2013, ce sont tous les bâtiments à usage d habitation qui devront respecter la RT 2012 et donc épouser

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2013, ce sont tous les bâtiments à usage d habitation qui devront respecter la RT 2012 et donc épouser"

Transcription

1 béton Guide de l conception P. 6 Point de vue du bureu d études thermiques P. 8 Exigences spécifiques P. 9 BBC + et Bepos P. 9 Détils de l mise en œuvre Rbt Ventiltion nturelle P. 2 Regrd de l rchitecte Pscl Gontier P. 22 RT 202 : l nouvelle bible du bâtiment En 200, moins de 5 % des misons construites ont été lbélisées BBC-Effinergie. À prtir du er jnvier 203, ce sont tous les bâtiments à usge d hbittion qui devront respecter l RT 202 et donc épouser son corollire : être BBC. D ici là, les grnds principes guidnt l nouvelle RT doivent être expliqués u plus grnd nombre et, du chrpentier à l rchitecte, les bonnes prtiques répndues. Afin que l conversion des cteurs de l construction à l nouvelle réglementtion s opère, il reste un n pour prêcher l bonne prole. Douze mois durnt lesquels il fudr églement rppeler que le respect de l RT à l livrison ne constitue qu une étpe, certes obligtoire, mis qui n de sens que si l exploittion du bâtiment suit l voie de l bsse consommtion. Texte : Gétn Alomr Construction Moderne n 37-5

2 RT 202 Guide de l conception gendrme de l rélistion Fruit du Grenelle de l environnement, inspirée du lbel BBC-Effinergie, l RT 202 vise à fire du bâtiment bsse consommtion l norme. En introduisnt l notion de «besoin bioclimtique», l nouvelle réglementtion guide le coup de cryon de l rchitecte vers l recherche d efficcité énergétique, et ce, dès s première esquisse. Autre évolution : elle ne se cntonne plus uniquement à l phse conception. L RT exige dorénvnt des contrôles sur chntier et introduit même l obligtion d observer l exploittion du bâtiment. 50 kwh d énergie primire pr m² et pr n pour l zone H2b : voici comment est résumée l future réglementtion thermique. Certes, c est bien cette principle contrinte qu il fut respecter, ujourd hui, pour obtenir une lbellistion BBC-Effinergie. Toutefois, en réduisnt l future RT à cette exigence, nous pssons à côté de ce qui fit s force. L RT 202 ne se contente ps de fixer une consommtion mximle plus de deux fois inférieure à celle de l RT Elle entend ussi fire évoluer l cte de construire à trvers une série d obligtions de résultts et de moyens, fruits de l nvette prlementire des textes de loi dit Grenelle et 2. CONCEVOIR BIOCLIMATIQUE Au cours de l discussion prlementire, un mendement déposé sur l rticle 4 du Grenelle permis de compléter l exigence sur l consommtion d une utre obligtion portnt sur l efficcité énergétique du bâti. Ce nouveu seuil est bptisé «besoin bioclimtique mximl (Bbiomx)». Il doit, vnt même de s intéresser ux systèmes de production de chud ou de froid, ider l mîtrise d œuvre à concevoir un bâtiment dont les besoins en énergie sont fibles. L obligtion de se situer sous un Bbiomx permet de vérifier le bien-fondé du concept rchitecturl et exige donc que les échnges entre rchitectes et bureux d études soient précoces et de qulité. VITRER AU-DELÀ DE /6 E DE LA SURFACE HABITABLE De plus comme l explique Nthlie Tchng, Directrice Adjointe du bureu d études TRIBU ÉNERGIE et Coordintrice du groupe de trvil des pplicteurs de l RT 202 : «Ce prmètre (Bbio) ne suffisnt ps à lui seul à inciter à des ouvertures en fçde généreuses pour limiter le recours à l éclirge rtificiel, les pouvoirs publics ont décidé de rjouter un prmètre complémentire, l obligtion de vitrer udelà de /6 e de l surfce hbitble en logements». MESURER LA PERMÉABILITÉ À L AIR Mis, pour utiliser un lngge politique, l véritble rupture qu opère l RT 202 vec ses prédécesseurs se situe illeurs. Inspirée d une obligtion du lbel BBC-Effinergie, l exigence l plus importnte est peutêtre l imposition de fire mesurer l permébilité à l ir de l enveloppe sous 4 P, insi que l obligtion d obtenir un débit de fuite inférieur ou égl à 0,60 m 3 /(h.m 2 ) de prois déperditives, (hors plncher bs), en mison individuelle ou ccolée et,00 m 3 /(h.m 2 ) pour les logements collectifs. Dès lors l réglementtion thermique ne se mêle plus simplement de l conception, mis vient mettre son nez dns l qulité de l rélistion. Alors que d ores et déjà bureux, bâtiments d enseignement primire et secondire, étblissements d ccueil de l petite enfnce et logements situés en zone ANRU doivent respecter l nouvelle réglementtion thermique, les premiers retours d expériences sur des bâtiments construits vnt l heure selon les exigences de l RT 202 pointent le déclge entre théorie et prtique. Même si elle le mérite de prévoir un gendrme de l qulité de l rélistion le test d étnchéité à l ir, l nouvelle réglementtion se veut vnt toute chose l bible de l phse conception. Elle ne suffit ps à grntir une construction dns les règles de l rt et encore moins une bonne exploittion. Pour que les fmeux 50 kwh/m 2 /n puissent se retrouver sur le compteur près trois ns de vie du bâtiment, un certin nombre de points sont à regrder vec une ttention prticulière. Des filtres de VMC doubles flux non chngés peuvent, pr exemple, fire exploser les besoins théoriques de chuffge. Entrînnt un déséquilibre des débits, l encrssement des filtres génère des infiltrtions d ir pr les prois. Le résultt consiste en ir froid qui pénètre à l intérieur sns être préchuffé. De même vec l émergence de bâtiments nettement plus étnches, l problémtique de l qulité de l ir ser portée sur le devnt de l scène. Pour Suznne Déoux, figure emblémtique de l snté dns le bâtiment, spéciliste en otorhinolryngologie et professeur ssocié en ingénierie des strtégies de snté dns les bâtiments à l université d Angers, l montée en puissnce de l VMC double flux doit être ccompgnée de l émergence d une nouvelle profession : «ventiliste». Affire à suivre. L extension du siège de l ADEME, à Angers (49), un bâtiment BBC exemplire en béton, conçu pr Quille Construction et son groupement et construit pr Quille Construction. Photo : Willy Berré 6 - Solutions - béton

3 Les mots-clés de l nouvelle RT Cmx Comme pour l RT 2005, l consommtion mximle (Cmx), recouvre les besoins en chuffge, l production d ECS, le refroidissement, l éclirge et les uxiliires. Directement inspiré des 50 kwh du lbel BBC- Effinergie, modulés en fonction de l loclistion et de l ltitude, le Cmx de l RT 202 introduit de nouveux prmètres. Il s exprime de l fçon suivnte : Cmx = 50 Mctype (Mcgéo + Mclt + Mcsurf + McGES) Avec: Mctype : cœfficient de modultion selon le type de bâtiment ou de prtie de bâtiment et s ctégorie CE/CE2 ; Mcgéo : cœfficient de modultion selon l loclistion géogrphique ; Mcl : cœfficient de modultion selon l ltitude ; Mcsurf : pour les misons indi viduelles ou ccolées et les bâtiments collectifs d hbittion, cœfficient de modultion selon l surfce moyenne des logements du bâtiment ou de l prtie de bâtiment ; McGES : cœfficient de modultion selon les émissions de gz à effet de serre des énergies utilisées. Le Cmx s exprime en énergie primire. Et, les cœfficients de conversion d énergie finle en énergie primire retenus pour les clculs sont de 2,58 pour l électricité et de pour toutes les utres énergies. Le cœfficient de 0,6 ppliqué u bois dns le cdre du lbel BBC- Effinergie n ps été repris. Bbiomx Remplçnt du Ubt, le besoin bioclimtique mximl vise à obliger l équipe de mîtrise d œuvre, à rechercher l efficcité énergétique simplement en optimisnt l disposition du bâtiment et en méliornt l enveloppe. Autrement dit, son objectif est de limiter simultnément les besoins en chuffge, éclirge et rfrîchissement sns prendre en compte les futurs systèmes mis en œuvre dns le bâtiment. En forçnt l rchitecte à trviller sur l compcité, l disposition des ouvertures et l équilibre entre proi opque et trnsprente, le Bbiomx l oblige à trviller, dès les premières esquisses, vec le bureu d étude. Sns dimension et exprimé en nombre de points, le Bbiomx ser modulé, en fonction de l loclistion, des crctéristiques et de l usge des bâtiments. Test de l porte soufflnte Cette opértion qui ser rendue obligtoire vec l future réglementtion thermique pour les constructions neuves de logements est née outre-atlntique u sein d un lbortoire de l université de Berkeley. Développée u cours des n - nées 90 outre-rhin, mesurer les fuites d ir de l enveloppe d un bâtiment est désormis une opértion cournte en Allemgne directeur du bureu d études Enertech et figure incontour nble de l performnce énergétique des bâtiments, Olivier Sidler considère qu ssurer une bonne étnchéité à l ir de l enveloppe d un bâtiment est «le moyen le moins coûteux et le plus efficce pour réduire l consommtion d un bâtiment». En effet, combler les sources d infiltrtions d ir prsite dont l somme des surfces équivut à une crte postle peut permet tre de réduire utnt l consom mtion énergétique d une mison que de remplcer des doubles vitrges pr des triples. Confort d été Le confort d été souvent présenté comme le grnd bsent de l RT 202 figure tout de même à plusieurs niveux dns le décret définissnt les grndes lignes de l réglementtion. Audelà d être bordé indirectement à trvers le Bbio, il pprît ussi dns l exigence imposée ux bies de tout locl destiné u sommeil et n ynt ps besoin de climtistion ctive. Ces dernières se doivent d être équipées de protections solires mobiles, de fçon à ce que leur fcteur solire soit inférieur ou égl à des mximums fixés dns le texte réglementire. Clendrier pour l ppliction des normes 26 octobre 200 Publiction des textes 28 octobre 20 Appliction de l RT 202 ux logements situés en zone ANRU, ux bureux, ux bâtiments d enseignement primire et secondire et ux étblissements d ccueil de l petite enfnce Cournt 202 Lncement du lbel BEPOS er jnvier 203 Appliction de l RT 202 à tous les bâtiments à usge d hbittion L dte d ppliction de l RT 202 pour les utres bâtiments tertiires n est ps encore fixée. Porte soufflnte mise en plce. Construction Moderne n 37-7

4 Le point de vue du bureu d études thermiques Les deux dirigents du bureu d études Sénov, Dimitri Molle et Pierre-Emmnuel Ptry, viennent de publier, ux éditions Eyrolles, un ouvrge intitulé RT 202 et RT existnt, visnt à rendre ccessible l nouvelle réglementtion thermique à tous les cteurs de l cte de construire et ps uniquement ux thermiciens. Pensez-vous que l RT 202 ser fcilement ssimilée pr les rchitectes? Aujourd hui, on constte que les rchitectes digèrent encore l loi sur l ccessibilité. Même si l RT 202 est plutôt bien fite et indique des principes simples, en prtique, elle peut se révéler compliquée pour un non-thermicien. Certins rchitectes déjà sensibilisés à l performnce énergétique uront plus de fcilité. Nénmoins, que les utres se rssurent, l nouvelle réglementtion fit l prt belle à l conception en lissnt une grnde ltitude ux rchitectes. L rrivée de l nouvelle réglementtion v-t-elle chnger le rôle de l rchitecte et du bureu d études? Il est évident que les rchitectes vont devoir être de plus en plus compétents sur l thermique des bâtiments. Ils ne pourront ps venir vec un projet de niveu RT 2005 et demnder ux bureux d études de le fire psser u niveu de l RT 202. Cel ne fonctionner ps. L conception bioclimtique et l isoltion des fç - des, l rchitecte s en chrger. Le métier de thermicien, vec le temps, se concentrer sur des spects plus techniques comme les ponts thermiques ou l étnchéité. Une utre tendnce qui devrit se dessiner est un élrgissement du chmp de compétence des bureux d études. À côté du développement d un métier de simple clculteur, consistnt à entrer les informtions techniques du bâtiment dns les logiciels et à fire tourner les moteurs de clculs, les bureux d études pporteront un svoir-fire sur l thermique mis églement sur l cous tique ou encore l qulité de l ir intérieur. Et ce d utnt plus que toutes ces thémtiques sont directement liées. Quel pourrit être le tlon d Achille de l nouvelle réglementtion? S principle fiblesse se situe clirement u niveu du tritement du confort d été. Le législteur, pr mnque de temps, n ps trité cette thémtique plus en profondeur que dns l RT Dns un second temps ps vnt 203, des exigences plus contrignntes devrient être joutées à l nouvelle réglementtion. En ttendnt ce complément législtif, il serit judicieux de prendre en compte le confort d été u-delà de ce qu impose l RT. Sns quoi, les économies rélisées en hiver pourrient se voir nnuler pr les dépenses en climtistion nécessires durnt l été. Le respect de l RT 202 pourrit lors ne ps rimer vec «bâtiment bsse consommtion». Pour ssurer le confort d été, en climt méditerrnéen, les solutions constructives sont-elles limitées? Une structure bois n est ps l solution technique l plus dptée u climt méditerrnéen. Pour ssurer le confort d été, il fut pporter de l inertie. Une structure bois est possible à condition d instller des dlles en béton. Mis vnt toute chose, il est indispensble de prévoir des protections solires. Aussi, il ne fut ps écrter l possibilité d instller un rfrîchissement ctif. Avec l RT 202, le mot climtistion ne doit ps être bnni. Un bâtiment climtiser peut-être BBC. Autre point, sur le confort d été, je suis intimement convincu de l intérêt des mtériux à chngement de phse. Nénmoins, l énergie grise de ces derniers doit être prise en compte. L générlistion du BBC v-t-elle chnger les modes constructifs? Aujourd hui, pour les misons individuelles lbellisées BBC, on constte que l isoltion, du fit d un coût moins élevé, se fit encore, dns l mjorité des constructions neuves, pr l intérieur. Pr contre, pour les logements collectifs BBC, dès que l immeuble dépsse les qutre étges, l isoltion est, dns l pluprt des cs, rélisée pr l extérieur. Cette solution permet d éviter d voir à triter de nombreux ponts thermiques et offre donc une plus grnde ssurnce sur l performnce énergétique du bâtiment. Nénmoins, il fut noter que pour le collectif, l RT 202, contrirement u référentiel BBC-Effinergie, prévoit que l consommtion à ne ps dépsser pour les cinq postes réglementires ne soit ps de 50 kwh mis de 57,5 kwh pour l zone H2b. En offrnt cet llégement sur l exigence de consommtion mximle, l ppliction de l RT 202 ne contrint ps les mîtres d œuvre à opter pour une isoltion pr l extérieur. Dns le logement collectif, on comprend bien que l isoltion pr l extérieur est préférble, fin d éviter les ponts thermiques ux niveux des plnchers intermédiires. Qu en est-il pour l mison individuelle? Sur l mison individuelle, selon les cs, c est l isoltion pr l intérieur ou l extérieur qui pporte l meilleure performnce en hiver. En revnche, durnt l période chude, l isoltion pr l extérieur permet de bénéficier de l inertie des prois et donc d obtenir plus fcilement un meilleur confort d été, en fisnt jouer l inertie thermique du béton. En construction à Béthune (59), les deux bâtiments conçus pr BCDE Architecture regrouperont 49 logements sociux. Isolés pr l extérieur vec 30 cm de polystyrène expnsé, collé sur les fçdes en béton, les immeubles devrient être lbellisés pssifs. Photo : Bsf 8 - Solutions - béton

5 Des exigences spécifiques pour l RT 202 Prllèlement ux obligtions de résultts (besoin bioclimtique, consommtion énergétique et tempérture intérieure), l RT 202 impose des exigences de moyens. PONTS THERMIQUES ISOLATION L nouvelle réglementtion impose Pour les prois donnnt sur des un tritement des ponts thermiques locux à occuptions discontinues, en fixnt des seuils. L vleur seuil pr exemple entre un logement et moyenne des ponts thermiques est un commerce, il fut prévoir une isoltion offrnt un cœfficient de trns- de 0,28 W/m²shonRT.K. Le pont thermique moyen des liisons entre les murs et les plnchers égle à 0,36 W/m²/K. Ce qui corresmission thermique (U) u moins intermédiires ne doit ps excéder pond à environ 0 cm de line 0,6W/m.K. minérle. Surfce Pssge à l SHON RT L introduction d une SHON RT plutôt qu une SHON «clssique» vise à utiliser, pour les clculs thermiques, une surfce plus proche de l surfce tée à l hbittion (déduction forfitire reltive à l isoltion des locux) et l surfce forfitire de 5 m² pr logement respectnt les règles reltives à chuffer ou à climtiser. à l ccessibilité intérieure Contrirement u clcul d une SHON «clssique», l surfce égle à 5 % de l SHON ffecdes logements ux personnes hndi cpées ne sont ps déduites. ENR Pour les misons individuelles, l RT 202 oblige de recourir à u moins une énergie renouvelble comme pr exemples 2 m² de pnneux solires thermiques orientés sud, un chuffe-eu thermodynmique dont le COP est supérieur à 2 ou encore une chudière à microcogénértion. Prévenir une muvise exploittion En plus de ces exigences de résultts et de moyens, l RT 202 dresse une liste de dispositions diverses à respecter. Elles visent principlement à prévenir une muvise exploittion sur les différents postes de consommtions. ÉCLAIRAGE Lorsque le locl ccès à l éclirge nturel, un dispositif permettnt une extinction utomtique, dès que l éclirement nturel est suffisnt, est mis en œuvre. VENTILATION Dns les bâtiments à utres usges que d hbittion, pour chque ensemble de pièces ynt le même usge, un système de ventiltion indépendnt et spécifique doit être prévu. CHAUFFAGE ET FROID Les instlltions de production de chud et de froid comportent, pr locl, un dispositif d rrêt mnuel et un réglge utomtique en fonction de l tempérture intérieure ou un dispositif de progrmmtion utomtique u moins pr une horloge. ÉLECTRODOMESTIQUE L électricité consommée pr le réseu de prises électriques est mesurée ou clculée vec le détil, pr exemple, des consommtions de chque étge. Au sein des bâtiments tertiires, les lumières plcées à moins de 5 m d une bie et dont l puissnce est supérieure à 200 W doivent être commndées séprément. BBC + et Bepos : les éclireurs de l RT 2020 Depuis le 28 octobre 20, vec l ppliction de l RT 202 pour les bâtiments ANRU et les immeubles de bureux, le lbel BBC dns s version ctuelle n est plus d ctulité. L ssocition Effinergie ccompgne l rrivée de l RT d un nouveu lbel bptisé BBC + et prévoit d en lncer un utre, cournt 202, définissnt le bâtiment à énergie positive. Ce dernier doit préfigurer ce que ser l réglementtion thermique du bâtiment de SEUIL DE CONSOMMATION MAXIMALE ABAISSÉE Le lbel BBC + bisse le seuil de Pr exemple, pour les logements, l limite, fixée dns le cdre du lbel BBC à 50 kw d énergie primire pr EXIGENCE D UNE ENVELOPPE PLUS ÉTANCHE seront revues fin d être, là ussi, plus contrignntes. Pour les misons individuelles ou consommtion à ne ps dépsser m 2 et pr n (modulés en fonction Autre exigence structurnte, tout ccolées et les bâtiments collectifs pour les cinq usges réglementires de l ltitude et de l loclistion), est comme son prédécesseur, le lbel d hbittion, l permébilité à l ir de (chuffge, ventiltion, éclirge, rmenée à 40 kwhep/m²/n vec le BBC+ : l mesure de l permébilité l enveloppe sous 4 pscls (Q4) doit rfrîchissement et uxiliires). lbel BBC +. à l ir du bâtiment. Les exigences être inférieure ou égle à : Construction Moderne n 37-9

6 Détils de mise en œuvre pour des bâtiments béton Tritement de l étnchéité à l ir Le choix d un voile en béton rmé, bien qu offrnt une continuité vntgeuse vis-à-vis de l problémtique de l étnchéité à l ir, ne dispense ps d une ttention prticu lière sur certins points. Après décoffrge et retrit des tiges d entretoisement, il fut prendre le temps de reboucher tous les trous de bnches à l ide de mortier de ciment dit sns retrit, utrement dit dont le volume ne chnger ps. PASSAGE DES FLUIDES À TRAVERS LE PLANCHER BAS Les fourreux trnsportnt les gines doivent être enveloppés d une bnde de mousse résiliente. Les réservtions lissées pour leur pssge à trvers le plncher bs doivent être rebouchées vec du mortier de ciment. Côté intérieur, des mnchons en élstomère de type EPDM viennent recouvrir les ngles formés pr les fourreux et le plncher Schém de principe du pssge des fluides à trvers les plnchers bs. Joint mstique crylique extrudé 2 Arrivée ECS 3 Chpe 4 Isoltion 5 Dlle en béton 6 Pssge des fluides 7 Cloisonnement de l gine 8 Mnchon 9 Mortier de ciment MENUISERIES Entre l ppui en béton et le dormnt de l menuiserie, il est indispensble de coller un joint de type compribnde qui, en se décomprimnt, ssurer une l étnchéité à l ir Schém de principe de menuiserie posée en tunnel u nu extérieur du mur. Menuiserie 2 Profilé d rrêt 3 Isolnt 4 Tblette de finition 5 Joint mousse précomprimée 6 Mur en béton rmé TRAVERSÉE DES GAINES D EXTRACTION D AIR À TRAVERS LE PLANCHER HAUT Les gines d extrction doivent être enveloppées d une bnde en mousse résiliente. Côté intérieur, utour de ces gines, le plncher hut doit être enduit jusqu u percement, où il rencontrer un joint mstic en crylique extrudé Schém de principe de trversée des gines d extrction d ir à trvers le plncher hut. Mnchon 2 Pltine 3 Écrn pre-vpeur 4 Feutre bitumineux 5 Isoltion 6 Dlle en béton 7 Joint mstique crylique extrudé Construction Moderne n 37

7 0,4 m 3 /(h.m 2 ) de prois déperdi- chéité des réseux de ventiltion, lés sur le bâti ou églement sur l qu une évlution pourrit mlgré tives hors plncher bs en mison dont l clsse minimle doit être C, prcelle ; tout être demndée. On peut regret- individuelle ou ccolée (contre 0,6 est rendu obligtoire. si les réseux de chleur fonction- ter que ces futurs lbels ne pré- ctuellement pour le BBC) ; m 3 / (h.m 2 ) de prois déperditives hors plncher bs en bâtiment collectifs d hbittion. Cette vleur PRISE EN COMPTE DES CONSOMMATIONS ÉLECTRODOMESTIQUES nnt ux énergies renouvelbles et les «contrts d électricité verte» pourront être pris en compte ; ou encore, si l production d un voient ucune obligtion sur les besoins énergétiques nécessires à l vie du bâtiment, comme le prévoit pr exemple le lbel suisse Miner- psse à 0,8 lorsqu il n y ps d obli- Les consommtions pour les usges bâtiment envoyé vers d utres d un gie. Elles permettrient pourtnt de gtion de désenfumge des cges de l électricité non comprises dns même îlot donner droit à un repérer les éventuels dysfonctionne- d scenseur. le clcul des cinq postes réglemen- décompte sur l consommtion de ments des équipements ou des Pour les bâtiments tertiires, l tires feront obligtoirement l objet ces derniers. dérives dns l exploittion du bâti- mesure de l permébilité à l ir est d une évlution. L méthode d év- Le groupe de trvil imgine notm- ment. À l heure ctuelle, l ssoci- rendue obligtoire pour les bâti- lution ser libre mis devr être jus- ment de fire vrier l exigence en tion Effinergie n en est qu à l simple ments inférieurs à une certine tille. tifiée et rgumentée. fonction de l densité urbine du sensibilistion des occupnts sur le À ce jour, le critère de mesure de l Le lbel BEPOS, ux contours site où est implnté le bâtiment. L sujet, vi l rédction en cours tille des bâtiments vi l surfce encore incertins, devrit, lui, ne plus production d énergie sur le bâti ou l d un guide d usge des bâtiments (inférieure à m 2 ) ou vi le demnder une simple évlution prcelle étnt moins évidente dns BBC. Toutefois, les membres de l s- volume (inférieur à m 3 ) n est mis imposer un seuil de consom- une zone dense. socition ont conscience que l im- ps encore trnché. ATTENTION PORTÉE SUR LA VENTILATION Suite ux critiques récurrentes sur mtion sur l ensemble des postes, dont les consommtions électrodomestiques. Comme son nom l indique le référentiel du bâtiment à énergie posi- AUCUNE OBLIGATION SUR L ÉNERGIE GRISE ET SIMPLE SENSIBILISATION SUR L EXPLOITATION portnt n est ps de réduire l consommtion théorique mis bien l consommtion réelle et le futur référentiel «HQE performnce», qui devrit voir le jour fin 202, s intéres- l instlltion et le réglge des sys- tive, qui ne verr ps le jour vrisem- Aucune obligtion ne devrit être ser, lui, à l ensemble du cycle de vie tèmes de ventiltions, élément clé blblement vnt l mi-202, devrit imposée sur l énergie dite grise - du bâtiment. de l bsse et très bsse consom- exiger que l production locle énergie nécessire à l fbriction mtion, deux nouvelles obligtions d électricité soit u moins égle à des mtériux, à l construction et à pprissent. l ensemble des consommtions. Le l fin de vie du bâtiment. L bse de POUR EN SAVOIR PLUS : Pour être lbélisé BBC+, les débits sens donné à «production locle» données Inies, nourrie d inform- de ventiltion de l instlltion doi- n est ps encore étbli. Le groupe tions délivrées pr les entreprises rubrique ctulité vent fire l objet d un procès-verbl de trvil en chrge d étblir le réfé- sur leurs produits et pour l pluprt de mesure montrnt qu ils ne diffè- rentiel BEPOS devr décider : certifiées, n est ps suffismment rubrique ctulité rent ps de plus de 0 % des débits si l production prise en compte se complète. Les discussions en cours clculés. Et, un contrôle de l étn- limiter à celle des systèmes instl- lissent tout de même entendre Lexique Que signifie bâtiment pssif? Pour être qulifié de pssif, un un objectif de permébilité bâtiments pssifs est l ssoci- rchitectes intéressés pr le immeuble de logements neufs inférieur ou égl à 0,6 vol/h, tion Mison pssive. Contrire- concept pssif se conten tent doit répondre à 3 exigences : sous une dépression de 50 ps- ment u lbel BBC-Effinergie, souvent de clculer eux-mêmes 5 kwh/m²/n en énergie utile cls (débit de fuite n50). Ce l certifiction pssive n ouvre les performnces de leur pro- pour le besoin en chleur (de seuil est nettement plus difficile ps droit ux ides fiscles jet à l ide du logiciel PHPP, même pour l climtistion si à tteindre que celui figurnt comme le prêt à tux zéro. conçu pr le Pssivhus Institut. elle existe) ; dns le lbel BBC+. Dns les fits, on trouve donc S présenttion sous forme 20 kwh/m²/n en énergie pri- En Frnce, l orgnisme hbilité beucoup plus de bâtiments de tbleux Excel en fit un mire pour l ensemble des postes pr le Pssivhus Institut, bsé respectnt les trois exigences outil d ide à l conception (électroménger compris) ; en Allemgne, à certifier les pssives que de certifiés. Les ccessible. - Solutions - béton

8 Tritement des ponts thermiques Que l isoltion soit rélisée pr l intérieur ou pr l extérieur, des ponts thermiques sont à triter. ISOLATION THERMIQUE PAR L INTÉRIEUR L isoltion thermique pr l intérieur est ujourd hui, de loin, l plus utilisée dns l construction neuve en prticulier dns l mison individuelle. Elle doit être ccompgnée d un tritement des ponts thermiques générés u niveu de chcune des jonctions entre les dlles de plncher et les fçdes. Il y trois fçons de les triter. Tritement pr rupture isolnte Tritement pr réduction de section de pssge Tritement pr rllongement du prcours ISOLATION THERMIQUE PAR L EXTÉRIEUR L isoltion pr l extérieur est moins prtiquée en Frnce que l isoltion pr l intérieur. Permettnt de triter efficcement les ponts thermiques entre plnchers intermédiires et murs de fçde, cette technique est menée à se développer, notmment dns le mrché de l réhbilittion des immeubles collectifs. Cependnt, le choix d une isoltion thermique pr l extérieur, sur un voile en béton, ne rime ps forcément vec bonne performnce énergétique du bâti. Les liisons entre les fçdes et les plnchers bs et huts insi que les blcons et l encdrement des bies requièrent une ttention prticulière. Les retours d expériences sur des bâtiments isolés pr l extérieur montrent que l pose des plques ou de rouleux d isolnts peut églement poser problème. Elle est prfois rélisée sns porter ttention ux espcements lissés entre les éléments, et ne tient ps compte de phénomènes de tssement de certins d isolnts. Il fut donc, en plus de porter ttention à leur mise en plce, opter pour l pose de deux couches croisées. Aussi, les points d ccroche des brdges doivent être pensés de mnière à ne ps générer de ponts thermiques. Le mître d œuvre doit prévoir pour cel, en mont, des systèmes d ccroche équipés de rupteurs de ponts thermiques. Pont thermique à triter 2 L liison entre l encdrement et le voile demnde une grnde ttention 3 Absence de pont thermique 4 Désolidriser les blcons de l fçde est l solution à préférer pour éviter que l dlle de ces derniers ne joue le rôle de psseur de frigories. Il est églement possible de poser des rupteurs de ponts thermiques, composé d un isolnt et de tiges métlliques de fixtion en cier trnsmettnt les sollicittions linéires Procédé Rupteurs de pont thermique Les rupteurs de pont thermique, ctuellement régis pr l procédure d vis technique, sont des produits destinés à limiter le flux thermique trversnt l jonction entre deux prties d ou- vrge. Ils tritent principlement l jonction plncher/fçde et/ou refend/fçde grâce à l interposition d un élément thermiquement isolnt (PSE, line minérle, etc.), tout en conser- vnt l continuité structurelle. Dns le cs des ouvrges mçonnés ssociés à des plncherspoutrelles/entrevous, on distin gue les rupteurs longitu dinux et les rupteurs trnsversux. Les futures exigences de l réglementtion thermique sont susceptibles de générliser l uti listion de ces systèmes en isoltion pr l intérieur Solutions - béton

9 Photo : Gmb coustique Schém : Blq Architecture Ventiltion nturelle et béton pour des bureux sns climtistion L consommtion du poste rfrîchissement peut, dns les bureux, dépsser les besoins de chuffge. Pour son nouveu siège, le groupe Adeo mise sur l frîcheur de l nuit pour pporter le confort d été à ses employés. Bureu individuel 2 Cheminée thermique 3 Brise-soleil 4 Triple vitrge Lorsque les sondes implntées dns les open spces relèvent une tempérture supé - rieure à 2,5 C, des ouvertures sur les prois séprnt ces espces des bureux en fçde, insi que les ouvertures des cheminées thermiques sont utomtiquement ctionnées. L ir chud est lors évcué pr ces dernières et l ir fris circule dns l ensemble du bâtiment Jrdin intérieur Le béton des murs de fçdes, des poteux ou encore des dlles hutes (les fux plfonds s rrêtnt vnt les fçdes) v emmgsiner, dns s msse, les frigories de l nuit et les restituer durnt l journée. Des bureux réellement à énergie positive Les mesures relevées u cours de l première nnée d exploittion du siège du bureu d études Gmb Acoustique à Lbège (3) montre que le bâtiment, rectngle en béton de 500 m² sur deux étges, produit plus d énergie qu il n en consomme. Un puits de lumière u centre du bâti - ment, une toiture à redents orientée u nord et des cloisons vitrées entre l espce centrl et les bureux permettent de lisser psser l lumière nturelle dns les zones centrles de l étge, comme du rez-de-chussée. 2 Photo : Blq Architecture Conçu pr les rchitectes de Blq, gence lilloise, le nouveu siège interntionl du groupe Adeo, dont l enseigne Leroy Merlin fit notmment prtie, été livré en octobre. Construits sur l ncien site de l CAMIF à Ronchin dns le Nord, les m 2 de nouveux bureux, lbélisés pssifs, présentent l originlité de ne disposer d ucun système de rfrîchissement ctif. Pour se psser de climtistion, un système ingénieux d ouvertures génère utomtiquement des cournts d ir durnt les nuits de l période chude. L frîcheur pportée pr cette ventiltion nturelle, combinée à l inertie du béton de l structure, doit ssurer le confort d été. Le delt de tempérture qu offrent les nuits d été du nord de l Frnce et l huteur des cheminées permettent d obtenir un excellent débit de tirge d ir, sns l intervention de ventiltion mécnique. Les études ont montré qu il pouvit potentiellement monter jusqu à 8 vol/h. À titre de comprison, on considère qu une ventiltion mécnique peut u mieux offrir un débit de 3 vol/h. Les simultions thermo - dynmiques prévoient moins de 30 heures de tempérture intérieure u-dessus de 28 C, ce qui permet, dns le cdre du référentiel HQE, d obtenir le niveu «très performnt» sur l cible «Confort hygrothermique». Pour Gilles Fure, directeur du BET toulousin Technisphère qui s est chrgé des études thermiques, les pports pssifs y sont pour beucoup. À l surprise de l ingénieur thermicien, ils ont même permis sur cette première nnée de vie du bâtiment de couvrir 50 % des besoins en chuffge. Les ryons du soleil pénétrnt le bâtiment et l chleur déggée pr l ctivité des slriés pportent des clories que les murs en béton bso r- bent et restituent de fçon homogène. De mnière à exploiter ux mieux l inertie, en hiver, mis églement en été, vec l ventiltion nocturne, il n y ps de fux plfond et le sol est crrelé. Mis, si les 356 m² de pnneux photovoltïques (soit m² pour 3 m² de Shon) produisent plus d électricité que celle consommée pr le bâtiment, c est que les besoins de chque poste ont été optimisés : l lumière nturelle pénètre tous les espces et le prc informtique est uniquement constitué d ordinteurs portbles. Construction Moderne n 37-2

10 Regrd de l rchitecte Pscl Gontier Formé à l École polytechnique de Lusnne, l rchitecte Pscl Gontier nous explique que l recherche de performnce énergétique stimule l crétivité. Photos : Pscl Gontier Selon vous, l recherche de performnce énergétique nuit-elle à l crétivité rchitecturle? Pscl Gontier : L recherche de performnce rchitecturle est un moteur de crétivité. Elle oblige à concevoir utrement les projets. Au sein de l gence, nous tritons les détils vec une grnde ttention, de mnière à pouvoir jouir d une grnde liberté sur l forme. N y -t-il ps, mlgré tout, quelques règles de conception uxquelles l rchitecte ne peut mnquer? P. G. : L seule règle sur lquelle nous ne trnsigeons ps, c est l bsence de ponts thermiques. Pr exemple, nous ne concevons ps de projets sur lesquels les blcons ne soient ps désolidrisés. Nous nous permettons en revnche de prévoir de lrges ouvertures, quelle que soit l orien ttion. À Pris, dns le 8 e, nous vons livré un immeuble de logements collectifs disposnt de fenêtres immenses sur l fçde nord, qui se psse de chuffge. Il s git certinement du bâtiment de logements le plus performnt, d un point de vue énergétique, de l cpitle (voir encdré). Au sein de votre gence, estimezvous l performnce énergétique de vos projets? P. G. : Depuis déjà de nombreuse nnées, nous rélisons, en interne, des clculs thermodynmiques pour chcun de nos projets. Pour le clcul dynmique des consommtions, nous trvillons vec le logiciel Pleides+Comfie. Nous utilisons églement le PHPP, outil mis u point pr le Pssivhus Institut. Si nous vons choisi de nous chrger nousmêmes des clculs de consom mtion, c est que les bureux d études, à l époque, n étient ps ssez concernés pr l recherche de performnce énergétique. Aujourd hui, près l vnt-projet détillé (APD), nous n intervenons plus. Le bureu d études se chrge de fire les clculs réglementires de l RT Cr, pour les réliser, il fut utiliser des logiciels trop complexes. Rélistion 8 logements en béton très performnts L conception des 8 logements, implntés le long de l lbel Pssivhus vec des églement ux critères du rue Myrh (Pris 8 e ), permet consom mtions en chuffge de répondre très lrgement inférieurs à 5 kwh/m²/n. ux mbitions environnementles requises et notmment grâce ux voiles béton isolés Des performnces obtenues u lbel Hbitt et Environ - pr l extérieur de 24 cm d isolnt en polystyrène grphité nement option performnce (Cref -20 %). Le projet répond vec un lmbd de Demin, l interfce du moteur de clcul de l RT 202 ser plus fonction- énergétique à l utilistion Liez-vous l performnce nelle, on réliser donc églement, de certins mtériux? u sein de notre équipe, les clculs P. G. : Je n i ps de religion sur les réglementires. mtériux. J utilise ussi bien du béton que de l terre crue. C est Vos projets sont-ils lbéllisés? selon le projet rchitecturl. Nénmoins, il y certines solutions P. G. : Ils bénéficient souvent de l double lbellistion BBC-Effinergie et constructives que je juge désuètes. Pssivhus. Le lbel pssif est de loin Je n utilise ujourd hui que l isoltion le plus exigent mis n ouvre nullement droit ux différents dispositifs fis- permet de bénéficier de l msse, et pr l extérieur, d utnt plus que cel cux uxquels le BBC permet, lui, de donc de l inertie que le béton peut bénéficier. pporter Solutions - béton

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I Mnuel d instructions du KIT de mise à niveu I TABLE DES MATIÈRES AVANT DE COMMENCER... 2 NOUVELLES FONCTIONNALITÉS... 2 UTILISATION DE LA TABLETTE À STYLET... 3 À propos de l tblette à stylet... 3 Utilistion

Plus en détail

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROFILÉS POUR LA CONSTRUCTION MODERNE 1 1 11 11 11 11 11 10 1 1 11 1 1 1 1 1 1 1 1 1 11 1 1 1 0 0 0 0 0 11 11 1 1 1 1 1 11 11 11 1 1

Plus en détail

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo FAQ sur l utilistion d Ecoline-solo De quel mtériel i-je esoin pour compléter les informtions demndées dns Ecoline-solo? Pour remplir rpidement toutes les informtions demndées dns Ecoline-solo, vous devez,

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

A Identification de l acheteur

A Identification de l acheteur MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHéS PUBLICS/ACCORDS-CADRES D é c l r t i o n d u c n d i d T En cs de cndidtures groupées, remplir une déclrtion de cndidture pr membre du groupement. Tous les documents constitunt

Plus en détail

Notion de qualité de l énergie

Notion de qualité de l énergie BULLEIN DE L UNION DES PHYSICIENS 509 Notion de qulité de l énergie pr Pul ROUX et JenRobert SEIGNE Lycée Clude Furiel 42022 SintÉtienne Cedex RÉSUMÉ L conservtion de l énergie est insuffisnte pour ustifier

Plus en détail

Détecteur de mouvement extérieur

Détecteur de mouvement extérieur Crctéristiques Portée 1 m Angle de détection 90 Huteur de fixtion 0,80 m 1,0 m Autoprotégé à l ouverture Utilistion en extérieur Indice de protection IP 5 Tempérture de fonctionnement -0 C à +50 C Type

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie Le Plncher Ryonnnt Surfcique à file inertie Vue en coupe mm *4 mm 0 5 4 * Selon le type d isolnt et selon le niveu d isoltion du plncher G r n t 0 i e ns Avis technique CSTB 4/-55 Grntie 0 ns GAN M34-0-058/059

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

Acceptation (d une libéralité)

Acceptation (d une libéralité) A Accepttion (d une libérlité) L ccepttion d une libérlité est un cte très importnt, sns lequel, il n y ps libérlité, que l on soit en présence d un trnsfert entre vifs ou à cuse de mort. I. L rt. 932

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services Des solutions pour l eu potble Solutions pour le tritement de l eu potble pr Severn Trent Services Des solutions complètes pour le tritement de l eu potble Severn Trent Services, principl fournisseur de

Plus en détail

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Recherche des prmètres de préréglge en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Appliction et utilistion des préréglges : Les données de

Plus en détail

Transformations géodésiques en France Métropolitaine

Transformations géodésiques en France Métropolitaine Trnsformtions géodésiques en Frnce Métropolitine 1 Processus de chngement de système... 1.1 Définitions... 1. Similitude 3D à 7 prmètres... 1.3 Modèle «à 7 prmètres»... 3 1.4 Coordonnées géogrphiques (,,h)

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

animeo La commande automatique de Somfy pour une gestion dynamique des façades

animeo La commande automatique de Somfy pour une gestion dynamique des façades nimeo L commnde utomtique de Somfy pour une gestion dynmique des fçdes nimeo Le système de Somfy pour une gestion dynmique des fçdes ENERGY SAVING solutions nimeo est une gmme de produits qui offre une

Plus en détail

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés METHADOSE MC Dépendnce ux opicés OCTOBRE 2013 Mrque de commerce : Methdose Dénomintion commune : Méthdone (chlorhydrte de) Fbricnt : Mllinckro Forme : Solution Orle Teneur : Ajout ux listes de médicments

Plus en détail

Promat. Canaux de ventilation, désenfumage selon les dispositions de l'aeai/sia

Promat. Canaux de ventilation, désenfumage selon les dispositions de l'aeai/sia Promt Cnux de ventiltion, désenfumge selon les dispositions de l'aeai/sia Protection contre l'incendie pour des cnux de ventiltion Cnux de ventiltion et de désenfumge utonome; revêtements pour cnux de

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

Toujours un métro d avance

Toujours un métro d avance Propreté à l RATP w C est un des plus gros budgets européens de propreté, sinon le plus gros. 365 jours pr n, 24/24 heures des centines d hommes et de femmes ssurent l propreté du réseu de trnsport prisien.

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Réf Désignation des ouvrages U Q PU HT PTHT

Réf Désignation des ouvrages U Q PU HT PTHT DEVIS QUANTITATIF ESTIMATIMATIF Réf Désigntion des ouvrges U Q PU HT PTHT 1010 Instlltion, signlistion de chntier, repliement et nettoyge ens 1 1012 Implnttion du chntier Etblissement d'un constt d'huissier

Plus en détail

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes Directive reltive à l mise en oeuvre de grues et de mchines de chntier à proximité de lignes électriques ériennes 1 Chmp d ppliction Chmp d ppliction L présente directive s pplique ux trvux exécutés u

Plus en détail

Plans d aménagement particulier «quartiers existants» - PAP QE

Plans d aménagement particulier «quartiers existants» - PAP QE Commune de Nommern Bourghof, Cruchten, Eichelbour, Kleinbourghof, Niederglbch, Nommern, Oberglbch, Schlederhff, Schrondweiler, Seylerhof et Zhneschhff Plns d méngement prticulier «qurtiers existnts» -

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 TECHNIQUE CONSTRUCTION PARIS ILE-DE-FRANCE 15 novembre 2010 Réglementation Thermique 2012 Ce qu il faut retenir La nouvelle réglementation thermique RT 2012 s appliquera à partir de la fin de l année 2011.

Plus en détail

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire Lsers multicolores pour le dignostic cellulire Nelly RONGEAT et Philippe NERIN Hori Medicl Vincent COUDERC et Philippe LEPROUX XLIM Guillume HUSS Leukos nelly.ronget@hori.com Le dignostic cellulire est

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

SPONSORING SUPPORTS DE COMMUNICATION LE MARQUE-PAGE GRANDEUR NATURE

SPONSORING SUPPORTS DE COMMUNICATION LE MARQUE-PAGE GRANDEUR NATURE SUPPORTS DE COMMUNICATION SPONSORING Dns s démrche de prtenrit, l ssocition Grndeur Nture dispose d offre de sponsoring. Au-delà de l intérêt personnel que vous pouvez voir pour l culture ou certines ctions

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Chapitre 5 DISPOSITIONS RELATIVES à L'AMÉNAGEMENT ET à L'UTILISATION DES ESPACES EXTÉRIEURS

Chapitre 5 DISPOSITIONS RELATIVES à L'AMÉNAGEMENT ET à L'UTILISATION DES ESPACES EXTÉRIEURS Tle des mtières 5.10 Pisines et sps...1 ) Distnes minimles...1 ) Terrsse entournt une pisine...2 ) Appreils méniques pour pisine (le filtre, l pompe, l thermopompe, et.)...3 d) Clôture utour d une pisine...3

Plus en détail

Programme d identification visuelle de la Ville de Québec. Guide sommaire des normes graphiques

Programme d identification visuelle de la Ville de Québec. Guide sommaire des normes graphiques Progrmme d identifiction visuelle de l Ville de Québec Guide sommire des normes grphiques Progrmme d identifiction visuelle L Ville de Québec s est dotée d un progrmme d identifiction visuelle cohérent,

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

Dispositifs d'extinction - Extincteurs portatifs et postes incendie

Dispositifs d'extinction - Extincteurs portatifs et postes incendie Recommndtion N 101 ECAP Plce de l Gre 4 Cse postle 2002 Neuchâtel Tél.: 032 889 62 22 Fx: 032 889 62 33 www.ecp-ne.ch ecp@ne.ch Edition du 26.10.2015 Dispositifs d'extinction - Extincteurs porttifs et

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Les indices d une révolution

Les indices d une révolution RT 2012 Les indices d une révolution ÉRIC FeLICE [1] La RT 2012, en rendant obligatoire la conception bioclimatique des bâtiments, bouleverse les règles de construction. Le recours aux énergies renouvelables

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Nous répondons au Label BBC - Effinergie

Nous répondons au Label BBC - Effinergie Nous répondons au Label BBC - Effinergie Pour pouvoir obtenir le Label BBC Effinergie, l exigence principale est de ne pas dépasser une valeur de consommation de : 50 kwh d énergie primaire par m² de Surface

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Clapet coupe-feu BSK-RPR

Clapet coupe-feu BSK-RPR testé selon EN 166-2 conformément à l déclrtion des performnces No. 09-22-DoP-BSK-RPR-201-07-01 Documenttion technique Instructions d'instlltion, de montge et de service SCHAKO KG Steigstrße 2-27 D-78600

Plus en détail

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS Mutuelle : Le SNU signtire de l ccord Le SNU vient de décider de signer le nouvel ccord sur l mutuelle d étblissement de Pôle emploi. Cet ccord qui concerne tous les personnels de Pole Emploi révise l

Plus en détail

Dynamique des systèmes et automates à états

Dynamique des systèmes et automates à états Chpitre 8 Dynmique des systèmes et utomtes à étts L modélistion sttique s intéresse à ce qu il y dns le système, à s structure, etc. L modélistion de l dynmique trite de l évolution du système dns le temps.

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

lttl RBPUBLIQUE FRANCAISE DBPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE ARRETE La unaguet tr' CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES

lttl RBPUBLIQUE FRANCAISE DBPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE ARRETE La unaguet tr' CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES tr' RBPUBLIQUE FRANCAISE DBPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE lttl mffitr Le Mire de Lunguet, UILLE ile L unguet MUNICIPAL PORTANT REGLEMENTATION DE L'OCCUPATION DU DOMAINE PT]BLIC, SUR LA COMMUNE DE LAUNAGUET

Plus en détail

intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats.

intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats. 50 TOGO INTRODUCTION LE TOGO COMPTE 6 MILLIONS D HABITANTS. Son revenu ntionl rut pr hitnt est de 350 USD. Aujourd hui, ce pys ne remplit ucun des 8 ojectifs du Millénire pour le développement (OMD), mis

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Absence du condamné (Procédure en l )

Absence du condamné (Procédure en l ) A Absence du condmné (Procédure en l ) Une procédure de jugement pr défut est mise en œuvre devnt les juridictions de l ppliction des peines si trois conditions sont réunies (CPP, rt. 712-9 l. 1 er et

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates Lycée Fidhere, Lille MP Cours d informtique 203 204 Automtes I Déterministes........................... 2 Définitions 2 Exemple 2 Action des mots 3 Lngge reconnu 3 II Incomplets.............................

Plus en détail

Nouveau canal d'allège tehalit.bra en aluminium Le montage d'appareils tout en élégance pour bureaux et locaux de travail

Nouveau canal d'allège tehalit.bra en aluminium Le montage d'appareils tout en élégance pour bureaux et locaux de travail Nouveu cnl d'llège tehlit.bra en Le montge d'ppreils tout en élégnce pour bureux et locux de trvil Cnl d llège vec style tehlit.bra Le système de cnux d'llège tehlit.bra en répond ux exigences élevées

Plus en détail

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 1974 : premier choc pétrolier. La France prend conscience de la nécessité d économiser ses ressources énergétiques.

Plus en détail

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012 RT 2005 Maison BBC RT 2012 Maison Passive Avec le guide pratique de la RT2012, appréhendez la nouvelle règlementation thermique en vigueur pour les maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013. Principes

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 5-050--0 Production des ryons X en imgerie pr projection et en scnogrphie D. Régent, D. Mndry, V. Croise-Lurent,. Oliver, F. Jusset, V. Lombrd Le tube rdiogène reste le fcteur limitnt dns les techniques

Plus en détail

PRESENTATION de la RT 2012

PRESENTATION de la RT 2012 INFORMATION RT 2012 PRESENTATION de la RT 2012 Thierry MOUGE 06/04/2011 INTRODUCTION La RT 2012 sera applicable à partir du 28 Octobre 2011 pour certains bâtiments. Cette présentation a pour but de vous

Plus en détail

Services Web. www.roquebrunesurargens.fr cverbeek@roquebrunesurargens.fr. 2540 RD N7 83520 Roquebrune-sur-Argens

Services Web. www.roquebrunesurargens.fr cverbeek@roquebrunesurargens.fr. 2540 RD N7 83520 Roquebrune-sur-Argens Services Web 2015 Notre service communiction à Roquebrune-sur-Argens rélise en interne l crétion de votre site Internet Vitrine. Ce service est disponible à tous les professionnels du tourisme. Tél 04

Plus en détail

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection L effet de l position du seuil d injection sur le d un polymère dns un moule d injection Hmdy HASSAN, Nicols REGNIER, Cédric LEBOT, Guy DEFAYE Université Bordeux I ; CNRS ; UMR 8508, Lbortoire TREFLE,

Plus en détail

RÈGLEMENTATION THERMIQUE : RT2012/BBC :

RÈGLEMENTATION THERMIQUE : RT2012/BBC : JANVIER 2013 RÈGLEMENTATION THERMIQUE : RT2012/BBC : QU'EST-CE-QUE LA RÈGLEMENTATION THERMIQUE? La réglementation thermique française a pour but de fixer une limite maximale à la consommation énergétique

Plus en détail

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser Fiches pratiques Gérer - Informer - Préserver - Économiser 26 Labels Européens dans la construction neuve Poussée par son adhésion aux protocoles de Montréal et de Kyoto et par la prise de conscience de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC DEPARTEMENT DE LA GIRONDE ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX CANTON DE FLOIRAC COMMUNE DE FLOIRAC Objet : Gestion de l dette délégtion de pouvoirs du conseil municipl u Mire REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE

Plus en détail

Une marque de commerce enregistrée utilisée sous licence par Groupe restaurants Imvescor Inc.

Une marque de commerce enregistrée utilisée sous licence par Groupe restaurants Imvescor Inc. Normes grphiques Pour récupérer les logos officiels et utres documents pertinents, prière de vous référer u site sécurisé destiné ux frnchisés, www.mikes.c/extrnetmikes. Renseignements Dnielle Myrnd Déprtement

Plus en détail

Réglementation Thermique 2005 et Diagnostic de Performance Energétique (DPE)

Réglementation Thermique 2005 et Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Réglementtion Thermique 2005 et Dignosti de Performne Energétique (DPE) Dns le dre des enggements de l Frne à réduire les émissions de CO 2 et utres gz à effet de serre, des étpes importntes s imposent

Plus en détail

Cheminement de câbles tehalit

Cheminement de câbles tehalit Cheminement de câbles tehlit Systèmes de cnux d instlltion Systèmes de cnux d llège tehlit.brn, PVC tehlit.brhn, sns hlogène tehlit.bra, luminium tehlit.brs, en tôle d cier tehlit.br, PVC tehlit.brh, sns

Plus en détail

DOUBLAGES ISOLANTS À HAUTES PERFORMANCES THERMIQUE ET ACOUSTIQUE

DOUBLAGES ISOLANTS À HAUTES PERFORMANCES THERMIQUE ET ACOUSTIQUE DOUBLAGES ISOLANTS À HAUTES PERFORMANCES THERMIQUE ET ACOUSTIQUE Logements individuels Collectifs Établissement de santé Enseignements Hôteliers Centres commerciaux Neuf Rénovation R, la nouvelle valeur

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Projets et réalisations BEPOS. Vincent BRAIRE, le 12 septembre 2013

Projets et réalisations BEPOS. Vincent BRAIRE, le 12 septembre 2013 Projets et réalisations BEPOS Vincent BRAIRE, le 12 septembre 2013 PRÉSENTATION DE 3 OPÉRATIONS NEUF NEUF RENO - Maisons individuelles VILLAVENIR (6 maisons) - Immeuble collectif LE GRAND CARCOUET ( 30

Plus en détail

3ans. Détection des gaz explosibles, toxiques ou de l'oxygène. Version infrarouge XP IR. Haut niveau de fi abilité SIL 2 IP 66.

3ans. Détection des gaz explosibles, toxiques ou de l'oxygène. Version infrarouge XP IR. Haut niveau de fi abilité SIL 2 IP 66. Détecteur de gz Détection des gz explosibles, toxiques ou de l'oxygène Version infrrouge XP IR Hut niveu de fi bilité SIL 2 IP 66 Distribué pr : Contct : hvssystem@hvssystem.com Tél : 0326824929 Fx : 0326851908

Plus en détail

GUEGUEN - PERENNOU SYNTHESE RT2012

GUEGUEN - PERENNOU SYNTHESE RT2012 SYNTHESE RT2012 ConformÄment Å l'article 4 de la loi Grenelle 1, la RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d'änergie primaire des bçtiments neufs Å un maximum de 50 kwhep/(mé.an) en moyenne.

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Introdution edatenq est une pplition qui permet ux entreprises de ompléter et d'envoyer leurs délrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une pplition internet totlement séurisée du SPF Eonomie. Les

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

StyleView Scanner Shelf

StyleView Scanner Shelf StyleView Scnner Shelf User's Guide Poids mx. : 2 ls ( kg) Chriot SV et unité frontle Option - Chriots LCD Option 2 - Chriots pour ordinteurs portles 3 Option 3 - Ril du mur 6 Option 4 - Arrière du chriot

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance FéVRIER 2012 A Nouvelle règlementation thermique RT2012, ce qu il faut retenir 1. RT, les dates d application en fonction des dates de dépôt de PC Quelle règlementation thermique respecter? Le tableau

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

La photonique intégrée sur silicium

La photonique intégrée sur silicium L photonique intégrée sur silicium Lurent FULBERT, Sylvie MENEZO CEA-Leti Frédéric BŒUF, Jen-Frnçois CARPENTIER STMicroelectronics Delphine MARRIS-MORINI, Lurent VIVIEN Université Pris-Sud Gung-Hu DUAN

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

Les grands principes de la RT2012. - La réglementation en quelques mots, - les changements constatés avec le BBC

Les grands principes de la RT2012. - La réglementation en quelques mots, - les changements constatés avec le BBC Les grands principes de la RT2012 - La réglementation en quelques mots, - les changements constatés avec le BBC CERQUAL Direction des Etudes et Recherches Septembre Octobre 2011 1 Les textes et le calendrier

Plus en détail

L'énergie dans le bâtiment

L'énergie dans le bâtiment L'énergie dans le bâtiment Lycée agricole Aurillac Mardi 3 avril 2012 Réhabilitation énergétique Contexte énergétique en Auvergne : Consommation d énergie finale par secteur Émissions de CO2 par secteur

Plus en détail

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER DCG session 2011 UE8 Systèmes d informtion et de gestion Corrigé indictif DOSSIER 1 : PREPARER ET FORMER LES ENTRAINEURS 1. Expliquer les crdinlités des ssocitions NECESSITER, SE DEROULER Intitulé de l'ssocition

Plus en détail

Thibault GIMOND Ingénieur FFB IDF (78-91-95)

Thibault GIMOND Ingénieur FFB IDF (78-91-95) Thibault GIMOND Ingénieur FFB IDF (78-91-95) RT 2012 : Outil majeur de l application du Grenelle pour le secteur du Bâtiment But : Limiter les consommations énergétique des bâtiments neuf. La RT 2012 impose

Plus en détail