Les entreprises agroalimentaires françaises tirent leur épingle du jeu malgré un contexte économique national morose

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les entreprises agroalimentaires françaises tirent leur épingle du jeu malgré un contexte économique national morose"

Transcription

1 Vous êtes venus très nombreux à la deuxième rencontre sur les grands enjeux de l économie axonaise, organisée par Aisne Développement le 10 avril dernier. Les interventions ont été riches d enseignement que nous avons voulu, par le biais de cette newsletter, vous rapporter en quelques notions clés. En vous souhaitant bonne lecture. Les entreprises agroalimentaires françaises tirent leur épingle du jeu malgré un contexte économique national morose Pendant l année qui vient de s écouler, la consommation alimentaire en France a augmenté de 0,8 % en volume, les marques fabricants ont progressé plus significativement que les MDD. A noter que la consommation alimentaire, en baisse depuis plus de 30 ans, a cessé d être la variable d ajustement des ménages pour représenter aujourd hui 15,5 % de leur budget en moyenne. La compétition intensive que se livrent les distributeurs, maintient des prix stables favorable aux consommateurs mais extrêmement contraignante pour les industries agroalimentaires qui doivent négocier âprement pour ne pas risquer d être «déréférencées». Concernant la restauration commerciale, seule la restauration rapide progresse ; ce qui n empêche pas le secteur d être en légère régression. Les résultats de nos exportations sont bien plus inquiétants. La France est passée en quelques années de la 1 ère place mondiale à la 6 ème. Nous importons, aujourd hui, plus de produits alimentaires que nous n en exportons, secteur du vin mis à part. Les I.A.A. françaises ont connu une année 2013 difficile avec une faible progression de leur chiffre d affaires. Les effectifs salariés nationaux ont également été amputés de salariés. Cependant les situations sont variées et ne peuvent être globalisées. La variété des interventions des participants de la table ronde en est un bon exemple.

2 Charles-Etienne LE RENARD, représentant d Intersnack, propriétaire des marques VICO et BAHLSEN nous annonce des résultats 2013 globalement bons malgré des négociations très difficiles avec la grande distribution. Par exemple, le Groupe Casino a déréférencé la marque VICO mais a conservé la gamme MDD. La stratégie dans ce cas est délicate puisqu il y a encore des intérêts en jeu. Cependant, bien qu assez loin de son concurrent LAY S, VICO a repris un certain nombre de parts de marché en La croissance en volume et en chiffre d affaires est bonne car le snacking est très tendance (apéro,.). Arnaud BACHELIER, Directeur Général de MATERNE France a vu son année 2013 marquée par une croissance à deux chiffres et un développement de son activité et de ses marchés notamment aux Etats-Unis. La période est donc pour lui plus à la conquête des marchés. La gamme des produits s étend et les cibles visées s élargissent au-delà de la consommation des jeunes. Nicolas FISCHER, Directeur de FLORÉPI a été considérablement aidé par la grande distribution qui lui a permis de franchir le cap de «l artisanat». Il est, lui aussi, sur une croissance élevée même s il considère qu il arrive sur un marché mature. Son problème : garder ses parts de marché et travailler la part de l export, aujourd hui marginale dans son chiffre d affaires. Valéry LESAFFRE, Directeur Général de GÉNÉRATION 5 connaît toujours une croissance à deux chiffres depuis sa reprise en 2010 bien qu il considère que son marché arrive à maturité. Son activité à destination de la restauration et de la grande distribution a connu une croissance plus élevée sur les grands groupes distributeurs au détriment de celle centrée sur la restauration classique et les particuliers. Pour lui aujourd hui, c est sa présence dans les rayons des hypermarchés qui va influencer sa production à venir. Jean-François LAURAIN, Directeur Général d UNIGRAINS partage le constat qui a été présenté sur l agroalimentaire en général en France. Il indique qu il n y a pas de problème de financement de ces entreprises. Il faut malgré tout, que le projet soit bien identifié et que les équipes qui le portent soient performantes. Le reste est important mais n est pas décisif dans la décisions des organismes financiers qui accompagnent le projet. Pour exemple, UNIGRAINS suit MATERNE dans son développement même si le Groupe s endette momentanément. Pour lui, l agroalimentaire en France doit faire preuve de plus d audace en s appuyant sur la matière première, donc sur les agriculteurs. La priorité des industries agroalimentaires portait, ces dernières années, sur les capacités de production. Nous voyons aujourd hui clairement l'accent mis sur la notion de compétitivité qui se décline en 6 axes. En ce qui concerne les investissements, une large place est donnée à l automatisation, à la spécialisation (petits équipements, lignes modulaires et flexibles). La contractualisation avec les agriculteurs de façon à sécuriser les approvisionnements et la volatilité des cours est de plus en plus courante. La tendance à l approvisionnement de proximité est accentuée pour des raisons de bilan carbone, de frais d approche et aussi de marketing. De gros efforts ont été menés pour diminuer la consommation d énergie et la consommation d eau. L effort est maintenu sur la performance énergétique (chauffage, frigo), voire sur des réflexions de transfert d énergie (méthanisation). Dans l agroalimentaire un certain nombre de tâches sont répétitives et pénibles. Deux options peuvent être choisies pour améliorer la compétitivité : la robotisation pour certains, le fait main, intégré au concept de marketing pour d autres. Dans ce cas, un effort important sur les conditions de travail est réalisé afin de trouver le personnel, éviter le turn-over et l absentéisme et motiver les salariés. L utilisation et la valorisation des coproduits de l entreprise, avec une réflexion importante sur les ressources méthanogènes, est notre cinquième axe. Enfin, le service aval, c est-à-dire l amélioration du service auprès des clients, tout en maîtrisant les frais d approche est de plus en plus observé. Les cas de gestion mutualisée des approvisionnements ou pooling se développent afin d augmenter la fréquence de livraison par exemple. Reprenons les exemples de nos cinq intervenants Intersnack : sur tonnes de pommes de terre, 85 % sont d origine locale, avec un groupement de producteurs. L huile est française. Par contre le marketing n utilise pas encore l argument du «patriotisme économique». En revanche, grâce à des solutions de mutualisation des expéditions avec d autres industriels tels que Nutrimaine-Banania, Sara Lee, Lustucru, Heinz, Kellogg's.., Intersnack, réussit à livrer la grande distribution à plus grande fréquence, en garantissant la qualité de service, sans inflation de coût. En sourcing, Materne communique largement sur l origine France et est allé jusqu à contractualiser avec des arboriculteurs de proximité sur une période de 15 ans. 80 hectares de pommiers ont

3 été plantés dans un rayon de 30 kilomètres autour de l entreprise. Après avoir particulièrement travaillé sur la gamme de produits et le service, Florépi a remis en cause les conditions de travail. Les postes ont été redéfinis, chaque tâche a été étudiée avec un ergothérapeute ; la polyvalence a été adoptée afin d éviter la mono-tâche et les troubles musculo-squelettiques. Chez Génération 5, la situation n est pas banale. Sur un chiffre d affaires de 10 Millions d euros l entreprise a investi 3 Millions d euros. Le ratio très fort n a pas posé de problème avec les partenaires bancaires. La stratégie mise en place par l entreprise, correspondant à l évolution du marché et à la productivité générée, le message des banquiers a été «investissez maintenant, les taux sont au plus bas». L innovation et l élargissement de gammes, leviers de croissance L activité innovante se maintient malgré un contexte de crise. Celle-ci peut prendre plusieurs aspects : innovation de rupture, déclinaison de gamme, nouvelle recette, packaging (box, sachet de sucre..), mode de consommation (Nespresso), circuit commercial. Elle doit prendre en compte des critères comme le bio, la "praticité", la nutrition, le «fait-maison», l origine France (ou Régions). On peut cependant remarquer qu en 2013, les industriels ont limité les risques en innovant surtout sur les déclinaisons de marques. Intersnack en est un bon exemple avec la création de nouvelles saveurs de chips, le lancement de nouveaux produits étant trop coûteux. La tendance snacking reste une valeur sûre, avec par exemple la sortie de «La goutte d Evian», d une contenance de 20cl sans bouchon et sans étiquette. Danone souhaite utiliser de nouveaux canaux de distribution (vendeurs ambulants). Materne connaît une croissance à deux chiffres depuis le lancement de la gourde de compote mais ne reste pas sur ce succès. Elle prévoit l avenir avec le lancement d un produit lacté sous ce même format et a mis sur le marché, depuis peu, une gourde de compote «ma pause fruits» de plus grande capacité, adaptée aux goûts des adultes. Génération 5 teste des produits tartinables, ce qui répond à une demande «Apéro». Quant à Florépi, l entreprise a su innover sur son emballage unique qui sert également de plateau de service. Il faut retenir que les marques distributeur s essayent dans l innovation et ne sont plus de "simples copieurs". L export, levier incontournable Dans le domaine agroalimentaire, comme nous l avons vu plus haut, la balance commerciale de la France est en diminution depuis plusieurs années, avec parallèlement une augmentation non négligeable de l importation. De nombreux pays, tels que l Allemagne, devancent maintenant la France. Seules les boissons tirent l export français, avec plus de 10 Milliard d'euros de solde. Nos entreprises ont compris qu il fallait travailler ce sujet. Le gisement de croissance pour Florépi passe par de nouveaux marchés à l'export. C est aussi le cas de Génération 5, qui voit de nouveaux débouchés hors de la France. Le cas de Materne est un vrai indicateur avec l ouverture de 2 usines aux Etats-Unis pour la production de Pom Potes. Le produit continue sa croissance spectaculaire. L investissement est nécessaire à tout enjeu de demain, l outil de production doit évoluer pour une meilleure optimisation, spécialisation, automatisation et pour un meilleur environnement.

4 Les enjeux transversaux de la filière Un des enjeux majeurs réside dans les relations entre l industrie et le commerce, où il importe de tenir compte des fluctuations du cours des matières premières et de la guerre des prix que les intervenants de la grande distribution se livrent. De ce fait, les marges industrielles se trouvent prises en étau. Propos illustré par Charles-Etienne Le Renard, qui indique qu Intersnack a été déréférencé par une chaine de distribution, au contraire de Florépi qui a été aidé par la grande distribution pour passer le cap en terme de volume. Citons comme deuxième enjeu les contraintes règlementaires qui tendent vers plus de coercition : l affichage environnemental qui est désormais demandé, l indication de l origine des viandes dans les plats préparés, suite aux scandales qui ont éclaté dans la filière viande. La lutte contre le gaspillage alimentaire, le développement durable, la LME, sont autant d éléments qui prennent de plus en plus d importance, tout comme la RSE (responsabilité sociale des entreprises). La mise en place de la mutualisation par Intersnack s inscrit tout à fait dans la démarche de développement durable par la limitation des émissions de gaz à effet de serre (pooling Sphinx organisé par FM Logistic à Longueuil-Sainte-Marie). L instauration des circuits courts par Materne, le sourcing local par Vico, peuvent illustrer pleinement cet aspect. Pour rappel, Materne contractualise avec des producteurs de pommes, Vico s approvisionne pour 85 % de ses de pommes de terre en Picardie, Génération 5 pour 60 % du sourcing en Picardie et régions limitrophes. De même pour Florépi, le sourcing est également fait dans un rayon de 200 km. Jean-François Laurain souligne et partage ces constats : l accélération des échanges mondiaux, la fluctuation des matières premières constituent un environnement d une extrême instabilité. Il faut donc apprendre à jongler avec ces paramètres. La visibilité à moyen terme étant faible, les industriels de l'agroalimentaire se doivent d'être d'une ultra réactivité. Le même remarque est à faire pour les partenaires banquiers. Quelles sont les perspectives de développement? La compétition internationale en s appuyant notamment sur la marque France pour la conquête de nouveaux marchés, est sans conteste un levier fort. La valorisation des produits, par l amélioration de la qualité, contribue elle aussi au développement des entreprises. Faire appel au patriotisme économique du consommateur constitue également un levier de progrès. La force des filières est un atout spécifiquement français, notamment dans l Aisne avec la filière sucre, qui englobe la puissance agricole (première région de France), et le savoir-faire technologique des industriels comme Tereos. Propos illustré par Arnaud Bachelier, qui communique pour sa Pom Potes sur la provenance française des pommes ; et qui se développe à l international avec des unités de fabrication aux Etats- Unis en adaptant le nom et la marque. En conclusion L Aisne est une terre agricole, au premier rang national sur de nombreuses productions végétales : blé tendre, betterave, oignon, salsifis Fort de ce constat, et en comparaison avec les départements voisins qui présentent une densité plus importante en usines agroalimentaires, on se demande pourquoi cette industrie n est pas encore plus présente dans l Aisne. En effet, une grande partie de la production de matières premières abondantes quitte notre territoire pour être valorisée ailleurs. Pour être plus performants encore, nous devons réfléchir aux chaines en amont et en aval de cette production, construire une stratégie, trouver de nouveaux débouchés, s adapter aux marchés, multiplier les circuits courts et inciter les agriculteurs et organismes de mise sur le marché à s'impliquer plus fortement sur l'aval. Cliquez ici pour voir la présentation de l agriculture dans l Aisne, par Philippe Fouilliard, Directeur de la Chambre d Agriculture. Cliquez ici pour voir la présentation "l'agroalimentaire aujourd'hui, ses enjeux pour demain" par Benoît Jullien, journaliste et consultant en agroalimentaire Et quelques photos de la soirée.

5 Aisne Développement Pôle d'activités du Griffon - 10 rue Pierre-Gilles de Gennes - Barenton Bugny Laon - Tel aisnedeveloppement.com Si vous voulez vous désinscrire, suivre ce lien

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le 25 février 2015 - INFORMATION - PRESSE Résultats du premier semestre 2014-2015 Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le chiffre d affaires du

Plus en détail

Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités

Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités www.pwc.com Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités Un modèle fortement développé en Europe Nombre de coopératives du Top 50 par région 38

Plus en détail

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Atelier 3 Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Quelques traits importants de l évolution du système industriel alimentaire Objectif premier : conserver et préserver les nutriments

Plus en détail

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain «Filiale d Avril, groupe industriel et financier de plus de 8 000 collaborateurs, Sofiprotéol est devenue en 30 ans la société de financement et de développement

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Le 9 décembre 2010 P.R.I. «Nov alim» Lycée agricole Laval (53) Visite en présence de Jacques Auxiette, Président du Conseil régional des

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Le bioéthanol. Le bioéthanol

Le bioéthanol. Le bioéthanol Le bioéthanol Le bioéthanol À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! www.bioethanolcarburant.com Dossier de presse FÉVRIER 2015 Le bioéthanol en quelques mots De l énergie végétale

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Etude sur les marchés d intérêt national et les marchés de gros en France

Etude sur les marchés d intérêt national et les marchés de gros en France Etude sur les marchés d intérêt national et les marchés de gros en France Diagnostic stratégique et perspectives Conclusion générale FranceAgriMer, Blézat consulting 1 1- Grossistes et commerces de gros

Plus en détail

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES Elior Restauration Entreprises Responsable du suivi : Vincent Cossac Fonction : Responsable Développement Durable Adresse : 46/52 rue Albert 75013 Paris : 01

Plus en détail

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Centre d analyse régional des mutations de l économie et de l emploi Mission d assistance

Plus en détail

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable Communiqué de presse - Mars 2013 Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable 2 «Par son métier, en lien direct avec le monde agricole, par ses

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval

Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval L envolée brutale des cours des céréales à l été 2010 a mis en exergue l insuffisante prise en compte des coûts de revient

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Bilan à l An 1 du Rapport Gallois et du Pacte de compétitivité La plupart des

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise 1- Historique La société ifri est située dans la commune d Ighzer- Amokrane- Daïra - Ifri Ouzellaguen. La superficie globale de l entreprise ifri est de 32.530 m². La superficie couverte est de 21.000

Plus en détail

Effectif salarié moyen

Effectif salarié moyen Panorama des entreprises agroalimentaires - Région Nord Pas de Calais PREFET DE LA REGION NORD PAS DE CALAIS http://panorama-iaa.alimentation.gouv.fr/index.php3 TABLEAU I CHIFFRES CLES EAE 2007 Les données

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons

EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons Cas Florette Durée de préparation : 1 h 25 Durée de passage 30 min Coefficient 6 Session Juin 2013 sujet SITUATION

Plus en détail

Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil)

Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil) F ENERGIE CHAMPS ABORDES Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil) Le schéma ci-dessus représente les éléments à analyser pour l évaluation du bilan énergétique

Plus en détail

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS jlb Développement SAS JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION jlb Développement SAS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION PRÉSENTATION Groupe en pleine

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

La Livraison à Domicile de Produits Frais pour le compte des producteurs. Globaliser la vente directe : Un parcours semé d embuches

La Livraison à Domicile de Produits Frais pour le compte des producteurs. Globaliser la vente directe : Un parcours semé d embuches Natoora Le marché Le back-office Natoobox Natoomobile Le site Mardi 26 octobre 2010 Comité Consommateur de l Aprifel La Livraison à Domicile de Produits Frais pour le compte des producteurs. Globaliser

Plus en détail

Stabilisation de l activité. Perspectives de reprise. Enjeux énergétiques

Stabilisation de l activité. Perspectives de reprise. Enjeux énergétiques 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur de la Communication - UIC 01.46.53.11.65 / 06.71.06.72.49

Plus en détail

CHARTE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE SUPERETHANOL E85 EN FRANCE

CHARTE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE SUPERETHANOL E85 EN FRANCE CHARTE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE SUPERETHANOL E85 EN FRANCE ASSOCIANT : La Fédération nationale des syndicats d exploitants agricoles (FNSEA), Les Jeunes agriculteurs (JA), L Association générale

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

N 370. Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 370. Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 370 By Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Entreprises Salon Expo MDD Nouveaux horizons d exportation en Europe La présence

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

Structuration en restauration collective. Eating City

Structuration en restauration collective. Eating City Structuration en restauration collective Eating City William Mairesse (Organisation Professionnelle de l Agriculture Biologique en Alsace) 7 Novembre 2012 L OPABA Définition : Syndicat des producteurs

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 46 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche & Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d apporter

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Sommaire PRÉSENTATION DE STALAVEN p. 1. Sa production, ses marchés. Chiffre d affaires 2009. Les effectifs. Des investissements

Plus en détail

RAPPORT ISR TRIMESTRIEL

RAPPORT ISR TRIMESTRIEL RAPPORT ISR TRIMESTRIEL LBPAM Responsable Actions Europe Octobre 2015 Pour plus d informations, se reporter au prospectus complet du fonds. Pour toute question : gestionethique@labanquepostale-am.fr 31/10/2015

Plus en détail

ZOOM ETUDES L agroalimentaire. Auditorium de l Institut Français du Bénin 07 novembre 2015

ZOOM ETUDES L agroalimentaire. Auditorium de l Institut Français du Bénin 07 novembre 2015 ZOOM ETUDES L agroalimentaire Auditorium de l Institut Français du Bénin 07 novembre 2015 Agroalimentaire Un secteur dynamique et polyvalent Premier secteur industriel français en chiffre d affaires, le

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

L A N E W S L E T T E R

L A N E W S L E T T E R L U N D I, L E 2 7 M A I 2 0 1 3 La Supply Chain collaborative, quels risques et quelles opportunités? Editorial Après une année 2012 qui nous a permis d'innover dans des champs divers comme la logistique

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE 2011

DOSSIER de PRESSE 2011 DOSSIER de PRESSE 2011 Créateur de portes originales et personnalisables CHAUVAT FABRICANT DE PORTES Sommaire I. Dates et chiffres clés Origines Croissance et production Distribution et commercialisation

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

Les protéines : un enjeu majeur pour une alimentation humaine et animale plus durable

Les protéines : un enjeu majeur pour une alimentation humaine et animale plus durable Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Les protéines : un enjeu majeur pour une alimentation humaine et animale plus durable Jeudi 26 février 2015 Programme 14h30 Introduction Denis Chereau,

Plus en détail

Régie municipale agricole et agriculture urbaine 24 novembre 2014 Gilles PEROLE Maire Adjoint Mouans-Sartoux Mouans-Sartoux 2014 Population : Surface : Espaces naturels (N +A) : Gestion des services :

Plus en détail

AUX PORTES DES AMERIQUES ANGLOPHONE ET LATINE

AUX PORTES DES AMERIQUES ANGLOPHONE ET LATINE AUX PORTES DES AMERIQUES ANGLOPHONE ET LATINE CCIP - Juin 2007 INFRASTRUCTURE LE MARCHE Taux croissance 2006 : 5.4% Prévision de croissance annuelle en 2007 > 900 milliards de MXP soit environ 65 milliards

Plus en détail

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Un acteur économique résolument ouvert vers l extérieur Reconnu comme acteur majeur du commerce de produits frais au niveau international, le Marché

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC AGRISUD

PARTENARIAT AVEC AGRISUD PARTENARIAT AVEC AGRISUD Depuis 2008, un partenariat cadre Constatant que, dans certains cas, l organisation de l offre locale ne permettait pas de répondre à la demande de ses Villages en produits frais,

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

Plan Académique de Formation Créteil

Plan Académique de Formation Créteil Plan Académique de Formation Créteil Déroulement de la formation : Du lundi 25 Février 2013 de 9h30 à 16h30. Au Mercredi 27 Février 2013 de 9h30 à 16h30. VISITES D ENTREPRISES FACE À DE NOUVEAUX DÉFIS.

Plus en détail

Les rendez-vous CCIMP de la RSE Mardi 15 octobre 2013 Palais de la Bourse Marseille. Cécile DEVILLERS

Les rendez-vous CCIMP de la RSE Mardi 15 octobre 2013 Palais de la Bourse Marseille. Cécile DEVILLERS La RSE, facteur d innovation : Retour d expérience de la société Ricard *********** Les rendez-vous CCIMP de la RSE Mardi 15 octobre 2013 Palais de la Bourse Marseille Cécile DEVILLERS 1 La Responsabilité

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION...

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... 13 2.1 L EVOLUTION DE LA PRODUCTION... 13 2.2 LES PRODUCTEURS BIOLOGIQUES...

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

Dossier de presse. www.ille-et-vilaine.fr. Collèges : favoriser l approvisionnement local des services de restauration. Département d Ille-et-Vilaine

Dossier de presse. www.ille-et-vilaine.fr. Collèges : favoriser l approvisionnement local des services de restauration. Département d Ille-et-Vilaine Département d Ille-et-Vilaine Lucas Auffret Tél. : 02 99 02 35 95 lucas.auffret@cg35.fr Anne-Laure Hamonou Tél. : 02 99 02 34 73 anne-laure.hamonou@cg35.fr www.ille-et-vilaine.fr 1, avenue de la Préfecture

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective

Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective PRÉFET DE LA RÉGION Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective ORGANOM 4 avril 2012 Favoriser l approvisionnement de proximité et de qualité, y compris en marchés publics

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 Mission Chanvre pour le Cluster Beaujolais Numéro de la communication : IES-2010-28

Plus en détail

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème )

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) Programme : 18 h 30 : Accueil des diplômés 18 h 45 : Début des entretiens A l issue de vos entretiens, vous êtes conviés au cocktail

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/08.824 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale AGIR pour les filières AGIR pour

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

La mise en place du Lean Supply Chain chez Schneider Electric

La mise en place du Lean Supply Chain chez Schneider Electric La mise en place du Lean Supply Chain chez Schneider Electric Gérard JORGE Directeur de la division Ibérique & Internationale, Schneider Electric Revoir complètement la chaîne d approvisionnement, assurer

Plus en détail

Nos arguments en faveur du bioéthanol

Nos arguments en faveur du bioéthanol Nos arguments en faveur du bioéthanol France Betteraves Passion Céréales SNPAA Le 13 novembre 2007 P 1 / 10 Fiche ENERGIE EN BREF Une part raisonnable de 10 % dans le bouquet énergétique Le bilan énergétique

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Comité Interprofessionnel du Bois Energie

Comité Interprofessionnel du Bois Energie Impact d une écotaxe sur la rentabilité des projets bois-énergie La combustion des énergies fossiles conventionnelles génère des émissions de CO 2 dans l atmosphère. La lutte contre le réchauffement climatique

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015 Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 LE GROUPE BEL 150 ANS DE SUCCESS STORY Antoine Fiévet, Président-Directeur Général 150 ANS D AUDACE FAMILIALE ET D EXPERTISE 1865

Plus en détail

DOING BUSINESS WITH THE USA Une perspective Tunisienne

DOING BUSINESS WITH THE USA Une perspective Tunisienne DOING BUSINESS WITH THE USA Une perspective Tunisienne Expert - Coordonnateur du FAMEX Maison de l exportateur Tunis le 18 Mai 2010 AGENDA 1. Les Etats-Unis : Des faits, des chiffres et des tendances 2.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA BIO EN RESTAURATION COLLECTIVE ---

OBSERVATOIRE DE LA BIO EN RESTAURATION COLLECTIVE --- Avec la participation de OBSERVATOIRE DE LA BIO EN RESTAURATION COLLECTIVE --- ANALYSE DES VOLUMES DEDIES A LA RESTAURATION COLLECTIVE VENDUS VIA LES ORGANISATIONS ECONOMIQUES DE PRODUCTEURS BIOLOGIQUES

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE

Plus en détail

R&D, Marketing, Qualité : une méthode en 5 points pour dynamiser l innovation

R&D, Marketing, Qualité : une méthode en 5 points pour dynamiser l innovation R&D, Marketing, Qualité : une méthode en 5 points pour dynamiser l innovation 1 Un guide pour les industriels de l alimentaire : pour quoi faire? L innovation est un levier essentiel de croissance et de

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 125 Mai 2012 ECONOMIE ET EVALUATION DÉVELOPPEMENT DURABLE Expérimentation de l affichage environnemental sur les produits agro-alimentaires Premier retour

Plus en détail

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Résumé ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Contexte et objectifs Etant donné le dynamisme du commerce de produits agricoles, la compétitivité écologique du secteur

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

World Forum Lille 2011. Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011

World Forum Lille 2011. Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011 World Forum Lille 2011 Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011 KPMG AUDIT DÉPARTEMENT DÉVELOPPEMENT DURABLE & CHANGEMENT CLIMATIQUE Sommaire 1. Introduction Pressions

Plus en détail

Quel avenir pour les Industries Alimentaires et leurs métiers?

Quel avenir pour les Industries Alimentaires et leurs métiers? 04 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Horizon 2020 Quel avenir pour les Industries Alimentaires et leurs métiers? www.observia-metiers.fr Horizon 2020 Quel avenir pour les Industries Alimentaires et

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1

DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1 DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1 PRÉSENTATION DU TERRITOIRE Territoire: La Communauté d Agglomération de Montauban Trois Rivières

Plus en détail

Le système de régulation du marché laitier au Canada

Le système de régulation du marché laitier au Canada Le système de régulation du marché laitier au Canada Séminaire agricole La PAC { l horizon 2020, Bruxelles, 31 mars et 1 er avril Plan de la présentation 1. La production laitière chez nous 2. Pourquoi

Plus en détail

Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés

Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés entre la Fédération des Entreprises de Propreté & Services Associés, d'une part et le Ministère de l Ecologie, du Développement

Plus en détail

Financement des IAA et transmission des entreprises

Financement des IAA et transmission des entreprises Les industries agroalimentaires Financement des IAA et transmission des entreprises Quelques constats issus de la Mission conjointe CGAAER/IGF de mai 2012 Académie de l agriculture - 6 mai 2015 MINISTÈRE

Plus en détail

Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre»

Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre» Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre» Dominique Veuillet Service Consommation et Prévention Web-conférence «Achats et restaurations responsables dans

Plus en détail