Rev. Dr. Jean A. RAVALITERA, Docteur en Théologie, Pasteur Synodal, Président de la FPMA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rev. Dr. Jean A. RAVALITERA, Docteur en Théologie, Pasteur Synodal, Président de la FPMA"

Transcription

1 1 Rev. Dr. Jean A. RAVALITERA, Docteur en Théologie, Pasteur Synodal, Président de la FPMA VERS UNE REPARTITION DES TACHES TENANT COMPTE DES DIFFERENTS DONS SPIRITUELS DANS L'EGLISE PROTESTANTE MALGACHE EN FRANCE (FPMA). QUELQUES REMARQUES PSYCHO-SOCIOLOGIQUES EN GUISE D'INTRODUCTION Nous assistons actuellement à un relatif mais constant déclin sur le plan numérique des chrétiens engagés dans les Églises en Europe en général et en France en particulier. Selon la constatation de D. Hervieu-Léger : «Partout où la modernité avance et, avec elle, la démocratie politique, le développement technologique, l'urbanisation, l'industrialisation, l'importance sociale de la religion diminue, et avec elle, la présence des institutions religieuses dans la vie publique» 1. Un récent documentaire télévisé sur la chaîne France 2 fait état de dizaine de millier de lieux de culte mis en vente actuellement en France. Le rétrécissement du champ religieux à l'intérieur du champs social est provoque, en partie, selon les remarques de S. Gambarotto :«par la préférence actuelle des Français (et des occidentaux en général) pour une expérience spirituelle individuelle et privée tout en restant plurielle dans ses modalités» 2. Des théologiens protestants contemporains prônent la constitution d'une sorte de «christianisme non - religieux», autrement dit un «christianisme laïque». Ces théologiens remarquent l'avancée irrémédiable d'un «christianisme para-ecclésiastique» favorisant une multitude de «chrétiens sans Église» 3. Mais un tel phénomène ne fait qu apparaître une spiritualité sans solidarité avec les autres croyants et les Églises établies. Ce rapport entre le christianisme et le monde profane, que je remarque d'ailleurs en réfléchissant sur le problématique que vous avez posé, serait dû, selon D. Hervieu-Léger, au fait que «La conscience individuelle est le lieu central et exclusif de l'expérience chrétienne. Dans ce mouvement, la théologie s'ajuste aux présupposés de la pensée sécularisée moderne» 4. Faut-il rappeler encore que la raison d'être de l'église chrétienne (je parle de l'église en général) est d'annoncer l'évangile. Mais comment faire? 1 HERVIEU-LEGER, Danièle, «Permanence et devenir du religieux dans les sociétés européennes», Autres Temps, juin 1993, p GAMBAROTTO, Sylvie, Pour une croissance de l Église locale. Démarches et enjeux, Lyon, Réveil Publications, 2001, p DELTEIL, Gérard, KELLER, Paul, L Église disséminée,pris, Cerf, 1995, p. 226, 231ss. 4 HERVIEU-LEGER, Danièle, CHAMPION, Françoise, Vers un renouveau du Christianisme?, Paris, Cerf, 1986, p. 272.

2 2 Cette «Mission» de l'église est surtout dans sa présence dans la proclamation de l'évangile et dans le diaconat, c est-à-dire dans les œuvres qui touchent directement les gens dans la vie de tous les jours. Mais l'église reconnaît qu'elle est démunie devant la complication des sociétés humaines dans lesquelles elle doit œuvrer. Devant l'évolution de nos sociétés, aucune église ne peut prétendre capable de travailler seule. Il nous faut considérer au moins deux points qui nécessitent une certaine pluralité sans mener vers la prépondérance des particularités dans la mission. La langue. Tout le monde est supposé parler français en vivant en France, mais la maîtrise de la langue française n'est pas évidente pour tous. Et nombreux sont ceux qui trouvent du mal à s'épanouir à cause de cette barrière de la langue. La culture. Il y a beaucoup à dire à ce sujet. Je me limite à remarquer que l'intégration ne peut jamais combler entièrement le fossé entre une culture d'adoption et une culture de naissance. Nul ne peut se développer complètement sans ses propres repères culturels. Mais il n'est pas facile de prendre des responsabilités. Nous avons une expression en malagasy qui dit : «Ory hava-manana», difficile à traduire correctement. La signification est que souvent vos amis n'apprécient pas votre réussite et que l'on cherche par tous les moyens à vous dresser des obstacles pour vous obliger à douter de vous-mêmes. Au lieu de vous encourager dans votre réussite, on s'acharne d'une façon ou d'une autre contre vous pour parvenir finalement à vous décourager. Je ne pense pas que ce soit un comportement typiquement de chez nous. J'ai appris les mêmes en côtoyant des amis venus d'afrique, d'asie, et même d'europe. Quelle est la source de ce comportement? Ma première réponse est qu'il y a une angoisse dissimulée. Pris dans «les rouages d une gigantesque mécanique qui tourne de plus en plus vite pour faire produire et consommer un homme qu'elle force à n'être plus humain» 5, selon les termes de J. Gastambide, la réaction de défense de certaines personnes est cette forme d'agressivité. Le temps nous manque pour approfondir cette allégation. Nous y reviendrons peut-être une autre fois. Ma deuxième réponse est qu'il y a un manque de maturation spirituelle. Et je pense que nous avons beaucoup dévié de la foi que Jésus veut nous faire vivre. À force de vouloir être trop rationnels et techniques, nous avons perdu «l'esprit d'enfance» nécessaire pour accueillir l'évangile en basculant dans un «infantilisme religieux» que nous nous forgeons nous-mêmes 6. Pourtant, l'évangile cherche à rendre l'homme reconnaissant et réceptif comme un enfant tout en étant, en tant qu'adulte, un être dont la conscience, éclairée par la Parole vivante, apprend à reconnaître ce qui est vrai, juste et bon, bon pour lui-même et pour les autres. J. Gastambide écrit encore: «Un monde incroyant ne perçoit la véritable nature de l'évangile que par la qualité de l'amour dont les chrétiens témoignent, par la simplicité avec laquelle ils expriment la vérité qui commande leur vie. Il s'agit toujours de rendre manifeste l'amour du Christ pour les hommes et sa vérité» 7. 5 GASTAMBIDE, Jean, Parisien et Protestant Pour quoi?, Paris, Les Bergers et les Mages, 1967, p J utilise là les termes de Jean ANSALDI, in Prier aujourd hui. De l infantile à l esprit d enfance, Valleraugue, Chemin de Villeméjane n 1, Op. cit., p. 92.

3 3 Je termine cette première partie introductive en vous citant cet extrait du message du Pasteur Jean-Arnold de Clermont, ancien Président de la Fédération Protestante de France, lors de l'ouverture de l'assemblée Générale de la FPF en 2007 à laquelle j'ai assisté. Il a dit : «On le sait, nous attachons la plus grande importance à une relation simplifiée et consolidée entre les associations cultuelles et les associations culturelles et sociales, nées de l'engagement de leurs membres et qu'elles comptent soutenir. Mais au-delà de cette question technique, c'est de la présence visible et constructive de nos Églises dans la société française qu'il est question. Nous l'avons dit plusieurs fois ; nous refusons la privatisation du religieux ; nous croyons que le défi de construire une société plus juste et plus humaine est tel que seul un débat public, ouvert à tous, permettra de définir les valeurs sur les quelles nous voulons construire notre avenir commun. Ce ne sont ni les replis identitaires, ni les exclusives qui permettront de répondre à ce défi. Nos Églises et Associations doivent en montrer la voie, et savoir s'associer à celles et ceux qui marchent dans cette même direction». La FPMA n'est pas comme un secte, ni comme une église dissidente de grandes Églises, parce qu'elle entretient des relations avec les Églises, non seulement en France, mais partout dans le monde dans le cadre des Associations d'églises dont elle fait partie (ANELF, FPF, KEK, LWF, WARC, CEVAA, COE). Toutefois, la tentation de paraître différentes des autres églises qui existent ici en France, à notre avis, la fait ressembler un peu à un oasis qui permet de se réfugier, face à la peur de l'inconnu. Elle est sécurisante parce qu on y rencontre et on y connaît quelque chose de «déjà vue». Et cela ne reste pas sans danger, surtout dans l'exercice de sa mission. Je vais parler aussi brièvement, si le temps me le permet, des faux témoignages et des faux appels que ses membres risquent de commettre. Depuis quelques années, la FPMA s'est dotée d'une «orientation théologique», développée dans des études suivies dans le cadre d'un «Projet d'église». Elle se veut être «Une Communion en mission pour la guérison et pour partager la vie en abondance». Pour conclure ce paragraphe sur les membres de la FPMA, nous allons faire une remarque à partir d'une comparaison avec ce qui se passe en Suisse, selon des enquêtes et analyses faites par des théologiens et sociologues. R.-J Campiche et ses collègues ont noté, proposant une typologie, quatre portraits permettant de repérer les attitudes à l'égard d'une institution ecclésiale. Ils ont écrit : «Le type du fidèle est membre de l'église pour l'amour de la cause commune. Pour l'église en tant qu'organisation normative, il incarne le type idéal du membre. Le type du fidèle/client ressent l'église comme une communauté de vie dans laquelle il partage avec d'autres des valeurs qui sont importantes pour lui ; d'un autre côté, il voit dans l'église une organisation dont les prestations sont assez intéressantes pour qu'il vaille la peine de ne pas renoncer à être membre. Le type de client groupe les membres dont la relation à l'église repose sur l'échange de prestation. Le membre nominal comprend le groupe de gens qui sont membres de l'église par tradition» 8. Ces quatre types de membres sont retrouvés dans la FPMA, cependant, il nous apparaît que ce sont surtout le deuxième et le dernier qui sont majoritaires et notre grand effort consiste à avoir plus de membres du type premier et du type second. 8 CAMPICHE, R.-J, Croire en Suisse (s), Lausanne, L Âge d Homme, 1992, p L enquête est menée, en , par une équipe composée de l auteur, de A. Dubach, C. Bovay, M. Kruegeller, P. Voli, sur la religion des Suisses.

4 4 Nous reconnaissons que l'église est humaine, et nous ne pouvons jamais prétendre à une perfection, cependant, les changements non négligeables remarqués ces dernières années nous donnent beaucoup d'espoir. Si la FPMA n'était pas encore une église en 1996, elle l'est devenue maintenant. Dans mon mémoire de maîtrise, j'ai relevé le système des valeurs véhicules du Christianisme à Madagascar : des valeurs sociales, entre autres la famille et le «fihavanana» notre valeur de référence ; des valeurs esthétiques comme la musique, entre autres la naissance du «Zafindraony», et la poésie ; des valeurs logiques dans lesquelles nous incluons le principe de raisonnement (exprimé dans la formule «manaraka ny onjany»), le principe d action qui suppose que le crédit accordé à une personne est en fonction de sa capacité de mettre en pratique ses dires et les vérités qu'elle a annoncées, la notion de vérité qui reste relative à un double point de vue : elle dépend des circonstances, et elle relève de l'approbation du groupe social', et cette vérité à dynamique social dans la logique culturelle malgache est exprimée dans le métaphore «Ny hisavasavana ny raviny dia mba hahitana ny fotony» ; des valeurs religieuses qui incluent les divinités (Razana, Zaňahary, Andriamanitra), l'enfant, et la bénédiction (Tsodrano). À la différence de ce qui se passe en Europe, le Christianisme est dans ses beaux jours à Madagascar. Aucune manifestation publique ne se fait sans l'intervention des Responsables des Églises. La célébration de la Fête nationale, nous le savons, est toujours précédée d'un culte des différentes confessions et souvent œcuménique pour les chrétiens. De nouvelles églises se forment depuis l'indépendance, et certaines églises dites «historiques» élargissent actuellement leurs lieux de culte. En ce qui concerne particulièrement les «grandes églises protestantes», remarquons cependant que la grande majorité des dirigeants de ces églises protestantes historiques viennent de la région centrale de Madagascar. Les gens venus des régions côtières restent encore relativement peu nombreux aux instances dirigeantes. Or, le centre de l île a été longtemps favorisé du point de vue développement économique, du temps de la Colonisation. Le protestantisme qui est majoritaire dans cette région est considéré souvent comme la «religion des aristocrates et des nantis» 9. 9 Il y a en malgache l expression «Fivavahan-kova» (qui veut dire littéralement la religion des notables, ou aussi la religion de l ethnie du centre), pour désigner le Protestantisme (surtout les Réformés). «Fivavahana» traduit en malgache «r eligion» ; «Hova» est à la fois l autre appellation que l on donne aux Merinas (un des 18 ethnies de Madagascar), mais aussi c est le terme employé pour désigner les hommes libres (deuxième caste après les nobles parmi les Merina), et des nobles descendants des anciens princes dans les autres régions du centre de l île (notamment chez les Betsileos, la grande ethnie du centre Sud de Madagascar).

5 ESQUISSES DE PROJETS SUR LE THEME EN GUISE DE CONCLUSION 5 Il n'est pas toujours recommandable de copier ce que font les autres sans tenir compte de la réalité contextuelle. Selon le philosophe C. Alexandre :«Tout projet suppose la mise en relation de la connaissance de la réalité avec l'envie d'aller ailleurs faire des projets demande un complément à la froideur de l'analyse, un courant chaud qui donne l'élan, arrache aux routines, ouvre au rêve, lance dans les aventures que la raison conseillerait parfois d'éviter» 10. Mais les idées d'ailleurs nous donnent quelques pistes de réflexion. Il est question de convertir la communauté pour qu'elle cesse de s'angoisser pur sa propre survie et la préservation de son passé idéalisé. Cette véritable conversion mène la communauté à focaliser toute son énergie sur l'appel du Christ à concrétiser de nouvelles formes de témoignage, y compris vers des groupes de personnes distancés de l'église qui ont aussi des attentes spirituelles même si pour eux, l'église ne leur sert que comme garantie de leur stabilité sociale et reste distante de leurs préoccupations quotidiennes. L'Église est appelée à mettre en valeur les dons qui lui permettront de surmonter les handicaps qui la freinent dans son élan. Savoir présenter ses activités et leur objectif est aujourd'hui indispensable à la crédibilité d'une organisation, fût-elle ecclésiale. Pour que les membres de la communauté acceptent de s'impliquer et de s'investir dans un type de responsabilité, il leur faut se sentir libres d'utiliser leur créativité et leur énergie de manière à la fois efficace, régulière et pour une durée limitée. Dans notre monde actuel marqué par l'anonymat induisant une perte de confiance et un fort sentiment d'impuissance, la reconnaissance personnalisée des dons ne peut que favoriser l'intégration de chacun dans une équipe conviviale et enthousiaste. Celle-ci doit veiller à ne pas constituer une élite, mais à stimuler tous les autres membres de la communauté, afin qu'eux aussi, en fonction de leurs charismes reconnus, soient appelés à contribuer à l édification de l'église. Il ne s'agit pas de remettre en question les institutions, mais à réorganiser les ministères en vue de redynamiser et revitaliser la vie de la Communauté et ses activités. Les Presbytériens américains proposent dans ce qu'ils appellent Redéveloppement de la communauté (Congregational Redevelopment) : «Le redéveloppement d'une communauté est la réorientation de son ministère à la lumière des modifications intervenues au niveau des besoins et des circonstances parmi ses membres, de la communauté qui doit être desservie, ou les deux. Le redéveloppement inclut un effort et une intention planifiés pour augmenter les capacités de la communauté en vue d'un ministère efficace là où elle se trouve» 11. Il est impératif de souligner que le rôle du Pasteur et du Conseil Presbytéral reste central dans le gouvernement spirituel et matériel de l'église, et celui-ci doit rester ordonné à la Parole de Dieu. La revitalisation et le développement ecclésial nécessitent une collaboration étroite entre le pasteur et les laïcs dont les charismes doivent être reconnus et utilisés. La dimension collégiale du Conseil Presbytéral est indispensable, mais pas seulement au niveau décisionnel car les responsables élus doivent s'impliquer dans un partenariat actif avec leur pasteur. Il faut bien définir la responsabilité pastorale qui est déterminante pour instaurer un climat de confiance parmi les membres engagés et susciter un élan vital au sein de la communauté. 10 ALEXANDRE Christian, Oser des Projets, Paris, Ed. de l Atelier/Ed. Ouvrières, 1996, p. 37, PRESBYTERIAN CHURCH IN USA (PCUS), A resource book for leaders doing training in Congregational Redevelopment, New York, Evangelism and Church development National Ministries Division, 1995, section I-A- Handout I-1.

6 6 Je ne saurai énumérer toutes les exigences concernant la fonction et les aptitudes du pasteur, mais je me contente d'en relever quelques unes que je pense les plus importantes. «L'Église et le ministère pastoral sont deux grandeurs corrélatives, que l'existence de l'église est liée à celle du ministère pastoral, et l'existence du ministère pastoral est liée à l'existence de l'église» 12. Voilà quelques points des exigences pour le ministère pastoral : Le pasteur doit avoir le souci de la globalité de sa communauté et apprendre à connaître les besoins spirituels des fidèles qu'il s'efforce de visiter régulièrement et auxquels il donne une nourriture spirituelle solide ; Il sera également préparé à évangéliser et à donner une parole adaptée à ceux qui ne connaissent pas le Christ et sont éloignés de l'église ; Pour apporter une parole théologique pertinente à tous, il sera doté d une formation solide et apte à communiquer de manière audible et compréhensible ; Possédant une claire perception des objectifs à atteindre, il saura conduire avec dynamisme l'ensemble des membres engagés vers la concrétisation des projets communs ; Il veillera à la bonne gestion de son emploi du temps personnel afin d'opérer avec un maximum d'efficacité au service de sa communauté sans négliger sa vie privée et ses activités extra-ecclésiales ; Représentant une figure spirituelle et morale de premier plan, il saura transmettre joie de vivre et espérance en Christ à sa communauté. Son équilibre psychologique doit lui permettre de gérer les tensions et conflits engendrés par le travail de groupe. Mais si le pasteur ressemble parfois à un chef d'orchestre, il doit s'efforcer à renoncer à ce que tout soit organisé autour et en fonction de lui et de sa personnalité. Ce qui n'est pas du tout facile quand il est totalement impliqué dans son ministère, toutefois il se sait humblement appelé au service d'une Église qui était là avant lui et devra continuer à vivre après son départ. Il saura également avec l'équipe presbytérale solenniser les moments importants de la vie communautaire et, particulièrement, ceux consacrés à la reconnaissance des différents ministères de l'église locale. Notons, par ailleurs, que les laïcs engagés s'essoufflent dans leur tâche à cause d'un temps de service souvent trop long. Il est donc vital d'associer aux talents de ceux qui sont impliqués dans la communauté depuis longtemps les idées et les compétences de nouveaux responsables acceptant de s'aventurer dans la vie ecclésiale. Que des laïcs deviennent diacres, conseillers presbytéraux, prédicateurs ou catéchètes, ils ont besoin d'une bonne information sur l'importance de leurs responsabilités, ainsi que d'une solide formation. La formation doit être pensée et organisée en utilisant toutes les ressources humaines et structurelles possibles. 12 BÜHLER, Pierre, BURKHALTER, Carmen (éd.), Qu est-ce qu un pasteur?, Genève, Labor et Fides, 1997, p. 23.

7 7 Il a été observé que les minorités ont souvent un comportement clanique à la fois pour se protéger, pour préserver leur identité ou encore pour maintenir un statut quelque peu élitiste. Mais lorsque tant de personnes attendent une parole d'espérance, éprouvent un besoin vital d'acceptation et d'appartenance, l'attitude de nos Églises ne ressemble-t-elle pas à de la frilosité, de la peur et de l'exclusivisme? Il est possible que l'appel à sortir vers les autres pour témoigner soit entendu et que le point faible se situe sur le plan de la méthode plus que sur celui de l'orientation générale. Mais il demeure évident que le critère fondamental n'est pas celui du nombre ni de la croissance à tout prix, mais la fidélité au message évangélique de la grâce et à la vocation de l'annonce de la Parole de Dieu. S. Gambarotto nous prévient à ce sujet : «Il ne faut pas se tromper de priorité et confondre l'église avec une sorte de libre-service destiné à satisfaire les besoins spirituels des consommateurs attirés par une vitrine plus alléchante que celle d à côté» 13. Le Christ doit rester le point central de focalisation et non la physionomie apparente de l'église. Rev. Dr Jean A. RAVALITERA Pasteur Synodal, Président de la FPMA 13 GAMBAROTTO, Sylvie, op.cit., p. 146.

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Feuille de route 2013-2016

Feuille de route 2013-2016 Archidiocèse de sherbrooke Vers un nouveau réseau de collaborations Feuille de route 2013-2016 Malgré les changements apportés, la diminution des ressources humaines et matérielles en milieu ecclésial

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin N. 0311 Lunedì 27.04.2015 Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin Il Santo Padre Francesco ha ricevuto questa mattina in Udienza i Vescovi della Conferenza Episcopale

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Création d un groupe de réflexion, de formation, de prière et de service missionnaire pour les jeunes professionnels

Création d un groupe de réflexion, de formation, de prière et de service missionnaire pour les jeunes professionnels Création d un groupe de réflexion, de formation, de prière et de service missionnaire pour les jeunes professionnels Paroisse Saint-François-Xavier des missions étrangères Ce dossier présente les motivations

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse CTEC: Signature de la déclaration relative à la reconnaissance mutuelle du baptême

Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse CTEC: Signature de la déclaration relative à la reconnaissance mutuelle du baptême 8 Assemblée des délégués du 16 au 18 juin 2013 à Filzbach Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse CTEC: Signature de la déclaration relative à la reconnaissance mutuelle du baptême Proposition

Plus en détail

Comme tout le monde, l Église

Comme tout le monde, l Église ÉGLISE UNIE 101 Que croyons-nous dans l Église Unie? Angelika Piché, pasteure, responsable de la formation en français au Séminaire Uni L Union 8 Comme tout le monde, l Église Unie est profondément marquée

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família Visites éducatives de la Sagrada Família Préparation de la visite. Visite et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e () 1 0. À la découverte de l église La Sagrada Família ouvre ses portes au regard

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE SUR LA

SYNTHÈSE DES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE SUR LA SYNTHÈSE DES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE SUR LA FORMATION DES CATÉCHÈTES Sur 48 diocèses présents à la session, nous avons reçu les réponses de 35 diocèses. (73%) 1. Dans votre diocèse, qui propose des formations

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16

Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16 1 Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16 Introduction : Pour qu une église puisse se développer harmonieusement il faut que chaque membre trouve sa place et remplisse sa fonction. Voila pourquoi

Plus en détail

Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière. pour l année 2015 JANVIER FEVRIER MARS AVRIL

Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière. pour l année 2015 JANVIER FEVRIER MARS AVRIL Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière pour l année 2015 Universelle La promotion de la paix JANVIER Pour que ceux qui appartiennent aux différentes traditions religieuses

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

L appel à être Église Vers une vision unificatrice

L appel à être Église Vers une vision unificatrice Vers une vision unificatrice Parmi tous les préparatifs du 40 e Conseil général 2009, le présent document constitue une invitation faite aux membres de l Église Unie du Canada de prier et de réfléchir

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

notre vocation d entrepreneurs 2 500 dirigeants vous invitent à les rejoindre

notre vocation d entrepreneurs 2 500 dirigeants vous invitent à les rejoindre Vivre notre vocation d entrepreneurs 2 500 dirigeants vous invitent à les rejoindre EDC-plaquette-v5.indd 1 25/10/12 17:47 Au service d entrepreneurs et de dirigeants...... d Vous êtes quotidiennement

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Danielle SOLEILLANT FORMATRICE & ANIMATRICE DE SEMINAIRES P.E.A.T. certifiée par Z. MIHAJLOVIC SLAVINSKI p r o p o s e les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Formation aux systèmes PEAT à Paris Activer

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

TRAIT D UNION. Temps de Pâques, temps de Renouveau ÉDITORIAL. Paroisse Ste Marie de Batbielle. Sommaire

TRAIT D UNION. Temps de Pâques, temps de Renouveau ÉDITORIAL. Paroisse Ste Marie de Batbielle. Sommaire N 41 GRATUIT Pâques 2007 TRAIT D UNION Édito : Sommaire Temps de Pâques, temps de Renouveau Dessin : J. Véron-Durand Le Mot du Conseil Pastoral Horaires et Communications Paroisse Ste Marie de Batbielle

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

«AVANCER EN AGE» Pour chacun, ce temps donné peut être un temps reçu de Dieu qui édifie son Eglise.

«AVANCER EN AGE» Pour chacun, ce temps donné peut être un temps reçu de Dieu qui édifie son Eglise. «AVANCER EN AGE» «C est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l homme extérieur va vers sa ruine, l homme intérieur se renouvelle de jour en jour.» (2 Corinthiens 4, 16) 1. Prêtres en

Plus en détail

TOP MISSION/ConnaîtreDieu.com - BP 53-77832 - Ozoir la Ferriere Cedex - Tél. : 01 60 18 50 53

TOP MISSION/ConnaîtreDieu.com - BP 53-77832 - Ozoir la Ferriere Cedex - Tél. : 01 60 18 50 53 Devenez Église Partenaire! 1 ConnaîtreDieu.com est un site d évangélisation géré par l association Top Mission, fruit de son partenariat avec le Top Chrétien. Il est animé par une équipe de missionnaires

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Notes de travail - Agenda Octobre 2014

Notes de travail - Agenda Octobre 2014 Notes de travail - Agenda Octobre 2014 Voici l'agenda des activités intéressantes, organisées par l'aci ou par d'autres associations. Cet agenda paraît tous les deux mois, en alternance avec des Notes

Plus en détail

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement

Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Institut de la Sainte-Famille - Virton Projet d établissement Mai 2013 Qu est-ce qu un projet d établissement? Ce document exprime la volonté collective de réaliser pendant les années à venir les actions

Plus en détail

13 Quelle est l église du Nouveau Testament?

13 Quelle est l église du Nouveau Testament? DU NOUVEAU TESTAMENT? 169 13 Quelle est l église du Nouveau Testament? Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres (Rm 12.5). Par

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Sondage auprès de la population résidente du Luxembourg du 21 au 27 novembre conférence de presse du 5 décembre 2013 Enquête auprès de

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Paroisse Protestante d'eckbolsheim. Newsletter n 22 CULTES. Mercredi 27 août 2014 Rédaction : Commission Communication du CP

Paroisse Protestante d'eckbolsheim. Newsletter n 22 CULTES. Mercredi 27 août 2014 Rédaction : Commission Communication du CP Paroisse Protestante d'eckbolsheim Mercredi 27 août 2014 Rédaction : Commission Communication du CP Newsletter n 22 Je soussigné(e)... Le Conseil Presbytéral de la Paroisse protestante d'eckbolsheim a

Plus en détail

Exemple 360. Questionnaire Leadership Thomas. Personnel & Confidentiel

Exemple 360. Questionnaire Leadership Thomas. Personnel & Confidentiel Feed-back 360 Exemple 360 Questionnaire Leadership Thomas Personnel & Confidentiel Introduction Comment lire votre rapport Feed-back 360? Moyenne par compétence Représentation graphique des 5 meilleures

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

QUATRIÈME OBJECTIF: VOUS AVEZ ÉTÉ CONÇU POUR SERVIR DIEU

QUATRIÈME OBJECTIF: VOUS AVEZ ÉTÉ CONÇU POUR SERVIR DIEU QUATRIÈME OBJECTIF: VOUS AVEZ ÉTÉ CONÇU POUR SERVIR DIEU VERSET CLÉ Nous sommes simplement des serviteurs de Dieu... Chacun de nous accomplit le devoir que le Seigneur lui a confié: j ai mis la plante

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

NOUVELLES DU SECAAR. pour l amélioration des conditions de vie des familles et pour le développement des communautés Chrétiennes

NOUVELLES DU SECAAR. pour l amélioration des conditions de vie des familles et pour le développement des communautés Chrétiennes NOUVELLES DU SECAAR Le salut de Dieu en Jésus-Christ veut rétablir tout l homme et toute la création dans son intégrité 4 ème trimestre 2006 N 136 Editorial: Les petits crédits aux femmes des communautés,

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

d utilisation de la doctrine sociale de l Eglisel

d utilisation de la doctrine sociale de l Eglisel www.doctrinesocialeeglise.org 1 Voir - Juger - Agir Méthode de réflexion r et d utilisation de la doctrine sociale de l Eglisel Pour aller plus loin dans le détaild merci de se reporter au livre : «Construire

Plus en détail

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix PREPARATION DU RAPPORT A MI-PARCOURS DE LA DECENNIE INTERNATIONALE DE LA PROMOTION D UNE CULTURE DE LA NON-VIOLENCE

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

1. Le Psaume 23 est un psaume bien connu, souvent mémorisé, c'est le psaume du Berger: dire

1. Le Psaume 23 est un psaume bien connu, souvent mémorisé, c'est le psaume du Berger: dire Titre:JE NE MANQUERAI DE RIEN Texte:PSAUME 23 Thème:La toute suffisance en l'eternel But:Que les croyants augmentent leur confiance en Dieu INTRODUCTION 1. Le Psaume 23 est un psaume bien connu, souvent

Plus en détail

RADIOS et RELIGIONS en AFRIQUE SUBSAHARIENNE

RADIOS et RELIGIONS en AFRIQUE SUBSAHARIENNE EN LIBRAIRIE COURANT AVRIL 2014 RADIOS et RELIGIONS en AFRIQUE SUBSAHARIENNE Dynamisme, concurrence, action sociale Étienne Damome Cet ouvrage analyse l environnement des radios confessionnelles et leurs

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

Les rapports du chrétien avec les autres

Les rapports du chrétien avec les autres Leçon 13 Les rapports du chrétien avec les autres C était le moment des témoignages, lors de notre rencontre du lundi matin, à la chapelle de l Ecole biblique. Une jeune fille nommée Olga se leva pour

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

être église dans un monde qui bouge

être église dans un monde qui bouge chapitre 3 être église dans un monde qui bouge défis et opportunités pour notre mission aujourd hui laurent schlumberger en france, le protestantisme a toujours été une sorte d alternative ultra-minoritaire

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Statuts de l association Politique Intégrale Suisse (PI Suisse)

Statuts de l association Politique Intégrale Suisse (PI Suisse) Statuts de l association Politique Intégrale Suisse (PI Suisse) approuvés à l'assemblée générale du 17.05.2014 «Politique Intégrale, en tant qu organisme évolutif, modèle une culture politique future pour

Plus en détail

Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif

Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif Favoriser la création d emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme par le modèle coopératif Coopératives et mutuelles Canada (CMC) est l organisme-cadre national qui représente les

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS OLIVIERBOBINEAU:L APPROCHESOCIOLOGIQUEDESRELIGIONS Nousestimerionsquenosrecherchesneméritentpasune heuredepeinesiellesnedevaientavoirqu unintérêt spéculatif Durkheim,LaDivisionduTravailSocial,Introduction(1895).

Plus en détail

COLOC' JP (25-35 ANS)

COLOC' JP (25-35 ANS) COLOC' JP (25-35 ANS) CHARTE 228 rue Nicolas Parent 73000 CHAMBERY JUILLET 2015 1 Sommaire I. Présentation de la colocation... 3 Naissance d'un projet... 3 Pourquoi? Comment? Avec Qui?... 3 II. CHARTE...

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Présentation du programme Éthique et culture religieuse. Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques

Présentation du programme Éthique et culture religieuse. Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques Présentation du programme Éthique et culture religieuse Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques Repères historiques 1964 1995 1996 1998 1999 1999 2000 2005 Création du ministère

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE Adopté le 23 avril 1999 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 DÉFINITION... 4 SECTION 1. Le membre et l'organisme

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail