RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT"

Transcription

1 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl RÉNOVATION ET ENTRETIEN DU PARC DE LOGEMENT SOCIAL ET RÉGION WALLONNE: BESOINS EN FINANCEMENT Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Synthèse L'entretien du parc de logement social a été, durant plusieurs décennies le parent pauvre des politiques de logement public. L'absence d'entretien récurrent en matière de logement public a conduit à une dégradation certaine du parc de logement, et, partant, un accroissement des besoins en rénovation lourde. Parallèlement, l'évolution des normes de sécurité, de salubrité et de confort pour les locataires imposent des efforts importants aux sociétés de logement public pour remettre à niveau leur parc de logement. Les sociétés de logement de services publics ne disposent d'aucun moyen spécifique affecté à la rénovation et à la mise en conformité des logements, en dehors du programme exceptionnel d'investissement, lequel a permis ou permettra la remise à niveau de plus de 33 % du parc de logement public, soit près de logements. Des moyens sont donc nécessaires, d'une part, pour remettre le parc à niveau, c'est-à-dire permettre au parc de logements de répondre aux critères actuels de salubrité déterminés par l'autorité régionale, et, d'autre part, pour maintenir en état le parc, c'est-à-dire faire face à l'usure normale des biens et aux remises en état locatifs, tout en suivant les évolutions normales des normes techniques. Estimer les besoins financiers de remise à niveau du parc de logement nécessite une approche fine, par poste de travaux, que l'absence de cadastre du logement social rend impossible à réaliser. Une approche plus globale, permet d'estimer à entre euros et euros par logement la rénovation d'une maison unifamiliale et à entre euros et euros par logement la rénovation d'un appartement, hors problématique ascenseur. Eu égard au niveau de qualité du parc, les besoins du secteur pour assurer la mise aux normes du parc de logement, et résorber l'absence d'investissements durant plusieurs décennies, peut être estimé globalement entre 4,4 milliards et 5,2 milliards d'euros, sans prendre en considération les problématiques spécifiques liées à l'amiante et aux ascenseurs.

2 De plus, des moyens financiers doivent être affectés de manière annuellement au maintien en état du parc, moyens dont ne disposent pas les sociétés de logement eu égard aux ressources dont elles disposent. Enfin, l'application de tout nouveau critère de salubrité ou de toute nouvelle imposition au secteur en matière immobilière, doit, à l'avenir, être concertée avec le secteur et être évaluée en termes de coûts de mise en conformité des logements publics. Le contexte L'entretien du parc de logement social a été, dans les années 1980 et 1990, le parent pauvre des politiques de logement public, parallèlement d'ailleurs à un investissement très faible en logements publics neufs. L'absence d'entretien récurrent en matière de logement public a conduit à une dégradation certaine du parc de logement, et, partant, à un accroissement des besoins en rénovation lourde, et ce d'autant que les qualités initiales des constructions sont variables. Le programme exceptionnel d'investissement a permis ou permettra la remise à niveau de plus de 33 % du parc de logement public, soit près de logements. Près de 2000 logements ont par ailleurs été déconstruits. Plus d'un milliard d'euros a été affecté à la réalisation des objectifs du plan exceptionnel d'investissement. Les besoins de remise à niveau du parc de logement public L'évolution des normes de sécurité, de salubrité et de confort pour les locataires imposent des efforts importants aux sociétés de logement public pour remettre à niveau leur parc de logement. Ces normes, concrétisées notamment dans l'arrêté du Gouvernement wallon du 30 août 2007 déterminant les critères minimaux de salubrité et les critères de surpeuplement sont relatives: - à la sécurité du logement au sens large: stabilité de l'enveloppe et de la structure portante, conformité et accessibilité des installations électriques et de gaz, à la sécurité des installations de chauffage et à la stabilité des sols et des escaliers; - au niveau d'équipements sanitaires: raccordement à l'égout, accessibilité à l'eau potable, et à la configuration des installations sanitaires; - à l'étanchéité et à la ventilation des logements, notamment au niveau des pièces d'eau; - à l'éclairage naturel des logements, notamment au regard de la taille des baies; - aux caractéristiques intrinsèques du bâtiment qui nuisent à la santé des occupants; présence de monoxyde de carbone (seuil de 25ppm), présence d'amiante (toute présence détectée), présence de moisissures (seuil de 1m²), présence de plomb (1mg/cm²), et présence de radon (seuil de 400Bq/m³). Les seuils ont été définis par l'arrêté ministériel du 10 juin 2009 (M.B ); - à la configuration et au surpeuplement.

3 Plusieurs normes précisent ou complètent ces critères minimaux de salubrité, qu'elles soient fédérales (ascenseur, boîtes aux lettres, sécurité incendie, installations électriques, ), régionales (performance énergétique des bâtiments, ) ou communales (incendie). Par ailleurs, notons que les logements publics sont considérés comme lieu de travail pour les membres du personnel des sociétés de logement de service public, et qu'à ce titre, le RGPT s'applique. Le parc de logement public, dans son ensemble, ne répond pas ou ne répond que partiellement aux critères de minimaux de salubrité. Ainsi, les logements publics non concernés par le PEI doivent faire l'objet d'une rénovation. Approximativement logements, construits après les années 1990, nécessitent une rénovation de moins grande ampleur, bien qu'ayant un potentiel d'amélioration conséquent en termes d'efficacité énergétique. En outre, les logements rénovés au travers du PEI devraient pouvoir, quant à eux, bénéficier d'une rénovation allant dans le sens d'une meilleure efficacité énergétique. Les moyens dont disposent les sociétés de logement pour rénover leur parc Outre les investissements consentis dans le cadre du PEI, ainsi que les fonds disponibles pour construire, selon les normes en vigueur, les logements neufs, les sociétés de logement de services publics ne disposent d'aucun moyen spécifique affecté à la rénovation et à la mise en conformité des logements. L'équilibre financier des sociétés, recherché au travers des loyers, n'est pas rencontré dans toutes les sociétés. Il s'ensuit que peu d'entre elles disposent de fonds propres à affecter à la remise en état des logement. Les sociétés de logement de service public qui disposent de fonds propres, ont, quant à elles, tout au plus la capacité d'effectuer des travaux d'entretien et de remise en état de leur logement entre deux occupations, ou d'effectuer des entretiens curatifs urgents. Il convient de noter que certaines sociétés de logement de service public financent la rénovation de leur parc grâce aux produits de la vente de logements, c'est-à-dire grâce à une réduction du leur patrimoine. Ces moyens disponibles, outre qu'ils ne concernent par l'ensemble des sociétés, sont tout à fait insuffisants au regard des besoins du secteur, ou ne sont pas récurrents. Ainsi, des moyens sont nécessaires, d'une part, pour remettre le parc à niveau, c'est-à-dire permettre au parc de logements de répondre aux critères actuels de salubrité déterminés par l'autorité régionale, et, d'autre part, pour maintenir en état le parc, c'est-à-dire permettre aux sociétés de logement de faire face à l'usure normale des biens et aux remises en état locatifs, tout en suivant les évolutions normales des normes techniques. Mise à niveau du parc évaluation des besoins en financement La mise à niveau du parc, au regard des normes de salubrité telles que définies actuellement, peut être évalué, d'une part, par poste de rénovation.

4 Les montants repris ci-dessous constitue des prix moyens du marché, hors frais. Ces prix ont été établis sur base de travaux exécutés en par plusieurs sociétés de logement en Région wallonne. Ces prix restent approximatifs et peuvent varier en fonction des configurations et des situations. Critères de salubrité Maison Appartement (selon AGW du ) Coût moyen Coût moyen Remarques Art. 8 STABILITE Art. 9 ELECTRICITE Hors compteur/avec prise de terre GAZ CONDUITE Hors normes incendie Situations particulières Art. 10 CHAUFFAGE possibles Art. 11 SOLS Critères de salubrité Maison Appartement (selon AGW du ) Coût moyen Coût moyen Remarques Art. 11 ESCALIERS - BAIES Art. 12 SANITAIRES Art. 13 ETANCHEITE < 6000 HUMIDITE ASCENTIONNELLE Variations en appartement, selon configuration ISOLATION ENVELOPPE ISOLATION TOITURE 18 CM Variations en appartement, selon configuration Art. 14 CHASSIS K1, VENTILATION Art. 15 ECLAIRAGE Art. 16 CO Remplacement chauffe-eau Coût de l'inventaire par AMIANTE VOLATILE logement AMIANTE LIEE Non chiffrable PLOMB RADON Art. 17 CONFIGURATION Requalification du logement nécessaire Autres normes PEB Isolation sol SECURITE. INCENDIE porte coupe-feu ASCENCEUR Pour illustration: bâtiment de 30 logements En l'absence de cadastre du logement social précis, cette approche poste par poste ne permet pas de déterminer les enveloppes budgétaires nécessaires pour remettre l'ensemble du parc à niveau. Une approche globale, sur base de l'expérience du programme exceptionnel

5 d'investissements tel que réalisé au sein des sociétés de logement doit être utilisée pour ce faire, sans toutefois atteindre un niveau de précision fin (notamment au regard des configurations et des situations, pouvant faire fluctuer les coûts de manière importante). Il est ainsi estimé que la remise aux normes d'un logement peut être estimé: - à à euros par logement pour les maisons unifamiliales; - à euros à euros par logement pour les appartements sis en immeubles, hors problématique ascenseur. Cette remise aux normes s'entend hors problématique amiante, seul le coût de l'inventaire amiante étant inclus dans les chiffres ci-dessus. L'application des normes de performance énergétique peuvent quant à elles être estimées: - à euros par logement pour les maisons unifamiliales; - à euros par logement pour les appartements sus en immeubles. Sachant que le parc de logement public est composé approximativement de appartements et de maisons unifamiliales, les besoins du secteur pour assurer la mise aux normes du parc de logement, et résorber l'absence d'investissements durant plusieurs décennies, peut être estimé, pour l'ensemble du parc, en ce compris à la remise à niveau en matière de performance énergétique des bâtiments des logements construits après 1990 ou rénovés dans le cadre du PEI, globalement entre 4,4 milliards et 5,2 milliards d'euros. Au vu des coûts de mise aux normes évoqués, l'application de tout nouveau critère de salubrité ou de toute nouvelle imposition au secteur en matière immobilière, doit, à l'avenir, être concertée avec le secteur et être évaluée en termes de coûts de mise en conformité des logements publics. Cette évaluation financière devrait être appliquée pour le critère relatif à l'amiante, inséré par l'agw du 18 juin Maintien en état du parc évaluation des besoins en financement Le patrimoine des sociétés de logement de service public est soumis aux évolutions communes à tout patrimoine immobilier: usure, désordres, obsolescence, vétusté, dégradations. Une fois le parc remis à niveau, il convient de veiller à ce que ces évolutions puisent être freinées ou évitées, par une activité de maintenance et un entretien adéquats. L'activité de maintenance et l'entretien curatif, permettent de réparer les défauts constatés et d'éviter l'aggravation de ceux-ci. L'entretien préventif est, quant à lui, l'ensemble de travaux effectués de façon périodique dans le but d éviter les dégradations et manifestations de vétustés liées à l'usure d'un bâtiment. Il est communément admit que l'entretien préventif, sur le long terme, peut permettre des économies substantielles pour les gestionnaires de patrimoine. En effet, l'absence d'entretien préventif peut conduire à des surcoûts de l ordre de 30 % au regard de la multiplication des entretiens curatifs et des remises en état des logements. Les sociétés de logement de service public, en Région wallonne, dépensent annuellement entre 180 et 305 euros par logement pour réaliser l'entretien curatif de leur patrimoine. Il s'agit

6 essentiellement de réaliser les remises en état locatif et de réparer les dégradations ou désordres survenus (bris de vitres, menues réparations, ). En outre, certaines sociétés, en fonction des fonds propres qui sont les leurs, réalisent un certain entretien préventif, sans toutefois atteindre le niveau de périodicité ou le caractère systématique nécessaire pour constituer un réel entretien préventif, et peut par ailleurs être assimilable à une remise à niveau de logements (remplacements de châssis ou de système de chauffage, ). Le coût d'un entretien préventif de base, réduisant pour partie par ailleurs le coût de l'entretien curatif, est estimé à 500 euros par logement par an. Ces coûts d'entretien, tant curatif que préventif, doivent pouvoir être supportés par l'ensemble des sociétés de logement. Afin d'éviter que le maintien en état du parc ne doive être financé par la vente du patrimoine immobilier de la société, il convient que les loyers, le cas échéant majoré d'une intervention financière régionale, puisse notamment permettre une politique d'entretien adéquate des logements. Pour ce faire, une meilleure traduction des investissements consentis par les sociétés devrait notamment être envisagée, au travers d'un impact plus perceptible du prix de revient actualisé du logement dans le calcul du loyer. Des enjeux d'une politique de rénovation ambitieuse dans le logement public Les sociétés de logement de service public assurent le logement de près de ménages en Région wallonne. Ces ménages sont parmi les plus précarisés de la Région. Le respect des normes de salubrité et le bon entretien des logements mis en location par les sociétés de logement constituent un enjeu majeur pour les sociétés de logement elles-mêmes, pour les pouvoirs locaux et pour la Région wallonne. Le logement public doit tout d'abord pouvoir être exemplaire. Le respect des normes imposées, outre les questions de responsabilité, constitue un enjeu en termes de sécurité et de salubrité pour les locataires. La qualité du logement public doit avoir pour vocation de répondre aux besoins des locataires et d'assurer leur logement dans des conditions adéquates. En outre, la qualité du logement public relève, à l'heure où les questions de précarité énergétique sont de plus en plus prégnantes, d'une réelle politique sociale menée par la Région wallonne. A ce titre, la question de la qualité énergétique des logements publics constitue un enjeu majeur auquel la Région wallonne doit pouvoir répondre. Pour ce faire, une mise aux normes de l'ensemble des logements publics wallons, en ce compris au niveau de la performance énergétique des bâtiments, s'impose, et les moyens nécessaires doivent être débloqués pour y parvenir. Tom DE SCHUTTER Secrétaire du Comité permanent Robert MEUREAU Président du Comité permanent

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Fonds du Logement de Wallonie Habitat et action sociale Cellule d appui et de coordination

Fonds du Logement de Wallonie Habitat et action sociale Cellule d appui et de coordination Arrêté du Gouvernement wallon du 30 août 2007 déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel Permis de INFORMATIONS GÉNÉRALES Un permis de est la décision préalable de l'autorité administrative compétente (la Commune) d'autoriser, pour les petits logements individuels et les logements collectifs,

Plus en détail

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE 60 000 000 d habitants 30 000 000 de logements, dont : 26 000 000 de résidences principales, 2 000 000 de logements vacants, 2 000 000 de résidences secondaires, Sur les

Plus en détail

Rappel des droits et obligations

Rappel des droits et obligations GAZ Norme XP P 45-500 A compter du 1er novembre 2007 le vendeur d'un logement équipé d'une installation intérieure au gaz naturel ou GPL datant de 15 ans ou plus devra produire un diagnostic gaz de l installation

Plus en détail

P.L.A.G.E. Plan Local d Actions pour la Gestion Energétique. Appel à Candidature 2007 pour le logement collectif

P.L.A.G.E. Plan Local d Actions pour la Gestion Energétique. Appel à Candidature 2007 pour le logement collectif P.L.A.G.E Plan Local d Actions pour la Gestion Energétique Appel à Candidature 2007 pour le logement collectif Candidature à introduire pour le 29 juin 2007 Bruxelles Environnement - IBGE Gulledelle, 100

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Administration fiscale cantonale AFC Direction générale Case postale 3937 1211 Genève 3 N/réf. : DHL/YG/SL Genève, le 1 er février 2011 Information

Plus en détail

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL)

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété Les allocations de déménagement et de loyer sont octroyées aux personnes quittant

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF AU DIAGNOSTIC ET AU SCHEMA DIRECTEUR POUR LA MISE EN SECURITE DU PATRIMOINE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE

Plus en détail

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir EMPL Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir Services légaux et complémentaires pour la Wallonie Optimising work environments Vers une politique rationnelle en matière d'énergie. Le changement

Plus en détail

Les réglementations thermiques et la santé. Quelques interactions. COTITA Centre-Est. Bâtiment - Santé. Cédric Besairie CETE de Lyon.

Les réglementations thermiques et la santé. Quelques interactions. COTITA Centre-Est. Bâtiment - Santé. Cédric Besairie CETE de Lyon. Les réglementations thermiques et la santé Quelques interactions COTITA Centre-Est 27 septembre 2010 Bâtiment - Santé Cédric Besairie CETE de Lyon 22 novembre 2011 Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Contenu Le présent document traite des exigences relatives au décompte individuel des frais de chauffage et

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue du Mistral N : 32 Boîte : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue du Mistral N : 32 Boîte : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : 1970 Version du protocole: 22/10/2012

Plus en détail

1-Programme Exceptionnel d Investissement : rénovation lourde de 355 appartements au parc des Roselières

1-Programme Exceptionnel d Investissement : rénovation lourde de 355 appartements au parc des Roselières 1-Programme Exceptionnel d Investissement : rénovation lourde de 355 appartements au parc des Roselières Auteur de projet Bureau d études BIEMAR & BIEMAR, avenue Blonden 50/12 4000 Liège. LOT 1 : travaux

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 Émissions de CO 2 du bâtiment : 14799 kg CO 2/an Émissions de CO 2 spécifiques : 66 kg CO 2/m².an Description du bâtiment

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Contrat de location meublé (résidence principale du locataire)

Contrat de location meublé (résidence principale du locataire) Contrat de location meublé (résidence principale du locataire) Le présent contrat de location meublée, consenti à titre de résidence principale, est régi par les dispositions impératives de l'article L

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

- Versement et remboursement du prêt (paragraphe 4)

- Versement et remboursement du prêt (paragraphe 4) ELECTRICITE DE FRANCE 2, rue Louis-Murat - 75008 PARIS Tél. 256-94-00 GAZ DE FRANCE NOTE du 27 mai 1980 DIRECTION DU PERSONNEL Note aux unités DP. 33.258 Manuel Pratique : 511 X Objet : Prêts destinés

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue des Combattants N : 70 Boîte : CP : 1490 Localité : Court-Saint-Etienne Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue des Combattants N : 70 Boîte : CP : 1490 Localité : Court-Saint-Etienne Type de bâtiment : CP : 1490 Localité : Court-Saint-Etienne Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL

PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL Patrimoine immobilier communal Demande d un crédit de CHF 892 000.- TTC pour l établissement d une expertise technique systématique Délégué municipal : M. Claude Uldry

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Crédit d Impôt Développement Durable Taux réduit et intermédiaire de TVA

Crédit d Impôt Développement Durable Taux réduit et intermédiaire de TVA 13 janvier 2014 Crédit d Impôt Développement Durable Taux réduit et intermédiaire de TVA INTRODUCTION La Loi de Finances pour 2014 publiée le 29 décembre 2013 a introduit plusieurs mesures impactantes

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS Présentation générale du cadre juridique européen et régional Thomas HAUZEUR 15 septembre 2011 PEB en UE: Directive 2002/91/CE Premier cadre harmonisé en matière

Plus en détail

P R E A V I S No 62. Vente de la parcelle communale No 504 - Rue de la Mèbre 10

P R E A V I S No 62. Vente de la parcelle communale No 504 - Rue de la Mèbre 10 P R E A V I S No 62 Vente de la parcelle communale No 504 - Rue de la Mèbre 10 Renens, le 29 août 2005 mh/cch AU CONSEIL COMMUNAL DE R E N E N S, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Le présent

Plus en détail

CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ

CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ Qu est-ce que la certification? La certification de produit est l'activité par laquelle un organisme, distinct du prestataire,

Plus en détail

Qualité de l air intérieur :

Qualité de l air intérieur : Qualité de l air intérieur : les politiques publiques et le cadre réglementaire Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement WWW.developpement-durable.gouv.fr Enjeux

Plus en détail

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007 Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2 COFHUAT 6 décembre 2007 Les enjeux de la rénovation du patrimoine immobilier public face à la réduction des émissions

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 13-4603 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 1'150'000.- pour l isolation des façades et le remplacement complet des fenêtres et des volets des immeubles

Plus en détail

TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique

TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique Les professionnels de L expertise comptable vous informent Le 04/03/2014 TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique Bercy commente l'application de la TVA à 5,5 % aux travaux d'amélioration

Plus en détail

> Opérations de construction ou d acquisition, suivies ou non de travaux d amélioration, ou d amélioration de logements locatifs ;

> Opérations de construction ou d acquisition, suivies ou non de travaux d amélioration, ou d amélioration de logements locatifs ; Mise à jour au 1 er avril 2011 Aides aux personnes morales - Bailleur Personnes morales Bénéficiaires > Toute personne morale. Opérations finançables > Opérations de construction ou d acquisition, suivies

Plus en détail

Agences Immobilières Sociales (AIS) Mettre un bien immobilier en location avec les Agences Immobilières Sociales (AIS)

Agences Immobilières Sociales (AIS) Mettre un bien immobilier en location avec les Agences Immobilières Sociales (AIS) Agences Immobilières Sociales (AIS) Mettre un bien immobilier en location avec les Agences Immobilières Sociales (AIS) 1 Agences Immobilières Sociales (AIS) Les Agences Immobilières Sociales (AIS) sont

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre de l «éco-prêt logement social» pour l amélioration de la performance énergétique des logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis

Plus en détail

Ensemble, rénovons notre habitat. OPAH : OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L'HABITAT 2013-2018

Ensemble, rénovons notre habitat. OPAH : OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L'HABITAT 2013-2018 OPAH : OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L'HABITAT 2013-2018 Salubrité A B C Performance énergétique D Autonomie de la personne Accompagnement Ensemble, rénovons notre habitat. ARPAJON / AVRAINVILLE

Plus en détail

N Rue Commune Etage Bâtiment Porte. Dépendances dont le locataire a la jouissance exclusive

N Rue Commune Etage Bâtiment Porte. Dépendances dont le locataire a la jouissance exclusive CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE Entre les soussignés, M., Mme, Mlle (nom, prénom, adresse) désigné(s) ci-après le bailleur et M., Mme, Mlle (nom, prénom, adresse) désigné(s) ci-après le preneur il a été convenu

Plus en détail

G. Le confort et la qualité des logements

G. Le confort et la qualité des logements G. Le confort et la qualité des logements I Le confort A - Les installations sanitaires Source : INSEE Les installations sanitaires sont une des composantes du confort de base avec l'eau courante et les

Plus en détail

Devez-vous demander un permis de location?

Devez-vous demander un permis de location? Garantir à chacun un logement décent, pour la Wallonie, c est une priorité. La Région wallonne y veille, grâce au permis de location. Un permis de location est exigé pour certains types de logements, ceux-ci

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2012 LOI DE FINANCES POUR 2012 Face aux difficultés conjoncturelles, un plan de retour à l équilibre des finances publiques a été mis en œuvre à travers la loi de finances pour 2012 et une 4 ème loi de finances

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES BAILLEURS AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS!

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES BAILLEURS AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES BAILLEURS AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! Attention : ce guide a été rédigé exclusivement à l attention des bailleurs qui louent un logement meublé

Plus en détail

TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014

TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014 TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014 Février 2014 TVA 2014 Mode d emploi 2 Au 1er Janvier 2014 3 nouveaux Taux : Taux normal : 20 % Taux intermédiaire : 10 % Taux réduit : 5.5 %

Plus en détail

Objet : Règlement communal visant à la salubrité des logements.

Objet : Règlement communal visant à la salubrité des logements. Objet : Règlement communal visant à la salubrité des logements. CHAPITRE l - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Au sens du présent règlement communal, il y a lieu d'entendre par : a. ménage : soit la personne

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Dix clés pour comprendre. Le financement fédéral pour la construction, la reconstruction. et les travaux de reconditionnement

Dix clés pour comprendre. Le financement fédéral pour la construction, la reconstruction. et les travaux de reconditionnement Dix clés pour comprendre Le financement fédéral pour la construction, la reconstruction et les travaux de reconditionnement 1. Première Clé : le protocole d accord avec les Communautés et Régions relatifs

Plus en détail

ANNEXE A LA DELIBERATION N 1

ANNEXE A LA DELIBERATION N 1 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 CP 12-035 ANNEXE A LA DELIBERATION N 1 Etat récapitulatif 12/12/11 19:12:00 4 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 5 CP 12-035 ANNEXE A LA DELIBERATION N 2 Fiches projets

Plus en détail

Union des Fabricants de Menuiseries Extérieures

Union des Fabricants de Menuiseries Extérieures Vous trouverez ci-dessous les principaux éléments permettant d apprécier les évolutions de la fiscalité française induites par la Loi de Finances n 2013-1278 du 29/12/2013 ainsi que les textes officiels

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 001 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 001 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Résidence pour Personnes Âgées de 76 logements-foyers collectifs à ROUEN «rue de la Maladrerie»

Résidence pour Personnes Âgées de 76 logements-foyers collectifs à ROUEN «rue de la Maladrerie» Résidence pour Personnes Âgées de 76 logements-foyers collectifs à ROUEN «rue de la Maladrerie» C O N V E N T I O N D E L O C A T I O N Entre les soussignés : Le Centre Communal d Action Sociale (ci-après

Plus en détail

CREDIT D IMPOT RENOVATION ENERGETIQUE: Une mesure coûteuse pour le budget de l Etat et inefficace pour l environnement. Mercredi 28 octobre 2015

CREDIT D IMPOT RENOVATION ENERGETIQUE: Une mesure coûteuse pour le budget de l Etat et inefficace pour l environnement. Mercredi 28 octobre 2015 CREDIT D IMPOT RENOVATION ENERGETIQUE: Une mesure coûteuse pour le budget de l Etat et inefficace pour l environnement Mercredi 28 octobre 2015 Rénovation énergétique : enjeu majeur de politique environnementale

Plus en détail

Mise à disposition d'un local

Mise à disposition d'un local Mise à disposition d'un local La mise à disposition des locaux obéit à un certain nombre de règles visant à assurer l égalité de traitement entre les citoyens. L'article L.2144-3 du Code général des collectivités

Plus en détail

www.hdgdev.com L ECO PRÊT A TAUX ZERO

www.hdgdev.com L ECO PRÊT A TAUX ZERO www.hdgdev.com L ECO PRÊT A TAUX ZERO PRINCIPE DE L ECO L PTZ L Eco PTZ est destiné à financer les travaux lourds de rénovation énergétique des logements anciens, via un crédit d impôt financé par l Etat.

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de la Vouée Juetta N : 19 Boîte : CP : 4600 Localité : Richelle Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de la Vouée Juetta N : 19 Boîte : CP : 4600 Localité : Richelle Type de bâtiment : CP : 4600 Localité : Richelle Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction :

Plus en détail

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES AU TAUX REDUIT DE 5,5 % Les travaux d'amélioration de la qualité énergétique portent sur la pose, l'installation, l'entretien et la fourniture des matériaux, appareils

Plus en détail

OUI OUI NON. Principalement circulateur de chauffage avec variateur de vitesse IEE 0,23 des logements individuels.

OUI OUI NON. Principalement circulateur de chauffage avec variateur de vitesse IEE 0,23 des logements individuels. PRIME ÉNERGIE E5 VARIATEUR DE FRÉQUENCE (dont circulateur de chauffage IEE 0,23) Décision du 11 décembre 2014 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d approbation du programme d exécution relatif

Plus en détail

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Sommaire 1 ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Utilité de l état des lieux / Page 2 Etablissement de l état des lieux / Page 2 Forme de l état des lieux / Page 3 Coût de

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'omezée N : 2 Boîte : CP : 5600 Localité : Omezée Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'omezée N : 2 Boîte : CP : 5600 Localité : Omezée Type de bâtiment : CP : 5600 Localité : Omezée Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

Convention Qualité de réhabilitation du parc privé

Convention Qualité de réhabilitation du parc privé Convention Qualité de réhabilitation du parc privé Version 16 juin 2011 1 Sommaire Préambule 3 1 - Périmètre d application 4 2 - Préconisations générales 4 Le diagnostic préalable 4 Le projet de réhabilitation

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL)

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL) Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale Administration de l Aménagement du Territoire et du Logement Direction du Logement Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL)

Plus en détail

Conférence de presse «Stimuler l'éco-construction» 8 février 2007 Intervention d Evelyne Huytebroeck

Conférence de presse «Stimuler l'éco-construction» 8 février 2007 Intervention d Evelyne Huytebroeck Conférence de presse «Stimuler l'éco-construction» 8 février 2007 Intervention d Evelyne Huytebroeck Le potentiel d'amélioration environnementale et énergétique des bâtiments en région bruxelloise est

Plus en détail

L amiante. Evolution de la réglementation Rôle des diagnostics. Une gestion sous différents angles. Réglementation : une approche par polluants

L amiante. Evolution de la réglementation Rôle des diagnostics. Une gestion sous différents angles. Réglementation : une approche par polluants Une gestion sous différents angles de la réglementation r Rôle des diagnostics Joëlle Carmès (DGS) Richard Cayre (DGUHC) Des polluants identifiés Amiante CO FMA Radon Tabac D autres risques à déterminer

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP

ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP REVENDICATION DE L APF Octobre 2010 Le logement constitue un droit fondamental : il permet de disposer d un habitat et il conditionne l ouverture à des démarches

Plus en détail

Estimation de la valeur vénale

Estimation de la valeur vénale Estimation de la valeur vénale Immeuble locatif Grande Rue 10001 Lausanne "L'expert" Table des matières 1. Généralités 3 2. But 4 3. Terrain 4 3.1. Registre foncier 4 3.2. Description du terrain 4 3.3.

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

MAINTENANCE SUR LES INFRASTRUCTURES DE SURFACE. P. Chevret et P. Pepinster. Résumé

MAINTENANCE SUR LES INFRASTRUCTURES DE SURFACE. P. Chevret et P. Pepinster. Résumé MAINTENANCE SUR LES INFRASTRUCTURES DE SURFACE P. Chevret et P. Pepinster Résumé L objet de ce document est de dresser le bilan de l activité du Groupe Technical Facilities Management dans le domaine de

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT LA PROCEDURE AUPRES DU DEPARTEMENT DE L'AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE L'ENERGIE

NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT LA PROCEDURE AUPRES DU DEPARTEMENT DE L'AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE L'ENERGIE NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT LA PROCEDURE AUPRES DU DEPARTEMENT DE L'AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE L'ENERGIE OFFICE CANTONAL DU LOGEMENT ET DE LA PLANIFICATION FONCIERE RELATIVE AUX TRAVAUX DANS LES

Plus en détail

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Le contexte et les enjeux du secteur du bâtiment En France Le Bâtiment est en France le plus gros consommateur d énergie parmi tous les secteurs

Plus en détail

PLANNING FORMATION. 15/12/2010 au 31/07/2011. Diagnostics Techniques Immobiliers et Santé Sécurité du Bâti

PLANNING FORMATION. 15/12/2010 au 31/07/2011. Diagnostics Techniques Immobiliers et Santé Sécurité du Bâti PLANNING FORMATION 15/12/2010 au 31/07/2011 Diagnostics Techniques Immobiliers et Santé Sécurité du Bâti NOUVEAUX MARCHES Accessibilité du cadre bâti (4 jours) 12-15/04 24-27/05 / 25-28/02 26-29/04 12-15/04

Plus en détail

AIDES AUX INVESTISSEMENTS DES PARTICULIERS. Règlement des MODALITES D APPLICATION

AIDES AUX INVESTISSEMENTS DES PARTICULIERS. Règlement des MODALITES D APPLICATION ECONOMIES D'ENERGIE AIDES AUX INVESTISSEMENTS DES PARTICULIERS Règlement des MODALITES D APPLICATION Annexe à la délibération du Conseil Municipal du 2 mai 2011 Article 1 : Bénéficiaires Toute personne

Plus en détail

Rapport du Conseil communal. au Conseil général. relatif à la vente des immeubles communaux David-Pierre- Bourquin 7 et Passage Léopold-Robert 4

Rapport du Conseil communal. au Conseil général. relatif à la vente des immeubles communaux David-Pierre- Bourquin 7 et Passage Léopold-Robert 4 Rapport du Conseil communal relatif à la vente des immeubles communaux David-Pierre- Bourquin 7 et Passage Léopold-Robert 4 (du 7 novembre 2013) au Conseil général de la Ville de La Chaux-de-Fonds Madame

Plus en détail

LE CARNET D'ENTRETIEN DE VOTRE COPROPRIETE

LE CARNET D'ENTRETIEN DE VOTRE COPROPRIETE LE CARNET D'ENTRETIEN DE VOTRE COPROPRIETE RES. LA FERRIERE PARKING G2 0000 94000 CRETEIL Immeuble de 0 lots principaux DESCRIPTIF RES. LA FERRIERE PARKING G2 Immeuble de 0 lots principaux SYNDIC EN EXERCICE

Plus en détail

Sylvie Cuisinier Guichet Habitat Energie Ville de Limoges

Sylvie Cuisinier Guichet Habitat Energie Ville de Limoges Sylvie Cuisinier Guichet Habitat Energie Ville de Limoges Un constat : L Habitat dégradé La persistance du mal logement. Une réponse : La refonte et le renforcement des outils réglementaires et opérationnels.

Plus en détail

UN CONTEXTE AMENANT AU REAMENAGEMENT DES ARRETES DU 7 SEPTEMBRE 2009

UN CONTEXTE AMENANT AU REAMENAGEMENT DES ARRETES DU 7 SEPTEMBRE 2009 Département environnement et développement durable 28 juin 2012 / DP note N 12-7-92 réalisé à partir des éléments du MEDDE et du MASS A l'attention des membres de la CCTR Réunion du 4 juillet Information

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis n 19 2 septembre 2002 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant les bâtiments locatifs communaux de la Rue Léon-Jaquier a) le plan de

Plus en détail

SYNTHESE. Fiscal. Nouveaux taux de TVA. SYNTHESE D EXPERTS Janvier 2014 www.infodoc-experts.com 1

SYNTHESE. Fiscal. Nouveaux taux de TVA. SYNTHESE D EXPERTS Janvier 2014 www.infodoc-experts.com 1 Nouveaux taux de TVA 1 SOMMAIRE 1 Principe et dérogation d ordre général... 3 2 Les livraisons de bien... 4 2.1 Acquisitions intracommunautaires... 4 2.2 Importations... 5 2.3 Tableau de synthèse... 5

Plus en détail

Séminaire Bâtiment Durable :

Séminaire Bâtiment Durable : 1 Séminaire Bâtiment Durable : Reconversion durable d immeubles de bureaux Bruxelles Environnement Focus 1 : Réglementation Frederic LUYCKX Facilitateur Bâtiment Durable Bruxelles Environnement Objectif(s)

Plus en détail

Allocation de Relogement

Allocation de Relogement Direction du Logement Rue du Progrès, 80 bte 1 1035 Bruxelles Allocation de Relogement NORMES D ADEQUATION DES LOGEMENTS Remarque importante : Comment lire les normes?...3 Normes d occupation et de grandeur

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame...

CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame... CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame... domicilie actuellement a... ci-apres denomme locataire

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

2009/02/17 HENRI SIMONS. ÉNERGIE : UN ENJEU MAJEUR POUR LES BRUXELLOIS (contexte et propositions) 1 / Introduction : contexte

2009/02/17 HENRI SIMONS. ÉNERGIE : UN ENJEU MAJEUR POUR LES BRUXELLOIS (contexte et propositions) 1 / Introduction : contexte ÉNERGIE : UN ENJEU MAJEUR POUR LES BRUXELLOIS (contexte et propositions) 2009/02/17 HENRI SIMONS 1 / Introduction : contexte La Région de Bruxelles-Capitale compte approximativement 62 millions de m² de

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT L ensemble des dispositifs pour améliorer la performance énergétique des bâtiments RÉGLEMENTER SENSIBILISER INCITER AVRIL 2008 MINISTÈRE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE

Plus en détail

Quelles sont les conditions pour en bénéficier?

Quelles sont les conditions pour en bénéficier? Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2015. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même taux à tous les

Plus en détail

Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013. Midi-Pyrénées 24 mai 2013. Orientations 2013 & Evolution du régime des aides

Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013. Midi-Pyrénées 24 mai 2013. Orientations 2013 & Evolution du régime des aides Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013 Midi-Pyrénées 24 mai 2013 1 Sommaire Orientations prioritaires Propriétaires occupants (PO) Propriétaires bailleurs (PB) Syndicats de copropriétés

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

Moniteur de prévention incendie 2012

Moniteur de prévention incendie 2012 Moniteur de prévention incendie 2012 Page 1 de 9 Introduction Dans le cadre du Plan national de Prévention des Incendies dans les Habitations 2012, le Service public fédéral Intérieur a commandé, en collaboration

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure?

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure? CREDIT D IMPOT DEDIE AU DEVELOPPEMENT DURABLE Le crédit d impôt dédié au développement durable Avertissement : le document ci après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure compréhension

Plus en détail

Cette expertise est surtout utilisée dans les bâtiments accueillants du public : école, local commercial, bureaux.

Cette expertise est surtout utilisée dans les bâtiments accueillants du public : école, local commercial, bureaux. Experts en environnement Certains experts sont sollicités pour effectuer des analyses de la qualité de l air et des surfaces des bâtiments. Pour ce faire, il cherche à identifier diverses substances telles

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES VILLE DE WILLEMS PROJET DE REHABILITATION DU SITE CADDY EN POLE ASSOCIATIF ET CULTUREL Missions de diagnostics CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d Ouvrage : Ville de Willems HOTEL DE VILLE

Plus en détail

Chaudière gaz à basse température & à condensation

Chaudière gaz à basse température & à condensation Primes & Démarches Administratives Il est important de préciser que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la SPRL Kreusch Frères (Bernard Kreusch) même que nous sommes là pour

Plus en détail