REPUBLIQUE D HAITI COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF (CSC/CA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE D HAITI COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF (CSC/CA)"

Transcription

1 REPUBLIQUE D HAITI COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF (CSC/CA) RAPPORT DE VERIFICATION DES COMPTES GENERAUX DE L ADMINISTRATION CENTRALE Exercice Décembre 2006 Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 0

2 COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF Rapport de vérification des Comptes Généraux exercice TABLE DES MATIERES 1. Introduction 2 2. Portée et étendue de la vérification 3 3. Analyse sommaire des Comptes Généraux 4 4. Vérification des ressources Ventilation des ressources Publiques réalisées Ventilation mensuelle des Ressources Publiques 4.3. Evolution des recettes effectives Recettes internes perçues par la DGI versus Comptes Généraux Recettes internes Comptes Généraux versus recettes Provinces de la DGI 4.6. Recettes douanières versus recettes Comptes Généraux. 5. Vérification des dépenses Etat comparatif des crédits budgétaires et des dépenses réelles Récapitulation des dépenses 5.3. Ventilation des fonds transités sur Comptes courants 5.4. Budget d investissement 5.5. Provenance des fonds d investissement 5.6. Acquisition de matériel roulant. 6. Analyse de la dette publique Analyse des Comptes spéciaux du Trésor Synthèse Annexes 19 4-a : Recettes internes comparées aux Prévisions par point de Perception de la DGI. 4-b:Recettes internes comparées aux Prévisions par zone périphérique 4-c:Recettes internes perçues par la Douane pour le compte de la DGI. 4-d:Recettes globales incluant les provinces. 5-a:Dépassement budgétaire (Fonctionnement) 5-b:Dépassement budgétaire (Investissement) 5-c:Opérations imputées aux Interventions Publiques Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 1

3 COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF Rapport de vérification des Comptes Généraux exercice INTRODUCTION Selon le vœu de la Constitution de 1987 (article 200-4), le Ministre chargé de l Economie et des Finances a soumis à la CSC/CA, les Comptes Généraux de l Administration Centrale pour l exercice fiscal La loi sur le Budget et la Comptabilité publique de 1985 en ses articles 83; 84, 2 ème alinéa, donne les indications nécessaires en la circonstance. Il est à noter qu une nouvelle loi sur le Budget et la Comptabilité Publique a vu le jour en juillet Etant donné que le décret d application de la dite loi n était pas encore publiée, la loi de 1985 constitue le cadre de référence des travaux de vérification des Comptes Généraux de l exercice La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA), conformément à ses exigences constitutionnelles, règlementaires et conventionnelles, a vérifié les Comptes Généraux de l exercice de l Administration Centrale d Haïti, accompagnés de la loi des règlements qui a été par la suite soumis à la CSC/CA après demande de celle-ci. La responsabilité des Comptes Généraux de l Administration Centrale, incombe au Ministre chargé de l Economie et des Finances qui, au moyen de ses organes d exécution du MEF, a engagé, liquidé, et payé les obligations de l Etat. La CSC/CA pour sa part, a comme responsabilité d examiner ces comptes, conformément aux Normes de Vérification Généralement Reconnues et aux lois qui régissent la présente matière et à celles applicables dans le secteur public en général. Elle doit enfin donner un correspodant aux costats retenus sur les engagements ou degagera la responsabilite concernee. Le présent rapport est le reflet des constats tirés de la Vérification des Comptes Généraux de l exercice Les divers segments structurels ont été exploités et transposés, sur les divers tableaux et états financiers présentés. Les ressources et les charges dans leurs diverses composantes, ont toutes été ciblées. La méthode de sondage non statistique a été adoptée et privilégiée pour des raisons économiques et techniques. Vu la proximite de la verification des 3 derniers Comptes generau, l evaluation de a servi d instrument collectif. 1- PORTEE ET ETENDUE DE LA VERIFICATION Les entrées et sorties de fonds publies a travres les Comptes generaux ont fait l objet d examen des Comptes Généraux de l administration centrale l exercice les mois de :décembre, mars, juin, et septembre, à l instar des exercices précédents, ont été retenus, comme périodes d échantillonnage. Un Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 2

4 sondage non statistique a été adopté. Une taille d échantillon représentatif a été retenue. Toujours dans un souci économique et selon l esprit du sondage, il n a été sélectionné que les quatre mêmes postes et segments ciblés en , dont les prédictions de risques paraissent élevées. Ces postes et segments se résument comme suit : Depenses de fonctionnement Acquisitions d immobilisations corporelles avec emphase sur le matériel roulant ; Projet d investissement ; Sorties de fonds imputées aux Comptes Courants, aux interventions publiques Autres la dette publique Conformément aux normes de vérification généralement reconnues et acceptées, puis celles applicables dans le secteur public en général, conformément aux lois haïtiennes qui régissent la présente matière, des objectifs de conformité, de régularité, de corroboration et d efficacité, ont été fixés. En terme de procedes L observation, l inspection, l analyse, le calcul, l entrevue et le sondage, ont servi d outils privilégiés comme procédés a la vérification ANALYSE SOMMAIRE DES COMPTES GENERAUX DE L EXERCICE Comme d habitude, les comptes generaux presentent Suite aux recommandations formulées dans le rapport de l exercice , de la CSC/CA, les tableaux préparés comme étant des Comptes Généraux par le Ministère des Finances, ont été signés par le Chef de service des recettes, le Chef de service des dépenses, le Coordonnateur de la cellule de contrôle, et approuvés par le Directeur du Trésor. La CSC/CA en prend acte et encourage ces responsables ainsi qque tous ceux qui participent a l execution de la loi des finances a s engager de facon transparente et integrale. A. EXAMEN STRUCTUREL Aucune note structurée ou explicative, n a accompagné les tableaux chiffrés du MEF, et cela, du plus simple aux plus complexes. Quant aux états exigés par les articles 83 de la loi des finances de 1985, ils sont privés du relevé des projets de développement dont l état d avancement individuel est requis. Par ailleurs, la loi des règlements a été, pour la première fois, communiquée, bien qu en retard par rapport aux Comptes Généraux comme le veut l article en son 2 eme alinéa de la loi sus mentionnee. B. EXAMEN FINANCIER Le tableau suivant présente l état de rapprochement des prévisions et de l exécution du budget correspondant, pour la période indiquée : Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 3

5 2.1 Vérification des Comptes Généraux de l Exercice Etat comparatif des Prévisions et Exécutions Budgétaires Exprimé en gourdes 1.- Ressources Publiques Prévisions Réalisations Ecart Pourcentage Recettes internes Fiscales Recettes Douanières Autres ressources internes Financement Interne ( ) 10 Dons Emprunts Financement externe Total Financement Externe Total Ressources Publiques Charges Publiques Ministère et Autres Organismes Intervention Publique Dette Publique Investissement Total Charges Publiques Excédent Budgétaire Sources: Comptes Généraux et le Budget Les mêmes constats faits au cours des exercices précédents restent de mise. L analyse comparative entre deux exercices se révèle difficile compte tenu des changements qui se font dans la présentation de certains postes. Les risques de chevauchement entre les exercices en terme de recouvrement des recettes restent patents. Comme pour les exercices antérieurs, aucune contribution n émane des entreprises publiques, selon les révélations des Comptes Généraux de alors que de telles ressources sont prévues dans la loi sur le Budget et la Comptabilité publique de 1985 (voir tableau 3.1). Par ailleurs, les dons de la période accusent la somme de G selon les Comptes Généraux. Cependant, aucune note ne les ventile ni en termes de nature ou d espèces. Les démarches de la CSC/CA pour la satisfaction d un tel objectif se sont révélées sans succès. Charges Publiques Les fonds décaissés dans le cadre du budget de l exercice , se répartissent en dépenses de personnel, dépenses de fonctionnement et d investissement. Effectués sur réquisitions et sur comptes courants, les Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 4

6 dépenses accusent un montant de G dont G pour le fonctionnement et G pour des Interventions Publiques, G pour la dette publique, et G pour les Investissements. Au cours de cet exercice, vingt cinq pour cent (25%) des charges publiques ont été exécutées sur Interventions Publiques. Une pratique qui dans le cadre de l assainissement des Finances Publiques, devrait être abandonnée. L amortissement de la dette publique représente 23% des charges. Toutefois, il faut signaler que les charges publiques sont inférieures aux ressources publiques, ce qui se traduit par un excédent budgétaire de G C. EXAMEN EN TERMES DE NORMES, DE REGULARITE, DE MODELES En fermant le cycle comptable, les Comptes Généraux devraient refléter le profil des événements qui ont lieu et qui sont traités dans le système en place. Or, il se révèle difficile d accéder à certaines informations et certains documents comptables du MEF alors que les PCGR, les lois de finances publiques haïtiennes et autres textes connexes, exigent la continuité, la transparence des opérations financières. D ailleurs, la soumission des comptes Généraux à la CSC/CA, constitue une formalité légale et suppose la disponibilité de documents comptables et même d une coopération homologuée durant tout le processus de reddition de comptes. Il va de soi qu une certaine culture et un niveau accru de civisme se mêlent de la partie puisqu il n existe pas encore suffisamment de sanctions liées aux devoirs de reddition de comptes. Pour l exercice , les acquisitions de matériel roulant, des informations relatives aux projets d investissement n ont pas été ventilées de façon transparente dans les Comptes Généraux, comme le prévoit l article 83 de la loi sur le Budget et la Comptabilité publique de Il en est de même des opérations liées à la dette publique sans omettre les Interventions Publiques qui jouissent d une trop grande marge de manoeuvre. Comme précédemment constaté, le système comptable du MEF n a pas connu encore de changement en terme de structures ni de normes ou de méthodologie. Il est vrai que le Plan Comptable Général de l Etat, malgré sa lourdeur, ses lacunes naissantes et son dépassement avant même son application intégrale, est vivement attendu pour un peu de redressement dans la comptabilité publique haïtienne. Toujours en termes de normes, les Comptes Généraux devraient être accompagnés de la loi des règlements au moment de leur soumission à la CSC/CA pour décrire la manière dont le budget qui a été voté par le Parlement a été aussi utilisé. Le projet de loi sur le budget rectificatif ne devrait pas être exclu du paquet. Du train où ça va, il y a tout un apprentissage à engager par le MEF pour un minimum de conformité tant aux lois qui régissent la présente matière qu aux Principes Comptables Généralement Reconnus. Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 5

7 Comme pour les exercices précédents, les Comptes Généraux de l exercice , n ont pas été conformes à la loi sur le Budget et la Comptabilité publique de 1985, en ses articles 83 et 84, 2 ème alinéa, ils auraient dû faire l objet de retour au MEF pour être mis en état. Par ailleurs, aucune note explicative, n a accompagné les tableaux du MEF, alors qu un rapport en bonne et due forme, éclairerait davantage leurs utilisateurs. A l instar des exercices précédents, rien n est encore amélioré dans le système comptable en place quant au respect des principes, et spécialement ceux de transparence, de continuité et d intégralité. De même, au niveau des biens de l Etat, les constats de l exercice antérieur ne font que se répéter en , avec même tendance à s aggraver. La CSC/CA hésite de le croire même après l avoir observé malgré les recommandations qui ont été faites. Bien que la loi sur le Budget et la Comptabilité Publique soit formelle sur la teneur des comptes généraux, certaines de leurs informations sont retenues à la CSC/CA. Celles-là concernent les projets d investissement, les acquisitions de matériel roulant effectuées par le MEF pour l Administration Centrale et les comptes courants. Pour l exercice , ces éléments absorbent une bonne partie du Budget. 3.0 VERIFICATION DES RESSOURCES La vérification des Ressources de l Etat a été réalisée conformément aux Normes de Vérification Généralement Reconnues et les travaux sont résumés à travers neuf (9) tableaux tels que présentés plus loin. Pour se faire une opinion sur les recettes présentées aux Comptes Généraux de l Administration Centrale, les ressources ont été ventilées par source et par mois (tableaux 4.1 et 4.2) ce qui a permis de dégager une évolution des recettes effectives (tableau 4-3) afin de comparer l exercice sous étude à celui qui le précède. Une vérification des livres de la Direction Générale des Impôts (DGI) et de l Administration Générale des Douanes (AGD) a permis, aux diverses commissions affectées à cet effet, de faire certains constats qui laissent voir des écarts d importance entre les livres des institutions plus haut mentionnés et les Comptes Généraux présentés par le Ministère de l Economie et des Finances (MEF) (voir 4.4 ; 4-5 et 4-6) 3.1 Ventilation des Ressources Publiques Réalisées Exercice Fiscal (Exprimé en Gourdes) SOURCES MONTANT % Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 6

8 1. RECETTES FISCALES Recettes internes Recettes douanières TOTAL RECETTES FISCALES 2. RECETTES NON FISCALES Contributions entreprises publiques Obligations / Remise dette Recettes diverses TOTAL RECETTES NON FISCALES 1. Dons 2. Prêt TOTAL RESSOURCES PUBLIQUES TOTAL RESSOURCES REELLES Sources: Comptes Généraux MEF Les ressources de l Etat constituées de recettes fiscales, de recettes non fiscales, de dons et de prêts totalisent G pour l exercice sous étude. Avec 74% du total, les recettes fiscales (20%) viennent en tête. Les dons (9.25 %) et prêts (10.75%) viennent en deuxième position avec 20% des ressources publiques. Les recettes non fiscales, ne représentent que 6% des ressources de l Etat, comprenant (0.056%) de contributions des entreprises publiques et (5.944%) des recettes diverses, et viennent en troisième position. Il faut signaler une faible contribution des entreprises publiques dans les ressources de l Etat. Ceci nous amène à nous interroger sur l utilité réelle de ces entreprises que l Etat continue à subventionner. L Etat devrait, s il ne peut les assainir, les privatiser tout simplement afin d en tirer le maximum Ventilation mensuelle des Ressources Publiques Exercice Mois Ressources courantes Autres ressources Financement ext Transfert Ressources totales Oct Nov Déc Jan Fév Mars Avril Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 7

9 Mai Juin Juillet Août Sept TOTAL Sources: Comptes Généraux MEF Après avoir essayé de circonscrire les ressources de l Etat dans le contexte de leur réalisation, la Cour s est donnée pour objectif global d évaluer les conditions dans lesquelles les fonds publiés à travers les Comptes Généraux, ont été collectés, encaissés, comptabilisés. 3.3 Evolution des recettes effectives Exercice (Exprimé en gourdes) Sources Ecarts % F/D Recettes internes F Recettes Douanières F Dons F Prêts Contributions/Entreprises Publiques Obl/ Remboursement / Dette F Recettes Diverses F Transfert taxes TOTAL Sources: Rapport Comptes Généraux MEF Pour les recettes effectives, leur évolution a été, en grande partie, favorable comme l atteste le tableau ci-haut. Cette augmentation des recettes, en , n est pas due à un élargissement de l assiette fiscale mais à un effort de l administration fiscale pour collecter les taxes prévues pour cet exercice, suite aux recommandations formulées dans les rapports ultérieurs de la CSC/CA. 3.4 Recettes globales internes réalisées DGI Vs Comptes Généraux Exercice (Exprimé en Gourdes) Comptes Généraux DGI Ecart En comparant le montant des Comptes Généraux pour les recettes internes et celui figurant dans les livres de la Direction Générale des Impôts (DGI), on constate un écart de gdes. Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 8

10 3.5 Recettes globales Comptes Généraux Vs Recettes provinces DGI Exercice (Exprimé en Gourdes) Comptes Généraux DGI Ecart Le montant des recettes internes des provinces donné par la Direction Général des Impôts est de gdes, tandis que celui figuré aux Comptes Généraux est de gdes d où une différence de gdes. Ce qui représente un pourcentage de 68.63%. Un effort devrait être fait par la Direction du Trésor, au travers des différentes unités qui élaborent les Comptes Généraux, afin de concilier les montants figurants dans leur grand livre et ceux de la DGI. Les recettes internes, comparées aux prévisions par point de perception, par zone périphérique, perçues par la Douane pour Compte de la DGI et les recettes globales incluant les provinces sont présentés en annexe, 4-a, 4-b, 4-c et 4-d. 3.6 Recettes Comptes Généraux Vs Recettes douanières Recettes Montant Comptes Généraux Montant AGD Ecart Droits de douane Frais de Vérification (FV) ( ) Droit de travail ( ) Droit d entrepôt ( ) Vente à l encan Recettes ventilées Total FV+Recettes non ventilées Pénal et amendes ( ) Recettes provinces TOTAL DES RECETTES Source : Administration Générale des douanes (recherches et statistiques) Le montant total des recettes perçues par l Administration générale des douanes (AGD) est de G Ce montant est différent de celui des Comptes Généraux du Ministère de l Economie et des Finances qui est G En comparant ces deux montants, il y a un écart de G Les taxes sont différentes les unes des autres ; par exemple les droits de douane pour les Comptes Généraux s élèvent à G et celles de l AGD s élèvent G VERIFICATION DES DEPENSES Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 9

11 Comme indiqué au niveau de l analyse du budget, les dépenses regroupent celles de fonctionnement et d investissement. Les archives du trésor public ont été l une des cibles privilégiées du contrôle exécuté sur pièces. Comme pour d autres exercices précédents, sept entités ont faits l objet des interventions concernées. Par ailleurs quatre mois ont été retenus comme période d échantillonnage. Les principaux écarts retenus se résument comme suit : 1. Ecart entre le montant des réquisitions et celui du grand livre; 2. Absence de réquisition et de pièces justificatives ; 3. Non enregistrement de réquisitions dans le grand livre. (Voir annexe Pages 28 à 33) 4.1- ETAT COMPARATIF DES CREDITS BUDGETAIRES ET DES DEPENSES REELLES Exercice (Exprimé en gourdes) Code Ministères /Organismes Crédits ordinaires Dépenses totales Solde des crédits 1 CSC/CA MPCE MEF MARNDR MTPTC MCI ME Tourisme Palais Législatif Justice MHAVE MAE La Présidence Pouvoir judiciaire CEP BPH MICT OPC UEH MENJS MAS MSPP Cultes Culture MCF Sous-total Interventions Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 10

12 32 Dette publique Investissements Sous-total TOTAL Sources : Comptes Généraux L Etat Comparatif des crédits budgétaires et des dépenses réelles fait voir un solde positif de crédits de G Il est à remarquer que la Dette Publique accuse un solde négatif de G (voir annexe 5a) Les dépenses d Investissement ont largement dépassé les crédits ordinaires avec un solde négatif de G Toutefois, le solde total des crédits est positif de G , ceci est dû au fait que les dépenses pour les Ministères / Organismes ont un solde positif de G (voir annexe 5-b) Ainsi, pour l exercice , les sorties de fonds assimilés aux dépenses de fonctionnement accusent la somme de G alors que les prévisions étaient G RECAPITULATION DES DEPENSES Exercice (Exprimé en gourdes) Type de dépenses Crédit budgétaire Exécution Solde % Ministères / Organismes 11,552,751, Intervention Publique 6,506,202, Dette Publique 4 537,653, Investissement Total Source : Programme budgétaire La récapitulation des Dépenses Publiques relate le fait que 43% du Budget représente des dépenses de fonctionnement alors que les Investissements ne sont que de l ordre de 15%. Il y a lieu de s interroger sur l opportunité des dépenses qui doit être prise en compte lors de l élaboration et de l exécution du Budget de l Etat d Haïti. Les dépenses de fonctionnement ont fait l objet de sondage comme prévu au chapitre 2. L échantillon a porté et sur le temps et sur la population, ce, pour des raisons de technologie et d économie VENTILATION DES FONDS TRANSITES SUR COMPTES COURANTS Exercice (Exprimé en gourdes) Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 11

13 Cod e Objet Montant 1- Autres dépenses/ personnel 399, Autres dépenses/ Fonctionnement 1,059,008, Achat de fourniture et matériels 0 4- Immobilisation 315,361, Projet d'investissement 974,017, Autres dépenses/ subventions 648,965,540.1 TOTAL 2,997,751, Les fonds transités sur compte courant s élèvent à G sur un total de G Ce qui représente 27.71% des dépenses de fonctionnement. Ces dépenses sur comptes courants, il faut le signaler échappent le plus souvent au contrôle sérieux de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif. En effet, aucun contrôle à priori et à posteriori n est fait sur les fonds transités sur comptes courants. 4-4 BUDGET D INVESTISSEMENT Exercice (Exprimé en gourdes) Code Entités Prévisions Utilisation Ecart relatif Ecart en % 1 CSC/CA MPCE MEF MARNDR MTPTC ME ? TOURISME MHAVE MICT UEH MENJS MAS MSPP CULTURE MCF MCI TOTAL Sources: Direction du Trésor / Comptes Généraux Seulement 54% des prévisions de fonds d investissement ont été utilisés. Ce qui signifie que l Etat n a pas été en mesure de mettre en chantier les projets d investissement. 4-5 PROVENANCE DES FONDS D INVESTISSEMENT Exercice fiscal Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 12

14 Sources : Programmation Pour une meilleure appréhension des fonds d investissement, ils ont été par sources de fonds et divisés en Immobilisation et Programme /Projet. ventilés Les sources de fonds comprennent des crédits d investissement, des avances/comptes courants et des Interventions Publiques. Pour , les crédits d investissements représentent 35% de ces fonds avec G Les avances courantes avec ces 63% n ont malheureusement, pas fait l objet de contrôle d ailleurs. Seulement 2% des fonds d investissement ont transité par le biais des Interventions Publiques. 4.6 Acquisition de matériel roulant Comme le matériel roulant est inclus dans des immobilisations corporelles, il va de soi que celle-ci absorbe son budget. Pour l exercice les démarches des vérificateurs de la Cour n ont pas abouti aux renseignements attendus sur le matériel roulant acheté et reçu par l Etat haïtien. Les renseignements obtenus par l application des procédés alternatifs révèlent que le matériel de l Administration n est pas compatibilité conformément au vœu de la loi des finances de 1985 et celles qui régissent l inventaire et le contrôle des biens de l Etat. Certains responsables en place prétextent que certains de leurs véhicules sont reçus en don et autres, achetés par le MEF. Trois institutions : le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le Ministère des travaux Publics Transports et Communications (MTPTC), ainsi que le bureau du Premier Ministre (BPM) ont été ciblées dans le but de vérifier l acquisition et la cession de biens motorisés. Les investigations jusque là menées ont abouti aux mêmes constations que pour les exercices antérieurs. Malgré les recommandations qui ont été formulées, le Ministère de l Economie et des Finances, au mépris de la loi, continue à acquérir pour les Ministères dépensiers cette catégorie de biens qui normalement sont des investissements et devraient de ce fait être acquis par le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe. 5.0-ANALYSE DE LA DETTE PUBLIQUE Pour l exercice , des prévisions de G ont été imputées à la dette publique. Sur base d engagement, ces dépenses ont été respectées. Cependant, des avances sur compte courant totalisant G , ont été payées pour assurer le service de la Dette Publique au cours de cet exercice, ce qui fait que le montant total des dépenses effectuées, se chiffre à G Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 13

15 Au cours de cet exercice, on remarque que, suite aux recommandations formulées dans les rapports antérieurs, une nette amélioration a été portée dans la présentation des informations concernant la Dette Publique. DETTE PUBLIQUE L Etat de la dette publique se divise en Dette Publique Externe et Dette publique Interne. Pour l exercice , l encours au 1 er octobre pour la Dette Externe, totalise un montant de et a totalisé au 30 septembre, La Dette Publique Interne d un encours de G est passée à Les tableaux 5.1 et 5.2 sont le reflet de cette situation. 5.1 SERVICE DE LA DETTE PUBLIQUE Exercice Dette externe Encours de la dette au début Arriérés au 30 septembre Intérêts payés pendant l exercice Amortissement payés pendant l exercice Encours au 30 septembre Dette interne Encours de la dette au début Arriérés au 30 septembre Arriérés au 30 septembre Intérêts payés pendant l exercice Encours au 30 septembre Sources : Direction de la dette Publique/Budget 5.2 EVOLUTION DE LA DETTE Exercice Dette interne Encours au 1 er octobre 2004 Encours au 30 septembre Dette externe - Niveau Multilatéral Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 14

16 Sources : Comptes Généraux Dette externe - Niveau bilatéral Analyse des comptes spéciaux du Trésor pour l exercice Quatre entités intègrent le paquet des Comptes spéciaux du Trésor. Ils figurent au tableau ci-dessous qui montre leur flux d entrées et de sorties. La balance de ces comptes y est donc montrée pour chaque compte spécial, mais leur total ne figure pas dans les comptes généraux. La CSC/CA a jugé nécessaire de faire les calculs pour respecter le principe de présentation complète et fidèle de l information comptable. 6.1 Sommaire des Comptes Spéciaux du Trésor Exercice (Exp rimé en gourdes) Désignation Solde début A Dépôts B Disponible Retrait D Solde fin E=C-D C=A+B CAS Fonds en Fidei Pension Civil II Pension Civil III Sources : Comptes Généraux Selon le vœu de la loi qui régit la matière, les Comptes Spéciaux du Trésor devraient être crédités jusqu'à concurrence de leur disponibilité. Jusqu en , le compte Pension Civile II continue à dégager un solde négatif de G alors qu aucune note ne vient en expliquer le motif. (Réf. art 72 de la loi sur le Budget de la Comptabilité publique de 1985). Un contrôle spécifique renseignerait davantage sur le fonctionnement et la gestion de ces comptes ainsi que Celui dont le solde est négatif, ce qui est une dérogation à la loi cible. Celleci entend, en son article 72 que les comptes spéciaux du trésor ne doivent pas être crédités au delà de leurs disponibilités financières. Y a-t-il eu de disposition contraires expliquant ce dépassement dans le compte de Pension Civile II. Seul une note au bas de la page semble donner une explication mais sans aucune référence légale SYNTHESE La CSC/CA a vérifié les comptes généraux de l exercice , en réponse aux exigences des lois de finances d Haïti. La responsabilité liée à ces comptes, incombe au Ministre chargé des Finances et de l Economie. Celle de la CSC/CA, Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 15

17 en la circonstance, consiste à vérifier ces comptes, en relever les irrégularités, les erreurs, les fraudes éventuelles et en dresser le rapport subséquent. Conformément aux Normes de Vérification Généralement Reconnues, aux lois des Finances Publiques haïtiennes, la CSC/CA a recouru à tous les procédés jugés efficaces en la circonstance. La conformité aux lois et règlements, la corroboration des opérations effectuées, constituent les deux niveaux de vérification qui ont soutenu la mission de la Cour alors que le domaine d intervention de celle-ci s est limité aux dépenses de fonctionnement et au matériel roulant. Les opérations imputées aux comptes courants et Interventions publiques, les projets d investissement et la dette publique, étaient aussi de la partie. Cependant, d importantes restrictions se sont opposées à l exécution intégrale de la vérification. Sans être exhaustives, ces restrictions se résument comme suit : Omission de certaines composantes des comptes généraux, selon l article 83 de la loi sur le Budget et la Comptabilité Publique de 1985; il est question, dans ce cas, de l état d avancement de chaque projet d investissement, de l amortissement détaillé de la dette publique, du projet de loi de règlement, des opérations d acquisition de matériel roulant, des informations sur l alimentation des comptes courants ; Mépris du critère d intégralité et du principe de transparence dans l inscription des événements comptables ; Confusion entre la comptabilité en partie simple à base de caisse, appliquée par le MEF et la comptabilité en partie double, exigée par l article 70 de la loi sur le budget et la Comptabilité Publique de Exclusivement des lacunes de cette comptabilité, des risques d inexactitude et de fiabilité des informations financières fournies par ce Ministère, la CSC/CA estime que les Comptes Généraux de l exercice , à tous égards importants ne présentent pas fidèlement la situation financière de l administration centrale de l Etat pour l exercice clos au 30 septembre En outre la CSC/CA n est pas en mesure d opiner sur les dépenses effectuées sur Comptes courants représentant 13% de l enveloppe budgétaire soit G sur G Arol ELIE Président de la CSC/CA Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 16

18 ANNEXES 4. a Recettes Internes comparées aux prévisions par Point de Perception de la DGI En Millions de Gourdes Exercice Point de perception Réalisation % de réalisation Prévisions Ecart relatif Ecart en % Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 17

19 Bureau Central 1, ,29 1, ,38 UGCF 4, ,39 3, Aire métropolitaine , ALT divers ,31 78, Total P-au-P 5, , Provinces , Total global 5, , N.B/ Sources : Service Statistique de la DGI. Ce tableau montre un montant de : 5, millions de gourdes encaissé par les différents points de perception de la DGI dont l UGCF contribue à plus de 28.52% avec un écart relatif de million suivi du Bureau Central avec un écart relatif de million soit un pourcentage de 1.38%. Néanmoins, les réalisations des provinces par rapport aux prévisions fixées pour l exercice reflètent un écart défavorable de (64.25) soit un pourcentage de %.Dans l ensemble l écart est positif de 758,4 millions soit 14,80% 4-b Recettes Internes comparées aux prévisions par Zone Périphérique. En Millions de Gourdes Exercice Zone périphérique Réalisation % de réalisation Prévisions Ecart relatif Ecart en % Delmas ,09 4, Carrefour ,86-16, Pétion-Ville ,34-20, Croix des ,48-16, Bouquets Croix-des- Missions ,80-16, Total Aire ,57-64, Métropolitaine ALT Divers ,43-60, Total , N.B : Sources Service Statistique de la DGI La commune de Pétion Ville a collecté un montant de millions de des d où une diminution de 20.3 millions de gourdes par rapport aux prévisions qui étaient de l ordre de millions de gourdes soit un pourcentage de - 9,63%.Toutes les autres zones périphériques n ont pas atteint les prévisions, à l exclusion de la commune de Delmas qui les a dépassés, avec un écart favorable de 4,87 millions de gourdes soit 5,72%.Dans l ensemble, on constate un écart défavorable de Millions de gourdes soit %. 4. c Recettes Internes perçues par la Douane pour le compte de la DGI Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 18

20 Exercice Exprimé en Gourdes Mois Montant % Octobre ,60 Novembre ,20 Décembre ,70 Janvier ,20 Février ,10 Mars ,90 Avril ,80 Mai ,10 Juin ,30 Juillet ,80 Août ,90 Septembre ,40 Total N.B Source : Service Statistique B.R.H 4. d Recettes Globales incluant les Provinces Exercice (Exprimé en gourdes) Libellés Montant % DGI et ses différents points de 6, 215, 850, ,76 perception Recettes perçues par la Douane 4, 545, 583, ,24 pour la DGI Total 10, 761, 433, N.B Sources : Service Statistique DGI et BRH. Le tableau des recettes globales accuse un montant de gourdes représentant la totalité des recettes internes. La DGI et ses différents points de perception ont totalisé un montant de ,000 gourdes soit 57,76%. Les recettes perçues par la Douane pour la DGI, s élèvent à , ce qui représente un pourcentage de 42,24% des recettes internes. 5-a DEPASSEMENT BUDGETAIRE Fonctionnement Rapport de Vérification des Comptes Généraux Page 19

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

CENTRE D'AIDE AUX VICTIMES D'ACTES CRIMINELS DES LAURENTIDES RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009

CENTRE D'AIDE AUX VICTIMES D'ACTES CRIMINELS DES LAURENTIDES RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009 RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009 RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 MARS 2009 I N D E X Pages RAPPORT DU VÉRIFICATEUR PRODUITS ET CHARGES 1 BILAN 2 ÉTAT DE L'ÉVOLUTION DES ACTIFS NETS 3 ÉTAT DES FLUX DE

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS POUR UNE PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (PME) préparé par François BROUARD, DBA, CA Eric Sprott School of Business Carleton University 1125 Colonel By Drive,

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Rapport de surveillance

Rapport de surveillance Politique : Rapport de surveillance LPD-3 Situation financière ANNEXE 3.3.3d Période de référence : Janvier à mars 2015 Type de politique : Limites des pouvoirs de la direction ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE DU

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME (Règlement numéro 8) Remplaçant l ancien règlement numéro 8 et abrogeant le Règlement numéro 6 -

Plus en détail

MUSIQUE ENSEMBLE 20EME

MUSIQUE ENSEMBLE 20EME 32 Rue du Capitaine Marchal 75020 PARIS Association COMPTES ANNUELS au 31 août 2010 SOMMAIRE PRESENTATION Présentation de l'association I COMPTES ANNUELS Attestation Bilan Compte de résultat Annexe 1 3

Plus en détail

Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé. le 30 juin 2015. Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014

Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé. le 30 juin 2015. Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014 Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014 Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé le 30 juin 2015 TITRE DU RAPPORT 1 PUBLIÉ PAR Agence de développement économique

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

EXEMPLE DE RAPPORT RAPPORT DES COMPTABLES CONCERNANT LA PÉRIODE

EXEMPLE DE RAPPORT RAPPORT DES COMPTABLES CONCERNANT LA PÉRIODE EXEMPLE DE RAPPORT RAPPORT DES COMPTABLES CONCERNANT LA PÉRIODE Au ministère de l Éducation ALLANT DU 1 er AVRIL 2005 AU 31 AOÛT 2005 I. À la demande du conseil scolaire de district ABC (le «conseil»),

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière L établissement, la présentation et l intégrité des états financiers consolidés ci-joints, du rapport de gestion

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale Le 31 août 2010

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale Le 31 août 2010 États financiers Fonds pour l amélioration de la programmation locale Le 31 août 2010 RAPPORT DE VÉRIFICATION À l intention du conseil d administration du Fonds canadien pour l amélioration de la programmation

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30

VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30 VOLET: GESTION FINANCIÈRE POUR LES COMMIS ET AGENTS ADMINISTRATIFS 25 NOVEMBRE 2011 13H30 COMPTABILITÉ 101 Les processus de l'exercice comptable de la fonction publique en abordant: - Le cycle des rapports

Plus en détail

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Version du 26 juin 2015 Ce cahier des spécifications techniques a pour objet de prendre en compte les nouveaux états de comptabilité budgétaire

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003

ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 ACTION DÉMOCRATIQUE DU QUÉBEC / ÉQUIPE MARIO DUMONT RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 DÉCEMBRE 2003 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR 1 ÉTATS FINANCIERS Résultats 2 Évolution

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014 La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec États financiers combinés États financiers combinés Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant...

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL)

LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL) LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL) I. GÉNÉRALITES Lorsqu elle est soumise au régime du réel normal (1), l entreprise doit calculer, chaque mois, le montant de la TVA due à l état. Celle-ci

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI Comptabilité publique Par Mme Rokia BELALAMI Introduction: Selon l article 1du décret royal N 330-66 du 10 Moharrem 1387 (21 avril 1967) portant règlement général de la comptabilité publique, celle-ci

Plus en détail

Commentaire 2 : Commentaire 3 :

Commentaire 2 : Commentaire 3 : TABLEAU DES ECLAIRCISSEMENT SUR LES OBSERVATIONS ET COMMENTAIRES DU RAPPORT PROVISOIRE DE CONTROLE DE L EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT, EXERCICE 2011 Observations de la Cour des Comptes 1. Le cinquième

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

SOCIÉTÉ CANADIENNE D ÉVALUATION SECTION DE LA CAPITALE NATIONALE ÉTATS FINANCIERS 30 JUIN 2012

SOCIÉTÉ CANADIENNE D ÉVALUATION SECTION DE LA CAPITALE NATIONALE ÉTATS FINANCIERS 30 JUIN 2012 SOCIÉTÉ CANADIENNE D ÉVALUATION SECTION DE LA CAPITALE NATIONALE ÉTATS FINANCIERS 30 JUIN 2012 CONTENU RAPPORT DES VÉRIFICATEURS INDÉPENDANTS ÉTATS FINANCIERS BILAN 3 ÉTAT DES OPÉRATIONS ET ÉVOLUTION DES

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Application rétroactive avec retraitement de l exercice comparatif (recommandée par le MAMROT)

Application rétroactive avec retraitement de l exercice comparatif (recommandée par le MAMROT) Précisions sur le traitement comptable des paiements de transfert pour le programme TECQ lorsque les dépenses d investissement subventionnées ont déjà été réalisées et que le transfert est versé de façon

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 page 16 B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 Résumé 28. Le budget proposé pour 2002-2003 s élève à 678 400 000 francs suisses, soit une augmentation de 112 542 000 francs suisses, ou

Plus en détail

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer :

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN RÈGLEMENT NUMÉRO 110-34 DÉCRÉTANT LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCE DE LA PART DU CONSEIL À LA DIRECTRICE GÉNÉRALE / SECRÉTAIRE

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

PETITE CAISSE INSTRUCTIONS SUR LE MODE DE FONCTIONNEMENT

PETITE CAISSE INSTRUCTIONS SUR LE MODE DE FONCTIONNEMENT 1120-11-05 SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PETITE CAISSE INSTRUCTIONS SUR LE MODE DE FONCTIONNEMENT Septembre 2003 TABLE DES MATIÈRES 1- Introduction... 3 2- Utilisation... 3 3- Fonds fixe... 3 4- Compte

Plus en détail

Comme expliqué dans la note d information, les organismes municipaux ne peuvent plus inscrire de débiteurs pour de tels transferts.

Comme expliqué dans la note d information, les organismes municipaux ne peuvent plus inscrire de débiteurs pour de tels transferts. Précisions sur le traitement comptable des paiements de transfert lorsque les dépenses de fonctionnement subventionnées ont déjà été réalisées et que le transfert est versé de façon pluriannuelle par la

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS

INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS Thème INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS Par M. Philippe THEUMOUBE Magistrat Conseiller Maître CC/CS INTRODUCTION Définition

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 Politiques financières ADOPTÉ : MODIFIÉ : 17/10/2010 (A.G.O) 09/12/2012 (A.G.E.) TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 POLITIQUE # 3 GESTION

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

ATTENDU QU avis de motion a été régulièrement donné le 13 novembre 2007;

ATTENDU QU avis de motion a été régulièrement donné le 13 novembre 2007; VILLE DE SAINT-CÉSAIRE MRC DE ROUVILLE PROVINCE DE QUÉBEC Règlement numéro 122 décrétant les règles de contrôle et de suivi budgétaires. ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa de l article 477 de la Loi

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Employeurs et autres débiteurs de cotisations

Employeurs et autres débiteurs de cotisations CLASSE 4 COMPTES DE TIERS La classe 4 comprend les comptes de tiers et reprend toutes les opérations du bilan autres que financières (classe 3) avec les tiers et qui se représentent dans le cadre des relations

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010 États financiers cumulés Le 23 juin 2011 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés 99, rue Bank, Bureau 800 Ottawa, Ontario Canada K1P 1E4 Téléphone +1 613 237 3702 Télécopieur +1

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

L E D I R E C T E U R D U C E D R E S

L E D I R E C T E U R D U C E D R E S MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE, SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ---------------- UNIVERSITE OUAGA II ---------------- CENTRE D ETUDES, DE DOCUMENTATION ET DE RECHERCHE ECONOMIQUES ET

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet

Plus en détail

INFORMATIONS/FORMATION SUR LES MODALITÉS D EXÉCUTION FINANCIÈRE DES RÉGIES DIRECTES DES DEVIS PROGRAMMES (10 ème FED)

INFORMATIONS/FORMATION SUR LES MODALITÉS D EXÉCUTION FINANCIÈRE DES RÉGIES DIRECTES DES DEVIS PROGRAMMES (10 ème FED) République Islamique de Mauritanie Honneur - Fraternité Justice Ministère des Affaires Economiques et du Développement Ordonnateur national du FED Union Européenne Délégation de l Union Européenne Cellule

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

PROCÉDURE : REMBOURSEMENT DE DÉPENSES CODE : FS-10.P1

PROCÉDURE : REMBOURSEMENT DE DÉPENSES CODE : FS-10.P1 PROCÉDURE : REMBOURSEMENT DE DÉPENSES CODE : FS-10.P1 Origine : Services financiers Autorité : Résolution 06-04-26-9.1 Révisée par résolution 15-02-25-15 Référence(s) : Procédure de remboursement de dépenses

Plus en détail

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE LA GSTION BUDGTAI LA DIVSITÉ DS BUDGTS - L BUDGT D TÉSOI La comptabilité générale et la comptabilité analytique renseignent le gestionnaire sur une situation passée : - la comptabilité générale permet

Plus en détail

SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2

SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2 SOMMAIRE G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2 G.2 GESTION DES COMPTES BANCAIRES ORDINAIRES... 3 G.2.1 Retrait du compte bancaire... 4 G.2.2 Contrôle du compte bancaire... 5 G.2.3 Déroulement du rapprochement

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

Compte du régime de pension des Forces canadiennes

Compte du régime de pension des Forces canadiennes 30 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration du Compte du régime de pension de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Nous avons vérifié le bilan et l état du portefeuille

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

3. Le cycle budgétaire et financier

3. Le cycle budgétaire et financier 3. Le cycle budgétaire et financier Le but de cette section est de présenter les principaux processus et de faire ressortir les dates importantes de réception ou de transmission d informations avec le

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

Nom de l Association : Direction Sports et Nautisme. ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES

Nom de l Association : Direction Sports et Nautisme. ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES Nom de l Association : Ville de Brest Direction Sports et Nautisme ANNEXE de l IMPRIME n 1 DOCUMENTS FINANCIERS ET COMPTABLES Vous trouverez à compléter : Un Compte de résultat et budget prévisionnel Un

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE Institut de Statistiques et d Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU) TRAITEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES

Plus en détail