UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE SCIENCES ECONOMIQUES THESE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE SCIENCES ECONOMIQUES THESE"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS I PANTHEON SORBONNE U.F.R. DE SCIENCES ECONOMIQUES Année 2001 N attribué par la bibliothèque THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE PARIS I Discipline : Sciences Economiques Présentée et soutenue publiquement par Stéphanie MONJON le 12 Décembre 2001 LES DIMENSIONS TEMPORELLES, INFORMATIONNELLES ET STRATEGIQUES DES COMPORTEMENTS D INNOVATION : APPROCHES EMPIRIQUES ET THEORIQUES Directeur de thèse : nsieur David Encaoua, Professeur à l Université Paris I Panthéon-Sorbonne Rapporteurs Monsieur Pierre Mohnen, Professeur à l Université de Maastricht Monsieur David Perez-Castrillo, Professeur à l Université Autonome de Barcelone Jury Monsieur Bruno Crépon, Administrateur de l I.N.S.E.E. Monsieur Claude Crampes, Professeur à l Université de Toulouse I Monsieur Michel Sollogoub, Professeur à l Université Paris I Panthéon- Sorbonne

2

3 L université de Paris I Panthéon-Sorbonne n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs.

4 Remerciements En tout premier lieu, je teins à remercier mon directeur de thèse, David Encaoua. Je lui suis reconnaissante de son soutien et de son aide tout au long de cette thèse. En particulier au cours des derniers mois de rédaction, il a fait preuve d une patience et d une disponibilité remarquables et n a pas ménagé ses encouragements. J aimerais également ici lui témoigner mon admiration pour l ouverture d esprit, l écoute, la curiosité et l enthousiasme dont il a toujours fait preuve. J espère qu il a retiré autant de plaisir que moi des nombreuses discussions que nous avons partagées. Je suis également très reconnaissante à Emmanuel Duguet. Au début de mon doctorat, Emmanuel m a initié à la pratique de l économétrie et n a par la suite jamais hésité à partager ses connaissances et sa déjà grande expérience. Aujourd hui, nous travaillons ensemble et j espère qu il en retire autant de satisfaction que moi. Je le remercie enfin d avoir accepté de relire la première partie de cette thèse avec le sérieux et la rigueur qui le caractérisent. Mes remerciements s adressent également à Messieurs Claude Crampes, Bruno Crépon, Pierre Mohnen, David Perez-Castrillo et Michel Sollogoub qui ont accepté de faire partie de mon jury. J espère qu ils auront plaisir à lire cette thèse. Au cours de ces années de thèse, j ai également eu la chance de rencontrer plusieurs personnes qui ont non seulement eu la gentillesse de s intéresser à mon travail, me permettant de l améliorer, mais m ont également beaucoup appris sur les qualités que se doit d avoir tout chercheur. Je tiens ici à leur témoigner ma gratitude. Je pense à Jacques Mairesse qui, tout en ayant conscience des limites de son «art», offre toujours des avis d une grande pertinence.

5 Reinhilde Veugelers a témoigné beaucoup de curiosité et d enthousiasme pour mon travail et s est montrée d une grande bienveillance à mon égard. Pierre Mohnen a eu la gentillesse de m accueillir pendant un mois au sein du laboratoire CIRANO. Durant cette période, il a fait preuve d une rare disponibilité et d un grand intérêt pour mes travaux. Ses conseils m ont été précieux. Enfin, plus récemment, j ai rencontré Philippe Aghion dont la gentillesse, l enthousiasme et la vivacité intellectuelle n ont de cesse de m étonner. Mes remerciements s adressent également à Anne Perrot pour ses conseils, ainsi qu à Michèle Cohen et Philippe Jolivaldt pour leur bonne humeur et leur sourire réconfortants. Je voudrais aussi remercier Tania Bouglet, Thomas Brodaty, Philippe Février, Séverine Haller, Corinne Langiner et Tek Ang Lim pour leur relecture attentive de versions préliminaires de ce travail, ainsi que l ensemble des membres d EUREQua et du CREST-LEI, en particulier Patrick Waelbroeck, un de mes co-auteurs, pour leurs conversations et les échanges stimulants dont j ai bénéficiés lors de séminaires ou de groupes de travail. Je ne saurais oublier Tonia, qui est arrivée en même temps que moi à EUREQua et dont la bonne humeur et la complicité durant ces années m ont souvent été d un grand réconfort. Enfin, je remercie Gunther qui n a eu de cesse de rendre mon travail meilleur par ses conseils et ses relectures sans concession. Je lui dois beaucoup.

6 Sommaire Introduction Générale 1 PARTIE 1 Les structures temporelles et informationnelles de l'innovation : Perspectives empiriques 15 CHAPITRE 1 LA PERSISTANCE DU COMPORTEMENT D INNOVATION DES ENTREPRISES 17 Introduction 17 1 Les données 32 2 Méthodologie 44 3 Résultats 58 Conclusion 89 Annexes du chapitre 1 93 CHAPITRE 2 DEVELOPPEMENT INTERNE OU ADOPTION EXTERNE? DETERMINANTS INFORMATIONNELS ET CANAUX DE DIFFUSION. 96 Introduction 96 1 Les données Le modèle La méthodologie Les résultats 136 Conclusion 154 Annexes du chapitre 2 157

7 PARTIE 2 Les stratégies informationnelles des entreprises innovantes: Perspectives théoriques 161 CHAPITRE 3 LA CIRCULATION DE L INFORMATION ENTRE ENTREPRISES CONCURRENTES : UN ETAT DES LIEUX 163 Introduction Les échanges d information entre concurrents lors de la phase de recherche L information transmise par le brevet Les échanges d information entre concurrents lors de la phase de diffusion des innovations 177 Conclusion 182 CHAPITRE 4 LA MANIPULATION D INFORMATION LORS DE LA DIFFUSION DES INNOVATIONS : UN MODELE D ANALYSE 183 Introduction Le modèle Les stratégies d équilibre lorsqu une seule entreprise a adopté la nouvelle technologie Les stratégies initiales d adoption des entreprises Les apports du modèle sur le plan de la politique économique en matière de diffusion technologique 245 Conclusion 248 Annexes du chapitre Conclusion Générale 274 Références bibliographiques 280 Table des matières 297 Table des tableaux 302 Table des graphiques 304

8

9 Introduction Générale L innovation a longtemps échappé à l analyse économique. Malgré l importance reconnue du phénomène dans le développement capitaliste dès le XIX ème siècle par Marx (1867) et, un peu moins d un siècle plus tard, par Schumpeter (1942), le sujet a été relativement négligé jusqu à la fin des années 1970, époque à partir de laquelle le changement technologique a occupé une place de plus en plus importante dans la littérature économique. Le peu de place accordé pendant longtemps au sujet est venu principalement de la difficulté d en donner une représentation théorique simple et donc d en faire un objet d analyse économique. Cette difficulté tient principalement au fait que ses inputs et son output sont avant tout de l information. Cet actif immatériel est très coûteux à produire, en même temps que le coût pour le reproduire est peu élevé. Arrow (1962) a été le premier à montrer que cette caractéristique de l innovation conduisait à une allocation sous-optimale des ressources par le marché pour la production d innovations.

10 Introduction générale Ce n est qu à partir de la fin des années 1970 que l innovation est devenue un objet courant de l analyse économique. Les travaux de Dasgupta et Stiglitz (1980), d une part, et de Loury (1979) et de Lee et Wilde (1980), d autre part, ont marqué le commencement d une véritable explosion des travaux économiques sur le sujet, témoignant de l intérêt de la discipline pour le phénomène. Ces auteurs ont été parmi les premiers à offrir une modélisation simple et pertinente du processus innovant : Dasgupta et Stiglitz (1980) ont repris le cadre d une technologie de production déterministe des innovations développé par Arrow (1962) ; Loury (1979) et Lee et Wilde (1980) ont mis l accent sur la nature stochastique du phénomène en appréhendant l innovation par l intermédiaire d une technologie de production qui associe à tout niveau de dépenses de recherche une probabilité d apparition d une innovation au sein d une entreprise. Les premières représentations théoriques du changement technologique ne rendaient néanmoins compte que partiellement du phénomène. Le processus innovant était appréhendé comme une succession de phases, allant de la recherche pure à la recherche appliquée puis au développement, avant d aboutir éventuellement sur le marché sous la forme d un nouveau produit, d un procédé de production inédit ou d une amélioration de la qualité. La vision héritée des travaux de Schumpeter (1942) et de Galbraith (1952) tendait par ailleurs à faire de la phase de recherche l élément fondamental du processus innovant, en accordant une place centrale aux grands laboratoires de recherche et aux entreprises auxquelles ils appartiennent. Cette vision des faits s est très vite trouvée remise en question, tant au niveau de l observation des entreprises innovantes elles-mêmes qu au niveau plus agrégé des entités nationales et de leur système d innovation. L exemple du Japon a révélé que la compétitivité technologique d un pays ne dépend pas uniquement de son excellence scientifique ou de sa capacité à inventer des technologies nouvelles. De même, la France a été caractérisée par un

11 Introduction générale décalage important entre ses performances en matière de production de connaissances scientifiques fondamentales et celles en matière d innovation (Guillaume, 1998). L assimilation de l innovation technologique à une phase de recherche ne permet de capter qu un aspect du phénomène. De nombreux travaux économiques ont révélé l importance de certains comportements d innovation qui renvoient à des manifestations moins radicales du phénomène et qui font appel à des déterminants autres que la recherche et développement (R&D) (Rosenberg et Steinmueller, 1988). Il est aussi apparu que l appréhension du processus innovant par l intermédiaire d une succession de phases est une représentation trop simpliste, pour ne pas dire erronée, du phénomène. Elle occulte la complexité et la diversité des interactions entre les acteurs du changement technologique qui produisent, distribuent et appliquent des connaissances de différentes natures. La compréhension du phénomène ne passe donc plus seulement par celle des mécanismes qui déplacent la frontière des connaissances scientifiques, mais se doit d intégrer un ensemble très large de comportements soutenant la production, la transformation, ainsi que la diffusion des connaissances. Cette réflexion conduit à intégrer à l analyse de nouvelles modalités du phénomène qui ont été initialement sous-évaluées, ainsi que de nouveaux déterminants dont il s agit d évaluer l importance. Un des objectifs de cette thèse est de contribuer à cette réflexion. L innovation est par ailleurs un processus par nature dynamique, au sens où les innovations actuelles ne sont possibles que parce que des progrès antérieurs ont été réalisés (Scotchmer, 1991). C est d ailleurs ce progrès continu dans les connaissances et les innovations qui est à l origine d une croissance économique persistante. Cet aspect du phénomène a intéressé dans un premier temps les travaux de croissance endogène, avant d être repris plus largement dans l ensemble des travaux économiques.

12 Introduction générale A ces évolutions récentes de la façon d appréhender le processus innovant s ajoutent d autres tendances dues à une nouvelle donne technologique. Les secteurs des technologies de l information et de la communication ou les secteurs des biotechnologies ont remis en cause certaines formes d intervention traditionnelles reposant sur une centralisation poussée de la recherche et de la mise en œuvre du progrès technologique. Les grands programmes technologiques qui ont été menés en France ont rencontré un grand succès dans certains secteurs comme l aérospatial ou le nucléaire civil 1, mais sont moins adaptés aux technologies plus récentes qui renvoient à des marchés civils grand publics de dimension mondiale. Or, ce sont ces derniers marchés qui tirent aujourd hui la recherche alors que les marchés publics, et particulièrement militaires, sont en déclin (Guillaume, 1998). Les pouvoirs publics ont donc largement modifié la façon dont ils interviennent, laissant l initiative aux entreprises privées dans beaucoup de domaines. Cette brève présentation préliminaire nous permet de dégager trois principes qui ont guidé l orientation de notre travail. Le premier principe considère l entreprise comme étant un agent essentiel de l innovation technologique. Certes, les entreprises font partie d un système économique plus large dont les différentes parties (laboratoires publics de recherche, consommateurs, ) sont également des acteurs de l innovation. Mais c est à l entreprise que revient in fine le soin d introduire sur le marché les innovations industrielles. Les entreprises apparaissent ainsi plus que jamais au cœur du processus innovant, que ce soit en tant que créateur de nouvelles connaissances ou en tant que vecteur de diffusion du progrès technologique. Par exemple, les secteurs des technologies de l information et de la communication ou des biotechnologies renvoient à de nouveaux modes de développement, moins centralisés qu auparavant et conduisent à donner plus d initiative aux entreprises privées. Par ailleurs, pour tirer les bénéfices de ces nouvelles 1 Pour un historique des programmes nucléaires français, voir Capelle-Blancard et Monjon (2000).

13 Introduction générale technologies, une large diffusion est nécessaire, ce qui renvoie à des comportements d innovation spécifiques et fait de l entreprise un passage obligé. Or, l entreprise est un agent qui évolue dans un univers de concurrence imparfaite où les stratégies de court et de long termes s enchevêtrent. La concurrence s exerce sur le marché des produits aussi bien que sur le marché de l innovation (Crampes et Encaoua, 2001). Les décisions des entreprises en matière de recherche ou d innovation résultent donc de considérations d ordre stratégique, aussi bien lors d une course au brevet que lors de la diffusion d une innovation. C est l importance accordée à ce phénomène de diffusion qui est à la base du second principe. La diffusion nous paraît une question au moins aussi importante que celle de la création technologique. L intensité de la croissance économique dépend en effet de l ampleur avec laquelle les innovations se diffusent puisque ce n est que lorsque l utilisation des nouvelles technologies ou des nouveaux savoir-faire se généralise que la société bénéficie du changement technologique (Sakurai et al., 1996). Or, le processus de diffusion des innovations demeure un phénomène mal connu (Karshenas et Stoneman, 1995). C est la raison pour laquelle nous avons également mis l accent sur cette phase du changement technologique dans cette thèse. Ce second principe nous a conduit à tenir compte dans notre réflexion de la diversité des comportements d innovation possibles des entreprises et notamment à distinguer les modalités interne et externe du changement technologique. Le premier cas correspond à la situation où l entreprise a mis au point elle-même l innovation qu elle utilise. Dans le second cas, l entreprise a adopté une technologie développée par ailleurs. Déterminer les facteurs à l œuvre dans chacune de ces modalités de l innovation devient alors une exigence importante.

14 Introduction générale Enfin, le dernier principe adopté dans ce travail a été de considérer l innovation non pas comme un acte isolé, mais comme un processus qui s inscrit dans la durée, aussi bien au niveau des entreprises qu au niveau des nations. L étude de la persistance du comportement d innovation dérive alors de ce principe. Structurés autour de ces principes, les travaux présentés dans cette thèse ont pour objectif de contribuer à une meilleure compréhension du processus innovant, en offrant une lecture plus claire des spécificités des comportements d innovation. Toute la difficulté à laquelle nous avons été confrontés dans ce travail tient à la nature même du comportement des entreprises dans le processus d innovation. Ces comportements sont très variés. Il nous a donc fallu trouver le bon équilibre entre deux objectifs. D une part, ne pas simplifier à outrance la diversité de ces comportements de manière à retenir une représentation «réaliste» des processus d innovation en œuvre. D autre part, simplifier la diversité de ces comportements de manière à dégager les faits les plus saillants. Notre travail est divisé en deux parties. La première partie de cette thèse vise à examiner les structures temporelles et informationnelles de l innovation. Cette partie s appuie sur deux travaux empiriques originaux. La dimension temporelle est appréhendée par le phénomène de persistance. L innovation d une entreprise est-elle un phénomène isolé au cours du temps ou, au contraire, s agit-il d un phénomène persistant? Pour tester l hypothèse de persistance du comportement d innovation, nous mettons l accent sur les sources internes de l innovation des entreprises. La dimension informationnelle de l innovation est appréhendée par l examen des sources d information auxquelles les entreprises recourent, selon qu elles innovent en interne ou qu elles adoptent des technologies externes. On distingue à cet effet les sources internes et externes. Les représentations actuelles du processus innovant accordent une place importante

15 Introduction générale aux sources externes de l innovation. Il s agit alors de tester la pertinence de ces représentations en distinguant le rôle et les effets de ces facteurs sur les différentes modalités du changement technologique au sein des entreprises. Dans la seconde partie de cette thèse, nous complétons le «portrait» de l entreprise innovante en examinant les stratégies «informationnelles» que cette dernière est susceptible de mettre en œuvre pour protéger son avantage innovant. Cette partie repose sur un modèle théorique original, qui vise à analyser la décision d adoption technologique des entreprises. A la différence des multiples travaux qui mettent l accent sur les aspects stratégiques des échanges d information entre concurrents lors des courses à l innovation, nous cherchons ici à mettre en évidence les enjeux stratégiques attachés aux informations dont disposent les entreprises lors de la phase de diffusion d une innovation. Ainsi, notre problématique peut se développer en deux ensembles de questions : - Quels sont les déterminants internes et externes de l innovation des entreprises? Ces déterminants diffèrent-ils selon les caractéristiques des entreprises ou selon la modalité d innovation envisagée? Sont-ils à l origine de rendements croissants? - Au-delà de la question des déterminants de son innovation et de leur impact, de quelles actions dispose une entreprise vis-à-vis des informations sur lesquelles repose son innovation? Ceci renvoie à la question de la gestion stratégique de l information. Diffère-t-elle selon le comportement d innovation considéré? Quels impacts ont ces stratégies individuelles sur le rythme du progrès technique? Le premier chapitre de cette thèse présente une étude économétrique originale qui vise à apprécier la persistance du comportement d innovation et à identifier l origine du phénomène. Sur ce

16 Introduction générale point, la théorie offre des représentations très contrastées des dynamiques innovantes individuelles et en particulier de la façon dont les innovations successives sont distribuées dans les entreprises : elles peuvent apparaître majoritairement dans les mêmes entreprises ou, au contraire, provenir d entreprises différentes. Or, comme l ont montré de récents travaux théoriques en croissance endogène (Aghion, Harris et Vickers, 1997 ; Encaoua et Ulph, 2000 ; Hörner, 2001), la façon dont les innovations successives émergent dans les entreprises influence le rythme du progrès technique et le taux de croissance d une économie. Par ailleurs, l évaluation du degré de persistance du comportement d innovation constitue un élément important pour comprendre la dynamique industrielle et en particulier l évolution des structures de marché et la façon dont se renouvelle le tissu industriel. Trois arguments théoriques conduisent à conclure à l existence d avantages durables de certaines entreprises pour innover. Les caractéristiques individuelles peuvent tout d abord expliquer le maintien d un comportement d innovation dans une entreprise. Ensuite, les caractéristiques du processus innovant, en particulier la nature de ses inputs ou de sa technologie de production, sont également des facteurs de persistance de l innovation. Les impératifs du marché peuvent enfin imposer une fréquence d apparition élevée des innovations au sein d une entreprise. Or, les quelques travaux empiriques qui ont jusqu ici abordé la question de la persistance du comportement d innovation conduisent généralement à relativiser les effets de ces trois facteurs explicatifs. L objet de ce premier chapitre est de réexaminer cette question de la persistance du comportement d innovation à partir de données françaises issues de différentes enquêtes sur l innovation, en utilisant des nouvelles méthodes économétriques.

17 Introduction générale Une originalité de l approche adoptée dans ce chapitre est en effet d ordre méthodologique. Nous tenons compte du problème que posent les méthodes standards utilisées en économétrie de l innovation, qui peuvent conduire à des estimations biaisées. Le degré de persistance du comportement d innovation est évalué en comparant les performances d innovation d entreprises, selon qu elles ont innové ou non dans le passé. Or ces deux types d entreprises ne sont pas directement comparables, contrairement à ce qui est supposé dans les méthodes standards. Nous traitons ce problème en nous plaçant dans le modèle de Rubin (1974) et en utilisant des méthodes d appariement développées par Rosenbaum et Rubin (1983) et plus récemment par Heckman et al. (1997). Le deuxième chapitre de cette thèse correspond également à un travail économétrique original qui aborde la question des sources internes et externes de l innovation des entreprises. Le changement technologique repose sur un ensemble complexe d interactions entre les agents d une économie. Les liens entre les acteurs du système reposent tous sur un transfert, formel ou non, de connaissances. L appréhension des interactions entre agents passe donc principalement par celle de l information qui circule entre eux. Le deuxième chapitre offre un examen empirique de cette représentation du processus innovant. Selon la forme qu il revêt au sein d une entreprise, le changement technologique renvoie à des besoins informationnels différents. Dans le même temps, les différentes sources informationnelles ne répondent pas aux mêmes besoins, notamment parce que les connaissances dont elles disposent sont de nature et d'utilité différentes. Notre réflexion s appuie sur une typologie qui distingue les comportements d innovation interne (i.e. les entreprises ont développé elles-mêmes l innovation de produit ou de procédé qu elles exploitent) et externe (i.e. les entreprise utilisent une innovation mise au point par ailleurs). La question est alors de savoir si ces deux modalités du changement technologique renvoient à des besoins informationnels différents.

18 Introduction générale L objectif de ce chapitre est donc d identifier l ensemble des flux informationnels, formels ou non, qui soutiennent le changement technologique en France, en tenant compte de la diversité des comportements d innovation des entreprises. Sur le plan de ses implications, ce chapitre éclaire un problème important. La compréhension et la mesure des flux de connaissances au sein d un système d innovation constituent aujourd hui des enjeux politiques évidents. La performance d une économie en terme d innovation dépend en effet de l efficacité de ces liens, de la fluidité de ces canaux de transmission et de la capacité des agents à utiliser les informations transmises. Sur le plan méthodologique, nous tenons compte dans ce chapitre d un problème inhérent aux données issues des Enquêtes Communautaires sur l Innovation. Dans ces enquêtes, seules les entreprises qui ont innové au cours de la période considérée répondent à l ensemble des questions. Pour exploiter certaines données, l échantillon doit alors être restreint aux seules entreprises innovantes, de sorte que les estimations peuvent souffrir d un biais de sélection. Nous résolvons ce problème en modélisant aussi bien la décision d innover, que la façon dont l entreprise innove. Les analyses présentées dans les chapitres 1 et 2 peuvent être schématisées dans un tableau à double entrée. Les lignes renvoient aux modalités interne et externe de l innovation (i.e. développement interne et adoption externe), alors que les colonnes correspondent aux sources internes et externes du phénomène.

19 Introduction générale Tableau 1 Présentation schématique des deux premiers chapitres Sources internes Sources externes Modalité interne Développement interne (chapitre 2) Persistance (chapitre 1) Modalité externe Adoption externe (chapitre 2) La seconde partie de la thèse poursuit l exploration du processus innovant en s intéressant non plus aux structures temporelles et informationnelles du phénomène, mais aux stratégies informationnelles que les entreprises développent pour préserver ou renforcer l avantage que leur procurent leurs activités innovantes. La valeur de l innovation d une entreprise peut en effet diminuer si l information sur laquelle elle repose est diffusée aux concurrents. Ainsi, une entreprise perd son avance lors d une course au brevet si les résultats de sa recherche sont divulgués à ses concurrents. De la même façon, avant de commercialiser son innovation, une entreprise doit choisir un mode de protection efficace, sinon elle risque de perdre rapidement son avantage concurrentiel. Les entreprises se doivent donc d être particulièrement vigilantes vis-à-vis des informations ayant trait à leurs activités innovantes, qu il s agisse d une phase de recherche ou de la phase d exploitation commerciale de leur innovation. Les enjeux stratégiques qui y sont attachés peuvent ainsi inciter les entreprises

20 Introduction générale innovantes à mettre en œuvre une gestion sophistiquée de cette information. Ces stratégies «informationnelles» ont une influence considérable sur la valeur finale de leur innovation et par conséquent sur leurs incitations à innover. Ces stratégies conditionnent par ailleurs la façon dont les informations circulent entre les entreprises, qu elles appartiennent ou non au même secteur. Le troisième chapitre de cette thèse est consacré à une mise en perspective de différents travaux théoriques qui traitent des aspects stratégiques liés aux échanges d information entre entreprises concurrentes. Ces travaux mettent en évidence la complexité des stratégies «informationnelles» que ces dernières mettent en œuvre pour protéger ou tirer avantage de leur information privée, tout au moins lorsqu il s agit d une phase de recherche ou du mode de protection qu une entreprise choisit pour son innovation. En revanche, la question de la circulation de l information entre concurrents lors de la phase de diffusion d une innovation fait l objet de peu de travaux. De plus, ceux-ci n ont jamais considéré que les entreprises gèrent, ici encore, stratégiquement les informations dont elles disposent. La majorité des modèles d adoption en information imparfaite supposent en effet que l information dont dispose une entreprise sur une nouvelle technologie est diffusée à l ensemble de ses concurrents. Pourtant, le processus de diffusion est caractérisé par des asymétries d information, rendant la manipulation des informations possible. Le quatrième chapitre de notre thèse présente un travail théorique original permettant d étudier l existence de stratégies «informationnelles» lors de l adoption technologique d une entreprise et d analyser l impact de tels comportements sur la diffusion de l innovation au sein d une industrie. Les premières entreprises qui adoptent une nouvelle technologie obtiennent de l information sur ses performances techniques et économiques dont ne disposent pas celles qui n utilisent pas encore l innovation de procédé. Pour ces dernières, ces informations sont très précieuses car elles leur permettent de mieux évaluer la profitabilité de la nouvelle

21 Introduction générale technologie. Le risque lié à l adoption est alors diminué et les suiveurs peuvent avancer, ou retarder leur adoption en fonction de l information qu ils ont collectée auprès des premières entreprises utilisant l innovation. Mais dans le même temps, ces dernières peuvent avoir intérêt à ne pas révéler à leurs concurrents la profitabilité réelle de la nouvelle technologie qu elles utilisent. Ces entreprises bénéficient par conséquent d un avantage informationnel et peuvent essayer d en tirer parti. Dans ce chapitre, nous développons un modèle d adoption dynamique en information imparfaite et examinons si la première entreprise qui adopte une nouvelle technologie peut exploiter l avantage informationnel que lui confère son adoption à une date avancée. Son concurrent ne bénéficie alors d aucune externalité informationnelle et n adopte pas la nouvelle technologie alors même qu il y avait intérêt. Ces stratégies conditionnent la façon dont l information circule entre concurrents. Elles influencent in fine la diffusion de la nouvelle technologie : le processus de diffusion peut être bloqué ou, au contraire, conduire à une adoption simultanée des concurrents. Dans ce dernier cas, les entreprises se retrouvent dans une situation moins favorable que celle où aucune entreprise n aurait adopté la nouvelle technologie.

22 PARTIE 1 Les structures temporelles et informationnelles de l innovation : Perspectives empiriques

23 Introduction de la partie Introduction de la partie La fonction d innovation est une représentation courante du processus d innovation. Elle a été proposée et testée pour la première fois par Griliches (1979) et a été depuis largement reprise. Son objectif est de rendre compte de la technologie qui soutient la production des innovations en explicitant les inputs, et plus généralement les déterminants de l innovation. L élargissement récent des déterminants et des comportements innovants remet en cause, si ce n est la validité, tout au moins le degré de généralité des représentations précédentes du phénomène. Ainsi, ce sont non seulement les déterminants de l innovation qui doivent être réexaminés, mais également la forme de l output innovant à considérer. C est ce que propose cette première partie en adaptant la fonction d innovation. Le premier chapitre de cette partie examine la question de la persistance du comportement d innovation. Sur ce point, les modèles théoriques ont adopté des représentations très variées de la dynamique innovante des entreprises. Ainsi, les innovations successives peuvent apparaître toujours dans les mêmes entreprises, ou bien provenir la plupart du temps d'entreprises différentes. Ces deux représentations de la dynamique innovante des entreprises renvoient à des hypothèses diamétralement opposées sur le degré de persistance du comportement d innovation et par conséquent sur les propriétés des activités à l origine de l innovation dans les entreprises. L objet de ce chapitre est de tester la validité des différentes représentations, en appréciant le degré de persistance du comportement d innovation sur données françaises et en identifiant partiellement l origine du phénomène. Cette approche permet d examiner les 15

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM,

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM, 15 Les nouvelles technologies et les stagiaires IUFM : une appropriation mal contrôlée Philippe Le Borgne IUFM de Franche-Comté philippe.leborgne@fcomte.iufm.fr PRÉSENTATION Cet exposé s intègre dans les

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

NOTIONS D ÉCONOMIE D ECHELLE

NOTIONS D ÉCONOMIE D ECHELLE RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES Mémoire n 103 NOTIONS D ÉCONOMIE D ECHELLE ET D EFFET DE DIMENSION Document d'analyse en économie financière locale (momentané et actualisable) Cyriaque MOREAU Rennes, le

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel...

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel... Délégation aux entreprises -- Secrétariat général Tableau de bord central 2003 Management de la qualité Valorisation et transfert de technologies Sommaire Résumé opérationnel... 2 Préambule... 3 Construction

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF COTA asbl 7, rue de la révolution 1000 Bruxelles www.cota.be COTA asbl Fiche 9 - Technique du changement le plus significatif Cette fiche s inscrit

Plus en détail

Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada. Petr Hanel Université de Sherbrooke

Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada. Petr Hanel Université de Sherbrooke Déficit de l innovation, une des principales causes de la faible croissance de productivité au Canada Petr Hanel Université de Sherbrooke 2 Pourquoi s intéresser à la productivité? Niveau de vie: PIBréel/Pop

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul Université de Carthage Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Le mot du responsable Le master de recherche «Finance des Entreprises

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Modélisation et décision dans le risque de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l État La comptabilisation des frais de R&D En bref Des moyens considérables sont alloués par les autorités publiques aux efforts de recherche

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique 1. Qu est-ce qu un brevet de produit? Un brevet de produit est un brevet qui donne une protection à un produit en tant que tel, comme par exemple

Plus en détail

Maroc Bibliométrie numéro 9

Maroc Bibliométrie numéro 9 Maroc Bibliométrie numéro 9 année 2013 CNRST IMIST Institut Marocain de l Information Scientifique et Technique éditorial a Recherche et Développement (R&D) au service du phosphate marocain e développement

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE PAUL-ÉMILE-BOULET PLAN D ACTION 2014-2018

LA BIBLIOTHÈQUE PAUL-ÉMILE-BOULET PLAN D ACTION 2014-2018 LA BIBLIOTHÈQUE PAUL-ÉMILE-BOULET Un carrefour de l apprentissage PLAN D ACTION 2014-2018 JANVIER 2014 L OFFRE DE SERVICES : LA VISION La bibliothèque Paul-Émile-Boulet offre des services adaptés aux besoins

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE École de Management de la Sorbonne (UFR 06 Gestion et économie d entreprise) MASTER 2 RECHERCHE FINANCE DE MARCHE Année universitaire 2014-2015 VOS INTERLOCUTEURS DIRECTEUR

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Auteur: Luiz Flavio Andrade (GATE-CNRS, IRDES) Discutant: Lydie Ancelot (IRIAF, Université de

Plus en détail

MASTER 2 RECHERCHE FINANCE DE MARCHE. Année universitaire 2015 2016 VOS INTERLOCUTEURS

MASTER 2 RECHERCHE FINANCE DE MARCHE. Année universitaire 2015 2016 VOS INTERLOCUTEURS École de Management de la Sorbonne MASTER 2 RECHERCHE FINANCE DE MARCHE Année universitaire 2015 2016 VOS INTERLOCUTEURS DIRECTEUR : Monsieur Constantin MELLIOS RESPONSABLE PÉDAGOGIQUE : Madame Lyne Rose

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Les Enjeux du Référencement de Sites Internet. Un livre blanc réalisé par Benchmark Group pour Netbooster

Les Enjeux du Référencement de Sites Internet. Un livre blanc réalisé par Benchmark Group pour Netbooster Les Enjeux du Référencement de Sites Internet Un livre blanc réalisé par Benchmark Group pour Netbooster Pourquoi un livre blanc sur le référencement de sites? Alors qu au niveau mondial, on dénombre sur

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

David SALVETAT. Frédéric LE ROY. Une étude empirique dans les industries de Haute Technologie en Europe. Juin 2007

David SALVETAT. Frédéric LE ROY. Une étude empirique dans les industries de Haute Technologie en Europe. Juin 2007 Coopétition et Intelligence Economique : Une étude empirique dans les industries de Haute Technologie en Europe Frédéric LE ROY Professeur U. Montpellier I ISEM - ERFI ESC Montpellier David SALVETAT Doctorant

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH)

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH) FAMH CH-4500 Soleure Office fédéral de la santé publique OFSP Département Biomédecine Genetic Testing Case postale 3003 Berne Soleure, mai 2015 Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013 1 von 5 07.05.2013 11:59 Vie numérique Dimanche5 mai 2013 Par Propos recueillis par Mehdi Atmani «Je pars en guerre contre le Big Data» Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence,

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse La Nouvelle Controverse Pour sortir de l impasse controverse_001-176.indd 3 06/01/14 11:23 «La voie prise depuis deux siècles ne peut que conduire à une impasse tragique». Hans Jonas Le Principe Responsabilité.

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail