PLAN DE LA PRÉSENTATION HISTORIQUE DU SI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2015-05-19 PLAN DE LA PRÉSENTATION HISTORIQUE DU SI"

Transcription

1 L APPROCHE BIOPSYCHOSOCIALE DES INFIRMIÈRES CLINICIENNES EN SUIVI INTENSIF DANS LA COMMUNAUTÉ, LÀ OÙ L ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE ET MENTALE PREND TOUT SON SENS! PAR : LUCE CÔTÉ, INF. M.ED AMÉLIE DESBIENS TREMBLAY, INF. CLINICIENNE / SAC NELLIE FILLION, INF. CLINICIENNE SIMON ROULX, INF. CLINICIEN PLAN DE LA PRÉSENTATION Historique du service SI But et définition du service Critères de sélection et clientèles desservies Services offerts et principes d interventions Caractéristiques du modèle Rôle de l infirmière clinicienne dans l équipe L évaluation, l intervention vs réalités SI Vignettes cliniques Références HISTORIQUE DU SI Le modèle PACT a été développé à l'origine au début des années 70 au Mendota State Hospital de Madison au Wisconsin en déplaçant le personnel infirmier et professionnel d'une unité de soins à l'extérieur de l'hôpital pour traiter et suivre les patients dans la communauté (Stein et Test, 1976, Gold Award,1974, 2000). 1

2 HISTORIQUE DU SI Une équipe SI doit véhiculer le traitement médical auprès des personnes réfractaires au traitement psychiatrique et se concentrer sur le suivi des clients les plus difficiles qui échappent aux services traditionnels offerts habituellement en clinique externe (Guy, 1997). HISTORIQUE DU SI Dans la mesure où les besoins des personnes suivies en psychiatrie sont complexes et variés, une équipe SI s'insère dans un dispositif de soins psychiatriques au sein d'un territoire pour le compléter et non pour le remplacer (Stein et Al., 1990). BUT D UN SERVICE SI Le but de ce service est de permettre, avant tout, aux personnes atteintes de troubles sévères, de pouvoir vivre chez eux, de façon automne et sécuritaire, comme tout autre citoyen en a la possibilité. De permettre, à chaque personne souffrant d un trouble grave de SM, de vivre leur processus de rétablissement de façon normalisante. 2

3 CE QU EST LE SUIVI INTENSIF Il s agit d une équipe interdisciplinaire (qui forme un esprit de corps) qui assure au quotidien à même la communauté (in vivo), le traitement, le soutien et la réadaptation des personnes vivant avec un trouble de santé mentale grave et qui assure une disponibilité 24/7 CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ Clientèle adulte (fin d adolescence) Clients réfractaires ou ne répondant pas au traitement psychiatrique traditionnel Personnes souffrant de troubles mentaux graves de la lignée psychotique Personnes présentant une symptomatologie mal maîtrisée (visites fréquentes à l hôpital) CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ (SUITE) Personnes ayant des incapacités fonctionnelles importantes les empêchant d accomplir les activités de la vie quotidienne. Personnes au prise avec des problèmes de toxicomanie ou de comportements qui compromettent leur intégration sociale. Personnes susceptibles de sombrer dans l itinérance ou d avoir des démêlés avec la justice. 3

4 PRINCIPES D INTERVENTION Approche proactive et tenace (visites et recherche active dans le milieu) Approche individualisée, flexible, sur mesure (ex; réduction des méfaits) Responsabilité globale du client (bio-psychosociale) Services non limités dans le temps, au rythme de la personne CARACTÉRISTIQUES DU MODÈLE Ratio bas 8-10 clients / intervenant Case load partagé par une équipe de professionnels travaillant en interdisciplinarité Service intégré de toxicomanie Service intégré en réinsertion socioprofessionnelle Psychiatre intégré dans l équipe Plan d intervention élaboré en partenariat avec le client/famille (minis-équipes) L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE chef d équipe Infirmière clinicienne pair-aidant psychiatre psycho éducateur secrétaire spécialiste en toxicomanie spécialiste en réinsertion socioprofessionnel travailleur social 4

5 RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L ÉQUIPE Évaluation de l état de santé physique Gérer le système de médication, administrer et documenter le traitement médical Distinction entre administration et distribution Respect des 5 bons RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L ÉQUIPE Coordination/Communication des traitements et services avec partenaires (pharmaciens, omnipraticiens, dentistes, urgence, établissements de santé, etc ) Éducation continue auprès des clients, des familles et des autres membres de l équipe (Activités liées à l enseignement, la prévention et la promotion de la santé) Accompagnement de la clientèle aux RDV médicaux RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L ÉQUIPE Disponibilité auprès des membres de l équipe pour toutes questions médicales Coordination de services de médicaments Participe aux réunions cliniques et aux mini-équipes Participe aux services de garde et d intervention de crises Caseload un peu moins élevé Offre les services in vivo 5

6 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE AU SI UNE VISION GLOBALE L ÉVALUATION INFIRMIÈRE UNE VISION GLOBALE FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX Physiques: Salubrité des lieux, qualité de l air et de l eau, milieu de vie adapté à la condition physique de l individu, etc. 6

7 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE UNE VISION GLOBALE FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX Sociaux: Dynamique familiale, réseau social, risque d isolement, milieu communautaire Culturels: Perception de la maladie & de la médication, dépendance au système, etc. Spirituels: Accommodement respect des croyances et visions, etc. 7

8 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: LA CONDITION DE SANTÉ MENTALE Apparence générale Comportement/relationnelle Humeur/affect Langage/discours Pensée Perceptuelle Cognitif L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: LA CONDITION DE SANTÉ PHYSIQUE ATCD familiaux (ex: cancer du sein, colorectal) Allergie Soins bucco-dentaires La vision La douleur Condition cardiorespiratoire Condition métabolique/gastrique L intégrité de la peau Élimination Alimentation/hydratation Maladie chronique (ex: Sclérose en plaque) L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: LE VOLET SOCIAL Milieu de vie Conditions de vie Réseau social et familial Les loisirs et occupations AVQ/AVD Les finances L aptitude 8

9 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: Gestion des risques Abus de substances Gestion des risques physiques (automutiliation, effets secondaires, etc) Suicidaire Hétéroagressif Parce que la santé, c est global (Équilibre sur les plans physique, mental et psychosocial ) LA RÉALITÉ SI Les troubles concomitants Les troubles physiques qui interfèrent dans l évaluation de la condition mentale Aspects vigilances (TPL/Troubles de cpt) Les principes d interventions infirmières La coordination de services Les aspects légaux 9

10 ÉCOLOGIQUE Monsieur Poitier Ontosystème Homme, 38 ans, père de deux enfants, originaire de Montréal,célibataire, demeure à Sherbrooke ad 2012, secondaire II, avec une difficulté marqué à lire et écrire ÉCOLOGIQUE (SUITE) Prestataire de l aide social avec contrainte sévère à l emploi Aime regarder la télévision, écouter de la musique. A pour objectif de retourner en appartement autonome ÉCOLOGIQUE (SUITE) Dx de l axe 1: Psychose non spécifique vs toxique sous Abilify Maintena Dx de l axe 2: TP antisocial + schizotypique Toxicomane, cleptomane 10

11 ÉCOLOGIQUE (SUITE) Microsystème Présentement en détention en Estrie Possède un appartement prêt du centre-ville de Sherbrooke, sans emploi en raison du Dx principal Entretient relations avec gens de son unité carcérale, sa mère et sa tante à distance Lien de confiance significatif avec l équipe du SI ÉCOLOGIQUE (SUITE) Mésosystème Travailleur social Urgence détresse Infirmière en santé mental Organismes communautaires Nutritionniste Médecin Psychoéducateur Service de police ÉCOLOGIQUE (SUITE) Exosystème Sous ordonnance de traitement et d hébergement ad 2017 Judiciarisation Fiducie volontaire 11

12 ÉCOLOGIQUE (SUITE) Interventions Coordonner ordonnances de départ avec équipe d endocrinologue Assurer logement Contact avec pharmacie communautaire Livraison mdx 2 fois/jour + supervision doses d insuline Partenariat avec service de police ÉCOLOGIQUE (SUITE) Interventions (suite) Accompagnement a/n des démarches judiciaires Coordonner démarche avec aide sociale Accompagnement épiceries + RDV médicaux PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER (PTI) PTI Date Heu re 10 :0 0 N o Problème ou besoin prioritaire 1 Psychose non spécifique SR 2 Diabète de type 1 SR 3 Risque d isolement social SR 4 Surpoids SR 5 Toxicomanie SR CONSTATS DE L ÉVALUATION RÉSOLU / Initial SATISFAIT es Date Heu re Initial es Professionnels/ Services concernés SUIVI CLINIQUE CESSÉE / RÉALISÉE Heur Date N o Initiale Directive infirmière e s Date Heur Initiale e s :0 Appliquer directive PII du Suivi Intensif (Dir. équipe 1 SR SI) Valoriser la verbalisation des sentiments et 1/3 SR préoccupations du patient (Dir. équipe SI) Utiliser des consignes courtes, claires, précises et 1/5 SR adapter nos enseignements au client (Dir. équipe SI) Compléter l enseignement sur le diabète en lien avec le 2/4 surpoids et remettre d autres documentations sur le SR sujet au besoin (Dir.Inf) Évaluer motivation de participer au défi 5/30 et si 2/4 SR désiré faire l enseignement des biens faits (Dir. inf) Évaluer l organisation des AVD+AVQ q visite (Dir. 1/5 SR équipe SI) 3/4/ Souligner les forces personnelles et familiales (Dir. SR 5 équipe SI) Stimuler et intégrer client aux activités récréatives du SI 3 SR (Dir. équipe SI) 3 Évaluer le réseau de soutien q visite (Dir. équipe SI) SR 12

13 TRADITIONNEL Monsieur Girouette Homme dans la fin quarantaine Schizophrénie avec abus de substance ( cocaïne I/N et I/V, amphétamine, freebase Dx physique: VIH, VHC TRADITIONNEL (SUITE) -Interventions Arrimage avec les différents professionnels au dossier (infectiologue, md de famille) Suivi et surveillance des bilans sanguins Surveillance des sites d'injection Enseignement au client sur les différentes voies de consommation (IV vs IN vs PO) en lien avec la réduction des méfaits Accompagnement RDV suivi en infectiologie Accompagnement pour démarches juridiques en lien avec un acte de vente de propriété TRADITIONNEL (SUITE) Interventions (suite) Évaluation de l'état de santé physique en lien avec Dx Évaluation de la condition de l'état de santé mentale Livraison/supervision de la prise de la mdx pour favoriser prise adéquate pour diminution de la charge virale et enseignement afin d'augmenter les connaissances et l'adhésion au tx pharmacologique Enseignement aux autres intervenants p/r aux surveillances à apportés aux sites d'injection Accompagnement du client pour avoir accès à une alimentation adéquate r/a tx antirétroviral Enseignement et accompagnement du client pour avoir des mesures hygiènodiététiques adéquates 13

14 TRADITIONNEL (SUITE) Madame Parodie Femme de 44 ans MAB type 1 à cycle rapide, TPL, TAG, TOC, plusieurs tentatives suicidaires à son actif par intoxication Dx physique: HypoT4, Insuffisance surrénalienne, tremblements essentiels, DB type II induit par la prise de cortisone, asthme, HypoTA TRADITIONNEL (SUITE) Interventions Arrimage avec les différents professionnels (md spécialiste, nutritionniste, infirmière) au dossier Surveillance de la TA/DB Suivi et surveillance des bilans sanguins Surveillance épisode maniaque r/a prise de cortisone fréquente r/a insuffisance surrénalienne Surveillance et évaluation de la condition de l'état de santé mentale TRADITIONNEL (SUITE) Évaluation de la présence d'idée suicidaire selon PFCOQ Enseignement et sensibilisation auprès des autres intervenants de l'équipe p/r au TPL Contacts fréquents et rencontre de médiation auprès de la famille et du réseau de soutien afin de favoriser les liens Accompagnement pour différentes démarches en lien avec une proposition aux consommateurs(faillite) et remise d hypothèque à la Banque 14

15 TRADITIONNEL (SUITE) Support psychosocial pour différentes démarches juridiques afin de diminuer l'anxiété menant à des états de crises Support, soutien en lien avec relocalisation du chien (voir plan de crise) PLAN DE CRISE MADAME PARODIE Étapes #1 : Présence de signes avant-coureurs Mauvaise nouvelle Anxiété Sentiment de panique Perte de contrôle Étape #2 : Stratégies de coping pouvant être utilisées (ressources personnelles) Aller prendre une marche avec ma chienne Cuisiner PLAN DE CRISE MADAME PARODIE(SUITE) Étape #3 : Rejoindre l entourage (noms et # fictifs ) X Parodie (sœur) : 819-XXX-XXXX X Parodie (sœur) : 819-XXX-XXXX X (amie) : 819-XXX-XXXX Étape #4 : Rejoindre un professionnel durant les heures de service Équipe SI : poste : Étape #5 : Rejoindre un centre de crise 24hrs/7jours JEVI :

16 CONCLUSION C est surtout permettre au client de redonner un sens à leur vie RÉFÉRENCES ALLNESS, D. J., The Program of Assertive Community Treatment (PACT) : The Model and Its Replication, dans HOLLINGSWORTH, E. J., (ed), The Successful Diffusion of Innovative Program Approaches, New Directions for Mental Health Services, n 74, Jossey-Bass, San Francisco, 1997, p GOLD AWARD, A Community Treatment Program: Mendota Mental Health Institute, Madison, Wisconsin, Hospital and Community Psychiatry, vol. 25, n 10, 1974, p ou Psychiatric Services, vol. 51, n 6, 2000, p GUY, S., Assertive Community Treatment of the Long-Term Mentally Ill, Journal of the American Psychiatric Nurses Association, vol. 3, n 6, 1997, p JEVI Centre de prévention du suicide-estrie. (2015). Repéré à Jobin, L., Pigeon, M, Anctil, H. (2012) La santé et ses déterminants. Mieux comprendre pour mieux agir. Québec, La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux RÉFÉRENCES Stanley, B. & Gregory, K. (2008). Safety Plan Treatment Manual to Reduce Suicide Risk. Repéré à STEIN, L. I. et TEST, M. A., Retraining Hospital Staff for Work in a Community Program in Wisconsin, Hospital and Community Psychiatry, vol. 27, n 4, 1976, p STEIN, L. I., DIAMOND, R. J., FACTOR, R. M., A system approach to the care of persons with schizophrenia, dans HERZ, M. I., KEITH, S. J., DOHERTY, J. P., (eds), Handbook of Schizophrenia, volume 4, Psychosocial Treatment of Schizophrenia, Elsevier Sciences Publishers, Amsterdam, 1990, p STEIN, L. I. et SANTOS, A. B., Assertive Community Treatment of Persons With Severe Mental Illness, WW Norton & Company, New-York, Le modèle PACT : Suivi dans la communauté des personnes atteintes de troubles mentaux graves» par Deborah A. Thomson, B.A., Daniel Gélinas, M.Sc., Nicole Ricard, Ph.D. Article paru dans L'Infirmière du Québec, Septembre-octobre 2002, Volume 10, Numéro 1, pages (pdf) 16

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL Description sommaire «Intervenir auprès des personnes, des familles, des groupes et des collectivités dans le but de favoriser leur fonctionnement social». (Code

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

Rôle de l infirmière au SI et SIV

Rôle de l infirmière au SI et SIV Rôle de l infirmière au SI et SIV Colloque AQIISM 22 mai 2015 cnesm 22 mai 2015 1 Olivier Jackson Miriam Hayes Infirmier et infirmière cadre conseil au CNESM Qui sommes nous? cnesm 22 mai 2015 2 Sujets

Plus en détail

Toxicomanie, psychiatrie et ITSS: Oser faire une différence auprès d'une clientèle urbaine qui présente des problèmes de santé complexes

Toxicomanie, psychiatrie et ITSS: Oser faire une différence auprès d'une clientèle urbaine qui présente des problèmes de santé complexes Toxicomanie, psychiatrie et ITSS: Oser faire une différence auprès d'une clientèle urbaine qui présente des problèmes de santé complexes Claire Lahaie, infirmière clinicenne en toxicomanies et psychiatrie

Plus en détail

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13 ÉQIIP SOL Équipe d intervention intensive de proximité Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? Présence d un plateau technique de traitement en santé mentale et en toxicomanie : CHUM

Plus en détail

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Stage de psychiatrie des toxicomanies PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Milieux de stage Toxicomanie et santé

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Récit Date de révision : 16 avril 2010 Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Nom donné par les acteurs terrain : Région sociosanitaire

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

DIRECTION SANTÉ MENTALE ET SERVICES GÉNÉRAUX. SERVICES 1 e LIGNE 3 POINTS DE SERVICE

DIRECTION SANTÉ MENTALE ET SERVICES GÉNÉRAUX. SERVICES 1 e LIGNE 3 POINTS DE SERVICE DIRECTION SANTÉ MENTALE ET SERVICES GÉNÉRAUX SERVICES 1 e LIGNE 3 POINTS DE SERVICE SERVICE 1 e LIGNE 3 GRANDS TYPES DE SERVICES OFFERTS SERVICES AMBULATOIRES Gatineau 9 ETC: psychologues, travailleurs

Plus en détail

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence Michèle Dussault et Louise Potvin Un réseau intégré au service de l Urgence Michèle Dussault, MD B.Sc. Chef intérimaire Département d Urgence

Plus en détail

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Introduction Dans le cadre de mes activités de formateur en Réhabilitation

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

L auto-médication: un défi vers l autonomie

L auto-médication: un défi vers l autonomie L auto-médication: un défi vers l autonomie Par Carla Di Lalla Éric Tremblay Fabien Villeneuve Direction des services de réadaptation et d hébergement dans la communauté Hôpital Louis-H. Lafontaine Plan

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT BOÎTE À TILS D ÉVALUATION PR LES RESSRCES PRIVÉES COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Recherche et intervention sur les substances psychoactives - Québec Septembre 2010 Dans le but de satisfaire aux

Plus en détail

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence Accessibilité Gestion de temps efficiente Sans rendez-vous planifié Utilisation optimale des ressources Autosoins Projet préparé par : Clinique

Plus en détail

Organiser des activités de promotion et de prévention pour la population de notre territoire.

Organiser des activités de promotion et de prévention pour la population de notre territoire. Notre mission VIRAGE SANTÉ MENTALE est une ressource alternative en santé mentale dont la mission est de promouvoir la santé mentale, démystifier la maladie mentale, prévenir des problèmes de santé mentale

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne FORMULAIRE D INSCRIPTION AU GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE CLIENTÈLE VULNÉRABLE ET ORPHELINE SANS MÉDECIN DE FAMILLE Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne Nom

Plus en détail

Bilan comparatif des médicaments

Bilan comparatif des médicaments Bilan comparatif des médicaments CSSS Jeanne-Mance Renée Claire Fox, B.A., M.Sc. Inf. Jean-Yves Guigui, md Richard Cardinal, pharmacien 20 novembre 2010 CSSS JEANNE-MANCE 7 SITES SLD 1200 LITS 3 CLSC population

Plus en détail

Bilan comparatif des médicaments. CSSS Jeanne-Mance

Bilan comparatif des médicaments. CSSS Jeanne-Mance Bilan comparatif des médicaments CSSS Jeanne-Mance Renée Claire Fox, B.A., M.Sc. Inf. 10 juin 2010 Objectifs d apprentissage Sensibiliser les participants à l importance d une approche systémique du BCM

Plus en détail

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 1 VILLE DE QUÉBEC Cour municipale de la Ville de Québec

Plus en détail

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Mise en contexte 50% des personnes atteintes de schizophrénie souffrent d un trouble anxieux comorbide: Invalidant

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

FORMULAIRE DU GUICHET D'ACCÈS POUR CLIENTÈLE SANS MÉDECIN DE FAMILLE

FORMULAIRE DU GUICHET D'ACCÈS POUR CLIENTÈLE SANS MÉDECIN DE FAMILLE Vous trouverez ci-joint le formulaire à remplir pour être inscrit au Guichet d accès pour clientèle sans médecin de famille du CSSS de Beauce. Les informations demandées sont importantes. Elles permettent

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

Le savoir-faire et le savoirêtre des infirmières en intervention de liaison dans un contexte de dépendance

Le savoir-faire et le savoirêtre des infirmières en intervention de liaison dans un contexte de dépendance Le savoir-faire et le savoirêtre des infirmières en intervention de liaison dans un contexte de dépendance Par Isabelle Taquet, inf. Emmanuelle Lepire, inf. B.Sc 1 Le cadre légal de la profession «Chaque

Plus en détail

Guide de pratique pour les équipes de suivi intensif dans la communauté

Guide de pratique pour les équipes de suivi intensif dans la communauté Association des hôpitaux du Québec UNE FORCE AU SERVICE DE SES MEMBRES Guide de pratique pour les équipes de suivi intensif dans la communauté Novembre 2004 Note au lecteur : Nous remercions le ministère

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC-IUD) PROGRAMMATION 2013-2014 Formation, consultation et enseignement INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Mesures de soutien dans la communauté : applications pratiques

Mesures de soutien dans la communauté : applications pratiques La seule revue de langue française spécialisée en réadaptation psychosociale et rétablissement en santé mentale Mesures de soutien dans la communauté : applications pratiques est la revue de l Association

Plus en détail

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Aucun conflit Établir les diagnostics en toxicomanie selon le DSM 5 Élucider les enjeux de l ordonnance

Plus en détail

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION?

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? Stéphane VALLÉE, M.A., M.Sc. Chef de programme DM traumatologie Laurentides Anie COUTURE, B.sc. Erg., M. Sc.

Plus en détail

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement La prévention des chutes: du domicile à l hébergement CSSS de la Vieille-Capitale 8 centres d hébergement (1315 lits) 5 cliniques réseaux 4 unités de médecine familiale Serv. gériatriques spécialisés (SGS):

Plus en détail

La vision contemporaine de l exercice infirmier au Québec La pratique infirmière en santé mentale et en psychiatrie

La vision contemporaine de l exercice infirmier au Québec La pratique infirmière en santé mentale et en psychiatrie ANNEXE II PROPOSITION DE L OIIQ SUR LE CHAMP DESCRIPTIF DE L INFIRMIÈRE SPÉCIALISÉE ET DE L INFIRMIÈRE PRATICIENNE, LES ACTIVITÉS À RÉSERVER ET LA FICHE DE RÉFÉRENCE SUR L INFIRMIÈRE SPÉCIALISÉE EN PSYCHIATRIE

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5317 Assistance à la personne à domicile Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des doses d insuline Série : 2000 N 2076

ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des doses d insuline Série : 2000 N 2076 ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des doses d insuline Série : 2000 N 2076 Sommaire : Ajustement des doses d insuline au centre de jour de diabétologie pour les usagers dont les glycémies sont à l extérieur

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée La clientèle ciblée par ce service est la clientèle dite orpheline. Il s agit des personnes de tous âges

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

TOXICOMANIE JEU PATHOLOGIQUE

TOXICOMANIE JEU PATHOLOGIQUE LE CONTINUUM D INTERVENTION «DÉPENDANCES» Le continuum «Dépendances» s adresse à toutes les personnes à risque ou présentant des problèmes de dépendance liés à la surconsommation de substances psycho-actives,

Plus en détail

Identifier et traiter des troubles anxieux chez des personnes présentant une psychose: une nouvelle voie vers le rétablissement?

Identifier et traiter des troubles anxieux chez des personnes présentant une psychose: une nouvelle voie vers le rétablissement? Identifier et traiter des troubles anxieux chez des personnes présentant une psychose: une nouvelle voie vers le rétablissement? Marc-André Roy, MD, FRCP* Roch-Hugo Bouchard Marie-France Demers Chantal

Plus en détail

Alvine FANSI, MD, PhD; Cédric JEHANNO, BSc, MBA; Martin DRAPEAU, PhD; Micheline LAPALME, PhD et Sylvie BOUCHARD, B.Pharm, DPH, MSc, MBA

Alvine FANSI, MD, PhD; Cédric JEHANNO, BSc, MBA; Martin DRAPEAU, PhD; Micheline LAPALME, PhD et Sylvie BOUCHARD, B.Pharm, DPH, MSc, MBA ACCÈS ÉQUITABLE AUX SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE POUR LES PATIENTS ADULTES SOUFFRANT DE TROUBLES ANXIEUX OU DÉPRESSIFS : DONNÉES PROBANTES ET EXPÉRIENCES ÉTRANGÈRES Alvine FANSI, MD, PhD; Cédric JEHANNO,

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements présenté par Suzie Leblanc Lucie Bonin André Tourigny RRSSS de

Plus en détail

OBJECTIFS PLAN DE LA PRÉSENTATION. Itinérance, Toxicomanie et Santé mentale Sortir du complexe de l exclusion

OBJECTIFS PLAN DE LA PRÉSENTATION. Itinérance, Toxicomanie et Santé mentale Sortir du complexe de l exclusion Itinérance, Toxicomanie et Santé mentale Sortir du complexe de l exclusion OBJECTIFS PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Figures de l exclusion 2. Portrait de la situation 3. Dimension sociale 4. Approche au traitement

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM)

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Projet pilote à la Cour municipale de la Ville de Montréal d intervention multidisciplinaire pour les contrevenants souffrant de troubles mentaux

Plus en détail

Sylvie Boutin CSSS de Saint Léonard et Saint Michel 23 septembre 2010

Sylvie Boutin CSSS de Saint Léonard et Saint Michel 23 septembre 2010 Journée e dialogue Le réseau r de l Est l de Montréal al chef de file en santé mentale GUICHET D ACCÈS AUX SERVICES EN SANTÉ MENTALE Présentation en plénière Sylvie Boutin CSSS de Saint Léonard et Saint

Plus en détail

Traitement, Réadaptation, Rétablissement, comment s'y retrouver? Olivier Farmer, MD (Centre Hospitalier Universitaire de Montréal) 11 Mai 2012

Traitement, Réadaptation, Rétablissement, comment s'y retrouver? Olivier Farmer, MD (Centre Hospitalier Universitaire de Montréal) 11 Mai 2012 Traitement, Réadaptation, Rétablissement, comment s'y retrouver? Olivier Farmer, MD (Centre Hospitalier Universitaire de Montréal) 11 Mai 2012 Structure de la présentation Rafraîchir les notions de réadaptation

Plus en détail

Accompagnement à domicile

Accompagnement à domicile Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Accompagnement à domicile Nathalie Bouchard, ARH Louise Bilodeau, Inf. Patrice Giasson, Erg. Sylvie Paquin, Inh.

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

Comment soutenir les efforts d un patient dans son projet de réinsertion

Comment soutenir les efforts d un patient dans son projet de réinsertion V o l e t r é a d a p t a t i o n e t r é i n s e r t i o n Comment soutenir les efforts d un patient dans son projet de réinsertion Serge Carrier, ps.éd. Jacques Grégoire, éd.spéc. XVII colloque de l

Plus en détail

Equipe Mobile - MARSEILLE

Equipe Mobile - MARSEILLE Equipe Mobile - MARSEILLE 1. Contexte local Géographie Marseille est la deuxième commune de France, avec plus de 850 000 habitants. L équipe mobile décrit ci-dessous fait partie de l offre de L Assistance

Plus en détail

Partagée : Infirmières et infirmiers Pharmaciens et pharmaciennes Pharmaciens communautaires exerçant leur profession sur le territoire du Québec

Partagée : Infirmières et infirmiers Pharmaciens et pharmaciennes Pharmaciens communautaires exerçant leur profession sur le territoire du Québec ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des antidiabétiques oraux Série : 2000 N 2077 Sommaire : Ajustement des antidiabétiques oraux (ADO) au centre de jour de diabétologie pour les usagers dont les glycémies

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Prévention et paritarisme : une excellente tablée! Colloque annuel de l ASSTSAS 29 et 30 avril 2015

Prévention et paritarisme : une excellente tablée! Colloque annuel de l ASSTSAS 29 et 30 avril 2015 Prévention de la violence Julie Bastien, conseillère cadre clinique Sophie Bernard, psychoéducatrice et formatrice Oméga Nathalie Parent, éducatrice et formatrice Oméga Hôpital Rivière des Prairies Dans

Plus en détail

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE L utilisation des mesures de contrôle, en quête de sens Formation croisée 10 novembre 2015 POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE Le Modèle Safewards Gilbert A. Tremblay, psychologue Agent

Plus en détail

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec Marie-José Durand, PhD Quebec task force (Spitzer & al., 1987) Modèle de Sherbrooke 1991-1995 Appliquer les recommendations du Quebec

Plus en détail

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

L équipe itinérance de Trois-Rivières

L équipe itinérance de Trois-Rivières L équipe itinérance de Trois-Rivières Une réponse aux situations complexes de rupture sociale Danny Lacroix Centre Le Havre de Trois-Rivières Jacques Boucher CRD Domrémy MCQ Nadia L Espérance CRD Domrémy

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Stratégie de réduction de la criminalité : Analyse environnementale. Dépendances & Santé mentale en lien avec la criminalité

Stratégie de réduction de la criminalité : Analyse environnementale. Dépendances & Santé mentale en lien avec la criminalité Stratégie de réduction de la criminalité : Analyse environnementale Dépendances & Santé mentale en lien avec la criminalité Le 26 février 2009 Par : Mylène Savoie Dépendances et criminalité 4 liens proximaux

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Troubles anxieux, psychotropes et médication

Troubles anxieux, psychotropes et médication Troubles anxieux, psychotropes et médication Présenté Par Marc-André Sirois infirmier clinicien de liaison Clinique Cormier-Lafontaine 8 novembre 2011 Plan de la présentation Revue de la littérature Effet

Plus en détail

Le traitement du TDAH

Le traitement du TDAH Le traitement du TDAH chez les enfants, les adolescents et les adultes 2 Un diagnostic est posé en fonction d un ensemble de données et de l élimination d autres causes possibles des SYMPTÔMES Qu est-ce

Plus en détail

Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage!

Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage! Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage! Congrès biennal du Comité Québécois pour les jeunes en difficultés de comportement Québec - 3 mai 2012 La toxicomanie au Québec Portage

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé La stabilisation d un jeune par le logement supervisé Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes Itinérance

Plus en détail

Soutien d intensité variable (SIV) en santé mentale Cadre de référence régional

Soutien d intensité variable (SIV) en santé mentale Cadre de référence régional Soutien d intensité variable (SIV) en santé mentale Cadre de référence régional Avril 2007 Plan d action en santé mentale 2005-2010 La force des liens Conception Agence de la santé et des services sociaux

Plus en détail

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ LA PLEINE RÉALISATION DES HABITUDES DE VIE POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ POUR LES ÉQUIPES CLINIQUES EN RÉADAPTATION Gilles Trudel, coordonnateur clinique Denis Hallé, éducateur spécialisé

Plus en détail

Du «Savoir» à l Apprenant

Du «Savoir» à l Apprenant 1 UNE TRANSFORMATION DES SERVICES AXÉE SUR LE RÉTABLISSEMENT ET LA PLEINE CITOYENNETÉ Du «Savoir» à l Apprenant XVIIe Colloque 10 au 12 novembre 2014 Au Fairmont le Reine Élizabeth de Montréal PRÉSENTATION

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

Les homicides intrafamiliaux : Les conclusions du rapport du Comité d experts

Les homicides intrafamiliaux : Les conclusions du rapport du Comité d experts Les homicides intrafamiliaux : Les conclusions du rapport du Comité d experts Gilles Tremblay, Ph.D., t.s., Président du comité Émilie Rochette, M.A., Agente de recherche et de planification socioéconomique,

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015 Dîner d information Programmes d études en toxicomanie CERTIFICAT EN TOXICOMANIE 8 avril 2015 Programmes de formation créditée en toxicomanie Offert dans différentes villes du Québec Certificat en toxicomanie

Plus en détail

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS SRSOR Les Services de Réadaptation du Sud-Ouest et du Renfort CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS USAGER PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN TROUBLE ENVAHISSANT DU DÉVELOPPEMENT Février 2007

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Correction de l hypoglycémie chez l usager diabétique PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures thérapeutiques NUMÉRO

Plus en détail

Par: Stéphanie Meilleur

Par: Stéphanie Meilleur * Par: Stéphanie Meilleur Conseillère en information scolaire et professionnelle CÉSAR, Université de Montréal http://cesar.umontreal.ca/orientation/exercices.htm Table des matières 1. Explication de la

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Analyse de contenu des échanges en ateliers. «Dépression et consommation chez les jeunes (15 à 30 ans) : mieux comprendre pour mieux agir»

Analyse de contenu des échanges en ateliers. «Dépression et consommation chez les jeunes (15 à 30 ans) : mieux comprendre pour mieux agir» Analyse de contenu des échanges en ateliers «Dépression et consommation chez les jeunes (15 à 30 ans) : mieux comprendre pour mieux agir» dans le cadre du Programme de formation croisée en santé mentale

Plus en détail