Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005"

Transcription

1 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention, les principes de traçabilité et d hémovigilance. Prescrire une transfusion des dérivés du sang. Appliquer les mesures immédiates en cas de transfusion mal tolérée. 1. Points forts La sécurité transfusionnelle se définie comme l ensemble des moyens visant à réduire ou éliminer les risques immunologiques et infectieux liés aux transfusions de produits sanguins. Les risques infectieux comprennent les risques viraux, bactériens et émergents ou hypothétiques dont la prévention repose sur des critères stricts de sélection médicale et biologique des donneurs, de préparation et conservation des produits. Le principal risque immunologique est le risque hémolytique qui est lié au caractère immunogène des groupes sanguins érythrocytaire représentant un obstacle à la transfusion incompatible dont la prévention repose sur l adéquation des caractéristiques immunologiques des produits avec celles du patient. Malgré la mise en place de moyens de prévention des incidents ou accidents surviennent ; on parle de risque résiduel. La sécurité transfusionnelle concerne donc l ensemble du processus transfusionnel allant du donneur au receveur imposant la connaissance et la mise en œuvre des points forts suivants tout au long de cette chaîne : Enoncer les conditions du don de sang et les causes d exclusion. Connaître les caractéristiques des différents produits sanguins labiles et médicaments dérivés du sang. Connaître les principaux systèmes de groupes sanguins et leurs implications dans les règles de compatibilité immunologique des différents produits sanguins labiles. Indiquer, prescrire, mettre en place et suivre une transfusion de concentré de globules rouges, de plaquettes et de plasma. Connaître les étapes pré, per et post transfusionnelles nécessaires à la sécurité de l acte transfusionnel. Connaître les principaux accidents liés aux transfusions sanguines et leurs moyens de prévention. Connaître la conduite à tenir en urgence en cas de transfusion mal tolérée. 1

2 2. Connaître les groupes sanguins érythrocytaires utiles en transfusion sanguine et responsables d alloimmunisation foetomaternelle Les groupes sanguins jouent un rôle important à cause des anticorps qu ils provoquent et qui sont à l origine d accidents transfusionnels ou accidents d alloimmunisation foeto maternelle Le groupe ABO Il est le plus important car tout sujet possède naturellement dans son sérum des anticorps dirigés contre les antigènes A ou B qu'il n a pas. Ce sont des anticorps naturels réguliers. Les antigènes courants : A, B, H. Les 4 phénotypes : A. B. O. AB Fréquence des phénotypes en Europe : A= 45%. 0=43%, B= 9%, AB= 3% Les génotypes A Correspond à AA ou AO B correspond à BB ou BO correspond à OO (Substance de base) AB correspond à A. B, Les anticorps Les sujets A ont un anti B Les sujets B ont un anti A Les sujets O ont un anti A et un anti B Les sujets AB n ont pas d anticorps naturels Le système Rhésus Le plus important après ABO car ses antigènes sont immunogènes. Les 5 Ag classiques sont dans l ordre d immunogénicité : D,E,c,e, C. Ces Ag dépendent de 2 locus étroitement liés qui codent respectivement l un l Ag D l autre les 2 systèmes allèliques Cc. Ee Le groupe rhésus standard Il comporte 2 phénotypes définis par la présence ou l absence de l Ag D Présence de D correspond à Rh + Absence de D correspond à Rh - Les sujets Rh négatifs sont dits d bien que cet Ag n existe pas puisque l absence de D correspond à une délétion du gène Les antigènes Les antigènes C c d une part et E e d autre part sont allèlique 2

3 Les gènes Faculté de Médecine de Marseille Les gènes du système rhésus sont en déséquilibre de liaison,. les 3 haplotypes les plus fréquents sont : DCe(41%). dce (39%). DcE( 13%) Sur une carte de groupe sanguins Le phénotype rhésus est indiqué de la façon suivante : Groupe standard Rh + ou Phénotype D+ /-.C +/-. c+/--. E+/-, e+/- Ainsi les phénotypes suivants peuvent s interpréter : D-, C-, c+, E-, e+ = Rh-dce/dce homozygote D+, C+, c+, E-, e+ = Rh+ DCe/dce (le + probable) D+, C+, c-, E-,e+ = Rh+ DCe/Dce (id) D+, C+, c+, E+, e+ = Rh+ DCe/DcE (id) etc Les anticorps Il n y a pas anticorps anti rhésus naturels tous sont des anticorps irréguliers secondaires à une grossesse incompatible (ou à une transfusion incompatible) l antigène D est très immunogène et il doit toujours être respecté lors d une transfusion d érythrocytes. On respecte l ensemble des antigènes du système rhésus lorsque l on transfuse du sang phénotypé compatible Le système KeII 2 antigènes K. k. Seul K est très immunogène. Les anticorps anti K sont des anticorps immuns irréguliers. 90% des individus sont kk 10% sont K. On évite l immunisation anti K en transfusant du sang phénotype compatible Le Système Duffv 2 Ag : Fya et Fyb les phénotvpes Fya+ (15%). Fyb+ (37%). Fya+b+ (48%). Les anticorps anti Fy sont des anticorps irréguliers que l on doit dépister ou prévenir chez les polytransfusés. 65% de noirs sont Fya-b- mais ils ne s immunisent pas Le système Kidd 2 Ag : Jka et Jkb les phénotypes Jka-4- (28%). Jkb+ (22%). Jka+b+ (50%). Les anticorps anti Jk sont des anticorps irréguliers que l on doit dépister ou prévenir chez les polytransfusés Le système MNSs 4 Ag allèliques 2 à 2 : MN et Ss Hap1otypes MS, Ms. NS. Ns Rares anticorps irréguliers alloimmuns anti S dangereux 3

4 Rares anticorps naturels anti N ou anti M peu dangereux Le système P Complexe Ag P. PI. P2. Pk, p Les sujets P2 ont souvent un anti P1 naturel peu dangereux, les sujets Pk ou p peuvent avoir des anticorps dangereux naturels respectivement anti P. et anti Tja (P. P1. Pk) Le système Lewis Complexe : des anticorps anti Le naturels irréguliers peuvent exister ils sont sans danger si ils ne réagissent qu à froid. 3. Enoncer les conditions du don du sang et les causes d exclusion On distingue : 3.1. Les modalités du don du sang Le don de sang total Il sera ensuite séparé en ses différents éléments GR. Plaquettes, plasma : Avantages du don de sang total Simplicité Rapidité durée du prélèvement <à 10 mn Adaptabilité à la collecte mobile Inconvénients Nécessité des manipulations ultérieures pour séparer les différents éléments. Prélève des éléments en excès Le don de sang par aphérèse Il ne prélève que l élément recherché : Avantages de l aphérèse Prélèvement sélectif Permet d obtenir des quantités plus importantes de l élément désiré Inconvénients Plus complexe Immobilisation plus longue 1h ou plus Réservé à la collecte en site fixe. 4

5 3.2. Les différents types de don Homologue Autologue Homologue dirigé 3.3. Les conditions du don Cadre éthique du don anonyme : le donneur et receveur ne doivent pas pouvoir s identifier bénévole aucune rétribution ou gratification volontaire le don est consenti librement Cadre réglementaire don de sang total âge : 18-65ans (on ne peut commencer à donner après 60 ans) rythme : 5 par an pour les hommes. 3 par an pour les femmes et les hommes > 60 ans espacement : minimum 56 jours Volume : pas plus de 8ml/Kg (pas < à 400ml) don de sang par aphérèse Cellules (plaquettes) Bilan et consentement écrit âge 18-60ans rythme 5 par ans espacement minimum 56 jours Plasma âge ans rythme o pas plus de 600rn1/prélèvement o pas plus de 2 L /mois o pas plus de 12L / an espacement minimum 14 jours 3.4. Examen médical pré-don Recherche les contre indications pour le donneur Recherche les contre indications pour le receveur Recherche les facteurs de risques chez le donneur 3.5. Principales causes d exclusion et contre indications Toute maladie au moment du don. Maladies au long cours. Antécédent de transfusion sanguine. 5

6 Episodes infectieux récents ou en cours. Traitement allergisant ou susceptible de comporter un risque pour le receveur. Traitement tératogène. Traitement pour une maladie qui constitue elle même une contre indication soins dentaires depuis moins de 8 joursantécédent d hépatite virale ou sujet contact Voyage en pays d endémie palustre depuis moins de 4 mois Allergies graves Antécédents de MST Rapport non protégé avec un nouveau partenaire sexuel depuis moins de six mois Rapport avec un partenaire à risque de MST. SIDA. Hépatite, prostituée. toxicomane IV. Comportement à risque (Toxicomanie IV). homosexualité ou bisexualité avec partenaires multiples ou à risque. Séjour en Angleterre pour une durée en total cumulé de plus de 6 mois entre 1980 et Ces contre indications visent l ensemble des dons de sang, des contre indications spécifiques peuvent exister par exemple la prise d un antiagrégant plaquettaire (aspirine) contre indique le don de plaquettes pendant une semaine. Par ailleurs ces contres indications visent à protéger le receveur. La protection du donneur vise à exclure tous les donneurs ayant une affection aiguë ou une maladie chronique. En règle toutes les affections chroniques constituent une contre indication au don du sang. Hypertension artérielle Maladie coronarienne Diabète et endocrinopathies Epilepsie et affections neuropsychiatriques Cancer (même guéri car la causalité en est inconnue) Anémies et maladies hématologiques Grossesse jusqu à 6 mois après l accouchement. Sujet sous tutelle. 4. Connaître les produits sanguins labiles et médicaments dérivés du sang utilisés en thérapeutique 4.1. Les produits sanguins labiles (PSL) Ils sont obtenus par séparation primaire des éléments du sang Concentrés de globules rouges Concentrés de globules rouges adulte déleucocytés de busc. Contient au moins 40g d hémoglobine, sous un volume d environ 250ml avec anticoagulant et solution de conservation, se conserve 42 jours entre 2 et 8 0 C, contient <10.6 leucocytes résiduels. 6

7 Concentrés de globules rouges adulte déleucocytés avec qualificatifs les concentrés globulaires phénotypés o Groupage déterminé pour 5 antigènes en plus des groupes ABO et Rh D, en général Rh C, c, E, e et Kell. les concentrés globulaires compatibilisés : Réaction de Cross match effectuée entre le sérum du receveur et les hématies de la poche. les concentrés CMV négatifs : Absence de séropositivité CMV chez le donneur Concentrés de globules rouges adulte déleucocytés transformés les concentrés globulaires déplasmatisés : 3 à 6 lavages en solution physiologique. les concentrés globulaires irradiés : élimination de toute possibilité de division cellulaire par irradiation à 25 Grays les concentrés globulaires congelés : conservation à 0< I 30 0 C sur des durées >10 ans Concentrés de plaquettes Concentrés de plaquettes standards déleucocytés Mélange au maximum de 12 unités de plaquettes issues du sang total. Contient environ plaquettes par unité mélangée, moins de 10 6 leucocytes résiduels. Se conserve 5 j à 22 0 C après le prélèvement si le circuit est clos et 6h si il a été ouvert Concentrés de plaquettes d aphérèse déleucocytés Contient >1,5 X plaquettes, <10. 6 leucocytes résiduels, se conserve 5 jours à 22 0 C Les C P peuvent avoir des qualificatifs ou être transformés Plasmas thérapeutiques Plasma viro-inactivé par procédés physicochimiques Plasma Sécurisé par quarantaine de 120J le donneur ayant à ce terme des tests sérologiques négatifs Les deux préparations se présentent sous forme d unités de 200 à 600 ml. Conservation congelée à 0 <à C pendant 1 an après le prélèvement Caractéristiques communes Chaque unité thérapeutique est issue d un don. Risque résiduel faible de transmission de maladies infectieuses Conservation limitée de quelques jours à 1 an. Règles strictes de conservation. de transports et d utilisation. Règles de compatibilité immunologique. 7

8 4.2. Les produits sanguins stables sont dérivés de pools de plasma par fractionnement physicochimique Fractions coagulantes Facteur VIII antihémophilique A Facteur IX antihémophilique B Facteur Willebrand Fibrinogène Concentré de complexe prothrombique (PPSB) Facteur VII Facteur XI Facteur XIII Facteur VII activé Immunoglobulines humaines 1. Immunoglobulines intraveineuses polyvalentes 2. Immunoglobulines intraveineuses spécifiques Anti D.Anti-HBs 3.Immunoglobulines intramusculaires spécifiques.anti HBs Anti tétaniques Anti rabiques Albumine Albumine humaine à 4% Iso-oncotique Albumine humaine à 20% Hyper-oncotique Anti-proteases α1-anti-trypsine Anti-thrombine III Inhibiteur de la Cl estérase Protéine C Colle de fibrine Colles biologiques Caractéristiques communes Conservation longue de 1 à 5 ans dans des conditions standard Absence de compatibilité immunologique. Chaque unité est issue d un pool de plasmas. lnactivation virale en cours de fabrication. Risque viral résiduel quasiment nul. Risque potentiel lié au volume et poolage. 8

9 5. Indications des transfusions de produits sanguins labiles 5.1. Transfusion globulaire Indication Elle repose sur nature de l anémie : Centrale ou périphérique, Isolée ou associée à un déficit volémique (hémorragie). Rapidité d installation, évolution. Le taux d hémoglobine limite 7g/dl à moduler selon : o Tolérance clinique cardio-neurologique. o Traitement étiologique (possibilités?) o Le rapport risque/efficacité transfusion Préparation de la transfusion Informations et accord du malade* Groupe valide et RAI (règle des 3 jours) Sérologies pré transfusionnelles, VIH, VHB, VHC (accord du malade*) Prescription Nom du prescripteur* produit de base : Concentré de Globules Rouges (CGR) déleucocyté, phénotypé si femme avant ménopause, transfusions itératives, greffe, Compatibilisé si polytransfusé, RAI+. CMV- si sujet immunodéprimé CMV- Irradié si déficit immunitaire sévère ou immaturité immunitaire. Quantité (1 CGR 45g d hb, hb env 1,2 g/dl pour 70 Kg) Pose et surveillance Nom du transfuseur* Délai de moins de 6h après cession* Identification poche/receveur, groupe, Épreuve ultime au lit du malade*. Surveillance pouls, TA, θ, urines. Rythme selon tolérance 1h30 par unité, plus rapide si hémorragie> 20% de la volémie. Arrêt si π TA, frissons, θ douleurs lombaires, urines colorées examens immuno hémato+/-- bactério Suivi post transfusionnel court terme : hémolyse retardée? Long terme, à la sortie : o Information et remise d un document précisant la date, le type, le nombre d unités reçues et les circonstances*. o Prescription * bilan post transfusionnel :3, 4 mois RAI, anti VIH, VHC, anti Hbc ** AgHBs **, ALAT. 9

10 5.2. Transfusion plaquettaire Indications Traitement préventif des hémorragies Au cours des thrombopénies centrales seuil 20 X 109 plaquettes/i à moduler en fonction des facteurs de risque. A l occasion d un geste invasif si chiffre de plaquettes est < 50 X 10 9/ Traitement curatif des hémorragies Au cours d une thrombopénie centrale ou périphérique (prudence si CIVD). Au cours d une thrombopathie Préparation de la transfusion Information et accord du malade*. Examens et sérologies pré transfusions Prescription Nom du prescripteur* Produit de base Concentré Plaquettaire standard ou d aphérèse. CMV Irradié Id CGR Quantité o A titre curatif I à 2 fois P1 /10kg de poids à renouveler si besoin selon résultats. o A titre préventif même dose 2 à 3 fois par semaines selon récupération Pose et surveillance Nom du transfuseur*. Délai de moins de 6h après cession * Identification poche/receveur. Surveillance pouls, TA, θ. Arrêt si π, TA, frissons, θ, examens mmmuno +/- bactério Si mauvais rendement. rechercher alloimmunisation ou autres causes d état réfractaire, envisager, selon résultats. plaquettes compatibles HLA et/ou HPA Suivi post transfusionnel A la sortie : Information et remise d un document précisant la date, le type, le nombre d unités reçues et les circonstances*. Prescription* bilan post transfusionnel 3, 4 mois anti VIH, VHC HBc **, AgHBs**, ALAT. (RAI si transfusion CGR associée). (* : obligations légales engageant la responsabilité médicale -** : souhaitable) 10

11 5.3. Transfusion de plasma Faculté de Médecine de Marseille Indications selon arrêté ministériel du 03/12/91 Coagulopathies de consommation grave avec effondrement de tous les facteurs sanguins Hémorragies aiguës avec déficit global des facteurs de la coagulation Déficits complexes rares facteurs de la coagulation, lorsque les fractions coagulantes correspondantes ne sont pas disponibles On y ajoute L échange plasmatique dans le purpura thrombotique thrombopénique. Ne doit pas être utilisé comme liquide de substitution volémique Préparation de la transfusion information* et accord du malade, Examens et sérologies pré transfusions Prescription Nom du prescripteur* Indication inscrite sur I ordonnance o Produit de base : Plasma Frais Congelé (PFC) issus de don standard ou d aphérèse, viro-inactivé ou sécurisé. Unité de 200 à600 ml o Quantité : selon indication Pose et surveillance Nom du transfuseur*. Délai de moins de 6h après décongélation* Identification poche/receveur. Surveillance pouls, TA, θ. Arrêt si π, TA, frissons, θ, examens immuno +/- bactério Suivi post transfusionnel A la sortie Information et remise d un document précisant la date, le type, le nombre d unités reçues et les circonstances*. Prescription * bilan post transfusionnel : 3, 4 mois anti VIH, VHC, HBc **, AgHBs**, ALAT. (RAI si transfusion CGR associée). (* Obligations légales engageant la responsabilité médicale. - ** Souhaitable) 11

12 6. Savoir mettre en oeuvre une transfusion sanguine en respectant les règles de sécurité 6.1. Etape pré-transfusionnelle Lors d un examen médical précédant un geste invasif pouvant nécessiter une transfusion Définir l indication et les modalités de la transfusion Probabilité. Volume Rechercher antécédents notamment alloimmuns Envisager éventualité transfusion autologue lnformer* le patient sur l éventualité et les risques de la transfusion. Remettre un document informatif et recueillir l accord écrit du patient Examens pré transfusionnels Immunohématologiques : o Groupage sanguin valide. RAI* Sérologiques (accord du malade requis) Création du dossier transfusionnel 6.2. Etape transfusionnelle Prescription de la transfusion par médecin identifié comme médecin prescripteur 1. Contrôle du bilan pré transfusionnel examens pré transfusionnels et Information faits. 2. Ordonnance nominative* comportant : Identification du malade Identification du service demandeur Identification du médecin prescripteur Niveau de compatibilité requise selon diagnostic. Terrain ; ATCD et les résultats de la RAI Nature et nombre des produits demandés Date et heure de la prescription Date et heure prévue de la transfusion 3. Document de groupage sanguin valide avec résultats de RAI de moins de 72h* 4. Mise à jour du dossier transfusionnel Vérifications à réception des PSL 1. Conditions de transport Heure de cession, heure d arrivée, température du transport 2. Concordance des produits délivrés Prescription Fiche de distribution nominative 12

13 Groupe CGR Document de groupe sanguin malade: Conservation et utilisation des produits délivrés selon des règles impératives CGR entre 2 et 5 0 C. dans les 6 heures suivant la distribution* Pose de la transfusion Par une IDE ou un médecin de toutes façons sous la responsabilité d un médecin identifié comme médecin transfuseur qui doit être immédiatement disponible sur place* Contrôles au lit du malade Identité, groupe sanguin malade Identification produit, groupe sanguin produit Compatibilité des deux Contrôle compatibilité (ABO) ultime * Validité du dispositif de contrôle Prélèvement capillaire du patient Poche de sang sur potence de perfusion Vérification des concordances Mise en œuvre de la perfusion Tubulure appropriée et changée à chaque PSL Voie veineuse appropriée Débit selon prescription (I poche 1h30) Noter heure de début et de fin Surveillance de la transfusion Présence infirmière au lit du malade pendant au moins les 10 premières minutes Prise régulière des paramètres de surveillance toutes les 30 minutes (Pouls. TA. θ) ou en cas de symptôme inattendu. Dépistage incident ou accident o Réaction fébrile, hémolytique, surcharge avoir procédure d incident ou accident o Fiche d Incident transfusionnel (FIT)* 6.3. Etape post-transfusionnelle Suivi post transfusionnel Surveillance accident différé hémolytique, ou infectieux fièvre, ictère, urines foncées. Recherche alloimmunisation (RAI. anti HLA) Surveillance iatrogénie à long terme surcharge ferrique, maladie infectieuse transmissible. Pour chaque accident ou incident remplir une FIT même si l imputabilité est incertaine 13

14 Sortie du malade Information orale et écrite du malade Document écrit sur les PS reçus Prescription post transfusionnelle* Examens post transfusionnels Immuno hématologie et Sérologies, 4 mois après transfusion : RAI. Anti VIH, Anti VHC. Ag HBs **. Ac anti HBc**, Transaminases Mise à jour des dossiers transfusionnels et d hémovigilance en fonction des résultats Cas particuliers Urgences les étapes I et II seront confondues Urgences vitales selon le degré d urgence on pourra être conduit à transfuser sans résultat de RAI ou de groupage, dans ce dernier cas on utilisera du sang O Rhésus négatif. Ces attitudes non exemptes de risques immunologiques doivent être réservées aux cas extrêmes. (* obligatoire légalement, ** non obligatoire légalement) 7. Énoncer les gestes qui s imposent avant la mise en oeuvre de toute transfusion 7.1. Préparer la transfusion Transfusion prévisible, programmable, Connaissance de la date et du volume (Transfusion Autologue Programmée (TAP) envisageable?) Examen clinique médical précédant un geste invasif pouvant nécessiter une transfusion. Définir l indication et les modalités de la transfusion : Probabilité. Volume (nombre d unités) Rechercher antécédents notamment alloimmuns : grossesse, transfusion, greffe. Envisager l éventualité d une TAP (doit être proposée lorsqu elle est possible). Informer* quand c est possible le patient ou son représentant légal sur : o L éventualité et la nature de la transfusion o Les risques transfusionnels avec remise d un document d information. o Les possibilités de la transfusion autologue. Recueillir l avis et l accord écrit du patient ou de son représentant légal 14

15 Prescrire ou vérifier examens biologiques pré transfusionnels Examens Immunohématologiques Document de groupage sanguin valides double détermination sur deux prélèvements distincts. Phénotypes Rhésus. Kell. Kidd. Duffy si nécessaire (transfusions itératives. greffe femme avant ménopause). Recherche d Anticorps Irrégulier* (RAI) qui devra être faite moins de 72 heures avant la transfusion. (Un anticorps irrégulier est un anticorps qui n existe habituellement pas, il est dit naturel lorsqu ii ne fait pas suite à une alloimmunisation, il est immun dans le cas contraire) VIH, VHC, VHB Sérologiques (accord du malade requis*) 7.2. Prescrire la transfusion Prescription de la transfusion par un médecin identifié comme le médecin prescripteur*. Vérifier la réalisation et les résultats du bilan prétransfusionnel Rédiger une ordonnance nominative comportant : o Identification du malade o Identification du service demandeur. o Identification du médecin prescripteur o Niveau de compatibilité requise selon diagnostic ; terrain. ATCD et résultats de RAI o Nature et nombre des produits demandés o Date et heure de la prescription o Date et heure prévue de la transfusion Joindre document de groupage sanguin valide avec résultats de RAI de moins de 72h* 7.3. Délivrer les produits sanguins (ETS) selon : Ordonnance Résultats des examens immuno-hématologiques : RAI Cross match Niveau de compatibilité requis o Joindre fiche de distribution nominative o Indiquer heure de distribution o Maîtriser le transport Réaliser la transfusion Vérifications à réception des produits sanguins : Conformité : des conditions de transport, Température du transport, délais, noter heure d arrivée. Concordance des produits délivrés o Poche de sang, fiche de distribution nominative avec la prescription et le document de groupe sanguin du malade. 15

16 Conservation et utilisation des produits délivrés elon des règles précises CGR conservés entre 2 et 8 0 C, utilisés dans les 6 heures suivant distribution Pose de la transfusion Par une IDE ou un médecin. de toutes façons sous la responsabilité d un médecin identifié comme médecin transfuseur qui doit pouvoir être immédiatement sur place Contrôles au lit du malade Concordance dut groupe sanguin du malade avec le groupe sanguin du produit Contrôle ultime de la compatibilité (ABO)* Prélèvement capillaire du patient 1ere goutte de la poche de sang en place sur la potence de perfusion Vérification des concordances de réactivité les globules rouges à transfuser ne doivent pas être agglutinés par un antisérum n agglutinant pas les globules rouges du receveur Mise en œuvre de la perfusion par une tubulure appropriée Réservée et changée à chaque PSL. La voie veineuse doit permettre un débit suffisant Cas particuliers Urgences et Urgences vitales : selon le degré d urgence on pourra être conduit à transfuser sans l ensemble des mesures préparatoires sans résultat de RAI ou de groupage. dans ce dernier cas on utilisera du sang O Rhésus négatif. Ces attitudes non exemptes de risques immunologiques doivent être réservées aux cas extrêmes. 8. Enoncer les principaux accidents de la transfusion sanguine 8.1. Accidents immunologiques Accidents immunologiques hémolytiques immédiats Etiologies Erreur ABO Anticorps dangereux chez le donneur Anticorps irrégulier chez le receveur Naturel o Immun o Anticorps maternels transmis à un nouveau né Erreur d étiquetage o De la poche o Du tube pilote Diagnostic étiologique 16

17 o Du produit o Du tube malade Erreur de transcription d identifiant ou de résultats o Poche (mais informatisation des circuits) o Tube Erreur de lecture d étiquettes Erreur d identification du malade Procédure de compatibilité pré-transfusionnelle non suivie Présence dune agglutinine non détectée o Chez le donneur o Chez le receveur o Chez la mère d un enfant de moins de 3 mots Accidents hémolytiques retardés L accident hémolytique peut survenir après un certain délai après la transfusion et se manifester Soit par une déglobulisation rapide voire brutale. Soit par une déglobulisation progressive avec apparition d un ictère. Etiologie Présence chez le malade d un anticorps irrégulier en cours d apparition (réaction primaire) ou de réactivation. (réaction secondaire) Accidents immunologiques non hémolytiques Syndrome fébrile non hémolytique post transfusionnel (frisson hyperthermie) Insuffisance respiratoire aiguë post transfusionnelle Accidents allergiques et anaphylactique Etiologie immunisation anti érythrocytaire immunisation anti leucocytaire immunisation anti plaquettaire immunisation anti protéines plasmatiques (anti IgA) 8.2. Accidents non immunologiques Les accidents infectieux de la transfusion Le choc toxi-infectieux Étiologie Infection endogène du sang (provient du donneur) Infection exogène du sang (contamination lors du don. de la manipulation ou de la conservation du sang) 17

18 Virus hépatotropes o VHB o VHD o VHC o VHA (exceptionnel) Rétrovirus o VIH 1et 2 o HTLV I et Il Autres virus Faculté de Médecine de Marseille Les contaminations transfusionnelles Maladies virales Syphilis Maladies bactériennes Paludisme Trypasonomiases (cruzi) prouvée) Maladie de Creutzfeld-Jacob Encéphalite Spongiforme Bovine Maladies parasitaires Maladies dues à des Agents Transmissibles Non Conventionnels. ATNC (transmission par transfusion non Les accidents par surcharge de la transfusion Surcharge vasculaire o Hypervolémie par non adaptation du rythme de la transfusion aux capacités vasculo-rénales du patient Surcharge métabolique Hémochromatose post transfusionnelle Hypocalcémie par surcharge en citrate. 9. Énoncer les gestes urgents qui s imposent devant une transfusion mal tolérée 9.1. Les signes de mauvaise tolérance Les signes de mauvaise tolérance d une transfusion sont : Fièvre. frissons, agitation, sensation de chaleur douleurs osseuses, thoraciques ou lombaires tachycardie, hypotension, collapsus, plus rarement hypertension nausées et/ou vomissements dyspnée. pâleur. sensation de prurit ou urticaire 18

19 saignements. notamment aux points d injection hémoglobinurie Conduite à tenir en fonction de la cause présumée Accidents hémolytiques Arrêter la transfusion Mettre en œuvre la réanimation adaptée (garder la voie veineuse) Rechercher une erreur immédiatement évidente o Confusion de malade (erreur d identification) o Confusion de poche de sang (comparer groupe poche à groupe receveur) Dans ces deux cas l accident aurait du être prévenu par le contrôle ultime au lit du malade. Envoyer la poche au laboratoire d immunohématologie (via le laboratoire de bactériologie si il existe un doute sur une cause infectieuse). Envoyer le prélèvement pré transfusionnel au laboratoire d immunohématologie (Ceci n est possible que si l on à pris soin de prélever un tube pré transfusionnel) Envoyer un prélèvement post transfusionnel au laboratoire immunohématologie Mettre en œuvre la fiche de déclaration obligatoire et prévenir l hémovigilance Examens qui seront faits Examen direct Ensemencement Au laboratoire de bactériologie : Au laboratoire d immunohématologie : Regroupage et phénotype de la poche RAI de la poche Regroupage du malade (sur prélèvements pré et post transfusionnels) Phénotype complet du malade (Si possible sur échantillon pré transfusionnel) RAI malade Réaction de compatibilité croisée sérum du malade, globules rouges de la poche Test de Coombs direct sur le prélèvement post transfusionnel du malade Si les examens sont négatifs refaire mie RAI sur le receveur 10 jours plus tard Les conclusions Erreur de groupage poche ou malade o Cette erreur aurait due être prévenue par le double groupage du malade ou le contrôle de la poche Erreur d étiquetage (procédure d étiquetage non respectée) poche ou tube de groupage Présence d une agglutine non détectée Accidents anaphylactiques Arrêter la transfusion Mettre en œuvre la réanimation adaptée (garder la voie veineuse) 19

20 Envoyer un prélèvement au laboratoire d immunohématologie d immunologie Faculté de Médecine de Marseille Examens qui seront faits Recherche d immunisation anti erythrocytaire, anti leucocytaire, anti plaquettaire. anti protéines plasmatiques. (penser au déficit en IgA) Bilan allergologique Accidents infectieux Arrêter la transfusion Mettre en œuvre la réanimation adaptée (garder la voie veineuse) Envoyer la poche au laboratoire de bactériologie pour examen direct et culture. Cette poche sera ensuite transmise au laboratoire d immunohématologie faire les hémocultures comme pour une septicémie. Traiter l infection Réaction transfusionnelle fébrile non-hémolytique Arrêter la transfusion Faire bilan immunisation anti érvthrocvtaire. anti leucocytaire. anti plaqucttaire. anti protéines plasmatiques Syndrome de défaillance respiratoire aiguë post transfusionnelle. Arrêter la transfusion Faire bilan immunisation anti érythrocytaire, anti leucocytaire, anti plaquettaire, anti protéines plasmatiques Rechercher un alloanticorps chez le donneur Surcharge vasculaire Selon la gravité arrêter ou ralentir la transfusion. Réduire l hypervolémie (diurétique) Dans tous les cas mettre en oeuvre la fiche d incident transfusionnel qui est obligatoire et prévenir I hémovigilance+++ (*Transmission par transfusion sanguine possible) 20

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Complications de la transfusion

Complications de la transfusion Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES CATALOGUE DES FORMATIONS Formation continue Formation universitaire Développement Professionnel

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG GUIDE DU DONNEUR Protection santé SERVICE DU SANG Introduction 2 Pourquoi donner un peu de Sang? Avant toute chose, les dons de sang, de plasma ou de plaquettes contribuent à sauver des vies humaines.

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE Coordination Régionale d Hémovigilance Docteur Mahdi TAZEROUT Madame Yolande GALINIER Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales Midi-Pyrénées

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Transfusion sanguine : débats d actualité 2008

Transfusion sanguine : débats d actualité 2008 Revue Hématologie 2008 ; 14 (1) : 65-89 Transfusion sanguine : débats d actualité 2008 Blood transfusion : current debates Georges Andreu 1 Jean-Michel Boiron 2 Olivier Garraud 3 Jean-Jacques Lefrère 4

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juin 2003 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1. LES DIFFÉRENTS PRODUITS PLAQUETTAIRES

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux?

Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux? Dossier de Presse 10 avril 2008 Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux? Contacts Presse - EFS : Jean-Marc Ouazan - 01 55 93 96 23 - The Desk : Laurence de la Touche

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Journée inter-smur 35 Dr S. MULON 17/04/2014 Hémorragie : l hémorragie est définie par l effusion d une quantité plus ou moins considérable de sang hors d un vaisseau

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

La filière du sang en France

La filière du sang en France La filière du sang en France RAPPORT Établi par Olivier VÉRAN, Député de l Isère avec l appui de Abdelkrim KIOUR Inspecteur des affaires sociales Claude SARDAIS Inspecteur général des finances Mission

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

TRANSFUSION DE PLASMA THÉRAPEUTIQUE : PRODUITS, INDICATIONS ACTUALISATION 2012 ARGUMENTAIRE

TRANSFUSION DE PLASMA THÉRAPEUTIQUE : PRODUITS, INDICATIONS ACTUALISATION 2012 ARGUMENTAIRE TRANSFUSION DE PLASMA THÉRAPEUTIQUE : PRODUITS, INDICATIONS ACTUALISATION 2012 ARGUMENTAIRE Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr BENHAMOU

Plus en détail

Pourquoi transfuser des globules rouges à un fœtus ou un nouveau-né?

Pourquoi transfuser des globules rouges à un fœtus ou un nouveau-né? HémoVigilance n 18 Mars 29 Bulletin de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé t Éclairage Transfusion de concentrés de globules rouges chez le fœtus et le nouveau-né : quelles particularités

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Octobre 2012 Rédigés en collaboration avec SOMMAIRE PREAMBULE... 4 GLOSSAIRE ET ABRÉVIATIONS... 5 TRONC COMMUN... 14 Contrôle de la qualité... 15 Personnel...

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Module Biologie Humaine S5 Cours d Hématologie du Pr Nouzha Bouamoud TD2

Module Biologie Humaine S5 Cours d Hématologie du Pr Nouzha Bouamoud TD2 Module Biologie Humaine S5 Cours d Hématologie du Pr Nouzha Bouamoud TD2 Hémoglobinopathies Drépanocytose, Thalassémie Anomalies du nombre de cellules sanguines Augmentation du nombre de cellules Maladie

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Le plasma thérapeutique est appelé Plasma Frais Congelé

Le plasma thérapeutique est appelé Plasma Frais Congelé Le plasma thérapeutique est appelé Plasma Frais Congelé ou P.F.C.. Il s agit -en France- d un produit sanguin labile et non d un médicament, ce statut étant variable dans le monde selon les systèmes transfusionnels

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail