UNIVERSITE DE PARIS I PANTHEON SORBONNE MASTER2 RECHERCHE POLITIQUES SOCIALES ET SOCIETE LES EFFETS DE LA DECENTRALISATION DE LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE PARIS I PANTHEON SORBONNE MASTER2 RECHERCHE POLITIQUES SOCIALES ET SOCIETE LES EFFETS DE LA DECENTRALISATION DE LA"

Transcription

1 UNIVERSITE DE PARIS I PANTHEON SORBONNE MASTER2 RECHERCHE POLITIQUES SOCIALES ET SOCIETE LES EFFETS DE LA DECENTRALISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN FRANCE UN ETUDE DE CAS : LES ECOLES DE LA DEUXIEME CHANCE EN ILE-DE-FRANCE (EXEMPLE SEINE-SAINT-DENIS) Ugurtan TASKINER Directeur de mémoire : Monsieur le Professeur Jean-Luc OUTIN Année

2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 5 PARTIE I : CONTEXTE 15 Chapitre 1 : Décentralisation de la formation professionnelle en France La loi de juillet 1971 et les premiers étapes de la décentralisation La loi du 7 janvier La loi quinquennale du 20 décembre La loi du 13 août Chapitre 2 : Le système français de la formation professionnelle Le rôle de la Région dans le système français de la formation professionnelle La Région Ile-de-France et l E2C Les relations entre les acteurs de la Formation Professionnelle Qui sont les acteurs? L Etat Les entreprises Les collectivités territoriales Les organismes de formation Les élèves, les usagers, les bénéficiaires des politiques 32 Chapitre 3 : L approche européenne de la formation professionnelle L importance du partenariat dans l approche européenne Le Fonds social européen (FSE) et l Objectif Le Fonds social européen (FSE) missions et fonctionnement L Objectif Qui bénéficient du financement du FSE et qui est le décideur? Le Fonds social européen (FSE) en Ile-de-France 45 Chapitre 4 : Les Ecoles de la Deuxième chance en Europe 47

3 PARTIE II : LES ECOLES DE LA DEUXIEME CHANCE EN ILE-DE-FRANCE UN CAS PARTICULIER : LES ECOLES DE LA DEUXIEME CHANCE EN SEINE- SAINT-DENIS 56 Chapitre 1 : L histoire et les principes fondateurs Le processus de création des Sites L équipe Les principes de fonctionnement Public concerné La durée du parcours L alternance Une approche individuelle 64 Chapitre 2 : Les Caractéristiques de l E2C en Seine-Saint-Denis Partenariat Réseaux L engagement des collectivités territoriales et locales Complémentarité avec les dispositifs existants Le Comité de pilotage - l Association Partenariat avec les acteurs économiques Un projet différent par rapport aux autres dispositifs existants Le concept d «école» E2C : Un instrument de la «violence symbolique» des entreprises? Un projet réaliste ou mollasse? 87 Chapitre 3 : Financement des Ecoles de la Deuxième Chance 89 Chapitre 4 : D une initiative locale vers un dispositif national? 95 Conclusion 99 BIBLIOGRAPHIE 104 ANNEXES 109 TABLE DES SIGLES 114

4 INTRODUCTION Les jeunes qui vivent coupés des systèmes de formation et qui n'ont pas accès à l'emploi se comptent aujourd'hui par centaines de milliers dans l'union européenne, et plus précisément dans les grandes agglomérations urbaines. Cette situation constitue une injustice et menace la cohésion sociale de notre société (Cresson, 1998). Quoi faire pour lutter contre cette réalité de notre temps? Parmi plusieurs politiques publiques et initiatives locales dans le domaine de la formation/emploi, l initiative de l Ecole de Deuxième Chance (E2C), avec ses plusieurs acteurs impliqués, résultats positifs et son actualité, nous paraît comme un bon exemple pour pouvoir examiner l évolution des tendances dans le champ de la formation professionnelle. Dans ce travail nous allons essayer d analyser le processus de l installation d une notion «Ecole de la Deuxième Chance» dans le système de la formation professionnelle française. Comment un dispositif est devenu progressivement un remède contre l exclusion dans le marché de travail? Comment le processus de la décentralisation a mobilisé certains acteurs de la formation professionnelle pour agir ensemble? Est-ce que l E2C est une nouvelle invention de la politique de la formation professionnelle ou bien, juste une mystification d une notion ancienne à travers le jeu de mots? Et enfin, est-ce que c est une gloire du marché sur l Etat? Le problématique de ce travail donc va s articuler autour du développement de l idée d E2C en tant qu initiative locale et son élargissement dans le territoire jusqu à ce qu elle se transforme à un réseau national (un probable dispositif national dans l avenir). Nous allons poser les questions au dessus pour avoir une idée sur les effets de la décentralisation sur la formation professionnelle, pour comprendre les dynamiques de ce processus et enfin pour pouvoir montrer les opportunités liées à ce processus en France. Aujourd hui, ce ne sera pas un discours exagéré de prétendre que le système éducatif est au cœur de tous les problèmes de notre société. Le développement économique, l emploi, la protection sociale, la cohésion sociale, la lutte contre l exclusion, le travail, les loisirs, l équilibre géographique, impliquent de manière forte dans le système éducatif (Bournazel, 2001 : 7).

5 Etant toujours le produit d une histoire, un système éducatif évolue avec l histoire. Mais il traduit toujours l essentiel des valeurs de la société qui lui a donné naissance. Il est donc par excellence un problème politique majeur. (Bournazel, 2001 : 8) Contrairement au système allemand impliquant largement les acteurs socio-économiques dans la construction et la gestion de l offre de formation initiale, le système éducatif français semblait toujours assez éloigné des milieux économiques. Encore structuré par un idéal méritocratique qui est censé assurer l égalité de chances, il veille à rester un espace préservé de toute ingérence extérieur (Giret et al., 2005 : 13). Par contre, pendant ces derniers vingtaines d années la France connaît un processus de décentralisation. Ce processus de décentralisation est senti plus clairement dans le monde de l éducation et la formation professionnelle. Les régions, les collectivités territoriales, les initiatives locales ont de plus en plus leurs mots sur le sujet. Les lois perpétuelles élargissent le champs d activité de ces structures en leur permettant d intervenir de plus en plus dans le monde de la formation. Evidemment, la décentralisation renforce les initiatives locales non seulement en étendant leur champs d activité mais aussi en transformant la nature de leurs actions. Depuis certain temps, dans le champs de l emploi et la formation, des initiatives locales peuvent partir d un endroit, se stabiliser, devenir un réseau et enfin un dispositif reconnu par les institutions progressivement. Et ensuite cette initiative locale s inscrit dans un paysage institutionnel. Mais comment une initiative locale essaie de se faire reconnaître et de se constituer en réseau national? C est une des questions clefs qu on va essayer de répondre dans ce travail. Pour la réponse nous allons examiner la création et le fonctionnement des E2C qui nous paraît un bon exemple actuel d initiative locale dans le domaine de la formation/emploi. Donc, l intérêt dans l analyse institutionnelle des E2C est de bien mettre en évidence le paysage institutionnelle très compliqué en France et très éclaté où même dispositif d un territoire à l autre peut en fait trouver des soutiens très différents, ou avec des équilibres financiers très différents. Dans ce cadre, l E2C peut nous servir l illustration de la complexité des règles de compétence entre Etat-collectivités territoriales, partenaires sociaux-organismes consulaires en France. De plus, le travail peut servir à lecteur de mieux situer l E2C dans le monde de la formation/emploi en tant qu un dispositif original qui n est pas vraiment de la formation qui n est plus de la formation initiale qui n est pas de la formation des salariés tout

6 en s inscrivant pas complètement dans la logique stage de formation financé par un Conseil régional. Donc, notre travail peut être considéré comme une monographie qui essaie d éclairer les différents volets d un dispositif relativement nouveau dans le système de la formation professionnelle française. De nos jours, ce n est pas possible d expliquer les réformes économiques et sociales des pays à partir des motifs uniquement nationaux. Pour une analyse bien compréhensive, il faut tenir en compte les dynamiques mondiales. Dans ce contexte, le travail va se concentrer aussi sur les effets de la mondialisation, sur le rôle des acteurs internationaux et supranationaux sur la détermination et la mise en œuvre des politiques de formation/emploi et de l éducation. Etant l organisation le plus influente pour la détermination des politiques nationales de la formation/emploi des Etats membres, et l organisation initiatrice pour les E2C, l Union européenne est l organisation essentielle qui attire l intérêt de notre travail. Nombre de travaux ont montré que les jeunes subissent, plus que les autres catégories de main-d œuvre, l ajustement de l emploi à la production. La dégradation de la conjoncture semble avoir en effet nettement pesé sur l insertion professionnelle des jeunes (CEREQ, 2004). De ce fait, notre travail va interroger les effets de la mondialisation et des besoins du marché de travail sur la détermination des politiques de la formation professionnelle. Est-ce que les politiques nationales de la formation professionnelle et plus largement les politiques d éducation risquent-elles d être tombées dans la logique de marché? Eloignées de plus en plus du financement de l Etat, est-ce que ces initiatives locales pour la formation agissent sous l influence de leurs financeurs privés? Est-ce qu on ajuste la formation initiale des jeunes générations aux évolutions prévisibles des emplois? Si oui, jusqu où et comment? Est-ce qu une formation professionnelle initiale doit-elle garder une vocation assez large pour constituer demain des travailleurs mobiles et adaptables? Faut-il privilégier les formations/orientations aux métiers sur lesquels des difficultés de recrutement existent de manière plus ou moins durable? Voila les questions que nous allons essayer de répondre via l exemple E2C. D autre part, nous partageons l idée que l école doit favoriser l accès de la culture à tous. Même si l enseignement français a une dimension culturelle plus large qu ailleurs, même si les programmes sont qualifiés de démentiel, on ne peut pas dire que les jeunes qui sortent du système éducatif soient particulièrement ouverts à la culture (Bournazel, 2001 : 33). Dans ce

7 contexte, nous allons essayer de trouver les traces de la «reproduction sociale» de P. Bourdieu dans les limites d une reproduction d une culture ouvrier dans la banlieue parisienne. Dans ce contexte nous allons interroger si les E2C offrent une vraie deuxième chance aux jeunes en risque d être exclu, ou bien elles donnent cette deuxième chance au système éducatif pour produire ces jeunes qui lui avaient échappés. En effet, un tel travail sur un nouveau dispositif de l insertion pourrait nous servir à prévoir le rôle des initiatives locales pour les années à venir dans le domaine de la formation professionnelle. Lorsqu on tient en compte que le président de la République, Nicolas Sarkozy, et sa secrétaire d Etat à la Politique de la ville, Fadela Amara, ont annoncé qu ils comptaient généraliser le dispositif E2C avec l objectif d accueillir stagiaires d ici 2012 (http://www.metrofrance.com/fr/article/2008/03/06/08/ /index.xml), l intérêt de ce travail peut être mieux évalué. L école de la deuxième chance en Seine-Saint-Denis et les institutions/les entreprises qui s impliquent dans le comité de pilotage de ces écoles en tant que partenaires constituent le terrain de notre travail. Parmi les 15 E2C en France nous avons choisi l E2C de Seine-Saint- Denis en raison de la proximité géographique et sa particularité avec ses quatre sites dans la Région d Ile-de-France. Son ancienneté et son titre «école fondatrice» du réseau des E2C en France titre partagé avec trois autres premières E2C) sont aussi des facteurs qui ont influencé notre choix. L E2C de Seine-Saint-Denis est composée de quatre sites dans les différents départements1 qui bénéficient d une capacité d accueil de 240 jeunes pour l année Dans la même année, 550 jeunes sont accueilli par l E2C de Seine-Saint-Denis. Les quatre sites fonctionnent sous l administration pédagogique d un seul siège administratif. Etant un résultat d une initiative locale, le perspectif pédagogique de l E2C de Seine-Saint-Denis est déterminé après les débats au sein du Comité de Pilotage du dispositif qui est composé des partenaires publics et privés de ce projet. Nous avons ainsi interrogé des interlocuteurs reparties à Seine-Saint- Denis. L enquête à été mené en 2008 et les entretiens sont réalisés dans la même année. La grande majorité de données bénéficiées correspondent aux pratiques de ces institutions cette année-là et récupérées chez nos interlocuteurs, c est-à-dire à la source. 1 Les quatre sites de l E2C en Seine-Saint-Denis: Site de la Courneuve, Site de Plaine Commune, Site de Rosnysous-Bois, Site de Sevran.

8 La méthodologie de ce travail dépend sur l analyse des données obtenues soit par les documents officiels, rapports publiés ou non publiés, la littérature sur la formation professionnelle et la décentralisation soit par les entretiens effectués avec les responsables des E2C et des institutions publiques et les jeunes impliqués dans le dispositif E2C. Il s agit de récits individuels, et donc de perceptions subjectives. Le choix d une démarche qualitative et compréhensive suppose de considérer ce qui est dit avec les précautions d usage. L échantillon que nous avons constitué peut être qualifié d aléatoire dans la mesure où nous avons ni cherché à interroger systématiquement les représentants d une administration, d un service ou d un corps, ni voulu rencontrer l ensemble des acteurs concernés à un moment donné par une politique de formation professionnelle particulière. L objectif en l occurrence consistait à couvrir l ensemble des institutions ou des sites concernés au sein de l Etat par cette politique, afin de proposer une approche globale du secteur qui serait d une certaine façon le complément de l étude de cas consacré aux E2C. Les entretiens ne portaient donc pas d abord sur des problèmes ou des dossiers précis. On s appuie donc d un côté sur un thème particulier, -les E2C-, et de l autre sur des entretiens plus éclatés ou moins thématiques comme les effets de la décentralisation. L objet de ces derniers était moins de raconter le processus de decision-making particulier du développement des partenariats pour les E2C que d apporter des témoignages plus généraux sur les pratiques individuelles et collectives des entreprises partenaires, de par leurs positions dans l initiative, de par leurs responsabilités dans les processus décisionnels concernant la politique de la formation professionnelle dans les E2C. Notre première initiative avait été consisté à contacter systématiques les institutions dans le comité de pilotage du dispositif de l E2C, les entreprises et les institutions partenaires affichées au site internet de l E2C Seine-Saint-Denis2. La liste que nous avions bénéficié pour les partenaires nous a conduit à opter pour une méthode plus pragmatique que scientifique. Elle a consisté à dérouler la pelote de laine, c est-à-dire à solliciter l aide des premières personnes que nous avons pu rencontrer en leur livrant quelques noms de personnes que nous souhaitons interroger après elles. 2

9 Il nous a été assez difficile peut-être parce que nous n avions aucun contact préalable dans le monde politico-administratif et formation/emploi d entrer en relation avec les premiers interlocuteurs. Toutefois, un certain nombre des acteurs parmi les plus importants, haut fonctionnaires de l Education Nationale pour le FSE et certains membres du Comité de pilotage de l E2C et, ont argué de leurs emplois du temps surchargés pour refuser l entretien tout en nous renvoyant vers ceux qu ils appelaient des «spécialistes». Quant aux entreprises partenaires, certains ont refusé notre demande mais la grande majorité des entreprises n ont pas répondu à notre demande d entretien. D autre part, il est possible que nous ayons parfois trop clairement précisé l objet qui nous intéressait, ce qui a conduit les personnes contactés à mettre en avant le fait que la personne demandé n était pas l interlocuteur adéquat et à renvoyer vers d autres institutions. Il a été nécessaire de s adapter à des personnes très au fait du sujet, et habituées qui plus est pour la plupart aux situations d entretiens. Il a fallu néanmoins mener un important travail préparatoire pour se présenter face à des spécialistes avec des références suffisantes pour suivre leurs démonstrations parfois difficile et surtout, pour montrer ici ou là, par quelques mots ou quelques mentions factuelles, sa capacité à parler le même langage. En la matière notre formation initiale et l expérience professionnelle n était pas inutile. Enfin, le statut de chercheur en formation professionnelle nous a semblé bien perçu. Le fait de demander aux jeunes de parler de leur vie scolaire et d eux-mêmes, de solliciter en quelque sorte des récits de vie, n a pas été sans poser des problèmes. En effet, faire parler du récit scolaire suppose d évoquer, explicitement ou non, un échec. A coté de plusieurs élèves rencontrés occasionnellement, parmi nos sept interlocuteurs nous devons compter Mme Edith Cresson qui est la fondatrice des E2C, Mme Marie-Laure Meyer qui est la conseillère régionale et secrétaire de la Commission Formation professionnelle d'ile-de-france, la directrice de l E2C de Seine-Saint-Denis, le responsable de site de Sevran, deux responsables de l administration publique et un expert d évaluation du projet. Enfin, nous avons souhaité de conduire les entretiens périphériques auprès d interlocuteurs de la sphère étatique les représentants du patronat ou les responsables d entreprises afin de disposer aussi d avis extérieur sur les E2C. Mais, malgré nos essais persistants nous n avons pas pu arriver à réaliser des entretiens chez ces cercles pour des raisons déjà citées, et qui constitue un point fragile de notre travail.

10 Les acteurs que nous avons rencontrés étaient en fonction pendant Nous avons choisi de ne pas aborder aux responsables des autres E2C en France pour une raison simple: nous souhaitons nous en tenir au fonctionnement de l E2C en Seine-Saint-Denis. Les entretiens ont eu lieu en 2008 sur les lieux de travail des personnes sollicitées. Leur durée est étagée entre une et deux heures. Les entretiens sont tous été enregistrés à l exception d un- et transcrits en accord avec nos interlocuteurs. De ce fait, nous voyons aucune inconvenance de citer chacun de nos interlocuteurs nominativement. La première partie de notre travail est consacré aux définitions des quatre concepts qui sont la décentralisation, la formation professionnelle, le Fonds social européen et l Ecole de la deuxième chance. La compréhension de ces quatre concepts et leur interaction dans le territoire français est primordial pour pouvoir analyser le développement des E2C en France. Cette partie du travail dépend plutôt à la littérature et aux rapports officiels sur les sujets traités. Pour commencer, il faut savoir que le sujet de décentralisation vient territorialiser les débats sur le pilotage des formations et donner une tournure plus opérationnelles avec des questions portant sur l ajustement entre le développement économique des territoires et l offre de formation. Ainsi, la question de l adaptation de la formation initiale aux besoins du système productif ré-émerge à un niveau local (Giret, 2005 : 14). Pour ce premier chapitre, nous avons suivi une analyse chronologique des lois sur le sujet et leurs effets sur la relation formation/emploi. Tenant en compte que l E2C est un résultat d une initiative locale, ce chapitre est très important pour voir l évolution de la décentralisation qui facilite, de plus en plus, les initiatives locales dans le champ de la formation/emploi. Second, on a essayé de comprendre le fonctionnement du système de la formation professionnelle en France. Sous ce chapitre, on a fait une attention particulière aux pratiques de la Région Ile-de-France dans le cadre du rôle des régions dans le nouvel ordre institutionnel établi selon les principes de la décentralisation. Ainsi, on souhaite que le développement de l idée de l E2C dans une perspective régionale soit beaucoup mieux compris dans la deuxième partie consacrée aux E2C. A partir de même principe, le deuxième chapitre d analyse du système de la formation professionnelle est consacré aux acteurs du système de la formation professionnelle et leurs

11 relations entre eux. La reconnaissance de ces relations nous sert à comprendre les équilibres régionales et faire des analyses plus consistants sur les E2C. Tertio, nous avons donné des informations historiques sur l approche européenne de la formation professionnelle et les programmes européens pour situer l idée d E2C dans la conception européenne. Puisque l E2C est un projet européen, il faut savoir les raisons économique, sociale et globale de la naissance d un tel dispositif en Europe ainsi que les conditions de l UE pour soutenir les projets de l E2C. Pour vue que ces conditions soient claires, nous avons constaté que la compréhension de l Objectif 3 et FSE qui donnent naissance aux E2C sont très important. Dans le dernier chapitre de la première partie, nous avons expliqué l E2C dans le perspectif européenne parce que cela nous paraît indispensable pour comprendre ses déviations/différences locales de la pratique française. Il fallait savoir les caractéristiques générales des E2C en Europe pour voir les points de décalage avec l implantation du dispositif en France. Dans la deuxième partie, nous sommes entrées dans une analyse approfondie de l E2C en Seine-Saint-Denis en tant qu un cas particulier des E2C en France. Dans cette partie nous avons souhaité de montrer le processus d évolution d un dispositif d insertion dans le système français de la formation professionnelle étape par étape, dès sa création. Les caractéristiques des écoles et leurs principes de fonctionnement devraient être considérés à la fois comme des reflets du processus de décentralisation et des relations entre les acteurs de la formation/emploi en France. Grâce à ces données sur les E2C en Seine-Saint-Denis, le travail vise à montrer les dynamiques locales de la formation/emploi et à situer les E2C par rapport aux autres dispositifs dans le système français en déterminant ses différences. Avec son initiateur CCIP 93, ses dirigeants d origine du monde économique et le soutien croissant des entreprises locales, l exemple de l E2C en Seine-Saint-Denis nous sert à mieux comprendre les relations entre les acteurs de la formation professionnelle. Nous souhaitons que ce travail puisse faire une contribution aux analyses concernant les effets de la décentralisation sur la formation professionnelle en France et ainsi à la multiplication des initiatives qui visent à lutter contre l exclusion des jeunes dans le marché de travail. Cela reste comme un défi à lancer pour la cohésion sociale de notre société.

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général 26 et 27 mai 2015 Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général Mesdames, Messieurs, Lors de mes propos introductifs à ces débats, je vous ai dit que le développement social, comme le développement

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Master of Business Administration

Master of Business Administration UFR LSHS Cellule de Formation Continue Master of Business Administration Diplôme Universitaire Associé à un Master 2 Professionnel Diplôme : MBA Management Territorial Durable Associé au : Master 2 professionnel

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

La gestion des ressources humaines

La gestion des ressources humaines L Institut des Affaires Publiques La gestion des ressources humaines Stage international de perfectionnement pour fonctionnaires des administrations et cadres des entreprises des pays du Sud 4 SESSIONS

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL

CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL Objet : les dispositifs politique de la ville La politique de la ville est la pièce majeure des politiques publiques de lutte contre toutes les formes d'exclusion

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France Contacts Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle d Ile de France Orientation et appui Service FSE

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Cadre Stratégique Commun 2014-2020

Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Assemblée des Régions d Europe Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Contribution de l ARE au document de travail des services de la Commission Juillet 2012 Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Assemblée des

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE ça change notre quotidien! L Union européenne consacre plus d un tiers de son budget à l accompagnement des politiques nationales et régionales. L objectif est d harmoniser les niveaux de vie dans l ensemble

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création et développement numérique en ligne de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018

Plus en détail

En partenariat avec. Février 2007

En partenariat avec. Février 2007 En partenariat avec Février 2007 Presse und Informationsamt der Bundesregierung Angela Merkel Chancelière de la République fédérale d Allemagne Jacques Chirac Président de la République française La formation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des organisations de l économie sociale et solidaire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit et gestion des finances publiques de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2 1 - Objectifs de la formation La formation MOSSS vise à former les cadres managers, au sein d établissements privés ou publics des secteurs sanitaires, sociaux, médico-sociaux ou d organismes d insertion

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CERTIFICATS POUR LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU :: CERTIFICATS 4 dispositifs pour accompagner les sportifs de haut niveau dans leurs projets de vie : sport, étude, emploi & développement des compétences En

Plus en détail

Les résidences avec services pour personnes âgées

Les résidences avec services pour personnes âgées Les résidences avec services pour personnes âgées Rapport IGAS, février 2015 Le contexte du rapport A travers ce rapport, l IGAS se penche sur le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement,

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Licence Bi-disciplinaire Espagnol- Portugais

Licence Bi-disciplinaire Espagnol- Portugais Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Bi-disciplinaire Espagnol- Portugais Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Licences OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges

Licences OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges Université de Limoges Licences Lettres / Langues et Sciences Humaines LA SITUATION des diplômés NON RÉINSCRITS à l'université de Limoges Résultats par mention (promotion 2005-2006) Retrouvez les publications

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour L emploi des jeunes Les résultats de l étude Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management Tel : 01 78 94 89 87 Mob : 07 77 94 30 21 Email : lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

La téléassistance pour le maintien à domicile :

La téléassistance pour le maintien à domicile : La téléassistance pour le maintien à domicile : Comment dépasser une logique d offre technologique et construire les usages pertinents? Florence Charue-Duboc ; Laure Amar ; Anne-France Kogan ; Nathalie

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE Filière administrative CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE NOTE INDICATIVE DE CADRAGE Cette note contient des informations indicatives visant à aider le candidat à se préparer au

Plus en détail

Prise de position de l association Trait d union concernant la mise en consultation de l avant-projet de loi HES-SO Fribourg.

Prise de position de l association Trait d union concernant la mise en consultation de l avant-projet de loi HES-SO Fribourg. Prise de position de l association Trait d union concernant la mise en consultation de l avant-projet de loi HES-SO Fribourg. 1. PREAMBULE L association, Trait d union Association fribourgeoise pour la

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET GESTION DE BASES DE DONNEES

TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET GESTION DE BASES DE DONNEES REPUBLIQUE TUNISIENNE --*-- MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux, R É P U B L IQ U E FR A N Ç A IS E LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ SERVICE DES AFFAIRES EUROPÉENNES Le Directeur Paris, le 24 janvier 2014 Discours de M. Jean-Pierre BLOCH, Directeur du Service des Affaires

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/JF/FG/DCPSL/N 14-04 Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNEES ET SITE

Plus en détail

Projet CDOS 37 : POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT DES STRUCTURES SPORTIVES EN INDRE-ET-LOIRE

Projet CDOS 37 : POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT DES STRUCTURES SPORTIVES EN INDRE-ET-LOIRE Projet CDOS 37 : POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT DES STRUCTURES SPORTIVES EN INDRE-ET-LOIRE 2012 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU COMITE DEPARTEMENTAL OLYMPIQUE ET SPORTIF (CDOS)... 3 1.1. MISSIONS... 3 1.2. RESSOURCES

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP L Institut des Affaires Publiques Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP Stage international de perfectionnement pour acteurs d organisations publiques ou privées

Plus en détail

Programme opérationnel plurirégional 2014-2020 FEDER Massif central STRATEGIE DE COMMUNICATION

Programme opérationnel plurirégional 2014-2020 FEDER Massif central STRATEGIE DE COMMUNICATION Programme opérationnel plurirégional 2014-2020 FEDER Massif central STRATEGIE DE COMMUNICATION 1. Contexte réglementaire La base juridique concernant les obligations en matière d information et de communication

Plus en détail