40 ANS AR-CO L ASSURANCE EN 40 QUESTIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "40 ANS AR-CO L ASSURANCE EN 40 QUESTIONS"

Transcription

1 40 ANS AR-CO L ASSURANCE EN 40 QUESTIONS Janvier 2003

2 Dans la même collection : Responsabilités et assurances des architectes et des autres intervenants à l acte de bâtir (janvier 1999) Évolution des notions d obligation, faute, dommage en référence à la mission architecturale (J-P. Vergauwe, janvier 2000) La responsabilité personnelle de l architecte ; un anachronisme dans l économie de marché? (B. Louveaux, janvier 2001) L expérience de la loi française du 4 janvier 1978, dite loi Spinetta (P. Maurin, janvier 2002) AR-CO Le texte peut être reproduit totalement ou partiellement moyennant la mention complète de sa provenance.

3 40 ANS AR-CO L ASSURANCE EN 40 QUESTIONS Janvier 2003

4 Conseil d Administration Jacques ARON, Président Daniel CRAET, Vice-Président Jacques DE BREUCK, Administrateur délégué Fredy MOUREAU, Administrateur délégué Hugo DUBOIS, Membre du Comité de Direction Jo.F. DRAPS, Membre du Comité de Direction Jean-Marie FAUCONNIER, Membre du Comité de Direction Armand SEGERS, Membre du Comité de Direction Jacques BLONDIAU, Administrateur Michel DE WERGIFOSSE, Administrateur Bernard HEMELEERS, Administrateur Patrick VERSCHUERE, Administrateur

5 AVANT-PROPOS La compagnie d assurances AR-CO célèbre cette année son quarantième anniversaire. Cette société coopérative de professionnels de la construction a ainsi acquis depuis sa création en 1962 une précieuse expérience dans un domaine très spécialisé. Le présent ouvrage, le cinquième de la collection, se propose de commémorer l événement en mettant à la portée de tous, sous une forme agréable, les principales notions en vigueur dans les assurances de la construction. Ce petit lexique en quarante questions répond, selon nous, au souci bien légitime d information et de protection du consommateur, souci qui n a cessé de se manifester ces dernières années dans toutes les activités sociales. La loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre avait déjà fourni une précieuse contribution à ce travail de clarification. Nous n en rappelons ici que les principes fondamentaux qui trouvent leur application dans notre secteur ; mais nous nous sommes surtout efforcés de dresser l inventaire des formules d assurance les plus usuelles en usage dans la construction, en attirant l attention sur leurs difficultés éventuelles. Nous tenons à remercier particulièrement pour sa contribution à cette étude Madame Stéphanie Van 5

6 Caeneghem, Conseillère juridique en droit des assurances, qui a veillé à la rigueur des réponses aux quarante questions qui nous sont le plus souvent posées. Les connaissances requises des professionnels sont de plus en plus vastes et variées. C est pourquoi une compagnie d assurances, une coopérative de surcroît, ne peut plus se limiter à répondre seulement à son principal objet : garantir ses assurés contre les pertes patrimoniales qui résulteraient de leurs activités ou de leurs fautes professionnelles. Il lui incombe d être de plus en plus une société de services, de diffuser des informations et des conseils de prévention. Nous espérons de la sorte continuer à jouir de la confiance que les milieux professionnels et les bâtisseurs n ont cessé de nous manifester depuis le début de nos activités. Jacques ARON Président 6

7 40 ANS AR-CO L ASSURANCE EN 40 QUESTIONS 1. Qu est-ce qu un contrat d assurance? Il s agit d un contrat en vertu duquel, moyennant le paiement d une prime fixe ou variable, une partie, l assureur, s engage envers une autre partie, le preneur d assurance, à fournir une prestation stipulée dans le contrat au cas où surviendrait un événement incertain que, selon le cas, l assuré ou le bénéficiaire, a intérêt à ne pas voir se réaliser. 2. Quelles sont les parties au contrat d assurance? Le preneur d assurance est le souscripteur du contrat d assurance, celui qui conclut le contrat avec l assureur. L assuré est, dans une assurance de dommages, la personne garantie par l assurance contre les pertes patrimoniales et, dans une assurance de personnes, la personne sur la tête de laquelle repose le risque de survenance de l événement assuré. L assuré peut être le preneur d assurance lui-même ou une personne distincte du preneur, notamment dans l assurance pour compte d autrui où le preneur souscrit le contrat pour le compte de l assuré. 1 7

8 Le bénéficiaire est la personne en faveur de laquelle sont stipulées des prestations d assurance. Le bénéficiaire, s il est souvent le preneur lui-même, ou l assuré s il est distinct du preneur, peut être une tierce personne en cas d attribution bénéficiaire. 3. Quelle est la législation et la réglementation applicable au contrat d assurance de la construction? Outre le droit commun des obligations, l on peut dresser la liste non exhaustive suivante : - Loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre (M.B. 20 août 1992) et son arrêté d exécution du 24 décembre 1992 (M.B. 31 décembre 1992) - Loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances (M.B. 27 juillet 1975) et son principal arrêté royal d exécution du 22 février 1991 (M.B. 11 avril 1991) - Loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l information et la protection du consommateur (M.B. 29 août 1991) - Arrêté royal du 18 avril 1985 approuvant le règlement de déontologie du 29 avril 1983 adopté par le Conseil National de l Ordre des Architectes qui instaure l obligation d assurance des architectes, ainsi que la dernière recommandation de ce même conseil datant du 26 mars 1993 qui explicite le contenu de cette assurance (M.B. 8 mai 1985) 8

9 - Arrêté royal du 25 janvier 2001 concernant les chantiers temporaires et mobiles qui impose l obligation d assurance du coordinateur sécurité-santé (M.B. 7 février 2001) 4. Quand le contrat est-il conclu en cas d établissement d une proposition d assurance? La proposition d assurance est un formulaire émanant de l assureur, à remplir par le preneur, et destiné à éclairer l assureur sur la nature de l opération et sur les faits et circonstances qui constituent pour lui des éléments d appréciation du risque. Cette proposition ne constitue pas une offre. Elle n engage ni le candidat preneur d assurance ni l assureur à conclure le contrat d assurance. Par la proposition d assurance, l assureur présente le plus souvent au candidat preneur un questionnaire en vue de déterminer les caractéristiques du risque à couvrir. 2 Suite à la réception de ce document dûment complété et sur la base des informations recueillies, l assureur émet une police d assurance qui constitue une offre à laquelle il ne manque plus que l adhésion du candidat preneur. Le contrat d assurance est formé à l instant où la police, signée par le preneur d assurance, est reçue en retour par l assureur. Toutefois, la prise d effet du contrat peut être postposée et, dans ce cas, la garantie ne prend cours qu aux 9

10 conditions fixées par le contrat. La plupart des contrats prévoient ainsi que la garantie ne prend cours qu après le paiement de la première prime. Dans ce cas, le contrat est conclu, mais l assureur ne doit aucune prestation si le sinistre se réalise avant le paiement de cette première prime. 5. Quand le contrat est-il conclu en cas d émission d une police présignée? La police présignée consiste en une police d assurance signée préalablement par l assureur et contenant une offre de contracter aux conditions qui y sont décrites, éventuellement complétées par les spécifications que le preneur d assurance mentionne aux endroits prévus à cet effet. L établissement de cette police présignée simplifie et accélère la conclusion du contrat d assurance. Dans ce cas, le contrat est formé dès la signature du document par le preneur d assurance et, sauf convention contraire, la garantie prend cours le lendemain de la réception par l assureur de la police présignée. Le preneur d assurance et l assureur disposent d un droit de repentir pendant un délai de trente jours. C est-à-dire qu ils peuvent, sauf pour les contrats d une durée inférieure à trente jours, résilier le contrat d assurance. Cette résiliation sort ses effets au moment de la notification si le preneur exerce son droit de repentir et huit jours après la notification si c est l assureur qui exerce ce droit. 10

11 6. Qu est-ce qu une assurance indemnitaire? C est l assurance par laquelle l assureur s engage à fournir la prestation nécessaire pour réparer tout ou partie d un dommage subi par l assuré ou dont celui-ci est responsable. Concrètement, cela implique que le montant de l indemnité octroyée par l assureur est limité au préjudice effectivement subi par l assuré. Elle s oppose à l assurance forfaitaire dans laquelle la prestation de l assureur ne dépend pas de l importance du dommage. 7. Qu est-ce qu une assurance de dommages? C est l assurance qui prévoit que la prestation de l assureur dépend d un événement incertain qui cause un dommage au patrimoine d une personne. Elle s oppose à l assurance de personnes où la prestation d assurance ou la prime dépend d un événement incertain qui affecte la vie, l intégrité physique ou la situation familiale d une personne. Il est important de noter que toutes les assurances de dommages sont indemnitaires alors que les assurances de personnes sont soit forfaitaires, soit indemnitaires. 11

12 8. Qu est-ce qu une assurance de responsabilités? L assurance de responsabilités est une assurance de dommages de type indemnitaire. Elle a pour objet de garantir l assuré contre toute demande en réparation fondée sur la survenance du dommage prévu au contrat, et de tenir, dans les limites de la garantie, son patrimoine indemne de toute dette résultant d une responsabilité établie. La personne qui est victime de ce dommage dont l assuré est responsable est la personne lésée. Bien que la personne lésée ne soit pas partie au contrat, ce dernier lui confère des droits. En effet, la personne lésée peut exercer un recours direct contre l assureur du responsable du dommage Qu est-ce qu une assurance de choses? L assurance de choses est également une assurance de dommages de type indemnitaire. Contrairement à l assurance de responsabilités, qui indemnise un tiers pour le dommage causé par l assuré, l assurance de choses indemnise l assuré pour le sinistre qui frappe une chose à laquelle il est directement intéressé. De nombreux contrats combinent l assurance de responsabilités et l assurance de choses. 12

13 10. Qu est-ce qu une assurance combinée ou globale? Il s agit d une assurance par laquelle l assureur s engage à diverses prestations, soit en raison des garanties promises, soit en raison des risques assurés. Ainsi, l assurance Tous Risques Chantier 4, l Assurance- Contrôle 5 et l assurance Globale Maître de l Ouvrage 6 sont des assurances dites globales, ou encore combinées. Il importe de souligner que la cause de nullité relative à l une des prestations, de même que, à défaut de convention contraire, la cause de résiliation relative à l une des prestations, n affectent pas le contrat dans son ensemble. Si l assureur résilie la garantie relative à une ou plusieurs prestations de la police combinée, le preneur peut alors résilier le contrat dans son ensemble. 11. Qu est-ce qu une assurance pour compte? Dans l assurance pour compte, une personne, le souscripteur, conclut personnellement un contrat d assurance, mais pour couvrir l intérêt d assurance d une autre personne, l assuré, qui percevra, en cas de sinistre, la prestation d assurance. Dans ce cas, les exceptions inhérentes au contrat d assurance que l assureur peut opposer au preneur sont également opposables à l assuré. 13

14 12. Qu est-ce qu une assurance obligatoire? La plupart des assurances sont facultatives. Toutefois, le législateur intervient de plus en plus souvent pour imposer la souscription d assurances obligatoires. Le contenu de l obligation est plus ou moins défini par la loi qui précise les modalités du contrôle de la souscription de l assurance et les sanctions auxquelles donnera lieu le non-respect de cette obligation. L objectif poursuivi par l instauration d une assurance obligatoire est habituellement la protection de la personne lésée. Celle-ci bénéficie de la sorte en assurance obligatoire de la responsabilité d un régime particulier d inopposabilité des exceptions. Ce régime implique que, pour autant que le contrat d assurance soit encore en vigueur au moment du sinistre, l assureur ne peut opposer à la victime aucune exception, nullité ou déchéance, légale ou contractuelle. Et il importe peu que celles-ci trouvent leur cause dans un fait antérieur ou postérieur au sinistre. Dans le domaine de la construction, seuls le coordinateur de sécurité-santé et l architecte sont soumis à une obligation d assurance. 14

15 13. Quelle est l obligation d assurance du coordinateur sécurité-santé? L obligation d assurance est imposée par l arrêté royal du 25 janvier 2001 qui stipule en son article 65 que «la personne qui exerce la fonction de coordinateur-projet ou de coordinateur-réalisation comme indépendant, souscrit en son nom propre une assurance en responsabilité civile, dont la couverture tient compte de l importance et des risques des chantiers temporaires ou mobiles où elle exerce sa fonction.» Si la fonction de coordinateur santé-sécurité est exercée par un professionnel assumant par ailleurs d autres responsabilités (architecte, ingénieur, etc.), il veillera à être complètement assuré pour tous les risques qu il encourt. 14. Quelle est l obligation d assurance des architectes? L obligation d assurance est imposée par le Règlement de Déontologie de l Ordre des Architectes 7. Son article 15 prévoit que «l architecte travaillant seul, en association ou en société, assure sa responsabilité professionnelle, y compris sa responsabilité décennale.» Les conditions du contrat d assurance sont précisées par des Recommandations de l Ordre des Architectes, mais celles-ci ne s imposent qu aux seules personnes relevant de cet Ordre. Le titre d architecte et le monopole de l exercice conféré par la loi du 20 février 1939, n étant accordés qu à 15

16 une personne physique, c est cette dernière qui sera l assuré. Toutefois, l Ordre des Architectes autorisant l architecte à travailler en association ou en société, ces dernières pourront être le preneur d assurance. Dans ce cas, il est important que l architecte veille à ne pas perdre sa couverture d assurance obligatoire en cas de non paiement de la prime par l association ou la société. 15. Qu en est-il de l architecte stagiaire? L architecte inscrit sur une liste de stagiaires est autorisé à accomplir à titre personnel tous les actes de la profession, dont il assume seul la responsabilité professionnelle. À ce titre, il est tenu à l obligation d assurance imposée par le Règlement de Déontologie. Le maître de stage doit couvrir ses responsabilités professionnelles, en ce compris celle du stagiaire qui travaille pour lui. 8 Au cas où l architecte stagiaire travaille exclusivement pour le compte du maître de stage, il lui est cependant recommandé de souscrire une assurance, ne fût-ce que pour couvrir sa responsabilité engagée à l occasion de démarches, d informations ou de conseils donnés à titre professionnel, en vue de la conclusion d un contrat ou pas. 16

17 16. Comment s opère le contrôle du respect de l obligation d assurance de l architecte? Les modalités du contrôle sont prévues par la Recommandation du Conseil National de l Ordre. Le contrôle repose sur l obligation imposée aux architectes de demander à leur assureur, à l échéance annuelle du contrat d assurance, un certificat général attestant du respect de l obligation. Ce certificat doit pouvoir être produit immédiatement à la demande du conseil provincial dont l architecte dépend. Dans les trois semaines de la demande de ce conseil, doivent également pouvoir être produits un certificat prouvant que la responsabilité est effectivement couverte au moment de la demande du conseil, un certificat prouvant que sa responsabilité est couverte pour un ouvrage précis, ainsi que tous autres documents susceptibles d établir le respect de l obligation d assurance. L architecte est également tenu d informer immédiatement son conseil de la suspension ou de la dénonciation de son contrat d assurance. 17. Qu est-ce qu une responsabilité civile professionnelle? La responsabilité civile professionnelle est, comme son nom l indique, la responsabilité que le professionnel peut engager par l exercice même de son activité. Elle est contractuelle ou délictuelle, selon qu elle trouve son 17

18 origine dans une relation contractuelle ou en dehors de celle-ci. Dans le cas de l architecte, la responsabilité civile professionnelle généralement couverte par l assurance comprend : la responsabilité contractuelle jusqu à la réception des travaux, c est-à-dire la responsabilité pour faute professionnelle empêchant l exécution parfaite du contrat ; la responsabilité décennale à l égard du maître de l ouvrage. Il s agit d une responsabilité contractuelle continuée pendant dix ans à dater de la réception en vertu des articles 1792 et 2270 du code civil ; la responsabilité extra-contractuelle (art à 1386 du code civil), à l exclusion de la responsabilité résultant de l usage d un véhicule automoteur et de la responsabilité envers le personnel de l architecte. 18. Comment l architecte peut-il couvrir sa responsabilité civile professionnelle? Deux types de contrats sont disponibles sur le marché : la police dite «carrière» qui couvre la responsabilité professionnelle pour toutes les missions que l architecte remplit pendant toute la durée de son activité professionnelle. Le preneur d assurance ou l assuré paie en début d année une prime minimum 18

19 qui constitue un acompte non remboursable sur le montant total de la prime annuelle, établie sur la base de la déclaration ad hoc ; la police dite «par édifice». L assuré paie une prime unique qui couvre sa responsabilité professionnelle pour cette mission spécifique. Cette dernière formule, plus onéreuse que la précédente, est surtout destinée aux architectes qui conçoivent occasionnellement des édifices. La police «carrière» et la police «édifice» couvrent l entièreté des responsabilités professionnelles de l architecte, sauf les exclusions et les cas de faute lourde déterminés expressément et limitativement dans le contrat. 9 D autres polices comprennent la couverture partielle de la responsabilité de l architecte. Il en est ainsi des assurances dites «tous risques chantier» 10, des «assurances-contrôle» 11 et des assurances «décennale» 12. Lorsque l une de ces assurances est souscrite pour un édifice donné, une réduction de prime est généralement accordée par l assureur de la responsabilité civile professionnelle pour la mission correspondante. Le risque de cet assureur est en effet réduit en proportion de l intervention des autres assureurs. Pour toute police de ce type, l architecte n omettra pas d en exiger une copie avant le début des travaux. 19

20 19. L assurance de l architecte peut-elle être souscrite par une société civile? Dans le respect de la déontologie, l architecte est autorisé à exercer sa profession au sein d une société civile. Cette société peut être le preneur d assurance, mais l architecte demeure à titre personnel l assuré en matière de responsabilité civile professionnelle. En effet, selon les lois et la jurisprudence en vigueur : seule une personne physique peut se voir accorder le port du titre d architecte et le monopole de l exercice de la profession ; tout contrat conclu par une société civile en vue de l exécution de la mission d architecte n est valable que si les architectes associés de cette société peuvent voir leur responsabilité personnelle engagée ; le diplôme permettant l exercice du monopole est strictement personnel. 20. Qu est-ce que l assurance «tous risques chantier»? Cette police est une assurance combinée qui comprend à la fois : une assurance de choses couvrant les ouvrages à ériger et certains de leurs accessoires pendant la période de «construction-montage-essais» qui se termine à la réception provisoire ou à l occasion d un événement jugé équivalent dans le contrat ; 20

21 une assurance de responsabilités des assurés mentionnés dans la police (généralement le maître de l ouvrage, l architecte, l ingénieur, le ou les entrepreneurs) en raison des dommages causés à des tiers et imputables à l exécution des travaux assurés sur le chantier. Cette garantie peut être étendue à la réparation des dommages aux tiers dans les cas d application de l article 544 du Code civil (responsabilité sans faute). Cette police s indique particulièrement lorsque les ouvrages s érigent à côté d édifices existants et font courir à ces derniers des risques importants. L architecte sera attentif au fait que l assurance de la chose exclut l indemnisation des pertes ou dommages résultant d une erreur, d un défaut ou d une omission dans la conception des ouvrages, les calculs ou les plans, ainsi que des vices propres des matériaux prescrits. En raison des nombreuses exclusions qu elle contient généralement, cette police sera étudiée par l architecte qui la prescrit ou la recommande, avec la plus grande attention. 21. Qu est-ce que l assurance «contrôle»? Comme dans le cas de l assurance «tous risques chantier», cette police combine une assurance de choses pendant la durée du chantier et une assurance de responsabilité, de la conclusion du contrat à l expiration de la période de dix ans qui suit la réception de l ouvrage. 21

22 Cette police est subordonnée à la conclusion d une convention avec un organisme de contrôle technique agréé par l assureur. Cette police est généralement souscrite par le maître de l ouvrage afin de couvrir sa responsabilité propre et celle des différents participants à l édification de l ouvrage. L assurance «contrôle» comprend pour sa part : A. Pendant la période d édification de l ouvrage : l assurance de la chose, c est-à-dire la réparation pécuniaire des dégâts à l ouvrage assuré suite à un effondrement total ou partiel, ou suite à des désordres graves de nature à compromettre sa stabilité ; l assurance de responsabilités des assurés (généralement l architecte, les bureaux d études, les entrepreneurs et le bureau de contrôle) ; l assurance de responsabilité du maître de l ouvrage pour dommages causés à des tiers, à condition que ces dommages résultent des travaux assurés et soient survenus avant la réception de l ouvrage assuré. B. Après réception de l ouvrage : l assurance de la responsabilité décennale des édificateurs vis-à-vis du maître de l ouvrage, en vertu des articles 1792 et 2270 du Code civil ; l assurance de la responsabilité civile extra-contractuelle des édificateurs vis-à-vis des tiers et du maître 22

23 de l ouvrage, en vertu des articles 1382 à 1384, et 1386 du Code civil ; l assurance de la responsabilité du maître de l ouvrage pour dommages causés à des tiers, à condition que ces dommages résultent des travaux assurés et surviennent dans les dix années qui suivent la réception de l ouvrage assuré ; une garantie complémentaire pour les dégâts à des parties de la construction qui n ont pas fait l objet du contrôle technique, ainsi qu aux biens du maître de l ouvrage ; une garantie supplémentaire pour les dommages immatériels subis par la maître de l ouvrage et spécifiés dans la police, à condition qu ils soient la conséquence directe des dégâts et qu ils surviennent dans les dix années qui suivent la réception de l ouvrage assuré. Les biens voisins ne sont assurés que s il a été remis au bureau de contrôle, préalablement à l exécution des travaux, un état des lieux et un récolement après travaux, établis tous deux contradictoirement par un expert qualifié. 22. Qu est-ce qu une assurance «décennale»? Cette police est une assurance couvrant la responsabilité des participants à l édification de l ouvrage pendant la période de dix ans qui suit la réception des travaux. 23

24 Le maître de l ouvrage est assuré pour les troubles de voisinage, en vertu de l article 544 du Code civil. Il s agit d une assurance généralement souscrite pour des ouvrages dont le coût est moins élevé que dans le cas précédent, et pour laquelle le contrôle technique imposé est limité. 23. Qu est-ce qu une assurance «responsabilité civile exploitation»? C est le nom communément utilisé dans le monde de la construction pour désigner l assurance de responsabilité extra-contractuelle envers les tiers. Ce contrat d assurance exclut donc tout ce qui fait l objet du contrat de construction. Il garantit donc des risques que l on peut qualifier d extérieurs à la mission confiée au professionnel. Cette assurance est parfois la seule que souscrive l entrepreneur. Dans le cas des concepteurs, la «responsabilité civile exploitation» fait partie des garanties offertes par leur police pour l ensemble des responsabilités contractuelles et extra-contractuelles. 24. Qu est-ce qu une assurance «responsabilité civile produits»? Encore dénommée assurance responsabilité civile «après travaux» ou «après livraison», cette assurance couvre la responsabilité de l entrepreneur pour 24

25 les dommages survenant après l achèvement des travaux, à l exclusion des dommages affectant son ouvrage propre. Les frais de dépose et repose des pièces défectueuses, les dommages contractuels et la responsabilité décennale restent exclus. Cette assurance sera appelée à jouer pour couvrir la plupart des dommages causés par des vices de conception ou d exécution et apparaissant après les travaux. 25. Qu est-ce qu une assurance «globale du maître de l ouvrage»? Cette police assure au maître de l ouvrage : A. Une garantie dommage Pour les dommages matériels résultant d un vice de construction qui risque de faire périr l édifice en tout ou en partie ou de le rendre impropre à sa destination, à la fois pendant l édification de l ouvrage et pendant la période décennale prévue à l article 1792 du Code civil. Cette garantie est subordonnée à la défaillance de l intervenant responsable du dommage matériel. Est déclaré défaillant, l intervenant en faillite ou insolvable ou sans siège social ou domicile et qui n est plus assuré. 25

26 B. Une garantie responsabilité Pour les dommages subis par des tiers, ayant pris naissance sur le site et imputables à l exécution des travaux. Cette garantie est subordonnée à la défaillance de l intervenant dont la responsabilité extra contractuelle (art à 1386 du Code civil) est engagée pour les dommages en question. Cette garantie est étendue aux dommages matériels en cas de recours fondé sur l art. 544 du Code civil (trouble de voisinage sans faute), pour autant que ces dommages résultent des travaux assurés et que les bâtiments voisins aient été déclarés. C. Des garanties complémentaires L assureur avance les fonds nécessaires pour permettre la poursuite des travaux ou l occupation du bâtiment, dans le cas où les intervenants non défaillants responsables du dommage matériel couvert contestent leurs responsabilités ; Une assistance technique et juridique de l assuré dans le cadre de la couverture de sa responsabilité et de l avance des fonds décrite ci-avant. 26. Quelles sont les autres assurances techniques complémentaires? Sans être spécifiques au secteur de la construction, il existe d autres assurances dites «techniques» dont la 26

27 souscription peut néanmoins présenter un intérêt : - l assurance «Tous Risques Engins de chantier et de manutention» qui couvre les grues, engins de terrassement, bétonnières, élévateurs, ; - l assurance «Ordinateurs» qui couvre les installations électriques et électroniques ; - l assurance «Montage-Essais» limitée à la période de montage et aux essais de bon fonctionnement ; - l assurance «Pertes d exploitation» qui couvre la perte de bénéfices résultant de l interruption de l activité de l entreprise. 27. Quelle est la durée d un contrat d assurance de la construction? Les contrats d assurance de la R.C. Exploitation et de la R.C. Produits sont généralement des contrats annuels, reconductibles tacitement de période en période. L assurance Tous Risques Chantier est conclue pour le temps des travaux. Elle peut par conséquent avoir une durée inférieure ou supérieure à un an. Cette assurance peut éventuellement voir sa garantie prolongée au-delà de la fin du chantier. Cette période est appelée temps de garantie, de maintenance ou d épreuve. L Assurance-Contrôle décennale est conclue à l origine du chantier, mais la garantie ne sort ses effets qu à la 27

28 fin des travaux, lors du paiement de la prime, et court alors pendant dix années. 28. Qu est-ce qu une responsabilité solidaire ou in solidum? Il arrive que des personnes soient solidairement responsables du dommage qu elles ont provoqué. Ceci se produit par exemple lorsque ces personnes sont associées. La responsabilité in solidum caractérise par contre la situation dans laquelle plusieurs personnes sont redevables en même temps de la totalité de la réparation du dommage, parce qu il a été constaté et prouvé qu elles ont, chacune, par leur faute, causé le dit dommage. Ainsi, la responsabilité in solidum ne contredit pas le principe selon lequel chacun n assume que la responsabilité de ses propres fautes, mais trouve son origine dans le fait que des fautes concurrentes ont toutes contribué de manière indissociable à produire le dommage. L obligation in solidum impose donc à chacun des auteurs des fautes la réparation globale du préjudice subi par la victime. Cette dernière peut agir simultanément ou séparément contre toutes les personnes responsables et même exécuter le jugement contre celle qui paraît le plus solvable. Le contrat qui lie l architecte, l ingénieur, etc. avec le maître d ouvrage peut prévoir que ce concepteur ne 28

29 sera tenu de réparer que le dommage causé par sa propre faute et à concurrence de son pourcentage dans la réparation totale du dommage. 29. Qui assume la défense en justice de l assuré? En assurances de responsabilités, l assureur doit garantir l assuré contre toute demande en réparation fondée sur la survenance du dommage prévu au contrat. Il doit donc prendre fait et cause pour l assuré, c est-à-dire le défendre contre la réclamation du tiers. Dans d autres assurances, l assistance technique et juridique peut aussi faire partie des garanties du contrat. Il en est ainsi dans l assurance globale du maître de l ouvrage. La loi confère également à l assureur le droit de diriger le litige, c est à-dire de combattre, à la place de l assuré, la réclamation de la personne lésée. Ce droit est cependant assorti de deux restrictions : il est limité aux intérêts civils ; si l assuré est poursuivi au pénal, sa défense est son affaire personnelle, vu les intérêts en jeu ; il ne joue que dans la mesure où les intérêts de l assureur et de l assuré coïncident. Il n appartient donc pas à l assureur de diriger le litige si un conflit d intérêt survient. C est notamment le cas lorsque l assureur se réserve le droit d exercer un recours contre l assuré après indemnisation de la victime

ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE EN CAS D INCENDIE OU D EXPLOSION

ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE EN CAS D INCENDIE OU D EXPLOSION ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE EN CAS D INCENDIE OU D EXPLOSION (Loi du 30/07/1979 et A.R. 05/08/1991) CONDITIONS GENERALES Article 1 Définitions Preneur d assurance : SUIVANT LE

Plus en détail

conditions generales Assurance obligatoire de la responsabilité objective en cas d incendie ou d explosion (Loi du 30/07/1979 et AR du 05/08/1991)

conditions generales Assurance obligatoire de la responsabilité objective en cas d incendie ou d explosion (Loi du 30/07/1979 et AR du 05/08/1991) Baloise Insurance est le nouveau nom de Nateus SA et de Nateus Life SA (depuis la fusion juridique avec Mercator Assurances SA jan. 2013) et réunit les activités des compagnies d assurances susmentionnées.

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

Assurance obligatoire de la responsabilité objective après incendie ou explosion Conditions générales

Assurance obligatoire de la responsabilité objective après incendie ou explosion Conditions générales Assurance obligatoire de la responsabilité objective après incendie ou explosion Conditions générales CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITÉ OBJECTIVE APRÈS INCENDIE OU EXPLOSION

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

NEWS 13. Éditorial. Table des matières. Information, prévention et service

NEWS 13. Éditorial. Table des matières. Information, prévention et service NEWS Numéro 13 / 2 e semestre 2008 Table des matières Législation AR-CO, pionnier de l évolution de la jurisprudence 2 Après la Loi Laruelle? S inspirer de l exemple français? 6 Assurance AR-CO répond

Plus en détail

NEWS 11. Éditorial. Table des matières. Les architectes demandent de la clarté

NEWS 11. Éditorial. Table des matières. Les architectes demandent de la clarté NEWS Numéro 11 / 2 e semestre 2007 Table des matières Informations L architecte et son assureur face à la nouvelle législation 3 Nos administrateurs délégués 8 Éditorial Les architectes demandent de la

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle Dispositions Générales DG 2012 Des Intermédiaires en Assurances Des Intermédiaires en Opérations de Banque & Services de Paiement Des Démarcheurs Bancaires et Financiers Des

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION Article 1. Définitions: Ce contrat entend par: 1.1. L assureur et le gestionnaire des sinistres: A.G.A. International S.A. Belgium branch (dénommé

Plus en détail

Assurance de garantie de construction

Assurance de garantie de construction Assurance de garantie de construction Informations client selon la LCA et conditions générales d assurance (CGA) Table des matières Page Informations client selon LCA Edition 11/2008 2 Conditions Générales

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

ORDRE DES ARCHITECTES ET DES INGENIEURS-CONSEILS GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG CI-APRÈS DÉSIGNÉ MAÎTRE D OUVRAGE, ET. Programme du bâtiment

ORDRE DES ARCHITECTES ET DES INGENIEURS-CONSEILS GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG CI-APRÈS DÉSIGNÉ MAÎTRE D OUVRAGE, ET. Programme du bâtiment OAI ORDRE DES ARCHITECTES ET DES INGENIEURS-CONSEILS GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG CONTRAT-TYPE ARCHITECTE RECOMMANDATION DE L OAI POUR LE SECTEUR PRIVÉ ENTRE CI-APRÈS DÉSIGNÉ MAÎTRE D OUVRAGE, ET CI-APRÈS

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes:

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes: AVERTISSEMENT Les textes légaux et réglementaires figurant dans ce site ne constituent pas une publication officielle (voir www.moniteur.be) de sorte que l IPI n est pas responsable de leur contenu ni

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) pour les assurances collectives sur la vie hors de la prévoyance professionnelle

Conditions générales d assurance (CGA) pour les assurances collectives sur la vie hors de la prévoyance professionnelle Conditions générales d assurance (CGA) pour les assurances collectives sur la vie hors de la prévoyance professionnelle (Branche d assurance A3.4 selon l annexe 1 de l ordonnance sur la surveillance, OS)

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES COMMUNES 2012 SOMMAIRE

CONDITIONS GÉNÉRALES COMMUNES 2012 SOMMAIRE CONDITIONS GÉNÉRALES COMMUNES 2012 SOMMAIRE Introduction Hiérarchie des conditions contractuelles Article 1 En quoi consiste notre protection? Article 2 Quelles sont les prestations assurées? Article 3

Plus en détail

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles RC Base 1 Distinguer les différents types de responsabilité (responsabilité morale, civile et pénale) et préciser

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e CONTRAT D ASSURANCE. Loi du 27 juillet 1997 sur le contrat d assurance...page 2048

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e CONTRAT D ASSURANCE. Loi du 27 juillet 1997 sur le contrat d assurance...page 2048 2047 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N o 65 3 septembre 1997 S o m m a i r e CONTRAT D ASSURANCE Loi du 27

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE DÉFINITIONS GÉNÉRALES Preneur d assurance Assuré Assureur Contrat Sinistre La personne physique ou morale qui conclut le contrat, ci-après désignée par le pronom «vous». Toute personne qui peut faire appel

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE 1 CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Complémentaire 2 ème LIGNE souscrite par le Conseil National des Compagnies d Experts de Justice CONDITIONS

Plus en détail

LES ASSURANCES CONSTRUCTION

LES ASSURANCES CONSTRUCTION FICHE PRATIQUE ASSURANCES CONSTRUCTION LES ASSURANCES CONSTRUCTION La Loi Spinetta, du 4 janvier 1978, a institué une double obligation d assurance : Une assurance «responsabilité» doit être souscrite

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE PROFESSIONNELLE VCCS

PROTECTION JURIDIQUE PROFESSIONNELLE VCCS PROTECTION JURIDIQUE PROFESSIONNELLE VCCS Siège social 53, rue BelliardL 1040 Bruxelles 1 Coordinateur sécurité VCCS Conditions spéciales Article 1 - Quelles sont les personnes assurées? 1.1. Quelles sont

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

Responsabilité Civile Chasse. Conditions Générales

Responsabilité Civile Chasse. Conditions Générales Responsabilité Civile Chasse Conditions Générales 2 Table des matières CHAPITRE 1 : OBJET ET ÉTENDUE DE L ASSURANCE Risques assurés Extension des risques couverts Risques exclus Tiers Limites territoriales

Plus en détail

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest Rapport roumain Les assurances de responsabilité : étendue des garanties Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest 1. Notion L opération d assurance est définie par

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Edition 2014 Conditions générales d assurance, essais non-cliniques

Plus en détail

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus»

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus» CONDITIONs GéNéRALEs Protection juridique «PLUS» Protection Juridique «Plus» Table des matières Article 1 : Dispositions préliminaires 5 Article 2 : Définitions 5 Article 3 : étendue territoriale de l'assurance

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux Protection juridique DES MANDATAIRES SOCIAUX CONDITIONS SPECIALES Définition 1. Membre IZEO : Indépendant société qui o a payé pour la 1ère fois la cotisation annuelle au profit d IZEO en vue de faire

Plus en détail

a médiation INTRODUCTION La médiation

a médiation INTRODUCTION La médiation L a médiation INTRODUCTION L objectif de ce guide est de familiariser à la médiation les dirigeants d entreprises et leurs salariés, leurs conseils, les avocats et experts-comptables. Il leur permet ainsi

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Edition 2014 Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014, 15.04.2014 page 1/14 Sommaire 1.

Plus en détail

Conditions générales des crédits & financements page 1/8

Conditions générales des crédits & financements page 1/8 Chers partenaires-crédités, En acceptant un crédit de CREDAL SC, vous marquez votre acceptation sur les conditions précisées ci-après, qui tendent au respect d un équilibre entre les droits et les obligations

Plus en détail

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES «Heurt de véhicules» 470 1 er avril 1994 TABLE DES MATIERES A. Liste des entreprises adhérentes B. Texte de la convention C. Définitions D. Principes et modalités d application E. Fixation des dommages

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. Numéro du rôle : 2785 Arrêt n 163/2003 du 10 décembre 2003 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. La Cour

Plus en détail

Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer. Edition Avril 2012

Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer. Edition Avril 2012 Conditions générales (CGA) Helvetia Assurance Cautionnement de Loyer Edition Avril 2012 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire A Information aux clients 3 1 Partenaires

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION. PREMIÈRE PARTIE Exercice de la profession d architecte

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION. PREMIÈRE PARTIE Exercice de la profession d architecte TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION PREMIÈRE PARTIE Exercice de la profession d architecte TITRE 1 CONDITIONS D EXERCICE DE LA PROFESSION D ARCHITECTE 13 Évolution récente des conditions d exercice 13 Conditions

Plus en détail

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN ARTICLE 1 Qu'entend-on par? 1) Famille a) vous-même b) votre conjoint cohabitant ou la personne avec laquelle vous cohabitez, reprise ci-après sous

Plus en détail

Conditions Générales. Responsabilité des Dirigeants. Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières

Conditions Générales. Responsabilité des Dirigeants. Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières Conditions Générales Responsabilité des Dirigeants Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières Mars 2012 SOMMAIRE sommaire section page contenu Responsabilité des

Plus en détail

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010)

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) La location meublée consiste à mettre à la disposition d un locataire un logement comportant des meubles indispensables à la vie quotidienne. Le régime

Plus en détail

Assurance responsabilité décennale des concepteurs et constructeurs.

Assurance responsabilité décennale des concepteurs et constructeurs. Assurance responsabilité décennale des concepteurs et constructeurs. CONDITIONS GENERALES E n tr e pris e d assu r a n ce s a gréé e pou r pratique r l a branche «R espo ns a bilité c i v i le gé né r

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement)

CLAUSES DIVERSES SPECIMEN. CLAUSE 82 Tiers porteur de bonne foi (polices d abonnement) CLAUSES DIVERSES CLAUSE 81 Emballage (agrément) Par dérogation aux dispositions de l article 7, paragraphe 4 ) des Conditions Générales de la police, il est convenu que, dans le cas où, à la suite d une

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants.

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants. Division 1 : assurance de la responsabilité civile Article 1 - description de l'assurance La présente assurance couvre la responsabilité civile des assurés pour les dommages causés par le fait de l'exercice

Plus en détail

ACCORD DE GARANTIE N / du. entre

ACCORD DE GARANTIE N / du. entre ACCORD DE GARANTIE N / du entre Compagnie Française d Assurance pour le Commerce Extérieur agissant pour le compte et avec la garantie de l Etat français ci-après «Coface» et ci-après le «Refinanceur»

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la France, relative à l exercice des professions d expert-comptable et de comptable agréé

Convention entre la Suisse et la France, relative à l exercice des professions d expert-comptable et de comptable agréé Texte original Convention entre la Suisse et la France, relative à l exercice des professions d expert-comptable et de comptable agréé 0.142.113.496 Conclue le 27 avril 1948 Entrée en vigueur le 1 er janvier

Plus en détail

Les assurances de construction

Les assurances de construction Les fiches pratiques Oralia Fiche N 014 Edition Avril 2008 Les assurances de construction La garantie décennale / La dommages ouvrage Avant d aborder le contenu de ces deux garanties, il y a lieu de les

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES Entre la société FLEXITRANS, ayant tous pouvoirs à cet effet. 6 rue blaise pascal 66000 PERPIGNAN RCS PERPIGNAN 499 808 566 Ci après dénommé la Société,

Plus en détail

Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701

Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701 Conditions générales MY BAG 0124-MYBAG-F-20120701 TABLE DES MATIERES 1. Aperçu des prestations assurées 3 2. Personnes assurées 3 3. Prise d effet et validité de l assurance 3 4. Objets assurés 3 5. Objets

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

LA LOI DU 25 JUIN 1992 SUR LE CONTRAT D ASSURANCE TERRESTRE MODIFIEE PAR LA LOI DU 16 MARS 1994 (1) (Moniteur Belge du 20 août 1992 et du 4 mai 1994)

LA LOI DU 25 JUIN 1992 SUR LE CONTRAT D ASSURANCE TERRESTRE MODIFIEE PAR LA LOI DU 16 MARS 1994 (1) (Moniteur Belge du 20 août 1992 et du 4 mai 1994) 59 LA LOI DU 25 JUIN 1992 SUR LE CONTRAT D ASSURANCE TERRESTRE MODIFIEE PAR LA LOI DU 16 MARS 1994 (1) (Moniteur Belge du 20 août 1992 et du 4 mai 1994) TITRE I LE CONTRAT D ASSURANCE TERRESTRE EN GENERAL

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Gan Vie Privée Annexe protection juridique

Gan Vie Privée Annexe protection juridique Gan Vie Privée Annexe protection juridique Protection juridique Conséquences des accidents de la vie Cette annexe, conforme aux lois n 2007-210 du 19 février 2007 et n 89 1014 du 31.12.1989 ainsi qu au

Plus en détail

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES Garantie de parfait achèvement Modalités de la garantie C est une garantie de type contractuelle. Elle est plus particulièrement prévue à l article

Plus en détail

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune.

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Une commune doit répondre comme n importe quelle personne de tout acte

Plus en détail

Assurance responsabilité civile architectes ingénieurs conseils chantier unique.

Assurance responsabilité civile architectes ingénieurs conseils chantier unique. Assurance responsabilité civile architectes ingénieurs conseils chantier unique. CONDITIONS GENERALES E n tr e pris e d assu r a n ce s a gréé e pou r pratique r l a branche «R espo ns a bilité c i v i

Plus en détail

toute personne autre que celles énumérées à l article 1.1 de ce titre. 3. véhicule assuré

toute personne autre que celles énumérées à l article 1.1 de ce titre. 3. véhicule assuré titre II - formule de base L assurance du présent titre n est acquise que moyennant mention en conditions particulières. chapitre 1 dispositions générales article 1 définitions Les notions la compagnie,

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» DES AÉRONEFS

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» DES AÉRONEFS Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

MAN Diesel & Turbo France SAS

MAN Diesel & Turbo France SAS CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. ACCEPTATION DE LA COMMANDE PAR LE VENDEUR 1.1. L acceptation de la commande par le vendeur implique : Son acceptation des conditions particulières de la commande Son adhésion

Plus en détail

COMMUNE DE DUTTLENHEIM LOT N 5 ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE DES AGENTS ET DES ELUS. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE article 28 du CMP SOMMAIRE

COMMUNE DE DUTTLENHEIM LOT N 5 ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE DES AGENTS ET DES ELUS. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE article 28 du CMP SOMMAIRE COMMUNE DE DUTTLENHEIM LOT N 5 ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE DES AGENTS ET DES ELUS MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE article 28 du CMP SOMMAIRE Les dispositions concernant le LOT N 5 «Assurance Protection

Plus en détail

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche?

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? A S S U R A N C E S L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? 1. Le contrat Dommages ouvrage (pour les particuliers) 2. La responsabilité décennale (pour les professionnels) 3. Les différentes phases

Plus en détail

Ville de Carhaix-Plouguer Hôtel de ville BP 258 29837 CARHAIX-PLOUGUER Cedex

Ville de Carhaix-Plouguer Hôtel de ville BP 258 29837 CARHAIX-PLOUGUER Cedex Ville de Carhaix-Plouguer Hôtel de ville BP 258 29837 CARHAIX-PLOUGUER Cedex MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSURANCE CAHIER DES CHARGES Lot 4 : Assurance de la protection juridique de la collectivité

Plus en détail

Conditions générales et Tarif de Maître BECK. Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014

Conditions générales et Tarif de Maître BECK. Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014 Conditions générales et Tarif de Maître BECK Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014 1. L avocat BECK travaille au mieux des intérêts du client sur base des présentes

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

Conditions générales de vente (version 2014.01)

Conditions générales de vente (version 2014.01) Conditions générales de vente (version 2014.01) 1. Champ d application 1.1. Les conditions suivantes (dénommées ci-après Conditions Générales ) s appliquent tant aux contrats de vente qu aux contrats d

Plus en détail

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES»

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Ces conditions enregistrées à Bruxelles, 6 ème bureau, vol. 289, fol. 97, case 1, le 21 décembre 2007 entrent en vigueur le 21 décembre 2007.

Plus en détail

Contrat épargne pension du type Universal Life

Contrat épargne pension du type Universal Life Contrat épargne pension du type Universal Life Conditions générales Securex A.A.M - Siège Social: Avenue de Tervueren 43, 1040 Bruxelles Entreprise Agréée par arrête royal du 5.1.1982 pour pratiquer les

Plus en détail

ETUEFFONT. Marché public de travaux. Procédure adaptée en application de l article 28 du CMP

ETUEFFONT. Marché public de travaux. Procédure adaptée en application de l article 28 du CMP ETUEFFONT Marché public de travaux Procédure adaptée en application de l article 28 du CMP Travaux de réfection de la toiture du bâtiment abritant la forge-musée Ordonnateur : M. René BAZIN, Maire de la

Plus en détail

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA Convention La durée du contrat est fixée aux conditions particulières. Elle ne peut excéder un an. A chaque échéance annuelle, le contrat est reconduit tacitement pour des périodes consécutives d un an.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Responsabilité Civile Conditions Générales

Responsabilité Civile Conditions Générales Votre sécurité nous tient à cœur. www.baloise.be 2 Contenu Votre police comprend les présentes ainsi que les Conditions Particulières. Les conditions qui vous concernent, en tant que preneur d assurance,

Plus en détail

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE STANDARD

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE STANDARD ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE STANDARD ARTICLE 1 Qu'entend-on par? 1) Famille a) vous-même b) votre conjoint cohabitant ou la personne avec laquelle vous cohabitez, reprise ci-après sous

Plus en détail

ISPOSITIONS GENERALES

ISPOSITIONS GENERALES ISPOSITIONS GENERALES 1 - DEFINITIONS 11 DEFINITIONS OMMAIRE 2 OBJET DU CONTRAT - EXCLUSIONS 21 OBJET DU CONTRAT 22 EXCLUSIONS DE LA GARANTIE 3 ETENDUE TERRITORIALE DE LA GARANTIE 31 SITUATION DU RISQUE

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES SIAPV Service Image Aérienne Photos Vidéos AUBERTIN Christophe 11, rue du Milieu 55230 ARRANCY-SUR-CRUSNE Tél. : +33(0)630204998 Email : contact@siapv.fr Site internet : www.siapv.fr SIREN : 532 843 653

Plus en détail

GARANTIES D ASSURANCES ET FRAIS DE SECOURS. (recherche et secours) souscrites auprès des M.M.A

GARANTIES D ASSURANCES ET FRAIS DE SECOURS. (recherche et secours) souscrites auprès des M.M.A GARANTIES D ASSURANCES ET FRAIS DE SECOURS (recherche et secours) souscrites auprès des M.M.A Page 1 CONVENTIONS SPECIALES N 990 A (Annexe à un contrat n 140) ASSURANCE «Carte Journée Ski» Les présentes

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE AUTOMOTEUR

PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE AUTOMOTEUR CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Pour l interprétation du présent contrat, on entend par : DEFINITIONS : ASSUREUR : L entreprise d assurances auprès de laquelle le contrat est souscrit

Plus en détail

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur FICHE THEMATIQUE n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. LES ASSURANCES OBLIGATOIRES 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur 3. Police unique

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES DE PRESTATIONS DE SERVICES CONDITIONS GENERALES DE PRESTATIONS DE SERVICES MODALITES Dans le cadre d une création de site par ELITISS, les prestations seront effectuées selon les spécifications techniques et charte graphique (pouvant

Plus en détail

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION COMMISSION DE CONCILIATION BOUWUNIE CONFEDERATION CONSTRUCTION FAB NAV TEST-ACHATS REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION 1. Dispositions générales Article 1 La Commission

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART ARTICLE 1 OBJET DU CONTRAT Le présent contrat a pour objet la location de véhicules électriques ou thermiques utilisés dans le cadre de manifestations sportives,

Plus en détail

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus.

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus. SOJADIS a pour activité l étude, la conception et la réalisation d installation de systèmes d équipements d aide à la conduite mais également de nombreux accessoires destinés à l adaptation de véhicules

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail