Baromètre de l investissement immobilier français

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre de l investissement immobilier français"

Transcription

1 Baromètre de l investissement immobilier français 7e édition - Décembre , nouvelle année de ralentissement Le point de vue des plus grandes sociétés d'investissement présentes en France. Principe du baromètre En décembre 2009, IPD France a lancé un nouvel outil au service de la transparence et de la lisibilité du marché immobilier français. Cet instrument indépendant a pour vocation de suivre et de mesurer les anticipations des grands investisseurs institutionnels de la scène immobilière française, concernant l'évolution des marchés, à la location comme à l'investissement, ainsi que leurs stratégies d investissement. Nous avons le plaisir de présenter ici la septième édition de ce Baromètre IPD, en partenariat avec Crédit Foncier Immobilier. Typologie du panel Les participants AEW Europe Allianz Real Estate France Altaréa France Amundi Immobilier BNP Paribas Assurances BNP Paribas REIM CBRE Global Investors Foncière des Régions GE Real Estate France Generali Immobilier France Invesco Real Estate KanAm Grund LaSalle Investment Management Silic STAM Europe Union Invesment France Viveris REIM L ensemble de ces sociétés d investissement gère plus de 100 milliards d euros d actifs immobiliers en France. Les coulisses du Baromètre Un panel représentatif des plus importantes structures d investissement présentes en France est réuni trimestriellement. Au cours de ces réunions, les décideurs de ces structures exposent leur vision du marché immobilier pour 2011 et Croissance française, taux de rendement des actifs immobiliers, loyers faciaux contre revenus nets, mesures d accompagnement une vingtaine d indicateurs est ainsi passée au crible par des acteurs clés du marché immobilier d aujourd hui et de demain. Nous tenons à remercier ici l ensemble de nos panélistes, qui contribuent à la pérennité de l'outil. en partenariat avec

2 Quel scénario économique? Un avenir incertain La robustesse de l'économie lors des premiers mois de l'année avait entraîné un regain d'espoir quant à une reprise de l'activité. Lors du Baromètre de juin, les investisseurs interrogés avaient donc revu à la hausse leurs estimations de la croissance française, la moyenne de leurs réponses atteignant 1,8 % pour fin Les mois qui ont suivi ne leur auront pas donné 1/ Quel scénario économique? raison : depuis le début de l'été, les incertitudes liées à la crise de la dette en Zone Euro inquiètent les ménages, entraînant par conséquent un ralentissement de leur consommation. Son principal moteur étant en berne, la croissance économique s'en ressent : la moyenne des estimations de croissance du PIB des panélistes n'est désormais plus que de 1,2 % pour l'année La situation devrait encore se dégrader en 2012, sous l'effet des mesures d'austérité qui toucheront la plupart des pays européens : le panel table ainsi sur une croissance de seulement 0,9 % pour l'année prochaine. Notons que nos panélistes sont plus pessimistes que d'autres acteurs du marché : leur estimation est par exemple inférieure à celle du Consensus du Centre de Prévision de l'expansion, à la fois pour 2011 et Évolution de la croissance française et estimation du panel pour 2011 et ,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 fév Dispersion des réponses à fin 2011 à fin % % 50 % - 75 % 25 % - 50 % 0 % - 25 % Moyenne Un marché du travail encore en berne en 2012, et sans doute à plus long terme Au vu de la faiblesse de l'économie, il n'est pas étonnant que plus de deux tiers des panélistes estiment que l activité ne sera pas suffisante pour générer des emplois ; 20 % d'entre eux pensent même qu'au contraire elle va en détruire. Les prévisions ne sont pas plus optimistes en ce qui concerne le chômage : malgré un chiffre déjà élevé (9,9 % à fin septembre 2011 selon l'ocde), les investisseurs interrogés sont partagés entre une stabilisation et une poursuite de sa progression, et ils estiment en grande majorité qu'il ne repassera sous son niveau d'avant-crise qu'en 2015, ou après. Le marché du travail français n'est donc pas prêt de sortir de la période difficile dans laquelle il est entré il y a plus de deux ans La Banque Centrale Européenne devrait soutenir la croissance Les investisseurs du panel estiment que, si l'inflation restera contenue autour de 2 % d'ici fin 2012, la hausse des prix de l'énergie et, dans une moindre mesure, des prix des matières premières, devrait impacter l'inflation à court terme. Cependant, la BCE semble privilégier le soutien de la croissance à la maîtrise de l'inflation. Ainsi, début novembre, en lien avec la baisse de ses prévisions de croissance, elle a baissé son taux directeur principal à 1,25 %. Les panélistes s'attendent maintenant à un maintien de ses taux directeurs d'ici fin 2012 et à une nouvelle tentative de relance de la croissance dans un futur proche, à travers une seconde baisse des taux. -02-

3 Les bureaux en Île-de-France La prudence reste de mise Stabilisation de la demande placée Après un décrochage en 2009 et un rebond en 2010, la demande placée des bureaux en Île-de-France devrait se stabiliser en 2011 : la moyenne des réponses des panélistes s établit à 2,2 millions de m² pour l année en cours, au même niveau que les volumes observés en 2010 par Immostat-IPD. Le marché des bureaux, actifs les plus liquides de l'immobilier direct, reste porté par le dynamisme des transactions de petites surfaces (< m²), en nette hausse. A contrario, les arbitrages de grandes surfaces sont en forte baisse, impactés par la raréfaction des offres de première main ou restructurées. Pour 2012, les panélistes prévoient une stabilisation de la demande placée : elle devrait également s élever à 2,2 millions de m². La crainte d une rechute économique mondiale a fait revoir à la baisse les anticipations de juin 2011 des panélistes, qui avaient alors estimé la demande à 2,4 millions de m². En effet, les prévisions de croissance ainsi que le durcissement des conditions de financement dû au manque de liquidités des établissements bancaires remettent en question les différentes stratégies immobilières. La prudence des acteurs entraîne alors un allongement des prises de décisions et des délais de négociation. Demande placée de bureaux en Île-de-France (millions de m²) La vacance ne devrait pas non plus se résorber en 2012 : elle pourrait passer à 6,7 % en fin d'année. 73 % des investisseurs interrogés estiment d'ailleurs qu'elle ne se normalisera pas à son niveau d avant-crise avant , point d'inflexion pour les loyers prime faciaux dans Paris QCA 2/ Les bureaux en Île-de-France C'est une première depuis le lancement du Baromètre en décembre 2009 : après une croissance continue du loyer prime facial dans Paris QCA, les panélistes estiment actuellement que la tendance est à la baisse. Il devrait ainsi atteindre 763 /m²/an à fin 2011, un niveau légèrement inférieur à celui prévu lors du dernier Baromètre. Cette décroissance devrait se poursuivre au cours de l année à venir, le loyer prime facial attendu par les panélistes à fin 2012 se situant autour de 745 / m²/an, loin des 783 /m²/an annoncés précédemment. Les divergences de tendances sont, néanmoins, assez fortes entre neuf et seconde main, avec certes des loyers faciaux qui globalement se contracteraient, mais également des loyers de bureaux neufs qui pourraient enregistrer de fortes croissances dans les secteurs phares. Des disparités se ressentent également au cœur de notre panel d investisseurs, où l on observe un différentiel de loyer de plus de 150 /m²/an à fin 2012 entre les plus optimistes et les plus pessimistes. Dispersion des des loyers loyers prime prime faciaux faciaux dans dans Paris Paris QCA QCA 900 à fin 2011 à fin en / m² / an % % 50 % - 75 % 25 % - 50 % 0 % - 25 % Moyenne 650 Une vacance toujours assez élevée 600 fév Sources : Baromètres IPD La prévision à fin 2011 du niveau de vacance des bureaux en Île-de-France est constante par rapport au Baromètre de juin, s'établissant à 6,8 %. Une offre immédiate stable, couplée à une demande qui s'oriente plutôt vers les précommercialisations, expliquent ce phénomène. Cette moyenne cache cependant de fortes disparités, entre, d'un côté, les actifs de bonne qualité, situés principalement à Paris, qui sont toujours très prisés, et de l'autre, les actifs de périphérie qui présentent un taux de vacance parfois beaucoup plus important. et retour en force des avantages commerciaux en 2012 Les panélistes estiment que le loyer prime économique des bureaux Paris QCA s'établira à 649 /m²/an à fin 2011 : l'écart entre loyer prime facial et économique cette année resterait donc stable, à hauteur de 15 %. Pour 2012 en revanche, alors que dans le Baromètre de juin la grande majorité des panélistes prévoyait que seule une frange limitée de locataires exercerait une pression sur les propriétaires afin de contracter leurs loyers, ils sont maintenant 70 % à estimer que la majeure partie des locataires continuera à exercer des pressions sur les propriétaires

4 Les centres commerciaux Un renversement des attentes L'environnement macro-économique n a pas été clément pour les commerces en L arrêt de la prime à la casse en début d année a provoqué un décrochage de la consommation des ménages qui n aura pas trouvé de compensation au cours de l été. De juillet à septembre, celle-ci n a progressé que de 0,2 %, et elle se trouve à ce jour au même niveau qu il y a deux ans. L indice IPD semestriel a permis de constater qu à la miannée, les loyers des centres commerciaux et leurs valeurs locatives de marché ont commencé à fléchir, après avoir insolemment résisté en Dans le même temps, le taux d épargne des ménages français a atteint un record depuis 2009 en s établissant à 17,1 % au deuxième trimestre La fin d année risque donc d être décevante pour la consommation, et l austérité annoncée pour 2012 ne pourra que la ralentir. Des panélistes peu optimistes En écho, les anticipations du Baromètre se sont littéralement renversées : alors qu en juin, les investisseurs interrogés envisageaient presque tous une embellie de la consommation des ménages en 2012, cette hypothèse est désormais caduque. 62 % anticipent ainsi une dégradation de la consommation des ménages et 80 % pensent que le chiffre d affaires des commerçants sera mis à mal en Les perspectives de fréquentation des centres commerciaux subissent le même contrecoup : l idée d une augmentation n est plus à l ordre du jour et la moitié du panel pense même que cette fréquentation risque de diminuer 2/ Les centres commerciaux en La crainte d une vacance en légère hausse progresse dans le panel, passant de 13 % à 36 % des avis. La quasi-totalité des investisseurs pense néanmoins que les loyers resteront stables, ce qui, couplé à la baisse probable du chiffre d'affaires des enseignes, entraînera une hausse de leur taux d'effort, pourtant déjà un peu trop élevé d'après 56 % des panélistes. Évolution des composantes du taux d'effort en 2012 Chiffre d'affaires des enseignes juin 11 nov. 11 juin 11 nov % 43% 80% 13% 7% 23% 38% 38% Loyers Autrement dit, il n est plus possible pour les acteurs commerciaux de s en remettre à l année À défaut d un contexte porteur, tous les efforts vont porter sur la capacité des actifs commerciaux à se différencier pour capter leurs chalands. Le modèle traditionnel des centres commerciaux est plus que jamais contraint à se réinventer 7% 87% 7% Diminu&on Stabilisa&on Augmenta&on Évolution des principaux indicateurs de commerce en 2012 Évolu&on des principaux indicateurs de commerce en 2012 Consommation des ménages Fréquentation des centres commerciaux Vacance dans les centres commerciaux juin 11 nov. 11 juin 11 nov. 11 juin 11 nov. 11 6% 6% 7% 7% 6% 21% 88% 56% 38% 40% 53% 40% 53% 47% 40% 43% 36% Forte diminution Légère diminution Stabilisation Légère augmentation Forte augmentation 13% Sources : Baromètres IPD

5 La logistique en France Un climat qui reste difficile 65 Dispersion des loyers prime prime faciaux faciaux en Île-de-France en Île- de- France à fin 2011 à fin 2012 Les signes de reprise se sont effacés Les investisseurs du panel sont partagés quant à l avenir du marché logistique. En juin dernier, 85 % d'entre eux anticipaient une croissance de la demande placée en 2012, et certains prévoyaient même qu'elle absorberait le stock de seconde main et de classe B. Avec le renversement de conjoncture, les indices d activité ont chuté, et pour plus d'un tiers du panel, la demande placée en logistique devrait finalement rester atone en 2012, s inscrivant dans la continuité de 2010 et De plus, les investisseurs les moins pessimistes 2/ La logistique en France n'anticipent plus une croissance de la demande placée que pour les actifs neufs ou de bonne qualité type classe A. Ces derniers continueront à animer le marché mais ils se raréfient, et les projets en gris, plus aptes à fournir du cléen-main, devraient aggraver les difficultés du stock existant. en / m² / an fév Sources : Baromètres IPD Des loyers prime sous pression 75 % % 50 % - 75 % 25 % - 50 % 0 % - 25 % Moyennes Les meilleurs loyers des entrepôts et plateformes logistiques restent sous pression. Leur niveau se maintiendrait à 49 / m²/an en 2011 et 48 /m²/an en 2012, avec un consensus qui s est fortement resserré autour de ces valeurs. Ce maintien cache cependant la dégradation qui se poursuit des valeurs locatives des entrepôts de classe B ou C. Les mesures d accompagnement restent de l ordre de 10 %, avec un loyer économique prime de 44 /m²/an, en ligne avec les précédentes éditions du Baromètre. L'année prochaine, les locataires devraient continuer à exercer une pression sur les propriétaires, mais la majorité du panel estime que cela se fera autour du loyer économique moyen actuel. Le marché de l'investissement en France Pas de rebond de l'investissement en 2012 Des volumes d'engagement qui ne décollent pas les volumes d'investissement qui auraient pu atteindre 14,1 milliards d'euros l'année prochaine. Actuellement, le panel s'attend à un nombre restreint de ventes forcées en 2012, ramenant les volumes d'engagement au même faible niveau que leurs estimations pour Malgré une actualité mouvementée pour les autres classes d'actifs, entre crise de la dette souveraine en zone Euro et chute des marché boursiers, le statut de valeur refuge de l'immobilier n'a pas incité les investisseurs à reporter leurs capitaux sur ce marché Volume Volume des des engagements en en immobilier d'entreprise banalisé en France (Mds ) d'entreprise banalisé en France (Mds ) 27,6 23,7 Après une année 2009 très mauvaise en termes d'engagements en immobilier, le rebond de 2010 laissait espérer un retour à des volumes plus proches de leur niveau de Interrogés en début d'année, les panélistes attendaient d'ailleurs 13,3 milliards d'euros d'engagements pour l'année Cependant, la dégradation du contexte économique tout au long de l'année a fait revoir à la baisse les prévisions, qui sont passées à 11,6 milliards d'euros en juin puis à seulement 10,8 milliards d'euros en novembre. en milliards d'euros ,1 15,7 12,6 7,9 11,0 10,8 10, est Sources : CB Richard Ellis - Immostat- IPD - Baromètre IPD est Pour 2012, les prévisions sont également à la baisse. Les investisseurs interrogés en juin pensaient voir apparaître sur le marché un nombre conséquent de ventes forcées, renforçant

6 Pourquoi les deals peinent-ils toujours à se conclure? La rareté des financements arrive lors de cette édition largement en tête des freins au redémarrage massif de l'investissement. Le durcissement des conditions de crédit concerne à la fois la disponibilité des prêts et leur coût. Ainsi, les banques exigent une part significative de fonds propres : selon notre panel, le niveau maximum de LTV (loan to value) accepté actuellement par les banques n'excèderait pas 53%, en baisse par rapport à leur estimation de début d'année (60 %). Ils placent également les marges bancaires à un niveau élevé : pour les actifs prime, les panélistes les 3/ Le marché de l'investissement en France situent autour de 160 pb en commerces, 175 pb en bureaux et 225 pb en logistique. Sans surprise, le deuxième argument avancé par les panélistes est l'incertitude qui règne sur l'environnement économique et le marché locatif : les investisseurs restent prudents et attentistes. Cette incertitude concernant l'économie, couplée à l'aversion au risque des investisseurs les plus présents sur le marché actuellement, les pousse toujours à rechercher très majoritairement les actifs les plus sécurisés. La concurrence trop forte sur les actifs dits core arrive ainsi en troisième position, ex-aequo avec l'inadéquation entre les attentes des vendeurs et des acheteurs : les taux de rendement sur les meilleurs actifs sont certes repartis à la hausse, mais ils se révèlent toujours trop contraignants pour certains acheteurs. Quant aux vendeurs, ils ne subissent toujours que peu de pression sur leurs portefeuilles de la part des prêteurs et ne sont donc pas incités à consentir des décotes suffisamment attractives pour les investisseurs potentiels. Les réformes fiscales de 2012 pourraient avoir un impact significatif sur le marché immobilier Les panélistes ont estimé que l incertitude fiscale serait forte en Ils ont plus particulièrement souligné la disparition du levier fiscal 210 E, qui incitait les entreprises à externaliser vers certains types de véhicules, et la réforme des plus values immobilières qui fera passer de 15 à 30 ans la durée de détention d'un placement immobilier avant que sa plus-value de cession ne soit exonérée d'impôts. Interrogés sur l'impact de ces transformations annoncées de la fiscalité sur les projets d'investissement en immobilier tertiaire, les panélistes sont partagés : si 44 % d'entre eux estiment qu'elles n'auront pas d'impact majeur, une majorité s'attend en revanche à ce qu'elles pénalisent au moins les projets les plus fragiles, et quelques-uns estiment qu'elles pourraient même pénaliser les projets stratégiques. Les investisseurs pourraient donc être tentés de garder plus longtemps leurs actifs en portefeuille, réduisant encore la liquidité du marché immobilier. Le prime un peu moins cher Dans le Baromètre publié en mars dernier, les prévisions de taux prime à fin 2011 avaient atteint leur point bas. Pour les meilleurs actifs de bureaux de Paris QCA par exemple, le taux s'établissait selon les panélistes à 4,90 %. En juin, face à la remontée des taux court terme et au renchérissement de la dette, les investisseurs avaient anticipé pour la fin d'année une légère hausse des taux sur tous les produits, ce qui permettrait à la prime de risque immobilière de se maintenir à un niveau satisfaisant. Le Baromètre actuel confirme cette tendance, à la fois pour 2011 et ,0% 7,5% Évolution des taux de rendement prime 7,1% 7,2% 7,4% 7,5% 7,2% Les freins au redémarrage de l'investissement 7,0% 6,5% 6,0% 5,5% 5,0% 4,5% 4,0% À fin... 4,9% 4,9% 5,0% 5,0% 5,1% 5,0% 5,1% 5,2% 5,1% 5,2% f- 11 j- 11 n- 11 j- 11 n- 11 f- 11 j- 11 n- 11 j- 11 n- 11 f- 11 j- 11 n- 11 j- 11 n Bureaux Paris QCA Centres comm. Plateformes logiscques Sur le segment des centres commerciaux, les taux prime augmenteraient légèrement l'année prochaine, passant de 5,15 % à fin 2011 à 5,20 % à fin On observerait par contre une légère expansion des taux sur le secteur de la logistique, dont les taux remonteraient de 7,35 % à 7,45 %, et sur les bureaux de Paris QCA, dont les taux remonteraient de 4,95 % à 5,10 %

7 Les compagnies d'assurance toujours prépondérantes sur le marché immobilier français Les acteurs disposant de fonds propres devraient continuer à dominer le marché en Ainsi, il ne fait aucun doute pour notre panel que les compagnies d assurance continueront à être les investisseurs les plus actifs en France en 2012, d'autant que leur organisation en club deals leur permet de réaliser de grosses transactions. Les SCPI pourraient occuper la deuxième place sur le marché l'année prochaine. Plébiscitées par les investisseurs en recherche de détentions à long terme, ces sociétés vivent une nouvelle année record en termes de collecte, et l'intérêt du marché pour ces véhicules ne devrait pas faiblir en La réforme des plus-values qui interviendra en février prochain ne devrait que peu impacter les SCPI, les investisseurs étant attachés à ces produits qui délivrent de bons rendements. En troisième position, on retrouve les OPCI, qui s'imposent sur le marché depuis leur décollage en Les acteurs les plus actifs à l'investissement Rendement en capital du marché français tel que mesuré par IPD au 31/12 de chaque année Pour les bureaux Paris QCA et les centres commerciaux, le panel anticipe une baisse continue du rendement en capital à fin 2011 et fin La logistique devrait quant à elle renouer avec un rendement positif en 2011, avant de repartir en territoire légèrement négatif en Rendement en capital IPD par produit Un rendement en capital positif mais en baisse en 2012 Après deux années en territoire négatif, le rendement en capital du marché français a retrouvé une valeur positive en 2010, principalement sous l'effet de la forte contraction des taux : il s'établissait ainsi à 4,0 % à fin Pour 2011, les panélistes anticipent une stabilisation du rendement en capital grâce à la bonne tenue du marché au premier semestre : la moyenne de leurs réponses s établit à 4,7 % - ce qui peut paraître optimiste puisque l'indice IPD établissait pour le premier semestre un rendement de 1,1 %. Pour 2012 en revanche, les investisseurs prennent en compte la dégradation attendue du contexte économique et sont donc moins optimistes : le rendement en capital à fin d'année prochaine pourrait être seulement d'environ 2 %. 3/ Le marché de l'investissement en France

8 Les stratégies des investisseurs Priorité aux actifs sécurisés Pas de surprise concernant les intentions d'investissement direct en France Les stratégies d'investissement des panélistes pour 2012 reflètent le contexte économique morne. Premier constat, une baisse des volumes : les 15 investisseurs nous ayant communiqué à la fois leurs volumes d'achats et de ventes ne souhaitent placer que 7,5 milliards d'euros en direct sur le marché immobilier français l'année prochaine. 4/ Les stratégies des investisseurs De plus, ce sont toujours les actifs les plus matures et les plus liquides qui les attirent principalement ; on retrouve ainsi en tête de leurs intentions d'investissement les bureaux parisiens, puis les bureaux jusqu'en Première Couronne. Les centres commerciaux conservent cette fois encore leur quatrième position, en raison de la bonne tenue de leurs loyers et de leur faible taux de vacance. Les investisseurs diversifient leurs cibles Deux tiers des panélistes indiquent vouloir également investir à l étranger en Marché mature et assez peu impacté par les mesures d'austérité prises dans la zone euro, l Allemagne arrive nettement en tête des intentions d'investissement (43 %). Le Royaume-Uni reste en deuxième position, mais ne représente plus que 12 % des intentions d'investissement. Les Pays nordiques sortent du trio du tête, au bénéfice de l'espagne, l'europe Centrale et de l'est et l'asie ex-aequo en troisième place. Par ailleurs, plus de la moitié des panélistes indiquent souhaiter investir indirectement en immobilier en 2012, une part en hausse. Pour la première fois depuis le lancement du Baromètre, la majorité d'entre eux plébiscitent le rachat de sociétés (35 %). En deuxième place, on trouve le rachat de dettes immobilières, dont la montée en puissance avait été évoquée par la presse au premier semestre. Les véhicules privilégiés lors des précédents Baromètres les fonds non cotés de type core et value-added ainsi que les foncières cotées n'arrivent qu'ensuite. Rachat de sociétés Inves/ssement Investissement indirect 35% Les panélistes continuent également à privilégier les actifs à revenu sécurisé. On note toutefois un intérêt marqué pour les développements, qu'ils soient pré-commercialisés ou même, dans une moindre mesure, en blanc. De5es immobilières Foncières cotées Fonds non cotés Core Fonds non cotés Core+ / Value- Added 9% 15% 15% 21% Choix Choix d'alloca3on d'allocation des investisseurs inves3sseurs Dérivés sur indices immobiliers 6% Bureaux Paris 27% Bureaux 1ère couronne Bur. Croissant Ouest & La Défense 23% 20% Centres commerciaux 11% Autres commerces Bureaux Reste de l'île- de- France 7% 6% Bureaux Province RésidenHel LogisHque AcHfs de service 2% 2% 1% 0% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% Fonds non cotés OpportunisGc Des ventes toujours mesurées en France 0% 0% 10% 20% 30% 40% 50% nov. 11 (2012) juin 11 (2011) fév. 11 (2011) Les panélistes souhaitent arbitrer à hauteur de 4,2 millions d'euros en 2012 ; ce chiffre, ramené aux montants qu'ils souhaitent investir, fait apparaître un ratio de 56 %, dans la moyenne habituelle du Baromètre. Les ventes porteraient en priorité sur les bureaux, en 2e Couronne mais également dans un secteur sécurisé, le Croissant Ouest & la Défense, ainsi que sur la logistique et le résidentiel. nov. 11 (2012) juin 11 (2011) fév. 11 (2011) Prochaine édition du Baromètre IPD La prochaine parution du Baromètre est prévue en mars 2012, à l'occasion du MIPIM. IPD France Séverine Chance Chargée d'études 37, bd des Capucines Paris Crédit Foncier Immobilier Gérard Rûl Directeur des Études 24, rue des Capucines Paris

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Baromètre de l investissement immobilier français 10 ème édition-novembre 2012

Baromètre de l investissement immobilier français 10 ème édition-novembre 2012 Baromètre de l investissement immobilier français 10 ème édition-novembre Un long hiver économique en perspective Principe du baromètre Typologie du panel Lancé en décembre 2009, le Baromètre IPD fête

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

Des résultats semestriels sous haute surveillance

Des résultats semestriels sous haute surveillance Des résultats semestriels sous haute surveillance 01/07/14 à 11:49 - Reuters - Une hausse des résultats nécessaire pour justifier les valorisations actuelles - Le marché n'anticipe pas une vague d'avertissements

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

L IMMOBILIER D ENTREPRISE DANS LE GRAND PARIS

L IMMOBILIER D ENTREPRISE DANS LE GRAND PARIS L IMMOBILIER D ENTREPRISE DANS LE GRAND PARIS 1. Introduction Définition de l'immobilier d'entreprise Les professionnels de l'immobilier font généralement une distinction entre quatre ou cinq catégories

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland 8 e Conférence Annuelle OPCI 2013 Le Marché de l OPCI face à la crise et suite à la disparition du 210E Dii conférences Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland Paris, 22 janvier 2013 Dii Conférences

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 «Avec 1 510 015 m² de bureaux loués ou vendus aux utilisateurs en Ile-de-

Plus en détail

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE CB RICHARD ELLIS Market View Conjoncture immobilière ILE-DE-FRANCE / FRANCE 3 ème trimestre 2010 TENDANCES Investissements France entière Engagements Taux «prime» bureaux Bureaux Ile-de-France Demande

Plus en détail

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012.

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012. Résultats Semestriels 2012 Résultats Semestriels 2012 Une stratégie en marche 26 juillet 2012 Un 1 er semestre très actif 26 juillet 2012 1 Stratégie et réalisations 2- Performances opérationnelles 3-

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

> Groupama Gan Pierre 1 Une opportunité d investir indirectement dans l immobilier d entreprise

> Groupama Gan Pierre 1 Une opportunité d investir indirectement dans l immobilier d entreprise Immobilier d'investissement > Groupama Gan Pierre 1 Une opportunité d investir indirectement dans l immobilier d entreprise Éligible comme support en unités de compte proposé dans le cadre d un contrat

Plus en détail

Les estimateurs de marché optimaux de la performance de l immobilier de bureaux en France

Les estimateurs de marché optimaux de la performance de l immobilier de bureaux en France ÉTUDE RÉALISÉE PAR PIERRE SCHOEFFLER, SENIOR ADVISOR, IEIF Les estimateurs de marché optimaux de la performance de l immobilier de bureaux en France Février 2012 La recherche Les estimateurs de marché

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine SCPI Laffitte Pierre Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine CONJONCTURE Immobilier d entreprise* Avec près de 12 milliards d euros investis, le marché de l investissement

Plus en détail

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

1 Les FCPI. 2 Les FIP. 3 Girardin industriel «One-shot» 4 Les SOFICA

1 Les FCPI. 2 Les FIP. 3 Girardin industriel «One-shot» 4 Les SOFICA Quatre placements défiscalisants 1 Les FCPI 2 Les FIP 3 Girardin industriel «One-shot» 4 Les SOFICA juin 2008 Ce document vous est remis à la suite de votre demande expresse. Il a pour unique objet de

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Pierre Avenir 3 Société Civile de Placement Immobilier

Pierre Avenir 3 Société Civile de Placement Immobilier Pierre Avenir 3 Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel BNP Paribas REIM, société de gestion de portefeuille, lance une nouvelle SCPI Scellier, «label BBC» : Pierre

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Faut-il acheter ou louer son logement?

Faut-il acheter ou louer son logement? Janvier 2013 Faut-il acheter ou louer son logement? Etude réalisée par Asterès pour Meilleurtaux.com «Les petits-déjeuners des experts» Mardi 29 janvier 2013 Contacts : Meilleurtaux.com Sandrine Allonier

Plus en détail

DU CERCLE DE L EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE

DU CERCLE DE L EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE LA LETTRE DU CERCLE DE L EPARGNE, DE LA RETRAITE ET DE LA PREVOYANCE N 6 oct. 2014 Dans quelques jours, le Cercle s agrandit avec l arrivée d un partenaire. Rendez-vous au mois de novembre! L Edito Du

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

L indice IPD de performance des OPCI RFA. Résultats du 1 er semestre 2010. 1 er décembre 2010. 14 h 30 Introduction Patrick de Lataillade, ASPIM

L indice IPD de performance des OPCI RFA. Résultats du 1 er semestre 2010. 1 er décembre 2010. 14 h 30 Introduction Patrick de Lataillade, ASPIM L indice IPD de performance des OPCI RFA Résultats du 1 er semestre 2010 1 er décembre 2010 14 h 30 Introduction Patrick de Lataillade, ASPIM 14 h 40 L indice, les résultats et perspectives européennes

Plus en détail

Aussi dans ce numéro Les ventes de copropriétés perdent de leur élan Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS au Québec. Mais

Plus en détail

Investir indirectement dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers

Investir indirectement dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Particuliers Investir indirectement dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE Démarrage en trombe France T1 27 Avril Sommaire Le marché de l investissement démarre l année en trombe, avec près de 5,6 milliards d euros enregistrés au cours du

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs L investissement boursier - Octobre 2011 - A: INFOPRO Communications De: OpinionWay Charles-Henri d Auvigny / Philippe Le Magueresse / Pascal Novais

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants :

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants : SCPI Rivoli Avenir Patrimoine investir INDIRECTEMENT dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT Lorsque vous

Plus en détail

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013 Juillet 13 note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 13 Chiffres-clés 1 er semestre 13 Investissement France Engagements Bureaux Île-de-France Offres 5 3 m² Placement 833 m² Locaux

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 26 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 26 ième

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER FRANÇAIS

BAROMÈTRE DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER FRANÇAIS BAROMÈTRE DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER FRANÇAIS En 2015, éclaircie sur le marché locatif, et investissement dynamique 17ème édition - Mars 2015 ipd.com msci.com PRINCIPE DU BAROMÈTRE Depuis plus de quatre

Plus en détail

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015 Sommaire Points clés Résultats financiers 2014 Marché et perspectives 2 Points clés Résultats 2014 en ligne avec les objectifs annoncés «chiffre d affaires sensiblement comparable à celui de 2013 et marge

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier 8 juillet 2015 Un environnement immobilier plus favorable qu en 2014 2 59 % des professionnels

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché des bureaux en Ile-de-France Août 2007 Forte augmentation de l'offre neuve

esynthèse Études & Recherche Le marché des bureaux en Ile-de-France Août 2007 Forte augmentation de l'offre neuve esynthèse Le marché des bureaux en Ile-de-France Août 27 Forte augmentation de l'offre neuve Études & Recherche Les commercialisations de bureaux en Ile-de-France se maintiennent à un très bon niveau en

Plus en détail

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine

Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Communiqué de presse Paris (France), le 5 Juin 2014 Eurosic acquiert 89% de SIIC de Paris auprès de Realia et SFL et double la taille de son patrimoine Eurosic SA (Eurosic) annonce ce jour la signature

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

ANNEXE À LA NOTICE DU CONTRAT

ANNEXE À LA NOTICE DU CONTRAT A retourner à : Assurancevie.com 10 rue d Uzès 75002 PARIS ANNEXE À LA NOTICE DU CONTRAT CARACTERISTIQUES SPECIFIQUES AU SUPPORT AVIVA PATRIMOINE IMMOBILIER Aviva Patrimoine immobilier est un support ouvert

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier Mai 2007 La décote : porte ouverte à tous les excès En qualité d associés de SCPI, vous êtes nombreux à vous

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

SCPI. Les. performances en 2014. Mars 2015. Taux de Distribution sur Valeur de Marché Variation du Prix Moyen de la part TRI

SCPI. Les. performances en 2014. Mars 2015. Taux de Distribution sur Valeur de Marché Variation du Prix Moyen de la part TRI SCPI Les performances en 2014 Mars 2015 Taux de Distribution sur Valeur de Marché Variation du Prix Moyen de la part TRI Producteur de données, cercle de réflexion et centre de recherche, l IEIF met à

Plus en détail