DOSSIER DE PRESSE DOSSIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE DOSSIER"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE Visite de la plate-forme de veille sociale de l association «La Rose des Vents» à Mareuil-lès-Meaux dans le cadre des mesures relatives à la prévention et à la gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid 2013/2014 Vendredi 20 décembre h30 DOSSIER Direction des DE Services du Cabinet et de la Sécurité 1

2 DOSSIER DE PRESSE Visite de la plate-forme de veille sociale de l association «La Rose des Vents» à Mareuil-lès-Meaux dans le cadre des mesures relatives à la prévention et à la gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid 2013/2014 Vendredi 20 décembre h30 La Rose des Vents 400, chemin de Crécy Mareuil-lès-Meaux Contacts presse: Marie-Jeanne Iannuzzelli : Virginie Gustin :

3 Sommaire 1- Déroulé de la visite 2- Contexte 3- Présentation de la veille sociale 4- Points importants à retenir 5- Rappel des objectifs du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 6- Prévention et gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid

4 1- Déroulé de la visite 15h30 - Visite des trois services - Service Intégré d Accueil et d Orientation ( SIAO Urgence) - Centre d appel «115» - Equipe Mobile d Accompagnement Social et de Médiation (EMASM) 16h00 - Point-presse et échanges avec les équipes 4

5 2- Contexte Le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l inclusion sociale fi xe un objectif, celui de mettre fi n à la gestion saisonnière du dispositif d hébergement d urgence. Les directives de la Ministre de l égalité des territoires et du logement adressées aux préfets de région et de département par lettre du 21 novembre dernier visent, dès à présent, à favoriser toute l année un accès plus rapide au logement. A cette fi n, des actions doivent être mises en œuvre pour désengorger les structures d hébergement, améliorer la fl uidité de l hébergement vers le logement et mobiliser plus systématiquement l offre de logement accompagné en réduisant, autant que possible, le recours à l hébergement. un guide national a ainsi été élaboré. Il a pour objectif de défi nir les actions à mettre en œuvre aux niveaux local et national, pour détecter, prévenir et limiter les effets sanitaires et sociaux liés aux températures de l hiver en portant une attention particulière aux populations vulnérables. Ce guide est organisé autour de quatre grands axes dont celui de la veille sociale. 5

6 2- Contexte (suite) Pour la réalisation de l objectif veille sociale permettant d accueillir les personnes sans abri ou en détresse, l Etat a conçu, au profi t des personnes en situation d exclusion et sans résidence stable, une plate-forme de veille sociale composée en Seine-et-Marne des services et activités suivantes : le Service «115» le Service Intégré d Accueil et d Orientation (SIAO), l Equipe Mobile d Accompagnement Social et de Médiation (EMASM), l ensemble des accueils de jour du département, l ensemble des équipes mobiles (maraudes) du département, Les 3 premières activités (dont la partie urgence pour le SIAO) sont gérées par l association «La Rose des Vents» implantée à Mareuil-lès-Meaux. Les accueils de jour sont gérés par plusieurs associations du département et les équipes de maraude par la Croix-Rouge française. Cette plate-forme de veille sociale assure une mission de coordination de l ensemble des acteurs de la veille et de l urgence sociale et des partenaires de l hébergement. Elle assure dans le même temps une mission d observation sociale. 6

7 3- Présentation de la veille sociale 1) Le service SIAO urgence / «115» : Mission générale Placé au cœur du réseau départemental de veille sociale, le service «115» a pour mission de gérer la plate-forme téléphonique du numéro d appel gratuit d accueil et d aide aux personnes sans abri et en grande diffi culté à la recherche d une mise à l abri, d un hébergement et d une orientation vers des structures d accueil adapté à leurs demandes. Il s adresse en priorité aux personnes les plus vulnérables. Il se place au cœur du réseau départemental de veille sociale en apportant notamment une visibilité sur l occupation des places d hébergement et du profi l des personnes bénéfi ciaires. Il fonctionne 24h/24 et 7 jours/7. Le service SIAO urgence/ «115» apporte une réponse effective et de proximité de mise à l abri qui doit permettre à toute personne sans abri ou mal logée de bénéfi cier d une évaluation sociale, puis d une proposition d orientation dès le premier accueil ou dès la mise à l abri. Il s adresse également aux partenaires de l action sociale et au grand public pour un signalement, une demande de prise en charge, une orientation ou une information. 7

8 3- Présentation de la veille sociale (suite) Missions d accueil et d information : Le service SIAO urgence/ «115» propose un accueil et une écoute au public, réceptionne et traite les demandes exprimés et informe sur l accès aux droits, sur les dispositifs de droit commun et sur les dispositifs d urgence sociale gérés. Missions d évaluation des besoins et d orientation : Le service SIAO urgence/ «115» identifi e la nature et évalue l urgence de la demande, recherche et propose une réponse adaptée à la situation. Missions d hébergement : Le service SIAO urgence/ «115», en partenariat avec les structures d hébergement, répond aux demandes d hébergement des personnes sans-abri ou mal logées. Le service SIAO urgence/ «115» a également pour mission de gérer, pour la partie accueil orientation suivi, l ensemble des nuitées hôtelières du dispositif départemental d hébergement, la partie «réservation et médiation» du dispositif hôtelier étant assurée, depuis le 1er février 2013, par le Samu social de Paris. Missions de coordination des structures d hébergement : Dans le cadre du protocole départemental d hébergement associant l ensemble des structures d hébergement, le service SIAO urgence/ «115» coordonne, via l application SI SIAO, le suivi des places d hébergement et pilote le recensement quotidien de l état des capacités d hébergement. 8

9 3- Présentation de la veille sociale (suite) Mission d observation sociale : Dans le cadre de la plate-forme de veille sociale, le service SIAO urgence/ «115» a une connaissance exhaustive du dispositif départemental d hébergement et travaille avec l ensemble des services «115» d Ile-de-France pour une meilleure cohérence et gestion des réponses et pour alimenter les observatoires régional et national. Missions de coordination des autres services et activités de veille sociale : Le service «115» assure également une coordination de l action au niveau des dispositifs suivants : - Les équipes de maraude (gestion Croix-Rouge Française) - Le Taxi d Intervention sociale (gestion Croix-Rouge Française) La taille du département et les diffi cultés de couverture de son réseau de transports en commun nécessitent de véhiculer certains usagers qui sont dans l impossibilité de se rendre dans les lieux d hébergement ou les accueils de jour vers lesquels ils ont été orientés par le service SIAO urgence/ «115». - Les accueils de jour L accueil de jour a pour objectif d aider la personne à retisser des liens sociaux à travers la participation à la vie de l accueil de jour, l aider à se retrouver dans la dignité, favoriser la relance du projet de vie et faire émerger le désir d insertion, permettre à chacun de retrouver l accès à ses droits et devoirs et favoriser les démarches relatives à la santé. 9

10 3- Présentation de la veille sociale (suite) 2) Equipe Mobile d Accompagnement Social et de Médiation (EMASM) : L EMASM a été crée en 2009 dans le cadre du plan de relance. Elle prend en charge l évaluation et l accompagnement des personnes mises à l abri, à l exception du public «femmes victimes de violences» qui est pris en charge par les associations «spécialisées» du département. Elle effectue les évaluations sociales des ménages mis à l abri par le service «115» et fait parvenir ces évaluations avec les préconisations d orientation au SIAO urgence. A partir de l évaluation de la situation de ces personnes, cet accompagnement a pour objectif : - d apporter des réponses adaptées aux besoins et aux demandes des personnes - de traiter les situations d urgence (santé, scolarisation, ressources ) - de faire évoluer les personnes dans leur parcours d hébergement et de logement - de limiter la durée de séjour à l hôtel. L activité de l EMASM a considérablement augmenté cette année compte tenu de l évolution du dispositif hôtelier (430 personnes en moyenne en janvier personnes en moyenne en novembre personnes hébergées au 11/12/2013). 10

11 3- Présentation de la veille sociale (suite) 3) Moyens humains : - 1 directrice de Pôle, - 1 chef de service, - 1 secrétaire. centre «115» : - 7 écoutants (dont 6 travailleurs sociaux), - 1 superviseur, - 1 ETP de renfort hivernal. SIAO urgence : - 3 travailleurs sociaux, - 1 chargé de mission SIAO. EMASM : - 6 travailleurs sociaux, - 2 agents en période de renfort hivernal. 4) Moyens financiers : En 2013, les moyens suivants ont été attribués : Centre «115» : dont au titre de la période hivernale , SIAO urgence : , EMASM : dont au titre de la période hivernale

12 4- Points Importants à retenir En 2013 l Etat a consacré près de 25 M aux dispositifs d hébergement et de veille sociale, ce qui représente une augmentation de 25 % par rapport à l exercice 2012 (+ 5 M ). Deux principes forts guident l action de l Etat auprès des sans-abri: - l inconditionnalité de l accueil, - la continuité de la prise en charge (pas de remise à la rue). Actuellement il n y a pas de demandes non pourvues par manque de places, malgré la forte augmentation des demandes et les tensions sur le dispositif hôtelier. Toutes les personnes mises à l abri à l hôtel par le «115» bénéfi - cient d une évaluation sociale : - pour le public seine-et-marnais : via l EMASM - pour le public seine-et-marnais femmes victimes de violence : via les associations spécialisées du département - pour le public orienté sur le département par le Samu Social de Paris : via l opérateur Croix-Rouge (mise en œuvre récente au niveau régional). Une fois transmises au SIAO, ces évaluations sociales seront examinées afi n de rechercher les solutions les plus adaptées à la situation des personnes en favorisant, chaque fois que cela sera possible, l accès au logement de droit commun. 12

13 5- Rappel des Objectifs du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l inclusion sociale Renforts continus du 1er novembre 2013 au 31 mars 2014 : Hébergement : 104 places de mise à l abri supplémentaires dans les associations départementales suivantes : «Se loger pour vivre» à Roissy-en-Brie - 6 places - Public isolé + femmes avec enfant(s) «Habitat Educatif» à Meaux-Coulommiers - 4 places - Jeunes ans «Apprentis d Auteuil» à Tournan-en-Brie - 4 places - Femmes avec enfant(s) 13

14 5- Rappel des Objectifs du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l inclusion sociale (suite) «Horizon» à Meaux - 5 places - Publics isolés ou sortant de détention «La Rose des Vents» à Nemours, Montereau-Fault- Yonne, Meaux, Roissy-en-Brie et Melun - 49 places - Publics isolés + familles «Le Rocheton» à La Rochette -15 places - Familles «SOS Femmes» à Meaux - 4 places - Femmes victimes de violences «Le Relais de Sénart» à Melun et Varennes-sur-Seine - 17 places - Femmes victimes de violences 14

15 6 - Prévention et gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid Dans le cadre du Plan Territorial de Sortie Hivernale (PTSH), 101 places d hébergement d urgence ont été pérennisées à compter du 1er avril 2013 dans le département. Il s agissait des places de renfort hivernal ouvertes au cours de l hiver dernier. Elles sont essentiellement orientées «public isolé». Dispositifs pérennes d hébergement et de veille sociale en Seine-et-Marne au 1er novembre 2013 Hébergement : 1039 places Le dispositif d hébergement est complété par des nuitées hôtelières gérées par le «115» (cf. page 6 et suivantes). Veille sociale : - 8 accueils de jour : Melun, Meaux (2), Roissy-en-Brie, Montereau-Fault-Yonne, Lagny-sur-Marne, Fontainebleau, Chelles - 3 équipes de maraude de la Croix-Rouge Française - 1 gestionnaire115-1 SIAO urgence - 1 SIAO insertion Ces capacités pérennes sont complétées par des moyens supplémentaires pendant l hiver. 15

16 6 - Prévention et gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid (suite) Dispositifs supplémentaires mis en place durant la période hivernale Contrairement aux hivers précédents,il n existe plus de niveau de vigilance par rapport aux températures observées (niveaux 1, 2 ou 3 ). Cependant la vigilance météorologique est maintenue par l intermédiaire du partenariat habituel avec Météo-France. Météo-France fournit, chaque jour, les prévisions de températures de J à J+3. Une carte de vigilance est également consultable sur le site Internet de Météo France. En cas de conditions climatiques défavorables, la préfète de Seine-et-Marne est en charge de mobiliser les équipes et moyens jugés nécessaires. A ce titre, des moyens supplémentaires sont ou seront activés en cas de besoin. 16

17 6- Prévention et gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid (suite) Les renforts continus du 1er novembre 2013 au 31 mars 2014 Hébergement : places de mise à l abri supplémentaires Veille sociale : - ouverture de 3 accueils à haut seuil de tolérance d une capacité totale de 53 places (ouverture 24h/24) sur les communes de Meaux, Melun et Chelles - 6 Equivalents Temps plein (ETP) supplémentaires pour les équipes mobiles de maraude de la Croix-Rouge Française - 1 écoutant supplémentaire au numéro «115» - 2 ETP supplémentaires à l Equipe Mobile d Accompagnement Social et Médiation (EMASM) Les renforts ponctuels En cas de conditions climatiques défavorables, 249 places seront mobilisables (gymnases ou salles communales) mises à disposition par huit communes réparties sur le département (Melun, Chelles, Coulommiers, Provins, Nemours, Varennes-sur-Seine, Lagny-sur- Seine, Meaux). 17

18 Notes 18

19 Notes 19

20 Notes 20

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). 2014-09 Séance du 12 février 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Assessment & development center

Assessment & development center LEROY Consultants Assessment & development center Apporter une appréciation objective sur les potentiels et les développer Un lieu une démarche Le capital humain est reconnu comme un enjeu stratégique

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019 Cet appel sollicite les responsables des gouvernements afin qu'ils s'engagent à relever ces enjeux dès l entrée en fonction de la nouvelle législature. Appel pour une politique stratégique et coordonnée

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

ARGUMENTAIRE SANTE PROTECTION SOCIALE

ARGUMENTAIRE SANTE PROTECTION SOCIALE ARGUMENTAIRE SANTE PROTECTION SOCIALE Le but de cet argumentaire est d'aider chaque communiste à organiser des débats et des initiatives sur les questions de la santé et de la protection sociale. Ces questions

Plus en détail

LES. Éditorial. Sommaire. N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011

LES. Éditorial. Sommaire. N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011 N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011 Sommaire Editorial P. 1 Le dossier du mois : les services à la personne P. 2 Le Chèque Emploi Service Universel (CESU) P. 2-3 L agence nationale des services

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

Principaux engagements pris dans le cadre des conventions interministérielles

Principaux engagements pris dans le cadre des conventions interministérielles internet du ministère ville. dans le cadre des s interles Pôle des sports, jeunesse, de l éducation populaire et vie associative 4 avril 2013 Réduire les inégalités d accès à la pratique sportive : - Développer

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable!

Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable! Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable! Les meilleures solutions pour un avenir confortable Conservez votre niveau de vie après la pension Vos perspectives Les 4

Plus en détail

démographie des masseurs-kinésithérapeutes

démographie des masseurs-kinésithérapeutes démographie des masseurs-kinésithérapeutes Île de France - Réunion 95 78 974 93 92 75 94 91 77 75 77 78 91 92 - Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine conseil national de l ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Plus en détail

Structures petite enfance MEMENTO

Structures petite enfance MEMENTO Structures petite enfance MEMENTO Préambule : Les documents qui suivent ont été élaborés à partir de documents de la CNAF. Les fiches qui suivent ne sont en rien exhaustives. Elles ont pour but de vous

Plus en détail

Ligne 34. Château-Landon / Egreville Melun

Ligne 34. Château-Landon / Egreville Melun Château-Landon / Egreville Melun Samedi, sauf jours fériés (page 1 / 2) Château-Landon Place de Verdun 6:30 7:00 8:00 9:00 10:00 11:00 12:00 13:00 15:00 17:00 19:30 21:30 Place du Marché 6:32 7:02 8:02

Plus en détail

Evaluation de la 1ère année de mise en œuvre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale

Evaluation de la 1ère année de mise en œuvre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale Inspection générale des affaires sociales Evaluation de la 1ère année de mise en œuvre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale TOME I RAPPORT Établi par François CHEREQUE Simon

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver!

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver! Santé et travail sr poste informatisé bonnes postres et bonnes pratiqes Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est assi la conserver! www.simt.fr Santé et prévention a bénéfice

Plus en détail

Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports

Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports Comité Ile de France ATELIER du 9 avril 2013 INFORMATIONS STATUTAIRES ET EMPLOIS S.MILED Soyons plus performants

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

GUIDE DES SENIORS SOLIDARITÉ ÉDITION 2015 AUTONOMIE - DROITS - TRANSPORTS - SANTÉ

GUIDE DES SENIORS SOLIDARITÉ ÉDITION 2015 AUTONOMIE - DROITS - TRANSPORTS - SANTÉ GUIDE SOLIDARITÉ DES SENIORS AUTONOMIE - DROITS - TRANSPORTS - SANTÉ ÉDITION 2015 VINCENT ÉBLÉ Président du Département de Seine-et-Marne LYDIE AUTREUX Vice-Présidente chargée des solidarités, de la santé

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

Envoyer. de l argent à l étranger. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Envoyer. de l argent à l étranger. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent LES MINI-GUIDES BANCAIRES Envoyer www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent de l argent à l étranger LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Avril 2007

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

guide SOLidARiTÉ ÉdiTiON 2015

guide SOLidARiTÉ ÉdiTiON 2015 guide SOLIDARITÉ des seniors AUTONOMIE - DROITS - TRANSPORTS - SANTÉ ÉDITION 2015 La retraite est pour beaucoup d entre vous une nouvelle vie qui commence, elle est maintenant synonyme de dynamisme, d

Plus en détail

LISTE DES TAUX DE PRESSION EN 2NDE PRO, 1ERE PRO ET CAP 2013 EN 2NDE PROFESSIONNELLE

LISTE DES TAUX DE PRESSION EN 2NDE PRO, 1ERE PRO ET CAP 2013 EN 2NDE PROFESSIONNELLE Direction des services départementaux de l éducation nationale Seine-et-Marne ANNEXE 15 LISTE DES TAUX DE PRESSION EN 2NDE PRO, 1ERE PRO ET CAP 2013 EN 2NDE PROFESSIONNELLE 2NDPRO ACC SOINS S PERS URUGUAY

Plus en détail

Formations et portes ouvertes de certains lycées De Seine et Marne

Formations et portes ouvertes de certains lycées De Seine et Marne et portes ouvertes de certains lycées De Seine et Marne Etablissement Lycée polyvalent URUGUAY 77210 Avon 01 60 74 50 60 samedi 23 février 2013 Lycée GEORGES CLEMENCEAU 5, rue G.Clémenceau 77430 Champagne-sur-Seine

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET DE L EGALITE DES TERRITOIRES

MINISTERE DU LOGEMENT ET DE L EGALITE DES TERRITOIRES MINISTERE DU LOGEMENT ET DE L EGALITE DES TERRITOIRES Direction générale de l aménagement du logement et de la nature Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages Bureau des politiques sociales

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

Formations et portes ouvertes de certains lycées De Seine et Marne

Formations et portes ouvertes de certains lycées De Seine et Marne et portes ouvertes de certains lycées De Seine et Marne Etablissement Lycée polyvalent URUGUAY 77210 Avon 01 60 74 50 60 samedi 7 février 2015 Lycée polyvalent LA FAYETTE 77430 Champagne-sur-Seine 01 64

Plus en détail

Comité d Escrime d Ile de France

Comité d Escrime d Ile de France à M. le Président de la Ligue d escrime de Créteil, MM. les Présidents des Comités Départementaux d Escrime de la Ligue de Créteil, MM. les Présidents de Club de la Ligue d escrime de Créteil, Coubron,

Plus en détail

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master Bilan de la campagne de suivi menée en 27-28 auprès des diplômés de Master 24-25 Méthodologie Présentation des résultats Définition des indicateurs Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points Au 1er janvier 2015, seule une partie des établissements recevant du public (ERP) ont répondu aux obligations

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

PASS sports vacances. Sommaire

PASS sports vacances. Sommaire PASS sports vacances Sommaire PREAMBULE Article 1 : Modalités d inscription Article 2 : Modalités de fonctionnement Article 3 : Les infrastructures Article 4 : Tarification Article 5 : Sécurité et secours

Plus en détail

Ligne 20. Meaux Roissy CDG RER. Horaires valables à compter du 01/09/2014 jusqu'au 30/08/2015

Ligne 20. Meaux Roissy CDG RER. Horaires valables à compter du 01/09/2014 jusqu'au 30/08/2015 Meaux Roissy CDG RER Du lundi au vendredi, sauf jours fériés (page 1 / 2) Meaux Gare SNCF 5:00 5:30 6:00 6:30 7:00 7:30 8:00 8:30 9:00 10:00 11:00 12:00 13:00 14:00 15:00 16:00 16:30 17:00 17:30 Claye-Souilly

Plus en détail

Ligne 20. Meaux Roissy CDG RER. Horaires valables à compter du 01/09/2014

Ligne 20. Meaux Roissy CDG RER. Horaires valables à compter du 01/09/2014 Meaux Roissy CDG RER Du lundi au vendredi, sauf jours fériés (page 1 / 2) Meaux Gare SNCF 5:00 5:30 6:00 6:30 7:00 7:30 8:00 8:30 9:00 10:00 11:00 12:00 13:00 14:00 15:00 16:00 16:30 17:00 17:30 Claye-Souilly

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

PLAN CLIMAT ÉNERGIE DE SEINE-ET-MARNE. GUIDE des ÉCO-GESTES POUR UN TERRITOIRE DURABLE LA SEINE-ET-MARNE AGIT

PLAN CLIMAT ÉNERGIE DE SEINE-ET-MARNE. GUIDE des ÉCO-GESTES POUR UN TERRITOIRE DURABLE LA SEINE-ET-MARNE AGIT PLAN CLIMAT ÉNERGIE DE SEINE-ET-MARNE GUIDE des ÉCO-GESTES dans l habitat POUR UN TERRITOIRE DURABLE LA SEINE-ET-MARNE AGIT À la maison, tous nos gestes ont un impact sur notre consommation d énergie et

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

Janvier 2011. Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale dans le cadre du Grand Emprunt national.

Janvier 2011. Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale dans le cadre du Grand Emprunt national. Associations s i o s : comment m bénéficier é i des apports p financiers n i du programme r m investissement i s s e e n t d avenir (PIA)? Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

IDEAL Connaissances. Au service de la performance publique

IDEAL Connaissances. Au service de la performance publique IDEAL Connaissances Au service de la performance publique Présentation des premières conclusions de l enquête sur la gestion technique des aires d accueil Présentation du Réseau Gens du Voyage La gestion

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO)

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) RAPPORT D ACTIVITE 2013 Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) des Alpes de Haute Provence Rapport d activité du SIAO/115 Année 2013 Page 1 Sommaire Introduction A- Le SIAO «urgence» :

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE L AGENCE REGIONALE DE SANTE D ALSACE RELATIF A LA CREATION DE PLACES DE SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE (SSIAD) ARS Alsace Cité

Plus en détail

RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE

RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE S O M M A I R E Préambule Règlement Objectifs Ecole / cantine Quelques chiffres Le prestataire 1 2 Préambule RÈGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE A N N É E 2 0 1 2 / 2 0 1 3 La municipalité de CHAMPAGNIER

Plus en détail

TOUS SAVOIR POUR CRÉER SON ASSOCIATION

TOUS SAVOIR POUR CRÉER SON ASSOCIATION 1 TOUS SAVOIR POUR CRÉER SON ASSOCIATION Une association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

En partenariat avec. www.alliance-maladies-rares.org

En partenariat avec. www.alliance-maladies-rares.org En partenariat avec www.alliance-maladies-rares.org SOS. com est membre du CEEI Alsace (Centre Européen d Entreprise et d Innovation) L entreprise est soutenue par l Agence Régionale de l Innovation, par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

édition 2011 Le guide du créateur d entreprise en Seine-et-Marne

édition 2011 Le guide du créateur d entreprise en Seine-et-Marne édition 2011 Le guide du créateur d entreprise en Seine-et-Marne accompagner ceux qui s engagent sommaire La création d entreprise est à la fois le signe et l un des leviers les plus efficaces du développement

Plus en détail

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France Bilan décennal des catastrophes naturelles en France SOMMAIRE BILAN DÉCENNAL EN TERMES DE NOMBRE ET DE TYPE DE CATASTROPHES NATURELLES BILAN EN TERME DE VICTIMES.. 2 5 BILAN DÉCENNAL EN TERMES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Comment surmonter le plafond de verre dans la fonction publique?

Comment surmonter le plafond de verre dans la fonction publique? Premier ministre Ministère des Droits des Femmes Ministère de la Réforme de l État, de la Décentralisation et de la Fonction publique Parcours au féminin Comment surmonter le plafond de verre dans la fonction

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1502013D Intitulé du texte : décret relatif à la liste limitative des prestations particulières et au contrat type de syndic prévus à l article 18-1

Plus en détail

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT Les comités techniques dans la fonction publique de l État collection Ressources humaines UNE INSTANCE REPRÉSENTATIVE

Plus en détail

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ _GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ INTRODUCTION L accès à la contraception, sans autorisation parentale, est un droit pour les mineur(e)s. Néanmoins, dans la réalité, les jeunes ayant besoin

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L EMPLOI

AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L EMPLOI AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L EMPLOI 1 AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L EMPLOI Sommaire Code du Travail (tel qu il a été modifié) (Extrait: Art. L. 621-1 - 623-3).....................................

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

J INSTALLE MON ENTREPRISE

J INSTALLE MON ENTREPRISE 47 Grafvision - Fotolia.com Étape 8 > Je m installe à domicile > Je signe un bail commercial > J acquiers un fonds de commerce ou un fonds artisanal > Je choisis la société de domiciliation ou un centre

Plus en détail

Secrétariat médical et médico-social

Secrétariat médical et médico-social Urgence secourisme Action sociale Santé Formation Action internationale FILIERE formation Secrétariat médical et médico-social FORMATION CERTIFIEE NIVEAU IV - RNCP Programme Régional Qualifiant Du 6 janvier

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX

CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX NOM / PRENOM du salarié(e) :. MAGASIN :... *** DOSSIER A RETOURNER A L ADRESSE SUIVANTE : CARREFOUR HYPERMARCHES

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Envoyer. de l argent à l étranger. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Envoyer. de l argent à l étranger. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent LES MINI-GUIDES BANCAIRES Envoyer www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent de l argent à l étranger LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Avril 2007

Plus en détail

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité dans le cadre de la «Mobilisation pour la petite enfance et la parentalité», menée par le Ministère délégué chargé de la

Plus en détail

La réforme de l administration fiscale au Cameroun

La réforme de l administration fiscale au Cameroun Conférence sur la mobilisation des recettes fiscales dans les pays en développement Washington, 17-19 avril 2011 La réforme de l administration fiscale au Cameroun Alfred Bagueka ASSOBO Introduction (02)

Plus en détail

Règlement Intérieur. Date : 6 novembre 2014. Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006

Règlement Intérieur. Date : 6 novembre 2014. Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006 Règlement Intérieur Date : 6 novembre 2014 Code documentaire : ORU.REGLINT.ENR006 OBJECTIFS - FINALITES DE L ORU-MiP Article 1. : Conformément à sa convention constitutive, la mission principale du GIP

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

GUIDE DES POSTES A POURVOIR EN ALTERNANCE (liste mise à jour régulièrement)

GUIDE DES POSTES A POURVOIR EN ALTERNANCE (liste mise à jour régulièrement) GUIDE DES POSTES A POURVOIR EN ALTERNANCE (liste mise à jour régulièrement) CFA UTEC 15 Cuisiniers 10 Serveurs 5 Vendeurs 6 Administrateurs Réseaux 3 Développeurs Web 2 Développeurs d Applications 4 Réceptionnistes

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

4 e plan interministériel

4 e plan interministériel 4 e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes 2014-2016 MINISTÈRE DES DROITS DES FEMMES 4 e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail