Colloque CEFI-CEIFCO. ingénieurs et cadres Entretenir et garantir le savoir-faire dans une société du risque»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque CEFI-CEIFCO. ingénieurs et cadres Entretenir et garantir le savoir-faire dans une société du risque»"

Transcription

1 Synthèse des échanges du Colloque CEFI-CEIFCO du jeudi 6 octobre 2011 à Télécom ParisTech «La certification individuelle des compétences métiers des ingénieurs et cadres Entretenir et garantir le savoir-faire dans une société du risque» organisé à l initiative conjointe du CEIFCO (Club des Grandes Ecoles d Ingénieurs pour la Formation Continue) et du CEFI (Comité d Etudes sur les Formations d Ingénieur) avec l appui de Jean-Claude Arditti, Expert Affaires Internationales de la CTI 1 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

2 Table des Matières Introduction, par Claude Maury, Délégué Général du CEFI Page 4 Entrée en matière La place étonnante prise par les approches compétences dans les formations initiales préprofesionnelles. 1 ère session : Identifier et faire connaître l expertise professionnelle - Définir et reconnaître l expertise dans l aéronautique (Gérard Laruelle, DG Pôle AsTech) Page 5 Page 8 - La pratique paritaire et internationale des certifications d inspiration anglo-saxonne (Michel Gavaud, Président MGCM) - Les certifications délivrées par les éditeurs dans l informatique (Didier Rousseau, EISTI) - Les pratiques de certification dans le domaine du nucléaire tour d horizon et certifications proposées par le CNAM (Emmanuelle Galichet, Bertrand Mercier, Dominique Gentile, CNAM) 2 ème session : Que nous apprend l expérience des autres? - La situation en Angleterre (Colin J. Kerr, Imperial College) Page 23 - La situation en Espagne (Victor Gomez Frias, Ecole des Ponts ParisTech) - Les avancées dans le champ de la santé (Michel Daigne, Ecole Centrale Paris) 1 ère table ronde sur les évolutions observées, et sur l offre de formations continues certifiantes (Jean-Claude Hironde, IESF, Maxime Mazloum Syntec Ingénierie) 3 ème session : Normalisations internationales vs certifications françaises - Le dispositif de normalisation internationale (Alan Bryden, ISO) Page 28 Page 42 - La pratique des certificats de certification professionnelle (Mauric Pinkus, UIMM) - Le dispositif français de reconnaissance officielle (Brigitte-Véronique Bouquet, RG CNCP) 2 ème table ronde sur l évolution des besois et pratiques des milieux professionnels en matmière de certification et les attentes vis-à-vis des écoles (J-C. Arditti, CTI et AVRIST, Patricia Blancard CFDT Cadres et APEC, Alain Huberman, Alcaltel Lucent University) Conclusions, par Claude Maury Une économie mondialisée nous impose de nous doter d outils pour construire la confiance. Page 47 Page 59 Liste des participants Page 66 Présentations power point des intervenants 2 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

3 Nota Bene : Les interventions des tables rondes et des débats ont été reconstituées ou résumées à partir de la transcription de cassettes enregistrées ou de prise de notes. 3 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

4 Introduction à la synthèse par Claude Maury, Délégué Général du CEFI Toutes les personnes qui ont participé à ce colloque, ont ressenti l opportunité d aborder aujourd'hui le sujet de la certification ou plus largement de la reconnaissance des compétences métiers, et perçu dans le même temps les hésitations sur la voie à suivre (recours à des dispositifs propres à une entreprise, adossement à des certifications d État, recours à des certifications spécifiques, création de registres gérés par les associations professionnelles,?). C est dire l intérêt attaché à ce travail de synthèse (le terme d actes n est que partiellement approprié) qui s'applique à revenir sur les présentations et sur le fond des débats, pour permettre une meilleure compréhension du sujet abordé et des solutions envisageables, tout en tentant de discerner quelques perspectives sur l'évolution à terme des pratiques. Concrètement nous nous sommes efforcés de dégager aussi clairement que possible dans le texte qui suit, les grands messages des interventions présentées, par rapport - à la réalité du problème abordé (nature et besoin de certifications professionnelles: pourquoi la question se pose-t-elle? Dans quels contextes?) - à l éventail des approches adoptées pour le résoudre : o o o Au sein de grands groupes industriels (sous la forme d une gestion en interne de l expertise) Par rapport à des communautés techniques mondialisées, apte à définir et à crédibiliser des référentiels tirant les leçons des bonnes pratiques Dans un cadre national impliquant une intervention réglementaire de la puissance publique Nous espérons que cet effort de clarification sera bien compris et qu il contribuera surtout à dégager une doctrine plus assurée sur le sujet. 4 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

5 Entrée en matière La place étonnante prise par les approches compétences dans les formations initiales pré-professionnelles Il est difficile de ne pas être frappé par l'engouement spectaculaire, qui prévaut depuis quelques années, dans le monde des formations supérieures en général, et des formations d ingénieurs en particulier, pour ce que l on qualifie d approche compétence. Cette fascination a indéniablement des effets positifs et un caractère sympathique, au sens où elle concrétise une sensibilité nouvelle et bienvenue aux impératifs d'une bonne préparation de l'exercice d'un métier. Elle surprend pourtant à plusieurs titres, en mobilisant une énergie considérable sur la formalisation de référentiels de compétence, souvent subtilement raffinés, et en encourageant surtout une vision partiellement ambiguë du rôle des formations initiales. Elle tend en effet, à minorer, au delà du raisonnable, tout ce qui concerne l apport de connaissances, alors qu'il s'agit d'une fonction qui reste au cœur de la grande majorité des programmes de formation. Elle dissocie ensuite le rapport direct, qui semblerait devoir s'imposer entre compétences et pratique professionnelle efficiente. C'est pour cette raison que s'est généralisé en Europe le terme plus neutre et plus réaliste de "learning outcomes" à comprendre comme acquis de formation ou acquis d apprentissage. Il faut enfin admettre que la question de la maîtrise des compétences ne peut être réduite à une vision binaire. Il est difficile d'échapper à une appréciation graduée (on est plus ou moins compétent), ce qui pose le problème redoutable de l'évaluation fiable d'une efficience en situation. 5 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

6 En revenir aux compétences métiers Ce tableau nous amène au sujet retenu pour ce colloque, qui n'est pas celui des compétences ou des capacités acquises dans les formations, mais celui des compétences métiers, au sens de capacités effectives, développées en milieu professionnel, à un niveau de maîtrise élevé (ce qui renvoie à une dimension d expertise). La question que nous avons choisi de traiter est celle de la validation de ces compétences, en nous interrogeons d'abord sur l'intérêt que celle-ci peut présenter, en analysant ensuite les différentes formules mises en oeuvre pour donner toutes les garanties attendues, et, enfin, leur dynamique de développement. Pour mieux saisir l intérêt de cette question, je me rapporterai à une définition du concept de compétence, que donnait récemment M. Le Boterf dans un colloque organisé par les Écoles de la FESIC (M. Le Boterf soulignait au passage que l'on parlait sans doute trop de compétences) : "je propose de définir simplement la compétence comme ce qui apporte la confiance dans l exercice d une pratique professionnelle" L accent ainsi mis sur la prise en compte d'une dimension de confiance dans une pratique professionnelle, éclaire en effet magnifiquement notre sujet. S'attacher à la validation d'une compétence métier, peut être très simplement compris comme une entreprise de construction (ou de consolidation) de la confiance. Il nous faut admettre que cette confiance est ressentie de plus en plus nécessaire et utile, dès lors que l on considère des situations à risque ou plus largement la grande majorité des transactions du monde économique, où on ne dispose pas d'assurances incontestables sur le sérieux et la solidité de l'offre que l'on considère. La certification d'une compétence métiers apparaît donc simplement comme une manière de répondre à cette attente de confiance dans une situation de risque ou au moins d'incertitude, quelle que soit la nature de ce risque ou de cette incertitude, quel que soit le contexte dans lequel la question est posée, que ce soit en France, en Angleterre, en Espagne, ou ailleurs. 6 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

7 La progression retenue dans le document Nous avons retenu pour ce colloque une progression en trois sessions, que nous conserverons pour cette synthèse. Les deux premières sessions introduisent la table ronde de la matinée, la dernière, la table ronde de l après-midi. Pour donner à ce compte rendu sa pleine cohérence, nous avons rapproché le témoignage sur l Espagne de Victor Gomez Frias (Ecole des Ponts, membre de l Ordre des Ingénieurs Civils espagnols) de l intervention de Colin J. Kerr (Imperial College London, Institute of Civil Engineers) sur l Angleterre. 7 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

8 1 ère session : Identifier et faire connaître lʼexpertise professionnelle Définir et reconnaître lʼexpertise dans lʼaéronautique Exposé de M. Gérard, Laruelle, Directeur Général du Pôle de Compétitivité AsTech Voir la présentation power point de M. Gérard Laruelle Echanges avec les participants Claude Maury «Pour rebondir avec votre dernière remarque, j ajoute que nous avons parmi nous un spécialiste des questions de normalisation. M. Alan Bryden nous expliquera, par rapport aux pratiques internationales, comment comprendre la certification et comment mettre en place des processus clairement reconnus et transparents, internationalement, sur les certifications? Monsieur Laruelle nous a montré avec beaucoup de pertinence comment un domaine industriel analyse sa problématique compétence avec un centrage sur les questions d expert. La certification est pour vous un point d interrogation. Vous êtes plus sensible à la certification légère, sous la forme d'une labellisation, plutôt qu'à la certification. C est une très bonne transition avec la prochaine intervention. Monsieur Gavaud, dont la responsabilité est encore plus grande que ce que je ne pensais, puisqu'il va nous montrer comment dans un certain secteur (qui joue aussi pour l aéronautique), la certification intervient.»une démarche de développement de compétences fondée sur le co-investissement et concernant toutes les catégories de personnel Max Marty «On va parler beaucoup de certifications, mais pour moi, on va parler de formation avec certification de compétences. Ici, c est davantage à mon avis, un jugement engagé. On donne un jugement sur une personne. C est engageant puisqu on dit, c est un expert.» 8 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

9 La pratique paritaire et internationale des certifications dʼinspiration anglosaxonne Exposé de Michel Gavaud, Président de MGCM, sur les certifications professionnelles dans le domaine de la logistique délivrées par l association américaine APICS, (CPIM, BASICS, CSCP...) Voir la présentation power point Echanges avec les participants Claude Maury «Je remercie Michel Gavaud, j ai expliqué tout à l heure à quel point il était, sans le savoir, responsable de cette journée. Michel Gavaud a bien mis en exergue le problème terriblement culturel au coeur de nos débats : celui de la confrontation entre une vision régalienne qui sera présentée par Mme Bouquet cet après-midi, fonctionnaire d Etat, et une vision qu on peut qualifier de libérale, nord américaine ou professionnelle, qui est clairement différente. Nous sommes à l'évidence dans un pays de tradition régalienne, spécialement sur les diplômes, qui sont présentés plus ou moins habilement comme des certifications. Il nous faut admettre qu'il existe aussi une certification individuelle privée, dont Michel Gavaud a donné une illustration brillante. Nous allons continuer ensuite sur l informatique qui est dans la veine des certifications individuelles.» 9 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

10 Jean-Claude Arditti «J ai deux questions : - Quelle est l économie de ces certifications? Qui paye? Combien ça coûte? - Quelles sont les implications juridiques du fait d être certifié et d avoir des collaborateurs dans une entreprise certifiée? Est-ce qu il y a des privilèges des certifiés, la possibilité de faire certaines choses que d autres ne peuvent pas faire? En cas de contentieux, cela fait-il une différence d être certifié?» Michel Gavaud «L impact économique de la certification se conçoit d une part au niveau du professionnel, par rapport au bénéfice qu il va en tirer; l autre aspect concerne le coût financier de la certification. Premier principe : aucun financement public n existe. Les organisations qui proposent des formations et des certifications ont des coûts de fonctionnement non négligeables (personnel, marketing,...). C est pourquoi les examens peuvent coûter très cher, 1000 ou 1200, rien que l examen. Tout est publié sur notre site on est très transparent au niveau des tarifs. Qu est-ce que cela apporte aux participants? Une des caractéristiques est qu il s agit d initiative individuelle. Les personnes qui voulaient préparer cette certification forçaient la main à leur entreprise, pour bénéficier d une reconnaissance internationale de leurs pairs. Ce sont les entreprises qui financent, il y a les OPCA et tous les systèmes de financement des entreprises. Pour l aspect juridique... ce n est ni délivré par l Etat, sauf pour la certification EMF, ni par nous. C est une reconnaissance des pairs, c est une reconnaissance par l association américaine APICS ou par l association européenne basée en Belgique IIDLC. C est une reconnaissance qu untel a obtenu à tel niveau. Cette reconnaissance est basée sur différentes choses : le dictionnaire de la terminologie, l «exam content manual», où est détaillé le contenu de la certification et c est la garantie qu il n y aura pas de questions en dehors.» Jean-Claude Arditti «Le fait que ce soit privé et non reconnu par l Etat n est pas antithétique des faits juridiques, par exemple aux Etats-Unis la qualification de «professional engineer» a des effets. C est à dire qu on ne peut confier, dans la plupart des états des Etats-Unis, certaines missions d ingénieur sans cette qualification.» 10 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

11 Michel Gavaud «D accord mais celles-ci sont différentes. Elles sont basées sur le principe du volontariat, il n y a pas d obligation pour une entreprise d avoir un certain pourcentage de diplômés. D ailleurs, ce sont les entreprises qui demandent à leurs fournisseurs de travailler avec ces certifications. Il y a quinze ans déjà, De Dietrich demandait à ses vendeurs de logiciels combien ils avaient de diplômés chez eux. Alors quand certains demandaient «CPIM c est quoi?», «Et bien quand vous saurez, vous reviendrez nous voir avec cette proposition...» Claude Maury «On est sur un point important du débat : les effets juridiques. Il y a aussi un aspect qui relève des normes : le problème du contrôle. On peut trouver ces certifications sur le plan technique ou au niveau de normes. L organisme certificateur peut être du privé. Qu est-ce qu il y a au-dessus pour assurer que l organisme certificateur ne dérape pas? Dans le cas des normes, c est très important. La question sera abordée cet après-midi par Alan Bryden. Il peut y avoir une logique à étages - mais avec l intervention d Alan Bryden, on comprendra mieux l architecture du contrôle - mais dans ce cas précis, il n y en a pas. Il y a une communauté, un auto-contrôle.» Michel Gavaud «Il s agit de certifications de professionnels par des professionnels.» Claude Maury «On est dans un système citoyen, on pourrait dire que ce sont les citoyens qui s auto-régulent. Manifestement, c est un principe auquel on a du mal à adhérer, parce que si l Etat n intervient pas, on se sent mal à l aise.» Max Marty SNIPF «Il existe tout de même en France un organisme qui est une émanation d Etat, le COFRAC, qui délivre des certifications. Le COFRAC audite annuellement les organismes accrédités en fonction de normes, les normes ISO en particulier. Et pour la certification des personnels, c est la CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

12 En réalité, on répond à une logique. Dans les systèmes qualité, on a commencé à s occuper des gestions et organisations d entreprises, ISO 9001, Environnement On a fait les laboratoires, les matériels dans les laboratoires, et il est logique qu on arrive à la certification des personnels pour que la chaîne qualité soit valable. On sait le poids dans les entreprises des hommes et des femmes qui y travaillent. C est de la logique et du bon sens. Il y a une différence culturelle dans les pays anglo-saxons : 80% se fait dans le domaine volontaire. La France a pris le train en retard, elle fait l inverse : 20% dans le domaine volontaire. Et puis, on voit apparaître de plus en plus le côté réglementaire, justement comme vous le disiez, on aime bien le côté régalien. Pour répondre à Monsieur, sur la partie juridique, à l heure actuelle, les magistrats, qui ont en charge des experts judiciaires, ont le problème de la validation de la compétence de ces experts. De plus en plus, les chancelleries demandent aux experts, quand il existe un organisme certificateur, de se faire certifier. Il y a un acteur économique que vous oubliez, ce sont les assureurs. Ils se sont emparés du problème de certification, puisque tous les experts d assurance sont en cours de certification et en plus, ils en tiennent compte dans leur calcul de risque. Le fait d avoir un individu certifié, permet d avoir sur ses responsabilités civiles, sur sa décennale s il est dans le bâtiment, des remises qui peuvent aller jusqu à 50%. On voit bien que c est une globalité.» Claude Maury «Votre remarque est très intéressante. Ce sera aussi évoqué cet après-midi.» Alan Bryden «On est face à un domaine tout à fait foisonnant, vous l avez évoqué dans votre introduction en faisant le parallèle entre les deux versions, française et anglaise, et les ambiguïtés qu elles comportent. Il y a trois niveaux auxquels la confusion et le foisonnement peuvent s appliquer: 1-le référentiel de compétence Par rapport à quelles exigences, on va essayer d apprécier la compétence et la qualification. Il y a une nuance entre les deux. La compétence, c est l aptitude à exercer une activité et la qualification, c est l ensemble des éléments tels que la formation initiale, la formation continue, l expérience professionnelle qui permettent d apprécier si on a la compétence. Donc le premier niveau correspond au référentiel de métier. 2-l intervention d une tierce partie, qui va attester qu un individu a la compétence et la 12 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

13 qualification. C est ce qu on appelle des organismes certificateurs (cela peut s appeler autrement). 3-Comment s assure-t-on que ces organismes certificateurs opèrent un processus qui donne confiance? Tout cela revient, comme l a dit le premier intervenant je crois, Claude l a dit, au problème de donner confiance dans l aptitude de quelqu un à faire quelque chose. Cet après-midi, j essaierai de vous introduire la normalisation, spécifiquement la norme ISO qui a déjà été mentionnée.» Max Marty «Mais, le COFRAC en France est couvert par l Europe, par la certification européenne.» Alan Bryden «On ne peut s'abstraire d'une dimension internationale. Ce n est pas seulement l Europe qui est concernée, c est un problème mondial aujourd hui : l employabilité au niveau international. On l a vu avec le premier exposé à EADS, qui a eu à traiter le problème d une entreprise qui avait à qualifier des experts de différents pays. J essaierai de vous résumer tout ça cet après midi.» Max Marty «La certification européenne, maintenant, est obligatoire pour les expertises immobilières. Il faut être certifié. Aucune entreprise aujourd hui ne peut se permettre de certifier un ascenseur par exemple. On est obligé de passer par le COFRAC.» Claude Maury «Je crois que l organisation de cette réunion était justifiée. Il y a vraiment un problème de fond. La question qu indirectement soulève Monsieur Marty, et qui sera évoquée tout à l heure par Syntec Ingénierie, c est la question de la certification individuelle ou collective. C est un autre sujet que nous n avons pas encore traité. Donc c est vraiment le moment de donner la parole à Didier Rousseau.» 13 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

14 Les certifications délivrées par les éditeurs dans lʼinformatique Exposé de Didier Rousseau, Directeur des Systèmes dʼinformation de lʼeisti Voir la présentation power point Questions à lʼassemblée XXX «Dans le cadre de votre choix de système de certification, la certification est-elle indépendante du système de formation ou apporte t-elle des crédits ECTS par exemple?» Didier Rousseau «Alors non. On a en effet une certification qu on fait passer, TERP10, dans le cadre de l option d intégration ERP de 3ème année. Globalement, cette certification ne fait pas partie du cursus, ne donne pas d ECTS. Elle permet aux élèves de mettre en pratique les cours qu ils prennent sur SAP / 3ERP, en l occurrence TERP10 est une certification SAP. Ce n est pas quelque chose qui est diplômant pour nous. C est un plus qu on donne aux élèves, qui permet de valider des acquis directement par rapport à un enseignement global qu on leur fournit, mais qui n est pas dédié à l acquisition de crédits. On ne devient pas organisme certifiant pour SAP.» XXX «Une petite précision pour bien comprendre le modèle économique : l enjeu pour les éditeurs, c est avant tout de former en compétences tous les prestataires dans l utilisation des outils et assurer ainsi la qualité de service autour de ces outils. Et c est également un enjeu économique. Une question annexe : qui délivre les certifications informatiques? Est-ce que ce sont les organismes de formation externes certifiés ou est-ce que les éditeurs s en chargent?» 14 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

15 Didier Rousseau «Soyons très clairs, je pense qu il y a un peu des deux. Il y a une volonté marketing au départ qui consiste à dire : «voyez, j ai un réseau formé». C est une orientation marketing des éditeurs. Par contre, c est un vrai business. Les certifications sont faites par les éditeurs euxmêmes. Ils ne délèguent pas cette certification. En revanche, ils délèguent les cours permettant de les obtenir. Il y a très peu d éditeurs, qui font eux-mêmes leurs cours. Exceptés, les cours d instructeur. Dans les certifications, le niveau instructeur vient après celui d ingénieur. Le niveau instructeur permet de certifier que la personne est capable d enseigner. Ces niveaux sont faits en partie chez les éditeurs. Les personnes certifiées ont accès aux universités américaines qui sont en relation avec les éditeurs, il existe un MBA Microsoft.» Antoinette Franc de Ferrière «Je voudrais confirmer que les certifications sur les produits Dassault Systèmes sont un mixte entre la connaissance métier et l utilisation du logiciel, pour les deux raisons évoquées : marketing et business.» Didier Rousseau «La confiance client est essentielle.» 15 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

16 Les pratiques de certification dans le domaine du nucléaire tour dʼhorizon et certifications proposées par le CNAM Par Emmanuelle GALICHET, Maître de Conférences au CNAM, Bertrand MERCIER, CNAM-CEA-INSTN, et en collaboration avec le Pr. Dominique GENTILE, Directeur National des Formations du CNAM Le CNAM qui avait été sollicité sur le thème des certifications dans le secteur du nucléaire, n ayant pu être présent au colloque pour des raisons de contraintes extérieures, les responsables du CNAM nous ont apporté cette contribution écrite après le colloque et nous les en remercions vivement. Lʼindustrie nucléaire, un domaine à risque où un soin très particulier est apporté à la définition des interventions et à leur contrôle En guise d introduction, prenons l exemple d une installation nucléaire de base (INB). Il peut s agir d une centrale nucléaire, d un accélérateur de particules dans un hôpital ou un centre de recherche, un irradiateur dans une industrie de stérilisation d aliments L exploitant de l INB doit écrire précisément ce qu il fait et faire ce qu il a écrit. C est le principe de base de la qualité et donc de la sûreté. L exploitant d une INB tient ainsi à jour en permanence un référentiel documentaire très précis, dont la structure est définie par la réglementation. Ce référentiel décline bien évidemment la réglementation qui existe dans tous les domaines ayant un impact sur la sûreté des INB, comme par exemple la radioprotection, les équipements sous pression, la ventilation, l incendie, la criticité, les matières nucléaires, les sources radioactives, les manutentions, les transports de matières radioactives. Les responsables de l INB et les opérateurs qui interviennent dans l INB doivent disposer des habilitations nécessaires. Ces habilitations peuvent parfois être données par le chef d INB qui atteste que l opérateur est en mesure d effectuer convenablement les opérations concernées. Le compagnonnage est donc à la base d une partie (assez limitée) des habilitations CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

17 La plus grande partie des habilitations repose sur des formations spécialisées, en général non diplômantes. Ceci explique l importance de la formation continue et de la certification dans le domaine du nucléaire. La certification formelle des qualifications est un élément important, comme ailleurs, de construction de la confiance Les industries du nucléaire et notamment les industries électronucléaire sont des industries de haute technologie dont la notion de risque est indissociable de la grandeur économique. Et lorsque l on parle de risque comme le souligne Claude Maury dans son introduction à ce colloque on renvoie à la notion de confiance. Le domaine du nucléaire est l exemple parfait. En effet depuis toujours la dimension d acceptabilité sociétale des applications des sciences et technologies nucléaires est extrêmement importante et la société civile a besoin de confiance pour accepter. Depuis les derniers accidents (Tchernobyl et Fukushima) cela est encore plus frappant. Il serait peut-être intéressant outre le fait de développer et d inventer des méthodes de certification professionnelles des compétences individuelles, de s interroger sur l importance de communiquer envers la société civile et pour cela savoir bien expliquer pour aider la confiance à s installer. Or il n est possible de bien expliquer que si l on a des connaissances bien assimilées. Par conséquent je crois qu il ne faudra pas négliger l importance d un enseignement des connaissances de bonne qualité afin de permettre aux futurs certifiés d avoir des fondations solides dans leur pratique professionnelle. Tout ceci permettra la prise en compte d'une dimension de confiance dans les pratiques professionnelles dans l ensemble des secteurs reliés au nucléaire et peut-être une acceptation plus simple par la société des applications du nucléaire et en particulier de l énergie nucléaire. La conclusion de Claude Maury est en cela importante: «S'attacher à la validation d'une compétence métier, peut être très simplement compris comme une entreprise de construction (ou de consolidation) de la confiance.». Cette action de construction est à mon sens essentielle et devra trouver le bon équilibre entre qualification due au diplôme et certification qui serait la reconnaissance individuelle d une compétence métier. Le nucléaire étant un domaine à risque pour les personnes, très tôt la protection des travailleurs a été réglementée. C est le CEFRI (Comité français de certification des entreprises pour la formation et le suivi du personnel travaillant sous rayonnements ionisants) l organisme qui reçoit les dossiers de demande d accréditation, et délivre les certifications officielles aux formations demandeuses. C est l équivalent du COFRAC évoqué dans ce colloque CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

18 LʼINSTN, acteur central de la formation en génie nucléaire Pour le reste des pratiques professionnelles liées au domaine du nucléaire toutes les certifications reposent sur la réputation des établissements formateurs. En formation initiale quelques écoles d ingénieurs ont la réputation de bien former aux métiers du nucléaire, mais c est surtout l INSTN (Institut National des sciences et technologies nucléaires) qui est l acteur principal dans la formation initiale et continue. Par exemple il est le seul aujourd hui à pouvoir délivrer certaines habilitations telles que les niveaux PR1 et PR2 qui permettent d entrer dans des chantiers nucléaires. Cette situation assez singulière est le fait de l histoire française. Le développement économique des applications du nucléaire a été accompagné depuis le début par le CEA et donc par l Etat. Dès 1956 fut créé l INSTN au sein du CEA dont les formateurs et les budgets font partie intégrante du CEA. Cet établissement d enseignement supérieur a pour vocation de diffuser les savoirs et savoir-faire du CEA en formant les ingénieurs du nucléaire dans toutes les disciplines scientifiques et techniques de pointe. Il possède en outre un catalogue de formation continue large, qui permet aux industries du secteur d envoyer leurs salariés pour des formations qualifiantes extrêmement pointues. De ce fait la certification, telle qu elle est approchée dans ce colloque a toujours été sous l égide de l INSTN de manière plus ou moins reconnue officiellement. L INSTN est certifié, depuis octobre 1993, par le CEFRI. Le certificat s applique à l ensemble des options proposées dans le domaine de la prévention des risques. En outre l INSTN s est engagé dans le management de la qualité en étant depuis juillet 2001, certifié ISO 9001 pour «la conception et la réalisation d actions de formation continue, hors formations réglementaires». Aujourd hui outre l électronucléaire l INSTN déploie également des formations dans le domaine médical. La réputation de sérieux de cet organisme ainsi que l expertise de très haut niveau de ses formateurs (ce sont eux les créateurs des produits) a permis d établir depuis sa création en 1956 une relation de confiance avec industriels du secteur. En cela ça se rapproche de l exemple de l informatique, exposé par Monsieur Didier Rousseau. Le pouvoir de contrôle et dʼhabilitation de lʼautorité de Sécurité Nucléaire Le domaine des installations nucléaires de base ainsi que toutes les industries utilisant des applications des rayonnements ionisants fait l objet d une réglementation très contraignante qui s est renforcée avec la loi Transparence et Sécurité Nucléaire du 13 juin Celle-ci donne un 18 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

19 pouvoir de contrôle important à l Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et à ses inspecteurs. Chaque Installation Nucléaire de Base est inspectée plusieurs fois par an. Outre les éventuels constats effectués pendant l inspection, l ASN envoie systématiquement une lettre de suite à l exploitant qui résume les points forts et les points faibles soulignés à cette occasion et fournit une liste de questions auxquelles l exploitant doit répondre dans un délai contraignant. La plus grande partie de l inspection porte sur le référentiel documentaire, et est effectuée en salle. Sur le terrain, les inspecteurs vérifient principalement que l installation est conforme à son référentiel. L inspecteur vérifie l existence de modes opératoires pour toutes les interventions pouvant avoir un impact sur la sûreté, et vérifie que les opérateurs concernés disposent des habilitations nécessaires. Pour les habilitations qui reposent sur des formations il faut donc être en mesure de démontrer que les opérateurs concernés ont bien été formés et parfois même qu ils ont bien suivi les formations de recyclage prévues périodiquement. Voici quelques exemples de formations spécifiques au nucléaire, qui sont soumises à habilitation ou au contrôle de l ASN : Prévention des risques professionnels : radioprotection. Culture de sûreté. Gestion d un chantier nucléaire. Facteurs Humains & Organisationnels. Criticité. Ventilation nucléaire. Aptitude à manipuler les appareils de radiologie industrielle. Equipements sous pression. Gestion des matières nucléaires. Gestion des sources radioactives. Gestion des déchets radioactifs. Personne compétente en radioprotection. Spectrométrie gamma. Etalonnage des appareils de mesures radioactives CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

20 Transport des matières radioactives. Télémanipulation. Intervention en cas d évènement nucléaire. Enfin il existe également un effort d uniformisation des certifications au niveau mondial entre tous les pays utilisant l énergie nucléaire à travers l AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique). Des Unités de formation créées au sein des entreprises du secteur nucléaire Les grands groupes du nucléaire tels que EdF ou AREVA ont créé en leur sein des unités de formation, notamment dans les domaines techniques. Par exemple l UFPI (unité de formation production ingénierie) est le maître d œuvre de la formation pour les métiers techniques de la production-ingénierie : la conduite, la maintenance et l exploitation des ouvrages hydrauliques, thermiques à flamme et nucléaires. Son siège est à Lyon ; 740 personnes dont 530 formateurs, travaillent à l UFPI sur 22 sites de formations en France. Chaque centrale nucléaire possède son unité de formation propre. Avec un budget de plusieurs dizaines de millions d euros, l UFPI mobilise, le plus en amont possible de ces grands projets, ses compétences pour disposer d une structure de formation opérationnelle répondant aux besoins de professionnalisation propres de chaque projet. Dans ce cas nous sommes dans le cas d une communauté professionnelle, les électriciens, qui se sont organisés afin de former leurs entrants ou les personnes en reconversion aux bonnes pratiques de l entreprise. Celles-ci sont le plus souvent techniques (gestes, procédures ) avec un fort accent sur la sureté. Ces formations (appelés aussi «diplômes maison») ne sont pas certifiantes officiellement mais sont largement reconnues dans l entreprise et permettent aux salariés une progression professionnelle. Cela change aujourd hui du fait que les salariés ne feront plus leur carrière entière dans la même entreprise. Nous voyons en effet de plus en plus de salariés qui viennent au Cnam pour une officialisation de leurs savoirs et savoir-faire à travers plusieurs possibilités : VAE, VAP, DPE 20 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

04 91 23 87 54 - ccalabrese@onet.fr

04 91 23 87 54 - ccalabrese@onet.fr Ingénierie et maintenance des réacteurs et installations nucléaires Démantèlement, Décontamination et Gestion des déchets radioactifs Constructions neuves Formation COMMUNIQUE DE PRESSE Marseille, vendredi

Plus en détail

SEQUENCE PEDAGOGIQUE COMENIUS : UTILISATION D UN SITE INTERNET DE VENTE EN ANGLAIS

SEQUENCE PEDAGOGIQUE COMENIUS : UTILISATION D UN SITE INTERNET DE VENTE EN ANGLAIS SEQUENCE PEDAGOGIQUE COMENIUS : UTILISATION D UN SITE INTERNET DE VENTE EN ANGLAIS I INTRODUCTION INTERDISCIPLINARITE : La séquence pédagogique que nous vous proposons présente une interdisciplinarité

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 : certifications Qualité, enjeux pour les organismes de formation et les entreprises

Loi du 5 mars 2014 : certifications Qualité, enjeux pour les organismes de formation et les entreprises Loi du 5 mars 2014 : certifications Qualité, enjeux pour les organismes de formation et les entreprises Office professionnel de qualification des organismes de formation Reconnaissance de la qualité :

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable,

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable, Normes de référence pour l évaluation de la conformité Les questions relatives à l évaluation et à l attestation de la conformité à des exigences techniques sont au centre d une évolution constante et

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue.

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue. Le DSI du futur par Monsieur Dominique Jaquet DSI APEC ( www.apec.fr ) Compétent, innovant mais surtout convaincant. L entreprise est un organisme vivant ; son efficacité, comme son évolution, reposent,

Plus en détail

VAE. Guide. C est possible! Obtenir un diplôme grâce à son expérience. Edition 2013. Bretagne. Contrat de Projets. Etat-Région

VAE. Guide. C est possible! Obtenir un diplôme grâce à son expérience. Edition 2013. Bretagne. Contrat de Projets. Etat-Région Guide VAE G R E F Bretagne Obtenir un diplôme grâce à son expérience C est possible! Edition 2013 Contrat de Projets PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Etat-Région La VAE en quelques mots La VAE en quelques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

Démarche qualité en formation professionnelle. François GALINOU Vice Président ICPF & PSI Directeur Associé Pedagogic Agency

Démarche qualité en formation professionnelle. François GALINOU Vice Président ICPF & PSI Directeur Associé Pedagogic Agency Démarche qualité en formation professionnelle François GALINOU Vice Président ICPF & PSI Directeur Associé Pedagogic Agency Version 4 Novembre 2011 Qui suis-je? Membre de la Commission Française de Normalisation

Plus en détail

SSII. Centre de compétence Sage. Cegid Business Partner. Certifié ISO 9001 version 2000. Certifié Microsoft Partner

SSII. Centre de compétence Sage. Cegid Business Partner. Certifié ISO 9001 version 2000. Certifié Microsoft Partner SSII Centre de compétence Sage Cegid Business Partner Certifié ISO 9001 version 2000 Certifié Microsoft Partner Prendre de la hauteur Aujourd hui, les entreprises ambitieuses ont choisi l innovation au

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014 Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs Apave Nord Ouest - François COEVOET Périmètre de l audit Principe défini dans le projet de décret

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr La Validation des Acquis de l Expérience avec l IFPASS www.ifpass.fr Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS est au service des professionnels de l assurance, qu ils

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conduite du processus d'optimisation des entreprises (Lean Management) de l Université de Cergy- Pontoise - UCP

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA QUALITÉ PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013 LA QUALITÉ

Plus en détail

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA 14 décembre 2011 L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA Le groupe AREVA a transmis à l autorité de sûreté nucléaire (ASN), en janvier 2010, un rapport

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

How to Login to Career Page

How to Login to Career Page How to Login to Career Page BASF Canada July 2013 To view this instruction manual in French, please scroll down to page 16 1 Job Postings How to Login/Create your Profile/Sign Up for Job Posting Notifications

Plus en détail

Certification d'entreprises. Certification de Formateurs de PCR.

Certification d'entreprises. Certification de Formateurs de PCR. Certification d'entreprises. Certification de Formateurs de PCR. Alain BONTEMPS, Directeur du CEFRI www.cefri.fr -DEFINITIONS -ENJEUX -LES ACTEURS -LA CERTIFICATION d'entreprises -LA CERTIFICATION d'organismes

Plus en détail

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22).

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22). GUIDE PRATIQUE DU COLLABORATEUR L entretien de 2 nde partie de carrière SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. ENJEU ET OBJECTIFS DE L'ENTRETIEN... 4 2. CONTENU DE L ENTRETIEN DE 2 NDE PARTIE DE CARRIERE... 4 3. MODALITES

Plus en détail

Système de management et responsabilité sociétale

Système de management et responsabilité sociétale Une école d ingénieurs publique de Bordeaux INP Formation professionnelle continue Système de management et responsabilité sociétale des entreprises pour un développement durable 2015-2016 Ecole Nationale

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com Information Technology Services - Learning & Certification www.pluralisconsulting.com 1 IT Consulting &Training Créateur de Performance Pluralis Consulting Services et de Conseil en Système d Information

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Eric PIBOYEUX Président de la commission Jeunes FEDEREC Anne-Claire BEUCHER Responsable

Plus en détail

Des formations professionnelles adaptées aux métiers

Des formations professionnelles adaptées aux métiers FORMATIONS EN ALTERNANCE 2014-2015 Les formations en alternance proposées par le Cnam Midi-Pyrénées, dans le cadre de contrats ou périodes de professionnalisation, sont organisées et conduites principalement

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 3 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 22 16 13 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to learn and write

Plus en détail

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel.

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Alain BONTEMPS, Directeur du CEFRI -NOMBRE DE TRAVAILLEURS EXPOSES (Nucléaire): Total: 60

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Techniques nucléaires et radioprotection de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Informations principales / Main information

Informations principales / Main information Fiche d Inscription Entry Form À renvoyer avant le 15 Octobre 2015 Deadline October 15th 2015 Dans quelle catégorie participez-vous? In what category do you participate? Institutionnel / Corporate Marketing

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations.

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. CHAPITRE 3 Nom Date 1 Vocabulaire Mots 1 PENDANT ET APRES LES COURS 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. 1 Patrick arrive à l école à huit heures. 2 Il passe la journée

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Lettre DIAGADEME N 2 Juillet 2015 Dossier «RGE Etudes : des formations accessibles aux bureaux d études)

Lettre DIAGADEME N 2 Juillet 2015 Dossier «RGE Etudes : des formations accessibles aux bureaux d études) Avec la charte RGE Études, signée le 4 novembre 2013 entre l État, l ADEME et les représentants des bureaux d études (CINOV Construction et Syntec Ingénierie), architectes et économistes de la construction,

Plus en détail

L école compte une centaine de salariés permanents et s appuie sur près de 500 intervenants.

L école compte une centaine de salariés permanents et s appuie sur près de 500 intervenants. Décision n 2015/04-03 relative à l habilitation de l Ecole d'ingénieurs en chimie, physique et électronique de Lyon (CPE Lyon) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Dossier A : Renouvellement,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle.

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. La formation professionnelle constitue un atout pour la personne, pour l entreprise, pour la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - avril 2010. Label Diversité. CONTACT PRESSE Julien Duperray Tel : +33 1 34 96 11 47 julien.duperray@areva.com

DOSSIER DE PRESSE - avril 2010. Label Diversité. CONTACT PRESSE Julien Duperray Tel : +33 1 34 96 11 47 julien.duperray@areva.com DOSSIER DE PRESSE - avril 2010 Label Diversité CONTACT PRESSE Julien Duperray Tel : +33 1 34 96 11 47 julien.duperray@areva.com SOMMAIRE Annonce : AREVA obtient le Label Diversité AREVA, leader en solutions

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE 1. PREAMBULE ET PROPOSITIONS D ELEMENTS DE METHODE POUR LE DEPLOIEMENT DU CONSEIL EN

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

FORMATION COMMUNE DES INTERVENANTS DU NUCLEAIRE 18/09/2013

FORMATION COMMUNE DES INTERVENANTS DU NUCLEAIRE 18/09/2013 FORMATION COMMUNE DES INTERVENANTS DU NUCLEAIRE 18/09/2013 L EVOLUTION DU DISPOSITIF DE FORMATION DES INTERVENANTS SUR LES CNPE Pourquoi faire évoluer le dispositif de formation? Quels sont les principaux

Plus en détail

Formation. continue diplômante. L environnement. de formation. www.enass.fr www.ifpass.fr. www.enass.fr www.ifpass.fr

Formation. continue diplômante. L environnement. de formation. www.enass.fr www.ifpass.fr. www.enass.fr www.ifpass.fr L environnement de formation L Ecole nationale et l Institut de Formation de la Profession de l Assurance sont situés au cœur du quartier d affaires de La Défense. Les locaux sont équipés des dernières

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives:

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives: ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième

Plus en détail

Avec la certification CPF (Certified Professional Forecaster)

Avec la certification CPF (Certified Professional Forecaster) Avec la certification CPF (Certified Professional Forecaster) Maîtrisez votre demande client, adoptez les meilleures pratiques en prévisions SUPPLY CHAIN MANAGEMENT MANAGEMENT DE LA DEMANDE MANAGEMENT

Plus en détail

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES SOMMAIRE BHC ENERGY, c est... Présentation de la société Des solutions adaptées à vos besoins Pourquoi structurer sa démarche d efficacité énergétique? Nos prestations

Plus en détail

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité

formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité formation professionnelle continue : des organismes et des actions de qualité Le contexte réglementaire de la formation professionnelle évolue et prévoit que les organismes paritaires s assurent, lorsqu

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012

Ouagadougou, Burkina Faso. 30 janvier 3 février 2012 Rapport du séminaire régional sur le partage d expériences et d enseignements tirés de la mise en œuvre du Code de Conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives Ouagadougou, Burkina Faso

Plus en détail

EFiQuaS CURSUS DE MASTER EN INGENIERIE I DESCRIPTION DU CURSUS. Economie, Finance Quantitative et Statistique UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS PARIS 2

EFiQuaS CURSUS DE MASTER EN INGENIERIE I DESCRIPTION DU CURSUS. Economie, Finance Quantitative et Statistique UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS PARIS 2 CURSUS DE MASTER EN INGENIERIE EFiQuaS Economie, Finance Quantitative et Statistique UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS PARIS 2 I DESCRIPTION DU CURSUS IA FORMATION Le Cursus de Master en Ingénierie d Economie,

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

Master Management socio-économique

Master Management socio-économique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management socio-économique Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT DE LA QUALITE ET GESTION DES SERVICES PUBLICS www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille :

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France

la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France Avant la CTI Écoles de l état Ponts et chaussées 1747 Libéralisation de l enseignement supérieur Loi Laboulaye

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Synthèse du rapport du Pr William Dab sur la formation des managers et ingénieurs en santé au travail

Synthèse du rapport du Pr William Dab sur la formation des managers et ingénieurs en santé au travail - Synthèse du rapport du Pr William Dab sur la formation des managers et ingénieurs en santé au travail Remis à Valérie Pécresse, Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche et à Xavier Bertrand,

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

BILAN DE COMPÉTENCES :

BILAN DE COMPÉTENCES : BILAN DE COMPÉTENCES : retrouvez le sens de l orientation! Parlons de votre avenir avec les Espaces Bilan-Orientation de l Académie de Toulouse. SOMMAIRE «La vie professionnelle, ce n est plus comme avant»

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et Microtechniques Autorité responsable de la certification (cadre

Plus en détail

SOCODEI Identification : SOC NO 0094. Note d organisation. Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS...

SOCODEI Identification : SOC NO 0094. Note d organisation. Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS... Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS... 4 2. DOMAINE D APPLICATION... 4 3. PRINCIPES DIRECTEURS... 4 4. OBJECTIFS... 5 5. RESPONSABILITES ET REGLES... 5 6. ANIMATION

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Contents National 5 French Reading; Context: Employability

Contents National 5 French Reading; Context: Employability Contents National 5 French Reading; Context: Employability (questions extracted from Credit past papers) Question Topic Jobs (Vincent Pernaud; radio presenter) Jobs (Marie-Laure Lesage; Concierge d hôtel

Plus en détail

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Service Relations Internationales de l IAE Karine MICHELET, Bureau AF114 www.iae-toulouse.fr international@iae-toulouse.fr Tel: 05 61 63 57 10 Ce guide

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE

Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2010-007547 Orléans, le 10 février 2010 Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP 80 37420 AVOINE OBJET : Contrôle

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez Outsourcing Pourquoi externaliser? [Externalisation] : n,f. Pour une entreprise, recourir à un prestataire externe pour la prise en charge partielle

Plus en détail

L orientation tout au long de la vie : Bilan de compétences, Validation des Acquis de l Expérience (VAE), prestation spécifique d orientation

L orientation tout au long de la vie : Bilan de compétences, Validation des Acquis de l Expérience (VAE), prestation spécifique d orientation L orientation tout au long de la vie : Bilan de compétences, Validation des Acquis de l Expérience (VAE), prestation spécifique d orientation MLPH 20/11/13 -Cathy BORDIS Le Centre Inter institutionnel

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

Programme de Formation en Pays de Langres

Programme de Formation en Pays de Langres Programme de Formation en Pays de Langres 1er semestre 2015 Des formations selon vos besoins. Dans le cadre de la GTEC en Pays de Langres Découvrez le détails de ces formations à l intérieur. Sécurité

Plus en détail