GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES"

Transcription

1 GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier

2 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES DE BASE DE LA DISTRIBUTION ET CIBLES POTENTIELLES... 6 A. Option 1 : Couverture partielle... 6 B. Option 2 (Couverture intermédiaire)... 6 C. Option 3 (couverture totale)... 7 D. Option 4 (couverture mixte)... 7 V. ACTIVITES PRELIMINAIRES... 7 A. Identification des écoles... 7 B. Mise en place des comités de gestion... 7 C. Planification et orientation des acteurs... 7 D. Validation des besoins... 8 E. Détermination des dates de distribution... 8 F. Information des parents d élèves et des élèves... 8 VI. PROCEDURES OPERATIONNELLES... 9 A. Livraison de la MILDA... 9 B. Enregistrement... 9 VII. GESTION LOGISTIQUE... 9 A. Mise en place des MILDA... 9 B. Gestion des stocks... 9 C. Circuit d approvisionnement en MILDA VIII. COMMUNICATION A. Communication au niveau de l école B. Communication au niveau des ménages C. Supports de communication

3 D. Initiatives spéciales IX. SUIVI/ EVALUATION A. Suivi des activités préparatoires B. Supervision C. Coordination X. GESTION DE L INFORMATION A. Collecte des données B. Compilation C. Elaboration et partage du rapport D. Transmission du rapport final E. Circuit de l information F. Outils de gestion G. Archivage des fiches XI. ROLES ET RESPONSABILITES XII. ANNEXES

4 LISTE DES ABREVIATIONS - BL : Bordereau de livraison - CPN: Consultation prénatale - CODEC : Collectif des directeurs d écoles - CS : Centre de santé - ECD : Equipe cadre de district - ECR : Equipe cadre de région - FAQ : Foire aux questions - ICP : Infirmier chef de poste - IA : Inspection d académie - IDEN : Inspection départementale de l éducation nationale - MCD : Médecin chef de district - MILDA : Moustiquaire imprégnée à longue durée d action - ONG : Organisation non gouvernementale - PNLP : Programme national de lutte contre de paludisme - PS : poste de santé - 3T : 3 Toutes «Toute la famille ; Toute l année ; Toutes les nuits» 4

5 I. CONTEXTE Dans le cadre de la mise à l échelle des interventions à efficacité prouvée, Le PNLP en collaboration avec ses partenaires met en œuvre depuis 2010 un programme de couverture universelle en MILDA ; Ce programme s articule autour de la distribution ponctuelle des MILDA lors des campagnes de masse et de la distribution continue des MILDA en routine. Le programme de distribution de masse est centré sur le recensement des couchages et la distribution communautaire de MILDA gratuite. Après 5 phases dans 12 régions, MILDA ont été distribuées à ménages entre 2010 et 2012 ; dans ces régions, plus de 98% des couchages recensés sont couverts de MILDA. Conformément aux orientations stratégiques du PNLP, la distribution continue des MILDA à été introduite dans les structures sanitaires en juin 2012 ; Ce programme cible les femmes enceintes qui reçoivent gratuitement leur MILDA lors des CPN et les clients fréquentant les structures qui achètent la MILDA subventionnée à 500F. Selon les principes de base de la couverture universelle, cette intervention exclusive, ne permet pas de maintenir à un niveau acceptable la couverture obtenue avec la distribution de masse; C est ainsi qu une analyse des canaux potentiels de distribution continue des MILDA a été commanditée par le PNLP avec l appui de NetWorks en août A l issu de cette analyse, il a été retenu la combinaison des canaux de distribution continue des MILDA à travers les structures sanitaires, les organisations communautaires, les écoles et les structures privées. La distribution des MILDA à travers le canal scolaire, cible les élèves du cycle primaire. Ces derniers peuvent constituer des relais potentiels au sein de leur domicile. Il s agit d une distribution de MILDA gratuite qui est renouvelée chaque année en vue de l accroissement du taux de couverture des ménages en MILDA et du renforcement de la communication de proximité. Ce présent guide d orientation décrit les stratégies, les procédures opérationnelles et les modalités de mise en œuvre de la distribution des MILDA à travers le canal scolaire ; il est destiné aux responsables des structures scolaires et sanitaires, aux représentants d ONG et autres acteurs de developpement. II. III. OBJECTIFS DU PROGRAMME - Contribuer au maintien de la couverture obtenue avec la distribution de masse des MILDA - Améliorer la disponibilité des MILDA dans les ménages par une distribution gratuite des MILDA à travers les écoles. - Amener au moins 80% des élèves ciblés à bénéficier de MILDA gratuites dans les zones d intervention d ici Décembre Contribuer au renforcement de la communication au niveau communautaire afin d amener au moins 80% de la population à dormir sous MILDA et à promouvoir les bonnes pratiques. OBJECTIF DU GUIDE - Décrire les stratégies et modalités pratiques du programme de distribution continue de MILDA à travers les écoles - Mettre à la disposition des decideurs et autres acteurs des informations de base pour la formation, la planification et le suivi du programme de distribution continue. - Décrire les rôles et responsabilités des différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre du programme de distribtion continue 5

6 IV. PRINCIPES DE BASE DE LA DISTRIBUTION ET CIBLES POTENTIELLES La distribution des MILDA à travers le canal scolaire est ponctuelle et gratuite. Elle se fait sur la base de la liste nominative des élèves régulièrement inscrits dans les écoles primaires des zones ciblées. Elle ne nécessite pas l utilisation de coupons. A travers ce guide plusieurs options de couverture sont décrites. L option de couverture retenue dépend de la disponibilité des MILDA, de l effectif des classes et de la durée de vie de la MILDA A. Option 1 : Couverture partielle La distribution concerne exclusivement les classes du CI durant les trois premières années. A la quatrième année les élèves qui étaient au CI à l an1 se retrouvent en classe de CE2 ; les MILDA qu ils avaient reçues auront atteint leur durée de validité. Ainsi les élèves du CE2 seront ciblés en même que les élèves du CI à partir de la quatrième année. Les redoublants du CI sont exclus pour le renouvellement An1 An2 An3 An4 An5 An6 CI CI CI CI CI CI CE2 CE2 CE2 Avantages Les élèves inscrits en CI seront couverts en MILDA jusqu à leur fin de cycle. Le suivi concerne les élèves du CI et CE2 ; Inconvénients Au démarrage exclusion des élèves du CP, CE1, CE2, CM1, CM2 B. Option 2 (Couverture intermédiaire) Les élèves nouvellement inscrits en CI reçoivent leurs MILDA qui seront renouvelées au bout de trois ans. Les classes du CM2 reçoivent leurs MILDA chaque année pendant quatre ans pour satisfaire les classes du CP, CE1, CE2, CM1 et CM1 exclus dans l option1. Les redoublants du CI et du CM2 sont exclus pour le renouvellement An1 An2 An3 An4 An5 An6 CI CI CI CI CI CI CM2 CM2 CM2 CM2 CE2 CE2 CE2 Avantages Meilleure couverture des élèves : les élèves exclus dans la première option recevront leurs MILDA une fois en classe de CM2 Inconvénients - Cette option nécessite une quantité assez importante de MILDA (quantité supérieure aux estimations de NetCalc). - Le temps d attente très long pour les élèves du CP, CE1 6

7 C. Option 3 (couverture totale) Au démarrage toutes les classes recevront des MILDA. Le renouvellement est annuel pour les CI et triennal pour les CP et CE1. Les redoublants sont exclus pour le renouvellement 1ere DOTATION pour toutes les classes AN 1 CE1 CM1 CP 222em dotation CI CI CI CI CI CI CM2 AN1 AN2 AN3 AN4 AN5 AN6 CE2 2em dotation Avantages Tous les élèves reçoivent des MILDA dès la première année et le renouvellement est assuré selon la durée de vie. Inconvénients - Cette option nécessite une quantité très importante de MILDA - Les élèves des classes de CE2, CM1 et CM2 ne recevront qu une seule fois leurs MILDA. D. Option 4 (couverture mixte) Des options intermédiaires (CI+CE1 ou CI+CE2 ou CI+CM1) pourraient être développées en fonction des contextes et de la disponibilité des moustiquaires. Ces options ont l avantage de distribuer des MILDA à des élèves qui auront un certain niveau, et qui seraient capable d assurer le rôle de relais a domicile, en suivant de manière rapproché l utilisation des MILDA dans les ménages et de communiquer avec ses parents sur l importance de la moustiquaire. V. ACTIVITES PRELIMINAIRES A. Identification des écoles En relation avec les inspections d académie et départementales, le répertoire des écoles sera déterminé au niveau de chaque district. Dans chaque école le nombre de classes et le nombre d élèves de chaque classe seront déterminés. Toutes les écoles primaires françaises et franco arabe de la zone couverte par l IDEN/l IA sont susceptibles d être enrôlées. La détermination du nombre d écoles à enrôler sera faite en fonction des ressources disponibles, des types de structures et du contexte ; elle sera laissée à l appréciation des autorités scolaires et sanitaires. B. Mise en place des comités de gestion Au niveau de chaque école un comité de gestion est mis en place. Il est composé du directeur, des enseignants, des parents d élèves et du responsable sanitaire de la zone. Ce comité de gestion est l organe chargé de coordonner toutes les activités relatives à la distribution ponctuelle des MILDA et à la communication pour le Changement de comportement. C. Planification et orientation des acteurs Avec l appui du niveau central et régional, les responsables sanitaires et scolaires seront orientés sur les modalités pratiques de la distribution des MILDA à travers le canal scolaire. 7

8 L orientation concerne au niveau de la région les ECR, ECD, les représentants de l Inspection d académie (IA) et au niveau district l IDEN, les représentants des collectifs de Directeurs d écoles (CODEC) et les prestataires. A la suite de ces différentes sessions, les représentants des CODEC vont partager avec les directeurs d écoles les informations sur les modalités pratiques de la distribution des MILDA Les directeurs à leur tour informeront les enseignants de leurs établissements. Ces séances de partage se feront dans le cadre de leurs réunions périodiques. Détermination des besoins en MILDA L estimation des besoins en MILDA est faite par le comité national de suivi avec l outil «NetCalc». Au niveau opérationnel l IDEN en relation avec le district procède à une répartition des quantités de MILDA par école ; cette répartition pourrait se faire en fonction de la taille ou d autres critères spécifiques. Au niveau de chaque école, le comité de gestion détermine d abord selon chaque option les besoins réels en MILDA sur la base des listes des élèves régulièrement inscrits. Il procède ensuite à l analyse des résultats en fonction de la quantité de MILDA estimée. Si les quantités estimées sont supérieures aux besoins exprimés avec l option1, le comité de gestion peut procéder à une autre détermination des besoins selon l option2. Si les quantités estimées sont supérieures aux besoins exprimés avec l option2, le comité de gestion peut procéder à une autre détermination des besoins selon l option3. Les résultats sur la détermination des besoins réels en MILDA sont transmis au district avec copie au responsable de la structure sanitaire de référence. D. Validation des besoins L ECD en relation avec l IDEN valide les besoins exprimés par les comités de gestion. Cette validation se fera avec la liste des élèves bénéficiaires et des quantités de MILDA prévues. Les besoins sont validés si: Les quantités de MILDA estimées avec l outil «NetCalc» correspondent aux besoins exprimés par les écoles sur la base des listes d inscription. Les quantités de MILDA estimées avec l outil «NetCalc» sont supérieures aux besoins exprimés et permettent de réaliser les options 2 ou 3. Une dotation supplémentaire sera nécessaire si: Les quantités de MILDA estimées avec l outil «NetCalc» ne couvrent pas les besoins exprimés avec l option 1, NB : Les instituteurs et le personnel de soutien des classes ciblées seront inclus dans la liste des bénéficiaires. E. Détermination des dates de distribution La distribution des MILDA dure une journée par école. La planification de cette activité sera faite de concert avec les autorités académiques et sanitaires. Pour permettre une bonne supervision dans les écoles, une seule date pourrait être retenue à l échelle d un district ou d une région. L heure et la date de la distribution par école sera précisée et partagée avec les parents d élèves et l équipe chargée de la supervision. F. Information des parents d élèves et des élèves Le comité de gestion informe les parents d élèves bénéficiaires sur la date retenue et sur les modalités de la distribution des MILDA. La participation des parents ou tuteurs de chaque élève est requise pour la sécurité des enfants bénéficiaires et pour les aspects liés à la communication. 8

9 VI. PROCEDURES OPERATIONNELLES A. Livraison de la MILDA Les quantités de MILDA validées par classe sont transmises à l instituteur par le comité de gestion la veille de la distribution. L instituteur vérifie la conformité des quantités reçues par rapport à l effectif de la classe et s assure de la disponibilité des supports de gestion (liste nominative des élèves inscrits et fiche de distribution). Le jour de la distribution, l instituteur fait une présentation sommaire sur le paludisme et l importance de l utilisation de la MILDA dans la lutte contre le paludisme. Après cette présentation, il procède à la livraison des MILDA suivant la liste nominative des élèves inscrits. Les emballages sont déchirés avant la remise des MILDA aux élèves. Les MILDA non récupérées le jour de la distribution pour cause d absence seront gardées par l instituteur qui se chargera de les remettre aux ayants droits durant la semaine qui suit la distribution. Les MILDA non distribuées après cette période seront retournées au comité de gestion qui les restitue au district. Les instituteurs des classes ciblées recevront chacun une MILDA. Les redoublants ayant bénéficié de MILDA l année précédente ne sont pas concernés par cette distribution. La distribution sera clôturée par des démonstrations sur l accrochage et la transformation des MILDA, un rappel sur l importance de l utilisation des MILDA suivant le principe des 3 Toutes, et la nécessité de l implication des élèves dans le suivi régulier de l utilisation des MILDA. B. Enregistrement Les informations concernant le nom et l adresse de l élève bénéficiaire, la date de livraison, le nom de l école seront enregistrées systématiquement sur la fiche de distribution. Chaque élève ou parent d élève ayant reçu une MILDA émarge sur cette fiche. VII. GESTION LOGISTIQUE A. Mise en place des MILDA Apres la détermination des besoins avec l outil «Netcalc», les MILDA sont pré positionnées au niveau de chaque région par le niveau central. Après la validation des besoins exprimés par les comités de gestion des écoles, les MILDA sont mises en place au niveau des écoles ciblées au moins 48 H avant le jour de la distribution. Le transport des MILDA du site de stockage régional vers le district sera à la charge du district. La participation de l IDEN dans le transport des MILDA du district vers les écoles est requise. B. Gestion des stocks Le stockage des MILDA dans les écoles est sous la responsabilité du comité de gestion de l école. Ceci requiert la disponibilité de locaux adaptés (espace, accès, sécurité, aération, etc.) avec un responsable de stock formé et des outils de gestion adaptés. Le responsable du stock est désigné par le comité de gestion et doit veiller au bon stockage des MILDA, au remplissage correct et régulier des fiches de stocks. Il fait la répartition du stock validé suivant l effectif par classe et remplit les fiches de stocks et bordereaux de livraison. Le comité de gestion de l école, en collaboration avec le directeur de l école, identifie et aménage les lieux de stockage. 9

10 C. Circuit d approvisionnement en MILDA Niveau Central Site de stockage au niveau région Dépôt district Site de stockage de l école Classe Classe Classe Eleves Circuit de la MILDA Retour de MILDA non dsitribuées 10

11 VIII. COMMUNICATION Dans le cadre de la mise en œuvre du programme de distribution des MILDA à travers les écoles, des activités de communication seront développées à l école par les instituteurs et le comité de gestion ainsi qu au niveau des ménages par les élèves. Il s agit d une communication de proximité axée sur la gravité du paludisme, l importance de la MILDA dans la lutte contre le paludisme, l accrochage, la transformation et l entretien de la MILDA. En outre des initiatives spéciales pour le renforcement de la communication pourraient être réalisées au niveau des écoles. Cette communication va cibler les élèves et leurs parents. Toutes les activités seront intégrées dans le plan de communication de la structure de référence et seront menées en relation avec les responsables sanitaires, scolaires et les partenaires. A. Communication au niveau de l école Avant la remise des MILDA, l instituteur fait une présentation sommaire sur le paludisme, et l importance de l utilisation de la MILDA dans la lutte contre le paludisme. Cette présentation est axée sur : - Vecteur de la transmission du paludisme - Mode de transmission - Signes du paludisme - Gravité du paludisme - Utilité de la MILDA - Utilisation et entretien des MILDA - Information sur l existence des autres canaux de distribution - Enfouissement de l emballage Après la présentation, l instituteur procède à une démonstration sur la transformation, l accrochage et l entretien des MILDA ; il leur remet des supports de communication ainsi que la MILDA et leur demande de s impliquer dans le suivi de l utilisation des MILDA au sien de leur famille. B. Communication au niveau des ménages L élève bénéficiaire de MILDA joue le rôle de relais au sein de son ménage pour assurer le suivi de l utilisation correcte des MILDA. Il doit ainsi : - Partager toutes les informations reçues à l école avec ses parents - Rappeler l utilisation des MILDA par toute la famille, toutes les nuits et toute l année (3T) - Aider à l accrochage, à la transformation et à la réparation des MILDA - Veiller à l enfouissement de l emballage - Vérifier la couverture des couchages en MILDA et informe sur l existence de points de distribution de MILDA au niveau sanitaire et communautaire L instituteur veillera régulièrement sur l effectivité de l implication des élèves dans le suivi de l utilisation des MILDA au sein de leur famille. C. Supports de communication Les supports utilisés sont le module de formation ; fiche pédagogique pour l instituteur, la Foire aux questions (FAQ) et la Carte d information 3T pour l élève D autres supports mis a la disposition de l école pourraient être utilises pour renforcer la communication 11

12 D. Initiatives spéciales Chaque école pour renforcer le niveau d implication des acteurs dans la mise en œuvre de la stratégie, de même que pour augmenter le niveau de maitrise des messages sur le paludisme et l importance de l utilisation de la MILDA pourra développer initiatives en collaboration avec les acteurs d encadrement (Génie en herbe, concours de dessin ou de poemes etc ) IX. SUIVI/ EVALUATION A. Suivi des activités préparatoires A l aide d une liste de vérification, le comité de gestion doit vérifier si toutes les conditions requises citées ci-dessous sont réunies pour le démarrage ; - formation de tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre - Disponibilité des fiches de distribution, et des listes nominatives des élèves - Disponibilité des MILDA - Information des élèves et parents d élèves B. Supervision Le jour de la distribution, le district et l IDEN appuyés par L ECR, les responsables des structures de références et par les ONG partenaires organisent la supervision dans les différents établissements scolaires. Cette supervision va cibler les instituteurs, les responsables de stock et les comités de gestion des écoles. Elle se fait avec une grille de supervision qui permet de vérifier les aspects ci- dessous : - L effectivité de l activité - Le mode d organisation interne - Le remplissage des outils par le responsable de stock et l instituteur (fiches de distribution, fiche de stock, bordereau de livraison) - La répartition des stocks par classe - La conformité entre les quantités reçues et les quantités de MILDA distribuées par classe et par école. - Le mode de livraison des MILDA - La qualité de la communication lors de la livraison des MILDA par l instituteur Après la distribution, le comité de gestion de l école doit veiller à la compilation et la transmission de toutes les données, mais aussi à la gestion du stock de MILDA restant et éventuellement à leur restitution au district. C. Coordination Le comité de gestion de l école est l organe de coordination de toutes les activités au niveau opérationnel. Il est l interlocuteur direct de l IDEN, du district, de la structure de référence et des ONG. Ce comité se réunit régulièrement avant, pendant et après la distribution pour faire le point sur l organisation de la distribution, l état de mise en œuvre et les résultats obtenus. Il participe aussi aux réunions de coordination organisées dans le cadre du programme par l IDEN, le district ou la structure de référence 12

13 X. GESTION DE L INFORMATION A. Collecte des données Les données sur la distribution des MILDA sont collectées au niveau des classes par les instituteurs avec les fiches de distribution. Ces fiches renseignées et signées ainsi que la liste nominative des élèves inscrits sont rangées par l instituteur et transmises au comité de gestion de l école au plus tard une semaine après la distribution. B. Compilation Les données au niveau des districts sont compilées à deux niveaux : Niveau opérationnel par les comités de gestion de l école et la structure de référence Niveau intermédiaire par le district et l IDEN C. Elaboration et partage du rapport Les acteurs impliqués dans la mise en œuvre (comité de gestion, IDEN, District sanitaire) élaborent un rapport de synthèse. Ce rapport décrit les activités réalisées, les résultats obtenus, les points forts, les points faibles et les leçons apprises. Il est présenté lors de la réunion d évaluation qui permet entre autres de valider les résultats, de formuler des recommandations et de définir les prochaines étapes. D. Transmission du rapport final Le rapport final du district est transmis à la région médicale, à l IA et au niveau central (Direction de l enseignement élémentaire et PNLP) conformément au circuit classique. 13

14 E. Circuit de l information Direction de l enseignement élémentaire, Inspection médicale des écoles NIVEAU CENTRAL Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) IA Région Médicale IDEN District Sanitaire Structure sanitaire de référence (PS, CS) Ecole, CODEC Comité de gestion de l école ONG/Partenaires Classe Classe Classe Transmission Feedback 14

15 F. Outils de gestion Composante Gestion logistique Responsable de stock Fiche de stock Instituteur Fiche de distribution Comité de gestion Bordereau de livraison District, IDEN, Structures sanitaire Liste de vérification des activités préparatoires Suivi Fiche de répartition des MILDA par classe Liste nominative des élèves inscrits par classe Fiche de synthèse résultats des classes Liste nominative des élèves inscrits dans l établissement Modèle de rapport Grille de supervision Bordereau de livraison Les bordereaux de livraison utilisés dans le cadre du programme précisent les quantités, les dates, et moyens de transport utilisé. Ils sont signés par le district et le comité de gestion de l école. Fiche de stock Les fiches de stock permettent de décrire les mouvements de stock au sein de l école Modèle de rapport Le modèle de rapport permet de faire la synthèse des résultats de l école Liste nominative des élèves inscrits La liste nominative des élèves inscrit de chaque classe permet de déterminer le nombre de bénéficiaires potentiels par classe. Liste de vérification des activités préparatoires La liste de vérification permet de s assurer de l effectivité de la tenue des activités qui doivent déclencher le processus de mise en œuvre Grille de supervision Cette grille permet aux équipes qui ont la charge de veiller au bon déroulement des activités de mesurer et d apprécier le niveau d exécution des activités. G. Archivage des fiches L archivage des fiches utilisées pour la distribution (fiche de distribution, liste nominative des élèves inscrits, fiche de stock et BL) se fera au niveau de l école, de la structure de référence, du district et de l IDEN pendant au moins 5 ans pour garantir la continuité de la distribution et faciliter les éventuels contrôles. XI. ROLES ET RESPONSABILITES Plusieurs acteurs sont impliqués dans la distribution continue des MILDA au niveau scolaire. Il s agit de : - Niveau opérationnel chargé de la coordination et du suivi rapproché: établissement - Scolaire : PS, CS, ECD, ECR, ONG, CODEC et autorités administratives - Niveau central chargé du financement et du suivi : PNLP/ partenaires et comité de suivi 15

16 Le tableau ci-dessous décrit les rôles et responsabilités des différents acteurs impliqués dans la distribution à travers le canal scolaire. ACTEURS PNLP/COMITE DE SUIVI DISTRICT (MCD, ECD) IDEN CODEC ONG STRUCTURES SANITAIRES DE REFERENCE (CS et PS) COMITES DE GESTION DE L ECOLE INSTITUTEUR ROLES/ RESPONSABILITES - Définit les axes stratégiques - Assure la coordination et le financement des activités - Facilite la mise en œuvre du programme - Assure la mise en place des MILDA et autres intrants au niveau regional - Assure le suivi et le traitement des rapports - En collaboration avec l IDEN assure l identification et la sélection des écoles et fait l estimation des besoins en MILDA - Organise les sessions d orientation des acteurs et définit les axes stratégiques de la planification - Assure la coordination des activités au niveau opérationnel - Assure le stockage et la gestion des MILDA destinées à la distribution du niveau scolaire - Facilite la mise en œuvre au niveau du district - Participe à la supervision du programme - Compile les données de la distribution des MILDA et les transmet à l échelon supérieur - En collaboration avec les districts, assure l identification, la sélection des écoles et fait l estimation des besoins en MILDA - Participe à la coordination des activités au niveau opérationnel - Facilite l exécution des plans opérationnels (formation, communication, suivi, gestion logistique) - Convoque les responsables des CODEC aux sessions d orientation - Supervise les réunions d orientation des CODEC - Supervise la distribution dans les écoles - Participe aux sessions d orientation du district - Organise les seances de partage des informations sur la distribution avec les directeurs d écoles, les enseignants et les comite de gestion. - Participe à la supervision de la distribution dans les écoles - Collabore avec le responsable de structure sanitaire de reference - Collabore avec les comité de gestion des écoles - Facilite la sélection des écoles - Participe à la coordination des activités au niveau opérationnel - Facilite l exécution des plans opérationnels (formation, communication, suivi, gestion logistique, supervision) - Facilite la communication avec le niveau intermédiaire et central - Participe au financement des couts opérationnels - Définit des stratégies locales de développement et de pérennisation des activités - Participe à la coordination des activités de distribution des MILDA dans les écoles de sa zone de responsabilité. - Participe à la supervision des activités de distribution dans les écoles - Compile les données de la distribution des MILDA des écoles qui sont dans sa zone de responsabilité - Transmet la synthèse des données au district - Informe les parents d élèves sur les modalités de la distribution des MILDA - Participe à la vérification de l effectivité des activités préparatoires - Participe à la supervision de la distribution des MILDA - Participe à la coordination des activités au niveau opérationnel - Identifie et aménage les lieux de stockage - Partage les données avec l école, l ONG partenaire et la structure de référence - Met à la disposition du comité de gestion la liste nominative des élèves inscrits dans sa classe - Informe les élèves sur la date de distribution - Assure la communication avant, pendant et après la distribution - Vérifie la disponibilité des outils, la conformité de la quantité de MILDA et l effectif de la classe - Enregistre les données et les transmet au comité de gestion - Distribue les MILDA - Participe à la compilation des données 16

17 CONCLUSION La distribution des MILDA à travers les écoles est une stratégie novatrice visant à renforcer la disponibilité des MILDA au niveau communautaire. Elle participe par le biais des élèves au changement des comportements des populations pour une utilisation continue des MILDA suivant les 3T. Ce guide d orientation stratégique qui décrit la stratégie de mise en œuvre de cette distribution, est un document de référence qui pourrait être utilisé par les responsables sanitaires et les autres acteurs intervenant dans la promotion des programmes de développement (ONG). 17

18 XII. ANNEXES ANNEXE 1 FICHE DE DISTRIBUTION DES MILDA Inspection academique Inspection departemental de l education national Ecole élémentaire de Classe de Nom de l instittueur.. Date de la distribution.. Nom et prénom Adresse de l élève Signature de l élève ou du tuteur ANNEXES 2 LISTE DE VERIFICATION Des activités préliminaires (Administré au Directeur d école 72 H avant la distribution) Rubriques Oui Non - Les acteurs impliques dans la mise en œuvre du programme sont formés - Le comité de gestion est mis en place et est - Les fiches de distribution, et des listes nominatives des élèves sont disponible et en quantité suffisante - Les MILDA sont disponible et en quantité suffisante - Les instituteurs des classes ciblés ont préparé des fiches pédagogiques sur le paludisme et la moustiquaire - Les instituteurs disposent de supports visuels sur la MILDA - La répartition des MILDA par Classe est effectue la veille de la distribution par le gestionnaire des MILDA assiste du comite de gestion - Les parents et les élèves sont bien informés sur la date de la distribution des MILDA ANNEXES 3 18

19 GRILLE DE SUPERVISION Responsable du stock Rubriques Oui Non Les quantités de MILDA livrées par le district sont conformes aux quantités distribuées dans l école Chaque classe ciblée a reçu sa dotation en MILDA conformément a la clé de répartition Le responsable du stock a rempli correctement fiches de stocks des MILDA L instituteur Rubriques Oui Non L instituteur dispose d outils de gestion appropriés (liste nominatives des inscrits et fiches de distribution) L instituteur vérifie si les quantités de MILDA livrées sont conformes à l effectif de la classe L instituteur procède avant la remise de la MILDA à une communication sur la gravité du paludisme et l importance des MILDA L instituteur remet a chaque éléve de sa classe une MILDA apres avoir déchiré l emballage L instituteur renseigne correctement les outils L instituteur fait des démonstrations sur la transformation, l accrochage de la MILDA L instituteur fait des démonstrations sur la transformation et l accrochage de la MILDA L instituteur Informe les élève sur l existence des autres canaux de distribution L instituteur demande aux élèves d enfouir l emballage après retrait de la MILDA L instituteur demande aux élèves de s impliquer dans le suivi de l utilisation des MILDA au sien de leur famille. 19

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A TRAVERS LES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A TRAVERS LES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A TRAVERS LES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE Version Janvier 2013 1 Table des matières I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIF DU PROGRAMME

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

Par. Dr Jean-Claude LODJO, MCZS KGS. Mme GUEHOU Françoise, RSO ZS KGS. YAROU CHABI Arouna, RFC BZ KGS

Par. Dr Jean-Claude LODJO, MCZS KGS. Mme GUEHOU Françoise, RSO ZS KGS. YAROU CHABI Arouna, RFC BZ KGS R é p u b l i q u e d u B é n i n M I N I S T E R E D E L A S A N T E D i r e c t i o n D é p a r t e m e n t a l e d e l a S a n t é d u B o r g o u e t d e l A l i b o r i Z O N E S A N I T A I R E D

Plus en détail

Dr Moussa OUEDRAOGO Pharmacien responsable du suivi des approvisionnements du PNLP

Dr Moussa OUEDRAOGO Pharmacien responsable du suivi des approvisionnements du PNLP Dr Moussa OUEDRAOGO Pharmacien responsable du suivi des approvisionnements du PNLP Introduction 1. Historique de la base de données 2. Types de données collectées 3. Le système de collecte des données

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT Des conditions matérielles adéquates Des locaux identifiés ayant une surface suffisante; Des ressources humaines

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122 I. Informations générales Intitulé de la mission Renforcement des capacités de la Pharmacie Nationale d Approvisionnement dans le suivi des appels d offres internationaux

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 15 décembre 2008 pris pour l application du décret n o 2008-1013 du 1

Plus en détail

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V 25-112 - Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION...5

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

Fiches emplois communautaires. Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015

Fiches emplois communautaires. Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015 Fiches emplois communautaires Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015 l[ NOTICE MÉTHODOLOGIQUE Utilisation des fiches emplois communautaires LES OBJECTIFS DES FICHES EMPLOIS COMMUNAUTAIRES Les fiches

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Date: 01/08/2014 Réf : IC 1-08/2014 INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Pays: Maroc Description de la mission:

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Concept d information et de formation pour les responsables de la formation professionnelle

Concept d information et de formation pour les responsables de la formation professionnelle Concept d information et de formation pour les responsables de la formation professionnelle formatrices en entreprise formatrices dans les cours interentreprises enseignants en école professionnelle autres

Plus en détail

La classification des salariés

La classification des salariés La classification des salariés Cette Fiche pratique vous propose de vous présenter la grille de classification des salariés introduite par le chapitre 9 de la Convention collective nationale du sport (CCNS).

Plus en détail

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement k CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement ACRONYMES HARSAH : Hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes ITSS : Infection transmissible sexuellement et par le sang Édition 2015 TABLE

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

Guide de la réforme des rythmes scolaires.

Guide de la réforme des rythmes scolaires. Guide de la réforme des rythmes scolaires. Commission management Réseau Petites Villes JANVIER 2014 Page 1 SOMMAIRE PREAMBULE Références de la réforme : p.3 I CADRE DE LA REFORME p.4 1) Principes de la

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Cahier des charges Appel à Candidature. FORMATION de FORMATEUR MODULE : ANIMER

Cahier des charges Appel à Candidature. FORMATION de FORMATEUR MODULE : ANIMER Cahier des charges Appel à Candidature FORMATION de FORMATEUR MODULE : ANIMER SOMMAIRE 1 Les attentes initiales page 2 2 La réponse de la Fédération des CSFC au FIF PL page 2 3 La proposition de formation

Plus en détail

PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES

PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES PROCESSUS D ACCOMPAGNEMENT DES COMMUNAUTES DANS LA CREATION ET LA GESTION DES ECOLES COMMUNAUTAIRES Abdramane Togo Nov.2000 ong à but non lucratif- BP: E2226-Tél/fax : 229-24-22-Lafiabougou-Rue 426-Porte

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

CODEC. Le Collectif des Directeurs d Ecole. Direction de l Enseignement Elémentaire REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L'EDUCATION

CODEC. Le Collectif des Directeurs d Ecole. Direction de l Enseignement Elémentaire REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L'EDUCATION REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L'EDUCATION Direction de l Enseignement Elémentaire Le Collectif des Directeurs d Ecole CODEC Mai 2006 Le Sénégal est en train de mettre

Plus en détail

Cadre de résultats et d allocation de ressources de l UNICEF pour le Bhoutan, 2014-2018**

Cadre de résultats et d allocation de ressources de l UNICEF pour le Bhoutan, 2014-2018** Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

Cap Performance Les outils de la performance

Cap Performance Les outils de la performance Cap Performance Les outils de la performance Les outils incontournables de la performance! Le CRO et la CRCC Paris ont sélectionné des outils simples et essentiels qui permettent : de respecter intelligemment

Plus en détail

Etude sur les fonctions logistiques des structures et programmes de santé dans cinq régions d Afrique de l Ouest et de Madagascar

Etude sur les fonctions logistiques des structures et programmes de santé dans cinq régions d Afrique de l Ouest et de Madagascar Etude sur les fonctions logistiques des structures et programmes de santé dans cinq régions d Afrique de l Ouest et de Madagascar Résumé L'article de ce mois présente le résumé des résultats issus de l'étude

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION REGLEMENT DE LA CONSULTATION Numéro d ordre du marché : CONS-14-66 601 Fourniture et maintenance annuelle des extincteurs portatifs Service gestionnaire : Secrétariat Général de l EPLEFPA de Marmilhat

Plus en détail

Archivage des dossiers d aide pécuniaire

Archivage des dossiers d aide pécuniaire Direction des archives du Groupe Destinataires Assistants sociaux - conseillers techniques Direction des archives du Groupe Direction des ressources humaines et des relations sociales Centres de services

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Préparation de véhicules de collecte

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Préparation de véhicules de collecte ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Préparation de véhicules de collecte DATE : 29/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC5 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél :

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE ET LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2014

Plus en détail

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au ***

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Chapitre I. Statut et missions Art. 1 er. (Loi du 27 aout 2014) Il est créé dans le cadre de l enseignement

Plus en détail

Dispositifs de formation à la prévention des risques professionnels

Dispositifs de formation à la prévention des risques professionnels Dispositifs de formation à la prévention des risques professionnels DEMANDE DE CONVENTIONNEMENT REGIONAL D UN ORGANISME DE FORMATION Processus de demande Formations aux méthodes générales en prévention

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION ADMINISTRATIVE DES ENSEIGNANTS ET DES ENSEIGNANTES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DIRECTION DES ÉTUDES

POLITIQUE D ÉVALUATION ADMINISTRATIVE DES ENSEIGNANTS ET DES ENSEIGNANTES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DIRECTION DES ÉTUDES 100, rue Duquet, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 971-7883 Internet : http://www.clg.qc.ca CA 404.07.01 POLITIQUE D ÉVALUATION ADMINISTRATIVE DES ENSEIGNANTS

Plus en détail

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS Conclusions et partage d expérience Réunion du Cluster Sécurité Alimentaire 10/02/2015 Bangui - RCA DE QUOI S

Plus en détail

La participation au Trophée des Audacieuses

La participation au Trophée des Audacieuses Réglement du concours A ÉDITION 2013 Article 1 : Objet et catégories du Trophée A La création d entreprise par les femmes est encore insuffisante. Les femmes ne représentent, en effet, que 30 % créateurs

Plus en détail

STATUT MODE D ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU GROUPE I.C.G.

STATUT MODE D ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU GROUPE I.C.G. STATUT MODE D ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU GROUPE I.C.G. TITRE I Forme, dénomination et siège du groupe Forme Article 1 Le groupe prendra la forme d une «association de fait». Elle s articulera autour

Plus en détail

Contrat Global pour l Eau. Délibération du Conseil d Administration N 06-22 en date du 30 novembre 2006

Contrat Global pour l Eau. Délibération du Conseil d Administration N 06-22 en date du 30 novembre 2006 Opérations- Partenariat Référence/Version. : OP/F/ Date : 03/04/06 Page : 1/18 IX ème programme Contrat Global pour l Eau Délibération du Conseil d Administration N 06-22 en date du 30 novembre 2006 Opérations-

Plus en détail

Règlement du concours citoyen «Agite Ta Terre!»

Règlement du concours citoyen «Agite Ta Terre!» Règlement du concours citoyen «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Article 1 : Objet Dans le cadre de la 4 ème édition de son initiative internationale «Agite Ta

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Première partie 46 ème année n 23

JOURNAL OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Première partie 46 ème année n 23 Première partie 46 ème année n 23 JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Décret n 05/176 du 24 novembre 2005 portant création du Programme National d Appui

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

LE PLAN DE COMMUNICATION

LE PLAN DE COMMUNICATION LE PLAN DE COMMUNICATION Ce document a été réalisé par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Conception, recherche et rédaction : Judith Decelles Julie Pontbriand Lucie Poulin

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille,

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille, MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE DECRET relatif au contrat de bon usage des médicaments et produits et prestations mentionné à l article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE VERSION FINALE COMITÉ LOCAL DE REVITALISATION INTÉGRÉE DU QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY (RUI 2) 1 TABLE DES MATIÈRE

Plus en détail

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS PREAMBULE La loi du 9 Novembre 2010 sur la réforme des retraites prévoit que les entreprises d au moins 50 salariés,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

CAISSE DU MOUVEMENT MUTUALISTE BENINOIS (CMMB) RAPPORT ATELIER STRATEGIQUE. (Mai 2011)

CAISSE DU MOUVEMENT MUTUALISTE BENINOIS (CMMB) RAPPORT ATELIER STRATEGIQUE. (Mai 2011) CAISSE DU MOUVEMENT MUTUALISTE BENINOIS (CMMB) RAPPORT ATELIER STRATEGIQUE (Mai 2011) Rapport CMMB : Consultant Hippolyte G. AHONLONSOU Mai 2011 SOMMAIRE Pages : Introduction 03 Objectifs de l atelier

Plus en détail

GUIDE DES INSCRIPTIONS DES VIII ES JEUX DE LA FRANCOPHONIE

GUIDE DES INSCRIPTIONS DES VIII ES JEUX DE LA FRANCOPHONIE Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF) GUIDE DES INSCRIPTIONS DES VIII ES JEUX DE LA FRANCOPHONIE Concours culturels Compétitions sportives Concours de création PRÉAMBULE Après le Maroc

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN149

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN149 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN149 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Durée totale des jours prévus Appui au renforcement des capacités du CCM

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger à mesdames et messieurs les chefs des postes diplomatiques et consulaires à l attention de mesdames et messieurs les conseillers de coopération

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Inspecteur (trice) en vérification périodique d installations électriques

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Inspecteur (trice) en vérification périodique d installations électriques COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 06/07/2006 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Inspecteur (trice) en vérification périodique

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 DNSP(PNLS)-DSME Cotonou, 26 mars 2015 Plan Introduction Rappel du processus PTME Quelques indicateurs Grandes

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements Mission des infirmières de l Éducation Nationale Cadre général «S inscrit dans la politique générale de l Education nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants, elle concourt

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

Dossier de demande de financement des expérimentations de services polyvalents d aide et de soins à domicile (SPASAD)

Dossier de demande de financement des expérimentations de services polyvalents d aide et de soins à domicile (SPASAD) Dossier de demande de financement des expérimentations de services polyvalents d aide et de soins à domicile (SPASAD) La Loi n 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l adaptation de la société au vieillissement

Plus en détail

Commission extra-municipale 31 janvier 2014

Commission extra-municipale 31 janvier 2014 Commission extra-municipale 31 janvier 2014 Les principes généraux des TAP* (s appliquent en maternelle et en élémentaire) à Gratuité des TAP* et de l étude municipale à Pas de TAP* dans les salles de

Plus en détail

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL La présente note a pour objet de préciser les modalités de mise en œuvre de l entretien professionnel annuel prévu à l article 21 de la convention

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D UNE TABLETTE NUMERIQUE. (Mise à jour suite à l avenant n 2 délibéré en conseil communautaire du 4 juin 2015)

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D UNE TABLETTE NUMERIQUE. (Mise à jour suite à l avenant n 2 délibéré en conseil communautaire du 4 juin 2015) CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D UNE TABLETTE NUMERIQUE (Mise à jour suite à l avenant n 2 délibéré en conseil communautaire du 4 juin 2015) :) @ SOMMAIRE PREAMBULE... 1 ARTICLE 1 - CONDITIONS D ELIGIBILITE

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable *******************

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* STRATEGIE NATIONALE EN MATIERE D EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE **************************

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA MOBILITÉ INTERNATIONALE

RÈGLEMENT DE LA MOBILITÉ INTERNATIONALE RÈGLEMENT DE LA MOBILITÉ INTERNATIONALE TITRE 1 PRINCIPES GÉNÉRAUX 1.1. Préambule La mobilité internationale fait partie intégrante de la formation en 5 ans sanctionnée par le diplôme de Science Po Saint-Germain-en-Laye.

Plus en détail

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE TYPE D'ACTION Programme ACCEDER pour l emploi de la population gitane NIVEAU DE LA BONNE PRATIQUE reproduite Page 1/12

Plus en détail

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel Programme d accueil et d intégration Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

Département national de Planification. www.dnp.gov.co

Département national de Planification. www.dnp.gov.co Département national de Planification www.dnp.gov.co OBSERVATIONS GÉNÉRALES Les recommandations du Conseil économique et social Conpes 117 demandent au Département national de planification DNP de: Concevoir

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 2me année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 2me année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la deuxième année de formation. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

INSTRUCTION Traitement des visites programmées en escale

INSTRUCTION Traitement des visites programmées en escale INS.MOE.04 Edition 1 Date 19/07/2012 Page 2/12 1 LISTE DES MISES A JOUR Edition Date Pages Objet 1 19/07/2012 Toutes Création du document INS.MOE.04 Edition 1 Date 19/07/2012 Page 3/12 2 - OBJET ET DOMAINE

Plus en détail

COMMUNICATION COMMUNICATION. Parce qu une bonne protection n a de sens que si elle protège tout le monde... pour longtemps. sur le progrès (COP)

COMMUNICATION COMMUNICATION. Parce qu une bonne protection n a de sens que si elle protège tout le monde... pour longtemps. sur le progrès (COP) Parce qu une bonne protection n a de sens que si elle protège tout le monde... pour longtemps. COMMUNICATION sur le progrès (COP) COMMUNICATION par France Sécurité du 16 mars 2012 au 16 mars 2013 Principes

Plus en détail

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 DP1

Plus en détail

Guide utilisateur Octobre / Novembre 2009

Guide utilisateur Octobre / Novembre 2009 Guide utilisateur Octobre / Novembre 2009 Accès à l application GESTION DE CLUB Les étapes : 1/ Ouverture d un accès club : Avec le profil ligue, choisir dans la liste le club pour lequel on souhaite ouvrir

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

RECTORAT DE L ACADEMIE DE GRENOBLE - Service Académique de l Inspection de l Apprentissage 7 place Bir-Hakeim B.P. 1065 38021 GRENOBLE Cedex

RECTORAT DE L ACADEMIE DE GRENOBLE - Service Académique de l Inspection de l Apprentissage 7 place Bir-Hakeim B.P. 1065 38021 GRENOBLE Cedex SERVICE ACADEMIQUE DE L INSPECTION DE L APPRENTISSAGE GUIDE DES ACTIVITES D UN ENSEIGNANT DE CENTRE DE FORMATION D APPRENTIS D UNITE DE FORMATION EN APPRENTISSAGE DE SECTION D APPRENTISSAGE RECTORAT DE

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Conducteur d Equipements Industriels Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir

Plus en détail

1. L enseignement primaire

1. L enseignement primaire 1. L enseignement primaire Dans les établissements du primaire, les enfants sont répartis en huit classe qui vont de la classe des Junior Infants (dès 4 ans) à la Sixth Class (12 ans). Les objectifs généraux

Plus en détail

Alliance globale du karité Hôtel du Golf Abidjan, Côte d'ivoire Réunion (annuelle) de l Assemblée générale. Procès-verbal 25 mars 2014 14h00

Alliance globale du karité Hôtel du Golf Abidjan, Côte d'ivoire Réunion (annuelle) de l Assemblée générale. Procès-verbal 25 mars 2014 14h00 Alliance globale du karité Hôtel du Golf Abidjan, Côte d'ivoire Réunion (annuelle) de l Assemblée générale Procès-verbal 25 mars 2014 14h00 Ordre du jour I. Mot de bienvenue du Comité exécutif de l Alliance

Plus en détail

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.1 : L ENSEIGNEMENT SOUS-SECTION 3.1.1 : LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE À L ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES ENSEIGNEMENTS AU PREMIER CYCLE

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

Distribution continue de MIILDA Le modèle mixte du Ghana augmente la couverture des foyers

Distribution continue de MIILDA Le modèle mixte du Ghana augmente la couverture des foyers Distribution continue de MIILDA Le modèle mixte du Ghana augmente la couverture des foyers P A L U D I S M E Le Programme national intégré de lutte contre le paludisme (PNLP) du Ghana et ses partenaires

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Article 1 er - Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et règlements en vigueur, les

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail