LA BOÎTE À OUTILS. ÉDITEUR/RÉDACTEUR : Christian Bélanger. GRAPHISTES : Maxime Roy, Gisel Saint-Hilaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA BOÎTE À OUTILS. ÉDITEUR/RÉDACTEUR : Christian Bélanger. GRAPHISTES : Maxime Roy, Gisel Saint-Hilaire"

Transcription

1 l ABC du Logement

2

3 LA BOÎTE À OUTILS La création de cette boîte à outils a pour objectif de donner aux intervenants et citoyens engagés des moyens pour agir de façon efficace auprès des personnes requérant un accompagnement sur le plan du logement. Les personnes intéressées suivront une formation mise sur pied par l ABC du logement. En résumé, celle-ci abordera comme sujets : la situation du logement à Québec, les logements sociaux et communautaires, les droits et règlements ainsi que la médiation. La boîte à outils est produite par l ABC du logement, un projet dévelopé dans le cadre des approches territoriales intégrées de Limoilou et de Giffard-Montmorency. ÉDITEUR/RÉDACTEUR : Christian Bélanger COLLABORATEURS : Isabelle Mercure ATI Limoilou, Monique Côté ATI Giffard-Montmorency, Marc Laberge OMHQ, Christine Fecteau avec la collaboration de Colette Paquet FECHAQC, Véronique Laflamme FRAPRU, Mélanie Clermont FROHQC, Amélie Doucet L AUTRE AVENUE, Hélène St-Pierre CAPVISH, Christine Lafontaine, Le comité logement Rosemont pour l autorisation de publication du document Mon appart, mes droits! et le BAIL pour ses formulaires. GRAPHISTES : Maxime Roy, Gisel Saint-Hilaire RÉVISEURES : Micheline Coté, Gisel Saint-Hilaire Publication septembre 2012 Ce document est réalisé aux meilleures de nos connaissances. Si vous remarquez des erreurs ou des données désuètes, nous vous remercions de nous en avertir. La reproduction de ce document est permise, en tout ou en partie. En tel cas, la source doit être mentionnée.

4 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION Un peu d histoire... 6 Remerciements... 8 Acronymes LA SITUATION DU LOGEMENT La situation du logement à Québec Solutions pour améliorer les conditions HLM Obtenir une place dans un HLM Conditions d admissibilité Catégories et sous-catégories d HLM Demande d inscription Inscription sur la liste d admissibilité Priorisation de la demande Système de pointage Validité de l inscription Obtenir un logement Attribution des logements Obligation du locataire Procédure de traitement de la plainte COOP Les membres Structure démocratique de la coopérative d habitation Le coût du loyer Les subventions Conditions d admissibilité Accès au logement coopératif (processus général) Accès au logement coopératif en développement Accès aux coopératives, Programme sans but lucratif privé (PSBL-P)... 35

5 5. OBNL-H Définition Les avantages de l OBNL-H et son fonctionnement Accès au logement dans un OBNL d habitation COMPARATIF COOP/OBNL-H/HLM SUBVENTIONS/PROGRAMMES MÉDIATION La gestion des conflits en vrac La médiation de quartier ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Mise en contexte : Les problèmes rencontrés Mixité et accessibilité universelle Code du bâtiment LEXIQUE Fédérations et Organismes Groupe de Ressources Techniques Organismes gouvernementaux/municipaux Organismes de défense des droits Hébergement (court et moyen terme)... 64

6 11. ANNEXES ANNEXE I MON APPART, MES DROITS! Chercher et choisir son logement... 6 Le bail : un contrat avec votre propriétaire Les différentes formes de location Obligation no 1 : Payer son loyer! Les modifications au bail et la haussse du loyer Les réparations urgentes et nécessaires Les réparations majeures Les réparations mineures et l entretien ménager L insalubrité Le chauffage Les troubles de voisinages et le harcèlement Les animaux Le propriétaire peut entrer chez vous Quoi faire en cas de problèmes? La reprise du logement et l éviction Quitter son logement La régie du logement et vous Conclusion Coordonnées des organismes et des sites Internet Quiz ANNEXE II ANNEXE III ANNEXE IV ANNEXE V RÈGLEMENT D ATTRIBUTION PROGRAMME ACCÈSLOGIS PROGRAMME LOGEMENT ABORDABLE SHQ ANNEXE VI FORMULAIRES Mise en demeure Procuration Avis de cession de bail Contrat de cession de bail Avis de sous-location du logement Réponse du locataire à l avis d augmentation et de modification d une autre condition de bail Demande de logement à prix modique Certificat médical Demande de logement pour une coopérative d habitation Demande de logement à loyer modique coopératif Documents à fournir pour une demande de loyer modique coopératif

7 UN PEU D HISTOIRE Contexte de création de l ABC du logement : le maillage de deux communautés L approche territoriale intégrée (ATI) est une approche préconisée par la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale afin d améliorer les conditions de vie des personnes issues des milieux défavorisés. Cette approche vise à rassembler des acteurs de diverses sphères d activités afin qu ils réfléchissent ensemble à déterminer des solutions pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale de leur territoire. L ATI mise sur la concertation intersectorielle afin de coordonner la mise en place d actions adaptées à un territoire. L approche territoriale intégrée dans la Capitale-Nationale En juin 2007, plusieurs partenaires de la Capitale-Nationale signent l entente de partenariat sur la mise en place de l approche territoriale intégrée dans leur région pour soutenir les initiatives de mobilisation afin de contrer la pauvreté et l exclusion sociale des communautés vulnérables dans leur district. Cinq territoires de la région de la Capitale-Nationale sont ainsi priorisés : l arrondissement de Limoilou, le quartier Saint-Sauveur, les quartiers Giffard et Montmorency, la MRC de Portneuf et la MRC de Charlevoix-Est. L ATI Limoilou Plusieurs acteurs de Limoilou se mobilisent en avril 2008 afin de contrer la pauvreté et l exclusion sociale. Leur première action fut la rédaction d un portrait en matière de lutte à la pauvreté et à l exclusion sociale suivie de la réalisation d un diagnostic collectif. Une consultation auprès de plus de 160 personnes qui analysent les dynamiques de leur quartier et proposent des solutions. À la suite de ces consultations, cinq priorités d actions sont identifiées : éducation, famille, immigration, logement, sécurité alimentaire. En mai et juin 2010, 120 personnes de la communauté se rassemblent afin de valider les stratégies, les objectifs et d ajouter des moyens. Puis toute la communauté priorise les actions à mettre en place au plan d action de lutte à la pauvreté et à l exclusion sociale dans Limoilou. De septembre à décembre 2010, 98 personnes réparties sur cinq chantiers travaillent sur le développement de projets. Dans le chantier logement, on constate rapidement le manque d information tant chez les citoyens que chez les intervenants sur différents thèmes liés au logement. Cette méconnaissance d éléments clés pour connaître et faire respecter ses droits est un obstacle majeur à l accessibilité au logement chez les personnes en situation de pauvreté et d exclusion sociale. 6

8 L ATI Giffard-Montmorency Mis en place en 2008, les travaux de l ATI Giffard-Montmorency ont permis de tracer un portrait de situation, autour de dix thèmes, pour les micro territoires que sont la partie sud du quartier Vieux-Moulin et le secteur Montmorency du quartier Chutes-Montmorency. Une douzaine de journées forum rassemblant près de 100 personnes des secteurs public, parapublic, institutionnel et communautaire en plus de citoyens ont permis d améliorer la connaissance et la priorisation des enjeux. Le plan d action qui en découle est la réalisation de sept comités thématiques, regroupant au total 42 personnes. Il s inscrit en continuité de la démarche citoyenne, participative et inclusive entreprise en Parmi les enjeux prioritaires du quartier Giffard, le logement constitue le champ d action prédominant car on y constate un manque flagrant de logements, surtout de logements sociaux. Plusieurs démarches ont été effectuées par le comité logement auprès des acteurs concernés de l arrondissement de Beauport et à la Ville de Québec. Il ressort également des ateliers de discussions et des comités de travail un besoin très grand pour les participants de connaître et de comprendre toutes les ficelles du monde du logement afin d agir de façon autonome et efficace. Deux communautés qui mettent leurs forces en commun En décembre 2010, les deux animatrices des ATI Giffard-Montmorency et Limoilou constatent que leurs communautés ont des besoins similaires. Rapidement, dans un but d efficience, elles décident de mettre en commun les forces de leur milieu. Elles rassemblent les membres de leur comité logement afin de travailler ensemble sur le développement de l ABC du logement. Le maillage des différentes visions, des connaissances et des analyses ainsi qu une forte représentativité citoyenne garantissent au projet un impact important sur la communauté. Ce projet novateur et unique vise à outiller la collectivité et à augmenter la connaissance sur le thème du logement. CDÉC La Corporation de développement économique communautaire de Québec (CDÉC) a été mandatée pour la réalisation de l ABC du logement. Grâce à sa connaissance des besoins et des enjeux du milieu, la CDÉC contribue activement, depuis près de 20 ans, à l initiation, l accompagnement et la réalisation de projets. De plus, elle coordonne et participe à des concertations ou des comités de travail ainsi qu à la mise sur pied d entreprises d économie sociale et solidaire (démarrage, plan affaires, recherche de financement, réseautage, vie associative, etc.) que ce soit sous la forme de coopérative ou d entreprise à but non lucratif (OBNL). La CDÉC a pour mission de «Contribuer à l amélioration de la qualité de vie des citoyens et des citoyennes des quartiers en revitalisation, en suscitant et en soutenant les projets de développement économique communautaire et durable». L ABC DU LOGEMENT Chargé de projet : Christian Bélanger Comité de suivi : Geneviève Duhaime, Monique Côté, Louise Fortin, Éric Lapointe, France Dansereau, André Labbé. Comité de programmation : Frédéric Lavoie, Marc Laberge, Ghislain Hudon, Geneviève Côté, Christine Fecteau, André Hébert, Jocelyne Lavoie, Pascale Latouche. Comité de logistique : André Labbé, Jeannine Fiset, Ghislain Hudon, Jocelyne Lavoie, France Dansereau, Éric Lapointe. 7

9 REMERCIEMENTS Nous remercions les partenaires financiers qui, grâce à leur contribution, ont rendu possible la réalisation de l ABC du logement. Nous remercions également nos précieux collaborateurs qui ont contribué à concrétiser ce projet. 8

10 Les principaux acronymes rencontrés dans cette boîte à outils AACR : Aide assujettie de contrôle de revenu ATI : Approche territoriale intégrée BAIL : Bureau d animation et information logement du Québec métro CDÉC : Corporation de développement économique communautaire COOP : Coopérative d habitation en logement FÉCHAQC : Fédération des coopératives d habitation de Québec, Chaudière-Appalaches FRAPRU : Front d Action populaire en réaménagement urbain FROHQC : Fédération régionale des OBNL en habitation de Québec et Chaudière-Appalaches GRT : Groupe de ressources techniques HLM : Habitation à loyer modique LAAA : Logements adaptés pour aînés autonomes LAQ : Logement abordable Québec OBNL : Organisme à but non lucratif OMHQ : Office municipal d habitation de Québec PRBI : Plafond de revenu déterminant les besoins impérieux PSL : Supplément au loyer PSBL-P : Programme sans but lucratif SCHL : Société canadienne d hypothèques et de logement SHQ : Société d habitation du Québec SOMHAC : Société municipale d habitation Champlain SOSACO : Société de services d aide aux coopératives 9

11 Pour une grande part de la population, il est difficile de s y retrouver parmi les multiples lois, règlements, programmes, subventions et autres notions en lien avec le logement. Pour les personnes en situation de pauvreté, cette difficulté est majeure. Cette boîte à outils trace les grandes lignes, soit l ABC des différents sujets abordés sur le logement. Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec les organismes spécialisés en logement cités dans ce document. Vous trouverez leurs coordonnées à la fin de cette boîte à outils. Bonne lecture! 10

12 LA SITUATION DU LOGEMENT À QUÉBEC Pénurie de logements qui perdurent, un parc de logements locatifs qui s effrite. Historiquement, Québec est une ville de locataires. Avant les fusions, les deux tiers des ménages étaient locataires. Après l intégration de plusieurs anciennes banlieues, près de la moitié (47,9 %) des ménages sont toujours locataires de leurs logements. Lors du recensement de 2006, ménages locataires de la ville de Québec (soit 19 % d entre eux) avaient des besoins impérieux de logement. Certains ménages, dont les ménages immigrants et ceux ayant une femme à leur tête, ont des besoins encore plus importants. POURCENTAGE DE MÉNAGES LOCATAIRES CONSACRANT PLUS DE 30 %, 50 % ET 80 % DU REVENU EN LOYER EN 2006 Nbre de ménages locataires % Paient 30 % et ,8 % Paient 50 % et ,9 % Paient 80 % et ,4 % NOMBRE ET POURCENTAGE DES MÉNAGES LOCATAIRES CONSACRANT PLUS DE 30 %, 50 % ET 80 % DE LEUR REVE- NU AU LOGEMENT, SELON LE SEXE DU PRINCIPAL SOU- TIEN FINANCIER, EN 2006 principal soutien financier Femme Homme Nombre total Revenu médian $ $ Loyer médian 570 $ 573 $ Paient 30 % et + Paient 50 % et + Paient 80 % et + nombre % 39,5 % 29,3 % nombre % 17,8 % 13,7 % nombre % 6,9 % 5,9 % Source : Société canadienne d hypothèques et de logement 11

13 Le parc actuel de logements locatifs, lui, s effrite, affecté par la transformation en copropriétés divises et indivises ( ). Ces locataires subissent, depuis 10 ans, les contrecoups de la pénurie de logements qui continue d affecter la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec. Selon le rapport sur le marché locatif publié par la SCHL : au printemps 2012, le taux d inoccupation général des logements à Québec est de 0,7 %. Selon les données de la Société canadienne d hypothèques et de logement (SCHL), depuis 2000, le coût moyen d un logement de deux chambres à coucher a augmenté de 38,6 % dans la RMR de Québec. Cela affecte particulièrement les ménages locataires à plus faible revenu. Cependant, il se construit de moins en moins de logements locatifs à Québec. Le marché du condo est visiblement plus intéressant pour le marché immobilier puisque le profit, sur ce genre de construction, est immédiat. En 2011, pour la première fois, il s est même construit plus d unités de condo (1758) que de logements locatifs (514). En 10 ans, la proportion de mises en chantier entre les deux formes d habitation s est inversée. À Québec, la construction d unités de condominiums a été 3,2 fois supérieure à celle de logements locatifs, au cours du premier trimestre de Le FRAPRU estime que la construction de logements locatifs ne remontera pas nécessairement, lorsque la construction de copropriétés chutera. L abandon du logement locatif privé semble plutôt être une tendance lourde qui s explique très largement par l accès à la propriété de la majorité des locataires qui, par le passé, avaient davantage les moyens financiers de payer le type de loyer nécessaire pour assurer la rentabilité d appartements neufs dont le loyer s élève souvent à plus de 1000 $. Le parc actuel de logements locatifs, lui, s effrite, affecté par la transformation en copropriétés divises et indivises, phénomène difficile à chiffrer, mais très visible, notamment dans les quartiers centraux de Limoilou, Saint-Sauveur, Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste et Montcalm. La Loi sur la Régie du logement autorise la conversion d un immeuble locatif en copropriétés divises. La Loi permet aux autres municipalités de réglementer cette transformation en condos. C est le cas à Québec depuis En 2002, au plus chaud de la crise du logement, la Ville de Québec met en place un moratoire sur la conversion en logements en copropriété divise afin de protéger en partie le parc de logements locatifs. D une durée d un an, le règlement sera prolongé chaque année. Il entraînera une diminution significative du nombre de transformations en condos, mais ne les éliminera pas entièrement, la Ville accordant des dérogations aux propriétaires dès que l immeuble n abrite plus de locataires. En décembre 2010, la Ville de Québec avait annoncé l adoption d un règlement élargissant le moratoire sur la transformation de logements locatifs en copropriétés divises (aussi appelés condos). Autrefois, un immeuble devait être vacant pendant dix ans avant que son propriétaire puisse déposer une demande visant à le 12

14 transformer en condos. Or, ce règlement n a pas fait long feu et fut remplacé par d autres beaucoup moins ambitieux. Le plus récent règlement crée des brèches menaçant la protection du parc locatif. Les immeubles de cinq unités ou moins ayant un propriétaire occupant depuis deux ans peuvent désormais être convertis en condos, même s il y a des locataires¹. Pour le FRAPRU, l amélioration du sort des locataires à faible et modeste revenu passe par le développement du logement social. Pour cette raison, il réclame que les gouvernements accroissent leurs investissements en logement social, avant que la pénurie de logements locatifs s aggrave davantage. À Québec, la place du logement social dans le développement de la ville est beaucoup moins importante qu elle a pu l être avant le milieu des années 1990, moment où le gouvernement fédéral s est retiré du développement de ces logements. Le financement des programmes permettant le développement du logement social par les gouvernements fédéral et provincial sont insuffisants depuis le retrait du gouvernement fédéral en Si l on exclut la parenthèse de la mairesse madame Andrée Boucher, toutes les administrations qui se sont succédé à la tête de la Ville depuis quarante ans se sont montrées favorables au logement social. Toutefois, ce parti pris est aujourd hui insuffisant. L explosion de la valeur foncière et la frénésie immobilière rendent très difficile la construction de logements sociaux. En bref, les rares terrains disponibles coûtent trop cher et il se trouve presque toujours un promoteur privé pour offrir plus. Pour contourner le problème, la municipalité s intéresse depuis un peu plus de 10 ans au concept d inclusion pour favoriser la mixité sociale. L idée de base de la Ville est d encourager les promoteurs à inclure du logement social dans leurs projets en échange d une prime à la densité. Cette ouverture de la Ville ne s est toutefois jamais traduite en une réelle politique d inclusion et chaque dossier est traité à la pièce. Dans les cas où cette approche a fonctionné, à l Îlot Fleuri et à la Cité verte par exemple, le pourcentage de logements sociaux est dérisoire (autour de 5 %). À l heure actuelle, la Ville de Québec trace les grandes lignes de son développement pour les 15 à 20 prochaines années et des Programmes particuliers d urbanisme (PPU) sont en cours d élaboration. De grands bouleversements sont à prévoir dans les prochaines années et le FRAPRU s inquiète de l avenir des populations vulnérables qui vont être soumises à de nombreuses pressions dans leur milieu de vie si la Ville n adopte pas des politiques claires, comme une politique d inclusion visant à favoriser le développement du logement social dans les nouveaux développements résidentiels. Le FRAPRU s intéresse particulièrement aux enjeux soulevés par les projets annoncés des écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et D Estimauville, du Plan de mobilité durable et du PPU du Plateaucentre de Sainte-Foy. Ces grands développements auront un impact négatif pour les locataires des quartiers environnants : hausses de À Québec, la place du logement social dans le développement de la ville est beaucoup moins importante qu elle a pu l être avant le milieu des années 1990 ( ). ¹Voir à ce sujet, dans le dossier spécial «Bienvenue à condoville» publié par l Infobourg (disponible au les articles de Jonathan Carmichaël du Bureau d animation et d information logement (BAIL). 13

15 taxes et de loyers ; pressions sur le marché locatif pouvant mener à la conversion de logements en condos, etc. Il faut donc prendre des moyens pour contrer ces effets pervers. Nouveaux développements résidentiels d envergure annoncés par la ville de Québec Le FRAPRU croit que pour répondre aux besoins les plus urgents il faudrait développer nouveaux logements sociaux en 5 ans, ( ). Potentiel de développement connu du Plan de mobilité durable logements seront construits à Québec au cours des 20 prochaines années Quelles sont les solutions pour améliorer les conditions de vie des locataires à faible et modeste revenu? Les gouvernements provincial et fédéral ont les moyens d agir pour que le droit au logement soit respecté. Le gouvernement provincial finance le développement de nouveaux logements sociaux en finançant le programme AccèsLogis qui permet la réalisation de coopératives d habitation et d organismes sans but lucratif (OBNL). Dans le budget de , 2500 nouveaux logements sociaux y étaient annoncés, dont 425 pour la Ville de Québec. Le FRAPRU croit que pour répondre aux besoins les plus urgents, il faudrait développer nouveaux logements sociaux en 5 ans, dont 4270 pour la ville même de Québec, et ce, sous les différentes 14

16 formules : coopératives, OBNL et HLM. Le FRAPRU croit qu il faut recommencer à construire des HLM car les coopératives et les OBNL d habitation ne répondent pas aux besoins de tous les locataires. En décembre 2010, il y avait 1779 ménages inscrits sur la liste de l Office municipal d habitation de Québec (OMHQ). La Ville de Québec a, elle aussi, des outils à sa disposition pour favoriser le développement du logement social sur son territoire. Selon le FRAPRU, la Ville devrait se doter d une politique claire en ce qui concerne le développement immobilier sur son territoire : tous les projets privés devraient inclure obligatoirement un pourcentage significatif de logements sociaux ou, à défaut, contribuer à un fonds dédié au développement de tels logements aux alentours. Les groupes membres du FRAPRU à Québec demande l adoption d un règlement d inclusion obligatoire de 30 % de logements sociaux dans les nouveaux développements immobiliers sur des sites privés à Québec. FRAPRU 2350, boul. de Maisonneuve Est, Bureau 205 Montréal, QC H2K 2E7 (514) D autres outils complémentaires seraient également nécessaires : une politique municipale d acquisition et de réservation de sites, visant à retirer et à protéger des propriétés foncières (terrains et immeubles) de l inflation et de la spéculation, en vue de les céder éventuellement à de nouveaux projets de logements sociaux ; une réglementation plus sévère en matière de salubrité permettant à la Ville, aux COOP ou aux OBNL d habitation de récupérer des immeubles mal entretenus, voire laissés à l abandon par leurs propriétaires négligents et récidivistes, et ce, sans que ces derniers profitent indument du transfert de propriété ; une réglementation interdisant la transformation de logements locatifs en condos. La ville doit également se donner un objectif ambitieux de développement de logements sociaux et être également proactive dans ses représentations auprès des gouvernements supérieurs afin qu ils augmentent le nombre d unités financées dans leurs budgets. Le FRAPRU est un regroupement québécois qui a pour mission la promotion du droit au logement, la défense collective des droits des locataires et le maintien des populations résidentes dans les quartiers populaires. Il est composé de 130 groupes membres, dont près d une quinzaine à Québec. Le Comité populaire Saint-Jean- Baptiste, le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint- Sauveur et le Comité logement d aide aux locataires du secteur ouest constituent ses trois groupes membres participants dans la région. Ils travaillent quotidiennement avec les locataires de leurs quartiers et mettent sur pied des projets de coopératives d habitation pour répondre aux besoins des requérants et des requérantes de logements sociaux qui les contactent. 15

17 16

18 HLM Les habitations à loyer modique (HLM) appartiennent au gouvernement du Québec. Les HLM sont administrés localement par les Offices municipaux d habitation (OMH) dont les conseils d administration sont composés de représentants de la Ville, de groupes socioéconomiques et de locataires. Les habitations à loyer modique (HLM) sont réservées aux ménages à faible revenu. Tous les locataires reçoivent une subvention. À la demande de la Ville de Québec, la Société d habitation de Québec (SHQ) a créé l Office municipal d habitation de Québec, l OMHQ. Étapes pour l obtention d une place dans un HLM L obtention d une place dans un HLM dépend du règlement d attribution des logements à loyer modique. En résumé : 1. Pour obtenir une place dans un HLM, il faut : Satisfaire aux conditions d admissibilité ; Définir la catégorie et la sous-catégorie de HLM dans laquelle la personne peut habiter : Catégorie A : Ménage de plus de 55 ans ; Catégorie B : Ménage de moins de 55 ans ; Catégorie C : Clientèle spécifique nécessitant des services autres que ceux des repas ; Faire une demande d inscription. La validité d une demande est de 1 an. 2. Inscription sur la liste d admissibilité : La validité d une demande est de 1 an. Le rang des demandeurs est établi en fonction: De la priorité des demandes ; Du pointage obtenu. En cas d égalité de pointage, l ancienneté de la demande détermine le rang d un demandeur. 3. Pour obtenir et maintenir sa place dans un HLM, il faut : Suivre les règles d attribution des logements ; Respecter les obligations de locataire. 4. Procédures en cas de plaintes. L OMHQ a abaissé l âge à 55 ans au lieu de 65 ans. Ce n est pas le cas pour tous les OMH. 17

19 1. OBTENIR UNE PLACE DANS UN HLM Conditions d admissibilité Prix du loyer Le loyer des HLM varie selon le revenu de personnes. Les résidents consacrent 25% de leur revenu au paiement de leur loyer. Pour répondre aux conditions, le requérant doit : Être inscrit au registre des demandes ; Être en mesure d assurer ses besoins essentiels de façon autonome, sinon avec l aide d une personne partageant son quotidien, ou avec l aide d un soutien extérieur. De plus, en cas de sinistre, les résidents doivent assurer leur déplacement ; Être citoyen canadien ou résident permanent ; Avoir résidé sur le territoire 12 mois pendant les 24 derniers mois, sauf pour : Personne handicapée (accès/circulation) ; Personne victime de violence conjugale ; Demandeur de Logement abordable Québec (LAQ). Avoir des revenus égaux ou inférieurs au seuil du plafond des revenus pour les besoins impérieux (PRBI), sauf : Maximum de 25 % des logements LAQ. Plafond de revenus déterminant les besoins impérieux* Le PRBI* correspond au revenu maximal qui permet à un ménage d être admissible à un logement à loyer modique selon le Règlement d attribution des logements. Il sert à évaluer l admissibilité d un demandeur et de pondérer sa demande. Les loyers médians du marché LMM sont établis à partir des données du rapport Statistiques sur le marché locatif publié en octobre de chaque année par la Société canadienne d hypothèques et de logement. Les statistiques permettent de calculer le loyer des logements AccèsLogis et de sélectionner de nouveaux logements sur le marché locatif privé dans le cadre du Programme de supplément au loyer. Le loyer des logements sélectionnés doit être égal ou inférieur au loyer médian de votre municipalité, selon le nombre de chambres à coucher. Grille de revenus 2012 / FAMILLES et PERSONNES ÂGÉES Couple ou 1 personne $ 2 ou 3 personnes sauf couple $ 4 ou 5 personnes $ 6 personnes et plus $ *www.habitation.gouv.qc.ca/espace_partenaires/coops_obnl/coops_obnl_acceslogis_quebec/programmes/acceslogis_quebec/exploitation_dun_projet/gestion_du_psl/plafond_des_revenus_prbi_et_grilles_de_ponderation.html 18

20 Catégories et sous-catégories de HLM 1. Catégories de HLM Le logement de catégorie A peut être attribué à : Un ménage composé d au moins une personne de 55 ans et plus ; Un ménage comprenant une personne handicapée susceptible de rencontrer des difficultés d accès à un logement. Le logement de catégorie B peut être attribué à : Un ménage composé de personnes de moins de 55 ans étant conjoints ou unies par des liens de parenté ; Le logement de catégorie C peut être attribué à : Une personne, en raison de son état physique ou psychosocial, nécessitant des installations spécifiques ou des services d assistance personnelle, excepté les services alimentaires. Lorsqu un logement est attribué à un ménage comprenant une personne handicapée, ce ménage peut comprendre un proche aidant. Lorsqu un logement est attribué à un ménage comprenant une personne handicapée, ce ménage peut comprendre un proche aidant. 2. Sous-catégories de HLM Un studio est attribué à une personne seule ; Une première chambre à coucher est attribuée au chef du ménage et, le cas échéant, à son conjoint; Il est toutefois possible d obtenir 1 chambre à coucher supplémentaire pour : Toute personne additionnelle dans le ménage. Cependant, 2 enfants de 7 ans et moins occupent une seule chambre. Il est possible de faire cohabiter 2 enfants de même sexe et de plus de 7 ans dans la même chambre ; Une personne handicapée dont la déficience ou les besoins particuliers l empêchent de partager une chambre ; Un enfant en garde partagée occupant les lieux pendant au moins 40% du temps. Le requérant est inadmissible à une place en HLM si: La valeur de ses biens dépasse $. Il est étudiant à temps plein, seul. Sauf dans quelques exceptions. Le locataire a une dette envers le locateur. Il sera inadmissible pendant 5 ans dans les cas suivants : Le Bail d un HLM est résilié par jugement ; Le locataire déguerpit d un HLM ; Le ménage comprend un membre inadmissible. 19

Mémoire du Front d action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) Présenté à la

Mémoire du Front d action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) Présenté à la FRONT D ACTION POPULAIRE EN RÉAMÉNAGEMENT URBAIN 180, boul. René-Lévesque Est, local 105, Montréal (Québec) H2X 1N6 Téléphone : (514) 522-1010 Télécopieur : (514) 527-3403 Courriel : frapru@cooptel.qc.ca

Plus en détail

Votre office a-t-il de bons règlements locaux lorsque vient le temps d attribuer un HLM?

Votre office a-t-il de bons règlements locaux lorsque vient le temps d attribuer un HLM? Votre office a-t-il de bons règlements locaux lorsque vient le temps d attribuer un HLM? Depuis le 1 er septembre 2011, tous les offices d habitation du Québec doivent, lorsque vient le temps d attribuer

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Automne 2014 UN PROGRAMME PERTINENT ET NÉCESSAIRE Les besoins de logements abordables

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

Projet de politique d habitation de la Ville de Québec. Commentaires et recommandations dans le cadre de la consultation publique

Projet de politique d habitation de la Ville de Québec. Commentaires et recommandations dans le cadre de la consultation publique Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur 301, rue de Carillon, Québec, Qc, G1K 5B3 Tél.:529-6158 courriel: cccqss@bellnet.ca Projet de politique d habitation de la Ville de Québec

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 1 MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 préparé par Ruth Rose professeure associée de sciences économiques Université du Québec à Montréal mars 2012 AVANT PROPOS Ce

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

LIVRET DU LOCATAIRE AVERTI

LIVRET DU LOCATAIRE AVERTI LIVRET DU LOCATAIRE AVERTI Préparé par Marie-Eve Lavoie, intervenante juridique à Concertation-Femme, en mai 2009 INTRODUCTION Pour vivre paisiblement en société, il faut respecter les droits de tous et

Plus en détail

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 Mars 2013 Par le Regroupement des aidantes et aidants naturels de Montréal Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 préparé par Ruth Rose Professeure associée

Plus en détail

DÉMARCHE À SUIVRE POUR LE CERTIFICAT DE CONFORMITÉ: Familles

DÉMARCHE À SUIVRE POUR LE CERTIFICAT DE CONFORMITÉ: Familles DÉMARCHE À SUIVRE POUR LE CERTIFICAT DE CONFORMITÉ: Familles Le nouveau règlement sur l attribution des logements à loyer modique entre en vigueur le 1 er septembre 2011. Afin d être conforme à ce règlement,

Plus en détail

Un plan de développement qui ne reflète pas les besoins des locataires à faible revenu. 27 août 2013

Un plan de développement qui ne reflète pas les besoins des locataires à faible revenu. 27 août 2013 Un plan de développement qui ne reflète pas les besoins des locataires à faible revenu 27 août 2013 Soumis par Projet Genèse / 4735 Côte-Ste-Catherine, Montréal, Qc H3W 1M1 // 514.738.2036 Présentation

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

Logement de transition avec suivi intensif:

Logement de transition avec suivi intensif: Logement de transition avec suivi intensif: de nouveaux partenaires pour innover Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec

Plus en détail

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL)

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) TESTEZ VOS CONNAISSANCES SUR L AIDE SOCIALE VRAI ou FAUX? 1. Le ministère de l Emploi

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

Guide pour un logement de qualité à Laval. Guide d information à l intention des citoyens de Laval

Guide pour un logement de qualité à Laval. Guide d information à l intention des citoyens de Laval Guide pour un logement de qualité à Laval Guide d information à l intention des citoyens de Laval Un guide pratique Le Guide pour un logement de qualité à Laval a été élaboré par la Ville de Laval afin

Plus en détail

Comment on le demande

Comment on le demande LE CRÉDIT POUR LA SOLIDARITÉ C est pour tout le monde! Un outil du Collectif pour un Québec sans pauvreté Mai 2011 Le crédit pour la solidarité a été annoncé par le ministre des Finances en mars 2010.

Plus en détail

CONSTRUIRE ET VIVRE ENSEMBLE

CONSTRUIRE ET VIVRE ENSEMBLE LANAUDIÈRE Novembre 2014 CONSTRUIRE ET VIVRE ENSEMBLE Pour des logements salubres et abordables qui répondent aux besoins de notre collectivité Bianca Bourbeau ps. éd. Coordonnatrice régionale en itinérance

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

Entre Toit et moi pas de place pour la rue

Entre Toit et moi pas de place pour la rue Entre Toit et moi pas de place pour la rue Clés en main Présentation organisme Origine du projet Entre Toit et moi; pas de place pour la rue But : Favoriser le maintien en logement Objectifs Population

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

DROITS DES LOCATAIRES

DROITS DES LOCATAIRES 6-1 LA LOI DE LA RUE No.6 DROITS DES LOCATAIRES La plupart des logements locatifs sont régis par la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation (la «LLUH»), et la Commission de la location immobilière

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur Le 7400 St Laurent Décembre 2010 PRÉSENTATION DE LA FOHM La Fédération des OSBL d habitation de Montréal (FOHM) est une

Plus en détail

Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation

Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation CADRE NATIONAL SUR LE SOUTIEN COMMUNAUTAIRE EN LOGEMENT SOCIAL MSSS-SHQ PROJET SOUMIS EN CONSULTATION

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU PROGRAMME 2. MISE EN CONTEXTE

1. DESCRIPTION DU PROGRAMME 2. MISE EN CONTEXTE ENTENTE ADMINISTRATIVE SUR LA GESTION DU FONDS QUÉBÉCOIS D INITIATIVES SOCIALES DANS LE CADRE DES ALLIANCES POUR LA SOLIDARITÉ (MESS-VILLE 2015) GUIDE PRATIQUE 1. DESCRIPTION DU PROGRAMME L Entente administrative

Plus en détail

Guide de présentation. Programme de subventions aux entreprises adaptées

Guide de présentation. Programme de subventions aux entreprises adaptées Guide de présentation Programme de subventions aux entreprises adaptées Guide de présentation Programme de subventions aux entreprises adaptées Direction régionale d Emploi-Québec du Centre-du-Québec Direction

Plus en détail

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Le programme municipal de rénovation majeure, qui vise la rénovation de l ensemble d un bâtiment résidentiel, offre une aide financière aux propriétaires

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

coopératives d habitation

coopératives d habitation Répertoire des coopératives d habitation dans le quartier Rosemont à Montréal 2 Les coopératives d habitation Qui vit dans une coopérative Qu est-ce qu une coopérative C est une personne morale regroupant

Plus en détail

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés

Plus en détail

Commission de la santé et des services sociaux

Commission de la santé et des services sociaux Commission de la santé et des services sociaux Mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux dans le cadre de la consultation publique sur le document : «L AUTONOMIE POUR TOUS livre

Plus en détail

Office Municipal d Habitation de St-Benjamin 11400, Je Avenue, 2 Étage, Bureau 108 Ville de Saint-Georges, Québec G5Y5S4

Office Municipal d Habitation de St-Benjamin 11400, Je Avenue, 2 Étage, Bureau 108 Ville de Saint-Georges, Québec G5Y5S4 Office Municipal d Habitation de StBenjamin 11400, Je Avenue, 2 Étage, Bureau 108 Ville de SaintGeorges, uébec G5Y5S4 FORMULAIRE E EMANE POUR HLM Madame, Monsieur, Veuillez s il vous plaît remplir seulement

Plus en détail

13-03-13. Préparé par: René Lecavalier, Loretta Mateian et Suzanne Sauriol

13-03-13. Préparé par: René Lecavalier, Loretta Mateian et Suzanne Sauriol 1 Plan TPS & TVQ 1. Changements en 2013 2. Fournitures de biens et services 3. Inscription ou non à la TPS / TVQ 4. Comptabilisation de la TPS/TVQ sur les achats 5. Critères d admissibilité aux demandes

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 3.11 Immigrants parrainés Compétence législative Paragraphes 13 (1) et 71 (1), et article 72 de la Loi. Articles 6, 13, 15, 17 et 51 du Règlement 134/98. Exigences

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

Le Petit Potin. du quartier Saint-Sauveur. Le bulletin de liaison du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur SOMMAIRE

Le Petit Potin. du quartier Saint-Sauveur. Le bulletin de liaison du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur SOMMAIRE Numéro 1 Janvier 2006 Le Petit Potin du quartier Saint-Sauveur Le bulletin de liaison du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur SOMMAIRE Bonne année!...1 Bloc-note communautaire...1

Plus en détail

Le marché locatif de la RMR de Montréal

Le marché locatif de la RMR de Montréal Le marché locatif de la RMR de Montréal DAVID L HEUREUX Analyste principal de marché, SCHL Votre clientèle locative Au programme L état du marché locatif Texte Votre clientèle locative Tendances et perspectives

Plus en détail

BUDGET 2012-2013 LE QUÉBEC ET SES AÎNÉS. Pour mieux vieillir chez soi

BUDGET 2012-2013 LE QUÉBEC ET SES AÎNÉS. Pour mieux vieillir chez soi BUDGET 2012-2013 LE QUÉBEC ET SES AÎNÉS Pour mieux vieillir chez soi Papier pages intérieures 100 % Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant 100 % de fibres

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 9 - Le louage Réponses aux questions 9.1 Le louage de meubles est le contrat par lequel une personne, le locateur,

Plus en détail

Femmes et logement à Côte-des-Neiges. Version préliminaire Mai 2013

Femmes et logement à Côte-des-Neiges. Version préliminaire Mai 2013 Femmes et logement à Côte-des-Neiges Version préliminaire Mai 2013 Femmes et logement à Côte-des-Neiges Ce document est le résultat d un travail de recherche par le Comité des femmes de la CDC de Côte-des-Neiges,

Plus en détail

LOCATAIRE, OUVRE-MOI!

LOCATAIRE, OUVRE-MOI! LOCATAIRE, OUVRE-MOI! LOCATAIRE, OUVRE-MOI! Les relations entre un propriétaire et un locataire ne sont pas toujours faciles. C est pourquoi il existe des lois et des règlements. Ce petit document tente

Plus en détail

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le choix d un local commercial est une étape cruciale dans le développement d une entreprise. L endroit choisi peut sembler prometteur mais il faut

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DU 27 AVRIL 2015

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DU 27 AVRIL 2015 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DU 27 AVRIL 2015 RAPPORT ANNUEL 2014 TABLE DES MATIÈRES PAGE MOT DE LA PRÉSIDENTE 3 STRUCTURE ADMINISTRATIVE : - ORGANIGRAMME.. 4 - LISTE DES MEMBRES 5 - LISTE DES MEMBRES DU

Plus en détail

LOCATION DE CHAISE EN COIFFURE

LOCATION DE CHAISE EN COIFFURE LOCATION DE CHAISE EN COIFFURE MISE EN CONTEXTE. Suite à de nombreuses demandes d information, autant par des propriétaires que par des employés à qui on offre de louer une chaise, le CSMO des services

Plus en détail

CRÉDITS D IMPÔT, SUBVENTIONS, ALLOCATIONS, PRESTATIONS. COMMENT S Y RETROUVER? NOUS L AVONS FAIT POUR VOUS.

CRÉDITS D IMPÔT, SUBVENTIONS, ALLOCATIONS, PRESTATIONS. COMMENT S Y RETROUVER? NOUS L AVONS FAIT POUR VOUS. EN COUVERTURE De l aide financière à connaître CRÉDITS D IMPÔT, SUBVENTIONS, ALLOCATIONS, PRESTATIONS. COMMENT S Y RETROUVER? NOUS L AVONS FAIT POUR VOUS. par Danny Raymond Photo: Getty Images/Purestock

Plus en détail

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations;

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations; RÈGLEMENT NUMÉRO 252 INTITULÉ «RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION FAVORISANT LA CONSTRUCTION DE NOUVELLES HABITATIONS DANS CERTAINS SECTEURS DE LA VILLE» CONSIDÉRANT QUE la Ville désire

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement à ce plan d action?

Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement à ce plan d action? Plan d action ministériel en santé mentale 2005-2010 «La force des liens» Phase II : services résidentiels en santé mentale Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Du mondial à chez nous

Du mondial à chez nous Par Claudine Laurin, Directrice générale de la FOHM Contexte Sociopolitique et économique en 2013 Du mondial à chez nous LOGEMENT SOCIAL ET COMMUNAUTAIRE À propos des inégalités : Warren Buffet (homme

Plus en détail

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Comment lutter pour vos droits le Centre pour les droits à l égalité au logement (CERA) et le Centre de défense des droits sociaux LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Cette brochure

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

Dans le cas visé au paragraphe 2 du premier alinéa, le locateur peut, par règlement, fixer l'âge minimal des autres membres du ménage.

Dans le cas visé au paragraphe 2 du premier alinéa, le locateur peut, par règlement, fixer l'âge minimal des autres membres du ménage. Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er mai 2010 c. S-8, r. 1.1.1 Règlement sur l'attribution des logements à loyer modique Loi sur

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps.

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. Vrai ou Faux 2. Vous avez le droit de changer les serrures sans la permission du

Plus en détail

Pour une contribution active du logement social à l occupation et la vitalité des territoires

Pour une contribution active du logement social à l occupation et la vitalité des territoires Pour une contribution active du logement social à l occupation et la vitalité des territoires Mémoire présenté à la Commission parlementaire de l aménagement du territoire dans le cadre de la consultation

Plus en détail

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL ouvrir De nouvelles portes aux logements abordables...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL 65404 À titre d organisme national responsable de l habitation, la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Ressources financières et autres

Ressources financières et autres Ressources financières et autres à la disposition des personnes arthritiques Plusieurs d entre nous avons besoin, à un moment ou à un autre de notre vie, d un soutien ou d une aide financière. Il existe

Plus en détail

Entre Toit et moi Pas de place pour la rue. Cahier droits et obligations

Entre Toit et moi Pas de place pour la rue. Cahier droits et obligations Entre Toit et moi Pas de place pour la rue Cahier droits et obligations TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 Clés en main 5 «Entre Toit et moi, pas de place pour la rue» 5 Cahier droits et obligations 8

Plus en détail

Prévisions budgétaires 2015

Prévisions budgétaires 2015 Prévisions budgétaires SOCIÉTÉ D HABITATION ET DE DÉVELOPPEMENT DE MONTRÉAL TABLE DES MATIÈRES Message du président et de la directrice générale 1 Mission et organigramme de la Société 2 Programmes 3 Provenance

Plus en détail

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT 2011-2012 Symboles % : pourcentage $ : dollars M$ : millions de dollars Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel

Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel Ville de Kelowna (Colombie-Britannique) Population : 106 707 Source : Ville de Kelowna Le zonage en faveur du logement Résumé

Plus en détail

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux études

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux études Ville de Montréal Service de la culture Division des quartiers culturels 2014 FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS Programme d aide aux études Conditions et exigences pour les études de besoins et de faisabilité

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

POLITIQUE D HABITATION De la Ville de Québec

POLITIQUE D HABITATION De la Ville de Québec CRITIQUE DE LA POLITIQUE D HABITATION De la Ville de Québec PAR LA COALITION POUR LE DROIT AU LOGEMENT COMITÉ DES CITOYENS ET DES CITOYENNES DU QUARTIER SAINT-SAUVEUR COMITÉ LOGEMENT D AIDE AUX LOCATAIRES

Plus en détail

Inutilisable pour. une transaction. Spécimen

Inutilisable pour. une transaction. Spécimen FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE SOUS-LOCATION RÉSIDENTIELLE NOTE Le présent formulaire ne constitue pas le contrat préliminaire requis par les articles 1785 et suivants du Code civil du Québec la vente

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

POLITIQUE CONTRATS D ACQUISITION OU DE LOCATION DE BIENS ET DE SERVICES

POLITIQUE CONTRATS D ACQUISITION OU DE LOCATION DE BIENS ET DE SERVICES POLITIQUE CONTRATS D ACQUISITION OU DE LOCATION DE BIENS ET DE SERVICES Objectifs Encadrer le processus d'acquisition ou de location devant faire l'objet d'un contrat Assurer la transparence dans les processus

Plus en détail

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION Logement Définitions Cet indicateur est calculé en divisant le nombre de ménages privés qui consacrent 30 % ou plus de leur

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS

PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS Y DES FEMMES DE MONTRÉAL MÉMOIRE POUR L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTREAL MONTREAL, 14 AVRIL 2011 PRÉSENTÉ PAR : ELISABETH ALARIE

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

INSCRIPTION DES ÉLÈVES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015

INSCRIPTION DES ÉLÈVES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 INSCRIPTION DES ÉLÈVES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 RÈGLES GÉNÉRALES L inscription annuelle est obligatoire pour tous les élèves qui fréquenteront une école de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

CONSEIL D'ADMINISTRATION

CONSEIL D'ADMINISTRATION LAIRET CONSEIL D'ADMINISTRATION PROCÈS-VERBAL de la septième réunion du conseil d'administration du conseil de quartier de Lairet, tenue le 20 octobre 2010, à 19 h, au centre communautaire Marchand, 2740,

Plus en détail

Concours en entrepreneuriat pour vous aider. Michel Grenier, MBA

Concours en entrepreneuriat pour vous aider. Michel Grenier, MBA Concours en entrepreneuriat pour vous aider Michel Grenier, MBA Au menu ce midi Bourse Pierre Péladeau Concours Entrepreneurs en action! (CDEC Rosemont Petite Patrie) Bourse de la Fondation Montréal Inc.

Plus en détail

La Colocation mode d emploi

La Colocation mode d emploi 04-236 MCE 8 pages colocation V 26/04/06 10:42 Page 2 Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : www.hautsdevilaine.com g La Colocation mode d emploi

Plus en détail

Répertoire. des bonnes pratiques. Le rôle des municipalités. dans le développement du logement social et abordable

Répertoire. des bonnes pratiques. Le rôle des municipalités. dans le développement du logement social et abordable Répertoire des bonnes pratiques Le rôle des municipalités dans le développement du logement social et abordable Crédits photos page couverture Photos 1, 3 et 6 : CMM Photos 2, 4, et 5 : Louis-Étienne Doré

Plus en détail

Informations personnelles. Lieu de résidence actuel. Résidence prospective

Informations personnelles. Lieu de résidence actuel. Résidence prospective Demande de location Corporation Immobilière Côte St-Luc Côte St. Luc Building Corporation Inc. 1550, boul. de Maisonneuve ouest, Bureau 1111, Montréal, (Qc) H3G 1N2 www.cslbc.com Tél.: (514) 934-0734 Téléc.:

Plus en détail

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Document mis à jour en avril 2014 Table de matière 1. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 3 1.1 PRÉSENTATION DU FONDS RÉGIONAL D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM 1- Objectifs Le programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM a pour but de promouvoir l entreprenariat chez les jeunes avocats

Plus en détail

POLITIQUE D HABITATION LES ENJEUX LES PRIN CIPES D INTERVENTION LES OBJECTIFS LES S ECTEURS D INTERVEN TION LA MISE EN ŒUV RE ANNEXES LES ENJ

POLITIQUE D HABITATION LES ENJEUX LES PRIN CIPES D INTERVENTION LES OBJECTIFS LES S ECTEURS D INTERVEN TION LA MISE EN ŒUV RE ANNEXES LES ENJ POLITIQUE D HABITATION LES ENJEUX LES PRIN CIPES D INTERVENTION LES OBJECTIFS LES S ECTEURS D INTERVEN TION LA MISE EN ŒUV RE ANNEXES LES ENJ POLITIQUE D HABITATION Préambule Les municipalités jouent

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS L heure des choix a sonné pour les Résidences Enharmonie de l Office municipal d habitation de Montréal (OMHM)

ÉTUDE DE CAS L heure des choix a sonné pour les Résidences Enharmonie de l Office municipal d habitation de Montréal (OMHM) ÉTUDE DE CAS L heure des choix a sonné pour les Résidences Enharmonie de l Office municipal d habitation de Montréal (OMHM) Léonard Dumas, D.B.A. Professeur de marketing, UQTR (Québec) Robert Laporte,

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Projet de terminal méthanier Rabaska POLITIQUE DE COMPENSATION À L ÉGARD DES PROPRIÉTAIRES DE RÉSIDENCES VOISINES DU SITE DU TERMINAL MÉTHANIER

Projet de terminal méthanier Rabaska POLITIQUE DE COMPENSATION À L ÉGARD DES PROPRIÉTAIRES DE RÉSIDENCES VOISINES DU SITE DU TERMINAL MÉTHANIER Projet de terminal méthanier Rabaska POLITIQUE DE COMPENSATION À L ÉGARD DES PROPRIÉTAIRES DE RÉSIDENCES VOISINES DU SITE DU TERMINAL MÉTHANIER Octobre 2006 ZONE VISÉE PAR LA POLITIQUE DE COMPENSATION

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3538-4 Table des matières Préambule....................................................... 7 Pour commencer... Bien choisir

Plus en détail