OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI- AUTONOME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI- AUTONOME"

Transcription

1 LE CENTRE JEUNESSE GASPÉSIE/LES ÎLES P OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI AUTONOME DOCUMENT RÉVISÉ DIRECTION DES SERVICES D'HÉBERGEMENT NOVEMBRE 1995

2 TABLE DES MATIÈRES Avantpropos Objectifs généraux Objectifs spécifiques Principes de base Définition de l'appartement semiautonome Règles et procédures res d'utilisation des appartements semi autonomes pour adolescents Admission des jeunes dans les appartements semi autonomes pour adolescents Critères d'admissibilité Prérequis requis à l'orientation d'un jeune en appartement semiautonome Conditions suite à l'acceptation Modalités de paiement Assurances Couverture d'assurance Que faire lors d'un dommage?? Bail Rôle de l'intervenant responsable à la prise en charge 10 Annexes 1 et 2

3 AVANTPROPOS Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles reconnaît que les besoins de certains adolescents en situation de rupture avec leur milieu familial naturel ne peuvent être comblés dans le cadre des ressources traditionnelles de type famille d'accueil ou centre de réadaptation. Ces adolescents, tout en demeurant sous la responsabilité de leurs parents ou du tuteur, sont aussi sous la responsabilité du Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles et l'établissement doit donc s'assurer que toutes les mesures soient prises pour garantir leur protection sociale. Le Centre jeunesse, de par sa mission, se doit de développer un autre type de ressource pour répondre à ses besoins. Le développement d'appartements semiautonomes vient, entre autres, combler ces besoins. L'orientation d'un bénéficiaire en appartement semiautonome se décide au sein du comité de placement. La présente politique est une mise à jour de celle qui datait de

4 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX : Offrir à l'adolescent en besoin et en capacité d'autonomie des services psychosociaux ou autres et un mode de vie correspondant à ses besoins quand ni la famille d'accueil, ni le centre de réadaptation, ni sa famille d'origine ne peuvent lui donner une réponse valable; Permettre à l'adolescent qui a atteint un stade de maturation suffisant de vivre en adulte autonome sans avoir atteint la majorité légale de 18 ans révolus; Préparer l'adolescent à s'assumer seul au niveau de son organisation matérielle. 2. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : Offrir à l'adolescent le support professionnel et financier nécessaire à l'atteinte progressive des objectifs d'autonomie prévus pour lui; Établir un suivi professionnel dans cette phase d'apprentissage à l'autonomie permettant à l'adolescent de se sentir appuyé et à l'intervenant de contrôler l'évolution du plan prévu; Faire prendre au jeune des décisions concernant son avenir et en assumer les responsabilités (choix de l'appartement, recherche d'un emploi, etc.). 4

5 3. PRINCIPES DE BASE : Que le principe du maintien de l'enfant dans son milieu familial doit primer, ce qui implique qu'une intervention doit être effectuée auprès des parents afin de vérifier leur volonté et leurs capacités à changer la situation problématique. Cette évaluation nécessite des contacts directs avec les personnes concernées; Que la décision d'orienter un adolescent dans une ressource de type appartement semiautonome doit s'inscrire dans le cadre d'un plan d'intervention ou de services précis alors que le choix de la ressource doit correspondre aux besoins réels et évalués du jeune; cette décision doit être mesurée avec grande minutie et ne doit en aucun cas être une orientation de facilité; Que l'évaluation des besoins doit précéder le choix des mesures nécessaires à l'atteinte des objectifs du plan d'intervention; Que les ressources de type appartement semiautonome soient disponibles à l'adolescent qui est bénéficiaire de services soit dans le cadre de la Loi sur les services de santé et les services sociaux ou dans le cadre de la Loi sur la protection de la jeunesse; Qu'une participation financière du jeune soit favorisée (quand c'est possible) afin de l'amener à économiser et que ces économies soient versées dans un compte bancaire au nom du jeune et que cet argent demeure la propriété du jeune pour utilisation ultérieure (exemple : achat de meubles, literie, vêtements). 5

6 4. DÉFINITION DE L'APPARTEMENT SEMIAUTONOME : L'appartement semiautonome est une ressource au service des clientèles en besoin de protection sociale pour lesquelles l'hébergement en appartement est, pour diverses raisons, plus approprié. Nous entendons par appartement semiautonome, un milieu de vie autonome permettant au bénéficiaire d'expérimenter et d'atteindre sa pleine autonomie sous la surveillance d'un professionnel du Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles, responsable de sa prise en charge. 5. RÈGLES ET PROCÉDURES D'UTILISATION DES APPARTEMENTS SEMIAUTONOMES POUR ADOLESCENTS : 5.1 Admission des jeunes dans les appartements semiautonomes pour adolescents : La décision d'orienter ou non un jeune dans ces ressources relève de l'intervenant à la prise en charge avec le support du comité de placement. Le comité de placement du Centre jeunesse est responsable : ❶ ❷ ❸ ❹ de l'évaluation des demandes d'admission en appartement; de l'orientation de la clientèle référée vers l'appartement le plus approprié ou bien il suggère une autre ressource d'hébergement; de statuer à nouveau sur le type de ressource vers laquelle un bénéficiaire doit être orienté lorsque la révision affecte l'orientation; de vérifier la disponibilité de places au budget R.T.F. de sa succursale avant de procéder à son orientation en appartement. 6

7 Lorsqu'un appartement semiautonome est envisagé dans l'orientation d'un jeune au tribunal, on doit premièrement savoir que ce type de mesure n'existe pas dans la Loi sur la protection de la jeunesse actuellement et qu'en conséquence, le tribunal n'a pas le pouvoir de l'ordonner. La seule manière de procéder serait alors de faire une demande afin que l'enfant soit confié à l'un ou l'autre de ses parents et que celuici consente. S'il y a refus de la part du parent concerné, ou bien on abandonne cette option ou bien, dans certains cas, il sera possible d'entreprendre des procédures pour faire déclarer l'émancipation du jeune en question (pour de plus amples informations, contacter le contentieux). 5.2 Critères d'admissibilité : Un certain nombre de critères d'évaluation est retenu pour servir de guide dans l'orientation d'un jeune en appartement semiautonome. Pour qu'un jeune puisse être orienté vers un appartement semiautonome, il doit : ❶ ❷ ❸ ❹ ❺ ❻ Être âgé de 17 ans minimum (bien que l'âge peut être considéré très relatif pour évaluer le niveau de maturité personnelle); Ne pas être en mesure de réintégrer son milieu familial; L'encadrement familial d'une famille d'accueil ou d'un centre de réadaptation (incluant une ressource de type R.R.R.) n'est plus adapté à la démarche d'autonomie du jeune; Démontrer une maturité et une capacité potentielle à vivre de façon autonome; Démontrer un respect des biens d'autrui et des normes sociales; Fréquenter un établissement d'enseignement ou être en voie d'intégration sur le marché du travail; 7

8 ❼ L'aspect aide financière ne doit pas être le seul critère. Il doit y avoir une justification professionnelle. Le choix de ce type de ressource doit donc reposer sur une connaissance approfondie des potentialités et des limites du jeune afin de savoir s'il est en mesure de bénéficier de ce type de ressource. C'est pourquoi, il est essentiel que le jeune ait fait l'objet d'une évaluation psychosociale complète de ses capacités, etc. 5.3 Prérequis à l'orientation d'un jeune en appartement semiautonome : D'autres conditions sont aussi indispensables et visent à s'assurer que le milieu de vie choisi est adéquat et que ce choix de ressource est réaliste en fonction des objectifs fixés. Ces prérequis sont : ❶ ❷ ❸ ❹ L'assurance que les parents ou le tuteur ont(a) donné leur(son) accord écrit sur l'orientation du jeune en appartement semiautonome; La connaissance des lieux physiques et des conditions matérielles de la ressource; La connaissance des coûts et des conditions de location; Établissement d'un budget complet (logement, nourriture, vêtements, transport, etc.). Ce budget devra être établi en tenant compte du taux quotidien établi par le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles. 5.4 Conditions suite à l'acceptation : ❶ Le jeune doit luimême entreprendre une démarche pour se trouver un appartement en collaboration avec l'intervenant à la prise en charge; ❷ L'intervenant à la prise en charge doit pouvoir rester en contact avec le jeune régulièrement; 8

9 ❸ ❹ Lorsqu'il s'agit d'un jeune encore aux études, il doit fréquenter l'école de façon assidue (N.B. Le tribunal, dans les cas judiciarisés, peut recommander la fréquentation scolaire ou l'intégration à un milieu de travail); Le jeune doit présenter un budget initial puis, lors des rencontres avec l'intervenant à la prise en charge, réviser ledit budget. Si une ou plusieurs de ces conditions ne sont pas respectées, il y a lieu de réviser la décision du placement dans ce type de ressource. 5.5 Modalités de paiement : Le per diem versé pour un jeune en appartement semiautonome ne peut dépasser le montant accordé pour un jeune du même âge en famille d'accueil soit actuellement 21.51$/jour pour les 1617 ans. Le per diem est calculé selon l'évaluation des besoins du jeune et de sa situation financière à partir d'un budget de base déterminé pour vivre en appartement (cf. annexe I pour copie de ce budget). Par conséquent, lorsque les dépenses pour vivre en appartement font en sorte que le per diem se situe en deçà de 21.51$, l'intervenant devra demander le per diem pour le coût réel (exemple : si on arrive à 485$ de dépenses par mois dans un cas, le per diem demandé sera de 15.95$/jour). Si un dépassement du taux maximum est jugé essentiel, le chef des services sociaux pourra présenter sa demande au conseiller aux ressources. Un nécessaire d'installation en appartement peut être remboursé par le Centre jeunesse sur présentation de pièces justificatives jusqu'à un maximum de $ par des mesures de soutien (exemple : literie, appareils ménagers, vaisselle, etc.). L'intervenant doit vérifier si les parents naturels peuvent contribuer d'une manière quelconque lors de l'installation en appartement. 9

10 L'accessibilité à des mesures de soutien pour des dépenses exceptionnelles imprévues pourra être présentée par le chef des services sociaux au conseiller aux ressources et bien l'indiquer à l'item appartement sur la formule de mesures de soutien et d'appoint. Toute demande de paiement au service de la comptabilité du Centre jeunesse pour un jeune placé en appartement s'effectue à chaque mois par l'intervenant à la prise en charge en complétant un formulaire de demande de mesures de soutien et d'appoint tant et aussi longtemps que le besoin est jugé nécessaire par l'intervenant. L'intervenant à la prise en charge indique sur le formulaire à l'item appartement le montant à payer. Le montant demandé pour permettre au jeune de vivre en appartement doit correspondre aux besoins établis dans le budget du jeune en tenant compte des joursprésence en appartement pour le mois qui suit. 5.6 Assurances : Couverture d'assurance : Pour les jeunes de moins de 18 ans : Ils sont couverts par l'assurance responsabilité civile générale et professionnelle du Centre jeunesse (à l'exception des dommages intentionnels qui d'ailleurs ne peuvent être couverts par aucune assurance). En ce qui concerne les biens de ces bénéficiaires, ils sont couverts par l'assurance du Centre jeunesse. Cependant, les indemnités sont sujettes à une franchise par événement de $. Pour se conformer d'une part aux exigences de l'assurance du Centre jeunesse et d'autre part pour nous permettre de mieux connaître la valeur des biens du jeune, nous demandons à l'intervenant prise en charge d'acheminer au responsable du dossier assurance au Centre jeunesse (Monsieur Denis Bernier) la valeur globale et l'adresse où sont les biens du jeune, c'estàdire l'adresse de l'appartement. 10

11 Considérant la franchise élevée de la couverture d'assurance de l'établissement au niveau des biens du jeune et étant donné que pour les moins de 18 ans ce sont les parents ou le tuteur qui continue(nt) toujours d'exercer l'autorité parentale et qui demeure(nt) donc responsable(s) à l'égard du jeune, nous recommandons que l'intervenant leur achemine une lettre (cf. copie en annexe) les informant de cette responsabilité et leur conseiller d'informer leur compagnie d'assurance et de faire les démarches nécessaires afin que leur enfant soit couvert même s'il ne demeure plus sous le toit familial. Dans le cas où le(s) titulaire(s) de l'autorité parentale ne possède(nt) pas de couverture quant à la responsabilité civile et les biens, les inciter à en contracter une. Pour les jeunes de 18 ans et plus : Ils ne sont pas couverts par l'assurance du Centre jeunesse. L'intervenant doit voir à ce que le jeune luimême se prévale d'une assurance couvrant la perte de biens personnels et sa responsabilité civile. Les frais occasionnés pour l'assurance devront être pris à même le budget du jeune. L'accès aux mesures de soutien (si nécessaire) pour aider à défrayer ces frais est possible Que faire lors d'un dommage? Pour les jeunes de moins de 18 ans : L'intervenant prise en charge informe le responsable du dossier assurance au Centre jeunesse de l événement qui est arrivé, peu importe le montant du dommage. Une analyse de la situation sera effectuée par l'établissement et sera référée par la suite à l'assurance du Centre jeunesse. De plus, l'intervenant prise en charge est responsable de voir à ce que le(s) titulaire(s) de l'autorité parentale soit(ent) informé(s) de l'événement afin que ce(s) dernier(s) puisse(nt) communiquer avec leur assurance peu importe le montant du dommage. 11

12 Pour les jeunes de 18 ans et plus : L'intervenant prise en charge est responsable de voir à ce que le jeune informe son assurance de l'événement, peu importe le montant du dommage. 5.7 Bail : L'utilisation des appartements pour les jeunes ne devrait pas impliquer la signature du bail (ni par le jeune, ni par l'intervenant du Centre jeunesse). L'intervenant ne doit jamais signer un bail car, à ce momentlà, il s'engage personnellement et engage la responsabilité de l'établissement également. La prudence est de mise dans les démarches et les formalités accomplies avec le jeune telles que les rencontres avec le locateur, négociation de prix et conditions et, particulièrement, quant aux allusions à l'argent versé par l'établissement (ne pas garantir le paiement du loyer advenant le départ du jeune). 1 Le locateur doit être informé que les moins de 18 ans n'ont pas la capacité de contracter donc ne peuvent pas signer un bail. La signature du bail par un moins de 18 ans n'a qu'une portée morale. Si le locateur exige la signature d'une personne adulte, c'est le titulaire de l'autorité parentale (père, mère ou tuteur) qui devrait signer le bail. Il existe une procédure qui se nomme émancipation et qui permet à un mineur d'être soustrait à l'autorité parentale et d'établir son propre domicile. Pour pouvoir bénéficier d'un tel recours, des procédures légales sont nécessaires. Cela implique qu'un jeune dont l'émancipation a été déclarée aurait la capacité légale de signer un bail. 1 D'après une opinion juridique de Me Martine Paradis, Contentieux du Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles, concernant le document Guide pour développer une ressource intermédiaire de type appartement semiautonome,

13 5.8 Rôle de l'intervenant responsable à la prise en charge : Lorsque l'intervenant considère que le placement d'un adolescent en appartement semiautonome répondrait à ses besoins, il s'assure que le bénéficiaire soit admissible et présente sa demande au comité de placement. La demande doit comporter une évaluation de la situation du jeune et de ses besoins ainsi que le plan d'intervention établi. Ce plan, si un éducateur est impliqué, doit inclure les objectifs et moyens de réadaptation qui seront poursuivis par l'éducateur. Lorsque le comité de placement entérine la recommandation d'orienter un adolescent en appartement semiautonome, l'intervenant :. accompagne le bénéficiaire dans la recherche d'appartement;. fournit le support au jeune dans la négociation du prix de l'appartement et des services connexes si nécessaire;. avant l'entrée du jeune en appartement, acheminer au responsable du dossier assurance, la valeur globale et l'adresse où sont ses biens;. s'assure du déclenchement et de l'arrêt des paiements en rapport avec le placement du jeune dans la ressource;. avise la comptabilité du Centre jeunesse du montant à payer à chaque mois par un formulaire de demande de mesures de soutien et d'appoint en spécifiant à qui le chèque doit être adressé;. échange sur le plan d'intervention avec les autres intervenants dans la ressource, s'il y a lieu, et leur fournit les informations nécessaires pour leur travail;. effectue le suivi psychosocial du bénéficiaire; 13

14 . intervient sur la dynamique interbénéficiaires au sein de l'appartement en collaboration avec les autres intervenants s'il y a lieu;. communique régulièrement avec les autres intervenants pour leur soumettre tout changement touchant le bénéficiaire. Au moins trois mois avant l'atteinte de la majorité du bénéficiaire placé dans un appartement semiautonome, l'intervenant responsable du jeune doit planifier avec lui son départ et s'adresser au comité de placement s'il recommande le maintien d'un placement. Tenant compte de conditions particulières, le comité de placement pourrait recommander le maintien du bénéficiaire dans la même ressource plutôt que de l'orienter vers une autre ressource 2. 2 Parmi les critères à considérer, se rappeler qu'en accédant à la majorité, un bénéficiaire ne peut continuer à être pris en charge dans une ressource de type appartement semiautonome que si il fréquente une institution d'enseignement de niveau secondaire (limite : 20 ans révolus). 14

Directrice des services éducatifs FEUILLE DE ROUTE. ADOPTION 14 novembre 2014 Ordonnance 14-172

Directrice des services éducatifs FEUILLE DE ROUTE. ADOPTION 14 novembre 2014 Ordonnance 14-172 CODE D IDENTIFICATION POL14-172 TITRE : Politique sur l enseignement à domicile DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR 14 novembre 2014 AUTORISATION REQUISE Directrice des services éducatifs RESPONSABLE DU SUIVI Directrice

Plus en détail

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 14 FÉVRIER 2012 Production : Denis Bernier Directeur des services administratifs Collaboration

Plus en détail

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE I J A Services à Domicile DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE Le présent document est conclu entre, d'une part : Les Services à Domicile de l'ija 131 rue Royale 59000 LILLE représentés par Madame Béatrice

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L'ÉLÈVE 1.0 FONDEMENTS La présente directive administrative est fondée sur les dispositions de : - la Loi sur l'instruction

Plus en détail

POLITIQUE : ENSEIGNEMENT À DOMICILE CODE : PS-15

POLITIQUE : ENSEIGNEMENT À DOMICILE CODE : PS-15 POLITIQUE : ENSEIGNEMENT À DOMICILE CODE : PS-15 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 00-06-20-9.5 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, Article 15 RAISON D ÊTRE La Loi sur l

Plus en détail

CONTRAT DE PLACEMENT

CONTRAT DE PLACEMENT Famille d accueil et d hébergement CONTRAT DE PLACEMENT Bases légales Les modalités de placement sont soumises à tous égards aux prescriptions fédérales et cantonales sur les placements d'enfants (CCS,

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE SANTÉ Professionnels, cadres et directeurs de service

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE SANTÉ Professionnels, cadres et directeurs de service CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE SANTÉ Professionnels, cadres et directeurs de service Q1. À qui s'adresse la couverture d'assurance santé? DISPOSITIONS GÉNÉRALES Toute personne ayant le droit

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ CONVENTION DE STAGE SALARIÉ AVERTISSEMENT Les personnes qui sollicitent le bénéfice d une convention de stage doivent être obligatoirement inscrites et participer réellement à un cycle de formation ou

Plus en détail

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Syndicat de l enseignement de la région du Fer - CSQ RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Révisé, novembre 2007 Syndicat de l'enseignement de la région du Fer - CSQ 9 rue Napoléon Sept-Îles (Qc.) G4R

Plus en détail

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations Objet : Information concernant l assurance «voyages officiels» des agents, experts et autres personnes voyageant à la charge des budgets de l Organisation PREAMBULE

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Dans le présent règlement, à moins que le contexte ne l'indique autrement, on entend par : a) «AQAN» Association

Plus en détail

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT

CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT PLAN DEPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DEPARTEMENT DE LA LOIRE CHARTE DE L'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL LIE AU LOGEMENT Les mesures d'accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.)

Plus en détail

Définition du compte courant

Définition du compte courant Définition du compte courant Un compte courant n est pas un compte bancaire, mais un simple compte dans le système comptable de l Office (SAP/R3), qui est inclus dans le grand livre des comptes clients.

Plus en détail

POLITIQUE DE SÉLECTION DES EMPLOYÉS D'ÉTÉ. Modification :

POLITIQUE DE SÉLECTION DES EMPLOYÉS D'ÉTÉ. Modification : POLITIQUE DE SÉLECTION DES EMPLOYÉS D'ÉTÉ Adoption : Modification : Résolution XXIV du Conseil provisoire de la CSDM du 3 juin 1998 1- OBJECTIFS La présente politique fournit les lignes directrices pour

Plus en détail

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES

POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES POLITIQUE DU COMITÉ PARITAIRE DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN (SCFP 1365) DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA BAIE-JAMES Modifiée le 7 mai 2014 1 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE -

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 Mise en place du comité Lors de la dernière négociation des conventions collectives SQEES-FTQ et SCFPFTQ,

Plus en détail

Politique sur les services temporaires d'enseignement à domicile ou en milieu hospitalier

Politique sur les services temporaires d'enseignement à domicile ou en milieu hospitalier Code : 2521-02-12-02 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique sur les services temporaires d'enseignement à domicile ou en milieu hospitalier d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur

Plus en détail

protocole de soins volet médical 1

protocole de soins volet médical 1 protocole de soins volet médical 1 articles 71-4 et 71-4 -1 du Règlement Intérieur des caisses primaires identification de la de naissance de la identification de l assuré(e) (à remplir si la n est pas

Plus en détail

quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole de soins

quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole de soins n 50774#02 quelques conseils à l'usage du médecin traitant remplir le protocole de soins articles 71-4 et 71-4-1 du Règlement Intérieur des Caisses Primaires Cet imprimé est à remplir si votre patient

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Convention type «lieu de vie et d accueil» Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Entre, d'une part, le Conseil général des Vosges,

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ CONVENTION DE STAGE SALARIÉ AVERTISSEMENT Les personnes qui sollicitent le bénéfice d une convention de stage doivent être obligatoirement inscrites et participer réellement à un cycle de formation ou

Plus en détail

Le Comité d identification, de placement et de révision (CIPR)

Le Comité d identification, de placement et de révision (CIPR) Le Comité d identification, de placement et de révision (CIPR) IMPORTANT : LIRE AUSSI LE MODULE : PRÉPARATION AU CIPR Objectifs Connaître le processus complet pour identifier les élèves en difficulté d

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES C11 Hébergement par un accueillant familial à titre onéreux : Financement de l accueil Nature de la prestation : Références : Prestations légales pour le financement du coût de l'accueil familial : Décret

Plus en détail

VILLE D'ORANGE RESTAURATION SCOLAIRE

VILLE D'ORANGE RESTAURATION SCOLAIRE VILLE D'ORANGE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR DES RESTAURANTS SCOLAIRES DES ECOLES PUBLIQUES DE LA VILLE D'ORANGE L'accueil des enfants en restauration scolaire impose l'adhésion au présent

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adopté au conseil d administration du 10 juin 2004 Modifications

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION Nous présentons ici un tableau synthèse des objectifs poursuivis et des recommandations faites.

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

FICHE INDIVIDUELLE D'INSCRIPTION AUX COURS DE SURF

FICHE INDIVIDUELLE D'INSCRIPTION AUX COURS DE SURF Document à compléter et renvoyer signé accompagné de votre chèque d acompte à l adresse suivante : Santocha surf club ECOLE 43 rue des Pyrénées 40130 Capbreton FICHE INDIVIDUELLE D'INSCRIPTION AUX COURS

Plus en détail

Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires

Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires du 5 décembre 1983 INIS-mf 9664 Le Conseil fédéral suisse, vu l'article 11, 3 e alinéa, de l'arrêté fédéral du 6 octobre

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE SECTION LOCALE 1574

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE SECTION LOCALE 1574 POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE SECTION LOCALE 1574 SPRT 5 juillet 2000 TABLE DES MATIÈRES TITRE 1 ÉNONCÉ 1 DÉFINITIONS 1 PRINCIPES 1 OBJECTIFS 1 BUDGET 2 ACTIVITÉS

Plus en détail

Procédure # 1 (1999)

Procédure # 1 (1999) Procédure # 1 (1999) Gestion du dossier «Demandes de dérogation» 1.0 OBJET DE LA PROCÉDURE Demande de dérogation en vertu des articles 96 et 241 de la Loi sur l instruction publique. 1.1 Admissibilité

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. chapitre D-8.3, r. 7 Règlement sur les mutuelles de formation Loi favorisant le développement et la reconnaissance des

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: Règlement NATURE DU DOCUMENT: Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive C.A. x C.E. C.G. Direction générale Résolution 08-397-4.00 Direction Nouveau document Amende le

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Service des ressources pédagogiques POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire

Plus en détail

Carte nationale d'identité

Carte nationale d'identité Carte nationale d'identité Principe Le changement d'adresse sur la carte nationale d'identité est facultatif. Il ne peut être fait que sur demande de l'intéressé de délivrance d'une nouvelle carte nationale

Plus en détail

M A N D A T D E C O M M E R C I A L I S A T I O N MANDAT N...

M A N D A T D E C O M M E R C I A L I S A T I O N MANDAT N... M A N D A T D E C O M M E R C I A L I S A T I O N MANDAT N... Mandat de commercialisation non exclusif Entre : La société MENDI ARTEAN, Société Civile de Construction Vente immatriculée au Registre du

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

1. OBJET ET DEFINITIONS

1. OBJET ET DEFINITIONS 1. OBJET ET DEFINITIONS : Les présentes régissent les droits et obligations des parties à tout contrat de sauvegarde externalisée entre la Société et le Client. Le terme "SOCIETE" désigne la Société SERIANS.

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES FFVoile Ligue Ile de France Formation Arbitres Régionaux Formalités avant course Autorisation Parentale AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES Le mineur est la personne de moins de dix-huit ans révolus

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

La mise à disposition

La mise à disposition Fiches statut Positions administratives - Activité La mise à disposition 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 10 DG

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 10 DG COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 10 DG Rés. : CC-0109 Date : Le 15 mars 1999 Page : 1 de 8 POLITIQUE TOUCHANT LA CONSULTATION, LES RELATIONS ET LES COMMUNICATIONS

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé CSSS/12/241 DÉLIBÉRATION N 12/065 DU 17 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU COLLÈGE INTERMUTUALISTE

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE ÉTUDIANT

CONVENTION DE STAGE ÉTUDIANT CONVENTION DE STAGE ÉTUDIANT Entre les soussignés l'entreprise... (dénomination sociale),... (siège social/adresse) représentée par... (prénom)... (nom) en qualité de... (qualité/fonction/profession) d'une

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN

RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN ACCORD AVEC L'APPLICATION DE LA CONVENTION COLLECTIVE Document adopté par le Comité

Plus en détail

Fixation d'un prix de loyer et présentation devant la Régie du logement

Fixation d'un prix de loyer et présentation devant la Régie du logement Fixation d'un prix de loyer et présentation devant la Régie du logement Me Robert Soucy, avocat FIXATION DU LOYER A) Reconduction du bail et modifications du bail : 1. Droit au maintien dans les lieux

Plus en détail

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES Cité Scientifique, Technologique et Professionnelle Guide administraf et financier Lycée Paul Vincensini et Lycée Fred Scamaroni Quelques rappels utiles... Un voyage scolaire

Plus en détail

Information DES CURATEURS (Curatelle Renforcée)

Information DES CURATEURS (Curatelle Renforcée) Commentaire [1]: 308entetead.wp d Entête de lettre avec destinataire (intégrant charte graphique) Tribunal d instance de RAMBOUILLET Service de la Protection des majeurs Information DES CURATEURS (Curatelle

Plus en détail

Si le médecin conseil valide vos propositions, il donne son accord en signant le protocole.

Si le médecin conseil valide vos propositions, il donne son accord en signant le protocole. n 50774#01 quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole inter-régimes d'examen spécial articles L 324-1 L 322-3 D 322-1 du code de la sécurité sociale articles 71-4 et 71-4-1

Plus en détail

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes 1 L école face aux conflits parentaux 2 La coéducation : une complémentarité entre l école et les familles En entrant à l école, l enfant devient un élève ; son père et sa mère deviennent des parents d

Plus en détail

Liste de justificatifs à fournir par les demandeurs de visa en Arménie

Liste de justificatifs à fournir par les demandeurs de visa en Arménie ANNEXE II Liste de justificatifs à fournir par les demandeurs de visa en Arménie I. EXIGENCES GÉNÉRALES POUR TOUS LES DEMANDEURS DE VISA : 1. Réservation de billet d avion. 2. Justificatif d'hébergement

Plus en détail

Aides aux personnes âgées

Aides aux personnes âgées SOLIDARITÉS CÔTES D ARMOR S Action Sociale Aides aux personnes âgées Le guide pour mieux s'y retrouver Votre Conseil général les solidarités, assurer l équilibre 1 2 Édito L'aide sociale aux personnes

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET GUIDE D OPÉRATIONS UN DON AU FONDS SPORTS-QUÉBEC POURQUOI? SPORTSQUÉBEC LÉGALEMENT APTE À ÉMETTRE DES REÇUS FISCAUX À titre d association canadienne de sport amateur

Plus en détail

CONVENTION DE PARRAINAGE

CONVENTION DE PARRAINAGE Annexe N 1 au dossier de candidature CONVENTION DE PARRAINAGE Entre les soussignés : La Fondation Igor Stravinsky, dont le siège est situé au 1 bis, rue du Tir 1204 Genève (SUISSE), CH-660-7616008-0, représentée

Plus en détail

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC SOCIAL Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC SOCIAL Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC SOCIAL Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Le contrat de bail / Page 2 Le loyer / Page 3 Le supplément de loyer de solidarité / Page 3 1 ANALYSE

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL (RH-P-02) ADOPTION : CC 9610-1200 MISE EN VIGUEUR : 1 er octobre 1996 AMENDEMENT : Septembre 2000 1. ÉNONCÉ Le présent programme s'inscrit dans les orientations

Plus en détail

Politique des voyages octobre 2015

Politique des voyages octobre 2015 Politique des voyages octobre 2015 Introduction Les voyages sont de riches expériences pour les élèves. Ils permettent des rapports significatifs avec le personnel de l école, des réalités autres que celles

Plus en détail

Perception des créances

Perception des créances Code : 1517-04-14-01 POLITIQUE DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE x Perception des créances Date d approbation : 15 avril 2014 Service dispensateur : Ressources financières Date d entrée en vigueur : 16 avril

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE L INFORMATIQUE

PLAN DIRECTEUR DE L INFORMATIQUE Commission scolaire de Rouyn-Noranda PLAN DIRECTEUR DE L INFORMATIQUE Adopté par la résolution CC-0783 (17 mai 2004) 2004-03-30 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION... 3 2 ORIENTATIONS GÉNÉRALES... 3 3 PRINCIPES

Plus en détail

ÉDUCATION. Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique :

ÉDUCATION. Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique : Approuvées le 3 mars 2007 Révisées le 22 mai 2015 Prochaine révision en 2017-2018 Page 1 de 8 TYPE D Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique : 1. Les interventions

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

Assurance invalidité Protection Accidents. Guide du service police. Avril 2007 Assurance invalidité Protection Accidents 1

Assurance invalidité Protection Accidents. Guide du service police. Avril 2007 Assurance invalidité Protection Accidents 1 Assurance invalidité Protection Accidents Guide du service police Avril 2007 Assurance invalidité Protection Accidents 1 Guide du Service Directives Générales Changement d adresse Changement de bénéficiaire

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE SANTÉ Professeurs Dentistes cliniciens enseignants Médecins cliniciens enseignants Responsables de formation pratique Chargés d enseignement en médecine Q1.

Plus en détail

PROCESSUS RESSOURCES HUMAINES

PROCESSUS RESSOURCES HUMAINES PROCESSUS RESSOURCES HUMAINES 27.04.2015 PROCÉDURE Conditions d Expatriation des Experts long terme 1. CHAMP D APPLICATION Cette Procédure concerne les Conditions d Expatriation des Experts engagés par

Plus en détail

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f Annexe 3 CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f La présente charte donne les principes généraux relatifs à l organisation des voyages et sorties scolaires. I PROGRAMMATION DES VOYAGES & SORTIES Cette programmation

Plus en détail

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001).

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). La Commission, Considérant la 14e recommandation de la Commission portant sur le libellé de la question

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES C13 L aide sociale à l hébergement en établissement (foyer d hébergement, foyer de vie et foyer d accueil médicalisé, établissement pour personnes âgées) et accueil en structure occupationnelle Références

Plus en détail

Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $),

Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $), Cour supérieure (garde d enfants, droits d accès, pension alimentaire, division des biens (en divorce ou conjoints de fait pour plus de 70 000 $), divorce) (42 palais de justice au Québec) Cour du Québec

Plus en détail

Contrat d'accueil. portant définition des conditions d'accueil d'un enfant mineur au Lieu de Vie «Le Passage»

Contrat d'accueil. portant définition des conditions d'accueil d'un enfant mineur au Lieu de Vie «Le Passage» Lieu de vie, lieu d'accueil «Le Passage» Contrat d'accueil portant définition des conditions d'accueil d'un enfant mineur au Lieu de Vie «Le Passage» ENTRE : [service placeur] : ET le Lieu de Vie «Le Passage»,

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps.

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. Vrai ou Faux 2. Vous avez le droit de changer les serrures sans la permission du

Plus en détail

CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES

CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES 03 Novembre 1995 - 2 - ENTRE : LA CAISSE DE PREVOYANCE SOCIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, agissant

Plus en détail

Aide spécifique rythmes éducatifs JANVIER 2016 1/9

Aide spécifique rythmes éducatifs JANVIER 2016 1/9 Aide spécifique rythmes éducatifs JANVIER 2016 1/9 2/9 Article 1 : Les objectifs poursuivis par 1'«aide spécifique rythmes éducatifs». Dans le cadre de leur politique en direction des temps libres des

Plus en détail

Règlement organique d un fonds provincial d études

Règlement organique d un fonds provincial d études Interventions sociales Règlement organique d un fonds provincial d études BENEFICIAIRES Article 1 er Le fonds est destiné à octroyer les prêts à des jeunes gens bénéficiant ou non d une bourse d études

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

Contrat de location de vacances

Contrat de location de vacances Modèle Indicatif - kokowai.com Contrat de location de vacances ENTRE LES SOUSSIGNES : (nom prénom du propriétaire de la location), demeurant à :, Né le / /, Téléphone fixe : Téléphone portable : Email

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE ÉTUDIANT

CONVENTION DE STAGE ÉTUDIANT CONVENTION DE STAGE ÉTUDIANT AVERTISSEMENT Les personnes qui sollicitent le bénéfice d une convention de stage doivent être obligatoirement inscrites et participer réellement à un cycle de formation ou

Plus en détail

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs Fiche 8. DROITS DES ENFANTS Droits des enfants Les principes énoncés dans le cadre international des droits de l'homme s'appliquent à la fois aux enfants et aux adultes. Les enfants sont explicitement

Plus en détail

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si :

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si : DOMAINE : ADMINISTRATION En vigueur le : 25 janvier 2005 (SP-05-15) POLITIQUE : Révisée le : 22 juin 2015 (CF-DA) L usage du masculin a pour but d alléger le texte. 1. ÉNONCÉ COLLECTE DE FONDS Le Conseil

Plus en détail

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 1 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO

Plus en détail

Lignes directrices concernant les demandes de remboursement des dépenses pour les ministres, les chefs d'un parti d'opposition et leur personnel

Lignes directrices concernant les demandes de remboursement des dépenses pour les ministres, les chefs d'un parti d'opposition et leur personnel Lignes directrices concernant les demandes de remboursement des dépenses pour les ministres, les chefs d'un parti d'opposition et leur personnel Le Bureau du commissaire à l'intégrité examine les frais

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail