Apprendre à mener une recherche-action pendant sa formation, c est investir sa pratique et revisiter les savoirs dits «universitaires»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Apprendre à mener une recherche-action pendant sa formation, c est investir sa pratique et revisiter les savoirs dits «universitaires»"

Transcription

1 Marie-R. Verspieren Apprendre à mener une recherche-action pendant sa formation, c est investir sa pratique et revisiter les savoirs dits «universitaires» C est à la rentrée que s est ouvert, dans le cadre de la maîtrise des sciences de l éducation de Lille i un atelier consacré à la recherche-action. Associée dès le départ à cette création, j y enseignais à la fois ce que ma pratique m apprenait de la méthode (je menais et je mène encore des R-A) et à la fois la théorie s y référent, puisque j écrivais alors ma thèse sur le sujet. ii La communication proposée poursuit deux objectifs : d une part, montrer ce que l enseignement supérieur, et plus particulièrement l Université, peut apporter à la pratique de la recherche-action. D autre part, montrer l intérêt qu un tel atelier ouvre comme perspective pour les étudiants de maîtrise iii (enseignants comme éducateurs, formateurs d adulte etc...), du point de vue de l acquisition et/ou du développement de compétences transférables dans leurs situations de travail habituelles. Ceci se produit, notamment, par la transformation de leurs rapports aux savoirs dits «universitaires» et par un investissement différent de leur pratique professionnelle. Première partie : Ce que l université peut apporter à la pratique de la recherche-action A l annonce de mon sujet de thèse, un professeur d université m a mise en garde «c est mode», a-t-il lâché. Il parlait bien évidemment de la recherche-action. C est de sa situation au sein de l université dont il sera question ici. Puisqu elle y est enseignée, c est qu elle y a trouvé une certaine forme de reconnaissance, malgré les réticences dont certains font preuve à son égard. Les griefs les plus souvent retenus contre cette démarche de recherche sont ceux de sa non-scientificité, de l improbabilité que ses résultats soient fiables, du manque de titre universitaire de ceux qui en mènent, et de son caractère «fourre-tout». Cependant, elle est enseignée au sein de l université ce qui, en soi, lui donne une certaine légitimité, une forme de reconnaissance et une validation des acquis expérientiels des praticiens, à condition que ces acquis soient réinvestis par et pour la recherche. Reprenons ces points tour à tour.

2 L opportunité qu existe, au sein de l université, une pratique rigoureuse de recherche-action. Le problème de la reconnaissance de la démarche de recherche-action au sein de l université est qu il existe plusieurs types de recherches-actions, et il est vrai qu un universitaire, non-spécialiste de cette démarche, peut ne voir dans la relation de certaines d entre elles ni plus ni moins que des relations d expérience. Il peut, en conséquence, se demander à juste titre si ce qu il lit relève de la recherche ou de l analyse d activités. Il arrive en effet que la recherche-action serve de transcription de pratiques, au mieux de réflexion sur cette pratique, ce qu elle n est pas, tout au moins pas seulement. Il existe aussi une forme de recherche-action où le chercheur se rapproche des acteurs pour obtenir d eux des informations de première main, au plus près de la source. Ce chercheur, acteur «masqué», ne mène pas non plus une véritable recherche-action dans le sens où nous l entendons, puisqu il se sert des praticiens comme l on se sert d informateurs dans d autres lieux... Il n est pas, à proprement parlé, acteur-chercheur sur une pratique à laquelle il est mêlé, ou à laquelle il se mêle. La véritable recherche-action est celle qui poursuit conjointement deux objectifs : production de connaissances et changement de la réalité par l action. Cet enjeu double conduit à diminuer autant que faire se peut la place laissée au hasard, et vise à ce que chaque acteur-chercheur ou praticien acquière une réelle capacité à anticiper l avenir. C est pourquoi nous avons nommé cette démarche «recherche-action de type stratégique». Elle dialectise les deux concepts «recherche» et «action», n en privilégie aucun et mène les deux simultanément. Elle se fonde, comme son nom l indique, sur l analyse stratégique, parce que la stratégie permet aux acteurs de mener à bien une action consciente et réfléchie. Même si elle n est pas garante de réussite, elle donne cependant des moyens supplémentaires de la briguer. Le premier apport que l enseignement supérieur offre à la recherche-action, c est l opportunité d exister : dans le monde universitaire actuel, enseigner et pratiquer cette démarche est un enjeu fort dont nous sommes tout à fait conscients. Ce qui nous amène au point suivant : La reconnaissance de la scientificité de la démarche La science présente des garanties de rigueur, de généralisation, de réfutabilité qui sont autant de garanties d une pensée libre. J. Hedoux iv montre bien que les sciences humaines sont des sciences qui suivent les critères de l épistémologie classique cumulativité, réfutabilité, 2

3 opérationnalité, mais qui sortent effectivement affaiblies d une comparaison avec les sciences «dures» et ceci, selon lui, pour trois raisons : elles relèvent de réalités très spécifiques qui dépendent étroitement d un contexte particulier et d une évolution rapide. Les modèles d intelligibilité qu elles produisent ont donc une durée de vie raccourcie par rapport aux autres sciences ; elles sont élaborées par des chercheurs qui sont des personnes ne reniant pas leur idéologie, leur croyance, leurs convictions philosophiques et morales. Les connaissances produites sont donc imprégnées par les individus qui les ont construites ; elles s attachent à des problèmes de société éminemment politiques, conflictuels et culturels, ce qui rend la fiabilité de leurs modèles extrêmement périlleux. Cependant, dit l auteur, ce n est pas parce qu elles répondent moins durablement aux critères habituels de la scientificité qu elles ne sont pour autant ni moins fiables ni moins scientifiques. Elles sont, par contre, appelées à être plus souvent remises en question. Dès leur diffusion, leurs résultats sont assimilés plus ou moins correctement par des acteurs eux aussi pris dans leur propre système idéologique, et, par voie de conséquence, ils sont appelés à être réinterprétés, réexpliqués, voire dévoyés de leur signification première. C est alors au chercheur de remettre de l ordre dans cette appropriation, abusive ou non, des résultats de ses études, analyses et expérimentations. Les savoirs produits par la recherche-action de type stratégique sont des savoirs scientifiques, même s il n échappe à personne que ce sont des savoirs liés à une situation particulière dans un contexte donné. Ainsi donc, des savoirs sont obtenus par le biais de la démarche utilisée. Ces savoirs sont des produits sociaux, puisqu ils sont l œuvre d un «acteur collectif», constitué d individus coopérant à mener à bien un changement du réel. Ces connaissances ne sont pas figées, elles ne cessent de s étendre et de se modifier à mesure que l action avance. Pour les acteurs, le savoir se découvre en agissant directement sur le terrain pour le transformer. Comme le dit Hall : «il n existe pas d autre moyen de découvrir le savoir que d entrer en rapport concret avec les objets et les processus réels, de s efforcer de les maîtriser et de les modifier, d élaborer des concepts à partir de l expérience acquise et de mettre les conclusions une fois de plus à l épreuve des faits. Le savoir n existe pas en dehors de la pratique. Les hommes n acquièrent pas la connaissance des choses au sujet desquelles ils n ont pas ressenti le besoin, ou eu l occasion, d apprendre quoi que ce soit dans la pratique». v 3

4 L une des conséquences de ce savoir acquis par la pratique, confronté aux concepts et théories scientifiques de son champ, c est l aspect formatif qu il revêt pour tous les participants de l acteur collectif, quel que soit leur statut. Par voie de conséquence, l aspect de validation des acquis de l expérience, acquis revisité par la recherche, est valorisé par cette démarche. L aspect validation des acquis des praticiens, acquis «revisités» par la recherche D une part, cette méthode de recherche est un processus éducatif pour tous ceux qui s y engagent. La recherche-action de type stratégique implique la participation de ceux qui souhaitent le même changement de leur réalité : ne peuvent travailler ensemble que des personnes poursuivant un but identique. L analyse stratégique est là pour que les participants se mettent d accord sur leurs objectifs et projets de transformation, et sur les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre. Mais là n est pas notre propos. D autre part, cette méthode sensibilise les acteurs de terrain au fait qu ils ont des ressources dont la recherche tiendra compte. Rappelons qu en recherche-action de type stratégique, l implication forte du chercheur dans l action comme dans la recherche est visée, ainsi que celle des acteurs, forte dans la recherche comme dans l action. Rappelons aussi qu en rechercheaction, ce n est pas toujours le cas... vi Il s agit ici, en maîtrise des Sciences de l Education, de praticiens qui posent des actes de recherche, c est-à-dire qui formulent des hypothèses, relèvent des indices de vérification, recueillent des données, les traitent et mènent une analyse. De fait, ils vont plus loin dans leur formation et leur réflexion que ceux qui réfléchissent sur une pratique le plus souvent en voie d achèvement, dans le but de l améliorer. Il est vraisemblable également que ceux qui se sont frottés, confrontés et formés à cette méthode éprouvent l envie de la renouveler, avec d autres partenaires, pour d autres objets. Et ce n est pas pour autant qu en écrivant ceci je pense que jusqu alors, ils n avaient pas réfléchi à leurs pratiques et aux moyens de l améliorer. Simplement, ils auront éprouvé l avantage qu un dispositif de recherche rigoureux apporte à l action, et surtout, ils l auront vécu. Savoir, dans l absolu, qu une recherche est contraignante mais utile n est en rien comparable au fait de se coltiner avec la réalité de la démarche elle-même. Lire sur la recherche-action et en mener une reviendrait à comparer l histoire de l art et l art lui-même...ou le joueur de loto sportif avec le sportif! En faisant les comptes des mémoires soutenus en maîtrise, on s aperçoit que les travaux de recherche portent souvent soit sur une innovation que la R-A accompagne et évalue au fur et à mesure de son implantation sur le terrain choisi, soit, plus directement, sur l évaluation d un dispositif particulier, bien cerné. 4

5 Ces liens entre évaluation et R-A apparaissent de plus en plus évidents. A l heure actuelle, on peut dire que l évaluation implique la mise en œuvre d une R-A de type stratégique et que cette dernière intègre logiquement l évaluation à sa propre démarche. Attention, il s agit bien d évaluation et de non de contrôle. vii Autrement dit, «la RATS serait un processus de recherche, un processus d intervention et un processus d évaluation intégré» viii, ce qui nous amène logiquement au second point de cette communication, à savoir les effets de la méthode utilisée, sur les praticiens, sur leurs pratiques et sur leurs savoirs. Seconde partie : L intérêt, pour les praticiens, d obtenir leur maîtrise en rechercheaction, et les difficultés rencontrées L'intérêt de former des professionnels (enseignants, CPE, instituteurs, formateurs, ingénieurs de formation, travailleurs sociaux, éducateurs, syndicalistes, infirmières...) à la R-A est principalement de leur faire trouver par eux-mêmes des réponses aux problèmes visant à sortir 1 institution dans laquelle ils travaillent, à émerger, de ses difficultés, en terme de démarche et de réalisation. Mais il ne s'arrête pas là. Il y a une formation sur le site des usagers, individuellement et collectivement : il y a création d'acteurs. Avoir fait partie d'un collectif de R-A marque les participants : le jeu subtil des hypothèses de recherche et d'action, la vérification par l'évaluation est un rempart pratique et utile contre les convictions toutes faites. Il nous soumet au verdict de l expérimentation ". ix Les intérêts Mener à bien une action et la mettre à distance par une appropriation théorique et un travail d écriture entraînent quatre types d intérêts que l on retrouve et dans les mémoires de maîtrise et dans les entretiens passés avec les étudiants : Une R-A est un processus qui vise à la fois une transformation et à la fois une production de connaissances. De ce fait, elle est le produit (ici, dans le cadre de cet atelier méthodologique) d'un chercheur-praticien et d'un certain nombre de ses collègues. Pour autant, les uns et les autres conçoivent conjointement l'action et la mettent en œuvre. La réflexion «institutionnalisée» par la démarche lors des séances d'analyse et d'évaluation permet aux praticiens de se saisir d'une intelligibilité de l'action qu'ils ont peu l'occasion de formaliser lors de toute autre action les concernant. Cette opportunité peut dès lors leur donner des capacités à modifier les conditions d'exercice de leurs activités professionnelles. Un étudiant montre ainsi «le lent et difficile cheminement des différents acteurs 5

6 de ce groupe de recherche pour élaborer un langage commun, se donner des outils d'analyse et pour aboutir à un consensus quant à la problématique de cette recherche, aux objectifs qu'elle se donne et à la méthode de travail la plus appropriée pour les atteindre». La construction commune d'une première généralité permet de réussir ce travail. De ce fait, les étudiants de maîtrise mais également les membres de l'acteur collectif acquièrent non seulement une méthode, des techniques et connaissances en sc. humaines mais aussi une méthode et des connaissances pour questionner leur terrain professionnel et modifier leurs pratiques. Par le travail fourni pour constituer et rendre viable l'acteur collectif, ils acquièrent également des savoir-faire de l'ordre de la relation et de la communication. «L'activité collective contribue à gérer au mieux les relations dans le groupe»7, reconnaît une étudiante, «l objet de la recherche renforce l'équipe et incite à une organisation méthodique du travail» x apprécie une autre. Ainsi faisant, ils maîtrisent (le mot est juste) l'ensemble d'un processus (de la conception à l'évaluation), ce qui n'est pas sans effet. Ces acquis leur permettent de mieux se situer et de savoir non seulement répondre à la question «pourquoi est-ce que je fais ceci plutôt que cela», mais, ce qui est nettement moins fréquent, de répondre également à la question : «pourquoi les collègues, eux, font ceci plutôt que cela?» Cet effet augmente la professionnalisation des praticiens-chercheurs, puisqu'ils luttent contre la division du travail. «Les expériences des uns et des autres en matière de formation pour adultes sont fort différentes, et plus encore en ce qui concerne les représentations individuelles de la mission de formateur en APP : dans les expressions des uns et des autres apparaissent plus de questionnements que de certitudes» xi Les capacités ainsi acquises contribuent à mettre à distance, à questionner les processus, situations et rapports sociaux existants. Les professionnels ainsi formés sont mieux informés et peuvent questionner non seulement les orientations de leurs collègues de travail, mais encore celles d'une institution, voire de la société. Les objectifs de la RA. par exemple, ne sont jamais donnés : ils sont construits ; ils sont le produit d'un processus d'élaboration au sein duquel se joue un rapport de forces entre agents sociaux aux intérêts divergents, voire contradictoires. 6

7 Les difficultés rencontrées. Le 1 er constat est que les mémoires présentent toutes les caractéristiques d'un mémoire de recherche «classique» plus les conditions requises pour mener une action contrôlée. Il y a toujours une question de départ, puis intervient une phase qui n'existe pas en recherche traditionnelle, qui est celle de la constitution d'un collectif avec tous les problèmes que cela pose : un collectif peut être conflictuel, fluctuant voire... impossible à trouver! La problématisation de la question est faite généralement par le praticien-chercheur lui-même, ce qui pose un problème méthodologique : étudiant la «littérature scientifique» du sujet qui est celui qu'il a choisi, seul généralement, parfois (mais plus rarement) en équipe, il «prend de l'avance» théorique et ne peut plus, dès lors, pour ses collègues immédiats, être considérés comme un praticien comme un autre. La délimitation du champ de recherche est la même qu'en recherche classique. Simplement elle tient compte, de plus, des actions qui seront menées dans le cadre de la recherche-action. Lorsqu'il s'agit de choisir la technique de recherche la plus pertinente pour traiter la question posée, on s'aperçoit d'un autre type de difficultés auquel les étudiants de maîtrise ne sont habituellement pas confrontés. Les praticiens-chercheurs ont du mal à se limiter à une seule technique et se servent, pour vérifier leurs sous-hypothèses, de techniques différentes. Cette abondance d'outils pose un problème de temps qu il reste à résoudre Le 2 nd constat émane de la forme du mémoire en soi. En R-A, il ne peut s'agir simplement de mettre en corrélation les résultats obtenus avec les hypothèses de départ. Pourquoi? Parce que chaque hypothèse a fait l'objet d'une évaluation et évolution constante. Il n'y a pas, en R-A, une hypothèse, une action, un résultat mais : une hypothèse, une action, une évaluation, une rectification éventuelle, un résultat... Tout ceci est plus difficile à rédiger... Le 3 ème et dernier constat est que l'étudiant se heurte à une double sanction : celle de l'aspect «recherche» (Qu'a-t-on appris de nouveau concernant le sujet? Que valent les connaissances produites?) et celle de l'aspect «action» (Qu'est-il advenu des actions mises en œuvre? Ont-elles été socialement efficaces?) En ce qui concerne les difficultés rencontrées par les étudiants, outre celles liées à la recherche (commune à tous les étudiants de maîtrise), on peut relever celles liées à la place particulière qu'occupe le praticien-chercheur et au fait qu'il occupe simultanément plusieurs rôles. «Quelle était ma place? Déléguée de l'institution? Conseillère pédagogique? Étudiante? Formatrice? En fait, je cherchais, moi aussi... Je devais servir au quotidien 7

8 en tant que membre de l institution, mais j étais là aussi parce que je présentais un mémoire de maîtrise en recherche-action. Cette confusion des rôles, c est quelque chose de difficile à assumer» xii C'est bien la raison pour laquelle la R-A de type stratégique est si exigeante sur l'application des règles de méthode et encourage les praticiens à acquérir les outils de la recherche. Dans la mesure où ils y parviennent et les mémoires soutenus sont là pour en attester, leur double statut constitue alors un avantage irremplaçable puisqu'il leur permet de démasquer les discours de légitimation, les procédures d'évitement, les opinions trop hâtivement émises, les erreurs éventuelles de jugement et d'appréciation. Le double statut conduit alors à l'élaboration d'un corpus de savoir plus solide et plus scientifique. Conclusion Reconnaître que la recherche-action est un concept «mode» qui englobe tout et n importe quoi relève du simple bon sens. La condamner pour autant, c est lui faire un procès d intention. Ce qui est aussi certain, c est que cette démarche dérange, car elle va à l encontre d habitudes et de certitudes peu souvent remises en question : celle de la séparation du chercheur avec son objet de recherche, celle de la division du travail au sein du monde scientifique entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas, celle de la sacro-sainte objectivité on ne peut être juge et parti, ainsi que celle de l épistémologie classique. Mais est-ce que c est parce qu elle bouscule le monde scientifique qu elle ne vaut rien pour autant? Non, puisqu elle trouve ici et là une place au sein de l Université, place qu elle peut revendiquer malgré ses difficultés. Cette communication insiste sur une difficulté-clé de la recherche-action, et sur l un de ses avantages majeurs. La difficulté-clé, c est de rendre la démarche la plus rigoureuse possible pour que les savoirs et connaissances qu elle permet de découvrir puissent être tout d abord reconnus par d autres meneurs de recherches-actions, puis réutilisables, puis, éventuellement, réfutables. Il n est pas impossible que le monde scientifique se penche alors sur la démarche, elle est encore jeune et fait ses premiers pas. Ce n est pas pour autant qu elle n ira pas jouer dans la cour des grands... La rigueur de ceux qui sont décidés à mener des recherches-actions est un enjeu important pour que cette bataille puisse, au moins, s engager. De ce point de vue, la reconnaissance universitaire est un enjeu majeur : enseigner et mener des recherches-actions rigoureuses dans un atelier de maîtrise est un apport notoire de l enseignement supérieur à cette méthode de recherche. 8

9 L un de ses avantages majeur, c est son aspect formatif et le réinvestissement théorique des savoirs de la pratique : on ne comprend bien que ce que l on transforme... si l on se donne les moyens d évaluer cette transformation, bien sûr. Ce faisant, l on acquiert des compétences nouvelles, que l on soit praticien-chercheur ou chercheur-praticien. L acteur collectif permet ces enrichissements mutuels, même si certaines réunions sont conflictuelles pour arriver à un accord sur le but à atteindre. Il ne faut pas se voiler la face, l action, la recherche et la stratégie ne sont pas synonymes d harmonie consensuelle et d équilibre confortable. Enfin, pas forcément... mais sources d intérêts et d apprentissages, certainement. Les savoirs universitaires sont investis par des acteurs ayant soif d emprunter des itinéraires théoriques dont ils n avaient jusqu alors jamais soupçonné l efficacité, et, mieux encore, sont confrontés à d autres itinéraires possibles. «Celui qui sait n imagine même pas que son savoir puisse ne pas être partagé, tant il est pour lui évident. Aussi ne fait-il l objet d aucun discours». xiii En obligeant les savoirs théoriques et les savoirs pratiques à se confronter, à se mêler pour et par la dialectique de la recherche et de l action, cette démarche prouve le bien-fondé de sa place au sein de l enseignement supérieur. Si «la science moderne ( ) s est construite comme rupture avec un savoir commun qu elle se propose de remplacer» xiv, la recherche-action, elle, entretient un dialogue parfois conflictuel mais le plus souvent fructueux et fécond pour établir une forme de continuité entre ces deux savoirs. i A cette époque, le cursus des Sciences de l Education de Lille était co-habilité Lille I et Lille III ii Soutenue en 91 Recherche-action de type stratégique et science(s) de l éducation Coédition Contradictions/L Harmattan, 396p. iii le cursus licence/maîtrise des sciences de l éducation de l Université de Lille I s adresse plus particulièrement aux étudiants de Formation Continue, bien que des étudiants de formation initiale y trouvent également leur compte et leur intérêt. iv J. Hedoux "Sciences humaines, pratiques de formation et praticiens " des rapports complexes ; les recherches-actions de type stratégique comme orientation féconde, Lille, 1994, Cahier du CUEEP n 25 Recherches-actions et pratiques de formation - Tome I. p v Budd L. Hall le savoir en tant que marchandise et la recherche participative, Perspectives, vol.ix, n 4, vi A ce sujet : MR Verspieren Recherche-action de type stratégique et science(s) de l éducation, op. cit. et particulièrement p où il est question du rapport entre les chercheurs, l objet de recherche et les praticiens. vii Le contrôle, écrivent J. Ardoino et G. Berger, est tout à la fois «un système, un dispositif et une méthodologie, constitués par un ensemble de procédures ayant pour objet (et visée) d établir la conformité (ou la non conformité) si ce n est l identité, entre une norme, un gabarit, un modèle, et les phénomènes ou les objets que l on y compare, ou à défaut de l établissement de cette conformité ou de cette identité, la mesure des écarts». J. Ardoino et G. Berger D une évaluation en miettes à une évaluation en actes, Paris, Matrice Andsha, 1989, p.12 viii P. Demunter Recherche-action de type stratégique et évaluation des actions et dispositifs de formation. Contradictions n 76, Bruxelles, 1994, p , p. 83 ix extrait d un mémoire de maîtrise, 1997 x extrait d un mémoire de maîtrise, 1998 xi F. Haeuw Autonomie de l apprentissage ou apprentissage de l autonomie? La réponse d un Atelier Pédagogique Personnalisé. Mémoire de maîtrise en Sciences de l Education, Lille, doc. Ronéotypé, session d oct. 93, 84p xii entretien avec une étudiante 9

10 xiii B. Collignon Expériences et savoirs géographiques in Sciences humaines n 137, avril 2003, p. 24 xiv ibidem 10

DOSSIER RECHERCHES ACTIONS (1) SCIENCE, FORMATION ET RECHERCHE-ACTION DE TYPE STRATÉGIQUE

DOSSIER RECHERCHES ACTIONS (1) SCIENCE, FORMATION ET RECHERCHE-ACTION DE TYPE STRATÉGIQUE DOSSIER RECHERCHES ACTIONS (1) SCIENCE, FORMATION ET RECHERCHE-ACTION DE TYPE STRATÉGIQUE Marie-Renée VERSPIEREN À l'annonce de mon sujet de thèse, un professeur d'université m'a mise en garde "C'est mode",

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Préparation et révision

Préparation et révision 2 MÉTHODO Préparation et révision 1. Comment s organiser au cours de la période de formation? a) Bien connaître le programme et la nature de l épreuve Il faut évidemment lire attentivement le programme

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1 Les valeurs à partager pendant l

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS Dispositif de Formations de formateurs 1 RÉUSSIR SON PARCOURS Vous souhaitez : Devenir formateur permanent ou occasionnel Obtenir une certification de formateur Vous perfectionner dans votre métier Réaliser

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Evènements FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Mission Locale du Charolais - 17 rue Jean Bouveri - 71 130 GUEUGNON Structure support du projet Rappel de la mise en place et des objectifs de cette action. L

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB NOM DU FICHIER TESSA : Togo_Ma_M1_S2_G_110213 PAYS TESSA : Togo DOMAINE DU MODULE : MATHEMATIQUES Module numéro : 1 Titre du module : Étude du nombre et de la structure

Plus en détail

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel,

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, 5 Passage Delessert 75010 Paris tél : +33 1 53 26 99 82 +33 6 10 59 95

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions Facilitateur du changement une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions 1 CHANGER La créativité n emprunte jamais des chemins connus, préparons-nous au changement

Plus en détail

LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT

LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT Avec la participation d Ipswitch INTRODUCTION Dans l environnement actuel de l entreprise, le réseau est l entreprise. Sans les e-mails, l Internet,

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Le portefeuille de compétences FAIP 2012

Le portefeuille de compétences FAIP 2012 Le portefeuille de compétences FAIP 2012 SOMMAIRE I INTRODUCTION ET DEFINITION II - CARACTERISTIQUES DE LA DEMARCHE III OBJECTIFS IV ACCOMPAGNER A LA DEMARCHE V- DIFFICULTES RENCONTREES VI - STRUCTURE

Plus en détail

MentorPlace au Collège de Kerbellec

MentorPlace au Collège de Kerbellec MentorPlace au Collège de Kerbellec I LES ACTEURS a) du Collège Kerbellec Monsieur NEDELLEC directeur adjoint Monsieur GUILLERME professeur principal classe de 4 ème Monsieur SOURRICE surveillant du collège

Plus en détail

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching Qu est-ce que le coaching? C est l accompagnement de personnes ou d équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale.

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. CODE DE DEONTOLOGIE Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. Il a pour but de fixer des points de référence éthiques et déontologiques, spécifiques à la pratique professionnelle

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE FORMATEURS

PROGRAMME DE FORMATION DE FORMATEURS MARIE-PAULINE ROUSSEAU, formatrice et consultante en développement des personnes ACADÉMIE DE TRANS-FORMATION A.R.Q. inc. NO. d'agrémentation de la SQDM : 3302 Programme FORMATION DE FORMATEURS PROGRAMME

Plus en détail

Recrutement des chefs de travaux Session 2013. Académie de Lille. Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC

Recrutement des chefs de travaux Session 2013. Académie de Lille. Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC Recrutement des chefs de travaux Session 2013 Académie de Lille Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC AVANT PROPOS La session 2013 de recrutement des chefs de travaux s est déroulée conformément

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis.

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis. ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du au EVALUATION DU STAGE Acquis Non acquis Absences pendant le stage : jours Date et Signatures : Stagiaire

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment?

Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment? Christophe Rabut, Pierre Baudy Université de Toulouse (INSA, IREM, IMT) 1er septembre 2010 Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment? PEG : Une Pédagogie basée sur l Entraide au sein d un Groupe Pour

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching :

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching : Le coaching est-il soluble dans la formation? Par Anne-Catherine BOUSQUEL Réunir ces 2 formes d accompagnement peut sembler paradoxal tant elles diffèrent. Le coaching vise à l autonomie sans apport de

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

Innovation dans la formation-recherche en travail social Des espaces tiers de problématisation et de coopération

Innovation dans la formation-recherche en travail social Des espaces tiers de problématisation et de coopération Innovation dans la formation-recherche en travail social Des espaces tiers de problématisation et de coopération Catherine Tourrilhes, sociologue IRTS Champagne Ardenne, Laboratoire CIREL-PROFEOR Lille

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Le partage des responsabilités dans une équipe

Le partage des responsabilités dans une équipe Le partage des responsabilités dans une équipe Comment permettre à chacun d avoir des responsabilités et d être soutenu pour les mener à bien? Peut-on s appuyer sur la diversité (histoire, compétences,

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR UNIVERSITE PARIS SUD DOSSIER : AP1_n 486 Intitulé du projet : Accompagnement Bilan Réorientation Insertion Porteur du projet : Université Versailles

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs. Septembre 2014

CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs. Septembre 2014 CRÉDITS DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Renseignements à l intention des élèves et des parents/tuteurs Septembre 2014 0 Les élèves du secondaire qui ont répondu aux exigences pour l obtention de crédits de

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon Réalisé par le commandant Franck-Emmanuel Dubois, ingénieur pédagogique de l Ecole d Application de la Sécurité Civile

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail