail

SOMMAIRE. N 48 Mars 2002

SOMMAIRE. N 48 Mars 2002 N 48 Mars 2002 SOMMAIRE I - Prêts ACCESSION et prêts PASS-TRAVAUX : dispositions applicables à compter du 1 er avril 2002 (décisions du conseil d Administration de l UESL du 19 février 2002) II-Dispositif

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté :

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté : 2011-06-117 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT 569 RÈGLEMENT ÉTABLISSANT LES CONDITIONS DE SALUBRITÉ ET D'ENTRETIEN DES LOGEMENTS CONSIDÉRANT QU en

Plus en détail

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond;

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS VILLE DE RICHMOND L assemblée régulière du conseil de la Ville a eu lieu au 745 rue Gouin, le lundi 1 er octobre 2012 à 19 h, sous la présidence de monsieur

Plus en détail

Circulaire du 09/08/78 relative à la révision du règlement sanitaire départemental type

Circulaire du 09/08/78 relative à la révision du règlement sanitaire départemental type Circulaire du 09/08/78 relative à la révision du règlement sanitaire départemental type Type : Circulaire Date de signature : 09/08/1978 Date de publication : 13/09/1978 Etat : en vigueur (JO du 13 septembre

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 03-096 RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS Attendu que l administration municipale désire assurer des conditions de logement acceptables pour tous les Montréalais

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN RÈGLEMENT NUMÉRO 349-11 RÈGLEMENT CONCERNANT LES NUISANCES, LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES BÂTIMENTS D HABITATION CHAPITRE 1 DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE

RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE Règlement concernant la salubrité et l entretien des habitations. PRÉAMBULE CONSIDÉRANT QUE la Loi sur l aménagement

Plus en détail

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient :

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MONT-LAURIER RÈGLEMENT NUMÉRO : 119 Règlement sur la salubrité et l entretien des logements. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Mont-Laurier, tenue le

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants 15 mai 2011 Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement Délégation à l hébergement et à l accès

Plus en détail

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU).

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU). DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES COMPETENCES ET DES INSTITUTIONS LOCALES BUREAU DES OPERATIONS D AMENAGEMENT, DE L URBANISME ET DE L HABITAT AFFAIRE SUIVIE PAR : Pascal MATHIEU

Plus en détail

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL Bouches-du-Rhône Agence Régionale de Santé Paca Santé Environnement REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DES BOUCHES-DU-RHONE TITRE PREMIER LES EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) CHAPITRE 1 : Dispositions générales Article 1 Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne tout

Plus en détail

RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels

RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE BONAVENTURE VILLE DE NEW RICHMOND RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels Considérant que la Loi sur l aménagement et l urbanisme

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Réédition octobre 2012 >> www.territoires.gouv.fr Préambule Disposer d un logement sain, sûr, et décent est un des droits élémentaires

Plus en détail

ANNEXE REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL. modifié par l'arrêté préfectoral. n 2004-796. en date du 14 octobre 2004 TITRE I ER

ANNEXE REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL. modifié par l'arrêté préfectoral. n 2004-796. en date du 14 octobre 2004 TITRE I ER ANNEXE REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL modifié par l'arrêté préfectoral n 2004-796 en date du 14 octobre 2004 TITRE I ER LES EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE ARTICLE 1 ER DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

Lutte contre l habitat indigne dans la Nièvre

Lutte contre l habitat indigne dans la Nièvre Lutte contre l habitat indigne dans la Nièvre Ce document réalisé par le pôle départemental de lutte contre l'habitat indigne, s adresse aux élus et aux professionnels intervenant dans les domaines de

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement couv guide heberg relogement pnlhi sept 2012:Mise en page 1 17/09/2012 11:10 Page 1 Délégation interministérielle à l hébergement et à l accès au logement (Dihal) 20, avenue de Ségur - 75007 Paris contact.dihal@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy

Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy CAHIER DES CHARGES ENTRETIEN DES SALLES DE SPORT Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy Tél : 04 72 26 10 30 Fax : 04 72 26 13 36 Objet du marché NETTOYAGE

Plus en détail

www.financeimmo.com 1 - Généralités sur le prêt pass travaux. 2 - Bénéficiaires de l'emprunt travaux. Prêt PASS TRAVAUX du 1% patronal

www.financeimmo.com 1 - Généralités sur le prêt pass travaux. 2 - Bénéficiaires de l'emprunt travaux. Prêt PASS TRAVAUX du 1% patronal Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier QUE FAUT-IL FAIRE AVANT LA MISE EN LOCATION LE CONTRAT DE LOCATION Le contrat de location

Plus en détail

LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION

LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION Sommaire AVANT PROPOS 2 LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION 3 Fiche n 1 : les documents nécessaires 4 1 Le contrat de location 4 2 Les diagnostics techniques 5 Fiche n 2 : un logement et des parties

Plus en détail

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres Qu est-ce que l habitat insalubre? Définition ancienne : de 1850 à 1902 La loi : art L.1331-26 du code de la santé publique

Plus en détail

HORAIRES D OUVERTURE :

HORAIRES D OUVERTURE : Tel : 04 90 82 82 81 Fax : 04 90 82 82 83 E-Mail : location@sudimmo-avignon.fr LE GUIDE DU LOCATAIRE HORAIRES D OUVERTURE : Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30 Le samedi de 9h30 à

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. RESIDENCE AURORE 38, rue des Caves du Roi 92310 SEVRES

LIVRET D ACCUEIL. RESIDENCE AURORE 38, rue des Caves du Roi 92310 SEVRES LIVRET D ACCUEIL RESIDENCE AURORE 38, rue des Caves du Roi 92310 SEVRES TABLE DES MATIERES 1. ACCUEIL... 3 2. USAGES DES PARTIES PRIVATIVES... 3 2.1 Utilisation des canalisations des eaux usées et des

Plus en détail

GUIDE DES COMPÉTENCES DU MAIRE EN MATIÈRE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE ET DE TROUBLES DE VOISINAGE

GUIDE DES COMPÉTENCES DU MAIRE EN MATIÈRE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE ET DE TROUBLES DE VOISINAGE BAS-RHIN GUIDE DES COMPÉTENCES DU MAIRE EN MATIÈRE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE ET DE TROUBLES DE VOISINAGE HABITAT ENVIRONNEMENT BRUIT COURRIERS TYPE Préfecture du Bas-Rhin Direction départementale des affaires

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES Ain Angillon Malvaux REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES REGISSANT LES PRESTATIONS DE CONTROLE ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS (arrété du 6 mai

Plus en détail

La Caf À VOS CÔTÉS. Conception : Service Communication CAF Touraine - Juin 2014. VOUS, votre PROPRIETAIRE et la Caf Touraine

La Caf À VOS CÔTÉS. Conception : Service Communication CAF Touraine - Juin 2014. VOUS, votre PROPRIETAIRE et la Caf Touraine La Caf À VOS CÔTÉS Conception : Service Communication CAF Touraine - Juin 2014 VOUS, votre PROPRIETAIRE et la Caf Touraine 1 Vous êtes en recherche d un logement. Vous êtes locataire d un logement. Vous

Plus en détail

Entretien et Réparations dans votre logement

Entretien et Réparations dans votre logement Ce document est important pour vous. Conservez-le soigneusement. Extérieurs Entretien et Réparations dans votre logement Ce document reprend l ensemble des équipements de votre logement et vous indique,

Plus en détail

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous > GUIDE DU BAILLEUR Votre locataire, la Caf et vous 1 Préambule Propriétaires, bailleurs, vous louez un ou plusieurs logements à des personnes allocataires d une Caf. Savez-vous que les Caf aident près

Plus en détail

les chambres et parties communes sont situées sur l ensemble du 1 étage de la maison

les chambres et parties communes sont situées sur l ensemble du 1 étage de la maison (semi) colocation VILLENEUVE D ASCQ cité scientifique 4 cantons quatre cantons lille Sainghin en Mélantois Bouvines Templeuve Cysoing Anstaing Louvil Gruson Chéreng Péronne en Mélantois colocations location

Plus en détail

J ai trouvé un logement : quelles formalités, quel budget? J emménage : les démarches, pas de temps à perdre!

J ai trouvé un logement : quelles formalités, quel budget? J emménage : les démarches, pas de temps à perdre! J ai trouvé un logement : quelles formalités, quel budget? J emménage : les démarches, pas de temps à perdre! Mon loyer : combien ça coûte? J occupe mon logement : les obligations et leurs importances!

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL D ASSAINISSEMENT. Département des Yvelines --------------

REGLEMENT GENERAL D ASSAINISSEMENT. Département des Yvelines -------------- ------------ REGLEMENT GENERAL D ASSAINISSEMENT Département des Yvelines -------------- 12, route des Haras 78610 LES BREVIAIRES Tél. 01 34 57 83 10 Fax 01 34 84 13 15 Email : mairie.breviaires@wanadoo.fr

Plus en détail

Règlement d assainissement non collectif

Règlement d assainissement non collectif Règlement d assainissement non collectif www.strasbourg.eu Edition 2011 SOMMAIRE CHAPITRE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES....................... 2 CHAPITRE II - PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES APPLICABLES À L ENSEMBLE

Plus en détail

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS : annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ CAS DE FIGURE Le propriétaire des locaux frappés d un arrêté de police tenu à l obligation

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

" Bienvenue chez vous "

 Bienvenue chez vous " Bienvenue chez vous " Un doute, une question, un problème? JE CONTACTE LE SIRES Guide du locataire entretien du logement Organisme affilié à la Fédération Nationale HABITAT & DEVELOPPEMENT http://www.habitatdeveloppement.fr

Plus en détail

ahébergement asubstitution du préfet

ahébergement asubstitution du préfet interdiction temporaire d habiter. Dans ce cas, ou si l exécution des mesures prescrites par cette mise en demeure rend les locaux temporairement inhabitables, les dispositions des articles L.521-1 et

Plus en détail

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales 1 REGLEMENT DU SPANC (Service Public d Assainissement Non Collectif) Sommaire Chapitre 1 er : Dispositions Générales Article 1 er : Assainissement non collectif : Article 2 : Objet du règlement : Article

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : GUIDE DE L HÉBERGEMENT ET DU LOGEMENT L occupant hébergé Ci-après désigné par les mots «L occupant hébergé» IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONDITIONS PARTICULIERES Article 1 - Objet de la convention La

Plus en détail

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ Dany Moisan Inspecteur en environnement et salubrité Réglementation Entretien des bâtiments Salubrité Conclusion 2 RÉGLEMENTATION R.V.Q. 773 Règlement sur la salubrité

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION Codification administrative Ce document n'a pas de valeur officielle RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair LES RÉPARATIONS locatives Le petit mémo pour y voir plus clair En matière de réparations locatives, les obligations du bailleur et celles du propriétaire sont définies par le Décret du 26 aôut 1987 et

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! sommaire Entrée et cuisine... p.- Pièce à vivre... p.- Salle de bain, wc... p.- Immeuble collectif... p. Maison individuelle...

Plus en détail

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COMMUNE DE COURCELLES LOIRET

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COMMUNE DE COURCELLES LOIRET Règlement d assainissement Commune de Courcelles Loiret 1/20 REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COMMUNE DE COURCELLES LOIRET Adopté par délibération et vote du conseil municipal lors de la séance du 27 octobre

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement?

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement? ENTRETIEN & RÉPARATIONS Qui paie quoi dans votre logement? Qui paie quoi dans votre logement? Peinture, papier peint sur murs et plafonds Peinture sur les portes palières et huisseries L entrée Un évier

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Règlement du service public de l Assainissement non collectif

Règlement du service public de l Assainissement non collectif Règlement du service public de l Assainissement non collectif Sommaire Chapitre I - Dispositions générales 4 Préambule Le présent règlement définit le cadre des relations entre le SYDEC, les abonnés du

Plus en détail

Préfecture de la région Ile-de-France. Principes généraux

Préfecture de la région Ile-de-France. Principes généraux Préfecture de la région Ile-de-France Principes généraux Guide habitat à l usage des Maires 2008 3 Sommaire Principes généraux 4 Synoptique général relatif au traitement des plaintes en matière d habitat

Plus en détail

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DEPARTEMENT DU BAS-RHIN ------------------------- REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL ------------------------- Arrêté Préfectoral du 26 Mars 1980 modifié les 2 Octobre 1980, 12 Janvier 1981, 7 Juillet 1981,

Plus en détail

Guide branchement Eaux usées

Guide branchement Eaux usées Guide branchement Eaux usées Description du branchement Le raccordement au réseau public d assainissement collectif consiste à mettre en place un branchement d assainissement, allant de la limite de votre

Plus en détail

LOGEMENT DECENT Textes / jurisprudence-réponses ministérielles

LOGEMENT DECENT Textes / jurisprudence-réponses ministérielles !"#$#%$#$#& '()!"#$#$%#$#% *+!,'+-(. #+/ 0,,!111#(. #+/ LOGEMENT DECENT Textes / jurisprudence-réponses ministérielles 2+23(.+4( +*((, 5*0676., (00(,2(0(22((8.0904(,'002+(,2+(,7 (03*3 2:;09+7 (0(,3.+3.03

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Guide d intervention et d information. Habitat.

Guide d intervention et d information. Habitat. Guide d intervention et d information. Habitat. Habitat. Bien que considéré comme un espace sécurisant et protecteur, l habitat est encore dans de trop nombreux cas un lieu pouvant porter atteinte à la

Plus en détail

Préfecture de la région ile-de-france

Préfecture de la région ile-de-france Préfecture de la région ile-de-france Principes généraux Guide habitat à l usage des Maires 2009 3 Sommaire Principes généraux 4 Synoptique général relatif au traitement des plaintes en matière d habitat

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif des communes de l ÉTOILE

Règlement du service public d assainissement collectif des communes de l ÉTOILE Novembre 2014 Règlement du service public d assainissement collectif des communes de l ÉTOILE Service Assainissement Partie 1 : Règlement commun aux eaux usées domestiques, assimilées domestiques et autres

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-22 Règlement relatif à la vidange périodique des boues des fosses septiques, des fosses de rétention et des puisards et abrogeant

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

Entretien du logement

Entretien du logement Entretien du logement Le locataire s engage à tenir les lieux loués en parfait de la location. CONSEILS D ENTRETIEN UTILISATION DES FENÊTRES ET BALCONS Il est interdit de planter des arbres (manguier,

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur /Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la réglementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr présentation générale La société Algora Environnement propose pour les entreprises, industries, commerces, collectivités, professionnels de l immobilier et particuliers un ensemble de services liés à l

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

RÉPARATIONS LOCATIVES

RÉPARATIONS LOCATIVES LE GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES Décret Liste non limitative des réparations locatives Décret - du août pris en application de l article de la loi n -0 du décembre tendant à favoriser l investissement

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

M... propriétaire, ... ..., ...

M... propriétaire, ... ..., ... Contrat de location I. Identification des parties Bailleur(s) M.... propriétaire, demeurant à... dénommé(s) au présent acte le(s) bailleur(s). Locataire(s) L association ou l organisme..., dont le siège

Plus en détail

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009 Document d information non contractuel L Anah, Agence nationale de l habitat, attribue des aides financières aux propriétaires

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse

Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse REGLEMENT INTERIEUR 2015 D UTILISATION DES SALLES COMMUNALES DE LEROUVILLE Adopté par le Conseil Municipal par délibération n 58 du 16

Plus en détail

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ Ce livret est offert par la Carsat Nord-Picardie à : Nom, prénom :... Adresse :......... Pour bien vieillir chez moi, mon domicile en toute

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique PSDC99 NSEC99 CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa CPG1aa CPGE1aa CPGEL1aa CPGEO1aa HC0aa HCCH0aa CPG2aa CPGE2aa CPGEL2aa CPGEO2aa HC1aa

Plus en détail

Vous recherchez vous-même

Vous recherchez vous-même VOUS ETES PROPRIETAIRE D'UN LOGEMENT QUE VOUS SOUHAITEZ LOUER Vous aurez le choix entre plusieurs solutions : rechercher vous-même un locataire ou confier cette mission à un professionnel ; assurer vous-même

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL Vaucluse Agence Régionale de Santé Paca Santé Environnement REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DE VAUCLUSE (mise à jour 2006) TITRE PREMIER LES EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION

Plus en détail

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Circulaire de la DACG n CRIM07 14/G4 du 4 octobre 2007 relative à la présentation des dispositions de la loi du 13 juillet 2006

Plus en détail

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr S GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMB QUI FAIT QUOI DANS LOGEMENT? Point par point www.ophmontreuillois.fr Les installations de chauffage en détail Les installations de plomberie en détail Convecteur électrique

Plus en détail

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne Quand utiliser ce modèle? Pour la location saisonnière d un logement situé à la montagne (un appartement, un chalet, ). Le logement

Plus en détail

ATTRIBUTION ET CALCUL DE LA PCH LOGEMENT GUIDE D AIDE A LA DECISION

ATTRIBUTION ET CALCUL DE LA PCH LOGEMENT GUIDE D AIDE A LA DECISION ATTRIBUTION ET CALCUL DE LA PCH LOGEMENT VERSION 1 JANVIER 2010 Introduction Introduction... 4 Précautions d usage... 6 I - Définitions et principes... 8 Aménagement de logement / Aide technique... 8 Anticipation...

Plus en détail

Livret d'accueil. du locataire. Bienvenue chez Aube Immobilier et la SIABA

Livret d'accueil. du locataire. Bienvenue chez Aube Immobilier et la SIABA Livret d'accueil du locataire Bienvenue chez Aube Immobilier et la SIABA Charte du locataire Respecter certaines règles élémentaires pour faciliter les relations de bon voisinage, tel est l objectif de

Plus en détail

DEPENSE ET CHARGES PUR LE LOCATAIRE ET LE PROPRIÉTAIRE

DEPENSE ET CHARGES PUR LE LOCATAIRE ET LE PROPRIÉTAIRE DEPENSE ET CHARGES PUR LE LOCATAIRE ET LE PROPRIÉTAIRE http://droit-finances.commentcamarche.net/immobilier-location/l100-charges-et-reparationsqui-paie-quoi.php3 Ils ont Les contentieux sont fréquents

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail