L'UNICEF La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'UNICEF La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants."

Transcription

1 L'UNICEF ou La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants. Arias Marta: Delaloye Romaine: Torres Sandy:

2 L'UNICEF ou La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants. TABLE DES MATIERES : 1. Présentation de l'organisation 3 2. Analyse de l'image de l'enfant Site internet et publications sur l'éducation du site Les filles, le VIH/SIDA et l'éducation What is the effect of Child labour on learning achievement Conclusion Bibliographie Annexe 45 2

3 1. Présentation de l'unicef L'organisation a été créée peu après la 2 ème Guerre Mondiale, le 11 décembre 1946, dans le but de fournir une aide d'urgence aux enfants d'europe et de Chine menacés par la famine et la maladie, importantes conséquences du conflit. Son nom complet était Fonds international de secours à l'enfance des Nations Unies, de la dénomination anglaise United Nations International Children's Emergency Fund. Mais son identification se fera au travers du terme UNICEF. En 1950, son mandat a été étendu aux besoins à long terme des enfants et des femmes de tous les pays peu développés économiquement. L'Unicef est promu organisme permanent de l'organisation des Nations Unies ONU en 1953 et son mandat est renouvelé pour une durée indéterminée. À cette date, son nom a été abrégé et il est devenu le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, mais il a conservé son acronyme originel. Et en 1965, elle reçoit le prix Nobel de la paix pour avoir encouragé "la fraternité entre les nations". L'Unicef est une organisation à but humanitaire de l'onu dont l'objectif est d'améliorer les conditions de vie des hommes et en particularité celles des enfants dans les pays du tiers-monde. Sur son site internet l'unicef dit effectivement qu'elle a été créée dans le but "d'œuvrer avec d'autres en vue de surmonter les obstacles dont la pauvreté, la violence, la maladie et la discrimination jalonnent le cheminement de l'enfant. Nous pensons pouvoir, en conjuguant nos efforts, servir la cause de l'humanité". Ces pays en voie de développement souffrent souvent d'un déficit des éléments de base pour pouvoir grandir en bonne santé et se développer normalement. On y trouve trop peu d'eau potable, d'installations sanitaires, d'alimentation en abondance et équilibrée, d'assistance médicale ainsi que l'enseignement primaire. En 1989, l'assemblée Générale des Nations unies adopte la Convention des Droits de l'enfant qui entre en vigueur en Les droits des enfants et l'application de ces lois partout dans le monde deviendront alors l'une des principales préoccupations de l'organisation. L'Unicef est présente aujourd hui dans le monde entier c'est-à-dire 161 pays et régions afin de trouver des solutions aux problèmes qui touchent les enfants, surtout les pauvres, et leurs familles. L'organisation attache une grande importance à donner aux enfants la possibilité de 3

4 concrétiser leurs droits. Ses activités sont conceptualisées sous la forme de défis auxquels elle se doit de faire face, tel l'encouragement des soins, l'aide à la prévention de la maladie et de la mort infantiles, la sécurité de la grossesse et de l accouchement, le combat contre la discrimination et la coopération avec les communautés pour s assurer que les filles aussi bien que les garçons aillent à l'école. L'Unicef se présente comme le "porte-parole des enfants" pour demander au monde de se préoccuper d'avantage de leurs besoins fondamentaux. L Unicef parle des enfants aux gouvernements, aux organisations internationales et aux groupes communautaires tout autour du monde et s'efforce de créer les conditions nécessaires pour que les enfants vivent heureux, en bonne santé et dans la dignité. Public cible des discours de l'organisation L'Unicef s'adresse aux individus et aux institutions qui sont ou seraient en mesure de répondre aux besoins des jeunes générations. Il s'agit de l'ensemble de la communauté internationale, placé alors en position de témoin face au sort réservé aux enfants menacés par la pauvreté, la guerre, la violence et l'exploitation. Structure de l'organisation et dépendance financière 7'200 personnes dans le monde entier travaillent pour l'unicef, dans le but de promouvoir et de protéger les droits des enfants. Une des forces de l'unicef est sa grande souplesse d'intervention. Cette organisation donne une grande indépendance à ses différents bureaux ce qui leur permet une plus grande mobilité et en développant la capacité d'initiative de ces représentants. Elle favorise des projets au plan régional ou local plutôt qu'international avec des solutions type applicables par grands secteurs verticaux quel que soit le contexte politique, économique et social du pays concerné. 4

5 Il existe 126 bureaux de pays, dont certains s'occupent de plusieurs pays. Chaque pays rempli la mission de l'unicef à travers un programme de coopération spécifique mis au point avec le gouvernement du pays hôte. L'action menée par l'unicef dans un pays est intégrée aux autres activités des Nations Unies dans ce même pays. La gestion et l'administration générales de l'organisation sont assurées au siège à New York, où est élaborée la politique mondiale en faveur des enfants. L'un des bureaux spécialisés, la Division des approvisionnements, basée à Copenhague, s'occupe de la distribution des articles essentiels tels que la majorité des doses de vaccin devant sauver la vie des enfants des pays en développement, par exemple. Différents types d'acteurs structurent l'organisation. Ils sont tous au même plan, chacun a sa spécialisation. Les activités de l'unicef sont supervisées et suivies par le Conseil d'administration. C'est l'organe directeur de l'unicef. Il s'occupe d'élaborer les politiques, d'approuver les programmes et de fixer les plans administratifs et financiers et les budgets. Il est formé de 36 membres représentant leurs gouvernements respectifs originaires d'afrique, d'asie, d'europe orientale, d'amérique latine, des Caraïbes, d'europe occidentale et de d'autres États, comme par exemple le Japon. Les membres du Conseil d'administration sont élus par le Conseil économique et social de l'organisation des Nations Unies, en général pour un mandat de trois ans. Le Conseil d'administration tient ses réunions au Siège de l'onu à New York. Non seulement il décide des politiques, des programmes et des finances, mais il est aussi chargé de fournir un appui intergouvernemental aux activités de l'organisation et d'en superviser la réalisation conformément aux directives générales de l'assemblée générale des Nations Unies et du Conseil économique et social de l'onu. Les comités nationaux s'unissent pour les enfants. Ce sont des organisations non gouvernementales, qui tiennent un rôle de représentants des idées de l'unicef et de porte-parole. Provenant de 37 pays différents ils travaillent pour récolter des fonds, promouvoir des programmes et mener des campagnes défensives. Plus précisément leur activité consiste, lors du lancement d'une campagne par exemple, à être pleinement actifs aux réunions tenues avec les institutions des Nations Unies, les organisations non gouvernementales et les gouvernements donateurs, à définir des orientations, des stratégies et des budgets, à aidé à formuler des messages 5

6 clés, à élaborer des matériels d'information, à préparer des rapports de lancement et à vendre divers produits de l'unicef tel des cartes de voeux. De plus ils font découvrir l'unicef aux pays industrialisés et contribuent à donner aux enfants la possibilité de s'exprimer et de parler de leurs préoccupations. L'une des célèbres campagnes, "Change For Good ", organisée par les Comités nationaux, permet aux personnes rentrant chez elles sur les lignes aériennes internationales de faire don des pièces et billets de banque en monnaie locale qui leur restent. Les Comités nationaux mobilisent autour des droits de l enfant de nombreux et divers partenaires. En 2005, les comités internationaux ont récolté environ un tiers des recettes totales de l'unicef. Cette même année, en s appuyant sur la Convention relative aux droits de l enfant et sur les recommandations du Comité des droits de l enfant, ainsi que sur les OMD, les Comités nationaux ont exercé des pressions sur les gouvernements, l Union européenne et le G8. Ils ont lancé d'importantes campagnes d information et de collecte de fonds dans les médias. Ils ont organisé des expositions et d'autres événements spéciaux. Les ambassadeurs itinérants sont environ 300 célébrités, parmi eux des acteurs, des musiciens, des sportifs, des artistes célèbres, qui, à l échelle internationale et nationale, prennent position en faveur des enfants, en mettant leur renommée au service de notre cause. A chaque fois qu'une personne connue se joint à l'organisation, c'est parce qu'elle a déjà prouvé son dévouement à améliorer la vie des enfants du monde. La notoriété de ces ambassadeurs représente bien sûr avantages de taille pour l'unicef. Comme les stars sont omniprésentes au cœur de l'actualité, elles sont donc capables d'attirer l'attention sur les besoins des enfants, autant dans leur propre pays que sur le terrain, lorsqu'elles visitent des projets et programmes humanitaires à l'étranger. Elles profitent de leur talent et de leur notoriété pour rassembler des fonds et plaider la cause des enfants, ainsi que pour appuyer la mission de l'unicef qui est de garantir le droit de chaque enfant à la santé, l'éducation, l'égalité et la protection. L'Unicef est la première des organisations de charité, en 1954, à avoir fait appel à des stars. a Le premier ambassadeur itinérant fût le comédien Danny Kaye. Ce rôle a été repris par l'actrice Audrey Hepburn, qui consacra la fin de sa vie à l'unicef, puis par d'autres ambassadeurs 6

7 internationaux, nationaux ou régionaux. Actuellement c'est le tennisman Roger Federer qui est la vedette. L'Unicef est totalement dépendante de cotisations volontaires. Les gouvernements fournissent deux tiers des ressources, les groupes privés et environ 6 millions de particuliers offrent également une aide considérable par l'intermédiaire des Comités nationaux. Des entreprises apportent elles aussi une aide financière ou en nature à diverses actions. Objectifs L'activité de l'unicef est, globalement, de donner à la population les moyens d'améliorer sa situation en tenant compte de chaque particularité locale. Dans le but de chercher une solution à aux difficultés qui touchent les enfants, les dirigeants du monde entier, composant l'assemblée générale des Nations Unies, ont créé, en l'an 2000, la "Déclaration du Millénaire". Celle-ci comporte une série d'objectifs collectifs prioritaires pour la paix et la sécurité, la réduction de la pauvreté, l'environnement et les droits de l'homme. Il s'agit de mesures essentielles pour faire croître l'humanité et pour assurer sa survie, ceci dans un but social et économique pour tous les pays, fondamental pour la sécurité mondiale. Ces dirigeants ont également conçu un plan à suivre pour aller de l'avant: les Objectifs du Millénaire pour le développement. L'idée est que d'ici à 2015, le monde devrait obtenir de grandes améliorations dans les secteurs les plus importants du développement humain. Ces objectifs sont les suivant : - Éliminer l extrême pauvreté et la faim - Assurer l éducation primaire pour tous - Promouvoir l égalité des sexes et l autonomisation des femmes - Réduire la mortalité infantile - Améliorer la santé maternelle - Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d autres maladies - Assurer un environnement durable - Mettre en place un partenariat mondial pour le développement. 7

8 Bien que ces objectifs concernent l'humanité tout entière, ils concernent en premier lieu les enfants, parce que six des huit objectifs concernent directement les enfants et en atteignant les deux autres, leur vie sera améliorée de façon considérable. Parce qu'ils sont, entre autres, les premiers à mourir lorsque ces besoins de base ne sont pas satisfaits. En tant qu'institution de l'onu, l'unicef est la seule agence intergouvernementale qui se consacre exclusivement aux enfants. Avec d'autres institutions de l'onu et ses partenaires internationaux, l'unicef a incorporé les objectifs à son mandat. Le projet est que chaque action de l'unicef constitue un pas vers les objectifs du Millénaire pour le développement. De plus, l'unicef soutient que pour réaliser les objectifs mondiaux pour le développement, la première étape consiste à scolariser les filles. Si la scolarisation des filles n'augmente pas dans les deux années à venir, les objectifs mondiaux visant à réduire la pauvreté et améliorer la condition humaine resteront hors d'atteinte et, inversement, l'abrogation des barrières à l'éducation des filles serait également bénéfique pour les garçons et pour leurs pays. Collaborations et partenariats "Partenariats pour un succès partagé" est l'une des stratégies proposées par l'unicef. L organisation collabore toujours avec d autres partenaires en vue d améliorer la situation, car les problèmes auxquels elle fait face sont trop importants pour pouvoir être résolus par une seule organisation. Les principaux collaborateurs sont, les gouvernements et les pouvoirs publics, des chefs d État et des ministres aux gouverneurs, aux maires et aux conseils communautaires. L'Unicef coopère avec tous les échelons de la hiérarchie. L'organisation travaille aussi avec les organisations non gouvernementales, nationales ou internationales, les associations de jeunes, les groupes de femmes, les groupes religieux, les collectifs communautaires et familiaux. Les jeunes participent également à part entière à l action de l Unicef, de même que des personnalités du monde entier influentes dans divers domaines participent à faire évoluer les choses. Elle mobilise également les médias pour promouvoir ces actions. Pour finir, l'unicef s'associe souvent aussi avec des multinationales, des compagnies nationales ou de petites et moyennes entreprises afin d'utiliser les atouts du secteur privé pour mieux servir les intérêts des enfants du monde entier. 8

9 Lorsqu'une firme soutient l'action de l'organisation, c'est non seulement pour en faire profiter les enfants du monde, mais aussi pour renforcer son image de marque, montrer qu'elle prend ses responsabilités sociales et améliorer ses relations avec la clientèle. Ce qui caractérise tous les partenariats de l'unicef, ce sont des objectifs communs, un respect mutuel et le fait de profiter des atouts l'un de l'autre. 2. Analyse de l'image de l'enfant Nous nous sommes focalisées sur le thème de l'éducation pour pouvoir analyser la représentation que fait l'unicef des enfants. L'éducation est fondamentale pour le bien-être des enfants dans les pays du tiers-monde. C'est un bon moyen pour les aider et améliorer leurs conditions. Les supports nous permettront de voir l'importance qu'accorde l'unicef à leur éducation. Nous avons d'abord analysé son site internet en faisant un commentaire sur la présentation du site Et une analyse de la partie du site concernant le problème de l'éducation Nous avons ensuite étudié l'image des enfants au travers de deux documents qu'a publié l'organisation et qui sont disponibles sur son site : - Les filles, le VIH/SIDA et l'éducation, publié en décembre 2004 par l'unicef. Ce document s'intéresse à l'importance de l'éducation des enfants, notamment des filles pour lutter contre la pandémie du Sida dans les pays en développement. - What is the effect of Child labour on learning achievement, publié par l'organisation en Ce texte montre l'importance de l'éducation pour tous les enfants. En voyant un rapport entre l'activité économique des enfants et leur mauvaise performance à l'école. Le texte se concentre sur des données récentes d'une étude réalisée au Ghana, au Pakistan et au Bangladesh. 9

10 2.1 Site internet et publications sur l'éducation du site A. Commentaires sur la présentation du site Internet Pour exister, notamment face à aux autres organisations, l'unicef doit garantir sa propre promotion. L'association doit se faire connaître auprès du grand public et des institutions, elle doit se positionner par rapport à une cause et doit exposer ses caractéristiques, ses principes, son travail. Dans cet objectif de communication, les médias sont les principaux moyens utilisés, nous nous intéresserons dans ce travail à l'utilisation par l'unicef du support universel qu'est internet. L'Unicef dispose de plusieurs sites différents, mais souvent spécifiques à un pays. C'est pour cette raison que nous avons préféré travailler sur le site ".org", pensant qu'il donnerait une vision plus internationale du travail de l'unicef. Malgré la volonté de multilinguisme du site, celui en langue française donne accès à un nombre limité de documents importants et de vidéos par rapport au site anglais. Le site internet de l'unicef paraît être un très bon instrument d'analyse du discours de l'organisation, sans considérer le fait que comme il est destiné à une hétérogénéité d'individu sa compréhension est parfois un peu complexe. Le pronom "nous", représentant l'unicef et ses collaborateurs, agit comme garant du discours divulgué sur internet. Ce "nous" renvoie respectivement à un "vous", c'est-à-dire à des "autres" conçus comme destinataires des discours à disposition sur le site. Ce "vous 1 ", peu cité tel quel sur le site, représente le public cible de l'organisation ou, du moins, de son site internet. Il englobe les individus en général, qu'ils soient seuls ou en groupe, les éducateurs, les organisations non gouvernementales, locales et internationales, les médias, les parlementaires et les enfants des pays industrialisés. Internet permet à l'organisation d'informer et de mobiliser à la fois ces gens, son discours combine construction d'un problème publique et recherche de solutions. Le site internet de l'unicef s'adresse donc à un public largement diversifié, ceci explique, par exemple, sa traduction en plusieurs langues. 1 Exemple: 10

11 Le site internet de l'unicef est une source considérable de renseignements et d'informations concernant l'organisation et ses activités. Le réseau permet à l'association de renforcer son image, de faire connaître ses actions, ses projets et ses besoins à un public étendu à un faible coût. La création de son site lui permet d'avoir un lieu d'information consultable en permanence, adaptable à tous les fuseaux horaires et lui permet aussi de fonder des partenariats avec des sites à grande fréquentation pour se faire connaître et lui permet enfin de créer une relation virtuelle avec ses visiteurs. Cette visibilité dans le champ concurrentiel des associations humanitaires est loin d'être acquise par la seule présence de l'organisation sur le web, mais participe à celle-ci. Le site internet est constitué de plusieurs instruments permettant de profiter des communautés d'internautes pour faire la promotion du site. Il y a par exemple, l'envoi d'e-cards 2. Lorsque l'on arrive sur le lien, un message d'accueil s'affiche: "Envoyez une carte virtuelle Unicef et changer la vie d'un enfant". Ce texte vise à provoquer en nous un sentiment de culpabilité de penser d'abord, et souvent que, à notre bien-être personnel. Ces e-cards ont, a première vue, un caractère esthétique dominant afin de donner envie à l'internaute de les envoyer, mais leur contenu incarne aussi les valeurs soutenues par l'association. L'e-card est un outil ludique qui permet à l'expéditeur de montrer son intérêt pour une cause. De plus, l'inscription de l'adresse du site sur ces cartes permettra au récepteur de la carte de se rendre directement sur le site et participe ainsi à la renommée du site. L'envoi d'un message 3 pour conseiller le site à un ami constitue un autre exemple de la propagation d'informations via les communautés. Le site propose à l'internaute d'envoyer un message pour recommander la visite du site ou un article à un ami. Pour ce faire, il doit entrer l'adresses des personnes destinataires. On suppose que, même s'il est dit que les adresses s fournies ne serviront qu à envoyer l article demandé, ce moyen permet à l'unicef de se créer un fichier de personnes susceptibles d'être intéressées par au moins une des facettes de l'organisation Envoyez cet article (un des liens possibles) 11

12 L'Unicef donne une place importante aux enfants faisant partie des internautes. Elle les constitue même en un groupe à part entière. La rubrique "la voix des jeunes" leur est quasi exclusivement consacrée. On voit ceci en partie par le fait que le lecteur des pages qui compose la rubrique est tutoyé et les couleurs sont plus vives que sur le reste du site. Les jeux, les quizz et les sondages proposés dans cette rubrique permettent une nouvelle forme de promotion du site vers une cible plus jeune. L'intérêt du jeu est d'attirer la venue de l'enfant sur le site et d'augmenter sa fréquentation, de permettre à l'enfant d'acquérir des nouvelles connaissances tout en s'amusant. Internet permet un accès à une information riche. L'organisation trouve, via internet, un moyen de diffusion d'information sans contrainte d'audimat, sans souci de conformité aux prescriptions journalistiques et sans obligation de simplification dictée par les attentes des lecteurs. Le site propose une information conséquente sur les actions que l'unicef mène et les journalistes du monde entier n'hésitent pas à s'en servir comme sources d'information. Le contenu du site est interactif, ciblé et adapté aux attentes des différents internautes, puisqu'il présente des informations en trois langues, puisqu'il permet, via un moteur de recherche 4 affilié au site, d'avoir accès à toute la documentation existante et puisqu'il propose, via des menus déroulant pour chaque rubriques, d'obtenir des informations plus précises. Le site présente de façon scénarisée les actions menées par l'unicef, ceci permet à l'organisation de faire découvrir aux gens ce qui est fait avec leurs dons. Aussi, elle propose des vidéos 5 et des reportages photos 6 montrant les actions menées sur le terrain, donnant ainsi une idée plus concrète de l'usage fait des dons. Les ressources vidéo et audio font même l'objet de toute une rubrique du site à l'attention de tous les curieux, mais aussi des médias. La réussite du site web de l'unicef dépend entre autre de sa capacité à faire oublier que l'organisation demande de l'argent. Les personnes qui viennent sur le site pour obtenir des 4 Recherche (un des liens possibles) 5 VIDEO 6 12

13 informations ne s'attendent pas à être agressées par des requêtes de dons, c'est pour cette raison que la recherche de fonds occupe un niveau secondaire. Une rubrique entière, intitulée "soutenez l'unicef", est consacrée à la collecte de don, mais chacun est libre de cliquer ou non dessus. De plus on apprend dans cette rubrique que les dons financiers ne sont pas le seul moyen de contribuer avec Unicef à aider les enfants, on peut aussi procéder à l'achat de cartes ou de cadeaux et se porter volontaire. On retrouve aussi une discrète balise active sur quelques pages du site. Mais avant de voir apparaître le premier appel de parrainage 7 il faut avoir ouvert trois fenêtres différentes. On s'aperçoit bien que le but de l'unicef n'est pas d'assaillir le futur donateur en lui proposant tout au long de sa visite des messages incessants qui finiront par agir sur ses décisions psychologies à son insu. L'Unicef veille à respecter une certaine éthique dans la mise en œuvre de ses obligations. Même si l'on est conscients que les dons faits à l'unicef garantissent sa survie, le bon fonctionnement de l'organisation ne doit pas être présenté, et surtout pas dans une documentation à visée démocratique, comme la finalité de celle-ci, qui positionnerait les causes des problèmes des enfants comme un prétexte. Le but du site internet est d'établir une communauté et de construire la situation des enfants dans le monde comme un problème d'intérêt public. Comme on la vu, les différents instruments disponibles sur internet permettent l'établissement de ce lien relationnel. Les interviews de personnalités et de spécialistes, les témoignages de bénévoles et de personnes aidées, les chats, le courrier, les reportages sur le terrain contribuent aussi à tisser ce lien. Sur le site français 8, on remarquera encore plus l'importance de ces éléments, due à leur présence en page d'accueil. Lorsque l'on clique sur l'onglet "notre action", l'unicef nous expose ses cinq domaines d'intervention, avec la possibilité de cliquer sur chacun d'eux pour arriver à des pages plus détaillées sur le domaine. L'Unicef travaille à donner aux enfants un bon départ dans la vie, à les aider à survire et à s'épanouir, à leur créer un environnement protecteur, à axer la politique sur les droits de l'enfant et pour finir à donner aux enfants une éducation de base. Ces cinq domaines d'activité sont tous interdépendants, les progrès réalisés dans l'un servent au progrès de tous les autres. Tout d'abord, pour que l'organisation permette à chaque enfant de bénéficier d'une entrée positive dans la société, elle doit leurs assurer de bonnes bases desquelles dépendront tous leurs 7 Faites un don

14 autres droits. C'est pour cette raison que les investissements réalisés à cette période sont l'un des meilleurs moyens d'assurer un développement économique et social durable. Le deuxième secteur de travail concerne la survie et le développement. L'Unicef se bat pour l'accès et la formation aux soins de santé et à la nutrition (vaccination, prévention et lutte du paludisme,...). L'organisation offre des vaccins à plus d'un tiers des enfants des pays en développement, qui sont ainsi protégés contre des maladies. Elle distribue aussi d'autres matériels importants lors des situations d'urgence, comme de l'eau potable ou des médicaments. En collaboration avec l'oms 9, elle soutient le développement d'un accès local à l'eau salubre et d'une hygiène de base, indispensables pour atteindre les objectifs de santé, de développement et d'éducation. C'est aussi dans ce secteur que la lutte contre le Sida s'opère. Cette maladie meurtrière contribue à augmenter la pauvreté de la société. L'Unicef soutient les personnes qui aident les enfants orphelins à cause du Sida. Elle veut instaurer une éducation préventive et des interventions de conseils axées surtout sur les adolescents. Le troisième secteur veille à assurer une protection aux enfants. L'Unicef tente de créer des environnements protecteurs qui contribueront à prévenir et maîtriser la violence, l'exploitation et la discrimination, et à y répondre. Elle aide à rassembler les ressources dont les écoles, les communautés et les familles ont besoin pour s'occuper des enfants abandonnés et des orphelins de parents morts du SIDA. Le quatrième secteur se rapporte aux droits de l'enfant. L'Unicef s'occupe de créer un partenariat mondial pour le développement et de renforcer les politiques nationales et locales permettant de protéger et faire prospérer les droits de l'enfant. Le dernier secteur vise à développer une éducation de base accessible à tous et surtout aux filles. L'Unicef s'investit pour faire disparaître les inégalités entre les sexes et à l'accès à l'éducation de base. Mais la constitution d'un environnement favorable à l'apprentissage ne se fera pas sans que la distribution d'eau, les moyens d'assainissement et l'hygiène ne s'améliorent. C'est aux textes, publiés sur le site internet et concernant ce dernier domaine, la scolarisation des enfants, que nous nous intéresserons plus précisément. B. Analyse des publications sur site concernant le problème de l'éducation des enfants Nous avons choisi de traiter le champ de l'éducation, car c'est l'un des domaines d'activité, avec la santé et l'eau, pour lesquels l'unicef s'investit le plus. De plus, dans les premières lignes des textes en réseau, il est écrit que ce secteur de l'éducation revêt une grande importance non 9 Organisation mondiale de la Santé 14

15 seulement pour le bien-être des enfants, mais aussi pour la stabilité sociale et le développement économique du monde en général. Sur cette page web indiquant les domaines d'intervention, est mentionné le domaine "éducation de base", suivit d'une petite phrase informative "une éducation de qualité pour tous, les filles en particulier". Celle-ci laisse déjà entrevoir l'importance presque exagérée que l'unicef donne aux filles dans son projet d'éducation. Exagérée, car dans les informations que l'on trouve en ligne il n'est sujet presque que des filles, la position des garçons n'est jamais abordées, la seule chose qui est dites est qu'une meilleure éducation des filles sera aussi favorables aux garçons. Cette survalorisation de l'éducation des filles est due à la croyance en ses retombées bénéfiques sur de nombreux aspects de la survie et du développement. L'organisation avance qu'une bonne formation des femmes est importante pour assurer la relève. C'est les mères, plus proches de leurs enfants, jouent le rôle le plus important dans l'éducation de leurs enfants. Si elles n'ont pas elles même reçue une éducation satisfaisante il sera d'autant plus difficile pour elles de transmettre à leurs enfants les éléments nécessaires à une éducation de base. D'ailleurs quand les mères sont éduquées, elles envoient leurs enfants à l'école, ce qui permet de stopper le cercle vicieux de la pauvreté intergénérationnelle. Les femmes instruites ont tendance à se marier plus tard et à avoir moins d'enfants. L'Unicef voit en l'éducation des filles un outil formidable de limitation de diffusion du Sida. Une femme instruite trouvera plus facilement du travail et aura alors une autonomie financière, de plus les informations qu'elle aura reçue sur la maladie lui permettront de savoir comment se protéger. Il est intéressant de signaler que cette volonté de lutte pour la scolarisation des filles s'oppose catégoriquement aux revendications faites dans les pays industrialisés. En effet, dans la majorité de ces pays où l'objectif de scolarisation des filles semble être atteint, on remarque que les filles réussissent globalement mieux que les garçons. On pourrait croire qu'étant donné la progression constante des filles à l'école, la société serait encouragée à maintenir le soutient qu'elle leurs apporte. Au contraire, c'est à présent, dans les pays évolués, la situation des garçons qui est soulevée. Ceux-ci subiraient des discriminations au sein du système scolaire, en ramenant les écarts de réussite scolaire à une question de revanche. 15

16 Après avoir cliqué sur le domaine, on est surpris de remarquer que sur la page web apparaissant, l'appellation du domaine d'intervention été modifié. De "éducation de base" on est passé à "éducation de base et égalité des sexes". A la lecture des textes on comprend vite les raisons de cet amalgame, le projet d'égalité entre les sexes précédant celui de l'éducation, si les disparités entre les sexes, qui s'opèrent à l'école déjà, dans un grand nombre de pays, ne sont pas éliminées, l'objectif de l'instruction pour tous ne pourra pas être atteint. Dans son discours sur l'éducation, l'unicef insiste sur l'importance de l'égalité des sexes et sur l'élimination des différences discriminantes. Suivant une logique constructiviste, elle tend à montrer que si les distinctions de genre sont le produit d'une construction sociale, il est alors possible et même indispensable, d'en faire une déconstruction pour améliorer la situation de l'enfant. Il faut s'appliquer à déconstruire ce qui a été intégré par les hommes et les femmes, puis inculquer aux enfants, comme modèle du masculin et du féminin dans ces sociétés, car ces modèles impliquent encore, dans ces pays, des discriminations trop pénibles à surmonter. Ceci n étant possible qu'au travers de l'éducation, l'unicef pense qu'une instruction identique pour tous les enfants, où seront reconstruits les modèles de l'homme et de la femme d'un point de vue moins différencié, oserait-on dire d'un point de vue proche de celui adopté en Occident, permettra de faire évoluer les conditions de ces enfants et celles de la population de ce pays et, au finale, celles de la société dans son entier. Déjà dans l'introduction de ce document l'on découvre ce que le terme "éducation" sous-entend pour l'unicef. Celui-ci n'est pas assimilé au strict univers des enfants, mais au contraire, il permet à l'organisation d'intégrer l'entier de la population mondiale dans son action en déclarant que "l'éducation constitue un droit de l'homme" en général plus que de l'enfant. D'autre part il est dit que l'éducation est "indispensable au développement de l'individu et de la société", ceci laisse entrevoir une dimension stratégique des propos de l'unicef. On a pu remarquer que cette dimension stratégique couvre d'ailleurs une grande partie des documents dont l'unicef est l'auteur. En utilisant des expressions comme "société", "sécurité humaine", "développement communautaire", "progrès national", dans l'introduction et dans la suite du texte, et en montrant comment l'aide apportée aux enfants est bénéfique à tous, l'organisation tente d'émouvoir les gens soucieux de leur devenir et ainsi d'obtenir un maximum de dons. Ces dons seront alors effectués, 16

17 plus dans un souci de sauvegarde personnelle que dans un souci de compassion pour des enfants qui ne sont pas les siens et pour lesquels on a pitié. Cette supposition n'implique en aucun cas une réduction de l'ensemble des dons effectués à un acte relevant de l'égoïsme pur, même si pourtant d'autres exemples vont dans ce sens, telle l'aide financière apportée par les entreprises dans une volonté de reconnaissance sociale de leur image. Cette observation donne la possibilité de s'interroger sur le caractère humanitaire et social du discours de l'organisation et sur le but du discours en se demandant si celui-ci ne laisse pas plutôt transparaître un message standardisé incitant à la consommation? Cette question amenant à de multiples réflexions est posée en ayant à l'esprit que le domaine de l'humanitaire représente, dans l'imaginaire collectif, un producteur d'informations non manipulées, une source légitime. L'Unicef a accolé au principe d'éducation une caractéristique, celle de la qualité, qui lui est désormais indissociable. Cette particularité permet à l'organisation de définir au mieux ce qu'elle entend par éducation. C'est-à-dire une instruction qui permette aux enfants d'apprendre en tous les cas à lire, écrire et compter, qui permette d'étudier des choses utiles et praticables dans leur environnement quotidien et surtout qui prenne place dans un milieu scolaire sécurisé. A l'oreille, l'expression "éducation de qualité" renvoie à l'idée de "label de qualité", désignation attribuée à un produit pour récompenser ses créateurs respectant des normes de production distinguant ainsi le produit parmi ses confrères. Cette expression de "label de qualité" renvoie au contexte du marché, c'est-à-dire à une dimension économique laissant entrevoir les objectifs stratégiques des propos de l'organisation. Dans la suite du texte, on apprend que cinq éléments ont un impact sur la qualité de l'éducation, le bagage des élèves, le milieu scolaire, les résultats, les mécanismes et le contenu. Ce dernier élément est celui qui nous intéresse. Par rapport à la volonté de l'unicef d'intégrer tout le monde dans cette nécessité d'éducation, on comprend l'égale importance donnée à l'enseignement de savoirs pratiques (égalité, santé, prévention, paix) par rapport aux connaissances de bases (lecture, écriture). L'apprentissage d'un savoir-vivre pratique prime dans le discours de l'organisation face à celui des mathématiques ou d'une langue internationale, car c'est le degré d'aptitudes pratiques qui améliorera l'humanité toute entière et non pas la connaissance personnelle de l'enfant isolé. 17

18 Tout comme son titre, l'introduction de ce document nous place dans l'attente d'un contenu évoquant la situation des enfants en général face à l'éducation. On est surpris de voir que, sans la moindre explication, celle-ci venant tout de même plus tard, et à la suite d'une dernière phrase ponctuent l'introduction qui parle à la fois "d'éducation pour tous" et "d'équité pour tous", le texte est dès le premier chapitre axé principalement, voir uniquement, sur la condition des filles. Parler de l'éducation des filles simplifie l'élaboration de liens avec d'autres secteurs importants de l'unicef. On retrouve la dimension stratégique des propos de l'organisation, lorsque le secrétaire général Kofi Annan déclare que l'éducation des filles est "un placement à long terme dont le rendement est exceptionnellement élevé". Les termes "placement" et "rendement" étant spécifique au vocabulaire économique ont un aspect dérangeant dans le contexte de l'humanitaire, ils évoquent indirectement les moyens de financement de l'organisation. Le droit à l éducation fait partie des droits humains fondamentaux proclamés il y a un demi-siècle dans la Déclaration universelle des droits de l homme et à nouveau, en 1989, dans la Convention relative aux droits de l enfant. Pourtant, "plus de 150 millions d enfants dans les pays en développement commencent leur scolarité, mais n atteignent pas la cinquième année d études. Ils quittent l école sans avoir acquis les notions élémentaires de lecture, d écriture et de calcul et les compétences essentielles qui constituent la base de l apprentissage la vie durant" (UNICEF, 1999, 2002) Les collaborateurs de l'unicef savent depuis longtemps que l avenir des pays en développement passe par l éducation des filles. Dans, "Nous les peuples 10 ", le rapport du Secrétaire général des Nations Unies fait lors du Millénaire il dit que "l'expérience a montré à l'envi qu'investir dans l'instruction des filles produit directement et rapidement des résultats en ce qui concerne la nutrition et la santé de toute la famille, la baisse de la fécondité, la réduction de la pauvreté et les performances économiques en général". Pour Kofi Annan, "l éducation des filles n est pas une option mais un impératif au développement économique, social et politique des sociétés" 10 Annan, Kofi A., Secrétaire général de l Organisation des Nations Unies, «Nous les peuples» : le rôle de l Organisation des Nations Unies au XXIe siècle, Organisation des Nations Unies, Département de l information, New York,

19 (Communiqué de Presse, Déclaration du Secrétaire général à l Assemblée générale sur les femmes, 5 juin 2000). L'image fondamentale des enfants donnée par l'organisation est, dans ce domaine que nous avons choisi: l'éducation, celle d'enfants pauvres, vivant dans des pays peu développés économiquement et bénéficiant d'une éducation inutile ou, souvent, d'aucune éducation. Plus précisément, cette image est en particulier celle de petites filles, victimes du sexisme et des comportements stéréotypés, à qui l'on empêche de suivre une formation minimale nécessaire. L'Unicef pense que mettre l'accent sur l'éducation des filles est la meilleure manière d'arriver à l'éducation de qualité pour tous. Ceci en s'opposant aux facteurs traditionnels qui soutiennent l'idée selon laquelle il suffit de donner une éducation et instruction aux garçons, car c'est eux qui auront à gagner le pain pour leur famille et à soutenir leurs vieux et pauvres parents. L'organisation est convaincue que la jeunesse féminine est en mesure de changer la face de l'humanité, à condition qu'elle y soit préparée. L'Unicef est pourtant trop vague dans ses explications, on pourrait penser que le simple fait de simplifier l'accès des filles à l'enseignement et d'améliorer la qualité de celui-ci suffise à démocratiser mondialement l'éducation et donc à améliorer les conditions de la société, mais cette déduction est beaucoup trop simpliste. L'Unicef omet de préciser dans ces documents web que la distinction entre l'éducation du garçon et celle de la fille est basée sur le but visé par l'instruction. L'éducation des filles, dans la plupart des pays en voie de développement, n'est pas une éducation scolaire qui se fait à l'école, mais elle se fait auprès de sa mère qui lui apprend le double rôle qu'elle aura à jouer dans la société: celui d'épouse et celui de mère de famille. L'éducation des garçons quant à elle a plus tendance à se faire à l'école. Elle a pour objectif de leur apprendre les rudiments de la lecture, du calcul et de l'écriture pour pouvoir trouver plus tard un travail. De plus, il faut tenir compte des particularités de chaque pays qui provoquent des variations de ce but. Celui-ci est ancré dans la culture traditionnelle, mais il faudra pourtant le modifier et le faire accepter avant de pouvoir réformer l'éducation des filles. On pourrait croire que le désir d'éducation va à sens unique, que c'est l'unicef uniquement, qui souhaite éduquer davantage les filles pour améliorer l'éducation en général et ainsi la vie de chacun. Car dans les documents sur internet, on ne voit pas, d'un autre côté, un besoin des filles de s'épanouir, de jouir de tous leurs droits en ayant accès à une école, même si on se doute bien 19

20 que c'est le cas. En fait ce pôle n'apparaît pas dans l'explication de l'action de l'unicef, mais par contre, le site internet de l'organisation consacre toute une rubrique aux témoignages réels de jeunes filles pouvant désormais aller à l'école grâce à l'aide apportée par l'unicef. Les garçons étant fortement mis de côté dans le discours de l'organisation, c'est aux filles et à l'analyse du traitement qui leur est octroyé par l'unicef que nous nous intéresserons. Les filles sont caractérisées comme des victimes. Les statistiques montrent que sur les 121 millions d'enfants déscolarisés, 65 millions sont des filles. Le SIDA frappe un nombre disproportionné de femmes n'ayant jamais reçu d'information sur comment se protéger. La discrimination sexiste et les inégalités les privent du pouvoir de prendre des décisions, de gagner un revenu et de se prémunir de la violence, des mauvais traitements et de l'exploitation. Leurs droits juridiques sont, dès qu'ils le peuvent, bafoués. En contexte de conflit leur sont infligés des sévices sexuels, ainsi que l'exploitation économique, Par conséquent, les obstacles à leur scolarisation les privent de toute possibilité d'avenir, mais ils ont aussi des effets négatifs sur leur santé et leur survie. Les filles sont en situation d'infériorité, au sein de la famille, face à la préférence accordée aux garçons, ancrée depuis longtemps dans le système patriarcal, traduite souvent pour les filles par le délaissement, une alimentation réduite et peu de soins. Leur situation est décrite comme intolérable, pénible et alarmante. La violence qui frappe les filles est si profondément enracinée dans les cultures du monde entier qu'elle est presque invisible. Mais, en proposant toujours des solutions, l'unicef présente aussi leur situation comme remédiable. Il est donc important de reconnaître le caractère indissociable et complémentaire de la "Convention relative aux droits de l'enfant" et de la "Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes". La fille atteinte du SIDA est l'un des cas-type qui revient le plus souvent pour illustrer les conséquences de leur non-scolarisation. Les raisons du taux élevé d'infection chez les filles reflètent des réalités biologiques, sociales et économiques. Du point de vue biologique, des lésions peuvent plus facilement survenir dans les voies génitales féminines durant les rapports sexuels, ce qui augmente le risque de transmission du VIH. Du point de vue social et économique, il y a plusieurs causes. Les inégalités de pouvoir et les normes sociales qui s'appliquent aux filles limitent le contrôle de celles-ci sur leur vie sexuelle, ce qui les rend 20

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE

RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE UNESCO, Paris TABLE DES MATIERES Page PREAMBULE... 1 Elaboration de contenus et de systèmes multilingues...

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix PREPARATION DU RAPPORT A MI-PARCOURS DE LA DECENNIE INTERNATIONALE DE LA PROMOTION D UNE CULTURE DE LA NON-VIOLENCE

Plus en détail

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones L enquête sur My World est disponible à travers trois canaux principaux: en ligne sur www.myworld2015.org hors ligne sous

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACCUEIL

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture L ÉDUCATION COMPTE Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Les dessins originaux reproduits dans

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE Ainsi, la Croix-Rouge est une aventure humaine. 1 Elle est née de l'expérience d'henry Dunant qui entreprit, le 24 juin 1859, sur le champ de bataille de

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Bibliothèque Esparron en livres. www.esparron-en-livres.com

Bibliothèque Esparron en livres. www.esparron-en-livres.com Les réseaux sociaux Chapitre 1 : Les réseaux sociaux Chapitre 2 : 14 moyens pour être plus visible sur Facebook Chapitre 3 : Comment créer un compte Facebook Chapitre 4 : Statistiques en France Les réseaux

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

DIRECTIVES SUR L'EXAMEN DE LA QUESTION DU GENRE DANS LE SECTEUR DE L'EDUCATION

DIRECTIVES SUR L'EXAMEN DE LA QUESTION DU GENRE DANS LE SECTEUR DE L'EDUCATION DIRECTIVES SUR L'EXAMEN DE LA QUESTION DU GENRE DANS LE SECTEUR DE L'EDUCATION Pour traiter le problème de l'inégalité d'accès à l'éducation et de l'insuffisance des possibilités dans ce domaine, les gouvernements

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR

STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR Préambule L'association CENTRE LGBT CÔTE D AZUR proclame son attachement à la Déclaration des Droits de l'homme et du Citoyen de 1789, complétée par le préambule de la

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Problématique : Existe-t-il un modèle de développement pour les pays du Sud? Page 2 Document 1 Evaluation : 1. Présentez le document.(x

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

L'Initiative de promotion de nouveaux talents (NETI)

L'Initiative de promotion de nouveaux talents (NETI) L'Initiative de promotion de nouveaux talents (NETI) UNICEF L'Initiative de promotion de nouveaux talents (NETI) est un point d'entrée pour les professionnels externes qui sont intéressés par une carrière

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

Pour une ÉDUCATION INCLUSIVE, Un projet éducatif partagé Une CHARTE DE L ÉDUCATION PARTAGÉE

Pour une ÉDUCATION INCLUSIVE, Un projet éducatif partagé Une CHARTE DE L ÉDUCATION PARTAGÉE Pour une ÉDUCATION INCLUSIVE, Un projet éducatif partagé Une CHARTE DE L ÉDUCATION PARTAGÉE Un projet éducatif partagé pour relever les défis de l avenir Comme d autres pays, la France est confrontée aujourd'hui

Plus en détail

Création d'un questionnaire (sondage)

Création d'un questionnaire (sondage) Création d'un questionnaire (sondage) Le but de ce petit tuto est d'avoir les séquences pas à pas pour la création d'un questionnaire de façon à ne pas devoir rechercher la manière de procéder si l'outil

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision XXXI e CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Genève, Suisse 28 novembre 1 er décembre 2011 Réduire les inégalités en matière

Plus en détail

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application Pour que le projet de carte d'achat puisse être mis en œuvre de manière efficace, il importe de déterminer précisément le périmètre d'application. En effet,

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES REPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Défense Nationale N 730/ SCSSI Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1997 GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

The UN Convention on Rights of Persons with Disabilities. French Version, August 2012

The UN Convention on Rights of Persons with Disabilities. French Version, August 2012 The UN Convention on Rights of Persons with Disabilities French Version, August 2012 Préface par Professeur Émérite Ron McCallum AO Président Comité des Nations Unies sur les Droits des Personnes Handicapées

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults IN FOCUS FOCUS on Young Adults Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média Depuis plus de 20 ans, les stratégies de marketing social sont très utilisées

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

2. Fractions et pourcentages

2. Fractions et pourcentages FRACTIONS ET POURCENTAGES. Fractions et pourcentages.. Définitions Certaines divisions tombent justes. C'est par exemple le cas de la division 4 8 qui donne.. D'autres ne s'arrêtent jamais. C'est ce qui

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES Révisée le 20 août 2014 Contenu CADRE GÉNÉRAL... 2 Politique... 2 Définitions... 2 Imputabilité... 2 Budget... 2 OBJECTIFS GÉNÉRAUX... 3 Attribution... 3 Exclusions...

Plus en détail

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE Critères valables pour toute affectation en tant que Volontaire des Nations Unies, pas uniquement pour les affectations en réponse à la crise du virus Ebola. Les exigences

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail