Colloque CEFI-CEIFCO. ingénieurs et cadres Entretenir et garantir le savoir-faire dans une société du risque»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque CEFI-CEIFCO. ingénieurs et cadres Entretenir et garantir le savoir-faire dans une société du risque»"

Transcription

1 Synthèse des échanges du Colloque CEFI-CEIFCO du jeudi 6 octobre 2011 à Télécom ParisTech «La certification individuelle des compétences métiers des ingénieurs et cadres Entretenir et garantir le savoir-faire dans une société du risque» organisé à l initiative conjointe du CEIFCO (Club des Grandes Ecoles d Ingénieurs pour la Formation Continue) et du CEFI (Comité d Etudes sur les Formations d Ingénieur) avec l appui de Jean-Claude Arditti, Expert Affaires Internationales de la CTI 1 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

2 Table des Matières Introduction, par Claude Maury, Délégué Général du CEFI Page 4 Entrée en matière La place étonnante prise par les approches compétences dans les formations initiales préprofesionnelles. 1 ère session : Identifier et faire connaître l expertise professionnelle - Définir et reconnaître l expertise dans l aéronautique (Gérard Laruelle, DG Pôle AsTech) Page 5 Page 8 - La pratique paritaire et internationale des certifications d inspiration anglo-saxonne (Michel Gavaud, Président MGCM) - Les certifications délivrées par les éditeurs dans l informatique (Didier Rousseau, EISTI) - Les pratiques de certification dans le domaine du nucléaire tour d horizon et certifications proposées par le CNAM (Emmanuelle Galichet, Bertrand Mercier, Dominique Gentile, CNAM) 2 ème session : Que nous apprend l expérience des autres? - La situation en Angleterre (Colin J. Kerr, Imperial College) Page 23 - La situation en Espagne (Victor Gomez Frias, Ecole des Ponts ParisTech) - Les avancées dans le champ de la santé (Michel Daigne, Ecole Centrale Paris) 1 ère table ronde sur les évolutions observées, et sur l offre de formations continues certifiantes (Jean-Claude Hironde, IESF, Maxime Mazloum Syntec Ingénierie) 3 ème session : Normalisations internationales vs certifications françaises - Le dispositif de normalisation internationale (Alan Bryden, ISO) Page 28 Page 42 - La pratique des certificats de certification professionnelle (Mauric Pinkus, UIMM) - Le dispositif français de reconnaissance officielle (Brigitte-Véronique Bouquet, RG CNCP) 2 ème table ronde sur l évolution des besois et pratiques des milieux professionnels en matmière de certification et les attentes vis-à-vis des écoles (J-C. Arditti, CTI et AVRIST, Patricia Blancard CFDT Cadres et APEC, Alain Huberman, Alcaltel Lucent University) Conclusions, par Claude Maury Une économie mondialisée nous impose de nous doter d outils pour construire la confiance. Page 47 Page 59 Liste des participants Page 66 Présentations power point des intervenants 2 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

3 Nota Bene : Les interventions des tables rondes et des débats ont été reconstituées ou résumées à partir de la transcription de cassettes enregistrées ou de prise de notes. 3 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

4 Introduction à la synthèse par Claude Maury, Délégué Général du CEFI Toutes les personnes qui ont participé à ce colloque, ont ressenti l opportunité d aborder aujourd'hui le sujet de la certification ou plus largement de la reconnaissance des compétences métiers, et perçu dans le même temps les hésitations sur la voie à suivre (recours à des dispositifs propres à une entreprise, adossement à des certifications d État, recours à des certifications spécifiques, création de registres gérés par les associations professionnelles,?). C est dire l intérêt attaché à ce travail de synthèse (le terme d actes n est que partiellement approprié) qui s'applique à revenir sur les présentations et sur le fond des débats, pour permettre une meilleure compréhension du sujet abordé et des solutions envisageables, tout en tentant de discerner quelques perspectives sur l'évolution à terme des pratiques. Concrètement nous nous sommes efforcés de dégager aussi clairement que possible dans le texte qui suit, les grands messages des interventions présentées, par rapport - à la réalité du problème abordé (nature et besoin de certifications professionnelles: pourquoi la question se pose-t-elle? Dans quels contextes?) - à l éventail des approches adoptées pour le résoudre : o o o Au sein de grands groupes industriels (sous la forme d une gestion en interne de l expertise) Par rapport à des communautés techniques mondialisées, apte à définir et à crédibiliser des référentiels tirant les leçons des bonnes pratiques Dans un cadre national impliquant une intervention réglementaire de la puissance publique Nous espérons que cet effort de clarification sera bien compris et qu il contribuera surtout à dégager une doctrine plus assurée sur le sujet. 4 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

5 Entrée en matière La place étonnante prise par les approches compétences dans les formations initiales pré-professionnelles Il est difficile de ne pas être frappé par l'engouement spectaculaire, qui prévaut depuis quelques années, dans le monde des formations supérieures en général, et des formations d ingénieurs en particulier, pour ce que l on qualifie d approche compétence. Cette fascination a indéniablement des effets positifs et un caractère sympathique, au sens où elle concrétise une sensibilité nouvelle et bienvenue aux impératifs d'une bonne préparation de l'exercice d'un métier. Elle surprend pourtant à plusieurs titres, en mobilisant une énergie considérable sur la formalisation de référentiels de compétence, souvent subtilement raffinés, et en encourageant surtout une vision partiellement ambiguë du rôle des formations initiales. Elle tend en effet, à minorer, au delà du raisonnable, tout ce qui concerne l apport de connaissances, alors qu'il s'agit d'une fonction qui reste au cœur de la grande majorité des programmes de formation. Elle dissocie ensuite le rapport direct, qui semblerait devoir s'imposer entre compétences et pratique professionnelle efficiente. C'est pour cette raison que s'est généralisé en Europe le terme plus neutre et plus réaliste de "learning outcomes" à comprendre comme acquis de formation ou acquis d apprentissage. Il faut enfin admettre que la question de la maîtrise des compétences ne peut être réduite à une vision binaire. Il est difficile d'échapper à une appréciation graduée (on est plus ou moins compétent), ce qui pose le problème redoutable de l'évaluation fiable d'une efficience en situation. 5 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

6 En revenir aux compétences métiers Ce tableau nous amène au sujet retenu pour ce colloque, qui n'est pas celui des compétences ou des capacités acquises dans les formations, mais celui des compétences métiers, au sens de capacités effectives, développées en milieu professionnel, à un niveau de maîtrise élevé (ce qui renvoie à une dimension d expertise). La question que nous avons choisi de traiter est celle de la validation de ces compétences, en nous interrogeons d'abord sur l'intérêt que celle-ci peut présenter, en analysant ensuite les différentes formules mises en oeuvre pour donner toutes les garanties attendues, et, enfin, leur dynamique de développement. Pour mieux saisir l intérêt de cette question, je me rapporterai à une définition du concept de compétence, que donnait récemment M. Le Boterf dans un colloque organisé par les Écoles de la FESIC (M. Le Boterf soulignait au passage que l'on parlait sans doute trop de compétences) : "je propose de définir simplement la compétence comme ce qui apporte la confiance dans l exercice d une pratique professionnelle" L accent ainsi mis sur la prise en compte d'une dimension de confiance dans une pratique professionnelle, éclaire en effet magnifiquement notre sujet. S'attacher à la validation d'une compétence métier, peut être très simplement compris comme une entreprise de construction (ou de consolidation) de la confiance. Il nous faut admettre que cette confiance est ressentie de plus en plus nécessaire et utile, dès lors que l on considère des situations à risque ou plus largement la grande majorité des transactions du monde économique, où on ne dispose pas d'assurances incontestables sur le sérieux et la solidité de l'offre que l'on considère. La certification d'une compétence métiers apparaît donc simplement comme une manière de répondre à cette attente de confiance dans une situation de risque ou au moins d'incertitude, quelle que soit la nature de ce risque ou de cette incertitude, quel que soit le contexte dans lequel la question est posée, que ce soit en France, en Angleterre, en Espagne, ou ailleurs. 6 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

7 La progression retenue dans le document Nous avons retenu pour ce colloque une progression en trois sessions, que nous conserverons pour cette synthèse. Les deux premières sessions introduisent la table ronde de la matinée, la dernière, la table ronde de l après-midi. Pour donner à ce compte rendu sa pleine cohérence, nous avons rapproché le témoignage sur l Espagne de Victor Gomez Frias (Ecole des Ponts, membre de l Ordre des Ingénieurs Civils espagnols) de l intervention de Colin J. Kerr (Imperial College London, Institute of Civil Engineers) sur l Angleterre. 7 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

8 1 ère session : Identifier et faire connaître lʼexpertise professionnelle Définir et reconnaître lʼexpertise dans lʼaéronautique Exposé de M. Gérard, Laruelle, Directeur Général du Pôle de Compétitivité AsTech Voir la présentation power point de M. Gérard Laruelle Echanges avec les participants Claude Maury «Pour rebondir avec votre dernière remarque, j ajoute que nous avons parmi nous un spécialiste des questions de normalisation. M. Alan Bryden nous expliquera, par rapport aux pratiques internationales, comment comprendre la certification et comment mettre en place des processus clairement reconnus et transparents, internationalement, sur les certifications? Monsieur Laruelle nous a montré avec beaucoup de pertinence comment un domaine industriel analyse sa problématique compétence avec un centrage sur les questions d expert. La certification est pour vous un point d interrogation. Vous êtes plus sensible à la certification légère, sous la forme d'une labellisation, plutôt qu'à la certification. C est une très bonne transition avec la prochaine intervention. Monsieur Gavaud, dont la responsabilité est encore plus grande que ce que je ne pensais, puisqu'il va nous montrer comment dans un certain secteur (qui joue aussi pour l aéronautique), la certification intervient.»une démarche de développement de compétences fondée sur le co-investissement et concernant toutes les catégories de personnel Max Marty «On va parler beaucoup de certifications, mais pour moi, on va parler de formation avec certification de compétences. Ici, c est davantage à mon avis, un jugement engagé. On donne un jugement sur une personne. C est engageant puisqu on dit, c est un expert.» 8 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

9 La pratique paritaire et internationale des certifications dʼinspiration anglosaxonne Exposé de Michel Gavaud, Président de MGCM, sur les certifications professionnelles dans le domaine de la logistique délivrées par l association américaine APICS, (CPIM, BASICS, CSCP...) Voir la présentation power point Echanges avec les participants Claude Maury «Je remercie Michel Gavaud, j ai expliqué tout à l heure à quel point il était, sans le savoir, responsable de cette journée. Michel Gavaud a bien mis en exergue le problème terriblement culturel au coeur de nos débats : celui de la confrontation entre une vision régalienne qui sera présentée par Mme Bouquet cet après-midi, fonctionnaire d Etat, et une vision qu on peut qualifier de libérale, nord américaine ou professionnelle, qui est clairement différente. Nous sommes à l'évidence dans un pays de tradition régalienne, spécialement sur les diplômes, qui sont présentés plus ou moins habilement comme des certifications. Il nous faut admettre qu'il existe aussi une certification individuelle privée, dont Michel Gavaud a donné une illustration brillante. Nous allons continuer ensuite sur l informatique qui est dans la veine des certifications individuelles.» 9 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

10 Jean-Claude Arditti «J ai deux questions : - Quelle est l économie de ces certifications? Qui paye? Combien ça coûte? - Quelles sont les implications juridiques du fait d être certifié et d avoir des collaborateurs dans une entreprise certifiée? Est-ce qu il y a des privilèges des certifiés, la possibilité de faire certaines choses que d autres ne peuvent pas faire? En cas de contentieux, cela fait-il une différence d être certifié?» Michel Gavaud «L impact économique de la certification se conçoit d une part au niveau du professionnel, par rapport au bénéfice qu il va en tirer; l autre aspect concerne le coût financier de la certification. Premier principe : aucun financement public n existe. Les organisations qui proposent des formations et des certifications ont des coûts de fonctionnement non négligeables (personnel, marketing,...). C est pourquoi les examens peuvent coûter très cher, 1000 ou 1200, rien que l examen. Tout est publié sur notre site on est très transparent au niveau des tarifs. Qu est-ce que cela apporte aux participants? Une des caractéristiques est qu il s agit d initiative individuelle. Les personnes qui voulaient préparer cette certification forçaient la main à leur entreprise, pour bénéficier d une reconnaissance internationale de leurs pairs. Ce sont les entreprises qui financent, il y a les OPCA et tous les systèmes de financement des entreprises. Pour l aspect juridique... ce n est ni délivré par l Etat, sauf pour la certification EMF, ni par nous. C est une reconnaissance des pairs, c est une reconnaissance par l association américaine APICS ou par l association européenne basée en Belgique IIDLC. C est une reconnaissance qu untel a obtenu à tel niveau. Cette reconnaissance est basée sur différentes choses : le dictionnaire de la terminologie, l «exam content manual», où est détaillé le contenu de la certification et c est la garantie qu il n y aura pas de questions en dehors.» Jean-Claude Arditti «Le fait que ce soit privé et non reconnu par l Etat n est pas antithétique des faits juridiques, par exemple aux Etats-Unis la qualification de «professional engineer» a des effets. C est à dire qu on ne peut confier, dans la plupart des états des Etats-Unis, certaines missions d ingénieur sans cette qualification.» 10 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

11 Michel Gavaud «D accord mais celles-ci sont différentes. Elles sont basées sur le principe du volontariat, il n y a pas d obligation pour une entreprise d avoir un certain pourcentage de diplômés. D ailleurs, ce sont les entreprises qui demandent à leurs fournisseurs de travailler avec ces certifications. Il y a quinze ans déjà, De Dietrich demandait à ses vendeurs de logiciels combien ils avaient de diplômés chez eux. Alors quand certains demandaient «CPIM c est quoi?», «Et bien quand vous saurez, vous reviendrez nous voir avec cette proposition...» Claude Maury «On est sur un point important du débat : les effets juridiques. Il y a aussi un aspect qui relève des normes : le problème du contrôle. On peut trouver ces certifications sur le plan technique ou au niveau de normes. L organisme certificateur peut être du privé. Qu est-ce qu il y a au-dessus pour assurer que l organisme certificateur ne dérape pas? Dans le cas des normes, c est très important. La question sera abordée cet après-midi par Alan Bryden. Il peut y avoir une logique à étages - mais avec l intervention d Alan Bryden, on comprendra mieux l architecture du contrôle - mais dans ce cas précis, il n y en a pas. Il y a une communauté, un auto-contrôle.» Michel Gavaud «Il s agit de certifications de professionnels par des professionnels.» Claude Maury «On est dans un système citoyen, on pourrait dire que ce sont les citoyens qui s auto-régulent. Manifestement, c est un principe auquel on a du mal à adhérer, parce que si l Etat n intervient pas, on se sent mal à l aise.» Max Marty SNIPF «Il existe tout de même en France un organisme qui est une émanation d Etat, le COFRAC, qui délivre des certifications. Le COFRAC audite annuellement les organismes accrédités en fonction de normes, les normes ISO en particulier. Et pour la certification des personnels, c est la CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

12 En réalité, on répond à une logique. Dans les systèmes qualité, on a commencé à s occuper des gestions et organisations d entreprises, ISO 9001, Environnement On a fait les laboratoires, les matériels dans les laboratoires, et il est logique qu on arrive à la certification des personnels pour que la chaîne qualité soit valable. On sait le poids dans les entreprises des hommes et des femmes qui y travaillent. C est de la logique et du bon sens. Il y a une différence culturelle dans les pays anglo-saxons : 80% se fait dans le domaine volontaire. La France a pris le train en retard, elle fait l inverse : 20% dans le domaine volontaire. Et puis, on voit apparaître de plus en plus le côté réglementaire, justement comme vous le disiez, on aime bien le côté régalien. Pour répondre à Monsieur, sur la partie juridique, à l heure actuelle, les magistrats, qui ont en charge des experts judiciaires, ont le problème de la validation de la compétence de ces experts. De plus en plus, les chancelleries demandent aux experts, quand il existe un organisme certificateur, de se faire certifier. Il y a un acteur économique que vous oubliez, ce sont les assureurs. Ils se sont emparés du problème de certification, puisque tous les experts d assurance sont en cours de certification et en plus, ils en tiennent compte dans leur calcul de risque. Le fait d avoir un individu certifié, permet d avoir sur ses responsabilités civiles, sur sa décennale s il est dans le bâtiment, des remises qui peuvent aller jusqu à 50%. On voit bien que c est une globalité.» Claude Maury «Votre remarque est très intéressante. Ce sera aussi évoqué cet après-midi.» Alan Bryden «On est face à un domaine tout à fait foisonnant, vous l avez évoqué dans votre introduction en faisant le parallèle entre les deux versions, française et anglaise, et les ambiguïtés qu elles comportent. Il y a trois niveaux auxquels la confusion et le foisonnement peuvent s appliquer: 1-le référentiel de compétence Par rapport à quelles exigences, on va essayer d apprécier la compétence et la qualification. Il y a une nuance entre les deux. La compétence, c est l aptitude à exercer une activité et la qualification, c est l ensemble des éléments tels que la formation initiale, la formation continue, l expérience professionnelle qui permettent d apprécier si on a la compétence. Donc le premier niveau correspond au référentiel de métier. 2-l intervention d une tierce partie, qui va attester qu un individu a la compétence et la 12 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

13 qualification. C est ce qu on appelle des organismes certificateurs (cela peut s appeler autrement). 3-Comment s assure-t-on que ces organismes certificateurs opèrent un processus qui donne confiance? Tout cela revient, comme l a dit le premier intervenant je crois, Claude l a dit, au problème de donner confiance dans l aptitude de quelqu un à faire quelque chose. Cet après-midi, j essaierai de vous introduire la normalisation, spécifiquement la norme ISO qui a déjà été mentionnée.» Max Marty «Mais, le COFRAC en France est couvert par l Europe, par la certification européenne.» Alan Bryden «On ne peut s'abstraire d'une dimension internationale. Ce n est pas seulement l Europe qui est concernée, c est un problème mondial aujourd hui : l employabilité au niveau international. On l a vu avec le premier exposé à EADS, qui a eu à traiter le problème d une entreprise qui avait à qualifier des experts de différents pays. J essaierai de vous résumer tout ça cet après midi.» Max Marty «La certification européenne, maintenant, est obligatoire pour les expertises immobilières. Il faut être certifié. Aucune entreprise aujourd hui ne peut se permettre de certifier un ascenseur par exemple. On est obligé de passer par le COFRAC.» Claude Maury «Je crois que l organisation de cette réunion était justifiée. Il y a vraiment un problème de fond. La question qu indirectement soulève Monsieur Marty, et qui sera évoquée tout à l heure par Syntec Ingénierie, c est la question de la certification individuelle ou collective. C est un autre sujet que nous n avons pas encore traité. Donc c est vraiment le moment de donner la parole à Didier Rousseau.» 13 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

14 Les certifications délivrées par les éditeurs dans lʼinformatique Exposé de Didier Rousseau, Directeur des Systèmes dʼinformation de lʼeisti Voir la présentation power point Questions à lʼassemblée XXX «Dans le cadre de votre choix de système de certification, la certification est-elle indépendante du système de formation ou apporte t-elle des crédits ECTS par exemple?» Didier Rousseau «Alors non. On a en effet une certification qu on fait passer, TERP10, dans le cadre de l option d intégration ERP de 3ème année. Globalement, cette certification ne fait pas partie du cursus, ne donne pas d ECTS. Elle permet aux élèves de mettre en pratique les cours qu ils prennent sur SAP / 3ERP, en l occurrence TERP10 est une certification SAP. Ce n est pas quelque chose qui est diplômant pour nous. C est un plus qu on donne aux élèves, qui permet de valider des acquis directement par rapport à un enseignement global qu on leur fournit, mais qui n est pas dédié à l acquisition de crédits. On ne devient pas organisme certifiant pour SAP.» XXX «Une petite précision pour bien comprendre le modèle économique : l enjeu pour les éditeurs, c est avant tout de former en compétences tous les prestataires dans l utilisation des outils et assurer ainsi la qualité de service autour de ces outils. Et c est également un enjeu économique. Une question annexe : qui délivre les certifications informatiques? Est-ce que ce sont les organismes de formation externes certifiés ou est-ce que les éditeurs s en chargent?» 14 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

15 Didier Rousseau «Soyons très clairs, je pense qu il y a un peu des deux. Il y a une volonté marketing au départ qui consiste à dire : «voyez, j ai un réseau formé». C est une orientation marketing des éditeurs. Par contre, c est un vrai business. Les certifications sont faites par les éditeurs euxmêmes. Ils ne délèguent pas cette certification. En revanche, ils délèguent les cours permettant de les obtenir. Il y a très peu d éditeurs, qui font eux-mêmes leurs cours. Exceptés, les cours d instructeur. Dans les certifications, le niveau instructeur vient après celui d ingénieur. Le niveau instructeur permet de certifier que la personne est capable d enseigner. Ces niveaux sont faits en partie chez les éditeurs. Les personnes certifiées ont accès aux universités américaines qui sont en relation avec les éditeurs, il existe un MBA Microsoft.» Antoinette Franc de Ferrière «Je voudrais confirmer que les certifications sur les produits Dassault Systèmes sont un mixte entre la connaissance métier et l utilisation du logiciel, pour les deux raisons évoquées : marketing et business.» Didier Rousseau «La confiance client est essentielle.» 15 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

16 Les pratiques de certification dans le domaine du nucléaire tour dʼhorizon et certifications proposées par le CNAM Par Emmanuelle GALICHET, Maître de Conférences au CNAM, Bertrand MERCIER, CNAM-CEA-INSTN, et en collaboration avec le Pr. Dominique GENTILE, Directeur National des Formations du CNAM Le CNAM qui avait été sollicité sur le thème des certifications dans le secteur du nucléaire, n ayant pu être présent au colloque pour des raisons de contraintes extérieures, les responsables du CNAM nous ont apporté cette contribution écrite après le colloque et nous les en remercions vivement. Lʼindustrie nucléaire, un domaine à risque où un soin très particulier est apporté à la définition des interventions et à leur contrôle En guise d introduction, prenons l exemple d une installation nucléaire de base (INB). Il peut s agir d une centrale nucléaire, d un accélérateur de particules dans un hôpital ou un centre de recherche, un irradiateur dans une industrie de stérilisation d aliments L exploitant de l INB doit écrire précisément ce qu il fait et faire ce qu il a écrit. C est le principe de base de la qualité et donc de la sûreté. L exploitant d une INB tient ainsi à jour en permanence un référentiel documentaire très précis, dont la structure est définie par la réglementation. Ce référentiel décline bien évidemment la réglementation qui existe dans tous les domaines ayant un impact sur la sûreté des INB, comme par exemple la radioprotection, les équipements sous pression, la ventilation, l incendie, la criticité, les matières nucléaires, les sources radioactives, les manutentions, les transports de matières radioactives. Les responsables de l INB et les opérateurs qui interviennent dans l INB doivent disposer des habilitations nécessaires. Ces habilitations peuvent parfois être données par le chef d INB qui atteste que l opérateur est en mesure d effectuer convenablement les opérations concernées. Le compagnonnage est donc à la base d une partie (assez limitée) des habilitations CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

17 La plus grande partie des habilitations repose sur des formations spécialisées, en général non diplômantes. Ceci explique l importance de la formation continue et de la certification dans le domaine du nucléaire. La certification formelle des qualifications est un élément important, comme ailleurs, de construction de la confiance Les industries du nucléaire et notamment les industries électronucléaire sont des industries de haute technologie dont la notion de risque est indissociable de la grandeur économique. Et lorsque l on parle de risque comme le souligne Claude Maury dans son introduction à ce colloque on renvoie à la notion de confiance. Le domaine du nucléaire est l exemple parfait. En effet depuis toujours la dimension d acceptabilité sociétale des applications des sciences et technologies nucléaires est extrêmement importante et la société civile a besoin de confiance pour accepter. Depuis les derniers accidents (Tchernobyl et Fukushima) cela est encore plus frappant. Il serait peut-être intéressant outre le fait de développer et d inventer des méthodes de certification professionnelles des compétences individuelles, de s interroger sur l importance de communiquer envers la société civile et pour cela savoir bien expliquer pour aider la confiance à s installer. Or il n est possible de bien expliquer que si l on a des connaissances bien assimilées. Par conséquent je crois qu il ne faudra pas négliger l importance d un enseignement des connaissances de bonne qualité afin de permettre aux futurs certifiés d avoir des fondations solides dans leur pratique professionnelle. Tout ceci permettra la prise en compte d'une dimension de confiance dans les pratiques professionnelles dans l ensemble des secteurs reliés au nucléaire et peut-être une acceptation plus simple par la société des applications du nucléaire et en particulier de l énergie nucléaire. La conclusion de Claude Maury est en cela importante: «S'attacher à la validation d'une compétence métier, peut être très simplement compris comme une entreprise de construction (ou de consolidation) de la confiance.». Cette action de construction est à mon sens essentielle et devra trouver le bon équilibre entre qualification due au diplôme et certification qui serait la reconnaissance individuelle d une compétence métier. Le nucléaire étant un domaine à risque pour les personnes, très tôt la protection des travailleurs a été réglementée. C est le CEFRI (Comité français de certification des entreprises pour la formation et le suivi du personnel travaillant sous rayonnements ionisants) l organisme qui reçoit les dossiers de demande d accréditation, et délivre les certifications officielles aux formations demandeuses. C est l équivalent du COFRAC évoqué dans ce colloque CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

18 LʼINSTN, acteur central de la formation en génie nucléaire Pour le reste des pratiques professionnelles liées au domaine du nucléaire toutes les certifications reposent sur la réputation des établissements formateurs. En formation initiale quelques écoles d ingénieurs ont la réputation de bien former aux métiers du nucléaire, mais c est surtout l INSTN (Institut National des sciences et technologies nucléaires) qui est l acteur principal dans la formation initiale et continue. Par exemple il est le seul aujourd hui à pouvoir délivrer certaines habilitations telles que les niveaux PR1 et PR2 qui permettent d entrer dans des chantiers nucléaires. Cette situation assez singulière est le fait de l histoire française. Le développement économique des applications du nucléaire a été accompagné depuis le début par le CEA et donc par l Etat. Dès 1956 fut créé l INSTN au sein du CEA dont les formateurs et les budgets font partie intégrante du CEA. Cet établissement d enseignement supérieur a pour vocation de diffuser les savoirs et savoir-faire du CEA en formant les ingénieurs du nucléaire dans toutes les disciplines scientifiques et techniques de pointe. Il possède en outre un catalogue de formation continue large, qui permet aux industries du secteur d envoyer leurs salariés pour des formations qualifiantes extrêmement pointues. De ce fait la certification, telle qu elle est approchée dans ce colloque a toujours été sous l égide de l INSTN de manière plus ou moins reconnue officiellement. L INSTN est certifié, depuis octobre 1993, par le CEFRI. Le certificat s applique à l ensemble des options proposées dans le domaine de la prévention des risques. En outre l INSTN s est engagé dans le management de la qualité en étant depuis juillet 2001, certifié ISO 9001 pour «la conception et la réalisation d actions de formation continue, hors formations réglementaires». Aujourd hui outre l électronucléaire l INSTN déploie également des formations dans le domaine médical. La réputation de sérieux de cet organisme ainsi que l expertise de très haut niveau de ses formateurs (ce sont eux les créateurs des produits) a permis d établir depuis sa création en 1956 une relation de confiance avec industriels du secteur. En cela ça se rapproche de l exemple de l informatique, exposé par Monsieur Didier Rousseau. Le pouvoir de contrôle et dʼhabilitation de lʼautorité de Sécurité Nucléaire Le domaine des installations nucléaires de base ainsi que toutes les industries utilisant des applications des rayonnements ionisants fait l objet d une réglementation très contraignante qui s est renforcée avec la loi Transparence et Sécurité Nucléaire du 13 juin Celle-ci donne un 18 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

19 pouvoir de contrôle important à l Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et à ses inspecteurs. Chaque Installation Nucléaire de Base est inspectée plusieurs fois par an. Outre les éventuels constats effectués pendant l inspection, l ASN envoie systématiquement une lettre de suite à l exploitant qui résume les points forts et les points faibles soulignés à cette occasion et fournit une liste de questions auxquelles l exploitant doit répondre dans un délai contraignant. La plus grande partie de l inspection porte sur le référentiel documentaire, et est effectuée en salle. Sur le terrain, les inspecteurs vérifient principalement que l installation est conforme à son référentiel. L inspecteur vérifie l existence de modes opératoires pour toutes les interventions pouvant avoir un impact sur la sûreté, et vérifie que les opérateurs concernés disposent des habilitations nécessaires. Pour les habilitations qui reposent sur des formations il faut donc être en mesure de démontrer que les opérateurs concernés ont bien été formés et parfois même qu ils ont bien suivi les formations de recyclage prévues périodiquement. Voici quelques exemples de formations spécifiques au nucléaire, qui sont soumises à habilitation ou au contrôle de l ASN : Prévention des risques professionnels : radioprotection. Culture de sûreté. Gestion d un chantier nucléaire. Facteurs Humains & Organisationnels. Criticité. Ventilation nucléaire. Aptitude à manipuler les appareils de radiologie industrielle. Equipements sous pression. Gestion des matières nucléaires. Gestion des sources radioactives. Gestion des déchets radioactifs. Personne compétente en radioprotection. Spectrométrie gamma. Etalonnage des appareils de mesures radioactives CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

20 Transport des matières radioactives. Télémanipulation. Intervention en cas d évènement nucléaire. Enfin il existe également un effort d uniformisation des certifications au niveau mondial entre tous les pays utilisant l énergie nucléaire à travers l AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique). Des Unités de formation créées au sein des entreprises du secteur nucléaire Les grands groupes du nucléaire tels que EdF ou AREVA ont créé en leur sein des unités de formation, notamment dans les domaines techniques. Par exemple l UFPI (unité de formation production ingénierie) est le maître d œuvre de la formation pour les métiers techniques de la production-ingénierie : la conduite, la maintenance et l exploitation des ouvrages hydrauliques, thermiques à flamme et nucléaires. Son siège est à Lyon ; 740 personnes dont 530 formateurs, travaillent à l UFPI sur 22 sites de formations en France. Chaque centrale nucléaire possède son unité de formation propre. Avec un budget de plusieurs dizaines de millions d euros, l UFPI mobilise, le plus en amont possible de ces grands projets, ses compétences pour disposer d une structure de formation opérationnelle répondant aux besoins de professionnalisation propres de chaque projet. Dans ce cas nous sommes dans le cas d une communauté professionnelle, les électriciens, qui se sont organisés afin de former leurs entrants ou les personnes en reconversion aux bonnes pratiques de l entreprise. Celles-ci sont le plus souvent techniques (gestes, procédures ) avec un fort accent sur la sureté. Ces formations (appelés aussi «diplômes maison») ne sont pas certifiantes officiellement mais sont largement reconnues dans l entreprise et permettent aux salariés une progression professionnelle. Cela change aujourd hui du fait que les salariés ne feront plus leur carrière entière dans la même entreprise. Nous voyons en effet de plus en plus de salariés qui viennent au Cnam pour une officialisation de leurs savoirs et savoir-faire à travers plusieurs possibilités : VAE, VAP, DPE 20 - CEFI-CEIFCO colloque Certification/6/10/11

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 3 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 22 16 13 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to learn and write

Plus en détail

How to Login to Career Page

How to Login to Career Page How to Login to Career Page BASF Canada July 2013 To view this instruction manual in French, please scroll down to page 16 1 Job Postings How to Login/Create your Profile/Sign Up for Job Posting Notifications

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum :

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum : Dev4Plan1 Le Plan De Leçon 1. Information : Course : Français Cadre Niveau : Septième Année Unité : Mes Relations Interpersonnelles Thème du Leçon : Les Adjectifs Descriptifs Date : Temps : 55 minutes

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel.

Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Mise en œuvre de la radioprotection dans les entreprises: Certification d'entreprise et formation du personnel. Alain BONTEMPS, Directeur du CEFRI -NOMBRE DE TRAVAILLEURS EXPOSES (Nucléaire): Total: 60

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 6 décembre 2013 relatif aux modalités de formation de la

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Démarche qualité en formation professionnelle. François GALINOU Vice Président ICPF & PSI Directeur Associé Pedagogic Agency

Démarche qualité en formation professionnelle. François GALINOU Vice Président ICPF & PSI Directeur Associé Pedagogic Agency Démarche qualité en formation professionnelle François GALINOU Vice Président ICPF & PSI Directeur Associé Pedagogic Agency Version 4 Novembre 2011 Qui suis-je? Membre de la Commission Française de Normalisation

Plus en détail

CSCP 2012. Maîtrisez votre Supply Chain et optimisez vos performances avec le nouveau Programme SUPPLY CHAIN MANAGEMENT MANAGEMENT DE LA DEMANDE

CSCP 2012. Maîtrisez votre Supply Chain et optimisez vos performances avec le nouveau Programme SUPPLY CHAIN MANAGEMENT MANAGEMENT DE LA DEMANDE Maîtrisez votre Supply Chain et optimisez vos performances avec le nouveau Programme CSCP 2012 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT MANAGEMENT DE LA DEMANDE MANAGEMENT DES OPÉRATIONS LEAN MANAGEMENT MANAGEMENT DES

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE Note: If there is insufficient space to answer a question, please attach additional

Plus en détail

Réf. : Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40

Réf. : Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 30 décembre 2011 N/Réf. : CODEP-LYO-2011-072087 Monsieur le Directeur du centre nucléaire de production d'électricité du Tricastin CNPE du Tricastin BP 40009

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data 1 ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce et Coopération au développement Federal Public Service Foreign Affairs, External Trade and

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr La Validation des Acquis de l Expérience avec l IFPASS www.ifpass.fr Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS est au service des professionnels de l assurance, qu ils

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION Journées SFRP : Démantèlement des installations nucléaires et problématiques associées Serge PEREZ CEA/INSTN, Alain PIN CEA/INSTN. www-instn.cea.fr GRENOBLE 23 ET 24 OCTOBRE

Plus en détail

When Recognition Matters

When Recognition Matters When Recognition Matters PROGRAMME DE PARTENARIAT DU PECB www.pecb.com A propos du PECB /// Le PECB (Professional Evaluation and Certification Board) est un organisme de certification des personnes pour

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form

Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form M / Mr Mme / Mrs Nom Last name... Nom de jeune fille Birth

Plus en détail

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES SOMMAIRE BHC ENERGY, c est... Présentation de la société Des solutions adaptées à vos besoins Pourquoi structurer sa démarche d efficacité énergétique? Nos prestations

Plus en détail

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE:

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE: 8. Tripartite internship agreement La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract defines the

Plus en détail

La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF

La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF DOSSIER DE PRESSE MARS 2011 La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF L accord Défi Formation du 10 septembre 2010 Un geste simple pour l'environnement,

Plus en détail

Le Cnam pour tous tout au long de la vie Mission Handi cnam

Le Cnam pour tous tout au long de la vie Mission Handi cnam Le Cnam pour tous tout au long de la vie Mission Handi cnam Sommaire Présentation du Cnam La genèse du partenariat CNAM/CRM Particularités de ce partenariat La synergie avec les entreprises et les missions

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Techniques nucléaires et radioprotection de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE E L A B O R A T I O N D U N P R O C E S S DE P I L O T A G E ET DE S U I V I Société d accueil : ELAN, MANAGEMENT DE PROJETS PFE présenté par : FOURREY Maxime Tuteur industriel : M. Julien DUBREUIL, Responsable

Plus en détail

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon THE SUBJUNCTIVE MOOD Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon SOMMAIRE 1) Definition 2) Uses 2.1) Common expressions of doubt 2.2) Common expressions of necessity 2.3) Common expressions of desirability

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets

Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

Dans une agence de location immobilière...

Dans une agence de location immobilière... > Dans une agence de location immobilière... In a property rental agency... dans, pour et depuis vocabulaire: «une location» et «une situation» Si vous voulez séjourner à Lyon, vous pouvez louer un appartement.

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com Information Technology Services - Learning & Certification www.pluralisconsulting.com 1 IT Consulting &Training Créateur de Performance Pluralis Consulting Services et de Conseil en Système d Information

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Eric PIBOYEUX Président de la commission Jeunes FEDEREC Anne-Claire BEUCHER Responsable

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure d Ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique, Énergétique et Électronique

Plus en détail

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne 1 Sommaire 3 Introduction 4-6 Faites votre choix Une fiche d identité des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING

EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING EN PARTENARIAT AVEC LE PREMIER CURSUS CERTIFIANT CLOUD COMPUTING : ARCHITECTURE ET GOUVERNANCE L apport incontestable de l association d une grande école d ingénieurs

Plus en détail

LOI SUR LES AUXILIAIRES DENTAIRES. DENTAL AUXILIARIES REGULATIONS R-053-2010 In force July 1, 2010. R-053-2010 En vigueur le 1 er juillet 2010

LOI SUR LES AUXILIAIRES DENTAIRES. DENTAL AUXILIARIES REGULATIONS R-053-2010 In force July 1, 2010. R-053-2010 En vigueur le 1 er juillet 2010 DENTAL AUXILIARIES ACT LOI SUR LES AUXILIAIRES DENTAIRES DENTAL AUXILIARIES REGULATIONS R-053-2010 In force July 1, 2010 RÈGLEMENT SUR LES AUXILIAIRES DENTAIRES R-053-2010 En vigueur le 1 er juillet 2010

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

1. Les professionnels "qualifiés" (chartered profesionals)

1. Les professionnels qualifiés (chartered profesionals) Page 1 sur 6 ADBS (ES) Projet CERTIDOC Phase1 - Etat des lieux Annexe au rapport d enquête Complément à l'enquête sur les systèmes de certification en vigueur en Europe CertidocRapportComp.doc V2 : 29/09/03

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM Compliance Monitoring Manager Rôle attendu du CMM Introduction Rappel des bases réglementaires Rappel du positionnement du Compliance Monitoring Manager Sommaire Contexte réglementaire Part ORA Exigences

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Bachelors Technologiques

Bachelors Technologiques Bachelors Technologiques Mines et Carrières - Gestion et Maintenance de Parc de Matériels de Travaux Publics - QHSE Qualité Hygiène Sécurité Environnement www.2ie-edu.org Institut International d Ingénierie

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences Projet de décret relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue DECRET Chapitre V Qualité

Plus en détail

Performance industrielle Manufacturing Execution System

Performance industrielle Manufacturing Execution System Performance industrielle Manufacturing Execution System Mai 2013 Capgemini, leader de l intégration MES DEPUIS PLUS DE 25 ANS, CAPGEMINI ACCOMPAGNE SES CLIENTS DANS LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS MES. Une

Plus en détail

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan Document : Plan Qualité Spécifique du Projet Project Specific Quality Plan Référence Reference : QP-3130-Rev 01 Date Date : 12022008 Nombre de Pages Number of Pages : 6 Projet Project : JR 100 Rédacteur

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence...

If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence... If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence...... you can use pronouns with ease (words like lui, leur, le/la/les, eux and elles)...... understand complicated

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail