IMAGES documentaires 34

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGES documentaires 34"

Transcription

1 IMAGES documentaires 34 2e trimestre 1999 L'image de l'écrivain Le pâté d'anatole France, par François Porcile. Le don d'urbiquité, par Jérôme Prieur. Ones et tropismes, par Patrick Cazals. Dans la paume de leur main, par François Barat. Films Parti pris A propos du fi:m «La Commision de la Vérité», par André Van/n.

2 IMAGES documentaires 34 2e trimestre 1999

3 IMAGES documentaires Revue trimestrielle publiée par l'association Images documentaires, avec le concours du Centre national du livre et le soutien de la Scam (Société civile des auteurs multimédia)

4 Editorial Dans ce numéro d'images documentaires, sous le titre <r L'image de l'écrivain», nous avons voulu observer un genre documentaire et son évolution récente, à la lumière de la série Un siècle d'écrivains produite et diffusée par France 3 depuis Cette série a été beaucoup critiquée à cause d'un cahier des charges contraignant, mais elle a permis à de nombreux réalisateurs de se confronter à ce difficile exercice du «portrait d'écrivain». Chaquefois qu 'il est question de la présence du livre à la télévision et de cet «impossible spectacle» qu'est la littérature, contrairement à la musique, à la peinture ou au théâtre, les mêmes questions se posent, il n'y a pas de «recette» sinon l'envie d'un réalisateur defilm ou d'un auteur de télévision defaire partager sa passion de lecteur. Dans la rubrique Films, nous vous présentons plusieurs films découverts cette année au Fipa (enjanvier, à Biarritz) et au festival Cinéma du réel (en mars, à Paris), et notamment lefilm d'andré Van In tourné en Afrique du Sud, La Commission de la Vérité, qui nous a paru un film essentiel. Pour éclairer la genèse de ce film, nous publions aussi dans la rubrique Parti pris, un texte écrit par le réalisateur en avril 1997, alors que le tournage était déjà commencé depuis un an. Il précise les enjeux dufilm et les points de vue adoptés par son auteur pour rendre compte des travaux de la Truth and Reconciliation Commission, processus collectif de réconciliation de la nation sud-africaine après l'abolition de l'apartheid. Catherine Blangonnet 3

5

6 Sommaire L'image de l'écrivain Introduction page 9 Le pâté d'anatole France, par François Porcile page ii Le don d'ubiquité, par Jérôme Prieur page 25 Ondes et tropismes, par Patrick Cazals page 3i Dans la paume de leur main, par François Barat page 39 Films page 49 Parti pris A propos du film «La Commission de la Vérité», par André Van In page 69 5

7

8 L'image de l'écrivain

9 Louis-René des Forêts Photo Dominique Auvray Jude Stefan D. R.

10 Introduction Le film «sur» l'écrivain n'est qu'une des nombreuses manières pour la littérature d'être présente à la télévision V. Il est l'héritier d'un genre cinématographique né dès 1915 avec le fameux Ceux de chez nous de Sacha Guitry filmant Anatole France. François Porcile, explorant ce «Panthéon des célébrités animées», dresse avec beaucoup d'humour le tableau des différents avatars du portrait d'écrivain, et notamment sa tradition «illustrative» à laquelle n'échappent pas toujours les films de la récente série Un siècle d'écrivains 2 /. Jérôme Prieur, en nous livrant des extraits du journal de la préparation de son film sur Jean Paulhan, pose la question de ce qu'est une «vie d'écrivain», tandis qu'il se plonge dans les archives et qu'il rencontre ceux qui ont connu le «grand homme». Malgré son expérience de réalisateur et de producteur de films sur la littérature, il ne semble pas avoir d'autre recette que de s'immerger dans les œuvres complètes et peutêtre aussi de «prendre l'écrivain comme modèle», de s'en inspirer pour l'évoquer, comme en peinture. Patrick Cazals fait un bel éloge de la radio, de la parole et de la lecture, comme moyen d'accès à l'œuvre littéraire. Si la construction d'une émission radiophonique est aussi complexe que le montage d'un film, la radio a le temps, elle n'a pas les mêmes contraintes économiques que le film. Et la voix est proche de notre univers mental, elle fait surgir des images intérieures 9

11 comme celles de nos lectures, elle possède une puissance d'évocation souvent trahie ou bloquée par le visuel imposé. Comme l'écrivait Jean-Claude Guillebaud, «l'oreille voit mieux». La nature de l'attention à la radio et à la télévision n'est pas la même et «tout conspire à faire du son et de l'écrit des compagnons de maquis, des assiégés solitaires, des complices qui s'ignorent encore trop 3 /.» François Barat enfin brouille les frontières entre cinéaste et écrivain. Comme François Porcile, il se demande si ce passage de l'écrit à l'écran ne se fera pas par les écrivains eux-mêmes et remarque que la fameuse caméra-stylo, dont on parlait lorsqu'elle n'existait pas encore, existe bel et bien aujourd'hui. Pourtant il n'est pas sûr que la simplicité de l'outil facilite l'apprentissage du fameux «langage cinématographique». Mais au moins les archives privées seront peut-être les meilleures «sources» du cinéaste lancé dans cette «chasse au trésor» à l'avenir, comme les photographies aujourd'hui, car elles auront été faites par ceux connaissent les écrivains et en sont proches 4 /. Catherine Blangonnet V Une centaine d'émissions littéraires produites par la télévision française de 1954 à 1989 et conservées par l'ina, ont été recensées par Les Dossiers de l'audiovisuel n 29, «Littérature et télévision», sous la direction de Jérôme Prieur, Ina-La Documentation française, / Série produite et diffusée par France 3 chaque semaine depuis 1995, dont l'approche est plus biographique que littéraire. /Jean-Claude Guillebaud, Ecoutez voir!, Arlea, /Voir Images documentaires n 28, «Images d'amateurs»,

12 Le pâté d'anatole France par François Porcile * Parmi ses contemporains illustres que Sacha Guitry mit en scène et en boîte dans Ceux de chez nous, en 1915, entre la cendre d'une cigarette tombée dans la barbe de Monet peignant des nymphéas et la baguette de Saint-Saëns conduisant un orchestre imaginaire, apparaissait Anatole France. Assis face à la caméra devant une feuille blanche, il trempait son porte-plume dans un encrier, mais au lieu de tracer sur la page immaculée un paraphe de futur Prix Nobel, il y lâchait un énorme «pâté». Cette lointaine tache d'encre me semble symboliser, lapidairement et définitivement, l'irréalisable passage de 1'«écrit» à 1'«écran», dès qu'il est question d'«imager» un écrivain, homme et œuvre. Il ne s'agit évidemment pas ici de traiter de l'adaptation fictionnelle, mais de ce qui a été tourné «sur», «autour» et «avec» des écrivains, de toutes ces manœuvres d'approche, d'apprivoisement, d'analyse ou de représentation, toutes ces ruses de Sioux qui vont de l'entretien filmé à la mise en scène allégorique, de la visite à l'interrogatoire, de l'exploration du mobilier au voyage graphologique. Les exemples sont légion, depuis l'invention de l'image animée. Mais précisément, c'est à ce niveau que se situe l'écueil majeur, dans l'idée même d'«animation». Dans son Abécédaire filmé par Pierre- André Boutang, Gilles Deleuze risquait ce paradoxe : 11

13 «La parole est sale ; seul l'écrit est propre.» En appliquant à l'image définitive l'adjectif dévolu à la parole, le problème se trouve exactement posé. Il y a dans le fait de filmer, qu'on le veuille ou non, quelque chose de réducteur, de prosaïque, qui neutralise dans son mouvement même le mystère, la magie qui peut émaner des images fixes. Tout simplement parce que la photographie est un langage symbolique, et que le cinéma ne l'est pas. Pourquoi, par exemple, les portraits d'écrivains par Doisneau en disent-ils plus long sur ces auteurs que tout un discours documentaire? Pourquoi le regard d'antoine Blondin fixé par le photographe apparaît-il autrement vrai, vivant, que dans les laborieuses déambulations du «portrait» réalisé par Christophe de Ponfilly? Intervient, certes, au préalable, une question de connivence, sinon de sympathie, que reflète nécessairement l'image, mobile ou figée. Si le sujet ne se prête pas au «jeu», les chances de réussite sont minces, et l'accueil revêche de Paul Léautaud à Doisneau : «C'est vous le photographe Vous êtes bien maigre! Vous devez être tuberculeux!» préfigure le mouvement de fureur de Pierre Jean Jouve expulsant de chez lui une équipe de tournage dont l'un des membres s'était permis de déplacer son bureau. Doisneau reconnaissait volontiers avoir «raté» Montherlant : «Je savais à l'avance que la photo ne serait pas bonne, qu'elle ne lui plairait pas. Il n'y avait pas de sympathie.» Ce qu'exprime en retour l'écrivain, dans une lettre peu amène en date du 25 janvier 1957 : «Vos photos pâtissent du fait que je vous ai reçu revenant de chez le coiffeur, coiffé exagérément court, et que vos prises de vue, souvent faites de bas en haut, accentuent la rareté des cheveux plaqués sur la tête et qui souvent n'apparaissent plus dans la photo.» Aléas de la commande, qui n'obèrent pas pour autant la justesse d'un portrait aussi cruel que celui croqué par le même Doisneau du couple Aragon-Triolet, assis de profil sur des fauteuils de rotin au dossier en 12

14 forme de cœur, échangeant un regard où passe manifestement plus de haine que d'amour... Les esprits grincheux affectent de reprocher le côté «mise en scène» des photos de Doisneau. Précisément, s'agissant des portraits d'écrivains, cette «mise en scène» s'exprime dans le choix d'un environnement, d'un décor qui éclaire, directement ou en réflexion, le travail ou la personnalité de l'écrivain. Raymond Queneau lui avait dit : «Je suis à l'aise dans les rues qui ne ressemblent à rien». Il en résulte cette image étonnante de l'écrivain sous la pluie, sanglé dans son imperméable, dans la perspective glauque d'une rue commerçante du quartier des Batignolles. Une photo qu'on dirait sortie tout droit de Loin derueil ou du Dimanche de la vie. Le fait de photographier Simone de Beauvoir aux «Deux Magots» peut apparaître - même en comme une lapalissade. Mais pour Doisneau ce choix n'a pas seulement valeur symbolique : «Le décor où elle se trouve a aussi son importance. Le café «Les Deux Magots» est un des rares cafés qui ait cette hauteur de plafond ; c'est un palais. Et cette petite bonne femme dans un coin, en train d'écrire, qui ne voyait que sa feuille blanche...». Ces harmoniques et contrepoints de l'homme et du décor font le prix des «modèles» de Doisneau, célèbres ou non. C'était pour lui l'expression du magique, du merveilleux, de l'irréel. «C'est le rapport de l'homme avec le décor. Ce peut être aussi un regard quand le modèle a cessé de se méfier, de se composer un personnage. Mais la légende de l'écrivain joue aussi un rôle. Son reflet rejaillit sur les autres.» Mais ici encore le miracle n'est pas automatique. Biaise Cendrars le souligne, qui écrit à Doisneau, après avoir reçu les épreuves de son visage photographié à Villefranchesur-Mer dans un entrelacs de branches d'aloès : «Les photos sont admirables. Mais, comme je le pensais, cela fait pose dans le jardin. La communion n'est pas établie entre l'homme et le végétal comme elle l'est entre la machine à écrire et l'écrivain, par 13

15 exemple. Que c'est difficile hein, mon vieux!?...» V. Mais cette «communion»-là, Doisneau la réalisa avec Cendrars : attablé au soleil, cigarette de travers, l'écrivain contemple sa machine d'où semble s'échapper, sur le tapis roulant du papier blanc, un fleuve de mots. La photographie, dans ses moments de grâce, possède donc ce pouvoir unique d'allier dans un même cadre réalité et mystère, distance et familiarité, représentation et imaginaire. Elle offre à la fois l'intimité et l'impalpable des entretiens radiophoniques. Alors pourquoi, quand les deux éléments, son et image, se trouvent réunis en un même mouvement, le mystère disparaît-il aussitôt? Le regard de Henry Miller saisi par Gisèle Freund vaut à lui seul tous les tournages «dans-l'intimité-de-l'écrivain», même quand il dispute une partie de ping-pong avec Lawrence Durrell largement pris de boisson, qui loupe toutes les balles (film de Michèle Arnaud, 1974). Le «Malraux» blasonné de Henri Cartier-Bresson, chaton noir rivé de toutes ses griffes sur la canadienne de l'aviateur au service de la résistance républicaine espagnole, résume en une image tant d'heures d'entretiens télévisés, et a fortiori neutralise l'essai pompeux réalisé naguère par Léonard Keigel, véritable panthéonisation anthume de l'écrivain-aventurier-ministre. Ce long détour photographique pourrait paraître oiseux, s'il ne posait clairement les écueils, limites et perspectives du «portrait d'écrivain» cinématographique et télévisuel, coincé entre «naturel» et «pose», entre anecdote et confession. Aux temps lointains de la lourde artillerie du matériel cinématographique, quand n'existaient ni «Nagra» ni «Coûtant», deux exemples illustraient très exactement le propos : Avec André Gide de Marc Allégret (1951) et François Mauriac (1955) de Roger Leenhardt. L'un comme l'autre mettent l'écrivain en scène : propos préparés, cadres déterminés, découpage préexistant. Résultats antinomiques. Mauriac, se prêtant au jeu de trop bonne grâce, s'au- 14

16 tocaricature en minaudant sur la désuétude de son salon de Malagar («Qu'est-ce que les gens vont penser de moi?», s'exclame-t-il en levant les bras au ciel...). En réponse, Gide se plaît à dénigrer son campement «inhabitable» de la rue Vaneau, qu'il compare à une coquille de bernard-l'ermite. Il donne, dit-il, «une image assez exacte du désordre de mon esprit». Et poursuivant son commentaire off sur l'exploration de son intérieur par la caméra d'allégret, l'auteur des Caves du Vatican constate : «On écrit beaucoup trop. J'ai bien trop écrit moi-même. L'imprimé prend la place de ce qui devrait être la vie.» Et paradoxalement, cette séquence où Gide n'est présent que par la voix prend une force de vie incomparable avec la séquence suivante, tristement amidonnée, où Gide est censé débattre avec Jean Schlumberger de la naissance de la Nouvelle Revue Française. Comme il accapare la parole et ne laisse pas à son interlocuteur le temps d'en placer une, l'écrivain de Saint-Saturnin en est réduit à secouer silencieusement son mégot. La prochaine séquence synchrone, où Gide interroge Maître Maurice Garçon sur le profil idéal du juré d'assises, accuse plus encore le caractère apprêté de la conversation de commande imposé par le statisme de la mise en scène (on en trouvera l'écho direct dans la conversation de Mauriac avec un prêtre dominicain sur la terrasse de Malagar) en découpage académique, avec reprise en «raccord» de face des questions de Gide qui, dans le plan large, est filmé de trois-quarts dos. Dans la troisième partie du film, Marc Allégret veut présenter une image plus naturelle de l'écrivain, cultivant l'art d'être grand-père. Cela commence de manière encore un peu guindée, avec le lever du petit Nicolas, puis tout à coup, essayant pour ses petits enfants un tour avec des allumettes qu'il ne réussit qu'au bout de nombreuses tentatives («C'est raté», répètet-il en leitmotiv), le masque tombe, à mesure que la caméra est oubliée. Le Prix Nobel n'est plus en représentation. 15

17 Puis arrive cette séquence, filmée à quelques semaines de la mort de Gide, où l'écrivain fait travailler à la jeune pianiste Annick Morice le Scherzo en si mineur de Chopin. Treize minutes, en continuité, où Gide exprimant sa passion pour Chopin */ et, à travers elle, le sens véritable d'une «interprétation» («il faut que ce soit frémissant pas seulement pour soi, mais pour autrui») éclaire sa personnalité de créateur beaucoup plus pertinemment que tous les travaux d'approche et d'analyse effectués précédemment par Allégret en une heure de film. Soudain, plus rien n'existe que la communion de Gide avec le musicien. «J'ai passé plus d'heures avec Chopin qu'avec tout autre auteur», dit-il à la jeune fille d'entrée de jeu, en précisant que «c'est le ravissement qui est important là-dedans», et puis subtilement, se souvenant qu'il est en tournage, il lève les yeux vers la caméra et dit : «coupez». Mais, pour un tel miracle, combien de films-visite où la flagornerie le dispute à la fausse modestie, sauf quand le «visité» casse le jeu. Ainsi Gaston Bachelard, interrogé par Jean-Claude Bringuier sur la vie campagnarde, demande à son interlocuteur, à brûle-pourpoint, s'il a vécu à la campagne ; à quoi Bringuier, embarrassé, répond négativement. «Et ça se permet de poser des questions sur la campagne!», lance Bachelard de derrière sa barbe 3 /. Même lorsqu'il y a connivence, le film-visite tombe la plupart du temps dans le piège de la conservation mondaine, de l'échange de compliments, les «bâtons rompus» prenant volontiers le pas sur l'analyse du travail de l'écrivain. Ainsi les rencontres de Matthieu Galey avec Marguerite Yourcenar sur son île du Maine accusent-elles ce travers, accentué par la mise en relief d'une singularité du créateur de plume, celle du lieu d'élection, tour d'ivoire de préférence lointaine et sauvage, propice à l'inspiration. «Colline» barrésienne pas morte. Le film d'allégret, en offrant la panoplie complète des «approches» possibles d'un écrivain (chronolo- 16

18 gie, album de famille, exploration graphique, archives filmées, entretien mis en scène, autolecture) prouve qu'entre Panthéon et charentaises, «Lagardémichard» et «Écrivains de toujours», l'homme de lettres imagé reste un sujet fuyant, ambigu, contradictoire, rebelle. Que montrer? Plus encore que le compositeur dont le travail créateur, au départ indéchiffrable, aboutit ce- 17

19 pendant à un spectacle (le concert, la scène), l'écrivain ne livre rien de mieux que l'image d'un scribe laborieux ou d'une élève plus ou moins douée du cours Pigier. Reste le refuge commode du commentaire ou de l'anecdote, agréable subterfuge pour replacer l'activité des gens de plume au niveau de la besogne vulgaire de n'importe quel quidam. Marguerite Yourcenar disant sa fierté de comptabiliser sur chaque page le nombre de mots biffés après relecture ne révèle rien de son écriture, pas plus que Marguerite Duras ne donnait une clef significative de son univers en confiant à Bernard Pivot qu'elle ne se mettait jamais au travail avant d'avoir fait son lit. Avec la disparition de leurs auteurs, ces confidences, avec d'autres, ont rejoint la cohorte des «archives» précieuses, et enrichi cette ambiguïté majeure : les images vivantes d'un écrivain suffisent-elles à l'expliquer? Ce serait confondre l'écorce avec le cœur de l'arbre. Il est certes émouvant de voir s'animer les mains d'andré Gide corrigeant son journal. Mais encore? Voir bouger sur l'écran l'image d'un écrivain disparu n'apprend rien, même si le document est inattendu. Le fait de découvrir Albert Camus jouant au torero pour amuser sa fille Catherine n'éclaire pas mieux sa pensée que ne s'exprime le message de Jack London à travers ce plan où il serre dans ses bras une portée de porcelets. Ces images rares du créateur «vivant» ne peuvent, en l'occurrence, signifier plus que leur contenu anecdotique. Paul Valéry allumant une cigarette, Roger Martin du Gard chaussant ses lunettes ou Gide jouant aux échecs avec le jeune Roger Vadim ne peuvent prétendre à autre chose qu'à étoffer le Panthéon des célébrités animées dont le pâté d'anatole France fut la première pierre. Là où l'archive peut prendre un autre relief, c'est quand elle constitue un relais dans le temps, un jalon, un repère. Quand elle est un élément de «relecture», de mise en perspective. Ainsi Pierre Dumayet et Robert Bober purent-ils s'offrir une «mise en abyme» 18

20 de Marguerite Duras revoyant et commentant, depuis son appartement des «Roches Noires» à Trouville, par magnétoscope interposé, ses anciennes participations à l'émission «Lectures pour tous» où elle était interviewée par le même Dumayet. Exemple unique d'«effet-miroir», qui laisse en contrepartie le goût amer des occasions perdues et des missions avortées : l'archivage systématique des créateurs du siècle qu'aurait pu et dû opérer la télévision, qui s'est réduit à quelques entreprises isolées et sporadiques. Le hasard et les circonstances ont parfois permis, grâce à la collation de documents épars et non concertés, la reconstitution surprenante et inattendue d'un parcours créateur, d'un itinéraire électif, d'une traversée du siècle. J'eus ainsi la chance, en explorant les archives conservées à La Havane et à Paris, de pouvoir réunir un métrage considérable d'images, synchrones et muettes, d'alejo Carpentier. L'écrivain, qui se définissait lui-même comme «le Cubain de Paris et le Parisien de La Havane», et parlait indifféremment français et espagnol, laissa trace, de part et d'autre de l'atlantique, de témoignages convergents de sa trajectoire littéraire et politique, offrant la matière unique d'un «autoportrait» bilingue. Cet exemple de film-gigogne ne peut être cité qu'au titre d'un magnifique coup de pot. Peu d'écrivains bénéficièrent de leur vivant d'une telle sollicitude. En la matière, la télévision s'est la plupart du temps contentée de ces sempiternels «plateaux» dont quelques saillies célèbres ont constitué rétrospectivement l'alibi culturel, sans légitimer pour autant le dérapage du prétexte littéraire vers la tribune promotionnelle, le stand commercial ou le dîner en ville. Economie de marché oblige. Alors, il était naturel qu'on veuille redresser la barre, et proposer au spectateur des séries, des «collections» où l'étiquette «littéraire» ne soit plus un support, mais une raison. Ainsi dans «Les Hommes-Livres», a-t-on pu brosser quelques autoportraits confidentiels mais passionnants, notamment de Henri Thomas. En re- 19

21 vanche, l'ambitieuse collection «Un siècle d'écrivains», empêtrée dans les chaînes du boulet biographico-chronologique défini d'entrée de jeu, n'a pu présenter d'oeuvres convaincantes que par détournement du cahier des charges, quand le travail de «vulgarisation» commandé s'est transformé en regard d'auteur sur un autre auteur. Mais, pour un Pavese superbe d'intelligence et de pertinence (Alain Bergala), un Rilke exigeant et rigoureux (Stan Neumann), combien de lagardémicharderies dont les «auteurs», par respect du carcan imposé, ont estimé que, de l'écrivain, l'agenda suffisait à éclairer la pensée. Ainsi Colette, Joyce, Larbaud, Jack London, Alain-Fournier parmi tant d'autres furent-ils affublés de solennelles «évocations» dont le résultat fut inverse au but recherché, celui de donner envie de lire. Mais, au-delà de leur sinistre parfum scolaire, ces exemples serviles assurent la pérennité d'une tradition illustrative héritée du court-métrage «culturel» des années quarante-soixante, où les feuilletages d'albums de famille répondent aux lents panoramiques sur les paysages inspirateurs, où les portes s'ouvrent sur les mystères du cabinet de travail et les retraites fertiles et nourricières, où les lectures off sont imagées avec soin, madeleine flouzaille trempée dans un thé fumant [Proust d'edouard Berne), fenêtres du château de Combourg claquant au rythme des Mémoires d'outretombe par la grâce d'assistants aussi invisibles que zélés [Combourg visage de pierre de Jacques de Casembroot), sans oublier la colombe morte dérivant au fil de l'eau, quand on récite «Voie lactée ô sœur lumineuse...» dans Je m'appellerai Guillaume Apollinaire de Gilbert Prouteau. Si elle n'est pas totalement gangrenée par ce type d'illustrativisme caricatural, la collection «Un siècle d'écrivains» en présente souvent, dans un registre moins grossier, les stigmates. Il est clair que les films réussis de cette série sont ceux, «essais» et non plus commentaires, qui ont délibérément tourné le dos à l'illustration de texte et au 20

22 curriculum vitae. «Les accidents de la biographie n'ont pas d'influence sur l'œuvre», dit précisément Julien Gracq dans le film que lui a consacré Michel Mitrani - son ultime film. On se souvient de sa belle adaptation d'un balcon en forêt, avec un Jacques Villeret époustouflant dans le rôle de Gourcuff, poilu breton pathétique dans son hébétude avinée. Le réalisateur de Mémoires en ricochets semblait donc le mieux à même d'apprivoiser et mettre en lumière cet écrivain secret, si secret qu'il refuse depuis toujours le moindre entretien filmé. Il accepte toutefois l'enregistrement sonore. C'est sur cette gageure de présence-absence, image contre parole, que Mitrani a construit son film, retrouvant par sentiers détournés la force du contrepoint d'allégret montant le propre commentaire de Gide sur les images inhabitées de son appartement. Ici la voix rugueuse et hachée de Gracq évoquant ses engagements politiques de jeunesse (étonnante archive de «bigouden» en coiffe levant le poing), analysant la lumière particulière des bords de Loire ou la fascination qu'exerce sur lui la ville de Nantes, prend un relief saisissant par cette position de retrait, par cette présence masquée qui est elle-même, en creux, une définition de l'homme même : il fallut le scandale du refus du prix Goncourt pour Le Rivage des Syrtes, en 1951, pour apprendre que derrière Julien Gracq se cachait Louis Poirier, professeur d'histoire et Géographie au lycée Claude-Bernard. De même, trois ans plus tard, l'attribution du Renaudot au premier roman de Jean Reverzy, Le Passage, fit la notoriété soudaine d'un discret médecin de quartier dans la banlieue lyonnaise. Deux films, précisément, lui sont consacrés, dans «Un siècle d'écrivains» (1995) et dans la série «Préfaces» (1989), dont la comparaison est particulièrement éclairante. Le travail de Michel Fessier, scrupuleux, déférent, admiratif, sensible, constitue une approche plus qu'estimable de celui qui se mit à écrire, à la lisière de la quarantaine, au retour d'un voyage polynésien, quand il se sut condamné. Mais en dépit de l'émotion des témoi- 21

23 gnages, de la pertinence des choix de textes, il manque à ce film la fulgurance du court essai d'andré S. Labarthe pour «Préfaces» qui réussit en suivant pas à pas, dans un intérieur glauque, un homme usé saisi de quintes de toux inextinguibles, à donner à voir la douleur qui traverse toute l'œuvre de Jean Reverzy, du Passage au Corridor. Il ne s'agit plus là de «portrait» de l'écrivain, mais d'une plongée au cœur de son œuvre. On n'est plus «sur», on est «avec» l'écrivain. À ce stade, on pourra se demander si le meilleur portrait filmé d'écrivain ne serait pas, plus encore que l'autoportrait explicatif ou confidentiel, une œuvre cinématographique conçue et réalisée par l'écrivain luimême, où le passage de l'écrit à l'écran s'opérerait sans filtre ni truchement. Si en 1947, à propos des Dernières Vacances, André Bazin estimait que «Roger Leenhardt avait tourné le roman qu'il n'a pas écrit», en cette période d'après-guerre des écrivains ont ressenti le besoin de s'exprimer à travers le film. Quinze ans après Le Sang d'un poète, Jean Cocteau mettait en chantier La Belle et la Bête, tandis que Nicole Védrès, flanquée d'un assistant silencieux nommé Alain Resnais, sillonnait la banlieue à la recherche de films anciens enterrés au fond des jardins pour composer Paris 1900, premier et bel exemple de film d'archives «personnalisé», modèle de film de montage, où la simple confrontation du tableau de chasse (minable) du Président Fallières (une dizaine de perdreaux éparpillés au bas des marches d'un perron) avec celui de Guillaume II (une perspective de cerfs alignés à l'infini) donne de la proche guerre mondiale un raccourci symbolique et significatif. Passé réalisateur, 1'«assistant silencieux» deviendra un étonnant «passeur» pour les écrivains avec qui il travaille : Jean Cayrol, Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet... Cinq ans après Nuit et Brouillard, Jean Cayrol, avec la complicité du jeune romancier Claude Durand, réalise coup sur coup deux courtsmétrages, On vous parle et Madame se meurt. À peine 22

24 éteintes les polémiques sur L'Année dernière à Marienbad, Alain Robbe-Grillet fait cavalier seul pour L'Immortelle. Plus circonspecte, Marguerite Duras attendra huit ans après Hiroshima mon amour pour tenter l'aventure de La Musica, avec le soutien du très professionnel Paul Seban. Mais bientôt, il n'y aura plus besoin de coréalisateur ou de «conseiller technique». Georges Perec cosigne avec Bernard Queysanne Un homme qui dort, mais raconte à voix haute et sans conseilleur Les Lieux d'une fugue, où il peut, à loisir, résoudre le dilemme exprimé par Jean Renoir dès avant l'avènement du cinéma sonore, quand il adaptait Nana : «Deux langages différents - cinéma et littérature nécessitent de par leurs lois deux formes différentes.» /. * François Porcile. Auteur-réalisateur, principalement de films documentaires parmi lesquels : Elie Faure, Robert Doisneau, badaud de Paris, pêcheur d'images, Mise à mort d'une République, Des annéesfrileuses, Propaganda, Itinéraire d'alejo Carpentier, Jours et nuits du théâtre ; Henry Dutilleux,... Il a publié notamment : Défense du court-métrage français (1965), Présence de la musique à l'écran (1969), Maurice Jaubert (1971), Les Musiques du cinémafrançais (avec Alain Lacombe, 1995), La Belle époque de la musiquefrançaise, (1999). V Toutes ces citations proviennent du catalogue de l'exposition «Les écrivains vus par Robert Doisneau», Paris, Maison de Balzac, */ Je ne résiste pas au plaisir de rapporter cette anecdote : se promenant par les champs de sa campagne normande, Gide entend un laboureur héler son cheval aux cris de «Hue, Chopin!...» Gide, ravi, enjambe les sillons pour aller féliciter ce paysan qui a baptisé son cheval d'un si beau nom. Ahuri, l'homme balbutie : «Oh vous savez, sa mère s'appelait «Chopine», alors»... */ Il faut reconnaître à Bringuier le mérite d'avoir conservé cet échange au montage, que d'aucuns, pris ainsi en défaut, se seraient empressés de couper. / Cinéa-cinépour tous, n 59,15 avril

25 Jean Paulhan Photo Gisèle Freund Agence Nina Beskow

26 Le don d'ubiquité par Jérôme Prieur * <r Lejour où l'on nous fait voir notre profil dans un jeu de miroir, entendre notre voix dans un disque, lire nos vieilles lettres d'amour est un mauvais jour pour nous : et sur le moment nous avons plutôt envie de hurler. Tant il est évident que nous sommes n 'importe quoi, mais pas ça. Les photos exactes, les portraitsfidèles, peuvent être puissants, subtils, beaux ou laid. Ils ont un trait qui passe de loin ceux-là : c 'est qu 'ils ne sont pas ressemblants.» (Jean Paulhan, Braque le Patron) 18 février 1998 Au restaurant rue de Lille. Selon Claire Paulhan, on pourrait toujours voir sur la façade de la rue des Arènes le signal que Jean Paulhan, pendant la guerre, laissait à Mauriac pour le prévenir du danger. La guerre est finie, mais le danger, je suis prévenu. A l'imec, il y a cinq armoires pour contenir le fonds Paulhan. Dans les archives familiales, restent même des talons de chèques, des agendas, des paires de lunette... Au fond il m'aura fallu plus de deux ans pour m'habituer à l'idée même de ce portrait V, tellement cet homme est immense et son œuvre «pleine de choses redoutables»... 3 mars Classeurs plastifiés gorgés de toutes les photos, de l'enfance nîmoise jusqu'à la fin à Boissise. On le voit de profil en train d'écrire. Une bouteille Waterman à côté des feuilles blanches couvertes de son écriture typographique. C'est la seule image en couleurs. Il semble sur le point de disparaître dans la lumière. Au fil des années ( ), Jean Paulhan semble étrangement le même homme, malgré ses multiples visages, malgré ses vies parallèles. 25

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine

Plus en détail

M entends-tu? Qui me parle?

M entends-tu? Qui me parle? M entends-tu? Qui me parle? 3 :20 à 5 :56 M entends-tu? Qui me parle? A. La voix là : 4 :41 Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un

Plus en détail

Objectifs communicatifs : résumer des informations, présenter la biographie d'un(e) invité(e).

Objectifs communicatifs : résumer des informations, présenter la biographie d'un(e) invité(e). Thé ou café Thèmes Art, cinéma, littérature, musique Concept Catherine Ceylac reçoit des personnalités de tous les horizons, du chef d entreprise au navigateur solitaire, dans le cadre convivial et intimiste

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveaux B2/C1 : en bref trouble Thème : quand le cœur tressaille et que naît le Après une entrée dans le film par le titre et la scène

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

DOSSIER VOCABULAIRE : LES MÉDIAS

DOSSIER VOCABULAIRE : LES MÉDIAS DOSSIER VOCABULAIRE : LES MÉDIAS 1 Les médias, les informations, et la culture France 3 le Parisien L'audiovisuel La télévision : {la télé} (familier) = sens général Le petit écran = la télévision Un téléspectateur,

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

Peu importe son utilisation, la façon de créer ce réglage est toujours la même:

Peu importe son utilisation, la façon de créer ce réglage est toujours la même: [4.12]AJOUTER UN FLOU GAUSSIEN Outre des effets artistiques comme nous en faisions en argentique avec les filtres soft Cokin (sujet net au centre de l'image et flou onirique tout autour du sujet), le flou

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

Rencontre prix des «Incos» 2014/2015

Rencontre prix des «Incos» 2014/2015 Rencontre prix des «Incos» 2014/2015 «Reborn» de T. Robberecht Dans le cadre du prix des incorruptibles 2014-2015, nous avons rencontré, à la médiathèque de Mérignac, mardi 24 mars, Thierry Robberecht,

Plus en détail

Ville de Rosny-sous-Bois. est permis pour les. 0-4 ans

Ville de Rosny-sous-Bois. est permis pour les. 0-4 ans Ville de Rosny-sous-Bois Tout est permis pour les tout-petits! La culture pour les 0-4 ans Chers Rosnéens, Je suis de ces maires qui pensent que l art sous toutes ses formes doit être encouragé et suscité.

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

Viens jouer avec moi, Petite Souris! Kraus Robert, Dewey Ariane, Aruego José L'école des loisirs, paru en 2009 (GS, CP)

Viens jouer avec moi, Petite Souris! Kraus Robert, Dewey Ariane, Aruego José L'école des loisirs, paru en 2009 (GS, CP) Viens jouer avec moi, Petite Souris! Kraus Robert, Dewey Ariane, Aruego José L'école des loisirs, paru en 2009 (GS, CP) Auteurs du dossier Suzy MALZIEU Annie DIBERT réalisé le 01/2009 Table des matières

Plus en détail

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie»

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» J'ai cinquante-quatre ans, je me prénomme Will et je suis un passionné d'écriture. Je suis un écrivain. Aujourd'hui, si j'essayais

Plus en détail

Cheminement onirique

Cheminement onirique Cheminement onirique Notre projet était d'illustrer le cheminement du rêve ; la lettre à la manière de Diderot est adressée à Sophie Volland dans le but de lui raconter son songe artistique. Les photographies

Plus en détail

Sur la presqu île de la Garoupe, Les étudiants de la classe de Gisèle ont goûté aux plaisirs minuscules d une sortie lumineuse.

Sur la presqu île de la Garoupe, Les étudiants de la classe de Gisèle ont goûté aux plaisirs minuscules d une sortie lumineuse. L'école buissonnière Hors les murs Sur la presqu île de la Garoupe, Les étudiants de la classe de Gisèle ont goûté aux plaisirs minuscules d une sortie lumineuse. Nous avons passé la semaine à découvrir

Plus en détail

Animer un atelier sur l oral

Animer un atelier sur l oral Accompagnement personnalisé Lycée Le Castel-Dijon Élaboré par Sarah Camus (comédienne) et Anne Gagnepain-Bélorgey (prof maths/sciences) contact : sara_camus@yahoo.fr Animer un atelier sur l oral Introduction

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

Petite visite guidée du nid familial de Marie-Sissi, qui est aussi son lieu d'écriture.

Petite visite guidée du nid familial de Marie-Sissi, qui est aussi son lieu d'écriture. DATE DE PUBLICATION: -01-31, Tiré du magazine Elle Québec, février Elle avait 30 ans à la parution de son premier livre, une autofiction punchée, corrosive et jouissive au titre évocateur: Borderline.

Plus en détail

Regards croisés dans le cadre de l Histoire des Arts :

Regards croisés dans le cadre de l Histoire des Arts : Autour de l exposition «ROCK n ROLL Un album photo» Stage DAAC du 20 novembre 2014 animé par Fred BOUCHER (Co- directeur artistique des Photaumnales) et Régis DARGNIER (Professeur d arts plastiques) Regards

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Compte rendu. «L oeuvre du crépuscule» Ouvrage recensé : par Patrick Lafontaine

Compte rendu. «L oeuvre du crépuscule» Ouvrage recensé : par Patrick Lafontaine Compte rendu «L oeuvre du crépuscule» Ouvrage recensé : Rose Ausländer, Je compte les étoiles de mes mots, édition bilingue, traduit de l allemand par E. Verroul, Lausanne, L Âge d homme, coll. «Le rameau

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef Il n'y a rien de plus beau qu'une clef (tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre) Spectacle de contes, à partir de 12 ans. Durée 1h Synopsis Deux conteuses Une panne de voiture Un petit village vendéen

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Exploiter une sortie culturelle dans le cadre de l'accompagnement personnalisé au lycée

Exploiter une sortie culturelle dans le cadre de l'accompagnement personnalisé au lycée éduscol Sorties scolaires Constat Exploiter une sortie culturelle dans le cadre de l'accompagnement personnalisé au lycée Ressources accompagnement personnalisé Les sorties scolaires sont souvent l occasion

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Didactique et méthodologie du FLE/FLS

Didactique et méthodologie du FLE/FLS UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Didactique et méthodologie du FLE/FLS Actualiser et dynamiser vos pratiques de classe Descriptifs des modules de formation

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Dossier de presse Contact Presse & Publicité : Frédérique Meler 06 61 43 30 95 contactpresse@retrouve-moi.fr pub@retrouve-moi.fr Chef de Projet : Joëlle Le Roch 06 62 98 10 12 La Société des Fées - 3 rue

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

Travail significatif de français 6P

Travail significatif de français 6P Etablissement primaire Payerne et environs Nom : Date : Travail significatif de français 6P L1:21 Lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture. Progression des apprentissages:

Plus en détail

Illusion & Réalité dans KOR

Illusion & Réalité dans KOR Illusion & Réalité dans KOR (Caméra Photographie Pouvoir) 1- La photographie dans KOR : Je me suis toujours demandée quel était le sens de la photographie qui revient très souvent aussi bien dans la série

Plus en détail

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38)

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Consultation complète : 60 euros La consultation Complète est une consultation de voyance

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Raymond Cloutier : Raymond Cloutier «Vous m en lirez tant» Émission du dimanche 30 mars 2008 Première Chaîne de la radio de Radio Canada,

Raymond Cloutier : Raymond Cloutier «Vous m en lirez tant» Émission du dimanche 30 mars 2008 Première Chaîne de la radio de Radio Canada, Raymond Cloutier : Un livre fascinant, émouvant, intrigant qui tente, pour la première fois, de refaire le pont entre les Premières Nations et les Blancs. Aimititau! Parlons-nous! On sent ici que ce projet

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS 1er semestre Culture du documentaire, connaissance du milieu, initiation aux techniques et aux savoir-faire professionnels UE.1 Histoire des courants et des formes

Plus en détail

Carnet de littérature

Carnet de littérature Carnet de littérature Instruction officielle 2002 «On peut aussi encourager les élèves à se doter d un carnet de littérature qu ils utilisent très librement pour conserver en mémoire les titres des œuvres

Plus en détail

Les chasseurs de trésors. Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle

Les chasseurs de trésors. Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiches pédagogiques 2 e cycle Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiche A* Fiche B Fiche C Fiche C Fiche D Animation du livre Une chasse aux Appréciation de l œuvre CORRIGÉ Production écrite et

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

2est-il un chiffre bleu? Le Collectif blop (Interjection) présente

2est-il un chiffre bleu? Le Collectif blop (Interjection) présente Le Collectif blop (Interjection) présente 2est-il un chiffre bleu? J avale une gorgée d eau et j entends ma voix commencer : «trois virgule un quatre un cinq neuf deux six cinq trois cinq huit neuf sept

Plus en détail

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches.

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches. Oui, mais c'est l œuvre de quelqu'un d'autre 1 «On parle souvent des cinéastes qui, à Hollywood, déforment l œuvre originale. Mon intention est de ne jamais faire cela»¹ «la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation

Plus en détail

Qu allez-vous apprendre en lisant ce livre?

Qu allez-vous apprendre en lisant ce livre? Avant-propos Q uand j ai commencé la programmation, j avais dix ans et un Atari ST possédant un interpréteur GFA Basic. Mes parents m avaient acheté un livre contenant des listings à recopier et à exécuter.

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

«Entretien avec Nejia Ben Mabrouk» Françoise Wera. Ciné-Bulles, vol. 8, n 3, 1989, p. 20-23. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante :

«Entretien avec Nejia Ben Mabrouk» Françoise Wera. Ciné-Bulles, vol. 8, n 3, 1989, p. 20-23. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : «Entretien avec Nejia Ben Mabrouk» Françoise Wera Ciné-Bulles, vol. 8, n 3, 1989, p. 20-23. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/34287ac Note : les règles

Plus en détail

Révélateur de talents et passeur de rêves

Révélateur de talents et passeur de rêves Révélateur de talents et passeur de rêves www.treizeavril-editions.fr Treize Avril Éditions maison d éditions sensible......aux vents du monde et éprise d ailleurs, pertinente et persévérante dans son

Plus en détail

A LA UNE. AprèsVaran le 28 juin à 19h aux Ateliers VARAN à l'occasion du lancement du Bureau Des Anciens élèves,

A LA UNE. AprèsVaran le 28 juin à 19h aux Ateliers VARAN à l'occasion du lancement du Bureau Des Anciens élèves, ALAUNE AprèsVaran le28juinà19hauxateliersvaranàl'occasiondulancementdubureaudesanciensélèves, ClaireSIMONreviendrasursonparcoursdepuisVaran etsonfilmdestagemoinon...oul'argentdepatricia jusqu'àlagaredunord,lieu

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Le Jeudi 20 mars 2008, La Joie par les livres recevait Hervé Tullet interviewé par Véronique Soulé. Votre premier livre «Comment Papa a rencontré Maman»,

Plus en détail

Rapport de Pré-Soutenance Le déménageur rusé

Rapport de Pré-Soutenance Le déménageur rusé Licence 3 PSM Rapport de Pré-Soutenance Le déménageur rusé 0 Le déménageur rusé 0 Sommaire Sommaire 1. SUJET... 1 A. ENONCE... 1 B. ACTIVITE PRESENTE PAR GUILLAUME KUNTZ... 1 C. INTERPRETATION... 1 D.

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

LES MEDIATHEQUES ET BIBLIOTHEQUE DE TALENCE UN RESEAU OUVERT A TOUS

LES MEDIATHEQUES ET BIBLIOTHEQUE DE TALENCE UN RESEAU OUVERT A TOUS Editorial 2 LES MEDIATHEQUES ET BIBLIOTHEQUE DE TALENCE UN RESEAU OUVERT A TOUS En permettant un libre accès aux livres et autres sources documentaires, ce service public contribue aux loisirs, à l information,

Plus en détail

Projection test Holbein

Projection test Holbein Projection test Holbein Environ 300 personnes avaient candidaté. Nous en avions sélectionné une centaine afin de diversifier les âges et les catégories socio professionnelles (CSP Objectif : corriger la

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Le journalisme radio : principes de base

Le journalisme radio : principes de base Le journalisme radio : principes de base NB : Les conseils et les définitions ci-dessous sont en grand partie tirées du document «Le journalisme radio selon RFI Principes de bases» produit par RFI (Radio

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Le reportage VIDEO de mariage

Le reportage VIDEO de mariage Le reportage VIDEO de mariage Si le reportage photo semble incontournable lors d'un mariage, avez-vous pensé d'y ajouter une vidéosouvenir en qualité HD? Indépendant dans le monde de la vidéo depuis plusieurs

Plus en détail

GILBERT «Etre à l antenne le samedi et le dimanche, c est tout aussi valorisant que la semaine»

GILBERT «Etre à l antenne le samedi et le dimanche, c est tout aussi valorisant que la semaine» Bruno Gilbert évoque la radio comme une histoire d'amour. 40 ans de passion, d'amour. L'animateur de la matinale du week-end sur NOSTALGIE a accepté notre invitation pour parler de son métier, de ses souvenirs

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

ENTRE LES MURS : L autoportrait de Carl

ENTRE LES MURS : L autoportrait de Carl ENTRE LES MURS : L autoportrait de Carl Réalisation : Laurent Cantet Production : Haut et Court Genre : comédie dramatique Adaptation du livre «entre les murs» de François Bégaudeau, éditions Gallimard

Plus en détail

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée ARIANE ET SA VIE Elisabeth Vroege Ariane et sa vie Roman Editions Persée Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages et les événements sont le fruit de l imagination de l auteur et toute

Plus en détail

MARC LEVY «Best-sellers à tout prix», un film d Annick Cojean et et Vassili Silovic, 2006

MARC LEVY «Best-sellers à tout prix», un film d Annick Cojean et et Vassili Silovic, 2006 MARC LEVY «Best-sellers à tout prix», un film d Annick Cojean et et Vassili Silovic, 2006 Je crois que l écriture, c est un métier d artisan. Donc, les seules règles d écriture que je ressens sont des

Plus en détail

La prépa privée aux écoles d'art publiques

La prépa privée aux écoles d'art publiques La prépa privée aux écoles d'art publiques CINÉMA Forte de ses 30 ans d'expérience dans la préparation aux concours des écoles d'art, Prép'art ouvre une Prépa cinéma. Les épreuves aux concours d'entrée

Plus en détail

Fiche pour apprendre les dictées

Fiche pour apprendre les dictées Fiche pour apprendre les dictées Les dictées font partie des exercices incontournables en raison de leurs vertus pédagogiques. En effet, elles sont l'un des moyens de faire apprendre l'orthographe, des

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Séquence "Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio»

Séquence Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio» Séquence "Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio» Auteurs : Chris Trabys, Sophie Siret, Linda Khirani-Lycée Blaise Pascal brie Comte Robert (77) Niveau : Seconde

Plus en détail

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher)

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Avant-propos : Chaque soir, je raconte une histoire à mon fils pour qu il s endorme. Il a 2 ans. Habituellement, c est les 3 petits cochons.

Plus en détail

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Démarche Démarche globale Identifier et qualifier Les composants plastiques de la vidéo Les impressions et les sensations subjectives Coordonner les deux types d informations

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

Comment ça marche? La médiathèque reçoit les classes pendant une heure, sur rendez-

Comment ça marche? La médiathèque reçoit les classes pendant une heure, sur rendez- ANIMATIONS SCOLAIRES Année 2014/2015 Médiathèque Isidore Rollande 11, cours Carnot BP 29 13 838 Châteaurenard Cedex Tél : 04 90 24 20 82 http://bibliothequechato.free.fr mediatheque@chateaurenard.com Comment

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES CLASSES-LECTURE

ENQUÊTE SUR LES CLASSES-LECTURE ENQUÊTE SUR LES CLASSES-LECTURE Dans le souci d évaluer le plus complètement possible les effets de leur séjour dans leur centre, les responsables du Centre de classes-lecture de Grenoble multiplient les

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

Portraits DVD UNITÉ. Vous allez apprendre à. décrire et localiser des objets. identifier quelqu un.

Portraits DVD UNITÉ. Vous allez apprendre à. décrire et localiser des objets. identifier quelqu un. UNITÉ 2 Portraits Vous allez apprendre à décrire et localiser des objets. montrer et situer des objets et des personnes. exprimer la possession. exprimer des goûts. indiquer des couleurs. demander et dire

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Rendez-vous avec un nez!

Rendez-vous avec un nez! Rendez-vous avec un nez! Dans de nombreux esprits, le monde du parfum est une spécialité française. Mais qui sont donc les magiciens qui créent ces élixirs qui nous enivrent? Cette fiche dresse le portrait

Plus en détail

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1 Pourquoi? Pour enrichir l'imaginaire et la créativité C'est le moyen privilégié pour que l'enfant ne reste pas au niveau d'images mentales stéréotypées mais aille vers d'autres modes originaux de représentation.

Plus en détail

Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité.

Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité. Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité. Le projet intitulé «Dire le monde, dire mon monde : émotions

Plus en détail

Un livre dans ma maison

Un livre dans ma maison Un livre dans ma maison Au fil des années, le Collectif Alpha a eu l occasion d éditer (ou de coéditer) une vingtaine de livres écrits par des apprenants qui sont proposés à la vente par son centre de

Plus en détail

APPRENDRE L INVENTION

APPRENDRE L INVENTION APPRENDRE L INVENTION François Bon est né en 1953. Il publie son premier livre aux éditions de Minuit en 1982. Pratique les ateliers d écriture depuis 1991 (voir notamment Tous les mots sont adultes, Fayard,

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

Raymond Depardon. Le bruit de la ville

Raymond Depardon. Le bruit de la ville REVUE DE PRESSE Raymond Depardon. Le bruit de la ville Exposition L'exposition "Villes" de Raymond Depardon organisée à l'espace Le Carreau à Cergy réunit les plus belles photographies prises lors des

Plus en détail

Enfance et adolescence

Enfance et adolescence SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : ENFANCE ET ADOLESCENCE 1 / 5 Enfance et adolescence Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges Lev Nikolaïevitch Petrovitch Tolstoï,

Plus en détail

Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur

Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur «À l heure où tout est prétexte à capturer les images et à les diffuser, il est important d offrir aux jeunes une éducation au regard.

Plus en détail