Abdelali OUDRISS (*) Equipe DMRS : Durabilité Metallurgie et Reactivité de Surface

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Abdelali OUDRISS (*) Equipe DMRS : Durabilité Metallurgie et Reactivité de Surface"

Transcription

1 Laboratoire des Sciences de l Ingénieur pour l Environnement, UM-CNS 7356, La ochelle. L'implica)on des joints de grains dans les processus de diffusion et de piégeage de l'hydrogène dans le nickel vers une compréhension des mécanismes de fragilisa4on par l'hydrogène. Abdelali OUDISS (*) Equipe DMS : Durabilité Metallurgie et eactivité de Surface L équipe : E. Legrand, A. Metsue, C. Savall, J. BouhaHate, J. Creus, X. Feaugas Doctorants : N. Shakibi Nia, B. Osman- Hoch, D. Guedes- Sales, J. Li Matériaux 2014, Novembre, Montpellier (*) lr.fr

2 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)ons sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves. - 1-

3 LA FAGILISATION PA L HYDOGÈNE Acier martensitique Nickel polycristallin! QT AISI 4135 (1500 MPa) Kt=4.9 (b) 0 ppm wt, (c) 0.99 ppm wt Ni-201 Fig. 14 Fracture surface topographies of shear regions of martensitic 41xx steel tensile specimens (a) 0 ppm at., tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM microographs. (b) 3400 ppm at. ual from the martensitic phase transformation. With increasaccording to the work-hardening theory of Kuhlmann ing carbon content, there is evidence that the dislocation Fig. 13 Fracture surface topographies from central fracture regions of martensitic 41xx steel tensile specimens tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM micrographs. density of the martensitic substructure increases[44,45] and density of transition carbides increases, decreasing the [Nie et al.the 2012] particle spacing. The transition carbides are too fine, on [46] the order of 2 to 4 nm, to initiate microvoids at ductile fracture, but apparently play a major role in strain hardening. The increasing dislocation and transition carbide densities not only account for increasing offset yield strengths with increasing carbon content, but also account for increasing rates of strain hardening and flow stresses as plastic strains Fig. 14 Fracture surface topographies of shear regions of martensitic 41xx increase beyond yielding. Selon plusieurs modèles : Fig. 13 Fracture surface topographies from central fracture regions of martensitic 41xx steel tensile specimens tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM micrographs. steel tensile specimens tempered at 150 8C: (a) 4130, (b) 4140, and (c) SEM microographs. 212 VOLUME 32B, APIL 2001 ual from the martensitic phase transformation. With increasing carbon content, there is evidence that the dislocation density of the martensitic substructure increases[44,45] and the density of transition carbides increases, decreasing the particle spacing.[46] The transition carbides are too fine, on the order of 2 to 4 nm, to initiate microvoids at ductile fracture, but apparently play a major role in strain hardening. The increasing dislocation and transition carbide densities not only account for increasing offset yield strengths with increasing carbon content, but also account for increasing rates of strain hardening and flow stresses as plastic strains increase beyond yielding. Un état cri)que Ini)a)on de l endommagement Wilsdorf, the stresses necessary to generate new glide dislocations to sustain plastic deformation are dependent on the longest unrestrained dislocation lengths in a substructure.[47] The flow stress (t) at a given strain is given by [Bechtle 2009] t 5 t0 1 constant Gb/l [2] where t0 is the friction stress, G is the shear modulus, b is the Burgers vector, and l is the average momentary link length or active dislocation length. The free dislocation link length is continuously reduced by dislocation interactions METALLUGICAL AND MATEIALS TANSACTIONS B (1) basé sur la réduction de l énergie de cohésion des interfaces du métal en raison de la ségrégation de l hydrogène (HEDE: Hydrogen-Enhanced-Decohesion), t 5 t 1 constant Gb/l [2] where t is the friction stress, G is the shear modulus, b is (2) Formation de lacunes en présence de l hydrogène (SAV: Super-Abundant Vacancies ) the Burgers vector, and l is the average momentary link length or active dislocation length. The free dislocation link length is continuously reduced by dislocation interactions (4) L hydrogène favorise l émission et la mobilité des dislocations, et la localisation de la plasticité (HELP modèle associé à l hydrogène interne: Hydrogen Enhanced Local Plasticity ou AIDE modèle associé à H externe (adsorption), Adsorption Induced Dislocation Emission), (4) Formation d hydrure 212 VOLUME 32B, APIL 2001 According to the work-hardening theory of Kuhlmann Wilsdorf, the stresses necessary to generate new glide dislocations to sustain plastic deformation are dependent on the longest unrestrained dislocation lengths in a substructure.[47] The flow stress (t) at a given strain is given by 0 0 METALLUGICAL AND MATEIALS TANSACTIONS B L objectifs de nos travaux: comprendre l évolution de la distribution de l hydrogène et mesurer son rôle dans la fragilisation des matériaux - 2-

4 FAGILISATION PA L HYDOGÈNE dans notre Labo. MICOSTUCTUES 500 nm GNBs in Ni-µC and NC AN NANOMECACO Dislocation patterns AN DISHYDO Interface in martensitic steels VALLOUEC & CETIM projects FEM modelling of microstructure AN CISTALHYD, LaSIE / PNNL project Un état cri)que Ini)a)on de l endommagement Etat de l hydrogène - Adsorption - Absorption - Mobilité - Piégeage - Courbes potentiodynamiques, Spectroscopie d impédance - Techniques pulsées - Mesures de permeation - Thermo-désorption - 3-

5 SOLUBILITÉ ET DIFFUSION EFFECTIVE DE L HYDOGÈNE (DONNÉES DE LA LITTÉATUE) Solubilité Diffusion Kiuchi, K. et McLellan.B., Acta Metall., 31, (1983), pp Fer-α: une grande dispertion des données en dessous de la température de 560 C ésultats sémilaires pour le nickel [Oudriss2012] et les aciers austénitiques [San Marchi 2007] Origines possibles: large diversités des techniques, peu ou pas de bonne compréhension de la chimie et/ou des états métallurgiques des alliages étudiés : influence des défauts?? - 4-

6 nh MET, EDX, DSC, DX, TDS, XPS, SIMS Solute, vacancy H Precipitate Atomique Atomique (optical, SEM-EBSD, Dynamique moléculaire Ab intio, AFM, DFT ) Ab intio, DFT MDC-DFT MET, EDX, DSC, Elastic calculation DX, TDS, XPS, SIMS Statistical Physic MET, EDX, DX, TDS <C>! Échelle Modélisation Layer J! Polarisation cathodique, Pulsée Optique, MEB, AFM, EBSD FEM Pulsée Méthodes expérimentales MET, EDX, Polarisation cathodique, MET, EDX, DSC, MET, EDX, Polarisation cathodique, Pulsée Méthodes expérimentales Échelle MEB, EBSDMEB, AFM, EBSD Optique, DX, TDS DX,Optique, TDS, XPS, SIMS DX,AFM, TDS Structure Elément fini Matériau modèle structure structure Elément de volume représentatif (EV) Matériau modèle matériau modèle e Elément fini C0app! Membrane Bulk Dislocations--- Modélisation Elément de volume EV Elément de volume Dynamique moléculaire représentatif (EV) Ab intio, DFT représentatif (EV) Normalization tests Elément fini Environnement et applica Méthodes expérimentales Structure Échelle Atomique Gazeous permeation Cathodic permeation Dynamique moléculaire Modélisation Dislocations Dislocations--Inter-phase - GB ρ" (TEM-HTEM, XD, ) TDS, SIMS, SANS (TEM-HTEM, électron, neutron, ) TDS, SIMS, XPS HYDOGÈNE / MÉTALLUGIE : À DIFFÉENTES ÉCHELLES É Environnement et applic Environnement et application Size X. Feaugas et al., A3TS

7 MÉTHODES ET TECHNIQUES EXPÉIMENTALES (1/2) Perméa)on électrochimique (EP) j (A/cm²) 1 0,1 0,01 1E-3 1E-4 Polarization curve 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 θ H 2 SO 4 or NaOH ph, [O], j, T Surface state C 0app Bulk <C> Layer NaOH ph, [O], j, T Surface state J j (µa/cm²) 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 charging step t T 0, Time (s) J max 1E E (mv/she) 0,0 desorption step t L HE+HA model e C Tr Volmer regime (adsorption) C L V abs =K abs (1-θ) j=fv abs θ (E, J max )! C 0app (θ, J max )! HE - Hydrogen Evolution eaction HA Hydrogen Absorption eaction Oxide layer < C>= C 0app Palladium coating < C >= C 0app Validation with FEM calculation (ComSol software) 2 DATA J max C L t T C Tr C 0app, D app! <C>, C Tir! - 6-

8 MÉTHODES ET TECHNIQUES EXPÉIMENTALES (2/2) Spectroscopie de Désorp)on Thermique (TDS) After desorption step hydrogen is extracted by heating and material fusion in inert gas C Tir high sensitivity thermal conductivity detector Before charging step Variation of the heating rate φ Determination of the energy of trapping sites ΔE Tj φ ln( ) 2 Tp ΔE i =- 1 ( ) T pi TLi Flux de désorption H (ppm mass. / s) Desorption flux of hydrogen (ppm mass./s) Gaussian simulation of the TDS spectra for QT martensite steel! 3.0x C 2.5x10 φ=183 C/min x x C 330 C 1.0x C 5.0x T ( C) ln(ϕ/t 2 ) p Evaluation of trapping energies (High strength steel) -11,0-11,5-12,0-12,5-13,0-13,5-14,0 0.14eV 0.10eV 0.27eV 0.53eV -14,5 0,0008 0,0010 0,0012 0,0014 0,0016 0,0018 0,0020 1/T p (K -1 ) Limitations: surface preparation, temperature measurement, microstructural stability, - 7-

9 Permeation (x2) HYDOGÈNE / MÉTALLUGIE : DIFFÉENTS ÉTAT DE L HYDOGÈNE Les utilisations de la Spectroscopie de Désorption Thermique (TDS) et de la Perméation Electrochimique (EP) permettent d identifier les concentrations et les énergies associées aux différents états de l hydrogène dans les solides. Prior austenite grain boundaries Packet boundaries Dislocation core 0.8 Octaedric site Tetraedric site ΔETL (ev) 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 CTir «coeur» distorsion eV (dislocations, lacunes) CTr Champ élastique eV (dislocation coin, precipitatés) CL Sites interstitiels ev S. Frappart et al. / Scripta Mater. 65 (2011) 859. Ourdriss et al. Inter. conf. Steel & Hydrogen Gant, (2011). ΔETL TDS (ev) Vacancy HYDOGEN))characte QT martensite Ni (d=18 µm) literature data Precipitate (Mo/Cr)2C Permeation under stress 1.0 Dislocation (Elastic field) 0,0 TDS Permeation (x2) Martensitic lath high 0.1 ev 0.6 medium 0.4 n(e) low TDS 0.2 Puls technics E HYDOGEN))characteriza2ons) ΔETL permeation (ev) Les niveaux d énergies sont parfois insuffisants pour distinguer les hétérogéinités!! - 8-

10 HYDOGÈNE / MÉTALLUGIE : DIFFÉENTS ÉTAT DE L HYDOGÈNE C Tir TDS (wt ppm) Densité de pièges et énergies Concentration d hydrogène irréversiblement piégé QT Martensite oxide QT Martensite palladium PVD QT Martensite electrodeposited palladium+h 2 S Ni single crystal (100) Ni polycrystal (8-168µm) Ni nanocrystal (10-40nm) Modèles cinétiques [McNabb63, Oriani70, Krom00, ] Modèles statistiques [Leblond81, Kirchheim82, ] C T t C t DΔC L = C L t + C T t DΔC L # = ν [(1 θ T )N T θ L ]exp E & # LT % ( ν exp E & TL % (C T $ k B T ' $ k B T ' C t L D app. ΔCL = 0 D app. = D 1+ C T C L C Tir permeation (wt ppm) N T C T = 1 + N L K T C L $ K T = exp ΔE T & % k B T ' ) ( Densité de sites de piégeage : N T Densité de sites interstitiels : N L Energie de piégeage : ΔE T Etat métallurgique Coeff de diffusion interstitielle : D L S. Frappart et al. / Scripta Mater. 65 (2011)

11 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)ons sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

12 LES JOINTS DE GAINS DANS LE NICKEL Définition des Joints de Grains Indice of Coïncidence Site Lattice (CSL) otation axis D. L. Olmsted, S. M. Foiles et E. A. Holm, Acta Mater., 57 (2009) andom x θ [hkl] (uvw) CSL otation angle description of andle type (5 variables to defined GBs) Grainboundary plane Joints de grains (GBs) : Coincidence sites LaIce CSL () Dans un CFC. Ex : Nickel θ Ex. effet de la nature des GBs : Intergranular Stress Corrosion Cracking 3 29 > 29 ISCC préférenhelle le long des GBs andom V. Y. Gertsman and S. M. Bruemmer, Acta. Mater., 49 (2001) 1589 Joints spéciaux GBs () structure ordonnée Accommodés par disloca4ons andom GBs () Structure moins ordonnée Excès de volume libre Nature des GBs / upture assistée par H (FPH) - 11-

13 MICOSTUCTUES & CAACTÉISATIONS 18 µm 45 µm 65 µm 168 µm ElaboraHon de plusieurs microstructures du nickel polycristallin pur Taille de grains : de 18 à 200 µm (LaSIE) Taille de grain: ~1000 µm (LECA CEA) eference state : Pure single crystal nickel (100) Grain size / Texture GBs Character Connectivity / Percolation θ/2 b 3<<29 > 29 Triple junction Without texture LAGB (1): θ < 15 Special 3 n andom Désorientation accommodée par des réseaux de dislocations (dislocations intrinsèques) - Forte énergie - Volume libre élevé A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

14 MICOSTUCTUES & CAACTÉISATIONS Evolu)on de la nature des joints de grains 1.0 Fraction number andom Special (3 n ) Grain size (µm) Dépendance de la nature des joints de grains avec la taille de grains A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

15 MICOSTUCTUES & CAACTÉISATIONS Connec)vité des joints de grains : selon leurs natures 100 J Spécial' 3 n ( 3,' 9,'and' 27) Général'/' andom Jonctions'triples Distribution des familles de jonctions triples Approche stahshque [Kumar00] [andle99] [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67) J [Kumar00] [andle99] [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67) Probabilité Fraction de percolation (%) (%) andom Special 0 0,01 0, Taille Grain de size grain (µm) (µm) J f [Kumar00] [andle99] [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67)! J f 1.0 [Kumar00] [andle99] 0.8 [Schuh02] [Oudriss12] Analytical (A=0) 0.6 Analytical (A=0.33) Analytical (A=0.51) Analytical (A=0.67) 0.4! f! f! Les joints de grains andom ont une meilleure connec)vité A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

16 MÉCANISMES DE DIFFUSION ET DE PIÉGEAGE DE L HYDOGÈNE TECHNIQUES Perméa)on électrochimique (EP) j (µa/cm²) j (µa/cm²) Expérimental Modèle Temps (s) 16 Expérimental 14 Modèle Temps (s) Diffusion: D eff,c, ΔE D D eff,d, ΔE D Concentra)on : C 0eff ; C L ; C Tr ; C Tir Trapping: ΔE L ; ΔE Tr ; ΔE Tir ; N T Mo+oxide 45Mo+PVD Pd 45Mo + Pd Electrodeposited Ni polycristallin (18 à 168 µm) Nanocristallin (20 à 120 nm) Ni monocristallin : 25 C à 55 C 10 1 Complémentarité des deux techniques C Tir TDS (ppm wt) C Tir perméation (ppm wt) 0,1 0, Spectroscopie de Désorp)on Thermique (TDS) Flux de désorption H (ppm mass. / s) 3.0x C 2.5x x x C 330 C 1.0x C 5.0x ,0-11,5-12,0 T ( C) Concentra)on : C 0eff ; C L ; C Tr ; C Tir Trapping : ΔE L ; ΔE Tr ; ΔE Tir ΔE TL TDS (ev) QT martensite Ni (d=18 µm) literature data low medium high 0.1 ev ΔE TL permeation (ev) ln(ϕ/t 2 ) p -12,5-13,0-13,5-14,0 0.14eV 0.10eV 0.27eV 0.53eV -14,5 0,0008 0,0010 0,0012 0,0014 0,0016 0,0018 0,0020 1/T p (K -1 ) A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012), S. Frappart et al., Mater. Sci. Eng., A, 534 (2012)

17 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)on sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

18 MÉCANISMES DE DIFFUSION D HYDOGÈNE Energie d ac)va)on de la diffusion " Mécanisme(s)? Ni 18 µm Ni (100) 70% Ni (100) D Ni 18µm eff (m²/s) Ni 70% D eff (m²/s) Ni(100) D eff (m²/s) Ni 18µm Ni 70% Ni (100) ,0x10-3 3,1x10-3 3,2x10-3 3,3x10-3 3,4x10-3 1/T (K -1 ) 1000/T 1/T (K -1 (K -1 ) ) Absorption Désorption 3,0x10-3 3,1x10-3 3,2x10-3 3,3x10-3 3,4x10-3 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 ΔE D 0,4 ev! Diffusion interstitielle : O T O E. Wimmer et al., Phys. ev. B, 77 (2008) Absorp)on Désorp)on ΔE D (ev) Ni 18 µm Ni 70% Ni (100) 0,37-0,35 0,22-0,32 ΔE D 0,2 ev Court- circuit de diffusion Diffusion le long des joints de grains? A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

19 MÉCANISMES DE DIFFUSION D HYDOGÈNE L influence des joints de grains andom andom GBs Augmenta)on de la diffusivité de H D eff (m²/s) A. Oudriss, et al. Procedia Materials Science, Volume 3, 2014, Pages Augmenta)on de la concentra)on de H et des lacunes!!?? C H [H/Ni] C V [V/Ni] f f Joints de Grains «andom» : Ø Volume libre important Ø Bonne connectivité Ø Energie élevée è Court-circuit de diffusion Chemin préférentiels à la diffusion de H è Augmentation de C H et de la concentration de lacunes!!??) A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

20 MÉCANISMES DE DIFFUSION D HYDOGÈNE Diffusion de l hydrogène le long des JdGs andom Modèle de Hashin- Shtrikman (HS+) D eff (m²/s) Experimental data Hashin-Shtrikman model (HS+) Grain boundaries fraction f Per D eff = D GB + 1 Per 1 ( D D ) + (1/ 3) f D L GB 1 f Per GB Domain IV 0.06 D L : Coefficient de diffusion interstitielle D GB : Coefficient de diffusion le long des joints de grains f Per : Fraction des joints andom connectés Grain size (µm) Joints de grains «andom» Utilisation d un modèle d homogénéisation (HS+) : les grains en inclusion dans une matrice de joints de grains => D GB () = m²/s >> D L = m²/s A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

21 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)on sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

22 MÉCANISMES DE PIÉGEAGE D HYDOGÈNE Piégeage de l hydrogène le long des joints de grains Spéciaux JdG Spéciaux θ Piégeage par les disloca)ons intrinsèques N T (Traps/m -3 ) Single Crystal Fraction number of special (f ) ΔE TL TDS (ev) Nature des sites de piégeage QT martensite Ni (d=18 µm) literature data low medium high 0.1 ev ΔE TL permeation (ev) Les JdGs Spéciaux cons)tuent des zones préféren)elles au piégeage de l hydrogène S. Frappart et al., Mater. Sci. Eng., A, 534 (2012) A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012), S. Taketomi et al., Acta Mater. 56 (2008) J.P. Chateau et al., Acta Mater 50 (2002) Y- a- t il d autres piéges??? - 20-

23 MÉCANISMES DE PIÉGEAGE D HYDOGÈNE Les disloca)ons sont- elles les seules pièges pour H?? Coeur d une dislocation N T (pièges/m 3 ) T (Traps/m 3 ) coin Modèle géométrique Cœur des dislocations Perméation EBSD Mesures de perméation ΔN T S. Taketomi et al. / Acta Materialia 56 (2008) 3761 ΔE TL = 0.45 ev! Modèle géométrique Coeur αb core radius b Bürgers vector N L lattice sites α=0.8 [Al-Nahlawi95] MET/EBSD Taille de grain (µm) Grain size Quelques corrélations : ΔN T augmente avec la diminution de la taille de grains et l augmentation de la densité de dislocations ΔN T A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012), Lacunes H H H V H H H Concentration de lacunes [V/Ni] C V =ΔN T /6 C V mesurée par DSC * C H = 10 à 100 ppm wt Taille de grain (µm) - 21-

24 MÉCANISMES DE PIÉGEAGE D HYDOGÈNE : LACUNES?? L hydrogène favorise la forma)on de lacunes Diminution de l énergie de formation de lacunes C v cl (V/Ni) Ni polycrystalline Ni (100) deformed Harada et al p H 2 = GPa T = K e f cl e v f e i e v f : the vacancy formation energy in the H-free crystal e bi : sum of binding energies for i-order H-VAC cluster. bi Fukai Y. The metal-hydrogen system: basic bulk properties. New York: Springer; T = 298 K Approche statistique 10-4 C v cl 0,15 <C> H H H V H H H n=1? <C> (H/Ni) D. Zang et al., Journal of Physics and Chemistry of Solids 60 (1999) Une corrélation linéaire : bases physiques??? Travail en cours... [Metsue et al. 2014] A. Oudriss, et al., Acta Mater. 60, (2012),

25 LES GANDES LIGNES z Introduc)on: Quelques interroga)on sur la fragilisa)on par H (FPH) z Les états métallurgiques et l hydrogène : Joints de grains z Diffusivité de l hydrogène z Piégeage de l hydrogène z ela)on Joints de Grains et Endommagement Assisté par H z Conclusions, travaux en cours et perspec)ves.

26 L IMPACT DE LA NATUE DES JDGS SU LA UPTUE ASSISTÉE PA H Chargement électrochimique d hydrogène 18 µm 1.0 C H 120 ppm at andom GBs fraction A%(H)/A% Grain size (µm) A% : Allongement à rupture sans H A% (H) : Allongement à rupture avec H q Bonne corrélahon entre l augmentahon de la frachon des JdGs andom et la chute du raho de duchlité q La rupture est fragile et purement inter- granulaire A. Oudriss, et al. Procedia Materials Science, Volume 3, 2014, Pages

27 L IMPACT DE LA NATUE DES JDGS SU LA UPTUE ASSISTÉE PA H Indice de Fragilité (EI) EI A% A%( H ) = A% A% : Allongement à rupture sans H A% (H) : Allongement à rupture avec H C H [H/Ni] C V [V/Ni] Embrittlement index (%) C H 120 ppm at Court- circuit de diffusion Bonne connechvité FormaHon de SAV q ôle important de la nature des JdGs sur la FPH q Le modèle approprié FPH : DiminuHon de l énergie de cohésion entre interfaces :! HEDE : Hydrogen Enhanced - DEcohesion f f Diminuer la frac)on des JdGs andom! éduire le risque de fragilisa)on?? A. Oudriss, et al. Procedia Materials Science, Volume 3, 2014, Pages Ingénierie des Joints de Grains - 25-

28 CONCLUSIONS ET TAVAUX EN COUS - Identification de deux grandes familles de joints de grains : andom et Spéciaux - Différents états de H ont été caractérisés dans différents états métallurgiques (Ni polycristallin) - Le piégeage de H est essentiellement localisé au niveau des joints de grains Spéciaux - Les joints de grains andom semblent favoriser la diffusion de H et la rupture intergranular : Endommagement = Concentration de H/ou sa mobilité? => bi-crystaux (Thèse de J. Li) - Chemins de diffusion le long des joints de grains: connectivité, percolation, cluster de JdGs (Thèse de B. Osman-hoch) - L hydrogène semble favoriser la formation de lacunes : pourquoi une relation linéaire? - L hydrogène et/ou les lacunes = initiation de l endommagement? => en fonction de la concentration et/ou de la mobilité? - Conséquences de H sur les dislocations intrinsèques, donc sur la structure des JdGs - Vers des aspects couplage : perméation sous contrainte, analyse IF/CCP - 26-

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin»

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» Exemple d application : quantification de monocouches de ségrégation par WDS Frédéric hristien, Pawel Nowakowski, Yann Borjon-Piron, René Le Gall LGMPA - Polytech Nantes

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

ParMat : Parallélisation pour la simulation des Matériaux.

ParMat : Parallélisation pour la simulation des Matériaux. : Parallélisation pour la simulation des Matériaux. G. Bencteux (EDF) 3 septembre 2008 Outline 1 2 Un algorithme d ordre N pour les calculs ab initio (DFT/HF) 3 Simulation du dommage d irradiation par

Plus en détail

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Les défis d aujourd hui: Les nouveaux substrats Revêtir et préserver Fonctionnaliser

Plus en détail

Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution

Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution Frédéric Lançon, Damien Caliste, Jean Luc Rouvière Lab. de simulation atomistique (L_Sim), Inac/SP2M, CEA, Grenoble,

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites M. Ropital, T. Rogaume, D. Halm Institut Pprime, UPR 3346 CNRS, ISAE-ENSMA, Université de

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

Détermination des propriétés énergétiques d une solution binaire par DSC : Approche inverse basée sur un modèle réduit

Détermination des propriétés énergétiques d une solution binaire par DSC : Approche inverse basée sur un modèle réduit Détermination des propriétés énergétiques d une solution binaire par DSC : Approche inverse basée sur un modèle réduit Erwin FRANQUET 1, Stéphane GIBOUT 1, William MARÉCHAL 1, Didier HAILLOT 1, Jean-Pierre

Plus en détail

Technologies quantiques & information quantique

Technologies quantiques & information quantique Technologies quantiques & information quantique Edouard Brainis (Dr.) Service OPERA, Faculté des sciences appliquées, Université libre de Bruxelles Email: ebrainis@ulb.ac.be Séminaire V : Ordinateurs quantiques

Plus en détail

Société Française de Métallurgie et de Matériaux 28 rue Saint-Dominique 75007 Paris Tel: 01 43 33 08 00 Mail: secretariat@sfmm.

Société Française de Métallurgie et de Matériaux 28 rue Saint-Dominique 75007 Paris Tel: 01 43 33 08 00 Mail: secretariat@sfmm. Société Française de Métallurgie et de Matériaux 28 rue Saint-Dominique 75007 Paris Tel: 01 43 33 08 00 Mail: secretariat@sfmm.fr Site: www.sf2m.asso.fr 8h45-9h40 Programme de la journée Accueil et enregistrement

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Revision of hen1317-5: Technical improvements

Revision of hen1317-5: Technical improvements Revision of hen1317-5: Technical improvements Luca Felappi Franz M. Müller Project Leader Road Safety Consultant AC&CS-CRM Group GDTech S.A., Liège Science Park, rue des Chasseurs-Ardennais, 7, B-4031

Plus en détail

III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande

III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande III. LE STOCKAGE DE L ÉNERGIE électricité et hydrogène à la demande Le stockage reste le point faible de la filière énergétique. Il fait l objet, sous ses différents aspects, de travaux de recherche et

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE

Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE 1998-2002 - DOCTORAT en Génie, Montréal Québec «Analyse aérodynamique des parcs éoliens immergés

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Nanofluides et transfert de chaleur par convection naturelle

Nanofluides et transfert de chaleur par convection naturelle Journée Thématique SFT Paris, 15 mars 2012 «Intensification des transferts dans les échangeurs thermiques et multifonctionnels : Techniques, Outils d analyse et Optimisation» Nanofluides et transfert de

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

COULEE D ALLIAGES METALLIQUES : MODELISATION DES STRUCTURES ET SEGREGATIONS CHIMIQUES

COULEE D ALLIAGES METALLIQUES : MODELISATION DES STRUCTURES ET SEGREGATIONS CHIMIQUES Formation doctorale: Science et Génie des Matériaux OU Mécanique Numérique COULEE D ALLIAGES METALLIQUES : MODELISATION DES STRUCTURES ET SEGREGATIONS CHIMIQUES Contexte La figure ci-dessous donne une

Plus en détail

hydrogène au service des énergies renouvelables

hydrogène au service des énergies renouvelables Le stockage solide de l hydrogl hydrogène au service des énergies renouvelables P. de Rango, D. Fruchart, S. Miraglia, Ph. Marty*, M. Jehan** J. Chabonnier, A. Chaise, S. Garrier, B. Delhomme, S. Nachev,

Plus en détail

Force and Torque Sensor with inboard Electronics

Force and Torque Sensor with inboard Electronics Force and Torque Sensor with inboard Electronics The force and torque sensors of the KMS series are high-capacity measuring systems. The KMS sensors enable 6 axis measurements in 3-dimensional space. The

Plus en détail

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES CONGRÈS MATÉRIAUX 2014 Colloque 6 «Corrosion, vieillissement, durabilité, endommagement» LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES Une méthode non destructive pour contrôler le vieillissement et l endommagement

Plus en détail

Design and Realization of Fiber. Monitoring Applications

Design and Realization of Fiber. Monitoring Applications Design and Realization of Fiber Integrated Grating Taps for Performance Monitoring Applications THÈSE N O 3882 (2007) PRÉSENTÉE le 24 août 2007 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

SÉMINAIRE SUR LE SOUDAGE DE L ALUMINIUM 22-23 OCTOBRE DELTA QUÉBEC

SÉMINAIRE SUR LE SOUDAGE DE L ALUMINIUM 22-23 OCTOBRE DELTA QUÉBEC SÉMINAIRE SUR LE SOUDAGE DE L ALUMINIUM 22-23 OCTOBRE DELTA QUÉBEC PROGRAMMATION MERCREDI 22 OCTOBRE 12 h à 13 h 30 ACCUEIL DES PARTICIPANTS - MOT DE BIENVENUE SALLE LAUZON «Soudabilité des alliages d'aluminium»

Plus en détail

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules THÈSE N O 4034 (2008) PRÉSENTÉE le 30 mai 2008 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement

Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement chargés A. AZOUG a, A. CONSTANTINESCU a, R.M. PRADEILLES-DUVAL a, R. NEVIÈRE b a. Laboratoire de Mécanique des Solides - CNRS UMR 7649, École

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

I. Programmation I. 1 Ecrire un programme en Scilab traduisant l organigramme montré ci-après (on pourra utiliser les annexes):

I. Programmation I. 1 Ecrire un programme en Scilab traduisant l organigramme montré ci-après (on pourra utiliser les annexes): Master Chimie Fondamentale et Appliquée : spécialité «Ingénierie Chimique» Examen «Programmation, Simulation des procédés» avril 2008a Nom : Prénom : groupe TD : I. Programmation I. 1 Ecrire un programme

Plus en détail

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013 Dossier / File P128500 - Document DE/1 - Page 1/6 Ce rapport constitue une extension du rapport de classement n M091439-DE/4 This report is an extension of the classification report n M091439-DE/4 CLASSEMENT

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

TRAVAUX DE RECHERCHE DANS LE

TRAVAUX DE RECHERCHE DANS LE TRAVAUX DE RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE L'EXPLOITATION DES DONNÉES ET DES DOCUMENTS 1 Journée technologique " Solutions de maintenance prévisionnelle adaptées à la production Josiane Mothe, FREMIT, IRIT

Plus en détail

Prise en main de la suite HyperWorks 11.0 Dr. Arnaud Delamézière InSIC

Prise en main de la suite HyperWorks 11.0 Dr. Arnaud Delamézière InSIC Prise en main de la suite HyperWorks 11.0 Dr. Arnaud Delamézière InSIC Innovation Intelligence Maître-Assistant Directeur de la Formation de l'école des Mines de Nancy spécialité Ingénierie de la Conception

Plus en détail

ETHERNET : Distance supportée sur fibre optique

ETHERNET : Distance supportée sur fibre optique ETHERNET : Distance supportée sur fibre optique Un lien optique, est constitué par un ensemble de fibres, ponts de raccordement, épissures et autres éléments qui assurent une liaison efficace entre un

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

PANDORA database: a compilation of indoor air pollutant emissions

PANDORA database: a compilation of indoor air pollutant emissions PANDORA database: a compilation of indoor air pollutant emissions Marc O. Abadie and Patrice Blondeau LEPTIAB University of La Rochelle, France Corresponding email: mabadie@univ-lr.fr 1 Scope Context Modeling

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

M2-Images. Rendu Temps Réel - OpenGL 4 et compute shaders. J.C. Iehl. December 18, 2013

M2-Images. Rendu Temps Réel - OpenGL 4 et compute shaders. J.C. Iehl. December 18, 2013 Rendu Temps Réel - OpenGL 4 et compute shaders December 18, 2013 résumé des épisodes précédents... création des objets opengl, organisation des données, configuration du pipeline, draw,... opengl 4.3 :

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 265 273 Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure D. Medjelekh * Laboratoire de l Architecture Bioclimatique et

Plus en détail

Le comportement des combustibles nucléaires dans les

Le comportement des combustibles nucléaires dans les Un outil pour les études sur le combustible : Le comportement des combustibles nucléaires dans les réacteurs de puissance est un domaine de R&D très important, nécessitant des expériences instrumentées

Plus en détail

Growth and Optical, Electrical and Mechanical Characterization of Zinc Oxide Nanowires

Growth and Optical, Electrical and Mechanical Characterization of Zinc Oxide Nanowires Growth and Optical, Electrical and Mechanical Characterization of Zinc Oxide Nanowires THÈSE N O 4623 (2010) PRÉSENTÉE LE 19 FÉVRIER 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES DE BASE LABORATOIRE DE NANOSTRUCTURES ET

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 2731 Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si T. Baghdadli, A. Zerga et B. Benyoucef Laboratoire de Physique

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M)

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) FFRE DE FRMATIN Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la Matière Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) M2 0

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites

Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites A. Imbert a, G. L Hostis b, B. Durand b a.cetim-cermat, 21 rue du Chemnitz BP2278 68068 Mulhouse, France b LPMT, ENSISA, 11 rue

Plus en détail

Microstructure des soudures de titane. Paul Danielson, Rick Wilson, et David Alman U. S. Department of Energy, Albany Research Center Albany, Orégon

Microstructure des soudures de titane. Paul Danielson, Rick Wilson, et David Alman U. S. Department of Energy, Albany Research Center Albany, Orégon Microstructure des soudures de titane Paul Danielson, Rick Wilson, et David Alman U. S. Department of Energy, Albany Research Center Albany, Orégon Revue de Matérialographie Struers 3 / 2004 Structure

Plus en détail

Vannes à boisseau sphérique Ball valves

Vannes à boisseau sphérique Ball valves Vannes à boisseau sphérique Ball valves Gamme de produits et données techniques Product overview and technical data GESTION DES FLUIDES, VANNES, MESURE ET REGULATION VALVES, MEASUREMENT AND CONTROL SYSTEMS

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Applications industrielles des hydrates de gaz - pilotes et prototypes :

Applications industrielles des hydrates de gaz - pilotes et prototypes : Applications industrielles des hydrates de gaz - pilotes et prototypes : Flow Assurance, Captage du CO2, Climatisation industrielle Baptiste Bouillot, maître de conférences, L équipe à Saint Etienne Equipe

Plus en détail

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique Ahmed Meghzifene Chef de la Section Dosimétrie et Physique Médicale, Division de la Santé Humaine, Dept

Plus en détail

Conseils en Ingénierie mécanique

Conseils en Ingénierie mécanique Conseils en Ingénierie mécanique contact@solsi-cad.fr +33 (0)3 87 60 34 49 CONCEVOIR OPTIMISER Metz INNOVER VALIDER Historique 1985 1992 1996 2003 2013 2014 Solsi : Calculs des Structures - FEA Création

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX UNIVERSITE PAUL SABATIER Année Universitaire 2015 2016 Licence Professionnelle Traitement et Contrôle des Matériaux Bat. CIRIMAT 118, Route de Narbonne 31062 Toulouse cedex 04 Tél : 05 61 55 77 51 05 61

Plus en détail

Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT

Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT Tangui LE BAHERS 3 Mars 2015 1 ière Journées Pérovskites Hybrides

Plus en détail

Qu est-ce que l acier inoxydable? Fe Cr > 10,5% C < 1,2%

Qu est-ce que l acier inoxydable? Fe Cr > 10,5% C < 1,2% Cr > 10,5% C < 1,2% Qu est-ce que l acier inoxydable? Alliage de fer comportant 10,5 % de chrome et 1,2 % de carbone nécessaires pour garantir la formation d une couche de surface auto-régénérante (couche

Plus en détail

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Michaël CHAGNAUD Stage de fin d études Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Présentation ESIL du 14/09/2012 Contexte! Thème de recherche : caractérisation mécanique

Plus en détail

Comportement mécanique des soudures par points : mécanismes et stratégies de prédiction dans le cas des tôles en acier pour automobile

Comportement mécanique des soudures par points : mécanismes et stratégies de prédiction dans le cas des tôles en acier pour automobile N d ordre 2009-ISAL-0039 Année 2009 Thèse Comportement mécanique des soudures par points : mécanismes et stratégies de prédiction dans le cas des tôles en acier pour automobile Présentée devant L Institut

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique Cas pratiques de calcul thermique Thermal transfer in via holes On Printed Circuit Boards, thermal path is usually made through via holes. 1 Component cooling example One component dissipates 2 W The footprint

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR ÈS SCIENCES TECHNIQUES PAR

Plus en détail

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE UNIVERSITE HASSAN II ECOMEC ECOMAT FACULTE DES SCIENCES AIN CHOCK Bouznika 11 15 Mai 2010 -CASABLANCA LABORATOIRE DE MECANIQUE CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE A.OUBARRA I Introduction * Energies renouvelables.

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

10ème Congrès Français d Acoustique

10ème Congrès Français d Acoustique 1ème Congrès Français d Acoustique Lyon, 12-16 Avril 21 Récupération d énergie à l échelle microscopique à l aide de nanostructures piezo-semiconductrices. O.Graton, G.Poulin-Vittrant, L-P.Tran Huu Hue

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

MEMOIRE. Mémoires à Nanocristaux Organisés

MEMOIRE. Mémoires à Nanocristaux Organisés MEMOIRE Mémoires à Nanocristaux Organisés Tâche 4: caractérisation électrique et modélisation des structures mémoire Damien Deleruyelle Pascal Masson Sommaire 1. Etat de l art 2. Objectif général pour

Plus en détail