Informatique Décisionnelle : Applications et Limites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Informatique Décisionnelle : Applications et Limites"

Transcription

1 Bruno JUILLARD Informatique Décisionnelle : Applications et Limites Rapport de Stage Troisième Année de Licence Informatique 2010/2011 Responsable de Stage : M. Dominique VOIDEY Tuteur de Stage : Mme Françoise Greffier

2 Remerciements J aimerai en premier lieu remercier mon responsable de stage Monsieur Dominique VOIDEY pour m avoir accompagné, conseillé et supervisé durant ma période de stage. Je remercierai ensuite Monsieur le Maire Jacques Hélias, ainsi que Monsieur Gilles Parisot, Directeur du Service Systèmes d Information de la ville de Montbéliard qui m ont permis d effectuer ce stage au sein de ce service. Je remercie également Mme. Françoise Greffier pour l aide qu elle a pu me fournir quant à la rédaction de mon rapport. Enfin, je tiens à remercier l ensemble du personnel du service Systèmes d informations pour son accueil et sa disponibilité. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 2

3 Table des matières Remerciements... 2 Table des matières... 3 Table des figures Introduction Présentation de la ville de Montbéliard et de ses services Historique Le service Systèmes d Informations L informatique à la ville de Montbéliard Le sujet, les limites et ses aspects L informatique décisionnelle Le système d information et de pilotage Les limites Le résumé du sujet et le planning Première réalisation : Oracle Application Express Démarche Méthode Développement Difficultés rencontrées Point de vue de l utilisateur Bilan d Oracle Application Express Deuxième réalisation : le développement SQL Démarche Méthode La prise en main du logiciel Le projet Evaluation Le projet Plan de Formation Bilan du développement SQL Troisième réalisation : un nouvel outil pour les tableaux de bord Démarche Méthode Développement Bilan de l étude QlikView Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 3

4 7. Conclusion Apports techniques et pratiques du stage Apports méthodologiques et enrichissements personnels Annexe La virtualisation Le système d information et de pilotage Les schémas dimensionnels Le tableau de bord Le fonctionnement d Apex Définition d une base de données vectorielle Les types de graphiques dans QlikView Bibliographie / Netographie Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 4

5 Table des figures Figure 1 : Système d'information de la ville Figure 2 : Fonctionnement de l'etl Figure 3 : Les trois niveaux de pilotage Figure 4 : Le fonctionnement du système d'information et de pilotage Figure 5 : Création d'une requête dans Business Objects Figure 6 : Visualisation du code SQL généré Figure 7 : Répartition des différents projets en fonction du temps Figure 8 : Diagramme de Gantt Figure 9 : Aperçu de la version 4 d Apex Figure 10 : L'usage d'apex Figure 11 : Connexion d'apex à une base de données distante Figure 12 : Les fonctionnalités d'apex Figure 13 : L'administration des espaces de travail d Apex Figure 14 : Interface de saisies de la première application Figure 15 : Interface de saisies de la deuxième application Figure 16 : Schéma représentant les étapes de la création de l ancien document Figure 17 : Ordre des pages dans Business Objects Figure 18 : Schéma représentant la carrière d un agent Figure 19 : La recherche des informations avec QlikView Figure 20 : Les sources de données de QlikView Figure 22 : Liste de sélection dans QlikView Figure 21 : Graphique dans QlikView Figure 23 : Virtualisation d applications sous Windows Figure 24 : Schéma en étoile Figure 25 : Schéma en flocons de neige Figure 26 : Architecture 3-Tiers Figure 27 : Le fonctionnement de l'architecture 3-Tiers Figure 28 : L'architecture 2-Tiers Figure 29 : Le fonctionnement de l'architecture 2-Tiers Figure 30 : La base de données vectorielle Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 5

6 1. Introduction Actuellement, le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus complexe. Les technologies de l information génèrent une multitude de données. Le problème n est donc plus d acquérir une masse de données, mais de la traiter. Pour cela, il est nécessaire d analyser les informations afin de prendre les bonnes décisions au bon moment. Dans ce but, la ville de Montbéliard où j ai effectué mon stage a mis en place un système d information. Il apporte des réponses efficaces aux élus et à la Direction Générale afin d optimiser la collectivité. Un outil d aide à la décision permet de réaliser des rapports, des états de synthèses pour tous les utilisateurs. Cependant ce système comporte des limites. En effet, les états de synthèses sont réalisés à l aide d informations se trouvant dans les différentes bases de données. Mais, certaines données sont manquantes. De plus, les requêtes créées sont parfois incomplètes. Enfin, les tableaux de bord sont difficiles à concevoir. Dans un premier temps, la recherche et l analyse d un nouvel outil d interface de saisie est nécessaire pour saisir les données manquantes. Ensuite, des requêtes SQL seront réalisées pour compléter les états de synthèses. Enfin, l analyse d un nouveau logiciel sera effectuée pour réaliser des tableaux de bord. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 6

7 2. Présentation de la ville de Montbéliard et de ses services 2.1. Historique Montbéliard apparaît pour la première fois dans l'histoire en 985, sous le nom de Mons Béliardae. A cette époque, l'acropole est déjà fortifiée et quelques maisons apparaissent sur le rocher. Mais la Ville n'acquiert sa puissance qu'au XIe siècle. Elle est alors érigée en comté indépendant. Le commerce et l'artisanat s'y développent. Les habitants descendent du rocher et prennent possession de sa base. L'année 1397 marque un véritable tournant dans l'histoire locale. Au hasard d'un mariage, Montbéliard tombe dans la corbeille des ducs allemands de Wurtemberg. Le comté se tourne alors vers le Saint-Empire germanique. Il devient une citadelle protestante enclavée au cœur d'une région catholique. La fin du XVIe siècle est un véritable âge d'or pour Montbéliard. L'œuvre du Prince Frédéric 1er et de son architecte Heinrich Schickhardt métamorphose la ville et la dote de ses plus importants édifices : Temple Saint-Martin, Hôtel du Bailli, le pont-levis, l ancien collège. De cette époque date aussi l Hôtel de Villars et l Hôtel de Forstner (actuelle Banque de France). La ville est depuis 1810, le berceau de la famille Peugeot et accueille sur une partie de son territoire la principale usine du groupe. Montbéliard est devenue ville universitaire en Son pôle universitaire est fréquenté quotidiennement par près de étudiants. La Ville de Montbéliard est située dans le nord du département du Doubs, en Région Franche-Comté, elle est la ville centre d une communauté d agglomération de habitants. Elle est aujourd hui la première concentration industrielle du Doubs. Les services municipaux emploient environ 960 agents répartis entre la ville et son CCAS 1. Hôtel de Ville de Montbéliard 1 CCAS : Centre Communale d Action Sociale Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 7

8 2.2. Le service Systèmes d Informations Le service Systèmes d informations de la ville de Montbéliard a vu le jour en Avant la création de ce service, la ville de Montbéliard confiait la gestion et le développement informatique des services municipaux à une autre collectivité : le District Urbain du Pays de Montbéliard devenu la Communauté d agglomération du Pays de Montbéliard en Les principales missions du service Systèmes d information sont réparties au sein de huit unités de responsabilité : Méthodes et Organisations : Cette unité qui traite principalement de contrôle de gestion est celle dans laquelle j ai effectué mon stage. Elle a vu le jour en février Cette unité a plusieurs objectifs : 1. Formaliser les attentes de la Direction Générale des Services (DGS) et des élus en matière de modernisation du fonctionnement des services municipaux 2. Définir les enjeux, les objectifs et les axes de travail (procéder à des études fonctionnelles et organisationnelles auprès des services municipaux) 3. Apprécier les documents de gestion produits par les organismes extérieurs «satellites ou associés» à la collectivité, afin de préparer l évaluation de leurs actions et de l usage des fonds publics par ces organismes 4. Mettre en place et automatiser les centres de coûts définis pour la collectivité 5. Définir, réaliser et suivre des états de gestion et d analyse à destination des services, de la direction générale, des élus ou d autres partenaires 6. Maintenir et développer le système informatisé de pilotage (SIP) dans son ensemble Objectifs de l unité Méthodes et Organisations Imprimerie - Reprographie : Cette unité réalise les travaux de conception de documents, d impressions type offset, de photocopies et de finitions pour les services municipaux et les associations de Montbéliard. Courrier : Cette unité assure la circulation et la diffusion des courriers internes et externes de la Ville et du Centre Communale d Action Social (CCAS) de Montbéliard. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 8

9 Informatique Études : Cette unité permet d analyser et de mettre en œuvre des projets informatiques transversaux en relation avec les services utilisateurs. Informatique TIC : Cette unité concerne les technologies de l information et de la communication (TIC) : Internet, Intranet, Administration électronique. Informatique Gestion Parc : Cette unité est chargée de renouveler et d acquérir du matériel informatique et des périphériques. Elle assiste et forme également les agents en matière de bureautique. Informatique Administration Réseaux : Cette unité développe et administre le réseau informatique de la Ville. Elle est en relation étroite avec l unité de télécommunication. Télécom : Cette unité assure l équipement des services municipaux en téléphonie fixe, mobile et en système radio. Elle câble et pré-câble les bâtiments municipaux. Elle étudie, met en œuvre et effectue la maintenance des systèmes de vidéo-protection, d alarmes anti-intrusion et de contrôle d accès. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 9

10 2.3. L informatique à la ville de Montbéliard Les services municipaux de la ville de Montbéliard emploient environ 960 employés. De ce fait, le parc informatique compte environ 450 ordinateurs, 77 copieurs connectés et 120 imprimantes, ce qui montre la taille de l infrastructure. Il est très important de mettre en place des solutions informatiques industrialisées et optimisées afin d assurer le bon fonctionnement de la collectivité. Des progiciels sont mis en place dans chaque domaine comme les ressources humaines, le patrimoine, la gestion financière Chaque progiciel doit posséder son propre serveur pour des raisons techniques. De ce fait, la ville de Montbéliard possédait 35 serveurs en Le choix de la virtualisation de serveurs a donc été fait pour deux raisons essentielles : diminuer le coût d achat de nouveaux serveurs et réduire la consommation électrique de la climatisation. J ai travaillé sur Description : 450 ordinateurs Des progiciels mis en place Virtualisation des serveurs Base de données Oracle Création d états de synthèses avec Business Objects des postes de travail et des applications virtualisées, ces technologies apportent de nombreux avantages. (cf. Annexe 8.1). La ville de Montbéliard utilise principalement des bases de données Oracle mais également d autres bases comme MySQL ou SQL Serveur. L avantage d Oracle est sa performance lorsque le nombre de tables est important dans la base de données. A partir de ces informations, des états de synthèses sont effectués pour aider les utilisateurs à faire des contrôles. Pour ce faire, la suite SAP Business Objects est utilisée. Elle comprend Business Objects Desktop Intelligence, Web Intelligence ou encore Infoview. La ville de Montbéliard a mis en place le portail Infoview afin de diffuser les états de synthèses aux utilisateurs. Les utilisateurs peuvent ainsi accéder aux états de synthèses directement dans leurs répertoires. Figure 1 : Système d'information de la ville 1. Le logiciel Business Objects récupère les informations dans les différentes bases de données 2. A l aide du logiciel Business Objects, des états de synthèses sont réalisés 3. Le portail Infoview permet de diffuser les rapports sous format Excel ou PDF 4. Les utilisateurs analysent ces états de synthèses et contrôlent les données 5. Les utilisateurs saisissent de nouvelles informations dans les bases de données Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 10

11 3. Le sujet, les limites et ses aspects Avant de présenter en détail le sujet de mon stage, une introduction à l informatique décisionnelle est nécessaire L informatique décisionnelle Définition L'informatique décisionnelle ou Business Intelligence en anglais correspond à l'ensemble des moyens, des outils et des méthodes permettant de collecter, consolider, modéliser et restituer les données [1]. Les environnements d'aide à la décision s'intéressent aux tendances, aux moyennes des principaux indicateurs de bonne santé de l'entreprise ou de l organisation à travers les mois ou les années. L'aide à la prise de décision est la responsabilité de quelques personnes dans l'entreprise. Ils s intéressent à l'ensemble de l'activité et souhaitent avoir une vue globale de la société ou de la collectivité. Dans le monde décisionnel, on ne supprime jamais des données, elles sont archivées. Les outils de l informatique décisionnelle permettent d exploiter les données, contrairement à l'informatique de gestion où l'on produit de l'information grâce aux bases de données relationnelles L architecture Les outils décisionnels sont basés sur l'exploitation d'un système d'information alimenté grâce à l'extraction de données diverses. Un outil appelé ETL 2 est ainsi chargé d'extraire les données dans différentes sources, de les nettoyer et de les charger dans un entrepôt de données [2]. Enfin des outils d'analyses décisionnelles comme SAP Business Objects Desktop Intelligence, Excel, ou Dashboard sont utilisés afin de créer des états de synthèses ou des tableaux de bord à partir des bases de données ou de l entrepôt de données. Figure 2 : Fonctionnement de l'etl 2 ETL : Extract Tranform Load Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 11

12 Les fonctionnalités Un système décisionnel assure quatre fonctions fondamentales : la collecte, l intégration, la diffusion et l administration des données *3+. La collecte parfois appelée Datapumping est l ensemble des tâches consistant à détecter, à sélectionner, à extraire et à filtrer les données brutes issues des bases de production. Lorsque les sources de données sont hétérogènes, la collecte des données se fait à l aide de l ETL. L intégration consiste à concentrer les données collectées dans un espace unifié : l entrepôt de données. Il permet aux applications décisionnelles d avoir une source d information commune, homogène, normalisée et fiable. La diffusion met les données à la disposition des utilisateurs. Fonctionnalités : Collecte Intégration Diffusion Administration L administration est la fonction transversale qui supervise la bonne exécution de toutes les autres. Elle pilote les processus de mises à jour des données, la documentation sur les données, la sécurité, les sauvegardes et la gestion des incidents La modélisation dimensionnelle L entrepôt de données contient des bases de données multidimensionnelles afin de pouvoir réaliser des analyses complexes sur les données. La modélisation dimensionnelle structure les données d une façon très différente du modèle relationnel. En effet, le modèle relationnel respecte la structure en trois formes normales 3. Modèle relationnel : Formes normales Description 1 ère forme normale Une clé unique est stable 2 ème forme normale Attribut non clé est totalement dépendant de toute la clé 3 ème forme normale Tout attribut doit dépendre directement de la clé Comparatif le dimensionnel - le relationnel Le dimensionnel Ne respecte aucune des 3 formes normales Redondance des données Bases archivées Le relationnel Respecte les 3 formes normales Aucune redondance des données Bases de production La modélisation dimensionnelle produit ce que l on appelle le modèle dimensionnel ou communément le schéma en étoile. Cette structure de données est la plus utilisée et la plus appropriée aux requêtes et analyses des utilisateurs d entrepôts de données. Il existe principalement deux types de bases de modèle dimensionnel : - le schéma en étoile - le schéma en flocons de neige (cf. Annexe 8.3) Le modèle dimensionnel est la fondation même de la construction des cubes OLAP 4. 3 Une forme normale désigne un type de relation entre les entités. Elle permet d éviter les anomalies de lecture, d écriture et de redondance. 4 OLAP : Online Analytical Processing Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 12

13 Le cube OLAP Un cube OLAP est une représentation abstraite d'informations multidimensionnelles exclusivement numérique utilisé par l'approche OLAP [4]. Les bases de données OLAP sont des bases de données multidimensionnelles destinées à des analyses complexes sur les données. Caractéristiques : Organisation des informations selon les besoins des utilisateurs Simplicité et rapidité d accès Manipulation des données selon différentes dimensions Exemple : Les ventes des magasins. Le choix des dimensions (les différents magasins, les différentes catégories d articles, le temps) permet d obtenir des analyses différentes comme l illustre l exemple suivant : Vente d un magasin toutes catégories confondues pendant l année Vente de la catégorie vêtements pour enfants pour tous les magasins pendant l année Vente pendant le mois de février toutes catégories confondues et dans tous les magasins Vente d un magasin dans la catégorie vêtements pour enfants durant le mois de février Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 13

14 3.2. Le système d information et de pilotage La ville de Montbéliard a choisi une démarche d informatique décisionnelle. L ensemble des outils mis en place constitue le système d information et de pilotage (cf. Annexe 8.2). La fonction principale de ce projet réside dans son nom, il permet de collecter et d analyser les données. Ainsi des prises de décisions peuvent être définies, des actions stratégiques mises en œuvre et les politiques publiques définies par la collectivité peuvent être évaluées Mise en place Le système d information et de pilotage a été mis en place pour des raisons financières et techniques. Il était donc nécessaire de disposer d indicateurs précis (comme des indicateurs de gestion, d activités ) et d outils d analyses financières. Pourquoi? Pour des raisons financières Pour disposer d indicateurs Pour réaliser des états de synthèses Auparavant, les informations étaient accumulées, riches mais n étaient pas exploitées. Il était très difficile de réaliser des états de synthèses simples, automatisés et fiables Organisation du Système de pilotage Figure 3 : Les trois niveaux de pilotage On distingue trois types d utilisateurs : - Les élus et la Direction générale consultent généralement des tableaux de bord - Les agents d encadrement disposent plutôt d états de synthèses sous format PDF ou Excel diffusés à travers le portail Infoview ou directement déposés dans leurs répertoires. Certains peuvent directement rafraîchir les fichiers contenant les requêtes. De plus, il est possible de diffuser les états à travers la messagerie électronique - Les agents qui contrôlent les données Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 14

15 Le fonctionnement DONNEES Astre GF Astre RH GIMA Fluide LOAN CCAS Paramétrage.XLS.XLS IREC.XLS DONNEES Codes Services SRV-BODI SRV-ORATST Compte rendu ETL ( Data Integrator BO) DWH Entrepot de données SRV-BOXI 1) Synthèse 2) Une seul base 3) Combiner 4) Archivage Univers BO Univers BO REPO Droits Infoview (Portail/web) Webi Trace Programmation HTML 2 3 MAIL [PDF ] Univers WEBI Dashboard [EXCEL] BO Pilotage de la Performance SRV-BUREAUTIQUE Disque.rep (1) Rapport Webi (2) -> O:\ -> N:\ 1 DESKI BO PDF EXCEL. rep Figure 4 : Le fonctionnement du système d'information et de pilotage Les informations de la ville de Montbéliard se trouvent dans différentes bases de données comme Gima pour le patrimoine, Astre RH pour les ressources humaines, Astre GF pour la gestion financière et Fluides pour le gaz, l eau, l électricité etc. Le logiciel SAP Business Objects Desktop Intelligence permet d effectuer des requêtes sur les différentes bases de données et l entrepôt de données. Ainsi des états de synthèses sont créés comme le coût d une opération par secteur d activité, le respect des délais des interventions. Dans le domaine des ressources humaines, des états de synthèses sont aussi réalisés sur les effectifs, le suivi de la masse salariale Dans la plupart des cas, les informations sont issues directement des bases de données. Lorsque les volumes de données sont importants ou que les données à traiter sont complexes, l ETL collecte et stocke les informations dans l entrepôt de données. De ce fait, il est possible de croiser les informations afin d obtenir par exemple le coût de fonctionnement de la piscine municipale en ce qui concerne les bâtiments, l eau, l électricité, le gaz, la masse salariale, les véhicules L ETL permet ainsi de réaliser des rapports complets. Le portail Infoview permet de diffuser les états de synthèses sous le format HTML, PDF ou EXCEL, de les envoyer par mail ou de les imprimer automatiquement. Les utilisateurs ayant droits peuvent consulter et actualiser les différentes requêtes. Le portail permet aussi de planifier la diffusion des états dans les répertoires des utilisateurs. Par exemple, un tableau de bord récapitulatif des dépenses de la collectivité est diffusé chaque matin dans le répertoire des agents de la Direction Générale. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 15

16 Impact du système de pilotage Grâce au Système d information et de pilotage, il existe un référentiel commun et une codification commune (par exemple la liste des services, le découpage en quartiers). De plus, les données sont fiables. En effet, les erreurs de saisies, les anomalies générées par les progiciels métiers peuvent être détectées. En outre, les rapports sont automatisés et donc toujours présentés de la même manière. Il est ainsi possible d effectuer des comparaisons par rapport aux autres états et faire des statistiques. Enfin, le système permet de fixer des règles de gestion dans les services qui étaient souvent implicites. Par exemple, la mise en place d un planning pour la gestion des congés permet de définir des règles. Lorsque le planning est mis en place, le système impose que les règles pour la prise des congés soient respectées. Ainsi, les règles de gestion sont mieux connues de tous et permettent d améliorer le fonctionnement de la collectivité. Conséquences Référentiel commun Fiabilité des données Analyse des états de synthèses Fixer des règles de gestion Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 16

17 3.3. Les limites Le système actuel comporte plusieurs limites : au niveau de la saisie des données, des états de synthèses réalisés et de l outil pour créer des tableaux de bord Les limites de saisies des données Actuellement, les différentes bases de données ne contiennent pas assez d informations pour réaliser des états de synthèses complets. Contrairement à ce que l on pourrait penser le nombre d habitants de la ville de Montbéliard n est contenu dans aucune des bases de données. De plus, les progiciels métiers sont affiliés à des domaines bien définis comme les ressources humaines, la gestion financière, le patrimoine... C est pourquoi les bases de données contiennent seulement les informations nécessaires au domaine concerné. Une solution consisterait à créer de nouveaux champs dans les bases de données. Mais une question se pose : quelles sont les bases de données que l on pourrait utiliser? Car le nombre de champs libres dans les progiciels est très limité. Dans le but de réaliser un rapport contenant la dette par habitant par exemple, il n existe pas d interfaces de saisies pour inscrire les informations dans l entrepôt de données. On est obligé de le faire en SQL. C est pourquoi il est important de chercher un outil pour créer des interfaces de saisies. Il devra permettre de créer une application rapidement afin de stocker de nouvelles informations Contournement par les solutions SQL Le logiciel Business Objects Desktop Intelligence permet de réaliser des requêtes sur les différentes bases de données ou sur l entrepôt de données. Les données sélectionnées sont ensuite mises en forme afin de réaliser des états de synthèses. L utilisateur est assisté dans la réalisation des requêtes, pour cela le logiciel utilise la notion d univers propre à la suite SAP Business Objects. Un univers est une représentation totale ou partielle de la base de données. Il est constitué d un ensemble d objets métiers. L univers permet aux utilisateurs d employer un vocabulaire en rapport avec leurs métiers et non des champs de bases de données. De ce fait, les requêtes sont plus faciles à réaliser. L univers comporte trois types d objets : - Les dimensions : entité élémentaire de l univers. Globalement, on peut assimiler un objet dimension à un champ de bases de données Représentation dans Business Objects : Dimensions Informations Indicateurs - Les informations : ces objets sont rattachés aux objets dimensions, ils constituent des informations supplémentaires. Par exemple le nom et le prénom de l agent - Les indicateurs : ils restituent des données numériques qui sont le résultat d un regroupement (somme, comptage, moyenne ) à partir de la base de données. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 17

18 Figure 5 : Création d'une requête dans Business Objects L utilisateur sélectionne les objets de l univers sur la gauche. A l aide d un glisser déposer, il place ces objets dans la zone de sélection. Il est possible d ajouter des conditions dans la requête. Le code SQL de la requête peut éventuellement être visualisé : Figure 6 : Visualisation du code SQL généré Les univers sont parfois incomplets. Ils ne contiennent pas l ensemble des informations contenues dans la base de données. Par exemple, dans l univers de la formation en ressources humaines le nombre d heures de droit à la formation n est pas présent. De plus, certains univers sont mal construits. En effet, la jointure ne peut parfois pas être réalisée entre deux objets de l univers. Par exemple, entre le matricule d un agent et le nombre de congés. Pourquoi ne pas modifier l univers? La création d un univers est très compliquée à réaliser. En effet, il faut penser à toutes les configurations qu il est possible de faire entre les objets. Généralement l univers est fourni par la société qui a mis en place le progiciel. Lorsque ce n est pas le cas, une société extérieure aide parfois la collectivité pour le créer. Auparavant, l univers du progiciel était modifié afin d obtenir l ensemble des informations nécessaires. Mais cette solution n est pas pérenne. En effet, lorsque la société (qui a mis en place le progiciel) met à jour l univers, toutes les modifications effectuées sont alors perdues. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 18

19 C est pourquoi l utilisation de requêtes SQL est envisagée. Cette nouvelle solution n a pas encore été testée jusqu à présent. Il serait donc intéressant de voir comment lier ces deux types de requêtes. Les requêtes SQL constitueraient alors une solution temporaire pour réaliser des états de synthèses complets en attendant les modifications des univers Les limites de l outil tableaux de bord Le logiciel utilisé actuellement pour créer des tableaux de bord SAP Crystal Reports Dashboard Design est obsolète. De plus, il est très compliqué à utiliser. L étude d un nouveau logiciel comme QlikView permettrait de réaliser des tableaux de bord avec de nombreux axes d analyses. Ainsi le développement d une application de test validerait si ce logiciel est pertinent et plus approprié dans l analyse des données en informatique décisionnelle Le résumé du sujet et le planning Après avoir abordé en premier lieu le concept de l informatique décisionnelle, nous avons vu que ce domaine permettait aux utilisateurs d avoir des indicateurs pour prendre des décisions. Au paragraphe 3.2, nous avons abordé le fait que la ville de Montbéliard a mis en place un système de pilotage afin d optimiser le fonctionnement de la collectivité. Il permet de créer des états de synthèses, des graphiques, des tableaux de bord. Pour réaliser des états de synthèses complets comme le coût de fonctionnement de la piscine municipale (bâtiments, masse salariale, eau, électricité, gaz ), il est nécessaire de croiser les informations contenues dans les différentes bases de données. Il arrive que certaines informations ne soient pas présentes dans l entrepôt de données. C est pourquoi il est utile de trouver un outil pour réaliser des interfaces de saisies. De plus, certaines requêtes ne permettent pas d avoir l ensemble des informations nécessaires. Le développement de nouvelles requêtes SQL complètera ces rapports. Enfin, le logiciel pour créer les tableaux de bord est obsolète. L étude d un nouvel outil permettra de répondre à cette limite. Le sujet de mon stage est donc découpé en trois parties : - La limite de saisies de données - Le développement SQL - L étude d un nouvel outil pour réaliser des tableaux de bord Afin de mener à terme les différents projets, un planning a été réalisé. De plus, chaque jour, je remplissais un tableau de bord afin de noter les différentes activités réalisées et les problèmes rencontrés. (cf. Annexe 8.4). Dans un premier temps, j ai consacré mon temps aux problèmes des limites de saisies des données. J ai étudié le fonctionnement du logiciel Oracle Application Express en créant une application de test. Ensuite, j ai effectué des états de synthèses à l aide du logiciel Business Objects en développant des requêtes SQL. Pour finir, j ai réalisé l étude d un nouveau logiciel pour réaliser des tableaux de bord en créant une application de test. Pendant le stage, je disposais d une session virtualisée avec de nombreux logiciels comme la suite Office. De plus, j utilisais Outlook pour gérer ma messagerie, mon planning et fixer des rendez-vous. Un téléphone était à ma disposition pour communiquer avec les différents services. Cette expérience m a permis de me trouver dans les conditions du monde réel. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 19

20 Figure 7 : Répartition des différents projets en fonction du temps Figure 8 : Diagramme de Gantt Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 20

21 4. Première réalisation : Oracle Application Express 4.1. Démarche Dans un premier temps, mon responsable de stage m a exposé le problème des limites de saisies des données. Il ma parlé d un nouvel outil : Oracle Application Express. J ai commencé par effectuer des recherches sur ce logiciel afin de le comparer avec d autres outils. Ensuite, à l aide d un exemple concret, j ai créé une application afin de valider l outil. L objectif de cette application de test était de créer une interface de saisie pour un chef de projet à la ville de Montbéliard. En effet, il a besoin de saisir ces différentes activités réalisées au cours des journées. Mon responsable de stage ma ensuite demandé de créer une interface de saisies pour la piscine municipale. L objectif de cette nouvelle application était de savoir se connecter à une base de données distante avec Oracle Application Express. Le but de ce projet était de créer une documentation sur Oracle Application Express pour : - Comparer ce logiciel avec d autres outils - Comparer la version utilisée actuellement avec la version 4 - Créer facilement une nouvelle application 4.2. Méthode J ai commencé par effectuer différentes recherches sur le site officiel d Oracle Application Express afin de connaître le fonctionnement d Apex. J ai également consulté différents tutoriels sur le sujet afin de créer une première application dans le but de me familiariser avec ce nouvel outil de développement. Par la suite, j ai réalisé des recherches approfondies sur le fonctionnement d Apex afin de trouver comment se connecter à une base de données distante Développement Qu est-ce que Oracle Application Express? Oracle Application Express est couramment appelé Apex. C est un outil de développement rapide d applications Web *5+. Il permet ainsi de créer des applications performantes et sécurisées afin d accéder directement aux bases de données Oracle. A l aide d un navigateur Internet classique, les utilisateurs peuvent consulter les différentes applications créées Description A l origine, Oracle utilisait Apex en interne pour créer rapidement des utilitaires pour les bases de données. Aujourd hui, Application Express est livré avec la version Oracle 10g XE. Il est possible de télécharger Apex pour les versions antérieures. Cette édition gratuite constitue un environnement de développement complet avec une base de données pouvant stocker jusqu à 4 Go de données. Oracle Application Express : Outil de développement rapide d applications Édition gratuite Stockage de 4 Go de données Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 21

22 Objectif Apex permet aux utilisateurs d accéder simplement aux données et de retrouver rapidement des informations. Il permet aussi aux développeurs de réaliser des présentations modernes développées en un minimum de temps Historique Jusqu en 2006, Apex s appelait HTML BD Les apports de la version 4 d Apex Nouvelles fonctionnalités [6] : Amélioration de l interface utilisateur, des tableaux, des sous-régions Option de purge automatique des espaces de travail inactifs Éditeur de code PL/SQL (Coloration syntaxique) Sélection de la langue pour l application Figure 9 : Aperçu de la version 4 d Apex Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 22

23 Avantages : Avantages & Inconvénients Les avantages d Oracle Apex : Prise en main facile de l outil Maintenance facile Utilisation en réseau local, internet ou en mode déconnecté Outil gratuit, puissant et convivial Les développements d application ne nécessitent pas de réaliser des configurations. Il suffit juste de vérifier que la base de données est renseignée dans un fichier. De plus, le développeur est assisté dans le développement d applications. Ainsi, la réalisation d interfaces Web s effectue très rapidement. Inconvénients : Apex fonctionne uniquement sur les front-end 5 Oracle. De ce fait, la recherche d un hébergeur est plus compliqué qu avec une combinaison classique PHP / MYSQL. La connexion à une base de données distante pose quelques soucis. Tout d abord, il faut créer un lien de bases de données pour que le serveur d Apex puisse communiquer avec le serveur distant. Cependant, les assistants d Apex ne reconnaissent pas les tables de la base de données distante. Il est donc nécessaire de créer des vues en lecture et en écriture. Mais une erreur se répète régulièrement lors de l envoi de formulaire. Une solution consiste à installer Apex sur le serveur distant Comparaison avec d autres outils Apex Java EE PHP + Oracle Access + Oracle Applications pour client web Oui Oui Oui Non Applications pour client lourd Non Oui Oui Non Prise en main rapide Facile Difficile Difficile Facile Développement rapide d application Oui Non Non Oui 5 Un front-end désigne une machine complète qui effectue des traitements préliminaires ou gère des transactions pour un ordinateur plus puissant. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 23

24 Les langages Figure 10 : L'usage d'apex Les langages pouvant être utilisés dans Application Express sont : SQL, PL/SQL, HTML, CSS, JavaScript et AJAX (Asynchronous JavaScript And XML). Des propres thèmes peuvent être créés en utilisant HTML et CSS. Ainsi il est possible de modifier l apparence et le style d une application sans en modifier les fonctionnalités. Le langage SQL permet de réaliser des requêtes pour créer des états. Le code PL/SQL permet d afficher des valeurs par défaut dans les formulaires en créant des conditions. JavaScript est un langage de script client très utilisé dans le développement Web. L ajout de JavaScript dans une application Web permet d enrichir et ajouter des fonctionnalités aux applications client/serveur. L utilisation d AJAX permet de mettre à jour une portion de page APEX sans avoir à recharger toute la page Fonctionnement Pour fonctionner, Apex a besoin d une base Oracle dans laquelle tous ses composants sont stockés. Pour cela, il crée deux schémas dans la base [7] : - Un schéma nommé FLOWS_X où X désigne le numéro de version d Apex. Tous les objets de la version d Apex sont stockés dans ce schéma. - Un schéma nommé FLOWS_FILES qui gère les objets communs aux différentes versions d Apex tels que les styles CSS, les thèmes d applications, les images Ces deux schémas stockent les métadonnées composées de 215 tables, 200 objets PL/SQL et environ lignes de code qui correspondent à ce que l'on appelle le "moteur" d'apex. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 24

25 Le développement d application nécessite un schéma par application. Les données peuvent être stockées sur les schémas de la même base de données qu Apex ou dans une base de données distincte. Pour se connecter à une base de données distante, il est nécessaire de créer un lien de bases de données. Pour effectuer les requêtes sur le schéma de l autre base de données, il est nécessaire d utiliser une syntaxe particulière : Code SQL SELECT * FROM NOM_DU_LIEN Il est ainsi possible de réaliser des requêtes sur la base de données distante. Néanmoins, les assistants ne reconnaissent pas les tables du schéma. Une solution consiste à créer des vues en mode lecture et écriture pour chaque table. De ce fait, il est possible de créer des formulaires à l aide des assistants d Apex. De plus, un autre problème se pose, l utilisation d un lien de bases de données créé une erreur qui se répète très souvent lorsque l on valide un formulaire. La solution consisterait donc à installer Apex sur le serveur distant pour accéder directement au schéma Architecture Apex propose deux architectures différentes : - une architecture 3-Tiers présente depuis le lancement d Apex - une architecture 2-Tiers intégrée avec les bases Oracle 11g (cf. Annexe 8.5) Les composants Lors du développement d une application, Application Express utilise plusieurs composants : - Les pages : Une application est composée de multiples pages. Elles sont les composants de base d une application. Les pages contiennent des régions. - Les régions sont des conteneurs de contenus. Ces contenus peuvent être des états, des formulaires, des graphiques, des calendriers - Les boutons initient un processus sur une page. Par exemple, les boutons sont utilisés pour créer, modifier ou supprimer un enregistrement dans une table de la base. - Les éléments : un élément est une partie d un formulaire. Cela peut être un champ texte, un mot de passe, une case à cocher, un bouton radio Les éléments sont utilisés pour recueillir les saisies ou afficher des données à l utilisateur. L ajout d un composant s effectue à l aide d un assistant graphique. Le développeur configure le composant en paramétrant ses différents attributs. Il est possible de créer des composants partagés afin qu ils puissent être utilisées sur n importe quelle page de l application. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 25

26 Les fonctionnalités de développement Les panneaux : Figure 12 : Les fonctionnalités d'apex Apex fournit différents types de panneaux à intégrer dans une application : Panneau sur une table Panneau maître/détail Panneau tabulaire Les panneaux (ou formulaires) permettent aux utilisateurs de mettre à jour un enregistrement unique dans une table ou plusieurs à la fois. Les graphiques : Il existe 18 types de graphiques dans Apex, regroupés parmi les : Graphiques SVG 6 Graphique HTML Graphique Flash Il est possible de créer des graphiques qui permettent aux utilisateurs de naviguer vers d autres graphiques ou états. 6 SVG : Scalable Vector Graphics Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 26

27 Administration des espaces de travail L espace de travail fonctionne comme une base de données virtuelle. Il permet à plusieurs développeurs de travailler dans le même environnement. Il existe plusieurs rôles dans Oracle Application Express : L administrateur Application Express : il gère l ensemble des espaces de travail d une installation Apex. L administrateur de l espace de travail : il gère les comptes des développeurs et des utilisateurs de son espace de travail. Le développeur : il crée et maintient les applications et leurs objets. L utilisateur : il n a aucun privilège et aucun accès à l espace de travail. Il accède aux applications à travers une URL Consolidation & Déploiement Pour déplacer une application d une instance Oracle Application Express vers une autre, il est nécessaire de déplacer les métadonnées et objets de prise en charge : - Définition d application (pages, composants partagés) - Objets de prise en charge comme Objets de bases de données Fichiers images et CSS Autres types de fichiers (JavaScript ) La migration d applications est simplifiée en utilisant les objets de prise en charge lors de la création d une application consolidée. Plutôt que de générer de nombreuses étapes pour créer les objets, importer et installer l application et autres fichiers, il est préférable de définir les objets de prises en charges afin que tous les composants de l application puissent être migrés en quelques étapes simples Exemple d applications La première application servait d exemple pour tester le logiciel. Elle permet au chef de projet de saisir ces activités au cours de la journée. Le chef de projet peut ainsi visualiser le détail des activités du dernier jour pointé avec un total. Au milieu se trouve un petit formulaire pour saisir la date, le code de l activité, le nombre d heures, le libellé du pointage et le matricule de la personne. La date du jour est affichée automatiquement ainsi que le matricule de la personne. Une liste déroulante permet de visualiser les différents codes. Elle est triée par thème et contient le code et le libellé de l activité. Des validations ont été ajoutées pour vérifier que les champs saisies sont corrects. Il est aussi possible de consulter tous les pointages et de les modifier. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 27

28 Figure 14 : Interface de saisies de la première application Cette application m a permis de savoir comment créer un formulaire, un état, afficher des valeurs par défaut et créer des listes de valeurs dynamiques et statiques. Au départ, l application était créée dans le but de tester le logiciel. A l issue des différentes modifications, cette application peut maintenant être utilisée pour saisir les pointages des journées du chef de projet. Une deuxième application a été créée pour la piscine municipale. Elle permet de saisir des informations dans l entrepôt de données afin de réaliser des états de synthèses. Figure 15 : Interface de saisies de la deuxième application Elle m a permis de mieux comprendre le fonctionnement d Apex. J ai aussi pu travailler sur l administration d Apex en créant un nouvel utilisateur, un schéma, un lien de bases de données, des Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 28

29 vues. Cette application a montré qu Apex comportait des limites au niveau des liens de bases de données Difficultés rencontrées Les recherches sur Oracle Application Express ont été difficiles. En effet, il n est pas évident de trouver des documentations sur la création d application sur des bases de données distantes. Malgré le fait que la plupart des composants d Apex s effectue à l aide d assistants, il nécessaire de créer des procédures PL/SQL dans certains cas. Des recherches sur ce langage ont donc été effectuées pour connaître la syntaxe à utiliser Point de vue de l utilisateur Le chef de projet a testé la première application et m a expliqué les améliorations à réaliser. Voici les premières modifications effectuées : - Ajout d un nouvel état pour afficher les pointages de la dernière journée saisie - Amélioration de la recherche afin de reconnaître les libellées avec ou sans majuscules et accents. Les libellés sont maintenant tous en majuscules et sans accent. La recherche s effectue maintenant en tapant un mot en majuscule. - Possibilité de modifier une saisie : ajout d un nouvel état Une fois les modifications terminées, le chef de projet a de nouveau testé l application. De nouvelles améliorations ont été réalisées : - Afficher le libellé des activités et le total d heures saisies dans la visualisation des pointages de la dernière journée - Possibilité de changer le libellé d une activité créée - Trier la liste déroulante des activités par thèmes 4.6. Bilan d Oracle Application Express En conclusion, Oracle Application Express est un outil très performant lorsque les bases de données se situent sur le même serveur. Il permet de créer des applications d interfaces de saisies très rapidement. Mais lorsque les bases de données sont distantes, il est nécessaire d installer Apex sur le serveur. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 29

30 5. Deuxième réalisation : le développement SQL 5.1. Démarche Dans un premier temps, mon responsable de stage m a expliqué comment fonctionnait le système d information. Il m a parlé du fonctionnement de l outil Business Objects pour réaliser des états de synthèses. J ai commencé par travailler sur un projet concernant le service de la voirie afin de découvrir ce logiciel. Dans un deuxième temps, j ai consacré mon temps aux limites de ce logiciel à l aide de deux projets concernant l évaluation annuelle et le plan de formation des agents de la ville de Montbéliard Méthode Afin de maitriser l usage de ce nouvel outil, j ai commencé par lire des documentations sur ce logiciel. Il était aussi important de connaître le domaine du patrimoine de la ville de Montbéliard. Pour cela, j ai lu des documentations sur le progiciel GIMA. Enfin, j ai étudié le fonctionnement des univers du logiciel Business Objects pour comprendre leurs limites. Pour mettre au point les requêtes SQL, j ai tout d abord utilisé le logiciel Toad. J ai pu ensuite intégrer ces requêtes dans le logiciel Business Objects afin de les lier avec les requêtes effectuées avec les univers. J ai également étudié les modèles des bases de données pour trouver les champs à utiliser La prise en main du logiciel Présentation de Business Objects Desktop Intelligence Business Objects Desktop Intelligence souvent appelé BO est un outil d aide à la décision accessible à l utilisateur final. Il permet d interroger une base de données très facilement et de manière intuitive grâce à la notion d univers. L utilisateur n a pas besoin de connaitre la structure de la base de données et d utiliser le langage SQL pour réaliser des requêtes. Les informations à collecter sont orientées métiers. De ce fait, l utilisateur utilise son vocabulaire métier. L accès aux données : Champs de base de données SO.W_CAD_CPT.COD_BUD SO.W_CAD_CPT.NUM_ENV Objets de l univers Budget (Code) Envelope (Code) Lors de la création d un nouveau rapport, il existe principalement deux types d accès aux données : - A partir d un univers - A partir d une requête SQL Dans la suite du rapport, nous verrons comment lier les univers avec une requête SQL Première application Le but de ce rapport est d obtenir des informations sur chaque opération effectuée par le service voirie au sein de la Ville de Montbéliard. Une opération consiste par exemple à changer les réverbères, réparer une fuite d eau etc. Elle peut donc dans certaines situations contenir plusieurs interventions. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 30

31 Il est donc intéressant pour le responsable du service de la voirie d obtenir des informations précises sur chaque opération comme la cause de l opération, la durée de travail de chaque agent, la durée d utilisation des véhicules et le montant des fournitures Première réalisation pour le service de la voirie Tout d abord j ai commencé par sélectionner les objets de l univers nécessaires : le corps d état, le code de l opération, le nom de l opération, les dates concernant l opération, la cause réelle, le code de l intervention, le nom de l intervention, le type de l intervention, les dates de l intervention, le nom des agents, le nombre d heures des agents, les dates de travail des agents, le nom des véhicules, les dates d utilisations des véhicules, les durées d utilisations des véhicules, et le montant des fournitures utilisées. Avec mon responsable de stage, nous avons ensuite vérifié que les informations étaient prises au bon endroit dans l univers. Ensuite, j ai réalisé la mise en forme de ces données. Le document est trié par corps d états. Dans les interventions de chaque opération se trouvent les informations concernant la main d œuvre, les véhicule et fournitures utilisées Bilan de la première application Ce premier rapport m a permis de savoir comment utiliser le logiciel Business Desktop Intelligence et de comprendre comment fonctionne la notion d univers afin d aborder les limites à travers deux projets concernant l évaluation annuelle et le plan de formation des agents de la ville de Montbéliard Le projet Evaluation Objectif Chaque année a lieu une évaluation des agents de la ville et du CCAS de Montbéliard. Une fiche d aide à l évaluation des agents est pré remplie. Elle contient de nombreuses informations comme le nom, le prénom, le grade, la catégorie, le nombre de jours d absences etc. Depuis l année 2011, la législation a changé, les agents ne sont plus notés. La fiche d entretien individuelle pré remplie a donc été modifiée. Le service des ressources humaines a donc mis en place un nouveau modèle de fiche d évaluation. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 31

32 Auparavant, le document contenait trois feuilles A3 recto-verso : une feuille pour le bilan, une autre pour la notation en fonction de la catégorie de l agent et une dernière pour le plan de formation. Un script VBS était lancé par l utilisateur. Ce script remplissait une table de la base de données contenant les informations nécessaires pour le projet Évaluation. Ensuite un fichier de type CSV était créé afin d être importé dans Excel. Enfin à l aide d un publipostage sous Word, le document était imprimé pour environ 700 agents. Figure 16 : Schéma représentant les étapes de la création de l ancien document Le but était donc de créer un nouveau document constitué d une feuille A3 recto-verso contenant l ensemble des informations nécessaires Conception Dans un premier temps, j ai essayé de supprimer le script VBS en créant différentes vues dans les bases de données afin de constituer une vue globale contenant les informations nécessaires à la réalisation du document. Le nombre de vues créées s élevait à plus de 30. De ce fait, une simple requête prenait plusieurs minutes. Avec mon responsable de stage, nous avons donc décidé d utiliser dans le logiciel Business Objects l univers du progiciel de gestion des ressources humaines et l univers du progiciel de gestion de la formation pour avoir le nombre de jours d absences des agents de la collectivité. Pour réaliser ce rapport, mon responsable de stage m a expliqué comment les agents évoluaient au sein de la collectivité. On distingue deux types d agents : - Les agents de catégories A, B et assurant des fonctions d encadrement - Les agents de catégories C sauf les agents d encadrement Un agent peut avoir plusieurs grades au sein de la collectivité. De plus, il possède des échelons dans chaque grade. Un agent peut passer d un échelon à un autre en fonction de deux dates : la date minimum et la date maximum. Par conséquent, un agent évoluera plus rapidement dans la collectivité en passant par la date minimum. La première requête : La première requête concerne les données administratives de l agent. Elle permet de récupérer l identifiant, le nom, le prénom, la catégorie, la date d entrée dans l organisme, la date de naissance, la fonction, le grade, la date d entrée dans le grade, l échelon, la date de nomination dans l échelon, la structure hiérarchie, le groupe de régime indemnitaire et les agents de catégorie C assurant des fonctions d encadrement et le code de l organisme (Ville ou CCAS). Cette requête est réalisée sur l univers agent astre. Des conditions sont appliquées à cette requête : - Les agents doivent appartenir aux codes de gestion 0, 1 et 2 - Le numéro d affectation de l agent doit être égal à 1 Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 32

33 La deuxième requête : La deuxième requête concerne les libellés et dates de promotion des agents. Cette requête est nécessaire car il existe des agents qui ne possèdent pas de dates de promotion et de types d avancement. Par conséquent, si ces informations étaient obtenues à l aide de la première requête, ces agents ne possédant pas d informations sur les promotions et ne seraient donc pas apparus dans l état. C est pourquoi une deuxième requête sur le même univers Agent Astre a été créée. La réunion de ces deux requêtes, à l aide d une jointure sur l identifiant des agents, permet d obtenir tous les agents. Il apparaît donc que certains agents n ont pas d informations concernant les promotions. A l aide de cette nouvelle requête, on récupère l identifiant, le nom, le prénom, le type d avancement, les dates de promotions, les grades de promotions et le numéro d ordre de promotion. En fonction du type d avancement, on obtient donc l avancement dans le grade et la promotion interne (chacun pouvant comporter deux libellés et deux dates) Type d avancement G I Libellé correspondant Avancement au grade de Promotion interne au grade de Les autres requêtes : Certains agents ne possèdent pas de jours calendaires d absences. Afin d éviter que le tableau de l absentéisme ne soit vide une requête par type d absentéisme a été effectué sur l univers Absence Astre. Chaque requête contient l identifiant de l agent, le nom, le prénom et la durée de l arrêt. De plus, une condition permet de prendre en compte le type de l absentéisme : Type arrêt (code) MO ML MD MA AT CX GE Libellé Maladie ordinaire Maladie Longue durée Longue maladie Maternité Accident du travail Congé exceptionnel Enfant malade La liaison des requêtes : Toutes sont requêtes sont liées entre elles au niveau du matricule, du nom et du prénom de chaque agent afin d éviter d avoir des fiches d évaluations incomplètes ou erronées. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 33

34 Mise en page Le document est trié par service et par agent. Il se compose de quatre pages. Afin d être plié, la disposition des pages est la suivante : Figure 17 : Ordre des pages dans Business Objects On utilise une des propriétés de Business Objects qui permet d obtenir une page supplémentaire sur la droite en faisant déborder la structure du document de la page en cours. Visualisation du guide d évaluation : La page 1 : La page 1 indique les données administratives et le nombre de jours d absences de chaque agent. La page 2 : La page 2 indique le rappel des objectifs fixés l année précédente et le bilan de l année écoulée avec les points forts et les points faibles de l agent. La page 3 : La page 3 présente en fonction de la catégorie de l agent (s il assure des fonctions d encadrement ou pas) les critères à partir desquels la valeur professionnelle de l agent est appréciée. De plus, une appréciation générale est indiquée pour chaque agent. La page 4 : La page 4 comprend l objectif pour l année à venir, les souhaits particuliers et les commentaires de l agent et les différentes signatures Difficultés rencontrées Il est nécessaire de se plonger dans le vocabulaire métier pour réaliser les requêtes. J ai effectué des recherches sur les modèles des bases de données afin de trouver les champs nécessaires. Il est aussi important de comprendre le fonctionnement de la collectivité Bilan du projet Evaluation Une documentation pour l utilisateur a été créée. Il peut ainsi actualiser la requête en sachant quels paramètres indiqués. Une deuxième documentation a été créée. Elle explique les différentes requêtes, quels objets ont été utilisés dans l univers et comment la liaison des requêtes a été effectuée. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 34

35 5.5. Le projet Plan de Formation Objectif Dans le cadre de ces évaluations, un plan de formation recensant le besoin de formations des agents est réalisé. Le but est de créer un document A4 recto-verso contenant des informations administratives sur l agent, le nombre d heures de droit à la formation (DIF) et les différents stages prévus l année précédente qui n ont pas été réalisés Conception Pour effectuer ce rapport, il est nécessaire de connaître l évolution de la carrière des agents afin de prendre en compte les cas particuliers. En conclusion, il existe quelques particularités : Figure 18 : Schéma représentant la carrière d un agent - Un agent peut être «en cdi» sans être titulaire. - Un agent peut être en période de stage dès le premier jour de son recrutement. - Un agent peut avoir plusieurs dates de nomination de stage au cours de sa carrière. Exemple : une infirmière scolaire devient puéricultrice Les informations administratives comme le nom, le prénom, la date de stagiairisation sont issues de l univers Agent Astre. L univers de la formation des ressources humaines nommé Inser ne contient pas le nombre d heures de droit à la formation. Il est donc nécessaire d utiliser une requête SQL pour obtenir cette donnée à partir de la base de données Inser. Les différents stages des agents sont également sélectionnés dans cette base de données afin d éviter une nouvelle requête dans l univers Inser. La requête SQL : La requête SQL permet de ramener le nombre d heures de droit à la formation et les stages prévisionnelles en attente ou prévu des agents. Elle possède de nombreuses conditions afin de ramener le même nombre d agents que la requête issue de l univers. La requête sur l univers : Cette requête s appuie sur le projet Evaluation. Elle utilise les mêmes objets dans l univers. Des conditions sont ajoutées pour ne sélectionner que les agents qui ont une évaluation. Par exemple, certains codes de fonction ont été supprimés et seuls les agents en activité temps plein sont pris. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 35

36 La liaison des deux requêtes : Au départ, la collectivité, le matricule, le nom, le prénom, le service étaient liées. Cependant, des fiches n apparaissaient et certaines étaient incomplètes. De ce fait, seul le service, le nom et le prénom des deux requêtes sont liés Difficultés rencontrées La liaison de ces requêtes n a pas été facile car il n était pas possible de lier la collectivité et le matricule des agents. Afin d éviter que des fiches soient incomplètes, le rapport ne peut contenir qu une seule collectivité car certains matricules sont communs au CCAS et à la Ville Mise au point avec l utilisateur Afin de mettre au point ce rapport et de vérifier que les informations sélectionnées étaient justes, j ai travaillé avec la responsable des formations en ressources humaines. En effet, il était important de vérifier qu il y ait le même nombre d agents entre les fiches d évaluations et celles du plan de formation. De plus, cela permettait de vérifier les informations contenues dans la base de données du progiciel de la gestion de la formation et de les modifier dans le cas où elles étaient erronées Résultat obtenu pour la requête du plan de formation Les fiches du projet du plan de formation sont maintenant créées à l aide du logiciel Business Objects. Elles permettent aux agents de connaître leurs nombre d heures de droit à la formation et leurs stages non réalisés l année précédente lors de l évaluation annuelle Bilan du développement SQL Ces deux projets ont montré que la liaison entre deux univers et que la liaison entre un univers et une requête SQL étaient possible. La liaison entre univers est généralement facile à concevoir car le logiciel se charge de lier les objets communs automatiquement. Lorsqu il y a un problème, il faut parfois délier certains objets. La liaison entre univers et requête SQL est plus difficile à mettre en place car on n a pas la main sur le logiciel pour réaliser la jointure nécessaire. Une première solution consiste à créer un maximum de liens par exemple sur la collectivité, le service, le matricule, le nom, le prénom. Il est parfois nécessaire de ramener d autres objets dans la requête pour créer des liens supplémentaires. Mais dans certaines situations comme pour le projet Plan de formation cela ne suffit pas, il faut alors lier seulement les données nécessaires et adapter la requête SQL pour que les données soient identiques aux données de l univers. Avec une analyse approfondie de la structure des données, on parvient à lier correctement les objets pour un résultat cohérent au niveau de la requête. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 36

37 6. Troisième réalisation : un nouvel outil pour les tableaux de bord 6.1. Démarche La ville de Montbéliard a besoin de tableaux de bord pour analyser les informations. Cependant la création de tableaux de bord est compliquée, car le logiciel utilisé actuellement est obsolète. Il était important de trouver un nouvel outil. Nous avons eu une présentation d une société dont le champ d application est lié à cette problématique. De ce fait, j ai créé une première application pour tester le logiciel qu il propose : QlikView. Le but était de valider ce produit et de connaître ses limites Méthode J ai commencé par installer ce nouveau logiciel. Ensuite, j ai effectué des recherches sur le sujet. J ai consulté différents tutoriels et le manuel d utilisation. Afin de réaliser la première application concernant les dépenses et les recettes de la collectivité, j ai utilisé le logiciel Toad pour finaliser la requête SQL. Je l ai ensuite intégrée dans le logiciel QlikView afin de réaliser différents tableaux de bord Développement Objectif QlikView est un logiciel de business Intelligence. Il facilite l analyse et l exploitation des informations à partir de différentes sources de données. De plus, QlikView permet d axer la recherche directement sur les données sans tenir compte de la structure de la base de données [8]. Il travaille par association d idées. Figure 19 : La recherche des informations avec QlikView Une fois que les informations sont chargées dans le programme, les données sont présentées de façon à être facilement compréhensibles et manipulables. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 37

38 Description L éditeur de QlikView se nomme QlikTech. Il siège aux Etats-Unis et a été fondé en Cette société de Business Intelligence possède près de utilisateurs dans 100 pays. Depuis peu, grâce aux dernières évolutions, la société commence à remporter des parts de marchés et a eu récemment une croissance importante. QlikView est un logiciel propriétaire. Actuellement, je travaille sur une version d évaluation. Il est nécessaire d acheter des licences pour déployer les applications créées. Coût de la mise en place de QlikView : Une licence locale 960 Un serveur Pour chaque utilisateur Ces prix sont inférieurs aux licences de Business Objects Positionnement de QlikView par rapport aux autres logiciels de Business Intelligence : Fonctionnement QlikView utilise une base vectorielle pour améliorer la recherche des données. Les bases vectorielles permettent d éviter de manipuler de gros volumes de données et de stocker deux fois la même information. (cf. Annexe 8.6). Les liens de base de données sont conservés La base de données de QlikView récupère les données et ne stocke que les valeurs distinctes dans chaque colonne. Ces bases sont ensuite compressées. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 38

39 QlikView peut récupérer différentes sources de données comme une base de données relationnelle ou un fichier texte. Figure 20 : Les sources de données de QlikView Chargement des données à partir d un fichier texte : On crée une requête sur la base de données à l aide du logiciel Toad. Le résultat est alors exporté dans un fichier texte. L assistant de création de script permet alors de créer facilement la base de données vectorielle. Il est possible aussi de travailler directement avec un fichier Excel à l aide de l assistant de démarrage. Chargement des données à partir d une base de données : Il est nécessaire de créer une connexion ODBC (Open DataBase Connectivity) pour accéder à la source de données. Ensuite, la requête SQL peut être générée à l aide de l assistant ou tapée directement dans le script Les feuilles et les objets La feuille est le composant de base de QlikView. Un document contient généralement plusieurs feuilles, ce qui permet de créer un modèle de conception structuré. Les feuilles sont connectées logiquement, c est-àdire qu une sélection effectuée sur une feuille modifiera tous les objets sur toutes les autres feuilles. Les objets permettent de visualiser le résultat des sélections. Ils peuvent également servir à sélectionner des données. La liste de sélection : C est l objet le plus basique. Elle contient une liste de toutes les valeurs d un champ donné de la base de données. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 39

40 Les graphiques : Les graphiques et les tableaux sont des objets qui peuvent afficher des nombres de manière très concise. Les graphiques, les tableaux croisés dynamiques et les tableaux simples sont logiquement identiques, contrairement à leur apparence. Les graphiques peuvent ainsi prendre la forme d un histogramme, de secteurs, de nuages de points, de courbes, de radars, de bulles, de jauges, d entonnoirs, de graphiques Mekko, de tableaux simples, de tableaux croisés dynamique ou de Figure 21 : Graphique dans QlikView blocs. (cf. Annexe 8.7) Faire des requêtes dans QlikView : Le principal moyen de faire des requêtes dans QlikView est de sélectionner des valeurs dans les listes de sélection. Figure 22 : Liste de sélection dans QlikView Exemple de l application créée gg Un code de couleur simple : - Vert : question posée - Blanc : réponse à la question - Gris : non-réponse à la question Cette application permet d afficher les dépenses et les recettes de la collectivité en fonction de l année (Exercice), de la collectivité (Ville ou CCAS), de la section (Fonctionnement ou Investissement), du budget, du chapitre et des différents services. Un tableau détaillé et un tableau récapitulatif permettent de visualiser les informations en fonction des données sélectionnées. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 40

41 Difficultés rencontrées Le script pour générer la base vectorielle n est pas facile à créer. Il faut s approprier cette nouvelle syntaxe. Un autre problème concerne les chapitres. QlikView ne faisait pas la différence entre les chapitres 020 et 20. Cela posait des soucis car toutes les lignes de crédits appartenant à ces chapitres étaient mélangées. J ai donc effectué des recherches afin de trouver la syntaxe appropriée pour modifier le script Bilan de l étude QlikView QlikView est un outil très puissant, il permet d analyser les données très facilement. Le seul inconvénient est de créer la base vectorielle. Une solution consisterait à créer la requête dans Business Objects. De ce fait, la requête serait plus facile à réaliser grâce aux univers. Enfin, le résultat pourrait être exporté dans un fichier Excel afin d être intégré dans le logiciel QlikView. Le processus pourrait ainsi être automatisé. La ville de Montbéliard peut donc envisager de remplacer l ancien logiciel. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 41

42 7. Conclusion 7.1. Apports techniques et pratiques du stage Ce stage m a permis de mettre en pratique les connaissances acquises lors de ma formation en licence. J ai pu développer plusieurs projets concrets en particulier les évaluations annuelles et le plan de formation des agents de la ville de Montbéliard. Ce travail m a fait découvrir de nouvelles notions comme l informatique décisionnelle, le contrôle de gestion, la comptabilité analytique, le fonctionnement d une collectivité territoriale. Mon responsable m a apporté également de nombreuses connaissances notamment dans l histoire de l informatique pour comprendre l existant. D un point de vue plus technique, j ai appris à utiliser de nouveaux logiciels comme SAP Business Objects, Oracle Application Express et QlikView. De plus, je connais de nouvelles notions dans les bases de données et je me suis perfectionné dans la réalisation de requêtes SQL. L analyse des modèles de données était vaste et complexe Apports méthodologiques et enrichissements personnels Cette expérience m a permis d appréhender les méthodologies en vigueur dans le monde du travail. J ai compris l importance de la gestion du temps et des délais dans la gestion des projets. De plus, il est important de consacrer du temps et de la qualité aux documentations car c est elles qui vont faire vivre l outil. De nos jours, l informatique se pratique en équipe. Il est nécessaire d avoir des relations étroites avec l utilisateur. J ai travaillé avec un stagiaire en comptabilité analytique. Ses connaissances en contrôle de gestion ajoutées à mes compétences informatiques ont donné naissance à des états de synthèses complets. Ce stage m a conforté dans l idée de travailler dans le domaine de l informatique. Il me parait très intéressant de travailler au sein d une collectivité dont les domaines d interventions sont variés. Néanmoins, il est nécessaire d avoir des connaissances en technologie réseau, de bonnes qualités relationnelles pour intégrer des solutions progicielles. La ville de Montbéliard a mis en place un service de contrôle de gestion pour faire des analyses et déterminer les axes de réflexions. Les technologies de Business Intelligence deviennent un outil incontournable pour accomplir cette mission. Aujourd hui, les marges de manœuvre financières sont de plus en plus réduites. La collectivité comme toutes les sociétés cherchent à optimiser leurs fonctionnements, tout en continuant d améliorer la qualité du service public. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 42

43 8. Annexe 8.1. La virtualisation La ville de Montbéliard a choisi de mettre en place la virtualisation des serveurs. Un serveur virtuel possède huit processeurs à doubles cœurs. Ainsi il peut-être partagé entre plusieurs applications et systèmes d exploitation. De ce fait, des systèmes d exploitation plus anciens peuvent fonctionner à coté de systèmes comme Windows Serveur 2000 ou Linux. De plus, les ressources sont plus faciles à gérer et à optimiser. La virtualisation de serveurs permet également le transfert d applications d un serveur à l autre *9+. Cela est très utile lorsqu un serveur est en dysfonctionnement. Un deuxième niveau de virtualisation concerne les applications. La virtualisation d application consiste à encapsuler dans un même package l application et son environnement système de manière imperméable au système d exploitation sur lequel l application s exécute. Cette application peut-être lancée à l aide d un fichier exécutable ou fonctionner en streaming. Un des premiers avantages est que toutes les applications virtualisées possèdent la même configuration. Ainsi lors de l installation d applications, il n est pas nécessaire de modifier les paramètres des applications sur chaque poste de travail. Enfin, il est possible de faire tourner plusieurs versions d une application sur un même système d exploitation (exemple : applications Microsoft Office). Figure 23 : Virtualisation d applications sous Windows Une couche de virtualisation est ajoutée entre les programmes virtualisés et le système d'exploitation qui intercepte les appels systèmes (base de registre, disque, applications). Le streaming applicatif consiste à n exporter que la partie interaction de l application, c est-à-dire l affichage et les interactions clavier/souris. Le programme s exécute sur un serveur applicatif et un flux de données transporte les informations d interaction. Le principal avantage de cette technologie est l administration centralisée sur les serveurs d applications. Ainsi, la maintenance est simplifiée et les interventions sont plus rapides en cas d incidents. La ville de Montbéliard a aussi mis en place la virtualisation des postes de travail. Cela consiste à faire fonctionner sur une machine plusieurs systèmes d exploitation, séparément les uns des autres, comme s ils fonctionnaient sur des machines physiques distinctes. La gestion est donc centralisée et les données sont isolées. De plus, la consommation électrique est diminuée de 40%. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 43

44 Un autre avantage est de pouvoir réutiliser des ordinateurs obsolètes. En effet, ils ne permettent plus de faire fonctionner les progiciels actuels. Ainsi, ils servent d écrans pour afficher les informations du serveur et d interface de saisies. Cela permet de leurs donner une deuxième vie. Enfin, il est très facile de configurer les serveurs et chaque session dispose de beaucoup plus de puissance. Chaque poste de travail peut-être ouvert à n importe quel endroit à condition de disposer d une connexion internet. Afin d assurer la sécurité, un système de cryptage RSA a été mis en place. Une clé RSA permet d obtenir le code afin de se connecter au serveur. Par exemple, chaque élu peut retrouver son poste de travail à la maison et signer les arrêtés électroniquement. En conclusion, ces trois types de virtualisation peuvent indépendamment des autres. Par exemple, une session de travail virtuel ou une application virtualisée ne sont pas forcément installées sur un serveur virtuel. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 44

45 8.2. Le système d information et de pilotage La ville de Montbéliard a choisi la société Bull pour mettre en place le système d information et de pilotage. Voici la plaquette officielle du projet : Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 45

46 Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 46

47 Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 47

48 Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 48

49 8.3. Les schémas dimensionnels Le schéma en étoile : Le schéma en étoile consiste en une grande table de faits et un cercle d autres tables qui contient les éléments descriptifs du fait appelées dimensions [11]. Le modèle ressemble à une étoile comme l illustre la figure suivante : Figure 24 : Schéma en étoile La table des faits contient les données observables que l'on possède sur un sujet (les faits) et que l'on veut étudier, selon divers axes d'analyse (les dimensions). Le schéma en flocons de neige : Le schéma en flocons de neige est une variante du schéma en étoile. Dans la théorie la différence réside dans la simple normalisation des tables de dimensions. Il est donc tout simplement question de mettre les attributs de chaque niveau hiérarchique dans une table de dimension à part. Figure 25 : Schéma en flocons de neige Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 49

50 8.4. Le tableau de bord Semaine 1 Lundi 14 mars Mardi 15 mars Mercredi 16 mars Jeudi 17 mars Vendredi 18 mars Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Découverte de l environnement de travail, des différents logiciels Lecture de documentations sur Business Objects, l ETL, GIMA Recherche sur l informatique décisionnelle, la comptabilité analytique Présentation des différents services Rencontre avec l administrateur réseau système, la personne chargée de mission d informatisation de la gestion du courrier, le responsable Telecom, le Directeur du parc informatique Travailler avec la personne chargée de mission d informatisation de la gestion du courrier sur un problème XML concernant le parapheur électronique : les pièces jointes étaient trop volumineuses. Il était nécessaire de réduire le code XML sans disposer de la structure du code Découverte du logiciel Apex Point avec Dominique VOIDEY Présentation du projet de stage Projet Limite de saisies des données Création d un exemple d application avec Apex Projet Limite de saisies des données Commencer la documentation Semaine 2 Lundi 21 mars Mardi 22 mars Mercredi 23 mars Jeudi 24 mars Vendredi 25 mars Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Terminer l application Apex Création d un formulaire de saisie pour le pointage et les différentes activités Création d une liste déroulante statique, dynamique avec le code et le libellé (Possibilité de saisir des valeurs avec la liste déroulante ou en tapant directement la valeur) Afficher la valeur par défaut d un champ Tester les boutons radio, les cases à cocher Validation d un numéro de téléphone, d une date, d un mail à l aide d expressions régulières Mettre la date du jour en valeur par défaut Déclencheur PL/SQL pour le code d activité lorsqu il n existe pas de trigger associé Bug rencontré avec Google chrome pour naviguer entre les pages (les éléments ne sont pas tous affichés) Solution : il faut recharger la page Nouveau Projet : réalisation d un rapport pour la voirie pour gérer les différentes opérations par corps de métiers Le rapport doit aussi contenir la main d œuvre : agent avec nom et prénom nombre d heures effectuées pour l intervention Les véhicules : nom, marque date de sortie, date de retour, kilométrage. Problème : les kilomètres sont en fait saisie sous forme d heures dans la base de donnée 1.1 pour 1h15, 1.3 pour une heure 1h30 et 1h4 pour 1h45 Conséquence, une transformation est nécessaire Recherche des différents objets de l univers Logiciel utilisé GIMA (patrimoine) Recherche des différents objets de l univers sur le projet de la voirie, avec l aide d impression écran du logiciel GIMA pour la saisie d une intervention Création d un tableau final avec les différents champs nécessaires Transformation des kilomètres en heures (cf. mardi 22 mars) Transformation du type Intervention (I pour interne, E pour Externe) Commencer la mise en page avec les sections et les ruptures Mise en page du tableau final du projet de la voirie Création des totaux Problème pour les totaux par métier : la ligne se répète sur chaque tableau Redondance de l information Nouvelle mise en page du rapport Réalisation des totaux Semaine 3 Lundi 28 mars Mardi 29 mars Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Terminer le rapport Total par métier et général Problème de taille : réduction des tableaux Réduction de la taille du fichier Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 50

51 Mercredi 30 mars Jeudi 31 mars Vendredi 1 avril Finalisation du rapport sur la voirie liste des opérations par corps d état Présentation du nouveau projet sur les évaluations Commencer le projet Evaluation Présentation du projet sur le plan de formation Problème de connexion pour effectuer la requête : BO n a pas les droits Première mise en page du projet Evaluations Création de la feuille d appréciation en fonction de la catégorie de l agent (A, B : responsable, C (parfois responsable)) Essayer de supprimer la procédure VBS pour effectuer les requêtes pour produire la table nécessaire Création de vue pour chaque requête update de la procédure, pour être amené à créer une seule vue correspondant à la table clteval1 Semaine 4 Lundi 4 avril Mardi 5 avril Mercredi 6 avril Jeudi 7 avril Vendredi 8 avril Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Création de vues sur la base de test Problème plus de 45 vues (lenteur des requêtes sur les vues) Autres pistes : l univers Agent Astre dans Business Objects Recherche des différents champs dans l univers Agent Astre Recherche des différents champs : date de promotion et libellé dans l univers Création d une deuxième requête pour avoir tous les agents Commencer la mise en page Terminer la mise en page Requête sur l absentéisme à partir de l univers Absence Astre Nécessité de lier les variables avec le cube bleu pour des requêtes provenant d univers différents Problème pour avoir le nombre d absences par agent (maladie ordinaire, longue maladie ) Semaine 5 Lundi 11 avril Mardi 12 avril Mercredi 13 avril Jeudi 14 avril Vendredi 15 avril Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Terminer la mise en page Point avec Dominique VOIDEY Modification de la mise en page de projet Evaluation Problème de jointure : les dates de minimum et de maximum d avancement d échelon n apparaissent pas (idem pour les dates de promotions et les libellés) Commencer le projet de plan de formation Recherche des différents objets de l univers Inser Commencer une première mise en page Problème :Tous les objets ne sont pas présents dans l univers Inser Recherche dans la base de données Inser pour faire une connexion SQL dans l état BO Recherche dans la base de données RH afin de trouver les informations dans Inser car Inser est alimenté à partir d une requête qui sélectionne les données de la base RH Requête dans Inser pour trouver les formations non réalisées l année précédente Terminer la mise en page du projet Plan de formation Recherche des informations dans le passage de la base RH à la base Inser Problème : - la date d entrée dans la collectivité : elle ne correspond pas aux exemples - le poste occupé : il est différents dans l univers Inser différents (recherche dans la base de données Inser) - la date de la dernière stagiairisation (requête dans l univers RH à partir de l historique de la personne) - la date du grade actuel : non présent dans Inser (requête dans RH à partir de la date du grade actuel ou de l historique) - le nombre d heures de DIF restant : il n est pas présent pour tous les agents dans la base de données Inser Terminer le rapport Commencer à transformer le script VBA sous Excel en BO pour convertir un chiffre en lettre comme sur un chéquier Semaine 6 Lundi 18 avril Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Continuer la conversion du VBA convnumberletter sous BO Problème : il y a trop de variables créées Solution : utiliser Visual Basic intégré sous BO Faire des recherches pour créer une fonction personnalisée sous BO Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 51

52 Point avec Dominique sur le projet Plan de formation Problème rencontré : - connexion à l univers agent astre et inser - revoir la mise en page : ne pas utiliser d image bitmap dans l état mais plutôt le code Ascii (mémoire insuffisante au niveau de l imprimante) Solution : - faire une requête SQL sur la base de données Inser - prendre l univers RH pour le poste occupé, la date d entrée dans la collectivité, la date de dernière stagiairisation - créer une requête à partir de historique dans l univers RH pour la date du grade actuel Mardi 19 avril Projet plan de formation : appliquer les modifications Mercredi 20 avril Problème de la mise en page pour le projet plan de formation : Solution : Trouver un carré coché : utilisation de charmap dans démarrer exécuter, puis convertir le code hexadécimal et faire alt + 0suivi du code décimal Jeudi 21 avril Terminer mise en page Commencer la documentation sur le projet Evaluation et Plan de formation Vendredi 22 avril Continuer les documentations pour les utilisateurs et les informaticiens Semaine 7 Lundi 25 avril Mardi 26 avril Mercredi 27 avril Jeudi 28 avril Vendredi 29 avril Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Lundi de Pâques Terminer la documentation sur le plan de formation Description du service Documentation Liste des opérations par corps d état voirie Historique de la ville de Montbéliard Terminer la documentation sur le projet Evaluation Description du SIP Documentation sur le logiciel Business Objects Semaine 8 Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Lundi 2 mai Terminer Documentation sur Apex Mardi 3 mai Modifier la requête sur le projet Evaluation et plan de formation pour réduire le nombre d agent : des positions statutaires sont à exclure Mercredi 4 mai Aider un stagiaire à réaliser une requête SQL sur le compte épargne temps Problème : l univers n arrive pas à faire de simples jointures Solution : faire une requête SQL pour récupérer les infos dans la base de données RH Jeudi 5 mai Problème plan de formation : le nombre heure de DIF et le nom des stages ne sont pas présents dans le rapport. Solution : modification de la requête pour tout afficher : stage prévisionnel prévu ou en attente et non stage réalisé non annulé par l agent Vendredi 6 mai Terminer le projet plan de formation Problème pour lier la requête SQL à l univers RH. Il faut prendre structure hiérarchique code et non structure gestionnaire dans l univers pour lier les codes services. La liaison entre les matricules de chaque requête ne marche pas, les heures de DIF ne sont plus présentes pour certains agents. De plus, un problème se pose également pour les personnes ayant le même nom, la liaison ne se fait pas. Solution : lier sur le code service, le nom et le prénom. Changer la section en nom&prénom au lieu de matricule&nom&prenom Il faut faire un filtre sur l état pour les stages en prenant «prévu» et «en attente» (stage prévisionnel de 2011) Semaine 9 Lundi 9 mai Mardi 10 mai Mercredi 11 mai Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Continuer le projet limites de saisies des données Terminer l application pour saisir des activités en améliorant la requête sur la liste de valeurs des codes de la collectivité pour la recherche, suppression des accents, tout est mis en majuscule Nouvelle page pour saisir les activités et pour le dernier jour saisi Commencer le projet des tableaux de bord Télécharger QlikView Commencer la requête pour alimenter la base vectorielle Modifier la requête pour obtenir les champs nécessaires Trouver les noms des champs correspondants Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 52

53 Jeudi 12 mai Vendredi 13 mai Création d un document dans QlikView Continuer le projet QlikView Entretien avec Mme Greffier Revoir le rapport de stage Continuer Projet Tableau de bord Problème pour afficher les montants Solution : il faut remplir les expressions en faisant la somme des montants Semaine 10 Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Lundi 16 mai Projet QlikView : - Chargement d un fichier Excel à l aide de l assistant - Chargement des données à l aide d un fichier type csv ou tabulations - Connexion ODBC réalisation de la requête dans le script - Problème pour afficher les numéros de chapitre la distinction entre 020 et 20 n est pas faite Solutions : - Mettre to_char devant (cela ne marche pas), - Mettre - CODE - pour faire la distinction - Mettre - code pour les code commençant par 0, sinon # code # Mardi 17 mai Trouver la solution pour QlikView : modifier le script en utilisant des fonctions prédéfinies Problème trouver la syntaxe appropriée Projet plan de formation Problème concernant de liaison des deux requêtes Modification de la requête SQL Les DIF n apparaissent pas pour certaines personnes Ajouter des conditions dans la requête pour avoir le même nombre d agents Créer un compteur dans la requête SQL pour le nombre de stage Les DIF sont multipliés par ce nombre de stage (divisé par le compteur) Problème : des fiches d évaluations sont incomplètes et non remplies car les agents n ont pas les mêmes positions statutaires dans la base de données Astre et Inser. Solution : corriger les informations dans Inser car Astre est juste. Mercredi 18 mai Continuer le projet plan de formation pour corriger le problème des DIF, des stages. Essayer d avoir le nombre d agents exact des deux cotés requête SQL sur Inser et requête sur l univers Astre. Contact avec la responsable des ressources humaines pour vérifier les données. Problème : en corrigeant le problème des DIF, certaines personnes ne possédaient plus de stage. Jeudi 19 mai Projet Apex Piscine : Recherche sur apex pour créer une application à partir d une application distante. Recherche dans les tutoriels, articles, livres Création d un développeur dans le logiciel Apex. Création d un lien de bases de données, différents tests ont été réalisés Problème : les assistants d Apex ne détectent pas les tables de la base distante Solution : création d une vue en lecture et en écriture Vendredi 20 mai Projet Apex piscine Création des vues Aider la comptable à créer une requête sous BO Semaine 11 Lundi 23 mai Mardi 24 mai Tâches effectuées / Problèmes rencontrés Modifier l application de saisies des activités Continuer le projet de la piscine Problème : une erreur se produit lors de l envoi d un formulaire (cause : le lien de bases de données) Solution : - création de procédure PL/SQL - installer Apex sur le serveur distant Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 53

54 8.5. Le fonctionnement d Apex L architecture 3-Tiers : Elle est composée de trois éléments : - le navigateur Web - un serveur http Apache muni d un plug-in nommé «mod_plsql» - une base de données Oracle avec Apex Le plug-in «mod_plsql» joue le rôle de relayeur d informations entre les requêtes du navigateur et les métadonnées d Apex. Le fonctionnement d Apex avec cette architecture : Le client effectue à l aide du navigateur une action, par exemple presser un bouton ou déclencher une recherche dans une table : Figure 27 : Le fonctionnement de l'architecture 3-Tiers 1. Une requête HTTP est envoyée au serveur Apache 2. Le serveur Apache relaye cette requête, via une connexion SQL*Net, vers les procédures stockées du moteur Apex grâce au plug-in «mod_sql» 3. Les procédures appellent alors des fonctions du PL/SQL Web Toolkit pour traiter la requête du navigateur. Le PL/SQL Web Toolkit est une API réalisée en PL/SQL qui permet d analyser la requête http et de dialoguer avec la base de données pour récupérer, ajouter, supprimer ou mettre à jours les données. Il génère ensuite une page composée de code HTML qui correspond au résultat de la demande de l utilisateur. Cette page est alors renvoyé aux procédures stockées d Apex. 4. Le trajet s effectue dans le sens inverse. Apex envoie la page HTML générée au serveur Apache via la connexion SQL*Net du plug-in «mod_plsql». 5. Le plug-in relaye l information au navigateur Internet afin qu il affiche la générée. L architecture 2-Tiers : Elle est composée de deux éléments : - un navigateur Internet Figure 28 : L'architecture 2-Tiers Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 54

55 - un serveur dans lequel se trouve : la base de données Contenant Apex un Listener HTTP : Oracle XDB La différence par rapport l architecture 3-Tiers est que le XML DB HTTP Listener fournit à peu près les mêmes fonctionnalités que le plug-in «mod_plsql», mais il ne nécessite pas de serveur HTTP et n est pas intégré directement à la base de données contenant Apex. Le fonctionnement d Apex avec cette architecture : Le client effectue la même action à l aide du navigateur : 1. Le XDB Listener reçoit la requête du navigateur du client 2. Il route cette requête vers la passerelle PL/SQL intégrée (PL/SQL Gateway) 3. La passerelle analyse les informations contenues dans la requête http et appelle les procédures stockées correspondantes du moteur Apex 4. Le moteur Apex utilise l API PL/SQL Web Toolkit afin d accéder aux informations de la base de données (pour réaliser la consultation, l ajout, la mise à jour ou la suppression de données) et générer la page HTML pour le client Figure 29 : Le fonctionnement de l'architecture 2-Tiers 5. La page est récupérée par le moteur Apex et envoyée à la passerelle intégrée 6. La passerelle envoie la page au XML DB Listener 7. Le navigateur affiche la page générée Comparaison de ces deux architectures : Pourquoi choisir une architecture 3-Tiers? L architecture 3-Tiers peut-être couplée à un Firewall ce qui permet d améliorer la sécurité. Dans certains cas, le serveur http est placé dans la DMZ le serveur de bases de données dans la partie réseau interne (LAN). De plus, le plug-in «mod_plsql» couplé au serveur Apache possède plus de fonctionnalités que XML DB Listener. Il permet notamment de faire du System Monitoring ou d avoir un cache HTML dynamique. Pourquoi choisir une architecture 2-Tiers? L installation, la configuration, l administration et la maintenabilité d Apex sont simplifiées car on ne s occupe plus d un serveur http. De plus, XML DB Listener peut-être utilisé pour d autres applications de types «PL/SQL Web Applications». De ce fait, il est possible de s appuyer sur le Listener XDB si l on souhaite recoder le moteur d Apex. En conclusion, le choix de l architecture dépend de ce que l on souhaite mettre en place. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 55

56 8.6. Définition d une base de données vectorielle Une base vectorielle extrait les données d une table, les dé-doublonne et les numérote. Les tables obtenues ne contiennent plus les données mais leurs numéros [10]. L avantage de ce système est qu il permet d éviter de stocker deux fois la même valeur. Exemple : Le médecin généraliste est stocké trois dans la base de données relationnelle et une seule fois dans la base vectorielle Un autre avantage est que lorsque l on trie les données comme dans l exemple, on manipule maintenant des nombres à la place des valeurs. Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 56

57 8.7. Les types de graphiques dans QlikView Université de Franche-Comté 2010/2011 Page 57

Introduction à. Oracle Application Express

Introduction à. Oracle Application Express Introduction à Oracle Application Express Sommaire Qu est-ce que Oracle Application Express (APEX)? Vue d ensemble des fonctionnalités et des différents composants d Oracle APEX Démonstration de création

Plus en détail

Business Intelligence (BI) Stratégie de création d un outil BI

Business Intelligence (BI) Stratégie de création d un outil BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information indispensable, sous plusieurs

Plus en détail

La Business Intelligence 01/05/2012. Les Nouvelles Technologies

La Business Intelligence 01/05/2012. Les Nouvelles Technologies 2 La Business Intelligence Les Nouvelles Technologies 3 Une expertise méthodologique pour une intervention optimale sur tous les niveaux du cycle de vie d un projet 4 5 Ils nous font confiance : L ambition

Plus en détail

Prise en main du BusinessObjects XI R2 Service Pack 2/ Productivity Pack

Prise en main du BusinessObjects XI R2 Service Pack 2/ Productivity Pack Prise en main du BusinessObjects XI R2 Service Pack 2/ Productivity Pack A propos de ce guide A propos de ce guide Ce guide contient des informations de prise en main du BusinessObjects XI R2 Service Pack

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

Introduction à Business Objects. J. Akoka I. Wattiau

Introduction à Business Objects. J. Akoka I. Wattiau Introduction à Business Objects J. Akoka I. Wattiau Introduction Un outil d'aide à la décision accès aux informations stockées dans les bases de données et les progiciels interrogation génération d'états

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Table des matières Les éléments à télécharger sont disponibles

Plus en détail

Calendrier des Formations

Calendrier des Formations Systèmes et Réseaux IPV6 980,00 HT Jan. Fév. Mar. Avr. Mai Juin Jui. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Comprendre IPV6 et explorer les méthodes pour migrer 14-15 23-24 1-2 26-27 Configuration et Maintenance des

Plus en détail

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL Prise en main de NVU et Notepad++ (conception d application web avec PHP et MySql) Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Description Conception de pages web dynamiques à l aide

Plus en détail

SQL Server 2014 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services, Power BI...)

SQL Server 2014 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services, Power BI...) Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 15 2. Pré-requis 15 3. Objectifs du livre 16 4. Notations 17 Introduction à la Business Intelligence 1. Du transactionnel au décisionnel 19 2. Business Intelligence

Plus en détail

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Version 1.0 VALENTIN Pauline 2 Introduction à la B.I. avec SQL Server 2008 Sommaire 1 Présentation de la B.I. et SQL Server 2008... 3 1.1 Présentation rapide

Plus en détail

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique page 1/5 Titre professionnel : Reconnu par l Etat de niveau III (Bac), inscrit au RNCP (arrêté du 12/10/07, J.O. n 246 du 23/10/07) (32 semaines) Unité 1 : Structurer une application 6 semaines Module

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Extrait Alimenter l'entrepôt de données avec SSIS Business

Plus en détail

Technologie SAFE* X3 - Outils et Développement. Développement, Fonction de base 2 e partie 3 jours. Web Services. 2 jours

Technologie SAFE* X3 - Outils et Développement. Développement, Fonction de base 2 e partie 3 jours. Web Services. 2 jours - Vous êtes consultant, chef de projets, acteur clé au sein de votre entreprise et vous intervenez en phase de déploiement ou de paramétrage d un logiciel Sage, Optez pour les formations «Produits» : Nous

Plus en détail

FORMATION GRC EOLE.COM

FORMATION GRC EOLE.COM FORMATION GRC EOLE.COM Support Technique. 04 75 45 37 96 tech@grc-eole.com -- SOMMAIRE FORMATION Eole.com -- Présentation de l Environnement 1. Portefeuille Fiche Historique Intervention Renseignements

Plus en détail

Le parcours pédagogique Sage Business Intelligence. Utilisateur Niv I BO XI 3.0 WebI pour Sage 1000 2 jours

Le parcours pédagogique Sage Business Intelligence. Utilisateur Niv I BO XI 3.0 WebI pour Sage 1000 2 jours Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, Optez pour les «formations Produits» Nous vous proposons des formations vous permettant

Plus en détail

BO XI 3 Nouvelles Fonctionnalités

BO XI 3 Nouvelles Fonctionnalités BO XI 3 Nouvelles Fonctionnalités PNE Décisionnel CPII / DO Est Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

SQL Server 2012 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services...)

SQL Server 2012 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services...) Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 15 2. Pré-requis 15 3. Objectifs du livre 16 4. Notations 17 Introduction à la Business Intelligence 1. Du transactionnel au décisionnel 19 2. Business Intelligence

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE SAP Business Objects est une suite décisionnelle unifiée et complète qui connecte ses utilisateurs en éliminant les difficultés d accès à l information. Mobile Devices Browsers

Plus en détail

Compte-Rendu SDL. «Reprise de l application de gestion de listes de présences des alternants»

Compte-Rendu SDL. «Reprise de l application de gestion de listes de présences des alternants» Compte-Rendu SDL Auteurs : BOUTROUILLE Alexis BAILLEUL Pierre Tuteur : Ioan Marius Bilasco «Reprise de l application de gestion de listes de présences des alternants» Master MIAGE 1 Année 2012/2013 1 Remerciements

Plus en détail

Brice DAVOLEAU Consultant Décisionnel Junior 2 ans d expérience

Brice DAVOLEAU Consultant Décisionnel Junior 2 ans d expérience Brice DAVOLEAU Consultant Décisionnel Junior 2 ans d expérience 3 bis bd Waldeck Rousseau, 22000 Saint Brieuc Permis B 25 ans Mail : brice.davoleau@gmail.com Blog : http://www.cogoobi.com/ Tel : 06.24.98.12.02

Plus en détail

Messagerie & Groupeware. augmentez l expertise de votre capital humain

Messagerie & Groupeware. augmentez l expertise de votre capital humain Messagerie & Groupeware augmentez l expertise de votre capital humain OUTLOOK 2010* Etude des fonctionnalités d un logiciel de messagerie Tout public 1 journée MG01 Maîtrise de l environnement Windows

Plus en détail

New Features. Developed by. BPM Conseil - SARL au capital de 70 000 euros - RCS LYON 479 400 129 9, rue Pierre Blanc - 69001 Lyon - France 1/20

New Features. Developed by. BPM Conseil - SARL au capital de 70 000 euros - RCS LYON 479 400 129 9, rue Pierre Blanc - 69001 Lyon - France 1/20 5 New Features Developed by 1/20 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Evolutions des studios de développement et améliorations fonctionnelles... 5 3 Portail Vanilla... 6 3.1 Open Street Maps... 6 3.2 Gestion

Plus en détail

Sage 100 CRM - Guide de l Import Plus Version 8. Mise à jour : 2015 version 8

Sage 100 CRM - Guide de l Import Plus Version 8. Mise à jour : 2015 version 8 Sage 100 CRM - Guide de l Import Plus Version 8 Mise à jour : 2015 version 8 Composition du progiciel Votre progiciel est composé d un boîtier de rangement comprenant : le cédérom sur lequel est enregistré

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/26 Bases de Données Avancées DataWareHouse Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin,

Plus en détail

E.N.T. Espace Numérique de Travail

E.N.T. Espace Numérique de Travail E.N.T. Espace Numérique de Travail Portail de l UM2 Outil de communication, de partage, de stockage, Présentation et Modalités d utilisation Page 1 sur 20 Sommaire I. Présentation du portail 3 A. Le concept

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE

BUSINESS INTELLIGENCE GUIDE COMPARATIF BUSINESS INTELLIGENCE www.viseo.com Table des matières Business Intelligence :... 2 Contexte et objectifs... 2 Une architecture spécifique... 2 Les outils de Business intelligence... 3

Plus en détail

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. Le parcours pédagogique Sage ERP X3 Outils et Développement

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. Le parcours pédagogique Sage ERP X3 Outils et Développement Cursus Outils & Développement Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, Optez pour les «formations Produits» Nous vous proposons

Plus en détail

Annexe. Méthodologie de mise en œuvre d un projet BusinessObjects

Annexe. Méthodologie de mise en œuvre d un projet BusinessObjects Annexe Méthodologie de mise en œuvre d un projet BusinessObjects Déroulement du cours 1 : Le rôle du Designer d Univers 2 : Créer un Univers avec l Assistant 3 : Créer un Univers étape par étape 4 : Enrichir

Plus en détail

SAP BusinessObjects Web Intelligence (WebI) BI 4

SAP BusinessObjects Web Intelligence (WebI) BI 4 Présentation de la Business Intelligence 1. Outils de Business Intelligence 15 2. Historique des logiciels décisionnels 16 3. La suite de logiciels SAP BusinessObjects Business Intelligence Platform 18

Plus en détail

Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8. Mise à jour : 2015 version 8

Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8. Mise à jour : 2015 version 8 Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8 Mise à jour : 2015 version 8 Composition du progiciel Votre progiciel est composé d un boîtier de rangement comprenant : le cédérom sur lequel

Plus en détail

Evolutions du Web et des langages

Evolutions du Web et des langages Evolutions du Web Evolutions du Web et des langages WEB statique Ces pages sont écrites en HTML Les pages demandées sont identiques quelque soit La personne qui les demande L heure de la demande Etc. WEB

Plus en détail

Formation BusinessObjects v.6.5. Contenu des Formations

Formation BusinessObjects v.6.5. Contenu des Formations Formation BusinessObjects v.6.5 des Formations TABLE DES MATIERES I. UTILISATEUR BO V.6.5 NIVEAU 1 & 2... 3 DESCRIPTION... 3 PREALABLE... 3 CONTENU... 3 II. INFOVIEW & WEBINTELLIGENCE V.6.5... 4 DESCRIPTION...

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise BUSINESS INTELLIGENCE Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise 1 Présentation PIERRE-YVES BONVIN, SOLVAXIS BERNARD BOIL, RESP. SI, GROUPE OROLUX 2 AGENDA Définitions Positionnement de la

Plus en détail

Décisionnel. SI Virtualisé. Performant. Cloud. SAP BusinessObjects. Dashboards. Expertise. Succès. Service Reporting. Finance. SaaS. Web 2.0.

Décisionnel. SI Virtualisé. Performant. Cloud. SAP BusinessObjects. Dashboards. Expertise. Succès. Service Reporting. Finance. SaaS. Web 2.0. Performant Expertise SAP BusinessObjects BI Finance SaaS Formation Cloud Dashboards Web 2.0 Service Reporting Audit Diffusion Internet SI Virtualisé CATALOGUE FORMATION Succès Optimisation Ad-hoc Conseil

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed 6, bd maréchal Juin F-14050 Caen cedex 4 Spécialité Informatique 2 e année Rapport de projet Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed Suivi ENSICAEN

Plus en détail

Unité de formation 1 : Structurer une application. Durée : 3 semaines

Unité de formation 1 : Structurer une application. Durée : 3 semaines PROGRAMME «DEVELOPPEUR LOGICIEL» Titre professionnel : «Développeur Logiciel» Inscrit au RNCP de niveau III (Bac+2) (JO du 23 Octobre 2007) (32 semaines) Unité de formation 1 : Structurer une application

Plus en détail

Manuel Utilisateur Parcours 3. Analyse. Version Octobre 2008 Parcours3 2.0

Manuel Utilisateur Parcours 3. Analyse. Version Octobre 2008 Parcours3 2.0 Manuel Utilisateur Parcours 3 Analyse Version Octobre 2008 Parcours3 2.0 PARCOURS3 Réf : Parcours3 2.0 Analyses 2008.doc Octobre 2008 Page 1/55 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 2. PRESENTATION GENERALE...

Plus en détail

Calendrier prévisionnel 07 Septembre 2015 Tarif HT 350 000FCFA

Calendrier prévisionnel 07 Septembre 2015 Tarif HT 350 000FCFA FORMATIONS 2015 2016 GOUVERNANCE SI Nos formations Types de formation Nos sessions de formations s adresse à tous les professionnels. Deux types de formations vous sont proposés: - séminaires de formations

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE

AVIS DE VACANCE DE POSTE Direction des Ressources humaines Direction : Informatique Service : Études Localisation : Site Rhovalparc à Alixan AVIS DE VACANCE DE POSTE ANALYSTE DÉVELOPPEUR POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE

Plus en détail

Présentation de l offre produit de Business Objects XI

Présentation de l offre produit de Business Objects XI Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 Présentation de l offre produit de XI Amar AMROUCHE Consultant Avant Vente aamrouche@aacom-algerie.com

Plus en détail

Pourquoi utiliser SharePoint?

Pourquoi utiliser SharePoint? Pourquoi utiliser SharePoint? Partage de Fichiers Accès distant aux informations Mise à jour permanente Gestion électronique de documents (GED) Notifications / Alertes Workflow / Flux de travail Extranet

Plus en détail

Introduction : présentation de la Business Intelligence

Introduction : présentation de la Business Intelligence Les exemples cités tout au long de cet ouvrage sont téléchargeables à l'adresse suivante : http://www.editions-eni.fr Saisissez la référence ENI de l'ouvrage RI3WXIBUSO dans la zone de recherche et validez.

Plus en détail

Skills Technology Software PARTENAIRE TECHNOLOGIQUE DE VOTRE DÉVELOPPEMENT

Skills Technology Software PARTENAIRE TECHNOLOGIQUE DE VOTRE DÉVELOPPEMENT Skills Technology Software w w w.s PARTENAIRE TECHNOLOGIQUE DE VOTRE DÉVELOPPEMENT ka ty s. co m E U OG ION L TA AT A C RM FO Accélérateur de votre RÉUSSITE 2 Formation Aujourd hui, la formation constitue

Plus en détail

SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE

SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE SGBD / Aide à la décision SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE Réf: QLI Durée : 5 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Cette formation vous apprendra à concevoir et à déployer une solution de Business

Plus en détail

Choix de l outil PENTAHO

Choix de l outil PENTAHO Choix de l outil PENTAHO GROUPES : Encadrant : IDRISSI BADSSI abd al moughit Mme LEMRINI loubna HALIM hamza LARHROUCH mustapha Table des matières Business intelligence... 2 Les Outils Open source de Business

Plus en détail

Manuel d utilisation du web mail Zimbra 7.1

Manuel d utilisation du web mail Zimbra 7.1 Manuel d utilisation du web mail Zimbra 7.1 Sommaire 1 CONNEXION A LA MESSAGERIE ZIMBRA... 5 1.1 Prérequis... 5 1.1.1 Ecran de connexion à la messagerie... 5 2 PRESENTATION GENERALE DE L INTERFACE ZIMBRA...

Plus en détail

Access 2007 THE MISSING MANUAL. Matthew MacDonald. Le manuel qui aurait dû être fourni avec votre logiciel

Access 2007 THE MISSING MANUAL. Matthew MacDonald. Le manuel qui aurait dû être fourni avec votre logiciel Access 2007 Matthew MacDonald THE MISSING MANUAL Le manuel qui aurait dû être fourni avec votre logiciel Table des matières Avant-propos... À propos de l auteur... À propos de l équipe... Remerciements...

Plus en détail

Cours BOXI R3 Infoview

Cours BOXI R3 Infoview DIRECTION DE LA FORMATION ORGANISATION ET GESTION INFORMATIQUE DE LA FORMATION EPFL-VPAA-DAF-OGIF Bâtiment BP Station 16 CH 1015 Lausanne Tél. : E-mail : Site web: +4121 693.48.08 statistiques.formation@epfl.ch

Plus en détail

BUSINESS OBJECTS V5 / V6

BUSINESS OBJECTS V5 / V6 BUSINESS OBJECTS V5 / V6 Durée Objectif 2 jours L objectif de ce cours est de savoir utiliser le logiciel BUSINESS OBJECTS pour faire des interrogations multi - dimensionnelles sur les univers BO et de

Plus en détail

IBM System i. DB2 Web Query for System i : le successeur de Query/400? Oui, mais bien plus!!!

IBM System i. DB2 Web Query for System i : le successeur de Query/400? Oui, mais bien plus!!! DB2 Web Query for System i : le successeur de Query/400? Oui, mais bien plus!!! Stéphane MICHAUX Philippe BOURGEOIS Christian GRIERE stephane_michaux@ibi.com pbourgeois@fr.ibm.com cgriere@fr.ibm.com Les

Plus en détail

MANAGEMENT DES SERVICES INFORMATIQUES

MANAGEMENT DES SERVICES INFORMATIQUES MANAGEMENT DES SERVICES SOMMAIRE SAP BO DASHBOARDS 4.0 3 Nouveautés SAP BO Web Intelligence BI 4 3 SAP BO Web Intelligence 4 Niveau 1 4 SAP BO Web Intelligence 4 Niveau 2 4 SAP BO Web Intelligence XI3

Plus en détail

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services Dream Report Dream Report vs Reporting Services Date : Mars 2015 A propos de Dream Report Dream Report est le 1 er logiciel d édition de rapport prêt à l emploi offrant aux utilisateurs la possibilité

Plus en détail

L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités

L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités Bureau Virtuel L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités Que ce soit par la communication, par les échanges ou par la collaboration,

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Systèmes d'information et d'exploitation

SOMMAIRE Thématique : Systèmes d'information et d'exploitation SOMMAIRE Thématique : Systèmes d'information et d'exploitation Rubrique : Application groupware... 2 Rubrique : Base de données...28 Rubrique : Conduite de projets...67 Rubrique : Développement...95 Rubrique

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 8 : ID : Informatique Décisionnelle BI : Business Intelligence Sommaire Introduction...

Plus en détail

Introduction aux S.G.B.D.

Introduction aux S.G.B.D. NFE113 Administration et configuration des bases de données - 2010 Introduction aux S.G.B.D. Eric Boniface Sommaire L origine La gestion de fichiers Les S.G.B.D. : définition, principes et architecture

Plus en détail

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit v 1.0.0 PD 20 mars 2008 Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit Fonctionnalités L application Gestion des mouvements d arrivée / départ de Requea permet la gestion collaborative

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE. Edition 2012

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE. Edition 2012 CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE Edition 2012 AGENDA Qui sommes nous? Présentation de Keyrus Keyrus : Expert en formations BI Nos propositions de formation 3 modes de formations Liste des

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 SOMMAIRE I. Introduction 02 II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 III. Présentation de l'association 05 a. Présentation juridique et géographique 05 b. Présentation de

Plus en détail

SchoolPoint Manuel utilisateur

SchoolPoint Manuel utilisateur SchoolPoint Manuel utilisateur SchoolPoint - manuel d utilisation 1 Table des matières Présentation de SchoolPoint... 3 Accès au serveur...3 Interface de travail...4 Profil... 4 Echange de news... 4 SkyDrive...

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL

POUR DIFFUSION AUX AGENTS DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE, DU SPORT ET DES LOISIRS SERVICE DU PATRIMOINE CULTUREL MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/JF/FG/DCPSL/N 14-04 Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNEES ET SITE

Plus en détail

LoReNa : pour dynamiser votre Relation Client (CRM)

LoReNa : pour dynamiser votre Relation Client (CRM) LoReNa : pour dynamiser votre Relation Client (CRM) Valorisez votre Relation Client! http://www.lorena.pro/nossolutions/crm.aspx Introduction La connaissance du client est une des bases de la réussite

Plus en détail

INITIATION ENVIRONNEMENT WINDOWS / 1 er Niveau Module du Brevet Informatique et Internet / B2I

INITIATION ENVIRONNEMENT WINDOWS / 1 er Niveau Module du Brevet Informatique et Internet / B2I INITIATION ENVIRONNEMENT WINDOWS / 1 er Niveau Module du Brevet Informatique et Internet / B2I Aucun Etre capable d utiliser les notions de base du logiciel d exploitation d un ordinateur :Windows 98 -

Plus en détail

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence Ici, le titre de la Tableaux de bords de conférence pilotage d entreprise, indicateurs de performance reporting et BI quels outils seront incontournables à l horizon 2010? Les intervenants Editeur/Intégrateur

Plus en détail

CONDUITE & GESTION DE PROJET

CONDUITE & GESTION DE PROJET LES THEMES DU PROGRAMME PEDAGOGIQUE CONDUITE & GESTION DE PROJET Techniques de gestion de projets Connaître le rôle d un chef de projet dans la conduite de projet. Les méthodes, les techniques et les outils

Plus en détail

Une solution de reporting haut de gamme éprouvée. Accès aux données et présentation sous la forme de votre choix

Une solution de reporting haut de gamme éprouvée. Accès aux données et présentation sous la forme de votre choix Crystal Reports XI Une solution de reporting haut de gamme éprouvée Crystal Reports XI, solution standard reconnue dans le monde entier, vous aide à concevoir, gérer et distribuer des états sur le Web,

Plus en détail

En route vers SAP BusinessObjects 4.0 Intervenant : Xavier OLIEL, Directeur Associé, Twin Solutions Moderateur : Thierry PIERRE, SAP

En route vers SAP BusinessObjects 4.0 Intervenant : Xavier OLIEL, Directeur Associé, Twin Solutions Moderateur : Thierry PIERRE, SAP En route vers SAP BusinessObjects 4.0 Intervenant : Xavier OLIEL, Directeur Associé, Twin Solutions Moderateur : Thierry PIERRE, SAP Sources d information Quelles sont les sources d information de cette

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS SAP BUSINESS OBJECTS. Edition 2012

CATALOGUE DE FORMATIONS SAP BUSINESS OBJECTS. Edition 2012 CATALOGUE DE FORMATIONS SAP BUSINESS OBJECTS Edition 2012 SOMMAIRE Qui sommes nous? Présentation de Keyrus Notre partenariat SAP Business Objects Nos engagements Formations Nos propositions de formation

Plus en détail

Acquisition et mise en place d un progiciel de gestion des demandes de logements sociaux

Acquisition et mise en place d un progiciel de gestion des demandes de logements sociaux Mairie de Nice VILLE DE NICE Acquisition et mise en place d un progiciel de gestion des demandes de logements sociaux BORDEREAU DE PRECISIONS TECHNIQUES (B.P.T.) Direction Centrale des Systèmes d'information

Plus en détail

SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio

SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio [03/07/09] Sommaire 1 Installation de SQL Server

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations Un ensemble de logiciels de cours adaptés à vos besoins Catalogue des Formations ixias Software propose un ensemble de cours adaptés pour aider les Utilisateurs ainsi que l Equipe SI à bien appréhender

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2014 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel

Business Intelligence avec SQL Server 2014 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 9 2. Les pré-requis 10 3. Les objectifs du livre 11 Introduction 1. Présentation du décisionnel 13 1.1 La notion de décideur 14 1.2 Les facteurs d'amélioration

Plus en détail

Easy to. report. Connexion. Transformation. Stockage. Construction. Exploitation. Diffusion

Easy to. report. Connexion. Transformation. Stockage. Construction. Exploitation. Diffusion M y R e p o r t, L A S O L U T I O N R E P O R T I N G D E S U T I L I S AT E U R S E X C E L Connexion Transformation Stockage Construction Exploitation Diffusion OBJECTIF REPORTING : De la manipulation

Plus en détail

Présentation de la solution SAP Solutions SAP Crystal 2011. Une solution de Business Intelligence d entrée de gamme complète

Présentation de la solution SAP Solutions SAP Crystal 2011. Une solution de Business Intelligence d entrée de gamme complète Présentation de la solution SAP Solutions SAP Crystal Solutions SAP Crystal 2011 Une solution de Business Intelligence d entrée de gamme complète SOMMAIRE ^4 ^ 5 ^ 6 ^ 7 ^ 8 ^ 9 Créez les fondements de

Plus en détail

BES WEBDEVELOPER ACTIVITÉ RÔLE

BES WEBDEVELOPER ACTIVITÉ RÔLE BES WEBDEVELOPER ACTIVITÉ Le web developer participe aux activités concernant la conception, la réalisation, la mise à jour, la maintenance et l évolution d applications internet/intranet statiques et

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Nouveautés I7.10. Chers clients,

Nouveautés I7.10. Chers clients, Nouveautés I7.10 Chers clients, La sortie officielle de la version I7.10 est une nouvelle occasion de vous présenter les bénéfices de la nouvelle génération des logiciels Sage 100 Génération I7. Outre

Plus en détail

S YNTHESE des FONCTIONNALITES

S YNTHESE des FONCTIONNALITES S YNTHESE des FONCTIONNALITES Menu Général - version 4.3 : FormView, Votre assistant 100 % efficace TABLES DE BASE GESTION DU PERSONNEL! Etat civil personnel détaillé, gestion des diplômes! Rattachement

Plus en détail

Avant-propos. Contexte et présentation des technologies SharePoint. Méthodologie et préparation du projet Chapitre 2. Chapitre 1

Avant-propos. Contexte et présentation des technologies SharePoint. Méthodologie et préparation du projet Chapitre 2. Chapitre 1 Les éléments à télécharger sont disponibles à l'adresse suivante : http://www.editions-eni.fr Saisissez la référence ENI de l'ouvrage RI210SHAF dans la zone de recherche et validez. Cliquez sur le titre

Plus en détail

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement Introduction Phases du projet Les principales phases du projet sont les suivantes : La mise à disposition des sources Des fichiers Excel sont utilisés pour récolter nos informations L extraction des données

Plus en détail

Business Intelligence avec Excel, Power BI et Office 365

Business Intelligence avec Excel, Power BI et Office 365 Avant-propos A. À qui s adresse ce livre? 9 1. Pourquoi à chaque manager? 9 2. Pourquoi à tout informaticien impliqué dans des projets «BI» 9 B. Obtention des données sources 10 C. Objectif du livre 10

Plus en détail

Manuel d utilisation de la messagerie. http://zimbra.enpc.fr

Manuel d utilisation de la messagerie. http://zimbra.enpc.fr Manuel d utilisation de la messagerie http://zimbra.enpc.fr ÉCOLE DES PONTS PARISTECH/ DSI JANVIER 04 SOMMAIRE. Connexion à la messagerie.... Présentation générale de l écran d accueil.... Déconnexion...

Plus en détail

ANNEXE 2 DESCRIPTION DU CONTENU DE L OFFRE BUSINESS INFORMATION AND ANALYSIS PACKAGE

ANNEXE 2 DESCRIPTION DU CONTENU DE L OFFRE BUSINESS INFORMATION AND ANALYSIS PACKAGE ANNEXE 2 DESCRIPTION DU CONTENU DE L OFFRE BUSINESS INFORMATION AND ANALYSIS PACKAGE (BUSINESS INTELLIGENCE PACKAGE) Ce document propose une présentation générale des fonctions de Business Intelligence

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

BTS SIO. Services Informatiques aux Organisations. Session 2013-2014

BTS SIO. Services Informatiques aux Organisations. Session 2013-2014 BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Session 2013-2014 Option : SISR Activités professionnelle N 3 NATURE DE L'ACTIVITE : Contexte : Actuellement American Dental Product n a aucune solution

Plus en détail

CQP ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNÉES (ABD) ----------------------------------------------------------------------------------------------------

CQP ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNÉES (ABD) ---------------------------------------------------------------------------------------------------- ORGANISME REFERENCE STAGE : 26587 20 rue de l Arcade 75 008 PARIS CONTACT Couverture : M. Frédéric DIOLEZ Paris, Lyon, Bordeaux, Rouen, Toulouse, Marseille, Tél. : 09 88 66 17 40 Strasbourg, Nantes, Lille,

Plus en détail

Solutions SAP Crystal

Solutions SAP Crystal Solutions SAP Crystal Solutions SAP Crystal NOUVEAUTÉS 2011 SOMMAIRE ^ 4 Nouveautés de SAP Crystal Server 2011 4 Exploration contextuelle des données 5 Expérience utilisateur attrayante 5 Panneau d interrogation

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL Avec MyReport : De la manipulation en moins. De l analyse en plus! Les données d une entreprise sont un vrai capital. Bien exploitées, elles facilitent les prises de décisions.

Plus en détail

Programme de formation pour FileMaker 14

Programme de formation pour FileMaker 14 Programme de formation pour FileMaker 14 Développeur Avancé (III-IV) Initiation à FileMaker Gérer et visualiser les données Travailler avec des données Rechercher des données Imprimer des données Échanger

Plus en détail