TABLE DES MATIERES. Anthropologie et sociologie et générale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIERES. Anthropologie et sociologie et générale"

Transcription

1 TABLE DES MATIERES Durée:... 2 Objectifs spécifiques L échange Définition et types divers de l échange Les théories de l échange en anthropologie La rationalité Définition et types de rationalité Les théories sociales de la rationalité- irrationalité Les besoins Définition et types de besoins Le caractère social du besoin

2 Chapitre IV. L apport de l anthropologique à l économie classique Durée: 2 jours Objectifs spécifiques À l'issue de ce chapitre, les compétences acquises vous permettront de : Connaître les théories sociales portant sur des concepts étudiés par l économie classique; comprendre que l éventail des choix d un individu rationnel et maximisateur pour les faits économiques est limité par les systèmes de valeurs du contexte socioculturel. 1. L échange 1.1 Définition et types divers de l échange Au sens général, le terme échange s applique à tout mouvement d intention réciproque entre deux parties. En économie, on appelle échange les différents modes de transferts de biens et de services exécutés en contrepartie et en équivalence les uns aux autres : Claude Meillassoux, 1999 :141 La théorie économique tend à circonscrire l échange à sa valeur variante marchande qui se réalise sur le marché avec la monnaie. Or, cette variante de l échange est apparue il y a seulement 30 ou 40 siècles avec l émergence des villes en Asie et au Proche Orient. Par contre la réciprocité (don- contre don) qui est la forme universellement répandue de l échange est selon Claude Lévi-Strauss aussi vieille que l humanité dans la mesure où elle symbolise le passage de l état de nature à l état de société. Il démontre en effet à travers le tabou de l inceste que l échange est le lien social primordial. Le tabou de l inceste devient échange en ce sens qu il m oblige, en me refusant ma sœur, de l offrir à un autre pour obtenir mon épouse. L échange, dans sa forme universelle, n est pas réductible à sa seule variante marchande c'est-à-dire limitée aux seuls objets matériels. En effet, on échange d abord et avant tout des paroles, par exemple les salutations qui sont constituées de plusieurs répliques rapides et mécaniques sans 2

3 rapport avec la situation réelle des personnes qui se saluent. On échange également des personnes (les femmes), des droits sur tout et partie des personnes (prostitution, placement des enfants, etc.). On échange aussi des coups, les guerres, les conflits armés ou les vendettas se déclenchent toujours entre les groupes voisins qui sont donc impliqués dans d autres types d échange, situation que l on peut illustrer par les propos de Nuer rapportés par Evans Pritchard «nous nous battons avec ceux avec qui nous nous marrions». En d autres termes, on ne se bat pas contre quelqu un qu on ne connaît pas, avec qui on n entretient pas un minimum de relations sociales. Enfin, on échange des objets matériels parmi lesquels se rencontrent les marchandises. «Une marchandise est socialement et culturellement définie comme telle par un processus qui la soustrait à son producteur et au contexte dans lequel elle se trouve, la dépersonnalisé et lui confère une valeur marchande». Laburthe- Tolra et Warner, 1997 : 308. Par exemple : l esclave est une personne qui devient une marchandise après avoir été arraché à sa famille, changé d identité et vendu sur un marché comme n importe quelle marchandise. Pour Claude Meillassoux (1999 : ), l échange a revêtu plusieurs formes, notamment : - le partage dans les sociétés égalitaires (chasseurs collecteurs); - la prestation, redistribution ou don dans les sociétés agricoles où les biens circulent soit le long des réseaux de parenté, soit vers une autorité (prestation) soit de l autorité vers le bas (redistribution). Dans ce contexte, les biens ne possèdent qu une - rapport avec leur origine. Ainsi par exemple, la part de récolte donnée au chef exprime des rapports de subordination; entre les paires, l échange peut exprimer l alliance lorsqu il est réciproque, ou un défi. - Enfin l acceptation actuelle de l échange qui apparaît entre des économies complémentaires ou lors des contacts avec les représentants de l économie marchande et dont le terme est l institution du marché. En fonction de la forme, l échange a revêtu des modalités différentes dont la première historiquement connue est le troc. Lorsqu une marchandise s impose comme l équivalent de toutes les autres marchandises, elle acquiert une valeur de monnaie; son apparition coïncide avec celle du commerce (il y a 30 ou 40 siècles) La monnaie La monnaie est un instrument qui facilite les échanges en remplissant trois fonctions principales : - la fonction d intermédiaire des échanges : la monnaie permet de fractionner l échange en deux temps (bien contre monnaie puis monnaie contre bien), elle est acceptée par tous les membres d un groupe en échange de tous les autres produits; - la fonction d unité de compte : tous les prix sont exprimés sous la forme d une quantité de monnaie; - la fonction de réserve des valeurs : la monnaie peut donc être conservée avant d être échangée contre un autre produit (sans perte de valeur dans l hypothèse d une inflation nulle). 3

4 Beitoine et alls : Dictionnaire des sciences économiques, Armand Colin, 1991, p Les théories de l échange en anthropologie. La notion de l échange a été théorisée à partir de celle du don par Marcel Mauss («essai sur le don. Forme et raison de l échange dans les sociétés archaïques» in année sociologique, seconde série T1) Par principe, un cadeau n est pas obligatoire; pourtant dans l existence de tous les jours (en campagne comme en ville), on se sent souvent dans l obligation de faire des «gestes» sous peine d être indexé et traité comme avare et égoïste. Un cadeau ne doit normalement pas être «remboursé», pourtant celui qui reçoit et qui ne donne jamais en retour sera vite indexé et progressivement exclu. Tel est le paradoxe du don. Le don est pratiqué dans toutes les sociétés humaines. Il a un caractère ambivalent dans la mesure où il est à la fois volontaire et obligatoire. En effet, toutes les sociétés contraignent leurs membres à pratiquer l échange. Ainsi, autant il existe une obligation de donner, autant il pèse sur le bénéficiaire l obligation d accepter le don et de le rendre. C est Mauss qui le premier s intéresse à la question du don. S appuyant sur les travaux de Boas sur le potlatch, de Malinowski sur la kula, mais plus largement sur les matériaux anthropologiques disponible à son époque concernant divers exemples mélanésiens ou polynésiens, il découvrira, derrière des pratiques de générosité apparente, un cadre sinon un carcan d obligations sociales. En réalité Mauss s intéresse davantage au contre don qu au don lui-même. La question qui sous-tend tout son programme de recherche est la suivante : «Quelle force y a-t-il dans la chose qu om donne qui fait que le donataire la rend? Pour rendre compte à la fois du caractère volontaire et obligatoire du don, Mauss utilise une théorie Maori selon laquelle toute chose donnée possède un hau (l esprit du propriétaire de la chose) qui oblige à rendre tout cadeau sous peine de malheur. Mais la théorie du hau n explique que l obligation de rendre et non celle de donner et de recevoir. Selon Mauss, ces deux obligations sont à rapporter à l honneur, à la recherche du prestige et à la rivalité. Le don peut être interprété comme un défi qui permet aux protagonistes d exprimer leur supériorité en se montrant plus généreux. C est ce qu illustre le potlatch dans la mesure où l objectif de chaque protagoniste est d aplatir son rival. Les différents protagonistes sont engagés 4

5 dans une bataille où l on se bombarde de cadeaux et non de flèches et de tomahawk. A cette occasion, même les biens les plus essentiels tels que les couvertures, les vêtements, les maisons, sont détruits. La philosophie du potlatch montre que, ce qui importe chez les Indiens, ce n est pas tant la possession des objets que l établissement d un certain type de relation sociale qui en l occurrence permet de hiérarchiser les protagonistes. Il ne s agit donc pas de faire des échanges économiques juteux mais d établir un rapport de force. Qu il s agisse des échanges entre groupes ou entre individus à l intérieur d un même groupe, il s agit toujours d établir une hiérarchie entre les personnes impliquées, de confirmer ou de redéfinir des statuts politiques et sociaux. C est ce qui explique que traditionnellement dans les sociétés archaïques, les privilèges économiques du chef n étaient pas destinés à être accumulés mais plutôt à être redistribués pour raffermir son pouvoir. Outre l idée de défi et de prestige, l obligation de donner a aussi un fondement moral, voire religieux. En effet, la distribution des richesses ou d une partie de cellesci aux nécessiteux joue le rôle d amande ou de repentance (la recherche du salut de l âme après la mort). Le code de l honneur et le code moral qui régissent le don imposent aux individus ou aux groupes de sacrifier leurs intérêts personnels pour parfaire l image qu ils veulent se donner d eux. C est pourquoi «sur le plan sociologique, il va de soi que les intérêts économiques sont plus facilement sacrifiés dans des sociétés où, en l absence de progrès techniques, les surplus ne peuvent être investis, de sorte que l usage le plus rationnel de la richesse est de le convertir soit en pouvoir politique, soit en «bonnes actions» Pottier Richard, 1989 : 7) Ce qui ressort de l analyse de l échange, c est qu il est au fondement de la vie sociale. En effet, les objets échangés n ont de valeur que parce qu ils sont désirés ou valorisés par autrui. Dans cette perspective, en réalité ce qui est valorisé n est pas l objet lui-même, mais le type de relation avec autrui qu il autorise. Par conséquent, la présence de l autre, même s il peut être potentiellement un rival, est nécessaire dans la mesure où pour organiser une hiérarchie, il faut être au moins deux. Le don comme investissement stratégique Selon Alain Marie (98/99), l échange de dons met en jeu une logique de la dette dans la mesure où les dons et les contre-dons s enchaînent comme le crédit et son remboursement ou comme le placement et son rapport. Alain Marie commence par contester d abord la thèse de Mauss selon laquelle c est le han, (c est la force magique ou religieuse) qui justifie l obligation de rendre, c est au contraire la nécessité inconsciente de l échange qui en est le fondement. Par conséquent, c est la fonction de l échange qui justifie l obligation de rendre. Il s inspire ensuite de la critique de Bourdieu (1994) qui a reproché à Mauss et à Levi- Strauss d avoir négligé la dimension temporelle entre le don et le contre-don. Or en prenant en considération cet intervalle-temps, l on peut poser «le don initial comme prise de créance, comme endettement d autrui, donc comme investissement social destiné à rapporter à terme, la dette comme mode de fonctionnement ordinaire (pas seulement cérémonial)de la vie sociale» Alain Marie 1998/1999 :30 5

6 Pour Bourdieu, on observe en effet en toute société que le contre don doit être différé et différent. La restitution immédiate d un objet exactement identique équivaut à un refus : l échange de don s oppose au donnant-donnant. Il s oppose aussi au prêt dont la restitution explicitement garantie par un acte juridique est comme déjà effectuée dans l instant même de l établissement d un contrat. L intervalle de temps qui sépare le don et le contre don est ce qui permet de percevoir comme irrésistible une relation d échange. Dans cette conception, trahir la hâte que l on éprouve d être libéré de l obligation contractée et manifester ainsi trop ostensiblement la volonté de payer les services rendus ou les dons reçus, d être quitte, de ne rien devoir, c est dénoncer rétroactivement le don initial comme inspiré par l intention d obliger. La fonction de l intervalle temps dans la genèse de l échange est qu il lie durablement créanciers et débiteurs; les premiers surveillants les seconds jusqu à ce qu il s acquittent en inversant parfois l ordre de la relation. Ainsi, l intervalle temps permet l établissement de relations sociales qui intègrent chaque individu dans un système de protection sociale et d assurance mutuelle contre les aléas de l existence et les incertitudes de l avenir. Dans les milieux populaires, seule l entraide communautaire constitue une protection et une assurance contre la précarité de l existence, or selon Alain Marie (1998/1999 : 31) «entraide et assurances communautaires sont fondées sur l obligation de réciprocité : la communauté est une mutuelle. On a droit à ses services dans la mesure où l on y a rendu service quand on le pouvait et quand on le devait, dans la mesure où l on y a joué sa partition dans le bon fonctionnement de la logique de la dette». Dans les milieux populaires ou en zone rurale, cette logique est mise en œuvre par un collectif dans lequel chaque individu reçoit, donne pour espérer recevoir. L interprétation du don comme acte de crédit peut être illustré par la scolarisation des enfants en Afrique. De prime abord, la scolarisation des enfants peut être appréhendée comme l obligation faite à la famille de s occuper de ses enfants. Alain Marie procède par contre par une lecture froide et y voit un investissement impliquant une dette et son remboursement avec intérêts. En effet, le diplômé, dans beaucoup de pays d Afrique noire, doit sa réussite à l implication financière des parents directs ou indirects (le tutorat), aux diverses démarches auprès des féticheurs pour l aider et le protéger contre les jaloux. Par conséquent, sa réussite n est pas synonyme d émancipation personnelle. «Au contraire, le diplômé est un chargé de mission lourdement endetté : on attend de lui qu il manifeste sa reconnaissance; qu une fois installé dans la vie, il accueille, aide à son tour à payer les frais de scolarité d un enfant du village, y fasse construire, etc.» Alain Marie (1999 : 30). Il peut, certes, se soustraire à cette obligation du don en retour, mais c est au risque de s exposer aux représailles (rupture avec le village, attaque en sorcellerie, etc.). Ainsi, à interroger les pratiques et les théories des acteurs sociaux, on fini par découvrir qu au-delà des considérations et des justifications morales souvent évoquées pour expliquer le don, la générosité ou la solidarité, il y a aussi et souvent du calcul et même la recherche du profit. 6

7 Pour les privilégiés ou les classes aisées, la générosité permet de se constituer un public d obligés qui peut être monnayé sur d autres plans, par exemple politique, économique. Le don est utilisé pour camoufler, humaniser et même légitimer aux yeux de la société la relation de domination et d exploitation. C est le cas des entrepreneurs qui distribuent régulièrement de l argent, sponsorisent des manifestations sportives ou culturelles; il se constitue ainsi de solides réputations de générosité, de bienfaiteur ou d homme de Dieu alors qu en même temps ils ne payent pas leurs ouvriers et les renvoient quand ils revendiquent leur salaire. 2. La rationalité La question de la rationalité (et donc de l irrationalité aussi) renvoie à la nature des comportements et des croyances. Elle renvoie à la préoccupation de savoir si l Homme est rationnel ou au contraire s il est guidé par des forces psychologiques et sociales dont il n a pas conscience et par conséquent qu il ne contrôle pas. C est une question fondamentale dans la compréhension des comportements sociaux qui, pour le regard extérieur, peuvent paraître bizarres; en matière d actions de développement, les réactions des populations bénéficiaires sont parfois incompréhensibles aux spécialistes; des actions théoriquement très bénéfiques et capables d améliorer les conditions de vie des bénéficiaires n obtiennent pas souvent l adhésion espérée par les bailleurs qui s interrogent alors sur la rationalité des paysans. 2.1 Définition et types de rationalité Si on fait l hypothèse de la rationalité du comportement humain, sans bien sûr écarter complètement une dose d irrationalité, l on est en droit de formuler quelques interrogations sur la nature même de la rationalité. Qu est ce qu une action rationnelle? Existe-t-il une rationalité universelle? La rationalité a été théorisée par Raymond Boudon (l idéologie où l origine des idées reçues (1996), l art de se persuader (1990), le juste et le vrai (1990)), Selon lui, une action ou une croyance d un individu est dit rationnelle si cet individu a de «bonnes raisons» d agir comme il le fait ou de croire à ce qu il croît. La rationalité se définit donc exclusivement à partir du point de vue de l individu, dans la mesure où son comportement est déterminé par la nature, la quantité et la qualité des informations dont il dispose. La rationalité est donc subjective. Par conséquent une croyance peut être à la fois fausse et rationnelle «étant entendu que les gens qui adhèrent rationnellement à cette croyance ignorent qu elle est fausse et ne peuvent le découvrir par eux-mêmes» Valade, 1996 :544 La croyance peut être fausse dans la mesure où elle n est pas objectivement fondée mais rationnelle car les informations dont dispose l individu font qu il a de «bonnes raisons» de croire à cette croyance; à titre d illustration on peut citer la croyance populaire que c est le soleil qui tourne autour de la terre. 7

8 En définitive selon Raymond Boudon (1999 : 404) «est rationnel tout comportement dont on est à même de fournir une explication de forme : X avait de bonnes raisons de faire Y car sans risquer de protestation et sans avoir soi même le sentiment d émettre un énoncé incongru». Il existe trois types principaux de rationalité : La rationalité utilitaire ou rationalité économique : elle envoie à la notion d utilité. La rationalité cognitive : elle renvoie au domaine des connaissances objectives et s appuie parfois sur des théories élémentaires. Exemple : si en pleine vitesse dans la circulation j actionne le frein avant de ma mobylette, je risque de tomber. Donc j ai de bonnes raisons pour ne pas actionner le frein avant. La rationalité axiologique, c est elle qui est en œuvre dans les jugements de valeur pour définir le bien et le mal. 2.2 Les théories sociales de la rationalité- irrationalité La rationalité s oppose à l irrationalité qui stipule que les actions et les croyances «sont gouvernées par les forces qui s imposent aux acteurs sans que ces derniers puissent les maîtriser où les canaliser par leurs propres réflexions et raisonnements. Les actions et les croyances sont déterminées, elles ne sont pas raisonnées.» (Valade, 1996 : 556). En d autres termes, l acteur social ne dispose pas d une liberté individuelle, personnelle dans ses jugements et dans ses choix. Il trouvera toujours des explications à son comportement mais celles-ci ne seront pas originales et différentes des explications des autres acteurs du même milieu pour le même comportement; à titre d illustration on peut citer les justifications du refus de la transfusion sanguine par les fidèles de certaines religions, les justifications de la pratique de l excision par les vieilles, etc. Les sciences humaines ont souvent utilisé l hypothèse de l irrationalité pour rendre compte du comportement humain. (Par exemple Freud avec la théorie du psychique à trois étages : le ça, le moi et le surmoi). En sociologie, de nombreux auteurs relativisent l hypothèse de la rationalité du comportement humain. Vilfredo Pareto (traité de sociologie générale) affirme par exemple qu il existe dans les actions humaines des îlots de rationalité éparpillés dans un océan d irrationalité. On peut également citer Bourdieu (1979) dont la théorie de l habitus a montré que l appartenance à une classe, à un milieu social conditionne le comportement, détermine les goûts, les attentes et les pratiques des individus sans que ceux-ci aient conscience de cette détermination; ces comportements finissent par paraître naturels à tout le monde. L ensemble de ces auteurs ainsi que certaines théories (le marxisme) et certains courants de l anthropologie (le fonctionnalisme, le culturalisme et le structuralisme) 8

9 mettent l accent sur le caractère socialement et culturellement déterminé du comportement et des croyances de l Homme. Les choix que les hommes effectuent sont libres mais dans les limites circonscrites par leur apparence. C est ainsi qu est née l homo sociologicus qui stipule que la rationalité dépend des caractéristiques sociales de l acteur, notamment les valeurs auxquelles il adhère. La notion s oppose à celle de l homo oeconomicus (individu rationnel, libéré des contraintes sociales et qui n agit que selon le principe de la maximisation du profit). Actuellement, les positions entre les économistes et les sociologues/ anthropologues ne sont plus aussi tranchées. Ainsi, les sociologues admettent que l individu dans son comportement dispose d une marge de manœuvre susceptible d aboutir à des choix qui ne sont pas toujours conformes à ceux prescrits par son appartenance (classe, société, etc.). Par conséquent, l individu n est plus considéré comme un simple support social ou un idiot culturel (Durkheim, Bourdieu) mais il est considéré comme un acteur capable d initiatives. Les économistes quant à eux reconnaissent le caractère limité de la rationalité dans la mesure où elle est toujours affectée par la nature, la quantité et de la qualité des informations dont dispose l acteur. D autre part, ils postulent dorénavant qu entre les moyens disponibles et les fins visées, il peut exister des incertitudes objectives dont la gestion dépend fortement des caractéristiques sociales de l acteur. Exceptionnellement, certaines situations d incertitude peuvent imposer un type de choix à tous les acteurs. C est seulement dans ces inconstances que le modèle de l homo oeconomicus (qui suppose des individus interchangeables parce que guidés par une rationalité identique) est pertinent. En définitive, l économie moderne considère que «le comportement rationnel est le choix par l individu de l action qu il préfère parmi toutes celles qu il a la possibilité d accomplir, en bref comme un choix conforme à des préférences». (Bondon et Bourricaud, 1992 : 479). C est une définition qui relativise les prétentions généralistes de l homo oeconomicus car il n existe pas une rationalité pure, elle est toujours relative et dépend de la situation qui impose souvent aux acteurs une certaine prudence (par exemple le comportement des acteurs face à l innovation, «l attentisme» des paysans face à l introduction des nouvelles variétés, notamment les variétés à haut rendement). Enfin, la rationalité ne peut être appréhendée qu à partir du point de vue des acteurs, donc en se référant à leur système de valeurs. 3. Les besoins 3.1 Définition et types de besoins Dans son acception générale, le besoin exprime un sentiment ou une sensation de manque, de privation ou d insatisfaction que l individu va s efforcer de satisfaire grâce à des biens et services. On distingue généralement deux types de besoins, les besoins primaires considérés comme des besoins vitaux (alimentaires par exemple) 9

10 et les besoins secondaires qu on peut considérer comme superflus, c'est-à-dire ni «naturels» ni «nécessaires». Arriver à satisfaire ses besoins (même les plus vitaux) aisément, c'est-à-dire comme on veut et quand on veut, renvoie à un état d abondance. C est une situation extrêmement exceptionnelle car ce qui caractérise le besoin, c est la notion de rareté. L une des questions fondamentales que l on se pose concerne la cause de cette rareté. Est elle liée à l égoïsme de la nature ou au contraire à la cupidité des Hommes? 3.2 Le caractère social du besoin Ce qui caractérise le besoin humain, même les plus vitaux, naturels et nécessaires comme par exemple le besoin alimentaire ou le besoin sexuel, c est qu il n est pas limité à son contenu biologique mais comporte une dimension sociale qui le différencie du besoin animal. En d autres termes le besoin est socialement défini. Ainsi par exemple, si pour le besoin alimentaire, la distinction nutritive/ non nutritive passe pour être fondée sur les qualités physico-chimiques des choses, par contre la distinction à l intérieur du nutritif du mangeable/ non mangeable varie d une société à l autre. Le non mangeable n est pas lié à la comestibilité des aliments. Il en est de même du besoin sexuel : la prohibition de l inceste n existe pas chez les animaux, même chez les proches de l homme (chimpanzés); cela signifie que la prohibition de l inceste n est pas biologiquement fondée, elle est une construction sociale; c est ce caractère qui fait qu elle varie d une société à l autre. Ainsi dans certaines sociétés les cousines sont considérées comme des sœurs et sont par conséquent sexuellement interdites alors que dans d autres sociétés, les mêmes cousines sont des conjointes préférentielles. Pourtant le degré de consanguinité ne varie pas d un cas à l autre. Ces exemples montrent que le besoin est socialement défini et par conséquent «c est le besoin social, c'est-à-dire tel qu il est interprété par les valeurs sociales et culturelles du moment qui crée la rareté sociale et non l inverse» (Kilani, 1992 : 158); il n y a pas de rareté de chenilles chitoumou chez les Moosé ou chez les Peuls. Par conséquent l abondance et la rareté dépendent des sociétés. Sahlins dans son livre, âge d abondance, l économie des sociétés primitives (1976), montre que l on peut obtenir l abondance par la limitation des besoins. 10

11 L «abondance» sans surplus : les sociétés des chasseurs - cueilleurs «Il y a deux voies possibles qui procurent l abondance. On peut «aisément satisfaire» des besoins en produisant beaucoup ou bien en désirant peu. La conception qui nous est familière, celle de Galbraith, est fondée sur des hypothèses plus particulièrement adaptées à l économie de marché : les besoins de l homme sont immenses, voire infinis, alors que ses moyens sont quoique perfectibles; on peut réduire l écart entre fins et moyens par la productivité industrielle, au moins jusqu à ce que les «besoins urgents» soient pleinement satisfaits. Mais il y a aussi une voie «zen» qui mène à l abondance à partir de principes quelque peu différents des nôtres : les besoins matériels de l homme sont finis et peu nombreux et les moyens techniques invariables, bien que pour l essentiel, appropriés à ces besoins. ( ) Ignorant cette obsession de la rareté qui caractérise les économies de marché, les économies de chasse et de cueillette peuvent miser systématiquement sur l abondance. ( ) C est nous et nous seuls qui avons été condamnés aux travaux forcés à perpétuité. La rareté est la sentence portée par notre économie et c est aussi l axiome de notre économie politique : la mise en œuvre de moyens rares pour la réalisation de fins sélectives en vue de procurer la plus grande satisfaction possible dans les circonstances données. ( ) la rareté n est pas une propriété intrinsèque des moyens techniques. Elle naît des rapports entre moyens et fins. ( ) Les peuples les plus primitifs du monde ont peu de biens mais ils ne sont pas pauvres. Car la pauvreté ne consiste pas en une faible quantité de biens, ni simplement en une relation entre moyens et fins. C est avant tout une relation d homme à homme, un statut social» Extrait de Marshall Sahlins, Age de pierre, âge d abondance. L économie des sociétés primitives. Gallimard, Paris, 1976 (première édition, 1972), page En définitive chaque société définit ses besoins et leur seuil, et le besoin ainsi socialisé définit la rareté ou l abondance. Ces analyses ne s appliquent pas uniquement aux sociétés dites archaïques; elles s appliquent aux sociétés contemporaines, y compris les sociétés industrialisées. Ainsi par exemple, la publicité est utilisée pour créer, susciter et conditionner des besoins afin de maintenir une certaine cadence de production. Certains de ces besoins ne correspondent à aucune nécessité biologique (par exemple les glaces ou les boissons aromatisées ou alcoolisées) mais l effet de la publicité et l habitude de consommation finissent par en faire un besoin dont le manque est fortement ressenti. C est également le même processus qui est en œuvre dans la production de la rareté. Ainsi certains biens très recherchés n ont pour fonction que d exprimer ou de rendre visible un statut social. 11

12 On peut retenir que les besoins humains ne sont ni objectifs, ni artificiels mais correspondent à des habitudes construites progressivement et qu enfin c est de cette construction que découlent la rareté et l abondance. 12

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Chapitre 2 L économie et l échange

Chapitre 2 L économie et l échange Chapitre 2 L économie et l échange Pourquoi vivre en société? Plan du chapitre Spécialisation : quels sont les causes de la «division du travail»? Apprentissage : l intérêt dynamique de la spécialisation

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL La fidélité des clients dans le milieu bancaire par Carine DUMINIL Résumé... La banque a longtemps été un organisme financier qui se contentait de créer des produits de plus en plus performants ; elle

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Financement agricole Canada Code de déontologie de FAC. Code de déontologie

Financement agricole Canada Code de déontologie de FAC. Code de déontologie Code de déontologie Vue d ensemble Principes fondamentaux Condition d embauche Conduite représentative de la société Utilisation des biens de la société Cadeaux, prix, divertissements ou articles d accueil

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

Les notions d agent et d acteur en sociologie

Les notions d agent et d acteur en sociologie Les notions d agent et d acteur en sociologie Il nous était demandé d apporter quelques éléments sur la façon dont les sociologues utilisent les notions d agent et d acteur, et plus particulièrement sur

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Rémunération des propriétaires dirigeants Première partie

Rémunération des propriétaires dirigeants Première partie Introduction Problèmes liés à la planification fiscale des propriétaires dirigeants Formes de rémunération des propriétaires dirigeants Salaires, primes et honoraires de gestion Rémunération des propriétaires

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

«Construction de l identité sexuée de l enfant»

«Construction de l identité sexuée de l enfant» Transcription d extraits de la vidéo de la conférence de Véronique Rouyer, maître de conférences en psychologie du développement de l enfant et de la famille, UFR Psychologie, université de Toulouse. Site

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Les contrats : leur origine et leur type - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Plan du cours Philosophie individualiste & libéralisme économique vs Code civile et théorie de l

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Gérer les rapports de pouvoir

Gérer les rapports de pouvoir Gérer les rapports de pouvoir Marc Thiébaud Novembre 1995 L'analyse des relations de pouvoir est importante à deux titres au moins: a) Pour développer la coopération que peuvent avoir les autres entre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Insolvabilité et faillite : Quoi faire???

Insolvabilité et faillite : Quoi faire??? Insolvabilité et faillite : Quoi faire??? Face aux coupures de salaires et d emplois, face à la récession économique, des milliers de consommateurs et de commerçants sont aux prises avec l insolvabilité

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Traité de sociologie du travail

Traité de sociologie du travail Traité de sociologie du travail Georges Friedmann, Pierre Naville pp.11-25 + 44-47 Qu est ce que le travail Le travail est considéré comme un trait spécifique de l espèce humaine. Il est ainsi un dénominateur

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE Mathématiques financières A1. Résoudre des problèmes comportant des intérêts composés dans la prise de décisions financières. [C, L, RP, T, V] Résultat d apprentissage

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale À la lumière des chiffres astronomiques faisant état du niveau de consommation et des problèmes de surendettement qui en découlent, nous mettons généralement l accent sur les dangers d une telle situation

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail