La certification-qualité d'entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La certification-qualité d'entreprise"

Transcription

1 La certification-qualité d'entreprise Olivier Peyrat

2 D ans le cadre de la levée des entraves techniques aux échanges, nationaux et internationaux, la certification-qualité - qui repose sur l'audit et la validation de l'organisation-qualité d'une entreprise - a un rôle stratégique à jouer. Clé pour l'entreprise voulant accéder au marché, protection pour l'utilisateur final, la certification-qualité est un intermédiaire précieux de par l'information objective qu'elle véhicule. Son influence croissante suscite les intérêts les plus divers, y compris sur le plan international, et cependant sa neutralité ne doit pas en souffrir. Une nouvelle quadrature du cercle? Les concepts Extrait du guide ISO n 2 (l'iso : International Standards Organization, basée à Genève, est l'organisme en charge de l'élaboration des normes internationales). Certification [de conformité] : «Action ayant pour objet de certifier, au moyen d'un certificat de conformité ou d'une marque de conformité, qu'un produit ou un service est conforme à des normes ou à des spécifications techniques déterminées.» Cette définition, qui peut sembler quelque peu aride, recèle trois éléments essentiels, qui sont décrits dans la figure 1. La certification-qualité se base sur des spécifications d'ordre technique, qui sont le plus souvent des normes. La première étape consiste donc à choisir un référentiel. Pour que la certification-qualité soit compréhensible auprès du plus grand nombre, il convient de prendre une référence commune. C'est ainsi que les normes se sont imposées, de fait, comme un référentiel idéal, étant issues d'un large consensus. Cela étant rappelé, la préférence donnée aux normes par rapport à d'autres spécifications techniques se trouve prolongée aujourd'hui par la préférence dont bénéficient les normes internationales par rapport à des normes qui ne sont «que» nationales. Se référer à des normes internationales permet à la certificationqualité d'augmenter sa compréhension et donc sa portée. La deuxième étape, suggérée dans la définition de la certification, consiste à évaluer la conformité de l'entité à certifier par rapport au référentiel retenu. Suivant le type de certification, l'évaluation fait appel à des techniques différentes : essai, audit, etc. La troisième étape comporte la délivrance du certificat, ainsi que son maintien dans le temps (au niveau européen, qui sera celui sur lequel repose l'essentiel du présent article, la pratique a retenu de réserver le terme certification à l'intervention d'un organisme neutre appelé aussi tierce partie, par opposition à la première partie - le fournisseur -, et à la seconde partie - le client). Cette décomposition du processus montre que la certification est une notion tout à fait horizontale, que l'on retrouve dans la certification de produit (ex : la marque NF) et, plus récemment, dans la certification-qualité d'entreprise, mais aussi dans la certification de personne ou encore dans l'accréditation de laboratoire. Il est même possible, en se reportant au tableau «Déclinaisons de la certification», de faire un parallèle entre la certification, d'entreprise ou de produit, et la certification des comptes d'une entreprise. Il est logique, face à des notions aussi variées, de déterminer les recouvrements possibles, et donc les synergies à rechercher. Un exemple vient naturellement à l'esprit : Une entreprise est certifiée. Son «système qualité» fait donc l'objet d'audits à intervalles réguliers. Cette entreprise souhaite maintenant obtenir un certificat pour l'un de ses produits. Si cette certification de produit nécessite, en sus des essais sur des prélèvements statistiques, une visite d'usine qui s'apparente à un audit, il peut y avoir redondance. L'organisme certificateur de produit et l'organisme certificateur d'entreprise devront donc synchroniser leurs interventions pour éviter qu'elles ne fassent double emploi. Cet exemple permet de rappeler qu'il faut bien garder à l'esprit le fait que certification de produit et certification-qualité d'entreprise sont complémentaires, sans que l'une soit un pré-requis pour obtenir l'autre. Vouer à l'abandon la certification de produit sous prétexte du développement rapide de la certification-qualité d'entreprise serait une erreur stratégique, car ces deux certifications portent sur des aspects différents de l'activité de l'entreprise. D'une manière générale, les quatre types de certification doivent non seulement coexister, mais encore se développer, car ils sont complémentaires. L'utilisation possible de la certification-qualité d'entreprise peut être triple dans la mesure où elle facilite trois améliorations essentielles. Mieux acheter, en donnant au client, qu'il s'agisse d'une entreprise ou d'un particulier, des informations factuelles, garanties par un organisme neutre et, si possible, officiel sur le produit ou les services qu'il achète. Il s'agit, en quelque sorte, d'une «mutualisation» des évaluations d'un fournisseur, entre ses différents clients. Toutefois, la certification-qualité ne doit pas avoir la prétention de couvrir toutes les attentes de tous les clients. Elle doit se fixer le but plus modeste, mais aussi plus réaliste, de porter sur un tronc commun à toutes ces exigences. Chaque client peut alors s'appuyer sur la certification-qualité pour limiter ses propres évaluations à ses exigences spécifiques. Car a-t-on jamais vu un diplôme, aussi prestigieux soit-il, dispenser un candidat à un poste d'un entretien d'embauché? Mieux vendre, car les entreprises qui bénéficient d'une certification-qualité peuvent accéder dans de meilleures conditions au marché, dans la mesure où cette certifi-

3 cation-qualité leur permet de se démarquer de leurs concurrents, mieux que ne le ferait une action promotionnelle plus classique. Le client est par nature prudent vis-à-vis des vertus dont peut se parer le fournisseur de son produit. Là encore, la caution qu'apporte un organisme neutre peut emporter la décision, et faire gagner du temps à chacun des deux partenaires (voir figure 2). Au-delà de ses fondements techniques, la certification-qualité peut donc être également considérée comme un investissement à retombées commerciales. Mieux réglementer car les pouvoirs publics, qui ont, entre autres missions, d'assurer la santé, la sécurité des personnes, des biens (et, le cas échéant, des animaux), doivent faire face, avec des moyens équivalents, voire en régression, à un marché qui se fluidifie à un rythme qui s'accélérera encore, du fait du Marché Unique. Tout moyen permettant d'exercer d'une manière plus ciblée l'action réglementaire est naturellement le bienvenu, et fait d'ailleurs l'objet d'encouragements implicites de la Commission des Communautés européennes. L'entreprise qui choisit volontairement de faire l'effort d'obtenir et de conserver une certification-qualité émanant d'un organisme sérieux bénéficie d'une confiance a priori, car la probabilité d'un contrôle mettant en évidence le non-respect de la réglementation diminue. De plus, l'organisme de certification, pour conserver sa réputation et ses clients (car la concurrence existe aussi dans le domaine de la certification, comme nous allons le voir) se doit d'être vigilant quant à la délivrance, et au maintien des certificats qu'il délivre. En effet, une réputation de laxisme est très difficile à infirmer, une fois les premiers manquements connus. Cette petite incursion dans le domaine réglementaire (on parle alors de certification-qualité à fins réglementaires) ne représente qu'une minorité des cas, même si chacun de ces cas concerne la santé ou la sécurité. En 1 - REFERENTIEL - ENTITE 2 - EVALUATION (actions correctives éventuelles) 3 - DELIVRANCE DU CERTIFICAT certificat Figure 1 : Décomposition de Ut certification termes de fréquence, la principale application de la certification-qualité porte sur le domaine des relations commerciales entre clients et fournisseurs. On parle alors de certification-qualité volontaire. DECLINAISONS DE LA CERTIFICATION Certification d'entreprise Certification de produit Certification des comptes Référentiel Norme de la série EN Normes produits Plan comptable Sur quoi porte l'évaluation?.. Moyen d'évaluation Qui évalue? Qualité de l'évaluateur Qui certifie? Le manuel Qualité et l'organisation Audit Qualité Les auditeurs Qualité Auditeur certifié L'organisme certificateur Le produit Essai (visite d'usine, le cas Laboratoire d'essai Laboratoire accrédité L'organisme certificateur échéant) La comptabilité Audit comptable Le commissaire aux comptes Expert-comptable La société du commissaire aux comptes

4 Niveau de confiance maximum Niveau de confiance envers le certificat Prude Temps gagné grâce au certificat Temps Figure 2 : Évolution dans le temps de la confiance envers son fournisseur Éléments de stratégie internationale Enjeux Pour un État, la première décision à prendre est naturellement de savoir s'il est nécessaire de développer des systèmes de certification au plan national. En dehors des aspects de rentabilité économique, il est clair qu'en l'absence d'un système national, ce sont d'autres systèmes, issus d'autres pays, qui évalueront les entreprises et les produits de ce pays, avec tous les inconvénients qui peuvent en résulter (problèmes linguistiques, gestion de files d'attente, etc.). Une politique trop attentiste dans ce domaine, comme dans celui de la normalisation, peut conduire, même si l'on préfère le rugby, à être obligé de suivre les règles du jeu à Un pays comme la France n'a donc pas pu rester inactif dans les disciplines liées à la certification. C'est ainsi qu'en matière de certification de produits industriels, une vingtaine d'organismes sont opérationnels, dont le principal est l'afnor (qui délivre tous les certificats de qualification fondés sur les normes françaises, avec la marque NF). Ces organismes certificateurs ont l'obligation de procéder à un examen initial des produits, et d'exercer une surveillance appropriée de la production de série. En ce qui concerne la certification-qualité d'entreprise, il existe un organisme qui regroupe l'ensemble des acteurs économiques concernés en France par la certification-qualité d'entreprise : il s'agit de l'afaq, dont nous reparlerons ultérieurement. Les atouts français : faire cohabiter Gaulois et Jacobins La taille critique des différents organismes se fait fortement ressentir au niveau européen, où l'on en arrive très vite à être limité par la disponibilité des personnes ou par le manque de moyens matériels. Sans compter que se rajoute à ces efforts importants le suivi des questions horizontales que chaque organisme de certification se doit d'effectuer. Il devient vital de dégager les d'échelle nécessaires pour cela. économies Il n'en demeure pas moins que, pour un secteur donné, qu'il s'agisse des industries électriques ou de la fonderie, ce sont les acteurs économiques concernés par la question qui disposent de l'expertise nécessaire pour proposer des solutions. L'équation se présente donc d'une manière simple. Pour une activité à caractère horizontal (comme la certification-qualité d'entreprise), il est souhaitable de disposer d'un organisme unique, afin de bénéficier d'économies d'échelle : c'est la tendance jacobine. Mais il faut également que cet organisme puisse répondre d'une manière très souple aux sollicitations de plus en plus fréquentes liées à la construction du Marché Unique. Les structures hiérarchiques classiques risquant de se retrouver rapidement dépassées, on est contraint de préconiser très rapidement des structures à caractère fédéral, où les missions opérationnelles sont conduites par des unités dotées d'une certaine autonomie (cela pour profiter des qualités des Gaulois), en contrepartie de la transpa-

5

6 rence financière, et du respect de règles de déontologie rigoureuses. Ces règles sont arrêtées au niveau central de l'organisme, et leur application par l'échelon décentralisé est vérifiée par des audits réguliers (audits techniques et financiers). Les règles de déontologie sont ensuite défendues sur le plan européen par l'échelon central, ce qui assure une économie d'échelle indéniable. Par ailleurs, le système est conçu de telle sorte que les acteurs économiques puissent se l'approprier ; cela dans la mesure où ces derniers peuvent influer sur le fonctionnement ou les décisions de l'organisme, dans le domaine qui les concerne. Du niveau d'appropriation dépendra la vigueur avec laquelle le système sera défendu au niveau international, car l'organisme ne peut pas défendre seul les intérêts de la collectivité. On retrouve d'ailleurs les mêmes enjeux sur le plan de la normalisation. Vendre de la confiance... dans un marché concurrentiel La concurrence entre organismes certificateurs est une réalité, qui s'affirmera avec le développement du Marché Unique. A ce sujet, il est intéressant de constater que les différents organismes en présence sont des combinaisons des deux types : - organismes à caractère national, qui ont vocation à collaborer avec leurs homologues étrangers, lorsque ceuxci existent, et qui sont peu fréquemment appelés à opérer au-delà des frontières de leur pays d'origine. Ces organismes n'ont en général pas de vocation commerciale ; - organismes internationaux, en général bien implantés dans leur pays d'origine, mais qui cherchent à opérer sur une base internationale, ce qui implique des investissements lourds et correspond souvent à une vocation commerciale. Les deux types d'organismes ont évidemment tendance à s'opposer, même si des alliances de raison peuvent survenir ponctuellement entre eux. Pour des raisons naturelles, les états membres de la Communauté ont cherché à se doter chacun de leur propre système de certification-qualité, composé le plus souvent d'organismes du premier type. Mais il est clair que la notion de taille critique entre ici en jeu. Et si des pays comme le Luxembourg ont choisi dans certains cas de s'appuyer sur les systèmes mis en place par d'autres pays, certains systèmes nationaux, n'atteignant pas la taille critique, seront amenés à disparaître, ou à se regrouper. Toutefois, l'issue de la compétition entre organismes de certification-qualité est loin d'être claire, et comme celle-ci n'en est qu'à ses débuts, deux possibilités s'offrent à nous. La première est un cercle vicieux : l'intensité de la compétition entraîne la certification-qualité vers le bas ; les organismes certificateurs étant amenés à rechercher des clients pour atteindre la taille critique et le point mort, le laxisme apparaît et la confiance diminue. La seconde est un cercle vertueux : les organismes de certification-qualité se livrent à une concurrence par la qualité et le niveau d'exigence. Cela conduit à une grande confiance de la part du marché et donc, par le jeu des reconnaissances mutuelles, à la résorption d'un certain nombre d'entraves techniques aux échanges. Le contexte n'est pas sans rappeler celui du secteur financier avec notamment la compétition (et les différences de pratiques : échelle de notation, non-reconnaissance mutuelle des notations) entre les agences de notation financière (Euronotation, S&P-ADEF, Moody's), qui a suscité récemment des prises de positions véhémentes de l'association française des trésoriers d'entreprises, ou encore, dans un autre domaine, l'articulation, qui n'est pas toujours évidente, entre les cabinets d'expertise comptable et les cabinets d'audits des commissaires aux comptes (les deux pouvant appartenir, via un holding, à un même groupe). Ici, comme ailleurs, se pose le problème de l'indépendance et de l'impartialité. Afin d'être exhaustif, un autre écueil doit encore être évoqué : il convient de ne pas confondre la reconnaissance mutuelle et l'acceptation par le marché, seul juge de paix. Le parallèle peut être utilement fait avec le marché du travail et les diplômes obtenus à partir d'une admission «sur titre». Le Graal de la reconnaissance mutuelle Ce problème supplémentaire, qui peut être soulevé par une analyse sommaire, est exposé dans la figure 3. Une entreprise ENTA, d'un pays A, s'est proposé, pour accéder dans de meilleures conditions au marché national, d'obtenir la certification-qualité d'un organisme national CERTA (cas le plus fréquent). Si maintenant, elle souhaite accéder à un marché étranger (pays B), il peut sembler logique qu'elle presse l'organisme CERTA de signer un accord de reconnaissance mutuelle avec l'un de ses homologues, CERTB, dans le pays étranger. Cela suppose naturellement que l'organisme étranger CERTB bénéficie, de la part de son marché national B, du même niveau de confiance que CERTA dans le pays A. Or c'est loin d'être toujours le cas, compte tenu du contexte, et des spirales (vicieuses ou vertueuses) que connaissent les «marchés» de la certification-qualité dans les pays A et B. La question mérite donc d'être d'autant plus soigneusement examinée que, suivant les cas, des reconnaissances mutuelles peuvent être recherchées à l'étranger par CERTB à seule fin de s'acheter une conduite sur le marché national B, en brandissant un parchemin venant «d'audelà des mers». Dans ce cas, la proie volontaire (ou consentante) CERTA risque d'être entraînée au fond des eaux par CERTB, dès que les acheteurs du marché A

7 Pays A Pays B Marché A Marché B Accès au marché Confi lance Organisme certificateur CERTA Confi lance! Organisme certificateur CERTB Accès au marché Entreprise ENTA Entreprise ENTB ENTA ENTB Niveau de confiance du marché A dans le certificat CERTA Niveau de confiance du marché A dans le certificat CERTB Figure 3 : Les canaux de la confiance auront eu vent du manque de rigueur de CERTB. Comme dans les cours élémentaires, le principe de l'écluse s'applique : la reconnaissance mutuelle a pour effet de lever l'écluse. Si les niveaux de confiance envers la certification-qualité sont différents dans les deux pays, la suite est facile à imaginer. Enfin, après les problèmes de mécanique des fluides, il est encore possible de se distraire quelques instants avec les vrais-faux accords de reconnaissance mutuelle : certains accords prévoient la délivrance automatique d'un certificat CERTB à tout détenteur du certificat CERTA : la seule différence, de taille il est vrai, porte sur une mention telle que «ce certificat CERTB a été délivré sur la base d'essais fait par un organisme étranger», ce qui est du meilleur effet auprès des acheteurs nationalistes du pays B. Afin d'éviter de retomber dans l'ornière qui conduit à la duplication des audits de la part des organismes certificateurs, les instances communautaires ont jeté les bases d'une organisation européenne de la certification et des essais. Cette organisation recherchera les conditions favorables à une harmonisation des pratiques, et donc à la reconnaissance mutuelle des certificats. Cela signifie, pour les activités existantes, une diminution des doubles emplois, particulièrement sensible pour des organismes à vocation commerciale affirmée. Mais cette diminution d'activité est compensable par un recours accru du marché à la certification-qualité, qui a su démontrer son indépendance des aspects purement matériels. Quoi qu'il en soit, il est nécessaire, pour aboutir à cette reconnaissance mutuelle, de «favoriser les connaissances mutuelles entre institutions par des actions de coopération». Ces propos, de décembre 1989, sont ceux de l'ancien responsable d'une université belge, à propos de la question des équivalences entre les diplômes dispensés par les organismes européens assurant des formations d'ingénieur ; ils sont tout à fait applicables à la certification-qualité, tous les secteurs économiques étant bien confrontés aux mêmes problèmes, en A cet égard il serait certainement intéressant de mener au niveau européen des réflexions croisées, afin d'éviter de réinventer des mécanismes analogues d'harmonisation et de reconnaissance mutuelle.

8 Un exemple pratique : la certification-qualité d'entreprise En France, l'année 1988 est à marquer d'une pierre blanche : elle a vu, en effet, le lancement de l'association française d'assurance qualité (Afaq). Cet organisme, à but non lucratif, rassemble les principaux acteurs concernés par la certification-qualité des entreprises tant du côté des grands acheteurs et donneurs d'ordres que du côté des fournisseurs et des contrôleurs techniques. La certification-qualité des entreprises porte sur leurs systèmes d'assurance de la qualité, c'est-à-dire sur leur organisation et leur méthodologie. Ces systèmes, qui ont pour objet d'assurer la confiance des clients dans la façon dont travaille l'entreprise, sont complémentaires des mesures qu'elle prend par ailleurs pour obtenir la qualité des produits, c'est-à-dire la satisfaction des clients. La certification-qualité est basée sur l'engagement que prend l'entreprise d'appliquer un référentiel, engagement qui est vérifié par des audits réguliers menés par l'organisme certificateur. Ce référentiel est une norme éditée par l'iso et reprise par les instances européennes de normalisation (voir sur la base du certificat Afaq). À l'heure actuelle, ce sont les britanniques qui possèdent une avance quantitative dans le domaine de la certification-qualité d'entreprise, sur le plan européen et donc mondial, les Etats-Unis et le Japon ayant encore un retard certain dans la mise en place de tels systèmes. Les bases de la certification-qualité La certification-qualité d'entreprise a débuté en France, il y a quelques années, autour de trois types d'initiatives : - l'afnor et sa certification-qualité 3 AQ (Assurance de la qualité), ouverte à toutes les entreprises industrielles ; - les syndicats professionnels (mécanique, électricité-électronique, fonderie...) qui avaient contribué, dans leurs secteurs, au lancement d'organismes de certification-qualité d'entreprise (Certimeca, Certimelec, Certifond...) pour promouvoir les systèmes d'assurance de la qualité ; - les contrôleurs techniques, tels que Apave, CEP, SGS, Socotec... qui avaient entrepris la mise à niveau d'un grand nombre d'entreprises dans le domaine de l'assurance de la qualité. Aux certificats, par tierce partie, cités plus haut, on doit ajouter les agréments seconde partie donnés par les grands donneurs d'ordres, en tête desquels se trouvent ceux du Siar (Surveillance industrielle de l'armement) basés sur les référentiels Otan, proches des normes ISO. Les groupements de donneurs d'ordres Les principaux acheteurs et donneurs d'ordres français, de leur côté, ont amorcé ces dernières années une double action : une action de concertation pour l'évaluation de leurs fournisseurs en assurance de la qualité et une action de mise en pratique des normes destinées aux relations contractuelles avec les fournisseurs. On peut signaler d'ailleurs deux types d'initiatives visant les unes et les autres à réduire le nombre d'audits auxquels sont soumises les entreprises : la reconnaissance réciproque d'audits effectués à partir d'un même référentiel, comme dans l'automobile, où les deux groupes Peugeot-Citroën et Renault ont une méthodologie commune pour l'évaluation de leurs fournisseurs ; - l'autorisation donnée par les membres d'un groupe d'acheteurs à leurs fournisseurs de communiquer aux autres membres du groupe le résultat des audits : c'est l'initiative prise par le «Groupe AQ des grands acheteurs», qui rassemble le Siar, l'aérospatiale, la Cogema, EDF, France-Telecom, la SNCF, Thomson-CSF, etc. La création de l'afaq Le terrain était ainsi bien préparé pour la création d'un organisme rassemblant, d'une part, les principaux acheteurs et grands donneurs d'ordres susceptibles d'utiliser un tel certificat, d'autre part, les fournisseurs, et enfin les opérateurs qui avaient lancé leurs certificats ou s'apprêtaient à le faire. Ainsi serait respecté le principe fondamental des normes européennes sur l'équilibre des intérêts engagés dans le processus de certification-qualité. La volonté de s'unir pour bâtir un certificat rigoureux et reconnu a débouché sur la création de l'afaq, le 30 juin 1988, à la suite de la mission confiée en décembre 1987 par le ministre chargé de l'industrie à M. Jacques Texier, directeur général de Panhard, qui devait devenir le premier président de l'afaq. Le certificat Afaq a remplacé l'ensemble des certificats préexistants décernés par ses membres. Les acheteurs et donneurs d'ordres qui le souhaitent utilisent le certificat Afaq, qui constitue pour eux un «tronc commun», qu'ils peuvent compléter, le cas échéant, en fonction de leurs besoins. Les membres de l'afaq sont groupés en trois collèges. Collège A : organisations professionnelles représentant les vendeurs (mécanique, électricité-électronique, chimie, fonderie, ingénierie, BTP), ainsi que l'afnor. Collège B : acheteurs et donneurs d'ordres : Peugeot, Renault, EOF, SNCF, GDF, Cogema, l'air Liquide, etc. Collège C : contrôleurs techniques, associations qualiticiennes (Afciq - Association française de contrôle de la qualité -, AFQ (Association française des qualiticiens). Le conseil d'administration comporte 29 membres : 11 de chacun des collèges A et B, 5 du collège C et 2 personnalités extérieures.

9 La base du certificat Afaq La certification-qualité Afaq est basée sur les normes internationales en vigueur (la série des normes ISO 9000). Ces normes concernent notamment : le fonctionnement de l'afaq, le référentiel appliqué aux entreprises, le choix des auditeurs et l'exécution des audits. Le respect de ces normes est un point fondamental pour l'afaq : au niveau interne, c'est sur elles qu'a été fondé le consensus entre les différents partenaires lors de la fondation de l'association. Au niveau externe, c'est grâce à elles que le certificat aura, auprès de tous ses utilisateurs, une signification simple, une image de marque claire, garante de son succès. Sur le plan international, enfin, cette orthodoxie facilitera la conclusion d'accords avec des organismes certificateurs analogues, au profit des relations entre clients et fournisseurs. Le management d'ensemble Ce management est assuré sous la direction générale du conseil d'administration par un bureau et un directeur général. Les organes d'accréditation Il existe deux organes d'accréditation : un comité d'accréditation et d'appel (C2A), garant de l'élaboration et du respect de la déontologie au sein de l'afaq, et une commission de qualification des auditeurs (CQA), qui est chargée d'établir les critères auxquels doivent répondre les auditeurs, et de qualifier chaque auditeur. Les comités de certification L'Afaq est composée, à la base, d'un certain nombre de comités de certification, l'un généraliste, les autres spécialisés, chargés de gérer les activités de certification : instruction des dossiers, désignation des auditeurs, examen des résultats d'audits, décision de certification. Un comité est composé, suivant la norme, de représentants des différents intérêts engagés dans le processus de certification, sans prédominance d'un seul intérêt. Chaque comité doit être accrédité par le conseil d'administration de l'afaq : les comités de certification sont, en quelque sorte, eux mêmes «certifiés», mais comme il s'agit d'une «certification de certificateur», on parlera alors d'accréditation (voir figure 4). L'avenir Les systèmes d'assurance de la qualité ne sont plus aujourd'hui réservés aux seuls contrats de quelques grands programmes industriels, mais tendent de plus en plus à être adoptés par l'ensemble du tissu industriel. Leur certification va permettre de les «démocratiser» et en faciliter l'application dans l'industrie et les services. L'Afaq, face à une demande structurée dans un Niveau accréditation Niveau certification Entités à certifier Conseil d'administration O U Comités de certification OOOOOOOOOOOOOOOO Figure 4 : Chaque comité doit être accrédité par le conseil d'administration de l'afaq. Les comités de certification sont, en quelque sorte, eux-mêmes «certifiés» mais, comme il s'agit d'une «certification de certificateur», on parlera alors d'accréditation. secteur d'activité donné, peut créer un nouveau comité de certification, suivant les règles générales en vigueur au sein de l'afaq. Ces perspectives ne doivent pas faire perdre de vue quelques principes. L'Afaq n'a pas d'ambition quantitative : elle cherche seulement à mettre à la disposition des entreprises qui en ont besoin un certificat de valeur, correspondant à un référentiel international indiscutable. Il est d'ailleurs à noter que l'afaq bénéficie, au niveau international, d'un avantage significatif en ce qui concerne la confiance que le marché (les grands donneurs d'ordres) français, mais aussi international, accorde aux certificats Afaq. L'Afaq n'entend pas, par le biais des audits, s'immiscer dans la gestion de l'entreprise. Elle attache donc une grande importance à la qualité de ses auditeurs, à leur sélection, et à leur suivi. L'Afaq est ouverte, dès maintenant, à des accords de coopération avec d'autres systèmes de certification-qualité. Ce type d'accord, comme celui déjà signé avec Aenor (Association espagnole de normalisation et de certification) ou ceux en cours de signature avec des organismes britanniques, asiatiques, etc., a tout naturellement vocation, par les échanges d'expériences et l'harmonisation des pratiques qui en découlent, à se transformer, une fois la confiance établie, en accord de reconnaissance mutuelle des certificats émis par chacun des organismes certificateurs, au profit réel des clients et des fournisseurs des différents pays. C'est ainsi que de tels accords ont été signés avec des organismes étrangers : SQS (Swiss Association for Quality

10 Assurance Certificates - CH), QMI (Quality Management Institute - Canada), DS (Danemark), DQS (Deutsche Gesellschaft zur Zertifizierung von Qualitàtsmanagement Systemen MBH - RFA), etc. L'Afaq espère ainsi apporter sa pierre à la construction de l'édifice européen, en souhaitant que la qualité des matériaux utilisés pour celui-ci sera à la hauteur de la qualité des plans architecturaux. S'il est encore trop tôt pour pouvoir affirmer que, pour un marché donné, le cercle de la concurrence entre organismes certificateurs est vicieux ou vertueux, il est en revanche permis de penser que la certification française, de produit ou d'entreprise, se situe en ligne avec la doctrine européenne. Ce point très important devrait lever une grande partie des obstacles techniques à l'acceptation des certificats français sur les différents marchés. Nous disposons d'informations encore trop parcellaires sur les développements de la certification dans d'autres Etats pour avoir un point de vue définitivement arrêté. Mais l'essentiel n'est pas là. En un sens, la certification-qualité est un acte de foi. Et la mobilisation de chaque acteur économique au niveau national ne doit pas se démentir, afin de faire de la certification-qualité un outil au service des relations clientsfournisseurs. De la solidarité et du dynamisme des partenaires français dépendra la situation dans laquelle les systèmes français de certification aborderont le terrain difficile des reconnaissances mutuelles. Mais les mirages sont nombreux et chaque partenaire doit se sentir une vocation d'éclaireur. (1992)

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL F. Gerster Directeur des Services vétérinaires, 4

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S I~,0:.----------, c 1 M A CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES.'.- 1. ~ 0 0 0 SI: C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S REGLEMENT N,.ICIMAlPCMA/ CE/ SG/ 2DD9

Plus en détail

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Du point de vue juridique, les stratégies e-business inter-entreprises (B2B) s'organisent en un ensemble de contrats tenant lieu de loi entre

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

R E G L E M E N T I N T E R I E U R

R E G L E M E N T I N T E R I E U R 19, rue Cognacq-Jay 75007 PARIS Tél. 01 44 15 60 00 Fax : 01 44 15 90 05 www. Edificas.fr ASSOCIATION LOI 1901 CREEE A L INITIATIVE DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES R E G L E M E N T I N T E R I E U R

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale :

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale : Norme ISO ISO signifie International Standards Organization. Il s agit de l organisation internationale de normalisation, qui chapeaute tous les organismes de normalisation nationaux et internationaux.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT RÉFÉRENTIEL POUR L'ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT Date d'application : 29 octobre 2014 DOCUMENT QUALIBAT 005 VERSION 06 OCTOBRE

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français:

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français: BELAC 2-201 Rev 5-2006 CRITERES GENERAUX ET LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME NBN EN ISO/IEC 17020 PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION CANDIDATS A UNE ACCREDITATION. Note valable uniquement

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables qualité Ensemble du personnel

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

Diplôme d'expertise comptable

Diplôme d'expertise comptable Diplôme d'expertise comptable Dispositions relatives aux épreuves NOR : ESRS1400075A arrêté du 28-3-2014 ESR - DGESIP A3 Vu ordonnance n 45-2138 du 19-9-1945 ; décret n 2012-432 du 30-3-2012, notamment

Plus en détail

Phoenix Roller In line Hockey a.s.b.l.

Phoenix Roller In line Hockey a.s.b.l. Règlement d Ordre Intérieur 1. Objectifs Le club a pour objectifs: de promouvoir le Roller In Line Hockey pour le loisir et la compétition, en organisant des séances d'initiations, d'entraînements et de

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Conditions générales de certification AFNOR Certification

Conditions générales de certification AFNOR Certification Conditions générales de certification AFNOR Certification dans le cadre d évaluation de système de management/ certification de services ARTICLE 1 : CADRE CONTRACTUEL Le contrat qui régit les relations

Plus en détail

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art.

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art. DÉONTOLOGIE Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1 TITRE 1 ER. DISPOSITION GÉNÉRALE Article 1 er La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

Conditions générales de certification dans le cadre d évaluation de système de management/ certification de services

Conditions générales de certification dans le cadre d évaluation de système de management/ certification de services Conditions générales de certification dans le cadre d évaluation de système de management/ certification de services ARTICLE 1 : CADRE CONTRACTUEL Le contrat qui régit les relations entre CERTIBAT et les

Plus en détail

MANUEL QUALITE RESUME

MANUEL QUALITE RESUME CNDA Centre National de Dépôt et d'agrément MANUEL QUALITE RESUME 515, chemin du Mas de Rochet 34170 Castelnau le Lez France 04.67.02.30.00 www.cnda-vitale.fr Version 1 1 / 8 21 avril 2010 PRESENTATION

Plus en détail

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE DEPARTEMENT ENVELOPPES ET REVETEMENTS Constructions Légères et Couvertures Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE Livraison Cahier V1 de Mars 2010

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 20000-1 Deuxième édition 2011-04-15 Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services Information technology Service

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE Les Parties au présent accord, Convaincus qu'une coopération internationale plus grande devrait s'exercer de manière à contribuer à accroître la libéralisation,

Plus en détail

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 Questions à se poser lors de la mise en place de projet de crowdfunding Si vous êtes promoteur d'un projet de crowdfunding, vous devrez veiller à examiner l'applicabilité d'une

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES JANVIER 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 La surveillance du système de gestion des

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

EXEMPLE DE RAPPORT D'AUDIT. Site Internet

EXEMPLE DE RAPPORT D'AUDIT. Site Internet EXEMPLE DE RAPPORT D'AUDIT Site Internet Important : Ceci est un exemple d'audit d'un site (factice) communément classé dans la catégorie "plaquette", c'est-à-dire présentant en moins de 10 pages l'activité

Plus en détail

La mise à disposition

La mise à disposition Fiches statut Positions administratives - Activité La mise à disposition 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Les grands dossiers sociaux 2014 édition janvier 2014 Est-il obligatoire de cotiser à la sécurité sociale? Depuis plusieurs

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Livre blanc www.novell.com Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Table des matières Table des matières...2 Évaluation du coût d'investissement...3 Évaluation des performances...4

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

La mesure : L'assurance de la qualité trace en filigrane le bien-être du monde. Centre International du Commerce C N U C E D / O M C

La mesure : L'assurance de la qualité trace en filigrane le bien-être du monde. Centre International du Commerce C N U C E D / O M C Centre International du Commerce C N U C E D / O M C Qualité des exportations Bulletin No. 83 Septembre 2007 La mesure : L'assurance de la qualité trace en filigrane le bien-être du monde Sommaire - Normes

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE Le présent document constitue le Protocole d'accord entre les banques et établissements financiers de l'uemoa soussignés pour la mise en place d'un système monétique interbancaire-régional

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

CONCOURS DE CONSEIL JURIDIQUE

CONCOURS DE CONSEIL JURIDIQUE CONCOURS DE CONSEIL JURIDIQUE Présentation du concours : Le Concours de conseil juridique organisé par l'association MediaDroit a pour but de placer ses participants dans le rôle d'un conseiller juridique.

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance Procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 Convention collective nationale des cabinets ou entreprises d'expertises en automobiles du 20 novembre 1996 Etendue par arrêté du 8 avril 1998 JORF 24 avril 1998.

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales DEMANDE D'ADHÉSION Je souhaiterais / nous souhaiterions adhérer à la SIBA (Swiss Insurance Brokers Association). À cette fin, j'envoie / nous envoyons le formulaire suivant, rempli entièrement et en toute

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

Directives d éligibilité et de périmètre ISO/CEI 20000

Directives d éligibilité et de périmètre ISO/CEI 20000 Directives d éligibilité et de périmètre ISO/CEI 20000 traduction française 1 V1.1 du document «itsmf ISO/CEI 20000 Certification Scheme Scoping Guidelines» 1. Introduction Ce document doit être considéré

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

ISO 9001 version 2008

ISO 9001 version 2008 Nîmes le 20/11/08 ISO 9001 version 2008 Principales évolutions Sylvain PORTAL Délégation Languedoc-Roussillon SOMMAIRE LE CONTEXTE LA NORME ISO 9001: 2008 (FDIS) LES MODALITES DE TRANSITION LA NORME ISO

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Les normes internationales d'information financière (IFRS) et les principes comptables généralement reconnus (PCGR)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LE COACHING INTERNE Les fondamentaux

DOSSIER DE PRESSE. LE COACHING INTERNE Les fondamentaux DOSSIER DE PRESSE LE COACHING INTERNE Les fondamentaux Sous la direction d'agnès Joussellin «Un nouveau métier dans l entreprise au service d un plus grand nombre» Sommaire Avant-propos p.3 Une nouvelle

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014 BELAC 3-03 Rev 3-2014 AUDIT INTERNE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be) sont seules considérées comme authentiques.

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE ARTICLE 29 Groupe de travail sur la protection des données TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE 11601/FR WP 90 Avis 5/2004 portant sur les communications de prospection directe non sollicitées selon l'article

Plus en détail

TRAITEMENT DES ANOMALIES

TRAITEMENT DES ANOMALIES BELAC 3-04 Rev 3-2012 TRAITEMENT DES ANOMALIES Les dispositions générales du présent document doivent être complétées par les dispositions spécifiques d un document de la série BELAC 2-405, chaque fois

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NFPOSTES DE SECURITE MICROBIOLOGIQUE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA MAINTENANCE INFORMATIQUE

PRÉSENTATION DE LA MAINTENANCE INFORMATIQUE 1000. PRÉSENTATION DE LA MAINTENANCE INFORMATIQUE En informatique, la notion de maintenance n'est pas figée et comporte des prestations de natures forts différentes qui vont du simple dépannage des équipements

Plus en détail

"L'évolution du marquage CE" Rencontre / débat organisée par le SNITEM 19 juin 2012

L'évolution du marquage CE Rencontre / débat organisée par le SNITEM 19 juin 2012 "L'évolution du marquage CE" Rencontre / débat organisée par le SNITEM 19 juin 2012 A l'occasion de son assemblée générale annuelle, le SNITEM (Syndicat National de l'industrie des Technologies Médicales)

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION 1.1 Objet. La présente politique de l'acei en matière de règlement

Plus en détail

C.H.R. de la Citadelle Adresse postale: Bd du 12ème de Ligne, 1 Localité/Ville: Liège Code postal: 4000

C.H.R. de la Citadelle Adresse postale: Bd du 12ème de Ligne, 1 Localité/Ville: Liège Code postal: 4000 1/ 14 BE001 2/3/2012 - Numéro BDA: 2012-504482 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

2. Assises de gestion de CGI

2. Assises de gestion de CGI 2. Assises de gestion de CGI Assises de gestion de CGI INTRODUCTION Nous avons rassemblé, dans le diagramme présenté ci-dessus, l'ensemble des composantes majeures qui orientent et définissent la gestion

Plus en détail

CONTRAT LOGICIEL CERTIFICATION

CONTRAT LOGICIEL CERTIFICATION CONTRAT LOGICIEL CERTIFICATION Conditions Générales Entre, la Société CERTIF.ME, Société par Actions Simplifiée au capital de 10 000, dont le siège social est fixé à CEBAZAT 63118 13 Rue du Stade, immatriculée

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?...

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... TABLE DE MATIERES Qu est-ce que SADCAS? Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... En quoi les Organismes d Accréditation peuvent être bénéfiques jusqu aux derniers utilisateurs?.. Le

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES BELAC POUR L'APPLICATION DE LA NORME ISO 17024 À L'USAGE DES ORGANISMES DE CERTIFICATION PROCÉDANT À LA CERTIFICATION DE PERSONNES

LIGNES DIRECTRICES BELAC POUR L'APPLICATION DE LA NORME ISO 17024 À L'USAGE DES ORGANISMES DE CERTIFICATION PROCÉDANT À LA CERTIFICATION DE PERSONNES BELAC 2-305 Rev 4-2010 LIGNES DIRECTRICES BELAC POUR L'APPLICATION DE LA NORME ISO 17024 À L'USAGE DES ORGANISMES DE CERTIFICATION PROCÉDANT À LA CERTIFICATION DE PERSONNES Date de mise en application

Plus en détail

La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux

La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux C.E.R.A. Cellule Économique Rhône-Alpes Observatoire Régional du BTP La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux Edition décembre 2006 INTRODUCTION Les

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

Textes de référence :

Textes de référence : STATUT JURIDIQUE DE L'EQUIVALENT DU COMMISSAIRE-PRISEUR EN ALLEMAGNE Synthèse Textes de référence :! Code des professions industrielles et commerciales ( 34b Gewerbeordnung) issu de la loi du 5 février

Plus en détail

AUDIT A BLANC OU PRE AUDIT (ISO 9001)

AUDIT A BLANC OU PRE AUDIT (ISO 9001) OFFRE TECHNIQUE ET FINANCIERE Par le Bureau d Etudes Qualitas Côte d Ivoire SA AUDIT A BLANC OU PRE AUDIT (ISO 9001) Qualitas Côte d Ivoire SA est un cabinet créé en 2005. Nos métiers sont : l Audit, le

Plus en détail