La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France"

Transcription

1

2 La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France Yves Nachbaur Directeur des Entreprises Rabat, le 30 Mars 2012

3 1. La Banque de France et le suivi des Entreprises : quel sous-jacent? Accumulation d expériences : une longue histoire Examen des signatures et analyse des comptes : une fonction importante Des bases de données constamment enrichies et mises à jour. 2 Banque de France - Direction des Entreprises

4 Objectifs stratégiques de la Banque Accroître notre influence dans la mise en œuvre de la politique monétaire Objectif : «Suivi des Entreprises» Prévenir les risques systémiques Affiner notre diagnostic sur l économie et son financement Offrir le meilleur service au meilleur coût - optimiser nos investissements Contribuer à l analyse du collatéral «papier privé» éligible au refinancement des banques Contribuer à la stabilité financière grâce à des informations pertinentes sur les risques Entretenir une capacité de diagnostic sur la situation financière des entreprises Accroître l efficience du domaine Déclinaison opérationnelle Sélection du collatéral «papier privé» Méthodologie d analyse Analyse de la sinistralité Évolution des cotations Analyse/ diagnostic Enquête régulière ou spécifique: - conjoncture - trésorerie -structurelle Statistiques Entreprises «Optimisation des processus» (réseau-siège) Contrôle projets/ maintenance Ratio coût/revenu Diffusion de données Entreprises «inconvénient/avantage» Conditions mis en œuvre «Conformité label» Système d information à «l état d art» Optimiser nos processus grâce à la démarche qualité Compétence en analyse financière «Ressources rares» Déclinaison -Illustration ICAS OEEC FIBRE -Parcours de formation - Kits de formation --Planification «Recrutement de profils spécialisés «: «experts de haut niveau»

5 3. Le suivi des entreprises est pleinement intégré dans les orientations Banque de France Analyse individuelle à des fins de cotation ou de sélection du collatéral : analyse du risque de crédit Analyse micro économique : Les statistiques Le diagnostic Les études Les recherches 4 Banque de France - Direction des Entreprises

6 4. La collecte des données : une ambition (1) La collecte des données financières et économiques Banque de France n est pas celle issue de l INSEE ou des Greffes INSEE = exhaustif, mais : Retard dans les collectes La Banque de France n a pas de libre accès aux bilans, mais accès aux descriptifs Données pas analysées au niveau individuel GREFFE = exhaustif Moins normalisé Très éparse dans les traitements (intermédiation via des «prestataires») Les bilans sont une composante parmi beaucoup d autres informations légales mises à disposition du public et reprise par la Banque de France systèmatiquement 5 Banque de France - Direction des Entreprises

7 4. La collecte des données : une ambition (2) «les bilans» : élément central à la fois pour des analyses individuelles et agrégées «les bilans» : pas l exhaustivité en nombre par an sur 2.2 millions (BIC les sociétés et grosses EI) Mais une forte représentativité en % de la VA, en effectif ( 70%) «les bilans» : de l importance de la «fraicheur» des données (80% à fin juillet) 6 Banque de France - Direction des Entreprises

8 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (1) Toute une structure mise en place pour : Mobiliser les données rapidement : suivi rapproché de la collecte, relances Fiabiliser les processus : les contrôles Dématérialiser les opérations Des points d appui : Utilisation des normes et circuit «données fiscales» : les liasses (EDIFACT) Liaison rapprochée avec les Experts Comptables (OSEC) Télétransmission avec une dizaine de portails déclaratifs (SAGE-CEGID- Jedeclare- etc ) La Banque de France a un circuit et une organisation de collecte autonome 7 Banque de France - Direction des Entreprises

9 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (2) : La montée des transmissions automatisées, le STP 8 Banque de France - Direction des Entreprises

10 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (3) La montée des transmissions automatisées Le processus se décompose selon les étapes suivantes : Collecte en entrée sur un portail spécifique «externe BdF» avec premier contrôle Intégration dans la base bilan après contrôle interne BdF (70% des bilans intégrés automatiquement) Un régulateur de flux gère les files d attente (avant initiation du processus de cotation) Une fonction de cotation assistée par un système expert ASCOT (cotation validation diffusion) 9 Banque de France - Direction des Entreprises

11 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (4) La transmission des données s insère dans une chaine automatisée (STP) : synthèse Système expert Bases externes Intégration si BDF Cotation Diffusion interne ou externe Station travail analyste Collecte traitement Utilisation 10 Banque de France - Direction des Entreprises

12 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (5) : la collecte des bilans est une simple première étape à situer dans un «Système d Information» complexe 11 Banque de France - Direction des Entreprises

13 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (6) La Banque de France est donc à la tête d un Écosystème Avec les «bilans» et «documents comptables» comme point central Mais ce n est pas l unique source d information pertinente pour l analyse. On considère aussi les bases : «Risque» «Lien financier» «Descriptives» «Événements judiciaires» 12 Banque de France - Direction des Entreprises

14 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (7) : Le système d information FIBEN : des bases intégrées 13 Banque de France - Direction des Entreprises

15 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (7) Autres bases de données : «BACH» : portail d hébergement de séries statistiques de données agrégées et harmonisées Ratios financiers sur les entreprises (par taille, secteur) Ratios en moyenne et en distribution Données par secteur, taille d entreprise 9 pays contributeurs La Banque de France est gestionnaire 14 Banque de France - Direction des Entreprises

16 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (8) Autres bases de données : Bases «ERICA 1et 2» Base de données «Études» : base européenne Données individuelles sur les entreprises cotées Erica 1 o 300 items sur environ 30 entreprises cotées par pays Erica 2 o Données sur les groupes cotés ou non cotés o Moins d items, mais des populations plus larges : Italie ( ), Allemagne ( ), France (600) 15 Banque de France - Direction des Entreprises

17 5. La collecte des bilans : une organisation spécifique avec des points d appui (9) Autres bases de données : Base «Comptes semestriels» Avoir des données avec moins de décalage dans le temps Distinguer vite les performances des grandes entreprises (en contraste avec celles des PME) Mais 70 groupes seulement sur environ : 300 GE 4500 entreprises de taille intermédiaire Base «Groupe» Collecte des comptes consolidés ( 5 000) Maisons-mère : «structure faîtière» coiffent environ filiales Analyse spécifique (différente des analyses des entreprises indépendantes) 16 Banque de France - Direction des Entreprises

18 6. Utilisation des données : les finalités (1) «gisements de données» valorisés en interne : contrôle qualité retraitement données stockées pour les besoins «infocentre» et «info décisionnelle» suivi de la fluidité des flux suivi des statistiques d activité 17 Banque de France - Direction des Entreprises

19 6. Utilisation des données : les finalités (2) Des données exploitées d abord et avant tout pour «la cotation des entreprises». Mais aussi à des fins d analyse et de diagnostic détaillés d entreprises individuelles (un logiciel spécialisé). 18 Banque de France - Direction des Entreprises

20 6. Utilisation des données : les finalités (3) Des services peuvent être (ou sont) rendus à ceux qu on peut appeler des «clients» Interne BdF/ACP Sélection de collatéral (opération de politique monétaire) analyse des portefeuilles des banques (Inspection) Les banques (+ de 500 adhérents) : on diffuse nos données au travers de FIBEN (notre SI) : environ 17 millions d interrogations par an Les Pouvoirs publics Les entreprises (elle reçoivent nos cotations) Les Universitaires, la Recherche Le grand public (site BdF) 19 Banque de France - Direction des Entreprises

21 6. Utilisation des données : les finalités (4) Études statistiques Environnement dédié : alimenté une fois par mois sur «LAB SAS DE» (extraction de la base centrale / environnement d exploitation) Réponse à tout besoin à des fins d analyse et d études microéconomiques : analyse statistique analyse sectorielle (des ratios mis en ligne) analyse méso économique situation globale du tissu des entreprises (1 fois par an) situation des PME analyse ad hoc à la demande (ex. : Besoin de Fonds Propres, PME à potentiel) à des fins diverses (ex. : études en propre, commandes extérieures) 20 Banque de France - Direction des Entreprises

22 6. Utilisation des données : les finalités (5) Études statistiques : l INSEE Échanges avec l INSEE : «Analyse qualité» (convention) Accès à leur exhaustif «Analyse de réprésentativité» Regard croisé : «Les groupes» avec exploitation d une Base Lien Financier 21 Banque de France - Direction des Entreprises

23 7. Recherche La Banque de France est ouverte aux coopérations (une direction dédiée, une orientation stratégique La Banque de France est ouverte aux chercheurs Accès aux bases selon une procédure très formalisée Engagement de confidentialité Anonymisation des données Précision sur l objet des études et les outils utilisés Désignation de responsables Comité d instruction des dossiers 22 Banque de France - Direction des Entreprises

24 8. Répartition des responsabilités à la Banque de France Direction des Entreprises Collecte Traitement Gestion des bases «données entreprises» Cotation Statistiques Études Direction Générale des Statistiques Les statistiques monétaires Les statistiques financières Direction Générale des Études La recherche monétaire La recherche macro-économique 23 Banque de France - Direction des Entreprises

25 9. Au-delà des schémas décrivant le processus : des conditions à remplir Avoir une bonne connaissance de tout un éco-système Prestataire Expert-comptable Entreprises Mobiliser des ressources expertes Des centaines de contrôles automatiques Un suivi rapproché des opérations «en central» (contrôle de plateforme) et en «décentralisé» (au niveau des situations individuelles des analystes ou expert au service des risques) Investir dans la technologie Pas d improvisation Un Système Informatique sophistiqué 24 Banque de France - Direction des Entreprises

26 9. Trois approches possibles concernant la collecte des données sur les entreprises La plus légère Collecte des seuls bilans des GE Peu d ambition à avoir des analyses spécifiques approfondies Avantage : facile à mettre en œuvre Inconvénient : la Banque Centrale ne connaît pas le tissu des entreprises Une approche intermédiaire (ou spécifique) Collecte de nombreux bilans (tous les bilans) en concertation avec l Institut National ou les Autorités fiscales (?) Pour une approche purement statistique (score + statistiques descriptives) ou économétrie (études) Avantages : coût relativement modéré, exhaustivité dans la collecte Inconvénient : on s en tient à des «analyses abstraites» (pas de lien étroit avec le terrain) Une approche engagée indépendante Modèle Banque de France (cotation, diffusion aux banques, etc ) Avantages : connaissance interne du tissu des entreprises, services rendus à la collectivité sous de nombreux angles de vue Inconvénient : coût non négligeable du travail (RH, IT) In fine : un choix stratégique 25 Banque de France - Direction des Entreprises

27 10.En conclusion (1) Système d Information Banque de France : complexe, complet, robuste Nécessité d adaptation car lourdeur d exploitation, coût des maintenances Tout à revisiter pour rationaliser et rester «à l état de l art» Base de données et modèle de données Modes de consultation Accès aux données dans les applications Station de travail des analystes Infocentre (statistiques de suivi) et suivi d exploitation (pilotage des flux) Gains attendus Productivité Performance convivialité Spécificité Banque de France : approche «complète» et «multifonctions» 26 Banque de France - Direction des Entreprises

28 10.En conclusion (2) «Dispositif très prisé» : La crise a démontré toute son utilité, parce qu on dispose précisément de bases riches en données individuelles et actualisées fréquemment et qu on a la capacité de mobiliser l information rapidement avec un savoir faire. «Nécessaire engagement», y compris financier : une collecte massive, une capacité de traitement aussi interactive, réactive, quasi exhaustive a un «coût» qu il faut évidemment savoir apprécier à sa juste valeur. L utilisation des technologies permet des gains de productivité. Mais, in fine, l important reste le niveau de compétence : statistique, informatique, économique et, surtout en analyse financière des collaborateurs. 27 Banque de France - Direction des Entreprises

29 10.En conclusion (2) Le suivi des entreprises n est pas, stricto sensu, une «mission fondamentale de Banque Centrale».. mais la Banque Centrale doit avoir une bonne capacité d analyse et de diagnostic : cette fonction de suivi de l «agent économique majeur» qu est l entreprise y contribue. Par ailleurs, les Banques Centrales ont aussi des missions d intérêt général, au service de la société, du Public, des Pouvoirs Publics, c est aussi ce qui fonde l existence et la richesse du Système d Information de la Banque de France. 28 Banque de France - Direction des Entreprises

30 Collecte des données et Enquêtes /Rapports «Option Banque de France «: Une approche élargie structurelle et conjoncturelle DGS : Enquête de conjoncture (activité) Financement (trésorerie et investissement) Conditions de banques(bls) DGEI : Enquête spécialisée sur la durée des équipements (une fois par an) Statistiques multiples : 29 Banque de France - Direction des Entreprises

31 Collecte des données et Enquêtes /Rapports Statistiques multiples : Mensuelles : statistiques sur les crédits aux entreprises par catégorie (Direction des Entreprises) Mensuelles : statistiques sur les défauts de paiement (direction des entreprises) Trimestrielles : statistiques sur les crédits aux PME (Direction des entreprises + DGS) Dont les moins de 3 ans Dont les conditions de taux Trimestrielles : statistiques sur les micro crédit (DGS) Mise en ligne des ratios sectoriels (direction des entreprises) 30 Banque de France - Direction des Entreprises

32 Collecte des données et Enquêtes /Rapports Études récurrentes : situation des entreprises : PME : septembre (direction des entreprises) Toutes : décembre (direction des entreprises) Rapports annuels : Balance des paiements (DGS-Minefi) Observatoire des délais de paiements (Rapporteur-direction des entreprises) Enquêtes de conjoncture régulière (mensuelles, annuelles) : Réseau Banque de France DGS Autres enquêtes : trésorerie, investissement, dette 31 Banque de France - Direction des Entreprises

33 Données quantitatives Bilan : environ Déclaration crédit : environ 2.2 millions Groupes environ Données consultées par les banques : 19 millions par an (entre 50 et par jour) Enquête de conjoncture mensuelle (8 000 entreprises par enquête) Enquête financière trimestrielle (5 700) 32 Banque de France - Direction des Entreprises

34 Données individuelles sur les Entreprises Diffusion Destination - Usage 33 Banque de France - Direction des Entreprises

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications

Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications TEMOIGNAGE CLIENT Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications EXEMPLE DE RÉUSSITE Secteur : Services financiers Société : Nordea Bank Effectifs

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) REPUBLIQUE DE MADAGASCAR GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte et Justification

Plus en détail

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FONCTION Emploi repère CCN : RESPONSABLE DE SECTEUR 1. Assistance de direction : 3.1 Représenter la structure dans le cadre

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENLigne toutes les innovations FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail

Vous accompagner dans votre fonction RH

Vous accompagner dans votre fonction RH Vous accompagner dans votre fonction RH Les entreprises sont de plus en plus confrontées à l évolution de leur organisation. Celle- ci peut être le fruit d une croissance organique ou externe (création

Plus en détail

La lettre. Le contenu du reporting mensuel de l entreprise. Un indispensable outil de mesure de la performance financière

La lettre. Le contenu du reporting mensuel de l entreprise. Un indispensable outil de mesure de la performance financière Octobre 28 DOSSIER : Gestion d entreprise 36 Le contenu du reporting mensuel de l entreprise Olivier AVRIL Gérant Associé d Acting-finances oavril@acting-finances.com 6 25 78 11 44 35, rue Arthème Genteur

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES COMME CADRE DE L INTEGRITE Expérience de l ONEE-Branche Eau DAO 1 Mostafa ETTOURKI Direction Audit et Organisation

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

Déploiement de la démarche qualité en promotion de la santé. Journée nationale du 8 Novembre 2013

Déploiement de la démarche qualité en promotion de la santé. Journée nationale du 8 Novembre 2013 Déploiement de la démarche qualité en promotion de la santé Journée nationale du 8 Novembre 2013 Déroulement de la journée Déroulé de la journée 3 10h00-11h00 - Présentation des résultats de l évaluation

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION N 133 LA BANQUE DE DONNÉES FIBEN

NOTE D'INFORMATION N 133 LA BANQUE DE DONNÉES FIBEN NOTE D'INFORMATION N 133 À substituer à la note d'information n 102 LA BANQUE DE DONNÉES FIBEN La banque de données FIBEN acronyme de Fichier bancaire des entreprises a été constituée pour la mise en oeuvre

Plus en détail

La DGAFP et la coopération internationale administrative

La DGAFP et la coopération internationale administrative MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE INTERNATIONAL La DGAFP et la coopération internationale administrative REPÈRES DGAFP La DGAFP et la coopération internationale

Plus en détail

A-/ Présentation du forum national de l innovation Et de la compétitivité des PME

A-/ Présentation du forum national de l innovation Et de la compétitivité des PME En partenariat avec l institut national algérien de la propriété industrielle INAPI- Le parrainage de la direction générale de la recherche scientifique Et développement technologique, L agence CPMconsulting

Plus en détail

Finalités. Missions / Savoir-faire / Activités principales

Finalités. Missions / Savoir-faire / Activités principales CAISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D EMPLOI : Gestionnaire de Clientèle Succession Code emploi : 120303 07 Filière d activité : Ventes et Services Clients Métier : Gestionnaire de Clientèle Spécialisée

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) Juin 2015 Résumé Aujourd hui, les spécialistes du marketing numérique et les directeurs de création rentabilisent largement leurs

Plus en détail

Portfolio FOLDER STUDIO. tabak. Agência de comunicação visual

Portfolio FOLDER STUDIO. tabak. Agência de comunicação visual Portfolio FOLDER STUDIO tabak Agência de comunicação visual estaurante hot is lanchonetes co inhas co erciais e industriais Cliente: Pro Nutrição Ramo: Nutroção País: Brasil Página: 2/4 & 3/4 Alimentando

Plus en détail

Travailler à la Cnav

Travailler à la Cnav Travailler à la Cnav Travailler à la Cnav, Caisse nationale d assurance vieillesse, c est travailler pour un service public dynamique et performant. Jeune diplômé ou collaborateur expérimenté, la Cnav

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

[Lancement de la campagne des recrutements. pour la construction. de la LGV Bretagne Pays de la Loire

[Lancement de la campagne des recrutements. pour la construction. de la LGV Bretagne Pays de la Loire ] [Lancement de la campagne des recrutements pour la construction de la LGV Bretagne Pays de la Loire Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi

Plus en détail

La Banque de France et les Entreprises. Lourdes, Le 18 novembre 2011 Gilles Morin Directeur Départemental

La Banque de France et les Entreprises. Lourdes, Le 18 novembre 2011 Gilles Morin Directeur Départemental La Banque de France et les Entreprises Lourdes, Le 18 novembre 2011 Gilles Morin Directeur Départemental 1) Cotation 2) Médiation 3) Financements 2 1) LA COTATION 3 La Banque de France : une relation de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. I- APPELLATION DU DIPLÔME Brevet de Technicien Supérieur Comptabilité et Gestion (BTS CG)

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. I- APPELLATION DU DIPLÔME Brevet de Technicien Supérieur Comptabilité et Gestion (BTS CG) RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I- APPELLATION DU DIPLÔME Brevet de Technicien Supérieur Comptabilité et Gestion (BTS CG) II-. CHAMP D'ACTIVITÉ II-1Définition du métier La mission globale du

Plus en détail

Description de fonction

Description de fonction Description de fonction Titre de la fonction : Catégorie de fonction : travail et en santé sécurité au travail Cadre intermédiaire Code de la fonction : 599 Classe salariale : Classe 14 Titre de la supérieure

Plus en détail

Master Administration des Entreprises

Master Administration des Entreprises Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Objectifs de la formation en gestion La mention «Management et» a pour

Plus en détail

LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE

LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE Loi n 60-315 du 21 septembre 1960 relative aux associations Présentation générale et contribution aux Ateliers sur le commerce des services Groupement

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

RESEAU ARCHITECTES CERTIFIE QUALITE

RESEAU ARCHITECTES CERTIFIE QUALITE RESEAU ARCHITECTES CERTIFIE QUALITE 109 rue Yvon Morandat 73000 CHAMBERY MANUEL QUALITE conception et realisations architectecturales conformément à la norme ISO 9001 V 2008 Certifié par: 2007 création

Plus en détail

Descriptif pédagogique MAE FT ANNEXE 1 à lire attentivement (ne pas renvoyer)

Descriptif pédagogique MAE FT ANNEXE 1 à lire attentivement (ne pas renvoyer) Descriptif pédagogique MAE FT ANNEXE 1 à lire attentivement (ne pas renvoyer) Cette fiche pédagogique présente les trois parcours du MAE ce qui vous permettra de déterminer le choix du parcours de votre

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX PUBLICS ET RECONSTRUCTION CELLULE INFRASTRUCTURES Projet d Appui à la Réouverture

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Axe 2 : Accompagner l émergence d activités nouvelles, soutenir le développement de projets : Appel à projets 2015 «entreprendre autrement»

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010 UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps La notion de valeur est centrale en finance et sera présentée sous les angles financier et mathématique

Plus en détail

HOPITECH 2011 - Bordeaux Dématérialisation de la Gestion des Ressources Humaines. DUMONT Jean-Rémy

HOPITECH 2011 - Bordeaux Dématérialisation de la Gestion des Ressources Humaines. DUMONT Jean-Rémy HOPITECH - Dématérialisation de la Gestion des Ressources Humaines DUMONT Jean-Rémy Définition générale de la GRH Sommaire La dématérialisation des RH et le SIRH Retour d expérience de la gestion des temps

Plus en détail

expertise formation votre performance

expertise formation votre performance Notre expertise formation au service de votre performance 1 DEFi Gestion 2 DEFi Performance 3 DEFi Préférences L OPCA DEFi (Organisme Paritaire Collecteur Agréé pour le Développement de l Emploi et de

Plus en détail

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS 1 Cahier des charges Le 24 février 2014 Préambule Le Fonds d'assurance Formation du Travail Temporaire

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

ACCORD CADRE NATIONAL ENTRE

ACCORD CADRE NATIONAL ENTRE ACCORD CADRE NATIONAL ENTRE CARREFOUR FRANCE Représenté par Madame Isabelle CALVEZ Directrice des Ressources Humaines & Pôle emploi Représenté par Monsieur Thomas CAZENAVE Directeur Général Adjoint en

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

TRAVAUX RÉCENTS DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES. Formation Monnaie-Finances CNIS 20 octobre 2005

TRAVAUX RÉCENTS DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES. Formation Monnaie-Finances CNIS 20 octobre 2005 TRAVAUX RÉCENTS DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES Formation Monnaie-Finances CNIS 20 octobre 2005 1 Les missions de la direction des entreprises La surveillance de la stabilité financière Le contrôle prudentiel

Plus en détail

La somme des expériences RH. La plateforme de mise en relation des entreprises et des experts seniors actifs ou retraités reconnus dans leur domaine.

La somme des expériences RH. La plateforme de mise en relation des entreprises et des experts seniors actifs ou retraités reconnus dans leur domaine. La somme des expériences RH La plateforme de mise en relation des entreprises et des experts seniors actifs ou retraités reconnus dans leur domaine. Plus l entreprise est petite, plus sa gestion des ressources

Plus en détail

Licence de Gestion Syllabus de l année 3

Licence de Gestion Syllabus de l année 3 Le descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Il prend appui sur le référentiel de compétences en licence (MESR 2012).

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI La solution aux enjeux de formation des PME et ETI, conçue par des dirigeants, pour le développement de leurs entreprises et de leurs salariés. OSSIER E

Plus en détail

ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX)

ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX) LETTRE DE MISSION ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX) 1. DESCRIPTION DE FONCTION ET PROFIL DE COMPETENCES A. DESCRIPTION DE FONCTION A.1. Missions

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009 Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone Janvier 2009 1 Objectifs de l examen L'examen des pratiques de gestion vise les objectifs suivants : aider les gestionnaires

Plus en détail

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE Guide d information SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE 3 UNE RESSOURCE DE CHOIX POUR VOTRE ORGANISATION LE STAGIAIRE Les stagiaires de l ENAP sont des étudiants désirant compléter leur programme d études de

Plus en détail

Radar Live. La solution pour faire évoluer vos tarifs en temps réel

Radar Live. La solution pour faire évoluer vos tarifs en temps réel Radar Live La solution pour faire évoluer vos tarifs en temps réel Une avancée majeure pour votre processus de tarification Radar Live est un logiciel révolutionnaire qui change radicalement l approche

Plus en détail

Nos atouts pour vous accompagner

Nos atouts pour vous accompagner Formations Les effets de seuils sociaux Tableaux de bord sociaux et pilotage social Assistance à la mise en place d accords d entreprise Audit social d optimisation / de conformité / de sécurisation Rupture

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Management des systèmes d'information. Couverture fonctionnelle. Glenn Rolland

Management des systèmes d'information. Couverture fonctionnelle. Glenn Rolland Management des systèmes d'information Couverture fonctionnelle Glenn Rolland Les intervenants Plusieurs types d'acteurs Suivant le type de progiciel et la taille du système à mettre en place, les acteurs

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC Découvrez comment la mise en place de Bonita BPM a permis d optimiser les processus au sein du secteur public, tant pour les agents que pour les usagers. Le grand

Plus en détail

I Indicateurs sociaux départementaux Personnes Âgées I

I Indicateurs sociaux départementaux Personnes Âgées I I Indicateurs sociaux départementaux Personnes Âgées I Groupe de travail CNIS Le 14 mai 2009 Philippe GAUTHIER, DGA Vie Sociale Gaëlle BRET, Chargée d études Observatoire d action sociale I La démarche

Plus en détail

Le score Ellipro. Présentation du système de scoring Code de déontologie

Le score Ellipro. Présentation du système de scoring Code de déontologie Le score Ellipro Présentation du système de scoring Code de déontologie I. Présentation du système de scoring Ellisphere est leader en France en matière de diffusion d informations légales, économiques

Plus en détail

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation TROUVEZ LE BON ÉQUILIBRE AVEC DES SOLUTIONS LOGICIELLES ET DES PRESTATIONS DE CONSEIL POUR LA GOUVERNANCE OPÉRATIONNELLE PRENEZ UNE LONGUEUR

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Créer son organisme de formation en entreprise

Créer son organisme de formation en entreprise Créer son organisme de formation en entreprise Une offre du groupe DYADEO 1 La création d un organisme de formation STRATÉGIE Créer une adhésion à l entreprise Mettre en adéquation les RH et l évolution

Plus en détail

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste Page 1 / 5 Description de poste 1. Indentification Intitulé de la fonction : chargé de projets : études et travaux d équipement Classification de la fonction : Fonction de référence : 6 Classes : 6 à 7

Plus en détail

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX, PUBLICS ET RECONSTRUCTION. CELLULE INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Will Be Group. Performance et Gouvernance des Systèmes d Information. www.willbegroup.com

Will Be Group. Performance et Gouvernance des Systèmes d Information. www.willbegroup.com 1 Mars 2012 Will Be Group Performance et Gouvernance des Systèmes d Information Will Be Group aide les dirigeants à développer et à transformer leurs entreprises en actionnant tous les leviers de la stratégie

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL 15-04 Equipe RH4 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : ADMINISTRATEUR FONCTIONNEL DU SI DU PATRIMOINE CULTUREL (h/f) DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Formation Lean Six Sigma

Formation Lean Six Sigma Athéna Conseil Luxembourg - http://athenaconseillux.com Édition, Numéro 1 Formation Lean Six Sigma Contenu NOTRE AMBITION Contribuer à l efficience et à l efficacité de votre organisation en accompagnant

Plus en détail

CHANGE LAB -PME 2.0 EXPÉRIMENTATION D UNE DÉMARCHE CHANGE LAB POUR SOUTENIR LE PASSAGE AU NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES. P r é s e n t a t i o n d e :

CHANGE LAB -PME 2.0 EXPÉRIMENTATION D UNE DÉMARCHE CHANGE LAB POUR SOUTENIR LE PASSAGE AU NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES. P r é s e n t a t i o n d e : CHANGE LAB -PME 2.0 EXPÉRIMENTATION D UNE DÉMARCHE CHANGE LAB POUR SOUTENIR LE PASSAGE AU NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES P r é s e n t a t i o n d e : G e n e v i e v e L e f e b v r e, d i r e c t r i c e

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122 I. Informations générales Intitulé de la mission Renforcement des capacités de la Pharmacie Nationale d Approvisionnement dans le suivi des appels d offres internationaux

Plus en détail

La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence. 3. Constitution du dossier de demande de financement

La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence. 3. Constitution du dossier de demande de financement La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence SOMMAIRE 1. Préambule 2. Démarrage de l opération 3. Constitution du dossier de demande de financement 4. Envoi

Plus en détail

www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines

www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines Business Process Outsourcing (BPO) Conseil en Management et Organisation Ingénierie Informatique Formation et Coaching Agence

Plus en détail

diversifier - Développer - Pérenniser

diversifier - Développer - Pérenniser diversifier - Développer - Pérenniser SOMMAIRE 1/ BMCE Capital Gestion Privée Mot du Directeur Général Une société issue d un groupe bancaire de dimension internationale Une gestion patrimoniale bénéficiant

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

Analyse d un processus de décision collective : le cas d une charte de transport collaboratif pour les IAA en Bretagne

Analyse d un processus de décision collective : le cas d une charte de transport collaboratif pour les IAA en Bretagne Les outils pour décider ensemble : nouveau territoires, nouveaux paradigmes Analyse d un processus de décision collective : le cas d une charte de transport collaboratif pour les IAA en Bretagne Jacques

Plus en détail

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE 4 décembre 2015 Termes de Références : Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE I. RESUME : Avec le vieillissement des premières générations de MRE, le

Plus en détail

Établissements Publics

Établissements Publics Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique Établissements Publics Finances Parce que votre organisation est unique, parce que vos besoins sont propres

Plus en détail

STRATEUM CONSEIL L ACCOMPAGNEMENT DURABLE

STRATEUM CONSEIL L ACCOMPAGNEMENT DURABLE STRATEUM CONSEIL L ACCOMPAGNEMENT DURABLE EXECUTIVE SEARCH Strateum Conseil vous accompagne pour trouver les profils dans les domaines clés du management Direction générale Direction fi nancière Direction

Plus en détail

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne.

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne. LE CRM À L ÈRE DU CLIENT façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne ebook 1 SOMMAIRE Résumé analytique Mieux aligner les ventes et le marketing

Plus en détail

La CCI Haute-Savoie de demain

La CCI Haute-Savoie de demain Dossier de presse La CCI Haute-Savoie de demain 25 juin 2015 www.haute-savoie.cci.fr La CCI de demain se construit aujourd hui Face aux sévères restrictions budgétaires imposées au réseau des CCI ces trois

Plus en détail

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes)

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) COFOR SANTE Des interventions* en : - Communication - Management - Relation client - Qualité - Gestion Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) * cf. nos programmes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CHAMP D APPLICATION Ce cahier des charges s adresse à l ensemble des structures qui interviennent dans la phase d accompagnement à la VAE et qui

Plus en détail

FORMATION CONTINUE PARTENAIRES DE VOS COMPÉTENCES

FORMATION CONTINUE PARTENAIRES DE VOS COMPÉTENCES FORMATION CONTINUE 2014 PARTENAIRES DE VOS COMPÉTENCES Ressources Humaines Management spécialisé Gestion/Finance/Comptabilité Ressources Humaines TARIFS 1er semestre 2e semestre FONCTION TUTORALE La fonction

Plus en détail

Assistant Chef de projet Formation H/F

Assistant Chef de projet Formation H/F Assistant Chef de projet Formation H/F BNP Paribas fait partie des premiers acteurs européens de la banque, avec une présence internationale forte. Nous rejoindre, c est partager notre volonté d aller

Plus en détail

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Faciliter, innover et accélérer les initiatives au sein de la chaîne d approvisionnement Des idées Des connaissances Logi-D

Plus en détail