Proposition de sujet de recherche doctorale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition de sujet de recherche doctorale"

Transcription

1 Proposition de sujet de recherche doctorale Proposé par: Laboratoire GEPASUD de l Université de la Polynésie française Sujet de thèse Etude et simulation d un micro-réseau électrique intelligent en milieu insulaire et tropical Directeurs de thèse Pascal Ortega, PU, GEPASUD, UPF Franck Lucas, MCF HDR, GEPASUD, UPF Partenaires scientifiques - Laboratoire PROMES, CNRS-INSIS, Perpignan, Driss Stitou, Sylvain Moran, Nathalie Mazet - Laboratoire PIMENT - Université de La Réunion - Matthieu David et Philippe Lauret - School of Engineering and Physics, USP, Suva, Fiji, Maurizio Cirrincione Financement - 50 % contrat doctoral du MESR - 50% service de l énergie du gouvernement de la Polynésie française L ensemble est équivalent à un contrat doctoral du MESR

2 RESUME L énergie photovoltaïque (PV) a un potentiel de développement important en PF du fait des bonnes conditions d ensoleillement. Cependant, le caractère intermittent et non contrôlable de cette source d énergie limite son exploitation lorsque celle-ci est connectée au réseau. Autre inconvénient, il existe généralement un déphasage temporel entre production et consommation. En nous limitant aux secteurs résidentiel et tertiaire, il existe des pistes pour palier à ces problèmes d instabilité et accroître la production d énergie solaire. En effet, le couplage de systèmes de stockage aux installations photovoltaïques est un concept qui est en plein évolution et très peu exploité en PF. La correction repose sur le contrôle et la gestion à la fois i) de la consommation et ii)de la production. En ce qui concerne le premier point, le laboratoire GEPASUD a lancé un programme d étude en 2013 sur le comportement thermique des bâtiments en PF. Ce programme est bien avancé et devrait déboucher sur une thèse de doctorat ADEME-UPF. Le second point fait précisément l objet de la thèse présentement décrite. A ce jour, pour les secteurs habitat et tertiaire, les systèmes de stockage les plus adaptés (et les plus étudiés) sont les accumulateurs électrochimiques. L Université de la Polynésie Française (UPF) possède un parc de panneaux photovoltaïques (62.4kWc, 520 modules) connecté au réseau d EDT (Electricité De Tahiti). Le potentiel d extension est énorme en termes de surface exploitable mais ce développement doit tenir compte de la règlementation actuelle (propre à la PF) qui limite l injection d énergie fatale pour les raisons évoquées plus haut. Il faut donc étudier la possibilité de réaliser un micro-réseau intelligent adapté à nos besoins afin de lisser la consommation pour limiter les perturbations du réseau EDT. L objectif, à relativement courte échéance, sera de : 1. dimensionner correctement à la fois le parc PV et le parc de batteries 2. simuler l état de charge en tenant compte du vieillissement des batteries 3. intégrer la prévision météorologique (programmation dynamique) 4. étudier des sources de stockage thermochimiques et, éventuellement, mécanique 5. réaliser un algorithme de gestion capable de gérer les différents éléments en temps réel Pour les deux premiers points, des modèles de simulation des flux énergétiques dans un micro-réseau connecté comprenant une source solaire et un système de stockage par batterie ont déjà été développé. Les systèmes de gestion de l énergie sont conçus afin d optimiser la durée de vie du système de stockage et de réduire les coûts de fonctionnement. L étudiant s appuiera sur les études existantes afin d en faire un outil adapté au secteur bâtiment de la PF. Dans cette partie, les collaborations avec les laboratoires compétents seront capitales. Le troisième point nécessite une étude fine de la climatologie de l île. GEPASUD travaille sur des modèles météorologiques à maille fine qui devraient permettre une résolution inférieure au kilomètre. L étudiant devra exploiter les sorties de ces modèles pour dégager des journées types de climat utilisées comme contrainte du modèle de micro-réseau électrique. L aspect «prévisionnel» sera important. Le quatrième point concerne la mise en évidence un ou deux systèmes (ou technique) de stockage en intégrant les caractéristiques tropicales et insulaires de nos îles en termes de consommations et de climat. Différentes techniques de stockage telles que le stockage thermique (chaleur sensible, chaleur latente, chaleur de sorption) ou mécanique (gravitaire ou inertielle) doivent être envisagées. Une fois le ou les système(s) de stockage identifié(s) l étudiant travaillera à la modélisation électrique ou thermique en vue d une inclusion dans l algorithme de gestion (point 5). Ces différentes études se feront étroite collaboration avec des laboratoires partenaires spécialisés dans ces systèmes de stockage (laboratoire PROMES de Perpignan - The School of Engineering and Physics, (USP), Suva, Fiji). Enfin, le cinquième point constitue le rendu du travail de thèse et son objectif principal. Il s agit de concevoir un système de gestion qui tient compte en temps réel des contraintes météorologiques, de l utilisation (occupation) des locaux et de l «état de charge» des différents éléments du micro-réseau. L algorithme devra inclure un module «prévision» ou «anticipation» grâce aux études météorologiques. Suivant l avancée des travaux le modèle pourra être suivi d une phase expérimentale totale ou partielle.

3 CONTEXTES SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE Le développement des énergies renouvelables en Polynésie française (PF), comme ailleurs dans le monde, est aujourd hui inévitable et doit être accéléré afin, d une part, de réduire notre dépendance aux importations d'hydrocarbures et, d autre part, de participer à la réduction de production des gaz à effet de serre. En effet, le coût de l'électricité est structurellement orienté à la hausse. Le bilan prévisionnel de l'équilibre offre-demande en électricité publié par le Service des Mines et de l'energie local prévoit pour 2020 une production de 300 à 375 GWh par les énergies renouvelables (soit 50 % de la consommation totale) alors qu'elle n'est que de 140 GWh aujourd'hui (principalement sous forme d'énergie hydraulique). Dans ce contexte, l énergie photovoltaïque (PV) a un potentiel de développement important en PF du fait des bonnes conditions d ensoleillement. Cependant, le caractère intermittent et non contrôlable de cette source d énergie limite son exploitation lorsque celle-ci est connectée au réseau. L injection de sources d énergies intermittentes sur un réseau parfaitement contrôlé, tel que celui d EDT (Electricité De Tahiti), entraine des problèmes de congestion (surcharge des lignes BT), de création d harmoniques (électronique de puissance), d injection de puissances active et réactive et de masquage des défauts (déclenchements intempestifs). Un autre inconvénient provient du déphasage entre production et consommation. De ce fait, l énergie solaire ne peut garantir une autonomie énergétique même dans le cas de sites isolés ou en consommation directe (non réinjectée). En nous limitant aux secteurs résidentiel et tertiaire, il existe des pistes pour palier à ces problèmes d instabilité et accroître la production d énergie solaire. En effet, le couplage de systèmes de stockage aux installations photovoltaïques est un concept qui est en plein évolution et très peu exploité en PF. La correction repose sur deux principes : - le contrôle et la gestion de la consommation - le contrôle et la gestion de la production. En ce qui concerne le premier point, le gouvernement de la PF en collaboration avec l ADEME a déployé une action d'envergure de maîtrise de l'énergie en particulier en direction des plus importants consommateurs de la PF (560 abonnés consomment près de 50% de l'électricité produite). L'ADEME a également établi en PF un cahier des charges de l'audit énergétique pour inciter les maîtres d'ouvrage et les gestionnaires de bâtiments à prendre en compte les critères de maîtrise d'énergie en vue d'une utilisation rationnelle de l'énergie. L Université de la Polynésie Française (UPF) a lancé un programme d étude en 2013 sur le comportement thermique des bâtiments en PF. Une demande de cofinancement de thèse de doctorat ADEME-UPF est en cours. Le second point doit faire l objet du développement d un modèle qui doit se faire dans le cadre d une thèse. A ce jour, pour les secteurs habitat et tertiaire, les systèmes de stockage les plus adaptés (et les plus étudiés) sont les accumulateurs électrochimiques. Des bâtiments de l UPF (cours, administration, logement étudiants) serviront de base pour le développement du modèle. L UPF possède actuellement un parc de panneaux photovoltaïques (62.4kWc, 520 modules) connecté au réseau d EDT. Le potentiel de développement est énorme en termes de surface exploitable. Sur l île de Tahiti, la limite autorisée d énergie «fatale» connectée au réseau d EDT est presque atteinte et, dans le contexte de la règlementation actuelle (propre à la PF) il sera difficile d augmenter le parc de panneaux PV. Il faut donc étudier la possibilité de réaliser un micro-réseau intelligent adapté à nos besoins afin de lisser la consommation pour limiter les perturbations du réseau EDT mais en considérant également l autoconsommation. L objectif, à relativement courte échéance, sera de : - dimensionner correctement à la fois le parc PV et le parc de batteries - simuler l état de charge en tenant compte du vieillissement des batteries - intégrer la prévision météorologique (programmation dynamique) - étudier d autres sources de stockage et, éventuellement, de production. Pour ce dernier point, il faut intégrer les caractéristiques tropicales et insulaires de nos îles. D autres systèmes de stockage tels que le stockage thermique (chaleur sensible, chaleur latente, chaleur de sorption)

4 ou mécanique (gravitaire ou inertielle) doivent être envisagés. L utilisation de stockage thermique peut être envisagée sur la forme chaleur sensible, de chaleur latente (systèmes à eau glacée par exemple) ou encore de chaleur de sorption. Cette dernière voie est récente est semble très prometteuse : elle est multifonctionnelle (stockage de chaud et/ou de froid), a capacité calorifique très élevée, de longue durée et quasiment sans perte. Nous sommes en cours de rédaction d une collaboration d étude sur ce sujet avec le laboratoire PROMES de Perpignan spécialisé dans le stockage thermique. Cette équipe sera impliquée dans notre projet d étude car cette technologie est bien adaptée au climat tropical. En parallèle, nous pouvons également envisager l utilisation de volants d inertie. Le laboratoire GEPASUD vient de lancer une collaboration d étude à ce sujet avec l Université du Pacifique Sud à Fiji par la voie du Pr. Maurizio Cirrincione (The School of Engineering and Physics, (USP), Suva, Fiji). L idée du projet est bien de réaliser une modélisation du réseau gérant ses différents éléments de production, de stockage et de consommation en considérant comme application les bâtiments de l UPF. Mais l étude sera faite de telle manière à pouvoir reproduire cette modélisation sur d autres bâtiments ou ensemble de bâtiments en préconisant une procédure d application du modèle. Le modèle pourra inclure d autres éléments au réseau afin d intégrer les nouvelles technologies en matière de production d énergie et de stockage. METHODOLOGIE A - MODELISATION STATIQUE: afin de pouvoir contrôler et gérer un micro-réseau électrique il est tout d abord indispensable de pouvoir modéliser les composants du réseau à savoir : - la source (les panneaux PV en l occurrence) - l électronique de puissance (conversion d énergie) - le stockage (les batteries dans un premier temps, puis d autres systèmes adaptés au contexte et aux besoins) Des modèles simulant ces trois éléments existent mais doivent être améliorés et adaptés. En particulier, la modélisation des panneaux solaires en générateurs de courant résulte de relations linéaires qui ne sont correctes que dans une gamme d éclairement limitée à 800W/m². Or l éclairement moyen en PF est plus élevé, et dans cette gamme d énergie, la relation éclairement-production devient non-linéaire. Des modèles mieux adaptés doivent pris en compte. Des modèles de simulation des flux énergétiques dans un micro-réseau connecté comprenant une source solaire et un système de stockage par batterie ont déjà été développé (Riffonneau, 2009 ; Wurtz et al, 2010 ; Fares et al 2014 ; Xue et al 2014). Les systèmes de gestion de l énergie sont conçus afin d optimiser la durée de vie du système de stockage et de réduire les coûts de fonctionnement. L étudiant s appuiera sur ces travaux afin d en faire un outil adapté au secteur bâtiment de la PF. Dans cette partie, les collaborations avec les laboratoires compétents seront capitales. Le transfert de compétence que l on pourra en tirer sera bénéfique pour la PF. Comme évoqué précédemment, nous envisageons d inclure dans la modélisation du stockage thermique et mécanique. En ce qui concerne le premier type, le stockage par eau glacé est aujourd hui performant et opérationnel. La modélisation d un tel système ne pose pas de problème particulier. En revanche, la modélisation du stockage sur la base de la chaleur de sorption, encore au stade expérimental, s appuiera sur les études menées au laboratoire PROMES avec qui nous allons collaborer étroitement tout au long du travail de thèse (convention en cours de rédaction). Enfin, le stockage par volant d inertie sera lié aux avancées de l étude menée avec l USP. B - MODELISATION DYNAMIQUE : Le modèle doit décrire l état du système en temps réel et doit s adapter, d une part, à la consommation des bâtiments et, d autre part, aux conditions climatiques. Deux points sont à étudier finement : la source solaire et ses évolutions dynamiques (statistique de la météorologie locale) le profil de consommation (quantité, séquence )

5 La connaissance de la source solaire n est pas triviale si elle est résolue à échelle très fine. Actuellement, le laboratoire GEPASUD travaille sur l application de modèles météorologiques à très fine échelle et une réflexion est à mener sur l acquisition de données spatiales de validation de ces modèles (WRF et Meso- NH). L étudiant sera impliqué dans l étude statistique de la couverture nuageuse au-dessus de l île de Tahiti et dans la mise en évidence de séquences climatiques caractéristiques du climat tahitien. Il s agit là d une étape clé qui permettra de calibrer l aspect dynamique de la modélisation. Bien évidemment, le profil de consommation est également un paramètre fondamental de la modélisation. L UPF a réalisé un audit énergétique qui décrit l état de fonctionnement et les composantes de son réseau interne. L étudiant devra analyser finement ce rapport, éventuellement le compléter et identifier les bâtiments pour lesquels sera appliqué le modèle. C - VALIDATION et APLLICATION: Afin de vérifier la validité du modèle et d appliquer le modèle, il faut construire une boucle réactive qui renvoie des informations au serveur. Il faut donc prévoir des indicateurs qui permettent : de contrôler le bon fonctionnement du bâtiment (appareils, sécurité, confort des utilisateurs ) éventuellement, d inclure des mesures liées la maîtrise d énergie Le micro-réseau électrique doit être équipé de capteurs pertinents, électriques, thermiques et autres à définir. Il sera peut-être intéressant de guider les usagers ou de leur suggérer des modifications de comportements afin de maîtriser la consommation d énergie. Première année DESCRIPTION DU TRAVAIL Il s agira avant tout de faire un état de l art aussi exhaustif que possible : - des différentes études de modélisations des composants d un micro-réseau utilisant des ENR (panneaux PV, électronique de puissance, batteries, volants d inertie, stockage thermique ) - des modèles de gestion de micro-réseaux électriques En parallèle, il faudra mener une analyse fine de l audit énergétique afin de parfaitement maîtriser les flux électriques des bâtiments types de la PF. De ces deux premières tâches, découleront - le choix des composants et du type de micro-réseau électrique le mieux adapté à notre cas (connexion partielle, totale, réalisation d un réseau continu parallèle, définition des modes de stockage le mieux adaptés...). - le choix du modèle qui sera être appliqué, développés et adaptés au cas de bâtiments de la PF. - des propositions d évolution du réseau électrique de l UPF et de méthodes d écrêtage. Deuxième année La deuxième année sera consacrée au développement du modèle. Tout d abord, le développement de la modélisation non-linéaire des panneaux PV comme source de courant et de plusieurs systèmes de stockage (choisis en conclusion de la phase 1), et de la phase dynamique du modèle (prévision de la ressource, rétroaction, sécurité ). Ensuite, la conception du réseau intelligent proprement dit, parties capteurs et retroinformation et pilotage. Troisième année La troisième année est bien sûr liée à l état d avancée des deux premières années. Il s agira dans la mesure du possible d envisager une validation du modèle et de programmer des périodes d essais. L idée globale du projet est bien de réaliser une modélisation du réseau gérant ses différents éléments de production, de stockage et de consommation en considérant comme application les bâtiments de l UPF. Mais

6 l étude sera faite de telle manière à pouvoir reproduire cette modélisation sur d autres bâtiments ou ensemble de bâtiments en préconisant une procédure qui décrit les mesures électriques, météorologiques et thermique indispensables à l application du modèle. La partie expérimentale restant à ce jour conditionnelle aux avancées de la thèse.

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement APPEL A PROJETS Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014 Règlement L appel à projets «Utilisation dynamique des énergies renouvelables dans le bâtiment»

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement APPEL A PROJETS Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014 Règlement L appel à projets «Utilisation dynamique des énergies renouvelables dans le bâtiment»

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Le projet POLIS (identification et mobilisation du potentiel solaire

Plus en détail

Inauguration de BELENOS Vendredi 30 octobre 2009. Plan du dossier. Le contexte et la dynamique du solaire thermique

Inauguration de BELENOS Vendredi 30 octobre 2009. Plan du dossier. Le contexte et la dynamique du solaire thermique belen os Centre d essais et de recherche des systèmes solaires Inauguration de BELENOS Vendredi 30 octobre 2009 Plan du dossier Le contexte et la dynamique du solaire thermique BELENOS : l engagement de

Plus en détail

Contribution du GMPV-FFB

Contribution du GMPV-FFB Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN Rencontres CEA INDUSTRIE en région PACA N 1 La cité des énergies Cadarache K. Zunino 12/12/2012 Référence Présentation jj mmm aaaa PLAN 1. L énergie

Plus en détail

Autoconsommation photovoltaïque

Autoconsommation photovoltaïque Autoconsommation photovoltaïque Conseil Régional Aquitaine David MARTIN 21/03/2013 Sommaire L autoconsommation : définitions La parité réseau : une réalité proche Les modes de raccordement d une installation

Plus en détail

PAGLIA ORBA. Plateforme Avancée de Gestion électrique en milieu Insulaire Associant stockage et énergie Renouvelable - objectif Autonomie 1 HELION

PAGLIA ORBA. Plateforme Avancée de Gestion électrique en milieu Insulaire Associant stockage et énergie Renouvelable - objectif Autonomie 1 HELION PAGLIA ORBA Plateforme Avancée de Gestion électrique en milieu Insulaire Associant stockage et énergie Renouvelable - objectif Autonomie 1 HELION 4500 Ingénieurs-Chercheurs pour la Recherche Technologique

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

Inauguration de la plateforme de Recherche & Développement Solaire et Stockage de l Energie par les technologies hydrogène - MYRTE

Inauguration de la plateforme de Recherche & Développement Solaire et Stockage de l Energie par les technologies hydrogène - MYRTE Inauguration de la plateforme de Recherche & Développement Solaire et Stockage de l Energie par les technologies hydrogène - MYRTE Lundi 9 janvier 2012, à Ajaccio au centre de recherches scientifiques

Plus en détail

Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes

Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes Nom de la municipalité : Ville de Varennes Description du projet : La Ville de Varennes s'est engagée à construire,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES Qualité du rapport exigé : - Clarté et lisibilité : présentation d une synthèse pour la prise de décision - Remise en mains propres

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS «REFERENT ENERGIE» Tour de table METHODOLOGIE ET OBJECTIFS Méthodologie OBSERVER COMPRENDRE REDUIRE Objectifs Acquérir une culture des économies d énergie et savoir la partager. Disposer de toutes les

Plus en détail

L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives

L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives , expert en énergie solaire Un Industriel Français de renommée internationale Il y a plus de 30 ans, bien avant les préoccupations actuelles

Plus en détail

NOUVELLE OFFRE CLIPS HOME SOLUTIONS EN AUTO-CONSOMMATION

NOUVELLE OFFRE CLIPS HOME SOLUTIONS EN AUTO-CONSOMMATION NOUVELLE OFFRE CLIPS HOME SOLUTIONS EN AUTO-CONSOMMATION Produire et consommer son électricité En route vers l autonomie énergétique Le soleil, votre énergie à vie L autoconsommation C Le principe Des

Plus en détail

SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS»)

SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS») SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS») ILOT 1 : REGLEMENTATION THERMIQUE La réglementation thermique 2005 vise à maîtriser les consommations d énergie et à limiter l émission de gaz à effet de serre.

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

Toit Solaire ANME. Installation PV de démonstration : Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie. Toit Solaire ANME Seite 1 17/10/2015

Toit Solaire ANME. Installation PV de démonstration : Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie. Toit Solaire ANME Seite 1 17/10/2015 Mis en œuvre par la: En coopération avec: Installation PV de démonstration : Toit Solaire ANME Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie 17/10/2015 Toit Solaire ANME Seite 1 QU EST CE QU UNE

Plus en détail

Catalogue des formations 2016

Catalogue des formations 2016 Catalogue des formations 2016 Qui sommes-nous? Association technique, le CRER concrétise depuis 20 ans, une volonté de passer à l acte dans les domaines de la sobriété énergétique, de l efficacité énergétique,

Plus en détail

Et les «réserves» en énergies renouvelables?

Et les «réserves» en énergies renouvelables? Et les «réserves» en énergies renouvelables? La principale énergie renouvelable utilisée aujourd hui dans le monde est la biomasse, et plus principalement le bois. Ce dernier représente 10% de la production

Plus en détail

Détails et explications sur la mise en œuvre du programme EMERGENCE FILIERE CLIMATISATION/CHAUFFAGE SOLAIRE

Détails et explications sur la mise en œuvre du programme EMERGENCE FILIERE CLIMATISATION/CHAUFFAGE SOLAIRE Détails et explications sur la mise en œuvre du programme EMERGENCE FILIERE CLIMATISATION/CHAUFFAGE SOLAIRE Daniel Mugnier Amandine Le Denn TECSOL SA Introduction Cheminement actuel ADEME DR ADEME DER

Plus en détail

VRF SOLAIRE Technologie SRV

VRF SOLAIRE Technologie SRV VRF SOLAIRE Technologie SRV Solution Photovoltaïque en autoconsommation Réduisez votre facture de climatisation jusqu à 80% www.senr.fr Bâtiments tertiaires, industriels et commerciaux Technologie SRV

Plus en détail

Enjeux du réseau de chaleur de la CPCU

Enjeux du réseau de chaleur de la CPCU Concertation sur le projet de transformation du centre de traitement des déchets ménagers à Ivry-Paris 13 Groupe de Travail du 4 avril 2016 Thématique : Alternatives à la méthanisation sur site / valorisation

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES # 5 Quels choix en matière d énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l énergie? Quelle stratégie de développement Eléments de définition Les énergies renouvelables (EnR) Les EnR sont à distinguer

Plus en détail

PVbat. Performances Énergétiques de Parois Complexes Actives intégrant des Systèmes Photovoltaïques en Climat Tropical Humide

PVbat. Performances Énergétiques de Parois Complexes Actives intégrant des Systèmes Photovoltaïques en Climat Tropical Humide PVbat Performances Énergétiques de Parois Complexes Actives intégrant des Systèmes Photovoltaïques en Climat Tropical Humide Laboratoire PIMENT & Groupe Dijoux Présenté par Dimitri Bigot 15/05/2012 Conférence

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur Appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises 2016 Usine du futur 1 I. Contexte S inscrivant dans le cadre des 34 plans industriels et le développement de l Usine du Futur, le Conseil régional

Plus en détail

«Concevoir un projet de production d énergies renouvelables» 29 Septembre 2015 BREST

«Concevoir un projet de production d énergies renouvelables» 29 Septembre 2015 BREST «Concevoir un projet de production d énergies renouvelables» 29 Septembre 2015 BREST Les dispositifs de soutien au développement des énergies renouvelables électriques Les dispositifs présents et futurs

Plus en détail

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE 2014 LE GRAND DÉFI DE L ÉNERGIE Pour réussir, la transition énergétique doit pouvoir s opérer sur tous les fronts : mondiaux, européens, nationaux

Plus en détail

Pompe à chaleur au CO2

Pompe à chaleur au CO2 Document SANYO date mai 9 tous droits réservés Pompe à chaleur au CO La problématique Le COP de 3 qui diminue fortement quand les besoins de chauffage augmentent, n est pas une fatalité. L utilisation

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre HABITAT 08 Office Public de l Habitat des Ardennes Dernière mise à jour : 30 décembre 2015 Auteur : Laurent Bêche 1. Contexte réglementaire En application du

Plus en détail

Méthode d évaluation. Bâtiments démonstrateurs sur. Nantes Résumé

Méthode d évaluation. Bâtiments démonstrateurs sur. Nantes Résumé Méthode d évaluation Bâtiments démonstrateurs sur Nantes Résumé juillet 2008 Historique des versions du document Date Auteur Commentaires 15/07/2008 Myriam HUMBERT Document à destination de la DRE PdL

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique Petit Rappel Quelles sont les conditions pour en bénéficier en 2012? Votre situation : Vous êtes locataire, propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit ; Vous êtes fiscalement domicilié en France.

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

DESCRIPTIF FORMATION LONGUE MONTEUR- INSTALLATEUR EN ENERGIES RENOUVELABLES

DESCRIPTIF FORMATION LONGUE MONTEUR- INSTALLATEUR EN ENERGIES RENOUVELABLES DESCRIPTIF FORMATION LONGUE MONTEUR- INSTALLATEUR EN ENERGIES RENOUVELABLES Nombre de place: 10 Durée : 315 heures MODULE / CONTENU MODULE Installation d un Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI) A la fin

Plus en détail

Les pompes à chaleur réduisent les coûts d énergie, pas le confort

Les pompes à chaleur réduisent les coûts d énergie, pas le confort TECHNIQUE DE LA POMPE À CHALEUR Les pompes à chaleur réduisent les coûts d énergie, pas le confort Pour le chauffage et la production d eau chaude sanitaire en nouvelle construction et en rénovation La

Plus en détail

La gamme de régulateurs Sigmagyr RVP, votre alliée pour plus d économies d énergie

La gamme de régulateurs Sigmagyr RVP, votre alliée pour plus d économies d énergie Efficacité énergétique La gamme de régulateurs Sigmagyr RVP, votre alliée pour plus d économies d énergie Siemens, 35 ans d expérience dans la régulation des habitations individuelles. www.siemens.fr/cps

Plus en détail

Rénovation énergétique d un pavillon

Rénovation énergétique d un pavillon Rénovation énergétique d un pavillon Centre d intérêt visé: Réduction des consommations énergétiques Objectif pédagogique : Identifier des solutions permettant de réduire la consommation énergétique d

Plus en détail

Modélisation simplifiée et éléments de validation expérimentale d une installation de rafraîchissement solaire par absorption en climat tropical

Modélisation simplifiée et éléments de validation expérimentale d une installation de rafraîchissement solaire par absorption en climat tropical Modélisation simplifiée et éléments de validation expérimentale d une installation de rafraîchissement solaire par absorption en climat tropical Olivier Marc 1, Franck Lucas 1, Frantz Sinama 1, Alain Bastide

Plus en détail

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS 3 Label Promotelec Habitat Neuf, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS Production d eau chaude sanitaire Réseaux de communication MARQUAGE QUALITÉ EXIGÉ Tous systèmes de production d'eau chaude sanitaire

Plus en détail

APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 «Intégration architecturale des systèmes photovoltaïques»

APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 «Intégration architecturale des systèmes photovoltaïques» APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 «Intégration architecturale des systèmes photovoltaïques» La Région Centre a inscrit la lutte contre les gaz à effet de serre et contre le changement climatique parmi ses

Plus en détail

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments?

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments? Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement Hôtel de la Région Rhône-Alpes Sylvain Charlot 27 avril 2012 Une RT2012 pour quels bâtiments? Les orientations de la RT2012 Les bâtiments visés Tous

Plus en détail

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES 13 ème Conférence bretonne de l énergie le 25 juin 2014 à RENNES 1 1. Introduction 2. Bilan électrique et panorama énergétique 3. Brochure «Les moyens de production d énergie électriques et thermiques»

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic

Plus en détail

Matinée technique IFPEB - 28 novembre 2012 Mieux comprendre les notions de consommations règlementaires, prévisionnelles et réelles CSTB-IFPEB

Matinée technique IFPEB - 28 novembre 2012 Mieux comprendre les notions de consommations règlementaires, prévisionnelles et réelles CSTB-IFPEB Matinée technique IFPEB - 28 novembre 2012 Mieux comprendre les notions de consommations CSTB-IFPEB Mieux comprendre les notions de consommations Eléments de contexte : La Règlementation thermique 2012

Plus en détail

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Qu'est-ce que le crédit d'impôt développement durable? C'est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie

Plus en détail

Cahier votre implantation sur les parcs d activités

Cahier votre implantation sur les parcs d activités Cahier votre implantation sur les parcs d activités édition 2013 Implantation mode d emploi Ce livret est destiné à vous accompagner dans la réalisation de votre projet. Conçu comme une véritable source

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCE. Autoconsommation Bordeaux Boris Berseneff 21 MARS 2013. La problématique PV + stockage

RETOUR D EXPÉRIENCE. Autoconsommation Bordeaux Boris Berseneff 21 MARS 2013. La problématique PV + stockage L AUTOCONSOMMATION DANS LE BÂTIMENT SOLAIRE RETOUR D EXPÉRIENCE Autoconsommation Bordeaux Boris Berseneff 21 MARS 2013 SOMMAIRE Présentation du CEA CEA, LITEN, INES La problématique PV + stockage Aspects

Plus en détail

Dossier de partenariat : Bateau Solaire

Dossier de partenariat : Bateau Solaire Dossier de partenariat : Bateau Solaire 1 SOMMAIRE Partie 1. Le «Bateau solaire»: un défi technologique et un double intérêt environnemental... 3 A- Le Soleil au service de la navigation :... 3 B - L énergie

Plus en détail

Référentiel spécifique pour la demande de. Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives

Référentiel spécifique pour la demande de. Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives Référentiel spécifique pour la demande de Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives et pièces spécifiques à produire En complément du dossier de demande

Plus en détail

Grande batterie Expérience pratique du laboratoire Smart Grid de l EKZ

Grande batterie Expérience pratique du laboratoire Smart Grid de l EKZ Grande batterie Expérience pratique du laboratoire Smart Grid de l EKZ Michael Koller, responsable de gestion technologique, 31 mai 2016, Powertage 2016 Programme I. Laboratoire Smart Grid d EKZ II. Batterie

Plus en détail

La loi Grenelle 2 pour les collectivités Dispositions concernant le bâtiment. Sophie LE GARREC MEEDDM DGALN DHUP

La loi Grenelle 2 pour les collectivités Dispositions concernant le bâtiment. Sophie LE GARREC MEEDDM DGALN DHUP Club des utilisateurs Display en France La loi Grenelle 2 pour les collectivités Dispositions concernant le bâtiment Sophie LE GARREC Chef de projet DPE & Performance énergétique des bâtiments existants

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

ETUDE & CONSEIL ENERGETIQUE

ETUDE & CONSEIL ENERGETIQUE ETUDE & CONSEIL ENERGETIQUE ETUDE RECOMMANDATIONS BUDGET ASSISTANCE V2.0β Mars 2014 La rénovation énergétique Sur les 31 millions de logements, 60 % sont des passoires thermiques (construits avant 1974,

Plus en détail

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS DENOMINATION DE L'OPERATION : Maître d ouvrage : Personne à contacter : : Etude technique : Personne à contacter : : AILE cahier

Plus en détail

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone.

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 01 40 42 46 37 / service-de-presse@edf.fr EDF, ACTEUR ENGAGÉ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Plus en détail

PROGRAMME. Libellé de l UEM1 : Electricité et Automatique

PROGRAMME. Libellé de l UEM1 : Electricité et Automatique PROGRAMME Libellé de l UEF1 : Energie et matériaux Matière 1: Conversion d'énergie: Cette matière permet à l'étudiant de connaître la description et le principe de fonctionnement des différentes machines

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET DE TROISIEME VOIE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Elaboration d un rapport technique rédigé à l aide

Plus en détail

Les Smart Grids. Cette notion de smart grids basés sur l électricité peut être étendue aux réseaux intelligents de chaleur, de froid et de gaz.

Les Smart Grids. Cette notion de smart grids basés sur l électricité peut être étendue aux réseaux intelligents de chaleur, de froid et de gaz. Les Smart Grids A l heure où la gestion centralisée et unidirectionnelle 1 des réseaux de distribution d électricité montre ses limites et où les nouveaux projets prennent en compte la dimension quartier,

Plus en détail

Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012

Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012 Mercredi 9 novembre 2011 Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012 Le risque de rupture d approvisionnement est modéré. Une situation globalement comparable

Plus en détail

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement Compte rendu de la deuxième réunion de travail - 3 octobre 2012 L atelier se déroule dans la salle du conseil municipal ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre Habitat - logement Madame Salfati, adjointe

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 février 2015 portant communication sur le développement des réseaux intelligents

Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 février 2015 portant communication sur le développement des réseaux intelligents Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 février 2015 portant communication sur le développement des réseaux intelligents Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE,

Plus en détail

Note sur le traitement des cas particuliers dans la réglementation thermique 2012 des bâtiments neufs

Note sur le traitement des cas particuliers dans la réglementation thermique 2012 des bâtiments neufs MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages

Plus en détail

Environnement - Contrat-cadre - Programme d actions 1993 - Demandes d aides financières

Environnement - Contrat-cadre - Programme d actions 1993 - Demandes d aides financières BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 4800 Environnement - Contrat-cadre - Programme d actions 1993 - Demandes d aides financières M. LE DÉPUTÉ-MAIRE, Rapporteur : La Ville de Besançon a signé en

Plus en détail

PLAN DE TRANSITION ENERGETIQUE 2015 2030

PLAN DE TRANSITION ENERGETIQUE 2015 2030 PLAN DE TRANSITION ENERGETIQUE 2015 2030 - PRESENTATION - Conseil des ministres 2 novembre 2015 Les enjeux de la transition énergétique 1 L enjeu climatique Réduction des émissions de CO2 Problématique

Plus en détail

TRANSITION ENERGÉTIQUE À LA RÉUNION : L ENGAGEMENT D EDF POUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

TRANSITION ENERGÉTIQUE À LA RÉUNION : L ENGAGEMENT D EDF POUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES TRANSITION ENERGÉTIQUE À LA RÉUNION : L ENGAGEMENT D EDF POUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF SA 22-30, avenue de Wagram 75382 Paris cedex 08 Capital

Plus en détail

Les enjeux énergétiques

Les enjeux énergétiques Les enjeux énergétiques Contexte : Le prix de l énergie primaire (pétrole, gaz, charbon) ou secondaire (électricité) est durablement orienté à la hausse. Les bâtiments consomment plus de 40% de l énergie

Plus en détail

Eléments de réponse des gestionnaires de réseaux de distribution de gaz et d électricité

Eléments de réponse des gestionnaires de réseaux de distribution de gaz et d électricité Recommandation issue de la délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 février 2015 portant sur le développement des réseaux intelligents Eléments de réponse des gestionnaires de réseaux

Plus en détail

Les services rendus par le stockage électrochimique. L expérience des îles françaises.

Les services rendus par le stockage électrochimique. L expérience des îles françaises. Les services rendus par le stockage électrochimique. L expérience des îles françaises. EDF Direction des Systèmes Énergétiques Insulaires Printemps de la Recherche EDF R&D 13 octobre 2011 Jean-Michel DEVEZA

Plus en détail

Bâtiment France 2005 Energie en TWh/mois. Bâtiment France 2005 Electricité en TWh/mois. Climatisation. Chauffage elec. Eclairage Cuisson elec

Bâtiment France 2005 Energie en TWh/mois. Bâtiment France 2005 Electricité en TWh/mois. Climatisation. Chauffage elec. Eclairage Cuisson elec Résultats d'un scénario R&D Bâtiments France 5 sans fossiles publié dans la revue Futuribles, juin 8 Ch. Marchand, M-H. Laurent, R. Rezakhanlou, Y. Bamberger Version du La consommation actuelle en énergie

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 7 - LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE. 1. LE MÉTIER Secteur d activités et entreprise. Le BTS Maintenance Industrielle donne accès au métier de technicien

Plus en détail

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 1 Règlement d application des tarifs du Gaz naturel Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 Partie générale Introduction Dès le 1 er juillet 2007, les tarifs du Gaz naturel des (ciaprès «SIG»)

Plus en détail

3 I EXPÉRIMENTER DES TECHNOLOGIES INNOVANTES SUR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

3 I EXPÉRIMENTER DES TECHNOLOGIES INNOVANTES SUR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 3 I EXPÉRIMENTER DES TECHNOLOGIES INNOVANTES SUR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE Le contexte Accompagner la transition énergétique, préparer l avenir et développer les réseaux

Plus en détail

les solutions systèmes e.l.m. leblanc

les solutions systèmes e.l.m. leblanc les solutions systèmes e.l.m. leblanc à l occasion d Interclima 2013, e.l.m. leblanc présente plusieurs solutions Blueactive multi-énergie pour la construction neuve et la rénovation en habitat résidentiel

Plus en détail

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Tout d abord, nous vous remercions d avoir associé ERDF à l établissement de ce SRCAE, dans le cadre des ateliers

Plus en détail

Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables

Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables "EQUIP ENERGIE 2010" SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 APPEL

Plus en détail

Mise en fonction didactique d une borne de recharge Schneider pour véhicules électriques

Mise en fonction didactique d une borne de recharge Schneider pour véhicules électriques Mise en fonction didactique d une borne de recharge Schneider pour véhicules électriques "Les nouveautés apparues avec LabVIEW 2012, notamment les sous-vis du menu «Electrical Power», facilitent énormément

Plus en détail

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté ATELIER DECRYPTAGEO 2015 Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté 10 juin 2015 Présentation de GrDF et de son scénario

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

HAUTE TEMPéRATURE 80 c

HAUTE TEMPéRATURE 80 c Fioul Pompe à chaleur Hybride Avec appoint FIOUL intégré HAUTE TEMPéRATURE 80 c Solution rénovation en remplacement de chaudière Faites connaissance avec... Fioul Qu est ce qu un produit «Hybrid Atlantic»?

Plus en détail

Problématiques réglementaires et régulatoires relatives au stockage de l énergie

Problématiques réglementaires et régulatoires relatives au stockage de l énergie Problématiques réglementaires et régulatoires relatives au stockage de l énergie Grégory JARRY Chargé de mission Smart grids Commission de régulation de l énergie Journée technologique "Stockage de l énergie

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE DE STOCKAGE DES ENERGIES

SYSTÈME HYBRIDE DE STOCKAGE DES ENERGIES Texte SYSTÈME HYBRIDE DE STOCKAGE DES ENERGIES Membre de Synergie PRESENTATION DU SYSTÈME DE STOCKAGE D ENERGIE POUR LE PACIFIQUE NORD SUD DE DEMAIN PRESENTATION TECHNIQUE PLAN Les Systèmes de Stockage

Plus en détail

Autoconsommation photovoltaïque

Autoconsommation photovoltaïque Autoconsommation photovoltaïque André JOFFRE Energivie 25-10-2013 Autoconsommation 2 Évolution des prix d achat de l électricité réseau La fin des tarifs électriques réglementés est programmée pour 2015

Plus en détail

ALFÉA EVOLUTION 2 POMPE À CHALEUR AIR/EAU SPLIT INVERTER ÉCONOMIES ET CONFORT CHAUFFAGE BASSE TEMPÉRATURE

ALFÉA EVOLUTION 2 POMPE À CHALEUR AIR/EAU SPLIT INVERTER ÉCONOMIES ET CONFORT CHAUFFAGE BASSE TEMPÉRATURE EVOLUTION 2 POMPE À CHALEUR AIR/EAU SPLIT INVERTER ÉCONOMIES ET CONFORT CHAUFFAGE BASSE TEMPÉRATURE FAITES CONNAISSANCE AVEC... LA GAMME EVOLUTION 2 Qu est-ce qu une pompe à chaleur «Alféa Evolution 2

Plus en détail

60 actions pour lutter contre le changement climatique

60 actions pour lutter contre le changement climatique E N V I R O N N E M E N T 60 actions pour lutter contre le changement climatique Plan Climat 1 p. 3 Lutter contre le changement climatique et anticiper ses effets sur notre territoire p. 4 Agir pour limiter

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

PRAXIBAT. L'apprentissage par le geste. l outil de formation des professionnels

PRAXIBAT. L'apprentissage par le geste. l outil de formation des professionnels PRAXIBAT l outil de formation des professionnels à la maîtrise du geste pour des bâtiments sobres, efficaces énergétiquement,et durables L'apprentissage par le geste PRAXIBAT l outil de formation des

Plus en détail

L offre 2016 Transition Energétique

L offre 2016 Transition Energétique L offre 2016 Transition Energétique Les priorités d intervention de l ADEME Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Animation, aides à la décision, études de projets - Bâtiments : «Massification» de la rénovation

Plus en détail

Projet IV : Réalisation d une plate forme intégrée pour la conception, la simulation et la mise en œuvre des procédés type LCM

Projet IV : Réalisation d une plate forme intégrée pour la conception, la simulation et la mise en œuvre des procédés type LCM MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA FORMATIONDES CADRES ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DEPARTEMENT DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA FORMATIONDES CADRES ET DE LA RECHERCHE

Plus en détail

380 CONSEILLERS SOLIDARITÉ QUI TRAITENT 600 000 DEMANDES DE TRAVAILLEURS SOCIAUX PAR AN

380 CONSEILLERS SOLIDARITÉ QUI TRAITENT 600 000 DEMANDES DE TRAVAILLEURS SOCIAUX PAR AN EN 2014, EDF A VERSÉ 22,5 MILLIONS D EUROS AU FONDS DE SOLIDARITÉ LOGEMENT, ET 195 000 FAMILLES ONT BÉNÉFICIÉ D UNE AIDE. 56 250 COLLECTIVITÉS CLIENTES D EDF 1 000 INTERLOCUTEURS A L ECOUTE 380 CONSEILLERS

Plus en détail

AVIS SERVICE REGULATION. Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014. relatif au

AVIS SERVICE REGULATION. Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014. relatif au SERVICE REGULATION AVIS SR- 20040528-19 relatif au Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014 rendu sur demande du Secrétaire d Etat en Charge de l Energie 28 mai 2004 Service

Plus en détail

Régulateurs de chauffage RVL 400 : pour une évolution durable de vos infrastructures.

Régulateurs de chauffage RVL 400 : pour une évolution durable de vos infrastructures. Régulateurs de chauffage RVL 400 : pour une évolution durable de vos infrastructures. Building Technologies 3 Nouvelle gamme RVL. Une ligne complète de quatre régulateurs, résolument tournée vers l efficacité

Plus en détail