PLAN DE LA PRÉSENTATION HISTORIQUE DU SI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2015-05-19 PLAN DE LA PRÉSENTATION HISTORIQUE DU SI"

Transcription

1 L APPROCHE BIOPSYCHOSOCIALE DES INFIRMIÈRES CLINICIENNES EN SUIVI INTENSIF DANS LA COMMUNAUTÉ, LÀ OÙ L ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE ET MENTALE PREND TOUT SON SENS! PAR : LUCE CÔTÉ, INF. M.ED AMÉLIE DESBIENS TREMBLAY, INF. CLINICIENNE / SAC NELLIE FILLION, INF. CLINICIENNE SIMON ROULX, INF. CLINICIEN PLAN DE LA PRÉSENTATION Historique du service SI But et définition du service Critères de sélection et clientèles desservies Services offerts et principes d interventions Caractéristiques du modèle Rôle de l infirmière clinicienne dans l équipe L évaluation, l intervention vs réalités SI Vignettes cliniques Références HISTORIQUE DU SI Le modèle PACT a été développé à l'origine au début des années 70 au Mendota State Hospital de Madison au Wisconsin en déplaçant le personnel infirmier et professionnel d'une unité de soins à l'extérieur de l'hôpital pour traiter et suivre les patients dans la communauté (Stein et Test, 1976, Gold Award,1974, 2000). 1

2 HISTORIQUE DU SI Une équipe SI doit véhiculer le traitement médical auprès des personnes réfractaires au traitement psychiatrique et se concentrer sur le suivi des clients les plus difficiles qui échappent aux services traditionnels offerts habituellement en clinique externe (Guy, 1997). HISTORIQUE DU SI Dans la mesure où les besoins des personnes suivies en psychiatrie sont complexes et variés, une équipe SI s'insère dans un dispositif de soins psychiatriques au sein d'un territoire pour le compléter et non pour le remplacer (Stein et Al., 1990). BUT D UN SERVICE SI Le but de ce service est de permettre, avant tout, aux personnes atteintes de troubles sévères, de pouvoir vivre chez eux, de façon automne et sécuritaire, comme tout autre citoyen en a la possibilité. De permettre, à chaque personne souffrant d un trouble grave de SM, de vivre leur processus de rétablissement de façon normalisante. 2

3 CE QU EST LE SUIVI INTENSIF Il s agit d une équipe interdisciplinaire (qui forme un esprit de corps) qui assure au quotidien à même la communauté (in vivo), le traitement, le soutien et la réadaptation des personnes vivant avec un trouble de santé mentale grave et qui assure une disponibilité 24/7 CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ Clientèle adulte (fin d adolescence) Clients réfractaires ou ne répondant pas au traitement psychiatrique traditionnel Personnes souffrant de troubles mentaux graves de la lignée psychotique Personnes présentant une symptomatologie mal maîtrisée (visites fréquentes à l hôpital) CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ (SUITE) Personnes ayant des incapacités fonctionnelles importantes les empêchant d accomplir les activités de la vie quotidienne. Personnes au prise avec des problèmes de toxicomanie ou de comportements qui compromettent leur intégration sociale. Personnes susceptibles de sombrer dans l itinérance ou d avoir des démêlés avec la justice. 3

4 PRINCIPES D INTERVENTION Approche proactive et tenace (visites et recherche active dans le milieu) Approche individualisée, flexible, sur mesure (ex; réduction des méfaits) Responsabilité globale du client (bio-psychosociale) Services non limités dans le temps, au rythme de la personne CARACTÉRISTIQUES DU MODÈLE Ratio bas 8-10 clients / intervenant Case load partagé par une équipe de professionnels travaillant en interdisciplinarité Service intégré de toxicomanie Service intégré en réinsertion socioprofessionnelle Psychiatre intégré dans l équipe Plan d intervention élaboré en partenariat avec le client/famille (minis-équipes) L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE chef d équipe Infirmière clinicienne pair-aidant psychiatre psycho éducateur secrétaire spécialiste en toxicomanie spécialiste en réinsertion socioprofessionnel travailleur social 4

5 RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L ÉQUIPE Évaluation de l état de santé physique Gérer le système de médication, administrer et documenter le traitement médical Distinction entre administration et distribution Respect des 5 bons RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L ÉQUIPE Coordination/Communication des traitements et services avec partenaires (pharmaciens, omnipraticiens, dentistes, urgence, établissements de santé, etc ) Éducation continue auprès des clients, des familles et des autres membres de l équipe (Activités liées à l enseignement, la prévention et la promotion de la santé) Accompagnement de la clientèle aux RDV médicaux RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L ÉQUIPE Disponibilité auprès des membres de l équipe pour toutes questions médicales Coordination de services de médicaments Participe aux réunions cliniques et aux mini-équipes Participe aux services de garde et d intervention de crises Caseload un peu moins élevé Offre les services in vivo 5

6 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE AU SI UNE VISION GLOBALE L ÉVALUATION INFIRMIÈRE UNE VISION GLOBALE FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX Physiques: Salubrité des lieux, qualité de l air et de l eau, milieu de vie adapté à la condition physique de l individu, etc. 6

7 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE UNE VISION GLOBALE FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX Sociaux: Dynamique familiale, réseau social, risque d isolement, milieu communautaire Culturels: Perception de la maladie & de la médication, dépendance au système, etc. Spirituels: Accommodement respect des croyances et visions, etc. 7

8 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: LA CONDITION DE SANTÉ MENTALE Apparence générale Comportement/relationnelle Humeur/affect Langage/discours Pensée Perceptuelle Cognitif L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: LA CONDITION DE SANTÉ PHYSIQUE ATCD familiaux (ex: cancer du sein, colorectal) Allergie Soins bucco-dentaires La vision La douleur Condition cardiorespiratoire Condition métabolique/gastrique L intégrité de la peau Élimination Alimentation/hydratation Maladie chronique (ex: Sclérose en plaque) L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: LE VOLET SOCIAL Milieu de vie Conditions de vie Réseau social et familial Les loisirs et occupations AVQ/AVD Les finances L aptitude 8

9 L ÉVALUATION INFIRMIÈRE: Gestion des risques Abus de substances Gestion des risques physiques (automutiliation, effets secondaires, etc) Suicidaire Hétéroagressif Parce que la santé, c est global (Équilibre sur les plans physique, mental et psychosocial ) LA RÉALITÉ SI Les troubles concomitants Les troubles physiques qui interfèrent dans l évaluation de la condition mentale Aspects vigilances (TPL/Troubles de cpt) Les principes d interventions infirmières La coordination de services Les aspects légaux 9

10 ÉCOLOGIQUE Monsieur Poitier Ontosystème Homme, 38 ans, père de deux enfants, originaire de Montréal,célibataire, demeure à Sherbrooke ad 2012, secondaire II, avec une difficulté marqué à lire et écrire ÉCOLOGIQUE (SUITE) Prestataire de l aide social avec contrainte sévère à l emploi Aime regarder la télévision, écouter de la musique. A pour objectif de retourner en appartement autonome ÉCOLOGIQUE (SUITE) Dx de l axe 1: Psychose non spécifique vs toxique sous Abilify Maintena Dx de l axe 2: TP antisocial + schizotypique Toxicomane, cleptomane 10

11 ÉCOLOGIQUE (SUITE) Microsystème Présentement en détention en Estrie Possède un appartement prêt du centre-ville de Sherbrooke, sans emploi en raison du Dx principal Entretient relations avec gens de son unité carcérale, sa mère et sa tante à distance Lien de confiance significatif avec l équipe du SI ÉCOLOGIQUE (SUITE) Mésosystème Travailleur social Urgence détresse Infirmière en santé mental Organismes communautaires Nutritionniste Médecin Psychoéducateur Service de police ÉCOLOGIQUE (SUITE) Exosystème Sous ordonnance de traitement et d hébergement ad 2017 Judiciarisation Fiducie volontaire 11

12 ÉCOLOGIQUE (SUITE) Interventions Coordonner ordonnances de départ avec équipe d endocrinologue Assurer logement Contact avec pharmacie communautaire Livraison mdx 2 fois/jour + supervision doses d insuline Partenariat avec service de police ÉCOLOGIQUE (SUITE) Interventions (suite) Accompagnement a/n des démarches judiciaires Coordonner démarche avec aide sociale Accompagnement épiceries + RDV médicaux PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER (PTI) PTI Date Heu re 10 :0 0 N o Problème ou besoin prioritaire 1 Psychose non spécifique SR 2 Diabète de type 1 SR 3 Risque d isolement social SR 4 Surpoids SR 5 Toxicomanie SR CONSTATS DE L ÉVALUATION RÉSOLU / Initial SATISFAIT es Date Heu re Initial es Professionnels/ Services concernés SUIVI CLINIQUE CESSÉE / RÉALISÉE Heur Date N o Initiale Directive infirmière e s Date Heur Initiale e s :0 Appliquer directive PII du Suivi Intensif (Dir. équipe 1 SR SI) Valoriser la verbalisation des sentiments et 1/3 SR préoccupations du patient (Dir. équipe SI) Utiliser des consignes courtes, claires, précises et 1/5 SR adapter nos enseignements au client (Dir. équipe SI) Compléter l enseignement sur le diabète en lien avec le 2/4 surpoids et remettre d autres documentations sur le SR sujet au besoin (Dir.Inf) Évaluer motivation de participer au défi 5/30 et si 2/4 SR désiré faire l enseignement des biens faits (Dir. inf) Évaluer l organisation des AVD+AVQ q visite (Dir. 1/5 SR équipe SI) 3/4/ Souligner les forces personnelles et familiales (Dir. SR 5 équipe SI) Stimuler et intégrer client aux activités récréatives du SI 3 SR (Dir. équipe SI) 3 Évaluer le réseau de soutien q visite (Dir. équipe SI) SR 12

13 TRADITIONNEL Monsieur Girouette Homme dans la fin quarantaine Schizophrénie avec abus de substance ( cocaïne I/N et I/V, amphétamine, freebase Dx physique: VIH, VHC TRADITIONNEL (SUITE) -Interventions Arrimage avec les différents professionnels au dossier (infectiologue, md de famille) Suivi et surveillance des bilans sanguins Surveillance des sites d'injection Enseignement au client sur les différentes voies de consommation (IV vs IN vs PO) en lien avec la réduction des méfaits Accompagnement RDV suivi en infectiologie Accompagnement pour démarches juridiques en lien avec un acte de vente de propriété TRADITIONNEL (SUITE) Interventions (suite) Évaluation de l'état de santé physique en lien avec Dx Évaluation de la condition de l'état de santé mentale Livraison/supervision de la prise de la mdx pour favoriser prise adéquate pour diminution de la charge virale et enseignement afin d'augmenter les connaissances et l'adhésion au tx pharmacologique Enseignement aux autres intervenants p/r aux surveillances à apportés aux sites d'injection Accompagnement du client pour avoir accès à une alimentation adéquate r/a tx antirétroviral Enseignement et accompagnement du client pour avoir des mesures hygiènodiététiques adéquates 13

14 TRADITIONNEL (SUITE) Madame Parodie Femme de 44 ans MAB type 1 à cycle rapide, TPL, TAG, TOC, plusieurs tentatives suicidaires à son actif par intoxication Dx physique: HypoT4, Insuffisance surrénalienne, tremblements essentiels, DB type II induit par la prise de cortisone, asthme, HypoTA TRADITIONNEL (SUITE) Interventions Arrimage avec les différents professionnels (md spécialiste, nutritionniste, infirmière) au dossier Surveillance de la TA/DB Suivi et surveillance des bilans sanguins Surveillance épisode maniaque r/a prise de cortisone fréquente r/a insuffisance surrénalienne Surveillance et évaluation de la condition de l'état de santé mentale TRADITIONNEL (SUITE) Évaluation de la présence d'idée suicidaire selon PFCOQ Enseignement et sensibilisation auprès des autres intervenants de l'équipe p/r au TPL Contacts fréquents et rencontre de médiation auprès de la famille et du réseau de soutien afin de favoriser les liens Accompagnement pour différentes démarches en lien avec une proposition aux consommateurs(faillite) et remise d hypothèque à la Banque 14

15 TRADITIONNEL (SUITE) Support psychosocial pour différentes démarches juridiques afin de diminuer l'anxiété menant à des états de crises Support, soutien en lien avec relocalisation du chien (voir plan de crise) PLAN DE CRISE MADAME PARODIE Étapes #1 : Présence de signes avant-coureurs Mauvaise nouvelle Anxiété Sentiment de panique Perte de contrôle Étape #2 : Stratégies de coping pouvant être utilisées (ressources personnelles) Aller prendre une marche avec ma chienne Cuisiner PLAN DE CRISE MADAME PARODIE(SUITE) Étape #3 : Rejoindre l entourage (noms et # fictifs ) X Parodie (sœur) : 819-XXX-XXXX X Parodie (sœur) : 819-XXX-XXXX X (amie) : 819-XXX-XXXX Étape #4 : Rejoindre un professionnel durant les heures de service Équipe SI : poste : Étape #5 : Rejoindre un centre de crise 24hrs/7jours JEVI :

16 CONCLUSION C est surtout permettre au client de redonner un sens à leur vie RÉFÉRENCES ALLNESS, D. J., The Program of Assertive Community Treatment (PACT) : The Model and Its Replication, dans HOLLINGSWORTH, E. J., (ed), The Successful Diffusion of Innovative Program Approaches, New Directions for Mental Health Services, n 74, Jossey-Bass, San Francisco, 1997, p GOLD AWARD, A Community Treatment Program: Mendota Mental Health Institute, Madison, Wisconsin, Hospital and Community Psychiatry, vol. 25, n 10, 1974, p ou Psychiatric Services, vol. 51, n 6, 2000, p GUY, S., Assertive Community Treatment of the Long-Term Mentally Ill, Journal of the American Psychiatric Nurses Association, vol. 3, n 6, 1997, p JEVI Centre de prévention du suicide-estrie. (2015). Repéré à Jobin, L., Pigeon, M, Anctil, H. (2012) La santé et ses déterminants. Mieux comprendre pour mieux agir. Québec, La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux RÉFÉRENCES Stanley, B. & Gregory, K. (2008). Safety Plan Treatment Manual to Reduce Suicide Risk. Repéré à STEIN, L. I. et TEST, M. A., Retraining Hospital Staff for Work in a Community Program in Wisconsin, Hospital and Community Psychiatry, vol. 27, n 4, 1976, p STEIN, L. I., DIAMOND, R. J., FACTOR, R. M., A system approach to the care of persons with schizophrenia, dans HERZ, M. I., KEITH, S. J., DOHERTY, J. P., (eds), Handbook of Schizophrenia, volume 4, Psychosocial Treatment of Schizophrenia, Elsevier Sciences Publishers, Amsterdam, 1990, p STEIN, L. I. et SANTOS, A. B., Assertive Community Treatment of Persons With Severe Mental Illness, WW Norton & Company, New-York, Le modèle PACT : Suivi dans la communauté des personnes atteintes de troubles mentaux graves» par Deborah A. Thomson, B.A., Daniel Gélinas, M.Sc., Nicole Ricard, Ph.D. Article paru dans L'Infirmière du Québec, Septembre-octobre 2002, Volume 10, Numéro 1, pages (pdf) 16

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Rôle de l infirmière au SI et SIV

Rôle de l infirmière au SI et SIV Rôle de l infirmière au SI et SIV Colloque AQIISM 22 mai 2015 cnesm 22 mai 2015 1 Olivier Jackson Miriam Hayes Infirmier et infirmière cadre conseil au CNESM Qui sommes nous? cnesm 22 mai 2015 2 Sujets

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Stage de psychiatrie des toxicomanies PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Milieux de stage Toxicomanie et santé

Plus en détail

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté

Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Récit Date de révision : 16 avril 2010 Adultes ayant des problèmes de santé mentale : quatre organisations font équipe pour le maintien dans la communauté Nom donné par les acteurs terrain : Région sociosanitaire

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

Mesures de soutien dans la communauté : applications pratiques

Mesures de soutien dans la communauté : applications pratiques La seule revue de langue française spécialisée en réadaptation psychosociale et rétablissement en santé mentale Mesures de soutien dans la communauté : applications pratiques est la revue de l Association

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée

GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée GUICHET D ACCESSIBILITÉ MÉDICALE Vous êtes à la recherche d'un médecin de famille? Clientèle visée La clientèle ciblée par ce service est la clientèle dite orpheline. Il s agit des personnes de tous âges

Plus en détail

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015 Dîner d information Programmes d études en toxicomanie CERTIFICAT EN TOXICOMANIE 8 avril 2015 Programmes de formation créditée en toxicomanie Offert dans différentes villes du Québec Certificat en toxicomanie

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Projet clinique express

Projet clinique express d; CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE MONTMAGNY- L ISLET 4 juillet Vol 1, Numéro 1 Dans ce numéro : Un nouvel outil d information Le projet clinique 2 Les membres du comité 2 Perte d autonomie liée

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Le modèle PACT : Suivi dans la communauté des personnes atteintes de troubles mentaux graves par

Le modèle PACT : Suivi dans la communauté des personnes atteintes de troubles mentaux graves par Le modèle PACT : Suivi dans la communauté des personnes atteintes de troubles mentaux graves par Deborah A. Thomson, B.A. ( 1 ) Daniel Gélinas, M.Sc. ( 2 ) Nicole Ricard, Ph.D. ( 3 ) pour la revue de l'ordre

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 DOCUMENT SYNTHÈSE Lina Noël, Julie Laforest, Pier-Raymond Allard, Marc Dionne, INTRODUCTION Au Québec, près de

Plus en détail

Les services de 1 re ligne et la hiérarchisation des services en santé mentale pour la clientèle adulte. Cadre de référence

Les services de 1 re ligne et la hiérarchisation des services en santé mentale pour la clientèle adulte. Cadre de référence Cadre de référence Agence de la santé et des services sociaux Mauricie et du Centre-du-Québec Janvier 2013 INSÉRER image en plus pâle Coordination M. Marc Lacour M me Jocelyne Tremblay Contribution M

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Modèle de Suivi en première ligne des maladies chroniques. Fellow du programme TUTOR-PHC, IRSC Familiale U. de Mtl.

Modèle de Suivi en première ligne des maladies chroniques. Fellow du programme TUTOR-PHC, IRSC Familiale U. de Mtl. Modèle de Suivi en première ligne des maladies chroniques Dr Alain Turcotte, Md,, CMFC Fellow du programme TUTOR-PHC, IRSC Chargé de formation clinique, Département D de Médecine M Familiale U. de Mtl.

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

L hôpital de jour de gériatrie

L hôpital de jour de gériatrie Le D r Pierre-Michel Roy, omnipraticien et professeur agrégé au département de médecine de famille de l Université de Sherbrooke, exerce à l Institut universitaire de gériatrie, à Sherbrooke. L e s s o

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

Le retour au travail après une absence prolongée en

Le retour au travail après une absence prolongée en Le retour au travail après une absence prolongée en raison de trouble mental transitoire: des pistes d'encadrement de la démarche. Marie-José Durand, PhD, Professeure titulaire, Directrice du CAPRIT Les

Plus en détail

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun La e en action Une responsabilité pour tous et chacun Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies chroniques Plan de la présentation

Plus en détail

Période d'affichage du : 23 novembre 2012 au 5 décembre 2012

Période d'affichage du : 23 novembre 2012 au 5 décembre 2012 Période d'affichage du : LISTE DES POSTES DISPONIBLE PAR DIRECTION LÉGENDE : Direction : 31 - DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS Nbr. sem. Nbr. sem. FDS 1: 15 et 16 décembre 2012 Expérience d'au moins 5 ans

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Le programme de maîtrise avec stage

Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage comporte 45 crédits, répartis comme suit : - 15 crédits de cours - 12 crédits de stage - 18 crédits pour la rédaction d'un rapport

Plus en détail

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé SP 7.4 LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé Martine Mayrand Leclerc, inf., MGSS/MHA, Ph.D. Robert

Plus en détail

Programme d enseignement pour la clientèle diabétique Adaptation et ressources communautaires

Programme d enseignement pour la clientèle diabétique Adaptation et ressources communautaires Programme d enseignement pour la clientèle diabétique 6 Adaptation et ressources communautaires Inv.: 0-6-10022 (Hôtel-Dieu, Hôpital Fleurimont) Version révisée par les membres de l équipe du Centre de

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Impact et description d'une modalité de suivi intensif dans le milieu issue d'une clinique de gérontopsychiatrie

Impact et description d'une modalité de suivi intensif dans le milieu issue d'une clinique de gérontopsychiatrie Impact et description d'une modalité de suivi intensif dans le milieu issue d'une clinique de gérontopsychiatrie Sylvie Lauzon Alain Lesage Micheline Théoret Éric Dion Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective Les forces du changement en assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective La pénurie de main-d œuvre ralentira la croissance D ici 2030, il manquera 363 000 travailleurs

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Référentiel de compétences

Référentiel de compétences Septembre 2010 Référentiel de compétences Baccalauréat en sciences infirmières Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Université de Montréal Faculté des sciences infirmières C.P. 6128,

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers XIIe Congrès Européen Lausanne, le 22 novembre 2013 Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers Cécile Morgan & Patricia Jaunin, Infirmières spécialisées

Plus en détail

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc.

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc. Direction québécoise de cancérologie Les pratiques exemplaires en cancérologie Session d information aux nouveaux patients recevant de la chimiothérapie (version abrégée) 30 novembre 2012 Cécile Bergeron,

Plus en détail

Réseaux intégrés de services

Réseaux intégrés de services Réseaux intégrés de services Marie-Josée Fleury, Ph.D. McGill Douglas Institut universitaire en santé mentale; 17-01-2012 Réseaux intégrés de services (RIS) 1) Contexte d émergence des RIS Données: prévalence

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ACTIVITÉS RÉSERVÉES : Infirmières, infirmiers Évaluer la condition physique et mentale d une personne symptomatique Administrer et ajuster des médicaments lorsqu ils font l objet d une ordonnance Initier

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Portefeuille des produits d assurance individuelle à prestations du vivant. Protection du revenu personnel, du style de vie et de l entreprise

Portefeuille des produits d assurance individuelle à prestations du vivant. Protection du revenu personnel, du style de vie et de l entreprise Portefeuille des produits d assurance individuelle à prestations du vivant Protection du revenu personnel, du style de vie et de l entreprise MARCHÉ DES PROFESSIONNELS Police de la Série Professions OBJECTIF

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Utilisation d outils d pour soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Martine Habra, PhD Agente de planification, programmation et recherche Institut universitaire en santé mentale Douglas

Plus en détail

Le pharmacien au cœur de la 1 re ligne montréalaise en action

Le pharmacien au cœur de la 1 re ligne montréalaise en action Le pharmacien au cœur de la 1 re montréalaise en action Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies Assemblée générale annuelle du

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Les offres de services spécialisés

Les offres de services spécialisés Les offres de services spécialisés Le contexte et les enjeux, incluant les offres de services spécialisés aux familles et aux proches, aux partenaires ainsi que notre engagement dans la collectivité. PAVILLON

Plus en détail

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby SANTÉ PUBLIQUE POUR DÉBUTANT (CSSS 101) 1 Présenté par: Lorraine Deschênes: Chef des programmes de santé publique et d action communautaire, CSSS de la Haute-Yamaska Noel-André Delisle: Yvon Boisvert:

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement.

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. Présenté par: Lyne Roberge, chef en réadaptation Rina Dupont, coordonnatrice clinique

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Collectif pour l accès à la psychothérapie. La psychothérapie : un meilleur accès pour tous par des services assurés

Collectif pour l accès à la psychothérapie. La psychothérapie : un meilleur accès pour tous par des services assurés Collectif pour l accès à la psychothérapie La psychothérapie : un meilleur accès pour tous par des services assurés 2015 Table des matières Préambule... 3 1. Introduction... 4 2. L intérêt pour le Collectif

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année!

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année! Québec, le 3 mars 2011 Liste préliminaire des conférenciers et des sujets traités Colloque 2011 de l APAPI 24, 25, 26 et 27 mai 2011 Afin de débuter vos demandes de libération pour le colloque 2011 avant

Plus en détail

Journées annuelles de santé publique 2002 Construire sur du solide en santé mentale 20 novembre 2002 www.inspq.qc.ca/jasp

Journées annuelles de santé publique 2002 Construire sur du solide en santé mentale 20 novembre 2002 www.inspq.qc.ca/jasp L APPLICATION QUÉBÉCOISE DU MODÈLE EUROPÉEN DE CARTOGRAPHIE DES SERVICES DE SANTÉ MENTALE POUR LES PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES MENTAUX GRAVES JASP 2002 Jacques Rhéaume Fonds de la recherche en santé

Plus en détail

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Définition 6.1 : Compétences (1/2)

Définition 6.1 : Compétences (1/2) Définition 6.1 : Compétences (1/2) «Caractéristique positive d'un individu témoignant de sa capacité à accomplir certaines tâches. Les compétences sont d'une très grande diversité. ( ) Certaines compétences

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Insalubrité morbide. menace la santé. lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc

Insalubrité morbide. menace la santé. lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc Insalubrité morbide Quand l insalubrité menace la santé Un logement est considéré insalubre lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc impropre à l habitation.

Plus en détail

Titre de la formation : Mobiliser des clients peu motivés ou non volontaires

Titre de la formation : Mobiliser des clients peu motivés ou non volontaires Yves Gros-Louis, psychologue Centre Psycho-Solutions, centre@psycho-solutions.qc.ca http://www.psycho-solutions.qc.ca Titre de la formation : Mobiliser des clients peu motivés ou non volontaires Problématique

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail