SC14 master 1 EEPS CONCEPTIONS CONTENUS PROGRAMMES D EPS DANS L HISTOIRE DE CETTE DISCIPLINE SCOLAIRE (années vingt années soixante-dix)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SC14 master 1 EEPS CONCEPTIONS CONTENUS PROGRAMMES D EPS DANS L HISTOIRE DE CETTE DISCIPLINE SCOLAIRE (années vingt années soixante-dix)"

Transcription

1 Yves MORALES SC14 master 1 EEPS CONCEPTIONS CONTENUS PROGRAMMES D EPS DANS L HISTOIRE DE CETTE DISCIPLINE SCOLAIRE (années vingt années soixante-dix)

2 INTRODUCTION Conceptions: l ensemble des idées, des valeurs, des objectifs, des références et des principes théoriques Contenus d enseignement: les pratiques, les exercices, ou encore : «les savoir et savoir-faire sollicités et à acquérir pour agir et réagir face à l environnement» (A. Hébrard L EPS réflexions et perspectives, Paris, coédition STAPS / EPS, 1986). à quoi s ajoutent le processus d institutionnalisation qui conduit à la mise en forme scolaire = les programmes

3 CONCEPTIONS : Selon Y. Gougeon : «les conceptions peuvent être définies comme ensemble d idées rationnellement organisées destinées à guider les conduites d égo ou d autrui» ( quelques précisions sur les conceptions, dans L identité de l éducation physique scolaire au 20è siècle, Clermont-Ferrand, AFRAPS, 1993). Elles représentent pour P. Bourdieu des : «théories non spontanées de la pratique qui accompagnent les pratiques» (Esquisse d une théorie de la pratique, Paris, Droz, 1972). A ce titre, elles sont situées entre la pensée et l action, entre habitus et représentations, entre théories scientifiques et non scientifiques. CONTENUS : Ils constituent la concrétisation des conceptions sous formes de consignes, de pratiques, d exercices, de situations pédagogiques

4 Insistance également sur les enjeux et les luttes d influence d un point de vue institutionnel, théorique et idéologique (voir Clément (JP), Defrance (J), Pociello (C), Sport et pouvoir au 20è S, Grenoble, PUG, 1994). Controverses! Jeux d acteurs et positions «d experts» dans «l arène» EP traductions Problématique de la construction (voir par exemple: G. Klein, Une affaire de discipline l éducation physique en France et en Europe, , édition revue EPS, 2003) Indicateur: politique (le décideur) institutionnel (les choix du législateur) théorique (les experts mobilisés)

5 Axes probléma.ques 1- probléma.ques iden.taires = place de l EPS dans le disposi.f scolaire - processus de légi/ma/on de l EPS et reconnaissance scolaire (à travers notamment son u/lité sociale et son adéqua/on avec l évolu/on des poli/ques éduca/ves et sanitaires jugées prioritaires) Pierre Arnaud, Les savoirs du corps,lyon, PUL, 1983 L éducation physique n existe que dans, par et pour l école «L EPS ne peut devenir une discipline à part entière que si elle est mise en conformité avec les règles et les usages de l école.» P. ARNAUD, Les rapports du sport et de l EP en France, dans EP et sport en France ( ), Cl. Ferrand, AFRAPS, processus iden/taires à l œuvre (rappel : «l iden'té n est jamais acquise, mais construite au cours d un processus complexe toujours inachevé et reprobléma'sé par la dialec'que de la conformité et de la différencia'on» JP Clément, l enjeu iden/taire, in JP Clément et M. Herr, l iden/té de l éduca/on physique scolaire au Xxe siècle, AFRAPS, 1993 / Rapport à la culture, aux poli/ques, aux sciences et «autonomie rela/ve» de l EPS - l école se présente comme un champ dans lequel s engagent en permanence des disputes rela/ves à la diffusion d une culture physique jugée légi/me (démarche d histoire ou sociologie pragma/que).

6 Problématiques axiologiques Approche épistémologique nécessaire (Foucault, L archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969) L épistémologie étudie les processus de constitution de la pensée scientifique : contexte de production du savoir et aussi les produits et modes de validation de cette forme de pensée (théories et principes d objectivité) cf. Vigarello (G), Le corps redressé, Paris, Delarge, 1978 et Defrance (J.), L'excellence corporelle , PUR/ STAPS, AFRAPS, Nous chercherons à observer les «techniques «légitimes» et les normes de rationalité appliquées en EPS (savoir théoriques/savoir pratiques ou encore savoirs scientifiques/règles pour l action) Concept de savoir/pouvoir (normes de comportement)

7 POUR ELARGIR LE DEBAT Elias: le contrôle des corps (euphémisa.on de la violence) ou l intériorisa.on des normes de comportement dans le procès de civilisa.on Auto- contrôle Le sport (et ses techniques) comme modes de socialisa.on dans l évolu.on des rela.ons sociales et des normes de civilité ra.onalisa.on/intégra.on des normes et des codes Elias, N., Dunning, E., Quest for Excitement, Sport and Leisure in the Civilising Process, Basil Blackwell, 1986, trad. française: Sport et civilisa<on - La violence maîtrisée, Paris, Fayard, «Le corps est le symbole dont use une société pour parler de ses fantasmes» Envisager les pra.ques corporelles comme un analyseur de la société M. Bernard, Le corps, Paris Delarge, 1973)

8 Approche pragma.que La démarche implique d analyser les conflits et controverses rela.fs à la transmission pédagogique de modèles corporels. Conflits de méthodes / conflits méthodologiques / conflits didac/ques / guerre des référen/els de compétences Pour paraphraser Roger Char/er, nous considérons «qu il n'est pas de pra<que ni de structure qui ne soit produite par les représenta<ons, contradictoires et affrontées, par lesquelles les individus et les groupes donnent sens au monde qui est le leur» (Char.er, R., op. cit., 1998). L analyse porte: Sur la produc.on des gestes intégrant le triple niveau historiquement situé de la réalisa.on: quel geste? Quelle situa.on? de la fonc.onnalité: quel objec.f? Quelle u.lité sociale? de la symbolique: quelle vison de l être à former? Robène (L) et Léziart (Y), L homme en mouvement Histoire et anthropologie des techniques spor<ves, [deux volumes], Paris, Chiron, 2006.

9 Années 20 : La physiologie de l exercice, l essor du sport et l influence du «pouvoir» médical dans les conceptions de l éducation physique

10 Les effets de la guerre: hygiène et années folles Henry Paté crée le «Comité national de l'éducation physique (et sportive), de l'hygiène sociale et pour la régénération de la race» en 1918.

11 En 1921, Henry Paté est nommé haut-commissaire (ou commissaire général, selon les documents) au ministère de la Guerre, chargé de l'éducation physique, des Sports et de la Préparation militaire Gaston Vidal est promu sous-secrétaire d'état à l'enseignement technique dans les gouvernements Briant (1921) puis Poincaré (1922), il fait pression pour que les services de l'éducation physique soient rattachés au ministère de l'instruction, sous ses ordres, et non au ministère de la Guerre, sous les ordres du haut-commissaire Henry Paté EP rattachée au MIP (et parfois également au M. de la guerre) : MIP 1932: MEN : M. Santé publique puis MEN jusque 1959

12 D'autre part, après la Grande Guerre, on constate les progrès considérables de la physiologie de l'exercice intensif, étroitement associés au développement, en France, des pratiques sportives, à l'importance grandissante des compétitions internationales et à la montée en puissance sociale du corps médical.

13 L école de Joinville, la méthode française et Maurice Boigey Une EP éclectique et utilitaire développant le capital humain face à la «dégénérescence» de la race

14 le projet de règlement général d EP édité en 1919 : «L éducation physique est gouvernée par les principes de la physiologie» symbole positiviste du progrès de l espèce humaine! Les buts poursuivis sont d ordre hygiénique et utilitaires «Le développement harmonieux de la charpente... son redressement lorsqu elle se déforme... l amélioration du fonctionnement des organes... souplesse... force... précision et... vitesse doivent permettre d assurer la santé» p10

15 Maurice Boigey (1887 / 1952) Largement empreint du Positivisme ambiant, il exerce en tant que médecin et professeur de physiologie à l école de Joinville de 1919 à Position institutionnelle privilégiée : réseau médical Le Docteur Boigey, l'élevage humain Paris, Payot, 1917) Dans son analyse sur les jeux athlétiques, il souligne les divergences physiologiques qui séparent les races. Il évoque également l «eugennétique» qu il définit comme étant «la science nouvelle qui s attache à établir les règles que doivent suivre les hommes pour assurer une heureuse continuité de l espèce.» Cette science qu il situe à ses débuts pose le débat dialectique entre acquis et innée. «que le plus beau pays du monde soit peuplé de citoyens industrieux, couvert d usines et de moissons, que les arts y fleurissent, qu une armée puissante le garde : si les écoliers ont une hygiène défectueuse, si les enfants sont insuffisamment nourris, si leur développement physique est pas entouré de soins particuliers, la stature et la vigueur des citoyens iront en diminuant et la nation devra périr.»

16 Manuel scientifique d EP Pensée rationaliste, prétention à la vérité «les connaissances physiologiques permettent seules de diriger l EP dans la bonne voie» «Le médecin est le seul qualifié pour apprécier les effets du travail musculaire sur l organisme.» favorable au DOSAGE de l exercice, «Montrer avec sincérité ce que vaut l exercice comme élément de santé, apprendre à le proportionner aux forces de chacun, à le doser comme un remède». «il n'est pas de méthode qui puisse légitimement prétendre être la meilleure».

17 Idées forces de l auteur : (cf. manuel scientifique d éducation physique,.) Une culture physique basée sur la science et pensée comme élément de santé. «L éducation physique ne peut plus être réduite à des questions de forme et de style. La méthode expérimentale, introduite dans son domaine, apparaît désormais comme seule capable de permettre de substituer des données positives à un empirisme capricieux et à des considérations purement descriptives» M. Boigey est attaché aux lois de la nature revisitées par la science. Il écrit : «La nature crie sans cesse à l homme «Observe moi! Devine mes secrets! Apprends à me connaître et tu seras meilleur.»

18 Le grand principe qui doit dominer la culture de l homme est celui de l harmonie de ses fonctions. «Satisfaire ses besoins, développer ses facultés, mais en sacrifier aucune» Revenir à une éducation du corps trop souvent oublié au profit de l esprit Une EP adaptée aux différents âges de la vie et pour les deux sexes

19 Pas d incompatibilité avec Demenÿ et Hébert : Boigey considère toute méthode bonne en elle-même chaque fois dit-il «qu on a prudemment adapté ses procédés aux diverses constitutions, aux différents âges de la vie et à chaque sexe». Par contre, il critique l attribut «naturel» assigné à la méthode d Hébert car selon Boigey, ce qui est naturel pour l homme du centre africain ou de la Polynésie, ce qui le fut pour l homme préhistorique, il y a des millions d années a sans doute cesser de l être pour l homme contemporain. Par conséquent, une méthode d EP qui poursuivrait le développement intégral du corps humain (ce que M.Boigey sous-tend) par la seule pratique des exercices ou mouvements dits «naturels» de locomotion ou de protection, «ne tiendrait pas assez compte (selon Boigey) du progrès et de la civilisation.»

20 Idéal : développement complet de l individu Etude de la symétrie corporelle au moyen de fils à plomb et de lignes horizontales parallèles les unes aux autres. Voilà quelle est la représentation du corps dominante chez M. Boigey. Les nombreux instruments de mesure (spiromètre, pneumographe, stérographe) en témoignent.

21 PERCEPTION «gynécologique» (?) DE LA FEMME: «la femme n'est point construite pour lutter mais pour procréer» «une femme n'a pas moins besoin d'activité qu'un homme (...) elle doit être en bonne santé et vigoureuse. C'est une exigence de la maternité.... «La sédentarité et la mauvaise santé qui en résulte nuisent au bien-être des femmes et ont une répercussion fatale et déplorable sur leur vie personnelle et sur l avenir de la race» «Sur les femmes l'absence de culture physique a des conséquences pires, si c'est possible, que sur les hommes. Car la fin suprême de la femme est le mieux être de la postérité. Elle ne peut l'assurer que par les dons naturels que lui confère une santé parfaite. Elle n'acquiert celle-ci que par une hygiène comportant, au premier rang de ses pratiques, le mouvement et l'exercice physique» «En aucun cas nous oserons soutenir l utilité des compétitions sportives pour les femmes ; pas de courses de fond, pas de saut en longueur en hauteur ni en profondeur en vue de records, pas de lutte ni de boxe pas même d équitation pour les femmes tout exercice qui s accompagne de heurts, de chocs, de secousses est dangereux pour l organe utérin» Dr M. Boigey, Manuel scientifique d'éducation physique, Paris, Masson, 1922 (1ère édition).

22 l Maurice Boigey, Physiologie de la culture physique et des sports, Paris, Albin Michel, 1927 l L expansion scientifique française, 1929 ; l L'éducation physique féminine, Paris, Alcan, s.d. (2 tomes) ; l Éducation physique de l'enfance et de l'adolescence, Paris, l La Cure d'exercice aux différents âges de la vie et pour les deux sexes, Paris, Masson, 1934 ;

23 Les propositions du Docteur Philippe Tissié ( ) à la tête de la Ligue Française d Education Physique, il est responsable de publication de la revue des jeux scolaires et d hygiène sociale La gymnastique suédoise est au centre de ses prescriptions et relève d une conception analytique prédominante couplée à une finalité de santé (sens statique selon Canguilhem). Tissié a publié en 1914 un Précis de gymnastique rationnelle de plein pied et à mains libres et en 1922, l éducation physique rationnelle qui traduisent cette forme d hygiène sociale que l on peut atteindre en se centrant sur une gymnastique redresseuse et sur une gymnastique physiologique respiratoire.

24 Depuis 1910, la Ligue Girondine est devenue Ligue française de l Education Physique.

25 Dr Tissié, L Education physique et la race, une conception eugéniste Perspective analytique Basée sur une philosophie rationaliste et positiviste, la méthode de Tissié cherche un accroissement du volume et une amélioration des fonctions respiratoires par un développement des muscles thoraciques au travers d'exercices d'ampliation thoracique

26 FINALITES d HYGIENE SOCIALE UNE SANTE PHYSIQUE: Morphologique (harmonie des formes). Développement selon 3 axes -longitudinal :colonne vertebrale. -frontal :épaules. -transversal: cage thoracique. Diminuer la fatigue et augmenter le rendement. Fonctionnelle: développement des grandes fonctions du corps avec la respiration, la circulation, la digestion. UNE SANTE MORALE: servir la patrie Développer un être en bonne santé éloigné de toute perversion: alcoolisme, cabotinage, oisiveté. UNE SANTE INTELLECTUELLE: Eviter la névrose, favorise le travail d'esprit à l'encontre du surmenage

27 Définition de l'ep «Ensemble de moyens dynamiques et psychiques qui permettent avec le concours des agents physiques de faire produire au corps humain le maximum de rendement physique, intellectuel, moral, avec le minimum de fatigue» l EP et la race, 1919 Le contrôle et le rôle du cerveau sur le fonctionnement musculaire apparaissent "L'EP est un moyen dont la fin est l'éducation intellectuelle. L'EP est alors une hygiène psychique pour apporter la santé par un développement harmonieux du corps. L EP rationnelle, 1922

28 Une psycho-dynamie: «les perceptions étant fonction de la santé du neurone, santé qu'à son tour l'éducation physique contribue à assurer et à développer, l'éducation physique est une hygiène psychique» (P. Tissié, 30, p. 133) «L'éducation physique n'est pas une fin, elle n'est qu'un moyen dont la fin est l'éducation intellectuelle (...). La musculation est la servante de la cérébration, elle ne saurait en être la dominatrice» (P. Tissié, 29, p. 134), L'éducation physique rationnelle, Paris : Alcan, 1922.

29 Conception d'une EP rationnelle. L'EP comprend: - une gymnastique de formation et de constitution, - une gymnastique d'application et d'adaptation au milieu; avec: - 5 points d'appuis au sol pour la statique du mouvement (debout, couché, suspendu, assis, à genoux), - 5 facteurs du mouvement au cours de l'exécution pour la dynamique de mouvement (force, durée, rythme, répétition, combinaison). - 3 moments du mouvement au cours de l'exécution pour la pédagogie (attitude, repos, acte dynamique) - 12 groupes de mouvement dans lequel le corps est mis en fonction au moyen de 4 manières d'être en mouvement pour le pôle physiologie : les 2 gymnastiques, les 5 points d'appuis, les 5 facteurs du mouvement, les 3 moments du mouvement "Mouvement d'assouplissement de plain-pied pour les deux sexes" - 4 catégories de mouvement avec ou sans agrès pour la pratique et la technique (exercice de préparation, fondamentaux, respiratoires et dérivatifs). L EP et la race p.60.

30

31

32 Classification des jeux révélateurs d'intelligence. Tissié a la volonté d'enseigner une gymnastique graduée à l'âge, - Jeux enfantins:(4 à 7 ans) cours élémentaire; jeux libres, sans règles précises. - Jeux intensifs:(7 à 12 ans) au primaire; jeux collectifs, organisés. - Jeux sportifs: (13 à 18 ans) au secondaire; pour les adolescents dont les centres psychomoteurs sont développés. - Jeux sportifs supérieurs (+ 19 ans); pour les adolescents ou hommes virils ayant un développement psychomoteur complet. Tissié et Le Sport. Sportif convaincu, Tissié est à la fois pratiquant et protagoniste du sport-jeu et des activités de plein air mais adversaire du sport compétitif et du sport spectacle.

33 Intérêt d'une gymnastique pour la femme: «L'éducation physique est la première éducation à lui donner pour la constitution de solides moteurs humains, par de meilleures gestations, de plus saines et de plus fécondes maternités»... «L'éducation physique sera féminine ou ne sera pas!» "Pourquoi faut- il que la femme ne bénéficie pas d'une EP rationnelle car c'est elle, qui par l'hérédité, fonde le peuple fort!" l'ep et la race p.233 Dr Tissié, L Education physique et la race, 1919.

34 rejet de la méthode naturelle : «vouloir imposer systématiquement à l homme, pour son développement physiologique, les exercices auxquels sa structure anatomique ne répond pas, c est aller contre les lois de la vie, et forcément nuire à sa santé, à celle de la société et à celle de la race. La méthode dite naturelle est donc antiphysiologique» L EP et la race, p. 27. rejet du sport Oui pour les lendits mais rejet du sport de compétition.. «le record est un principe de mort pour la machine humaine qu il détériore, qu il détruit», l E et la race, p. 281 rejet du technicisme sportif non adapté à la «mécanique humaine» adoption de mouvements techniques issus d une démarche analytique à partir de l observation anatomique

35 La méthode naturelle de Georges HEBERT ( ) Ø La méthode naturelle se veut pragmatique et trouve le soutien de plusieurs médecin (ex/ le dr. Carton). En 1913 Il échange des courriers avec DEMENY (il lui propose même de déplacer son cours supérieur d EP à Reims en 1913) 1918 : au sortir de la guerre, il s oriente alors vers l EP civile ; il va se consacrer à l éducation de la jeunesse et des femmes. La MN s appuie sur la création de nombreux centre hébertistes à partir de 1925 et se diffuse par la revue l EP dirigée par Hébert depuis Il fonde des palestres = collèges gymniques pr femmes et enfants (le 1er = Deauville) Ø Il appartient aux compagnons de l Education nouvelle

36 «utiliser les gestes qui sont ceux de notre espèce pour acquérir le développement physique complet» La nature primitive comme système de contraintes permettant de développer les résistances organiques. Selon Hébert l EP est «la recherche du perfectionnement physique de l être humain» (Hébert 1911 p.xi) «être fort signifie être développé d une manière complète et utile» (Hébert 1911 p.1) Ces pratiques s inscrivent dans un contexte plus vaste, qui s inspire du système productif industriel. «l'idéal est d'arriver à produire dans un temps donné ou dans le minimum de temps... une dose d'activité à peu près égale à celle que représente une journée entière de vie au grand air à l'état de nature.» Hébert (G.), Le code de la force, Paris, Vuibert, 1911.

37 Face à la "dégénérescence de la race", pour arrêter la décadence, G. Hébert propose le retour le plus radical qui soit : celui qui ramène aux origines. Si l homme blanc dégénère, c est parce qu il a plus d épreuves physiques à affronter.

38 Hébert appuis ses propos sur des considérations empiriques et non par des références scientifiques. Par exemple, il explique qu un navire parcourt d autant plus de distance qu il adopte une allure modérée et que les conséquences (usure) sont beaucoup moins importantes. Si ce navire augmente sa vitesse, sa consommation en charbon va être plus importante, et Il applique ces considérations à l organisme humain pour expliquer le mécanisme de l effort. * Modèle du corps : machine bio-thermo-dynamique Le corps des hommes un homme musclé

39 Principes généraux de la séance : la séance d hébertisme = séance de PA ou GA qui permet un endurcissement par la confrontation aux conditions climatiques diverses la confrontation de l individu aux milieux physiques et humains le dvpt des qualités foncières est privilégié la quantité de travail prime sur la force et la qualité Ø Le geste : il doit être juste, souple d exécution, économique, efficace et harmonieux. Il rejoint sur ce point les conceptions de DEMENY. Ø Les exercices : 10 familles d exercices naturels= marche, course, saut, grimper, quadrupédie, équilibre, lutte, lancer, porter, et natation (approche novatrice avec l entraînement au sauvetage, à l habitude de nager vite, aller chercher des objets immergés ) Il y a aussi les divertissements (jeux, danses, compétitions, acrobaties) La course = l exercice le + important ou exercice de base de la méthode naturelle

40 La leçon peut s effectuer ds 2 milieux distincts : en nature : parcours naturel = il comprend les 10 exercices naturels. Cpdt, la pleine nature est pas tjs accessible ð HEBERT envisage une autre organisation le plateau d entraînement : espace de 30 à 60m de long et 15 à 20m de large ; entouré d agrès : portiques, poutres d équilibre, sautoirs, échelle = 1 véritable reconstitution du milieu naturel. Il met au point un syst de vagues et contre vagues ; chacune d entre elles correspondant à un niveau d élèves (forts, moyens, faibles, à ménager) La tenue : hommes torse-nus = rapport à la nature femmes en tunique = rapport à l imaginaire Grec

41 Le corps des femmes : une nouvelle norme du corps très novatrice il s inspire du modèle antique un corps qui doit être musclé et équilibré silhouette longiligne, des hanches étroites, un dos musclé, des abdominaux

42 Il faut aussi mettre en parallèle, comme le propose J. Ulmann, la conception hébertiste du primitif, homme de nature avec toute la richesse culturelle des plus simples "techniques du corps" dont M. Mauss proposera, dès 1934, de faire l'inventaire 1971, p. 368). la méthode naturelle relève d'un courant antitechniciste, anti-scientifique et irrationaliste qui, paradoxalement, n'échappe pas à l'air du temps et, en particulier, au positivisme ambiant.

43 G.HEBERT (1925) Le sport contre l EP Titre provocateur. Hébert se positionne surtout pour l'exercice naturel, l'effort modéré, économique plutôt que contre le sport. Il milite pour un sport pur et contre un sport dévié. Selon lui, le travail foncier utilitaire vaut mieux que l'effort maximum qui brûle toutes les réserves et expose aux avaries - comme le fait l'effort sportif. Rejet d un sport «dévoyé»

44 Le sport, tel qu il est conçu et pratiqué selon lui a pas sa place en EP ;il ne convient pas à la jeunesse car il présente trop de dangers. Les dangers du sport :dangers moraux : agressivité, irascibilité, émulation, exhibitions, admiration des spectateurs qui renforce leur vanité.. Le sport actuel = "école de la nervosité plutôt que du calme et de l équilibre "dangers physiques : liés à l excès : épuisements organiques et nerveux avec des répercussions sur la santé (diminution de la résistance générale, affaiblissement des immunités naturelles contre la maladie, troubles digestifs, usure prématurée des organes ) liés à la spécialisation : disproportion des membres, déformations physiques, fragilitésdangers sociaux : individualisme, recherche du triomphe, de la supérioritéw Les 3 critiques majeures assignées au sport :Critique de l excès, de la spécialisation, du sport spectacle

45 L essor du sport et la «méthode sportive» Les années 1920 témoignent d un essor important du sport dans toutes les franges de la population. Phénomène qui ne peut plus être ignoré mais dont on dénonce les dérives Sport/rendement et idéologie du progrès! Rappel : jeux interalliès en 1919 JO en 1920 à Anvers et 1924 à Paris

46 1920 JO d Anvers Dans l'après-guerre, les conceptions proprement «sportives», c'est-à-dire favorables aux entraînements et aux compétitions des sports athlétiques, commencent à s'opposer plus vivement aux conceptions hygiénistes fondées sur l'éducation physique.

47 Coubertin (P de), Pédagogie sportive (1922), Paris, Vrin, 1972.) «La coopération sportive possède des caractères qui font d'elle une sorte d'école préparatoire à la Démocratie. En effet l'etat démocratique ne peut vivre et prospérer sans ce mélange d'entraide et de concurrence qui est le fondement même de la société sportive et la condition première de sa prospérité. (... ) Toute l'histoire des démocraties est faite de la recherche et de la perte de cet équilibre essentiel. Mais quelle est, en pédagogie l'institution capable d'y préparer d'une façon indirecte On s'efforcerait vainement de la trouver en dehors du sport"» Une «Mystique de droite»? Un discours évolutionniste «hérédité sportive?» Image et acceptation de la compétition capitaliste

48 L un des principaux problèmes rencontrés par les tenant d une éducation sportive est qu il existe pas de «méthodes» permettant son application dans le système scolaire. C est le constat réalisé par le dr. Bellin du Coteau («la méthode sportive» dans le traité d E.P., sous la direction du professeur M. Labbé, Paris, Ed. G. Doin, Références de B de C mentionnées dans la bibliographie du traité d EP L EP du combattant 1921 Les perturbations cardio-vasculaires au cours de l effort. Académie de médecine 1923 L élevage de l enfant L EP obligation nationale 1924 L entraînement sportif. Avec M. Pefferkorn 1924 L entraînement aux sports athlétiques 1924 Les sports athlétiques. Avec M. Pefferkorn 1930 La valorisation humaine. Tome 1 du traité d EP et La méthode sportive. Tome 2 du traité d EP

49 L institutionnalisation de l EP dans les années 1920 Rappel: Entre 1869 et 1939, on passe seulement de 174 à 640 enseignants d EP répertoriés dans le journal officiel. Ceux-ci assurent leur service dans le secondaire et les écoles normales tandis que les effectifs seuls du secondaire public sont passés de en 1887 à en En définitive ce sont essentiellement les instituteurs (quelquefois spécialisés) ou maîtres de gymnastique titulaires du CAEG ou CAEG supérieur jusque 1933, qui sont chargés d enseigner la gymnastique pour des élèves scolarisés jusqu à 14 ans.

50 Instruction du Ecoles primaires élémentaires. Officialisation de l avant-projet de règlement général de 1919 «L'E.P. a pour but de corriger les attitudes défectueuses dues au travail scolaire». L'E.P. est avant tout hygiénique notamment par le travail des grandes fonctions. une EP dosée, graduée qui doit être adaptée à l âge des élèves.

51 «Méthode intuitive et inductive, partant des faits sensibles pour aller aux idées ; méthode active ; faisant un appel constant à l effort de l élève et l associant au maître dans la recherche de la vérité. Méthode inspirée par la grande tradition des penseurs français qui se sont occupés de l éducation depuis Montaigne jusqu'à Rousseau.» «C est pour ce motif qu à l observation, qui laisse encore l écolier passif, nous préférons, dans la mesure où elle peut être pratiquée à l école primaire l expérimentation qui lui assigne un rôle actif.» EDUCATION PHYSIQUE (Pour le détail des exercices, il est recommandé de se rapporter au projet de règlement général publié par l école de Joinville)

52 «Au cours préparatoire et même au cours élémentaire, les jeux prédominent. Ils ne sont exclus ni du cours moyen ni du cours supérieur et l on en sera pas surpris si l on rappelle que notre but est pas de faire des athlètes, mais de favoriser le fonctionnement libre et régulier des principaux organes. Aux jeux viennent s adjoindre, pour les enfants du cours moyen, des mouvements éducatifs et correctifs : des marches, des exercices d escalade, des sauts, des courses, des luttes, des mouvements destinés à développer successivement les diverses parties de l'organisme ; enfin, des mouvements destinés à augmenter le pouvoir du système nerveux en rompant les associations motrices habituelles pour permettre au cerveau d en réaliser d'autres» «Le programme du cours supérieur présente, par rapport à celui du cours moyen deux nouveautés : éducation des sens au cours des promenades scolaires, et application des exercices à la vie courante. «Il s'agit de faire de l éducation de la vue, de l ouïe, des autres sens par les procédés que déjà recommandait Jean-Jacques, et que, de nos jours, la scoutisme a très heureusement renouvelée et perfectionnés. Il s agit d amener les enfants à apprécier les distances, à se mettre en garde contre un danger, à se tirer d une difficulté imprévue, à s'aider eux-mêmes et à aider les autres, à développer à la fois le sens de l initiative individuelle et le sens de la solidarité.»

53 «Toute gymnastique doit être utile en même temps qu elle doit être éducative» Pédagogie du modèle : «Lorsqu il sait le faire, il le montre à ses camarades suivant les indications du maître qui dirige et rectifie. Mais il vaut mieux que le maître paye d exemple. Il le pourra presque toujours.» La référence à l école de Joinville, est alors envisageable. Il y a pas de contradiction perçue entre la démarche pédagogique directive que cette institution met en avant et les pratiques qu elle propose : c est-àdire des exercices corporels sensés mettre l individu en activité et surtout... favoriser les apprentissages intellectuels!

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE B.O. n 3 du 19 juin 2008 HORS SERIE Maternelle : AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS Compétences visées (Cv) Se repérer et se déplacer dans l espace. Adapter ses actions

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

OBESITE ET EPS. Cf www.sante.fr.(programme national, nutrition santé, courbe de corpulence)

OBESITE ET EPS. Cf www.sante.fr.(programme national, nutrition santé, courbe de corpulence) OBESITE ET EPS DEFINITION L obésité se définit comme un excès de poids pouvant retentir sur la santé. La mesure générale acceptée de l obésité est l Indice de Masse Corporelle (IMC : poids en kg / taille

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES STAPS 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR

OFFRE DE FORMATION SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES STAPS 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES STAPS 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION / STAPS Sous réserve d accréditation PRÉSENTATION DE LA LICENCE EN

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège L éducation physique et sportive Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège LES PROGRAMMES OFFICIELS Priorités, objectifs généraux, connaissances et compétences, Horaires et spécificités

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales Les liens entre les Compétences Méthodologiques et Sociales et le Socle Commun de Connaissances et de Compétences. GRA 2011 Orléans-Tours 1 Le plan d intervention 1. Rappel institutionnel : Les C.M.S.

Plus en détail

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves :

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves : SECTION SPORTIVE SCOLAIRE FOOTBALL Le contexte Septembre 2003 : La SSL en visite au FC Nantes UN PEU D HISTOIRE 2003 Création de la Section Sportive Locale. 11 élèves de 5ème (10 garçons et 1 fille) et

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACCUEIL

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE MASTER Mention MEEF «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE Nouveau master mis en place à compter de septembre 2013 pour les M1. Pour le

Plus en détail

Finlande : chaque élève est important

Finlande : chaque élève est important Finlande : chaque élève est important PHOVOIR Introduction «Chaque élève est important. 1» La Finlande est un petit pays de cinq millions d'habitants fortement engagé dans l'europe. Son école mérite le

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Communauté française de Belgique MNISTERE DE L EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION. Direction générale de l Organisation des Etudes

Communauté française de Belgique MNISTERE DE L EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION. Direction générale de l Organisation des Etudes 7/5656 Communauté française de Belgique MNISTERE DE L EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION Direction générale de l Organisation des Etudes Enseignement secondaire Deuxième et troisième degrés

Plus en détail

La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée

La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée 1 La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée générale et technologique a entraîné une réécriture des programmes, et notamment ceux de l éducation physique et sportive.

Plus en détail

ASH-63. Livret d accueil. année scolaire 2011-2012

ASH-63. Livret d accueil. année scolaire 2011-2012 ASH-63 Livret d accueil de l auxiliaire de vie scolaire année scolaire 2011-2012 Inspection académique du Puy-de-Dôme Cité Administrative - rue Pélissier Circonscription ASH Bâtiment P - 5 ème étage -

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

F I D E S. De la sixième à l enseignement supérieur mixte ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVÉ. 87, Avenue de La Bourdonnais Paris 7ème

F I D E S. De la sixième à l enseignement supérieur mixte ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVÉ. 87, Avenue de La Bourdonnais Paris 7ème F I D E S De la sixième à l enseignement supérieur mixte ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVÉ 87, Avenue de La Bourdonnais Paris 7ème 5, Rue Emile Dubois Paris 14ème 23, Boulevard de Beauséjour Paris 16ème

Plus en détail

PRÉPARATION AU TC BEES 1 er DEGRÉ ou /et ADMISSION BP JEPS (1/2)

PRÉPARATION AU TC BEES 1 er DEGRÉ ou /et ADMISSION BP JEPS (1/2) SPORT 76 PRÉPARATION AU TC BEES 1 er DEGRÉ ou /et ADMISSION BP JEPS (1/2) Préparer le candidat à l épreuve du TC BEES Sciences biologiques Biomécanique : notions générales de biomécanique d'anatomie fonctionnelle

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE Table des matières INTRODUCTION... 2 POURQUOI UNE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE... 3 L'IMPORTANCE DE LA SIESTE ET DU RESPECT DES RYTHMES BIOLOGIQUES... 3 À

Plus en détail

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES LICENCE Psychologie Présentation Nature Site(s) géographique(s) : Accessible en : Formation diplômante Tours Formation initiale Formation continue Type de diplôme : Durée des études : Licence Niveau de

Plus en détail

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Ces règles en vigueur à l école Ste Anne ont été établies dans l intérêt des élèves. Leur respect participera au bien-être et à la sécurité de chacun.

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Règlement intérieur de l association

Règlement intérieur de l association Règlement intérieur de l association Naissance et fonctionnement de l association, informations diverses. Reims Parkour School est une association ayant vu le jour le 4 novembre 2011, sous l impulsion

Plus en détail

EPS à l École primaire

EPS à l École primaire Contribue à l épanouissement de l enfant Relève de la compétence des maîtres S envisage dans le cadre de projet pédagogique EPS à l École primaire Fait l objet une attention particulière Contribue à l

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012

EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012 EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012 1 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL EN EPS 2OO9-2012 L Education Physique et Sportive est une discipline à part entière de l école maternelle et élémentaire. Elle

Plus en détail

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 Rédaction Jean-Pierre GUICHARD Conseiller pédagogique en EPS Ministère

Plus en détail

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé Acti March Une Fédération pour votre forme Moyen de déplacement à la portée de tous, quel que soit son âge, la marche est une forme d activité physique

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 02-06-26-12 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, (L.R.Q., c.1-13.3); Régime pédagogique (L.R.Q. c.1-13.3,

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle?

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Programmer l E.P.S. Comment assurer la continuité des apprentissages sur le cycle 3, sur l ensemble de la scolarité primaire? Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Le plan d action

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité?

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? L éducation physique à l école : Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? Avril 2009 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

Le Golf, à l école...

Le Golf, à l école... Le Golf, à l école... Limites et perspectives Orientations de la ff.golf dans le cadre de l intégration de la pratique du golf en milieu scolaire et universitaire Claude ANACKIEWICZ, CPC EPS Marvejols

Plus en détail

L HISTOIRE DES TEXTES OFFICIELS ET LEUR UTILISATION

L HISTOIRE DES TEXTES OFFICIELS ET LEUR UTILISATION Responsable du cours : L LEMEDIONI L HISTOIRE DES TEXTES OFFICIELS ET LEUR UTILISATION ECRIT I I] INTRODUCTION II] LES MINISTERES DE L EP AU XIX ET XXème SIECLE - De la IIIème République à 1918 - L entre-deux-guerres

Plus en détail

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE Textes de référence : Circulaire n 2011-090 du 7 juillet 2011-BO n 28 du 14 juillet 2011 PEAMBULE : - La natation est partie intégrante de l enseignement de l EPS à l école

Plus en détail

Programmes et et programmation de. à l école primaire

Programmes et et programmation de. à l école primaire Programmes et et programmation de de l EPS à l école primaire D. Smadja,, IEN Maromme Animation pédagogique p cycle 2 février 2011 1-1- CONTENUS D ENSEIGNEMENTD Enjeux et finalités Compétences et activités

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION. Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION. Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon La Sophrologie La sophrologie fut fondée en 1960 par le

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13

Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Pascale GARNIER est docteur en sociologie, professeur en sciences de l'éducation à

Plus en détail

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CERTIFICATS POUR LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU :: CERTIFICATS 4 dispositifs pour accompagner les sportifs de haut niveau dans leurs projets de vie : sport, étude, emploi & développement des compétences En

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Education physique et éducation à la santé sous la IVème République

Education physique et éducation à la santé sous la IVème République Education physique et éducation à la santé sous la IVème République Thierry Terret, CRIS Lyon La IVème République constitue un temps fort des préoccupations sanitaires en France, à laquelle l institution

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES GENERAUX

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES GENERAUX BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES GENERAUX Agir dans le monde ( collection fichier ressources) : L éducation physique en maternelle (code 173074) (Editions Nathan).Pour apprendre à agir

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

le décor change mais les principes restent les mêmes.

le décor change mais les principes restent les mêmes. PRESENTATION Ce guide vous est proposé par la commission formation de la Fédération Européenne de Krav Maga. Il vous aidera à planifier vos cours ainsi que vos entraînements physiques simplement et en

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

LE CONCOURS D ENTREE DANS LES ECOLES DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE

LE CONCOURS D ENTREE DANS LES ECOLES DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE LA PROFESSION DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE Le masseur-kinésithérapeute est le praticien diplômé qui exécute des actes médicaux de massage, de gymnastique médicale et de rééducation fonctionnelle et motrice.

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Les métiers de l enseignement

Les métiers de l enseignement Les secteurs qui recrutent Les dossiers de la MOIP Les métiers de l enseignement Dossier n 1 Date de parution : mai 12 Transmettre le savoir. Sommaire : Le professeur des écoles Le professeur de collège

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013 Lois 30321 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme et les conditions de validité de l'enseignement clinique pour l'obtention du grade académique de bachelier en soins

Plus en détail