Don et coopération dans Internet : une nouvelle organisation économique?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Don et coopération dans Internet : une nouvelle organisation économique?"

Transcription

1 Don et coopération dans Internet : une nouvelle organisation économique? G Dang-Nguyen et T Pénard 1 ENST Bretagne, ICI Octobre 1999 Résumé : L objet de cet article est d étudier la place du don et de la coopération dans l organisation économique d Internet. Nous définissons Internet comme un réseau universel de co-production, de co-consommation et d échanges de services sous forme électronique. Nous montrons que le contexte institutionnel dans lequel est né Internet ne suffit pas à expliquer le poids actuel des services non marchands et la vitalité des comportements coopératifs sur ce réseau. Selon nous, ces éléments sont consubstantiels de l économie d Internet, appelé aussi Net Economie. L explication tient en grande partie à l absence de séparation claire entre ceux qui sont producteurs de services et ceux qui sont clients. Cette réversibilité des rôles rend difficile l émergence d une logique classique de marché et favorise le don et la coopération sur une échelle mondiale. 1 1

2 1. Introduction Internet a longtemps été un réseau public de communication sans but lucratif, à l usage de la recherche et de l enseignement 2. L accès à ce réseau se faisait de manière restrictive selon les conditions définies par l AUP (Acceptable Use Policy) : seuls les sites ayant des activités culturelles, éducatives et de recherche pouvaient se raccorder à un point d accès régional du réseau Internet et échanger des données avec les autres sites connectés. L arrivée des entreprises privées, à partir des années 90 et le développement d activités commerciales de services en ligne ont quelque peu transformé la nature du «réseau des réseaux». A l heure actuelle, la communauté scientifique ne représente plus la majorité des utilisateurs. Cependant, son influence reste très prégnante dans l organisation des relations entre les différents acteurs et utilisateurs. Les modes d échange sont encore largement caractérisés par la gratuité et la coopération. Ce sont des dizaines de milliers d utilisateurs qui consacrent bénévolement du temps à animer des forums de discussion, à créer des sites d information gratuits ou à développer des logiciels pour Internet, en renonçant à leurs droits d auteur. Dans cet article, nous souhaitons montrer que l économie d Internet, que l on peut désigner par Net Economie, est largement fondée sur la coopération et le don. Internet est en effet un réseau universel de co-production, de co-consommation et d échanges de services sous forme électronique. La co-production est caractéristique de la Net Economie car il est impossible sur Internet de fournir de manière non coopérative des services aux utilisateurs : chaque service sur Internet est en fait une combinaison de prestations et d efforts de multiples acteurs. Par exemple, le courrier électronique est un service qui nécessite, pour un utilisateur, un logiciel de messagerie, un accès au réseau Internet depuis son ordinateur, et le transport du message vers le destinataire à travers différents réseaux interconnectés. La co-consommation est aussi un élément clé, car la caractéristique d un service électronique (par exemple de l information) est de pouvoir être partagée et consommée sans rivalité entre les utilisateurs, c est à dire que ce service ne disparaît pas ou n est pas altéré dans la consommation. Au contraire, il va pouvoir être réutilisé dans la production de nouveaux services. Chaque utilisateur participe donc directement à la production des services présents et futurs 3. Finalement, dans la Net Economie, il n existe pas de séparation claire entre ceux qui sont producteurs et ceux qui sont clients (Braman, 1997). Cette réversibilité des rôles rend difficile l émergence d une logique classique de marché. Ainsi, le contexte institutionnel dans lequel est né Internet ne suffit pas à expliquer le poids actuel des services non marchands 4 et la vitalité des comportements de don et de 2 On peut consulter Huitema [1995] sur les origines de l Internet. 3 La coproduction avec l utilisateur n est pas propre aux services en ligne. Elle est présente dans la plupart des prestations de service, par exemple entre le médecin et de son malade pour la détermination d un diagnostic. Voir Gadrey [1990]. 4 Il est important de préciser que le signe distinctif d un service non marchand n est pas forcément la gratuité mais l absence de but lucratif. Un service non marchand peut très bien être payant, le prix devant alors permettre de couvrir les coûts. Ainsi, Renater, le réseau de recherche français fait 2

3 coopération sur ce réseau. Selon nous, ces éléments sont consubstantiels de la Net Economie. Pour illustrer l importance des phénomènes de coopération sur Internet, nous proposons de distinguer deux grandes catégories de services dans la Net Economie d un côté, les services d usage (communication, information et transaction) et de l autre les services de support (transport, accès et logiciel). Ce découpage se justifie par des considérations techniques. Internet est, en effet, constitué d une multitude de réseaux hétérogènes, interconnectés les uns avec les autres, dans un enchevêtrement dense (Kavassalis et Solomon, 1997). Tous ces réseaux peuvent communiquer et échanger des données grâce à un langage commun défini par les protocoles TCP-IP. Ces protocoles permettent d établir une séparation nette entre le transport des données d un côté (services supports), et la fourniture de services d usage de l autre, les seconds pouvant se développer indépendamment des premiers (Kavassalis et Lehr, 1998). Les services d usage se décomposent en trois grandes fonctions : 1. les services de communication qui comprennent le courrier électronique, les forums de discussion, les «news groups», les transferts de fichiers et la téléphonie sur Internet. 2. les services d information qui correspondent essentiellement à la consultation des sites Web. 3. les services de transaction qui englobent le commerce électronique et les échanges de données informatisées entre clients et fournisseurs. Pour permettre aux utilisateurs de bénéficier de ces différents usages, trois services-support sont nécessaires : 1. les services d accès au réseau. 2. Les services de transport des données électroniques à travers le réseau. 3. Les services et logiciels d application qui rendent possibles ou facilitent les usages de l Internet, transport et accès compris : moteurs de recherche, navigateurs, logiciels d exploitation de serveurs d information, logiciels de messagerie électronique ou de paiement électronique, création et maintenance de sites Web,... Si on adopte une représentation d Internet en couches, les services de transport correspondent aux couches basses, les services d accès aux couches intermédiaires et les usage aux couches supérieures. Quant aux services d application, ils interviennent dans toutes les couches. payer le service non marchand de transport et d interconnexion qu il fournit aux Universités et centres de recherche. Les services marchands, eux, sont fournis par des entreprises qui ont pour objectif de faire des profits : les services sont généralement payants, mais ils peuvent aussi être gratuits. Dans ce dernier cas, l entreprise opte pour un financement indirect (publicité) ou propose des services complémentaires qui sont, eux, payants (assistance, conseils...). 3

4 La section suivante est consacrée à l analyse des formes de coopération et de don dans les services d usage. Les services de support sont analysés dans la section 3. Il ressort de cette étude que la Net Economie se caractérise par une diversité de formes relationnelles et transactionnelles dans lesquelles la coopération et le don occupent une place essentielle : c est le cas dans les accords d interconnexion entre opérateurs de réseaux Internet ou dans le développement de logiciels et applications à l usage d Internet. Cette diversité tient au poids des acteurs non marchands et aux caractéristiques techniques d Internet combinant des «effets de réseau» propres aux industries de télécommunications et une dynamique d innovations propres à l industrie de l informatique. 2 Les services d usage 2.1) Les services de communication Les services de communication sont par essence la pierre angulaire de tous les phénomènes de coopération sur Internet. En effet, comment imaginer une relation coopérative sans communication? Internet a d ailleurs été conçu à l origine pour permettre à des chercheurs dispersés géographiquement de collaborer sur des projets scientifiques : il devait faciliter le travail à distance et les échanges de documents 5. La communauté scientifique a été rapidement séduite par la rapidité et la gratuité de cet outil de communication. La propension des chercheurs à partager leurs idées et à participer à des projets collectifs n a fait qu accélérer sa diffusion (effet de réseau classique). Avec l essor mondial d Internet, les services de communication ont pris une nouvelle dimension. Un des phénomènes les plus remarquables a été la constitution d innombrables communautés virtuelles et groupes de discussion autour de thèmes divers, entre des individus ne se connaissant pas a priori. Ces communautés fonctionnent toutes sur des principes coopératifs de partage d information et d entraide. Tous les services rendus à l intérieur d une communauté sont gratuits. Par exemple, une communauté d utilisateurs d un logiciel donné permet de soumettre des questions auxquelles s efforceront de répondre les membres les plus compétents. Dans d autres communautés, il s agit de partager des expériences personnelles ou d apporter des conseils pratiques. Au sein de ses groupes, il est souvent de règle de recourir à l auto-contrôle ou à l autodiscipline. Chaque nouveau membre doit préalablement consulter et accepter la NetEtiquette du groupe, c est à dire les règles de bonne conduite et les objectifs définis lors de la création. Le nouveau membre doit aussi prendre connaissance des questions fréquemment posées (FAQ) avant d intervenir dans les discussions. Il doit absolument éviter les attaques personnelles et les messages publicitaires, ou envoyer un article en dehors du sujet du groupe. Celui qui ne respecte pas ces règles ou cette éthique, s expose aux foudres de l ensemble de la communauté et peut être sanctionné par une flame war qui consiste à inonder sa boite aux lettres de messages agressifs (Dufour, 1995). On peut imaginer les conséquences lorsque le groupe est composé de plusieurs milliers d individus. Il s est donc créé, sur le «Net», un principe de coordination par les règles (Livet et Thévenot, 1994), dont 5 Sur la communauté initiale des chercheurs et leurs rapports avec Arpanet et NSFNet, voir par exemple Hauben et Hauben [1998]. 4

5 le caractère auto-organisé est patent 6, et qui est fortement marqué par les principes de sa communauté d origine, celle des chercheurs. L irruption de considération marchandes n a pas remis en cause ces principes. Au contraire, ces communautés bénéficient des faveurs et attentions des acteurs marchands conscients que le moyen le plus rapide d entrer sur le Net est de recevoir l adhésion de ces communautés. L esprit coopératif qui règne dans les services de communication pourrait être menacé par la croissance exponentielle des utilisateurs d Internet. L arrivée en masse de nouveaux participants, ignorant les règles de comportements et de bonne conduite ne peut que perturber le fonctionnement de ces communautés virtuelles. Leurs membres les plus actifs pourraient délaisser ces lieux d échanges gratuits et de coopération dans lesquels se glisseraient trop de passagers clandestins 7. De plus, la possibilité de changer facilement d identité sur Internet pourrait limiter les mécanismes de réputation, essentiels dans toute coopération 8. Internet est donc un réseau de coopération qui présente quelque signe de fragilité et qui n est pas à l abri d individus mal intentionnés, même si les règles édictées dans chaque communauté visent à réduire les risques d opportunisme. 2.2) les services d information Pendant longtemps, les informations de nature scientifique et académique ont représenté l essentiel des contenus sur Internet. Ces informations sont par essence libres d accès et gratuites, chaque chercheur ayant intérêt à ce que ses travaux soient diffusés le plus largement possible pour recueillir des commentaires d autres chercheurs et obtenir la reconnaissance de ses pairs. Cette gratuité s inscrit dans le modèle de concurrence universitaire basée sur le nombre de publications 9 «publish 6 Il existe des mécanismes de contrôle plus formels. Certains groupes peuvent disposer de modérateurs qui filtrent les discussions et les messages. Ils sont désignés par cooptation : bénévoles, ils consacrent de nombreuses heures par semaine à cette tâche. Un autre exemple est la procédure de vote pour la création d un nouveau groupe de discussion dans la communauté des groupes Usenet. Dans un premier temps, le créateur du nouveau groupe indique la motivation de son projet, le positionnement du groupe par rapport aux groupes existants et les sujet qui y seront discutés. Puis, les membres de la communauté Usenet expriment leur opinion par courrier électronique (approbation ou refus). Si la création recueille 80 oui de plus que les non et si les oui représentent plus des trois quarts des suffrages exprimés, la création du groupe est entérinée après une semaine de délai pour permettre les contestations. 7 Le concept de passager clandestin renvoie au comportement opportuniste d un individu qui chercherait à bénéficier d un service ou d un bien collectif sans fournir d efforts ou de contribution. En effet, un bien collectif bénéficie autant à ceux qui ont contribué, qu à ceux qui n ont pas contribué : si tout le monde devient passager clandestin, alors le bien collectif ne sera pas produit. Voir Olson [1978] sur cette question. 8 Dans une communauté non virtuelle (une entreprise, un village,...), le souci de réputation dissuade les individus d adopter des comportements opportunistes ou de violer les règles du groupe. Dans une communauté virtuelle, ce même individu peut échapper aux sanctions en se présentant sous une autre identité comme le souligne Friedman [1998]. 9 En cas de publication, les auteurs ont aussi intérêt à mettre en libre accès sur Internet toutes les informations et sources relatives à leur article (annexes non publiés, détails d une démonstration ou d une expérience, programme utilisé pour les simulations ou les estimations économétriques) afin que le lecteur puisse vérifier la validité ou le sérieux des résultats. 5

6 or perish». Elle s inscrit en outre dans une démarche plus large décrite par Callon [1989], où l activité de recherche consiste, en particulier, à diffuser toute nouvelle information technique ou scientifique aux pairs, indépendamment du contexte marchand ou non marchand dans lequel ceux-ci travaillent. Avec le développement d Internet, l offre d information est devenue abondante et beaucoup plus diversifiée qu auparavant. Les informations de nature commerciale (site d entreprise,...) ou ludique (pages personnelles, site de divertissement,... ) ont pris une place significative. Toutefois, la plupart de ces informations sont libres d accès et gratuites, même sur les sites marchands. Plusieurs raisons peuvent être avancées à cela. La volonté de reconnaissance et de notoriété ne se limite pas à la communauté scientifique et se retrouve chez la plupart des personnes privées et des entreprises. Internet constitue une vitrine et un moyen de promotion 10. L information sur Internet est ainsi parée de toutes les caractéristiques d un bien public : non seulement c est un bien non rival par essence 11, mais dans la majorité des cas c est aussi un bien non exclusif (gratuit et libre d accès). Paradoxalement, cela ne semble pas poser de problème majeur de «passager clandestin» 12. La plupart des utilisateurs trouvent un intérêt à fournir de l information publique et à supporter une partie des efforts pour la produire, même si ils savent que tous les autres en bénéficieront gratuitement. De plus, les progrès technologiques, au niveau de la numérisation et de la mise en forme des informations, rendent de plus en plus facile et peu coûteuse la production d informations numérisées. Internet contribue donc à abolir la frontière entre celui qui produit et celui qui consomme et permet de faire coïncider l intérêt privé (se faire connaître), avec l intérêt collectif (contribuer à la production d informations publiquement disponibles). Dans ce contexte, il est difficile pour un site commercial de prendre l initiative de faire payer ses informations, le risque étant de perdre ses visiteurs qui peuvent migrer vers des sites gratuits proposant des services équivalents. Slate, un journal d informations politiques et culturelles en ligne (www.slate.com) appartenant à Microsoft, en a fait l expérience. Fort de ses lecteurs, le journal est devenu payant en février 1998 avec un abonnement modique de dollar par an. Un an plus tard, il ne comptait plus que lecteurs abonnés, alors que dans le même temps son grand concurrent Salon Magazine connaissait une forte hausse d audience, revendiquant lecteurs. Ce phénomène s analyse très simplement, en partant de la structure de coût d un producteur d information. Les services d information relèvent principalement d une économie de coûts fixes, les coûts variables étant négligeables. Les premiers comprennent l achat du matériel (hardware et software), la configuration et la maintenance du serveur et sa connexion à Internet (abonnement auprès d un fournisseur d accès), la conception du site lui-même et la mise en ligne des informations. Les coûts variables liés aux nombres de visiteurs sont négligeables 13. Le coût marginal de distribuer une 10 Les administrations et organismes publics, voient aussi dans Internet un moyen de prolonger et de démultiplier leur action institutionnelle, souvent à un coût marginal relativement faible. Avec les nombreuses sources d informations publiques (rapport, étude, statistiques), Internet est devenu une véritable mine de connaissances. 11 Du fait que l information est un bien reproductible, chaque utilisateur peut consommer la plupart des informations sur Internet sans diminuer la consommation d informations des autres utilisateurs. 12 Ici, le passager clandestin est celui qui obtient des informations sur le Net, mais n en fournit jamais, même pas sur qui il est. 13 En pratique, si le site connaît un grand succès, il faudra sans doute redimensionner le serveur et augmenter les débits d accès. Cela engendre des coûts fixes par palier de visiteurs. 6

7 information à un utilisateur est donc quasiment nul (Srinagesh, 1997) : une fois que l information est disponible sur un site, la consultation de cette dernière par un visiteur supplémentaire ne coûte quasiment rien. L absence de coût et de contrainte de capacité sur la reproduction de l information incite donc les sites commerciaux à pratiquer la gratuité, dans leur course à l audience. Si l un de ces sites décidait de tarifer ses informations, il encourrait le risque de voir les utilisateurs aller sur un site concurrent gratuit. D autant que les sites non marchands sont très nombreux sur Internet et limite le pouvoir de marché des sites commerciaux. Seul un site en situation de monopole sur certaines informations pourrait se permettre de faire payer ses services. Les difficultés de tarifer l information tiennent aussi au paradoxe énoncé par Arrow en 1962 : lorsque le client ne connaît pas l information, il ne peut pas estimer sa valeur et donc le prix qu il est prêt à payer pour l acquérir. Mais lorsqu il connaît l information, il n a plus envie de la payer, puisqu il l a déjà. Ceci constitue un réel obstacle à l émergence d un marché de l information 14. La gratuité de l information pose le problème de sa qualité et de sa fiabilité 15. Même si certains intermédiaires comme les moteurs de recherche, peuvent jouer un rôle de sélection et de certification, il n en reste pas moins que des formes extrêmes de basse qualité peuvent exister (thèses révisionnistes, ou rumeurs infondées mettant en cause les personnes physiques ou morales...). Au delà de ces cas limites, la régulation de la qualité est en fait assurée par les utilisateurs euxmêmes. Dans les sites d information, dès lors qu un objectif de notoriété est poursuivi, un mécanisme d «auto-sélection» de la qualité se met en place. L entreprise ou l individu cherche à donner la meilleure image de soi même, de peur que l effet accélérateur de diffusion dans Internet, ne conduise à un résultat contraire à l objectif recherché. Au total, l information, gratuite sur Internet, n engendre pas trop de mécanismes opportunistes conduisant à l effondrement de ce bien collectif. Assurément, les effets de notoriété que peuvent trouver les acteurs économiques à faire diffuser rapidement et à très faible coût cette information, et la tradition de coopération sans contrepartie financière suffisent à stabiliser la production de ce bien «public». 2.3) les services de transaction Internet est aussi devenu un instrument de transaction entre les agents économiques. Mais les services de transactions peinent à se développer et à bénéficier de l effet réseau, faute de standards au niveau des paiements électroniques et des échanges de données informatisées. Là encore, les marchés ne semblent pas (encore?) au rendez vous. Bien que la gratuité soit a priori antinomique des services de transaction, on voit apparaître dans certains modèles de transaction expérimentés sur le Web, des 14 Sauf quand on est en situation d utilisation répétée d informations qui doivent être mises à jour régulièrement ou qui ne peuvent être «consommés» en une seule fois (par exemple, les base de données). 15 Lorsque les mécanismes de marché fonctionnent efficacement, les prix sont un bon indicateur de qualité. 7

8 logiques de don et contre-don. De nombreux biens et services sont proposés gratuitement (informations, messagerie, assistance, animation de communautés,...) en contrepartie d informations fournies par les utilisateurs, soit volontairement en remplissant des formulaires d identification, soit à leur insu (systèmes de traçage des utilisateurs sur le Web avec les cookies 16 ). Le modèle de transaction dominant sur Internet se ramènerait donc à des échanges d informations sans contrepartie financière : celles fournies gratuitement par les sites commerciaux, contre celles fournies par les utilisateurs sur leur profil 17. La société Mypoints.com a d ailleurs mis en place un système de bons d achat pour stimuler ces échanges d information : les internautes se voient proposer des bons sur le site de Mypoints.com à chaque fois qu ils cliquent sur un des bandeaux publicitaires et qu ils visitent attentivement les sites des annonceurs. Tout le monde est gagnant : les annonceurs qui ont l assurance d être visités par de nombreux internautes (Mypoints.com revendique près d un million d adhérents), les internautes qui obtiennent des bons à valoir sur des voyages ou des livres, et la société Mypoints.com qui peut faire payer plus cher ses bandeaux d annonce ou réclamer une commission sur les transactions effectuées par ses adhérents sur les sites des annonceurs 18. De manière plus générale, les bandeaux publicitaires donnent lieu à des accords de partenariats entre sites consistant à s échanger leurs propres bandeaux. Le moteur de recherche Yahoo revendique ainsi plus de 300 accords de promotions croisées avec des sites d informations. Ce référencement mutuel renvoie à l une des innovations clé du Web, les liens hypertexte qui permettent de passer d un site à l autre très facilement. On constate combien le principe de liens et référencements croisés qui répondait à l esprit coopératif des premiers utilisateurs de l Internet, a été récupéré par les sites commerciaux et sert désormais à créer de l audience et accroître ainsi les revenus publicitaires. En résumé, les services d usage (communication, information ou transaction) semblent être caractérisés par des éléments qui inhibent quelque peu la formation de marchés ou qui leur donnent une structure particulière, celle du financement indirect. Ces éléments sont l absence de standardisation dans les services de transaction, les caractéristiques de bien public des services d information, ainsi que la forte présence de coûts fixes par rapport aux coûts marginaux d usage. En outre, l environnement institutionnel ayant présidé à l émergence d Internet continue à faire sentir ses effets : les caractéristiques de la communauté scientifique (utilisateurs actifs et compétents) ont pu se transposer dans une certaine mesure à l utilisateur moyen. Chacun est tour à tour offreur et demandeur. Cette réversibilité est certainement une nouveauté à une telle échelle. Internet démultiplie les relations de dépendance et de réciprocité entre les différents acteurs : chaque service, chaque information sur Internet est en lien (on pourrait même dire en hyperlien) avec une multitude d autres services et d autres informations. 16 Les cookies sont des programmes qui s introduisent dans la mémoire vive, puis le disque dur de l ordinateur de l Internaute lors de la consultation d un site et qui permettent ensuite de suivre ce dernier et de recueillir des informations sur son profil (sites visités, fréquence,...). 17 Les sites commerciaux peuvent ensuite exploiter cette information pour offrir à l utilisateur des informations et des services sur-mesure (Gensollen, 1998). 18 La société Cybergold a choisi elle de stimuler les échanges d informations en rémunérant l attention de ses membres par de l argent. Chaque membre peut obtenir des dollars sur un compte ou sur une carte visa en allant visiter les sites des annonceurs et en remplissant des questionnaires pour ces sites. 8

9 3 Les services de support Les services de support comprennent les services d accès et de transport et les services et logiciels d application. Bien que les fonctions de support soient offertes en priorité par des entreprises commerciales, il est surprenant de constater qu ici aussi, les éléments de coopération jouent un rôle non négligeable. 3.1) les services et logiciels d application C est sans aucun doute le développement de logiciels qui a suscité les phénomènes de coopération les plus intéressants. Sans Internet, les «logiciels libres» n auraient jamais connu un tel succès au point d ébranler Microsoft. Linux, un système d exploitation libre concurrent de Windows NT, détenait plus de 17% du marché des serveurs en février 1999 et plus de la moitié des sites sur le Web sont gérés par le logiciel libre Apache. Avant d analyser ce phénomène, il est important de définir ce qu est un logiciel libre. Un logiciel libre se caractérise avant tout par la libre disponibilité des codes sources (c est à dire les lignes de programme) et donc la possibilité pour chaque utilisateur de le modifier et de l améliorer. En revanche, il est faux d associer libre avec gratuit, parce que d une part, il existe des logiciels gratuits qui ne sont pas libres (l utilisateur n a pas accès aux codes sources) et d autre part, un logiciel libre peut être payant ou commercialisé 19. La disponibilité des codes sources des logiciels libres est protégée par différentes licences (Berkeley, BSD, GNU Public License,...). La GNU Public License (GPL) étend même cette libre disponibilité à toutes les versions dérivées, modifiées ou adaptées. Ces licences sont en définitif des contrats collectifs réglementant les relations entre les développeurs, les distributeurs et les utilisateurs. Au delà de ces questions de licence, les logiciels libres sont d abord le fruit d un travail coopératif entre de nombreux développeurs qui ne se connaissent parfois que de manière virtuelle. Les projets ont généralement un fonctionnement décentralisé, avec ou sans coordinateur. C est le cas de Linux dont le coordinateur est Linus Thorval. Raymond [1998] dans «The cathedral and the Bazaar» analyse le succès des projets de développement décentralisé sur Internet qui relèvent d un modèle bazar, par opposition au modèle centralisé, en cathédrale, des logiciels propriétaires commerciaux. Le principe du développement bazar est de diffuser rapidement des versions préliminaires et imparfaites pour bénéficier de l avis des utilisateurs qui sont souvent eux-mêmes des développeurs. Lorsqu un problème est signalé, plusieurs solutions-programmes sont proposées par les développeurs de la communauté. Chaque programme fait l objet d une évaluation et de commentaires de la part des autres développeurs. Finalement, la meilleure solution est retenue sur un principe consensuel. Si ce mode de développement n est pas très économique en temps et en efforts puisque des dizaines de programmes, représentant des centaines d heures de travail peuvent être proposés pour un problème mineur, il 19 c est le cas de Linux qui est commercialisé par des sociétés comme RedHat. Le langage de programmation Java est un cas limite de logiciel libre, dont la licence est vendue par son créateur, la société Sun Microsystems, mais dont le code source est fourni. 9

10 permet d obtenir un logiciel de qualité, très fiable. Chaque développeur qui contribue à un logiciel libre oeuvre bénévolement et renonce à ses droits d auteur : il se contente de voir figurer son nom sur la licence du logiciel. Selon Linus Thorval, le coordinateur du projet Linux, ce n est pas la recherche des honneurs qui fait travailler bénévolement autant de développeurs sur des projets coopératifs : c est le plaisir de programmer et surtout le souci de disposer de logiciels performants et adaptés à leur besoin. Le succès de cette démarche tient aussi à des raisons techniques. Les programmes informatiques sont de l information codifiée par nature (codage binaire), beaucoup plus aisée à transmettre et à partager que l information tacite (Winter, 1987). La programmation en commun et le partage «des codes sources» ont toujours existé en informatique. Mais Internet a donné une nouvelle dimension à ce phénomène, en permettant à des milliers de programmeurs dans le monde entier de s auto-organiser (abolition des distances) et de travailler ensemble sur des projets ambitieux. Les logiciels libres sont donc indissociables d Internet. C est ainsi que sont nés le Web ou les moteurs de recherche dont l ancêtre était le navigateur Mosaic. Java, mis au point par Sun et dont le code source est livré aux utilisateurs qui détiennent une licence, participe aussi de cette démarche coopérative, quoique dans un contexte «marchand». Ce phénomène illustre la concrétisation de ce que M. Callon [1994] appelle des réseaux technicoéconomiques : «ces réseaux mélangent humains et non humains, inscription de toutes sortes et monnaie sous toute ses formes». Stallmann, fondateur de la FSF, Free Software Foundation qui a pour but de promouvoir les logiciels libres, souligne d ailleurs que la philosophie du libre n est pas tant la copie systématique des logiciels, que l appropriation collective des éléments de créativité contenus dans ces logiciels (le code source du programme), afin qu ils fassent l objet d une amélioration ultérieure. L abandon des droits de propriété intellectuelle, pour surprenant qu il soit par rapport au système traditionnel des brevets et droits d auteur, peut également s expliquer. Dans un système classique, les brevets ont en général une durée finie, et les droits d auteurs finissent par disparaître, pour permettre à la communauté de s approprier l information au bout d un certain temps. Or dans les technologies de l information les progrès sont si rapides et la capacité à créer de nouvelles informations si aisée que les brevets ont peu de sens, car ils protègeraient trop longtemps quelque chose qui s avèrerait rapidement obsolète. Dans ces conditions, les seules formes de protection que pratiquent les producteurs de logiciels, sont la compilation des programmes (qui rend le contenu hermétique car codé en langage machine), et leur protection par des méthodes de cryptage, et/ou des contrats de cession locative très restrictifs, donnant lieu à des clauses répressives censées discipliner le comportement des acquéreurs de licence 20. Les partisans des logiciels libres sont de l avis que ces méthodes sont antiéconomiques, dans le contexte de progrès rapide des technologies de l information, et qu elles interviennent au détriment des consommateurs. Ils proposent donc une production collective, sans droit de propriété explicite sur le fruit codifié de l effort (c est à dire le code source). Une 20 Encore qu il est possible de breveter des logiciels aux Etats-Unis, ce qui n est pas sans poser de problèmes, car les grandes sociétés commerciales de logiciels en profitent pour breveter tout ce qui peut être brevetable, même des programmes qui font partie du «patrimoine commun» des développeurs. Le risque est d annihiler la créativité, l innovation et l essor des petites sociétés. Car pratiquement, tout nouveau logiciel aux Etats-Unis est susceptible de violer au moins un ou deux brevets. Voir Zimmermann [1999] pour une comparaison de la protection juridique des logiciels en Europe et aux Etats-Unis. 10

11 vision pragmatique invite à penser que l approche des partisans du logiciel libre n est pas utopique, et peut être réconciliée avec le fonctionnement d un marché : la marchandisation peut intervenir en aval ou en complément de la phase de création de l information codifiée. Si véritablement cette méthode de production est plus efficace, elle finira par s imposer, compte tenu des possibilités récurrentes que fournissent les technologies de l information pour remettre à plat les positions et les équilibres de marché. La véritable menace vient en réalité des dissensions internes à la communauté des logiciels libres. Il existe une ligne de fracture entre les tenants d une organisation plus centralisée des projets, autour notamment de la FSF (Free Software Foundation) qui pourrait collecter des fonds et orienter les projets, et les tenants du modèle bazar d auto-organisation (Browne, 1998). Des dissensions existent aussi sur le choix des licences (GPL ou BSD licence) et sur la place des acteurs marchands dans le développement de ses logiciels. Le résultat pourrait être une fragmentation des projets qui nuirait à la crédibilité et la lisibilité des logiciels libres (notamment auprès des entreprises) 3.2) Les services d accès Les services d accès à Internet proposés aux entreprises et au grand public, sont des services marchands à part entière. Seul l accès dans les réseaux public de recherche et d enseignement demeure encore un service non marchand 21. Mais pour les autres utilisateurs, l accès passe nécessairement par un contrat d abonnement auprès d une société. Il n existe pratiquement plus aucun service d accès associatif, à but non lucratif. Les nombreuses expériences qui se sont développées dans les débuts de l Internet n ont pas résisté aux phénomènes de passager clandestin et à la technicité croissante. En effet, la fourniture d accès est une activité connaissant des économies d échelle 22 qui exige une taille critique. Or plus une communauté croît, plus il est difficile d entretenir un esprit de coopération volontaire. Les adhérents sont alors de plus en plus incités à être simples consommateurs. Ce désengagement s accompagne d une rivalité sur les usages. En effet, l accès est une ressource limitée à partager entre les abonnés ou adhérents. Si quelques uns utilisent intensivement leur accès à Internet, les capacités et la qualité d accès pour les autres utilisateurs peuvent diminuer dramatiquement. Dans les services d accès, on rencontre clairement les limites de la coopération entre utilisateurs d Internet. Dans l espace marchand, les services d accès donnent lieu actuellement à une concurrence intense entre fournisseurs. Cette course à l abonné se traduit par une guerre des prix, de faibles marges 23 et par des mouvements de concentration. Certains fournisseurs d accès vont même jusqu'à proposer un accès gratuit à Internet. Leur raisonnement est le suivant : avec une offre d accès gratuite, ils peuvent espérer augmenter le nombre de leurs abonnés, et donc leur audience qu ils peuvent vendre plus cher auprès des annonceurs. Les pertes de revenus liés à 21 Concrètement, pour les étudiants et les chercheurs, l accès à Internet se fait gratuitement, même si les institutions de recherche et les universités financent en partie les coûts d accès. 22 On parle d économies d échelle lorsque les coûts moyens par abonnés diminuent avec le nombre d abonnés. 23 AOL perdait 500 millions de dollars en 1997, sur un chiffre d affaires de 1700 millions de dollars, et dégageait un résultat à peine positif de 92 millions de dollars sur un CA de 2,6 milliards en 1998, et ce malgré ses 11 à 12 millions d abonnés. 11

12 l abonnement gratuit seraient alors plus que compensées par la hausse des recettes publicitaires 24. On peut aussi retrouver, comme dans la fourniture d informations gratuites, des motifs de notoriété et de promotion. C est par exemple le cas de la chaîne de distribution Dixons en Grande-Bretagne, qui considère son service d accès gratuit, non comme une source de perte, mais comme un investissement citoyen de démocratisation de l Internet ; ce qui n est pas sans arrière pensée. En résumé on peut dire que l accès ne relève que de façon très limitée d une logique de don. Nous avons au contraire un marché assez bien établi où la concurrence sur les abonnés tire les prix vers le bas, sans que les fournisseurs d accès soit assurés de conserver ces abonnés dans leur club, dans une relation marchande exclusive (un abonné peut en effet aller librement sur n importe quel site une fois connecté sur Internet). 3.3) Les services de transport Le service de transport est de tous les services, le plus invisible ou le plus transparent pour l utilisateur, bien qu il soit indissociable des services d usage 25. Les opérateurs de réseaux Internet qui assurent le transport et le routage des données s appellent des ISP (Internet Service Provider). Leur principale caractéristique est d être tous dépendants les uns des autres dans leur activité. En effet, aucun ISP ne peut garantir à ses clients une connectivité universelle : son réseau doit être interconnecté directement ou indirectement avec les autres réseaux composant l Internet 26. Les opérateurs de réseaux sont donc dans l obligation de coopérer, tout en étant généralement concurrents dans les services d accès (Huston, 1999). Une des formes les plus intéressantes de coopération entre ISPs concerne les accords de peering. Il s agit d accords d'échange de trafic sans compensation financière : chaque ISP prend en charge gratuitement l ensemble du trafic qui lui est adressé par les autres ISP, et tire ses recettes des abonnements que lui versent ses clients 27. Cette forme de troc tranche avec les pratiques d interconnexion dans les télécommunications. Les opérateurs de téléphonie ont recours, en effet, à des accords de compensation avec une comptabilité des durées des appels entrants et sortants de leurs réseaux et des reversements en faveur du réseau déficitaire. Plusieurs arguments permettent de comprendre pourquoi le peering s est imposé dans les accords d interconnexion entre ISP. La première raison tient au fait que c est un accord techniquement et économiquement efficace. En effet, de par ses principes de fonctionnement 28, Internet ne peut garantir un délai ou une 24 Une autre source de revenus pour les fournisseurs d accès gratuit peut provenir de reversement par l opérateur local d une partie des recettes liés aux communications locales de ses abonnés à chaque connexion. Voir Le Nagard-Assyag et Sommer [1998] sur ces questions de financement indirect de l accès à Internet. 25 Un , la consultation d un site ou une transaction impliquent nécessairement du transport de données entre les utilisateurs. 26 Internet se définit d ailleurs comme un réseau de réseaux interconnectés. 27 Il s agit d un mode de rétribution du type «Sender Keeps All» : le réseau à l origine du trafic garde pour lui tout l argent que lui versent ses clients pour accéder aux autres réseaux. Voir Bailey [1997]. 28 Les données sur Internet sont transportées sous forme de paquets qui peuvent emprunter des routes différentes. Ces paquets passent par des routeurs qui les aiguillent vers d autres routeurs jusqu'à la destination finale selon un principe de best effort. En cas de congestion, ces paquets 12

13 qualité de livraison, ce qui rend difficile la mise en place d un système de rémunération de l acheminement, quoiqu en disent certains économistes 29. En particulier une comptabilisation des paquets entrants et sortants des réseaux serait coûteuse à mettre en place et aurait pour effet de ralentir le débit de transmission. Le peering présente donc l avantage d être un accord coopératif souple et largement informel qui améliore la fluidité des réseaux IP à moindre coût 30. Dans Dang Nguyen et Pénard [1998], nous montrons que ce type d accord peut être stable et durable. Nous l analysons comme un phénomène dynamique de coopération tacite qui repose sur des menaces de sanction ou d exclusion de tout partenaire ISP qui adopterait une attitude opportuniste (stratégie de type donnantdonnant, Axelrod, 1984). Ici, un comportement opportuniste consisterait à sousinvestir dans son réseau et à utiliser le réseau de ses partenaires pour acheminer une partie de son trafic vers des réseaux tiers, en réalisant des économies substantielles. Mais une telle attitude serait vite détectée et «punie», par rupture de l accord de peering. On assiste cependant à une nette évolution dans les services de transport, depuis l annonce en mai 1997 d UUNet, propriétaire d un des plus grands réseaux Internet, de ne plus faire de peering avec les petits ISP. Si ces derniers veulent échanger du trafic, ils devront payer des droits d'accès comme n'importe quel client (accord de transit). La position d UUNet a été reprise par la plupart des grands ISP. Doit-on l'interpréter comme une volonté de domination ou de cartellisation d'internet par les grands ISP 31? Ou au contraire faut-il n y voir qu une exigence légitime de rentabiliser les investissements consentis? En fait ce que l on observe c est une asymétrie croissante entre les réseaux, avec d un côté une poignée de réseaux transcontinentaux, pour la plupart américains, et de l autre, de nombreux petits ISP dont le réseau se limite à quelques liaisons louées vers le noeud d interconnexion le plus proche. Ces ISP se contentent d'acheter des accès aux grands réseaux et de les revendre à leurs clients, d où le nom d ISP revendeurs (Srinagesh, 1997). Les grands ISP dénoncent l utilisation abusive de leurs réseaux par ces ISP et pointent le peering comme responsable de cette situation. Les grands ISP refusent de financer des réseaux qui servent à acheminer du trafic pour lesquels ils ne touchent aucun revenu. Ils estiment à juste titre que les petits ISP ne respectent pas la règle de réciprocité implicite dans les accords de peering et doivent payer un droit d accès. Les accords de peering ne cèdent pas seulement du terrain dans les relations entre petits et grands ISP, mais aussi dans les relations entre ISP de taille identique lorsque ces derniers sont concurrents directs. Les sources de conflit sont nombreuses et la lutte est souvent acharnée pour conquérir de nouveaux clients : il arrive que certains ISP démarchent les clients d autres ISP ou bradent les tarifs d accès. Cette rivalité peut conduire deux ISP à refuser toute interconnexion directe. Les échanges de trafic transitent alors par des réseaux tiers, avec une peuvent être détruits par un des routeurs. 29 Voir à ce propos le livre de Bailey et Mc Knight «Internet Economics», MIT Press, 1997, qui fait le point des différentes doctrines de tarification de l usage sur Internet. 30 Un accord de peering se fait généralement par échanges de mail ou par téléphone, sans signer de contrats. 31 La fourniture de transport comme d accès exhibe des coûts fixes, ou tout au moins de fortes indivisibilités. Dans ces conditions, les services d accès et de transport sont soumis à une concurrence en rendements croissants qui favorise la survie d un petit nombre de fournisseurs intégrés d accès et de transport, différenciés géographiquement. Voir Dang-Nguyen et Pénard [1999] pour une analyse de l évolution du marché des ISP en France. 13

14 qualité de transmission moindre (Baake et Wichmann, 1998, Dang-Nguyen et Pénard, 1999). Dans les services support au total, les éléments qui poussent à l intégration sont particulièrement forts en ce qui concerne les services d accès et de transport, tandis que les services applicatifs sont sujets à des phénomènes de développement coopératif par l usage. 4 Conclusion : Pour résumer notre propos, nous proposons le tableau suivant qui met en évidence les différentes formes de relations que l on peut rencontrer sur Internet. Nous établissons une distinction entre d une part les relations à dominante marchande et celle à dominante non marchande d une part et les relations fortement contractuelles et celle faiblement contractuelles. Une relation faiblement contractuelle est définie comme une relation à dominante informelle. Le plus souvent, elle prend la forme d une relation de don, c est à dire d un échange sans contrepartie financière. Nous avons vu qu initialement, Internet était un réseau d acteurs non marchands, dominé par des échanges faiblement contractuels (case du haut à droite). Avec l arrivée des entreprises dans les années 90, nombreux sont ceux qui ont pensé qu Internet allait basculer vers un réseau marchand organisé autour de relations contractuelles fortes, dont l expression la plus emblématique est le commerce électronique (case du bas à gauche). Or nous avons montré dans cet article que l essor d Internet s est accompagné d une diversité de formes relationnelles et transactionnelles. On a vu apparaître en particulier des formes hybrides de relations dans lesquelles la coopération et le don occupent une place essentielle : c est le cas du peering qui est un accord d interconnexion non contractuel entre opérateurs de réseaux (case du haut à gauche) ou du développement de logiciels libres qui impliquent des acteurs non marchands liés par des relations contractuelles 32 de licences (case du bas à droite). 32 Même si on retrouve aussi des acteurs marchands dans le logiciel libre, le non marchand reste dominant. 14

15 Nature des acteurs Nature des relations Acteurs marchands Acteurs non marchands Faiblement contractuelles Fortement contractuelles Peering entre opérateurs de réseaux Accords sur les standards Promotion croisée et liens entre sites commerciaux Commerce électronique Accès à Internet Accord de transit entre opérateurs Communautés scientifiques Groupe de discussion Sites personnels d informations et hypertexte Logiciels libres Accès aux réseaux publics de recherche TABLEAU 1: UNE TYPOLOGIE DES RELATIONS SUR INTERNET Cette diversité relationnelle tient aux caractéristiques d Internet. Service de réseau, Internet s appuie, comme les télécommunications, sur les «effets de club» 33 et la gestion optimisée des capacités d infrastructures. Mais gardant les traces d une communauté d utilisateurs mus par une volonté coopérative, Internet a du mal à susciter une mise en vente de l information. Directement issu de l informatique, Internet impose aussi un rythme d évolution technique et des modes de création de normes et de protocoles de communication, fondés sur le partage et l effort collectif, auxquels cette industrie n était guère habituée jusqu'à présent. Sur le plan financier, Internet est loin d être une activité rentable pour la plupart des offreurs de services marchands. Ces derniers doivent en partie leur survie aux anticipations optimistes que font les investisseurs des gains futurs. La valeur des titres liés à Internet connaît une envolée spectaculaire depuis un an qui donne aux sociétés des moyens importants pour poursuivre leur expansion et couvrir leurs pertes. Une partie de ces capitaux sont injectés dans la publicité et servent à financer les offres de services gratuits aux utilisateurs (accès, moteur de recherche, information, transaction). On peut s interroger sur la viabilité à terme d un tel modèle d externalisation des coûts où chacun compte sur les revenus publicitaires pour proposer des services gratuits et attirer de l audience. Cette distorsion financière, qui est une caractéristique supplémentaire de la Net Economie 34, peut cependant s expliquer par des anticipations rationnelles de rachat de ces nouvelles sociétés par les grands acteurs des télécommunications et de l informatique. De même, il est possible que les investisseurs intègrent dans le calcul de la valeur de ces sociétés, non seulement leurs perspectives de croissance, 33 Plus il y a d abonnés, plus le réseau prend de la valeur pour ceux qui ne le sont pas et les incite à s abonner, déclenchant ainsi un «effet d avalanche». 34 Nous ne l avons pas étudiée ici car son analyse dépasse le cadre de ce travail 15

16 mais aussi celles de l ensemble des services, marchands et non marchands pour lesquels elles offrent un service complémentaire 35. Bibliographie : Axelrod, R. (1984), The Evolution of Cooperation, New York, Basic Books. Arrow K.J. (1962) «The Economic Implications of Learning by Doing», Review of Economic Studies XXIX(2), p Baake, P., T. Wichmann (1998) «On the Economics of Internet Peering"» Working Paper. Bailey J.P., L. McKnight, (1997) Internet Economics, Cambridge, MIT Press, Bailey, J.P. (1997) «The Economics of Internet Interconnection Agreements», in L. McKnight, J.P. Bailey (Eds.) Internet Economics, Cambridge, MIT Press, Braman S. (1997) «L Economie de l Information : une évolution des approches» in A. Mayère (sous la direction de), La Société informationnelle, L Harmattan, Paris. Browne, C. (1998) «Linux and Decentralized Development», FirstMonday Journal of Internet, Vol.3, N 3, http ://www.fisrtmonday.dk/issues/issue3_3/. Callon M. (1989) «La science et ses réseaux» La Découverte, Paris. Callon M. (1991) «Réseaux technico-économiques et irréversibilités» in Boyer, Chavance et Godard (Eds.) Les figures de l irréversibilité en Economie, Editions de l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris. Dang-Nguyen, G., T. Pénard (1998) «Les accords d interconnexion», Communications et Stratégies 32, Dang-Nguyen, G., T. Pénard (1999) «Interconnection between ISPs, Vertical Differentiation and Capacity Constraints», Document de travail ENST Bretagne. Dufour (1995) Internet, Que sais-je, PUF. Friedman, E. (1998) «The Social Cost of Cheap Pseudonyms : Fostering Cooperation on the Internet», http//:econ.rutgers.edu/home/friedman/research.htm. Gadrey J. (1990) L Economie des Services, La Découverte, Paris Gensollen, M. (1998) «The Internet : a New Information Economy», Communications et Stratégies 32, Hauben, M., Hauben (1998). «Netizens : On the history and impact of Usenet and 35 C est le cas par exemple des sites portails qui sont complémentaires des services d accès et d information. Une société comme Yahoo!, qui signifie «Yet Another Hierarchical Officious Oracle». Cette société a été créé en 1994 par deux thésards en électricité de l Université de Standford. Rapidement introduit en bourse, elle comptait en salariés et une capitalisation boursière de 14 milliards de dollar pour un chiffre d affaire de 203,2 millions. 16

17 the Internet» Firstmonday Journal of Internet, Vol. 3, N 7, Huitema, C. (1995) Et Dieu créa l'internet, Eyrolles, Paris. Huston, G. (1999) «Internet, Peering and Settlements» http//:www.telstra.net/peerdics/peer.html Kavassalis P., Solomon, (1997) «Mr Schumpeter on the Telephone» Communications et Stratégies 26, Kavassalis P., Lehr W. (1998) «Forces for Integration and Disintegration on the Internet», Communications et Stratégies 31, Le Nagard-Assyag, E., Sommer, T. (1998) «Les stratégies de constitution et de valorisation d audience sur le Web», Communications et Stratégies 32, Livet P., Thevenot L. (1994) : «les catégories de l action collective» in A. Orléan (Ed.) : Analyse économique des conventions, PUF, Paris. Mayère A. (1997) «Produits et services d information : proposition pour le dépassement de la théorie standard de l information» in A Mayère (sous la direction de) La société informationnelle, L Harmattan, Paris. Olson, M. (1978) «La logique de l action collective», PUF, Paris. Raymond, E. (1998) «The Cathedral and Bazaar», FirstMonday Journal of Internet, vol.3, N 3, http ://www.fisrtmonday.dk/issues/issue3_3/. Srinagesh, P. (1997) "Internet Cost Structures and Interconnection Agreements", in L. McKnight, J.P. Bailey (Eds.) Internet Economics, Cambridge, MIT Press, Winter S. (1987) : «Knowledge and Competence as Strategic Assets» in D. Teece (Ed.) The Competitive Challenge, Ballinger. Zimmermann J.B. (1999) «Un régime de droit d auteur : la propriété intellectuelle du logiciel», Numéro Spécial sur les Logiciels libres, Terminal 80/81. 17

Economie de l Internet et coopération en réseau

Economie de l Internet et coopération en réseau Economie de l Internet et coopération en réseau G Dang-Nguyen (ENST Bretagne, ICI) 1, et T Pénard(Université de Rennes 1, CREREG) 2 Première version : 2000 Dernière version : Août 2003 Résumé : L objet

Plus en détail

Economie de l Internet et coopération en réseau

Economie de l Internet et coopération en réseau Economie de l Internet et coopération en réseau G Dang-Nguyen (ENST Bretagne, ICI) 1, et T Pénard (Université de Rennes 1, CREREG) 2 Résumé : L objet de cet article est d étudier la place du don et de

Plus en détail

ENREGISTREMENT. Conditions générales d accès et d utilisation de la Plateforme collaborative de veille réglementaire d Esqualearning

ENREGISTREMENT. Conditions générales d accès et d utilisation de la Plateforme collaborative de veille réglementaire d Esqualearning Page : 1 / 1 Objet Les présentes conditions générales d accès et d utilisation constituent les seuls accords passés entre Esqualearning, et un abonné bénéficiant d un accès gratuit à la plateforme collaborative

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

Présentation du programme de partenariat Conditions de participation au programme de partenariat Avantages du programme Engagement des partenaires

Présentation du programme de partenariat Conditions de participation au programme de partenariat Avantages du programme Engagement des partenaires Guide du programme Arcserve Global Partner destiné aux VAR - EMEA Présentation du programme de partenariat Conditions de participation au programme de partenariat Avantages du programme Engagement des

Plus en détail

Présentation de la thèse. Mots-clés :

Présentation de la thèse. Mots-clés : Laure MUSELLI CEPN (Centre d Economie de l Université Paris Nord) Présentation de la thèse. «L OPEN SOURCE, DE LA SPHERE NON-MARCHANDE A LA SPHERE MARCHANDE DU LOGICIEL : CHOIX DE LICENCES, MODELES DE

Plus en détail

L Internet est pour tout le monde. Les points d échange Internet (IXP) Document d information

L Internet est pour tout le monde. Les points d échange Internet (IXP) Document d information L Internet est pour tout le monde Les points d échange Internet (IXP) Document d information Les points d échange Internet (IXP) Vue d ensemble Internet est devenu un outil essentiel pour la communication,

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

ecommerce Pratique.info : une mine d opportunités pour gagner en visibilité

ecommerce Pratique.info : une mine d opportunités pour gagner en visibilité ecommerce Pratique.info : une mine d opportunités pour gagner en visibilité Vous proposez des produits ou des services destinés aux e-commerçants? Pragmatique, pédagogique, le portail e-commerce Pratique,

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Réalisée quotidiennement par la CCI de Quimper Cornouaille, la revue de presse a pour objectif de présenter l essentiel de l actualité économique

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Q&A. 1.Qu est ce que le Power Clouds. 2.Qu est qu un Cloud. 3.Qu est ce que la Power Share. 4.Combien coûte une Power Share.

Q&A. 1.Qu est ce que le Power Clouds. 2.Qu est qu un Cloud. 3.Qu est ce que la Power Share. 4.Combien coûte une Power Share. 1.Qu est ce que le Power Clouds Le Power Clouds est un ensemble de centrales à énergies renouvelables construites par WOR(l)D NRG dans différents Pays. Le concept de Cloud dérive du fait que les centrales

Plus en détail

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site Politique générale Vippass de Protection de la Vie privée et des données personnelles sur Internet Vippass respecte votre droit à la vie privée. Le présent documentent vise à identifier quels types de

Plus en détail

8 bonnes raisons. papier!

8 bonnes raisons. papier! 8 bonnes raisons DE PASSER informatisée, INCONDITIONNELS DU crayon ET A UNE GESTION COMMERCIALE POUR LES DU papier! le passage informatisée. Laurent PARERA, Fondateur d EOLE Concept et créateur de GC Soft,

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Qualité du service et VoiP:

Qualité du service et VoiP: Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays membres du Groupe AF Bamako (Mali), 7-9 avril 2003 1 Qualité du service et VoiP: Aperçu général et problèmes duvoip Mark Scanlan Aperçu général

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

LA BOURSE DE CASABLANCA SE DOTE D UN NOUVEAU SITE WEB 4 QUI MET EN VALEUR UNE INFORMATION DISPONIBLE 8 ET QUI INTRODUIT DES NOUVEAUTES PRATIQUES 12

LA BOURSE DE CASABLANCA SE DOTE D UN NOUVEAU SITE WEB 4 QUI MET EN VALEUR UNE INFORMATION DISPONIBLE 8 ET QUI INTRODUIT DES NOUVEAUTES PRATIQUES 12 LA BOURSE DE CASABLANCA SE DOTE D UN NOUVEAU SITE WEB 4 QUI MET EN VALEUR UNE INFORMATION DISPONIBLE 8 ET QUI INTRODUIT DES NOUVEAUTES PRATIQUES 12 COMMENT S Y RETROUVER? 14 LA BOURSE DE CASABLANCA SE

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Mesure n 1 : permettre au consommateur de déverrouiller son téléphone portable au bout de 3

Plus en détail

Livret des libertés numériques Produit dérivé du «Catalibre» 12 avril 2011

Livret des libertés numériques Produit dérivé du «Catalibre» 12 avril 2011 Livret des libertés numériques Produit dérivé du «Catalibre» 12 avril 2011 La vente forcée des ordinateurs et des logiciels M algré de nombreuses qualités, le logiciel libre reste largement bannide la

Plus en détail

Services Serveur Virtuel Dédié Conditions Particulières

Services Serveur Virtuel Dédié Conditions Particulières Services Serveur Virtuel Dédié Conditions Particulières Les présentes Conditions Particulières et les Conditions Générales de DCLUX doivent être interprétées et appliquées comme un seul et même instrument

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Règlement intérieur Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Le présent règlement intérieur est établi conformément à l article 15 des statuts de Gitoyen. Il s impose à l ensemble des adhérents de

Plus en détail

MANAO Conditions générales de vente au 01/11/2012

MANAO Conditions générales de vente au 01/11/2012 Préambule 1.1 Les Conditions Générales de vente de la société MANAO comprennent 3 titres qui sont indissociables : Titre 1 : Contrat commercial Titre 2 : Licence d utilisation des logiciels MANAO Titre

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma 1 L Internet, est un service mondial ouvert au public, dont l accès se fait à travers les différents réseaux de télécommunications : fixes, mobiles ou satellitaires.

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

AVERTISSEMENT GENERALITES

AVERTISSEMENT GENERALITES AVERTISSEMENT Toutes nos informations sont, par nature, génériques ; ils ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

PETIT MEMENTO D INTERNET

PETIT MEMENTO D INTERNET PETIT MEMENTO D INTERNET 2 SOMMAIRE 1 PRÉSENTATION D INTERNET...3 1.1 AUX ORIGINES DU RÉSEAU MONDIAL... 3 1.2 COMMENT ÇA MARCHE?... 4 1.3 COMMENT ÊTRE RELIÉ À INTERNET?... 4 1.3.1 Les "gratuit-gratuits"...erreur!

Plus en détail

Le logiciel libre: une stratégie industrielle? Les modèles économiques autour des logiciels libres

Le logiciel libre: une stratégie industrielle? Les modèles économiques autour des logiciels libres Le logiciel libre: une stratégie industrielle? Les modèles économiques autour des logiciels libres Inna.Lyubareva@telecom-bretagne.eu TELECOM Bretagne, M@rsouin 17.02.2011 Plan de la présentation 1 ère

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon Amazon 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon 23 mai 2005 Meetup meeting 1 1) Activités d Amazon : missions Missions

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Guide de sélection d une solution de planification

Guide de sélection d une solution de planification Guide de sélection d une solution de planification Liste des points essentiels que votre prochaine solution de planification doit couvrir Une publication de PlanningForce Table des matières 1. Ressources

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Quelles sont les conditions Générales d Utilisation?

Quelles sont les conditions Générales d Utilisation? Quelles sont les conditions Générales d Utilisation? Nous vous fournissons un service ("le service"), sujet aux conditions suivantes ("conditions"), qui peuvent être mises à jour de temps en temps sans

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Logiciel Libre Cours 1 Introduction

Logiciel Libre Cours 1 Introduction Logiciel Libre Cours 1 Introduction Stefano Zacchiroli zack@pps.univ-paris-diderot.fr Laboratoire PPS, Université Paris Diderot 2013 2014 URL http://upsilon.cc/zack/teaching/1314/freesoftware/ Copyright

Plus en détail

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes Appels de fonds : mobiliser des ressources Notes générales La capacité à mobiliser des ressources représente une compétence importante pour les réseaux de plaidoyer. En effet, l accès aux ressources financières

Plus en détail

LIVRE BLANC COMBATTRE LE PHISHING. Auteur Sébastien GOUTAL Responsable Filter Lab. Janvier 2014. www.vade-retro.com

LIVRE BLANC COMBATTRE LE PHISHING. Auteur Sébastien GOUTAL Responsable Filter Lab. Janvier 2014. www.vade-retro.com COMBATTRE LE PHISHING Auteur Sébastien GOUTAL Responsable Filter Lab Janvier 2014 LIVRE BLANC www.vade-retro.com Index Introduction... 3 Typologies du phishing et du spam... 4 Techniques de filtrage des

Plus en détail

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Conférence Big Data CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Le BIG DATA : le nouveau pétrole de la société. En présence de : Christophe MENICHETTI (spécialiste BIG DATA chez IBM) JN. SCHNEIDER et F. WEYGAND (professeurs

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

L INNOVATION AU POINT D ENCAISSEMENT

L INNOVATION AU POINT D ENCAISSEMENT L INNOVATION AU POINT D ENCAISSEMENT Une vision avant-gardiste Depuis trois décennies, VeriFone est le leader mondial en matière de technologies de paiement. Précurseur et chef de file du secteur, VeriFone

Plus en détail

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc.

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. DRS Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. Les documents les plus importants de votre entreprise sont issus

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche?

Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche? 9 Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche? Le trafic d un site internet Le référencement naturel Les freins

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire DOSSIER DE PRESSE Sommaire COMMUNIQUE FICHE 1 : L Etude personnalisée en ligne FICHE 2 : Les services d assistance et de conseil patrimonial pour aller plus loin FICHE 3 : Qui sommes nous? ANNEXES : -

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance

Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance Avant-propos... XI Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance 1 Nature de l'information et de la connaissance... 2 1.1 Données, information, connaissance, codage... 3 1.2 Systèmes

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail