Investir les contrées managériales de l action publique locale: le recours aux consultants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investir les contrées managériales de l action publique locale: le recours aux consultants"

Transcription

1 Investir les contrées managériales de l action publique locale: le recours aux consultants Atelier n 19 Participaient à cet atelier : Laurent DJEZZAR, directeur des finances et du contrôle de gestion au Centre Interdépartemental de Gestion de la Petite Couronne David GUERANGER, chercheur, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Jacques SORIA, directeur d activités, BPI - Bernard Brunhes Consultants L atelier était coordonné par Nicolas MATYJASIK, enseignant - chercheur, CERAPS, Université de Lille 2. Le marché du conseil a émergé dans les années 80 avec les lois de décentralisation qui ont alimenté un besoin d expertise, actuellement renforcé par la RGPP, la raréfaction des ressources financières et la complexification de l action publique. Transfert de pouvoir vers le local, enchevêtrement des niveaux de compétence, croissance des interventions publiques, poids grandissant des collectivités locales, mouvement de rationalisation du secteur public ont donc, de manière cumulative, suscité une demande de conseil au sein de l administration et par voie de fait contribué à la constitution d un nouveau marché d expertise. Bien qu en retard par rapport à l Angleterre, où l administration représente 30 % de l activité des cabinets contre 8 % en France, le secteur tend aujourd hui à se professionnaliser. Il s agit d un univers hétérogène, allant des «big four» aux consultants indépendants, des cabinets généralistes à ceux spécialisés dans des champs sectoriels. Les missions, variées, portent sur la communication, l évaluation des politiques publiques ou encore la mise en place de système d informations et évoluent vers l accompagnement du changement. Malgré la présence croissante des consultants auprès des collectivités territoriales, peu de travaux de sciences sociales étudient ce champ professionnel. L atelier se propose de mettre en lumière la relation de conseil (qui unit administration et consultants) à partir de différents points de vue pour dégager des pistes d amélioration. Strasbourg, les 3 et 4 décembre

2 I. L analyse d un commanditaire (Laurent DJEZZAR) Le contexte actuel se révèle propice au développement du conseil. L acte II de la décentralisation a transféré de nombreuses compétences de l Etat aux collectivités territoriales qui doivent organiser de nouveaux services et développer de nouvelles compétences dans des délais brefs. Son impact sur les ressources humaines et l organisation des services nécessite un accompagnement et des compétences spécialisées, de même que la recherche de performances sous contraintes financières et la complexification croissante de l action publique dans des domaines variés (gestion financière, développement durable, urbanisme). Il devient parfois difficile de se passer d un consultant privé, surtout dans les domaines où la loi impose une évaluation au bout de dix ans pour l expérimentation de nouvelles missions. Les raisons des décideurs publics de recourir au conseil privé sont : l opportunité d un regard extérieur ; la recherche de compétences spécialisées ; le besoin de légitimation de choix publics. Les décideurs publics attendent des consultants : neutralité et indépendance ; capacité d écoute et compréhension des besoins réels et cachés des collectivités territoriales ; accompagnement méthodologique et aide à la gestion du temps ; expertise et assurance technique sur le fond. Le consultant, qui n est pas un sous-traitant, doit être un accoucheur de projets, aidant la collectivité territoriale à s approprier le projet. Les relations entre collectivités et consultants sont marquées par l ambiguïté et la persistance d une méfiance liée à l opposition entre le secteur public, censé représenter l intérêt général, et le secteur privé, perçu comme recherchant uniquement des profits. Cette méfiance est alimentée par le sentiment d une application de solutions uniformisées par les consultants, d une perte d autonomie ou d une remise en cause des compétences des agents et d un coût démesuré des prestations. L influence de méthodes issues du privé peut heurter la culture administrative et susciter des résistances, surtout dans les grands corps d Etat assurant des fonctions d audit. Il existe par ailleurs de mauvaises raisons de recourir à un consultant comme la volonté de s abriter derrière lui pour faire passer une décision. Le consultant joue un rôle de médiateur et de fusible, notamment dans les comités de pilotage. Il est tentant d attribuer l échec d un projet à son incompétence supposée. Strasbourg, les 3 et 4 décembre

3 Il existe une interpénétration croissante des deux mondes, marquée notamment par le recrutement de profils similaires dans les deux secteurs. Dans un contexte de complexification de l action publique, de forte demande sociale et de réactivité nécessaire, le recours au conseil semble pourtant inévitable. Certaines collectivités l ont développé en interne : le Grand Lyon a ainsi créé une direction de l évaluation de la performance qui se positionne comme une structure de conseil interne vis-à-vis des autres directions. Proposer des prestations internes aux services n empêche pas toutefois de recourir au conseil externe sur d autres missions. Ces évolutions interrogent celle de la gouvernance locale vers un trio formé par les élus, les consultants et les fonctionnaires. A partir de ce constat, plusieurs recommandations peuvent être émises : soigner les cahiers des charges et définir en amont les attentes et objectifs précis de la mission du consultant ; utiliser toutes les possibilités du code des marchés publics et professionnaliser la gestion des achats de conseil ; réaliser en parallèle la mission en interne pour confronter les propositions ; capitaliser l apport du consultant en interne et veiller à ce qu il soit suivi d effets ; autoriser une véritable marge de manœuvre au consultant dans la réalisation de sa mission ; apprendre à manager la relation maîtrise d ouvrage consultant, développer l offre de formation sur ce thème et les guides pratiques. II. L analyse d un consultant (Jacques SORIA) L activité de conseil en direction des services publics locaux est à la fois banale et singulière : elle vise à améliorer la performance des organisations et à rationaliser les actions publiques pour rendre aux citoyens le meilleur service possible. Les cabinets restent des entreprises privées en situation de concourir à une amélioration de la performance publique. La complexité des procédures d appel d offre conduit effectivement parfois à des «copiés collés», qui peuvent s interpréter comme le résultat d une expertise accumulée dans un domaine. La décentralisation a considérablement fait évoluer le profil, les compétences et les marges de manœuvre des collectivités territoriales, révélant leur capacité insoupçonnée à absorber de nouvelles missions, sans pour autant que les commandes de prestations évoluent en conséquence. Les cabinets de conseil interviennent selon des modalités souvent peu adaptées en matière de commande, de conditions de réalisation et surtout de suivi des résultats obtenus. Strasbourg, les 3 et 4 décembre

4 L utilisation faite du code des marchés publics présente des inconvénients : difficulté du consultant à cerner la commande, en raison de la maladresse et du caractère allusif de certaines rédactions ; interdiction de variantes pour garantir à la collectivité la maîtrise du projet, alors que le dispositif fait intervenir des processus non encore mis en œuvre pouvant demander des adaptations ; demande d analyses préliminaires, qui font en fait partie de la prestation des cabinets ; calendrier d exécution parfois invraisemblable. Le formalisme du code des marchés publics présente néanmoins des avantages importants par rapport à une commande de gré à gré. Pour placer la commande au service du projet, plusieurs conditions doivent être réunies : un cahier des charges bien écrit, définissant les objectifs stratégiques et opérationnels du projet ; une demande pertinente de rythme et de calendrier d intervention ; la possibilité de comparer des offres si le prix et le volume des jours sont définis ; la possibilité d expliquer les attentes et de fournir des compléments d informations par un échange téléphonique ou une présentation du projet aux consultants ; l expression des attentes en matière de livrables et de profils des intervenants. Le choix des offres représente une étape difficile pour le consultant en raison de l imprécision des collectivités sur leur délai de décision, de leur difficulté à communiquer avec les cabinets non retenus et de leur tendance à éliminer la proposition la plus coûteuse, abstraction faite de la qualité du contenu de l offre. Le bon déroulement d une mission obéit aux conditions suivantes : instauration d un climat de confiance, formalisé par les consultants avec des outils permettant l initialisation de la mission et la vérification de la compréhension de la commande ; suivi du projet ; prévalidation des livrables avant le comité de pilotage, afin de procéder éventuellement à des ajustements. L évolution fréquente de la commande constitue une marque de satisfaction et de confiance du client. Elle permet de corriger d éventuelles erreurs ou approximations du cahier des charges. Pour être conséquente, la prolongation de la mission doit être effectuée de préférence par des accords cadres et des marchés à bons de commande, plus adaptés qu un renouvellement de l appel d offre. Strasbourg, les 3 et 4 décembre

5 Les consultants apportent une posture de tiers non partisan, une connaissance approfondie des sujets traités, un regard extérieur, une circulation d idées et la réalisation de diagnostics qualitatifs, difficiles à réaliser en interne. Ils possèdent une liberté de parole qui permet de révéler clairement les forces et faiblesses des organisations et des politiques menées, et apportent une contradiction constructive. Un rapport à même de conduire au changement doit équilibrer autant de points positifs que négatifs. Les consultants sont des professionnels avertis qui disposent du temps que n ont pas les agents de la collectivité. Leurs interventions rythmées dans le temps permettent de suivre les progrès des actions et, au besoin, de les relancer. Souvent, de jeunes consultants sont mobilisés. Issus du monde qu ils sont chargés d accompagner ou de filières d expertise, leur mobilisation répond aux exigences de qualité au meilleur coût, à condition de respecter des règles de base telles que le tutorat, la formation, la réflexion et la construction d outils par le cabinet. L écoute des plus jeunes permet souvent aux seniors de se remettre en question. III. L analyse d un chercheur (David GUERANGER) Le Réseau de Recherche sur le Conseil aux Collectivités ou R2C2 est un groupe de recherche qui résulte du constat établi en 2005 d une montée en charge des consultants dans l action publique locale sans réalisation équivalente de travaux de recherches en sciences sociales sur le sujet. Le réseau a tenu des séminaires pendant deux ans en invitant des commanditaires, des consultants et des universitaires et produit récemment un rapport. La figure du consultant ne répond pas à une définition unique. Cependant, trois catégorisations récurrentes peuvent être dégagées des discours des acteurs de terrain, marquées par trois oppositions : l opposition standard contre sur mesure, qui justifie l évaluation du coût des prestations ; l opposition entre décision et aide à la décision, l extériorité du consultant justifiant son intervention et le commanditaire conservant la décision finale ; l opposition entre «faire» et «faire faire», le recours au consultant étant synonyme d externalisation, de sous-traitance et motivé par l urgence ou la rédaction des coûts de personnel. Vouloir figer la relation de consultance dans une de ces catégories n est pas fructueux : il s agit plutôt de tensions qui la travaillent. La tension entre sur mesure et standard s exprime dans la nécessaire adaptation d un modèle d un territoire à l autre, quelle que soit sa technicité. Des forces s exercent, qui inclinent la prestation vers la normalisation ou l adaptation aux situations. S opposent une rationalisation de type industrielle et une rationalisation de type professionnelle obéissant Strasbourg, les 3 et 4 décembre

6 à des logiques différentes, internes à l entreprise de conseil mais aussi externes, telles que l évolution du marché de la concurrence ou l incertitude plus ou moins forte qui caractérise l interaction avec le client et alimente une logique de standardisation. La tension entre décision et aide à la décision renvoie à une vieille histoire des sciences sociales, de Max Weber aux auteurs contemporains. Parmi les modèles de fonctionnement de la démocratie développés par Habermas, le modèle pragmatique ou d expertise est celui qui caractérise le mieux la relation de consultance. Il «s inscrit dans la perspective idéale d une société démocratique dans laquelle les spécialistes ne sortiraient pas de leur rôle de technicien proposant des moyens et dans laquelle les fins seraient l objet d une large discussion inspirant les responsables politiques passant commande aux savants en fonction des besoins de la pratique». Les commanditaires mettent souvent en avant le déficit de compétence des élus locaux, d autres, la nécessité de faire passer la décision. Dans ces conditions, l appel accru au consultant ne pourrait-il pas entraîner un renforcement de la technocratie pour imposer des décisions aux politiques, dans la mesure où c est bien l administration qui passe le plus souvent commande? IV. Débat La spécificité des marchés publics de conseil Il existe un problème d approche des marchés intellectuels, qui ne peuvent être abordés comme les autres : une attention soutenue doit être accordée à la qualité de la proposition, au temps consacré à la mission et à la rencontre des différents consultants. Trop souvent, le prix constitue le premier critère de choix. Or, cette situation reflète une mauvaise analyse du besoin. Il existe un besoin de formation, notamment sur le choix du consultant et le suivi de la maîtrise d ouvrage. Si le coût ne doit pas être le premier critère de choix, il est arrivé qu une collectivité reçoive en réponse à un appel d offre des propositions dont l écart, allant de euros à euros, rendait son choix particulièrement difficile. Ce type de situation alimente un sentiment de méfiance. Concernant la mise en place des études, le cahier des charges doit inclure le suivi de la démarche. La collectivité territoriale doit en garder trace et capitaliser les acquis pour éviter de reproduire les mêmes erreurs et poursuivre sa démarche d amélioration. Strasbourg, les 3 et 4 décembre

7 L impact du changement des équipes municipales dans la commande de prestations de conseil Les évolutions du secteur du conseil ne relèvent pas seulement de la décentralisation. Elles s expliquent également par les changements politiques survenus dans les communes entre 1977 et Pendant cette période, les équipes municipales ont commandé de nombreux audits pour redéfinir un plan d action municipal. La commande d audits dans le cadre de la mise en place de nouvelles équipes municipales reste d actualité. La ville d Aulnay-sous-bois, qui a basculé à gauche aux dernières élections, en est un exemple. Les nouvelles équipes municipales souhaitent se forger leur propre opinion. Cette démarche fait partie de la culture des élus, qui doivent s adapter en temps et en heure aux évolutions réglementaires et affronter la complexification de l action des collectivités. S appuyer sur les cabinets de consultants permet aux collectivités de franchir le cap des réformes et rassure les élus dont le métier n est pas de tout connaître. Le fonds du problème réside dans l analyse du besoin : celle-ci doit être précise et approfondie. Actuellement, la finalité du conseil est devenue plus technocratique sous le poids des contraintes techniques et de l urgence de l action dans un contexte multi acteurs. Les objets d étude ne sont plus les mêmes et sont définis par des ratios très précis. Là réside également l opposition entre sur mesure et standard. L évolution de l action publique locale, aux frontières mouvantes, crée une part de méfiance, dans un contexte complexe auquel s ajoute le code des marchés publics. Le Cabinet BPI - Bernard Brunhes Consultants a décidé pour sa part de ne plus réaliser d audit en début de mandat. Il est préférable d aborder les questions problématiques en amont des échéances électorales afin de disposer d un outil de fin de mandat et de se faire élire sur un bilan. En début de mandat, le renouvellement des cadres accroît la difficulté du travail du consultant, car ils connaissent moins les dossiers. «L évaluation interne» La ville d Aulnay-sous-Bois a été primée pour sa démarche évaluation, réalisée à 80 % en interne avec l appui d un consultant au niveau du planning et de la méthode. La logique de consulting interne commence à se développer mais reste questionnable, notamment en ce qui concerne l indépendance par rapport au décideur. Sa plus-value reste à étudier. L idée d extériorité est fondamentale dans la définition du consultant. En revanche, il est toujours possible de mener des audits en interne. La faiblesse du marché en France s explique par le rôle des grands corps d Etat qui ont longtemps internalisé les fonctions d audit et d analyse. Par convention de langage, ces derniers ne sont pas des consultants. Strasbourg, les 3 et 4 décembre

8 La relation de consultance Une piste d amélioration de la relation consisterait à mieux différencier les missions de conseil, d étude et de formation. Il s agit de trois métiers différents s appuyant sur des modes opératoires spécifiques. Le paradoxe des acheteurs publics réside dans leurs exigences de singularité des propositions formulées en réponse à un cahier des charges et des références identiques. Avant de faire appel à un consultant, les collectivités territoriales doivent vérifier qu elles ne disposent pas des compétences en interne et définir la plus value recherchée. Il est fortement recommandé qu elles se forgent une opinion en amont, afin de porter un regard plus enrichissant sur la prestation du consultant. Certains interprètent le recours systématique à un consultant sans analyse préalable comme une disparition de l esprit de la décentralisation, qui se caractérise à leurs yeux par une prise de risques mesurés. La responsabilisation croissante des élus freine parfois les expérimentations. Le recours aux consultants présente une véritable valeur ajoutée lorsqu il s agit de faire face à un vide juridique ou financier. La fonction publique territoriale doit réapprendre à proposer des innovations aux élus en réalisant par exemple un document d orientation indiquant plusieurs alternatives et non une solution unique renforçant la tendance technocratique. Du point de vue de la DGA de la communauté urbaine de Lille, le consultant ne joue pas un rôle intermédiaire entre élus et fonctionnaires. La relation met en jeu deux parties, d un côté les fonctionnaires et les élus, de l autre les consultants, dans un travail commun. Le recours à un consultant impose que sa prestation soit suivie d effets, avec de préférence un suivi en aval par le cabinet de la mise en œuvre du conseil. Il est important que le consultant externe ait un interlocuteur bien identifié en interne, sans pour autant être en relation avec le consultant interne. Il est impossible de «faire faire» sans «faire» ou «savoir faire». Les deux sont intimement liés. Pour finir, la méfiance qui marquait la relation de consultance tend à diminuer en raison d un partage croissant de valeurs communes et d une plus grande proximité sociologique liée au recrutement de consultants et de fonctionnaires issus des mêmes formations. Document rédigé par la société Ubiqus Strasbourg, les 3 et 4 décembre

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

les 4 étapes de l'ingénierie de formation

les 4 étapes de l'ingénierie de formation Le responsable de doit coordonner et piloter 4 étapes principales dans la démarche d ingénierie de. les 4 étapes de l'ingénierie de Analyser Concevoir Evaluer Réaliser 1 ANALYSER Une première étape consiste

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Définir une stratégie de communication Définir et partager une politique de communication Cerner les enjeux de la communication publique territoriale...2662 Établir

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. presse@lexsi.com LEXSI.COM. tgraffeuil@oxygen-rp.com. Contacts presse : OXYGEN Tatiana GRAFFEUIL Audrey SLIWINSKI 01 41 11 37 89

DOSSIER DE PRESSE. presse@lexsi.com LEXSI.COM. tgraffeuil@oxygen-rp.com. Contacts presse : OXYGEN Tatiana GRAFFEUIL Audrey SLIWINSKI 01 41 11 37 89 DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : OXYGEN Tatiana GRAFFEUIL Audrey SLIWINSKI 01 41 11 37 89 tgraffeuil@oxygen-rp.com LEXSI Anne BIGEL presse@lexsi.com LEXSI.COM Sommaire INTRODUCTION 1 LEXSI, cabinet

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Note de service SG/SRH/SDDPRS/2015-206

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

RH : villes, EPCI, départements, régions : quatre niveaux de territoire, une même fonction stratégique?

RH : villes, EPCI, départements, régions : quatre niveaux de territoire, une même fonction stratégique? RH : villes, EPCI, départements, régions : quatre niveaux de territoire, une même fonction stratégique? Rencontre Professionnelle 5 Bernard RIPOCHE, directeur général adjoint ressources humaines, ville

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) Médiation Services Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Les PME parlent aux PME

Les PME parlent aux PME Les PME parlent aux PME Retour d expériences de 10 PME ayant mis en place la méthode ULYSSE Préambule Réalisation d une étude exploratoire auprès de 10 PME ayant utilisées au cours des derniers mois la

Plus en détail

Le Médiateur de la République

Le Médiateur de la République Le Médiateur de la République A l issue d un contrôle portant sur la gestion des services du Médiateur de la République pour les exercices 1995 à 2002, la Cour des comptes avait dressé en 2004 un constat

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés Contacts : Hélène Bernard, architecte, Audiar. Céline Racapé, chargée de mission aux formes urbaines, Rennes Métropole. L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Pré programmes des réunions d information UNME 2013

Pré programmes des réunions d information UNME 2013 Pré programmes des réunions d information UNME 2013 1 Etre élu en Mutualité : le rôle de l administrateur d une mutuelle d entreprise dans le mouvement mutualiste Présenter aux participants une vision

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Enjeux L accélération des délais de clôture ou Fast Close s est tout d abord très largement répandu dans les grandes entreprises

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Séminaire «Professionnels de la concertation»

Séminaire «Professionnels de la concertation» Séminaire «Professionnels de la concertation» Paris, 20 décembre 2013 Objectifs de ce séminaire : déterminer un programme de travail sur la question des «professionnels de la concertation» en fonction

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques REPENSER LA PRESENTATION DU BUDGET : UNE NOMENCLATURE STRATEGIQUE Le budget des collectivités de plus de 3 500 habitants peut être présenté par nature et par fonction. La nomenclature fonctionnelle permet

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES

Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES PLUS DE PROSPECTS? De l étude préalable au plan d action, musclez votre organisation commerciale

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Ce document est la synthèse de la conférence, réalisée et diffusée en direct par : Le retour sur investissement,

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance >>> Les systèmes de vidéosurveillance connaissent selon les villes européennes des évolutions d ampleur et de nature différentes tenant

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille.

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. «Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. Conférence réalisée par le Master 2 Management Public Territorial. Intervenants : - Monsieur Jean Louis BAJU, Directeur

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching?

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Parcours de formation Coach Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Dans un monde qui va de plus en plus vite Nous entendons parler chaque jour de stress, de mal-être

Plus en détail

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations progressons ensemble dans votre organisation et vos relations CONSEIL FORMATION MANAGEMENT - RH L entreprise est notre challenge Nous soutenons votre entreprise dans toutes les réalisations visant sa réussite.

Plus en détail

Formation consultants juniors en recrutement

Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement ESSEC Management Education Julie Le Gouëz HAOUACHI : legouez@essec.fr CNIT BP 230 2 place de la défense 92053 PARIS

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT Éric Delamarre Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8 2 e édition Avant-propos Être photographe professionnel indépendant, c est avant tout concevoir,

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

«Quelle solution paie pour votre organisation?»

«Quelle solution paie pour votre organisation?» «Quelle solution paie pour votre organisation?» Internalisée, externalisée, assistée Choisir sa solution paie en fonction de son organisation ou Adapter son organisation à sa solution paie? Quels sont

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail