Education physique et éducation à la santé sous la IVème République

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Education physique et éducation à la santé sous la IVème République"

Transcription

1 Education physique et éducation à la santé sous la IVème République Thierry Terret, CRIS Lyon La IVème République constitue un temps fort des préoccupations sanitaires en France, à laquelle l institution scolaire ne peut guère échapper. Parmi les stratégies éducatives qui se mettent en place, la question des structures scolaires et des programmes n est pas la moins importante. L éducation physique est alors convoquée à l œuvre nationale de rééducation de la jeunesse. Pourtant, l unité du projet ne signifie nullement une identité de moyens. Au contraire, le dispositif est pluriel... et pas nécessairement consensuel, comme cela est souvent affirmé hâtivement. L objet de cette communication est précisément de repérer quelques unes des démarches et conceptions développées pendant cette période pour faire de l éducation physique une éducation à la santé 1. 1 Priorités nationales et champ de l éducation physique Le 18 août 1945, le Gouvernement provisoire crée une Direction Générale de l Education Physique et des Sports 2. Dans le contexte particulier de l après-guerre, la politique de cette nouvelle Direction Générale semble directement influencée par plusieurs facteurs notamment scolaires, sportifs, économiques et sanitaires. Evoquons rapidement les premiers sans insister. L explosion scolaire due à la poussée démographique du Baby boom s accompagne d une crainte relative à la délinquance juvénile et d une recherche de modèles éducatifs qui doivent discipliner sans pour autant rappeler les mesures des années noires. Le sport, une fois intégré à l école, pourrait éventuellement jouer ce rôle, mais son statut est encore ambigu. L Etat est en fait partagé entre le maintien d une croyance en sa valeur éducative à la condition de le traiter en conséquence, et la reconnaissance du prestige qu il donne au pays. Mais l opportunité d une EP sportive doit aussi tenir compte d un contexte économique plus favorable à des méthodes moins coûteuses. L indice de la production industrielle est tombé à 38 en 1944 sur une base de 100 en Les séquelles de la guerre n expliquent pas tout : les causes sont autant structurelles que conjoncturelles. Elles amènent une inflation galopante et une situation de crise chronique. D où le retard dramatique en matière d équipements sportifs ou encore les choix douloureux de 1947 et 1948 de suppression de postes d enseignants d EPS. Enfin, au moment où il s agit de définir les objectifs et les formes de l éducation physique d après-guerre, il est tout simplement impensable de ne pas en renforcer la dimension hygiénique, parce que les constats dressés imposent des mesures d urgence et parce les souffrances endurées 1

2 sont encore trop proches. Si en France, les pertes humaines de la Seconde guerre mondiale sont plus faibles que celles de la Grande Guerre, il n en reste pas moins que la population civile a été proportionnellement plus touchée que lors du précédent conflit. En 1945, la priorité sera donc de protéger les plus faibles, en particulier les enfants, dont un tiers présentent alors des troubles de la croissance. L éducation physique devient alors naturellement l un des instruments privilégiés d une politique sanitaire qui, de la Sécurité sociale aux campagnes de vaccination, en passant par l amélioration des cantines scolaires, la mise en place des examens prénuptiaux, les consultations des enfants, l allègement des charges par le système fiscal du quotient familial, l allocation à la mère au foyer, le développement des aides sociales, etc., place les Français sous le feu croisé des mesures prophylactiques. Dans ce contexte, le champ de l EPS se structure en réalité sur des bases conflictuelles. Aucun véritable consensus n existe même entre les tendances qui partagent pourtant, apparemment, une même conception médicalisante de la discipline et qui s illustrent institutionnellement à travers la Société Française de Rééducation physique et la Ligue Française d Education Physique. 2 Une éducation physique rééducative A la fin des années vingt, P. Pétat, professeur d éducation physique au lycée de Montluçon, a l occasion de collaborer avec les services des hôpitaux de la ville où s imposent rapidement ses conceptions sur la rééducation des accidentés et des convalescents par la gymnastique fonctionnelle et respiratoire. Le succès provient en fait d une absence : entre la maladie et la normalité s inscrit un espace intermédiaire où ni l action du médecin, ni celle de l éducateur, ne peuvent alors complètement s exprimer, le premier par manque de temps, le second par manque de compétences. Dans cet espace se glissent ainsi progressivement quelques professeurs d éducation physique que Pétat décide de regrouper en 1932 en créant la Société des Professeurs Spécialistes de Culture Physique de France. En novembre 1938, elle prend le nom de Société Française de Rééducation Physique. Son organe, Rééducation physique, devenue Annales de cinésithérapie et de rééducation physique à la Libération, prend enfin pour titre Annales de cinésiologie appliquée en Au départ, l action de la Société de Rééducation Physique ne se porte pas particulièrement sur l enfant scolarisé, mais plutôt sur l adulte ou sur l enfant non scolarisé. Sa création est en fait une manière de pousser les pouvoirs publics à reconnaître une spécificité et une compétence alors remise en question par les activités d experts auto-proclamés que le vide juridique laisse à l abri de toute exhortation. Comme l accusation de Pétat en témoigne : «( ) du fait, jusqu alors, de l inexistence de centres de formation reconnus et contrôlés, le nombre de professeurs ayant étudié 2

3 ces questions particulières est assez restreint. Ce déséquilibre a fait naître ( ) toute une catégorie de pseudo-professeurs chez qui le sens commercial est plus développé que les connaissances techniques et scientifiques (et) qui exhibent des diplômes illusoires délivrés par des organisateurs privés n offrant aucune garantie scientifique 3». Les ambitions de Pétat reposent sur une structure relativement marginale qui ne compte guère qu un peu plus d une centaine de membres avant Pour autant, les professeurs d éducation physique y sont sous l autorité du corps médical et son influence réelle se mesure dès lors surtout à l extraordinaire composition de son comité d honneur et dans les signataires de ses articles. Tout ce que le pays compte de personnalités médicales s étant intéressées à l éducation physique se retrouve derrière Pétat, président pendant plus de 30 ans. Parmi les plus connus, outre de célèbres chirurgiens, on note par exemple la présence de la plupart des médecins à la tête des Instituts régionaux d Education Physique 4. Quelques membres de la Direction Générale de la Jeunesse et des Sports, comme les docteurs Balland, Conseiller technique, et Encausse, chef des services médicaux, y côtoient des représentants de fédérations importantes comme le Dr Fournié, président de la Ligue Française d Education Physique, le Dr Bellin du Coteau puis, après sa mort, le Dr Richard, président de la Société Médicale Française d Education Physique et des Sports ou le Dr Thooris, conseiller scientifique de la Fédération Française d Athlétisme. L appel de Pétat sera finalement entendu en partie par les pouvoirs publics tout en restant éloigné de ses revendications statutaires. En, effet, le 30 avril 1946 est officiellement créé le corps des masseurs-kinésithérapeutes 5, le texte devenant immédiatement source de conflits avec des professeurs d éducation physique spécialistes de gymnastique médicale se voyant écartés d un dispositif qu ils avaient largement contribué à mettre en place. L école se positionne en ce cas comme un terrain de revendication : inadaptés et retardés scolaires ne vont guère tarder à être la cible d un complexe réseau de prise en charge, notamment en 1947 avec la mise en place des centres de rééducation physique. En attendant, certaines expériences comme le dispensaire d éducation physique et d hygiène scolaire de l IREP de Paris-Lacrételle contribuent à renforcer la légitimité de ces propositions 6. Le projet d un dispensaire d éducation physique existait depuis le début des années vingt, avant même la création de l Institut Régional d Education Physique de Paris. Il reposait sur une idée simple : proposer aux enfants déficients un centre dans lequel les médecins pourraient évaluer pour chaque cas et très précisément les besoins en matière d éducation physique. Ce projet voit finalement le jour en 1936, associé à l IREP et dirigé comme lui par le professeur Chailley-Bert. Il est bientôt subventionné par le sous-secrétaire d Etat à l Education Physique, le Dr Dézarnaulds, dont on connaît le soutien accordé au même moment aux expériences d aménagement du temps scolaire qui 3

4 aboutiront à la mise en place d une demi-journée de plein air hebdomadaire en Le dispensaire d éducation physique et d hygiène scolaire bénéficie avant-guerre de la présence de huit médecins, d une assistance sociale et de trois infirmières. Il traite 150 enfants par an sur la base de séances de gymnastique médicale, orthopédique et correctrice qui se déroulent en dehors du temps scolaire. De tels moyens font de cette structure une exception en France. Son fonctionnement semble se poursuivre après la Libération en bénéficiant de la mise en place des Centres de Rééducation Physique. Reste que la position institutionnelle des professeurs d EP et l existence d un secteur libéral de plus en plus concurrentiel contribuent à renforcer les tentatives d extension de la gymnastique médicale à l enfant scolaire normal. Or, ce territoire est déjà très largement sous le contrôle des adeptes de la gymnastique néo-suédoise dont les membres de la Ligue Française d Education Physique sont les plus ardents défenseurs. 3 Une éducation physique hygiénique En 1945, la Ligue Girondine d Education Physique regroupe un peu moins de 1000 membres autour du docteur Raoul Fournié, qui en assure la présidence depuis la mort de Tissié en Son vice-président est le docteur Balland, connu pour ses options conservatrices en matière de gymnastique corrective 7. On y trouve aussi bien des représentants du corps médical et de la rééducation que des enseignants. Fait déterminant, la Ligue est particulièrement bien implantée chez les inspecteurs généraux de l éducation physique 8 pour qui la poursuite de la santé constitue un des ancrages forts de la tradition scolaire depuis plus d un demi-siècle. Elle constitue la section française de l International Ling 9 et son dynamisme s impose alors tant en France qu au-delà des frontières, Pierre Seurin assurant aussi la présidence de la Fédération Internationale d Education Physique 10. Dans l après-guerre, les conceptions de la Ligue restent relativement figées autour d un modèle d éducation physique qui valorise le redressement de la posture et des attitudes, à partir de fondements scientifiques anatomiques et fonctionnels 11. Raoul Fournié ne cache d ailleurs pas le rôle grandissant qu il accorde aux médecins qui «doit se situer non plus aux confins de la maladie, mais aux limités de la santé» 12. Vinot, membre de la LFEP qui enseigne la gymnastique corrective à l ENSEP, s engage plus radicalement sur la voie scolaire quand il répond aux critiques qui lui sont faites au regard du manque d attractivité de la gymnastique suédoise : «L EP rationnelle est scientifiquement la plus valide et, à la critique d ennui qu elle procure aux enfants, il suffit de tenir compte des divers tempéraments de chacun pour s adapter, conformément aux orientations de 4

5 l éducation nouvelle» 13. Et, anticipant sur le rôle qu elle pourrait être admise à jouer officiellement, il retourne l argument de ses adversaires à son avantage : «Au moment où l on parle d établir des programmes, on a l immense avantage en EPS de ne pas avoir de culture traditionnelle à transmettre ( ) qui fasse considérer comme indispensable l enseignement de tel ou tel jeu national, de tel ou tel geste sportif quoique si l on n y prend garde telle ou telle activité (des tentatives ont déjà eu lieu) pourrait chercher à s imposer» 14. Les travaux de la Ligue visent ainsi aussi bien le secteur scolaire que celui de la gymnastique volontaire telle qu elle se développe alors en Suède. Pour le premier, un texte synthétique en précise en 1949 les fondements. Les chevilles ouvrières en sont Pierre Seurin, R. Marchand et L. Haure-Place, deux inspecteurs généraux Jeunesse et sports, et M. Sère, directeur du Centre de rééducation physique de Bordeaux. Dans Vers une éducation physique méthodique 15, les auteurs présentent finalement une éducation physique dans laquelle sont valorisées une gymnastique construite, à dominante analytique, et une gymnastique fonctionnelle, constituée d exercices naturels, de jeux et d activités sportives. A vrai dire, la Société Française de Rééducation Physique de Pétat et la Ligue Française d Education Physique de Fournié sont en partie sur le même territoire. Elles s intéressent par exemple toutes deux à la question de la rééducation physique, notamment à celle que développent les centres de rééducation. Fournié dirige du reste le centre de rééducation physique de Bordeaux et publie de nombreux articles sur la rééducation 16. Dans l après-guerre, les deux structures en proposent globalement une même conception fondée sur la gymnastique fonctionnelle. Pétat est d ailleurs aussi membre de la Ligue. Après 1953 (mort de Fournié) et plus encore après 1960, elles se diviseront davantage, Pétat s ouvrant largement à la psychomotricité, Seurin, à la tête de la LFGE, restant proche de la logique anatomo-physiologique attachée aux modèles médicaux traditionnels. 4 Des dispositifs différents Au début des années cinquante, les conceptions d une éducation physique médicale sont donc diverses ; les dispositifs qu elles génèrent ne le sont pas moins. On peut repérer au moins trois entrées différentes pour mettre l éducation physique au service de l éducation sanitaire : en jouant sur les programmes, sur les horaires et sur les structures. Le premier registre est le plus connu. Les programmes valorisent en effet clairement les propositions faites par les deux institutions précédemment identifiées, quel que soit l âge et le sexe des élèves. Pour l enseignement primaire des filles et des garçons, les instructions du premier 5

6 octobre 1946 sont ainsi complétées par un mémento trois ans plus tard en préciser les conséquences pédagogiques 17. En une cinquantaine de pages, le nouveau document rappelle les principales caractéristiques et les principes d application des différentes activités supports de l éducation physique - gymnastique naturelle, jeux, gymnastique de maintien, éducation sportive, activités de plein air et activités complémentaires (natation, ski, danse et, pour les filles, gymnastique rythmique) - qu il décline en exemples d exercices et de leçons-types. Si aucune méthode n est imposée, la lecture des exemples et des choix prioritaires de l instituteur conforte la place que la gymnastique naturelle, la gymnastique de maintien et, beaucoup plus modérément, l initiation sportive prennent dans l éducation physique. Alors que l obligation scolaire est encore limitée à 14 ans, les choix généraux observés pour le premier degré sont aussi ceux du second. Pour les enfants normaux de 12 à 16 ans classés dans les groupes I et II est envisagé exactement le même programme qu à l école primaire. Au-delà de la liberté pédagogique affichée dans l introduction du texte, quatre types d exercices sont prévus dans un ordre d importance croissante : exercices préparatoires, maintien, jeux, exercices naturels et utilitaires. L éducation sportive, cinquième type d exercices, n est en fait proposée théoriquement qu après 15 ans. En revanche, l initiation sportive peut être abordée pendant les séances de plein air pour tous les élèves de plus de 12 ans, garçons comme filles. Que les programmes ne soient pas suivi et l on sait qu ils ne le sont guère - est une autre histoire. Les mesures officielles ne décrivent pas ce qui est, mais bien l ambition que les autorités ont pour l EPS. Or cette ambition est étonnamment stable. Ni le comité de coordination d EP mis en place le 13 février 1947 à l initiative de la LFEP, ni la commission «chargée de l étude et de la mise au point des textes destinés à organiser les activités physiques de la jeunesse française» (Arrêté du 6 février 1950), ni même le nouveau «programme provisoire pour les établissements du second degré et les établissements de l enseignement technique» 18 qui voit le jour en 1952, ne remettront en question le choix d une EPS fondamentalement hygiénique fait à la Libération. La question des rythmes scolaires est un second levier utilisé pour favoriser une éducation physique pour la santé. Levier d autant plus difficile que la situation économique est difficile et que l on sort d une période où, à travers l Education générale et sportive, l EPS avait bénéficié d une forte augmentation de ses horaires. Quelques années plus tard, l ambition pointe à nouveau à travers les expériences médiatisées du mi-temps pédagogique. Le docteur Fourestier, nommé médecin à l école Gambetta de Vanves, prend acte de l état de délabrement physique des écoliers et reprend l idée, déjà expérimentée sous le Front populaire, d une modification des rythmes scolaires. Avec l appui des autorités locales 19 et le soutien direct de la Direction Générale de la Jeunesse et des Sports, l expérience dite du mi-temps pédagogique est lancée en octobre Une classe 6

7 expérimentale de fin d étude primaire (enfants de 13 ans) bénéficie alors de 15 heures d éducation physique contre 2 heures 30 pour la classe témoin, la réussite au Certificat d Etude constituant l indicateur central, complété par des indices morphologiques et de performances physiques. Les résultats positifs de cette expérience sont connus 20. Ils justifieront d ailleurs son extension à d autres écoles les années suivantes, puisque 17 classes sont concernées en 1954 et 74 classes (plus de 2500 élèves) en 1956 selon les statistiques du département de la Seine 21. Ils donneront également lieu à des propositions originales sous la forme des classes de neige en janvier 1952 puis, 10 ans plus tard, des classes vertes, des classes de soleil ou des classes de mer. Egalement important pour notre propos, la nature de l éducation physique utilisée dans le cadre de cette expérience connue 22 mérite attention. Elle a en effet fait l objet d instructions directes de la part de la Direction Générale Jeunesse et Sport, le jeune professeur d EPS sollicité, Jean Barnier, devant suivre un tableau précis qui montre clairement la position officielle en la matière. En l occurrence, les 15 heures d EP hebdomadaires se partagent en 2 heures de gymnastique de maintien et corrective, 2 heures de natation, 1 h 30 d entraînement général foncier, 3 heures d initiation sportive, 1 heure de plein air... et 5 h 30 de déplacements pour se rendre sur les installations sportives 23. Enfin, d autres mesures témoignent de cette continuité de l ambition sanitaire en touchant davantage aux dispositifs et aux structures. Certaines des propositions de Pétat ont par exemple incontestablement trouvé une écoute bienveillante à la Direction Générale de l Education Physique et des Sports. Le regroupement des élèves en plusieurs groupes justifiant des formes d éducation et de rééducation adaptées n en est pas la moindre. Dès 1945, les professeurs d éducation physique sont invités à chaque rentrée scolaire à relever pour chaque élève les mensurations staturales (taille et périmètre thoracique), pondérale (poids) et spirométrique (capacité respiratoire). Le croisement de ces informations avec les performances réalisées l année précédente (ou lors d exercices probatoires) permet au médecin scolaire de constituer des groupes homogènes du point de vue médical. Si les groupes I et II peuvent bénéficier d une éducation physique «normale», seuls les premiers ont le droit de participer aux activités sportives de l OSSU. Les élèves du groupe III sont «à ménager» et suivront un enseignement largement basé sur la gymnastique de maintien. Quant à ceux du groupe IV, ils sont dispensés «d éducation physique normale» et doivent suivre «des cours spéciaux de corrective dans un dispensaire ou à l établissement» 24. Deux ans après ce texte, la création des centres de rééducation physique fournit un cadre aux élèves du groupe IV. En 1948, on compte déjà 50 centres en France qui reçoivent écoliers ou apprentis 25. Ils seront plus de en Reste alors la question des intervenants. Or, comme le suggère Serge Fauché 27, la limite entre le groupe III et le groupe IV est extrêmement floue et les 7

8 professeurs d EPS seront progressivement dépassés par les kinésithérapeutes entre 1947 et la fin des années cinquante. Il leur restera alors à affirmer une compétence autre et à redéfinir leur public. Cette période est donc marquée par des tentatives pour étendre la gymnastique médicale à l enfance «normale», celle qui oscille entre les groupes II et III, et à adopter des formes de traitement plus novatrices. Mais de nombreux professeurs d EPS et rééducateurs voient dans la gymnastique morpho-fonctionnelle autant une occasion de redresser les corps que d entraîner à la persévérance, l effort et la volonté. Le législateur rappelle aussi sans ambiguïté les règles du jeu en 1951 : les centres de rééducation physique ont essentiellement vocation à traiter les déficiences morphologiques à partir de la gymnastique corrective 28. Bref, le modèle de l éducation physique de l enfant normal s impose sur celui qui tente de s en démarquer à partir de nouveaux repères, parce que la définition légitime de la santé demeure très largement assujettie aux conceptions traditionnelles. Conclusion Sous la Quatrième République, les pouvoirs publics ont préféré inscrire l éducation physique dans la tradition. En 1945, cela était compréhensible ; en 1959, cela le sera moins. La discipline s en est trouvée maintenue dans une forme de moins en moins compatible tant avec les besoins sociaux en matière d activités physiques qu avec les groupes qui revendiquent des options plus culturalistes que médicalisantes. Pour autant, le choix de la santé ne signifie ni unité de vue dans les conceptions, ni unité de moyens. Qu il s agisse des programmes, des horaires ou des structures, un ensemble varié de dispositifs est d ailleurs mis en œuvre, qui contribue sans doute à rendre le système plus complexe, mais pas nécessairement plus efficace. Au passage, cette diversité qui garantit une certaine co-existence institutionnelle, crée un véritable quadrillage structurel de l enfance dans lequel des conceptions toujours plus spécialisées deviennent prétextes à un contrôle plus précis du développement normatif de l individu. 1 On trouvera une version plus complète de cette recherche dans T. Terret, Conflits autour de l éducation physique ( ), in Nourrisson D., sous la dir. de, A votre santé. Les politiques d éducation à la santé sous la IVème République, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, Décret n portant sur l organisation de la Direction Générale de l Education Physique et des Sports, 18 août P. Pétat, «La fonction de rééducateur», in Rééducation physique, n 19, novembre 1938, pp Chailley-Bert, de l IREP de Paris, Latarjet, de l IREP de Lyon, Soula, de l IREP de Toulouse, Merklen, de l IREP de Nancy, Debeyre, de l IREP de Lille, Duvernoy, de l IREP de Besançon. 5 Serge Fauché, Corps et psychisme. Histoire et épistémologie de la psychomotricité, Paris, PUF, Dr P. Chailley-Bert, «Le dispensaire d éducation physique et d hygiène scolaire de l Institut d Education Physique de l Université de Paris», in Rééducation Physique, n 20, janvier 1939, pp

9 7 Cf. notamment Dr Balland et L. Grozelier, La gymnastique corrective, Paris, Amédée Legrand, Si l on en croit Evelyne Combeau-Mari, «Les années Herzog et la sportivisation de l éducation physique», in Spirales, 13-14, 1998, p Per Henrick Ling est l inventeur de la «méthode suédoise» d éducation physique. Une très abondante littérature existe sur son œuvre. Voir en particulier D.D. Van Dalen, B.L. Benett, World History of Physical Education, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall, 1971 (2 ème éd.). 10 Voir Jean-Philippe Saint-Martin, «Un accouchement laborieux : la FIEP, », in Esport, revue juridique et économique du sport, n 35, 1995, Voir Bernard Paris, «La Ligue Française d EP et l EP scolaire», in Pierre Arnaud et Jean-Paul Clément, Histoire et civilisation. Préparation au professorat d EPS (première épreuve écrite), AFRAPS, Dr Raoul Fournié, «Contrôle médical dans les centres de Rééducation physique», in Cahiers de la Ligue Française de l EP, série scientifique, fascicule 1, Bordeaux, impr. Bière, 1946, p M. Vinot, «Pédagogie de l EP de formation», in Cahiers de la Ligue Française de l EP, série technique, fascicule 1, Bordeaux, impr. Bière, 1946, p Idem, pp Pierre Seurin, Haure-Placé, Marchand, Sere, Vers une éducation physique méthodique. Principes généraux et progression d exercices, Bordeaux, Cahiers de la Ligue Française d Education Physique, Son ouvrage, Les scolioses des scolaires, Bordeaux, Bières, 1954, est d ailleurs couronné par la DGJS. 17 Gaston Roux, directeur général de la Jeunesse et des Sports, introduction à : Ministère de l Éducation Nationale, Mémento d éducation physique. Conseil et plan de travail pour l application des programmes d éducation physique dans l enseignement du premier degré, Paris, Imprimerie nationale, 1949, p Secrétariat d Etat à l enseignement technique, à la jeunesse et aux sports, Programme provisoire d éducation physique des établissements d enseignement du second degré et des établissements de l enseignement technique, 1er/12/1952.l 19 R. David, qui avait lancé une expérience similaire en 1938 dans l Aude, est en 1950 directeur de l enseignement primaire de la Seine, dont dépend Vanves. 20 P. Giolitto, Les classes de neige et le tiers temps pédagogique, Paris, PUF, Voir aussi l analyse de P. Arnaud, Les savoirs du corps, Lyon, PUL, J.M. Lorrain, «Ecole et plein air», in L éducation physique, n 8, 1956, p Outre les comptes-rendus dans les revues pédagogiques, le mi-temps a été suivi par une collaboratrice du docteur Fourestier, Melle Madeleine Marguerita, dans le cadre de sa thèse de médecine : L expérience scolaire de Vanves, une formule nouvelle d éducation : le mi-temps pédagogique et sportif, Le programme quotidien est donné par R. Hervet, «Vanves, son expérience, ses perpectives», in INS, n 24, novembre-décembre 1952, p Instructions ministérielles du 1 er octobre 1945 à l usage des professeurs et maîtres d éducation physique et sportive. 25 M. Cassagne, «Les centres de rééducation physique et leur contribution à l adaptation de la gymnastique corrective», in Notes techniques de l ENSEP, janvier Ministère de l Education nationale, Directives de gymnastique corrective à l usage des adolescents déficients, Direction générale Jeunesse et sport, 1955, p Serge Fauché, op. cit., p Direction générale de la Jeunesse et des sports, Rééducation physique. Notice d orientation de l enseignement, Paris, Bureau médical,

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ adolescents difficiles DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative Objectifs généraux > Informer les professionnels sur l état

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

Présentation des actions des Fédérations du sport scolaire et universitaire

Présentation des actions des Fédérations du sport scolaire et universitaire Présentation des actions des Fédérations du sport scolaire et universitaire 7 USEP mode d'emploi Fédération sportive scolaire regroupant plus de 820 000 adhérents au sein de 11 000 associations touchant

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités MANAGEMENT MÉDICAL AMÉLIORER LE MANAGEMENT MÉDICAL DE VOS PÔLES ET SPÉCIALITÉS Le paradoxe du médecin manager Les réformes

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

DOSSIER DE PROPOSITION DE NOTATION DU CANDIDAT

DOSSIER DE PROPOSITION DE NOTATION DU CANDIDAT CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 22 novembre 2007 CONTROLE EN COURS DE FORMATION DOSSIER DE PROPOSITION DE NOTATION DU CANDIDAT Nom : Prénom : Centre de formation: Adresse : Tél. : Ce dossier comporte les

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Dossier de presse. Création d une École internationale à Differdange

Dossier de presse. Création d une École internationale à Differdange Dossier de presse Création d une École internationale à Differdange 7 avril 2015 CRÉATION D UNE ÉCOLE INTERNATIONALE À DIFFERDANGE Dans le but de diversifier l offre scolaire, une école internationale

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Licence professionnelle Éditeur

Licence professionnelle Éditeur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Éditeur Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Service Municipal d Accueil Postscolaire

Service Municipal d Accueil Postscolaire Service Municipal d Accueil Postscolaire Règlement intérieur 2013-2014 Direction de la Vie Scolaire et de la Petite Enfance 15 mail d Allagnat 63000 Clermont-Ferrand mail : dvspe-secretariat@ville-clermont-ferrand.fr

Plus en détail

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire formation management des pôles en milieu hospitalier session 2014-2015 en réponse au décret n 201-656 du 11 juin 2010 formation

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège La loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République confie

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements Mission des infirmières de l Éducation Nationale Cadre général «S inscrit dans la politique générale de l Education nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants, elle concourt

Plus en détail

Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France

Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France Convention de fonctionnement de la section sportive Athlétisme Partenariat G2A/ Collège Anatole France Entre les signataires, Le Collège Anatole France, représenté par Mme FAURE Marie-Christine, Principale

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle

Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Conducteur de travaux en maison individuelle Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation».

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation». COURS NATIONAUX INTEGRES dans la scolarité primaire Circonscription du Pays de Gex Éléments pour une contractualisation du partenariat entre - l Education nationale, - les sections nationales et les associations

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

211.432.261 Ordonnance concernant le brevet fédéral d ingénieur géomètre

211.432.261 Ordonnance concernant le brevet fédéral d ingénieur géomètre Ordonnance concernant le brevet fédéral d ingénieur géomètre du 16 novembre 1994 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 950, al. 2, du code civil 1, arrête: Section 1 Objet et conditions

Plus en détail

SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives. 16 janvier 2004

SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives. 16 janvier 2004 SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives 16 janvier 2004 Contact oresse : Direction de l administration pénitentiaire - Martine Leguedey ( 0149 96 28

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE DU PROFESSORAT ET DE L ÉDUCATION DE LORRAINE DOSSIER DE PRESSE - INAUGURATION

ÉCOLE SUPÉRIEURE DU PROFESSORAT ET DE L ÉDUCATION DE LORRAINE DOSSIER DE PRESSE - INAUGURATION ÉCOLE SUPÉRIEURE DU PROFESSORAT ET DE L ÉDUCATION DE LORRAINE DOSSIER DE PRESSE - INAUGURATION ESPÉ de l Université de Lorraine Service Communication&Culture Dossier de presse sommaire L ESPÉ DE LORRAINE

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Introduction. Introduction

Introduction. Introduction 7 Pour le sportif, quelle que soit la modalité de sa pratique, compétition amateur, professionnalisme, loisir, etc., celle-ci est la quête d un plaisir qui exige un effet sur soi. C est une forme de thérapie

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

NOR: MJSK0670293A. Version consolidée au 8 février 2012

NOR: MJSK0670293A. Version consolidée au 8 février 2012 ARRETE Arrêté du 15 décembre 2006 portant création de la mention rugby à XV du diplôme d Etat de la jeunesse, de l éducation populaire et du sport spécialité perfectionnement sportif. NOR: MJSK0670293A

Plus en détail

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS Le présent protocole est établi en référence au Décret n 2005-1375 du 3 novembre 2005, à l'arrêté du 16 novembre 2005 relatif au diplôme

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

LE SAPAD, POURQUOI? 1

LE SAPAD, POURQUOI? 1 Service d assistance pédagogique à domicile aux élèves malades ou accidentés Parce qu un enfant ou un adolescent malade ou accidenté reste un enfant ou un adolescent Parce que tout enfant ou adolescent

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Sciences Po Lille. Le sport

Sciences Po Lille. Le sport Guide de l étudiant(e) 2015-201 Guide de l étudiant(e) 2015-201 Guide de Sciences Po Lille. Le sport 85 La coordination des activités physiques et sportives est confiée à Nicolas Lemoine, nicolas.lemoine@sciencespo-lille.eu

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Lille 2 - Droit et santé Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION DES HEURES COMPLÉMENTAIRES. À l UNIVERSITÉ D AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE SOMMAIRE

NOTE SUR LA GESTION DES HEURES COMPLÉMENTAIRES. À l UNIVERSITÉ D AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE SOMMAIRE Université d Avignon et des Pays de Vaucluse UAPV, le 20/12/2006 NOTE SUR LA GESTION DES HEURES COMPLÉMENTAIRES À l UNIVERSITÉ D AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE SOMMAIRE ÉTAPES DE LA PROCÉDURE DE GESTION

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

CHARTE POUR L ACCUEIL DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CHARTE POUR L ACCUEIL DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU A L UNIVERSITE DE SAVOIE Soumis au C.E.V.U. réuni le mardi 30 octobre 2001 Préambule du contrat 1999-2002 de développement de l Université de Savoie, en

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable grands comptes de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Le projet consiste en l organisation d un concours ouvert aux classes des écoles européennes d âge primaire.

Le projet consiste en l organisation d un concours ouvert aux classes des écoles européennes d âge primaire. PROJET EUROPEEN LA CHARTE DU JEUNE SPORTIF EUROPEEN Dans le prolongement du projet européen Sport, Ecoles et Valeurs Olympiques en Europe et de 2004, Année Européenne d Education par le Sport, le projet

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle pour la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion des activités de logistique internationale de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

Mémorandum du Syndicat des Experts CHSCT Relatif au projet de loi sur le dialogue social 24 avril 2015

Mémorandum du Syndicat des Experts CHSCT Relatif au projet de loi sur le dialogue social 24 avril 2015 Mémorandum du Syndicat des Experts CHSCT Relatif au projet de loi sur le dialogue social 24 avril 2015 Suite aux négociations non abouties de janvier 2015 entre Organisations syndicales de salariés et

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion d'actifs financiers back et middle offices de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Préparation Concours d infirmiers- Toulouse

Préparation Concours d infirmiers- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation Concours d infirmiers- Toulouse SOMMAIRE : I. La Prépa infirmière à

Plus en détail