UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE SCIENCES ECONOMIQUES THESE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE SCIENCES ECONOMIQUES THESE"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE SCIENCES ECONOMIQUES Année 2001 N attribué par la bibliothèque THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE PARIS I Discipline : Sciences Economiques Présentée et soutenue publiquement par Stéphanie MONJON le 12 Décembre 2001 LES DIMENSIONS TEMPORELLES, INFORMATIONNELLES ET STRATEGIQUES DES COMPORTEMENTS D INNOVATION : APPROCHES EMPIRIQUES ET THEORIQUES Directeur de thèse : nsieur David Encaoua, Professeur à l Université Paris I Panthéon-Sorbonne Rapporteurs Monsieur Pierre Mohnen, Professeur à l Université de Maastricht Monsieur David Perez-Castrillo, Professeur à l Université Autonome de Barcelone Jury Monsieur Bruno Crépon, Administrateur de l I.N.S.E.E. Monsieur Claude Crampes, Professeur à l Université de Toulouse I Monsieur Michel Sollogoub, Professeur à l Université Paris I Panthéon- Sorbonne

2

3 L université de Paris I Panthéon-Sorbonne n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs.

4 Remerciements En tout premier lieu, je teins à remercier mon directeur de thèse, David Encaoua. Je lui suis reconnaissante de son soutien et de son aide tout au long de cette thèse. En particulier au cours des derniers mois de rédaction, il a fait preuve d une patience et d une disponibilité remarquables et n a pas ménagé ses encouragements. J aimerais également ici lui témoigner mon admiration pour l ouverture d esprit, l écoute, la curiosité et l enthousiasme dont il a toujours fait preuve. J espère qu il a retiré autant de plaisir que moi des nombreuses discussions que nous avons partagées. Je suis également très reconnaissante à Emmanuel Duguet. Au début de mon doctorat, Emmanuel m a initié à la pratique de l économétrie et n a par la suite jamais hésité à partager ses connaissances et sa déjà grande expérience. Aujourd hui, nous travaillons ensemble et j espère qu il en retire autant de satisfaction que moi. Je le remercie enfin d avoir accepté de relire la première partie de cette thèse avec le sérieux et la rigueur qui le caractérisent. Mes remerciements s adressent également à Messieurs Claude Crampes, Bruno Crépon, Pierre Mohnen, David Perez-Castrillo et Michel Sollogoub qui ont accepté de faire partie de mon jury. J espère qu ils auront plaisir à lire cette thèse. Au cours de ces années de thèse, j ai également eu la chance de rencontrer plusieurs personnes qui ont non seulement eu la gentillesse de s intéresser à mon travail, me permettant de l améliorer, mais m ont également beaucoup appris sur les qualités que se doit d avoir tout chercheur. Je tiens ici à leur témoigner ma gratitude. Je pense à Jacques Mairesse qui, tout en ayant conscience des limites de son «art», offre toujours des avis d une grande pertinence.

5 Reinhilde Veugelers a témoigné beaucoup de curiosité et d enthousiasme pour mon travail et s est montrée d une grande bienveillance à mon égard. Pierre Mohnen a eu la gentillesse de m accueillir pendant un mois au sein du laboratoire CIRANO. Durant cette période, il a fait preuve d une rare disponibilité et d un grand intérêt pour mes travaux. Ses conseils m ont été précieux. Enfin, plus récemment, j ai rencontré Philippe Aghion dont la gentillesse, l enthousiasme et la vivacité intellectuelle n ont de cesse de m étonner. Mes remerciements s adressent également à Anne Perrot pour ses conseils, ainsi qu à Michèle Cohen et Philippe Jolivaldt pour leur bonne humeur et leur sourire réconfortants. Je voudrais aussi remercier Tania Bouglet, Thomas Brodaty, Philippe Février, Séverine Haller, Corinne Langiner et Tek Ang Lim pour leur relecture attentive de versions préliminaires de ce travail, ainsi que l ensemble des membres d EUREQua et du CREST-LEI, en particulier Patrick Waelbroeck, un de mes co-auteurs, pour leurs conversations et les échanges stimulants dont j ai bénéficiés lors de séminaires ou de groupes de travail. Je ne saurais oublier Tonia, qui est arrivée en même temps que moi à EUREQua et dont la bonne humeur et la complicité durant ces années m ont souvent été d un grand réconfort. Enfin, je remercie Gunther qui n a eu de cesse de rendre mon travail meilleur par ses conseils et ses relectures sans concession. Je lui dois beaucoup.

6 Sommaire Introduction Générale 1 PARTIE 1 Les structures temporelles et informationnelles de l'innovation : Perspectives empiriques 15 CHAPITRE 1 LA PERSISTANCE DU COMPORTEMENT D INNOVATION DES ENTREPRISES 17 Introduction 17 1 Les données 32 2 Méthodologie 44 3 Résultats 58 Conclusion 89 Annexes du chapitre 1 93 CHAPITRE 2 DEVELOPPEMENT INTERNE OU ADOPTION EXTERNE? DETERMINANTS INFORMATIONNELS ET CANAUX DE DIFFUSION. 96 Introduction 96 1 Les données Le modèle La méthodologie Les résultats 136 Conclusion 154 Annexes du chapitre 2 157

7 PARTIE 2 Les stratégies informationnelles des entreprises innovantes: Perspectives théoriques 161 CHAPITRE 3 LA CIRCULATION DE L INFORMATION ENTRE ENTREPRISES CONCURRENTES : UN ETAT DES LIEUX 163 Introduction Les échanges d information entre concurrents lors de la phase de recherche L information transmise par le brevet Les échanges d information entre concurrents lors de la phase de diffusion des innovations 177 Conclusion 182 CHAPITRE 4 LA MANIPULATION D INFORMATION LORS DE LA DIFFUSION DES INNOVATIONS : UN MODELE D ANALYSE 183 Introduction Le modèle Les stratégies d équilibre lorsqu une seule entreprise a adopté la nouvelle technologie Les stratégies initiales d adoption des entreprises Les apports du modèle sur le plan de la politique économique en matière de diffusion technologique 245 Conclusion 248 Annexes du chapitre Conclusion Générale 274 Références bibliographiques 280 Table des matières 297 Table des tableaux 302 Table des graphiques 304

8

9 Introduction Générale L innovation a longtemps échappé à l analyse économique. Malgré l importance reconnue du phénomène dans le développement capitaliste dès le XIX ème siècle par Marx (1867) et, un peu moins d un siècle plus tard, par Schumpeter (1942), le sujet a été relativement négligé jusqu à la fin des années 1970, époque à partir de laquelle le changement technologique a occupé une place de plus en plus importante dans la littérature économique. Le peu de place accordé pendant longtemps au sujet est venu principalement de la difficulté d en donner une représentation théorique simple et donc d en faire un objet d analyse économique. Cette difficulté tient principalement au fait que ses inputs et son output sont avant tout de l information. Cet actif immatériel est très coûteux à produire, en même temps que le coût pour le reproduire est peu élevé. Arrow (1962) a été le premier à montrer que cette caractéristique de l innovation conduisait à une allocation sous-optimale des ressources par le marché pour la production d innovations.

10 Introduction générale Ce n est qu à partir de la fin des années 1970 que l innovation est devenue un objet courant de l analyse économique. Les travaux de Dasgupta et Stiglitz (1980), d une part, et de Loury (1979) et de Lee et Wilde (1980), d autre part, ont marqué le commencement d une véritable explosion des travaux économiques sur le sujet, témoignant de l intérêt de la discipline pour le phénomène. Ces auteurs ont été parmi les premiers à offrir une modélisation simple et pertinente du processus innovant : Dasgupta et Stiglitz (1980) ont repris le cadre d une technologie de production déterministe des innovations développé par Arrow (1962) ; Loury (1979) et Lee et Wilde (1980) ont mis l accent sur la nature stochastique du phénomène en appréhendant l innovation par l intermédiaire d une technologie de production qui associe à tout niveau de dépenses de recherche une probabilité d apparition d une innovation au sein d une entreprise. Les premières représentations théoriques du changement technologique ne rendaient néanmoins compte que partiellement du phénomène. Le processus innovant était appréhendé comme une succession de phases, allant de la recherche pure à la recherche appliquée puis au développement, avant d aboutir éventuellement sur le marché sous la forme d un nouveau produit, d un procédé de production inédit ou d une amélioration de la qualité. La vision héritée des travaux de Schumpeter (1942) et de Galbraith (1952) tendait par ailleurs à faire de la phase de recherche l élément fondamental du processus innovant, en accordant une place centrale aux grands laboratoires de recherche et aux entreprises auxquelles ils appartiennent. Cette vision des faits s est très vite trouvée remise en question, tant au niveau de l observation des entreprises innovantes elles-mêmes qu au niveau plus agrégé des entités nationales et de leur système d innovation. L exemple du Japon a révélé que la compétitivité technologique d un pays ne dépend pas uniquement de son excellence scientifique ou de sa capacité à inventer des technologies nouvelles. De même, la France a été caractérisée par un

11 Introduction générale décalage important entre ses performances en matière de production de connaissances scientifiques fondamentales et celles en matière d innovation (Guillaume, 1998). L assimilation de l innovation technologique à une phase de recherche ne permet de capter qu un aspect du phénomène. De nombreux travaux économiques ont révélé l importance de certains comportements d innovation qui renvoient à des manifestations moins radicales du phénomène et qui font appel à des déterminants autres que la recherche et développement (R&D) (Rosenberg et Steinmueller, 1988). Il est aussi apparu que l appréhension du processus innovant par l intermédiaire d une succession de phases est une représentation trop simpliste, pour ne pas dire erronée, du phénomène. Elle occulte la complexité et la diversité des interactions entre les acteurs du changement technologique qui produisent, distribuent et appliquent des connaissances de différentes natures. La compréhension du phénomène ne passe donc plus seulement par celle des mécanismes qui déplacent la frontière des connaissances scientifiques, mais se doit d intégrer un ensemble très large de comportements soutenant la production, la transformation, ainsi que la diffusion des connaissances. Cette réflexion conduit à intégrer à l analyse de nouvelles modalités du phénomène qui ont été initialement sous-évaluées, ainsi que de nouveaux déterminants dont il s agit d évaluer l importance. Un des objectifs de cette thèse est de contribuer à cette réflexion. L innovation est par ailleurs un processus par nature dynamique, au sens où les innovations actuelles ne sont possibles que parce que des progrès antérieurs ont été réalisés (Scotchmer, 1991). C est d ailleurs ce progrès continu dans les connaissances et les innovations qui est à l origine d une croissance économique persistante. Cet aspect du phénomène a intéressé dans un premier temps les travaux de croissance endogène, avant d être repris plus largement dans l ensemble des travaux économiques.

12 Introduction générale A ces évolutions récentes de la façon d appréhender le processus innovant s ajoutent d autres tendances dues à une nouvelle donne technologique. Les secteurs des technologies de l information et de la communication ou les secteurs des biotechnologies ont remis en cause certaines formes d intervention traditionnelles reposant sur une centralisation poussée de la recherche et de la mise en œuvre du progrès technologique. Les grands programmes technologiques qui ont été menés en France ont rencontré un grand succès dans certains secteurs comme l aérospatial ou le nucléaire civil 1, mais sont moins adaptés aux technologies plus récentes qui renvoient à des marchés civils grand publics de dimension mondiale. Or, ce sont ces derniers marchés qui tirent aujourd hui la recherche alors que les marchés publics, et particulièrement militaires, sont en déclin (Guillaume, 1998). Les pouvoirs publics ont donc largement modifié la façon dont ils interviennent, laissant l initiative aux entreprises privées dans beaucoup de domaines. Cette brève présentation préliminaire nous permet de dégager trois principes qui ont guidé l orientation de notre travail. Le premier principe considère l entreprise comme étant un agent essentiel de l innovation technologique. Certes, les entreprises font partie d un système économique plus large dont les différentes parties (laboratoires publics de recherche, consommateurs, ) sont également des acteurs de l innovation. Mais c est à l entreprise que revient in fine le soin d introduire sur le marché les innovations industrielles. Les entreprises apparaissent ainsi plus que jamais au cœur du processus innovant, que ce soit en tant que créateur de nouvelles connaissances ou en tant que vecteur de diffusion du progrès technologique. Par exemple, les secteurs des technologies de l information et de la communication ou des biotechnologies renvoient à de nouveaux modes de développement, moins centralisés qu auparavant et conduisent à donner plus d initiative aux entreprises privées. Par ailleurs, pour tirer les bénéfices de ces nouvelles 1 Pour un historique des programmes nucléaires français, voir Capelle-Blancard et Monjon (2000).

13 Introduction générale technologies, une large diffusion est nécessaire, ce qui renvoie à des comportements d innovation spécifiques et fait de l entreprise un passage obligé. Or, l entreprise est un agent qui évolue dans un univers de concurrence imparfaite où les stratégies de court et de long termes s enchevêtrent. La concurrence s exerce sur le marché des produits aussi bien que sur le marché de l innovation (Crampes et Encaoua, 2001). Les décisions des entreprises en matière de recherche ou d innovation résultent donc de considérations d ordre stratégique, aussi bien lors d une course au brevet que lors de la diffusion d une innovation. C est l importance accordée à ce phénomène de diffusion qui est à la base du second principe. La diffusion nous paraît une question au moins aussi importante que celle de la création technologique. L intensité de la croissance économique dépend en effet de l ampleur avec laquelle les innovations se diffusent puisque ce n est que lorsque l utilisation des nouvelles technologies ou des nouveaux savoir-faire se généralise que la société bénéficie du changement technologique (Sakurai et al., 1996). Or, le processus de diffusion des innovations demeure un phénomène mal connu (Karshenas et Stoneman, 1995). C est la raison pour laquelle nous avons également mis l accent sur cette phase du changement technologique dans cette thèse. Ce second principe nous a conduit à tenir compte dans notre réflexion de la diversité des comportements d innovation possibles des entreprises et notamment à distinguer les modalités interne et externe du changement technologique. Le premier cas correspond à la situation où l entreprise a mis au point elle-même l innovation qu elle utilise. Dans le second cas, l entreprise a adopté une technologie développée par ailleurs. Déterminer les facteurs à l œuvre dans chacune de ces modalités de l innovation devient alors une exigence importante.

14 Introduction générale Enfin, le dernier principe adopté dans ce travail a été de considérer l innovation non pas comme un acte isolé, mais comme un processus qui s inscrit dans la durée, aussi bien au niveau des entreprises qu au niveau des nations. L étude de la persistance du comportement d innovation dérive alors de ce principe. Structurés autour de ces principes, les travaux présentés dans cette thèse ont pour objectif de contribuer à une meilleure compréhension du processus innovant, en offrant une lecture plus claire des spécificités des comportements d innovation. Toute la difficulté à laquelle nous avons été confrontés dans ce travail tient à la nature même du comportement des entreprises dans le processus d innovation. Ces comportements sont très variés. Il nous a donc fallu trouver le bon équilibre entre deux objectifs. D une part, ne pas simplifier à outrance la diversité de ces comportements de manière à retenir une représentation «réaliste» des processus d innovation en œuvre. D autre part, simplifier la diversité de ces comportements de manière à dégager les faits les plus saillants. Notre travail est divisé en deux parties. La première partie de cette thèse vise à examiner les structures temporelles et informationnelles de l innovation. Cette partie s appuie sur deux travaux empiriques originaux. La dimension temporelle est appréhendée par le phénomène de persistance. L innovation d une entreprise est-elle un phénomène isolé au cours du temps ou, au contraire, s agit-il d un phénomène persistant? Pour tester l hypothèse de persistance du comportement d innovation, nous mettons l accent sur les sources internes de l innovation des entreprises. La dimension informationnelle de l innovation est appréhendée par l examen des sources d information auxquelles les entreprises recourent, selon qu elles innovent en interne ou qu elles adoptent des technologies externes. On distingue à cet effet les sources internes et externes. Les représentations actuelles du processus innovant accordent une place importante

15 Introduction générale aux sources externes de l innovation. Il s agit alors de tester la pertinence de ces représentations en distinguant le rôle et les effets de ces facteurs sur les différentes modalités du changement technologique au sein des entreprises. Dans la seconde partie de cette thèse, nous complétons le «portrait» de l entreprise innovante en examinant les stratégies «informationnelles» que cette dernière est susceptible de mettre en œuvre pour protéger son avantage innovant. Cette partie repose sur un modèle théorique original, qui vise à analyser la décision d adoption technologique des entreprises. A la différence des multiples travaux qui mettent l accent sur les aspects stratégiques des échanges d information entre concurrents lors des courses à l innovation, nous cherchons ici à mettre en évidence les enjeux stratégiques attachés aux informations dont disposent les entreprises lors de la phase de diffusion d une innovation. Ainsi, notre problématique peut se développer en deux ensembles de questions : - Quels sont les déterminants internes et externes de l innovation des entreprises? Ces déterminants diffèrent-ils selon les caractéristiques des entreprises ou selon la modalité d innovation envisagée? Sont-ils à l origine de rendements croissants? - Au-delà de la question des déterminants de son innovation et de leur impact, de quelles actions dispose une entreprise vis-à-vis des informations sur lesquelles repose son innovation? Ceci renvoie à la question de la gestion stratégique de l information. Diffère-t-elle selon le comportement d innovation considéré? Quels impacts ont ces stratégies individuelles sur le rythme du progrès technique? Le premier chapitre de cette thèse présente une étude économétrique originale qui vise à apprécier la persistance du comportement d innovation et à identifier l origine du phénomène. Sur ce

16 Introduction générale point, la théorie offre des représentations très contrastées des dynamiques innovantes individuelles et en particulier de la façon dont les innovations successives sont distribuées dans les entreprises : elles peuvent apparaître majoritairement dans les mêmes entreprises ou, au contraire, provenir d entreprises différentes. Or, comme l ont montré de récents travaux théoriques en croissance endogène (Aghion, Harris et Vickers, 1997 ; Encaoua et Ulph, 2000 ; Hörner, 2001), la façon dont les innovations successives émergent dans les entreprises influence le rythme du progrès technique et le taux de croissance d une économie. Par ailleurs, l évaluation du degré de persistance du comportement d innovation constitue un élément important pour comprendre la dynamique industrielle et en particulier l évolution des structures de marché et la façon dont se renouvelle le tissu industriel. Trois arguments théoriques conduisent à conclure à l existence d avantages durables de certaines entreprises pour innover. Les caractéristiques individuelles peuvent tout d abord expliquer le maintien d un comportement d innovation dans une entreprise. Ensuite, les caractéristiques du processus innovant, en particulier la nature de ses inputs ou de sa technologie de production, sont également des facteurs de persistance de l innovation. Les impératifs du marché peuvent enfin imposer une fréquence d apparition élevée des innovations au sein d une entreprise. Or, les quelques travaux empiriques qui ont jusqu ici abordé la question de la persistance du comportement d innovation conduisent généralement à relativiser les effets de ces trois facteurs explicatifs. L objet de ce premier chapitre est de réexaminer cette question de la persistance du comportement d innovation à partir de données françaises issues de différentes enquêtes sur l innovation, en utilisant des nouvelles méthodes économétriques.

17 Introduction générale Une originalité de l approche adoptée dans ce chapitre est en effet d ordre méthodologique. Nous tenons compte du problème que posent les méthodes standards utilisées en économétrie de l innovation, qui peuvent conduire à des estimations biaisées. Le degré de persistance du comportement d innovation est évalué en comparant les performances d innovation d entreprises, selon qu elles ont innové ou non dans le passé. Or ces deux types d entreprises ne sont pas directement comparables, contrairement à ce qui est supposé dans les méthodes standards. Nous traitons ce problème en nous plaçant dans le modèle de Rubin (1974) et en utilisant des méthodes d appariement développées par Rosenbaum et Rubin (1983) et plus récemment par Heckman et al. (1997). Le deuxième chapitre de cette thèse correspond également à un travail économétrique original qui aborde la question des sources internes et externes de l innovation des entreprises. Le changement technologique repose sur un ensemble complexe d interactions entre les agents d une économie. Les liens entre les acteurs du système reposent tous sur un transfert, formel ou non, de connaissances. L appréhension des interactions entre agents passe donc principalement par celle de l information qui circule entre eux. Le deuxième chapitre offre un examen empirique de cette représentation du processus innovant. Selon la forme qu il revêt au sein d une entreprise, le changement technologique renvoie à des besoins informationnels différents. Dans le même temps, les différentes sources informationnelles ne répondent pas aux mêmes besoins, notamment parce que les connaissances dont elles disposent sont de nature et d'utilité différentes. Notre réflexion s appuie sur une typologie qui distingue les comportements d innovation interne (i.e. les entreprises ont développé elles-mêmes l innovation de produit ou de procédé qu elles exploitent) et externe (i.e. les entreprise utilisent une innovation mise au point par ailleurs). La question est alors de savoir si ces deux modalités du changement technologique renvoient à des besoins informationnels différents.

18 Introduction générale L objectif de ce chapitre est donc d identifier l ensemble des flux informationnels, formels ou non, qui soutiennent le changement technologique en France, en tenant compte de la diversité des comportements d innovation des entreprises. Sur le plan de ses implications, ce chapitre éclaire un problème important. La compréhension et la mesure des flux de connaissances au sein d un système d innovation constituent aujourd hui des enjeux politiques évidents. La performance d une économie en terme d innovation dépend en effet de l efficacité de ces liens, de la fluidité de ces canaux de transmission et de la capacité des agents à utiliser les informations transmises. Sur le plan méthodologique, nous tenons compte dans ce chapitre d un problème inhérent aux données issues des Enquêtes Communautaires sur l Innovation. Dans ces enquêtes, seules les entreprises qui ont innové au cours de la période considérée répondent à l ensemble des questions. Pour exploiter certaines données, l échantillon doit alors être restreint aux seules entreprises innovantes, de sorte que les estimations peuvent souffrir d un biais de sélection. Nous résolvons ce problème en modélisant aussi bien la décision d innover, que la façon dont l entreprise innove. Les analyses présentées dans les chapitres 1 et 2 peuvent être schématisées dans un tableau à double entrée. Les lignes renvoient aux modalités interne et externe de l innovation (i.e. développement interne et adoption externe), alors que les colonnes correspondent aux sources internes et externes du phénomène.

19 Introduction générale Tableau 1 Présentation schématique des deux premiers chapitres Sources internes Sources externes Modalité interne Développement interne (chapitre 2) Persistance (chapitre 1) Modalité externe Adoption externe (chapitre 2) La seconde partie de la thèse poursuit l exploration du processus innovant en s intéressant non plus aux structures temporelles et informationnelles du phénomène, mais aux stratégies informationnelles que les entreprises développent pour préserver ou renforcer l avantage que leur procurent leurs activités innovantes. La valeur de l innovation d une entreprise peut en effet diminuer si l information sur laquelle elle repose est diffusée aux concurrents. Ainsi, une entreprise perd son avance lors d une course au brevet si les résultats de sa recherche sont divulgués à ses concurrents. De la même façon, avant de commercialiser son innovation, une entreprise doit choisir un mode de protection efficace, sinon elle risque de perdre rapidement son avantage concurrentiel. Les entreprises se doivent donc d être particulièrement vigilantes vis-à-vis des informations ayant trait à leurs activités innovantes, qu il s agisse d une phase de recherche ou de la phase d exploitation commerciale de leur innovation. Les enjeux stratégiques qui y sont attachés peuvent ainsi inciter les entreprises

20 Introduction générale innovantes à mettre en œuvre une gestion sophistiquée de cette information. Ces stratégies «informationnelles» ont une influence considérable sur la valeur finale de leur innovation et par conséquent sur leurs incitations à innover. Ces stratégies conditionnent par ailleurs la façon dont les informations circulent entre les entreprises, qu elles appartiennent ou non au même secteur. Le troisième chapitre de cette thèse est consacré à une mise en perspective de différents travaux théoriques qui traitent des aspects stratégiques liés aux échanges d information entre entreprises concurrentes. Ces travaux mettent en évidence la complexité des stratégies «informationnelles» que ces dernières mettent en œuvre pour protéger ou tirer avantage de leur information privée, tout au moins lorsqu il s agit d une phase de recherche ou du mode de protection qu une entreprise choisit pour son innovation. En revanche, la question de la circulation de l information entre concurrents lors de la phase de diffusion d une innovation fait l objet de peu de travaux. De plus, ceux-ci n ont jamais considéré que les entreprises gèrent, ici encore, stratégiquement les informations dont elles disposent. La majorité des modèles d adoption en information imparfaite supposent en effet que l information dont dispose une entreprise sur une nouvelle technologie est diffusée à l ensemble de ses concurrents. Pourtant, le processus de diffusion est caractérisé par des asymétries d information, rendant la manipulation des informations possible. Le quatrième chapitre de notre thèse présente un travail théorique original permettant d étudier l existence de stratégies «informationnelles» lors de l adoption technologique d une entreprise et d analyser l impact de tels comportements sur la diffusion de l innovation au sein d une industrie. Les premières entreprises qui adoptent une nouvelle technologie obtiennent de l information sur ses performances techniques et économiques dont ne disposent pas celles qui n utilisent pas encore l innovation de procédé. Pour ces dernières, ces informations sont très précieuses car elles leur permettent de mieux évaluer la profitabilité de la nouvelle

21 Introduction générale technologie. Le risque lié à l adoption est alors diminué et les suiveurs peuvent avancer, ou retarder leur adoption en fonction de l information qu ils ont collectée auprès des premières entreprises utilisant l innovation. Mais dans le même temps, ces dernières peuvent avoir intérêt à ne pas révéler à leurs concurrents la profitabilité réelle de la nouvelle technologie qu elles utilisent. Ces entreprises bénéficient par conséquent d un avantage informationnel et peuvent essayer d en tirer parti. Dans ce chapitre, nous développons un modèle d adoption dynamique en information imparfaite et examinons si la première entreprise qui adopte une nouvelle technologie peut exploiter l avantage informationnel que lui confère son adoption à une date avancée. Son concurrent ne bénéficie alors d aucune externalité informationnelle et n adopte pas la nouvelle technologie alors même qu il y avait intérêt. Ces stratégies conditionnent la façon dont l information circule entre concurrents. Elles influencent in fine la diffusion de la nouvelle technologie : le processus de diffusion peut être bloqué ou, au contraire, conduire à une adoption simultanée des concurrents. Dans ce dernier cas, les entreprises se retrouvent dans une situation moins favorable que celle où aucune entreprise n aurait adopté la nouvelle technologie.

22 PARTIE 1 Les structures temporelles et informationnelles de l innovation : Perspectives empiriques

23 Introduction de la partie Introduction de la partie La fonction d innovation est une représentation courante du processus d innovation. Elle a été proposée et testée pour la première fois par Griliches (1979) et a été depuis largement reprise. Son objectif est de rendre compte de la technologie qui soutient la production des innovations en explicitant les inputs, et plus généralement les déterminants de l innovation. L élargissement récent des déterminants et des comportements innovants remet en cause, si ce n est la validité, tout au moins le degré de généralité des représentations précédentes du phénomène. Ainsi, ce sont non seulement les déterminants de l innovation qui doivent être réexaminés, mais également la forme de l output innovant à considérer. C est ce que propose cette première partie en adaptant la fonction d innovation. Le premier chapitre de cette partie examine la question de la persistance du comportement d innovation. Sur ce point, les modèles théoriques ont adopté des représentations très variées de la dynamique innovante des entreprises. Ainsi, les innovations successives peuvent apparaître toujours dans les mêmes entreprises, ou bien provenir la plupart du temps d'entreprises différentes. Ces deux représentations de la dynamique innovante des entreprises renvoient à des hypothèses diamétralement opposées sur le degré de persistance du comportement d innovation et par conséquent sur les propriétés des activités à l origine de l innovation dans les entreprises. L objet de ce chapitre est de tester la validité des différentes représentations, en appréciant le degré de persistance du comportement d innovation sur données françaises et en identifiant partiellement l origine du phénomène. Cette approche permet d examiner les 15

Economie Industrielle 09

Economie Industrielle 09 Economie Industrielle 09 Economie de l innovation et de la propriété intellectuelle 1 1 Doctorant Département SES Télécom ParisTech La place de l innovation dans les économies développées L innovation

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5 $QQH[H,QIRUPDWLRQVFRQFHUQDQWO pydoxdwlrqgho HQVHLJQHPHQWXQLYHUVLWDLUHj GLVWDQFH,QWURGXFWLRQ L enseignement à distance de niveau universitaire est d apparition récente en Suisse, où il est soutenu par des

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Représentation graphique et pensée managériale, le cas de la Harvard Business Review de 1922 à 1999

Représentation graphique et pensée managériale, le cas de la Harvard Business Review de 1922 à 1999 Représentation graphique et pensée managériale, le cas de la Harvard Business Review de 1922 à 1999 Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE POLYTECHNIQUE Domaine ECONOMIE ET SCIENCES SOCIALES

Plus en détail

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) avec les États de l UE et de l AELE, entré en vigueur en juin, marque un

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Charte de la thèse de Doctorat

Charte de la thèse de Doctorat Charte de la thèse de Doctorat Collège des études doctorales Écoles Doctorales >> 536 Sciences et Agrosciences >> 537 Culture et Patrimoine Campus Centre Ville - Site Ste Marthe 74 Rue Louis Pasteur -

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

Stratégie d exportation et stratégie d entreprise

Stratégie d exportation et stratégie d entreprise CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR Stratégie d exportation et stratégie d entreprise Palais des Nations 30 et 31 mars 2015 Boumediene Derkaoui Président Directeur Général du Groupe SAIDAL Agenda

Plus en détail

Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011

Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011 Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011 En introduction, le modérateur du groupe présente ses excuses pour le report de

Plus en détail

AVANT-PROPOS L analyse des données

AVANT-PROPOS L analyse des données AVANT-PROPOS L analyse des données Godelieve MASUY-STROOBANT Nos «sociétés de l information» voient se multiplier les bases de données administratives et les enquêtes ad hoc le plus souvent destinées à

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La mondialisation des marchés, la réduction de la durée de vie des produits et la compétition accrue entre petites et grandes organisations sont des facteurs qui incitent les entreprises à se

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine Doctorat conjoint de l université d Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) France et de l université du Québec à Montréal (UQAM) Québec,

Plus en détail

Développer des compétences pour mieux réussir à l international. Éditorial

Développer des compétences pour mieux réussir à l international. Éditorial VOLUME 15 NUMÉRO 2Mai 201 5 Développer des compétences pour mieux réussir à l international Éditorial Dans un environnement d affaires caractérisé par une ouverture toujours plus grande des marchés internationaux

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/22 ORIGINAL : anglais DATE : 15 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

Éducation aux médias et littératie médiatique

Éducation aux médias et littératie médiatique L Éducation aux médias : Perspectives pour la formation Éducation aux médias et littératie médiatique J e suis chercheur en information et communication à l Université catholique de Louvain, et depuis

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

* L auteur est chercheur associé à l Institut Libéral. Programme.

* L auteur est chercheur associé à l Institut Libéral. Programme. A lors que le Conseil fédéral veut poser les jalons d une économie «plus verte» et que le climat politique est en partie conditionné par l écologisme, il semble important de vérifier le bien-fondé de telles

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance. pour des publics en difficulté en lecture et écriture

Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance. pour des publics en difficulté en lecture et écriture Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance pour des publics en difficulté en lecture et écriture Yves Ardourel Laboratoire : CEMIC/GRESIC, Bordeaux, France Etablissement

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums good to know you* Le centre expert des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums, étudie les tendances de ces deux

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

sommaire sommaire 11 introduction 13

sommaire sommaire 11 introduction 13 sommaire sommaire 11 introduction 13 première partie: théories du management des différences interculturelles le management et la culture 19 Qu est que la culture? 19 Management interculturel : un avantage

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D'

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D' NOTE D' INFORMATION ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 98.26 AOÛT Parmi les établissements de crédit et les sociétés d assurances de plus de vingt personnes,

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE Hervé Fenneteau L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE 3 e édition Conseiller éditorial : Frédéric Poulon Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072234-1 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Définir l Entreprise Resources Planning mieux connu sous le nom d ERP Cette solution informatique

Plus en détail

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble Anne-Claudine Oller Coaching scolaire, école, individu. L émergence d un accompagnement non disciplinaire en marge

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

Le cluster de biotechnologies en Ile de France et les relations firmes / recherche publique

Le cluster de biotechnologies en Ile de France et les relations firmes / recherche publique Le cluster de biotechnologies en Ile de France et les relations firmes / recherche publique Sabine Ferrand-Nagel ADIS groupe GSI Faculté Jean Monnet / Université Paris sud XI SFN - ADIS groupe GSI 1 Présentation

Plus en détail

Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation

Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation Par: Louis Rhéaume, Candidat PhD, UQÀM Stratégie de gestion et management de la technologie Colloque en gestion

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

00-Promouvoir-Intro-corT2-C2-ok_Mise en page 1 29/10/12 09:12 Page7. Introduction

00-Promouvoir-Intro-corT2-C2-ok_Mise en page 1 29/10/12 09:12 Page7. Introduction 00-Promouvoir-Intro-corT2-C2-ok_Mise en page 1 29/10/12 09:12 Page7 Comme la plupart des produits commercialisés, les œuvres culturelles, lorsqu elles sont mises sur le marché, font l objet de la part

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions 1) Comment se fait le partage des responsabilités en matière de

Plus en détail

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le nombre d exemplaires : 3 1 pour l entreprise, 1 pour l I.U.T., 1 pour vous même Le nombre de pages : 30 pages maximum (annexes non comprises) Le format : A4 Le rapport

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

Les Enjeux du Référencement de Sites Internet. Un livre blanc réalisé par Benchmark Group pour Netbooster

Les Enjeux du Référencement de Sites Internet. Un livre blanc réalisé par Benchmark Group pour Netbooster Les Enjeux du Référencement de Sites Internet Un livre blanc réalisé par Benchmark Group pour Netbooster Pourquoi un livre blanc sur le référencement de sites? Alors qu au niveau mondial, on dénombre sur

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Statut de l évaluation dans la didactique du français comme langue étrangère

Statut de l évaluation dans la didactique du français comme langue étrangère Statut de l évaluation dans la didactique du français comme langue étrangère En tant que sujet de recherche incontournable en didactique des langues et des cultures et dans la formation des enseignants,

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique

Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique Note de la commission TIC de l Académie des Technologies Février 2014 version 0.2 1. Introduction Cette courte note fait

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Objectifs L enseignement des mathématiques contribue à former un être humain méthodique, inventif et critique, doué de la faculté de raisonner

Plus en détail

NOTIONS D ÉCONOMIE D ECHELLE

NOTIONS D ÉCONOMIE D ECHELLE RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES Mémoire n 103 NOTIONS D ÉCONOMIE D ECHELLE ET D EFFET DE DIMENSION Document d'analyse en économie financière locale (momentané et actualisable) Cyriaque MOREAU Rennes, le

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

Conclusions du Colloque 1

Conclusions du Colloque 1 56 MATHS A VENIR 2009 Conclusions du Colloque 1 Ces conclusions ont été rédigées par le comité de programme du colloque MATHS A VENIR 2009, comprenant des représentants des sociétés savantes, Société Française

Plus en détail

L équilibre des relations fournisseurs-distributeurs Le cas des marchés de produits de grande consommation

L équilibre des relations fournisseurs-distributeurs Le cas des marchés de produits de grande consommation L équilibre des relations fournisseurs-distributeurs Le cas des marchés de produits de grande consommation Michel DIETSCH Professeur à l IEP de Strasbourg michel.dietsch@urs.u-strasbg.fr Résumé et principales

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail