La certification en pratique

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La certification en pratique"

Transcription

1 La certification en pratique Aspects "systèmes" Frédéric Renard Icedd 1

2 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 2

3 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 3

4 Cadre réglementaire Rapport partiel AGW «certification des bâtiments résidentiels existants» du 3 décembre 2009 Dès qu une installation de chauffage, d ECS, de ventilation OU photovoltaïque est collective, un rapport partiel est nécessaire. Exemple : immeuble dont tous les appartements sont équipés d une chaudière murale individuelle pour le chauffage et l ECS, et sont ventilés grâce à d un groupe d extraction centralisé un rapport partiel est nécessaire pour décrire le système de ventilation 4

5 Cadre réglementaire Rapport partiel AGW «certification des bâtiments résidentiels existants» du 3 décembre 2009 Même durée de validité que les certificats PEB Si les équipements techniques collectifs sont modernisés, il peut être intéressant d actualiser le rapport partiel pour valoriser les investissements consentis 5

6 Cadre réglementaire Rapport partiel AGW «certification des bâtiments résidentiels existants» du 3 décembre 2009 implique également que tout certificateur PEB résidentiel agrée est habilité à réaliser un rapport partiel (il n existe pas d agrément particulier pour réaliser les rapports partiels) 6

7 Rapport partiel Cadre réglementaire AGW «certification des bâtiments résidentiels existants» du 3 décembre 2009 La charge du rapport partiel incombe aux associations de copropriétaires. C est à elle d en assumer le coût. Ces associations doivent fournir une copie du rapport partiel à tout copropriétaire (spontanément ou, au plus tard, sur demande expresse) Quand naît cette obligation? en principe, depuis le 3/12/2009 mais, en pratique, au plus tard lors de la première demande de la part d un copropriétaire 7

8 Rapport partiel Cadre réglementaire AGW «certification des bâtiments résidentiels existants» du 3 décembre 2009 Un certificat par appartement Les données du rapport partiel sont importées dans le certificat dans le logiciel : «Certificat basé sur un rapport partiel» 8

9 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 9

10 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Installations collectives & maisons unifamiliales? Exemple : anciens bâtiments de ferme partagés en plusieurs habitations individuelles partageant une même installation de chauffage Quid en cas de «réseau de chaleur»? «Arbre d aide d à la décisiond» 10

11 Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités s d habitationd? L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? NON OUI NON OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 11

12 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Cas de figure 1 : Immeuble de rapport en ville, chaufferie en cave desservant tous les appartements de l immeuble (et seulement eux) 1 seul propriétaire qui loue tous les appartements et qui gère l immeuble 12

13 Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités d habitation? NON OUI point d accès indépendant depuis l extérieur NON L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 13

14 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Situation 1 : Immeuble d appartements - «Situation habituelle» Rapport partiel obligatoire Installations collectives décrites dans le rapport partiel Systèmes de production et stockage décrits selon constatations Système de distribution décrit depuis la production jusqu aux départs vers les circuits individuels des appartements 14

15 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Cas de figure 2 : exemple des formations 3 immeubles avec 2 points d accès Plusieurs «bâtiments» : combien? Chaufferie centralisée Les installations techniques appartiennent à la copropriété Régence Régence Versailles 9 15

16 Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités d habitation? L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? NON OUI NON OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 16

17 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Cas de figure 3 : «Réseau de chaleur» 9 immeubles à appartements et 50 maisons unifamiliales desservis par un réseau de chaleur alimenté par 2 chaudières à pellets La «chaleur» est vendue par un gestionnaire privé L installation de production et distribution n appartient, ni aux associations de copropriétaires des immeubles à appartements, ni aux propriétaires des maisons unifamiliales 17

18 Pour les immeubles à appartements Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités d habitation? L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? NON OUI NON OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 18

19 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Pour les immeubles à appartements Situation 2 : Immeuble d appartements - «Fourniture externe» Rapport partiel obligatoire (car «immeuble à appartements») In fine, autant de rapport partiel que d immeubles à appart. Installations collectives décrites dans le rapport partiel Système de production = «fourniture externe» Type d appareil(s) producteur(s) Cogénération Autres (chaudières, etc) η gen,heat,dh Système de distribution décrit depuis l interface entre le réseau de chaleur et le système de distribution de l immeuble (échangeur à plaques, ) jusqu aux départs vers les circuits individuels des appartements 19

20 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» «Fourniture externe» dans le logiciel Type d appareil(s) producteur(s) Cogénération Autres (chaudières, etc) η gen,heat,dh

21 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Cas de figure 3 : «Réseau de chaleur» 9 immeubles à appartements et 50 maisons unifamiliales desservis par un réseau de chaleur alimenté par 2 chaudières à pellets La «chaleur» est vendue par un gestionnaire privé Installation de production et distribution n appartenant, ni à la copropriété des immeubles à appartements, ni aux propriétaires des maisons unifamiliales 21

22 Pour les maisons unifamiliales Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités d habitation? L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? NON OUI NON OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 22

23 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Pour les maisons unifamiliales Situation 4 : Maison unifamiliale - «Fourniture externe» Aucun rapport partiel (car «maison unifamiliale») In fine, autant de certificats que de maisons unifamiliales Installations individuelles décrites dans le certificat Système(s) de production = «fourniture externe» Type d appareil(s) producteur(s) Cogénération Autres (chaudières, etc) η gen,heat,dh Système(s) de distribution décrit(s) depuis l interface entre le réseau de chaleur et le(s) système(s) de distribution de la maison (échangeur à plaques, ) jusqu aux émetteurs de chaleur ou points de puisage 23

24 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Cas de figure 3 3 : Idem exercice formation mais avec 6 immeubles type Régence «Régence» Combien de bâtiments? 2 entrées es indépendantes 24

25 Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités d habitation? L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? NON OUI NON OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 25

26 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Situation 2 : Immeuble d appartements - «Fourniture externe» Rapport partiel obligatoire (car «immeuble à appartements») In fine, autant de rapport partiel que d immeubles à appart. Installations collectives décrites dans le rapport partiel Système de production = «fourniture externe» Type d appareil(s) producteur(s) Cogénération Autres (chaudières, etc) η gen,heat,dh Système de distribution décrit depuis l interface entre le réseau de chaleur et le système de distribution de l immeuble (échangeur à plaques, ) jusqu aux départs vers les circuits individuels des appartements 26

27 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Cas de figure 4 Cas de figure 4 : Une maison unifamiliale disposant d installations techniques propres (chauffage, ECS, ) 27

28 Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités d habitation? L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? NON OUI NON OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 28

29 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Situation 3 : Maison unifamiliale - «Situation habituelle» Aucun rapport partiel Installations individuelles décrites dans le certificat Système(s) de production et stockage décrit(s) selon constatations Système(s) de distribution décrit(s) depuis la production jusqu aux émetteurs de chaleur ou points de puisage 29

30 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Cas de figure 5 : Anciens bâtiments de ferme divisés en 2 maisons unifamiliales partageant une installation de production commune pour le chauffage central Cette installation est détenue et gérée en copropriété 2 entrées es indépendantes 30

31 Résultat arbre aide à la décision enveloppe (2) Arbre de décision «système» Immeuble à appartements (2) Logement individuel ou collectif (2) Une installation collective de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs unités d habitation? L installation de chauffage et/ou ECS dessert-elle plusieurs bâtiments (3)? NON OUI NON OUI Rapport partiel uniquement pour ce qui est collectif hors chauffage et ECS NON Cette installation appartient-elle à la copropriété? OUI Chaufferie individuelle (certificat habituel sans rapport partiel) SITUATION 3 Cette installation appartient-elle à la copropriété? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Chaufferie collective (rapport partiel habituel) SITUATION 1 Cette installation dessert-elle plus de 10 bâtiments (3)? NON OUI Fourniture externe (rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 2 Fourniture externe (certificat sans rapport partiel avec valeur par défaut pour cette installation) SITUATION 4 Chaufferie collective (rapport partiel pour cette installation) SITUATION 5 OU Fourniture externe (certificat sans rapport partiel) SITUATION 4 31

32 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» 2 alternatives au choix : Situation 4 : Maison unifamiliale - «Fourniture externe» Voir avant (pas de rapport partiel, valeur par défaut pour η gen,heat,dh, ) Situation 5 : Maison unifamiliale - «Production centralisée appartenant à la co-propriété» Réalisation d un rapport partiel (dans le logiciel : «appartement» assimilé «unité d habitation») Installations collectives décrites dans le rapport partiel Systèmes de production et stockage décrits selon constatations Système de distribution décrit depuis la production jusqu aux départs vers les circuits individuels des maisons 32 NOTE : les circuits de distribution individuels ne seront pas décrits (η=100%)

33 Rapport partiel Arbre de décision «systèmes» Autres exemples traités de la même façon : petits lotissements dont les propriétaires exploitent une installation de production commune (chaudière bois, par exemple) bâtiment, construit initialement pour un seul ménage, chauffé par un système de chauffage central unique, mais divisé ultérieurement en 2 logements individuels avec accès indépendants depuis l extérieur Exemples : 33

34 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 34

35 Rapport partiel En pratique Début du processus : imaginons que le propriétaire d un appartement vous demande de réaliser le «certificat PEB» de son appartement Plusieurs questions surgissent : Un rapport partiel est-il disponible? Est-il seulement nécessaire pour ce bâtiment? le propriétaire n a jamais entendu parlé de «rapport partiel»! Que faire? 35

36 En pratique Rapport partiel Le certificateur réclame le rapport partiel au propriétaire Le propriétaire réclame le rapport partiel à la copropriété La copropriété est tenue de répondre à ces questions Un rapport partiel est-il nécessaire? OUI Le rapport partiel est-il disponible? NON Réalisation d un «certificat individuel» NON OUI La copropriété régularise sa situation et fait réaliser un rapport partiel La copropriété fourni une copie du rapport partiel au propriétaire qui la transmet au certificateur NON Une copie du rapport partiel a-t-elle été remise au certificateur? OUI Réalisation d un «certificat basé sur rapport partiel» 36

37 le rapport partiel Rapport partiel Quelques commentaires : Le rapport partiel décrit les installations collectives (cfr protocole & formation) renseigne sur le lien entre ces installations et les appartements desservis Notion de «groupe d appartementsd» = ensemble d appartements «homogène» en terme d installations techniques tous les appartements d un même groupe sont desservis par des installations techniques ayant les mêmes caractéristiques 37

38 le rapport partiel Rapport partiel dans le logiciel 38 Descriptif clair et non ambigu obligatoire!

39 le rapport partiel Rapport partiel dans le logiciel Le lien entre les groupes d appartements et une installation de chauffage ou d ECS est défini au niveau du système de distribution 39

40 Rapport partiel «Certificat basé sur un rapport partiel» Rapport partiel obtenu 1 Encoder le N de rapport partiel et l adresse du bâtiment Visite de l appartement Encodage dans le logiciel 2 Sélectionner le(s) groupe(s) d appartements dont l unité d habitation fait partie Envoi vers la base de données centrale 30 jours calendrier Remise du certificat au propriétaire 3 Compléter le certificat selon les constatations effectuées au sein de l unité d habitation 40

41 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel Encoder le N de rapport partiel 1 et l adresse du bâtiment N et adresse = «clés» pour accéder aux informations du rapport partiel - Orthographe exacte! - Case sensitive! - Recopier exactement le N postal mentionné sur le rapport 41

42 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 2 Sélectionner le(s) groupe(s) d appartements Passer en revue tous les descriptifs Sélectionner le(s) groupe(s) auxquels appartient l appartement certifié + OK Toutes les installations techniques collectives desservant les groupes peuvent alors importées Lorsque le pointeur passe sur le nom d un groupe, le descriptif du groupe encodé dans le rapport partiel s affiche 42

43 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel Compléter le certificat selon les constatations 3 Importer et compléter les installations collectives Chauffage collectif : décrire le système d émission ECS collectif : décrire les points de puisage Ventilation : vérifier/corriger l installation de ventilation importée 4 informations importées doivent être vérifiées et modifiées si nécessaire : - Ventilation : «type de système» - Chauffage collectif : la présence et le type d un système d émission ainsi que le type de décompte des consommations Si nécessaire, créer des installations locales Exemples : présence d un boiler électrique sous-évier, salle de bain chauffée exclusivement à l électricité, 43

44 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 3 dans le logiciel Importer une installation de chauffage collectif 44

45 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 3 dans le logiciel Importer une installation de chauffage collectif 45

46 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 3 dans le logiciel Compléter l installation de chauffage collectif 46

47 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 3 dans le logiciel Importer une installation ECS collective Seul le «calcul détaillé» est possible! 47

48 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 3 dans le logiciel Importer une installation ECS collective 48

49 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 3 dans le logiciel Compléter l installation ECS collective 49

50 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel 3 dans le logiciel Importer une installation de ventilation collective 50

51 Rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel ATTENTION, si le système de ventilation importé n est pas compatible avec les constatations de terrain, vous DEVEZ le modifier 51

52 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 52

53 Labels & FAQ Chauffage Label Label spécifique chauffage Pictogramme η glob*,heat [-] η glob*,heat > η glob*,heat > η glob*,heat > η glob*,heat 0.50 η glob*,heat = rendement global en énergie primaire rendement moyen de toutes les installations de chauffage exprimé./. à l énergie primaire n intègre pas l apport éventuel du solaire thermique ou photovoltaïque (labellisés séparément) η glob*,heat <

54 Labels & FAQ Chauffage FAQ Date de fabrication de la chaudière vs date de fabrication du brûleur? la date demandée est la date de fabrication de la chaudière MAIS si la plaque signalétique de la chaudière ET la facture de celleci sont manquantes, le certificateur PEUT considérer les mêmes éléments de preuves pour le brûleur 54

55 Chauffage FAQ Labels & FAQ Insert ou poêle avec ventilateur pulsant de l air chaud? Si l appareil pulse l air chaud uniquement dans l espace où il se trouve = «Chauffage local» Si l appareil pulse l air chaud dans d autre(s) espace(s) que celui où il se trouve = «Chauffage central à air pulsé» les règles de priorité entre systèmes s appliquent si l encodage est nécessaire: - gaines véhiculant l air = système de distribution - insert/poêle assimilé à un générateur de type «chaudière» - mentionner «A air pulsé» dans les auxiliaires 55

56 Labels & FAQ Chauffage FAQ Insert ou poêle connecté à un système de distribution à eau desservant des émetteurs? Si l appareil dessert des émetteurs présents dans d autre(s) espace(s) que celui où il se trouve = «Chauffage central» (à eau) les règles de priorité entre systèmes s appliquent si l encodage est nécessaire: - conduites = système de distribution - insert/poêle assimilé à un générateur de type «chaudière» - si une véritable chaudière est connectée au même système de distribution, décrire les 2 générateurs sous le formalisme «préférentiel/non préférentiel» 56

57 Labels & FAQ Chauffage FAQ Comment encoder une PAC air/air? «Chauffage central» fluide caloporteur = fluide frigorifique système de distribution = conduites entre l unité extérieure et les ventilo-convecteurs ventilo-convecteurs = émetteurs de chaleur Par convention, on suppose qu un ventiloconvecteur est équipé d une «vanne thermostatique» si il est équipé d un thermostat d ambiance. Si tous les ventilo-convecteurs sont équipés de thermostats d ambiance : 57

58 Chauffage FAQ Quels émetteurs encoder? Labels & FAQ 58

59 Chauffage FAQ Labels & FAQ Quels émetteurs encoder? Tous les radiateurs ou convecteurs situés devant un mur ou une fenêtre en contact avec un environnement de type «extérieur», «espace non chauffé», «cave» ou «sol» A décrire d : - Radiateurs/convecteurs installés dans des caissons encastrés dans le plancher au pied de parois en contact avec extérieur/espace non chauffé/cave/sol A ne pas décrire d : - Les radiateurs devant des murs intérieurs - Les radiateurs devant des murs mitoyens - Des bouches de pulsion d un chauffage central à air pulsé quelles que soient leurs situations 59

60 Chauffage FAQ Que faire si un système de chauffage est absent ou incomplet? Labels & FAQ Chauffage local Chauffage central : production Chauffage central : émission Est considéré comme : Valeurs par défaut Absent Absent Absent Chauffage local η em = 82% η gen = 50% (bois) Absent Présent Absent Chauffage central η em = 70% η gen du système présent Absent Absent Présent Chauffage central η em du système présent Individuel : η gen = 70% (gaz) Collectif : η gen = 69% (gaz) Présent Absent Présent Chauffage local η em et η gen du chauffage local (ignorer les émetteurs du CC) Présent Présent Absent Chauffage local η em et η gen du chauffage local (ignorer le générateur du CC) 60

61 Chauffage FAQ dans logiciel, si Chauffage local Chauffage central : production Labels & FAQ Chauffage central : émission Absent Absent Absent décocher «Présence d installation(s) de chauffage?» et ce, quelque soit la présence ou l absence d un éventuel système de distribution d un chauffage central 61

62 Chauffage FAQ Labels & FAQ Si le système de production et/ou d émission d un chauffage central est manquant en présence d un chauffage local : Ignorer le chauffage central Décrire le chauffage local Chauffage local Chauffage central : production Chauffage central : émission Est considéré comme : Présent Absent Présent Chauffage local Présent Présent Absent Chauffage local et ce, quelque soit la présence ou l absence d un éventuel système de distribution d un chauffage central 62

63 Chauffage FAQ Labels & FAQ Si le système de production OU d émission d un chauffage central est manquant en l absence d un chauffage local : Décrire l installation de chauffage central Décocher la case devant le ou les élément(s) manquant(s) de l installation de chauffage central Chauffage local Chauffage central Décocher : Absent Système d émission absent «Système d émission» Absent Système de distribution absent «Système de distribution» Absent Système de production absent «Système de production» 63

64 Chauffage FAQ dans le logiciel Labels & FAQ 64

65 Labels & FAQ Auxiliaires de chauffage FAQ Les questions posées se rapportent uniquement aux circulateurs utilisés pour le chauffage!!! pas aux circulateurs utilisés uniquement pour l ECS 65

66 Auxiliaires de chauffage FAQ Lorsque qu un circulateur utilisé pour chauffage sert également pour la production d eau chaude sanitaire, le fonctionnement de ce circulateur ne peut pas être arrêté en dehors de la période de chauffage des locaux. Il en résulte une consommation supplémentaire. EXEMPLE 1 : La production d ECS nécessite qu au moins un circulateur utilisé pour le chauffage (C1/C2/C3) fonctionne «Uniquement pour le chauffage?» = NON 66

67 Auxiliaires de chauffage FAQ EXEMPLE 2 : : Circulateurs assurant la distribution de chauffage : Circulateur utilisé pour la production d ECS Il existe un découplage entre la production d ECS et la distribution de chauffage Les circulateurs de chauffage peuvent être arrêtés en dehors de la période de chauffe «Uniquement pour le chauffage?» = OUI 67

68 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 68

69 Labels & FAQ ECS Label Label spécifique ECS Pictogramme η glob*,water [-] η glob*,water > η glob*,water > η glob*,water > η glob*,water 0.30 η glob*,water = rendement global en énergie primaire rendement moyen de toutes les installations ECS exprimé./. à l énergie primaire n intègre pas l apport éventuel du solaire thermique ou photovoltaïque (labellisés séparément) η glob*,water <

70 Labels & FAQ ECS FAQ Quels points de puisage décrire? Conditions requises : desservir une baignoire, une douche ou un évier de cuisine délivrer de l eau chaude être situé à l intérieur du volume protégé RAPPEL Les points de puisage suivants ne doivent pas être décrits, même si ils délivrent de l eau chaude : - lavabos - éviers de cave/buanderie - lave-vaisselle, lave-linge 70

71 ECS FAQ Labels & FAQ Comment déterminer le «Type d appareil» pour une chaudière ou chauffe-eau? Suivant le choix «T constante» ou «T variable», les appareils visés sont radicalement différents! 71

72 Labels & FAQ ECS FAQ Comment déterminer le «Type d appareil» pour une chaudière ou chauffe-eau? «T constante» ou «T variable»? La T visée est la T de l appareil producteur et pas du ballon de stockage éventuel Question à se poser : Est-ce que l appareil producteur est maintenu en température entre les moments de demande de chaleur pour l ECS? Si oui, «Type d appareil» = «T constante» Si non, «Type d appareil» = «T variable» 72

73 Labels & FAQ ECS FAQ Comment déterminer le «Type d appareil» pour une chaudière ou chauffe-eau? Chauffe-eau eau instantané gaz : «T variable» Boiler ECS avec brûleur intégr gré : «T constante» Chaudière couplée e au chauffage : - si «T constante» pour le chauffage «T constante» pour l ECS - si «T variable» pour le chauffage «T variable» pour l ECS - si «T glissante» pour le chauffage, non déterminant! Recommandations : - si chauffage individuel : «T variable» pour l ECS - si chauffage collectif : «T constante» pour l ECS Si ces recommandations ne sont pas suivies, le certificateur doit justifier son choix en remarque du certificat ou rapport partiel 73

74 Labels & FAQ ECS FAQ Résistance électrique dans le ballon ECS biénergie? Si résistance électrique = appoint unique pour un chauffe-eau solaire générateur = «Chauffage électrique», «avec stockage» + encodage de l installation solaire thermique Si le générateur principal est une chaudière/pac mais qu une résistance électrique est présente pour un fonctionnement estival (chaudière/pac éteinte) ou les cycles anti-légionellose : Recommandation : ignorer la résistance électrique et décrire uniquement le mode de fonctionnement principal. Si la recommandation n est pas suivie, le certificateur doit justifier son choix en remarque. 74

75 Labels & FAQ ECS FAQ Un boiler électrique connecté hydrauliquement en parallèle d un ballon de stockage alimenté par une chaudière/pac? SI une action manuelle est requise pour «passer» d un mode de fonctionnement à l autre : Recommandation : ignorer le boiler électrique et décrire uniquement le ballon alimenté par la chaudière/pac. Si la recommandation n est pas suivie, le certificateur doit justifier son choix en remarque. 75

76 Labels & FAQ ECS FAQ Boucle de circulation ECS? Boucle de circulation = circuit bouclé muni d un circulateur qui permet la circulation de l eau chaude sanitaire, même en l absence puisage. Le certificateur doit rechercher la présence d un d circulateur sur la conduite d ECS et d une conduite de retour. IMPACT IMPORTANT sur les résultats r ECS! Type de boucle de circulation N flats = 1 1 < N flats < N flats 40 N flats > 40 Non isolée située à l extérieur Non isolée située à l'intérieur Isolée Exemple : 17% pour une boucle non isolée à l intérieur d une maison unifamiliale... NE PAS SE TROMPER!!! NOTE : même si la circulation est asservie à un horaire de fonctionnement ou une action manuelle (interrupteur), l existence d une boucle doit être mentionnée 76

77 ECS FAQ Labels & FAQ dans le logiciel Calcul d détaill taillé Calcul simplifié Ce n est pas les conduites de puisage qui sont visées mais bien l éventuelle conduite de circulation 77

78 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 78

79 Ventilation Label Labels & FAQ Label spécifique ventilation Catégorie Types de système de ventilation Ventilation naturelle (système A) * Ventilation mécanique simple flux par insufflation (système B) Ventilation mécanique simple flux par extraction (système C) Ventilation mécanique double flux (système D), sans récupérateur de chaleur Ventilation mécanique double flux (système D), avec récupérateur de chaleur Système de ventilation naturelle incomplet * Système de ventilation mécanique incomplet * Aucun système de ventilation * Le label attribué ne garanti nullement la conformité avec la réglementation et la norme * Pas de consommation comptabilisée pour les auxiliaires de ventilation 79

80 Labels & FAQ Ventilation FAQ Est-ce que la conformité à la norme NBN doit être vérifiée dans le cadre de la certification? NON, le certificateur ne doit vérifier que la présence ou l'absence des ouvertures d'alimentation réglables ou mécaniques et des ventilateurs. Il ne devrait pas vérifierv : la présence des ouvertures de transfert les débits réellement mis en œuvre le caractère réglable des ouvertures d alimentation/évacuation un «vélux» peut être considéré comme OAR si il comporte un clapet si les ventilateurs fonctionnent de manière permanente (sauf hottes) Si le certificateur ne suit pas ces recommandations, il doit justifier son choix en remarque. 80

81 Ventilation FAQ Labels & FAQ Si le certificateur constate il sélectionne : ALIMENTATION EN AIR EVACUATION DE L AIR SYSTEME La présence d'ouvertures d'alimentation réglables dans au moins la moitié des locaux dits «secs», La présence d'ouvertures d'alimentation mécaniques dans au moins la moitié des locaux dits «secs». - La présence d'ouvertures d'alimentation mécaniques dans au moins la moitié des locaux dits «sec», ET la présence d'ouvertures d'évacuation dans au moins la moitié des locaux dits «humides». Système A - Système B La présence d'ouvertures d'évacuation mécaniques dans au moins la moitié des locaux dits «humides». ET la présence d'ouvertures d'évacuation mécaniques dans au moins la moitié des locaux dits «humides». Système C Système D 81

82 Labels & FAQ Ventilation FAQ Si le certificateur constate il sélectionne : ALIMENTATION EN AIR EVACUATION DE L AIR SYSTÈME La présence d'ouvertures d'alimentation ET/OU d'évacuation réglables mais en nombre insuffisant que pour pouvoir sélectionner le système A. La présence d'ouvertures d'alimentation ET/OU d'évacuation réglables et/ou mécaniques mais en nombre insuffisant que pour pouvoir sélectionner l'un des systèmes B, C ou D. Système de ventilation naturelle incomplet Système de ventilation mécanique incomplet L'absence de toute ouverture d'alimentation/d'évacuation réglable ou mécanique. Pas de système de ventilation 82

83 Ventilation FAQ Labels & FAQ Exemples Soit une unité d habitation avec : SI, 3 locaux secs : séjour et 2 chambres 3 locaux humides : cuisine, salle de bain et WC Cuisine et WC : aucune OE (hotte de cuisine présente mais non prise en compte) Sdb : extracteur mécanique Séjour + chambres : aucune OA «Ventilation mécanique incomplet» 83

84 Labels & FAQ Ventilation FAQ Soit une unité d habitation avec : SI, 3 locaux secs : séjour et 2 chambres 3 locaux humides : cuisine, salle de bain et WC Cuisine: aucune OE (hotte de cuisine présente mais non prise en compte) WC et Sdb : extracteurs mécaniques Séjour + chambres : aucune OA «Système C» 84

85 Labels & FAQ Ventilation FAQ Soit une unité d habitation avec : SI, 3 locaux secs : séjour et 2 chambres 3 locaux humides : cuisine, salle de bain et WC Cuisine: aucune OE (hotte de cuisine présente mais non prise en compte) WC et Sdb : ouvertures d évacuation réglables Séjour + chambres : aucune ouverture «Ventilation naturelle incomplet» 85

86 Ventilation FAQ Labels & FAQ Soit une unité d habitation avec : SI, 3 locaux secs : séjour et 2 chambres 3 locaux humides : cuisine, salle de bain et WC Cuisine: aucune OE (hotte de cuisine présente mais non prise en compte) WC et Sdb : ouvertures d évacuation réglables Séjour : ouvertures d alimentation réglables Chambres : aucune ouverture «Ventilation naturelle incomplet» 86

87 Ventilation FAQ Labels & FAQ Soit une unité d habitation avec : SI, 3 locaux secs : séjour et 2 chambres 3 locaux humides : cuisine, salle de bain et WC Cuisine: aucune OE (hotte de cuisine présente mais non prise en compte) WC et Sdb : ouvertures d évacuation réglables Séjour : aucune ouverture Chambres : velux avec clapet de ventilation «Ventilation naturelle (système A)» 87

88 Sommaire PARTIE 1 : Rapport partiel Cadre réglementaire Arbre de décision «systèmes» application sur des cas concrets En pratique le rapport partiel le certificat basé sur un rapport partiel PARTIE 2 : Labels & FAQ Chauffage Eau Chaude Sanitaire Ventilation Energie Renouvelable 88

89 Label spécifique énergie renouvelable Labels & FAQ Energie Renouvelable Label Catégorie Conditions d attribution La présence d une telle installation suffit (aucune autre condition d attribution) - 60% de V PER chauffé par PAC avec FPS > η glob*,heat 80% pour le chauffage 89

Focus sur l attribution des labels. 1. Consommation spécifique d'énergie primaire

Focus sur l attribution des labels. 1. Consommation spécifique d'énergie primaire Focus sur l attribution des labels 1. Consommation spécifique d'énergie primaire Le label principal du certificat porte sur la consommation d énergie primaire estimée pour le bâtiment et ses installations

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il droit? Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Sommaire Contexte général Contexte réglementaire Méthodologie

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

label promotelec rénovation énergétique évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1309-11 (septembre 2012)

label promotelec rénovation énergétique évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1309-11 (septembre 2012) (p. 27-32 du CPT Label Promotelec Rénovation énergétique) Production électrique à accumulation Qu elle soit assurée par un ou plusieurs chauffe-eau électriques, la capacité totale minimale, en fonction

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

Chaudières gaz à condensation individuelles

Chaudières gaz à condensation individuelles Chaudières gaz à condensation individuelles Présentation Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ArchiWIZARD de RayCREATIS Version 2.7.0 du 05/07/2013 Logiciel évalué conforme à la RT 2012 sous le

Plus en détail

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ArchiWIZARD de RayCREATIS Version 2.7.0 du 05/07/2013 Logiciel évalué conforme à la RT

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS)

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Bruxelles Environnement LE CHOIX DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DE CHALEUR ET D ECS DANS LES LOGEMENTS INDIVIDUELS

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI)

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs de l installation solaire de production d ECS. Date 0 2 / 1 0 /2013 V ersion

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Chaudière à condensation + CESC

Chaudière à condensation + CESC Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version du 01/07/2015 Chaudière à condensation + CESC Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

Chauffe-eau solaire collectif-cesc

Chauffe-eau solaire collectif-cesc Chauffe-eau solaire collectif-cesc Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : U22win de PERRENOUD Version du 06/02/2015 Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Production solaire thermique pour logements individuels et collectifs (< 10 unités) Gregory NEUBOURG APERe Objectif(s) de la présentation Connaitre

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Septembre 2012 Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Immeubles collectifs (gérance et copropriété) Depuis une ordonnance n 2011-504 du 9 mai 2011, l article L 241-9 du Code

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

UN PERMIS DÉPOSÉ = UNE PEB À RESPECTER

UN PERMIS DÉPOSÉ = UNE PEB À RESPECTER Séminaire Bâtiment Durable Participants au séminaire UN PERMIS DÉPOSÉ = UNE PEB À RESPECTER Encodage d une unité PEB en temps réel Version novembre 2014 Plus d infos www.bruxellesenvironnement.be professionnels

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

Bien utiliser le site energychallenge.be

Bien utiliser le site energychallenge.be Cher participant à l Energy Challenge, Ce manuel a pour but de vous expliquer pas à pas l inscription et l utilisation du site www.energychallenge.be. Ce site vous permet de suivre de près votre consommation

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Fiche d application : Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 30 mai 2013 1 Préambule L article 23 de l arrêté

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

Chaudière à condensation collective

Chaudière à condensation collective Chaudière à condensation collective Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : U22win de PERRENOUD Version 5.0.20 du 27/05/2013 Présentation La procédure suivante décrit la saisie et la prise en compte

Plus en détail

IDES. Engineering. Procédure d avis énergétique Dossier explicatif

IDES. Engineering. Procédure d avis énergétique Dossier explicatif Procédure d avis énergétique Dossier explicatif Faire évaluer son logement Contexte En janvier 2003, l Union européenne a adopté une directive /0#1)/234'5)6(1#7.&'801 relative à la performance énergétique

Plus en détail

FUTURAN Made in Finland

FUTURAN Made in Finland FUTURAN Made in Finland PAC / VMC 4 ECHANGEURS INTERNES 1 Le système FUTURAN Principe de chauffage du Futuran basé la technologie des pompes à chaleur. Le système de ventilation Futuran répond aux principes

Plus en détail

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude Choisir un système de production d'eau chaude Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude - 1. Le chauffe eau instantané - 2. Le boiler électrique - 3. Le boiler combiné avec une chaudière

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application RT ex : Précisions sur l application des deux volets de la réglementation thermique des bâtiments existants Date Modification Version 08 avril 2011 Première version de la fiche 1 6

Plus en détail

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 CESI Classique Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 Présentation Le présent document décrit la saisie et la prise en compte d une chaudière

Plus en détail

Règlement communal ayant comme objet le subventionnement d investissements dans le but d une utilisation rationnelle de l énergie

Règlement communal ayant comme objet le subventionnement d investissements dans le but d une utilisation rationnelle de l énergie Règlement communal ayant comme objet le subventionnement d investissements dans le but d une utilisation rationnelle de l énergie Article 1er.- Objet Il est accordé sous les conditions et modalités ci-après

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement EXERCICE CHOIX DES SYSTEMES SUR BASE D EXEMPLES : Méthodologie de conception pour les choix

Plus en détail

BIENVENUE Conférence Futé 5à7

BIENVENUE Conférence Futé 5à7 BIENVENUE Conférence Futé 5à7 www.fute.ch Bienvenue! Animateur: Daniel BERTHOLET ing. consultant Direction de projet: 1 Sommaire Objectifs des cours chauffez futés. Module 1,2,3 De quoi parle-ton? L installation

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION D'ECS : QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES FONDAMENTALES DES DIFFÉRENTS SYSTÈMES? Jonathan

Plus en détail

Manuel didactique LOGICIEL PEB

Manuel didactique LOGICIEL PEB Manuel didactique LOGICIEL PEB Mise à jour de la version 6.5 PAGE 1 SUR 8 Logiciel PEB: Mise à jour V6.5 1/5/2015 Contenu 1. Introduction... 3 2. Réglementations... 4 2.1. 2.2. 2.3. Adaptations règlementaires...

Plus en détail

Utilisation du site www.energychallenge.be

Utilisation du site www.energychallenge.be Cher participant à l Energy Challenge, Ce manuel à pour but de vous expliquer pas à pas l inscription et l utilisation du site www.energychallenge.be. Ce site vous permet de suivre de près votre consommation

Plus en détail

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi?

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet, grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie et les émissions

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

Cas particuliers - «Titres V»

Cas particuliers - «Titres V» Certains produits utilisés dans le bâtiment ne sont pas pris en compte par la réglementation thermique RT 2005. Pour pouvoir toutefois être utilisés, ces produits doivent faire l objet d une demande de

Plus en détail

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux Matinée technique 24 novembre 2011 Régulation et Gestion Technique Bâtiment Gisements et Enjeux Gisements et Enjeux - constat Communes du Pays de Rennes adhérentes au Conseil en Energie Partagé soit 49

Plus en détail

Logement certifié. Date : 26/10/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 26/10/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue Bois l'evêque n : 128 CP : 4040 Localité : Herstal Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 LES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES I/ PRINCIPE GENERAL Un chauffe-eau thermodynamique (CET) est un générateur thermodynamique

Plus en détail

JE CHOISIS. Radiateurs électriques

JE CHOISIS. Radiateurs électriques JE CHOISIS Radiateurs électriques JE CHOISIS Un radiateur électrique En matière de radiateurs électriques, trois technologies différentes s offrent à vous : l inertie, le panneau rayonnant et le convecteur.

Plus en détail

Logement certifié. Signature :

Logement certifié. Signature : Logement certifié Rue : Rue des Grands-Prés n : 62 CP : 4032 Localité : Chênée Certifié comme : Maison unifamilale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale

Plus en détail

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Gamme L É N E R G I E E S T N O T R E A V E N I R, É C O N O M I S O N S - L A. * La culture du Meilleur Pour le chauffage et l eau chaude sanitaire des maisons

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 105.867.371 Valable jusqu au : 20/05/2021 Type de bâtiment : Bâtiment Type d activités: Autres Année de construction : 1989-2000 Surface utile

Plus en détail

Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants

Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Présentation du cadre réglementaire Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable benoit.fourez@spw.wallonie.be 1 Sommaire Contexte

Plus en détail

Construction de 3 habitations mitoyennes (Classe énergétique B-B) 06, 08 et 10 rue E. KLEIN Ville de Diekirch Visitez notre site sur www.kalimera.

Construction de 3 habitations mitoyennes (Classe énergétique B-B) 06, 08 et 10 rue E. KLEIN Ville de Diekirch Visitez notre site sur www.kalimera. DK PROMOTION 36, avenue Marie-thérèse Luxembourg (L-2132) Construction de 3 habitations mitoyennes (Classe énergétique B-B) 06, 08 et 10 rue E. KLEIN Ville de Diekirch Visitez notre site sur www.kalimera.lu

Plus en détail

Logiciel Version. Liste des updates. (janvier 2014) DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE

Logiciel Version. Liste des updates. (janvier 2014) DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE Logiciel PEB Version (janvier 2014) DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, DU LOGEMENT, DU PATRIMOINE ET DE L ÉNERGIE Département de l'énergie et du Bâtiment durable Direction

Plus en détail

Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS

Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS 1L achat de votre logement vous donne un nouveau statut : celui de copropriétaire. Ce livret vous éclairera sur les règles des

Plus en détail

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI Copropriété : Décryptage du volet réglementaire Hicham LAHMIDI Audit énergétique d un immeuble ou d un groupe d immeubles en copropriété Décryptage du décret du 27 janvier 2012 et de l arrêté du 28 février

Plus en détail

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire 1 L isolation thermique par l extérieur 2 3 Les enjeux d une bonne enveloppe! Economiques (réduction des consommations, valorisation architecturale

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Sont exclus du présent règlement communal les locaux à usage professionnel ou commercial.

Sont exclus du présent règlement communal les locaux à usage professionnel ou commercial. Règlement communal concernant l'octroi d'une subvention pour l'utilisation rationnelle de l'énergie et la mise en valeur des sources d'énergie renouvelables Article 1 Il est accordé sous les conditions

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement type : Logement T3 Année de construction : 2011 Surface habitable : 60 m 2 Adresse : T3 no M02 Résidence HELCIA ILOT 2 - Bâtiment M / 11100 NARBONNE Propriétaire Nom : SA DOMICIL Adresse : 2595

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Logement certifié. Date : 06/08/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 06/08/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue Dechamps n : 19 CP : 7170 Localité : Manage Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale d énergie

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Le diagnostic de performance énergétique / Page 2 L état d installation intérieure de gaz et d électricité / Page 4 1 ANALYSE

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

Prise en compte des générateurs hybrides

Prise en compte des générateurs hybrides Fiche d application : Prise en compte des générateurs hybrides Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 15 avril 2011 1 Préambule : Cette fiche d application présente la méthode

Plus en détail

La touche «Retour» commande le retour au menu principal.

La touche «Retour» commande le retour au menu principal. Terminaux tactiles 1 Description générale...2 2 Menu principal...2 3 Table des installations...2 3.1 Production de chaleur...3 3.2 Distribution de chaleur...3 3.3 Production d eau chaude sanitaire...4

Plus en détail

Prise en compte des appareils indépendants de chauffage à bois dans les maisons individuelles ou accolées

Prise en compte des appareils indépendants de chauffage à bois dans les maisons individuelles ou accolées Fiche d application : Prise en compte des appareils indépendants de chauffage à bois dans les maisons individuelles ou accolées Date Elaboration de la fiche Version 18 novembre 2013 1 1/11 Que disent les

Plus en détail

Le chauffage. Défi FAEP

Le chauffage. Défi FAEP Le chauffage Défi FAEP Les aspects abordés L impact du chauffage sur les consommations Les bonnes questions à se poser Lutter contre les parois froides Exemple avec une famille moyenne La part du chauffage

Plus en détail

Limites d application de la RT2005

Limites d application de la RT2005 Fiche d application : Limites d application de la RT2005 Date Modification Version 1 er avril 2009 9 1 er juillet 2013 Précisions sur les bâtiments existants détruits puis reconstuits 9.1 Préambule Cette

Plus en détail

Programme d estimation gratuite des consommations énergétiques et des économies d énergie réalisables

Programme d estimation gratuite des consommations énergétiques et des économies d énergie réalisables Programme d estimation gratuite des consommations énergétiques et des économies d énergie réalisables Pour participer à l opération merci de remplir le questionnaire ci-dessous de la façon la plus complète

Plus en détail

RESEAUX D EAU SANITAIRE

RESEAUX D EAU SANITAIRE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INSTANTANEE AVEC STOCKAGE PRIMAIRE RESEAUX D EAU SANITAIRE La présente fiche, destinée aux professionnels doit être adaptée suivant chaque application. L utilisation du

Plus en détail

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique Petit Rappel Quelles sont les conditions pour en bénéficier en 2012? Votre situation : Vous êtes locataire, propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit ; Vous êtes fiscalement domicilié en France.

Plus en détail

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Textes réglementaires concernés : Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT En 2008 Mise en place de l aide communale à l isolation pour les propriétaires En 2010, La mairie montre l exemple : rénovation complète du logement

Plus en détail

les solutions systèmes e.l.m. leblanc

les solutions systèmes e.l.m. leblanc les solutions systèmes e.l.m. leblanc à l occasion d Interclima 2013, e.l.m. leblanc présente plusieurs solutions Blueactive multi-énergie pour la construction neuve et la rénovation en habitat résidentiel

Plus en détail

A. Crédit d impôt. Subventions. Chaudières à granulés de bois

A. Crédit d impôt. Subventions. Chaudières à granulés de bois Subventions A. Crédit d impôt Chaudières à granulés de bois Toutes les chaudières ÖkoFEN sont labélisées Flamme verte selon les critères de la Norme NF EN 303.5 et sont donc éligibles aux crédits d impôt.

Plus en détail

Cegep de Trois-Rivières Département de mécanique du bâtiment

Cegep de Trois-Rivières Département de mécanique du bâtiment Description du projet Cegep de Trois-Rivières Département de mécanique du bâtiment 1) Le système géothermique Thermopompe avec réseau de distribution (ventilation) Climatisation et chauffage L échangeur

Plus en détail

l Efficacité énergétique dans l'habitation

l Efficacité énergétique dans l'habitation l Efficacité énergétique dans l'habitation AIDELEC / Lyon Building Technologies / Cps Page L Efficacité énergétique dans l'habitation 2 3 4 5 La Norme Efficacité Energétique EN NF 523 Les certifications

Plus en détail

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT?

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT? Séquence pédagogique détaillée COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT? Discipline : Technologie Niveau : 4 e SITUATION DANS LES PROGRAMMES Approche du programme : «Les énergies mises en

Plus en détail

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel Permis de INFORMATIONS GÉNÉRALES Un permis de est la décision préalable de l'autorité administrative compétente (la Commune) d'autoriser, pour les petits logements individuels et les logements collectifs,

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

Panneaux solaires thermiques

Panneaux solaires thermiques NOUVEAU Panneaux solaires thermiques Une solution chauffage 100 % fiable pour économiser l énergie. Ne choisissez plus entre confort et performance énergétique. Avec les solutions de capteurs solaires

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Modalités d aide à la réalisation d audits énergétiques dans les copropriétés en Languedoc-Roussillon - 2012 -

Modalités d aide à la réalisation d audits énergétiques dans les copropriétés en Languedoc-Roussillon - 2012 - Modalités d aide à la réalisation d audits énergétiques dans les copropriétés en Languedoc-Roussillon - 2012 - Dans le cadre du programme régional PROMETHEE, la Région Languedoc-Roussillon et l ADEME peuvent

Plus en détail

Logement certifié. Date : 14/11/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 14/11/2015. Signature : Logement certifié Rue : Waldring n : 31 A CP : 4730 Localité : Hauset Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale d énergie

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail