Par Baye Moussa NDOYE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par Baye Moussa NDOYE"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE -UN BUT -UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES LUTTE CONTRE L USAGE ABUSIF DES CONVENTIONS FISCALES: L EXPERIENCE DU SENEGAL Par Baye Moussa NDOYE Chef du Bureau des Relations internationales

2 PLAN I Politique du Sénégal en matière de convention fiscale II Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales III Mesures conventionnelles contre l usage abusif des conventions IV Doctrine sénégalaise sur les situations triangulaires

3 I Politique du Sénégal en matière de convention fiscale A/ Extension du réseau conventionnel B/ Limitation de l objet des conventions C/ Situation des conventions

4 I Politique du Sénégal en matière de convention fiscale A/ Extension du réseau conventionnel Intérêt des conventions fiscales l émergence d un environnement fiscal favorable aux affaires grâce: à l élimination de la double imposition; à la stabilisation du régime fiscal.

5 I Politique du Sénégal en matière de convention fiscale Participent à la préservation de l assiette fiscale grâce: à la coopération entre administration fiscale par: l échange de renseignement; L assistance au recouvrement.

6 I Politique du Sénégal en matière de convention fiscale B/ Limiter l objet des conventions: à l élimination de la double imposition et; à la lutte contre la fraude et l évasion fiscale; Conséquences: ne pas accorder de régimes dérogatoires.

7 I Politique du Sénégal en matière de convention fiscale C/ Situation des conventions 11 conventions en vigueur; 7 conventions paraphées non signées; 3 conventions signées non encore approuvées; 3 conventions ratifiées sans échange des instruments de ratification; 7 conventions en cours de négociations.

8 II Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales A/ Disposition générale anti-abus B/ Dispositions particulières anti-abus C/ Disposition particulières aux sociétés étrangères

9 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales A/ Disposition générale anti-abus Toute opération conclue sous la forme d un contrat ou d un acte juridique quelconque et dissimulant ou déguisant une réalisation ou un transfert de bénéfices ou de revenus, effectuée directement ou par personnes interposées n est pas opposable à l Administration. Les qualifications données par les assujettis aux opérations et actes qu ils réalisent, ne sont pas opposables à l administration fiscale, qui a le droit de leur redonner leur véritable qualification.

10 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales B/ Dispositions particulières anti-abus Article 17 CGI : Prix de transfert 1. Pour l établissement de l impôt sur les sociétés dû par les entreprises qui sont sous la dépendance ou qui possèdent le contrôle d entreprises situées hors du Sénégal, les bénéfices indirectement transférés à ces dernières soit par majoration ou minoration du prix de vente, soit par sous-capitalisation, soit par tout autre moyen, seront incorporés aux résultats accusés par les comptabilités. Il est procédé de même pour les entreprises qui sont sous la dépendance d une entreprise ou d un groupe possédant également le contrôle d entreprises situées hors du Sénégal.

11 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales B/ Disposition particulière anti-abus Article 18 CGI : Limitation de déduction des sommes versées dans un régime fiscal privilégié 1. Les intérêts, arrérages et autres produits des obligations, créances, dépôts et cautionnements, les redevances de cessions ou concession de licences d exploitation, de brevets, d inventions, de marques de fabriques, procédés ou formules de fabrications et autres droits analogues ou rémunérations de services, payés ou dus par une personne physique ou morale domiciliée ou établie au Sénégal à des personnes physiques ou morales qui sont domiciliées ou établies dans un Etat étranger ou un territoire situé hors du Sénégal et y sont soumises à un régime fiscal privilégié, ou un pays non coopératif, ne sont pas admis comme charges non déductibles pour l établissement de l impôt que si le débiteur apporte la preuve que les dépenses correspondent à des opérations réelles et qu elles ne présentent pas un caractère anormal ou exagéré.

12 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales C/ Disposition particulières aux sociétés étrangères La taxation de certaines opérations L imposition des personnes morales domiciliées à l étranger lorsqu elles sont bénéficiaires: de revenus fonciers au Sénégal ou; réalisent des plus-values à la suite de cessions de valeurs mobilières ou de droits sociaux détenus dans des entreprises de droit sénégalais.

13 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales oles obligations déclaratives Principe En plus des obligations déclaratives communes à toutes les entreprises exerçant au Sénégal, les entreprises étrangères dont le siège est situé hors du Sénégal doivent remettre tous les ans un exemplaire de leur bilan général.

14 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales o Règles applicables aux entreprises ne tenant pas une comptabilité distincte Lorsque les entreprises (susvisées) ne tiennent pas une comptabilité permettant de distinguer exactement le bénéfice ou le déficit réalisé au Sénégal et à l étranger, elles pourront procéder, pour la détermination du bénéfice à imposer au Sénégal, à la répartition de leur résultat global au prorata des chiffres d affaires réalisés dans chaque Etat.

15 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales o La limitation de la déduction des frais de siège Pour les entreprises qui exercent leur activité au Sénégal et dont le siège social est situé à l étranger, une quote-part des frais de siège incombant aux dites entreprises calculées, sous réserve des conventions internationales, au prorata du chiffre d affaires global de ces mêmes entreprises sans pouvoir excéder 20% du bénéfice comptable avant déduction de la quotepart des frais de siège.

16 II - Mesures unilatérales de lutte contre la fraude et l évasion fiscale internationales o Les modalités d imposition des revenus distribués par les personnes morales étrangères Sous réserve des dispositions des conventions internationales, la fraction égale à la moitié des bénéfices réalisés au Sénégal par les personnes morales étrangères et qui n ont pas été réinvestis dans ce pays est réputée distribuer, au titre de chaque exercice, à des associés n ayant pas leur domicile fiscal ou leur siège social au Sénégal. Les bénéfices visées à l alinéa précédent s entendent du montant total des résultats imposables ou exonérés, après déduction de l impôt sur les sociétés. Les distributions ainsi déterminées font l objet d une retenue à la source au taux de 20%.

17 III Mesures conventionnelles contre l usage abusif des conventions A/ Limitation du droit aux avantages de la convention B/ Limitation du droit aux avantages d un article de la convention C/ Changement frauduleux de la résidence

18 III - Mesures conventionnelles contre l usage abusif des conventions A/ Limitation du droit aux avantages de la convention 1. Les dispositions de la présente convention ne peuvent être interprétées de façon à empêcher l application par un Etat contractant des dispositions anti-abus prévues par son droit interne. 2. Les avantages prévus dans la présente convention ne sont pas accordés à un résident d un Etat contractant qui n est pas le bénéficiaire effectif des revenus provenant de l autre Etat contractant. 3. Les dispositions de la présente convention ne sont pas applicables si le principal objectif ou l un des principaux objectifs de toute personne intervenant dans la création ou la cession de biens ou de droits au titre desquels sont versés les revenus consiste à tirer avantage de ces dispositions au moyen de cette création ou de cette cession.

19 III - Mesures conventionnelles contre l usage abusif des conventions B/ Limitation du droit aux avantages d un article de la convention Aucun avantage n est accordé en vertu du présent article, si le but principal ou l un des buts principaux de toute personne concernée par la création ou la cession des actions ou autres droits générateurs de dividende(des créances génératrices d intérêts) (des droits générateurs des redevances) (des droits au titre desquels le revenu sont payés) est de tirer profit du présent Article par cette création ou cession.

20 III - Mesures conventionnelles contre l usage abusif des conventions C/ Changement frauduleux de la résidence Lorsqu'une personne physique qui, immédiatement après avoir cessé d'être un résident d'un Etat contractant, devient un résident de l'autre Etat contractant est considérée aux fins d'imposition dans le premier Etat comme ayant aliéné un bien et est imposée dans cet Etat en raison de cette aliénation, elle peut choisir, aux fins d'imposition dans l'autre Etat, d'être considérée comme ayant vendu et racheté, immédiatement avant de devenir un résident de cet Etat, le bien pour un montant égal à sa juste valeur marchande à ce moment.

21 III - Mesures conventionnelles contre l usage abusif des conventions C/ Changement frauduleux de la résidence Toutefois, la présente disposition ne s'applique ni aux biens qui donneraient lieu, immédiatement avant que la personne physique ne devienne un résident de cet autre Etat, à des gains imposables dans cet autre Etat, ni aux biens situés dans un Etat tiers.

22 IV Doctrine sénégalaise sur les situations triangulaires A/ LES FAITS o Une société minière dénommée «Alpha» domiciliée dans un Etat A a signé une convention minière avec le Gouvernement du Sénégal. L Etat A n est pas lié avec le Sénégal par une convention fiscale. o A la suite de la phase de recherche la société Alpha créé au Sénégal une filiale appelée «Beta» pour l exploitation minière. o En cours d exploitation, Alpha fait un prêt à sa filiale BETA, laquelle opération est inscrite au crédit de comptes courants ouverts dans les écritures de Beta.

23 IV Doctrine sénégalaise sur les situations triangulaires A/ LES FAITS o Au cours d un contrôle l administration fiscale constate des frais financiers rémunérant les créances inscrites et réclament à Beta la retenue à la source sur les intérêts des créances. o Au cours de la procédure de redressement la société exhibe une cession de créance par laquelle la société Alpha a cédé à titre gratuit sa créance au profit d une autre de ses filiales dénommée «Teta» domicilié dans un Etat B lié avec le Sénégal par une convention fiscale.

24 IV Doctrine sénégalaise sur les situations triangulaires A/ LES FAITS o Dans la convention minière entre le Sénégal et la société société Alpha il est fait référence d une «filiale à désignée par Alpha» qui sera une des partie à la société d exploitation. o Dans sa réponse la société Beta invoque l article 11 de la convention fiscale entre le Sénégal et l Etat B qui attribue une imposition exclusive des intérêts dans l Etat de résidence du bénéficiaire.

25 IV Doctrine sénégalaise sur les situations triangulaires B/ Réponse de l administration sénégalaise Il apparaît que la cession de créances à titre gratuit constitue un montage réalisé dans l'unique but d'obtenir que la retenue d impôt de 16% prévue à l article 143 du CGI ne soit appliquée aux intérêts de créances, par l effet de l application des dispositions du 1 de l article 11 de la convention fiscale entre le Sénégal et l Etat B qui prévoient que «les intérêts provenant d un Etat contractant et payés à un résident de l autre Etat contractant ne sont imposables que dans cet autre Etat si la personne qui reçoit les intérêts en est le bénéficiaire effectif».

26 IV Doctrine sénégalaise sur les situations triangulaires B/ Réponse de l administration sénégalaise En effet, du moment qu en l absence de convention fiscale entre le Sénégal et l Etat A la retenue d impôt de 16% sur les intérêts de créance dus à la société Alpha par la société Beta est exigible, la cession gratuite de la créance à sa filiale de l Etat B, Teta, dont l intégralité des actions est détenue par Alpha, qui constitue au demeurant un acte anormal de gestion, est le moyen par lequel votre société, Beta, devenue filiale de Teta, prétend à la non exigibilité de la retenue d impôt sur les intérêts de créances.

27 Merci de votre attention!

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

IMPOT SUR LES SOCIETES

IMPOT SUR LES SOCIETES ACTUALITE FISCALE IMPOT SUR LES SOCIETES JURISPRUDENCE Intégration fiscale Subventions indirectes entre sociétés membres d un groupe fiscal intégré Le Conseil d État se prononce sur les modalités de neutralisation,

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 16 /2016

NOTE COMMUNE N 16 /2016 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES NOTE COMMUNE N 16 /2016 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 23 et 27 de la loi

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/10/44 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

L'Actualité légale des entreprises en Espagne

L'Actualité légale des entreprises en Espagne L'Actualité légale des entreprises en Espagne Num. Spécial LOI DES BUDGETS GÉNÉRAUX DE L ÉTAT POUR 2014. Prorrogation du taux réduit d I.S. (Impôt des Sociétés) pour les micro-entreprise créant ou maintenant

Plus en détail

Notice explicative. Date de dépôt de la déclaration

Notice explicative. Date de dépôt de la déclaration Notice explicative Le prélèvement forfaitaire obligatoire sur les produits de placements à revenu fixe, prévu au I de l article 125 D du code général des impôts (CGI), et le prélèvement forfaitaire libératoire,

Plus en détail

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes

Plus en détail

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 Présentation Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 SAGASSER Avocats à la Cour Rechtsanwälte, Steuerberater 79 avenue Marceau 75116 Paris Principales mesures fiscales des lois

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

OCAM Convention fiscale

OCAM Convention fiscale Convention fiscale Convention signée le 29 juillet 1971 [NB - Convention générale de coopération fiscale entre les Etats membres de l Organisation Commune Africaine, Malgache et Mauricienne (), signée

Plus en détail

dans l Etat de résidence de l entreprise.

dans l Etat de résidence de l entreprise. dans l Etat de résidence de l entreprise. a- Nonobstant l inexistence d un établissement stable, certains revenus réalisés en Tunisie peuvent y être imposés. Dans ce cas, l impôt est prélevé par voie de

Plus en détail

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat Document établi le 12/07/2011 Sommaire La fiscalité des associations Les déclarations de résultat Le sponsoring et le mécénat L obligation de nomination du commissaire aux comptes La rémunération de salariés

Plus en détail

DEMENAGEMENT POSTERIEUR AU TRANSFERT DE VOTRE DOMICILE FISCAL HORS DE FRANCE

DEMENAGEMENT POSTERIEUR AU TRANSFERT DE VOTRE DOMICILE FISCAL HORS DE FRANCE N 14554*01 N 2074-ET (2011) Cette déclaration est une annexe à votre déclaration d ensemble des revenus n 2042 disponible sur le site impots.gouv.fr DÉCLARATION DES PLUS-VALUES LATENTES, DES CRÉANCES TROUVANT

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

Introduction à la fiscalité française

Introduction à la fiscalité française Introduction à la fiscalité française Chapitre 1 1 Généralités L impôt est un prélèvement pécuniaire : Requis et Subi par l État ; par les collectivités territoriales (région, département, commune) ; par

Plus en détail

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon La Lois de Finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013, amputée des dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel. Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE

MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE TEXTE DES ARTICLES [au 22 juillet 2010] SOMMAIRE DE LA CONVENTION Titre et Préambule Chapitre I CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION Art.

Plus en détail

Tunisie. Convention fiscale avec la France

Tunisie. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 28 mai 1973, entrée en vigueur le 1 er avril 1975 [NB - Le texte reproduit ci-èdessous tient compte des modifications apportées par les avenants ultérieurs]

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A.

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. Le nouveau régime fiscal luxembourgeois sur les revenus de propriété intellectuelle Sommaire : Préambule I) Champ d application du régime de propriété intellectuelle

Plus en détail

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014).

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie

P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie Intervenants Tania FOURNAISE Expert comptable, Commissaire aux comptes Vice-Présidente du Club Fiscal Henri HOVASSE Professeur à l Université du

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

COMMISSIONS DÉPARTEMENTALES DES IMPÔTS. Jurisprudence année 2003

COMMISSIONS DÉPARTEMENTALES DES IMPÔTS. Jurisprudence année 2003 COMMISSIONS DÉPARTEMENTALES DES IMPÔTS Jurisprudence année 2003 CE 8-12-03 N 243388 G... 2 CAA MARSEILLE 04-12-03 N 99MA00898 M. PIERRE F.... 2 CE 03-12-03 N 258480 MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 2 DU 11 JANVIER 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 L-13-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2010 AVIS RENDUS PAR LE COMITE DE L ABUS DE DROIT FISCAL SEANCES N 0s

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu 1 Article 1 Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu Titres agrafés anti-évitement 12.6 Loi de l impôt sur le revenu Le nouvel article 12.6 de la Loi de l impôt sur

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Texte original Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 1 er août 1994 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets

Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets Analyse Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets On sait que le régime des plus-values à long terme est applicable aux plus-values de cession de brevets, d inventions brevetables

Plus en détail

Le système fiscal français

Le système fiscal français Le système fiscal français Fiche 1 Objectifs Identifier les sources du droit fiscal, la logique du système fiscal français et son organisation. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs Impôts, taxes,

Plus en détail

République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur & de la recherche scientifique CERTIFICAT D ETUDES SUPERIEURES DE REVISION COMPTABLE

République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur & de la recherche scientifique CERTIFICAT D ETUDES SUPERIEURES DE REVISION COMPTABLE République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur & de la recherche scientifique CERTIFICAT D ETUDES SUPERIEURES DE REVISION COMPTABLE Session de septembre 2010 EPREUVE DE FISCALITE APPROFONDIE

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 13/02/2009 N : 08.09 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 La loi de finances rectificative pour 2008 (n 2008-1443) a été adoptée le

Plus en détail

Note commune n 10/ 2014 R E S U M E

Note commune n 10/ 2014 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES S.F Note commune n 10/ 2014 Objet : Commentaire des dispositions des articles 49

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 MAI 2012 13 L-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 MAI 2012 13 L-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 MAI 2012 13 L-4-12 AVIS RENDUS PAR LE COMITE DE L ABUS DE DROIT FISCAL SEANCES DES 15 ET 16 MARS 2012 (LPF art. L. 64) NOR : BCR Z 12 00026 J

Plus en détail

LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (OU CRL) Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (OU CRL) Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (OU CRL) Novembre 2013 LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS 2 Champ d application Hors champ d application Exonérations Taux Assiette Modalités d imposition

Plus en détail

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Yaël Spiegl Avocat 20 novembre 2015 1 Introduction Règles déterminant la compétence civile Règles déterminant la compétence fiscale Compétence fiscale

Plus en détail

LOI DE FINANCES 2014 ACTUALITES FISCALES

LOI DE FINANCES 2014 ACTUALITES FISCALES LOI DE FINANCES 2014 ET ACTUALITES FISCALES 2 Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) - prévu par l'article 66 de la loi de finances rectificative pour 2012 (article 244 quater C du CGI) - destiné à

Plus en détail

La Fiscalité de la Propriété Industrielle

La Fiscalité de la Propriété Industrielle JURIDIQUE ET FISCAL La Fiscalité de la Propriété Industrielle GRAPI ENS 17 octobre 2007 Franck Berger Avocat Associé Philippe Drouillot - Avocat MEMBRE DU RÉSEAU ERNST & YOUNG La Fiscalitéde la PI : un

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts EDITO Nous vous présentons notre dernière lettre fiscale de l année dans un environnement compliqué : - attentats qui ont meurtri notre pays - rejet de la classe politique par des

Plus en détail

FIP ixo Développement N 9

FIP ixo Développement N 9 FIP ixo Développement N 9 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Fonds d Investissement

Plus en détail

DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES ET NON AMORTISSABLES DES ENTREPRISES

DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES ET NON AMORTISSABLES DES ENTREPRISES REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON -------- -------- Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland -------- -------- DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

Sommaire 1. CODE DES IMPÔTS DIRECTS ET INDIRECTS (CIDI)...13. Livre 1 - Assiette et liquidation de l impôt...13. Partie 1 - Impôts directs...

Sommaire 1. CODE DES IMPÔTS DIRECTS ET INDIRECTS (CIDI)...13. Livre 1 - Assiette et liquidation de l impôt...13. Partie 1 - Impôts directs... Sommaire 1. CODE DES IMPÔTS DIRECTS ET INDIRECTS (CIDI)...13 Livre 1 - Assiette et liquidation de l impôt...13 Partie 1 - Impôts directs...13 Titre 1 - Impôts sur les revenus...13 Chapitre 1 - Impôts sur

Plus en détail

Traités et conventions. EXPOSÉ DES MOTIFS

Traités et conventions. EXPOSÉ DES MOTIFS N o 1280 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 10 décembre 2003. P R O J E T D E L O I autorisant l approbation

Plus en détail

POINT DE VUE D EXPERTS LETTRE FISCALE

POINT DE VUE D EXPERTS LETTRE FISCALE POINT DE VUE D EXPERTS LETTRE FISCALE En relisant notre édito de l an passé, nous avons envie d espérer pour cette nouvelle année que la paix et la sérénité reviennent sur terre, que la vieille Europe

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax

Latham & Watkins Département Tax Numéro 361 16 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative pour 2003. Les lois de finances pour 2004 et rectificative pour 2003

Plus en détail

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011...

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011... G Annexe RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011...514 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2010 EDF 513 G ANNEXE Ordre du jour À TITRE ORDINAIRE : Approbation des rapports et comptes annuels

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- N 0006/MEF/DGI-DLCD REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ----------

Plus en détail

INVESTISSEMENTS FRANCAIS EN FLORIDE

INVESTISSEMENTS FRANCAIS EN FLORIDE INVESTISSEMENTS FRANCAIS EN FLORIDE Aspects fiscaux français et internationaux Février 2008 Charles SCHEER Stéphanie PAILLARD Avocats Conseil Fiscal et en Droit des Sociétés 12, rue Lalo 75116 PARIS Tél

Plus en détail

Piscines et centres aquatiques

Piscines et centres aquatiques Collectivités locales et TVA Piscines et centres aquatiques Les communes peuvent être amenées, notamment pour promouvoir le développement social, culturel et sportif de leur territoire, à animer des activités

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

RÉGIME FISCAL APPLICABLE AUX ACTIVITÉS DE RECHERCHE ET D EXPLOITATION DES HYDROCARBURES

RÉGIME FISCAL APPLICABLE AUX ACTIVITÉS DE RECHERCHE ET D EXPLOITATION DES HYDROCARBURES RÉGIME FISCAL APPLICABLE AUX ACTIVITÉS DE RECHERCHE ET D EXPLOITATION DES HYDROCARBURES Journée de communication portant sur le cadre légal et contractuel régissant les hydrocarbures en Algérie Alger,

Plus en détail

entre la Confédération suisse et la République argentine en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune

entre la Confédération suisse et la République argentine en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune Texte original Convention entre la Confédération suisse et la République argentine en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune Conclue le 20 mars 2014 Approuvée

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 51 DU 8 JUIN 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-2-11 INSTRUCTION DU 3 JUIN 2011 REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS DIVIDENDES - ENTREE EN VIGUEUR DE L AVENANT

Plus en détail

Côte d Ivoire. Convention fiscale avec la Suisse

Côte d Ivoire. Convention fiscale avec la Suisse Convention fiscale avec la Suisse Signée le 23 novembre 1987, entrée en vigueur le 30 décembre 1990 Convention entre la Confédération Suisse et la République de en vue d éviter les doubles impositions

Plus en détail

Cette loi de finances a élargi l application du régime fiscal des sièges régionaux ou internationaux

Cette loi de finances a élargi l application du régime fiscal des sièges régionaux ou internationaux Les mesures fiscales introduites par la loi de finances 2015 s inscrivent dans le cadre des orientations du Gouvernement et de la mise en œuvre des recommandations des Assises Nationales sur la Fiscalité

Plus en détail

Tunisie. Convention fiscale avec les Emirats Arabes Unis

Tunisie. Convention fiscale avec les Emirats Arabes Unis Convention fiscale avec les Emirats Arabes Unis Signée le 10 avril 1996, entrée en vigueur le 27 juillet 1997 Chapitre 1 - Champ d application de la convention Art.1.- Personnes visées La présente convention

Plus en détail

Introduction 5 Liste des abréviations 9 Plan de l ouvrage 13 Liste des lois et arrêtés royaux publiés depuis la publication du volume 1 15

Introduction 5 Liste des abréviations 9 Plan de l ouvrage 13 Liste des lois et arrêtés royaux publiés depuis la publication du volume 1 15 table des matières Introduction 5 Liste des abréviations 9 Plan de l ouvrage 13 Liste des lois et arrêtés royaux publiés depuis la publication du volume 1 15 Thèmes n os 1 à 14 : Principales nouveautés

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE Les procédures de rectification de l'impôt Introduction L'administration fiscale procède régulièrement à des contrôles des sommes

Plus en détail

Convention entre la Confédération suisse et la Roumanie en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune

Convention entre la Confédération suisse et la Roumanie en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune Texte original Convention entre la Confédération suisse et la Roumanie en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune 0.672.966.31 Conclue à Bucarest le 25

Plus en détail

COMMENTARY. Résumé JONES DAY

COMMENTARY. Résumé JONES DAY Mars 2008 JONES DAY COMMENTARY La Réforme du Régime de la Taxe de 3% Conformément aux articles 990 D à 990 H du code général des impôts ( CGI ), toutes les entités, françaises ou étrangères qui, directement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales

Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales Article juridique publié le 04/11/2015, vu 301 fois, Auteur : Maître AFLALO Nathalie La détermination de la résidence fiscale

Plus en détail

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié 1 sur 7 14/05/2014 10:43 Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014 Etat des différences Changements aux fragments de document premier Le fragment Contenu a été modifié

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Notion de résidence fiscale II. Acquisition III. Détention IV. Cession V. Structuration 2 1. Notion de résidence

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

LA TAXE SUR LES SALAIRES

LA TAXE SUR LES SALAIRES SOURCES : Code Général des Impôts AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une simple information donnée à titre purement indicatif. Leur utilisation, à quelque titre

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 21/ 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 39 et 40 de la loi n 2004-90

Plus en détail

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise MICRO ENTREPRISE 06/01/2011 La micro-entreprise n'est pas une structure juridique en soi mais un simple régime fiscal applicable, dans certaines conditions, aux entreprises individuelles. Les bénéfices

Plus en détail

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1.

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Titre premier Dénomination et objet Article premier La Caisse

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2015. Mr. LOUSSAIEF Walid Sous Directeur à la DGELF

PRÉSENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2015. Mr. LOUSSAIEF Walid Sous Directeur à la DGELF PRÉSENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2015 Mr. LOUSSAIEF Walid Sous Directeur à la DGELF Présentation Générale La loi de finances 2015 comprend en plus des dispositions budgétaires, des dispositions fiscales

Plus en détail

CESSATION D ACTIVITÉ OU DÉCÈS

CESSATION D ACTIVITÉ OU DÉCÈS CESSATION D ACTIVITÉ OU DÉCÈS 430 La notion de cessation d activité doit être définie avec précision, car elle emporte, en matière fiscale, des conséquences importantes, notamment l imposition immédiate

Plus en détail

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse I FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES Barème de l impôt sur les revenus de 2006 (impôt

Plus en détail

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Opérations réalisées en France par l intermédiaire d un établissement stable Définition de l Établissement

Plus en détail

NOTE FISCALE. Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom)

NOTE FISCALE. Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom) NOTE FISCALE N 05.12 Emilie REPUSSEAU Mai 2012 Version mise à jour Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom) Depuis le 1 er janvier 2011, la TaSCom est affectée à la commune sur le territoire de laquelle

Plus en détail

Veille Juridique et Fiscale. Mars 2012

Veille Juridique et Fiscale. Mars 2012 Veille Juridique et Fiscale Mars 2012 Sommaire Sommaire...2 1. Adoption de la Loi de Finances Rectificative pour 2012... 3 2. Une plus-value de cession de parts doit tenir compte de la plus-value exonérée

Plus en détail

Numéro 43 - Octobre 2012

Numéro 43 - Octobre 2012 Numéro 43 - Octobre 2012 - Présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 - Modalités de calcul du plafonnement global de certains avantages fiscaux à l'impôt sur le revenu

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF SOMMAIRE DU TABLEAU COMPARATIF ARTICLE LIMINAIRE...49 ARTICLE 2...50 ARTICLE 2 BIS A...52 ARTICLE 2 TER A...53

TABLEAU COMPARATIF SOMMAIRE DU TABLEAU COMPARATIF ARTICLE LIMINAIRE...49 ARTICLE 2...50 ARTICLE 2 BIS A...52 ARTICLE 2 TER A...53 TABLEAU COMPARATIF SOMMAIRE DU TABLEAU COMPARATIF ARTICLE LIMINAIRE...49 ARTICLE 2...50 ARTICLE 2 BIS A...52 ARTICLE 2 TER A...53 ARTICLE 2 QUATER...56 ARTICLE 2 QUINQUIES A...56 ARTICLE 2 SEXIES A...58

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 8 M-1-08 N 54 du 21 MAI 2008 PLUS-VALUES IMMOBILIERES DES PARTICULIERS. AMENAGEMENTS DES DISPOSITIONS APPLICABLES EN CAS DE PARTAGE

Plus en détail

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 :

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : ... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : Nouvelle réduction du montant du plafond global applicable à certains avantages fiscaux en matière d'impôt sur le revenu Prorogation

Plus en détail

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. n 22bis/1 Objet: Opérations d échange. [art. 22, 22bis, 25 et 102 L.I.R.] Sommaire:

Plus en détail

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers sur les placements étrangers Le 15 novembre 2013 Le Congrès du Mexique a récemment approuvé des mesures fiscales qui auront une incidence sur les placements effectués au Mexique par des entités étrangères,

Plus en détail

LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ARTICLE 50 BIS LIR

LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ARTICLE 50 BIS LIR LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ARTICLE 50 BIS LIR Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

BILAN SIMPLIFIÉ. DGFiP N 2033-A 2015 A bis du Code général des impôts) ➀. Brut 1. Total I (5) 044 048. Total II 096 098

BILAN SIMPLIFIÉ. DGFiP N 2033-A 2015 A bis du Code général des impôts) ➀. Brut 1. Total I (5) 044 048. Total II 096 098 N 0956 7 Formulaire obligatoire (article 0 septies BILAN SIMPLIFIÉ DGFiP N 0-A 05 A bis du Code général des impôts) ➀ Désignation de l entreprise Adresse de l entreprise Numéro SIRET* Néant * Durée de

Plus en détail

CONTRAT DE COPRODUCTION

CONTRAT DE COPRODUCTION CONTRAT DE COPRODUCTION ENTRE LES SOUSSIGNEES : 1. Dénomination sociale de l'entreprise : dont le siège social est situé à immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de sous le n N TVA intracommunautaire

Plus en détail

LOI N 88-04 du 16 JUIN 1988 FIXANT LE STATUT DE LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS

LOI N 88-04 du 16 JUIN 1988 FIXANT LE STATUT DE LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS LOI N 88-04 du 16 JUIN 1988 FIXANT LE STATUT DE LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS Le développement «horizontal» de Dakar a considérablement réduit au cours de ces dernières années l espace susceptible

Plus en détail

Modification du 30 septembre 2015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura. Article 19, alinéa 1, lettre b (nouvelle teneur)

Modification du 30 septembre 2015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura. Article 19, alinéa 1, lettre b (nouvelle teneur) Loi d impôt Modification du 0 septembre 015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura arrête : I. La loi d impôt du 6 mai 1988 1) est modifiée comme il suit : Article 15, alinéa

Plus en détail

Instructions concernant le règlement des examens

Instructions concernant le règlement des examens Instructions concernant le règlement des examens édictées par la Conférence suisse des impôts 1 re édition / 29.11.2004 / 6.12.2006 / 15./16.1.2009 / 13.6.2013 / 21 juillet2014 Instructions concernant

Plus en détail

SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB

SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB 12C522] Références du document 12C522 12C5221 Date du document 01/01/78 Annotations SECTION 2 Lié au BOI 7A-1-99 Les hypothèques légales du Trésor Comme

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-9-06 N 167 du 16 OCTOBRE 2006 IMPOT SUR LE REVENU. ELARGISSEMENT DU CHAMP D APPLICATION DE L OPTION POUR LE PRELEVEMENT FORFAITAIRE LIBERATOIRE.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail