REPUBLIQUE D HAITI COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF (CSC/CA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE D HAITI COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF (CSC/CA)"

Transcription

1 REPUBLIQUE D HAITI COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF (CSC/CA) RAPPORT DE VERIFICATION DES COMPTES GENERAUX DE L ADMINISTRATION CENTRALE Exercice Décembre 2006 Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 0

2 COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF Rapport de vérification des Comptes Généraux exercice TABLE DES MATIERES 1. Introduction 2 2. Portée et étendue de la vérification 3 3. Analyse sommaire des Comptes Généraux 4 4. Vérification des ressources Ventilation des ressources Publiques réalisées Ventilation mensuelle des Ressources Publiques 4.3. Evolution des recettes effectives Recettes internes perçues par la DGI versus Comptes Généraux Recettes internes Comptes Généraux versus recettes Provinces de la DGI 4.6. Recettes douanières versus recettes Comptes Généraux. 5. Vérification des dépenses Etat comparatif des crédits budgétaires et des dépenses réelles Récapitulation des dépenses 5.3. Ventilation des fonds transités sur Comptes courants 5.4. Budget d investissement 5.5. Provenance des fonds d investissement 5.6. Acquisition de matériel roulant. 6. Analyse de la dette publique Analyse des Comptes spéciaux du Trésor Synthèse Annexes 19 4-a : Recettes internes comparées aux Prévisions par point de Perception de la DGI. 4-b:Recettes internes comparées aux Prévisions par zone périphérique 4-c:Recettes internes perçues par la Douane pour le compte de la DGI. 4-d:Recettes globales incluant les provinces. 5-a:Dépassement budgétaire (Fonctionnement) 5-b:Dépassement budgétaire (Investissement) 5-c:Opérations imputées aux Interventions Publiques Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 1

3 COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF Rapport de vérification des Comptes Généraux exercice INTRODUCTION Selon le vœu de la Constitution de 1987 (article 200-4), le Ministre chargé de l Economie et des Finances a soumis à la CSC/CA, les Comptes Généraux de l Administration Centrale pour l exercice fiscal La loi sur le Budget et la Comptabilité publique de 1985 en ses articles 83; 84, 2 ème alinéa, donne les indications nécessaires en la circonstance. Il est à noter qu une nouvelle loi sur le Budget et la Comptabilité Publique a vu le jour en juillet Etant donné que le décret d application de la dite loi n était pas encore publiée, la loi de 1985 constitue le cadre de référence des travaux de vérification des Comptes Généraux de l exercice La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA), conformément à ses exigences constitutionnelles, règlementaires et conventionnelles, a vérifié les Comptes Généraux de l exercice de l Administration Centrale d Haïti, accompagnés de la loi des règlements qui a été par la suite soumis à la CSC/CA après demande de celle-ci. La responsabilité des Comptes Généraux de l Administration Centrale, incombe au Ministre chargé de l Economie et des Finances qui, au moyen de ses organes d exécution du MEF, a engagé, liquidé, et payé les obligations de l Etat. La CSC/CA pour sa part, a comme responsabilité d examiner ces comptes, conformément aux Normes de Vérification Généralement Reconnues et aux lois qui régissent la présente matière et à celles applicables dans le secteur public en général. Elle doit enfin donner un correspodant aux costats retenus sur les engagements ou degagera la responsabilite concernee. Le présent rapport est le reflet des constats tirés de la Vérification des Comptes Généraux de l exercice Les divers segments structurels ont été exploités et transposés, sur les divers tableaux et états financiers présentés. Les ressources et les charges dans leurs diverses composantes, ont toutes été ciblées. La méthode de sondage non statistique a été adoptée et privilégiée pour des raisons économiques et techniques. Vu la proximite de la verification des 3 derniers Comptes generau, l evaluation de a servi d instrument collectif. 1- PORTEE ET ETENDUE DE LA VERIFICATION Les entrées et sorties de fonds publies a travres les Comptes generaux ont fait l objet d examen des Comptes Généraux de l administration centrale l exercice les mois de :décembre, mars, juin, et septembre, à l instar des exercices précédents, ont été retenus, comme périodes d échantillonnage. Un Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 2

4 sondage non statistique a été adopté. Une taille d échantillon représentatif a été retenue. Toujours dans un souci économique et selon l esprit du sondage, il n a été sélectionné que les quatre mêmes postes et segments ciblés en , dont les prédictions de risques paraissent élevées. Ces postes et segments se résument comme suit : Depenses de fonctionnement Acquisitions d immobilisations corporelles avec emphase sur le matériel roulant ; Projet d investissement ; Sorties de fonds imputées aux Comptes Courants, aux interventions publiques Autres la dette publique Conformément aux normes de vérification généralement reconnues et acceptées, puis celles applicables dans le secteur public en général, conformément aux lois haïtiennes qui régissent la présente matière, des objectifs de conformité, de régularité, de corroboration et d efficacité, ont été fixés. En terme de procedes L observation, l inspection, l analyse, le calcul, l entrevue et le sondage, ont servi d outils privilégiés comme procédés a la vérification ANALYSE SOMMAIRE DES COMPTES GENERAUX DE L EXERCICE Comme d habitude, les comptes generaux presentent Suite aux recommandations formulées dans le rapport de l exercice , de la CSC/CA, les tableaux préparés comme étant des Comptes Généraux par le Ministère des Finances, ont été signés par le Chef de service des recettes, le Chef de service des dépenses, le Coordonnateur de la cellule de contrôle, et approuvés par le Directeur du Trésor. La CSC/CA en prend acte et encourage ces responsables ainsi qque tous ceux qui participent a l execution de la loi des finances a s engager de facon transparente et integrale. A. EXAMEN STRUCTUREL Aucune note structurée ou explicative, n a accompagné les tableaux chiffrés du MEF, et cela, du plus simple aux plus complexes. Quant aux états exigés par les articles 83 de la loi des finances de 1985, ils sont privés du relevé des projets de développement dont l état d avancement individuel est requis. Par ailleurs, la loi des règlements a été, pour la première fois, communiquée, bien qu en retard par rapport aux Comptes Généraux comme le veut l article en son 2 eme alinéa de la loi sus mentionnee. B. EXAMEN FINANCIER Le tableau suivant présente l état de rapprochement des prévisions et de l exécution du budget correspondant, pour la période indiquée : Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 3

5 2.1 Vérification des Comptes Généraux de l Exercice Etat comparatif des Prévisions et Exécutions Budgétaires Exprimé en gourdes 1.- Ressources Publiques Prévisions Réalisations Ecart Pourcentage Recettes internes Fiscales Recettes Douanières Autres ressources internes Financement Interne ( ) 10 Dons Emprunts Financement externe Total Financement Externe Total Ressources Publiques Charges Publiques Ministère et Autres Organismes Intervention Publique Dette Publique Investissement Total Charges Publiques Excédent Budgétaire Sources: Comptes Généraux et le Budget Les mêmes constats faits au cours des exercices précédents restent de mise. L analyse comparative entre deux exercices se révèle difficile compte tenu des changements qui se font dans la présentation de certains postes. Les risques de chevauchement entre les exercices en terme de recouvrement des recettes restent patents. Comme pour les exercices antérieurs, aucune contribution n émane des entreprises publiques, selon les révélations des Comptes Généraux de alors que de telles ressources sont prévues dans la loi sur le Budget et la Comptabilité publique de 1985 (voir tableau 3.1). Par ailleurs, les dons de la période accusent la somme de G selon les Comptes Généraux. Cependant, aucune note ne les ventile ni en termes de nature ou d espèces. Les démarches de la CSC/CA pour la satisfaction d un tel objectif se sont révélées sans succès. Charges Publiques Les fonds décaissés dans le cadre du budget de l exercice , se répartissent en dépenses de personnel, dépenses de fonctionnement et d investissement. Effectués sur réquisitions et sur comptes courants, les Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 4

6 dépenses accusent un montant de G dont G pour le fonctionnement et G pour des Interventions Publiques, G pour la dette publique, et G pour les Investissements. Au cours de cet exercice, vingt cinq pour cent (25%) des charges publiques ont été exécutées sur Interventions Publiques. Une pratique qui dans le cadre de l assainissement des Finances Publiques, devrait être abandonnée. L amortissement de la dette publique représente 23% des charges. Toutefois, il faut signaler que les charges publiques sont inférieures aux ressources publiques, ce qui se traduit par un excédent budgétaire de G C. EXAMEN EN TERMES DE NORMES, DE REGULARITE, DE MODELES En fermant le cycle comptable, les Comptes Généraux devraient refléter le profil des événements qui ont lieu et qui sont traités dans le système en place. Or, il se révèle difficile d accéder à certaines informations et certains documents comptables du MEF alors que les PCGR, les lois de finances publiques haïtiennes et autres textes connexes, exigent la continuité, la transparence des opérations financières. D ailleurs, la soumission des comptes Généraux à la CSC/CA, constitue une formalité légale et suppose la disponibilité de documents comptables et même d une coopération homologuée durant tout le processus de reddition de comptes. Il va de soi qu une certaine culture et un niveau accru de civisme se mêlent de la partie puisqu il n existe pas encore suffisamment de sanctions liées aux devoirs de reddition de comptes. Pour l exercice , les acquisitions de matériel roulant, des informations relatives aux projets d investissement n ont pas été ventilées de façon transparente dans les Comptes Généraux, comme le prévoit l article 83 de la loi sur le Budget et la Comptabilité publique de Il en est de même des opérations liées à la dette publique sans omettre les Interventions Publiques qui jouissent d une trop grande marge de manoeuvre. Comme précédemment constaté, le système comptable du MEF n a pas connu encore de changement en terme de structures ni de normes ou de méthodologie. Il est vrai que le Plan Comptable Général de l Etat, malgré sa lourdeur, ses lacunes naissantes et son dépassement avant même son application intégrale, est vivement attendu pour un peu de redressement dans la comptabilité publique haïtienne. Toujours en termes de normes, les Comptes Généraux devraient être accompagnés de la loi des règlements au moment de leur soumission à la CSC/CA pour décrire la manière dont le budget qui a été voté par le Parlement a été aussi utilisé. Le projet de loi sur le budget rectificatif ne devrait pas être exclu du paquet. Du train où ça va, il y a tout un apprentissage à engager par le MEF pour un minimum de conformité tant aux lois qui régissent la présente matière qu aux Principes Comptables Généralement Reconnus. Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 5

7 Comme pour les exercices précédents, les Comptes Généraux de l exercice , n ont pas été conformes à la loi sur le Budget et la Comptabilité publique de 1985, en ses articles 83 et 84, 2 ème alinéa, ils auraient dû faire l objet de retour au MEF pour être mis en état. Par ailleurs, aucune note explicative, n a accompagné les tableaux du MEF, alors qu un rapport en bonne et due forme, éclairerait davantage leurs utilisateurs. A l instar des exercices précédents, rien n est encore amélioré dans le système comptable en place quant au respect des principes, et spécialement ceux de transparence, de continuité et d intégralité. De même, au niveau des biens de l Etat, les constats de l exercice antérieur ne font que se répéter en , avec même tendance à s aggraver. La CSC/CA hésite de le croire même après l avoir observé malgré les recommandations qui ont été faites. Bien que la loi sur le Budget et la Comptabilité Publique soit formelle sur la teneur des comptes généraux, certaines de leurs informations sont retenues à la CSC/CA. Celles-là concernent les projets d investissement, les acquisitions de matériel roulant effectuées par le MEF pour l Administration Centrale et les comptes courants. Pour l exercice , ces éléments absorbent une bonne partie du Budget. 3.0 VERIFICATION DES RESSOURCES La vérification des Ressources de l Etat a été réalisée conformément aux Normes de Vérification Généralement Reconnues et les travaux sont résumés à travers neuf (9) tableaux tels que présentés plus loin. Pour se faire une opinion sur les recettes présentées aux Comptes Généraux de l Administration Centrale, les ressources ont été ventilées par source et par mois (tableaux 4.1 et 4.2) ce qui a permis de dégager une évolution des recettes effectives (tableau 4-3) afin de comparer l exercice sous étude à celui qui le précède. Une vérification des livres de la Direction Générale des Impôts (DGI) et de l Administration Générale des Douanes (AGD) a permis, aux diverses commissions affectées à cet effet, de faire certains constats qui laissent voir des écarts d importance entre les livres des institutions plus haut mentionnés et les Comptes Généraux présentés par le Ministère de l Economie et des Finances (MEF) (voir 4.4 ; 4-5 et 4-6) 3.1 Ventilation des Ressources Publiques Réalisées Exercice Fiscal (Exprimé en Gourdes) SOURCES MONTANT % Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 6

8 1. RECETTES FISCALES Recettes internes Recettes douanières TOTAL RECETTES FISCALES 2. RECETTES NON FISCALES Contributions entreprises publiques Obligations / Remise dette Recettes diverses TOTAL RECETTES NON FISCALES 1. Dons 2. Prêt TOTAL RESSOURCES PUBLIQUES TOTAL RESSOURCES REELLES Sources: Comptes Généraux MEF Les ressources de l Etat constituées de recettes fiscales, de recettes non fiscales, de dons et de prêts totalisent G pour l exercice sous étude. Avec 74% du total, les recettes fiscales (20%) viennent en tête. Les dons (9.25 %) et prêts (10.75%) viennent en deuxième position avec 20% des ressources publiques. Les recettes non fiscales, ne représentent que 6% des ressources de l Etat, comprenant (0.056%) de contributions des entreprises publiques et (5.944%) des recettes diverses, et viennent en troisième position. Il faut signaler une faible contribution des entreprises publiques dans les ressources de l Etat. Ceci nous amène à nous interroger sur l utilité réelle de ces entreprises que l Etat continue à subventionner. L Etat devrait, s il ne peut les assainir, les privatiser tout simplement afin d en tirer le maximum Ventilation mensuelle des Ressources Publiques Exercice Mois Ressources courantes Autres ressources Financement ext Transfert Ressources totales Oct Nov Déc Jan Fév Mars Avril Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 7

9 Mai Juin Juillet Août Sept TOTAL Sources: Comptes Généraux MEF Après avoir essayé de circonscrire les ressources de l Etat dans le contexte de leur réalisation, la Cour s est donnée pour objectif global d évaluer les conditions dans lesquelles les fonds publiés à travers les Comptes Généraux, ont été collectés, encaissés, comptabilisés. 3.3 Evolution des recettes effectives Exercice (Exprimé en gourdes) Sources Ecarts % F/D Recettes internes F Recettes Douanières F Dons F Prêts Contributions/Entreprises Publiques Obl/ Remboursement / Dette F Recettes Diverses F Transfert taxes TOTAL Sources: Rapport Comptes Généraux MEF Pour les recettes effectives, leur évolution a été, en grande partie, favorable comme l atteste le tableau ci-haut. Cette augmentation des recettes, en , n est pas due à un élargissement de l assiette fiscale mais à un effort de l administration fiscale pour collecter les taxes prévues pour cet exercice, suite aux recommandations formulées dans les rapports ultérieurs de la CSC/CA. 3.4 Recettes globales internes réalisées DGI Vs Comptes Généraux Exercice (Exprimé en Gourdes) Comptes Généraux DGI Ecart En comparant le montant des Comptes Généraux pour les recettes internes et celui figurant dans les livres de la Direction Générale des Impôts (DGI), on constate un écart de gdes. Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 8

10 3.5 Recettes globales Comptes Généraux Vs Recettes provinces DGI Exercice (Exprimé en Gourdes) Comptes Généraux DGI Ecart Le montant des recettes internes des provinces donné par la Direction Général des Impôts est de gdes, tandis que celui figuré aux Comptes Généraux est de gdes d où une différence de gdes. Ce qui représente un pourcentage de 68.63%. Un effort devrait être fait par la Direction du Trésor, au travers des différentes unités qui élaborent les Comptes Généraux, afin de concilier les montants figurants dans leur grand livre et ceux de la DGI. Les recettes internes, comparées aux prévisions par point de perception, par zone périphérique, perçues par la Douane pour Compte de la DGI et les recettes globales incluant les provinces sont présentés en annexe, 4-a, 4-b, 4-c et 4-d. 3.6 Recettes Comptes Généraux Vs Recettes douanières Recettes Montant Comptes Généraux Montant AGD Ecart Droits de douane Frais de Vérification (FV) ( ) Droit de travail ( ) Droit d entrepôt ( ) Vente à l encan Recettes ventilées Total FV+Recettes non ventilées Pénal et amendes ( ) Recettes provinces TOTAL DES RECETTES Source : Administration Générale des douanes (recherches et statistiques) Le montant total des recettes perçues par l Administration générale des douanes (AGD) est de G Ce montant est différent de celui des Comptes Généraux du Ministère de l Economie et des Finances qui est G En comparant ces deux montants, il y a un écart de G Les taxes sont différentes les unes des autres ; par exemple les droits de douane pour les Comptes Généraux s élèvent à G et celles de l AGD s élèvent G VERIFICATION DES DEPENSES Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 9

11 Comme indiqué au niveau de l analyse du budget, les dépenses regroupent celles de fonctionnement et d investissement. Les archives du trésor public ont été l une des cibles privilégiées du contrôle exécuté sur pièces. Comme pour d autres exercices précédents, sept entités ont faits l objet des interventions concernées. Par ailleurs quatre mois ont été retenus comme période d échantillonnage. Les principaux écarts retenus se résument comme suit : 1. Ecart entre le montant des réquisitions et celui du grand livre; 2. Absence de réquisition et de pièces justificatives ; 3. Non enregistrement de réquisitions dans le grand livre. (Voir annexe Pages 28 à 33) 4.1- ETAT COMPARATIF DES CREDITS BUDGETAIRES ET DES DEPENSES REELLES Exercice (Exprimé en gourdes) Code Ministères /Organismes Crédits ordinaires Dépenses totales Solde des crédits 1 CSC/CA MPCE MEF MARNDR MTPTC MCI ME Tourisme Palais Législatif Justice MHAVE MAE La Présidence Pouvoir judiciaire CEP BPH MICT OPC UEH MENJS MAS MSPP Cultes Culture MCF Sous-total Interventions Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 10

12 32 Dette publique Investissements Sous-total TOTAL Sources : Comptes Généraux L Etat Comparatif des crédits budgétaires et des dépenses réelles fait voir un solde positif de crédits de G Il est à remarquer que la Dette Publique accuse un solde négatif de G (voir annexe 5a) Les dépenses d Investissement ont largement dépassé les crédits ordinaires avec un solde négatif de G Toutefois, le solde total des crédits est positif de G , ceci est dû au fait que les dépenses pour les Ministères / Organismes ont un solde positif de G (voir annexe 5-b) Ainsi, pour l exercice , les sorties de fonds assimilés aux dépenses de fonctionnement accusent la somme de G alors que les prévisions étaient G RECAPITULATION DES DEPENSES Exercice (Exprimé en gourdes) Type de dépenses Crédit budgétaire Exécution Solde % Ministères / Organismes 11,552,751, Intervention Publique 6,506,202, Dette Publique 4 537,653, Investissement Total Source : Programme budgétaire La récapitulation des Dépenses Publiques relate le fait que 43% du Budget représente des dépenses de fonctionnement alors que les Investissements ne sont que de l ordre de 15%. Il y a lieu de s interroger sur l opportunité des dépenses qui doit être prise en compte lors de l élaboration et de l exécution du Budget de l Etat d Haïti. Les dépenses de fonctionnement ont fait l objet de sondage comme prévu au chapitre 2. L échantillon a porté et sur le temps et sur la population, ce, pour des raisons de technologie et d économie VENTILATION DES FONDS TRANSITES SUR COMPTES COURANTS Exercice (Exprimé en gourdes) Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 11

13 Cod e Objet Montant 1- Autres dépenses/ personnel 399, Autres dépenses/ Fonctionnement 1,059,008, Achat de fourniture et matériels 0 4- Immobilisation 315,361, Projet d'investissement 974,017, Autres dépenses/ subventions 648,965,540.1 TOTAL 2,997,751, Les fonds transités sur compte courant s élèvent à G sur un total de G Ce qui représente 27.71% des dépenses de fonctionnement. Ces dépenses sur comptes courants, il faut le signaler échappent le plus souvent au contrôle sérieux de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif. En effet, aucun contrôle à priori et à posteriori n est fait sur les fonds transités sur comptes courants. 4-4 BUDGET D INVESTISSEMENT Exercice (Exprimé en gourdes) Code Entités Prévisions Utilisation Ecart relatif Ecart en % 1 CSC/CA MPCE MEF MARNDR MTPTC ME ? TOURISME MHAVE MICT UEH MENJS MAS MSPP CULTURE MCF MCI TOTAL Sources: Direction du Trésor / Comptes Généraux Seulement 54% des prévisions de fonds d investissement ont été utilisés. Ce qui signifie que l Etat n a pas été en mesure de mettre en chantier les projets d investissement. 4-5 PROVENANCE DES FONDS D INVESTISSEMENT Exercice fiscal Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 12

14 Sources : Programmation Pour une meilleure appréhension des fonds d investissement, ils ont été par sources de fonds et divisés en Immobilisation et Programme /Projet. ventilés Les sources de fonds comprennent des crédits d investissement, des avances/comptes courants et des Interventions Publiques. Pour , les crédits d investissements représentent 35% de ces fonds avec G Les avances courantes avec ces 63% n ont malheureusement, pas fait l objet de contrôle d ailleurs. Seulement 2% des fonds d investissement ont transité par le biais des Interventions Publiques. 4.6 Acquisition de matériel roulant Comme le matériel roulant est inclus dans des immobilisations corporelles, il va de soi que celle-ci absorbe son budget. Pour l exercice les démarches des vérificateurs de la Cour n ont pas abouti aux renseignements attendus sur le matériel roulant acheté et reçu par l Etat haïtien. Les renseignements obtenus par l application des procédés alternatifs révèlent que le matériel de l Administration n est pas compatibilité conformément au vœu de la loi des finances de 1985 et celles qui régissent l inventaire et le contrôle des biens de l Etat. Certains responsables en place prétextent que certains de leurs véhicules sont reçus en don et autres, achetés par le MEF. Trois institutions : le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le Ministère des travaux Publics Transports et Communications (MTPTC), ainsi que le bureau du Premier Ministre (BPM) ont été ciblées dans le but de vérifier l acquisition et la cession de biens motorisés. Les investigations jusque là menées ont abouti aux mêmes constations que pour les exercices antérieurs. Malgré les recommandations qui ont été formulées, le Ministère de l Economie et des Finances, au mépris de la loi, continue à acquérir pour les Ministères dépensiers cette catégorie de biens qui normalement sont des investissements et devraient de ce fait être acquis par le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe. 5.0-ANALYSE DE LA DETTE PUBLIQUE Pour l exercice , des prévisions de G ont été imputées à la dette publique. Sur base d engagement, ces dépenses ont été respectées. Cependant, des avances sur compte courant totalisant G , ont été payées pour assurer le service de la Dette Publique au cours de cet exercice, ce qui fait que le montant total des dépenses effectuées, se chiffre à G Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 13

15 Au cours de cet exercice, on remarque que, suite aux recommandations formulées dans les rapports antérieurs, une nette amélioration a été portée dans la présentation des informations concernant la Dette Publique. DETTE PUBLIQUE L Etat de la dette publique se divise en Dette Publique Externe et Dette publique Interne. Pour l exercice , l encours au 1 er octobre pour la Dette Externe, totalise un montant de et a totalisé au 30 septembre, La Dette Publique Interne d un encours de G est passée à Les tableaux 5.1 et 5.2 sont le reflet de cette situation. 5.1 SERVICE DE LA DETTE PUBLIQUE Exercice Dette externe Encours de la dette au début Arriérés au 30 septembre Intérêts payés pendant l exercice Amortissement payés pendant l exercice Encours au 30 septembre Dette interne Encours de la dette au début Arriérés au 30 septembre Arriérés au 30 septembre Intérêts payés pendant l exercice Encours au 30 septembre Sources : Direction de la dette Publique/Budget 5.2 EVOLUTION DE LA DETTE Exercice Dette interne Encours au 1 er octobre 2004 Encours au 30 septembre Dette externe - Niveau Multilatéral Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 14

16 Sources : Comptes Généraux Dette externe - Niveau bilatéral Analyse des comptes spéciaux du Trésor pour l exercice Quatre entités intègrent le paquet des Comptes spéciaux du Trésor. Ils figurent au tableau ci-dessous qui montre leur flux d entrées et de sorties. La balance de ces comptes y est donc montrée pour chaque compte spécial, mais leur total ne figure pas dans les comptes généraux. La CSC/CA a jugé nécessaire de faire les calculs pour respecter le principe de présentation complète et fidèle de l information comptable. 6.1 Sommaire des Comptes Spéciaux du Trésor Exercice (Exp rimé en gourdes) Désignation Solde début A Dépôts B Disponible Retrait D Solde fin E=C-D C=A+B CAS Fonds en Fidei Pension Civil II Pension Civil III Sources : Comptes Généraux Selon le vœu de la loi qui régit la matière, les Comptes Spéciaux du Trésor devraient être crédités jusqu'à concurrence de leur disponibilité. Jusqu en , le compte Pension Civile II continue à dégager un solde négatif de G alors qu aucune note ne vient en expliquer le motif. (Réf. art 72 de la loi sur le Budget de la Comptabilité publique de 1985). Un contrôle spécifique renseignerait davantage sur le fonctionnement et la gestion de ces comptes ainsi que Celui dont le solde est négatif, ce qui est une dérogation à la loi cible. Celleci entend, en son article 72 que les comptes spéciaux du trésor ne doivent pas être crédités au delà de leurs disponibilités financières. Y a-t-il eu de disposition contraires expliquant ce dépassement dans le compte de Pension Civile II. Seul une note au bas de la page semble donner une explication mais sans aucune référence légale SYNTHESE La CSC/CA a vérifié les comptes généraux de l exercice , en réponse aux exigences des lois de finances d Haïti. La responsabilité liée à ces comptes, incombe au Ministre chargé des Finances et de l Economie. Celle de la CSC/CA, Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 15

17 en la circonstance, consiste à vérifier ces comptes, en relever les irrégularités, les erreurs, les fraudes éventuelles et en dresser le rapport subséquent. Conformément aux Normes de Vérification Généralement Reconnues, aux lois des Finances Publiques haïtiennes, la CSC/CA a recouru à tous les procédés jugés efficaces en la circonstance. La conformité aux lois et règlements, la corroboration des opérations effectuées, constituent les deux niveaux de vérification qui ont soutenu la mission de la Cour alors que le domaine d intervention de celle-ci s est limité aux dépenses de fonctionnement et au matériel roulant. Les opérations imputées aux comptes courants et Interventions publiques, les projets d investissement et la dette publique, étaient aussi de la partie. Cependant, d importantes restrictions se sont opposées à l exécution intégrale de la vérification. Sans être exhaustives, ces restrictions se résument comme suit : Omission de certaines composantes des comptes généraux, selon l article 83 de la loi sur le Budget et la Comptabilité Publique de 1985; il est question, dans ce cas, de l état d avancement de chaque projet d investissement, de l amortissement détaillé de la dette publique, du projet de loi de règlement, des opérations d acquisition de matériel roulant, des informations sur l alimentation des comptes courants ; Mépris du critère d intégralité et du principe de transparence dans l inscription des événements comptables ; Confusion entre la comptabilité en partie simple à base de caisse, appliquée par le MEF et la comptabilité en partie double, exigée par l article 70 de la loi sur le budget et la Comptabilité Publique de Exclusivement des lacunes de cette comptabilité, des risques d inexactitude et de fiabilité des informations financières fournies par ce Ministère, la CSC/CA estime que les Comptes Généraux de l exercice , à tous égards importants ne présentent pas fidèlement la situation financière de l administration centrale de l Etat pour l exercice clos au 30 septembre En outre la CSC/CA n est pas en mesure d opiner sur les dépenses effectuées sur Comptes courants représentant 13% de l enveloppe budgétaire soit G sur G Arol ELIE Président de la CSC/CA Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 16

18 ANNEXES 4. a Recettes Internes comparées aux prévisions par Point de Perception de la DGI En Millions de Gourdes Exercice Point de perception Réalisation % de réalisation Prévisions Ecart relatif Ecart en % Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 17

19 Bureau Central 1, ,29 1, ,38 UGCF 4, ,39 3, Aire métropolitaine , ALT divers ,31 78, Total P-au-P 5, , Provinces , Total global 5, , N.B/ Sources : Service Statistique de la DGI. Ce tableau montre un montant de : 5, millions de gourdes encaissé par les différents points de perception de la DGI dont l UGCF contribue à plus de 28.52% avec un écart relatif de million suivi du Bureau Central avec un écart relatif de million soit un pourcentage de 1.38%. Néanmoins, les réalisations des provinces par rapport aux prévisions fixées pour l exercice reflètent un écart défavorable de (64.25) soit un pourcentage de %.Dans l ensemble l écart est positif de 758,4 millions soit 14,80% 4-b Recettes Internes comparées aux prévisions par Zone Périphérique. En Millions de Gourdes Exercice Zone périphérique Réalisation % de réalisation Prévisions Ecart relatif Ecart en % Delmas ,09 4, Carrefour ,86-16, Pétion-Ville ,34-20, Croix des ,48-16, Bouquets Croix-des- Missions ,80-16, Total Aire ,57-64, Métropolitaine ALT Divers ,43-60, Total , N.B : Sources Service Statistique de la DGI La commune de Pétion Ville a collecté un montant de millions de des d où une diminution de 20.3 millions de gourdes par rapport aux prévisions qui étaient de l ordre de millions de gourdes soit un pourcentage de - 9,63%.Toutes les autres zones périphériques n ont pas atteint les prévisions, à l exclusion de la commune de Delmas qui les a dépassés, avec un écart favorable de 4,87 millions de gourdes soit 5,72%.Dans l ensemble, on constate un écart défavorable de Millions de gourdes soit %. 4. c Recettes Internes perçues par la Douane pour le compte de la DGI Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 18

20 Exercice Exprimé en Gourdes Mois Montant % Octobre ,60 Novembre ,20 Décembre ,70 Janvier ,20 Février ,10 Mars ,90 Avril ,80 Mai ,10 Juin ,30 Juillet ,80 Août ,90 Septembre ,40 Total N.B Source : Service Statistique B.R.H 4. d Recettes Globales incluant les Provinces Exercice (Exprimé en gourdes) Libellés Montant % DGI et ses différents points de 6, 215, 850, ,76 perception Recettes perçues par la Douane 4, 545, 583, ,24 pour la DGI Total 10, 761, 433, N.B Sources : Service Statistique DGI et BRH. Le tableau des recettes globales accuse un montant de gourdes représentant la totalité des recettes internes. La DGI et ses différents points de perception ont totalisé un montant de ,000 gourdes soit 57,76%. Les recettes perçues par la Douane pour la DGI, s élèvent à , ce qui représente un pourcentage de 42,24% des recettes internes. 5-a DEPASSEMENT BUDGETAIRE Fonctionnement Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 19

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS de l exercice terminé le 31 mars 2002 19 TABLE DES MATIÈRES Rapport de la direction 21 Rapport du vérificateur 22 États financiers Résultats 23 Excédent 23 Bilan 24 Flux de

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS POUR UNE PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (PME) préparé par François BROUARD, DBA, CA Eric Sprott School of Business Carleton University 1125 Colonel By Drive,

Plus en détail

Employeurs et autres débiteurs de cotisations

Employeurs et autres débiteurs de cotisations CLASSE 4 COMPTES DE TIERS La classe 4 comprend les comptes de tiers et reprend toutes les opérations du bilan autres que financières (classe 3) avec les tiers et qui se représentent dans le cadre des relations

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

AFRITAC de l OUEST ----------------

AFRITAC de l OUEST ---------------- AFRITAC de l OUEST ---------------- Séminaire régional sur la planification et la couverture des besoins de trésorerie sur le marché des titres publics. Lomé, du 7 au 11 février 2011 Communication sur

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 page 16 B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 Résumé 28. Le budget proposé pour 2002-2003 s élève à 678 400 000 francs suisses, soit une augmentation de 112 542 000 francs suisses, ou

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003

ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR 1 ÉTATS FINANCIERS Résultats 2 Évolution

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Rapport annuel 2009 de CARE Canada. États financiers

Rapport annuel 2009 de CARE Canada. États financiers Rapport annuel 2009 de CARE Canada États financiers Responsabilité en matière d information financière Les états financiers afférents de CARE Canada ont été préparés par la direction conformément aux principes

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30

VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30 VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30 COMPTABILITÉ 101 Les processus de l'exercice comptable de la fonction publique en abordant: - Le cycle des rapports

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République 1 47 ème année JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LA NOMENCLATURE DES ACTES GENERATEURS DES RECETTES ADMINISTRATIVES, JUDICIAIRES, DOMANIALES

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

1 2 3 4 Aide à l animateur Les opérations de trésorerie sont définies comme «les mouvements de numéraire, de valeurs mobilisables, de comptes de dépôts et de comptes courants, ainsi que les opérations

Plus en détail

Compte général de l État pour 2008

Compte général de l État pour 2008 Compte général de l État pour 2008 166e Cahier de la Cour des comptes Complément 3 Compte de la Trésorerie Compte des variations du patrimoine Compte synthétique des opérations de l État COMPTE GÉNÉRAL

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE LA GSTION BUDGTAI LA DIVSITÉ DS BUDGTS - L BUDGT D TÉSOI La comptabilité générale et la comptabilité analytique renseignent le gestionnaire sur une situation passée : - la comptabilité générale permet

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES LE CONTROLE DES COMPTES Objectif(s) : o o o Lettrage, Apurement des comptes d'attente, Contrôle du compte banque. Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie.

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 Association «AL BAWSALA» JUILLET 2013 Av. Hédi Karray - Imm.Luxor 2 ème Etage - Centre Urbain Nord -1082 Tunis SARL

Plus en détail

GMF. Guide comptable et fiscal. Pour techniciens comptables des GMF. Équipe des GMF

GMF. Guide comptable et fiscal. Pour techniciens comptables des GMF. Équipe des GMF GMF Guide comptable et fiscal Pour techniciens comptables des GMF Équipe des GMF NOTE POUR LES LECTEURS Ceci n est un guide et ne remplace pas toute information qui pourrait émaner du ministère du Revenu

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL.

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL. DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL Introduction Module 1 Contrôle de la qualité et documentation Module 2 Acceptation de

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2007 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014

États financiers consolidés de Oxfam-Québec. 31 mars 2014 États financiers consolidés de Oxfam-Québec Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État consolidé des produits et des charges... 3 État consolidé de l évolution des actifs nets... 4 État consolidé de

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015 RAPPORT FINANCIER ANNUEL SOMMAIRE RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1 ÉTATS FINANCIERS État des résultats 2 État de l'évolution des actifs nets 3 Bilan 4 Flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Guide du rapport financier 2014

Guide du rapport financier 2014 Guide du rapport financier 2014 Décembre 2014 Direction générale des finances municipales TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION... 3 1. ATTESTATION DU TRÉSORIER OU DU SECRÉTAIRE-TRÉSORIER (page S3)... 5

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

Anticiper et prévenir :

Anticiper et prévenir : Anticiper et prévenir : pour maîtriser les risques! 28 mars 2014 Animé par Alain ROUSSELET - RSI CENTRE Eric MICHAU - GAN Prévoyance Christian PANIEL - EXCOM Entreprises REUNION D INFORMATION ARTISANS

Plus en détail

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine 167 e Cahier de la Cour des comptes Complément 2 Adopté le 10 juillet 2013 par l assemblée générale de la Cour

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION

Plus en détail

Board Development. Comprendre les états financiers

Board Development. Comprendre les états financiers Les états présentés aux réunions de conseil vous intimident-ils? Cherchez-vous des renseignements de base qui pourraient vous aider à lire les états? Si c est le cas, les renseignements qui suivent sont

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS 1 sur 9 30/05/2007 09:42 BANK AL-MAGHRIB -------------------- LE GOUVERNEUR Circulaire n 19/G/2002 Rabat, le 18 Chaoual 1423 23 Décembre 2002 CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET

Plus en détail

Modernisation du système comptable de l UE

Modernisation du système comptable de l UE Modernisation du système comptable de l UE Une meilleure gestion de l information et une transparence accrue Votre guide du nouveau système d information financière de l UE COMMISSION EUROPÉENNE Une meilleure

Plus en détail