Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un régime d assurance? Si oui, lequel?"

Transcription

1 Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document complémentaire à la présentation et à la discussion qui auront lieu en assemblée générale concernant l avenir du régime d assurance. Table des matières 1 Pourquoi un régime d assurance collective? Une forme de solidarité? Des effets pervers? Un bilan 3 3 Le régime en quelques chiffres Le retrait du régime Les réclamations Les frais du régime La dépendance envers les fournisseurs 6 5 L avenir du régime d assurance Mettre fin au régime? Un fonds autogéré? Le rôle d une association étudiante 7

2 2 AFESH-UQAM 1 Pourquoi un régime d assurance collective? Un régime d assurance collective peut-il être considéré comme une forme de solidarité? En contrepartie, un tel régime a-t-il également des effets pervers? Les deux prochaines sous-sections présentent quelques arguments qui vont dans un sens ou dans l autre. 1.1 Une forme de solidarité? Un régime d assurance comme celui proposé aux étudiants et aux étudiants des sciences humaines de l UQAM : constitue un outil que les membres ont voté collectivement en assemblée générale ; peut apporter une aide financière à des membres qui ont besoin de soins de santé ou de soins dentaires ; permet de partager les risques entre les personnes qui cotisent au régime. Sous cet angle, un régime d assurance collective peut donc apparaître comme un outil avantageux. En revanche, y a-t-il des aspects négatifs? 1.2 Des effets pervers? Considéré sous un autre angle, un régime d assurance collective a potentiellement des effets pervers. Ainsi, un tel régime : encourage l utilisation de soins de santé privés ; favorise une approche basée sur le clientélisme et le mercantilisme ; n offre pas d accès pour les plus pauvres incapables de payer la franchise sur le remboursement des soins. Bref, même si un régime d assurance collective peut aider individuellement et ponctuellement des membres, il favorise une déresponsabilisation des services publics de santé. La prochaine section fait ressortir d autres éléments plus pratiques sur la pertinence de faire un bilan.

3 Un régime d assurance? Si oui, lequel? 3 2 Un bilan Au printemps 2013, l assemblée générale de l AFESH a lancé un processus de réflexion concernant l assurance collective étudiante 1. Pour l AFESH, c est un bon moment pour revoir son régime et étudier différentes options : l assurance collective est en place depuis cinq ans ; le régime est en santé financière ; le principal contrat arrive à échéance en août Ainsi, il est possible de tirer un bilan de l expérience des dernières années. La prochaine section présente plus particulièrement quelques chiffres significatifs. 3 Le régime en quelques chiffres Il est intéressant de regarder de plus près certaines données du régime d assurance. 3.1 Le retrait du régime Le régime de l AFESH n est pas obligatoire et les membres qui le souhaitent peuvent s en retirer (en respectant certaines conditions ainsi que les dates limites). Au cours des dernières années, l AFESH a rendu encore plus visible la campagne d information concernant le retrait du régime d assurance. De plus, la période de retrait a été rallongée. Ces décisions ont été utiles, mais le taux de retrait du régime est resté somme toute assez stable pendant les derniers trimestres d études. Par exemple, à l automne 2012, l AFESH comptait membres, à savoir les étudiantes et les étudiants dans les programmes de sciences humaines 1 Le libellé de la résolution était le suivant : «Que l AFESH prenne les mesures nécessaires pour que les contrats de l assurance collective ne soient pas renouvelés automatiquement au-delà du 31 août 2014, le temps que soit menée dans les différentes instances une consultation interne sur l avenir du régime d assurance. À cet effet, qu un petit document de réflexion et de consultation soit soumis aux membres de l AFESH pour présenter différents scénarios (abandon complet du régime, maintien du régime avec un nouveau fonctionnement, révision de la couverture offerte, maintien du statu quo en attendant les nouveaux systèmes informatiques de l UQAM, etc.).» S il y a lieu, la question de la couverture sera rediscutée lorsque les grandes orientations auront été votées.

4 4 AFESH-UQAM à l UQAM. De ce nombre, membres avaient exercé leur option de retrait du régime d assurance 2. Ainsi, bon an mal an, c est environ le tiers des membres de l AFESH qui sont hors régime. Les deux tiers des membres de l AFESH qui demeurent à l intérieur du régime paient la prime d assurance inscrite sur la facture de l UQAM et peuvent faire des réclamations pour le remboursement de soins. 3.2 Les réclamations À l automne 2012, ce sont membres de l AFESH qui participaient au régime d assurance collective. De ce nombre, moins de 800 membres (environ le quart) ont reçu un remboursement pour des soins 4. Les membres qui ont fait des réclamations ont obtenu un remboursement moyen de 300 $ environ. Moins de 100 membres (environ 3 %) ont atteint le plafond de remboursement. La prochaine section présente les frais encourus par le régime pour le traitement de ces réclamations. 3.3 Les frais du régime Il y a évidemment des coûts associés au fonctionnement du régime d assurance collective. Ainsi, une partie des primes payées par les membres ne retournent pas en remboursements de réclamations. Les chiffres traditionnellement présentés par l industrie de l assurance font état d un retour en réclamations généralement compris entre 80 % ou 90 %. Ces données, bien que largement utilisées, ne fournissent pas un portrait complet du régime d assurance. À l interne, l AFESH a fait l exercice de prendre en compte tous les chiffres. Le portrait n est alors plus le même. Pour chaque dollar retourné en réclamations, il y a des frais et des taxes d environ 0,50 $. Les retours en réclamations sont 2 Ces membres ne peuvent donc pas faire de réclamations pour le remboursement de soins et reçoivent à la place un crédit pour annuler les frais d assurance inscrits sur la facture de l UQAM. 3 Pour des raisons d ordre administratif, ce nombre de membres du régime ne correspond pas directement à la différence entre les chiffres présentés dans la sous-section Les chiffres sont simplifiés, car le calcul peut être complexe. Pour une année donnée, le nombre de membres du régime n est pas le même aux trimestres d automne et d hiver. De plus, des membres peuvent faire des réclamations à l un ou l autre des trimestres, ou les deux. Les données sont évidemment confidentielles et l AFESH n a accès qu à des statistiques de l assureur. Même si les chiffres présentés ici ne sont pas précis à 100 %, l ordre de grandeur est le bon et fournit un bon aperçu du régime. Les chiffres pourraient également varier un peu lorsque seront connus les résultats définitifs de la dernière année.

5 Un régime d assurance? Si oui, lequel? 5 donc plus limités qu il n y paraît au premier regard. Comment peut-on expliquer de telles différences? Le calcul généralement utilisé est celui de l assureur. Ce dernier tient compte du montant net qu il reçoit en primes d assurance. L assureur calcule ensuite un ratio selon le montant retourné en réclamations. Par exemple, l assureur de l AFESH a reçu autour de $ de primes pour l année En supposant que $ sont retournés en réclamations, l assureur pourrait calculer un ratio de remboursement d environ 82 %. Or, bien que ce chiffre soit exact, il ne fournit qu un portrait partiel. Dans cet exemple, au montant de $ conservé par l assureur, il faut ajouter d autres sommes payées par l AFESH : les frais de courtage et d administration du courtier, la taxe sur les produits et services du fédéral, la taxe de vente du Québec et la taxe d assurance (distincte de la taxe de vente). Au bout du compte, on arrive à un total de plus de $ de frais et taxes. C est ainsi que s explique le calcul de 0,50 $ pour chaque dollar. Dans sa forme actuelle, le régime entraîne des frais et des taxes de plus de $ pour retourner $ aux quelque 800 membres qui reçoivent des remboursements de réclamations. On peut aussi regarder les frais et taxes à partir d un exemple. Prenons le cas d une étudiante ou d un étudiant qui paie sa prime d assurance annuelle de 130 $ environ. Supposons que ce ou cette membre fait des réclamations et reçoit un retour en remboursement, disons de 130 $. Le calcul est simple : à la fin, ce ou cette membre n aura ni plus ni moins d argent que s il n y avait pas eu de régime. Toutefois, pour aboutir à ce résultat nul sur le plan financier, des frais et taxes de 65 $ auront été générés. Ce montant supplémentaire est assumé par les membres qui ne font pas de réclamations. La prochaine section tente de comprendre ce qui pourrait expliquer une telle situation.

6 6 AFESH-UQAM 4 La dépendance envers les fournisseurs Dans un tout autre contexte, en se penchant sur les contrats d informatique du gouvernement, le Vérificateur général du Québec tire une conclusion qui mérite réflexion : Le recours fréquent à la sous-traitance peut entraîner, à la longue, la stagnation de l expertise interne, voire sa perte. Cette pratique risque de créer un lien de dépendance avec les fournisseur [sic] 5 Même s il faut se méfier des comparaisons, plusieurs associations étudiantes se retrouvent un peu dans la même situation de dépendance envers les fournisseurs d assurance collective. On reconnaîtra en effet que les associations étudiantes n ont généralement pas une très grande expertise en matière d assurance collective. Pourtant, plusieurs d entre elles sont liées par des contrats qui permettent la perception de primes directement sur la facture de l université. Ces contrats sont parfois signés pour de très longues périodes, réduisant ainsi substantiellement les possibilités d un véritable contrôle démocratique par les membres. En instaurant un régime d assurance collective, l AFESH s est retrouvée un peu dans la même situation, avec tout de même quelques différences importantes : l AFESH a limité la durée des contrats signés ; le régime choisi par l AFESH permet d avoir accès plus facilement à certaines données ; un imbroglio informatique et juridique concernant les serveurs de l UQAM a forcé l AFESH à s impliquer plus directement dans le fonctionnement de son régime. La prochaine section aborde quelques scénarios qui pourraient découler de la situation actuelle. 5 L avenir du régime d assurance En faisant l analyse de son régime, l AFESH devra décider quelles orientations elle souhaite donner au dossier de l assurance collective. Ce sont les membres de l AFESH qui prendront ces décisions en assemblée générale. 5 Chouinard, Tommy, «Les contrats informatiques sont mal gérés, selon le vérificateur général», LaPresse.ca, 29 novembre (http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politiquequebecoise/201211/29/ les-contrats-informatiques-sont-mal-geres-selon-leverificateur-general.php)

7 Un régime d assurance? Si oui, lequel? Mettre fin au régime? L évaluation qui sera faite du régime pourrait mettre l accent sur les effets pervers qui découlent du clientélisme et du mercantilisme liés aux soins de santé privés. Dans ces conditions, l AFESH pourrait juger qu il vaut mieux mettre fin à son régime d assurance collective. L AFESH chercherait ainsi à être plus cohérente avec ses positions politiques tout en mettant davantage d énergies dans la lutte pour des soins de santé à la fois publics, gratuits et accessibles à toutes et à tous. 5.2 Un fonds autogéré? En revanche, il serait possible de conclure qu un régime d assurance collective a au moins le mérite d apporter un soutien immédiat à un certain nombre de membres. Dans ce deuxième scénario, l AFESH pourrait alors décider d aller vers une solution qui n avait pas pu se concrétiser il y a cinq ans : un fonds autogéré. Le but d une telle opération serait de réduire, voire d éliminer le paiement de frais à des sous-traitants du secteur privé. Une telle transition se ferait probablement en plusieurs phases sur quelques années. Au bout du processus, la prime payée en sciences humaines déjà passablement moins élevée que dans bien des endroits pourrait être encore plus basse de plusieurs dizaines de dollars tout en assurant une même couverture de soins. La prochaine section soulève quelques questions plus générales. 6 Le rôle d une association étudiante La question de l assurance collective force également à s interroger sur le rôle d une association étudiante. Est-il souhaitable qu une association comme l AFESH utilise une partie de ses ressources pour mettre en place un fonds autogéré pour des soins de santé? D un autre côté, le statu quo est-il plus acceptable? Est-il normal que l AFESH contribue à ce que $ soient dépensés en frais et taxes de toutes sortes pour rembourser une partie des soins de santé offerts par le secteur privé alors que le régime public devrait garantir des soins gratuits pour tout le monde? À l échelle de l UQAM, ces frais représentent possiblement plus d un million de dollars. Qu en est-il de toutes les sommes payées par les étudiantes et les étudiants du Québec? Il y a fort à parier que plusieurs membres s opposeraient à ce que les universités fixent des frais pour développer davantage de services étudiants. Pourquoi ces frais sont-ils acceptables lorsqu ils sont versés au secteur privé?

8 8 AFESH-UQAM Bref, un joli problème politique! Quelle solution? Aucun régime d assurance? Un régime avec des sous-traitants du secteur privé? Un fonds autogéré? Des services offerts par les universités? C est aux membres de l AFESH de décider en assemblée générale.

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE Note. Le présent document a pour objectif de fournir, sous forme de questions et réponses,

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Bureau d assurance voyage inc.

Bureau d assurance voyage inc. Bureau d assurance voyage inc. Assurance voyage médicale 2014-2015 Plusieurs nouvelles prestations y compris une option sans franchise! Proposition en ligne disponible 24/7 Avez-vous pensé souscrire l

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Entrée en vigueur prévue le 1 er janvier 2017 Teneur des modifications et commentaire Berne, août 2015 1 Table des matières 1 Contexte 3 2 Dispositions

Plus en détail

COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE?

COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE? COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE? Des tableaux inédits, pour tous les médecins, quel que soit l âge ou le revenu Par Eric F. Gosselin, Adm.A, Pl.Fin. ericg@finances-etc.com Avec

Plus en détail

Procédure de paiement et de perception des droits de scolarité et des frais connexes

Procédure de paiement et de perception des droits de scolarité et des frais connexes Procédure de paiement et de perception des droits de scolarité et des frais connexes Registrariat /Services financiers Décembre 2011 Note préliminaire...2 Introduction...2 I. Responsabilités de l Université

Plus en détail

Réaménagement de la couverture d assurance accident-maladie

Réaménagement de la couverture d assurance accident-maladie Assurances collectives réseau Réaménagement de la couverture d assurance accident-maladie Résumé du rapport du Comité aviseur Février 2009 Saguenay Rimouski Rouyn-Noranda Québec Trois-Rivières Gatineau

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

INFORMATION À L INTENTION DES EMPLOYÉS ACTIFS DU QUÉBEC ÂGÉS DE 65 ANS ET DES PERSONNES À LEUR CHARGE ADMISIBLES

INFORMATION À L INTENTION DES EMPLOYÉS ACTIFS DU QUÉBEC ÂGÉS DE 65 ANS ET DES PERSONNES À LEUR CHARGE ADMISIBLES INFORMATION À L INTENTION DES EMPLOYÉS ACTIFS DU QUÉBEC ÂGÉS DE 65 ANS ET DES PERSONNES À LEUR CHARGE ADMISIBLES Employés âgés de 65 ans En tant qu employé ayant choisi de continuer à travailler après

Plus en détail

Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013

Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013 Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013 Le présent document est un résumé du document A1213-CG-003 et tient compte des décisions du Conseil général d octobre 2012

Plus en détail

Crédit d impôt pour frais de garde

Crédit d impôt pour frais de garde Crédit d impôt pour frais de garde Érik Bouchard-Boulianne Économiste Réseau des jeunes de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) 8 mai 2014 Plan de la présentation 1. Introduction 2. Comprendre le

Plus en détail

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE INTRODUCTION Afin de continuer de remplir leurs devoirs et obligations, compte tenu de l évolution des pratiques professionnelles

Plus en détail

GUIDE SUR L ACHAT DU GAZ NATUREL AU MANITOBA

GUIDE SUR L ACHAT DU GAZ NATUREL AU MANITOBA GUIDE SUR L ACHAT DU GAZ NATUREL AU MANITOBA À titre de consommateur manitobain de gaz naturel, vous disposez maintenant de choix plus vastes en ce qui concerne l achat de gaz naturel pour votre domicile

Plus en détail

Conditions de renouvellement en vigueur le 1 er janvier 2014

Conditions de renouvellement en vigueur le 1 er janvier 2014 Conditions de renouvellement en vigueur le 1 er janvier 2014 Contrat d assurance avec SSQ Groupe financier Session du conseil fédéral Du 18 au 22 novembre 2013 Hôtel Delta, Sherbrooke Soumis aux délégué-es

Plus en détail

double fiscalité attention à la trappe

double fiscalité attention à la trappe 17 Par Kathy Noël double fiscalité attention à la trappe Le Québec est la seule province du Canada où les contribuables doivent produire deux déclarations d impôt. De nombreuses différences découlent de

Plus en détail

En date du 14 juin 2002, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une motion qui a la teneur suivante :

En date du 14 juin 2002, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une motion qui a la teneur suivante : Secrétariat du Grand Conseil M 1454-A Date de dépôt: 3 septembre 2003 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M. Pierre Froidevaux demandant un véritable accès aux soins

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

CHRONOLOGIE DU CHANGEMENT DE LA GOUVERNANCE À L AIIC

CHRONOLOGIE DU CHANGEMENT DE LA GOUVERNANCE À L AIIC CHRONOLOGIE DU CHANGEMENT DE LA GOUVERNANCE À L AIIC Le texte qui suit présente un compte rendu factuel des événements liés aux changements de la gouvernance de l AIIC imposés par la nouvelle Loi canadienne

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION SUR LE TIRAGE AU SORT PUBLIC

TROUSSE D INFORMATION SUR LE TIRAGE AU SORT PUBLIC BAILS FONCIERS POUR LES TERRAINS DE CHALETS SITUÉS LE LONG DE LA ROUTE INGRAHAM TRAIL TROUSSE D INFORMATION SUR LE TIRAGE AU SORT PUBLIC 1 er MAI 2015 Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest Ministère

Plus en détail

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture Saisie d OD ADAGIO 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? Une OD («Opération Diverse» en comptabilité) est un lot d écritures comptables. Le terme «régularisation» indique que l OD est destinée à corriger

Plus en détail

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... I APERÇU... 1 DÉFINITIONS... 1 ADMISSIBILITÉ... 2 ADHÉSION... 2 RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES... 3 ACTIONS... 4 FRAIS...

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins?

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? CAISSE MALADIE PUBLIQUE Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? L argumentaire en bref Les coûts administratifs sont passés de 854 millions en 1999 à 1,13

Plus en détail

ALERTE budget provincial

ALERTE budget provincial Mars 2015 ALERTE budget provincial présence locale portée mondiale Dans un premier budget équilibré depuis des années, le ministre des Finances Carlos Leitão a introduit plusieurs changements qui affectent

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES 1. Constitution Le comité de gestion des risques (le «comité») est un comité créé par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice

Plus en détail

Questionnaire RC Professionnelle Consultant en management

Questionnaire RC Professionnelle Consultant en management Ce questionnaire a pour objet de renseigner l Assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à fournir serviront de base à l établissement

Plus en détail

MODIFICATION N 3 AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 30 MARS 2015

MODIFICATION N 3 AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 30 MARS 2015 DATÉE DU 10 SEPTEMBRE 2015 MODIFICATION N 3 AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 30 MARS 2015 TEL QUE PRÉCÉDEMMENT MODIFIÉ PAR LA MODIFICATION N 1 DATÉE DU 10 AVRIL 2015 ET PAR LA MODIFICATION N 2 DATÉE DU

Plus en détail

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES?

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES? INC document FICHE PRATIQUE J. 196 Août 2011 LE PRÊT PERSONNEL Vous souhaitez emprunter une somme d argent pour en disposer librement, sans qu elle ne soit affectée à un achat déterminé? Orientez-vous

Plus en détail

1. OUVERTURE DE LA RÉUNION ET CONSTATATION DU QUORUM

1. OUVERTURE DE LA RÉUNION ET CONSTATATION DU QUORUM PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC TENUE LE 14 MAI 2014 À L HOTEL MORTAGNE, SALLE BOUCHERVILLE, 1228, RUE NOBEL, BOUCHERVILLE

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER A Demande R-3491-2002 RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER HYDRO-QUÉBEC ÉVALUATION DU PROJET SIC ET RECOMMANDATIONS, 7 AOÛT 2002 Original : 2002-09-20 HQD-2, Document 1 (En liasse) Rapport

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction

ADOPTION : Comité de direction PROGRAMME PROGRAMME DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 28 avril 2015 SECTION : Programme NUMÉRO : PG304 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Questionnaire Responsabilité Civile

Questionnaire Responsabilité Civile Ce questionnaire a pour objet de renseigner l Assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à fournir serviront de base à l établissement

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA COTISATION adopté lors du conseil d administration du 10 février 2014 sous la supervision de Jimmy Lemieux, vice-président aux

RÈGLEMENT SUR LA COTISATION adopté lors du conseil d administration du 10 février 2014 sous la supervision de Jimmy Lemieux, vice-président aux RÈGLEMENT SUR LA COTISATION adopté lors du conseil d administration du 10 février 2014 sous la supervision de Jimmy Lemieux, vice-président aux affaires financières CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives ?Votre guide de référence Assurances collectives samsongroupeconseil.com Votre partenaire de parcours Introduction Au printemps 2006, neuf syndicats d enseignement débutaient un processus de désaffiliation

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

Jamie Golombek Budget fédéral de 2013

Jamie Golombek Budget fédéral de 2013 Le 22 mars 2013 Jamie Golombek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Le budget fédéral du 21 mars 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES

ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES Luc Godbout Professeur, Université de Sherbrooke Chercheur, Chaire de recherche en fiscalité

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 9 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 266 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question de révision N o 14 Exercices 11. La comptabilisation des créances 19. La

Plus en détail

Le facteur CC. Valeur économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan.

Le facteur CC. Valeur économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan. Le facteur CC économique du financement des Comptes Clients pour les économies européennes de premier plan. Sommaire L objectif du présent rapport est d évaluer les avantages du financement des Comptes

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

présentés à l Ordre des ingénieurs du Québec

présentés à l Ordre des ingénieurs du Québec Commentaires de l Association des ingénieurs-conseils du Québec sur le projet de Règlement sur l assurance responsabilité professionnelle des membres de l Ordre des ingénieurs du Québec présentés à l Ordre

Plus en détail

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance contre la maladie ou les accidents DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance contre la maladie ou les accidents DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions CURRICULUM PQAP MODULE : DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions Compétence : Recommander des produits individuels et collectifs d assurance contre la maladie ou les accidents

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat?

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Garanties collectives Nouveaux coûts Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Le marché des médicaments de spécialité, en rapide

Plus en détail

SURVEILLANCE DU MIDI VOLET FINANCIER Informations aux parents 2015-2016

SURVEILLANCE DU MIDI VOLET FINANCIER Informations aux parents 2015-2016 SURVEILLANCE DU MIDI VOLET FINANCIER Informations aux parents 2015-2016 VOLET FINANCIER-SDM 2015-2016 Version 2015.03.24 Page 1 sur 6 SURVEILLANCE DU MIDI AU PRIMAIRE 2015-2016 Journée de classe Lors d

Plus en détail

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle / Avril 2014 1 Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Le nouveau Règlement sur l assurance responsabilité

Plus en détail

Monsieur le Président /Madame la Présidente, Monsieur le Ministre, Mes chers collègues,

Monsieur le Président /Madame la Présidente, Monsieur le Ministre, Mes chers collègues, PPL relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence Mercredi 7 mai 2014 Intervention de M. Francis DELATTRE Monsieur le Président /Madame la Présidente, Monsieur le

Plus en détail

CADA. Contrôler les coûts de son régime d assurance collective. Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux

CADA. Contrôler les coûts de son régime d assurance collective. Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux CADA & Contrôler les coûts de son régime d assurance collective Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux Thèmes abordés CADA Qui et pourquoi? Avantages de CADA La gestion des régimes

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Consultation du Regroupement des organismes de défense collective des droits et de ses membres (printemps 2015)

Consultation du Regroupement des organismes de défense collective des droits et de ses membres (printemps 2015) 1691, boulevard Pie-IX, local 405, Montréal (Québec) H1V 2C3 Courriel : rodcdcoordination@yahoo.ca Téléphone : 514-524-2226 Télécopieur : 514-524-7610 Site web : www.defensedesdroits.com Consultation du

Plus en détail

Les prémisses et les informations de base :

Les prémisses et les informations de base : Bonjour à tous, Ayant toujours la volonté d améliorer les conditions de travail et de vie de nos membres, nous examinons présentement les meilleures façons d améliorer notre régime d assurance collective.

Plus en détail

Montréal, 21 septembre 2015

Montréal, 21 septembre 2015 Montréal, 21 septembre 2015 Commission de l environnement Communauté métropolitaine de Montréal 1002, rue Sherbrooke Ouest, bureau 2400 Montréal, QC H3A 3L6 Mesdames et messieurs les membres de la Commission,

Plus en détail

Le cadre de mise en oeuvre de la politique monétaire après l entrée en fonction du système de transfert de paiements de grande valeur

Le cadre de mise en oeuvre de la politique monétaire après l entrée en fonction du système de transfert de paiements de grande valeur Le cadre de mise en oeuvre de la politique monétaire après l entrée en fonction du système de transfert de paiements de grande valeur 28 janvier 1999 (révisé le 31 mars 1999) 1 Avant-propos L Association

Plus en détail

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper!

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Recherche et rédaction Julien Michaud (Autorité des marchés financiers) Collaborateurs Vincent Ardouin (Cégep Marie-Victorin) Marylaine

Plus en détail

Projet de loi n o 102. Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite

Projet de loi n o 102. Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite FÉDÉRATION DE L ÂGE D OR DU QUÉBEC AVIS PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES Projet de loi n o 102 Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de Mai 2000 Introduction Fondée en 1970,

Plus en détail

Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015

Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015 Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015 Le 30 janvier 2015 N o 2015-07 Les incitatifs offerts par le Canada au titre des dons de bienfaisance sont conçus pour faciliter votre appui aux organismes

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008 Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Comme vous pourrez le constater, il n y a pas beaucoup de nouvelles fiscales en ce début d année. Cependant, nous nous sommes questionnés à savoir s il

Plus en détail

ING Turbos. Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important!

ING Turbos. Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important! ING Turbos 2 Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important! @ ING Turbos ING a lancé les Turbos Infinis en France en Janvier 2011. Ceux-ci permettent de

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec Emilio B. Imbriglio Associé, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton Emilio

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur les indices CAC 40 ou DAX Même dans un contexte

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial

Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial Questions et réponses sur la cote de rendement au collégial Mars 2013 QUESTIONS ET RÉPONSES SUR LA COTE DE RENDEMENT AU COLLÉGIAL CREPUQ AVANT-PROPOS Ce document apporte des réponses aux principales questions

Plus en détail

Questionnaire RC Professionnelle Prestataires de Services Informatiques

Questionnaire RC Professionnelle Prestataires de Services Informatiques Ce questionnaire a pour objet de renseigner l Assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à fournir serviront de base à l établissement

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Notice d offre Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Septembre 1999 Imprimé au Canada BCE Inc. Notice d offre Actions ordinaires Régime de réinvestissement

Plus en détail

Les avantages du CELI Franklin Templeton

Les avantages du CELI Franklin Templeton INVESTIR SANS JAMAIS PAYER D IMPÔTS Qu est-ce que le CELI? Le compte d épargne libre d impôts (CELI), qui sera ouvert au public à compter du 2 janvier 2009, est un nouveau type de compte d épargne enregistré

Plus en détail

Tiers-investissement : une solution pour une installation photovoltaïque?

Tiers-investissement : une solution pour une installation photovoltaïque? Avec le soutien de Tiers-investissement : une solution pour une installation photovoltaïque? Version du 22 novembre 2011 Table des matières 1. CONTEXTE... 2 2. PRINCIPE DU TIERS-INVESTISSEMENT... 2 3.

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE www.fc-csn.ca BV5087F (2014-09) La force du nombre Depuis 1988, la Fédération du commerce (CSN) et son partenaire, SSQ Groupe financier, allient leurs forces et leur expertise

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Bulletin d information no 2

Bulletin d information no 2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information no 2 Le 13 décembre 2004 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Le système de

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

ASSURANCES MÉDICAMENTS

ASSURANCES MÉDICAMENTS ASSURANCES MÉDICAMENTS COMPARAISON DES OPTIONS À PARTIR DE 65 ANS MISE À JOUR 2009-20102010 APRHQ Comité Croix Bleue 2009/04/28 Mise à jour 2010/02/15 But du sous-comité Croix Bleue 2 Donner des outils

Plus en détail

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements.

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements. La réforme Harper de l assurance-emploi : une réforme brutale qui vise, en premier lieu, les travailleurs et les travailleuses de l industrie saisonnière Dans le cadre de la loi d exécution du budget du

Plus en détail

RENOUVELLEMENT PROGRAMME D ASSURANCE DE DOMMAGES SAR250-2012 ET CONTRAT D ASSURANCE-ACCIDENT POUR LES ÉTUDIANTS SAR240-2011

RENOUVELLEMENT PROGRAMME D ASSURANCE DE DOMMAGES SAR250-2012 ET CONTRAT D ASSURANCE-ACCIDENT POUR LES ÉTUDIANTS SAR240-2011 LE PROGRAMME D ASSURANCE DE DOMMAGES ET C21 (SAR250-2012) Le programme d assurance de dommages comprend huit (8) garanties, de base et complémentaires, couvrant les dommages faits aux biens ainsi que la

Plus en détail

Attention au piège des contrats d assurance vies multiples

Attention au piège des contrats d assurance vies multiples Attention au piège des contrats d assurance vies multiples décembre 2014 L une des raisons qui rendent attrayants les contrats d assurance-vie détenus par des sociétés, c est la possibilité de produire

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

L éducation Le meilleur investissement

L éducation Le meilleur investissement L éducation Le meilleur investissement Investir dans l avenir Ça commence par nos enfants Qu il s agisse d études universitaires, collégiales ou professionnelles, qu il s agisse de votre propre enfant,

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

RAPPORT DU COMITÉ DE SURVEILLANCE DES FINANCES

RAPPORT DU COMITÉ DE SURVEILLANCE DES FINANCES RAPPORT DU COMITÉ DE SURVEILLANCE DES FINANCES RÉSUMÉ DES RENCONTRES DU 22 SEPTEMBRE AU 25 SEPTEMBRE 2014 ET DU 23 FÉVRIER AU 26 FÉVRIER 2015 VÉRIFICATION EFFECTUÉE PAR : MARTINE FORCIER, MARTIN VENNE

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Information de base concernant la pension pour les membres de l APEQ

Information de base concernant la pension pour les membres de l APEQ QUEBEC PROVINCIAL ASSOCIATION OF TEACHERS L ASSOCIATION PROVINCIALE DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS DU QUÉBEC Information de base concernant la pension pour les membres de l APEQ QUEBEC PROVINCIAL ASSOCIATION

Plus en détail

Transfert de risque de crédit Rapport de vérification final Rapport n o 6/13 9 octobre 2013

Transfert de risque de crédit Rapport de vérification final Rapport n o 6/13 9 octobre 2013 Transfert de risque de crédit Rapport de vérification final Rapport n o 6/13 9 octobre 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

Comité des avocates et avocats de l Administration publique et parapublique

Comité des avocates et avocats de l Administration publique et parapublique Comité des avocates et avocats de l Administration publique et parapublique Rapport sur le sondage effectué auprès des membres du Barreau du Québec exerçant leur profession dans les domaines publics et

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail