APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS"

Transcription

1 D Impôts divers Impôt sur les APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS GENERALITES Les immeubles sont le plus souvent vendus avec un bénéfice. En effet, le produit de la vente d'un bien-fonds est en règle générale sensiblement supérieur au montant qu'il a fallu débourser pour l'acquérir. Cette augmentation de leur valeur constitue la principale cause du gain réalisé lors de leur aliénation. Le gain en question n'est ainsi pas engendré par le transfert immobilier proprement dit; il est simplement réalisé à ce moment-là. Compte tenu de ce qui précède, une imposition unique (= en une seule fois) des lors de l'aliénation, moment où ils sont effectivement réalisés, paraît donc non seulement justifiée, mais semble être aussi la seule méthode possible permettant de résoudre les problèmes posés par leur évaluation. Les peuvent être imposés de diverses manières, par exemple par le biais d'un impôt spécial l'impôt sur les ou encore tout simplement dans le cadre de l'impôt ordinaire sur le revenu ou le bénéfice. Dans le cas de l'imposition séparée des, seul le gain en tant que tel constitue l'assiette de l'impôt, et il est prélevé sans tenir compte des autres conditions subjectives (revenu et/ou montant de la fortune) du contribuable. L'impôt spécial répondant à ce type possède donc toutes les caractéristiques d'un impôt réel. En revanche, dans le cas de l'imposition des par le biais de l'impôt général sur le revenu, le seul critère servant au calcul de l'impôt est en fait la capacité économique globale du contribuable. Il s'agit donc là d'un impôt personnel.

2 D Impôts divers Impôt sur les IMPOSITION DES GAINS IMMOBILIERS EN SUISSE Dans notre pays, le statut fiscal des présente d'assez fortes divergences, tout d'abord entre la Confédération (impôt fédéral direct) et les cantons, et ensuite entre les cantons euxmêmes. La majorité des lois fiscales établissent des distinctions entre les diverses catégories de gains immobiliers, et soumettent ceux-ci soit à un impôt spécial soit à l'impôt ordinaire sur le revenu (impôt sur le bénéfice pour les personnes morales). Personnes morales Les cantons de ZH, BE, UR, SZ, NW, BS, BL, TG, TI et JU soumettent en principe tous les gains immobiliers des personnes physiques et des personnes morales à un impôt spécial distinct (l'impôt sur les ). Les autres cantons et la Confédération additionnent en revanche les réalisés par les personnes morales aux autres rendements imposables soumis à l'impôt ordinaire sur le bénéfice. Personnes physiques S'agissant des personnes physiques, il convient de faire tout d'abord une distinction essentielle entre deux genres très différents de, à savoir Les bénéfices réalisés sur la fortune commerciale, y compris les gains de nature professionnelle = Tant en matière d'impôt fédéral direct que dans plus de la moitié des cantons (LU, OW, GL, ZG, FR, SO, SH, AR, AI, SG, GR, AG, VD, VS et NE), les bénéfices en capital réalisés lors d'aliénations de valeurs immobilières faisant partie de la fortune commerciale ou provenant d'une opération de nature professionnelle viennent s'additionner aux autres éléments du résultat d'exploitation et sont en principe soumis à l'impôt ordinaire sur le revenu (le bénéfice). Ils sont donc simplement ajoutés aux autres revenus/bénéfices. = Dans les autres cantons (ZH, BE, UR, SZ, NW, BS, BL, TG, TI et JU), les gains réalisés sur des immeubles faisant partie de la fortune commerciale sont en revanche soumis à un impôt spécial sur les, de même que dans la plupart des cas les gains de nature professionnelle. Les gains réalisés sur la fortune privée du contribuable = La Confédération ne prélève pas d'impôt séparé sur les. Les gains en capital réalisés par des particuliers lors de l'aliénation d'immeubles faisant partie de leur fortune privée sont en effet expressément exonérés en matière d'ifd. Seules les plus-values découlant d'une opération de nature professionnelle ou faisant partie de la fortune commerciale sont en effet imposées.

3 D Impôts divers Impôt sur les = Sur le plan cantonal en revanche, contrairement à ce qui se passe au niveau fédéral, les gains obtenus lors de l'aliénation d'immeubles faisant partie de la fortune privée sont imposés dans tous les cantons et soumis à un impôt spécial : l'impôt sur les gains immobiliers. (1) SOUVERAINETE FISCALE Impôt cantonal et impôt communal Dans la mesure où elle les impose, la Confédération ne perçoit aucun impôt distinct sur les gains immobiliers. En revanche, tous les cantons prélèvent un tel impôt. Dans la plupart d'entre eux, l'impôt est prélevé uniquement par l'autorité cantonale. Dans les cantons de BE, FR, BS, SH, GR et JU, il est cependant parfois perçu aussi bien par les communes que par le canton. Dans les cantons de ZH et de ZG, seules les communes prélèvent cet impôt, toutefois sur la base de prescriptions contenues dans la loi fiscale cantonale. Là où l'impôt sur les est perçu exclusivement par le canton, les communes participent en règle générale à son produit sous une forme ou une autre. Lieu d'imposition En règle générale, l'imposition des est effectuée là où se trouve l'objet, à savoir par le canton ou par la commune où l'immeuble est situé. ASSUJETTISSEMENT A L'IMPOT (= LE SUJET FISCAL) Le débiteur de l'impôt Toutes les lois fiscales stipulent qu'est réputé contribuable celui qui a transféré sa propriété immobilière à un tiers, autrement dit le vendeur de l'immeuble en question, appelé aussi l'aliénateur. L'aliénateur est en principe la personne qui est inscrite au Registre foncier en tant que propriétaire de l'immeuble du point de vue du droit civil. 1) Le canton de GE présente ici une particularité en ce sens que que l'impôt spécial sur les gains immobiliers s'applique à tous les contribuables. Il frappe donc toutes les transactions immobilières, que'elles soient réalisées dans le cadre de la fortune privée ou commerciale, même lorsqu'il s'agit de gains réalisés par un commerçant en immeubles. Dans ce dernier cas, les sont soumis d'abord à l'impôt sur les et ensuite à l'impôt ordinaire sur le revenu ou le bénéfice, sur lequel le montant d'impôt sur les viendra s'imputer, le trop-perçu venant remboursé.

4 D Impôts divers Impôt sur les En raison de l'extension de la notion d'aliénation aux transferts dits économiques, on considère également comme aliénateurs toutes les personnes qui possèdent le pouvoir de disposer économiquement d'un immeuble et qui le transfèrent à titre onéreux. Les exceptions à l'assujettissement (exonérations) Tous les cantons possèdent de nombreuses exceptions à l'assujettissement. Les raisons de ces exonérations sont cependant très diverses. Elles peuvent avoir un caractère subjectif ou objectif. Exonérations subjectives : les exonérations subjectives ont trait à la personnalité du vendeur (ainsi que, dans certains cas, de l'acheteur). C'est ainsi que sont entre autres exonérés la Confédération et ses établissements, les cantons et leurs les communes, les Eglises nationales et leurs paroisses, les institutions d'utilité publique ainsi que les personnes morales expressément exonérées d'impôt dans le canton (buts publics, de culte, d'instruction, d'utilité publique, etc.). Dans les cantons de ZH, BE, LU, SZ, GL, ZG, FR, SO, BS, SH, AR, AI, SG, GR, TG, TI, VD, NE et JU, les personnes morales normalement exonérées ne bénéficient en revanche d'aucune exonération. Exonérations objectives : les raisons de l'exonération fiscale se rapportent à l'immeuble luimême ou à la cause de l'aliénation. Toutes les lois fiscales cantonales contiennent des dispositions = qui exonèrent de l'impôt certains (une série de transferts ne sont pas soumis à l'impôt), ou = qui diffèrent le moment de l'imposition dans des cas déterminés. Il s'agit avant tout de cas de transferts de la propriété dont les gains en découlant sont exonérés de l'impôt pour des raisons sociales, économiques ou autres. En outre, la plupart des cantons exonèrent les gains dont le montant est peu important. Le canton de GE renonce même à toute imposition lorsque l'immeuble en question a été très longtemps en possession de l'aliénateur. OBJET DE L'IMPOSITION (= L'OBJET DE L'IMPOT) En principe, l'objet de l'impôt sur les est le gain réalisé lors de l'aliénation (transfert du droit de propriété) d'un immeuble ou de parts d'immeubles sis dans le canton, ainsi que les indemnités uniques reçues au titre des droits et servitudes durables grevant un immeuble. Objet de l'impôt au sens propre du terme, le gain imposable (= assiette de l'impôt) est donc constitué par le bénéfice net provenant de l'aliénation d'un bien immobilier. Cette plus-value résulte de la différence entre le prix de revient (prix d'acquisition augmenté des impenses) et le prix de vente, diminuée des déductions autorisées par la loi.

5 D Impôts divers Impôt sur les Les immeubles Toutes les lois fiscales cantonales délimitent ce qu'il convient d'entendre par "immeubles" en se fondant sur la définition qu'en donne le Code civil suisse (CC). En plus des terrains et des constructions, cette notion comprend également les parts de copropriété d'immeubles, les droits distincts et permanents immatriculés au Registre foncier (tels que par exemple les droits d'usufruit, droits de superficie, droits de source, concessions hydrauliques et autres servitudes) ainsi que les mines. Quelques cantons assimilent aux "immeubles" encore d'autres droits ou constructions non permanentes. Certains faits économiques comme par exemple l'aliénation d'une participation majoritaire dans une société immobilière sont également soumis à l'impôt sur les (transferts économiques). L'aliénation proprement dite (= le transfert de propriété) Il s'agit là de l'aspect visible de l'opération par laquelle l'augmentation de valeur d'un immeuble est réalisée. Par aliénation pouvant conduire à la réalisation d'un gain immobilier imposable, il faut entendre tout acte fondé sur le droit privé ou sur le droit public qui a pour effet de transférer à un tiers le pouvoir de disposition réel ou économique d'un immeuble, ainsi que les actes visant le partage de la propriété d'un immeuble. C'est ainsi qu'on distingue en général : Les transferts de droit privé (vente, échange, donation, dévolution d'hérédité, etc.) : Il s'agit là du cas le plus fréquent d'aliénation au sens étroit du terme, à savoir les transferts de la propriété immobilière effectués sous le régime du droit civil suisse (CC, CO), qui s'appuient sur une cause juridique qui sont inscrits au Registre foncier. Les transferts reposant sur une décision de droit public (expropriations, exécutions forcées [par ex. ventes aux enchères par l'office des poursuites et faillites], remaniements parcellaires et remembrements, etc.) : aliénations ayant pour motif une obligation juridique découlant d'une loi fondée sur le droit public et qui ont lieu en vertu d'un acte administratif (décision, jugement) établi sur la base d'une telle loi. Les transferts économiques : transfert durables économiquement parlant d'importants droits de disposer d'un immeuble, sans qu'il y ait pour autant un transfert de propriété au sens du droit civil, par exemple : = les opérations en chaîne, genre d'opérations relativement fréquentes, portant sur la cession du droit d'acquérir un immeuble; = la vente de participations majoritaires à des sociétés immobilières (l'aliénation de participations minoritaires ne tombe pas sous le coup de l'impôt sur les ); = les charges réelles grevant les immeubles à titre onéreux.

6 D Impôts divers Impôt sur les IMPOSITION DANS LE TEMPS ET TAUX APPLICABLES En ce qui concerne les soumis à un impôt spécial, il existe deux systèmes différents relatifs à l'imposition dans le temps et à la détermination du taux d'impôt à appliquer. Dans la plupart des cantons, l'impôt sur les frappe chaque gain pris séparément. Le taux d'impôt applicable dépend = du montant de chacun des gains pris isolément et de la durée de possession : ZH, LU, UR, GL, ZG, SO, SH, AR, AI, SG, TG, VS, NE et GE; ou = uniquement de la durée de possession : NW, FR, BS, AG, TI et VD. Dans les autres cantons (BE, SZ, OW, BL GR et JU), les divers gains réalisés au sein d'une certaine période (en général la même année civile ou le même exercice) sont en revanche additionnés et imposés globalement. Le taux d'impôt applicable est donc fonction non pas de chaque gain isolé, mais du total de tous les gains obtenus au cours de la période en question. CALCUL DU GAIN IMPOSABLE Le gain imposable résulte de la différence entre le produit de l'aliénation (prix de vente) et le prix de revient, moins les déductions légales. Le produit de l'aliénation : outre le prix de vente, le produit de l'aliénation comprend, toutes les autres prestations que l'aliénateur réalise par le biais de la vente de son immeuble. Le prix de revient : Le prix de revient se compose en principe du prix d'acquisition augmenté des impenses, à savoir des dépenses qui ont été effectuées pour améliorer l'immeuble ou en augmenter la valeur : = Prix d'acquisition : prix auquel l'aliénateur avait acquis l'immeuble. Il s'agit normalement du prix inscrit dans le Registre foncier. Il existe des prescriptions particulières lorsque l'acquisition de l'immeuble remonte à une époque assez lointaine et qu'il est difficile, voire impossible, d'établir avec précision quel avait été le prix d'achat. = Les impenses (= dépenses entraînant une plus-value) : On entend par là les dépenses entraînant une amélioration ou une plus-value durable de l'immeuble en question. = La prise en considération de la dépréciation monétaire : les cantons de BL, GR et JU tiennent compte lors de la détermination du prix de revient de l'évolution du pouvoir d'achat survenue depuis l'acquisition de l'immeuble. Les déductions : Du gain brut, on peut déduire en premier lieu les frais généraux (par ex. frais de mutation et émoluments, commissions et frais usuels de courtage). Certains cantons autorisent parfois encore d'autres déductions, telles que les droits de mutation.

7 D Impôts divers Impôt sur les La compensation des pertes : Lorsque les sont soumis à l'impôt ordinaire sur le revenu ou le bénéfice, la compensation des pertes éventuellement subies sur des immeubles faisant partie de la fortune commerciale est généralement admise par les cantons, cela dans la même mesure que le report usuel des autres pertes commerciales. Cela n'est en revanche pas possible lorsque les sont soumis à un impôt spécial; car l'impôt sur les étant un impôt réel, il a donc justement pour caractéristique de ne pas tenir compte de la capacité économique de l'aliénateur. Certains cantons autorisent tout de même la déduction de certaines pertes, à des conditions bien précises et uniquement dans la mesure où elles n'ont pas déjà été imputées dans le cadre de l'impôt sur le revenu. CALCUL DE L'IMPÔT (LES BAREMES) Dans la plupart des cantons, le barème de l'impôt spécial sur les dépend de deux facteurs : le montant du gain et la durée de possession. Dix cantons (OW, NW, FR, BS, AR, AG, TG, TI, VD et GE) appliquent un tarif proportionnel. Dans les autres, le barème de l'impôt est progressif en fonction du niveau du gain immobilier imposable. Le plus souvent, un supplément est en outre perçu sur les gains réalisés à court terme, tandis qu'un rabais est généralement accordé pour les gains qui sont obtenus après une longue durée de possession. Suppléments en cas de brève durée de possession : A l'exception du canton de SO, tous les cantons perçoivent une sorte de supplément d'impôt en cas de brève durée de possession (plus celle-ci est brève, plus le taux finalement appliqué sera élevé), cela afin de frapper plus lourdement les gains à caractère spéculatif. = Pour les cantons possédant un barème progressif, cette surcharge des gains à court terme s'opère en général par le biais d'un supplément qui vient s'ajouter à l'impôt normal frappant le gain immobilier. = Parmi les cantons dont le taux est proportionnel, les cantons de NW, FR, AG, TI, VD et GE possèdent des taux dégressifs en fonction de la durée de possession. Le canton de BS applique quant à lui des majorations de taux (par ex. impôt doublé pour les trois premières années de possession). Réductions en cas de longue durée de possession : A l'exception du canton de BL qui n'en tient compte que dans certains cas, tous les cantons prévoient une réduction de l'impôt sur les réalisés après une longue durée de possession (le taux finalement appliqué diminue en fonction de la durée de possession). Ils entendent ainsi tenir compte du fait que les gains obtenus après une longue durée sont en grande partie dus à la dépréciation monétaire.

8 D Impôts divers Impôt sur les = En présence d'un barème progressif en fonction du niveau du gain imposable, cette réduction est généralement accordée au moyen d'un abaissement exprimé en pour cent de l'impôt normalement dû sur le gain immobilier. Dans quelques cantons, la réduction est opérée sur le montant du gain imposable, et non pas de l'impôt. = Parmi les cantons dont le taux est proportionnel, les cantons de NW, FR, AG, TI, VD et GE possèdent des taux dégressifs en fonction de la durée de possession. Le canton de BS applique une réduction progressive non pas sur l'impôt mais sur le montant du gain imposable. = Le canton de GE ne perçoit plus d'impôt à partir de la 26e année de possession. IMPORTANCE DU POINT DE VUE FISCAL Perçus à titre complémentaire des impôts sur le revenu et la fortune, les impôts sur les gains immobiliers ne constituent évidemment pas la principale source de recettes des collectivités publiques locales. Si leur part demeure relativement modeste, elle n'est cependant pas tout à fait négligeable. En 2006, les impôts sur les ont en effet rapporté : - cantons : 694,477 millions de francs - communes : 515,434 millions de francs soit au total : 1 209,911 millions de francs. Cette somme représente en fait une part de 1,10 % par rapport à l'ensemble des recettes fiscales suisses en 2006, lesquelles se sont montées alors à millions de francs au total (Confédération + cantons + communes) et de 2,05 % du total des recettes fiscales des cantons et des communes ( millions). * * * * *

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique 3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique Financement du système de santé, aujourd'hui et en cas d'acceptation de l'initiative sur la caisse unique: exemple d'une famille avec

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne Seul le texte prononcé fait foi 12.476 Initiative parlementaire Leo Müller, «Imposition des gains immobiliers» et 12.3172 Motion Leo Müller, «Imposition des immeubles agricoles et sylvicoles» Explications

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

Comparaison intercantonale des coûts et du recours au système de santé

Comparaison intercantonale des coûts et du recours au système de santé Comparaison intercantonale des coûts et du recours Alberto Holly Professeur honoraire Institut d économie et management de la santé (IEMS) Université de Lausanne 11 ème Journée de travail de la Politique

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S)

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) Directives du 30 septembre 2010 concernant la reconnaissance des autorisations délivrées par

Plus en détail

Les primes d assurance-maladie 2014

Les primes d assurance-maladie 2014 Les primes d assurance-maladie 2014 Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Conférence de presse du 26 septembre 2013 Prime moyenne «Adulte»

Plus en détail

L imposition des personnes morales

L imposition des personnes morales D Impôts divers Imposition des L imposition des (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2014 D Impôts divers -I- Imposition des TABLE DES MATIÈRES 1 REMARQUES

Plus en détail

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Impressum Editeur INFODROG Centrale nationale de coordination des addictions Rédaction Franziska

Plus en détail

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, c est faire preuve de bon sens. Exemple En cas d assainissement global d une maison individuelle suisse classique, le potentiel d économie

Plus en détail

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 Les primes d assurance-maladie 2015 Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 25 20 Prime moyenne

Plus en détail

Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des autorités dans les cantons: aperçu

Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des autorités dans les cantons: aperçu Nouveau droit de protection des mineurs et des adultes. Questions concrètes de mise en oeuvre Journées d étude des 11/12 septembre 2012 à Fribourg Exposé 3 Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

Statistique de l aide sociale

Statistique de l aide sociale Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Division Santé et affaires sociales 13 Protection Sociale avril 2011 Statistique de l aide sociale La population comme grandeur

Plus en détail

BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008

BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008 1 Bio Suisse FACTS & TRENDS 2009 BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008 2 Bio Suisse FACTS & TRENDS 2009 11,9% de toutes les entreprises

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons ZEWOinfo Conseils aux donatrices et aux donateurs Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuvent être déduits de l impôt fédéral

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

Les impôts sur les successions

Les impôts sur les successions D Impôts divers Impôts sur les successions Les impôts sur les successions et les donations (Etat de la législation : 1er janvier 2009) Division Études et supports / AFC Berne, 2009 D Impôts divers - I

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Sondage des salaires 2009-2010 Résultats

Sondage des salaires 2009-2010 Résultats Responsable Domaine Employé Rue Bibracte 8b Tél. P. 026 675 11 79 arbeitnehmer@pro-geo.ch Isabelle Rey 1580 Avenches www.pro-geo.ch Table des matières 1 Commentaire sur le sondage des salaires 2009-2010...4

Plus en détail

2ème information concernant la communication électronique du registre de l'état civil informatisé (Infostar) au registre des services des habitants

2ème information concernant la communication électronique du registre de l'état civil informatisé (Infostar) au registre des services des habitants Département fédéral de justice et police DFJP P.P. CH-3003 Berne, OFJ Aux Contrôles des habitants des communes de Suisse Referenz/Aktenzeichen: COO.2180.109.7.138826 / 2014/00003 Ihr Zeichen: Unser Zeichen:

Plus en détail

Les impôts sur les successions et les donations

Les impôts sur les successions et les donations D Impôts divers Impôts sur les successions Les impôts sur les successions et les donations (Etat de la législation : 1 er janvier 2013) Division Études et supports / AFC Berne, 2013 D Impôts divers - I

Plus en détail

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013 kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 0/09/0 Fondements Nom et forme juridique Principe But Tâches Art. Sous le nom de kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Rapport rendant compte des résultats de la consultation

Rapport rendant compte des résultats de la consultation Commission fédérale des maisons de jeu CFMJ Secrétariat Rapport rendant compte des résultats de la consultation Auditions relatives à la modification de l art. 69 de l ordonnance du 24 septembre 2004 sur

Plus en détail

6.08 Allocations familiales Allocations familiales

6.08 Allocations familiales Allocations familiales 6.08 Allocations familiales Allocations familiales Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Les allocations familiales visent à compenser une partie des frais que doivent assumer les parents pour l entretien

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

RÈGLEMENT 642.21.1 sur l'estimation fiscale des immeubles (RLEFI)

RÈGLEMENT 642.21.1 sur l'estimation fiscale des immeubles (RLEFI) Adopté le 22.12.1936, entrée en vigueur le 01.01.1937 - Etat au 01.04.2004 (en vigueur) RÈGLEMENT 642.21.1 sur l'estimation fiscale des immeubles (RLEFI) du 22 décembre 1936 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON

Plus en détail

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Sécurité d abord Les accidents se produisent le plus souvent les premiers jours de travail Jeunes gens Les jobs de vacances

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité Zewo peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

NON à l initiative COSA

NON à l initiative COSA NON à l initiative COSA Une vaste supercherie avec de lourdes conséquences pour les cantons, la Confédération et le franc suisse 14 août 2006 Numéro 27 1 2 COSA, une vaste supercherie avec de graves conséquences

Plus en détail

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Vos agences régionales Suva Assurance militaire Suva Genève Assurance militaire Rue Ami-Lullin 12, case postale 3949, 1211 Genève 3, tél. 022

Plus en détail

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Preisüberwachung PUE Newsletter Datum 16.11.2010 Sperrfrist 16.11.2010, 09.00 Uhr Nr. 6/10 INHALTSÜBERSICHT/ CONTENU/ CONTENUTO 1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE

Plus en détail

Test de fitness pour le recrutement (TFR)

Test de fitness pour le recrutement (TFR) Eidgenössisches Departement für Verteidigung, Bevölkerungsschutz und Sport VBS Bundesamt für Sport BASPO Eidgenössische Hochschule für Sport Magglingen EHSM Dr es. sc.thomas Wyss, lt col EMG Stephan Zehr,

Plus en détail

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours Statistiques relatives aux pratiques de paiement: Statistiques relatives aux pratiques Les de paiement: performances Les performances des des Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 892

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

La durabilité est rentable. www.volets-roulants.ch

La durabilité est rentable. www.volets-roulants.ch La durabilité est rentable www.volets-roulants.ch Nous nous portons garant de la longévité et de la haute qualité de nos produits Les volets roulants aident à économiser de l argent La gestion et l entretien

Plus en détail

Test d aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2014

Test d aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2014 UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ ZENTRUM FÜR TESTENTWICKLUNG UND DIAGNOSTIK AM DEPARTEMENT FÜR PSYCHOLOGIE CENTRE POUR LE DEVELOPPEMENT DE TESTS ET LE DIAGNOSTIC AU DEPARTEMENT

Plus en détail

82% qualifient l'effet de serre et le réchauffement climatique comme le plus grand danger. Toujours des idées d'avance.

82% qualifient l'effet de serre et le réchauffement climatique comme le plus grand danger. Toujours des idées d'avance. 82% qualifient l'effet de serre et le réchauffement climatique comme le plus grand danger. Le fait est, qu'en Suisse, les bâtiments consomment aujourd'hui 50% de l'énergie fossile. Avec les émissions de

Plus en détail

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP EDITION 2015 Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» Une brochure pour les chômeurs Prévoyance professionnelle des personnes au chômage selon la LACI et la LPP REMARQUES Le présent

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d'etat à l'économie SECO Marché du travail / Assurance-chômage Mesures du marché du travail Markus Weber 07.06.2013

Plus en détail

Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas. Hôpital test <100 lits. Hôpital test 100 à 499 lits. Hôpital test >= 500 lits

Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas. Hôpital test <100 lits. Hôpital test 100 à 499 lits. Hôpital test >= 500 lits Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas Classe d'âge Nombre de cas 0-9 683 10-19 143 20-29 635 30-39 923 40-49 592 50-59 716 60-69 626 70-79 454 80-89 156 90-99 9 Classe d'âge Nombre

Plus en détail

Officier Étude: Ernst Basler & Partner

Officier Étude: Ernst Basler & Partner Disponibilité assurée dans la durée et archivage de géodonnées Etude conceptuelle visant à une mise en œuvre coordonnée au sein de la Confédération, des cantons et des communes Colloque Swisstopo, Wabern,

Plus en détail

Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne

Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne Jean-François Delaloye CHUV, Lausanne Mammographie 2 incidences détectent de plus petits cancers, surtout si les seins sont denses diminuent le risque de cancer d intervalle dans les 12 mois (0.46 [95%

Plus en détail

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne Statistiques relatives au comportement de paiement: voici comment paient les entreprises en Suisse Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse

Plus en détail

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP EDITION 2014 Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» Une brochure pour les chômeurs Prévoyance professionnelle des personnes au chômage selon la LACI et la LPP REMARQUES Le présent

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

2012 BVA Logistique SA - Allmedia.13

2012 BVA Logistique SA - Allmedia.13 les canaux du marketing direct distribution d imprimés publicitaires et d échantillons envois adressés @ -mailing CONSEIL > Stratégie orientée aux objectifs > Segmentation clientèle & potentiel de marché

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 6. Loi du 0 mai 96 sur les impôts communaux Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat, du 9 novembre 96 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Informations actuelles de votre caisse maladie. www.mykolping.ch

Informations actuelles de votre caisse maladie. www.mykolping.ch 01 2015 Informations actuelles de votre caisse maladie www.mykolping.ch Correction des primes de 2015 à 2017 Au printemps dernier, le Parlement a décidé que certains déséquilibres cantonaux relatifs au

Plus en détail

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage (Valable à partir du 01.01.2013) 1 Personnes assurées (plan de prévoyance AL) La prévoyance professionnelle obligatoire des personnes

Plus en détail

Le choix de la forme juridique appropriée pour les entreprises agricoles suisses

Le choix de la forme juridique appropriée pour les entreprises agricoles suisses Le choix de la forme juridique appropriée pour les entreprises agricoles suisses Travail de Bachelor Zürich, juin 2010 Auteur : Grégoire Tombez Référent : Co-référent : Dr. Michel Dumondel Dr. Michael

Plus en détail

Rapport sur les résultats de l'audition du 24 février 2010

Rapport sur les résultats de l'audition du 24 février 2010 Département fédéral de l'économie DFE Secrétariat d'etat à l'économie SECO - Modification de l'ordonnance du 31 août 1983 sur l'assurance-chômage obligatoire et l'indemnité en cas d'insolvabilité (art.

Plus en détail

Documentation pour les médias

Documentation pour les médias DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'ENERGIE SERVICE DE LA SANTE PUBLIQUE Documentation pour les médias LES PRIMES D ASSURANCE-MALADIE 2004 EN VALAIS Les primes d assurance-maladie pour

Plus en détail

Ensemble pour une assurance maladie durable. Conférence de presse Zurich, le 10 mai 2010

Ensemble pour une assurance maladie durable. Conférence de presse Zurich, le 10 mai 2010 Ensemble pour une assurance maladie durable Conférence de presse Zurich, le 10 mai 2010 Ordre du jour Défis du marché de l'assurance maladie en Suisse Ensemble pour une assurance maladie durable Complémentarité

Plus en détail

Encouragement spécifique de l'intégration: une tâche commune Confédération - cantons

Encouragement spécifique de l'intégration: une tâche commune Confédération - cantons Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral des migrations ODM Encouragement spécifique de l'intégration: une tâche commune Confédération - cantons Dès 2014, la Confédération et les cantons

Plus en détail

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14 Votre Votre partenaire partenaire 2014 2014 ««TOUT-EN-UN»» les canaux du marketing direct distribution d imprimés publicitaires et d échantillons envois adressés e-solutions vos avantages & objectifs AVANTAGES

Plus en détail

Recensement des entreprises (RE)

Recensement des entreprises (RE) Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Recensement des entreprises (RE) Relevé 3 fois par décénie Codebook, description des micro-données 2 décembre 2010 Impressum

Plus en détail

Une protection solaire avec une plus-value Les modules certifiés RUFALEX-MINERGIE

Une protection solaire avec une plus-value Les modules certifiés RUFALEX-MINERGIE Innovation + Qualität www.volets-roulants.ch Une protection solaire avec une plus-value Les modules certifiés RUFALEX-MINERGIE Innovation & Qualité De la rentabilité en termes d environnement et de budget

Plus en détail

Annuaire des assurances sociales

Annuaire des assurances sociales Annuaire des assurances sociales Aperçu annuel compact Cotisations Rentes Lacunes Faits Prestations 2014 Das Portal für das Personalwesen und für Stellensuchende Table des matières 1 1. Le système suisse

Plus en détail

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15)

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15) Secrétariat du Grand Conseil PL 11163 Projet présenté par les députés : M me et MM. Roger Golay, Pascal Spuhler, Dominique Rolle Date de dépôt : 15 avril 2013 Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition

Plus en détail

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Fribourgissima 21 juin 2012 Prof. Paul H. Dembinski Université de Fribourg & Observatoire de la Finance(Genève) (dembinski@obsfin.ch) 1. Un monde fait de

Plus en détail

REVUE DE DROIT ADMINISTRATIF ET DE DROIT FISCAL

REVUE DE DROIT ADMINISTRATIF ET DE DROIT FISCAL REVUE DE DROIT ADMINISTRATIF ET DE DROIT FISCAL Fondée par Henri Zwahlen Juge au Tribunal fédéral REVUE GENEVOISE DE DROIT PUBLIC PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE Lydia Masmejan- Fey Juge suppléante au Tribunal

Plus en détail

Convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité

Convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité Convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité conclue entre l Association des entreprises suisses de services de sécurité (VSSU), Berne et le Syndicat Unia, Berne du 4 septembre

Plus en détail

Plate-forme collaborative pour les projets informatiques dans les administrations suisses

Plate-forme collaborative pour les projets informatiques dans les administrations suisses Plate-forme collaborative pour les projets informatiques dans les administrations suisses Guy de Pourtalès, Président du groupe de travail OSS de la CSI, IT Lausanne Agenda La CSI en bref Collaborer La

Plus en détail

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011 MARCHAND DE BIENS 02/08/2011 Sont considérés comme marchands de biens les personnes qui effectuent habituellement des achats en vue de la revente d'immeubles, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés

Plus en détail

Renseignements Terravis

Renseignements Terravis Tarifs pour les instituts de crédit Renseignements Terravis Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION 2 2. PRIX DE BASE «RENSEIGNEMENTS» 2 2.1 Obtention électronique des données 3 2.2 Géodonnées 3 3. EMOLUMENT MINIMAL

Plus en détail

Le séjour hospitalier et ses incidences avec la planification fiscale successorale

Le séjour hospitalier et ses incidences avec la planification fiscale successorale Le séjour hospitalier et ses incidences avec la planification fiscale successorale par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net Je tiens à remercier Monsieur Jean PEYROLLAZ, Président de

Plus en détail

Guide de l'achat immobilier en. Suisse

Guide de l'achat immobilier en. Suisse Guide de l'achat immobilier en Suisse Sommaire Achat d'un bien immobilier en Suisse 2 Restrictions applicables à l'acquisition d'un bien immobilier en Suisse 4 Implications fiscales d'une élection de résidence

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

Concept de stationnement Développement de l'armée

Concept de stationnement Développement de l'armée Concept de stationnement Développement de l'armée 26 novembre 2013 Conférence de presse Le chef du DDPS, Ueli Maurer Le concept de stationnement Introduction 2 Finances Exploitation Investissement Cantons

Plus en détail

VTX Mail Filter - Bronze

VTX Mail Filter - Bronze 0800 200 211 PLUS D INFORMATIONS (APPEL GRATUIT) Interception des courriers indésirables Fini le triage des E-mails inutiles et indésirables Identifie le spam en contrant les dernières techniques utilisées

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Le système fiscal suisse

Le système fiscal suisse 2015 Le système fiscal suisse CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS COMMISSION INFORMATION Le système fiscal suisse Les grandes lignes du système fiscal suisse Les impôts de la Confédération Édition 2015 Les impôts

Plus en détail

Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons

Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons Conférence de presse «Congés parentaux: condition pour une meilleure conciliation entre famille et travail» du 5 mai 2011 Analyse des tableaux Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons

Plus en détail

Financement de la formation prof: : canton de Berne. Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne

Financement de la formation prof: : canton de Berne. Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne Pilotage et financement de la formation professionnelle dans le canton de Berne Formation professionnelle à plein temps CH GE NE JU TI VS BL VD FR BS BE GR AR LU SG ZG AG OW SZ TG ZH BE 9,2 % Nombres de

Plus en détail

725.111.31 Ordonnance du DETEC concernant l acquisition de terrain pour l achèvement du réseau des routes nationales tel qu il a été décidé

725.111.31 Ordonnance du DETEC concernant l acquisition de terrain pour l achèvement du réseau des routes nationales tel qu il a été décidé Ordonnance du DETEC concernant l acquisition de terrain pour l achèvement du réseau des routes nationales tel qu il a été décidé du 4 décembre 2007 (Etat le 1 er janvier 2008) Le Département fédéral de

Plus en détail

Monitoring socioculturel des forêts (WaMos) 2 Principaux résultats

Monitoring socioculturel des forêts (WaMos) 2 Principaux résultats Monitoring socioculturel des forêts (WaMos) 2 Principaux résultats Christoph Hegg Nicole Bauer, Jacqueline Frick, Eike von Lindern, Marcel Hunziker Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige

Plus en détail

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref La prévoyance professionnelle constitue le 2 e pilier

Plus en détail

Importance de e-health et attentes d'une stratégie nationale en la matière

Importance de e-health et attentes d'une stratégie nationale en la matière G D K C D S Rapport Importance de e-health et attentes d'une stratégie nationale en la matière Résultats de l'enquête menée auprès des départements de la santé en mars 2006 Introduction Dans le cadre du

Plus en détail

725.113.31 Ordonnance

725.113.31 Ordonnance Ordonnance du Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication 1 concernant l acquisition de terrain pour la construction des routes nationales du 1 er mai 1968

Plus en détail

Initiative-santé du PS

Initiative-santé du PS Initiative-santé du PS Argumentaire abrégé relatif à l'initiative populaire lancée par le Parti socialiste suisse: «La santé à un prix abordable» 1. Les principales revendications formulées par l'initiative-santé

Plus en détail

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle 6.06 Etat au 1 er janvier 2013 Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 1 Les employeurs occupant des salariés soumis à l assurance obligatoire doivent s affilier

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

Détention préventive : fortes différences dans les pratiques cantonales

Détention préventive : fortes différences dans les pratiques cantonales Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 27.02.2007, 9:15 19 Criminalité et droit pénal N 0351-0702-50 Enquête sur la privation de liberté

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés?

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés? Impôt à la source Simplification administrative et Harmonisation intercantonale 1 Impôt à la source Qui sont concernés? Sont concernés : Les «employeurs», personnes physiques ou morales,(plus de 11 000

Plus en détail

Vaste réforme de la fiscalité immobilière

Vaste réforme de la fiscalité immobilière Vaste réforme de la fiscalité immobilière 26 septembre 2012 Dépôt et mise en consultation de cinq projets de lois A. Estimation fiscale des immeubles Projet de loi sur les estimations fiscales de certains

Plus en détail

7.1 Un exemple en guise d introduction : Gérer les incompatibilités

7.1 Un exemple en guise d introduction : Gérer les incompatibilités CHAPITRE 7 COLORATION DE GRAPHES 51 Chapitre 7: Coloration de graphes 7.1 Un exemple en guise d introduction : Gérer les incompatibilités Problème : Une entreprise qui fabrique six sortes de produits chimiques

Plus en détail

04.450. du 9 février 2009

04.450. du 9 février 2009 04.450 Initiative parlementaire Acquisition d'un nouveau logement. Encourager la mobilité professionnelle Avant-projet et rapport explicatif de la Commission de l économie et des redevances du Conseil

Plus en détail