4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE"

Transcription

1 D/ Baobab: Cours de gesion des projes page "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de la coopéraion avec les projes e a démonré sa valeur dans la praique. L'abréviaion veu dire: uccès checs oenialiés bsacles L'auoévaluaion es quelque chose qui nous semble aller ellemen de soi que nous en sommes praiquemen inconsciens. Nous repensons consammen aux expériences du passé, nous les évaluons, e nous ajusons nore comporemen fuur en foncion d'elles. L'évaluaion veu dire apprendre des leçons basées sur les expériences du passé pour servir de guide aux acions fuures. Nous recueillons les renseignemens disponibles, e pour ce faire, nous nous fions aux indicaeurs ( F le suivi). Nous examinons l'informaion par rappor à des crières plus ou moins plausibles ( F l'évaluaion). Beaucoup de enaives d'évaluaion se basen sur les observaions d'aures personnes e en conséquence son lourdes e dépenden de connaissances experes. lles ne parviennen pas à exprimer les valeurs e les opinions des personnes concernées. Une évaluaion basée sur l'associaion es ambiieuse. Ce que nous faisons ensemble, nous aimerions l'évaluer ensemble. our ce faire, il nous fau des insrumens qui facilien le ravail paricipaoire. n d'aures ermes, nous avons besoin d'ouils qui permeen à une équipe de décrire e d'apprendre à acceper les expériences, les esimaions e les espoirs disincs e de discuer les conclusions qu'on puisse en irer. n peu dire que es une méhode pour faire corréspondre les expériences e les espoirs. La procédure es simple e a l'avanage d'êre compréhensible, même dans un conexe inerculurel. 4.2 Uilié du? Auo-évaluaion n praique se monre une méhode flexible, capable d'êre adapée. La procédure perme l'enregisremen de percepions différenes, e dirige l'aenion de ou le monde vers l'acion commune. facilie: la descripion de différenes expériences par les différenes personnes concernées l'évaluaion paricipaoire des expériences e des percepions le respec des expériences, des opinions e des esimaions des groupes marginaux

2 D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 47 la découvere d'un language commun e de soluions aux problèmes l'approche à l'auoévaluaion e l'élaboraion d'un sysème d'évaluaion inégrée, ce qui renforce une mise à l'essai indépendane par les personnes concernées le lien enre l'évaluaion (la révision) e l'ajusemen des objecifs e de la planificaion. n bref, fai des personnes concernées des parenaires e promeu une conduie responsable. Que pourrai-on espérer de plus? romoion de l'auonomie Le déba sur les procédures d'évaluaion ourne en général auour de la quesion des indicaeurs (poins de référence) e le raiemen de l'informaion. Dans le cas de l'auoévaluaion, ces quesions ne son pas imporanes. Néanmoins, ce qui es capial es qu'une équipe de proje ou un maîre d'oeuvre puisse irer de la moivaion de l'auoévaluaion. Celle-ci doi devenir un processus d'apprenissage planifié qui promeu l'auonomie e qui conribue donc à la perennié du proje. Il es éviden que la procédure seule ne peu réaliser ou cela. lle a des limies. Cependan, elle peu facilier l'avance dans ce sens, e servir de clé pour les projespiloes. L'applicaion de es basée sur les valeurs suivanes: nous nous fondons sur les connaissances des paricipans à un proje e sur leur capacié à diriger e à évaluer leur ravail eux-mêmes nous créons la possibilié pour les aceurs de voir l'effe de leur ravail à la réalisaion des objecifs du proje. nous leur permeons d'éablir si les dépenses d'énergie e l'invesissemen maériel son efficaces e renables nous donnons aux aceurs l'opporunié de voir le conexe dans un cadre emporel e spaial plus large e de voir au-delà des objecifs c.. du proje. nous développons e renforçons la conscience de la responsabilié commune/communauaire. Les valeurs présenées ici ne son pas limiées à la seule procédure, bien enendu; elles caracérisen l'amosphère générale d'un proje où la coopéraion se base sur des relaions solides. 4.3 lanificaion La procédure peu êre uile lors de la planificaion, égalemen: elle facilie l'approche de la planificaion car elle perme aux personnes concernées d'exprimer leurs expériences, leurs décepions, leurs espoirs e leurs peurs, en vue de changemens évenuels dans le fuur. elle révèle les diverses visions des aceurs, e les rend compréhensibles à ou le monde. elle facilie la recherche d'inérês e de valeurs communs. elle fai le lien enre la révision du passé e le regard vers le fuur, afin de mere en oeuvre des acions communes.

