Les enjeux du don de sang dans le monde

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux du don de sang dans le monde"

Transcription

1 Les enjeux du don de sang dans le monde Entre altruisme et solidarités, universalisme et gestion des risques Sous la direction de Johanne CHARBONNEAU Nathalie TRAN 2012 PRESSES DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SANTÉ PUBLIQUE

2 Collection LIEN SOCIAL ET POLITIQUES Le photocopillage met en danger l équilibre économique des circuits du livre. Toute reproduction, même partielle, à usage collectif de cet ouvrage est strictement interdite sans autorisation de l éditeur (loi du 11 mars 1957, code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992). 2012, Presses de l EHESP, Avenue du Professeur-Léon-Bernard - CS Rennes Cedex ISBN

3 Liste des auteurs Vincanne Adams, PhD, est professeure et directrice du service d anthropologie médicale au département d anthropologie, d histoire et de médecine sociale de l université de Californie à San Francisco. On lui doit de nombreuses publications sur la médecine asiatique, la modernisation et le développement, la santé et la politique économique de la médecine, de même que sur le capitalisme du désastre au Népal, au Tibet, en Chine et aux États-Unis. Matteo Aria est chercheur postdoctoral en anthropologie culturelle à l université de Rome-La Sapienza. Il a fait des recherches de terrain au Ghana et en Polynésie française. Il a publié, entre autres, Cercando nel vuoto. La memoria perduta e ritrovata in Polinesia francese (Chercher en vain : la mémoire perdue et retrouvée en Polynésie française, Pacini Editore, 2007), «Passeurs culturels, patrimonialisation partagée et créativité culturelle en Océanie francophone» (avec Adriano Favole, in G. Ciarcia [dir.], Ethnologues et passeurs de mémoire, Kartala, 2011). Avec Fabio Dei, il a codirigé l ouvrage Culture del dono (Culture du don, Meltemi, 2008). Bianca Brijnath est boursière de l Australian National Health and Medical Research Council du département de médecine générale de l université Monash en Australie. Chercheuse en anthropologie médicale, en santé publique et en soins de santé primaires, elle a travaillé en Inde, en Australie et en Zambie. Elle s intéresse principalement à l incidence des contextes sociaux et des antécédents culturels sur la prise en charge individuelle de la santé, de la maladie, des soins et du bien-être. Auteure de près de 20 articles examinés par des pairs, elle a été désignée, en 2009, parmi les huit lauréats mondiaux du prestigieux concours d essais «La voix des jeunes dans le domaine de la recherche pour la santé», figurant à ce titre en page couverture de la revue The Lancet. Parmi ses précédents mandats, elle a travaillé au programme de recherche sur les maladies tropicales de l Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle collabore actuellement avec la Banque mondiale à une évaluation de l incidence de programmes de financement sur les mères et les enfants zambiens. Sophie Chauveau est professeure d histoire des sciences et des techniques à l université technologique de Belfort-Montbéliard. Ses recherches portent sur les mutations du système de santé en France au cours de la seconde moitié 3

4 Les enjeux du don de sang dans le monde du xx e siècle. Après avoir étudié les relations entre les pouvoirs publics et les entreprises pharmaceutiques, elle s est intéressée à l histoire des organisations de transfusion sanguine en France, mettant en perspective la transformation des activités de transfusion sanguine et les changements dans la gestion de la transfusion. Elle travaille actuellement sur l économie et l éthique des activités de greffe. Elle a publié, en 2011, L affaire du sang contaminé ( ) aux Belles Lettres. Johanne Charbonneau, PhD en science politique, est professeure au Centre Urbanisation Culture Société de l Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Montréal, depuis Titulaire de la Chaire de recherche sur les aspects sociaux du don de sang, financée par Héma-Québec, la Fondation Héma-Québec et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, elle a débuté sa carrière par des travaux sur la circulation du don dans la famille et sur le don d organes. Ses travaux ont porté sur les parcours de vie, les réseaux sociaux, les solidarités sociales et familiales, la vie de quartier et les communautés immigrantes. Auteure de nombreux articles, chapitres de livres et rapports de recherche, elle a publié et dirigé, ces dernières années, des ouvrages sur les réseaux sociaux et le soutien social aux mères adolescentes, les relations sociales des jeunes, l habitat solo. Elle dirige la revue Lien social et Politiques depuis Jacob Copeman est maître de conférences en anthropologie sociale à l université d Édimbourg. Ancien adjoint de recherche au Jesus College (Cambridge), il a obtenu, en 2007, un doctorat en anthropologie sociale à l université de Cambridge. Auteur de Veins of Devotion: Blood Donation and Religious Experience in North India (Les veines du dévouement : don de sang et expérience religieuse dans le nord de l Inde, Rutgers University Press, 2009), il a dirigé la publication de Blood Donation, Bioeconomy, Culture (Don de sang, bio-économie et culture, Sage, 2009) et codirigé celle de The Guru in South Asia: New Interdisciplinary Perspectives (Le gourou en Asie du Sud : nouvelles perspectives interdisciplinaires, Routledge, 2012). Il a publié de nombreux articles, notamment dans Body & Society, The Journal of the Royal Anthropological Institute, Modern Asian Studies, Social Analysis et Terrain. Renaud Crespin est docteur en science politique de l université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chargé de recherche CNRS au Centre de recherches sur l action politique en Europe à Rennes (CRAPE/UMR 6051). Il enseigne la sociologie des risques et des crises sanitaires (IEP de Rennes, ENAformation, EHESP), est membre du comité de rédaction de Lien social et Politiques et du conseil de laboratoire du CRAPE dont il codirige l équipe «Gouvernance, santé et territoires» (GOST). Ses travaux portent principalement sur la comparaison des processus d instrumentation de l action publique (dépistage, sélection) dans les domaines de la santé et de la sécurité et sur les relations entre les expertises technico-scientifiques (acteurs et connaissances) et l action. Auteur de plusieurs articles et rapports de recherche, il a récemment codirigé, avec Yann Bérard, Aux frontières de l expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs (Presses universitaires de Rennes, 2010) et, avec Bruno Danic, un rapport intitulé La sélection médicale des candidats au 4

5 Liste des auteurs don : représentations et pratiques du risque et de son traitement (CRAPE/EFS- Bretagne, 2012). Bruno Danic est docteur en médecine, titulaire d un master «Biologie moléculaire et cellulaire et sciences de la santé». Il exerce depuis 1991 au sein de l Établissement français du sang (EFS) Bretagne, dont il est directeur adjoint et responsable de la médecine transfusionnelle. Référent pour le prélèvement à la direction médicale de l EFS, il participe à différents groupes de travail français sur la sécurité transfusionnelle, au sein de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS 1 ), et de l Institut de veille sanitaire (InVS). Il a publié de nombreux articles sur les différents aspects du don du sang et de la transfusion sanguine : sociétaux, éthiques, médicaux, organisationnels. Il est co-auteur d ouvrages collectifs sur le sang et la sécurité transfusionnelle et d un livre destiné au grand public, De vous à moi, donnez votre sang. Le don du sang, le sang du don (Méditext, 2008). Fabio Dei est professeur d anthropologie culturelle à l université de Pise. Ses domaines de recherche sont la culture populaire et de masse en Italie, l anthropologie de la violence et les cultures du don. Il est notamment l auteur de La discesa agli inferi. J. G. Frazer e la cultura del Novecento (La descente aux enfers. J. G. Frazer dans la culture du xx e siècle, Argo, 1998), Beethoven e le mondine. Ripensare la cultura popolare (Beethoven et les sarcleuses. Repenser la culture populaire, Meltemi, 2002), Antropologia della violenza (Anthropologie de la violence, Meltemi, 2005) et a codirigé, avec Matteo Aria, Culture del dono (Culture du don, Meltemi, 2008) et, avec Matteo Aria et Giovanni Luca Mancini, Il dono del sangue. Per un antropologia dell altruismo (Le don du sang. Pour une anthropologie de l altruisme, Pacini, 2008). Il est codirecteur de la revue Studi culturali. Kathleen Erwin, PhD, est directrice du programme de bourses de recherche du bureau du président de l université de Californie. Anthropologue de formation, elle est notamment spécialiste de la Chine, de la médecine asiatique, des études sur le genre, le corps et la sexualité, ainsi que des constructions culturelles de la santé et de la maladie. Annamaria Fantauzzi, PhD en anthropologie sociale et ethnologie de l École des hautes études en sciences sociales (EHESS) Paris/La Sapienza Rome, enseigne actuellement à l université de Turin et est également chargée de recherche au Centre de recherche médecine, science, santé et société (CERMES-CNRS) de Paris. Elle est responsable de l Observatoire national pour la culture du don du sang de l Associazone Volontari Italiani del Sangue (AVIS Nazionale) en Italie et de missions d ethno-nursing au Kenya, au Congo, au Cameroun, en Roumanie et au Maroc. Auteure de plusieurs articles publiés dans des revues nationales et internationales, ses derniers ouvrages sont d ailleurs dédiés à la culture du don du sang en lien avec les communautés immigrées en Italie, notamment Antropologia della donazione (L anthropologie du don de sang, La Scuola, 2011) et Sangue Migrante. 1. Devenue l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) en

6 Les enjeux du don de sang dans le monde Pratiche e culture dell emodonazione tra il Marocco e l Italia (Sang migrant. Pratique et culture du don de sang, entre Maroc et Italie, Franco Angeli, 2012). Jay Fiddler est titulaire d un doctorat de sociologie de l université de la Colombie-Britannique et a obtenu plusieurs distinctions et bourses de recherche. Sa thèse examine les politiques institutionnelles qui sous-tendent les stratégies de recrutement des donneurs de sang et les facteurs sociaux qui déterminent leur efficacité. Coprésidente du Conseil consultatif des consommateurs du Réseau canadien de l arthrite, elle siège aux comités consultatifs de l Arthritis Research Centre of Canada et de l Arthritis Consumer Experts. Se consacrant à l étude des besoins des Britanno-Colombiens souffrant de différentes formes d arthrite, elle a perfectionné sa capacité d interpréter la recherche médicale et conclu avec les organismes communautaires des partenariats de recherche et d éducation. Jean-Paul Lallemand-Stempak, professeur certifié et enseignant à l université Paris Diderot, travaille sous la direction de François Weil (EHESS/Centre d études nord-américaines ou CENA) à une thèse de doctorat d histoire sur la ségrégation du sang aux États-Unis, de la fin des années 1930 au début des années Dans une perspective d histoire sociale de la médecine et d histoire politique, son travail porte plus largement sur la mise en place d un «racisme socio-médical» et de sa contestation dans le champ politique. Phuoc Le est assistant professeur au département de médecine et pédiatrie de l université de Californie (San Francisco). Il est diplômé de médecine à Stanford et titulaire d une maîtrise de santé publique à l université de Californie (Berkeley) spécialisée en santé globale. Pendant sa résidence en médecine, il a travaillé avec des organismes communautaires au Rwanda, au Lesotho, au Malawi et plus récemment dans l Haïti post-tremblement de terre afin d apporter des soins de santé équitables. Il a participé à des études quantitative et qualitative dans le domaine public et celui de la santé communautaire, ainsi qu à de la recherche anthropologique dans plusieurs pays. Ralph Matthews est professeur de sociologie à l université de la Colombie- Britannique et professeur émérite de sociologie à l université McMaster (Hamilton, Canada). Auteur de six livres, on lui doit aussi une centaine de textes et chapitres d ouvrage. Ses recherches portent sur le développement économique et social, la gestion des ressources, les changements environnementaux, les soins et les politiques de santé. Ses travaux sur la santé concernent les soins infirmiers, l infertilité, le don de sang, la génomique et les prions. Il s intéresse tout particulièrement au transfert du savoir scientifique dans l ensemble du contexte sociétal. Ancien président de l Association canadienne de sociologie et ancien rédacteur en chef de la Canadian Review of Sociology, il est actuellement président du Comité sur la sociologie des sciences et des technologies de l Association internationale de sociologie. Vishala Parmasad, MBBS, MSc, médecin à Trinité-et-Tobago, termine actuellement son doctorat en anthropologie à l université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Canada). Elle avait suivi une formation professionnelle et exercé en clinique dans ce pays avant d obtenir sa maîtrise en anthropologie médicale à l University College (Londres). Fondée sur une étude ethnographique des 6

7 Liste des auteurs dimensions socioculturelles de la gestion des maladies chroniques à Trinitéet-Tobago, sa thèse de doctorat examine le point d intersection entre vie clinique et sociale où se déterminent les politiques de soins de santé, de même que l accès et l équité des services médicaux publics destinés aux populations et groupes vulnérables, atteints notamment de diabète de type 2. Michael Jay Polonsky est directeur du programme de marketing de la School of Management and Marketing de l université Deakin. Il a enseigné dans plusieurs autres universités en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et aux États-Unis, de même qu en Chine, à Singapour et en Malaisie. Il s intéresse aux aspects sociaux et environnementaux du marketing, en particulier aux activités bénévoles et promotionnelles sans but lucratif. On lui doit plus de 120 articles, notamment sur des questions de santé, parus dans International Review of Public and Nonprofit Marketing, Transfusion, Social Science and Medicine et Psychology and Health. L étude qu il publie dans cet ouvrage est tirée d un projet multiphase réalisé en collaboration avec les services transfusionnels de la Croix-Rouge australienne, qui examine l attitude et les inhibitions des migrants et réfugiés africains face au don de sang. Ayant mis en évidence la difficulté de promouvoir le don de sang auprès de ces populations, et la nécessité pour ce faire de prendre en compte leur situation passée et d importants facteurs socioculturels liés notamment à leur intégration dans leur pays d accueil, ce projet est un excellent exemple de recherche multidisciplinaire appliquée à l élaboration de solutions globales fondées sur une diversité d approches et de théories. Andre Renzaho, aujourd hui professeur agrégé, a travaillé ces dix-huit dernières années auprès d organismes des Nations unies et d ONG œuvrant en Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient, en Amérique latine, dans le Pacifique (Australie) et en Asie. Il a siégé à de nombreux comités d experts et groupes de référence nationaux et internationaux sur les enjeux de santé liés à la migration des pays en développement vers les pays développés, le double problème de la sous-alimentation et de l insécurité alimentaire et celui de l alimentation dans les pays à faibles revenus frappés par des catastrophes. Il a occupé, jusqu en 2006, différents postes de gestion, puis est devenu, en 2007, chercheur et universitaire. Distingué par maintes récompenses, il a conjointement obtenu en 2011 une bourse de l Australian Research Council et le prix Heart Foundation Career Development (déclinés), figurant aussi au répertoire international Marquis Who s Who in the World (États-Unis, 2008) pour sa riche contribution à son champ de recherche et à l avancement de la société. Quelques années lui ont suffi pour créer et diriger des programmes axés sur le financement d équipes de recherche et le renforcement de compétences, recueillir des subventions à hauteur de 4,5 millions de dollars et publier une centaine de documents (articles examinés par des pairs, livres, chapitres d ouvrage et d encyclopédie, monographies, dossiers et importants rapports). William H. Schneider, PhD (université de la Pennsylvanie), est professeur d histoire à l université de l Indiana (Purdue University) à Indianapolis. Directeur du programme Medical Humanities and Health Studies de la School of Liberal Arts, il est aussi professeur auxiliaire au Département de génétique 7

8 Les enjeux du don de sang dans le monde médicale et moléculaire de l École de médecine. Il enseigne l histoire de la médecine, des sciences et des technologies, des humanités médicales et de l aide humanitaire. Boursier Fulbright et de la National Science Foundation, il a obtenu des subventions de recherche du National Endowment for the Humanities et des National Institutes of Health. Auteur de nombreux articles et de deux monographies, il a publié un livre sur l histoire de l eugénisme en France et collaboré à un ouvrage sur l aide financière accordée par la Fondation Rockefeller à la recherche médicale internationale. Il termine une monographie sur l histoire de la transfusion médicale en Afrique. Robert Simpson est professeur d anthropologie à l université de Durham au Royaume-Uni. Ces dernières années, ses champs d intérêt ont englobé l anthropologie de la bioéthique, la recherche sur les sujets humains, le don de tissus humains et les nouvelles technologies génétiques et reproductives. Parmi ses récents travaux, citons les projets International Science and Bioethics Collaborations (Collaborations internationales en science et bioéthique, financé par l Economic and Research Council ou ESRC de concert avec les universités de Cambridge et de Durham), Pakistani Muslims and New Reproductive Technologies (Les nouvelles technologies de reproduction en contexte musulman au Pakistan, financé par le ESRC) et Biomedical and Health Experimentation in South Asia : Critical Perspectives on collaboration, governance and competition (Collaboration, gouvernance et compétition : le développement d une perspective critique basée sur les expérimentations médicales et de santé en Asie du Sud, financé par le ESRC en lien avec l université d Édimbourg). Reposant tous sur des approches ethnographiques, ces trois projets examinent la circulation des corps, substances et tissus humains à des fins biomédicales et autres. André Smith est professeur agrégé de sociologie à l université de Victoria (Colombie-Britannique). Ses champs d études englobent le vieillissement, la santé mentale, l ethnicité et le don de sang. Ses travaux visent à situer les questions de santé et de pathologie dans leur contexte social. Associé au Centre sur le vieillissement de l université de Victoria, il a été soutenu financièrement par les Instituts de recherche en santé du Canada et la Société Alzheimer du Canada. Il étudie actuellement l influence des institutions, des cadres de réglementation et des cultures organisationnelles sur les pratiques de soins de santé. Il a publié des articles sur le vieillissement, la démence et le don de sang dans Journal of Aging Studies, Canadian Review of Sociology et The Journal of Deviant Behaviour. Ferdinand Sutterlüty est professeur de sociologie à l université Goethe de Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Titulaire d un doctorat de l université de Berlin, il a obtenu son habilitation de l université de Vienne. On lui doit maintes publications sur la sociologie de la violence, les ordres symboliques de l inégalité sociale, les conflits ethniques, la sociologie des religions, l ethnographie et la théorie sociale. Nathalie Tran, MSc en anthropologie (2009), est diplômée de l université de Montréal. Elle est coordinatrice de la Chaire de recherche sur les aspects sociaux du don de sang au Centre Urbanisation Culture Société de l INRS depuis sa création. Elle a, entre autres, participé aux nombreuses enquêtes de la Chaire, incluant celle portant sur les communautés ethnoculturelles et 8

9 Liste des auteurs le don de sang au Québec. Elle s intéresse à la problématique du don sous diverses formes depuis plusieurs années, notamment dans le domaine de l anthropologie économique (transfert d argent et envois de cadeaux transnationaux) et de l anthropologie médicale (don de sang). Kylie Valentine est chercheuse principale au Social Policy Research Centre de l université New South Wales (Australie). Ses champs de recherche englobent les politiques relatives aux familles, aux mères et aux enfants, les collectivités et individus marginalisés, et l application des résultats de recherche aux politiques et aux moyens d action. Parmi ses derniers travaux figure une étude qualitative du soutien post-diagnostic destiné aux enfants souffrant de troubles du spectre autistique et à leur famille, ainsi qu un projet de l Australian Research Council sur les besoins des grands-parents élevant leurs petitsenfants. Elle est co-auteure, avec Suzanne Fraser, de Substance and Substitution : Methadone Subjects in Liberal Society (Substance et substitution : sujets sous traitement par méthadone dans une société libérale, Palgrave, 2009).

10 Avant-propos et remerciements Johanne Charbonneau Cet ouvrage est le fruit de nos passionnantes discussions lors des réunions de coordination de la Chaire de recherche sur les aspects sociaux du don de sang. Cette Chaire de recherche a été créée en 2009, sous l initiative de Francine Décary, ancienne présidente et chef de la direction d Héma-Québec, convaincue que les sciences sociales doivent s intéresser davantage à la dynamique du don de sang et aux motivations et pratiques des donneurs. Je lui exprime ici mes plus sincères remerciements. Son initiative a non seulement permis le développement d une importante programmation de recherche dans ce domaine, ainsi que le rassemblement de chercheurs provenant de plusieurs disciplines des sciences sociales, mais elle a aussi favorisé une heureuse rencontre entre sociologues, anthropologues, géographes, médecins et épidémiologues. Francine Décary a désigné Gilles Delage, vice-président aux affaires biomédicales en microbiologie, pour nous accompagner dans cette aventure. Je souligne ici particulièrement la curiosité, l ouverture d esprit et la générosité de Gilles Delage qui, formé en médecine et en microbiologie médicale, a toujours fait preuve d enthousiasme et de respect pour les travaux de ces chercheurs en sciences sociales, qui utilisent parfois de bien étranges méthodes de recherche. Plus largement, je tiens à remercier notre partenaire, Héma-Québec. En finançant des travaux de recherche sur les aspects sociaux du don de sang, cette agence d approvisionnement souhaitait que leurs résultats puissent contribuer à éclairer ses décisions en matière de recrutement et rétention des donneurs de sang, ainsi que d amélioration de l expérience du don de sang. Cela ne limitait cependant pas le travail des chercheurs à un simple rôle de consultants. Au contraire, depuis la création de la Chaire, celle-ci s est aussi engagée dans des activités de production académique visant à faire avancer les connaissances scientifiques, dans ce domaine encore bien peu exploré. C est dans ce contexte que se situe cet ouvrage qui cherchait d abord à resituer l expérience sociale du don de sang au Québec dans un contexte plus large, mais aussi à offrir une rare occasion d analyser les enjeux des 11

11 Les enjeux du don de sang dans le monde changements que connaissent les systèmes d approvisionnement sanguins dans une grande diversité de pays, occidentaux et non occidentaux. Nos propres travaux montrent déjà que la diversité sociale et culturelle dans une métropole comme Montréal est un facteur de première importance dans l interprétation des représentations du don de sang. On peut donc s attendre à ce que celles-ci soient encore plus variées quand on franchit les frontières des pays occidentaux. Pourtant, depuis plusieurs décennies, le développement des systèmes d approvisionnement tend vers une certaine uniformisation. Quelles en sont les conséquences dans les différents pays? C est ce que nous avons tenté de comprendre en sollicitant divers spécialistes sur la question. Je remercie tous les auteurs qui ont contribué à cette édition et qui ont exprimé leur confiance dans la réalisation de ce projet inédit en nous offrant des textes de très grande qualité. Je remercie aussi les traducteurs, Michel Beauchamp et Rachel Rouleau, la réviseure, Catherine Couturier, et les deux assistantes de recherche de la Chaire, Elisha Laprise et Nathalie Tran. Cette dernière, qui assure la coordination de la Chaire, codirige ce livre. Son engagement dans ce projet a été tout simplement remarquable au cours des derniers mois. Tous ont travaillé avec la plus grande célérité pour que ce livre soit publié dans un délai rapide : moins d un an entre la rédaction de l appel de textes et l envoi du manuscrit à notre éditeur. Je tiens ici à remercier les Presses de l École des hautes études en santé publique, à Rennes, et particulièrement Denis Couet, son directeur, ainsi que Yann Thouault, assistant d édition, pour avoir accueilli ce projet avec enthousiasme et nous avoir offert les meilleures conditions possibles pour sa réalisation.

12 Introduction Johanne Charbonneau De Titmuss à Mauss : suivre le chemin des origines du don de sang moderne En 1971, Richard Titmuss publiait un ouvrage intitulé The Gift Relationship: From Human Blood to Social Policy. Cette publication a eu un impact considérable, qu on ne mesure pas toujours à sa juste valeur. En 2008, l Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCRCR) réaffirmaient leur objectif commun de promouvoir une culture mondiale qui permettra d obtenir 100 % de dons de sang volontaires et non rémunérés dans l ensemble des pays du monde (FISCRCR, 2008 ; OMS, 2008). Cette culture du don altruiste s inspire directement du modèle défini par Titmuss, sur la base du système britannique dont il a décrit les modalités dans son ouvrage. Ce modèle altruiste repose sur quelques principes simples : le don de sang doit être volontaire, libre, gratuit, individuel et anonyme. Ce doit être un don réalisé dans un esprit désintéressé, au bénéfice d un Autre inconnu, étranger. Ce modèle est aussi parfaitement en phase avec l idée que le sang est une substance universelle, que l humanité peut partager, indépendamment de toute considération sociale, culturelle, raciale ou religieuse. Derrière cette idée, on retrouve un certain esprit humaniste et universaliste, inspiré des Lumières, où l avancement des connaissances sur le corps humain, défini essentiellement par ses caractéristiques biologiques, contribuera au progrès d une civilisation moderne au bénéfice de tous (Lock et Nguyen, 2010). La publication de l ouvrage de Titmuss en 1971 n est pas le fruit du hasard. Après la Seconde Guerre mondiale, différents systèmes nationaux de collectes de sang se sont développés dans les pays occidentaux. Deux grands modèles en sont progressivement venus à s imposer. L un reposait sur le recrutement de donneurs de sang volontaires et non 13

13 Les enjeux du don de sang dans le monde rémunérés : c est la Croix-Rouge, très active durant la guerre, qui l a d abord mis en place. L autre modèle prévoyait plutôt la rémunération des «fournisseurs» (suppliers) de sang, pour reprendre l expression de Titmuss. Selon ce dernier, le recrutement des fournisseurs parmi une population pauvre, analphabète et présentant souvent d importants problèmes de santé, constituait une source majeure de risques potentiels pour la sécurité des composants sanguins et la santé des personnes transfusées. Lorsqu il publie son ouvrage, au début des années 1970, cela fait plus d une décennie que Titmuss a engagé un débat avec les économistes de l Institute of Economic Affairs qui sont, de leur côté, favorables au développement d un système commercial de collectes de sang (Fontaine, 2002). Si, jusqu alors, Titmuss n a jamais réussi à les convaincre qu il est préférable de compter sur un système volontaire, la multiplication des hépatites post-transfusionnelles contribuera à démontrer les limites du système marchand et à faire prendre conscience de la nécessité d effectuer un virage majeur pour garantir la sécurité des produits sanguins. L ouvrage de Titmuss arrive donc à point nommé. Enquêtes inédites et recherche documentaire à l appui, il entreprend de faire la démonstration que le modèle altruiste, qu il dit inspiré de l Essai sur le don de Marcel Mauss ( ) un autre critique du mercantilisme des sociétés modernes, est celui sur lequel il faut dorénavant s appuyer pour développer les banques de sang. Dans les décennies qui ont suivi la publication de cet ouvrage, les pays occidentaux ont progressivement mis en place des systèmes basés sur le don de sang non rémunéré. Après les multiples scandales du sang contaminé, les problèmes liés à la rémunération des donneurs ont à nouveau été dénoncés. Il est apparu encore plus important que ce modèle se répande à travers le monde, puisque les produits sanguins s échangent en fait sur des marchés internationaux. C est d ailleurs toujours le cas de nos jours, surtout pour le plasma destiné au fractionnement et les dérivés sanguins fabriqués à partir de ce plasma. Au Canada, une part non négligeable de ce plasma provient de donneurs rémunérés, en particulier des États-Unis. L importance de ces échanges internationaux explique le fait que l OMS fasse la promotion du don volontaire et gratuit pour le développement des banques de sang dans tous les pays du monde. Selon la FISCRCR, le don de sang volontaire et non rémunéré favoriserait même la stabilité future de la société, le développement de l esprit citoyen et de la générosité, le renforcement d «un sentiment de cause commune, de solidarité et de bien-être général dans une société civile» (FISCRCR, 2008 : 5), des arguments qu utilisait déjà Titmuss en

14 Introduction Au cours des dernières décennies, la médecine transfusionnelle s est répandue à l échelle internationale : elle a donc obligé les autorités sanitaires de tous les pays à développer des stratégies pour recruter des donneurs de sang. Une grande diversité de systèmes de recrutement et de collectes s est installée. Cette diversité prend appui sur les caractéristiques organisationnelles des pays concernés et sur leur histoire politique et sanitaire. Ce ne sont cependant pas les uniques facteurs pris en compte : la dynamique des solidarités sociales, propre à chaque pays, ainsi que les représentations culturelles et religieuses du sang ont tout autant contribué à façonner la complexité des systèmes établis. Comment peuvent-ils s adapter pour répondre aux standards de l OMS? Pour ceux qui font la promotion d un système universel de don de sang altruiste, les «mythes» ou les «superstitions» sur le sang constituent autant d obstacles à vaincre pour susciter l intérêt des donneurs potentiels. Quant aux modèles de recrutement qui ne font pas appel à des donneurs individuels, volontaires et non rémunérés, on croit généralement qu il suffit de montrer, à l aide des connaissances et preuves scientifiques disponibles, qu ils posent d importants risques à la sécurité des produits sanguins pour convaincre les populations locales d adopter des pratiques plus sécuritaires. Modifier en profondeur des comportements établis depuis plusieurs décennies et qui s appuient sur les systèmes culturels, sociaux et politiques locaux, constitue tout de même un défi d envergure. On peut se rassurer en se disant qu au moins, dans les pays occidentaux, les systèmes de collectes répondent aux standards les plus sécuritaires et que les populations de ces pays sont généralement en accord avec le modèle proposé. À la faveur des mouvements migratoires, ces certitudes peuvent cependant être ébranlées. Les produits sanguins ne sont, en effet, pas les seuls à circuler à l échelle internationale : c est aussi le cas des populations. Les grandes villes occidentales accueillent des immigrants d une grande diversité d origines. Quel peut en être l impact sur la promotion d un modèle universaliste de don de sang? Cela n est cependant pas le seul défi auquel font face les agences responsables de l approvisionnement en sang. Au cours des dernières décennies, la sécurité des produits sanguins a été menacée à plusieurs reprises. Compter sur le recrutement des donneurs non rémunérés ne suffit plus à garantir la qualité des produits sanguins : il faut aller beaucoup plus loin dans la sélection des donneurs afin d assurer la sécurité des personnes transfusées. Alors que le principe de précaution s impose comme un standard incontournable, de plus en plus de personnes font face à des restrictions ou des interdictions lorsqu elles se portent volontaires pour donner du sang. Ces restrictions réfèrent à des critères territoriaux collectifs (pays où les risques de contracter certaines maladies sont élevés) ou à des pratiques individuelles à risques (injection de drogues, plusieurs 15

15 Les enjeux du don de sang dans le monde partenaires sexuels et voyages dans des pays à risques). Du point de vue des agences qui doivent garantir la sécurité des produits sanguins, ces critères scientifiques sont rationnels : tout le monde ne peut qu acquiescer devant leur pertinence. Du point de vue des groupes et des individus «interdits de donner», les réactions ne sont pas toujours si rationnelles. Dans son Essai sur le don, duquel Titmuss disait s inspirer, Mauss n indique-t-il pas que le refus du don est l équivalent d un refus du lien social? Il semble que les groupes eux-mêmes l interprètent souvent comme une volonté de les exclure de la société, une négation de leur appartenance à la collectivité et de la reconnaissance de leur existence en tant que groupe. Le refus est donc souvent vécu comme un rejet collectif plutôt qu individuel. Ces situations suggèrent que le don de sang ne peut être seulement interprété sous l angle d une pratique individuelle, encadrée par la science, libre de toute considération sociale et politique. L ambiguïté d un message qui invite, d une part, à partager un sang dénué de ses particularismes raciaux, religieux et culturels dans un esprit de solidarité universelle, mais qui n en restreint pas moins, d autre part, la possibilité de s y engager à certains groupes, comme les homosexuels ou les personnes originaires de pays ciblés, n a pas échappé à ceux qui s en sont sentis lésés. En 1971, Titmuss était pourtant déjà très clair à ce propos : la promotion du modèle altruiste du don de sang n est pas la seule condition pour assurer la sécurité des composants sanguins. Les autorités sanitaires ont aussi le pouvoir et la responsabilité de sélectionner les donneurs pour atteindre cet objectif. À l époque, Titmuss n avait peut-être pas conscience que la définition des restrictions, qui s appuient sur des critères collectifs et finissent par écarter du don de sang des groupes sociaux bien définis, remettrait au premier plan l idée que le don de sang n est finalement pas qu un acte individuel, puisque des groupes se trouvent inclus dans des rapports de force et d autorité. En effet, ce sont bien les agences qui prennent ces décisions et qui les imposent à des groupes qui ne sont pas toujours d accord avec elles. S il ne peut pas être parfaitement «individualisé», le don est-il si «parfaitement» altruiste, même dans la population majoritaire de nos pays occidentaux? Quarante ans après la publication de l ouvrage de Titmuss, nous proposons dans cet ouvrage international de faire le point sur ces questions. La sélection des textes poursuit quatre objectifs complémentaires : 1. Offrir un espace de discussion théorique sur les conceptions du don de sang entre altruisme, solidarité, engagement social. 2. Faire un rappel historique des événements politiques et sociaux qui ont façonné la conception moderne du don de sang, en particulier depuis la crise du sang contaminé. 16

16 Introduction 3. Proposer des analyses de la diffusion du modèle altruiste du don de sang dans les pays non occidentaux, en Asie ou en Afrique particulièrement. 4. Faire le point sur les enjeux du recrutement de nouveaux donneurs de sang dans les sociétés occidentales marquées par la diversité de leur population. Avant de présenter les grandes sections de l ouvrage, ainsi que l apport respectif de chacune des contributions, il nous paraît essentiel de faire un rappel des idées développées par Titmuss, considérant l importance que sa thèse a prise dans l histoire récente du développement des systèmes d approvisionnement en produits sanguins. Pour compléter cette présentation, nous reviendrons à Mauss et à son Essai sur le don. N est-il pas celui qui demeure l inspiration ultime de tous ceux qui considèrent que notre société actuelle a autant besoin du don que du commerce pour dicter le sens de la circulation des choses? Le don de sang altruiste de Titmuss L ouvrage de Titmuss vise à convaincre que le système de don volontaire et altruiste pour l approvisionnement en sang est préférable au système marchand. Son argumentation repose sur la comparaison de ces deux modèles, en dépit du fait qu il existait déjà à l époque, et qu il existe toujours de nos jours, d autres modes de recrutement de donneurs potentiels, par exemple en invitant la famille et les proches à donner du sang lorsqu une personne a besoin de transfusions sanguines. Cette dernière pratique (le don de remplacement) est toujours la plus répandue dans les pays non occidentaux. Au moment où Titmuss rédige son ouvrage, cette pratique lui semble vouée à disparaître. L avenir sera au modèle altruiste (anglais) ou au modèle commercial (américain) et il veut convaincre ses lecteurs que ce dernier ne doit surtout pas être le choix des sociétés avancées. Titmuss a donc peu d intérêt pour les modèles d approvisionnement qui reposent sur les principes des solidarités restreintes, comme dans la famille. Il est aussi très critique à l égard d un don motivé par des obligations communautaires, comme lorsque les collectes sont organisées dans des espaces «captifs» tels que l école ou le milieu de travail. S il montre peu d empressement à l égard de ces pratiques, c est notamment parce que les économistes considèrent que les seules solidarités qui subsistent dans nos sociétés modernes sont précisément celles qui prennent place dans ces communautés restreintes (Fontaine, 2002). Titmuss ne peut certainement pas leur donner raison sur ce plan : il entreprend plutôt de démontrer que l individu moderne est tout à fait capable d une solidarité 17

17 Les enjeux du don de sang dans le monde désintéressée, détachée des obligations étroites, motivée par un désir altruiste pur, orientée vers la satisfaction des besoins des personnes avec qui il n a aucun lien direct, des inconnus, des étrangers. L objectif de Titmuss est donc de contredire la thèse des économistes selon laquelle l individu, moderne et libre, est un être égoïste qui ne donnera du sang que s il y trouve un avantage personnel, par exemple à travers une rémunération. Selon Titmuss, la liberté marchande, bien qu attrayante, n est pas une vraie liberté. Elle repose sur l exploitation des pauvres, des ouvriers non spécialisés, des chômeurs et des Noirs, et sur la marchandisation de leur corps, ce qu il qualifie de forme d esclavage. Comme nous l avons dit plus tôt, il montrera surtout les risques associés à la rémunération des «fournisseurs» de composants sanguins. Pour lui, le don de sang volontaire et altruiste est le modèle parfait de la liberté protégée par les institutions publiques. Cette liberté ne doit cependant pas, comme le fait le marché, libérer de tout sens d obligation. Comment peut-on s assurer que des individus agiront pour le bien-être de la communauté, dans le contexte impersonnel dans lequel nous vivons? En prenant l exemple de l Angleterre, il montre qu il existe des «systèmes qui sont particulièrement susceptibles d encourager la générosité entre étrangers», soit l altruisme. L altruisme est ce qui permet de construire le tissu social de nos sociétés modernes. Titmuss définit le don de sang volontaire et altruiste par les caractéristiques suivantes : 1. Il prend place dans des situations impersonnelles ; c est bien un don altruiste. 2. Donneurs et receveurs ne se connaissent habituellement pas. S ils se connaissaient, ils pourraient refuser de participer au don pour des raisons religieuses, politiques, ethniques ou autres. Cela doit donc être un don anonyme. 3. Il n y a pas de sanction à ne pas donner (remords, honte, culpabilité). 4. Il n y a ni certitude ni attente de retour. 5. Aucune pression n est faite sur le receveur afin qu il fasse un don en retour. Ces trois caractéristiques montrent que c est bien un don libre. 6. Seulement certains groupes sont autorités à donner. 7. La qualité du don dépend de l honnêteté du donneur. Les «intermédiaires» ont d ailleurs l autorité de décider de ce qui est bénéfique ou dangereux. 8. Ni le donneur, ni le receveur ne peuvent décider de l utilisation du don. 18

18 Introduction Ces trois dernières caractéristiques montrent qu on est bien dans un don moderne, avec un intermédiaire qui a la responsabilité de protéger la qualité et la sécurité du don, pour le bien du receveur. Selon Titmuss, nous vivons dans un monde d étrangers. À propos des donneurs volontaires britanniques qui ont participé à son enquête, il dira : «Pour la plupart d entre eux, l univers ne se limite pas à des groupes restreints, tels que la famille, la parenté, la communauté ethnique ou la classe sociale ; leur don s adresse plutôt à l étranger universel.» (1971 : 238) Sa typologie des motivations au don de sang en Angleterre a été critiquée (Pinker, 2006 ; Rapport et Maggs, 2002). La prédominance de l altruisme n y est, en effet, pas si convaincante : elle ne regroupe clairement que le quart des réponses à l enquête citée par Titmuss. Un don qui constitue plutôt une forme de reconnaissance et qui s ancre dans l histoire familiale et amicale (par exemple «rendre» pour une transfusion reçue par un proche) regroupe un peu plus de 10 % des réponses. Des motivations qui pourraient plutôt être interprétées comme de la solidarité communautaire (devoir, effort de guerre) regroupent également 10 % des réponses. Plus de 30 % des participants à l enquête font référence au fait d avoir répondu à la demande d un proche, de leur employeur, ou d un appel urgent de l agence elle-même. Sommes-nous bien toujours dans le cadre d un don volontaire, libre et altruiste? En fait, la seule conclusion à laquelle l auteur parvient vraiment, c est que personne n est rémunéré. Plutôt que du caractère volontaire et anonyme, c est de l idée de la gratuité du don dont il est question. Le choix de centrer son propos sur l alternative entre le don altruiste anglais et le système américain de rémunération des fournisseurs de sang conduit Titmuss à élaborer une typologie en huit types de donneurs : cinq types font référence à des formes de rémunération, d incitatifs, de paiement, de récompenses, donc à une transaction qui fait intervenir de l argent ou une récompense matérielle. L un de ces cinq types comprend le paiement dû par le transfusé, en argent ou en don de remplacement. Le don de remplacement, qui peut être fourni par l entourage, est donc confondu avec une forme monétaire. Parce qu il s appuie sur une obligation morale, Titmuss ne considère pas ce type de don comme un don volontaire. Il s agit pourtant d une obligation qui n est pas très éloignée de certaines motivations évoquées par les donneurs volontaires anglais (rendre pour un don reçu dans la famille ou à la suite d une demande d un proche). En plus des donneurs volontaires communautaires dont les motivations altruistes paraissent moins «pures» que supposé, Titmuss a identifié un dernier type de donneurs : les donneurs captifs. Il repère d abord 19

19 Les enjeux du don de sang dans le monde ceux-ci chez les militaires et les prisonniers. Mais son analyse l amène vers d autres pays que l Angleterre et les États-Unis, là où les volontaires captifs semblent très nombreux. Il s agit de personnes qui sont recrutées parce qu elles sont membres d une organisation (usine, école, hôpitaux). Pour lui, ce sont des donneurs captifs et non libres : «Le développement du processus psychologique d internalisation des valeurs dans le courant de l âge adulte ne peut se réaliser que dans un contexte de liberté individuelle et de respect de soi.» (1971 : 192) Selon Titmuss, cet argument suffit pour écarter tout système d approvisionnement qui ne repose pas sur la liberté du donneur individuel. La publication de son ouvrage a provoqué de nombreuses critiques de la part des anthropologues (Fontaine, 2002) qui lui ont reproché d avoir trop insisté sur la liberté, en réaction aux économistes, plutôt que d admettre que le respect des normes sociales, le sens de l obligation et même l acceptation d une certaine autorité pouvaient être des facteurs favorables au don de sang entre étrangers. Les analyses complémentaires de Titmuss l amènent à conclure que les raisons de ne pas donner du sang sont à peu près semblables partout : elles sont nourries par des mythes et des peurs autour du sang. À leur lecture, on constate bien que les mythes évoqués dans les pays non occidentaux s ancrent dans des représentations religieuses ou culturelles, alors que les craintes des Français ou des Anglais paraissent a priori se référer davantage à des aspects médicaux. Mais la peur des aiguilles, mentionnée par les Français et les Anglais, n est-elle pas aussi le reflet d une croyance culturelle ancienne et bien peu «rationnelle» portant sur la crainte et le dégoût associés au franchissement de la frontière du corps dont on doit protéger l intégrité (Douglas, 1966)? Selon Titmuss, la science, «ensemble universel de vérités biologiques confirmées par des expérimentations répétées» (1971 : 241), et la raison devraient, de toute manière, faire disparaître ces mythes. On comprend que la promotion d un modèle de don altruiste et volontaire avait déjà pour lui une valeur d universalité. On peut s en rendre compte dès le début de l ouvrage de Titmuss. Il commence par rappeler que le sang a eu un sens symbolique et religieux fort dans toutes les cultures et les sociétés durant des siècles et que certains auraient préféré la mort plutôt que de recevoir du sang d un groupe ethnique différent. Il se réfère à l importance des notions de pureté et d impureté et même au sacrilège de prendre le sang, car il est une partie inviolable du corps, une superstition fortement ancrée dans certaines cultures. Il termine ce rapide survol en rappelant que, dans nos sociétés, une conception plus rationnelle prédomine sur ces représentations des «cultures anciennes». Il affirme que les arguments médicaux 20

20 Introduction permettent désormais de prendre des décisions rationnelles pour définir les caractéristiques des donneurs qui respecteront le droit des transfusés de recevoir le sang qui présente le plus faible niveau de risques. Dans ses analyses comparées de différents pays (autres que les États-Unis et l Angleterre), il mentionne que les distinctions entre les systèmes d approvisionnement dépendent de l histoire, des valeurs et des idées politiques de chaque société. Il ajoute que dans les pays en développement, des croyances, des superstitions et même l idée que le don de sang contrevient à certaines conceptions religieuses subsistent toujours. Il fait cependant la promotion d un système qui permettra aux individus libres de donner leur sang indépendamment de leur race, leur religion, la couleur de leur peau ou leur territoire : c est la condition d un système qui valorise le don entre étrangers. On constate par ailleurs que ce système n inclut pas tout le monde (Fantauzzi, 2008). Ne dit-il pas que seuls certains groupes sont autorisés à donner et que ce sont les intermédiaires qui ont l autorité d en décider, sur des bases scientifiques et rationnelles? Un des principes fondamentaux d un système sécuritaire suppose l établissement de la confiance envers l honnêteté du donneur. Sa critique du système américain de rémunération amène Titmuss à mettre en doute celle de personnes motivées par l appât du gain : «On ne peut pas s attendre à ce qu une personne de couleur, en particulier lorsqu elle est issue d un milieu défavorisé, peu évolué et qu elle ne profite pas de connaissances médicales et de services de santé adéquats puisse savoir si elle a eu ou non une jaunisse lorsqu elle était enfant. La dépendance de l approvisionnement sanguin à l égard du sang fourni par des Nègres constitue un risque supplémentaire à la transmission de maladies sur l ensemble du territoire américain.» (1971 : ) En bref, si l altruisme, l anonymat et la liberté sont des conditions nécessaires pour assurer la sécurité de l approvisionnement, elles ne sont pas suffisantes. Il faut encourager le don parmi les populations les plus susceptibles de fournir du sang de qualité et le restreindre chez celles en qui il est impossible d avoir complètement confiance. On constate qu en mettant en doute l honnêteté des «fournisseurs» de composants sanguins motivés par l appât du gain, Titmuss visait principalement les pauvres et les Noirs. Alors qu il fait la promotion d un don de sang dénué de considérations raciales, il réintroduit ainsi directement cette question au cœur de son argumentation. La table est mise pour que celle-ci revienne fréquemment dans les débats, dans les décennies qui suivront. Pour terminer cette lecture de Titmuss, nous proposons de revenir à ce qui, selon ses propos, a influencé sa définition du don altruiste : l Essai sur le don de Marcel Mauss ( ). Nous verrons, entre autres, que 21

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Bibliodiversité(s), revue universitaire du livre dans la mondialisation

Bibliodiversité(s), revue universitaire du livre dans la mondialisation Bibliodiversité(s), revue universitaire du livre dans la mondialisation une publication de l Alliance internationale des éditeurs indépendants, en partenariat avec Double ponctuation ( ::?!! ;; ) D O U

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES Sommaire exécutif Février 2012 AVANT-PROPOS En 2012, l Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux

Plus en détail

SUJET 1 Question de synthèse

SUJET 1 Question de synthèse CORRIGE EPREUVE DE SES - TRONC COMMUN SUJET 1 Question de synthèse TRAVAIL PREPARATOIRE (10 points) 1 Donnez la signification du nombre entouré Le chiffre représente la structure du commerce du Mexique.

Plus en détail

Questions de soins infirmiers : Formation

Questions de soins infirmiers : Formation Questions de soins infirmiers : Formation Introduction La présente fiche d information analyse la formation des infirmières et infirmiers des catégories suivantes : Infirmières et infirmiers autorisés

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse

Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse 1 Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse Il ya actuellement une montée en puissance de la revendication des infirmières à être reconnues

Plus en détail

Présentation EFS Institut Régional de Formation Sanitaire et Social Auvergne

Présentation EFS Institut Régional de Formation Sanitaire et Social Auvergne Présentation EFS Institut Régional de Formation Sanitaire et Social Auvergne Moulins le 19 septembre 2011 Le sang est un produit irremplaçable Aucun traitement ni médicament de synthèse ne peuvent encore

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009 Allocution de M. Eric BESSON Ministre de l Immigration, de l Intégration, de l Identité nationale et du développement solidaire Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

SECTEURS DE SPÉCIALISATION

SECTEURS DE SPÉCIALISATION ALAIN J.R. PÉRICARD 6630, avenue Monkland Montréal, Québec Canada H4B 1H4 Téléphone : (514) 482-3111 / (819) 826-6978 Télécopieur : (514) 488-3999 Courriel : apericard@aei.ca Nationalités : canadienne,

Plus en détail

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Presenter s Institution or City, State, Country Pierre L Heureux, École de technologie supérieure, Montréal, Québec, Canada Line Dubé, École Polytechnique

Plus en détail

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec L Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Analyse régionale Janvier 2014 Le portrait sur l Immigration et la diversité ethnique au Canada était la

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE «Nos valeurs et nos règles» pour nos partenaires commerciaux Code de conduite pour le partenaire commercial de MSD [Édition 1] MSD est engagée dans une démarche

Plus en détail

Créativité DOCTORALES. La formation par la recherche. Qu est-ce qu un docteur? Pourquoi préparer un doctorat? Pourquoi choisir Université Paris-Est?

Créativité DOCTORALES. La formation par la recherche. Qu est-ce qu un docteur? Pourquoi préparer un doctorat? Pourquoi choisir Université Paris-Est? ÉTUDES Intelligence Créativité DOCTORALES Mobilité La formation par la recherche Qu est-ce qu un docteur? Expérience professionnelle Réactivité International Innovation Compétitivité Pourquoi préparer

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Présentée par M. John Doering Président de l Association canadienne pour les études

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS ANNONCE Le 15 janvier 2014 À l intention des chercheurs relevant d organismes de santé ou d universités

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I Textes généraux

TABLE DES MATIÈRES. I Textes généraux TABLE DES MATIÈRES Préface... 1 Avant-propos de la première édition... 3 Avant-propos de la deuxième édition... 7 Liste des sigles... 9 I Textes généraux Indications bibliographiques... 11 Textes à visée

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016 Etienne G. Juneau Wojtek Winnicki MOT DU PRÉSIDENT ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Depuis plusieurs années, le système éducatif québécois s est résolument tourné vers l international,

Plus en détail

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Document présenté au conseil d administration du 27 mars 2015 Au cours de l année 2014, le comité de déontologie et d éthique (CDE), a vu évoluer

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 L Europe n est pas un lointain concept. Cela se passe ici et maintenant. Et son impact ne cesse de croître. Si l Europe n a

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015 Mémoire de l Association canadienne pour les études supérieures au Comité permanent des finances de la Chambre des communes, au sujet du budget fédéral de 2015 Résumé L Association canadienne pour les

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Conseil du jeu responsable

Conseil du jeu responsable Conseil du jeu responsable Mémoire à l intention du Sénat du Canada Préparé par : Le Conseil du jeu responsable du Canada Objet : Projet de loi C-290, Loi modifiant le Code criminel (paris sportifs) Le

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

traitement et de prise en charge des toxicomanes

traitement et de prise en charge des toxicomanes UNODC-OMS: Programme commun de traitement et de prise en charge des toxicomanes Le projet Un traitement efficace et respectueux de la dignité humaine pour toutes les personnes souffrant de troubles liés

Plus en détail

COMMENTAIRE UN APERÇU DES POPULATIONS IMMIGRANTES ET DES MINORITÉS VISIBLES AU CANADA. Services économiques TD

COMMENTAIRE UN APERÇU DES POPULATIONS IMMIGRANTES ET DES MINORITÉS VISIBLES AU CANADA. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD UN APERÇU DES POPULATIONS IMMIGRANTES ET DES MINORITÉS VISIBLES AU CANADA Faits saillants D après la première publication des résultats de l Enquête nationale auprès

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Présenté par : Annick Lenoir-Achdjian, Sébastien Arcand et Michèle Vatz-Laaroussi. Centre Métropolis du Québec Immigration et métropoles

Présenté par : Annick Lenoir-Achdjian, Sébastien Arcand et Michèle Vatz-Laaroussi. Centre Métropolis du Québec Immigration et métropoles Les difficulté d insertion en emploi des immigrants du Maghreb au Québec. Une question de perspective Institut de recherche en politiques publiques Déjeuner-causerie 26 mars 2009 Présenté par : Annick

Plus en détail

QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION Original: anglais 8 novembre 2004 QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION LA SANTÉ DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE UN BÉNÉFICE PARTAGÉ PAR TOUTES LES PARTIES Page 1 LA SANTÉ DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE UN BÉNÉFICE PARTAGÉ

Plus en détail

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE CAI Shouqiu, professeur à la Faculté de droit de l Université de Wuhan, président de l Académie du droit de

Plus en détail

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société Faro, 27.X.2005 Préambule Les Etats membres du Conseil de l Europe, signataires de la présente Convention, Considérant

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Résumé des principales positions des partis politiques 15 octobre 2015

Résumé des principales positions des partis politiques 15 octobre 2015 Présentation Ce document a été produit à l occasion de la campagne électorale fédérale 2015. Il vise à informer les membres de la Coalition et ses partenaires des positions des principaux partis politiques

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Public Health Agency of Canada Agence de la santé publique du Canada

Public Health Agency of Canada Agence de la santé publique du Canada Public Health Agency of Canada Agence de la santé publique du Canada Coopération intersectorielle sur les inégalités en matière de santé Dr. David Butler-Jones, MD MHSc, LLD (hon), FRCPC, FACPM, CCFP Chief

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Déclaration d'alger Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Réduire le déficit des connaissances pour améliorer la santé en Afrique 23-26 juin 2008 Catalogage

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Les formations interculturelles en Australie et Nouvelle-Zélande. Sommaire

Les formations interculturelles en Australie et Nouvelle-Zélande. Sommaire 1 Sommaire L Australie et la Nouvelle Zélande sont fortement intéressant pour l étudient souhaitant se spécialiser dans les domaines de l interculturel. Le deux pays ont été bâti d une immigration très

Plus en détail

Un laboratoire en temps réel pour de l innovation pancanadienne Optimisation des systèmes de santé selon le modèle de la Société canadienne du sang

Un laboratoire en temps réel pour de l innovation pancanadienne Optimisation des systèmes de santé selon le modèle de la Société canadienne du sang Un laboratoire en temps réel pour de l innovation pancanadienne Optimisation des systèmes de santé selon le modèle de la Société canadienne du sang Le 14 novembre 2014 Présentation au Groupe consultatif

Plus en détail

Étude de faisabilitésur l implantation d une banque publique de lait maternel au Québec

Étude de faisabilitésur l implantation d une banque publique de lait maternel au Québec HÉMA-QUÉBEC Étude de faisabilitésur l implantation d une banque publique de lait maternel au Québec Présenté par : Dr Marc Germain M.D. FRCP(C), Ph.D Louis-Philippe Gagné B.Sc. Mission Fournir avec efficience

Plus en détail

Table des matières. ¼ ¼Communiqué de presse...2 ¼¼Pourquoi étudier l éco-habitat à l école?...3

Table des matières. ¼ ¼Communiqué de presse...2 ¼¼Pourquoi étudier l éco-habitat à l école?...3 Table des matières ¼ ¼Communiqué de presse...2 Pourquoi étudier l éco-habitat à l école?...3 ¼ ¼Synthèse et objectifs du projet...4 ¼ ¼Le guide pédagogique...5 ¼ ¼Le site Internet...6 ¼ ¼Les partenaires...7

Plus en détail

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS.

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Francine MORAT-VUONG Boulogne-Billancourt Vice-présidente du réseau français des villes santé de l OMS. LES VILLES S IMPLIQUENT

Plus en détail

Module 1 Définitions et concepts

Module 1 Définitions et concepts Module 1 Définitions et concepts Introduction Module 1 présente la promotion de la santé et donne un aperçu des définitions et concepts principaux. Ce module souligne les sujets et outils qui seront explorés

Plus en détail

numéro 247 mars 2015 social et la routinisation Cécile Belmondo, François Deltour, Caroline Sargis-Roussel

numéro 247 mars 2015 social et la routinisation Cécile Belmondo, François Deltour, Caroline Sargis-Roussel numéro 247 mars 2015 SOMMAIRE 7 Ont contribué à ce numéro 11 La performance des groupes de travail. Une analyse par le capital social et la routinisation Cécile Belmondo, François Deltour, Caroline Sargis-Roussel

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Lucie Lamarche. Cependant, c était une égalité FORMELLE :

Lucie Lamarche. Cependant, c était une égalité FORMELLE : Lucie Lamarche Biographie : - Droit de la personne, droit social, droit international et études féministes - Enseigné à UQAM et maintenant à Ottawa - Titulaire de la Chaire Gordon F. Henderson pour le

Plus en détail

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Réseau sur l Innocuité et l Efficacité des Médicaments Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Instituts de recherche en santé du Canada Canadian Institutes of Health Research Version

Plus en détail

De l ombre à la lumière, pour toujours

De l ombre à la lumière, pour toujours De l ombre à la lumière, pour toujours SUITE 800, 10301 SOUTHPORT LANE SUD-OUEST CALGARY (ALBERTA) T2W 1S7 La Commission de la santé mentale du Canada télécopieur : 403-385-4044 courriel : info@commissionsantementale.ca

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine Doctorat conjoint de l université d Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) France et de l université du Québec à Montréal (UQAM) Québec,

Plus en détail

PROGRAMME DE BOURSES D EXCELLENCE

PROGRAMME DE BOURSES D EXCELLENCE PROGRAMME DE BOURSES D EXCELLENCE Guide de présentation d une demande de bourse 1 Table des matières Introduction 2 Le programme de bourses d excellence 3 Les conditions d admissibilité 3 Les critères

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé

L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé L utilisation des indicateurs de la performance pour améliorer les systèmes de santé Sheila Leatherman Center for Health Care Policy and Evaluation, Minnéapolis, MN Nuffield Trust, Londres, Grande-Bretagne

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle Lisbonne, Portugal 6 9 mars 2006 PROJET DE PROGRAMME Antécédents

Plus en détail

Sciences humaines et sociales

Sciences humaines et sociales Licence Sciences humaines et sociales Anthropologie sociale - Ethnologie Carte d identité de la formation Diplôme Licence Mention Anthropologie sociale - Ethnologie Conditions d accès Niveau bac + 2, Validation

Plus en détail