LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement."

Transcription

1 LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Textes applicables : septembre 2003! Loi n du 31 décembre 1989 dite loi Neiertz entrée en vigueur le 1 er mars 1990! Loi n du 8 février 1995! Loi n du 29 juillet 1998! Loi n du 1 er août 2003 I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement page 1 Pour que la procédure de surendettement s applique, il faut une situation caractérisée par «l'impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne foi de faire face à l'ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir ainsi qu'à l'engagement qu'il a donné de cautionner ou d'acquitter solidairement la dette d'un entrepreneur individuel ou d'une société dès lors qu'il n'a pas été, en droit ou en fait, dirigeant de celle-ci.». Il y a donc quatre conditions :! être une personne physique,! être Français ou étranger résidant en France,! être de bonne foi,! être dans l impossibilité de faire face à l ensemble de ses dettes non professionnelles contractées auprès de créanciers établis en France et aux engagements pris de cautionner solidairement les créances d un entrepreneur individuel ou d une société dont il n était pas dirigeant. II. Procédure 1. Composition de la Commission de surendettement 1! Un représentant de l Etat dans le département qui en est le président.! Le trésorier-payeur général à la fonction de vice président.! Le directeur des services fiscaux. Ces trois personnes peuvent se faire représenter par un seul et même délégué.! Le représentant local de la Banque de France (qui assure le secrétariat).! Deux personnalités choisies par le représentant de l Etat :! la première sur proposition de l Association française des établissements de crédit et des entreprises d investissement,! la seconde sur proposition des associations familiales ou de consommateurs.! Une personne justifiant d une expérience dans le domaine de l économie sociale et familiale.! Une personne justifiant d un diplôme et d une expérience juridique. Ces deux personnes assistent aux réunions où elles ont voix consultative et sont associées aux travaux de la commission 1 Une par département

2 octobre Saisine de la Commission Elle ne peut être saisie que par le débiteur. Celui-ci doit lui indiquer toutes les dettes qu il a contractées. Remarque : Il est important de toutes les prendre en compte car celles qui ne sont pas prévues par le plan restent exigibles par les créanciers. A compter de la saisine de la commission, le débiteur est inscrit au Fichier des Incidents de Paiement Caractérisés (FICP). Dès qu elle est saisie, la Commission examine la recevabilité de la demande, c est-à-dire qu elle vérifie que les conditions d application de la procédure sont réunies. Elle peut demander au juge de l exécution du TGI (Tribunal de Grande Instance) de vérifier les créances. Trois hypothèses : page 2! Demande irrecevable : le débiteur peut contester cette décision devant le juge de l exécution du TGI.! Demande recevable : les créanciers peuvent contester l ouverture de la procédure devant le juge de l exécution du TGI.! Le débiteur se trouve dans une situation irrémédiablement compromise, la commission convoque alors le débiteur et avec son accord saisit le juge de l exécution pour mettre en place une procédure de rétablissement personnel. 3. Instruction de la demande devant la commission de surendettement Lorsque la demande est recevable, on réunit le débiteur et les créanciers indiqués par celui-ci pour élaborer un plan conventionnel de redressement. Deux hypothèses :! Si un accord est trouvé entre le débiteur et les créanciers, on établit le plan conventionnel de redressement.! S il n y a pas d accord entre les parties, le débiteur doit demander à la Commission de faire des recommandations. La Commission proposera alors des mesures de redressement. Elle peut saisir le juge de l exécution pour qu il suspende les mesures d exécution que subit le débiteur de la part des créanciers (sauf pour les créances alimentaires) Plan conventionnel de redressement Ce plan peut prévoir des mesures : de report ou de rééchelonnement du paiement des dettes, de remises de dettes, de réduction ou suppression du taux d intérêts, de consolidation, de création ou de substitution de garanties. Lorsque le plan est approuvé par le débiteur et les créanciers, il est considéré comme un contrat. Si le débiteur n exécute pas l une de ses obligations, le plan est caduc. Les créanciers pourront alors réclamer au débiteur toutes les sommes dues et non payées depuis le dépôt du dossier et ils pourront le poursuivre à nouveau.

3 octobre Les recommandations de la Commission Ces recommandations peuvent être mises en œuvre pour une durée de dix ans (loi de 1998). Elles peuvent correspondre aux mesures développées dans le plan conventionnel rejeté. La Commission peut aussi faire des recommandations différentes, qui dans ce cas risquent d être plus favorables au débiteur, puisqu elles ne seront pas forcément issues de négociations amiables avec les créanciers. Recommandations autorisées par la loi : page 3 reporter ou rééchelonner les dettes (autres que fiscales, parafiscales ou vers les organismes de sécurité sociale) sans que le délai de report excède soit 8 ans, soit la moitié de la durée de remboursement restant à courir, imputer les paiements d abord sur le capital, prescrire un taux d intérêts réduit qui ne peut être supérieur au taux d intérêts légal en cours, et ce quelle que soit la durée du plan, en cas de vente forcée du logement familial, elle peut réduire les remboursements après la vente du bien, en cas de vente amiable, elle peut faire des recommandations pour éviter la vente du bien à bas prix Les situations désespérées Ce cas est prévu par la loi du 29 juillet Il concerne les personnes insolvables mais dont la situation n est pas irrémédiablement compromise. La Commission peut demander au juge la suspension de l exigibilité des créances, autres qu alimentaires ou fiscales, pour une durée ne pouvant excéder deux années. Ce moratoire entraîne la suspension des intérêts dus au titre des créances suspendues. Seules les sommes dues au titre du capital sont productives d intérêt au taux légal. Les dettes fiscales suivent le même régime. A l issue de la période maximale de trois ans, la Commission doit réexaminer la situation du débiteur : Si le débiteur est toujours insolvable, la Commission peut recommander, par proposition spéciale et motivée, l effacement total ou partiel des créances autres qu alimentaires ou fiscales. Si la situation du débiteur le permet, la Commission fait des recommandations dont la durée d exécution ne peut excéder 10 ans. - Si le débiteur voit sa situation irrémédiablement compromise, il peut à tout moment saisir la commission pour se voir appliquer la procédure de rétablissement personnel. 4. La procédure de rétablissement personnel Cette procédure s applique lorsque la situation du débiteur est irrémédiablement compromise, caractérisée par l impossibilité manifeste de mettre en œuvre des mesures de traitement précédemment examinées. C est le juge de l exécution qui est en charge de cette procédure. Il est saisi : par la commission avec l accord du débiteur et après examen de son dossier,

4 septembre 2003 à l occasion d un recours exercé dans le but de contester la décision de la commission ; il peut alors avec l assentiment du débiteur se diriger vers l ouverture d une procédure de rétablissement, par le débiteur si la commission n a pas statué dans les délais. Dans le mois de sa saisine, le juge convoque le débiteur et les créanciers connus et éventuellement un travailleur social à une audience d ouverture de la procédure de rétablissement personnel. Le jugement d ouverture de la procédure entraîne la suspension des procédures d exécution portant sur des créances autres qu alimentaires. Aux fins de suivi de la procédure et d estimation des actifs, Le juge peut nommer un mandataire qui procède aux mesures de publicité et recense les créanciers. Il est de plus chargé de dresser un bilan de la situation du débiteur. Lorsque le juge a prononcé la liquidation judiciaire du patrimoine personnel du débiteur, il désigne un liquidateur qui sera chargé de procéder aux opérations de liquidation dont seront exclus les biens meublants nécessaires à la vie courante et les biens non professionnels nécessaires à l exercice de son activité. Le liquidateur dispose d un délai de 12 mois pour procéder aux opérations avant de réaliser la répartition des actifs. Deux conclusions sont envisageables : Le juge prononce la clôture de la procédure lorsque l actif est suffisant. Le juge prononce la clôture pour insuffisance d actif lorsque les créanciers n ont pu êtres désintéressés. Le terme de cette procédure entraîne l effacement de toutes les dettes autres que celles payées aux lieux et places du débiteur par une caution ou coobligé. Les débiteurs visés par cette procédure n entrent pas dans le cadre de la faillite personnelle. III. Rôle du juge de l exécution Outre pour la vérification des créances, le juge intervient dans trois cas : Tout au long de la procédure de rétablissement personnel au cours de laquelle il sera amené à produire plusieurs jugements. - Pour conférer force exécutoire aux recommandations ou au moratoire de la Commission. En cas de contestation d un ou plusieurs créanciers des recommandations proposées par la Commission. En cas d absence de contestation, le juge vérifie la conformité des recommandations à la loi. Si elles sont conformes, il rend une ordonnance leur donnant force exécutoire. Si elles ne sont pas conformes, il invite alors la Commission à formuler de nouvelles recommandations. En cas de contestation, le juge doit revoir la procédure. Pour cela, il doit s assurer que les conditions d application de la procédure de surendettement sont réunies. S il s estime insuffisamment informé, il peut prescrire des mesures utiles d instruction. page 4 Après avoir fait cette vérification, le juge peut :

5 ordonner l exécution provisoire de certaines mesures recommandées, ordonner des mesures de redressement, effacer tout ou partie de la dette dans le cadre d un moratoire, saisir la Commission pour une mission de conciliation des parties, substituer son plan de redressement à celui de la Commission. septembre 2003 BILAN DE LA PROCEDURE DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Avantages de cette procédure : Véritables possibilités de conciliation entre le débiteur et les créanciers via la Commission. Les mesures autorisées par la loi peuvent véritablement permettre un redressement. Possibilité d étaler l exécution des mesures sur dix ans. Avec la procédure de redressement personnel, le débiteur se voit offrir une seconde chance. Inconvénients de cette procédure : Les créances non déclarées pendant l élaboration du plan restent exigibles, ce qui peut entraîner l échec de ce plan. Cette procédure exclut aujourd hui les plus fragiles en termes financiers, les opérations de prêts. En effet, les créanciers, les banques notamment, ne souhaitent pas prendre le risque de voir leurs créances disparaître. La procédure de redressement personnel va à l encontre des objectifs de la loi de 1995 qui était entre autre destinée à alléger la charge des juridictions. Ce dispositif risque d entraîner la déresponsabilisation des emprunteurs et notamment par l atténuation du caractère infamant d une faillite. page 5

6 TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Inscription au FICP Le débiteur saisit la commission de surendettement Le débiteur peut saisir le juge de l'exécution Rejet Si la commission n'a pas statué dans les 9 mois 6 mois pour procéder à l'examen et à l'instruction du dossier Décision Situation irrédiablement compromise Le débiteur peut faire un recours devant le juge de l'exécution Si les ressources ou l'actif le permettent, les mesures de traitements seront prises par la Commission La commission convoque le débiteur et avec son accord saisit le juge de l'exécution Accord Conciliation des Parties saisine du juge de l'exécution Elaboration d'un plan de redressement conventionnel en accord avec les principaux créanciers (durée max. 10 ans) Echec A la demande du débiteur, la commission émet des recommandations (celles-ci ne peuvent exeder 10 ans) Audience d'ouverture de la procédure de rétablissement personnel Jugement Pas de contestation, le juge de l'exécution leur confère force exécutoire Contestation le juge de l'exécution est amené à statuer L'ouverture de la procédure. Entraîne la suspension des procédures d'exécution Exécution des recommandations Désignation d'un mandataire Aucun incident Si le débiteur n'exécute pas les Mesures de publicité La situation du débiteur devient irrémédiablement compromise recommandations ou le plan, celui-ci est caduc, les poursuites Bilan de la situation et sociale du débiteur peuvent reprendre Le juge désgine un liquidateur qui peut être le mandataire Le débiteur peut saisir la commission pour bénéficier de la procédure de rétablissement personnel, le plan ou les recommandations deviennent caducs Vente des biens (délai d'un an) Répartition du produit des actifs Le liquidateur rend compte de sa mission au juge Créanciers désinteressés Actif insufissant Clôture de la procédure Clôture pour insuffisance d'actif Effacement des dettes Eventuellement mesures de suivi du débiteur CGPME - SERVICE ECONOMIQUE Août 2003

LE SURENDETTEMENT. avec

LE SURENDETTEMENT. avec LE SURENDETTEMENT avec LES LOIS 1 ER texte spécifique au srdt dualité de la procédure : plan amiable//rjc 1989 LOI NEIERTZ «loi 89-1010 du 31/12/1989 : loi relative à la prévention et au règlement des

Plus en détail

Le surendettement. Les Mini-Guides Bancaires. Nouvelle édition Août 2011

Le surendettement. Les Mini-Guides Bancaires. Nouvelle édition Août 2011 022 Le surendettement Les Mini-Guides Bancaires Nouvelle édition Août 2011 4 6 8 12 14 16 18 22 26 28 Sommaire Le surendettement Quelles sont les conditions à remplir pour bénéficier de la procédure? Comment

Plus en détail

www.financeimmo.com Le reste à vivre tient compte de la situation familiale, il est égal au minimum au montant du RMI, plus 50% pour un ménage.

www.financeimmo.com Le reste à vivre tient compte de la situation familiale, il est égal au minimum au montant du RMI, plus 50% pour un ménage. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 1 Thèmes Avant la loi Après la loi Plafonnement des frais d incidents et

Plus en détail

Le surendettement. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle édition Août 2011

Le surendettement. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle édition Août 2011 Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Observatoire semestriel du surendettement des particuliers dans les DOM (1er semestre 2013)

Observatoire semestriel du surendettement des particuliers dans les DOM (1er semestre 2013) maintenant Observatoire semestriel du surendettement des particuliers dans les DOM (1er semestre 2013) NB : les expressions soulignées ci-dessous sont définies dans le glossaire en page 5. Le nombre de

Plus en détail

CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE

CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE La survie de l entreprise n a pas toujours été au cœur du débat lorsqu elle connaissait des difficultés. Longtemps faire faillite été considéré comme une faute

Plus en détail

LA RÉFORME DES PROCÉDURES DE TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

LA RÉFORME DES PROCÉDURES DE TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT INC document ÉTUDE JURIDIQUE LA RÉFORME DE PROCÉDURE DE TRAITEMENT DU URENDETTEMENT La loi n o 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation a modifié en profondeur la législation

Plus en détail

Les procédures collectives : comprendre le cadre judiciaire de la restructuration

Les procédures collectives : comprendre le cadre judiciaire de la restructuration Les procédures collectives : comprendre le cadre judiciaire de la restructuration Mylène Boché-Robinet - 2015 Procédures collectives : quels principes? Sauvegarde, SFA, SA Redressement judiciaire Liquidation

Plus en détail

Réforme du surendettement

Réforme du surendettement Réforme du surendettement Présentation de la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Jean-Michel Etcheverry président du tribunal de grande instance de Roanne (31

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES Introduction - Objectifs poursuivis par la loi du 26 juillet 2005 entrée en vigueur le 1 er janvier 2006 : Renforcement de la prévention (mandat ad hoc, conciliation), Anticipation

Plus en détail

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation Plan I- Cadre juridique II- Définition de Période d observation III- Durée du période d observation IV- Le paiement des créances pendant la période d'observation I- Cadre juridique Loi n 95-34 du 7 avril

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE

RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE Rapport établi conformément à l article L.331-12 du Code de la consommation 1 La commission de surendettement de la Gironde est

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

N 59 juillet - août 2014

N 59 juillet - août 2014 Rectificatif n 1 au Bulletin officiel de l administration centrale du ministère des Finances et des Comptes publics et du ministère de l Économie, de l industrie et du Numérique SOMMAIRE N 59 juillet -

Plus en détail

P R O J E T D E LOI sur le surendettement

P R O J E T D E LOI sur le surendettement No 6021 P R O J E T D E LOI sur le surendettement ARRETE GRAND-DUCAL DE DEPOT Nous HENRI, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Sur le rapport de Notre Ministre de la Famille et de l Intégration et après

Plus en détail

Conférence de presse sur la réforme du surendettement des ménages proposée par le gouvernement,

Conférence de presse sur la réforme du surendettement des ménages proposée par le gouvernement, Conférence de presse sur la réforme du surendettement des ménages proposée par le gouvernement, Présentation par Jean-Louis BORLOO de la «procédure de rétablissement personnel», s inspirant de la faillite

Plus en détail

Procédures. Le surendettement

Procédures. Le surendettement Vos droits Institutions Acteurs Procédures Le surendettement F i c h e p r a t i q u e Le surendettement Lorsqu une personne ne peut plus faire face à ses dettes, elle peut engager une procédure de surendettement.

Plus en détail

Qu est-ce que la commission de surendettement?

Qu est-ce que la commission de surendettement? Qu est-ce que la commission de surendettement? 24 FEVRIER 2015 Qu est-ce que le surendettement? o Une personne est en situation de surendettement si elle ne parvient plus : - à rembourser ses mensualités

Plus en détail

Définition du surendettement

Définition du surendettement Points abordés Définition du surendettement Selon l article L 330-1 du code civil «La situation dans laquelle le débiteur de bonne foi, personne physique, est dans l impossibilité manifeste de faire face

Plus en détail

RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE. Mardi 9 février 2016. Banque de France DOSSIER DE PRESSE

RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE. Mardi 9 février 2016. Banque de France DOSSIER DE PRESSE RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE Mardi 9 février 2016 Banque de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Service communication de la préfecture : 04-76-60-48-07 communication@isere.pref.gouv.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction des PARticuliers LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS PRESENTATION DU DISPOSITIF ASPECTS JURIDIQUES / ASPECTS PRATIQUES UDAF 54 8 juin 2013

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 748 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 août 2012 PROPOSITION DE LOI relative à un meilleur encadrement du crédit à la consommation et au traitement du

Plus en détail

RAPPORT. Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT et Antoine DIESBECQ. sur MISSION WARSMANN

RAPPORT. Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT et Antoine DIESBECQ. sur MISSION WARSMANN RAPPORT Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT et Antoine DIESBECQ Avocats au barreau de Paris, Membres du Conseil de l'ordre sur MISSION WARSMANN Séance du Conseil de l'ordre des Avocats de Paris du mardi DIFFICULTÉS

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

Fiche réflexe à l'attention des chefs d'entreprise: Quelles démarches entreprendre dès l'apparition de difficultés financières?

Fiche réflexe à l'attention des chefs d'entreprise: Quelles démarches entreprendre dès l'apparition de difficultés financières? Fiche réflexe à l'attention des chefs d'entreprise: Quelles démarches entreprendre dès l'apparition de difficultés financières? Pour vous aider à analyser la nature des difficultés que vous rencontrez

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE SERVICES (Article 30 du code des marchés publics ) DEPARTEMENT DE LA SOMME Pôle Famille et Insertions Mission insertion sociale Et lutte contre la précarité 1, Boulevard du Port Aile Beffroi

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

ORDONNANCE N 2014-326 DU 12 MARS 2014 PORTANT RÉFORME DE LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ET DES PROCÉDURES COLLECTIVES.

ORDONNANCE N 2014-326 DU 12 MARS 2014 PORTANT RÉFORME DE LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ET DES PROCÉDURES COLLECTIVES. ORDONNANCE N 2014-326 DU 12 MARS 2014 PORTANT RÉFORME DE LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ET DES PROCÉDURES COLLECTIVES présentation PRESENTATION GENERALE Ordonnance n 2014-326 en date du

Plus en détail

La loi de séparation et de régulation des activités bancaires

La loi de séparation et de régulation des activités bancaires Direction générale des activités fiduciaires et de place (DGAFP) Direction des Particuliers (DPAR) Service Infobanque Surendettement (SIS) La loi de séparation et de régulation des activités bancaires

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S

L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S Imprimé www.lesclesdelabanque.com PEFC par une imprimerie détentrice avec des encres végétales sur du papier marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées.

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les articles L 311-1 et suivants protègent le consommateur pour tout crédit, location vente

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur

Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur Adopté par le Conseil d Administration de l ARPP en date du 9 octobre 2008, modifié le 11 décembre 2009 et le 26 septembre 2011. SOMMAIRE A. OBJET

Plus en détail

N 230 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1995-1996. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 février 1996. PROPOSITION DE LOI

N 230 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1995-1996. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 février 1996. PROPOSITION DE LOI N 230 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1995-1996 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 février 1996. PROPOSITION DE LOI visant à réformer la faillite civile en Alsace-Moselle, PRÉSENTÉE Par MM. Philippe

Plus en détail

N 2 - MAI 2014 LE SURENDETTEMENT ET LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT COLLECTIF DIE ÜBERSCHULDUNG UND DAS KOLLEKTIVE SCHULDENREGELUNGSVERFAHREN

N 2 - MAI 2014 LE SURENDETTEMENT ET LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT COLLECTIF DIE ÜBERSCHULDUNG UND DAS KOLLEKTIVE SCHULDENREGELUNGSVERFAHREN N 2 - MAI 2014 LE SURENDETTEMENT ET LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT COLLECTIF DIE ÜBERSCHULDUNG UND DAS KOLLEKTIVE SCHULDENREGELUNGSVERFAHREN LE SURENDETTEMENT ET LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT COLLECTIF DES DETTES

Plus en détail

Surendettement - Les conditions d admission - 2005 -

Surendettement - Les conditions d admission - 2005 - Surendettement - Les conditions d admission - 2005 - Frédéric Leplat Avocat à la Cour Maître de Conférences à l Université 1 Introduction 2 Surendetté l'impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

Loi belge sur la continuité des entreprises

Loi belge sur la continuité des entreprises Loi belge sur la continuité des entreprises Introduction Loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Entrée en vigueur le 1er avril 2009 Remplace la loi du 17 juillet 1997 sur le concordat

Plus en détail

Se porter caution : Un risque à mesurer

Se porter caution : Un risque à mesurer Se porter caution : Un risque à mesurer À quoi vous engagez-vous? Il n est pas rare d être sollicité par un ami, un parent, un enfant pour se porter caution lors de l achat d un bien, de la souscription

Plus en détail

15h - Le surendettement

15h - Le surendettement 15h - Le surendettement Vous êtes considéré être dans une situation de surendettement dans les cas suivants : - vous avez accumulé des dettes non professionnelles et vos ressources ne vous permettent plus

Plus en détail

- à défaut de suspendre la décision, de constater que l appel interjeté contre elle est suspensif ;

- à défaut de suspendre la décision, de constater que l appel interjeté contre elle est suspensif ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASTIA N 1100976 SASP SPORTING CLUB BASTIA M. Mulsant Juge des référés Ordonnance du 27 Octobre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés C + Vu,

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

La procédure de surendettement

La procédure de surendettement JUILLET 2012 N 22 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La procédure de surendettement 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance)

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) Livre VI - Des difficultés des entreprises Titre Ier - De la prévention des difficultés des entreprises Chapitre Ier - De la prévention des difficultés

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Instances concourant à l admission à l aide sociale Procédures d admission à l aide sociale Obligation

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE 1.9 DÉFINITION Procédure destinée à mettre fin à l activité de l entreprise ou à réaliser le patrimoine du débiteur par une cession globale ou séparée de ses droits et de ses biens. JURIDICTION COMPÉTENTE

Plus en détail

ACTE D ENGAGEMENT. Marché n 2014/05. (Passé selon la procédure adaptée de l article 28 du code des marchés publics) FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE D ENGAGEMENT. Marché n 2014/05. (Passé selon la procédure adaptée de l article 28 du code des marchés publics) FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE D ENGAGEMENT Marché n 2014/05 (Passé selon la procédure adaptée de l article 28 du code des marchés publics) FOURNITURE DE GAZ NATUREL Dossier suivi par Christophe DOLLET Nature du marché Fourniture

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 16/20 Un dossier de surendettement est déposé en France

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Préfet du Gard c/ Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Sections réunies DOSSIER CB N 2015-66-014 SCI PLEIN SUD c/ Commune de SAINT FELIU D AMONT N codique : 066010 173 Département des Pyrénées-Orientales Article L. 1612-15 du code général des collectivités

Plus en détail

Annexe 3 du règlement de prévoyance et d organisation

Annexe 3 du règlement de prévoyance et d organisation TR NS P R E NT SAMMELS T I F T U NG FÜR B E RUFLIC H E V O R S O RGE Annexe 3 du règlement de prévoyance et d organisation Liquidation partielle de la Fondation Liquidation partielle et totale d une caisse

Plus en détail

Le règlement collectif de dettes en pratique

Le règlement collectif de dettes en pratique Le règlement collectif de dettes en pratique Centre d Appui aux services de médiations de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Janvier 2014 Boulevard du Jubilé, 153-155 à 1080 Bruxelles Tél : 02 217

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

Poursuites contre les associés de société civile et liquidation judiciaire : assouplissement

Poursuites contre les associés de société civile et liquidation judiciaire : assouplissement Poursuites contre les associés de société civile et liquidation judiciaire : assouplissement Aux termes de l'article 1858 du Code Civil les créanciers ne peuvent poursuivre le paiement des dettes sociales

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP Commentaire Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011 Syndicat SUD AFP Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité relative

Plus en détail

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur.

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Sommaire : 1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Définition. Les fondements. Conditions de recours. Le déroulement de la procédure. 2. La contre-visite médicale, les intérêts pour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES BANQUE DE FRANCE LA ROCHE SUR YON SERVICE DES PARTICULIERS LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF ASPECTS PRATIQUES EXTERNE 02/10/2012 BANQUE DE FRANCE LA ROCHE-SUR-YON 1 Le rôle de la

Plus en détail

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS La loi du 2195 ADP du 16 MAI 1995 LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS L ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE Vu la Constitution Vu la résolution n 01/ADP

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3364 Convention collective nationale IDCC : 2796. RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

Plus en détail

UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013

UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013 UIA- Vérone 25 au 26 Janvier 2013 Entreprises en difficulté et Restructuration des dettes bancaires Par Silvestre TANDEAU de MARSAC Avocat au Barreau de Paris 1 Sommaire 1. LE MANDAT AD HOC et LA CONCILIATION

Plus en détail

Rapports n s 2013-599-0 et 2014-043-0 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

Rapports n s 2013-599-0 et 2014-043-0 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ TROISIEME SECTION ------ Arrêt n 70057 AGENCE TECHNIQUE DE L INFORMATION SUR L HOSPITALISATION (ATIH) Exercices 2002 à 2011 REPUBLIQUE FRANÇAISE Rapports

Plus en détail

SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DALLOZ REFERENCE teimft SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS PIERRE-LAURENT CHATAIN Inspecteur de la Banque de France, Delegue-adjoint au Controle sur Place des Etablissements de credit aupres du Secretariat

Plus en détail

CGT Éduc action 59-62

CGT Éduc action 59-62 Les aléas de la vie peuvent nous amener à voir des parties de notre salaire prélevées sur décisions de justice ou plus simplement parce que nous avons perçu des sommes indûment de la part de l administration.

Plus en détail

Lutter contre le surendettement

Lutter contre le surendettement Relations banque/clients Lutter contre le surendettement Mis à jour le 02/02/16 Les banques sont engagées depuis longtemps dans la lutte contre le surendettement, notamment grâce à une distribution responsable

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée :

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1313375/9 M. X Mme Doumergue Juge des référés Ordonnance du 15 octobre 2013 54-035-02-03 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés, Vu la requête,

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION 1 I. L OUVERTURE DES PROCEDURES... 3 A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE... 3 1. Les conditions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 mars 2014 de présentation des dispositions de la loi n 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires relatives au traitement des situations de surendettement

Plus en détail

Le 14 SEPTEMBRE 2012 à 16 heures

Le 14 SEPTEMBRE 2012 à 16 heures MARCHE DE FOURNITURE ET DE SERVICE FLUIDES MEDICAUX ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION DES FLUIDES MEDICAUX REGLEMENT DE CONSULTATION Etablie dans le cadre d une procédure adaptée en application

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

REC Procédures amiables et procédures collectives de règlement du passif Procédures judiciaires - Procédure de redressement judiciaire

REC Procédures amiables et procédures collectives de règlement du passif Procédures judiciaires - Procédure de redressement judiciaire Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-REC-EVTS-10-20-20-20130220 DGFIP REC Procédures amiables et procédures collectives

Plus en détail

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE LA PROCÉDURE PRUD HOMALE Le conseil de Prud hommes est compétent pour juger des litiges nés à l occasion du contrat de travail. La procédure comprend deux phases distinctes : la tentative de conciliation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Le surendettement des particuliers

Le surendettement des particuliers Note d information Le surendettement des particuliers La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles», dite «loi Neiertz»,

Plus en détail

République Française Au nom du peuple français. La Chambre,

République Française Au nom du peuple français. La Chambre, Chambre régionale des comptes de Bretagne Chambre Jugement n 2015-0002 Audience publique du 6 février 2015 Commune de Quimperlé Poste comptable : Trésorerie de Quimperlé Exercices : 2008 à 2011 République

Plus en détail

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014 TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA c. ROUMANIE (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG 11 mars 2014 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-595 du 2 juin 2015 relatif aux indications géographiques protégeant les produits industriels

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation L objectif de l'ordonnance du 25 mars 2016, prise en vertu de de la loi n

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

REFERE ADMINISTRATIF

REFERE ADMINISTRATIF REFERE ADMINISTRATIF Les procédures de référé permettent d obtenir du juge - plus précisément du «juge des référés» - et dans un délai plus ou moins rapide des mesures provisoires ou conservatoires c est-à-dire

Plus en détail

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions L'an, Le, Par-devant M e, notaire à, A reçu le présent acte authentique de cession de créance à la requête des personnes

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail