Baromètre de l investissement immobilier français

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre de l investissement immobilier français"

Transcription

1 Baromètre de l investissement immobilier français 7e édition - Décembre , nouvelle année de ralentissement Le point de vue des plus grandes sociétés d'investissement présentes en France. Principe du baromètre En décembre 2009, IPD France a lancé un nouvel outil au service de la transparence et de la lisibilité du marché immobilier français. Cet instrument indépendant a pour vocation de suivre et de mesurer les anticipations des grands investisseurs institutionnels de la scène immobilière française, concernant l'évolution des marchés, à la location comme à l'investissement, ainsi que leurs stratégies d investissement. Nous avons le plaisir de présenter ici la septième édition de ce Baromètre IPD, en partenariat avec Crédit Foncier Immobilier. Typologie du panel Les participants AEW Europe Allianz Real Estate France Altaréa France Amundi Immobilier BNP Paribas Assurances BNP Paribas REIM CBRE Global Investors Foncière des Régions GE Real Estate France Generali Immobilier France Invesco Real Estate KanAm Grund LaSalle Investment Management Silic STAM Europe Union Invesment France Viveris REIM L ensemble de ces sociétés d investissement gère plus de 100 milliards d euros d actifs immobiliers en France. Les coulisses du Baromètre Un panel représentatif des plus importantes structures d investissement présentes en France est réuni trimestriellement. Au cours de ces réunions, les décideurs de ces structures exposent leur vision du marché immobilier pour 2011 et Croissance française, taux de rendement des actifs immobiliers, loyers faciaux contre revenus nets, mesures d accompagnement une vingtaine d indicateurs est ainsi passée au crible par des acteurs clés du marché immobilier d aujourd hui et de demain. Nous tenons à remercier ici l ensemble de nos panélistes, qui contribuent à la pérennité de l'outil. en partenariat avec

2 Quel scénario économique? Un avenir incertain La robustesse de l'économie lors des premiers mois de l'année avait entraîné un regain d'espoir quant à une reprise de l'activité. Lors du Baromètre de juin, les investisseurs interrogés avaient donc revu à la hausse leurs estimations de la croissance française, la moyenne de leurs réponses atteignant 1,8 % pour fin Les mois qui ont suivi ne leur auront pas donné 1/ Quel scénario économique? raison : depuis le début de l'été, les incertitudes liées à la crise de la dette en Zone Euro inquiètent les ménages, entraînant par conséquent un ralentissement de leur consommation. Son principal moteur étant en berne, la croissance économique s'en ressent : la moyenne des estimations de croissance du PIB des panélistes n'est désormais plus que de 1,2 % pour l'année La situation devrait encore se dégrader en 2012, sous l'effet des mesures d'austérité qui toucheront la plupart des pays européens : le panel table ainsi sur une croissance de seulement 0,9 % pour l'année prochaine. Notons que nos panélistes sont plus pessimistes que d'autres acteurs du marché : leur estimation est par exemple inférieure à celle du Consensus du Centre de Prévision de l'expansion, à la fois pour 2011 et Évolution de la croissance française et estimation du panel pour 2011 et ,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 fév Dispersion des réponses à fin 2011 à fin % % 50 % - 75 % 25 % - 50 % 0 % - 25 % Moyenne Un marché du travail encore en berne en 2012, et sans doute à plus long terme Au vu de la faiblesse de l'économie, il n'est pas étonnant que plus de deux tiers des panélistes estiment que l activité ne sera pas suffisante pour générer des emplois ; 20 % d'entre eux pensent même qu'au contraire elle va en détruire. Les prévisions ne sont pas plus optimistes en ce qui concerne le chômage : malgré un chiffre déjà élevé (9,9 % à fin septembre 2011 selon l'ocde), les investisseurs interrogés sont partagés entre une stabilisation et une poursuite de sa progression, et ils estiment en grande majorité qu'il ne repassera sous son niveau d'avant-crise qu'en 2015, ou après. Le marché du travail français n'est donc pas prêt de sortir de la période difficile dans laquelle il est entré il y a plus de deux ans La Banque Centrale Européenne devrait soutenir la croissance Les investisseurs du panel estiment que, si l'inflation restera contenue autour de 2 % d'ici fin 2012, la hausse des prix de l'énergie et, dans une moindre mesure, des prix des matières premières, devrait impacter l'inflation à court terme. Cependant, la BCE semble privilégier le soutien de la croissance à la maîtrise de l'inflation. Ainsi, début novembre, en lien avec la baisse de ses prévisions de croissance, elle a baissé son taux directeur principal à 1,25 %. Les panélistes s'attendent maintenant à un maintien de ses taux directeurs d'ici fin 2012 et à une nouvelle tentative de relance de la croissance dans un futur proche, à travers une seconde baisse des taux. -02-

3 Les bureaux en Île-de-France La prudence reste de mise Stabilisation de la demande placée Après un décrochage en 2009 et un rebond en 2010, la demande placée des bureaux en Île-de-France devrait se stabiliser en 2011 : la moyenne des réponses des panélistes s établit à 2,2 millions de m² pour l année en cours, au même niveau que les volumes observés en 2010 par Immostat-IPD. Le marché des bureaux, actifs les plus liquides de l'immobilier direct, reste porté par le dynamisme des transactions de petites surfaces (< m²), en nette hausse. A contrario, les arbitrages de grandes surfaces sont en forte baisse, impactés par la raréfaction des offres de première main ou restructurées. Pour 2012, les panélistes prévoient une stabilisation de la demande placée : elle devrait également s élever à 2,2 millions de m². La crainte d une rechute économique mondiale a fait revoir à la baisse les anticipations de juin 2011 des panélistes, qui avaient alors estimé la demande à 2,4 millions de m². En effet, les prévisions de croissance ainsi que le durcissement des conditions de financement dû au manque de liquidités des établissements bancaires remettent en question les différentes stratégies immobilières. La prudence des acteurs entraîne alors un allongement des prises de décisions et des délais de négociation. Demande placée de bureaux en Île-de-France (millions de m²) La vacance ne devrait pas non plus se résorber en 2012 : elle pourrait passer à 6,7 % en fin d'année. 73 % des investisseurs interrogés estiment d'ailleurs qu'elle ne se normalisera pas à son niveau d avant-crise avant , point d'inflexion pour les loyers prime faciaux dans Paris QCA 2/ Les bureaux en Île-de-France C'est une première depuis le lancement du Baromètre en décembre 2009 : après une croissance continue du loyer prime facial dans Paris QCA, les panélistes estiment actuellement que la tendance est à la baisse. Il devrait ainsi atteindre 763 /m²/an à fin 2011, un niveau légèrement inférieur à celui prévu lors du dernier Baromètre. Cette décroissance devrait se poursuivre au cours de l année à venir, le loyer prime facial attendu par les panélistes à fin 2012 se situant autour de 745 / m²/an, loin des 783 /m²/an annoncés précédemment. Les divergences de tendances sont, néanmoins, assez fortes entre neuf et seconde main, avec certes des loyers faciaux qui globalement se contracteraient, mais également des loyers de bureaux neufs qui pourraient enregistrer de fortes croissances dans les secteurs phares. Des disparités se ressentent également au cœur de notre panel d investisseurs, où l on observe un différentiel de loyer de plus de 150 /m²/an à fin 2012 entre les plus optimistes et les plus pessimistes. Dispersion des des loyers loyers prime prime faciaux faciaux dans dans Paris Paris QCA QCA 900 à fin 2011 à fin en / m² / an % % 50 % - 75 % 25 % - 50 % 0 % - 25 % Moyenne 650 Une vacance toujours assez élevée 600 fév Sources : Baromètres IPD La prévision à fin 2011 du niveau de vacance des bureaux en Île-de-France est constante par rapport au Baromètre de juin, s'établissant à 6,8 %. Une offre immédiate stable, couplée à une demande qui s'oriente plutôt vers les précommercialisations, expliquent ce phénomène. Cette moyenne cache cependant de fortes disparités, entre, d'un côté, les actifs de bonne qualité, situés principalement à Paris, qui sont toujours très prisés, et de l'autre, les actifs de périphérie qui présentent un taux de vacance parfois beaucoup plus important. et retour en force des avantages commerciaux en 2012 Les panélistes estiment que le loyer prime économique des bureaux Paris QCA s'établira à 649 /m²/an à fin 2011 : l'écart entre loyer prime facial et économique cette année resterait donc stable, à hauteur de 15 %. Pour 2012 en revanche, alors que dans le Baromètre de juin la grande majorité des panélistes prévoyait que seule une frange limitée de locataires exercerait une pression sur les propriétaires afin de contracter leurs loyers, ils sont maintenant 70 % à estimer que la majeure partie des locataires continuera à exercer des pressions sur les propriétaires

4 Les centres commerciaux Un renversement des attentes L'environnement macro-économique n a pas été clément pour les commerces en L arrêt de la prime à la casse en début d année a provoqué un décrochage de la consommation des ménages qui n aura pas trouvé de compensation au cours de l été. De juillet à septembre, celle-ci n a progressé que de 0,2 %, et elle se trouve à ce jour au même niveau qu il y a deux ans. L indice IPD semestriel a permis de constater qu à la miannée, les loyers des centres commerciaux et leurs valeurs locatives de marché ont commencé à fléchir, après avoir insolemment résisté en Dans le même temps, le taux d épargne des ménages français a atteint un record depuis 2009 en s établissant à 17,1 % au deuxième trimestre La fin d année risque donc d être décevante pour la consommation, et l austérité annoncée pour 2012 ne pourra que la ralentir. Des panélistes peu optimistes En écho, les anticipations du Baromètre se sont littéralement renversées : alors qu en juin, les investisseurs interrogés envisageaient presque tous une embellie de la consommation des ménages en 2012, cette hypothèse est désormais caduque. 62 % anticipent ainsi une dégradation de la consommation des ménages et 80 % pensent que le chiffre d affaires des commerçants sera mis à mal en Les perspectives de fréquentation des centres commerciaux subissent le même contrecoup : l idée d une augmentation n est plus à l ordre du jour et la moitié du panel pense même que cette fréquentation risque de diminuer 2/ Les centres commerciaux en La crainte d une vacance en légère hausse progresse dans le panel, passant de 13 % à 36 % des avis. La quasi-totalité des investisseurs pense néanmoins que les loyers resteront stables, ce qui, couplé à la baisse probable du chiffre d'affaires des enseignes, entraînera une hausse de leur taux d'effort, pourtant déjà un peu trop élevé d'après 56 % des panélistes. Évolution des composantes du taux d'effort en 2012 Chiffre d'affaires des enseignes juin 11 nov. 11 juin 11 nov % 43% 80% 13% 7% 23% 38% 38% Loyers Autrement dit, il n est plus possible pour les acteurs commerciaux de s en remettre à l année À défaut d un contexte porteur, tous les efforts vont porter sur la capacité des actifs commerciaux à se différencier pour capter leurs chalands. Le modèle traditionnel des centres commerciaux est plus que jamais contraint à se réinventer 7% 87% 7% Diminu&on Stabilisa&on Augmenta&on Évolution des principaux indicateurs de commerce en 2012 Évolu&on des principaux indicateurs de commerce en 2012 Consommation des ménages Fréquentation des centres commerciaux Vacance dans les centres commerciaux juin 11 nov. 11 juin 11 nov. 11 juin 11 nov. 11 6% 6% 7% 7% 6% 21% 88% 56% 38% 40% 53% 40% 53% 47% 40% 43% 36% Forte diminution Légère diminution Stabilisation Légère augmentation Forte augmentation 13% Sources : Baromètres IPD

5 La logistique en France Un climat qui reste difficile 65 Dispersion des loyers prime prime faciaux faciaux en Île-de-France en Île- de- France à fin 2011 à fin 2012 Les signes de reprise se sont effacés Les investisseurs du panel sont partagés quant à l avenir du marché logistique. En juin dernier, 85 % d'entre eux anticipaient une croissance de la demande placée en 2012, et certains prévoyaient même qu'elle absorberait le stock de seconde main et de classe B. Avec le renversement de conjoncture, les indices d activité ont chuté, et pour plus d'un tiers du panel, la demande placée en logistique devrait finalement rester atone en 2012, s inscrivant dans la continuité de 2010 et De plus, les investisseurs les moins pessimistes 2/ La logistique en France n'anticipent plus une croissance de la demande placée que pour les actifs neufs ou de bonne qualité type classe A. Ces derniers continueront à animer le marché mais ils se raréfient, et les projets en gris, plus aptes à fournir du cléen-main, devraient aggraver les difficultés du stock existant. en / m² / an fév Sources : Baromètres IPD Des loyers prime sous pression 75 % % 50 % - 75 % 25 % - 50 % 0 % - 25 % Moyennes Les meilleurs loyers des entrepôts et plateformes logistiques restent sous pression. Leur niveau se maintiendrait à 49 / m²/an en 2011 et 48 /m²/an en 2012, avec un consensus qui s est fortement resserré autour de ces valeurs. Ce maintien cache cependant la dégradation qui se poursuit des valeurs locatives des entrepôts de classe B ou C. Les mesures d accompagnement restent de l ordre de 10 %, avec un loyer économique prime de 44 /m²/an, en ligne avec les précédentes éditions du Baromètre. L'année prochaine, les locataires devraient continuer à exercer une pression sur les propriétaires, mais la majorité du panel estime que cela se fera autour du loyer économique moyen actuel. Le marché de l'investissement en France Pas de rebond de l'investissement en 2012 Des volumes d'engagement qui ne décollent pas les volumes d'investissement qui auraient pu atteindre 14,1 milliards d'euros l'année prochaine. Actuellement, le panel s'attend à un nombre restreint de ventes forcées en 2012, ramenant les volumes d'engagement au même faible niveau que leurs estimations pour Malgré une actualité mouvementée pour les autres classes d'actifs, entre crise de la dette souveraine en zone Euro et chute des marché boursiers, le statut de valeur refuge de l'immobilier n'a pas incité les investisseurs à reporter leurs capitaux sur ce marché Volume Volume des des engagements en en immobilier d'entreprise banalisé en France (Mds ) d'entreprise banalisé en France (Mds ) 27,6 23,7 Après une année 2009 très mauvaise en termes d'engagements en immobilier, le rebond de 2010 laissait espérer un retour à des volumes plus proches de leur niveau de Interrogés en début d'année, les panélistes attendaient d'ailleurs 13,3 milliards d'euros d'engagements pour l'année Cependant, la dégradation du contexte économique tout au long de l'année a fait revoir à la baisse les prévisions, qui sont passées à 11,6 milliards d'euros en juin puis à seulement 10,8 milliards d'euros en novembre. en milliards d'euros ,1 15,7 12,6 7,9 11,0 10,8 10, est Sources : CB Richard Ellis - Immostat- IPD - Baromètre IPD est Pour 2012, les prévisions sont également à la baisse. Les investisseurs interrogés en juin pensaient voir apparaître sur le marché un nombre conséquent de ventes forcées, renforçant

6 Pourquoi les deals peinent-ils toujours à se conclure? La rareté des financements arrive lors de cette édition largement en tête des freins au redémarrage massif de l'investissement. Le durcissement des conditions de crédit concerne à la fois la disponibilité des prêts et leur coût. Ainsi, les banques exigent une part significative de fonds propres : selon notre panel, le niveau maximum de LTV (loan to value) accepté actuellement par les banques n'excèderait pas 53%, en baisse par rapport à leur estimation de début d'année (60 %). Ils placent également les marges bancaires à un niveau élevé : pour les actifs prime, les panélistes les 3/ Le marché de l'investissement en France situent autour de 160 pb en commerces, 175 pb en bureaux et 225 pb en logistique. Sans surprise, le deuxième argument avancé par les panélistes est l'incertitude qui règne sur l'environnement économique et le marché locatif : les investisseurs restent prudents et attentistes. Cette incertitude concernant l'économie, couplée à l'aversion au risque des investisseurs les plus présents sur le marché actuellement, les pousse toujours à rechercher très majoritairement les actifs les plus sécurisés. La concurrence trop forte sur les actifs dits core arrive ainsi en troisième position, ex-aequo avec l'inadéquation entre les attentes des vendeurs et des acheteurs : les taux de rendement sur les meilleurs actifs sont certes repartis à la hausse, mais ils se révèlent toujours trop contraignants pour certains acheteurs. Quant aux vendeurs, ils ne subissent toujours que peu de pression sur leurs portefeuilles de la part des prêteurs et ne sont donc pas incités à consentir des décotes suffisamment attractives pour les investisseurs potentiels. Les réformes fiscales de 2012 pourraient avoir un impact significatif sur le marché immobilier Les panélistes ont estimé que l incertitude fiscale serait forte en Ils ont plus particulièrement souligné la disparition du levier fiscal 210 E, qui incitait les entreprises à externaliser vers certains types de véhicules, et la réforme des plus values immobilières qui fera passer de 15 à 30 ans la durée de détention d'un placement immobilier avant que sa plus-value de cession ne soit exonérée d'impôts. Interrogés sur l'impact de ces transformations annoncées de la fiscalité sur les projets d'investissement en immobilier tertiaire, les panélistes sont partagés : si 44 % d'entre eux estiment qu'elles n'auront pas d'impact majeur, une majorité s'attend en revanche à ce qu'elles pénalisent au moins les projets les plus fragiles, et quelques-uns estiment qu'elles pourraient même pénaliser les projets stratégiques. Les investisseurs pourraient donc être tentés de garder plus longtemps leurs actifs en portefeuille, réduisant encore la liquidité du marché immobilier. Le prime un peu moins cher Dans le Baromètre publié en mars dernier, les prévisions de taux prime à fin 2011 avaient atteint leur point bas. Pour les meilleurs actifs de bureaux de Paris QCA par exemple, le taux s'établissait selon les panélistes à 4,90 %. En juin, face à la remontée des taux court terme et au renchérissement de la dette, les investisseurs avaient anticipé pour la fin d'année une légère hausse des taux sur tous les produits, ce qui permettrait à la prime de risque immobilière de se maintenir à un niveau satisfaisant. Le Baromètre actuel confirme cette tendance, à la fois pour 2011 et ,0% 7,5% Évolution des taux de rendement prime 7,1% 7,2% 7,4% 7,5% 7,2% Les freins au redémarrage de l'investissement 7,0% 6,5% 6,0% 5,5% 5,0% 4,5% 4,0% À fin... 4,9% 4,9% 5,0% 5,0% 5,1% 5,0% 5,1% 5,2% 5,1% 5,2% f- 11 j- 11 n- 11 j- 11 n- 11 f- 11 j- 11 n- 11 j- 11 n- 11 f- 11 j- 11 n- 11 j- 11 n Bureaux Paris QCA Centres comm. Plateformes logiscques Sur le segment des centres commerciaux, les taux prime augmenteraient légèrement l'année prochaine, passant de 5,15 % à fin 2011 à 5,20 % à fin On observerait par contre une légère expansion des taux sur le secteur de la logistique, dont les taux remonteraient de 7,35 % à 7,45 %, et sur les bureaux de Paris QCA, dont les taux remonteraient de 4,95 % à 5,10 %

7 Les compagnies d'assurance toujours prépondérantes sur le marché immobilier français Les acteurs disposant de fonds propres devraient continuer à dominer le marché en Ainsi, il ne fait aucun doute pour notre panel que les compagnies d assurance continueront à être les investisseurs les plus actifs en France en 2012, d'autant que leur organisation en club deals leur permet de réaliser de grosses transactions. Les SCPI pourraient occuper la deuxième place sur le marché l'année prochaine. Plébiscitées par les investisseurs en recherche de détentions à long terme, ces sociétés vivent une nouvelle année record en termes de collecte, et l'intérêt du marché pour ces véhicules ne devrait pas faiblir en La réforme des plus-values qui interviendra en février prochain ne devrait que peu impacter les SCPI, les investisseurs étant attachés à ces produits qui délivrent de bons rendements. En troisième position, on retrouve les OPCI, qui s'imposent sur le marché depuis leur décollage en Les acteurs les plus actifs à l'investissement Rendement en capital du marché français tel que mesuré par IPD au 31/12 de chaque année Pour les bureaux Paris QCA et les centres commerciaux, le panel anticipe une baisse continue du rendement en capital à fin 2011 et fin La logistique devrait quant à elle renouer avec un rendement positif en 2011, avant de repartir en territoire légèrement négatif en Rendement en capital IPD par produit Un rendement en capital positif mais en baisse en 2012 Après deux années en territoire négatif, le rendement en capital du marché français a retrouvé une valeur positive en 2010, principalement sous l'effet de la forte contraction des taux : il s'établissait ainsi à 4,0 % à fin Pour 2011, les panélistes anticipent une stabilisation du rendement en capital grâce à la bonne tenue du marché au premier semestre : la moyenne de leurs réponses s établit à 4,7 % - ce qui peut paraître optimiste puisque l'indice IPD établissait pour le premier semestre un rendement de 1,1 %. Pour 2012 en revanche, les investisseurs prennent en compte la dégradation attendue du contexte économique et sont donc moins optimistes : le rendement en capital à fin d'année prochaine pourrait être seulement d'environ 2 %. 3/ Le marché de l'investissement en France

8 Les stratégies des investisseurs Priorité aux actifs sécurisés Pas de surprise concernant les intentions d'investissement direct en France Les stratégies d'investissement des panélistes pour 2012 reflètent le contexte économique morne. Premier constat, une baisse des volumes : les 15 investisseurs nous ayant communiqué à la fois leurs volumes d'achats et de ventes ne souhaitent placer que 7,5 milliards d'euros en direct sur le marché immobilier français l'année prochaine. 4/ Les stratégies des investisseurs De plus, ce sont toujours les actifs les plus matures et les plus liquides qui les attirent principalement ; on retrouve ainsi en tête de leurs intentions d'investissement les bureaux parisiens, puis les bureaux jusqu'en Première Couronne. Les centres commerciaux conservent cette fois encore leur quatrième position, en raison de la bonne tenue de leurs loyers et de leur faible taux de vacance. Les investisseurs diversifient leurs cibles Deux tiers des panélistes indiquent vouloir également investir à l étranger en Marché mature et assez peu impacté par les mesures d'austérité prises dans la zone euro, l Allemagne arrive nettement en tête des intentions d'investissement (43 %). Le Royaume-Uni reste en deuxième position, mais ne représente plus que 12 % des intentions d'investissement. Les Pays nordiques sortent du trio du tête, au bénéfice de l'espagne, l'europe Centrale et de l'est et l'asie ex-aequo en troisième place. Par ailleurs, plus de la moitié des panélistes indiquent souhaiter investir indirectement en immobilier en 2012, une part en hausse. Pour la première fois depuis le lancement du Baromètre, la majorité d'entre eux plébiscitent le rachat de sociétés (35 %). En deuxième place, on trouve le rachat de dettes immobilières, dont la montée en puissance avait été évoquée par la presse au premier semestre. Les véhicules privilégiés lors des précédents Baromètres les fonds non cotés de type core et value-added ainsi que les foncières cotées n'arrivent qu'ensuite. Rachat de sociétés Inves/ssement Investissement indirect 35% Les panélistes continuent également à privilégier les actifs à revenu sécurisé. On note toutefois un intérêt marqué pour les développements, qu'ils soient pré-commercialisés ou même, dans une moindre mesure, en blanc. De5es immobilières Foncières cotées Fonds non cotés Core Fonds non cotés Core+ / Value- Added 9% 15% 15% 21% Choix Choix d'alloca3on d'allocation des investisseurs inves3sseurs Dérivés sur indices immobiliers 6% Bureaux Paris 27% Bureaux 1ère couronne Bur. Croissant Ouest & La Défense 23% 20% Centres commerciaux 11% Autres commerces Bureaux Reste de l'île- de- France 7% 6% Bureaux Province RésidenHel LogisHque AcHfs de service 2% 2% 1% 0% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% Fonds non cotés OpportunisGc Des ventes toujours mesurées en France 0% 0% 10% 20% 30% 40% 50% nov. 11 (2012) juin 11 (2011) fév. 11 (2011) Les panélistes souhaitent arbitrer à hauteur de 4,2 millions d'euros en 2012 ; ce chiffre, ramené aux montants qu'ils souhaitent investir, fait apparaître un ratio de 56 %, dans la moyenne habituelle du Baromètre. Les ventes porteraient en priorité sur les bureaux, en 2e Couronne mais également dans un secteur sécurisé, le Croissant Ouest & la Défense, ainsi que sur la logistique et le résidentiel. nov. 11 (2012) juin 11 (2011) fév. 11 (2011) Prochaine édition du Baromètre IPD La prochaine parution du Baromètre est prévue en mars 2012, à l'occasion du MIPIM. IPD France Séverine Chance Chargée d'études 37, bd des Capucines Paris Crédit Foncier Immobilier Gérard Rûl Directeur des Études 24, rue des Capucines Paris

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Baromètre de l investissement immobilier français

Baromètre de l investissement immobilier français Baromètre de l investissement immobilier français Dans un contexte économique stable en 2015, les signaux de reprise restent timides 16ème édition - Décembre 2014 ipd.com Principe du Baromètre Depuis plus

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Des résultats semestriels sous haute surveillance

Des résultats semestriels sous haute surveillance Des résultats semestriels sous haute surveillance 01/07/14 à 11:49 - Reuters - Une hausse des résultats nécessaire pour justifier les valorisations actuelles - Le marché n'anticipe pas une vague d'avertissements

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient. 1 ere partie 17 juin 2008

A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient. 1 ere partie 17 juin 2008 A la recherche du couple Stratégie d investissement - Mode de financement le plus efficient 1 ere partie 17 juin 2008 Sommaire Les investisseurs en France Les stratégies et critères d investissement Quels

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Fructipierre, vous bénéficiez d une véritable expertise. UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE POUR COMPTE DE TIERS NAMI-AEW Europe figure parmi

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

Baromètre de l investissement immobilier français 9 ème édition-juillet 2012

Baromètre de l investissement immobilier français 9 ème édition-juillet 2012 Baromètre de l investissement immobilier français 9 ème édition-juillet 2012 Une seule certitude, l'incertitude Principe du baromètre Typologie du panel Bien que les échéances électorales de l'année 2012

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 PARIS, LE 14 FEVRIER 2013, COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 Le Conseil d administration de SIIC de Paris, dans sa réunion du 13 février 2013 présidée par Monsieur Ignacio Bayón

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Baromètre de l investissement immobilier français

Baromètre de l investissement immobilier français Baromètre de l investissement immobilier français Un redémarrage fragile pour 2014 / Une embellie en 2015 14 ème édition - Mars 2014 ipd.com ipd.com Principe du Baromètre Depuis plus de trois ans, les

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» :

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» : Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2015 LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD Les statistiques ASPIM-IEIF pour le premier semestre de 2015 confirment une

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Communiqué de presse Paris (France), le 5 Juin 2014 Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Eurosic SA (Eurosic) annonce ce jour la signature

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Page 1 of 6 Aussi dans ce numéro Le Mot de l'économiste fait relâche durant la période des vacances. De retour en septembre. Forte croissance des ventes résidentielles dans la région de Gatineau Les Canadiens

Plus en détail

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland 8 e Conférence Annuelle OPCI 2013 Le Marché de l OPCI face à la crise et suite à la disparition du 210E Dii conférences Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland Paris, 22 janvier 2013 Dii Conférences

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Panorama des financements On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. En 2015, l afflux de liquidités et la relative pénurie de produits «Core»

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

L Emploi des cadres dans l immobilier.

L Emploi des cadres dans l immobilier. L Emploi des cadres dans l immobilier. Jamais nous n avions connu une évolution à la fois aussi rapide, aussi contradictoire et aussi volatile du contexte économique général et immobilier en particulier!

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4.

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4. SCPI OPCI CILOGER SOMMAIRE Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3 Une équipe de professionnels de l immobilier 4 Philosophie 5 Stratégie d investissement 6 Une gamme complète de produits

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Chiffre d affaires sur 9 mois : 19,7 M (+ 11%)

Chiffre d affaires sur 9 mois : 19,7 M (+ 11%) Communiqué de presse Paris, le 6 novembre 2015, 8h00 Chiffre d affaires sur 9 mois : 19,7 M (+ 11%) Progression de + 1 % des loyers et de + 6 % des loyers commerciaux (hors habitation), grâce aux acquisitions

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées Le bilan économique 2013 en Midi- Construction La construction de logements ne redémarre pas Sokorn Marigot (Dreal) Résumé En 2013, le nombre de logements autorisés à la construction en Midi- progresse

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Communiqué de Presse Paris, le jeudi 19 février 2009 BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Chiffres clés : 130 SCPI gérées par 25 groupes Capitalisation : 17,30 milliards Collecte nette : 874

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Paris, 5 mai 2015 Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Croissance du chiffre d affaires : +5,3% à périmètre et change courants (+2,3%

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO PERIAL Asset Management, une filiale du groupe PERIAL 9 rue Jadin - 75017 Paris Tél : 01 56 43 11 00 - Fax : 01 42 25 55 00 www.perial.com

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

SG Pierre Entreprise

SG Pierre Entreprise SG Pierre Entreprise Fonds de Placement Immobilier De l immobilier d entreprise souple pour diversifier votre patrimoine Durée de placement recommandée : 10 ans minimum SG Pierre Entreprise Préambule Avertissement

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

COMPRENDRE L IMMOBILIER & L OPCI

COMPRENDRE L IMMOBILIER & L OPCI COMPRENDRE L IMMOBILIER & L OPCI SECTEUR ECONOMIQUE MAJEUR PLACEMENTS PREFERES PIERRE OU PAPIER ENTREPRISE RESIDENTIEL COMMERCE OPCI L immobilier est un terme générique, définissant et incluant toute activité

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com DOSSIER DE PRESSE POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 1 I. Le Marché de l immobilier

Plus en détail

FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER?

FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER? Deuxième édition de #1 FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER? Deuxième édition de #2 PLAN DE L INTERVENTION 1. Les grandes principes d une retraité préparée 2. Point sur

Plus en détail