L'UNICEF La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'UNICEF La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants."

Transcription

1 L'UNICEF ou La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants. Arias Marta: Delaloye Romaine: Torres Sandy:

2 L'UNICEF ou La déconstruction critique de la documentation d'une organisation travaillant avec les enfants. TABLE DES MATIERES : 1. Présentation de l'organisation 3 2. Analyse de l'image de l'enfant Site internet et publications sur l'éducation du site Les filles, le VIH/SIDA et l'éducation What is the effect of Child labour on learning achievement Conclusion Bibliographie Annexe 45 2

3 1. Présentation de l'unicef L'organisation a été créée peu après la 2 ème Guerre Mondiale, le 11 décembre 1946, dans le but de fournir une aide d'urgence aux enfants d'europe et de Chine menacés par la famine et la maladie, importantes conséquences du conflit. Son nom complet était Fonds international de secours à l'enfance des Nations Unies, de la dénomination anglaise United Nations International Children's Emergency Fund. Mais son identification se fera au travers du terme UNICEF. En 1950, son mandat a été étendu aux besoins à long terme des enfants et des femmes de tous les pays peu développés économiquement. L'Unicef est promu organisme permanent de l'organisation des Nations Unies ONU en 1953 et son mandat est renouvelé pour une durée indéterminée. À cette date, son nom a été abrégé et il est devenu le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, mais il a conservé son acronyme originel. Et en 1965, elle reçoit le prix Nobel de la paix pour avoir encouragé "la fraternité entre les nations". L'Unicef est une organisation à but humanitaire de l'onu dont l'objectif est d'améliorer les conditions de vie des hommes et en particularité celles des enfants dans les pays du tiers-monde. Sur son site internet l'unicef dit effectivement qu'elle a été créée dans le but "d'œuvrer avec d'autres en vue de surmonter les obstacles dont la pauvreté, la violence, la maladie et la discrimination jalonnent le cheminement de l'enfant. Nous pensons pouvoir, en conjuguant nos efforts, servir la cause de l'humanité". Ces pays en voie de développement souffrent souvent d'un déficit des éléments de base pour pouvoir grandir en bonne santé et se développer normalement. On y trouve trop peu d'eau potable, d'installations sanitaires, d'alimentation en abondance et équilibrée, d'assistance médicale ainsi que l'enseignement primaire. En 1989, l'assemblée Générale des Nations unies adopte la Convention des Droits de l'enfant qui entre en vigueur en Les droits des enfants et l'application de ces lois partout dans le monde deviendront alors l'une des principales préoccupations de l'organisation. L'Unicef est présente aujourd hui dans le monde entier c'est-à-dire 161 pays et régions afin de trouver des solutions aux problèmes qui touchent les enfants, surtout les pauvres, et leurs familles. L'organisation attache une grande importance à donner aux enfants la possibilité de 3

4 concrétiser leurs droits. Ses activités sont conceptualisées sous la forme de défis auxquels elle se doit de faire face, tel l'encouragement des soins, l'aide à la prévention de la maladie et de la mort infantiles, la sécurité de la grossesse et de l accouchement, le combat contre la discrimination et la coopération avec les communautés pour s assurer que les filles aussi bien que les garçons aillent à l'école. L'Unicef se présente comme le "porte-parole des enfants" pour demander au monde de se préoccuper d'avantage de leurs besoins fondamentaux. L Unicef parle des enfants aux gouvernements, aux organisations internationales et aux groupes communautaires tout autour du monde et s'efforce de créer les conditions nécessaires pour que les enfants vivent heureux, en bonne santé et dans la dignité. Public cible des discours de l'organisation L'Unicef s'adresse aux individus et aux institutions qui sont ou seraient en mesure de répondre aux besoins des jeunes générations. Il s'agit de l'ensemble de la communauté internationale, placé alors en position de témoin face au sort réservé aux enfants menacés par la pauvreté, la guerre, la violence et l'exploitation. Structure de l'organisation et dépendance financière 7'200 personnes dans le monde entier travaillent pour l'unicef, dans le but de promouvoir et de protéger les droits des enfants. Une des forces de l'unicef est sa grande souplesse d'intervention. Cette organisation donne une grande indépendance à ses différents bureaux ce qui leur permet une plus grande mobilité et en développant la capacité d'initiative de ces représentants. Elle favorise des projets au plan régional ou local plutôt qu'international avec des solutions type applicables par grands secteurs verticaux quel que soit le contexte politique, économique et social du pays concerné. 4

5 Il existe 126 bureaux de pays, dont certains s'occupent de plusieurs pays. Chaque pays rempli la mission de l'unicef à travers un programme de coopération spécifique mis au point avec le gouvernement du pays hôte. L'action menée par l'unicef dans un pays est intégrée aux autres activités des Nations Unies dans ce même pays. La gestion et l'administration générales de l'organisation sont assurées au siège à New York, où est élaborée la politique mondiale en faveur des enfants. L'un des bureaux spécialisés, la Division des approvisionnements, basée à Copenhague, s'occupe de la distribution des articles essentiels tels que la majorité des doses de vaccin devant sauver la vie des enfants des pays en développement, par exemple. Différents types d'acteurs structurent l'organisation. Ils sont tous au même plan, chacun a sa spécialisation. Les activités de l'unicef sont supervisées et suivies par le Conseil d'administration. C'est l'organe directeur de l'unicef. Il s'occupe d'élaborer les politiques, d'approuver les programmes et de fixer les plans administratifs et financiers et les budgets. Il est formé de 36 membres représentant leurs gouvernements respectifs originaires d'afrique, d'asie, d'europe orientale, d'amérique latine, des Caraïbes, d'europe occidentale et de d'autres États, comme par exemple le Japon. Les membres du Conseil d'administration sont élus par le Conseil économique et social de l'organisation des Nations Unies, en général pour un mandat de trois ans. Le Conseil d'administration tient ses réunions au Siège de l'onu à New York. Non seulement il décide des politiques, des programmes et des finances, mais il est aussi chargé de fournir un appui intergouvernemental aux activités de l'organisation et d'en superviser la réalisation conformément aux directives générales de l'assemblée générale des Nations Unies et du Conseil économique et social de l'onu. Les comités nationaux s'unissent pour les enfants. Ce sont des organisations non gouvernementales, qui tiennent un rôle de représentants des idées de l'unicef et de porte-parole. Provenant de 37 pays différents ils travaillent pour récolter des fonds, promouvoir des programmes et mener des campagnes défensives. Plus précisément leur activité consiste, lors du lancement d'une campagne par exemple, à être pleinement actifs aux réunions tenues avec les institutions des Nations Unies, les organisations non gouvernementales et les gouvernements donateurs, à définir des orientations, des stratégies et des budgets, à aidé à formuler des messages 5

6 clés, à élaborer des matériels d'information, à préparer des rapports de lancement et à vendre divers produits de l'unicef tel des cartes de voeux. De plus ils font découvrir l'unicef aux pays industrialisés et contribuent à donner aux enfants la possibilité de s'exprimer et de parler de leurs préoccupations. L'une des célèbres campagnes, "Change For Good ", organisée par les Comités nationaux, permet aux personnes rentrant chez elles sur les lignes aériennes internationales de faire don des pièces et billets de banque en monnaie locale qui leur restent. Les Comités nationaux mobilisent autour des droits de l enfant de nombreux et divers partenaires. En 2005, les comités internationaux ont récolté environ un tiers des recettes totales de l'unicef. Cette même année, en s appuyant sur la Convention relative aux droits de l enfant et sur les recommandations du Comité des droits de l enfant, ainsi que sur les OMD, les Comités nationaux ont exercé des pressions sur les gouvernements, l Union européenne et le G8. Ils ont lancé d'importantes campagnes d information et de collecte de fonds dans les médias. Ils ont organisé des expositions et d'autres événements spéciaux. Les ambassadeurs itinérants sont environ 300 célébrités, parmi eux des acteurs, des musiciens, des sportifs, des artistes célèbres, qui, à l échelle internationale et nationale, prennent position en faveur des enfants, en mettant leur renommée au service de notre cause. A chaque fois qu'une personne connue se joint à l'organisation, c'est parce qu'elle a déjà prouvé son dévouement à améliorer la vie des enfants du monde. La notoriété de ces ambassadeurs représente bien sûr avantages de taille pour l'unicef. Comme les stars sont omniprésentes au cœur de l'actualité, elles sont donc capables d'attirer l'attention sur les besoins des enfants, autant dans leur propre pays que sur le terrain, lorsqu'elles visitent des projets et programmes humanitaires à l'étranger. Elles profitent de leur talent et de leur notoriété pour rassembler des fonds et plaider la cause des enfants, ainsi que pour appuyer la mission de l'unicef qui est de garantir le droit de chaque enfant à la santé, l'éducation, l'égalité et la protection. L'Unicef est la première des organisations de charité, en 1954, à avoir fait appel à des stars. a Le premier ambassadeur itinérant fût le comédien Danny Kaye. Ce rôle a été repris par l'actrice Audrey Hepburn, qui consacra la fin de sa vie à l'unicef, puis par d'autres ambassadeurs 6

7 internationaux, nationaux ou régionaux. Actuellement c'est le tennisman Roger Federer qui est la vedette. L'Unicef est totalement dépendante de cotisations volontaires. Les gouvernements fournissent deux tiers des ressources, les groupes privés et environ 6 millions de particuliers offrent également une aide considérable par l'intermédiaire des Comités nationaux. Des entreprises apportent elles aussi une aide financière ou en nature à diverses actions. Objectifs L'activité de l'unicef est, globalement, de donner à la population les moyens d'améliorer sa situation en tenant compte de chaque particularité locale. Dans le but de chercher une solution à aux difficultés qui touchent les enfants, les dirigeants du monde entier, composant l'assemblée générale des Nations Unies, ont créé, en l'an 2000, la "Déclaration du Millénaire". Celle-ci comporte une série d'objectifs collectifs prioritaires pour la paix et la sécurité, la réduction de la pauvreté, l'environnement et les droits de l'homme. Il s'agit de mesures essentielles pour faire croître l'humanité et pour assurer sa survie, ceci dans un but social et économique pour tous les pays, fondamental pour la sécurité mondiale. Ces dirigeants ont également conçu un plan à suivre pour aller de l'avant: les Objectifs du Millénaire pour le développement. L'idée est que d'ici à 2015, le monde devrait obtenir de grandes améliorations dans les secteurs les plus importants du développement humain. Ces objectifs sont les suivant : - Éliminer l extrême pauvreté et la faim - Assurer l éducation primaire pour tous - Promouvoir l égalité des sexes et l autonomisation des femmes - Réduire la mortalité infantile - Améliorer la santé maternelle - Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d autres maladies - Assurer un environnement durable - Mettre en place un partenariat mondial pour le développement. 7

8 Bien que ces objectifs concernent l'humanité tout entière, ils concernent en premier lieu les enfants, parce que six des huit objectifs concernent directement les enfants et en atteignant les deux autres, leur vie sera améliorée de façon considérable. Parce qu'ils sont, entre autres, les premiers à mourir lorsque ces besoins de base ne sont pas satisfaits. En tant qu'institution de l'onu, l'unicef est la seule agence intergouvernementale qui se consacre exclusivement aux enfants. Avec d'autres institutions de l'onu et ses partenaires internationaux, l'unicef a incorporé les objectifs à son mandat. Le projet est que chaque action de l'unicef constitue un pas vers les objectifs du Millénaire pour le développement. De plus, l'unicef soutient que pour réaliser les objectifs mondiaux pour le développement, la première étape consiste à scolariser les filles. Si la scolarisation des filles n'augmente pas dans les deux années à venir, les objectifs mondiaux visant à réduire la pauvreté et améliorer la condition humaine resteront hors d'atteinte et, inversement, l'abrogation des barrières à l'éducation des filles serait également bénéfique pour les garçons et pour leurs pays. Collaborations et partenariats "Partenariats pour un succès partagé" est l'une des stratégies proposées par l'unicef. L organisation collabore toujours avec d autres partenaires en vue d améliorer la situation, car les problèmes auxquels elle fait face sont trop importants pour pouvoir être résolus par une seule organisation. Les principaux collaborateurs sont, les gouvernements et les pouvoirs publics, des chefs d État et des ministres aux gouverneurs, aux maires et aux conseils communautaires. L'Unicef coopère avec tous les échelons de la hiérarchie. L'organisation travaille aussi avec les organisations non gouvernementales, nationales ou internationales, les associations de jeunes, les groupes de femmes, les groupes religieux, les collectifs communautaires et familiaux. Les jeunes participent également à part entière à l action de l Unicef, de même que des personnalités du monde entier influentes dans divers domaines participent à faire évoluer les choses. Elle mobilise également les médias pour promouvoir ces actions. Pour finir, l'unicef s'associe souvent aussi avec des multinationales, des compagnies nationales ou de petites et moyennes entreprises afin d'utiliser les atouts du secteur privé pour mieux servir les intérêts des enfants du monde entier. 8

9 Lorsqu'une firme soutient l'action de l'organisation, c'est non seulement pour en faire profiter les enfants du monde, mais aussi pour renforcer son image de marque, montrer qu'elle prend ses responsabilités sociales et améliorer ses relations avec la clientèle. Ce qui caractérise tous les partenariats de l'unicef, ce sont des objectifs communs, un respect mutuel et le fait de profiter des atouts l'un de l'autre. 2. Analyse de l'image de l'enfant Nous nous sommes focalisées sur le thème de l'éducation pour pouvoir analyser la représentation que fait l'unicef des enfants. L'éducation est fondamentale pour le bien-être des enfants dans les pays du tiers-monde. C'est un bon moyen pour les aider et améliorer leurs conditions. Les supports nous permettront de voir l'importance qu'accorde l'unicef à leur éducation. Nous avons d'abord analysé son site internet en faisant un commentaire sur la présentation du site Et une analyse de la partie du site concernant le problème de l'éducation Nous avons ensuite étudié l'image des enfants au travers de deux documents qu'a publié l'organisation et qui sont disponibles sur son site : - Les filles, le VIH/SIDA et l'éducation, publié en décembre 2004 par l'unicef. Ce document s'intéresse à l'importance de l'éducation des enfants, notamment des filles pour lutter contre la pandémie du Sida dans les pays en développement. - What is the effect of Child labour on learning achievement, publié par l'organisation en Ce texte montre l'importance de l'éducation pour tous les enfants. En voyant un rapport entre l'activité économique des enfants et leur mauvaise performance à l'école. Le texte se concentre sur des données récentes d'une étude réalisée au Ghana, au Pakistan et au Bangladesh. 9

10 2.1 Site internet et publications sur l'éducation du site A. Commentaires sur la présentation du site Internet Pour exister, notamment face à aux autres organisations, l'unicef doit garantir sa propre promotion. L'association doit se faire connaître auprès du grand public et des institutions, elle doit se positionner par rapport à une cause et doit exposer ses caractéristiques, ses principes, son travail. Dans cet objectif de communication, les médias sont les principaux moyens utilisés, nous nous intéresserons dans ce travail à l'utilisation par l'unicef du support universel qu'est internet. L'Unicef dispose de plusieurs sites différents, mais souvent spécifiques à un pays. C'est pour cette raison que nous avons préféré travailler sur le site ".org", pensant qu'il donnerait une vision plus internationale du travail de l'unicef. Malgré la volonté de multilinguisme du site, celui en langue française donne accès à un nombre limité de documents importants et de vidéos par rapport au site anglais. Le site internet de l'unicef paraît être un très bon instrument d'analyse du discours de l'organisation, sans considérer le fait que comme il est destiné à une hétérogénéité d'individu sa compréhension est parfois un peu complexe. Le pronom "nous", représentant l'unicef et ses collaborateurs, agit comme garant du discours divulgué sur internet. Ce "nous" renvoie respectivement à un "vous", c'est-à-dire à des "autres" conçus comme destinataires des discours à disposition sur le site. Ce "vous 1 ", peu cité tel quel sur le site, représente le public cible de l'organisation ou, du moins, de son site internet. Il englobe les individus en général, qu'ils soient seuls ou en groupe, les éducateurs, les organisations non gouvernementales, locales et internationales, les médias, les parlementaires et les enfants des pays industrialisés. Internet permet à l'organisation d'informer et de mobiliser à la fois ces gens, son discours combine construction d'un problème publique et recherche de solutions. Le site internet de l'unicef s'adresse donc à un public largement diversifié, ceci explique, par exemple, sa traduction en plusieurs langues. 1 Exemple: 10

11 Le site internet de l'unicef est une source considérable de renseignements et d'informations concernant l'organisation et ses activités. Le réseau permet à l'association de renforcer son image, de faire connaître ses actions, ses projets et ses besoins à un public étendu à un faible coût. La création de son site lui permet d'avoir un lieu d'information consultable en permanence, adaptable à tous les fuseaux horaires et lui permet aussi de fonder des partenariats avec des sites à grande fréquentation pour se faire connaître et lui permet enfin de créer une relation virtuelle avec ses visiteurs. Cette visibilité dans le champ concurrentiel des associations humanitaires est loin d'être acquise par la seule présence de l'organisation sur le web, mais participe à celle-ci. Le site internet est constitué de plusieurs instruments permettant de profiter des communautés d'internautes pour faire la promotion du site. Il y a par exemple, l'envoi d'e-cards 2. Lorsque l'on arrive sur le lien, un message d'accueil s'affiche: "Envoyez une carte virtuelle Unicef et changer la vie d'un enfant". Ce texte vise à provoquer en nous un sentiment de culpabilité de penser d'abord, et souvent que, à notre bien-être personnel. Ces e-cards ont, a première vue, un caractère esthétique dominant afin de donner envie à l'internaute de les envoyer, mais leur contenu incarne aussi les valeurs soutenues par l'association. L'e-card est un outil ludique qui permet à l'expéditeur de montrer son intérêt pour une cause. De plus, l'inscription de l'adresse du site sur ces cartes permettra au récepteur de la carte de se rendre directement sur le site et participe ainsi à la renommée du site. L'envoi d'un message 3 pour conseiller le site à un ami constitue un autre exemple de la propagation d'informations via les communautés. Le site propose à l'internaute d'envoyer un message pour recommander la visite du site ou un article à un ami. Pour ce faire, il doit entrer l'adresses des personnes destinataires. On suppose que, même s'il est dit que les adresses s fournies ne serviront qu à envoyer l article demandé, ce moyen permet à l'unicef de se créer un fichier de personnes susceptibles d'être intéressées par au moins une des facettes de l'organisation Envoyez cet article (un des liens possibles) 11

12 L'Unicef donne une place importante aux enfants faisant partie des internautes. Elle les constitue même en un groupe à part entière. La rubrique "la voix des jeunes" leur est quasi exclusivement consacrée. On voit ceci en partie par le fait que le lecteur des pages qui compose la rubrique est tutoyé et les couleurs sont plus vives que sur le reste du site. Les jeux, les quizz et les sondages proposés dans cette rubrique permettent une nouvelle forme de promotion du site vers une cible plus jeune. L'intérêt du jeu est d'attirer la venue de l'enfant sur le site et d'augmenter sa fréquentation, de permettre à l'enfant d'acquérir des nouvelles connaissances tout en s'amusant. Internet permet un accès à une information riche. L'organisation trouve, via internet, un moyen de diffusion d'information sans contrainte d'audimat, sans souci de conformité aux prescriptions journalistiques et sans obligation de simplification dictée par les attentes des lecteurs. Le site propose une information conséquente sur les actions que l'unicef mène et les journalistes du monde entier n'hésitent pas à s'en servir comme sources d'information. Le contenu du site est interactif, ciblé et adapté aux attentes des différents internautes, puisqu'il présente des informations en trois langues, puisqu'il permet, via un moteur de recherche 4 affilié au site, d'avoir accès à toute la documentation existante et puisqu'il propose, via des menus déroulant pour chaque rubriques, d'obtenir des informations plus précises. Le site présente de façon scénarisée les actions menées par l'unicef, ceci permet à l'organisation de faire découvrir aux gens ce qui est fait avec leurs dons. Aussi, elle propose des vidéos 5 et des reportages photos 6 montrant les actions menées sur le terrain, donnant ainsi une idée plus concrète de l'usage fait des dons. Les ressources vidéo et audio font même l'objet de toute une rubrique du site à l'attention de tous les curieux, mais aussi des médias. La réussite du site web de l'unicef dépend entre autre de sa capacité à faire oublier que l'organisation demande de l'argent. Les personnes qui viennent sur le site pour obtenir des 4 Recherche (un des liens possibles) 5 VIDEO 6 12

13 informations ne s'attendent pas à être agressées par des requêtes de dons, c'est pour cette raison que la recherche de fonds occupe un niveau secondaire. Une rubrique entière, intitulée "soutenez l'unicef", est consacrée à la collecte de don, mais chacun est libre de cliquer ou non dessus. De plus on apprend dans cette rubrique que les dons financiers ne sont pas le seul moyen de contribuer avec Unicef à aider les enfants, on peut aussi procéder à l'achat de cartes ou de cadeaux et se porter volontaire. On retrouve aussi une discrète balise active sur quelques pages du site. Mais avant de voir apparaître le premier appel de parrainage 7 il faut avoir ouvert trois fenêtres différentes. On s'aperçoit bien que le but de l'unicef n'est pas d'assaillir le futur donateur en lui proposant tout au long de sa visite des messages incessants qui finiront par agir sur ses décisions psychologies à son insu. L'Unicef veille à respecter une certaine éthique dans la mise en œuvre de ses obligations. Même si l'on est conscients que les dons faits à l'unicef garantissent sa survie, le bon fonctionnement de l'organisation ne doit pas être présenté, et surtout pas dans une documentation à visée démocratique, comme la finalité de celle-ci, qui positionnerait les causes des problèmes des enfants comme un prétexte. Le but du site internet est d'établir une communauté et de construire la situation des enfants dans le monde comme un problème d'intérêt public. Comme on la vu, les différents instruments disponibles sur internet permettent l'établissement de ce lien relationnel. Les interviews de personnalités et de spécialistes, les témoignages de bénévoles et de personnes aidées, les chats, le courrier, les reportages sur le terrain contribuent aussi à tisser ce lien. Sur le site français 8, on remarquera encore plus l'importance de ces éléments, due à leur présence en page d'accueil. Lorsque l'on clique sur l'onglet "notre action", l'unicef nous expose ses cinq domaines d'intervention, avec la possibilité de cliquer sur chacun d'eux pour arriver à des pages plus détaillées sur le domaine. L'Unicef travaille à donner aux enfants un bon départ dans la vie, à les aider à survire et à s'épanouir, à leur créer un environnement protecteur, à axer la politique sur les droits de l'enfant et pour finir à donner aux enfants une éducation de base. Ces cinq domaines d'activité sont tous interdépendants, les progrès réalisés dans l'un servent au progrès de tous les autres. Tout d'abord, pour que l'organisation permette à chaque enfant de bénéficier d'une entrée positive dans la société, elle doit leurs assurer de bonnes bases desquelles dépendront tous leurs 7 Faites un don

14 autres droits. C'est pour cette raison que les investissements réalisés à cette période sont l'un des meilleurs moyens d'assurer un développement économique et social durable. Le deuxième secteur de travail concerne la survie et le développement. L'Unicef se bat pour l'accès et la formation aux soins de santé et à la nutrition (vaccination, prévention et lutte du paludisme,...). L'organisation offre des vaccins à plus d'un tiers des enfants des pays en développement, qui sont ainsi protégés contre des maladies. Elle distribue aussi d'autres matériels importants lors des situations d'urgence, comme de l'eau potable ou des médicaments. En collaboration avec l'oms 9, elle soutient le développement d'un accès local à l'eau salubre et d'une hygiène de base, indispensables pour atteindre les objectifs de santé, de développement et d'éducation. C'est aussi dans ce secteur que la lutte contre le Sida s'opère. Cette maladie meurtrière contribue à augmenter la pauvreté de la société. L'Unicef soutient les personnes qui aident les enfants orphelins à cause du Sida. Elle veut instaurer une éducation préventive et des interventions de conseils axées surtout sur les adolescents. Le troisième secteur veille à assurer une protection aux enfants. L'Unicef tente de créer des environnements protecteurs qui contribueront à prévenir et maîtriser la violence, l'exploitation et la discrimination, et à y répondre. Elle aide à rassembler les ressources dont les écoles, les communautés et les familles ont besoin pour s'occuper des enfants abandonnés et des orphelins de parents morts du SIDA. Le quatrième secteur se rapporte aux droits de l'enfant. L'Unicef s'occupe de créer un partenariat mondial pour le développement et de renforcer les politiques nationales et locales permettant de protéger et faire prospérer les droits de l'enfant. Le dernier secteur vise à développer une éducation de base accessible à tous et surtout aux filles. L'Unicef s'investit pour faire disparaître les inégalités entre les sexes et à l'accès à l'éducation de base. Mais la constitution d'un environnement favorable à l'apprentissage ne se fera pas sans que la distribution d'eau, les moyens d'assainissement et l'hygiène ne s'améliorent. C'est aux textes, publiés sur le site internet et concernant ce dernier domaine, la scolarisation des enfants, que nous nous intéresserons plus précisément. B. Analyse des publications sur site concernant le problème de l'éducation des enfants Nous avons choisi de traiter le champ de l'éducation, car c'est l'un des domaines d'activité, avec la santé et l'eau, pour lesquels l'unicef s'investit le plus. De plus, dans les premières lignes des textes en réseau, il est écrit que ce secteur de l'éducation revêt une grande importance non 9 Organisation mondiale de la Santé 14

15 seulement pour le bien-être des enfants, mais aussi pour la stabilité sociale et le développement économique du monde en général. Sur cette page web indiquant les domaines d'intervention, est mentionné le domaine "éducation de base", suivit d'une petite phrase informative "une éducation de qualité pour tous, les filles en particulier". Celle-ci laisse déjà entrevoir l'importance presque exagérée que l'unicef donne aux filles dans son projet d'éducation. Exagérée, car dans les informations que l'on trouve en ligne il n'est sujet presque que des filles, la position des garçons n'est jamais abordées, la seule chose qui est dites est qu'une meilleure éducation des filles sera aussi favorables aux garçons. Cette survalorisation de l'éducation des filles est due à la croyance en ses retombées bénéfiques sur de nombreux aspects de la survie et du développement. L'organisation avance qu'une bonne formation des femmes est importante pour assurer la relève. C'est les mères, plus proches de leurs enfants, jouent le rôle le plus important dans l'éducation de leurs enfants. Si elles n'ont pas elles même reçue une éducation satisfaisante il sera d'autant plus difficile pour elles de transmettre à leurs enfants les éléments nécessaires à une éducation de base. D'ailleurs quand les mères sont éduquées, elles envoient leurs enfants à l'école, ce qui permet de stopper le cercle vicieux de la pauvreté intergénérationnelle. Les femmes instruites ont tendance à se marier plus tard et à avoir moins d'enfants. L'Unicef voit en l'éducation des filles un outil formidable de limitation de diffusion du Sida. Une femme instruite trouvera plus facilement du travail et aura alors une autonomie financière, de plus les informations qu'elle aura reçue sur la maladie lui permettront de savoir comment se protéger. Il est intéressant de signaler que cette volonté de lutte pour la scolarisation des filles s'oppose catégoriquement aux revendications faites dans les pays industrialisés. En effet, dans la majorité de ces pays où l'objectif de scolarisation des filles semble être atteint, on remarque que les filles réussissent globalement mieux que les garçons. On pourrait croire qu'étant donné la progression constante des filles à l'école, la société serait encouragée à maintenir le soutient qu'elle leurs apporte. Au contraire, c'est à présent, dans les pays évolués, la situation des garçons qui est soulevée. Ceux-ci subiraient des discriminations au sein du système scolaire, en ramenant les écarts de réussite scolaire à une question de revanche. 15

16 Après avoir cliqué sur le domaine, on est surpris de remarquer que sur la page web apparaissant, l'appellation du domaine d'intervention été modifié. De "éducation de base" on est passé à "éducation de base et égalité des sexes". A la lecture des textes on comprend vite les raisons de cet amalgame, le projet d'égalité entre les sexes précédant celui de l'éducation, si les disparités entre les sexes, qui s'opèrent à l'école déjà, dans un grand nombre de pays, ne sont pas éliminées, l'objectif de l'instruction pour tous ne pourra pas être atteint. Dans son discours sur l'éducation, l'unicef insiste sur l'importance de l'égalité des sexes et sur l'élimination des différences discriminantes. Suivant une logique constructiviste, elle tend à montrer que si les distinctions de genre sont le produit d'une construction sociale, il est alors possible et même indispensable, d'en faire une déconstruction pour améliorer la situation de l'enfant. Il faut s'appliquer à déconstruire ce qui a été intégré par les hommes et les femmes, puis inculquer aux enfants, comme modèle du masculin et du féminin dans ces sociétés, car ces modèles impliquent encore, dans ces pays, des discriminations trop pénibles à surmonter. Ceci n étant possible qu'au travers de l'éducation, l'unicef pense qu'une instruction identique pour tous les enfants, où seront reconstruits les modèles de l'homme et de la femme d'un point de vue moins différencié, oserait-on dire d'un point de vue proche de celui adopté en Occident, permettra de faire évoluer les conditions de ces enfants et celles de la population de ce pays et, au finale, celles de la société dans son entier. Déjà dans l'introduction de ce document l'on découvre ce que le terme "éducation" sous-entend pour l'unicef. Celui-ci n'est pas assimilé au strict univers des enfants, mais au contraire, il permet à l'organisation d'intégrer l'entier de la population mondiale dans son action en déclarant que "l'éducation constitue un droit de l'homme" en général plus que de l'enfant. D'autre part il est dit que l'éducation est "indispensable au développement de l'individu et de la société", ceci laisse entrevoir une dimension stratégique des propos de l'unicef. On a pu remarquer que cette dimension stratégique couvre d'ailleurs une grande partie des documents dont l'unicef est l'auteur. En utilisant des expressions comme "société", "sécurité humaine", "développement communautaire", "progrès national", dans l'introduction et dans la suite du texte, et en montrant comment l'aide apportée aux enfants est bénéfique à tous, l'organisation tente d'émouvoir les gens soucieux de leur devenir et ainsi d'obtenir un maximum de dons. Ces dons seront alors effectués, 16

17 plus dans un souci de sauvegarde personnelle que dans un souci de compassion pour des enfants qui ne sont pas les siens et pour lesquels on a pitié. Cette supposition n'implique en aucun cas une réduction de l'ensemble des dons effectués à un acte relevant de l'égoïsme pur, même si pourtant d'autres exemples vont dans ce sens, telle l'aide financière apportée par les entreprises dans une volonté de reconnaissance sociale de leur image. Cette observation donne la possibilité de s'interroger sur le caractère humanitaire et social du discours de l'organisation et sur le but du discours en se demandant si celui-ci ne laisse pas plutôt transparaître un message standardisé incitant à la consommation? Cette question amenant à de multiples réflexions est posée en ayant à l'esprit que le domaine de l'humanitaire représente, dans l'imaginaire collectif, un producteur d'informations non manipulées, une source légitime. L'Unicef a accolé au principe d'éducation une caractéristique, celle de la qualité, qui lui est désormais indissociable. Cette particularité permet à l'organisation de définir au mieux ce qu'elle entend par éducation. C'est-à-dire une instruction qui permette aux enfants d'apprendre en tous les cas à lire, écrire et compter, qui permette d'étudier des choses utiles et praticables dans leur environnement quotidien et surtout qui prenne place dans un milieu scolaire sécurisé. A l'oreille, l'expression "éducation de qualité" renvoie à l'idée de "label de qualité", désignation attribuée à un produit pour récompenser ses créateurs respectant des normes de production distinguant ainsi le produit parmi ses confrères. Cette expression de "label de qualité" renvoie au contexte du marché, c'est-à-dire à une dimension économique laissant entrevoir les objectifs stratégiques des propos de l'organisation. Dans la suite du texte, on apprend que cinq éléments ont un impact sur la qualité de l'éducation, le bagage des élèves, le milieu scolaire, les résultats, les mécanismes et le contenu. Ce dernier élément est celui qui nous intéresse. Par rapport à la volonté de l'unicef d'intégrer tout le monde dans cette nécessité d'éducation, on comprend l'égale importance donnée à l'enseignement de savoirs pratiques (égalité, santé, prévention, paix) par rapport aux connaissances de bases (lecture, écriture). L'apprentissage d'un savoir-vivre pratique prime dans le discours de l'organisation face à celui des mathématiques ou d'une langue internationale, car c'est le degré d'aptitudes pratiques qui améliorera l'humanité toute entière et non pas la connaissance personnelle de l'enfant isolé. 17

18 Tout comme son titre, l'introduction de ce document nous place dans l'attente d'un contenu évoquant la situation des enfants en général face à l'éducation. On est surpris de voir que, sans la moindre explication, celle-ci venant tout de même plus tard, et à la suite d'une dernière phrase ponctuent l'introduction qui parle à la fois "d'éducation pour tous" et "d'équité pour tous", le texte est dès le premier chapitre axé principalement, voir uniquement, sur la condition des filles. Parler de l'éducation des filles simplifie l'élaboration de liens avec d'autres secteurs importants de l'unicef. On retrouve la dimension stratégique des propos de l'organisation, lorsque le secrétaire général Kofi Annan déclare que l'éducation des filles est "un placement à long terme dont le rendement est exceptionnellement élevé". Les termes "placement" et "rendement" étant spécifique au vocabulaire économique ont un aspect dérangeant dans le contexte de l'humanitaire, ils évoquent indirectement les moyens de financement de l'organisation. Le droit à l éducation fait partie des droits humains fondamentaux proclamés il y a un demi-siècle dans la Déclaration universelle des droits de l homme et à nouveau, en 1989, dans la Convention relative aux droits de l enfant. Pourtant, "plus de 150 millions d enfants dans les pays en développement commencent leur scolarité, mais n atteignent pas la cinquième année d études. Ils quittent l école sans avoir acquis les notions élémentaires de lecture, d écriture et de calcul et les compétences essentielles qui constituent la base de l apprentissage la vie durant" (UNICEF, 1999, 2002) Les collaborateurs de l'unicef savent depuis longtemps que l avenir des pays en développement passe par l éducation des filles. Dans, "Nous les peuples 10 ", le rapport du Secrétaire général des Nations Unies fait lors du Millénaire il dit que "l'expérience a montré à l'envi qu'investir dans l'instruction des filles produit directement et rapidement des résultats en ce qui concerne la nutrition et la santé de toute la famille, la baisse de la fécondité, la réduction de la pauvreté et les performances économiques en général". Pour Kofi Annan, "l éducation des filles n est pas une option mais un impératif au développement économique, social et politique des sociétés" 10 Annan, Kofi A., Secrétaire général de l Organisation des Nations Unies, «Nous les peuples» : le rôle de l Organisation des Nations Unies au XXIe siècle, Organisation des Nations Unies, Département de l information, New York,

19 (Communiqué de Presse, Déclaration du Secrétaire général à l Assemblée générale sur les femmes, 5 juin 2000). L'image fondamentale des enfants donnée par l'organisation est, dans ce domaine que nous avons choisi: l'éducation, celle d'enfants pauvres, vivant dans des pays peu développés économiquement et bénéficiant d'une éducation inutile ou, souvent, d'aucune éducation. Plus précisément, cette image est en particulier celle de petites filles, victimes du sexisme et des comportements stéréotypés, à qui l'on empêche de suivre une formation minimale nécessaire. L'Unicef pense que mettre l'accent sur l'éducation des filles est la meilleure manière d'arriver à l'éducation de qualité pour tous. Ceci en s'opposant aux facteurs traditionnels qui soutiennent l'idée selon laquelle il suffit de donner une éducation et instruction aux garçons, car c'est eux qui auront à gagner le pain pour leur famille et à soutenir leurs vieux et pauvres parents. L'organisation est convaincue que la jeunesse féminine est en mesure de changer la face de l'humanité, à condition qu'elle y soit préparée. L'Unicef est pourtant trop vague dans ses explications, on pourrait penser que le simple fait de simplifier l'accès des filles à l'enseignement et d'améliorer la qualité de celui-ci suffise à démocratiser mondialement l'éducation et donc à améliorer les conditions de la société, mais cette déduction est beaucoup trop simpliste. L'Unicef omet de préciser dans ces documents web que la distinction entre l'éducation du garçon et celle de la fille est basée sur le but visé par l'instruction. L'éducation des filles, dans la plupart des pays en voie de développement, n'est pas une éducation scolaire qui se fait à l'école, mais elle se fait auprès de sa mère qui lui apprend le double rôle qu'elle aura à jouer dans la société: celui d'épouse et celui de mère de famille. L'éducation des garçons quant à elle a plus tendance à se faire à l'école. Elle a pour objectif de leur apprendre les rudiments de la lecture, du calcul et de l'écriture pour pouvoir trouver plus tard un travail. De plus, il faut tenir compte des particularités de chaque pays qui provoquent des variations de ce but. Celui-ci est ancré dans la culture traditionnelle, mais il faudra pourtant le modifier et le faire accepter avant de pouvoir réformer l'éducation des filles. On pourrait croire que le désir d'éducation va à sens unique, que c'est l'unicef uniquement, qui souhaite éduquer davantage les filles pour améliorer l'éducation en général et ainsi la vie de chacun. Car dans les documents sur internet, on ne voit pas, d'un autre côté, un besoin des filles de s'épanouir, de jouir de tous leurs droits en ayant accès à une école, même si on se doute bien 19

20 que c'est le cas. En fait ce pôle n'apparaît pas dans l'explication de l'action de l'unicef, mais par contre, le site internet de l'organisation consacre toute une rubrique aux témoignages réels de jeunes filles pouvant désormais aller à l'école grâce à l'aide apportée par l'unicef. Les garçons étant fortement mis de côté dans le discours de l'organisation, c'est aux filles et à l'analyse du traitement qui leur est octroyé par l'unicef que nous nous intéresserons. Les filles sont caractérisées comme des victimes. Les statistiques montrent que sur les 121 millions d'enfants déscolarisés, 65 millions sont des filles. Le SIDA frappe un nombre disproportionné de femmes n'ayant jamais reçu d'information sur comment se protéger. La discrimination sexiste et les inégalités les privent du pouvoir de prendre des décisions, de gagner un revenu et de se prémunir de la violence, des mauvais traitements et de l'exploitation. Leurs droits juridiques sont, dès qu'ils le peuvent, bafoués. En contexte de conflit leur sont infligés des sévices sexuels, ainsi que l'exploitation économique, Par conséquent, les obstacles à leur scolarisation les privent de toute possibilité d'avenir, mais ils ont aussi des effets négatifs sur leur santé et leur survie. Les filles sont en situation d'infériorité, au sein de la famille, face à la préférence accordée aux garçons, ancrée depuis longtemps dans le système patriarcal, traduite souvent pour les filles par le délaissement, une alimentation réduite et peu de soins. Leur situation est décrite comme intolérable, pénible et alarmante. La violence qui frappe les filles est si profondément enracinée dans les cultures du monde entier qu'elle est presque invisible. Mais, en proposant toujours des solutions, l'unicef présente aussi leur situation comme remédiable. Il est donc important de reconnaître le caractère indissociable et complémentaire de la "Convention relative aux droits de l'enfant" et de la "Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes". La fille atteinte du SIDA est l'un des cas-type qui revient le plus souvent pour illustrer les conséquences de leur non-scolarisation. Les raisons du taux élevé d'infection chez les filles reflètent des réalités biologiques, sociales et économiques. Du point de vue biologique, des lésions peuvent plus facilement survenir dans les voies génitales féminines durant les rapports sexuels, ce qui augmente le risque de transmission du VIH. Du point de vue social et économique, il y a plusieurs causes. Les inégalités de pouvoir et les normes sociales qui s'appliquent aux filles limitent le contrôle de celles-ci sur leur vie sexuelle, ce qui les rend 20

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES

1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES 1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES La déclaration de Beijing [Pékin] La déclaration en bref La plate-forme d'action de Pékin est issue d'une conférence mondiale sur les femmes

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

UNION INTERPARLEMENTAIRE 112 ème Assemblée et réunions connexes Manille, 31 mars - 8 avril 2005

UNION INTERPARLEMENTAIRE 112 ème Assemblée et réunions connexes Manille, 31 mars - 8 avril 2005 UNION INTERPARLEMENTAIRE 112 ème Assemblée et réunions connexes Manille, 31 mars - 8 avril 2005 Troisième Commission permanente C-III/112/DR-am.1 Démocratie et droits de l'homme 21 mars 2005 COMMENT LES

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE (adoptée par le Comité des Ministres le 24 septembre

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Efficacité du développement

Efficacité du développement Efficacité du développement Pour une véritable responsabilité mutuelle Par Mary Robinson Nous présentons ici une version abrégée de l allocution d ouverture prononcée par Mary Robinson au Forum de haut

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

Conférence internationale sur la population et le développement

Conférence internationale sur la population et le développement Conférence internationale sur la population et le développement Conférence ministérielle Projet de Document d engagement Document d'engagement du troisième examen quinquennal de la mise en œuvre du Programme

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

REALISER LE DROIT À L'ÉDUCATION DES REFUGIÉS ET DES ENFANTS MIGRANTS ET DE LEURS FAMILLES

REALISER LE DROIT À L'ÉDUCATION DES REFUGIÉS ET DES ENFANTS MIGRANTS ET DE LEURS FAMILLES POINT 10 DE L'AGENDA: POUR ADOPTION 47 ème réunion du Bureau Exécutif, 16-19 novembre 2015 REALISER LE DROIT À L'ÉDUCATION DES REFUGIÉS ET DES ENFANTS MIGRANTS ET DE LEURS FAMILLES Document de réflexion

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Application : 20 janvier 2014. Politique de dons et commandites

Application : 20 janvier 2014. Politique de dons et commandites Application : 20 janvier 2014 Politique de dons et commandites DESCRIPTION : LA CAISSE DESJARDINS DE RIMOUSKI, UN PUISSANT LEVIER DE DÉVELOPPEMENT POUR SES MEMBRES ET POUR LA COLLECTIVITÉ. La Caisse Desjardins

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

E/2005/NGO/21 Principes d apprentissage/autonomisation pour le renforcement des capacités

E/2005/NGO/21 Principes d apprentissage/autonomisation pour le renforcement des capacités Nations Unies E/2005/NGO/21 Conseil économique et social Distr. générale 25 mai 2005 Français Original: anglais Session de fond de 2005 New York, 29 juin-27 juillet 2005 Point 2 de l ordre du jour provisoire*

Plus en détail

Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES

Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES Cadre des projets L'action du Service de la coopération fonde sa légitimité dans la Constitution jurassienne à travers ses articles

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World Résumé Dans le Plan d action de Madrid sur le vieillissement, 2002, 1 la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement appelait à étudier les avantages et les inconvénients de diverses conditions de

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)] Nations Unies A/RES/60/138 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2006 Soixantième session Point 64 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Troisième

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions 2 juillet 2015 36 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l'onusida Genève, Suisse 30 juin - 2 juillet 2015 Décisions Le Conseil de Coordination du Programme de l'onusida, Rappelant que

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Cela commence avec la déclaration des droits du déficients mental ONU résolution 2856 (du 20 décembre 1971)dans laquelle est stipulée entre

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Indorama Ventures Public Company Limited

Indorama Ventures Public Company Limited Indorama Ventures Public Company Limited Politique d administration d'entreprise (Approuvé par le Conseil d'administration du No.1/2009 en date du 29 septembre 2009) MESSAGE DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL

Plus en détail

De la Déclaration de Genève à la Convention internationale des droits de l'enfant

De la Déclaration de Genève à la Convention internationale des droits de l'enfant LES DROITS DE L'ENFANT / 1948-1989, NATIONS UNIES De la Déclaration de Genève à la Convention internationale des droits de l'enfant Dès 1946, préoccupée par le sort des enfants d'europe et de Chine dans

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Le Gabon est un pays d Afrique Centrale, peuplé d environ deux millions d habitants. A cause de ses nombreuses

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières

Commission scolaire des Hautes-Rivières Commission scolaire des Hautes-Rivières P P O L I T I Q U E SUJET : POLITIQUE LINGUISTIQUE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE CODE : AGP 06 DATE D APPROBATION : 9 mai 2011 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 11.05.09-06

Plus en détail

L'importance de la marque employeur

L'importance de la marque employeur Talent Solutions Livre blanc L'importance de la marque employeur L'influence de la marque entreprise et de la marque employeur sur l'intérêt pour l'emploi Conclusions principales 1) Une marque globale

Plus en détail

Marketing Mix: Promotion

Marketing Mix: Promotion Marketing Mix: Promotion 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

(Traduit de l anglais) DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU

(Traduit de l anglais) DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU (Traduit de l anglais) UN Volontaires l inspiration en action DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Préambule: Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UNION POSTALE UNIVERSELLE CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE CEP 2009.1 Doc 19 Original: anglais Protocole d'accord avec l'association pour le marketing direct de l Amérique (Etats-Unis) (Point 19 de l ordre

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

STATUTS DE LA COMMUNAUTÉ DES PAYS DE LANGUE PORTUGAISE

STATUTS DE LA COMMUNAUTÉ DES PAYS DE LANGUE PORTUGAISE [TRANSLATION -- TRADUCTION] STATUTS DE LA COMMUNAUTÉ DES PAYS DE LANGUE PORTUGAISE Article premier. Nom La Communauté des pays de langue portugaise, ci-après dénommée CPLP, constitue la tribune multilatérale

Plus en détail

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement «La diversité n est pas entre les cultures, mais inhérente à l idée même de culture, et

Plus en détail

Résolution adoptée par consensus * par la 111 ème Assemblée de l'uip (Génève, 1 er octobre 2004)

Résolution adoptée par consensus * par la 111 ème Assemblée de l'uip (Génève, 1 er octobre 2004) Document UIP No 9 (111 ème Assemblée de l UIP) distribué à la 59 ème session de l Assemblée générale, conformément à la résolution A/57/47 au titre du point 98 de l ordre du jour UNION INTERPARLEMENTAIRE

Plus en détail

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL Mission : promouvoir et faciliter la coopération et la coordination des membres du Réseau via l'échange d'informations, le

Plus en détail

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule En application des dispositions de l'article 57 de la Charte des Nations Unies et

Plus en détail

Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE. du groupe Generali

Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE. du groupe Generali Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE du groupe Generali Assicurazioni Generali S.p.A. Piazza Ducca degli Abruzzi, 2 34132 Trieste Italie Approuvé par le Conseil d Administration Milan, le 12 mai 2010

Plus en détail

Création de contenus pédagogiques sur le thème des droits de l enfant pour tableaux blancs interactifs 25/01/2010

Création de contenus pédagogiques sur le thème des droits de l enfant pour tableaux blancs interactifs 25/01/2010 Création de contenus pédagogiques sur le thème des droits de l enfant pour tableaux blancs interactifs 25/01/2010 Juin 2010 L Unicef France et Promethean proposent conjointement des contenus pédagogiques

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Conseil Fédéral de la Jeunesse Allemande (DBJR)

Conseil Fédéral de la Jeunesse Allemande (DBJR) Drucken Schließen Du befindest Dich hier: Français Conseil Fédéral de la Jeunesse Allemande (DBJR) Chaque contenu de cette page ne peut être traduit. Toutefois les points suivants donnent un aperçu des

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS 16

SITUATION DES ENFANTS 16 SITUATION DES ENFANTS 16 Soumaïla MARIKO et Ibrahim CHAIBOU La convention internationale relative aux Droits de l Enfant du 20 novembre 1989, en son article 3, alinéa 2, stipule que : «tous les États parties

Plus en détail

QUE SIGNIFIE "OPTIMISER POUR LES MOTEURS DE RECHERCHE"?

QUE SIGNIFIE OPTIMISER POUR LES MOTEURS DE RECHERCHE? Elearning > Les bonnes pratiques du référencement L'OPTIMISATION DES PAGES DU SITE Programme du cours : Optimiser les titre de vos billets et de vos produits Optimiser les contenus de vos textes Travailler

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES Révisée le 20 août 2014 Contenu CADRE GÉNÉRAL... 2 Politique... 2 Définitions... 2 Imputabilité... 2 Budget... 2 OBJECTIFS GÉNÉRAUX... 3 Attribution... 3 Exclusions...

Plus en détail