Ethnicité et nationalisme. Deuxième partie : le nationalisme. Pierre PETIT SOCA-D-408, 5 ECTS

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ethnicité et nationalisme. Deuxième partie : le nationalisme. Pierre PETIT SOCA-D-408, 5 ECTS"

Transcription

1 Ethnicité et nationalisme Deuxième partie : le nationalisme Pierre PETIT SOCA-D-408, 5 ECTS

2 Chapitre 1 : Nations et nationalismes (Gellner 1983) 1.1. Introduction Ethnicité et nationalisme Un objet récent pour l anthropologie Omniprésence de l Etatnation Ernest Gellner : une approche macro-sociale 2

3 1.2. Définitions «Le nationalisme est essentiellement un principe politique qui affirme que l unité politique et l unité nationale doivent être congruentes» (p. 1). «Le nationalisme est une théorie de la légitimité politique qui exige que les limites ethniques coïncident avec les unités politiques et, en particulier, que les limites ethniques au sein d un Etat donné [ ] ne séparent pas les détenteurs du pouvoir du reste du peuple» (p. 2). 3

4 Nationalisme «pour soi» ou «universel»? L Etat : institutions spécialises, «séparées du reste de la vie sociale», «qui visent à garantir l ordre» ; «monopole de la violence légitime» (p.15) Nation: culture partagée, individus qui se considèrent, qui «se reconnaissent comme appartenant à la même nation» (p. 19). 4

5 1.3. La période agraire L écriture et l Etat Une société segmentée (élites, communautés rurales) L absence de toute velléité d homogénéisation culturelle «Les anciens mondes étaient, pour chacun d entre eux, un cosmos, déterminé, hiérarchisé, plein de sens, mais cependant, pas tout à fait unifié car composé de sous-mondes, chacun ayant son propre langage et sa propre logique, qui ne pouvait se subsumer en ordre global unique» (p. 40). 5

6 Elites verticalement stratifiées (militaires, clercs, prêtres, etc.) Communautés de producteurs agricoles, latéralement isolées 6

7 Gellner 1983 Nations et nationalismes 1.4. L ère industrielle Industrie, rationalité, progrès Exigence de mobilité professionnelle vs les barrières «d ordre, de rang et de caste» (p. 42) «comparée à la société agraire, cette société [industrielle] est mobile et égalitaire» (p. 43). Le point crucial : division du travail et éducation 7

8 1.4. L ère industrielle «il est curieux que, dans la société industrielle, en dépit d un plus grand nombre de spécialités, l écart entre les spécialistes soit bien moindre. Leurs secrets leur sont presque mutuellement intelligibles. Leurs manuels font usage de langages qui se recouvrent dans une large mesure et même si le recyclage est parfois difficile, il ne s agit généralement pas d une tâche terrifiante» (p. 45) 8

9 «Dans la société industrielle, la majeure partie de la formation est de type générique, et sans qu il y ait pourtant de lien spécifique avec l activité professionnelle hautement spécialisée de la personne concernée, cette formation la précède. Au vu de la plupart des critères retenus, la société industrielle est probablement la société la plus hautement spécialisée de tous les temps ; mais son système éducatif est incontestablement le moins spécialisé, le plus universellement standardisé qui ait jamais existé. La plupart ou la totalité des enfants et des adolescents reçoivent la même formation ou la même éducation jusqu à un âge étonnement avancé» (p. 45). 9

10 1.4. L ère industrielle L éducation pour tous La centralisation de l enseignement : l Etat comme détenteur du «monopole de l éducation légitime» (p. 56). Le lien avec le nationalisme : les Etats comme «toit culturel» 10

11 1.4. L ère industrielle Les nations comme «belles endormies»? «Le nationalisme n est pas le réveil ni l affirmation de ces unités mythiques, réputées naturelles et données comme telles. C est, au contraire, la cristallisation de nouvelles unités, conformes aux conditions qui sont devenues dominantes, bien que l on reconnaisse qu elles utilisent comme matière première les héritages culturels, historiques et autres, issus du monde prénationaliste» (pp ). 11

12 «Les lambeaux ou tissus de culture que le nationalisme utilise ne sont souvent que des inventions historiques arbitraires. Les moindres vieux morceaux de tissu auraient pu, tout aussi bien, servir. Mais le principe du nationalisme en soi, par opposition à ses avatars, n a rien de contingent et ne doit rien à la chance» (p. 87). Les contradictions du nationalisme : culture rurale et culture lettrée. 12

13 1.5. Perspectives et conclusions Les formes du nationalisme ; le problème des traits contre-entropiques Le nationalisme comme phénomène récent et comme homogénéisation culturelle sous couvert de référence à d anciennes cultures Peu d intérêt pour les dimensions idéologiques 13

14 «l idéologie nationaliste est imprégnée de raisonnements erronés. Ses mythes inversent la réalité : elle prétend défendre la culture populaire alors qu en fait elle forge une haute culture ; elle prétend protéger une société populaire ancienne alors qu elle contribue à construire une société de masse anonyme. [ ] Le nationalisme tend à se considérer comme un principe manifeste, allant de soi [ ] alors qu il n est possible et ne doit son caractère inéluctable qu à un ensemble très spécifique de conditions, qui dominent aujourd hui mais qui ont été étrangères à la majorité de l humanité et à son histoire. Il prône la continuité et s en proclame le défenseur, mais il doit tout à une rupture décisive, considérable et profonde de l histoire de l humanité. Il prône la diversité culturelle et s en proclame le défenseur quand en fait, il impose l homogénéité». «Sa propre image est le reflet inversé de sa vraie nature, avec une netteté et une ironie rarement égalée par d autres idéologies couronnées de succès. Il me semble donc qu en général, nous n apprendrons pas grand chose sur le nationalisme par une étude de ses prophètes» (p. 177). 14

15 Chapitre 2. Imagined Communities Benedict Anderson (1983) 2.1. Introduction Dimension cognitive et émotionnelle. Puissance du nationalisme. Parallèles avec Gellner Le capitalisme de l imprimé Dès 15 e s., fixation des langues vernaculaires. Création de communautés imaginaires de lecteurs. 15

16 «Les locuteurs de français, d anglais, ou d espagnols fort divers, à qui il était difficile voire impossible de se comprendre dans la conversation, purent désormais se comprendre via l imprimé et le papier. Ce faisant, ils prirent progressivement conscience que des centaines de milliers, voire des millions de personnes appartenaient à leur champ linguistique particulier, mais que se champ se limitait à celles-là. Dans leur invisibilité visible, séculière et particulière, ces colecteurs, auxquels ils étaient associés par l imprimé, formaient un embryon de communauté nationale imaginée» (p. 55). 16

17 2.2. Le capitalisme de l imprimé (suite) Nation : «une communauté politique imaginaire, et imaginée comme intrinsèquement limitée et souveraine» (p. 19). L imprimé comme explication de la différence de destin des Etats-Unis d Amérique (unifiés) et des anciennes colonies de l Amérique espagnole (divisées). La littérature d affirmation nationaliste 17

18 2.3. Les itinéraires administratifs Lien avec Victor Turner la communitas des pèlerinages. Dichotomie des corps administratifs créoles et métropolitains (peninsulares) dans l Amérique espagnole. 4 Créoles sur 170 vice-rois avant les indépendances. Un parcours administratif dans le seul territoire natal. 18

19 2.4. Les itinéraires éducatifs Pourquoi une Indonésie unifiée et une Indochine éclatée? Indes néerlandaises : un système éducatif centralisé à Batavia. Indochine française : une système éducatif centré à Hanoï/Saigon ; divergences des parcours administratifs des Viet/Khmer/Lao. Création de réseaux éducatifs distincts 19

20 Indes néerlandaises ons/b/be/nederlandsindie.png 20

21 21

22 2.4. Les itinéraires éducatifs (2) Les derniers nationalismes sont le fait d une classe de jeunes intellectuels formés à l européenne, non d une bourgeoisie. Le principe (implicite) du nationalisme est transmis dans l éducation, sous forme de «nationalisme modulaire» La grammaire nationaliste étant acquise, restait à attendre les opportunités (monde bipolaire, Seconde Guerre Mondiale, etc.) 22

23 23

24 2.5. Trois technologies de pouvoir 1. Le recensement : dénombrement et classification 2. La carte géographique. La fin des espaces polaires par le traçage des frontières. La carte reproductible utilisable comme icône. Le maintien général des anciennes frontières coloniales. 24

25 Source: Evans 2002 : pl. 2 25

26 Patrimonialistion/muséification La création de l idée de patrimoine Alexander Curzon : «il est également de notre devoir de creuser et de découvrir, de classer, de reproduire et de décrire, de copier et de déchiffrer, mais aussi de chérir et de conserver» (p. 182). Déblocage d importants crédits et émulation. 26

27 Patrimonialistion/muséification Compromis entre tendances progressistes/ conservatrices Un discours historique de légitimation Great Zimbabwe 27

28 La mise en série des joyaux de l Etat colonial : sécularisation et tourisme ; édition ; logoïsation. Ex. : Angkor-Vat les technologies du pouvoir colonial mettent en place la grammaire nationaliste. 28

29 Chapitre 3. La nationalisme culturel Ivarsson, Søren, Creating Laos. The making of a Lao Space between Indochina and Siam, Copenhague: NIAS 3.1. Nationalisme culturel/nationalisme politique «Cultural nationalism is concerned with identity and the regeneration of the national community through the development and strengthening of a national essence a distinct civilisation which is the product of a distinct history and culture. The primary leaders of cultural nationalism are found among historians, lexicographers, artists and the like» (p. 8). 29

30 3.2. Contexte précolonial Lao/Laotien 1860: début de la colonisation française dans le S-E asiatique; Indochine française (1887 : Cochinchine, Annam, Tonkin, Cambodge) 1893: idem + Laos Royaume de Lan Xang (14 e -18 e siècle) 18 e siècle: royaumes de Luang Prabang, de Vientiane. Tutelle du Siam et de Hué (Vitetnam) Révolte de roi Anou et destruction de Vientiane ( ). Une zone frontière entre le Siam et Hué 30 Source : Duby 1995 : 235

31 3.3. L occupation française Le Siam, non colonisé, occupe le territoire de l actuel Laos. Premier discours français : le Laos comme dépendance de la cour de Hué. Cartographie. Second discours français : les Français sauveurs du Laos. Pavie et le roi de Luang Prabang (1887). L histoire du Laos comme grandeur et déclin du Lan Xang. Mission civilisatrice des Français. Réactions siamoises : cartographie, postes, portrait royaux. Politique de la canonnière ; signature du traité relatif aux frontières. 31

32 32 Source : Ivarsson 2008 : 39

33 3.4. Le nationalisme irrédentiste du Siam/de la Thaïlande Le point de vue siamois: les territoires perdus 1932 : coup d Etat. Montée de l ultranationalisme pan-thaï. 1939: la Thaïlande. Réunification de tous les Thaïs? Remise en cause de l appellation de «Laos» «From a Thai nationalist perspective Laos was a non-country» (p. 86). 33

34 Source : Ivarsson 2008 : 69 34

35 NY&NR=1 35

36 3.5. Le Laos indochinois 1) Le Laos comme extension du Vietnam? Un déséquilibre démographique Les Viet comme travailleurs intelligents; les Lao comme peuple sympathique mais paresseux, apathiques (bo pen nyang). Faut-il organiser l immigration? 1943 : les Vietnamiens = 4% de la pop. du Laos (villes, emplois) 36

37 3.5. Le Laos indochinois (2) 2) Un Laos lao-centré? Crainte de la dépendance par rapport à la Thaïlande rompre les liens Une identité religieuse bouddhique. Rénovation du Wat Sisaket, du That Luang, création en 1930 d un Institut bouddhique 37

38 3.5. Le Laos indochinois (3) La langue lao réhabilitée. Différenciation de l écriture lao (modèle phonétique) par rapport au thaï (modèle étymologique) Stabilisation de l histoire du Laos (Le Boulanger, 1931): création Lan Xang en 1353, etc., révolte du roi Anou, les Français comme sauveurs. 38

39 3.6. L Indochine sous Pétain Défaite de 1940, régime de Vichy. Famille, travail, patrie, racines rurales, sport. L Indochine suit. 39

40 3.6. L Indochine sous Pétain (2) Les Thaïlandais «récupèrent» deux provinces occidentales du Laos La politique de rénovation culturelle du Laos. Vs hégémonie thaï et communisme naissant au Vietnam. Modèle fédéral ; diversité des cultures indochinoises 1941: lancement du premier journal laotien Nouvelles locales, politique, concours littéraires, romansfeuilletons, hymne national 40

41 Sources : Ivarsson 2008 : 151,

42 Sources : Ivarsson 2008 : 165,

43 3.6. L Indochine sous Pétain (3) Histoire nationale: insistance sur la résurrection du Laos. La perte des provinces comme mal nécessaire. Théâtre, restauration du Wat Phra Keo 43

44 Sources : Ivarsson 2008 : 175, Evans 2002 : 29 44

45 3.7. La première indépendance ( ) Mars 1945: prise du contrôle de l Indochine par les Japonais Avril 1945 : déclaration d indépendance par le roi de Luang Prabang Premier gouvernement laotien Retour des Français Indépendance (1949, 1953) 45

46 Source : Evans 2002 : 89 46

47 3.8. Conclusion Actualité des phénomènes décrits par Ivarsson: lien avec le Lan Xang, déclin, chute, restauration par le Parti communiste. Une importante littérature met en avant les continuités avec le passé, occultant le rôle du colonialisme. 47

48 «The Lao people have [ ] an ancestral love for their homeland, [ ] territory and village, and a love for their birthplace. That is, they love their nation [ ] they cherish and venerate their nation in an unsurpassed manner. Therefore, when the French colonialist came in and placed the yoke of control on the neck of the Lao people, the Lao people felt the need for extreme revenge towards the enemies of the nation and together they rose up to fight the French [ ] The armed uprising of the Lao people to resist the yoke of the French colonialism were done in order to seize independence and national freedom» (p. 15). 48

49 Wat Sisaket Anachronisme de ce nationalisme rétrospectif 49

50 «Ideas about Laos and its culture did not come into being in a sphere independent of the workings of the colonial State. Indeed, French colonialism was instrumental in bringing about a Lao national culturalism. To use Anderson s terminology, we can say that the colonial state engendered the fundamental grammar that made the imagination of a national culture possible» (p.11). 50

51 Chapitre 4 : Le nationalisme au 4.1. Introduction quotidien Parallélismes entre la genèse des nationalismes et l ethnogenèse. Focalisation des études du nationalisme sur les moments «chauds» du processus national. Appel pour un décentrement sur les manifestations «froides», communes et quotidiennes du nationalisme. 51

52 4.2. Le «nationalisme banal» selon Michael Billig Billig, Michael, Banal Nationalism. Londres: Sage. La métaphore des drapeaux Le nationalisme banal est niché dans les replis de la vie quotidienne: monnaie, presse, tournois sportifs, etc. Ce caractère évident, implicite, permet sa reproduction continue et, partant, son affirmation sous des formes manifestes dans les temps «chauds» de l histoire. Discours politiques, presse, prévisions météos, statistiques, etc., se réfèrent implicitement à l Etatnation. 52

53 53

54 Science & Vie sept (couv. & p. 67) 54

55 55

56 Science & Vie, oct. 2014, pp

57 4.2. Le «nationalisme banal» selon Michael Billig Nature déictique (c-à-d ne prenant sens que dans un contexte) des mots employés en rapport avec la nation: «la météo», «l opinion», «nous», «notre», «on», etc. «I want my money Back» (M. Thatcher 1979) The Times : Home news/overseas news The Telegraph: News/foreign news La rubrique des sports marque ce lien à la nation sans ambiguïté ni complexe. Idem J.O. 57

58 58

59 59

60 4.2. Le «nationalisme banal» selon Michael Billig En somme, Billig montre les impensés du discours. La fin de l idée nationale n est pas pour demain. De nombreux phénomènes (transnationalisation, agences internationales, «multiculturalisme américain», etc.) sont compatibles avec ce principe, voire en dépendent. 60

61 4.3. L «intimité culturelle» selon Michael Herzfeld Herzfeld, Michael, L intimité culturelle. Poétique sociale dans l Etat nation. Québec : Presses de l Université Laval. Quelle est la place de l agency dans le modèle de M. Billig? Poiesis (poïétique) sociale: modalités par lesquelles les acteurs sociaux créent, construisent leur image et leurs actes au départ de fragments de l imaginaire national. L intimité culturelle: la gamme de représentations ambiguës que les personnes développent à propos de leur identité dans les contextes d entre-soi, et non dans les contextes publics de l affirmation. 61

62 4.3. L «intimité culturelle» selon Michael Herzfeld Dysémie: deux univers de sens pour un même référent. Exemple: la Grèce contemporaine. Identité nationale officielle tournée vers la Grèce de l Antiquité classique. Les Hellènes. Intimité culturelle: roublardise, insolence, insoumission. Les Romi (terme lié au passé ottoman). Tension entre ces représentations. La référence à l identité Romi est destinée au seul usage interne. 62

63 4.3. L «intimité culturelle» selon Michael Herzfeld L intimité culturelle: «la reconnaissance de ces aspects de l identité culturelle qui gênent ou embarrassent quelque peu vis-à-vis de l extérieur, mais qui n en confèrent pas moins, à ceux de l intérieur, l assurance d une socialité commune, et cette familiarité avec les bases du pouvoir qui peut, du même mouvement, assurer aux sans-voix un certain degré d irrévérence créative tout en renforçant l efficacité de l intimidation» (Herzfeld 2007 : 4). L usage politique des autostéréotypes: le cas du politicien liégeois Michel Dardenne. 63

«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences

«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences «Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences Entretiens du Centre Jacques Cartier Musée des beaux-arts de Montréal. 7 octobre 2004 Raymond Montpetit Université du Québec à Montréal

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU?

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? Le fair-play est une notion bien souvent employée à tort et à travers. Associée surtout au vocabulaire sportif, elle s applique aujourd hui à de multiples situations,

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels)

Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels) Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieu culturels) Page 1 sur 19 TABLE DES MATIERES Cahier de charge application cartographie... 1 (base de données des acteurs

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

PANKA. PORTFOLIO Karina Pannhasith. Karina Pannhasith. URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5

PANKA. PORTFOLIO Karina Pannhasith. Karina Pannhasith. URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5 PORTFOLIO PANKA Web Designer URBANIA Ipad Magazine School Project 2012 Photoshop Illustrator Dreamweaver Hype - HTML5 MASSIMO VIGNELLI The life of a designer is a life of fight : fight against the ugliness.

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

www.pangloss.fr La base de données d exercices 100% gratuite Votre contact : contact@pangloss.fr

www.pangloss.fr La base de données d exercices 100% gratuite Votre contact : contact@pangloss.fr Votre contact : contact@pangloss.fr SOMMAIRE 1- Qui sommes-nous? 2- Le concept pangloss.fr 3- Les avantages pour nos partenaires - annonceurs 4- Les formules proposées 5- Pourquoi votre publicité sera

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste ÉCOLE AFROCENTRISTE EN ONTARIO Pour diffusion immédiate PAGE 1 DE 5 Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste La vaste majorité des répondants sont d accord

Plus en détail

Present Tense (1) masc = masculine fem = feminine sing = singular pl = plural

Present Tense (1) masc = masculine fem = feminine sing = singular pl = plural Present Tense (1) Each of the questions asks you to make a sentence in the present tense. In each case, you need to pick an appropriate subject ("je", tu" etc), pick the correct verb from the list to the

Plus en détail

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Atego workshop 2014-04-03 Ce document et les informations qu il contient sont la propriété de Ils ne doivent pas être copiés ni communiqués

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

Les formes de l hégémonie européenne

Les formes de l hégémonie européenne LE CENTRE CANIEN D ÉTUDES ALLEMANDES ET EUROPÉENNES Université de Montréal, 3744, rue Jean Brillant, bureau 525, H3T 1P1 EAE 1000 Introduction aux études européennes Mardi, 13 à 16 heures, Salle Lothar

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias

Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias Women s Forum - Deauville - Octobre 2012 Présentation de l étude Women s State of the Media

Plus en détail

Dévéloppement de Sites Web

Dévéloppement de Sites Web 1 Dévéloppement de Sites Web Cours I : Conception et spécification d'un site à thème Peter Stockinger Séminaire de Maîtrise en Communication Interculturelle à l'institut National des Langues et Civilisations

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 La publication du CECEI-Banque de France 2 à partir du FIB, recense pour les deux régions 7 265 guichets permanents contre 6 657 agences pour la base du laboratoire C.R.E.T.E.I.L

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Philippe Lemerle Big Data Secteur public. Copyright 2015, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved.

Philippe Lemerle Big Data Secteur public. Copyright 2015, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved. Philippe Lemerle Big Data Secteur public 1 Le Monde se crée une copie numérique de lui même (*) (*) The world is making a digital copy of itself Paul Sonderegger, Oracle Approche réductioniste propriétés

Plus en détail

L IMPACT ATTENDU DE DMARC SUR LE PHISHING. Auteur Sébastien GOUTAL Responsable Filter Lab

L IMPACT ATTENDU DE DMARC SUR LE PHISHING. Auteur Sébastien GOUTAL Responsable Filter Lab L IMPACT ATTENDU DE DMARC SUR LE PHISHING Auteur Sébastien GOUTAL Responsable Filter Lab Avril 2012 Sommaire Introduction... 3 Etude de la spécification DMARC... 4 Etude statistique... 6 Conclusion...

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers Journée d étude sur «la métalogistique des événements sportifs» CRO3S / UFR STAPS d Orléans / 2 mai 2006 Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE

Plus en détail

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project L enseignement intégré de la musique: Un défi pour l enseignement et la formation des enseignants

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

n.paradoxa online, issue 3 May 1997

n.paradoxa online, issue 3 May 1997 n.paradoxa online, issue 3 May 1997 Editor: Katy Deepwell 1 Published in English as an online edition by KT press, www.ktpress.co.uk, as issue 3, n.paradoxa: international feminist art journal http://www.ktpress.co.uk/pdf/nparadoxaissue3.pdf

Plus en détail

Marketing Mix: Distribution

Marketing Mix: Distribution Marketing Mix: Distribution 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le Marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

Secrétaire générale Fédération Internationale du Vieillissement Secretary general International Federation on Ageing Margaret Gillis Canada

Secrétaire générale Fédération Internationale du Vieillissement Secretary general International Federation on Ageing Margaret Gillis Canada Vieillir et ne pas retourner dans le placard Jane Barrat Australie Secrétaire générale Fédération Internationale du Vieillissement Secretary general International Federation on Ageing Margaret Gillis Canada

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum :

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum : Dev4Plan1 Le Plan De Leçon 1. Information : Course : Français Cadre Niveau : Septième Année Unité : Mes Relations Interpersonnelles Thème du Leçon : Les Adjectifs Descriptifs Date : Temps : 55 minutes

Plus en détail

Gulliver.com by mobeo 1

Gulliver.com by mobeo 1 Gulliver.com by mobeo 1 Sommaire Introduction A quoi sert une CRM ecommerce? Le point de vue CRM La Segmentation Les Contacts Les Visiteurs Cycle de vente Segmentation des visiteurs Ajustement Regroupements

Plus en détail

Une philosophie du numérique

Une philosophie du numérique Revue internationale International Web Journal www.sens-public.org Une philosophie du numérique Lecture de Pour un humanisme numérique de Milad Doueihi (Seuil, Paris 2011) MARCELLO VITALI ROSATI Résumé:

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat INSPECTION GENERALE DE L'EDUCATION NATIONALE Groupe Histoire Géographie SERVICE DE COOPERATION ET D ACTION CULTURELLE Service de l Enseignement Français PROGRAMMES D HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE CLASSE DE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Homosexualité et milieu de travail

Homosexualité et milieu de travail Sondage d opinion auprès des Canadiens GAI ÉCOUTE ÉTUDE OMNIBUS PAN CANADIENNE Homosexualité et milieu de travail Mai 2006 Dossier : 12717-008 507, place d Armes, bureau 700, Montréal, Québec H2Y 2W8 Téléphone

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

VTP. LAN Switching and Wireless Chapitre 4

VTP. LAN Switching and Wireless Chapitre 4 VTP LAN Switching and Wireless Chapitre 4 ITE I Chapter 6 2006 Cisco Systems, Inc. All rights reserved. Cisco Public 1 Pourquoi VTP? Le défi de la gestion VLAN La complexité de gestion des VLANs et des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Groupe Crédit Agricole Une Banque Universelle de Proximité à votre service Métiers

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Le spécialiste de l investissement immobilier et financier pour les expatriés en Asie.

Le spécialiste de l investissement immobilier et financier pour les expatriés en Asie. Le spécialiste de l investissement immobilier et financier pour les expatriés en Asie. EXPATRIMO est née de la volonté d offrir à une clientèle d expatriés un panel de services haut de gamme. Fruit de

Plus en détail

Nouveau site Internet Roger Dubuis Découvrir et voyager dans l Incredible World of Roger Dubuis

Nouveau site Internet Roger Dubuis Découvrir et voyager dans l Incredible World of Roger Dubuis Information Presse L univers The Incredible Warrior, collection Excalibur Avec le lancement de son nouveau site Internet www.rogerdubuis.com, la Maison genevoise vous invite à découvrir et vivre l intense

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Les chaires de recherche du Canada

Les chaires de recherche du Canada Les chaires de recherche du Canada La recherche à son meilleur Le Programme des chaires de recherche du Canada Afin d aider les chercheurs à relever les défis de demain, le gouvernement du Canada a élaboré

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1/ Cartes Kertel Rechargeables CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1-1/ CARTES FRANCE MONDE RECHARGEABLES: Les cartes "classiques" KERTEL (ci-après "les Cartes") sont des cartes de télécommunication, permettant

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

W3MS Web, Marketeur, Manager de Médias sociaux

W3MS Web, Marketeur, Manager de Médias sociaux W3MS Web, Marketeur, Manager de Médias sociaux Nouvelles modes de consommations des biens et des services, Nouvelles formes de communication dans le B2B, dans le B2C, dans le B2B2C, le C2C, Nouvelles compétences

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Soutenir les petits agriculteurs et leurs organisations grâce à l intelligence économique XOF / kg RONGEAD has been supporting

Plus en détail

Lycée Français de Hong Kong French International School

Lycée Français de Hong Kong French International School Lycée Français de Hong Kong French International School Présentation de la Filière Bilingue Collège, 11 mai 2010 Collège Bilingual Stream Presentation, May 11th 2010 Contenu de la Présentation/ Contents

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN

PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN Présentation publique du jeudi 10 septembre, 2009 Public presentation of Thursday, September

Plus en détail

Licences et Masters à l Université de Toulouse II-Le Mirail

Licences et Masters à l Université de Toulouse II-Le Mirail Université en Arts, Lettres et Langues (ALL) Sciences Humaines et Sociales (SHS) Sciences, Technologies, Santé (STS) Droit, Économie, Gestion (DEG) Licences et Masters à l Université de Toulouse II-Le

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I,

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, Introduction D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, L Université de Yaoundé I a pour missions : - d élaborer

Plus en détail

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES 1 2 INTERVENANTS Cédric LENOIRE Manager Business Risk Consulting Frédéric DUROT Directeur Technique Dommages

Plus en détail

Enquête communication interne - restitution

Enquête communication interne - restitution Enquête communication interne - restitution Septembre 2014 Julie Gaillot et Ellen Walker Chargées de communication interne Groupe 1 1 Méthodologie et périmètre de l étude 2 Trois phases Phase qualitative

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Table des matieres LARCIER

Table des matieres LARCIER Table des matieres Table des matieres 559 Pages Dédicace............................................................ 5 Remerciements... 7 Préface... 11 Principales abréviations... 15 Sommaire... 23 Introduction

Plus en détail

Paris a-t-elle la grosse tête?

Paris a-t-elle la grosse tête? Paris a-t-elle la grosse tête? Magazine français traduit en anglais pour les touristes Paris Capitale Hors-Série. N 1008 du 12 juillet 2010. La France vue par les parisiens http://www.dailymotion.com/video/x6pg5r_pub-le-parisien-et-les-japonais_fun

Plus en détail

Commentaire de la SCPCP concernant le projet de loi C-32

Commentaire de la SCPCP concernant le projet de loi C-32 CANADIAN PRIVATE COPYING COLLECTIVE SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PERCEPTION DE LA COPIE PRIVÉE 150, avenue Eglinton Est, bureau 403 Toronto (Ontario) M4P 1E8 Tél. : 416 486-6832 Sans frais : 1 800 892-7235 Téléc.

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Spécificités du cours

Spécificités du cours Spécificités du cours Période 7: 18 juin 10 juillet 2012 Cours en anglais de 3 crédits Les participants voyagent à l étranger pour une période d environ 2 semaines Groupe d étudiants du MBA et de la M.Sc.

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon THE SUBJUNCTIVE MOOD Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon SOMMAIRE 1) Definition 2) Uses 2.1) Common expressions of doubt 2.2) Common expressions of necessity 2.3) Common expressions of desirability

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PEDAGOGIQUE En seconde Année du MASTER «Sciences de l Ingénieur» (SDI) Année universitaire 2008-2009

DOSSIER DE CANDIDATURE PEDAGOGIQUE En seconde Année du MASTER «Sciences de l Ingénieur» (SDI) Année universitaire 2008-2009 DOSSIER DE CANDIDATURE PEDAGOGIQUE En seconde Année du MASTER «Sciences de l Ingénieur» (SDI) En seconde année de la composante Mécanique du master SDI, il est possible de candidater dans l une ou l autre

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION International Legal Framework for Development of Anti-Corruption Programs 1 AUGMENTATION DES ACCORDS CONTRE LA CORRUPTION

Plus en détail