Abdelali OUDRISS (*) Equipe DMRS : Durabilité Metallurgie et Reactivité de Surface

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Abdelali OUDRISS (*) Equipe DMRS : Durabilité Metallurgie et Reactivité de Surface"

Transcription

1 Laboratoire des Sciences de l Ingénieur pour l Environnement, UM-CNS 7356, La ochelle. L'implica)on des joints de grains dans les processus de diffusion et de piégeage de l'hydrogène dans le nickel vers une compréhension des mécanismes de fragilisa4on par l'hydrogène. Abdelali OUDISS (*) Equipe DMS : Durabilité Metallurgie et eactivité de Surface L équipe : E. Legrand, A. Metsue, C. Savall, J. BouhaHate, J. Creus, X. Feaugas Doctorants : N. Shakibi Nia, B. Osman- Hoch, D. Guedes- Sales, J. Li Matériaux 2014, Novembre, Montpellier (*) lr.fr

2 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)ons sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves. - 1-

3 LA FAGILISATION PA L HYDOGÈNE Acier martensitique Nickel polycristallin! QT AISI 4135 (1500 MPa) Kt=4.9 (b) 0 ppm wt, (c) 0.99 ppm wt Ni-201 Fig. 14 Fracture surface topographies of shear regions of martensitic 41xx steel tensile specimens (a) 0 ppm at., tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM microographs. (b) 3400 ppm at. ual from the martensitic phase transformation. With increasaccording to the work-hardening theory of Kuhlmann ing carbon content, there is evidence that the dislocation Fig. 13 Fracture surface topographies from central fracture regions of martensitic 41xx steel tensile specimens tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM micrographs. density of the martensitic substructure increases[44,45] and density of transition carbides increases, decreasing the [Nie et al.the 2012] particle spacing. The transition carbides are too fine, on [46] the order of 2 to 4 nm, to initiate microvoids at ductile fracture, but apparently play a major role in strain hardening. The increasing dislocation and transition carbide densities not only account for increasing offset yield strengths with increasing carbon content, but also account for increasing rates of strain hardening and flow stresses as plastic strains Fig. 14 Fracture surface topographies of shear regions of martensitic 41xx increase beyond yielding. Selon plusieurs modèles : Fig. 13 Fracture surface topographies from central fracture regions of martensitic 41xx steel tensile specimens tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM micrographs. steel tensile specimens tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM microographs. 212 VOLUME 32B, APIL 2001 ual from the martensitic phase transformation. With increasing carbon content, there is evidence that the dislocation density of the martensitic substructure increases[44,45] and the density of transition carbides increases, decreasing the particle spacing.[46] The transition carbides are too fine, on the order of 2 to 4 nm, to initiate microvoids at ductile fracture, but apparently play a major role in strain hardening. The increasing dislocation and transition carbide densities not only account for increasing offset yield strengths with increasing carbon content, but also account for increasing rates of strain hardening and flow stresses as plastic strains increase beyond yielding. Un état cri)que Ini)a)on de l endommagement Wilsdorf, the stresses necessary to generate new glide dislocations to sustain plastic deformation are dependent on the longest unrestrained dislocation lengths in a substructure.[47] The flow stress (t) at a given strain is given by [Bechtle 2009] t 5 t0 1 constant Gb/l [2] where t0 is the friction stress, G is the shear modulus, b is the Burgers vector, and l is the average momentary link length or active dislocation length. The free dislocation link length is continuously reduced by dislocation interactions METALLUGICAL AND MATEIALS TANSACTIONS B (1) basé sur la réduction de l énergie de cohésion des interfaces du métal en raison de la ségrégation de l hydrogène (HEDE: Hydrogen-Enhanced-Decohesion), t 5 t 1 constant Gb/l [2] where t is the friction stress, G is the shear modulus, b is (2) Formation de lacunes en présence de l hydrogène (SAV: Super-Abundant Vacancies ) the Burgers vector, and l is the average momentary link length or active dislocation length. The free dislocation link length is continuously reduced by dislocation interactions (4) L hydrogène favorise l émission et la mobilité des dislocations, et la localisation de la plasticité (HELP modèle associé à l hydrogène interne: Hydrogen Enhanced Local Plasticity ou AIDE modèle associé à H externe (adsorption), Adsorption Induced Dislocation Emission), (4) Formation d hydrure 212 VOLUME 32B, APIL 2001 According to the work-hardening theory of Kuhlmann Wilsdorf, the stresses necessary to generate new glide dislocations to sustain plastic deformation are dependent on the longest unrestrained dislocation lengths in a substructure.[47] The flow stress (t) at a given strain is given by 0 0 METALLUGICAL AND MATEIALS TANSACTIONS B L objectifs de nos travaux: comprendre l évolution de la distribution de l hydrogène et mesurer son rôle dans la fragilisation des matériaux - 2-

4 FAGILISATION PA L HYDOGÈNE dans notre Labo. MICOSTUCTUES 500 nm GNBs in Ni-µC and NC AN NANOMECACO Dislocation patterns AN DISHYDO Interface in martensitic steels VALLOUEC & CETIM projects FEM modelling of microstructure AN CISTALHYD, LaSIE / PNNL project Un état cri)que Ini)a)on de l endommagement Etat de l hydrogène - Adsorption - Absorption - Mobilité - Piégeage - Courbes potentiodynamiques, Spectroscopie d impédance - Techniques pulsées - Mesures de permeation - Thermo-désorption - 3-

5 SOLUBILITÉ ET DIFFUSION EFFECTIVE DE L HYDOGÈNE (DONNÉES DE LA LITTÉATUE) Solubilité Diffusion Kiuchi, K. et McLellan.B., Acta Metall., 31, (1983), pp Fer-α: une grande dispertion des données en dessous de la température de 560 C ésultats sémilaires pour le nickel [Oudriss2012] et les aciers austénitiques [San Marchi 2007] Origines possibles: large diversités des techniques, peu ou pas de bonne compréhension de la chimie et/ou des états métallurgiques des alliages étudiés : influence des défauts?? - 4-

6 nh MET, EDX, DSC, DX, TDS, XPS, SIMS Solute, vacancy H Precipitate Atomique Atomique (optical, SEM-EBSD, Dynamique moléculaire Ab intio, AFM, DFT ) Ab intio, DFT MDC-DFT MET, EDX, DSC, Elastic calculation DX, TDS, XPS, SIMS Statistical Physic MET, EDX, DX, TDS <C>! Échelle Modélisation Layer J! Polarisation cathodique, Pulsée Optique, MEB, AFM, EBSD FEM Pulsée Méthodes expérimentales MET, EDX, Polarisation cathodique, MET, EDX, DSC, MET, EDX, Polarisation cathodique, Pulsée Méthodes expérimentales Échelle MEB, EBSDMEB, AFM, EBSD Optique, DX, TDS DX,Optique, TDS, XPS, SIMS DX,AFM, TDS Structure Elément fini Matériau modèle structure structure Elément de volume représentatif (EV) Matériau modèle matériau modèle e Elément fini C0app! Membrane Bulk Dislocations--- Modélisation Elément de volume EV Elément de volume Dynamique moléculaire représentatif (EV) Ab intio, DFT représentatif (EV) Normalization tests Elément fini Environnement et applica Méthodes expérimentales Structure Échelle Atomique Gazeous permeation Cathodic permeation Dynamique moléculaire Modélisation Dislocations Dislocations--Inter-phase - GB ρ" (TEM-HTEM, XD, ) TDS, SIMS, SANS (TEM-HTEM, électron, neutron, ) TDS, SIMS, XPS HYDOGÈNE / MÉTALLUGIE : À DIFFÉENTES ÉCHELLES É Environnement et applic Environnement et application Size X. Feaugas et al., A3TS

7 MÉTHODES ET TECHNIQUES EXPÉIMENTALES (1/2) Perméa)on électrochimique (EP) j (A/cm²) 1 0,1 0,01 1E-3 1E-4 Polarization curve 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 θ H 2 SO 4 or NaOH ph, [O], j, T Surface state C 0app Bulk <C> Layer NaOH ph, [O], j, T Surface state J j (µa/cm²) 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 charging step t T 0, Time (s) J max 1E E (mv/she) 0,0 desorption step t L HE+HA model e C Tr Volmer regime (adsorption) C L V abs =K abs (1-θ) j=fv abs θ (E, J max )! C 0app (θ, J max )! HE - Hydrogen Evolution eaction HA Hydrogen Absorption eaction Oxide layer < C>= C 0app Palladium coating < C >= C 0app Validation with FEM calculation (ComSol software) 2 DATA J max C L t T C Tr C 0app, D app! <C>, C Tir! - 6-

8 MÉTHODES ET TECHNIQUES EXPÉIMENTALES (2/2) Spectroscopie de Désorp)on Thermique (TDS) After desorption step hydrogen is extracted by heating and material fusion in inert gas C Tir high sensitivity thermal conductivity detector Before charging step Variation of the heating rate φ Determination of the energy of trapping sites ΔE Tj φ ln( ) 2 Tp ΔE i =- 1 ( ) T pi TLi Flux de désorption H (ppm mass. / s) Desorption flux of hydrogen (ppm mass./s) Gaussian simulation of the TDS spectra for QT martensite steel! 3.0x C 2.5x10 φ=183 C/min x x C 330 C 1.0x C 5.0x T ( C) ln(ϕ/t 2 ) p Evaluation of trapping energies (High strength steel) -11,0-11,5-12,0-12,5-13,0-13,5-14,0 0.14eV 0.10eV 0.27eV 0.53eV -14,5 0,0008 0,0010 0,0012 0,0014 0,0016 0,0018 0,0020 1/T p (K -1 ) Limitations: surface preparation, temperature measurement, microstructural stability, - 7-

9 Permeation (x2) HYDOGÈNE / MÉTALLUGIE : DIFFÉENTS ÉTAT DE L HYDOGÈNE Les utilisations de la Spectroscopie de Désorption Thermique (TDS) et de la Perméation Electrochimique (EP) permettent d identifier les concentrations et les énergies associées aux différents états de l hydrogène dans les solides. Prior austenite grain boundaries Packet boundaries Dislocation core 0.8 Octaedric site Tetraedric site ΔETL (ev) 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 CTir «coeur» distorsion eV (dislocations, lacunes) CTr Champ élastique eV (dislocation coin, precipitatés) CL Sites interstitiels ev S. Frappart et al. / Scripta Mater. 65 (2011) 859. Ourdriss et al. Inter. conf. Steel & Hydrogen Gant, (2011). ΔETL TDS (ev) Vacancy HYDOGEN))characte QT martensite Ni (d=18 µm) literature data Precipitate (Mo/Cr)2C Permeation under stress 1.0 Dislocation (Elastic field) 0,0 TDS Permeation (x2) Martensitic lath high 0.1 ev 0.6 medium 0.4 n(e) low TDS 0.2 Puls technics E HYDOGEN))characteriza2ons) ΔETL permeation (ev) Les niveaux d énergies sont parfois insuffisants pour distinguer les hétérogéinités!! - 8-

10 HYDOGÈNE / MÉTALLUGIE : DIFFÉENTS ÉTAT DE L HYDOGÈNE C Tir TDS (wt ppm) Densité de pièges et énergies Concentration d hydrogène irréversiblement piégé QT Martensite oxide QT Martensite palladium PVD QT Martensite electrodeposited palladium+h 2 S Ni single crystal (100) Ni polycrystal (8-168µm) Ni nanocrystal (10-40nm) Modèles cinétiques [McNabb63, Oriani70, Krom00, ] Modèles statistiques [Leblond81, Kirchheim82, ] C T t C t DΔC L = C L t + C T t DΔC L # = ν [(1 θ T )N T θ L ]exp E & # LT % ( ν exp E & TL % (C T $ k B T ' $ k B T ' C t L D app. ΔCL = 0 D app. = D 1+ C T C L C Tir permeation (wt ppm) N T C T = 1 + N L K T C L $ K T = exp ΔE T & % k B T ' ) ( Densité de sites de piégeage : N T Densité de sites interstitiels : N L Energie de piégeage : ΔE T Etat métallurgique Coeff de diffusion interstitielle : D L S. Frappart et al. / Scripta Mater. 65 (2011)

11 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)ons sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

12 LES JOINTS DE GAINS DANS LE NICKEL Définition des Joints de Grains Indice of Coïncidence Site Lattice (CSL) otation axis D. L. Olmsted, S. M. Foiles et E. A. Holm, Acta Mater., 57 (2009) andom x θ [hkl] (uvw) CSL otation angle description of andle type (5 variables to defined GBs) Grainboundary plane Joints de grains (GBs) : Coincidence sites LaIce CSL () Dans un CFC. Ex : Nickel θ Ex. effet de la nature des GBs : Intergranular Stress Corrosion Cracking 3 29 > 29 ISCC préférenhelle le long des GBs andom V. Y. Gertsman and S. M. Bruemmer, Acta. Mater., 49 (2001) 1589 Joints spéciaux GBs () structure ordonnée Accommodés par disloca4ons andom GBs () Structure moins ordonnée Excès de volume libre Nature des GBs / upture assistée par H (FPH) - 11-

13 MICOSTUCTUES & CAACTÉISATIONS 18 µm 45 µm 65 µm 168 µm ElaboraHon de plusieurs microstructures du nickel polycristallin pur Taille de grains : de 18 à 200 µm (LaSIE) Taille de grain: ~1000 µm (LECA CEA) eference state : Pure single crystal nickel (100) Grain size / Texture GBs Character Connectivity / Percolation θ/2 b 3<<29 > 29 Triple junction Without texture LAGB (1): θ < 15 Special 3 n andom Désorientation accommodée par des réseaux de dislocations (dislocations intrinsèques) - Forte énergie - Volume libre élevé A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

14 MICOSTUCTUES & CAACTÉISATIONS Evolu)on de la nature des joints de grains 1.0 Fraction number andom Special (3 n ) Grain size (µm) Dépendance de la nature des joints de grains avec la taille de grains A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

15 MICOSTUCTUES & CAACTÉISATIONS Connec)vité des joints de grains : selon leurs natures 100 J Spécial' 3 n ( 3,' 9,'and' 27) Général'/' andom Jonctions'triples Distribution des familles de jonctions triples Approche stahshque [Kumar00] [andle99] [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67) J [Kumar00] [andle99] [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67) Probabilité Fraction de percolation (%) (%) andom Special 0 0,01 0, Taille Grain de size grain (µm) (µm) J f [Kumar00] [andle99] [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67)! J f 1.0 [Kumar00] [andle99] 0.8 [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) 0.6 Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67) 0.4! f! f! Les joints de grains andom ont une meilleure connec)vité A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

16 MÉCANISMES DE DIFFUSION ET DE PIÉGEAGE DE L HYDOGÈNE TECHNIQUES Perméa)on électrochimique (EP) j (µa/cm²) j (µa/cm²) Expérimental Modèle Temps (s) 16 Expérimental 14 Modèle Temps (s) Diffusion: D eff,c, ΔE D D eff,d, ΔE D Concentra)on : C 0eff ; C L ; C Tr ; C Tir Trapping: ΔE L ; ΔE Tr ; ΔE Tir ; N T Mo+oxide 45Mo+PVD Pd 45Mo + Pd Electrodeposited Ni polycristallin (18 à 168 µm) Nanocristallin (20 à 120 nm) Ni monocristallin : 25 C à 55 C 10 1 Complémentarité des deux techniques C Tir TDS (ppm wt) C Tir perméation (ppm wt) 0,1 0, Spectroscopie de Désorp)on Thermique (TDS) Flux de désorption H (ppm mass. / s) 3.0x C 2.5x x x C 330 C 1.0x C 5.0x ,0-11,5-12,0 T ( C) Concentra)on : C 0eff ; C L ; C Tr ; C Tir Trapping : ΔE L ; ΔE Tr ; ΔE Tir ΔE TL TDS (ev) QT martensite Ni (d=18 µm) literature data low medium high 0.1 ev ΔE TL permeation (ev) ln(ϕ/t 2 ) p -12,5-13,0-13,5-14,0 0.14eV 0.10eV 0.27eV 0.53eV -14,5 0,0008 0,0010 0,0012 0,0014 0,0016 0,0018 0,0020 1/T p (K -1 ) A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012), S. Frappart et al., Mater. Sci. Eng., A, 534 (2012)

17 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)on sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

18 MÉCANISMES DE DIFFUSION D HYDOGÈNE Energie d ac)va)on de la diffusion " Mécanisme(s)? Ni 18 µm Ni (100) 70% Ni (100) D Ni 18µm eff (m²/s) Ni 70% D eff (m²/s) Ni(100) D eff (m²/s) Ni 18µm Ni 70% Ni (100) ,0x10-3 3,1x10-3 3,2x10-3 3,3x10-3 3,4x10-3 1/T (K -1 ) 1000/T 1/T (K -1 (K -1 ) ) Absorption Désorption 3,0x10-3 3,1x10-3 3,2x10-3 3,3x10-3 3,4x10-3 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 ΔE D 0,4 ev! Diffusion interstitielle : O T O E. Wimmer et al., Phys. ev. B, 77 (2008) Absorp)on Désorp)on ΔE D (ev) Ni 18 µm Ni 70% Ni (100) 0,37-0,35 0,22-0,32 ΔE D 0,2 ev Court- circuit de diffusion Diffusion le long des joints de grains? A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

19 MÉCANISMES DE DIFFUSION D HYDOGÈNE L influence des joints de grains andom andom GBs Augmenta)on de la diffusivité de H D eff (m²/s) A. Oudriss, et al. Procedia Materials Science, Volume 3, 2014, Pages Augmenta)on de la concentra)on de H et des lacunes!!?? C H [H/Ni] C V [V/Ni] f f Joints de Grains «andom» : Ø Volume libre important Ø Bonne connectivité Ø Energie élevée è Court-circuit de diffusion Chemin préférentiels à la diffusion de H è Augmentation de C H et de la concentration de lacunes!!??) A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

20 MÉCANISMES DE DIFFUSION D HYDOGÈNE Diffusion de l hydrogène le long des JdGs andom Modèle de Hashin- Shtrikman (HS+) D eff (m²/s) Experimental data Hashin-Shtrikman model (HS+) Grain boundaries fraction f Per D eff = D GB + 1 Per 1 ( D D ) + (1/ 3) f D L GB 1 f Per GB Domain IV 0.06 D L : Coefficient de diffusion interstitielle D GB : Coefficient de diffusion le long des joints de grains f Per : Fraction des joints andom connectés Grain size (µm) Joints de grains «andom» Utilisation d un modèle d homogénéisation (HS+) : les grains en inclusion dans une matrice de joints de grains => D GB () = m²/s >> D L = m²/s A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

21 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)on sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

22 MÉCANISMES DE PIÉGEAGE D HYDOGÈNE Piégeage de l hydrogène le long des joints de grains Spéciaux JdG Spéciaux θ Piégeage par les disloca)ons intrinsèques N T (Traps/m -3 ) Single Crystal Fraction number of special (f ) ΔE TL TDS (ev) Nature des sites de piégeage QT martensite Ni (d=18 µm) literature data low medium high 0.1 ev ΔE TL permeation (ev) Les JdGs Spéciaux cons)tuent des zones préféren)elles au piégeage de l hydrogène S. Frappart et al., Mater. Sci. Eng., A, 534 (2012) A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012), S. Taketomi et al., Acta Mater. 56 (2008) J.P. Chateau et al., Acta Mater 50 (2002) Y- a- t il d autres piéges??? - 20-

23 MÉCANISMES DE PIÉGEAGE D HYDOGÈNE Les disloca)ons sont- elles les seules pièges pour H?? Coeur d une dislocation N T (pièges/m 3 ) T (Traps/m 3 ) coin Modèle géométrique Cœur des dislocations Perméation EBSD Mesures de perméation ΔN T S. Taketomi et al. / Acta Materialia 56 (2008) 3761 ΔE TL = 0.45 ev! Modèle géométrique Coeur αb core radius b Bürgers vector N L lattice sites α=0.8 [Al-Nahlawi95] MET/EBSD Taille de grain (µm) Grain size Quelques corrélations : ΔN T augmente avec la diminution de la taille de grains et l augmentation de la densité de dislocations ΔN T A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012), Lacunes H H H V H H H Concentration de lacunes [V/Ni] C V =ΔN T /6 C V mesurée par DSC * C H = 10 à 100 ppm wt Taille de grain (µm) - 21-

24 MÉCANISMES DE PIÉGEAGE D HYDOGÈNE : LACUNES?? L hydrogène favorise la forma)on de lacunes Diminution de l énergie de formation de lacunes C v cl (V/Ni) Ni polycrystalline Ni (100) deformed Harada et al p H 2 = GPa T = K e f cl e v f e i e v f : the vacancy formation energy in the H-free crystal e bi : sum of binding energies for i-order H-VAC cluster. bi Fukai Y. The metal-hydrogen system: basic bulk properties. New York: Springer; T = 298 K Approche statistique 10-4 C v cl 0,15 <C> H H H V H H H n=1? <C> (H/Ni) D. Zang et al., Journal of Physics and Chemistry of Solids 60 (1999) Une corrélation linéaire : bases physiques??? Travail en cours... [Metsue et al. 2014] A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

25 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)on sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

26 L IMPACT DE LA NATUE DES JDGS SU LA UPTUE ASSISTÉE PA H Chargement électrochimique d hydrogène 18 µm 1.0 C H 120 ppm at andom GBs fraction A%(H)/A% Grain size (µm) A% : Allongement à rupture sans H A% (H) : Allongement à rupture avec H q Bonne corrélahon entre l augmentahon de la frachon des JdGs andom et la chute du raho de duchlité q La rupture est fragile et purement inter- granulaire A. Oudriss, et al. Procedia Materials Science, Volume 3, 2014, Pages

27 L IMPACT DE LA NATUE DES JDGS SU LA UPTUE ASSISTÉE PA H Indice de Fragilité (EI) EI A% A%( H ) = A% A% : Allongement à rupture sans H A% (H) : Allongement à rupture avec H C H [H/Ni] C V [V/Ni] Embrittlement index (%) C H 120 ppm at Court- circuit de diffusion Bonne connechvité FormaHon de SAV q ôle important de la nature des JdGs sur la FPH q Le modèle approprié FPH : DiminuHon de l énergie de cohésion entre interfaces :! HEDE : Hydrogen Enhanced - DEcohesion f f Diminuer la frac)on des JdGs andom! éduire le risque de fragilisa)on?? A. Oudriss, et al. Procedia Materials Science, Volume 3, 2014, Pages Ingénierie des Joints de Grains - 25-

28 CONCLUSIONS ET TAVAUX EN COUS - Identification de deux grandes familles de joints de grains : andom et Spéciaux - Différents états de H ont été caractérisés dans différents états métallurgiques (Ni polycristallin) - Le piégeage de H est essentiellement localisé au niveau des joints de grains Spéciaux - Les joints de grains andom semblent favoriser la diffusion de H et la rupture intergranular : Endommagement = Concentration de H/ou sa mobilité? => bi-crystaux (Thèse de J. Li) - Chemins de diffusion le long des joints de grains: connectivité, percolation, cluster de JdGs (Thèse de B. Osman-hoch) - L hydrogène semble favoriser la formation de lacunes : pourquoi une relation linéaire? - L hydrogène et/ou les lacunes = initiation de l endommagement? => en fonction de la concentration et/ou de la mobilité? - Conséquences de H sur les dislocations intrinsèques, donc sur la structure des JdGs - Vers des aspects couplage : perméation sous contrainte, analyse IF/CCP - 26-

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

Corrosion des matériaux de structure par l alliage Pb-Bi

Corrosion des matériaux de structure par l alliage Pb-Bi Corrosion des matériaux de structure par l alliage Pb-Bi F. Balbaud-Célérier, L. Martinelli CEA/DEN/DPC/SCCME/LECNA 17/1/27 1 Applications et matériaux Alliage Pb-Li : couverture tritigène des réacteurs

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

STAGES MéTALLURGIE. EBSD d une zone soudée d'un alliage d'aluminium Isabelle Aubert

STAGES MéTALLURGIE. EBSD d une zone soudée d'un alliage d'aluminium Isabelle Aubert STAGES MéTALLURGIE L amélioration des propriétés des matériaux métalliques et la maîtrise des procédés associés à leur mise en forme font l objet de trois stages, à la fois indépendants et complémentaires

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

Sujet de TPE PROPOSITION

Sujet de TPE PROPOSITION Single photon source made of single nanodiamonds This project will consist in studying nanodiamonds as single photon sources. The student will study the emission properties of such systems and will show

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Enjeux industriels en mécanique : De l impression 3D à la fusion laser. Développement de matériaux en fabrication additive directe (fusion laser)

Enjeux industriels en mécanique : De l impression 3D à la fusion laser. Développement de matériaux en fabrication additive directe (fusion laser) Enjeux industriels en mécanique : De l impression 3D à la fusion laser Développement de matériaux en fabrication additive directe (fusion laser) 1 Les matériaux Actuellement, les matériaux métalliques

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Hacène MOKRANI, Brahim BOUROUGA Laboratoire de Thermocinétique, UMR CNRS 6607, E.P.U.N., rue Christian Pauc, La Chantrerie,

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Dynamique Moléculaire Contrainte et calculs de k critiques : simulation multi-échelle de la rupture

Dynamique Moléculaire Contrainte et calculs de k critiques : simulation multi-échelle de la rupture Dynamique Moléculaire Contrainte et calculs de k critiques : simulation multi-échelle de la rupture D. TANGUY et K. GOURIET CNRS UMR 5146, Centre SMS, Ecole des Mines de Saint-Etienne, 158 cours Fauriel,42023

Plus en détail

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES Technologie des matériaux TTT 1 Contenu 1 Définition 2 Classification 3 Propriétés 4 Matériaux 5 Fabrication Technologie des matériaux TTT 2 1 Céramiques courantes Briques Marbres

Plus en détail

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin»

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» Exemple d application : quantification de monocouches de ségrégation par WDS Frédéric hristien, Pawel Nowakowski, Yann Borjon-Piron, René Le Gall LGMPA - Polytech Nantes

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution

Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution Frédéric Lançon, Damien Caliste, Jean Luc Rouvière Lab. de simulation atomistique (L_Sim), Inac/SP2M, CEA, Grenoble,

Plus en détail

Usinage laser ultra bref et contrôle des procédés

Usinage laser ultra bref et contrôle des procédés Usinage laser ultra bref et contrôle des procédés. Pr Eric AUDOUARD1,2 1, Laboratoire Hubert Curien, Saint Etienne, France. 2, IMPULSION SAS, Saint Etienne France audouard@univ-st-etienne.fr Contexte Scientifique

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Laboratoire n 1 : Métallographie Diagrammes de phase Applications Henri-Michel Montrieux hmmontrieux@ulg.ac.be MENU Métallographie Diagrammes de phase Applications MÉTALLOGRAPHIE

Plus en détail

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Les défis d aujourd hui: Les nouveaux substrats Revêtir et préserver Fonctionnaliser

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

REX Lollipop Eclipse 2012 [3 au 7 septembre 2012 ]

REX Lollipop Eclipse 2012 [3 au 7 septembre 2012 ] REX Lollipop Eclipse 2012 [3 au 7 septembre 2012 ] Génération de micro-ondes par interaction laser à impulsion courte dans l installation Eclipse du CELIA J.L. Dubois, J. Gazave, F. Lubrano, D. Raffestin,

Plus en détail

Définition du modèle : Il s agit de réaliser un modèle magnétique par éléments finis d un électro-aimant. r3 r2 r1

Définition du modèle : Il s agit de réaliser un modèle magnétique par éléments finis d un électro-aimant. r3 r2 r1 ELEC 2311 - Projet Tutoriel pour modèle magnétique par éléments finis Dest.: Etudiants 16-10-08 v.0 Auteur : VK Introduction: La méthode des éléments finis permet, en discrétisant un système continu de

Plus en détail

Notice biographique Repères biographiques communs. Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon)

Notice biographique Repères biographiques communs. Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon) Nom : DEL FATTI Corps : Professeur des universités Notice biographique Repères biographiques communs Prénom : NATALIA Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon) Section : 30 Equipe de recherche

Plus en détail

Water movements in frozen soils Gilles Lefebvre Samir Kaced Saïd Makhlouf. Ventilation Biological treatment Thermal desorption...

Water movements in frozen soils Gilles Lefebvre Samir Kaced Saïd Makhlouf. Ventilation Biological treatment Thermal desorption... Water movements in frozen soils Gilles Lefebvre Samir Kaced Saïd Makhlouf 1.On site treatment 2. Out site treatment Physical Chemical Biological... 3. In situ treatment Excavation Ventilation Biological

Plus en détail

Simulation numérique des couplages thermomécaniques par un procédé de fusion laser (ALM) : prédiction des déformations résiduelles

Simulation numérique des couplages thermomécaniques par un procédé de fusion laser (ALM) : prédiction des déformations résiduelles Simulation numérique des couplages thermomécaniques par un procédé de fusion laser (ALM) : prédiction des déformations résiduelles Emna GHAZALI a, Eric LACOSTE a, Corinne ARVIEU a, Jean-Yves HASCOET b

Plus en détail

ParMat : Parallélisation pour la simulation des Matériaux.

ParMat : Parallélisation pour la simulation des Matériaux. : Parallélisation pour la simulation des Matériaux. G. Bencteux (EDF) 3 septembre 2008 Outline 1 2 Un algorithme d ordre N pour les calculs ab initio (DFT/HF) 3 Simulation du dommage d irradiation par

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation

Plus en détail

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique UNIVERSITE de Liège Métallurgie et Science des Matériaux LTAS Aérospatiale & Mécanique Connaissance des Matériaux Métalliques Laboratoire 1 : Métallographie Christine BRASSINE 04/366.91.10 C.Brassine@ulg.ac.be

Plus en détail

Diapo n : 1. Diapo n : 1

Diapo n : 1. Diapo n : 1 Diapo n : 1 Diapo n : 1 1 Qu est-ce que Welience? Votre support à l innovation bourguignon Welience est une marque créée par ub-filiale, structure privée (SAS), filiale de l université de Bourgogne Au

Plus en détail

Influence of niobium on the hardening phenomenon and wear in the manganese steel (12% Mn) destined for the railway

Influence of niobium on the hardening phenomenon and wear in the manganese steel (12% Mn) destined for the railway MATEC Web of Conferences 12, 04005 (2014) DOI: 10.1051/matecconf/20141204005 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 2014 Influence of niobium on the hardening phenomenon and wear in the manganese

Plus en détail

IX - Les traitements thermiques des aciers

IX - Les traitements thermiques des aciers IX - Les traitements thermiques des aciers diagrammes de phases : diagramme d équilibre = temps infini. dans la réalité les vitesses de chauffage et de refroidissement jouent un rôle essentiel et peuvent

Plus en détail

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R)

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Réunion du GIS-SPADON Le 30 Novembre 2012 LAM, Paris 1 Steeve COLLIN Contexte CD-R = support d archivage de nombreux organismes publics

Plus en détail

Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines

Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines F. Laigle EDF CIH Centre d Ingénierie Hydraulique Séance Technique du 4 juin 2015 Conception des cavernes souterraines

Plus en détail

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION

EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION CONCOURS EXTERNES IT 2014 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 1 heures 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 91 Corps : Technicien de la recherche BAP : B : Analyse chimique Sciences des matériaux Synthèse chimique

Plus en détail

Modeling of the silicone injection

Modeling of the silicone injection Modeling of the silicone injection Presented by Dr. LUYE Jean François (PROMOLD) Sylvain Châtel (1), Dr. Jean François LUYE (2), Dr. Gilles Régnier (3) (1) EADS- CRC-F, 12 rue Pasteur BP76, 92152 Suresnes

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Propriétés effectives d un joint à base de vermiculite : apport des méthodes d homogénéisation.

Propriétés effectives d un joint à base de vermiculite : apport des méthodes d homogénéisation. ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 9 août au septembre Propriétés effectives d un joint à base de vermiculite : apport des méthodes d homogénéisation. Résumé : M. Lagache, S. Belhouideg. Laboratoire

Plus en détail

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites M. Ropital, T. Rogaume, D. Halm Institut Pprime, UPR 3346 CNRS, ISAE-ENSMA, Université de

Plus en détail

Modélisation multiéchelles du comportement mécanique des interconnexions cuivre

Modélisation multiéchelles du comportement mécanique des interconnexions cuivre Modélisation multiéchelles du comportement mécanique des interconnexions cuivre S. LEFEBVRE, B.DEVINCRE, P. VEKEMAN, P. AUBERT, T. HOC Univ Evry Diminution de la taille des interconnexions de cuivre dans

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Mohamed filali*, Bruno Ladevie**, Fudym** Alain De Ryck**, Olivier * IUT Cherbourg-Manche, Antenne de Saint-Lô

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Modèle de simulation d un capteur de gaz à base d un semi-conducteur de type «p» pour la détection d'un gaz réducteur

Modèle de simulation d un capteur de gaz à base d un semi-conducteur de type «p» pour la détection d'un gaz réducteur Modèle de simulation d un capteur de gaz à base d un semi-conducteur de type «p» pour la détection d'un gaz réducteur A.Bejaoui, J. Guerin, K.Aguir Aix-Marseille Université, IM2NP-UMR CNRS 7334 13397 Marseille

Plus en détail

Modélisation de la tenue en fatigue des aciers à transformation de phase austénite martensite après grenaillage de précontrainte

Modélisation de la tenue en fatigue des aciers à transformation de phase austénite martensite après grenaillage de précontrainte Modélisation de la tenue en fatigue des aciers à transformation de phase austénite martensite après grenaillage de précontrainte Clément Mauduit a, Régis Kubler b, Laurent Barrallier c, Sophie Berveiller

Plus en détail

Durée de vie et propriétés de surface

Durée de vie et propriétés de surface Durée de vie et propriétés de surface 1 Propriétés de surface Des propriétés multiples : mouillabilité par un corps donné (tension superficielle) réactivité face à l environnement... résistance à la rayure,

Plus en détail

Promold study. Reduce weight of material with the simulation. Consulting Services. Customer

Promold study. Reduce weight of material with the simulation. Consulting Services. Customer Promold study Consulting Services Customer Reduce weight of material with the simulation By Dr. LUYE jean- François (Imug Presentation) www.promold.fr 1 Goal Reduce cost of material Minimal weight =? Initial

Plus en détail

Organic Spintronics with phthalocyanines as model systems

Organic Spintronics with phthalocyanines as model systems Organic Spintronics with phthalocyanines as model systems S. Boukari Teams involved : P. Seneor, UMP CNRS/Thales : nanoindentation M. Alouani, IPCMS : calculations E. Beaurepaire, IPCMS : fabrication,

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

Par Raouf FATHALLAH Professeur à l Ecole Nationale d Ingénieurs de Sousse - Tunisie Responsable du groupe Fatigue au LGM ENI Monastir

Par Raouf FATHALLAH Professeur à l Ecole Nationale d Ingénieurs de Sousse - Tunisie Responsable du groupe Fatigue au LGM ENI Monastir LMCS'2011 Journée nationale pour la modélisation et la simulation 0D/1D Simulations et Modélisations fiabilistes de la tenue en fatigue des pièces mécaniques traitées superficiellement par voie mécanique

Plus en détail

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/9720

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/9720 Science Arts & Métiers (SAM) is an open access repository that collects the work of Arts et Métiers ParisTech researchers and makes it freely available over the web where possible. This is an author-deposited

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique Chapitre 16 Particules identiques en physique quantique Addition de N spins ½ Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] Que peut-on dire du spin total d un ensemble de

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS Technodating «Matériaux durables pour le gros œuvre en construction humide» 17 mai 2013 BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS (ET AUX LAITIERS DE HAUTS FOURNEAUX) Braymand Sandrine F.Feugeas, C. Fond, N.Serres,

Plus en détail

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique J.M. BAUCHIRE, D. HONG, F. GENTILS*, C. FIEVET* Plan de l'exposé Qu'est ce qu'un disjoncteur basse tension? Quel est sont fonctionnement? Pourquoi des recherches

Plus en détail

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 Projet NOREV Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 NOUVEAUX RÉFRACTAIRES VERRIERS ANR -06-MAPR-0014-01 Michel Gaubil Les partenaires du projet MistrasGroup NOREV : les objectifs scientifiques

Plus en détail

Doctorat ParisTech T H È S E. l École Nationale Supérieure d'arts et Métiers

Doctorat ParisTech T H È S E. l École Nationale Supérieure d'arts et Métiers N : 2009 ENAM XXXX École doctorale n 432 : Science des Métiers de l Ingénieur 2012-ENAM-00XX Doctorat ParisTech T H È S E pour obtenir le grade de docteur délivré par l École Nationale Supérieure d'arts

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

1. Conductivité thermique effective

1. Conductivité thermique effective La mesure de conductivité thermique (à travers l exemple des super-isolants de type aérogels) Arnaud RIGACCI Ecole des Mines de Paris Centre Energétique et Procédés (CEP) Equipe «Energétique, Matériaux

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Etude des propriétés rhéologiques et de vulcanisation des élastomères silicones bi-composants

Etude des propriétés rhéologiques et de vulcanisation des élastomères silicones bi-composants Etude des propriétés rhéologiques et de vulcanisation des élastomères silicones bi-composants H. OU, M. SAHLI, T. BARRIERE et J.C. GELIN Institut FEMTO-ST, Département de Mécanique Appliquée, 24 rue de

Plus en détail

PROPRIÉTÉS MECANIQUES ET MICROSTRUCTURES DE FILMS MINCES DETiN

PROPRIÉTÉS MECANIQUES ET MICROSTRUCTURES DE FILMS MINCES DETiN PROPRIÉTÉS MECANIQUES ET MICROSTRUCTURES DE FILMS MINCES DETiN THÈSE No 2061 (1 999) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR ES SCIENCES PAR Omid-Reza SHOJAEI D.E.A. de

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales II. Simulations de dynamique moléculaire 1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs Relation avec la structrure (le modèle) expérimental(e)

Plus en détail

Advanced Materials & Structures (AMS)

Advanced Materials & Structures (AMS) Compétences Advanced Materials & Structures (AMS) Principaux axes de recherche Élaboration de matériaux: Matériaux innovants Matériaux personnalisés (traitement de surface ou bulk) Amélioration des performances

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Projection plasma de précurseurs liquides:

Projection plasma de précurseurs liquides: Projection plasma de précurseurs liquides: Une introduction à la modélisation du traitement du matériau liquide Cécile Marchand, Gilles Mariaux, Christophe Chazelas Michel Vardelle, Armelle Vardelle Plan

Plus en détail

Revision of hen1317-5: Technical improvements

Revision of hen1317-5: Technical improvements Revision of hen1317-5: Technical improvements Luca Felappi Franz M. Müller Project Leader Road Safety Consultant AC&CS-CRM Group GDTech S.A., Liège Science Park, rue des Chasseurs-Ardennais, 7, B-4031

Plus en détail

Enjeux et démarche. Liens avec les entreprises

Enjeux et démarche. Liens avec les entreprises Mécanique, Physique, Mathématiques Appliquées et Entreprises P. Le Tallec, B. Drévillon, G. Allaire Enjeux et démarche Liens avec les entreprises Votre formation 1 Idée fausse : trois mondes isolés Les

Plus en détail

EPREUVE DE TIPE PARTIE D

EPREUVE DE TIPE PARTIE D EPREUVE DE TIPE PARTIE D Titre : La percolation 5 Temps de préparation : 2H15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien avec le jury : 10 minutes 10 GUIDE POUR LE CANDIDAT : Le dossier

Plus en détail

Use of LCA tools in the early stages of a research project - A case study about an innovative process for cellulose nanocrystals extraction

Use of LCA tools in the early stages of a research project - A case study about an innovative process for cellulose nanocrystals extraction MATERIA NOVA Use of LCA tools in the early stages of a research project - A case study about an innovative process for cellulose nanocrystals extraction Olivier Talon, Séverine Coppée, Jevgenij Lazko,

Plus en détail

17 ème Congrès Français de Mécanique Troyes,-Septembre2005 Prise en compte de la tension de surface en nano-indentation de matériaux souples

17 ème Congrès Français de Mécanique Troyes,-Septembre2005 Prise en compte de la tension de surface en nano-indentation de matériaux souples Prise en compte de la tension de surface en nano-indentation de matériaux souples Christophe FOND Institut Charles Sadron (C. N. R. S.) 6 rue Boussingault F67083 Strasbourg Résumé : Le contact entre un

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Dynamique moléculaire. & Imagerie par auto-diffraction électronique

Dynamique moléculaire. & Imagerie par auto-diffraction électronique 1 / 27 Dynamique moléculaire ultra-rapiderapide & Imagerie par auto-diffraction électronique 2 / 27 Principaux axes de recherche: - Contrôle laser par résonances inhabituelles et applications Contrôle

Plus en détail

Durcissement structural par laser YAG-Nd +3 de l alliage de Titane " T40 ".

Durcissement structural par laser YAG-Nd +3 de l alliage de Titane  T40 . JEEP 29, 6 (29) DOI:1.151/jeep/296 Owned by the authors, published by EDP Sciences, 29 Durcissement structural par laser YAG-Nd +3 de l alliage de Titane " T4 ". O. LADJALI 1, N. MESRATI 1, L. HATTALI

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Qualification d'un Acier API 5L X70 : Etude Expérimentale et Validation Numérique

Qualification d'un Acier API 5L X70 : Etude Expérimentale et Validation Numérique 34 Qualification d'un Acier API 5L X70 : Etude Expérimentale et Validation Numérique Soumis le : 13 Avril 2015 Forme révisée acceptée le : 15 Mai.2015 Email de l'auteur correspondant : hadjmeliani@yahoo.fr/hadjmeliani@univ-chlef.dz

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Technologies quantiques & information quantique

Technologies quantiques & information quantique Technologies quantiques & information quantique Edouard Brainis (Dr.) Service OPERA, Faculté des sciences appliquées, Université libre de Bruxelles Email: ebrainis@ulb.ac.be Séminaire V : Ordinateurs quantiques

Plus en détail

Etude de l influence des effets élastiques sur les diagrammes de phase d alliages binairesi

Etude de l influence des effets élastiques sur les diagrammes de phase d alliages binairesi Etude de l influence des effets élastiques sur les diagrammes de phase d alliages binairesi M. Fèvre A. Finel, Y. Le Bouar, E. Avédikian (06), Y. Magnin (07) ORSAY OVEMBRE 2010, O SIMNANA, 5 NO Plan de

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

J C P. www.juniorphelma.fr. Junior Conseil Phelma. Parce que vos projets n attendent pas, nous non plus. contact@juniorphelma.fr

J C P. www.juniorphelma.fr. Junior Conseil Phelma. Parce que vos projets n attendent pas, nous non plus. contact@juniorphelma.fr J C P Junior Conseil Phelma Parce que vos projets n attendent pas, nous non plus. contact@juniorphelma.fr www.juniorphelma.fr J C P Junior Conseil Phelma Parce que vos projets n attendent pas, nous non

Plus en détail

L isolation thermique des bâtiments: Pourquoi et Comment? Thierry Duforestel EDF R&D Octobre 2010

L isolation thermique des bâtiments: Pourquoi et Comment? Thierry Duforestel EDF R&D Octobre 2010 L isolation thermique des bâtiments: Pourquoi et Comment? Thierry Duforestel EDF R&D Octobre 2010 Construire un bâtiment pour se fabriquer un «intérieur» années Évolutions Réactions

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE Contenu : Miscibilité totale Miscibilité partielle Plan du cours Objectif général Acquérir les notions de base associées à la formation des phases, de leurs

Plus en détail

Etude expérimentale et simulation de l emboutissage à chaud des aciers trempables

Etude expérimentale et simulation de l emboutissage à chaud des aciers trempables Etude expérimentale et simulation de l emboutissage à chaud des aciers trempables L. Garcia Aranda 1, Y. Chastel 1, J. Fernandez Pascual 2 1 Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (CEMEF), B.P.

Plus en détail

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques Prise en compte des phénomènes aggravants dans la conception en fatigue Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques J. Limido, M. Suraratchai, C. Mabru C. Espinosa, M. Salaün, R. Chieragatti,

Plus en détail

Laboratoire de recherche en risques industriels, contrôle non destructif et sureté de fonctionnement Université Badji Mokhtar Annaba

Laboratoire de recherche en risques industriels, contrôle non destructif et sureté de fonctionnement Université Badji Mokhtar Annaba Effet de l incorporation granulaire de noyaux de dattes sur le comportement thermomécanique d un composite prothétique par les techniques de thermographie infrarouge et corrélation d images. a K. Tadjine

Plus en détail

Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE. Document Technique N 4 Février 2011 MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE

Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE. Document Technique N 4 Février 2011 MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE Document Technique N 4 Février 2011 MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE LA FABRICATION DE PIECES COMPLEXES PAR LE PROCEDE DE MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE Le

Plus en détail

hydrogène au service des énergies renouvelables

hydrogène au service des énergies renouvelables Le stockage solide de l hydrogl hydrogène au service des énergies renouvelables P. de Rango, D. Fruchart, S. Miraglia, Ph. Marty*, M. Jehan** J. Chabonnier, A. Chaise, S. Garrier, B. Delhomme, S. Nachev,

Plus en détail