Rev. Dr. Jean A. RAVALITERA, Docteur en Théologie, Pasteur Synodal, Président de la FPMA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rev. Dr. Jean A. RAVALITERA, Docteur en Théologie, Pasteur Synodal, Président de la FPMA"

Transcription

1 1 Rev. Dr. Jean A. RAVALITERA, Docteur en Théologie, Pasteur Synodal, Président de la FPMA VERS UNE REPARTITION DES TACHES TENANT COMPTE DES DIFFERENTS DONS SPIRITUELS DANS L'EGLISE PROTESTANTE MALGACHE EN FRANCE (FPMA). QUELQUES REMARQUES PSYCHO-SOCIOLOGIQUES EN GUISE D'INTRODUCTION Nous assistons actuellement à un relatif mais constant déclin sur le plan numérique des chrétiens engagés dans les Églises en Europe en général et en France en particulier. Selon la constatation de D. Hervieu-Léger : «Partout où la modernité avance et, avec elle, la démocratie politique, le développement technologique, l'urbanisation, l'industrialisation, l'importance sociale de la religion diminue, et avec elle, la présence des institutions religieuses dans la vie publique» 1. Un récent documentaire télévisé sur la chaîne France 2 fait état de dizaine de millier de lieux de culte mis en vente actuellement en France. Le rétrécissement du champ religieux à l'intérieur du champs social est provoque, en partie, selon les remarques de S. Gambarotto :«par la préférence actuelle des Français (et des occidentaux en général) pour une expérience spirituelle individuelle et privée tout en restant plurielle dans ses modalités» 2. Des théologiens protestants contemporains prônent la constitution d'une sorte de «christianisme non - religieux», autrement dit un «christianisme laïque». Ces théologiens remarquent l'avancée irrémédiable d'un «christianisme para-ecclésiastique» favorisant une multitude de «chrétiens sans Église» 3. Mais un tel phénomène ne fait qu apparaître une spiritualité sans solidarité avec les autres croyants et les Églises établies. Ce rapport entre le christianisme et le monde profane, que je remarque d'ailleurs en réfléchissant sur le problématique que vous avez posé, serait dû, selon D. Hervieu-Léger, au fait que «La conscience individuelle est le lieu central et exclusif de l'expérience chrétienne. Dans ce mouvement, la théologie s'ajuste aux présupposés de la pensée sécularisée moderne» 4. Faut-il rappeler encore que la raison d'être de l'église chrétienne (je parle de l'église en général) est d'annoncer l'évangile. Mais comment faire? 1 HERVIEU-LEGER, Danièle, «Permanence et devenir du religieux dans les sociétés européennes», Autres Temps, juin 1993, p GAMBAROTTO, Sylvie, Pour une croissance de l Église locale. Démarches et enjeux, Lyon, Réveil Publications, 2001, p DELTEIL, Gérard, KELLER, Paul, L Église disséminée,pris, Cerf, 1995, p. 226, 231ss. 4 HERVIEU-LEGER, Danièle, CHAMPION, Françoise, Vers un renouveau du Christianisme?, Paris, Cerf, 1986, p. 272.

2 2 Cette «Mission» de l'église est surtout dans sa présence dans la proclamation de l'évangile et dans le diaconat, c est-à-dire dans les œuvres qui touchent directement les gens dans la vie de tous les jours. Mais l'église reconnaît qu'elle est démunie devant la complication des sociétés humaines dans lesquelles elle doit œuvrer. Devant l'évolution de nos sociétés, aucune église ne peut prétendre capable de travailler seule. Il nous faut considérer au moins deux points qui nécessitent une certaine pluralité sans mener vers la prépondérance des particularités dans la mission. La langue. Tout le monde est supposé parler français en vivant en France, mais la maîtrise de la langue française n'est pas évidente pour tous. Et nombreux sont ceux qui trouvent du mal à s'épanouir à cause de cette barrière de la langue. La culture. Il y a beaucoup à dire à ce sujet. Je me limite à remarquer que l'intégration ne peut jamais combler entièrement le fossé entre une culture d'adoption et une culture de naissance. Nul ne peut se développer complètement sans ses propres repères culturels. Mais il n'est pas facile de prendre des responsabilités. Nous avons une expression en malagasy qui dit : «Ory hava-manana», difficile à traduire correctement. La signification est que souvent vos amis n'apprécient pas votre réussite et que l'on cherche par tous les moyens à vous dresser des obstacles pour vous obliger à douter de vous-mêmes. Au lieu de vous encourager dans votre réussite, on s'acharne d'une façon ou d'une autre contre vous pour parvenir finalement à vous décourager. Je ne pense pas que ce soit un comportement typiquement de chez nous. J'ai appris les mêmes en côtoyant des amis venus d'afrique, d'asie, et même d'europe. Quelle est la source de ce comportement? Ma première réponse est qu'il y a une angoisse dissimulée. Pris dans «les rouages d une gigantesque mécanique qui tourne de plus en plus vite pour faire produire et consommer un homme qu'elle force à n'être plus humain» 5, selon les termes de J. Gastambide, la réaction de défense de certaines personnes est cette forme d'agressivité. Le temps nous manque pour approfondir cette allégation. Nous y reviendrons peut-être une autre fois. Ma deuxième réponse est qu'il y a un manque de maturation spirituelle. Et je pense que nous avons beaucoup dévié de la foi que Jésus veut nous faire vivre. À force de vouloir être trop rationnels et techniques, nous avons perdu «l'esprit d'enfance» nécessaire pour accueillir l'évangile en basculant dans un «infantilisme religieux» que nous nous forgeons nous-mêmes 6. Pourtant, l'évangile cherche à rendre l'homme reconnaissant et réceptif comme un enfant tout en étant, en tant qu'adulte, un être dont la conscience, éclairée par la Parole vivante, apprend à reconnaître ce qui est vrai, juste et bon, bon pour lui-même et pour les autres. J. Gastambide écrit encore: «Un monde incroyant ne perçoit la véritable nature de l'évangile que par la qualité de l'amour dont les chrétiens témoignent, par la simplicité avec laquelle ils expriment la vérité qui commande leur vie. Il s'agit toujours de rendre manifeste l'amour du Christ pour les hommes et sa vérité» 7. 5 GASTAMBIDE, Jean, Parisien et Protestant Pour quoi?, Paris, Les Bergers et les Mages, 1967, p J utilise là les termes de Jean ANSALDI, in Prier aujourd hui. De l infantile à l esprit d enfance, Valleraugue, Chemin de Villeméjane n 1, Op. cit., p. 92.

3 3 Je termine cette première partie introductive en vous citant cet extrait du message du Pasteur Jean-Arnold de Clermont, ancien Président de la Fédération Protestante de France, lors de l'ouverture de l'assemblée Générale de la FPF en 2007 à laquelle j'ai assisté. Il a dit : «On le sait, nous attachons la plus grande importance à une relation simplifiée et consolidée entre les associations cultuelles et les associations culturelles et sociales, nées de l'engagement de leurs membres et qu'elles comptent soutenir. Mais au-delà de cette question technique, c'est de la présence visible et constructive de nos Églises dans la société française qu'il est question. Nous l'avons dit plusieurs fois ; nous refusons la privatisation du religieux ; nous croyons que le défi de construire une société plus juste et plus humaine est tel que seul un débat public, ouvert à tous, permettra de définir les valeurs sur les quelles nous voulons construire notre avenir commun. Ce ne sont ni les replis identitaires, ni les exclusives qui permettront de répondre à ce défi. Nos Églises et Associations doivent en montrer la voie, et savoir s'associer à celles et ceux qui marchent dans cette même direction». La FPMA n'est pas comme un secte, ni comme une église dissidente de grandes Églises, parce qu'elle entretient des relations avec les Églises, non seulement en France, mais partout dans le monde dans le cadre des Associations d'églises dont elle fait partie (ANELF, FPF, KEK, LWF, WARC, CEVAA, COE). Toutefois, la tentation de paraître différentes des autres églises qui existent ici en France, à notre avis, la fait ressembler un peu à un oasis qui permet de se réfugier, face à la peur de l'inconnu. Elle est sécurisante parce qu on y rencontre et on y connaît quelque chose de «déjà vue». Et cela ne reste pas sans danger, surtout dans l'exercice de sa mission. Je vais parler aussi brièvement, si le temps me le permet, des faux témoignages et des faux appels que ses membres risquent de commettre. Depuis quelques années, la FPMA s'est dotée d'une «orientation théologique», développée dans des études suivies dans le cadre d'un «Projet d'église». Elle se veut être «Une Communion en mission pour la guérison et pour partager la vie en abondance». Pour conclure ce paragraphe sur les membres de la FPMA, nous allons faire une remarque à partir d'une comparaison avec ce qui se passe en Suisse, selon des enquêtes et analyses faites par des théologiens et sociologues. R.-J Campiche et ses collègues ont noté, proposant une typologie, quatre portraits permettant de repérer les attitudes à l'égard d'une institution ecclésiale. Ils ont écrit : «Le type du fidèle est membre de l'église pour l'amour de la cause commune. Pour l'église en tant qu'organisation normative, il incarne le type idéal du membre. Le type du fidèle/client ressent l'église comme une communauté de vie dans laquelle il partage avec d'autres des valeurs qui sont importantes pour lui ; d'un autre côté, il voit dans l'église une organisation dont les prestations sont assez intéressantes pour qu'il vaille la peine de ne pas renoncer à être membre. Le type de client groupe les membres dont la relation à l'église repose sur l'échange de prestation. Le membre nominal comprend le groupe de gens qui sont membres de l'église par tradition» 8. Ces quatre types de membres sont retrouvés dans la FPMA, cependant, il nous apparaît que ce sont surtout le deuxième et le dernier qui sont majoritaires et notre grand effort consiste à avoir plus de membres du type premier et du type second. 8 CAMPICHE, R.-J, Croire en Suisse (s), Lausanne, L Âge d Homme, 1992, p L enquête est menée, en , par une équipe composée de l auteur, de A. Dubach, C. Bovay, M. Kruegeller, P. Voli, sur la religion des Suisses.

4 4 Nous reconnaissons que l'église est humaine, et nous ne pouvons jamais prétendre à une perfection, cependant, les changements non négligeables remarqués ces dernières années nous donnent beaucoup d'espoir. Si la FPMA n'était pas encore une église en 1996, elle l'est devenue maintenant. Dans mon mémoire de maîtrise, j'ai relevé le système des valeurs véhicules du Christianisme à Madagascar : des valeurs sociales, entre autres la famille et le «fihavanana» notre valeur de référence ; des valeurs esthétiques comme la musique, entre autres la naissance du «Zafindraony», et la poésie ; des valeurs logiques dans lesquelles nous incluons le principe de raisonnement (exprimé dans la formule «manaraka ny onjany»), le principe d action qui suppose que le crédit accordé à une personne est en fonction de sa capacité de mettre en pratique ses dires et les vérités qu'elle a annoncées, la notion de vérité qui reste relative à un double point de vue : elle dépend des circonstances, et elle relève de l'approbation du groupe social', et cette vérité à dynamique social dans la logique culturelle malgache est exprimée dans le métaphore «Ny hisavasavana ny raviny dia mba hahitana ny fotony» ; des valeurs religieuses qui incluent les divinités (Razana, Zaňahary, Andriamanitra), l'enfant, et la bénédiction (Tsodrano). À la différence de ce qui se passe en Europe, le Christianisme est dans ses beaux jours à Madagascar. Aucune manifestation publique ne se fait sans l'intervention des Responsables des Églises. La célébration de la Fête nationale, nous le savons, est toujours précédée d'un culte des différentes confessions et souvent œcuménique pour les chrétiens. De nouvelles églises se forment depuis l'indépendance, et certaines églises dites «historiques» élargissent actuellement leurs lieux de culte. En ce qui concerne particulièrement les «grandes églises protestantes», remarquons cependant que la grande majorité des dirigeants de ces églises protestantes historiques viennent de la région centrale de Madagascar. Les gens venus des régions côtières restent encore relativement peu nombreux aux instances dirigeantes. Or, le centre de l île a été longtemps favorisé du point de vue développement économique, du temps de la Colonisation. Le protestantisme qui est majoritaire dans cette région est considéré souvent comme la «religion des aristocrates et des nantis» 9. 9 Il y a en malgache l expression «Fivavahan-kova» (qui veut dire littéralement la religion des notables, ou aussi la religion de l ethnie du centre), pour désigner le Protestantisme (surtout les Réformés). «Fivavahana» traduit en malgache «r eligion» ; «Hova» est à la fois l autre appellation que l on donne aux Merinas (un des 18 ethnies de Madagascar), mais aussi c est le terme employé pour désigner les hommes libres (deuxième caste après les nobles parmi les Merina), et des nobles descendants des anciens princes dans les autres régions du centre de l île (notamment chez les Betsileos, la grande ethnie du centre Sud de Madagascar).

5 ESQUISSES DE PROJETS SUR LE THEME EN GUISE DE CONCLUSION 5 Il n'est pas toujours recommandable de copier ce que font les autres sans tenir compte de la réalité contextuelle. Selon le philosophe C. Alexandre :«Tout projet suppose la mise en relation de la connaissance de la réalité avec l'envie d'aller ailleurs faire des projets demande un complément à la froideur de l'analyse, un courant chaud qui donne l'élan, arrache aux routines, ouvre au rêve, lance dans les aventures que la raison conseillerait parfois d'éviter» 10. Mais les idées d'ailleurs nous donnent quelques pistes de réflexion. Il est question de convertir la communauté pour qu'elle cesse de s'angoisser pur sa propre survie et la préservation de son passé idéalisé. Cette véritable conversion mène la communauté à focaliser toute son énergie sur l'appel du Christ à concrétiser de nouvelles formes de témoignage, y compris vers des groupes de personnes distancés de l'église qui ont aussi des attentes spirituelles même si pour eux, l'église ne leur sert que comme garantie de leur stabilité sociale et reste distante de leurs préoccupations quotidiennes. L'Église est appelée à mettre en valeur les dons qui lui permettront de surmonter les handicaps qui la freinent dans son élan. Savoir présenter ses activités et leur objectif est aujourd'hui indispensable à la crédibilité d'une organisation, fût-elle ecclésiale. Pour que les membres de la communauté acceptent de s'impliquer et de s'investir dans un type de responsabilité, il leur faut se sentir libres d'utiliser leur créativité et leur énergie de manière à la fois efficace, régulière et pour une durée limitée. Dans notre monde actuel marqué par l'anonymat induisant une perte de confiance et un fort sentiment d'impuissance, la reconnaissance personnalisée des dons ne peut que favoriser l'intégration de chacun dans une équipe conviviale et enthousiaste. Celle-ci doit veiller à ne pas constituer une élite, mais à stimuler tous les autres membres de la communauté, afin qu'eux aussi, en fonction de leurs charismes reconnus, soient appelés à contribuer à l édification de l'église. Il ne s'agit pas de remettre en question les institutions, mais à réorganiser les ministères en vue de redynamiser et revitaliser la vie de la Communauté et ses activités. Les Presbytériens américains proposent dans ce qu'ils appellent Redéveloppement de la communauté (Congregational Redevelopment) : «Le redéveloppement d'une communauté est la réorientation de son ministère à la lumière des modifications intervenues au niveau des besoins et des circonstances parmi ses membres, de la communauté qui doit être desservie, ou les deux. Le redéveloppement inclut un effort et une intention planifiés pour augmenter les capacités de la communauté en vue d'un ministère efficace là où elle se trouve» 11. Il est impératif de souligner que le rôle du Pasteur et du Conseil Presbytéral reste central dans le gouvernement spirituel et matériel de l'église, et celui-ci doit rester ordonné à la Parole de Dieu. La revitalisation et le développement ecclésial nécessitent une collaboration étroite entre le pasteur et les laïcs dont les charismes doivent être reconnus et utilisés. La dimension collégiale du Conseil Presbytéral est indispensable, mais pas seulement au niveau décisionnel car les responsables élus doivent s'impliquer dans un partenariat actif avec leur pasteur. Il faut bien définir la responsabilité pastorale qui est déterminante pour instaurer un climat de confiance parmi les membres engagés et susciter un élan vital au sein de la communauté. 10 ALEXANDRE Christian, Oser des Projets, Paris, Ed. de l Atelier/Ed. Ouvrières, 1996, p. 37, PRESBYTERIAN CHURCH IN USA (PCUS), A resource book for leaders doing training in Congregational Redevelopment, New York, Evangelism and Church development National Ministries Division, 1995, section I-A- Handout I-1.

6 6 Je ne saurai énumérer toutes les exigences concernant la fonction et les aptitudes du pasteur, mais je me contente d'en relever quelques unes que je pense les plus importantes. «L'Église et le ministère pastoral sont deux grandeurs corrélatives, que l'existence de l'église est liée à celle du ministère pastoral, et l'existence du ministère pastoral est liée à l'existence de l'église» 12. Voilà quelques points des exigences pour le ministère pastoral : Le pasteur doit avoir le souci de la globalité de sa communauté et apprendre à connaître les besoins spirituels des fidèles qu'il s'efforce de visiter régulièrement et auxquels il donne une nourriture spirituelle solide ; Il sera également préparé à évangéliser et à donner une parole adaptée à ceux qui ne connaissent pas le Christ et sont éloignés de l'église ; Pour apporter une parole théologique pertinente à tous, il sera doté d une formation solide et apte à communiquer de manière audible et compréhensible ; Possédant une claire perception des objectifs à atteindre, il saura conduire avec dynamisme l'ensemble des membres engagés vers la concrétisation des projets communs ; Il veillera à la bonne gestion de son emploi du temps personnel afin d'opérer avec un maximum d'efficacité au service de sa communauté sans négliger sa vie privée et ses activités extra-ecclésiales ; Représentant une figure spirituelle et morale de premier plan, il saura transmettre joie de vivre et espérance en Christ à sa communauté. Son équilibre psychologique doit lui permettre de gérer les tensions et conflits engendrés par le travail de groupe. Mais si le pasteur ressemble parfois à un chef d'orchestre, il doit s'efforcer à renoncer à ce que tout soit organisé autour et en fonction de lui et de sa personnalité. Ce qui n'est pas du tout facile quand il est totalement impliqué dans son ministère, toutefois il se sait humblement appelé au service d'une Église qui était là avant lui et devra continuer à vivre après son départ. Il saura également avec l'équipe presbytérale solenniser les moments importants de la vie communautaire et, particulièrement, ceux consacrés à la reconnaissance des différents ministères de l'église locale. Notons, par ailleurs, que les laïcs engagés s'essoufflent dans leur tâche à cause d'un temps de service souvent trop long. Il est donc vital d'associer aux talents de ceux qui sont impliqués dans la communauté depuis longtemps les idées et les compétences de nouveaux responsables acceptant de s'aventurer dans la vie ecclésiale. Que des laïcs deviennent diacres, conseillers presbytéraux, prédicateurs ou catéchètes, ils ont besoin d'une bonne information sur l'importance de leurs responsabilités, ainsi que d'une solide formation. La formation doit être pensée et organisée en utilisant toutes les ressources humaines et structurelles possibles. 12 BÜHLER, Pierre, BURKHALTER, Carmen (éd.), Qu est-ce qu un pasteur?, Genève, Labor et Fides, 1997, p. 23.

7 7 Il a été observé que les minorités ont souvent un comportement clanique à la fois pour se protéger, pour préserver leur identité ou encore pour maintenir un statut quelque peu élitiste. Mais lorsque tant de personnes attendent une parole d'espérance, éprouvent un besoin vital d'acceptation et d'appartenance, l'attitude de nos Églises ne ressemble-t-elle pas à de la frilosité, de la peur et de l'exclusivisme? Il est possible que l'appel à sortir vers les autres pour témoigner soit entendu et que le point faible se situe sur le plan de la méthode plus que sur celui de l'orientation générale. Mais il demeure évident que le critère fondamental n'est pas celui du nombre ni de la croissance à tout prix, mais la fidélité au message évangélique de la grâce et à la vocation de l'annonce de la Parole de Dieu. S. Gambarotto nous prévient à ce sujet : «Il ne faut pas se tromper de priorité et confondre l'église avec une sorte de libre-service destiné à satisfaire les besoins spirituels des consommateurs attirés par une vitrine plus alléchante que celle d à côté» 13. Le Christ doit rester le point central de focalisation et non la physionomie apparente de l'église. Rev. Dr Jean A. RAVALITERA Pasteur Synodal, Président de la FPMA 13 GAMBAROTTO, Sylvie, op.cit., p. 146.

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Dessiner l Eglise de demain

Dessiner l Eglise de demain Dessiner l Eglise de demain Eglise Réformée Evangélique du Canton de Neuchâtel Programme de législature 2012 2016 EREN programme de législature - 2 - Qu est-ce qu un programme de législature? Synode 165è

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS Le baptême le début d un cheminement! PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES PARENTS QUI DEMANDENT LE BAPTÊME POUR LEUR ENFANT Service de la catéchèse Archidiocèse de Saint-Boniface PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : ENQUETE SUR LA PAROISSE

QUESTIONNAIRE : ENQUETE SUR LA PAROISSE QUESTIONNAIRE : ENQUETE SUR LA PAROISSE Nous proposons une réflexion par un questionnaire sur l état de votre paroisse que vous trouverez ci-dessous. Afin de réfléchir aux pistes possibles pour que la

Plus en détail

FONDEMENT THÉOLOGIQUE DE L ÉGLISE X

FONDEMENT THÉOLOGIQUE DE L ÉGLISE X Introduction FONDEMENT THÉOLOGIQUE DE L ÉGLISE X 1. Il n y a qu un seul Dieu vivant le Père, le Fils et le Saint Esprit qui crée, sauve et donne la vie. La création et le salut viennent de la main de Dieu

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET «Horizon 2013: Expérimentons ensemble de nouveaux chemins pour l ACI» RAPPEL DES ENJEUX L enjeu de ce temps de travail est multiple Grâce au

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Dimanche de la Fête des pères

Dimanche de la Fête des pères Diocèse de Rimouski Dimanche de la Fête des pères 17 juin 2007 ---------------------------------------------------------------------------------------------------- Les Services diocésains de la Formation

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...»

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» [Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» Découvrez comment gagner de l'argent avec un ebook gratuit! Écrit par Sébastien Laude et offert par le responsable de ce

Plus en détail

Bienvenue Corinne Dulac

Bienvenue Corinne Dulac Bienvenue Corinne Dulac Coach Certifiée ICI Paris Particuliers - Entreprises 11 rue Clos Aubert 45750 Saint-Pryvé-Saint-Mesmin 06.21.33.57.13 happy.attitude.coaching@gmail.fr @ happy-attitude-coaching.com

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

CELEBRONS LA SAINTETE

CELEBRONS LA SAINTETE CELEBRONS LA SAINTETE COMMENT DEBUTER UN PETIT GROUPE 1 Qu est-ce qu un petit groupe? Un petit groupe dans l église fait référence à un groupe de neuf à douze personnes qui se réunit régulièrement dans

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família Visites éducatives de la Sagrada Família Préparation de la visite. Visite et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e () 1 0. À la découverte de l église La Sagrada Família ouvre ses portes au regard

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Présentation du Texte national pour l orientation de la catéchèse en France

Présentation du Texte national pour l orientation de la catéchèse en France Présentation du Texte national pour l orientation de la catéchèse en France Une catéchèse pour tous et pour tous les âges de la vie. C est en substance l objectif du Texte national pour l orientation de

Plus en détail

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS PRÉSENTÉ AU MINISTÈRE DES SERVICES FAMILIAUX ET COMMUNAUTAIRES BERNARD RICHARD, OMBUDSMAN ET DÉFENSEUR DES ENFANTS ET DE

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Déclaration au personnel et à l Eglise

Déclaration au personnel et à l Eglise Déclaration au personnel et à l Eglise Dans quelques instants, je vais présenter un communiqué concernant les suppressions de postes et autres réductions de dépenses nécessaires. Avant tout, je suis profondément

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Prof. Dr. Christoph Stückelberger

Prof. Dr. Christoph Stückelberger Être responsable - devant Dieu et l autre Cours aux Universités protestantes en RD Congo: Bukawu, Goma, Kinshasa, Nov 2010 Prof. Dr. Christoph Stückelberger Professeur d éthique à l Université de Bâle

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Pour un Québec Famille Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Semaine Québécoise des Familles Célébration du 9 mai

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC

Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC Vaillant Youte Directeur UNE ÉGLISE CRÉÉE POUR LA MISSION DIVINE LA MISSION DIVINE A DONNÉ L EXISTENCE À L ÉGLISE DE JÉSUS- CHRIST. Matthieu 28:

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Déclaration d Alliance

Déclaration d Alliance Alliance Fédérative Déclaration d Alliance Nous, Eglises Evangéliques Baptistes de France, rendons grâce à Dieu de la communion d Eglises en laquelle son Esprit Saint nous forme en notre Fédération. Par

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Guide méthodique type communication Partie commune / Profil E (dès l été 2006)

Guide méthodique type communication Partie commune / Profil E (dès l été 2006) 1.7 Idée directrice Communiquer consiste à transférer des contenus à des groupes-cibles déterminés dans le but de les inciter à modifier leurs attitudes et/ou de déclencher des actions. La peut revêtir

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

VISITE CANONIQUE : notes de terrain

VISITE CANONIQUE : notes de terrain 1 VISITE CANONIQUE : notes de terrain Tasca Marco, OFM Conv La visite canonique est un sujet qui pourrait être considéré de différents points de vue : théologique, psychologique, juridique, etc. Il m'a

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Master de l Enseignement, de l'éducation et de la Formation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS. Présentation

Master de l Enseignement, de l'éducation et de la Formation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS. Présentation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS Présentation Dans la société française actuelle, on assiste simultanément à un «retour au religieux» et à une méconnaissance «du religieux» qui imposent une prise en compte

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA FORMATION DES LAÏCS SSCC

ORIENTATIONS POUR LA FORMATION DES LAÏCS SSCC INTRODUCTION NATURE DU DOCUMENT ORIENTATIONS POUR LA FORMATION DES LAÏCS SSCC La formation dont il s agit, dans ce document, concerne la «formation première» qui prépare les candidats au premier engagement

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Positiver la fonction de manager

Positiver la fonction de manager Positiver la fonction de manager Cycle de 9 jours soit 63 heures Les objectifs de la formation 1 COMMUNICATION MANAGÉRIALE Mieux se connaître dans son nouveau rôle de Manager. Prendre sa place et se positionner

Plus en détail

Code de déontologie de l International Coach Federation (ICF)

Code de déontologie de l International Coach Federation (ICF) Code de déontologie de l International Coach Federation (ICF) L'International Coach Federation (ICF) a été la première organisation mondiale à mettre au point une définition et une philosophie du coaching.

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA 2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA La radiodiffusion publique dans un monde en évolution CBC/Radio-Canada dessert le deuxième plus grand pays du monde et l un de

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

Le mariage en 27 questions

Le mariage en 27 questions Le mariage en 27 questions 1. Combien de temps faut-il pour préparer un mariage? L Église catholique demande aux fiancés de se présenter dans leur paroisse au moins un an avant la date souhaitée. Ceci

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028.

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028. Habilitation FODEFCA 120028. CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Adresse : Q. Jéricho, Rue Label Bénin Téléphone 1 : +229 97 56 93 34 Téléphone 2 : +229 95 49 00 72 Email : info@caringbe.com Retrouvez nos programmes

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Quelle est votre mission? 2010.global Être inspiré. Participez.

Quelle est votre mission? 2010.global Être inspiré. Participez. Quelle est votre mission? 2010.global Être inspiré. Participez. Le 6 juin 2010 offre une occasion unique à tous les chrétiens du monde entier de célébrer l appel de Dieu à la mission. Ce jour est dédié

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Management de la réputation d institutions pour personnes en situation de handicap. Exposé à la 88 ème assemblée des délégués d INSOS

Management de la réputation d institutions pour personnes en situation de handicap. Exposé à la 88 ème assemblée des délégués d INSOS Management de la réputation d institutions pour personnes en situation de handicap Exposé à la 88 ème assemblée des délégués d INSOS Encore un mot à la mode, issu du marketing? Christian Schultz, ICC 26.06.2014

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine GUIDE PROTÉINÉ SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS Texte de Colossiens à lire Colossiens 1.111 (Lisez ce passage chaque jour de la semaine, c est la meilleure manière de l apprendre par cœur) Sujets de prière

Plus en détail

Activité : L'île déserte

Activité : L'île déserte CPS : Problèmes, Décisions Thème : Prise de décision collective Type d'activités : Exploration Activité : L'île déserte Niveau : 8-12 ans Participants : 25 Durée : 45 45 mn Objectifs : S inscrire en groupe

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

LA PREVENTION ET VOUS

LA PREVENTION ET VOUS LA PREVENTION ET VOUS Septembre 2012 NOTIONS PSYCHOSOCIOLOGIQUES LIÉES AU SURENDETTEMENT asbl SAvoirÊtre, rue Lambert Daxhelet, 34A 4210 Marneffe www.savoiretre-asbl.be Notion de Psychosociologie La psychosociologie

Plus en détail