COUR D'APPEL. CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD NUSS, JJ.C.A. PHILIPPON, J.C.A.(ad hoc) APPELANT - Intimé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR D'APPEL. CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD NUSS, JJ.C.A. PHILIPPON, J.C.A.(ad hoc) APPELANT - Intimé"

Transcription

1 COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: ( ) Le 27 mai 1998 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD NUSS, JJ.C.A. PHILIPPON, J.C.A.(ad hoc) LASZLO SZASZ, c. APPELANT - Intimé LAKESHORE SCHOOL BOARD (COMMISSION SCOLAIRE LAKESHORE), et INTIMÉE - Requérante LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC À TITRE DE REPRÉSENTANT DE SA MAJESTÉ AU QUÉBEC, plus particulièrement LE MINISTRE DE L'ÉDUCATION Mis en cause LA COUR, statuant sur le pourvoi de l'appelant contre un jugement de la Cour supérieure, district de Montréal (l'honorable Anne-Marie Trahan), rendu le 9 août 1996 qui a accueilli la requête pour jugement déclaratoire et reconnu la validité des projets d'actes d'établissement de deux écoles secondaires et a également accueilli en partie la requête

2 -2- reconventionnelle; Après étude, audition et délibér; Pour les motifs énoncés dans l'opinion du juge Joseph R. Nuss, déposée avec le présent arrêt, auquels souscrivent ses collègues les juges Marc Beauregard et Jacques Philippon; REJETTE l'appel avec dépens. MARC BEAUREGARD, J.C.A. JOSEPH R. NUSS, J.C.A. JACQUES PHILIPPON, J.C.A.(ad hoc) Pour l'appelant: (Alarie, Legault, & al.) Me Luc Alarie Pour l'intimée: (Adessky Poulin) Mtre Mark Peacock Date de l'audition: Le 8 octobre, 1997

3 COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: ( ) CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD NUSS, JJ.C.A. PHILIPPON, J.C.A.(ad hoc) LASZLO SZASZ, c. APPELANT - Intimé LAKESHORE SCHOOL BOARD (COMMISSION SCOLAIRE LAKESHORE), et INTIMÉE - Requérante LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC À TITRE DE REPRÉSENTANT DE SA MAJESTÉ AU QUÉBEC, plus particulièrement LE MINISTRE DE L'ÉDUCATION Mis en cause OPINION DU JUGE NUSS L'appelant se pourvoit contre un jugement de la Cour supérieure, district de Montréal (l'honorable Anne-Marie Trahan), rendu le 9 août 1996 qui a accueilli une requête pour jugement déclaratoire et reconnu la validité des projets d'actes d'établisse-ment de deux écoles secondaires. Faits et procédures

4 -2- Depuis le mois de juin 1989, la Commission scolaire Lakeshore (Commission scolaire) n'offrait pas une instruction de niveau secondaire en français sur son territoire. Pour cette raison, les étudiants ressortissants de son territoire et ayant droit à l'enseignement en français étaient transportés hors du territoire de la Commission scolaire et confiés à la Commission des écoles protestantes du Grand Montréal afin de poursuivre leurs études à l'école secondaire française Dorval. Dans le but de remédier à cette situation, la Commission scolaire a adopté deux résolutions (no & no ) visant l'établissement d'une école secondaire française dans son propre territoire. En raison des ressources limitées de la Commission scolaire, cette nouvelle école, appelée École secondaire Pointe-Claire (ESPC), a été établie dans un immeuble abritant déjà une école secondaire anglaise portant le nom «John Rennie High School» (JRHS). Mécontent des démarches entreprises par la Commission scolaire, l'appelant a contesté la validité des résolutions susdites par voie d'action en nullité. Par jugement rendu le 25 mars 1996, la Cour supérieure (l'honorable Louis S. Tannenbaum) a reconnu la validité de l'acte d'établissement de l'école secondaire Pointe-Claire tel

5 -3- que formulé dans la résolution no tout en imposant certaines conditions supplémentaires à la Commission scolaire: celle-ci devait nommer un directeur d'école pour l'espc et préciser «those parts and rooms» dans l'immeuble abritant les deux écoles secondaires qui seraient utilisés par l'espc, le tout dans les quatre mois du jugement. Le juge Tannenbaum a cependant déclaré la nullité de la résolution no , ainsi que la partie de la résolution no traitant de la création d'un partenariat administratif, au motif que ces décisions n'étaient pas conformes aux dispositions de la Loi sur l'instruction publique (LIP) 1. Il n'y a pas eu appel de la décision du juge Tannenbaum. Pour donner suite à la décision du juge Tannenbaum, la Commission scolaire a entrepris un processus de consultation auprès des représentants des deux écoles, lequel a abouti à l'élaboration des projets d'actes d'établissement pour l'espc et pour JRHS. Ceux-ci prévoient l'usage exclusif de la majorité des salles de cours par l'une ou l'autre des deux écoles, l'utilisation exclusive et alternative d'un autre groupe de locaux tels les ateliers, les laboratoires, les classes de technologie et les gymnases, et l'utilisation conjointe et commune de certains aménagements comme la 1 Loi sur l'instruction publique, L.R.Q., c. I-13.3.

6 -4- bibliothèque, la cafétéria, et la réception. En bref, l'installation de deux écoles dans un même immeuble et parfois dans les mêmes locaux. L'appelant s'est opposé aux projets d'actes d'établissement par lettre adressée à la Commission scolaire en date du 23 mai Dans cette lettre, l'appelant prétendait que les projets d'actes d'établissement ne respectaient pas les conditions énumérées dans la LIP, car ils ne réservaient pas, à l'espc, l'utilisation exclusive de tous les locaux mis à sa disposition. La Commission scolaire a alors décidé de saisir la Cour supérieure par voie de requête pour jugement déclaratoire afin de déterminer si les projets d'actes d'établissement qu'elle avait préparés étaient conformes à la LIP. Elle recherchait également une confirmation de son pouvoir de procéder à l'adoption éventuelle de ces projets. En réponse à cette procédure de la Commission scolaire, l'appelant a présenté une requête en irrecevabilité, laquelle était fondée sur les arguments suivants. Dans un premier temps, l'appelant prétendit que les obligations de la Commission scolaire aux termes de la LIP avaient été précisées par le juge Tannenbaum et que ce dernier avait déjà reconnu la

7 -5- validité de l'acte d'établissement de l'espc. Selon l'appelant, la Commission scolaire ne pouvait donc pas demander à la Cour, par le biais de sa requête pour jugement déclaratoire, de se prononcer sur les questions que le juge Tannenbaum avait déjà tranchées, car ceci aurait violé le principe de la chose jugée. En outre, l'appelant affirmait que la procédure déclaratoire ne pouvait pas être utilisée pour décider de la validité de simples «projets» d'actes d'établissement. Le 9 juillet 1996, la Cour supérieure (l'honorable Denis Durocher) a rejeté cette requête en irrecevabilité. Par la suite, l'appelant a produit une contestation de la requête pour jugement déclaratoire ainsi qu'une demande reconventionnelle. Par cette dernière procédure, l'appelant demandait qu'il fût interdit à la Commission scolaire d'adopter un nouvel acte d'établissement pour l'espc sans d'abord révoquer ou modifier l'acte d'établissement adopté le 29 janvier Par ailleurs, l'appelant demandait que fussent déclarés nuls, imprécis et illégaux les projets d'actes d'établissement de l'espc. Par lettre du 16 juillet 1996, signée par la présidente du Conseil d'orientation de l'espc et par la présidente du Comité des parents de la même école, la

8 -6- Commission scolaire a été informée que «le Conseil d'orientation de l'espc avait adopté à l'unanimité le projet d'acte d'établissement de l'école secondaire Pointe-Claire avec le changement d'attribution de la salle 018 2». Le 17 juillet 1996, la Commission scolaire a présenté une requête de bene esse dans le but d'obtenir une prorogation du délai de quatre mois qui lui avait été imparti par la décision du juge Tannenbaum. Le 9 août 1996, la juge Trahan a accueilli la requête pour jugement déclaratoire et a reconnu la validité des projets d'actes d'établissement au regard de la LIP. Elle a également fait droit à la requête de bene esse en accordant à la Commission scolaire un délai supplémentaire pour donner suite aux ordonnances du juge Tannenbaum. La requête reconventionnelle de l'appelant a été accueillie en partie pour les seules fins de déclarer nécessaire l'adoption par résolution des projets d'actes d'établissement. Jugement de première instance La première juge commence son analyse en rappelant 2 M.A., pièce R-11, p. 197.

9 -7- certains principes de portée générale. Ainsi, elle affirme l'importance du concept de la bonne foi et la pertinence de la règle consacrant le principe de la primauté de l'intérêt de l'enfant. De plus, elle souligne la nécessité de tenir compte du contexte socio-économique. Selon la juge Trahan, l'idée de loger deux écoles de langue différente dans un même immeuble résulte, au moins en partie, des restrictions budgétaires qui sont imposées aux Commissions scolaires. Elle termine cette partie préliminaire de son jugement en déclarant que la Commission scolaire, les parents et les élèves devront apprendre, si cela n'est déjà fait, à s'adapter aux changements qui ne manqueront pas de se produire. Quant au mérite de l'action déclaratoire, elle conclut que les arguments invoqués par l'appelant à l'encontre des projets élaborés par la Commission scolaire sont mal fondés. En outre, elle déclare que l'exercice de "minutage" auquel se livre la Commission scolaire dans les projets d'actes d'établissement ne constitue point une atteinte à l'autorité du directeur de l'espc. Les directeurs d'école ne sont pas des êtres complètement autonomes car ils font partie d'une hiérarchie.

10 -8- De l'avis de la juge Trahan, l'adoption de normes en vertu de l'article 51 de la LIP par la Commission scolaire pour préciser les moments et les durées d'usage de certains locaux est une façon de faire qui est conforme à la LIP. Cette disposition prévoit que le directeur de l'école détermine l'utilisation des locaux de l'école sous réserve des normes concernant l'utilisation des locaux établies par la Commission scolaire. En outre, le tribunal note que cette dernière ne peut répartir les locaux de façon plus précise. Aller plus loin serait établir une grille horaire, lequel pouvoir appartient au directeur d'école. En ce qui concerne l'argument soulevé par l'appelant selon lequel le tribunal ne peut se prononcer sur la validité de simples "projets", la juge Trahan se déclare liée par la décision rendue par le juge Durocher dans son jugement rejetant à la fois cette prétention et la requête en irrecevabilité présentée par l'appelant. Également, la juge rejette l'argument fondé sur l'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés (Charte canadienne) 3. Elle constate que l'appelant ne fait 3 Charte canadienne des droits et libertés, partie 1 des la Loi constitutionnelle de 1982 [annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada (1982, R.-U.,c.11)]

11 -9- pas partie de la minorité anglophone au Québec et conclut qu'il ne peut se prévaloir de l'article 23 de ce document constitutionnel. Enfin, la juge déclare que puisque la façon de procéder proposée par la Commission scolaire est conforme à la LIP et, puisqu'elle n'est pas manifestement déraisonnable, la Cour ne peut pas intervenir pour se substituer à la Commission scolaire. Quant à la demande reconventionnelle de l'appelant, la juge déclare que la Commission scolaire pouvait adopter un nouvel acte d'établissement pour l'espc étant donné qu'elle avait respecté son obligation légale de consultation auprès des personnes affectées par les projets soumis. La juge Trahan rejette ensuite la prétention de l'appelant selon laquelle les projets d'actes d'établissement sont nuls, imprécis et illégaux. Argumentation de l'appelant L'appelant soumet que les seules modifications que la Commission pouvait apporter à l'acte d'établissement de l'espc, dont la validité a été reconnue par le juge Tannenbaum, étaient celles ordonnées par ce dernier, à savoir,

12 -10- la nomination d'un directeur d'école et la désignation des locaux qui seraient mis à la disposition de cette nouvelle école secondaire. Toute modification supplémentaire devait nécessairement se faire en observant les conditions énumérées à l'article 39 de la LIP. L'appelant soutient qu'il n'était aucunement permis à la Commission d'adopter un nouveau projet d'acte d'établissement pour une école (ESPC) qui était déjà établie. Par ailleurs, l'appelant fait remarquer que l'article 38 de la LIP n'exige pas que l'acte d'établissement contienne les normes d'utilisation des locaux ou des immeubles mis à la disposition de l'école, non plus que le temps réservé à leurs utilisation. Tel qu'indiqué à l'article 51 de la LIP, le pouvoir des commissaires d'adopter de telles normes ne peut être exercé que subséquemment à l'adoption de l'acte d'établissement. En outre, l'appelant note l'existence des articles 98 et 211 de la LIP, lesquels prévoient la possibilité d'établir un centre d'éducation des adultes dans les mêmes locaux que ceux mis à la disposition d'une école. L'appelant soumet que, si le législateur avait voulu permettre le partage d'un immeuble entre des enfants de même âge, il aurait pris la peine de le mentionner spécifiquement dans la LIP comme il a

13 -11- fait pour les centres mentionnés ci-dessus. En bref, l'appelant soumet que le texte de l'article 38 de la LIP ne permet pas d'établir, dans les mêmes locaux, deux écoles ou encore de répartir les locaux entre deux écoles pour une utilisation conjointe ou commune. Selon lui, la finalité de la loi permet de conclure que chaque école a droit à des locaux distincts et doit être considérée comme un établissement d'enseignement distinct. Pour clore son argumentation sur ce moyen d'appel, l'appelant invoque deux derniers arguments, à savoir, l'applicabilité, en l'instance, du principe de la chose jugée et la question de la compétence de la première juge pour accueillir la requête de bene esse de la Commission scolaire. La Commission scolaire soumet que la juge pouvait exercer la compétence inhérente de la Cour supérieure pour accueillir la requête de bene esse et ainsi accorder un délai supplémentaire pour exécuter les directives imposées par la décision du juge Tannenbaum. Je suis d'avis que la Commission scolaire a raison et je ne reviendrai pas sur ce moyen. Par son deuxième moyen d'appel, l'appelant prétend que les projets d'actes d'établissement litigieux sont nuls en

14 -12- raison de leur imprécision. Selon l'appelant, les plans préconisés par la Commission scolaire ne permettent pas de savoir lequel des deux directeurs d'école sera responsable des locaux utilisés conjointement ou alternativement. Poursuivant, l'appelant interprète la décision de la Commission scolaire d'établir deux écoles dans le même immeuble comme une reconnaissance implicite du droit de chaque communauté linguistique à sa propre école. Étant donné cette reconnaissance et l'article 38 de la LIP, la Commission scolaire avait l'obligation d'indiquer avec précision, dans les projets d'actes d'établissement, les locaux mis à la disposition exclusive de chaque école. Puis, l'appelant conclut à l'illégalité des projets soumis en les caractérisant de documents manifestement incomplets. Il en est ainsi, explique l'appelant, car ces projets ne prévoient aucune norme quant à l'utilisation des locaux communs. Au surplus, cette omission porte atteinte à l'article 72 de la Charte de la langue française 4. En outre, l'appelant affirme que la Commission scolaire ne peut recourir au pouvoir qui lui est accordé par 4 Charte de la langue française, L.R.Q. c. C-11.

15 -13- l'article 51 LIP pour adopter des normes ayant pour effet de modifier l'acte d'établissement et de retirer à l'école l'utilisation exclusive de ses locaux. Selon lui, l'article 39 énonce qu'une telle modification ou révocation ne peut avoir lieu que pour des motifs sérieux et selon la procédure qui y est énoncée. Ensuite, l'appelant reconnaît que l'article 23 de la Charte canadienne protège les droits de la minorité linguistique d'une province. Il précise cependant que l'établissement de l'école pour la minorité linguistique à "John Rennie High School" doit remplir les conditions minimales formulées par la Cour suprême du Canada 5 quant au caractère distinct de ses locaux. Par ailleurs, l'appelant soumet qu'en matière de droit public, il possède l'intérêt requis pour soulever le droit de la minorité linguistique anglaise à l'obtention de services éducatifs dans un établissement d'enseignement distinct. D'autant plus que, dans le cas sous étude, le droit de JRHS d'être établie de manière distincte implique nécessairement le droit corollaire de l'espc de bénéficier d'un établissement distinct aussi. L'appelant soutient 5 Mahé c. Alberta, [1990] 1 R.C.S. 342; Re: Loi sur les écoles publiques (Man.), [1993] 1 R.C.S. 839.

16 -14- également que son intérêt découle de son droit de s'opposer à la requête pour jugement déclaratoire. Enfin, l'appelant prétend qu'il est en droit de réclamer une école française distincte d'une école anglaise. Pour arriver à cette conclusion, l'appelant se fonde sur, (1) les articles 6 et 72 de la Charte de la langue française qui prévoient que l'enseignement dans les écoles secondaires doit se donner en français; (2) le témoignage du professeur Marc- Philippe Vincent qui, pour des raisons pédagogiques, s'oppose au plan de la Commission scolaire; ainsi que, (3) sur le chapitre troisième de la LIP lequel garantit à l'école le statut distinct et nécessaire à la réalisation de sa mission qui est de dispenser l'enseignement en français dans un contexte français. Argumentation de la Commission scolaire La Commission scolaire prétend à l'inapplicabilité de la doctrine de la chose jugée quant à son droit de s'adresser à la Cour supérieure afin d'obtenir un jugement déclaratoire sur la validité des projets d'actes d'établissement. Elle fait le raisonnement suivant. Le concept de la chose jugée lui-même empêche l'appelant de plaider la chose jugée devant cette Cour. En effet, signale

17 -15- la Commission scolaire, pour appuyer sa requête en irrecevabilité de la requête pour jugement déclaratoire, l'appelant avait plaidé la doctrine de la chose jugée devant le juge Durocher lequel avait décidé de rejeter cet argument. Puisque l'appelant n'a pas porté ce jugement en appel, la Commission scolaire conclut qu'il ne peut plus se prévaloir de cet argument. La Commission scolaire propose ensuite que les articles 98 et 211 LIP, qui prévoient la possibilité d'établir un centre d'éducation pour adultes dans un immeuble abritant déjà une école, démontrent l'acceptation par le législateur du partage d'un immeuble entre deux écoles. Par ailleurs, la Commission scolaire soutient que les projets d'actes d'établissement respectent les exigences de l'article 38 de la LIP. En effet, ni la loi pertinente en l'espèce ni la jurisprudence qui a interprété cette loi n'indiquent que chaque école a droit à l'utilisation exclusive des lieux mis à sa disposition. Ensuite, la Commission scolaire propose que les projets litigieux ne peuvent être déclarés nuls pour cause d'imprécision car ils sont plus détaillés que d'autres actes d'établissement. En outre, les projets d'actes

18 -16- d'établissement ne peuvent pas être déclarés invalides parce qu'ils revêtent la clarté et la précision suffisantes pour être compris par les personnes qu'ils visent. Selon la Commission scolaire, le contexte législatif dans lequel s'insère la Loi sur l'instruction publique favorise une interprétation large et libérale de l'article 38 de cette loi. Ainsi, la Commission scolaire a le droit d'établir les écoles en cause en la manière prévue dans les projets d'actes d'établissement. L'interprétation restrictive proposée par l'appelant conduirait nécessairement à des résultats à la fois déraisonnables et inéquitables. Par la suite, la Commission scolaire affirme avoir le pouvoir d'établir des normes régissant le temps ainsi que la durée d'utilisation des locaux en cause et ce en vertu du troisième paragraphe de l'article 51 de la LIP. Dans le cas sous étude, la formulation de telles normes est d'autant plus importante puisque celles-ci sont nécessaires pour assurer une utilisation rationnelle et équitable des aménagements par les deux écoles. Par ailleurs, la Commission scolaire note que l'article 51 n'impose aucune restriction à son pouvoir d'élaborer des normes. Cependant, la loi prévoit que la

19 -17- discrétion du directeur d'école peut être limitée par des normes énoncées par la Commission scolaire. Conséquemment, l'autonomie du directeur d'école est circonscrite par les normes établies par la Commission scolaire. Afin de répondre aux arguments constitutionnels soulevés par l'appelant, la Commission scolaire plaide que la ségrégation n'est aucunement nécessaire pour permettre à certains étudiants d'exercer leur droit d'être instruits en français (article 72 Charte de la langue française ). La Commission scolaire prétend que la législation portant sur la garantie protège le droit à l'enseignement en français, et non pas le droit à l'enseignement en français dans un milieu physiquement séparé. Enfin, la Commission scolaire soutient que l'appelant ne peut se prévaloir de la garantie prévue à l'article 23 de la Charte canadienne étant donné qu'il n'a pas l'intérêt requis pour ce faire. Cependant, même si cette Cour jugeait que l'appelant possède un intérêt suffisant pour soulever cet argument constitutionnel, l'application des principes régissant l'interprétation de l'article 23 de la Charte canadienne démontrent que les projets soumis par la Commission scolaire ainsi que le modus operandi proposé respectent les exigences de cette disposition.

20 -18- Analyse et discussion L'appelant soumet que la Commission scolaire ne pouvait pas se servir de la procédure déclaratoire étant donné que les projets d'actes d'établissement n'étaient que des résolutions qui n'avaient pas franchi l'étape de l'adoption. Il est vrai que la jurisprudence 6 traitant de la requête pour jugement déclaratoire établit que cette procédure ne peut être utilisée pour demander que soit résolue une question purement hypothétique. Cependant, dans les circonstances particulières de cette cause, on ne peut affirmer que le litige qui oppose les parties reposait sur une question de pure hypothèse. Par sa procédure, la Commission scolaire cherchait à résoudre une difficulté réelle quant à l'interprétation de l'article 38 LIP. Cette disposition énonce que l'acte d'établissement doit indiquer "les locaux ou les immeubles mis à la disposition [d'une] école" mais ne précise pas si ces termes impliquent une utilisation exclusive par les élèves 6 North Island Laurentian Teacher's Union c. Commission Scolaire de Laurenval et autres, [1984] R.D.J. 651; voir aussi la jurisprudence citée par les auteurs Denis FERLAND et Benoît EMERY dans Précis de procédure civile du Québec, 3 e édition, Vol I, Cowansville, Les Éditions Yvon Blais, 1997, à la p. 565, note 88.

21 -19- d'une seule école. La simple lecture de cet article ne permet pas de savoir si l'utilisation conjointe ou alternative "[des] locaux ou [des] immeubles" par deux écoles distinctes, telle qu'envisagée par la Commission scolaire, est permise. En outre, l'opposition soutenue de l'appelant aux démarches de la Commission scolaire, la connaissance de l'intention de l'appelant de contester l'utilisation des locaux en commun et en alternance, l'élaboration de documents qui, en fin de compte, n'avaient plus qu'à être adoptés formellement, l'obligation de respecter le délai imparti à la Commission scolaire pour donner suite à la décision du juge Tannenbaum, ainsi que l'importance de statuer sur le litige avant le début de l'année scolaire sont des éléments qui justifiaient l'utilisation de la procédure déclaratoire. à savoir: Le litige porte essentiellement sur trois questions, 38 et 51 de la LIP; 1) L'interprétation qu'il faut donner aux articles 2) la validité de la législation déléguée de la Commission scolaire; et,

22 -20-3) la question portant sur l'applicabilité de l'article 23 de la Charte canadienne. Avant de traiter de ces trois questions cependant, je dois considérer l'applicabilité du principe de la chose jugée (res judicata) soulevé à tort par les deux parties en l'instance. La doctrine de la chose jugée Les conditions donnant ouverture à l'application de cette doctrine sont énumérées à l'article 2848 C.c.Q. qui se lit comme suit: L'autorité de la chose jugée est une présomption absolue; elle n'a lieu qu'à l'égard de ce qui a fait l'objet du jugement, lorsque la demande est fondée sur la même cause et mue entre les mêmes parties, agissant dans les mêmes qualités, et la chose demandée est la même. Cependant, le jugement qui dispose d'un recours collectif a l'autorité de la chose jugée à l'égard des parties et de membres du groupe qui ne s'en sont pas exclus. Ainsi, pour invoquer la notion de la chose jugée avec succès, il faut démontrer qu'il y a identité de cause, de parties et d'objet.

23 -21- En premier lieu, je suis d'avis que l'argument de la Commission scolaire qui invoque la doctrine de la chose jugée est sans fondement. L'appelant a présenté une requête en irrecevabilité de la requête pour jugement déclaratoire de la Commission scolaire. Parmi les motifs à l'appui de la requête de l'appelant se trouvait sa prétention fondée sur la théorie de la chose jugée. Le 9 juillet 1996, le juge Durocher a rejeté la requête en irrecevabilité de l'appelant et a jugé le moyen de procédure employé par la Commission scolaire approprié. En concluant ainsi, le juge Durocher a également rejeté l'argument de l'appelant faisant appel à la notion de la chose jugée. La même doctrine de la chose jugée empêche de remettre en question la validité d'un jugement rendu de façon définitive. Toutefois la décision du juge Durocher était un jugement interlocutoire qui rejetait une requête en irrecevabilité. La jurisprudence en cette matière enseigne qu'un tel jugement n'est susceptible d'appel que lors du

24 -22- pourvoi formulé à l'encontre de la décision sur le fond 7. Par ailleurs, cette Cour a déjà déclaré qu'un jugement interlocutoire qui rejette une requête en irrecevabilité ne lie pas le juge du fond 8. Avec égards donc, je considère que la première juge pouvait considérer l'argument de l'appelant basé sur la chose jugée puisque la décision du juge Durocher était un jugement interlocutoire qui pouvait être révisé par le jugement sur le fond. Par conséquent, je suis d'avis que l'appelant a le droit d'invoquer l'argument de la "chose jugée" devant cette Cour. Toutefois, il s'avère que cet argument est mal fondé. En effet, l'appelant se contente d'énoncer les trois critères prévus à l'article 2848 C.c.Q. et d'affirmer qu'ils trouvent application sans pour autant en faire la démonstration. La Commission scolaire soumet, à bon droit, que l'objet de l'action en nullité de l'appelant présentée devant le juge Tannenbaum et l'objet de la requête pour jugement 7 8 Martineau c. Caron, [1995] R.D.J. 275 (C.A.), Cousineau c. Petitpas, [1988] R.D.J. 580 (C.A.). Barakett c. Coury [1932], 52 B.R. 131, à la p ; Outremont (Ville) c. Québec (Régie de l'assurance maladie), (C.A. Montréal, no , le 15 décembre 1989, jj. Vallerand, Rothman, Proulx; (QL: [1989] A.Q. no. 2268).

25 -23- déclaratoire devant la juge Trahan ne sont pas les mêmes. Par cette dernière requête la Commission scolaire cherche à faire reconnaître la validité des projets d'actes d'établissement résultant de ses efforts pour respecter la décision du juge Tannenbaum qui imposait à la Commission scolaire le devoir de préciser quelles parties et pièces de l'immeuble abritant les deux écoles secondaires seraient utilisées par l'espc. Dans ces circonstances, je suis d'avis qu'il n'y pas identité d'objet dans les deux litiges et que ce moyen de l'appelant doit échouer. Les articles 38 et 51 de la Loi sur l'instruction publique Il faut déterminer si la Loi sur l'instruction publique permet l'utilisation conjointe ou partagée de certains locaux par deux écoles distinctes. Afin de répondre à cette question, référence doit être faite aux articles 38 et 51 LIP, lesquels se lisent comme suit: 38. L'école est établie par la commission scolaire sous l'autorité d'un directeur. L'acte d'établissement indique le nom, l'adresse, les locaux ou les immeubles mis à la disposition de l'école et l'ordre d'enseignement qu'elle dispense.

26 Le directeur d'école détermine, après consultation du conseil d'orientation, l'utilisation de l'école sous réserve: 1 o des normes sur l'utilisation des locaux que peut établir la commission scolaire; 2 o des ententes que peut conclure à cette fin la commission scolaire; 3 o des obligations imposées par la loi pour l'utilisation des locaux de l'école à des fins électorales. En interprétant l'article 38 de la LIP de façon restrictive, l'appelant conclut que cette disposition ne permet pas l'utilisation des mêmes locaux par deux écoles différentes. Avec égards, je suis d'avis que cette prétention est erronée. La tentative de l'appelant d'introduire une exigence d'exclusivité là où le législateur n'en a pas prévue va à l'encontre de la volonté de ce dernier. En effet, si le législateur avait voulu une telle exigence il l'aurait mentionné. L'article 41 de la Loi d'interprétation 9 énonce, à son deuxième alinéa, que toute disposition d'une loi doit recevoir une interprétation large et libérale afin d'assurer "l'accomplissement de son objet et l'exécution de ses 9 L.R.Q. c. I-16.

27 -25- prescriptions." J'estime que la LIP, et plus particulièrement son article 38, ne devraient pas faire exception à cette règle. En effet, une interprétation large et libérale de cette disposition permettrait d'atteindre un des buts importants de la LIP, à savoir la disponibilité de services éducatifs à la population habitant le territoire desservi par la Commission scolaire. Ensuite, la Commission scolaire soulève, à bon droit, qu'une interprétation restrictive de l'article 38 de la loi entraînerait un partage nécessairement inéquitable des aménagements de l'immeuble abritant les deux écoles secondaires. En effet, si la Commission scolaire était obligée de répartir tous les locaux de manière exclusive, il est certain que les élèves des deux écoles en sortiraient perdants car chaque groupe n'aurait pas accès à tous les aménagements de l'immeuble. Par exemple, l'attribution, de façon exclusive, des laboratoires de biologie à l'une des deux écoles empêcherait les étudiants de l'autre école de bénéficier de ces locaux spécialisés. Il en serait de même avec les autres laboratoires, les gymnases, et les salles de théâtre. Également, il importe de noter les coûts qu'engendrerait l'installation d'une deuxième cafétéria, d'une deuxième

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736 Page 1 Intitulé de la cause : Vakilian c. Directeur des poursuites criminelles et pénales SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant [2012]

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T COUR SUPÉRIEURE Canada PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE N : 705-05-006826-047 DATE : Le 13 septembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE L HONORABLE MARC BEAUDOIN, J.C.S. DE IMPRIMERIE RÉGIONALE ARL LTÉE et

Plus en détail

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit,

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, Université de Moncton dans le cadre de la «Rencontre annuelle

Plus en détail

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le Annexe A Règles de procédure de la Commission ontarienne d examen Principe général 1. Les présentes règles doivent recevoir une interprétation large afin d'assurer la résolution équitable de chaque affaire

Plus en détail

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation 2ème chambre civile 11 décembre 2008 n 07-19.606 Texte intégral : Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995

No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995 C A N A D A Province de Québec District de Montréal Cour Supérieure No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable ROGER E. BAKER, J.C.S. YVON DESCOTEAUX, avocat non membre du

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse Monsieur LABORIE André 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Tél : 05-61-25-10-97. Saint Orens le 9 octobre 2007 Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne.

Plus en détail

Qui peut fréquenter l école de langue française?

Qui peut fréquenter l école de langue française? Qui peut fréquenter l école de langue française? Objectifs Fournir des renseignements aux parents. Clarifier les droits d admission. Donner les informations concernant les écoles que vous avez le droit

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014 Recours 14/16 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1ère section) Décision du 18 août 2014 Dans l affaire enregistrée sous le n 14/16, ayant pour objet un recours introduit le 8 mai 2014, en accord

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000161-022 DATE : 17 e jour de février, 2003, SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. ROBERT CHARTIER, requérant,

Plus en détail

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI)

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) CANADA PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE MONTREAL SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) TRIBUNAL D ARBITRAGE N O REF. / SORECONI : 051006001 Montréal, le 11 août 2006 N O RÉF. / ARBITRE:

Plus en détail

Numéro du rôle : 1723. Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T

Numéro du rôle : 1723. Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T Numéro du rôle : 1723 Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 105 de la loi du 25 janvier 1999 portant des dispositions sociales, introduit par l'union

Plus en détail

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T Numéro du rôle : 367 Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 7 de la loi du 20 juillet 1991 portant des dispositions budgétaires, introduit par Bertrand

Plus en détail

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1300371 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS DB M. M ondésert juge des référés Le juge des référés, Audience du 20 mars

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE FIGUEIREDO SIMÕES c. PORTUGAL (Requête n o 51806/99) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

FORMULAIRE 1. (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) COUR SUPÉRIEURE PROVINCE DE. Chambre de la famille. N o :

FORMULAIRE 1. (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) COUR SUPÉRIEURE PROVINCE DE. Chambre de la famille. N o : FORMULAIRE 1 (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE N o : COUR SUPÉRIEURE Chambre de la famille (Divorces) PARTIE(S) DEMANDERESSE(S) -et-, s'il

Plus en détail

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54 Montréal, le 26 septembre 2013... Vice-président aux finances Location d outils Simplex 9740, boul. de l Acadie Montréal (Québec) H4N 1L8 Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL LOCALITÉ DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-002132-034 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 12 novembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE DE

Plus en détail

COMITÉS DE LA COMMISSION SCOLAIRE. Commission scolaire Chapitre V Section IV Articles 179 à 197

COMITÉS DE LA COMMISSION SCOLAIRE. Commission scolaire Chapitre V Section IV Articles 179 à 197 COMITÉS DE LA COMMISSION SCOLAIRE Commission scolaire Chapitre V Section IV Articles 179 à 197 {Comité exécutif.} Article 179. Le conseil des commissaires institue un comité exécutif formé de cinq à sept

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler Citation : G. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 291 Appel No. AD-15-24 ENTRE : G. J. Demandeur et Commission de l assurance-emploi du Canada Défenderesse DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise.

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (CRDSC) N o

Plus en détail

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 Cette décision sera mentionnée dans les t~hl~::: dl ~0cuei! LEBON REPUBLIQUE FRANÇAISE SR SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES TRANSPORTS PUBLICS DE CANNES LE CANNET

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M.

Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M. Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M. OPINION JURIDIQUE Nous avons été mandatés par M. Jacques Bergeron, vérificateur général de la Ville de Montréal, pour rédiger une opinion juridique

Plus en détail

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T Numéro du rôle : 1058 Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 4, alinéa 1er, de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, posée

Plus en détail

«Règles de pratique de la Cour supérieure de la province de Québec en matière de divorce et formule de divorce»

«Règles de pratique de la Cour supérieure de la province de Québec en matière de divorce et formule de divorce» «Règles de pratique de la Cour supérieure de la province de Québec en matière de divorce et formule de divorce» [s.a.] Les Cahiers de droit, vol. 10, n 1, 1969, p. 27-36. Pour citer ce document, utiliser

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Cour d'appel. Le 03 juillet 1992. (500 05 004734 917) CORAM : Juges Beauregard, Baudouin et Brossard

Cour d'appel. Le 03 juillet 1992. (500 05 004734 917) CORAM : Juges Beauregard, Baudouin et Brossard C A N A D A Province de Québec Greffe de Montréal Cour d'appel No: 500 09 000946 913 Le 03 juillet 1992 (500 05 004734 917) CORAM : Juges Beauregard, Baudouin et Brossard JEAN MARC BÉLIVEAU, requérant

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. N 67 / 15. du 2.7.2015. Numéro 3509 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 779-904-366 et al DATE: Leu FÉVRIER2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE RICHARD STARCK,j.c.m. LA VILLE DE MONTRÉAL

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

COUR D APPEL SOUS LA PRÉSIDENCE DE L'HONORABLE PIERRE J. DALPHOND, J.C.A.

COUR D APPEL SOUS LA PRÉSIDENCE DE L'HONORABLE PIERRE J. DALPHOND, J.C.A. Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) c. Québec (Gouvernement du) COUR D APPEL 2013 QCCA 575 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL N : 500-09-023315-138 (500-17-070724-128)

Plus en détail

Règlement relatif à la procédure d opposition au sein de l Université de Genève

Règlement relatif à la procédure d opposition au sein de l Université de Genève Règlement relatif à la procédure d opposition au sein de l Université de Genève (RIO-UNIGE) du 6 mars 009 Au sens du présent règlement et conformément au principe constitutionnel de l égalité des sexes,

Plus en détail

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (... Cour d'appel de Paris 15ème chambre, section A Parties en cause : 1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...), Nice,

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V. c., 2007 CSC 20 ENTRE : ET ENTRE : ET ENTRE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V., Vision Corporativa y Fiscal,

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) Groupe d arbitrage et de médiation sur mesure (GAMM) Dossier n o : GAMM

Plus en détail

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son PV 99 03 48 RENÉ COMEAU Plaignant c. BELL MOBILITÉ Intimée LA PLAINTE Le plaignant allègue que la Boutique du téléphone, agente autorisée de l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012

SANCTION DES ÉTUDES. Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012 SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles : Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012 Le

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

Au nom du peuple français République Française

Au nom du peuple français République Française CA DouaiCH. 02 SECT. 0115 mai 2013N 12/02413 République française Au nom du peuple français République Française Au nom du Peuple Français COUR D'APPEL DE DOUAI CHAMBRE 2 SECTION 1 ARRÊT DU 15/05/2013

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 DECEMBRE 2006 C.05.0513.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.05.0513.F S. M., demandeur en cassation, représenté par Maître Cécile Draps, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

de l'organisation des Nations Unies

de l'organisation des Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 477 Affaire No 507 : ISHIKAWA Contre : Le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit: M. Roger

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ...

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ... CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 326332 REPUBLIQUE FRANÇAISE REGION CENTRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Emilie Bokdam-Tognetti Rapporteur Le Conseil d'etat statuant au contentieux (Section du

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2 B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i f f é d é r a l T r i b u n a l e a m m i n i s t r a t i v o f e d e r a l e T r i b u n a l a d m i n i s t r a

Plus en détail

«courtier» : un broker ou un dealer au sens de la Loi de 1934 dont l'établissement principal est situé aux États-Unis d'amérique;

«courtier» : un broker ou un dealer au sens de la Loi de 1934 dont l'établissement principal est situé aux États-Unis d'amérique; NORME CANADIENNE 35-101 DISPENSE CONDITIONNELLE D INSCRIPTION ACCORDÉE AUX COURTIERS ET AUX REPRÉSENTANTS DES ÉTATS-UNIS PARTIE 1 DÉFINITIONS 1.1 Définitions - Dans la présente norme, on entend par : «courtier»

Plus en détail

Téléphone 021 310 80 40 Téléfax 021 310 80 49 Compte postal 60-700-6 www.suva.ch

Téléphone 021 310 80 40 Téléfax 021 310 80 49 Compte postal 60-700-6 www.suva.ch Division sécurité au travail Secteur industrie, arts et métiers Avenue de la Gare 23 Case postale 287 1001 Lausanne Téléphone 021 310 80 40 Téléfax 021 310 80 49 Compte postal 60-700-6 www.suva.ch suva

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Recours contre une décision rendue le 03 Juillet 2006 par Monsieur l de l'institut National de la Propriété Industrielle (INPI)

Recours contre une décision rendue le 03 Juillet 2006 par Monsieur l de l'institut National de la Propriété Industrielle (INPI) COUR D'APPEL DE PARIS 4ème Chambre - Section A (n', 7 pages) ARRET DU 14 MARS 2007 Numéro d'inscription au répertoire général : 06/13425 Recours contre une décision rendue le 03 Juillet 2006 par Monsieur

Plus en détail

Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse

Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse Page 1 Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse [2006] J.Q. no 17279 2006 QCCS 5083 No : 500-17-028963-059

Plus en détail

M. Dufour Juge des référés

M. Dufour Juge des référés 09/12/2010 16:38:37 TRIBUNAL ADMIN page:2/7 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N 1004965 M.etMmeLouisCIPRI M. Dufour Juge des référés Audience du 1er décembre 2010 Ordonnance du 8 décembre 2010 RÉPUBLIQUE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce IP/C/W/464 14 novembre 2005 (05-5319) Original: anglais/ français L'ACCORD SUR LES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée» Caouette (Société R. Caouette & Fils enr.) c. Promutuel Bagot, société mutuelle d'assurances générales 2006 QCCS 143 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE ST-HYACINTHE COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

' '(!)('( ' #$%&'# ! '! " #$%&

' '(!)('( ' #$%&'# ! '!  #$%& ATTAQUER LE LISTING DU SOUTIEN AU TERRORISME DE NOUVELLES OPTIONS JURIDIQUES? UN RESUME DES JUGEMENTS RECENTS DE LA COUR DE JUSTICE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES Dès les arrêts Yusuf 1 et Kadi 2, d une part,

Plus en détail

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience.

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience. Comment se préparer à une audience Introduction Vous avez produit une demande à la Régie du logement, ou reçu copie d'une demande. Que vous soyez demandeur ou défendeur, il est important de bien se préparer

Plus en détail

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 02-06-26-12 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, (L.R.Q., c.1-13.3); Régime pédagogique (L.R.Q. c.1-13.3,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Recours de plein contentieux

Recours de plein contentieux octobre 2006 domicilié à,, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers composant le Tribunal administratif de à Recours de plein contentieux Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS A L'EGARD DE LA SURVEILLANCE PAR CAMERAS SUR LE LIEU DE TRAVAIL -----------------------

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0126.F COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE, agissant à la diligence et l'intervention du ministre, membre du collège de la Commission communautaire française,

Plus en détail

Commission d'accès à l'information du Québec. Dossier : 03 10 17 Date : 20040719. Commissaire : M e Christiane Constant. Demandeur

Commission d'accès à l'information du Québec. Dossier : 03 10 17 Date : 20040719. Commissaire : M e Christiane Constant. Demandeur Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 03 10 17 Date : 20040719 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. École nationale de police du Québec Organisme public DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause REJB 2000-18782 Texte intégral Cour du Québec (Chambre civile) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT de Montréal 500-02-077338-999 DATE : 29 mai 2000 EN PRÉSENCE DE : Armando Aznar, J.C.Q. Claude Sicard Demandeur-intimé

Plus en détail

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T Numéro du rôle : 618 Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 335, 3, alinéa 3, du Code civil posée par le tribunal de première instance de Nivelles.

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade 11 LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC Bernard Poujade La loi organique du 10 décembre 2009 (entrée en vigueur le 1er mars 2010) détermine

Plus en détail

Cégep de l'outaouais c. Beauséjour 2012 QCCA 834 COUR D'APPEL PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE L HONORABLE MARIE ST-PIERRE, J.C.A.

Cégep de l'outaouais c. Beauséjour 2012 QCCA 834 COUR D'APPEL PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE L HONORABLE MARIE ST-PIERRE, J.C.A. Cégep de l'outaouais c. Beauséjour 2012 QCCA 834 COUR D'APPEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL N o : 500-09-022641-120 (550-17-006522-120) PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE DATE: Le 8 mai 2012 L HONORABLE

Plus en détail

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI)

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI) !!! Statut du Tribunal Etudiant de Règlement des différends internationaux (TERDI) TERDI Bruxelles, le 2 février 2015 Les membres du Centre de droit international de l Université Libre de Bruxelles, Constatant

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 110772 Date : Le 5 décembre 2013 Membre: M e Diane Poitras Plaignants et (PROPRIÉTAIRE) Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu de la Loi sur la

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 DECEMBRE 2007 F.05.0098.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.05.0098.F ETAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, poursuites

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 3 septembre 2015 Rejet Mme FLISE, président

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 3 septembre 2015 Rejet Mme FLISE, président CIV. 2 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 3 septembre 2015 Rejet Mme FLISE, président Pourvoi n o S 14-18.287 Arrêt n o F-P+B sur le premier moyen R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU

Plus en détail