3 D/ Baobab: Cours de gesion des projes page La Fenêre La Fenêre es basée sur nore capacié fondamenale de se rappeler du passé e d'aniciper le fuur, e elle alloue quare quesions universelles à ces deux dimensions. A. L'axe du emps Tou d'abord, la fenêre demande au paricipan d'éclairer une expérience ou une acivié passée. lle localise l'expérience sur l'axe du emps. Révision Anicipaion assé Fuur résen B. La fenêre n ajoue à la révision du passé e l'anicipaion du fuur un simple crière d'évaluaion (posiif/négaif), ce qui crée la fenêre en quare paries. Révision passé Anicipaion fuur 1 uccés ITIV oenialiés 3 checs NGATIV bsacles 2 4 elon l'évaluaion individuelle, on écrira les expériences dans l'une des quare paries de la fenêre, par exemple: uccès: checs: Les réussies (qualiaives e quaniaives), les objecifs réalisés, les poins fors, le plaisir, l'amusemen checs, faiblesses, difficulés, goulos d'éranglemen, anxiéé, dépression oenialiés: oenialiés, idées, souhais, endances, capaciés inexploiées bsacles: bsacles, résisance, condiions de cadre défavorables

4 D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 49 Il es imporan de préserver la séquence des fenêres, en commençan par les succès moivans. C. Un exemple Un groupe de familles dans une région monagneuse du Guaemala décide d'acheer des graines, de les semer e de vendre les surplus ensemble. Des groupes individuels son responsables des différenes aciviés nécessaires pour réaliser le proje. Des réunions régulières, menées par un modéraeur, se passen dans ces groupes individuels. Une forme des fenêres ser à décrire e à résumer les expériences des membres du groupe. Tous les mois, il y a une réunion des modéraeurs, où on se ser de cares e de paper-boards pour monrer les expériences des personnes concernées. La méhode, qui devien compréhensible à ous après une rès coure période de emps, monre les percepions e expériences différenes, facilie la découvere d'une soluion logique aux problèmes, e rend un consensus plus probable. 4.4 Applicaion A. Visualisaion La procédure es faciliée par les suppors visuels; les ableaux, les cares, des grandes feuilles, même simplemen un sol sablonneux e quelques symboles. Dans la plupar des cas, il es suffisan d'expliquer les règles bien connues de la visualisaion en même emps que l'inroducion à la procédure W (voir "Techniques de Visualisaion: des insrumens de ravail pour la planificaion, l'évaluaion, le suivi e la mise en oeuvre (M)" publié par la DC, en préparaion) B. Inroducion xpliquer aux usagers de commen la fenêre es consruie Au débu, s'en servir pour une seule acivié à laquelle plusieurs aceurs paricipen. Commencer oujours par regarder vers le passé (=à gauche de la fenêre), en commençan par les succès. Cela moive les gens, e aire l'aenion sur le poeniel de développemen. Laisser le groupe décider à quelle disance vers le passé e vers le fuur le processus doi aller. Chaque aceur devrai exprimer ses propres expériences e percepions 'assure que oues les expériences son noées dans, e qu'elles son prises au sérieux Demander aux paricipans de clarifier leurs conibuions en répondan à oue quesion qui pourrai se poser. nregisrer les aspecs communs d'abord (consensus), avan de discuer des opinions conradicoires (désaccord).

5 D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 50 Facilier la mise en oeuvre de en procédan selon les éapes de la planificaion: causes des problèmes, discussion des alernaives, accord sur les objecifs, planificaion des aciviés e des moyens (voir ci-dessous: xension) C. Commen éendre Il exise beaucoup de possibiliés pour l'applicaion, l'exension e la combinaison de l'élémen de base de. Ce son la siuaion individuelle e les besoins spécifique qui déerminen quels son les aspecs supplémenaires à prendre en compe. Voici rois exemples: La fenêre de convergence Accord Consensus:... sur ce poin Dissension: nous ne sommes pas d'accord! Désaccord Les élémens puissans e les élémens quanifiables Les élémens précis: qu'es-ce qui peu se mesurer? e qu'es-ce qui peu êre abordé direcemen? Les élémens puissans: ce qui n'es guère quanifiable e qui ne peu s'aborder qu'indirecemen Les causes exernes/ inernes Causes faies maison,... inernes Causes exernes, héérogènes

6 D/ Baobab: Cours de gesion des projes page ossibiliés d'exension i vous n'avez qu'un mareau, chaque problème a endance à devenir un clou! Un ouil ne peu remplacer la réflexion pour des soluions individuelles, locales. Voici quelques idées: A. équence emporelle n peu placer différenes évaluaion l'un à côé de l'aure sur l'axe du emps. Le côé fuur (c.à.d. le côé droi de la fenêre) devrai se refléer dans le suivan, au côé du passé (c.à.d. la gauche). Dans ce processus, les membres du groupe formulen leurs conribuion indépendammen, e ensuie ils les recueillen de manière coninue dans de grandes fenêres (suivi) e les examinen péridiquemen (évaluaion). 'il es souven répéé, deviendra un insrumen imporan pour la planificaion, la mise en oeuvre e l'évaluaion des expériences. Comparer bjecif Les phases d'observaion B. Comparaison des groupes d'aceurs Dans la praique, il es parfois un avanage de demander aux différens aceurs d'un proje d'élaborer leurs indépendammen. La comparaison des différens conduira à des discussions frucueuses sur les différenes expériences e les possibiliés. 's élaborés par 4 groupes d'aceurs différens, indépendammen l'un de l'aure. Régulièremen, une synhèse es élaborée: où son les poins communs? 1 Dans des siuaion caracérisées par des différences hiérarchiques majeures e une division du ravail, il faudrai peu-êre séparer les groupes d'aceurs, afin que les discussions des problèmes e les reproches muuels n'enraven pas le dialogue. Le fai

7 D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 52 de faire dans différens groupes promeu l'idée que les différenes évaluaions ne son ni correces ni incorreces, mais simplemen l'expression des expériences e des rôles différens dans oue organisaion. C. L'incorporaion des indicaeurs Afin d'observer dans quelle mesure les objecifs envisagés on éé réalisés, on peu inroduire des indicaeurs simples e plausibles (c.à.d. des poins de référence) au côé gauche de la fenêre. Ceci rend le lien enre la discussion des poeniels e d'obsacles e les expériences précédenes plus éroi. Lors de la formulaion des indicaeurs, il es imporan de rouver un équilibre enre les mesures facilemen quanifiables (p.ex. onnes de graines produies, km de roues enreenues) e les élémens puissans non-quanifiables (p.ex. bien-fondé, qualié de coopéraion, claré des objecifs communs). Même dans le cas de cee exension ambiieuse, se monre un ouil exrêmemen efficace. n peu développer le choix de quelques indicaeurs plausibles sur la base de l'applicaion praique de.

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Les ouils de gesion Beida Mohammed Ferha aleb Amar Ingénieurs d éa en informaique Opion : Sysèmes d Informaion (SI) el: +3 (0) 76 7 36 69 Fax: +3 (0) 3 58 93 Email: mohamed@moolki.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 Évaluaion des usages des TIC dans l enseignemen supérieur au Niger : cas des éudians des FaST de l'uam de Niamey e de l'uddk de Maradi Thème n 1 Ousmane MOUSSA TESSA & Abdel-Kader Kadir GALY Universié

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Commen défendre la diversié commerciale sur vore errioire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Maîriser le disposiif de l'urbanisme commercial Faire le poin sur l'acualié

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Réglage valeur moyenne

Réglage valeur moyenne P Cours : l insrumenaion élecrique A- Le généraeur de basses fréquences ou G.B.F - Présenaion uilisé : Réglage fréquence Réglage ampliude Réglage valeur moyenne Sweep : Possibilié de créer un signal de

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES minisère éducaion naionale Secréaria Général Direcion générale des ressources humaines Sous-direcion du recruemen MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Concours du second degré Rappor

Plus en détail

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou OFFCE ou NGER DADR - Ségou URDOC-2 République du Mali =*=.f=+=q=+=*=*= Un Peuple Un Bu Une Foi NSTALLATON PRECOCE DU RZ idenifcaion des praiqaes paysannes e des conraines Yacouba M. COULBALY Mamadi N.

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Carte d'acquisition Dossier ressource

Carte d'acquisition Dossier ressource Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques TP AMOS Care USB 6009 BTS SP1 Page 1 sur 9 Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques 1. Présenaion 1.1 inroducion Une care d'acquisiion es un accessoire uilisé dans

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

FONCTIONNEMENT AUTOMATE

FONCTIONNEMENT AUTOMATE FONCTIONNEMENT AUTOMATE IUT MULHOUSE Bernard Reeb foncionnemen auomae - 1/1 I. CONSTITUTION D'UN AUTOMATE Les auomaes son le plus souven de ype modulaire : une unié cenrale compléée d'un bac pou recevoir

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Performance indusrielle : audi e mise en oeuvre (Ref : 3582) Carographie des poeniels d économie, applicaion du Plan d'efficacié Energéique SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Dérouler chaque éape

Plus en détail

Le jardin des verbes. Pré-requis :

Le jardin des verbes. Pré-requis : Le jardin de verbe Pré-requi : L enfan doi compri le principe de bae de la conjugaion de verbe (lien pronom erminaion : maion de verbe), inégré l ordre convionnel de pronom (je u il nou vou - il). On peu

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Cadrage de l évaluation des politiques publiques locales

Cadrage de l évaluation des politiques publiques locales Cadrage de l évaluaion des poliiques publiques locales Frank VERMEULEN Hôel de la Collecivié Terrioriale de Corse Ajaccio, 11 Avril 2013 Ce suppor pédagogique es la propriéé exclusive de FVA Managemen.

Plus en détail

Logique séquentielle Fonction Mémoire

Logique séquentielle Fonction Mémoire ciences de l Ingénieur Page 96 1 Inroducion Logique combinaoire : Logique séquenielle Foncion Mémoire Logique séquenielle : Exemple : Télérupeur, commande TO de machine ouil, GAFCET 2 Foncion mémoire élecromécanique

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 sommaire. INTRODUCTION. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 5. LES SITES INDUSTRIELS LECTA 9 6. LA STRATÉGIE LECTA DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

CONDITONNEMENT DU SIGNAL

CONDITONNEMENT DU SIGNAL I) Présenaion "La diode" CONITONNMNT U IGNAL La diode es un composan élecronique semi conduceur qui se compore comme un inerrupeur fermé quand elle es polarisée en direc e comme un inerrupeur ouver polarisée

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire ELE-542 Sysèmes ordinés en emps réels ours # 11 onfigurer l OS e ampon circulaire Jean-Marc Beaulieu e Bruno De Kelper Sie inerne: hp://www.ele.esml.ca/academique/ele542/ Sysèmes ordinés en emps réel ours

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Formaion : Marchés de maîrise d'oeuvre : le cahier des clauses adminisraives (Ref : 3277) Maîrisez l'environnemen de ce nouveau cahier des clauses adminisraives appliqué

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL Courrier du Savoir N 18, Mars 2014, pp.09-14 MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL A. MESSAMEH, N. LOUDJANI, M. T.BOUZIANE Laboraoire

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE THÈSE Présenée à L Universié Paul Verlaine - Mez UFR Mahémaiques, Informaique, Mécanique Pour obenir le ire de DOCTEUR Spécialié : Sciences de l ingénieur Menion : AUTOMATIQUE Par Mohammed DAHANE Tire

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes Pôle formaion Associaion Françoise e Eugène Minkowski Formaions 2016 Développez vos compéences dans la prise en charge des personnes migranes Commen aborder la culure dans vos praiques professionnelles?

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES INTRODUCTION AU SÉRIES CHRONOLOGIQUES AE MÉTHODES STATISTIQUES ET APPLICATIONS O. ROUSTANT Novembre 008 Table des maières TABLE DES MATIERES... INTRODUCTION... 3 QUELQUES TECHNIQUES DESCRIPTIVES... 4.

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

r N = 2 Jacques André Quand Max Caflisch jouait avec les fleurons de Grandjon Graphê 43, juillet 2009, p. 8-14.

r N = 2 Jacques André Quand Max Caflisch jouait avec les fleurons de Grandjon Graphê 43, juillet 2009, p. 8-14. N r Quand Max Caflisch jouai avec les fleurons de Grandjon Graphê 43, juille 2009, p. 8-14. Graphê, mars 2009 hp ://www.ypo-graphe.com/ r N = 2 2 = 1 Quand Max Caflisch jouai avec les fleurons de Grandjon

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Maîriser les obligaions alimenaires e assurer leur recouvremen (Ref : 3338) Cadre juridique de l'obligaion alimenaire e sa récupéraion OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender l'obligaion

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Ecrits professionnels en travail social (Ref : MC49) Maîtriser leur portée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Ecrits professionnels en travail social (Ref : MC49) Maîtriser leur portée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Ecris professionnels en ravail social (Ref : MC49) Maîriser leur porée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Inégrer le cadre législaif relaif aux écris professionnels en ravail social

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme Formaion connaîre l acheeur public : mode d'emploi pour devenir un parenaire durable (Ref : EN1) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier les acheeurs publics, les inerlocueurs clés e leurs besoins

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Formalisme des processus aléatoires

Formalisme des processus aléatoires HAPITRE Formalisme des processus aléaoires. - Signal déerminise e signal aléaoire.. - Signal déerminise Les signaux déerminises son connus par leur représenaion emporelle e specrale. Dans le domaine emporel,

Plus en détail

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005 Diagnosics Prévisions e Analyses Économiques N 75 Juin 005 Les indicaeurs de la poliique monéaire 1 L orienaion de la poliique monéaire, c es-à-dire la quesion de savoir si l environnemen monéaire souien

Plus en détail

Formation : l aide sociale en faveur des personnes âgées accueillies en établissement (Ref : A46) Découvrez le programme

Formation : l aide sociale en faveur des personnes âgées accueillies en établissement (Ref : A46) Découvrez le programme Formaion : l aide sociale en faveur des personnes âgées accueillies en éablissemen (Ref : A46) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Connaîre les mécanismes relaifs à l obligaion alimenaire Idenifier l ensemble

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Le Principe de PASCAL

Le Principe de PASCAL Hydraulique LES LOIS D HYDROSTATIQUE N 1/8 LA FORCE. On appelle FORCE oue acion qui end à modifier l éa d un corps. Elle s exprime en NEWTON (symbole N). La force es définie par son sens, son inensié,

Plus en détail