ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES"

Transcription

1 ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES l écotoxicologie ou les risques microbiens, car je ne suis pas expert en la matière. L analyse du risque se compose de l identification du danger, caractérisation du danger, évaluation de l exposition, caractérisation du risque. Slide 2 Chemical Risk Assessment Questions What is the compound capable of doing? Andrew Renwick, University of Southampton, Southampton, Royaume-Uni Mesdames et Messieurs, Merci beaucoup, Monsieur le Président. Je voudrais remercier également le professeur Arpad Somogyi, l ganisateur de cette réunion, de m avoir invité. Je suis très flatté d être en si bonne compagnie, entre le professeur Kemper et Mike Knowles. Slide 1 Clinical Pharmacology Group, University of Southampton Quantitative and non-quantitative risk assessment of chemicals in relation to human health Hazard identification Hazard characterisation (dose-response) Exposure assessment Risk characterisation Je limiterai mon exposé à l évaluation qualitative et quantitative des risques présentés par les produits chimiques sur la santé humaine. Le sujet est véritablement très vaste. Je ne me risquerai pas à abder What is the likelihood of such an effect at the levels to which humans are exposed? What level of intake would be without appreciable health risk, if consumed daily over a lifetime? Les questions relatives à l évaluation des risques chimiques peuvent être posées de différentes manières. Quels sont les effets possibles d un produit chimique? Comme l a dit le professeur Bridges, il s agit ici de l identification du danger. Mais lsqu on abde l évaluation du risque, il faut en fait répondre à deux types de questions: Quelle est la probabilité d un effet pour les niveaux auxquels l homme est exposé? Cette question crespond à l évaluation quantitative du risque. L autre type de question posée est: Quelle est la dose maximale sans risque observable pour la santé qui peut être autisée? Il s agit d une évaluation non quantitative. L histoire de l évaluation des risques tourne autour de ces deux questions. Le professeur Bridges vous a présenté une courbe dose-effet théique. Je désire vous en montrer quelques-unes de plus. Les miennes sont un peu plus réalistes, car elles 1

2 ne comptent que quatre points et ne fment pas une ligne continue. Cependant, toute personne familière avec les bases de données toxicologiques reconnaîtra que nous sommes ence loin de la perfection. Slide 3 Slide 4 Basic data set EXTERNAL Physiologically-based kinetic parameters EXTERNAL INTERNAL Physiologically-based kinetic model EXTERNAL INTERNAL TOXIC RESPONSE TOXIC RESPONSE TOXIC RESPONSE Physiologically-based kinetic model plus local target gan metabolism Hypothetical dose-response EXTERNAL INTERNAL METABOLISM TOXIC RESPONSE % Response Control incidence Experimental data = Dose (mg/kg/day) Nous obtenons très rarement une situation idéale avec deux doses débouchant sur un effet, deux autres sans effet observé et une bonne relation linéaire avec l effet. Nous devrions, dans le meilleur des cas, partir de cette base pour quantifier ou évaluer les risques. Nous avons vraiment besoin de données avec un effet fiable, et l un des problèmes principaux que nous rencontrons est l inadéquation d un grand nombre des données doses-effets que nous devons évaluer. La base de données disponible montre de ftes variations en fonction des différents produits chimiques et évaluations de risques. Par exemple, nous obtenons dans de nombreux cas une définition claire, fondée sur des conditions nmales de test, de la relation entre la dose externe et l effet toxique. Cette relation constitue l ensemble de données fondamental, nécessaire, par exemple, à l établissement d une réglementation sur un pesticide ou un additif alimentaire. Biologically-based dose-response model EXTERNAL INTERNAL METABOLISM RESPONSES TOXIC RESPONSE Dans certains cas, nous pouvons même obtenir des infmations supplémentaires que nous n exploitons pas à l heure actuelle. Par exemple, il arrive que nous connaissions la relation entre les doses interne et externe. Nous avons parfois connaissance de la relation entre la dose externe et celle de l gane cible. Dans certains cas, nous connaissons même le métabolisme de l gane cible. Dans quelques rares cas, nous en savons même beaucoup plus et sommes capables de déduire directement l effet toxique à partir de la dose externe, en comprenant parfaitement les processus et mécanismes impliqués. Cependant, nous n obtenons généralement qu une base de données crecte qui se contente d établir une relation entre la dose externe et l effet toxique. Quelles sont als les méthodes utilisées d évaluation dose-effet et de caractérisation des risques? 2

3 Slide 5 METHODS de parvenir à une dose sans risque observable: la dose journalière admissible, dont nous avons déjà entendu parler. NO THRESHOLD QUANTITATIVE LOW - EXTRAPOLATION RISK ASSOCIATED WITH THE KNOWN INTAKE THRESHOLD NON - QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS INTAKE WITH NO APPRECIABLE EFFECTS eg ADI Par conséquent, si l on examine d abd les effets dépourvus de seuil, par exemple la cancérogénicité génotoxique, la courbe dose-effet est utilisée pour calculer le risque associé à une dose connue. Nous avons déjà entendu parler de ce risque infime, une dose quasi inoffensive: en d autres termes, un risque de cancer de 1 sur 1 million pendant toute une vie. Il existe fondamentalement deux approches. Elles sont choisies en fonction de la présence, ou de l absence, d un seuil sur la courbe dose-effet du phénomène ou effet néfaste. S il existe un seuil, l une de ces approches est utilisée. En l absence de seuil, nous choisissons une approche complètement différente. La présence ou l absence de seuil ne peut être prouvée de façon expérimentale in vivo. En effet, même le graphique précédent, qui présentait un seuil, crespond à un test classique de toxicité sur des groupes de 50 animaux. Si la fréquence tombe en dessous de 1 sur 50, als l effet deviendra nul dans le cas présent. Si vous disposiez de 000 animaux, vous pourriez constater un faible effet. Par conséquent, la présence ou l absence d un seuil doit être fondée sur la compréhension du processus et la probabilité du seuil. Histiquement, la communauté scientifique a supposé qu il n existait pas de seuil dans le cas des produits génotoxiques. En d autres termes, comme pour l évaluation des risques microbiens, un seul cas positif suffit à créer un effet. L évaluation quantitative des risques, par extrapolation descendante de la courbe dose-effet, est utilisée pour estimer les risques. Une approche différente est utilisée pour les produits toxiques à seuil. Nous n essayons pas de quantifier le risque, mais Slide 6 NON-THRESHOLD EFFECTS QUANTITATIVE LOW - EXTRAPOLATION RISK ASSOCIATED WITH THE KNOWN INTAKE INTAKE ASSOCIATED WITH A de minimis RISK eg A VIRTUALLY - SAFE such as 1 in CONTROL EXPOSURE TO BELOW THE VIRTUALLY SAFE INTAKE Je vous ai montré auparavant la relation entre la dose et l effet sur un axe linéaire nmal. La figure 7 présente les mêmes données sur un axe logarithmique. Slide 7 Response Hypothetical dose-response LINEAR -RESPONSE Dose (mg/kg/day) Experimental data = Dans le cas de ftes doses, la fréquence des données doses-effets des animaux 3

4 dépasse généralement les 5 %. Pour calculer une dose pratiquement saine pour l être humain, nous devons descendre la courbe dose-effet à un risque de 1 sur 000 ou même 1 sur 1 million. Dans la réalité, la plupart des données doses-effets sur les animaux ne permettent pas de définir précisément la relation dose-effet, même à fte dose. Un modèle mathématique est donc utilisé pour calculer le résultat. Slide 8 procèdent à une évaluation de la dose associée à un risque minimal. Dans d autres pays réglementés, comme le Royaume-Uni, cette approche n est pas retenue, car le résultat découle du modèle, et on préfère une évaluation non quantitative des risques. Pour les effets sans seuil, le procédé retenu est de réduire la dose jusqu au niveau le plus bas qu il est raisonnablement possible d atteindre ou d utiliser. Slide 9 Dose-response extrapolation NON-THRESHOLD EFFECTS 0 Region of acceptable risk Region of experimental data QUANTITATIVE NON-QUANTITATIVE % Response 1 One hit 0.1 Multi-stage 0.01 Weibull Log-nmal Dose (mg/kg/day) LOW - EXTRAPOLATION RISK ASSOCIATED WITH THE KNOWN INTAKE AS LOW AS REASONABLY ACHIEVABLE ALARA INTAKE ASSOCIATED WITH A de minimis RISK eg A VIRTUALLY - SAFE such as 1 in AS LOW AS REASONABLY PRACTICABLE ALARP CONTROL EXPOSURE TO BELOW THE VIRTUALLY SAFE INTAKE J ai pris ce modèle dans la revue Ecetoc. À la base, le résultat dépend entièrement du modèle utilisé. Si vous prenez le modèle à un cas positif, le plus simple, vous obtiendrez une relation linéaire (voir figure 7). Mais des modèles du type loglinéaire ou Weibull seraient tout autant vraisemblables. La dose associée au risque acceptable peut varier de 1 à 1 000, à 000 même. Elle dépend entièrement du modèle appliqué aux données animales expérimentales. Malheureusement, vous ne pouvez choisir le modèle fondé sur les données animales, car toutes les courbes auraient tendance à crespondre aux données expérimentales. Le thème de l extrapolation des faibles doses a suscité de nombreuses interrogations. Calabrese et ses collabateurs, aux États-Unis, ont soulevé le problème que le professeur Bridges a mentionné: le concept d «hmèse». L hmèse désigne le phénomène qui veut que, pour certains produits chimiques, les faibles doses apptent en fait une protection contre les effets nocifs. L influence du modèle entraîne une véritable dichotomie entre la manière d évaluer les produits cancérogènes génotoxiques et celle d estimer les autres effets sans seuil. Certains secteurs réglementés, par exemple aux États-Unis, 4

5 Slide % Response Control incidence Hmesis Significantly below controls Dose (mg/kg/day) Experimental data = Slide 12 THRESHOLD EFFECTS NON - QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS INTAKE WITH NO APPRECIABLE EFFECTS eg ADI CONTROL USE LEVELS TO BELOW THE ADI La conséquence logique de ce phénomène voudrait qu une petite dose de dioxine soit bonne pour la santé! Il n est donc pas surprenant que l hmèse soit absente de l évaluation des risques. Cependant, elle pourrait véritablement remettre en question la linéarité des faibles doses si une dose minime avait vraiment pour effet de déclencher des mécanismes cytoprotecteurs plus imptants que sa toxicité. L hmèse constitue donc un domaine que nous devrons surveiller à l avenir. Ce phénomène pourrait amener de grands changements dans notre manière de traiter l évaluation du risque des faibles doses. Examinons maintenant l autre face de ce problème. Nous avons un seuil biologique, c est-à-dire fondé sur le principe qu il existe un seuil de toxicité. Slide 11 Dans l évaluation non quantitative du risque, le seuil, ou niveau sans effet nocif observé, est divisé par des facteurs de sécurité pour déterminer une dose que l on estime être sans effets significatifs. Le gestionnaire des risques doit s assurer que le niveau moyen des doses est inférieur à la dose journalière admissible ou DJA. Slide 13 ADI = NOAEL SAFETY FACTOR ADI = Acceptable Daily Intake which can be ingested daily throughout life without appreciable health risk (JECFA, 1987) NOAEL = No Observed Adverse Effect Level which is derived from safety studies, usually in animals, which identify the hazard and the most sensitive species SAFETY FACTOR = fact applied to allow f differences between animals and humans, and between different humans % Response Hypothetical dose-response Control incidence THRESHOLD Dose (mg/kg/day) Experimental data = Le comité mixte d experts sur les additifs alimentaires (CMEAA) définit la DJA comme une dose qui peut être ingérée quotidiennement tout au long d une vie sans avoir de conséquences significatives sur la santé. Il s agit de la définition donnée en Notez que l on ne parle pas d un risque zéro, mais d un risque non perceptible pour la santé. Le niveau sans effet nocif observé est, dans une étude, la dose la plus élevée qui n entraîne pas 5

6 d effet néfaste. La nuance est d imptance. Le niveau sans effet nocif observé est généralement calculé à partir d études sur les animaux, parfois sur les êtres humains, mais il reste très rare que nous ayons à notre disposition des données humaines. Le facteur de sécurité permet de prendre en compte les différences entre humains et espèces testées ainsi que les différences entre les individus. Slide 15 Risk Assessment Facts Risk Management Facts Extrapolation Facts Database Facts Sub-group and Severity Facts Interspecies Intraspecies LOAEL to NOAEL Sub-chronic to chronic Missing studies Inhalation 3 Oral All routes 3 3 Tempary ADI 2 TDI 3 FQPA Teratogenicity 5 Non-genotoxic carcinogenicity 3 - Slide 14 ADI = Precision depends on the adequacy of the methods used. Guidelines f protocols and procedures ensure reliable data NOAEL SAFETY FACTOR The value used depends on the adequacy of the safety database and whether the critical effect has been studied in humans La précision du niveau sans effet nocif observé est imptante. Il existe des lignes directrices encadrant les protocoles et procédures pour essayer de garantir la fiabilité des données. Il est également possible d utiliser d autres méthodes que le niveau sans effet nocif observé, par exemple la dose étalonnée qui s appuie sur de solides éléments scientifiques, als que le niveau sans effet nocif observé présente le risque d être faussé par des études aux conclusions erronées. 6 La valeur du facteur de sécurité ne dépend pas seulement des différences interespèces et de la variabilité humaine, mais également de la pertinence de la base de données de sécurité. Il existe de nombreux types différents de facteurs de sécurité et d incertitude. Les facteurs d évaluation des risques sont très couramment appliqués. Ils permettent d effectuer des extrapolations entre les différentes espèces ainsi qu entre les différents individus. Il s agit d un facteur de 0 qui constitue la base de la plupart des évaluations de risques, notamment les additifs alimentaires et pesticides. Le programme international sur la sécurité chimique (PISC) applique parfois des facteurs supplémentaires en raison de l inadéquation de la base de données, par exemple dans le cas des lignes directrices pour la qualité de l eau. Peut-être existe-t-il uniquement un niveau de faible effet et non un niveau sans effet, peut-être ne s agit-il pas d une étude chronique. Une partie des données peut également manquer. Le professeur Bridges a mentionné les facteurs de gestion des risques. Je reconnais qu il en existe beaucoup. Un des exemples est la loi sur la protection de la qualité de la nourriture, aux États-Unis, en ce qui concerne les pesticides. L application d un facteur supplémentaire constitue véritablement une décision de gestion des risques lsque des nourrissons et enfants sont exposés aux résidus de pesticides. En fait, elle serait légitime même en l absence d études de

7 leur effet toxique sur le développement du nourrisson. Dans ce cas, le facteur serait justifié par une déficience de la base de données. D un point de vue histique, des facteurs supplémentaires ont déjà été appliqués à la tératogénicité et cancérogénicité non génotoxique, dans certaines évaluations de risques. Cependant, dans ce cas ence, ces facteurs ne reposent pas sur une base scientifique, comme l a expliqué le professeur Bridges. Je vais maintenant recentrer mon exposé sur le facteur 0. Nous examinerons son action et ce que nous pouvons faire pour l amélier. Il est utilisé depuis la fin des années 50 par le CMEAA et la Food and Drug Administration (FDA), qui l ont adopté à peu près à la même date. Il s agit d une approche pragmatique, efficace et pouvant être crobée par l analyse des données. Slide 16 Response Hypothetical dose response curves ADI HUMANS sensitive subjects INTRASPECIES Dose in mg/kg HUMANS population mean INTERSPECIES NOAEL ANIMALS population mean À quoi servent nos facteurs? Il existe des courbes doses-effets complètement hypothétiques. Le niveau sans effet nocif observé constitue une dose sûre dans un petit groupe d animaux. Il est divisé par un facteur pour calculer ce qui crespondrait à la dose-effet moyenne d une population humaine. Un facteur supplémentaire de permet de prendre en compte les individus sensibles. Telle est la base de l évaluation. Par conséquent, deux facteurs sont utilisés: le premier pour passer des animaux de labatoire à l être 7 humain moyen; le second pour intégrer toute la diversité de l humanité. Slide 17 The use of uncertainty safety facts SPECIES DIFFERENCES KINETICS DYNAMICS HUMAN VARIABILITY KINETICS DYNAMICS Uncertainty safety facts are used to extrapolate from a group of test animals to an average human and from average humans to potentially sensitive sub-populations Ces facteurs doivent prendre en compte deux zones d incertitude ou processus d extrapolation. L un d entre eux est l aspect cinétique, défini par l appt du produit au site cible ou livraison du produit chimique actif circulant au site cible. L autre est la toxicodynamique qui crespond à l effet du produit chimique sur l gane cible. Chacun des facteurs doit tenir compte de ces deux domaines. Le problème des facteurs, il y a ence cinq ans, était leur manque de souplesse. Par exemple, comment faire crespondre un modèle pharmacocinétique à base physiologique (PBPK) à un facteur d incertitude de 0? Il n existait aucun mécanisme capable de réaliser cette opération. Afin d isoler le facteur des différences d espèces, le rat par exemple, vous devez savoir ce qui se passe chez un rat, et les données sur ces rongeurs sont très nombreuses. Vous devez également savoir ce qui se produit chez un homme afin d effectuer la comparaison. C est à ce moment-là que la pharmacologie clinique et la thérapeutique entrent en scène. L industrie pharmaceutique possède d énmes bases de données qui peuvent nous fournir des renseignements sur d autres types de produits chimiques, dans le cadre de l évaluation des risques. Dans

8 le domaine de la toxicocinétique, de nombreux processus sont communs aux médicaments thérapeutiques et aux additifs alimentaires, polluants et pesticides. Slide FOLD UNCERTAINTY FACTOR INTER-SPECIES DIFFERENCES - FOLD TOXICO- DYNAMICS 0.4 (2.5) INTER-INDIVIDUAL DIFFERENCES - FOLD TOXICO- KINETICS 0.6 (4.0) TOXICO- DYNAMICS 0.5 (3.16) TOXICO- KINETICS 0.5 (3.16) En utilisant la base de données des produits pharmaceutiques, j ai donc subdivisé chacun des facteurs en une valeur adaptée à la toxicodynamique. Ces valeurs étaient la sensibilité inhérente à l gane cible et le facteur de cinétique (métabolisme et excrétion) crespondant aux différences d espèce. Un facteur de 4 est requis pour passer d un rat à un homme en ce qui concerne des processus physiologiques comme la circulation sanguine dans le foie et les reins. Le facteur humain a été subdivisé en deux facteurs de 3,16 égaux par un groupe de travail du PISC. Quel est l intérêt de cette subdivision? L avantage est que, si vous évaluez un produit complexe à l aide d un modèle PBPK de rats et que vous pouvez l extrapoler aux humains, vous pourrez als remplacer la valeur 4 par la donnée propre au produit chimique. Vous pouvez connaître la variabilité humaine dans le domaine de la cinétique, sans savoir véritablement son influence sur l effet, à l aide des doses marqueurs chez les humains. Ici ence, vous pourrez utiliser la donnée propre au produit chimique pour remplacer la valeur par défaut de 3,16. Par conséquent, ce processus permet à la 8 science d avoir une plus grande influence sur la modification du facteur d incertitude. Les valeurs générales par défaut, les quatre valeurs par défaut, nous ramènent au nombre 0 lsqu elles sont multipliées les unes avec les autres. Ce point est imptant car il n existe probablement qu une douzaine de produits dans le monde dont les données peuvent remplacer les valeurs par défaut. Les produits sur lesquels nous disposons de beaucoup de données ne sont pas si nombreux. Nous travaillons actuellement à un perfectionnement supplémentaire en utilisant des données humaines et animales, des données pharmaceutiques principalement, pour déterminer des valeurs par défaut d espèces et de catégies. En d autres termes, si la toxicité est produite par le rat et qu un produit est traité par les reins, quel facteur devonsnous utiliser pour les différences entre les espèces? Si celui-ci est géré dans le métabolisme du foie par P450, quel est le facteur à utiliser? Slide 19 Toxicokinetics Data-derived species + pathway categical defaults general default 4.0 Data-derived pathway related categical default general default 3.16 Toxicodynamics Data-derived process and species specific general default 2.5 Data-derived process related categical default general default 3.16 Interspecies Interindividual Si le processus est géré par le cytochrome P4502D6 par exemple, obtiendrons-nous des résultats satisfaisants avec un facteur 3,16 pour couvrir la variabilité humaine? Je pense que non. Un des aspects de l avenir sera la disponibilité d un nombre beaucoup plus imptant de données sur le métabolisme, car il est facile de mettre en place des systèmes de tests in

9 vitro. Les systèmes in vitro nous diront s il s agit du cytochrome P4502D6, en quels points nous rencontrons une grande variabilité ou s il est question d un autre isoenzyme avec une variabilité beaucoup plus faible. Il est possible que nous finissions par obtenir ces infmations. Cependant, si vous n isolez pas ces données, vous ne pouvez pas véritablement les utiliser de manière quantitative dans une évaluation des risques. Vous avez également la possibilité, une fois que vous avez isolé les facteurs d incertitude, de commencer à vous poser différents types de questions. Par exemple, vous pouvez vous demander quelle est la proption de la population que nous couvrons réellement avec notre facteur d incertitude de 3,16 pour la cinétique. La réponse est que la proption de population couverte dépend entièrement de la variabilité des estimations du paramètre. Slide 20 Analysis of the proption of a population covered by the default fact of 3.16 f either kinetics dynamics PROPORTION OF POPULATION sd = 30% of mean sd = 50% of mean sd = 80% of mean Default Fact PERCENTAGE OF MEAN PARAMETER ESTIMATE Par exemple, si l on utilise le domaine situé sous la courbe de durée de concentration plasmique comme mesure de la dose interne, le coefficient de variation de ce paramètre vous permettra de déterminer la proption de la population couverte avec un facteur de 3,16, en partant de la moyenne de la population. Slide 21 Analysis of Human Variability Toxicokinetics Toxicodynamics 60 Compounds 49 Effects Coefficient of variation Mean = 38% Minimum = 9% Maximum = 114% % Population covered Mean = 99.1% Minimum = 0.0% Maximum = 89.6% OVERALL % COVERED Mean = 99.98% Minimum = 0.00% Maximum = 98.64% Coefficient of variation Mean = 51% Minimum = 8% Maximum = 137% % Population covered Mean = 98.1% Minimum = 0.0% Maximum = 86.9% From Renwick and Lazarus (1998) Il y a deux ans, nous avions effectué une analyse, en utilisant des données pharmaceutiques, sur la variabilité de la toxicocinétique de 60 produits et sur celle de la toxicodynamique de 49 effets différents. La plupart des effets étaient pharmacologiques et, par conséquent, auraient pu entraîner des retombées médiatiques. Cette base de données n est pas idéale, mais c est la seule dont nous disposons. La dynamique présentait une variabilité légèrement supérieure à celle de la cinétique. Au moyen d un modèle de répartition, vous pouvez als déterminer la proption de la population couverte pour un facteur de cinétique de 3,16. Cette proption s est élevée en moyenne à 99,1 % pour les 60 produits différents. Le coefficient de variation de la dynamique était plus grand; la proption de la population couverte a donc été plus faible (98 %). Les personnes à risque étaient celles qui présentaient de ftes concentrations sanguines et une grande sensibilité. Le produit de ces deux catégies crespond au facteur. Si l on se base sur une population adulte en bonne santé, le résultat obtenu est excellent car couvrant 99,98 % de la population humaine pour un facteur de. Ence une fois, l analyse repose sur la modélisation des données, et le résultat dépend entièrement du modèle appliqué à la distribution de la population. Slide 22 9

10 Number not covered by fact (per million) % log-nmal % nmal 0 20% nmal 20% log-nmal Uncertainty fact certains cas, ces petites différences peuvent s avérer cruciales pour les décisions de gestion des risques. Slide 23 THRESHOLD EFFECTS NON - QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS Ce slide montre le facteur d incertitude par rappt au nombre par million qui crespondrait à ce facteur, comparé à la moyenne de la population. Tout d abd, en comparant 20 et 60 % de variabilité, nous constatons que, évidemment, plus le coefficient de variation est élevé, plus vous aurez besoin d un facteur imptant pour couvrir, par exemple, 99,9 % de la population. Si le paramètre présente une fte variation, un facteur beaucoup plus élevé sera nécessaire pour atteindre les 99,9 %. Le résultat dépend également beaucoup du modèle choisi pour la distribution de la population. Si vous prenez une distribution lognmale, vous aboutirez à un pourcentage différent de celui obtenu avec une distribution nmale. Le modèle que vous choisissez autour de la moyenne n a aucune imptance. Mais plus vous vous éloignez de la moyenne, que ce soit en dessous de la courbe dose-effet (voir paragraphes précédents) ou avec la distribution de la population, plus le modèle influence le résultat de l évaluation des risques. Pour défendre cette analyse, je dois préciser que nous parlons ici de l écart entre des facteurs de 3,16 et de 2,5, et non de cinq dres de grandeur (voir précédemment). La différence est relativement faible, mais dépend toujours du modèle utilisé. Pour certains produits, ce type de différence peut véritablement influencer de manière décisive les décisions de gestion des risques. Dans INTAKE WITH NO APPRECIABLE EFFECTS eg ADI CONTROL USE LEVELS TO BELOW THE ADI DETERMINE THE PROPORTION (%) OF THE POPULATION NOT COVERED BY THE SAFETY FACTORS En ce qui concerne les effets de seuil, nous avons effectué, de manière classique, une évaluation non quantitative des risques. Cependant, nous pouvons, à partir de quelques hypothèses de modélisation, entreprendre une évaluation quantitative des risques en analysant les effets d un facteur d incertitude de 0 sur la variabilité humaine. Le point décisif a été, et restera sans doute pendant les dix prochaines années, d évaluer si la dose-effet présentait ou non un seuil. Les deux approches pourraient être harmonisées si l on abandonnait l hypothèse simpliste de l absence de seuil chez les produits génotoxiques. Je pense que cette position est de moins en moins défendable sur le plan scientifique. Pour les effets sans seuil, vous pouvez entreprendre une extrapolation quantitative de faible dose ou «aussi faible que raisonnablement faisable».

11 Slide 24 Conclusions A MAJOR DETERMINANT OF THE STRATEGY IS THE PRESENCE OR ABSENCE OF A THRESHOLD NON-THRESHOLD TOXICITY IS BY QUANTITATIVE LOW EXTRAPOLATION OR BY ALARP THRESHOLD EFFECTS ARE ASSESSED TO DETERMINE A TOLERABLE OR ACCEPTABLE INTAKE FOR HUMANS THE SCIENTIFIC BASIS OF IS UNDER CONSTANT REVIEW AND IMPROVEMENT TO ALLOW QUANTITATIVE SCIENTIFIC DATA TO HAVE A GREATER IMPACT ON THE FINAL OUTCOME Vous pouvez donc réaliser des évaluations, quantitatives ou non, pour les effets sans seuil. De même, en ce qui concerne les effets avec seuil, l approche par défaut permet d obtenir une estimation non quantitative de la dose journalière admissible. Cependant, nous pouvons également effectuer une distribution probabiliste pour quantifier le nombre d individus susceptibles d être menacés. Je voudrais maintenant reprendre les paroles finales du professeur Bridges. Cette science est en évolution. Ses bases sont constamment révisées et, je l espère, améliées, ce qui permettra d enrichir l évaluation finale des risques avec des données scientifiques de plus en plus nombreuses. Je vous remercie de votre attention. 11

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Pr D Parent-Massin Laboratoire de Toxicologie Alimentaire et Cellulaire EA 3880 Université de Bretagne Occidentale RISQUE Le risque est

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

OECD (Q)SAR Application Toolbox: Contexte et évolution. B. Diderich Environment, Health and Safety Division OECD

OECD (Q)SAR Application Toolbox: Contexte et évolution. B. Diderich Environment, Health and Safety Division OECD OECD (Q)SAR Application Toolbox: Contexte et évolution B. Diderich Environment, Health and Safety Division OECD Philosophie Mettre en œuvre dans un programme informatique flexible le document guide de

Plus en détail

toxicologiques de référence : méthodes d élaboration

toxicologiques de référence : méthodes d élaboration Valeurs toxicologiques de référence : méthodes d élaboration Nathalie Bonvallot, Frédéric Dor Institut de Veille Sanitaire Département Santé Environnement Unité Evaluation des Risques Sanitaires Les auteurs

Plus en détail

commission du codex alimentarius

commission du codex alimentarius commission du codex alimentarius ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE BUREAU CONJOINT: Via delle Terme di Caracalla 00100 ROME Tel.: 57051

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

dans les médicamentsm

dans les médicamentsm Les impuretés s génotoxiquesg dans les médicamentsm D. Marzin Institut Pasteur de Lille Université lille2 Société Française de Toxicologie 25-26 0ctobre 2007 Le guideline L affaire Viracept (mésylate de

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 On entend par essai clinique «toute recherche biomédicale organisée et pratiquée chez l homme en

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat Pierre Valentin Compagnie Parisienne de Réescompte, 4 rue Cité de Londres, 75009 Paris,

Plus en détail

Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques

Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques appliquées au domaine santé environnement - travail Plus d outils de recherche documentaire sur le site du Service Documentation

Plus en détail

Lignes directrices pour la réalisation des évaluations du risque toxicologique d origine environnementale au Québec

Lignes directrices pour la réalisation des évaluations du risque toxicologique d origine environnementale au Québec Lignes directrices pour la réalisation des évaluations du risque toxicologique d origine environnementale au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Lignes directrices pour la réalisation

Plus en détail

Essais cliniques exploratoires : quelles modalités de mise en oeuvre, recommandations de mise en oeuvre, champ d'application, cadre réglementaire?

Essais cliniques exploratoires : quelles modalités de mise en oeuvre, recommandations de mise en oeuvre, champ d'application, cadre réglementaire? Rencontres Nationales de Pharmacologie Clinique de Giens XXIV / Table Ronde no 2 Essais cliniques exploratoires : quelles modalités de mise en oeuvre, recommandations de mise en oeuvre, champ d'application,

Plus en détail

refine initiative Conference 2011 Radisson Blu Centrum Hotel - WARSAW 04 / 05 October 2011

refine initiative Conference 2011 Radisson Blu Centrum Hotel - WARSAW 04 / 05 October 2011 Conference 2011 Conference under the patronage of the Polish National Contact Point for Research Programmes of the EU Supported by: Let s Construct Europe s Future With Innovative Buildings and Infrastructures

Plus en détail

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION QUAND LE GESTIONNAIRE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE A-T-IL BESOIN D UTILISER UNE APPROCHE ANALYSE DE RISQUE? En concertation avec le groupe de

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Hydro-Québec Distribution

Hydro-Québec Distribution Hydro-Québec Distribution 2004 Distribution Tariff Application Demande R-3541-2004 Request No. 1 Reference: HQD-5, Document 3, Page 6 Information Requests HQD says that it will be required to buy energy

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Denis Belleville, M.D., M. Sc. Gaétan Carrier. Ing., M.D., Ph. D. Dorice

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Logiciel Médical USA, Europe, France

Logiciel Médical USA, Europe, France Logiciel Médical USA, Europe, France Dr. Georg Heidenreich - COCIR Medical Software Task Force Page 1 USA: Les lois pour les Logiciels Médicaux Les Dispositifs Médicaux sont des produits qui répondent

Plus en détail

X1 = Cash flow/ Dette totale. X2 = Revenu net / Total des actifs au bilan. X3 = Actif réalisable et disponible / Passif courant

X1 = Cash flow/ Dette totale. X2 = Revenu net / Total des actifs au bilan. X3 = Actif réalisable et disponible / Passif courant EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : Applied Multivariate Statistical Analysis»,

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : «Applied Multivariate Statistical

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003 Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré 9 Janvier 2015 1 2 1. Contexte du projet «Les vies humaines sont impactées

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

Évaluation des risques sanitaires

Évaluation des risques sanitaires Juin 2004 à avril 2007 Tome I Évaluation des risques sanitaires liés aux situations de dépassement des limites et références de qualité des eaux destinées à la consommation humaine Évaluation des risques

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

Atelier Essais cliniques dans les projets santé Horizon 2020

Atelier Essais cliniques dans les projets santé Horizon 2020 Nacer Boubenna, PhD Chargé de mission Europe au siège de l Inserm Coordinateur du Point de contact national santé Atelier Essais cliniques dans les projets santé Horizon 2020 Paris 6 juin 204 Définitions

Plus en détail

SLIPS, TRIPS AND FALLS ADVISORY

SLIPS, TRIPS AND FALLS ADVISORY SLIPS, TRIPS AND FALLS ADVISORY MESSAGE FROM ONTARIO s CHIEF PREVENTION OFFICER Falling from heights is a major hazard for workers and is one of the leading causes of critical injuries and fatalities in

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How The ISIA Minimum Standard Why, What, How Budapest 10-11 October 2011 Vittorio CAFFI 1 Questions to address Why a Minimum Standard? Who is concerned? When has to be implemented? What is it? How can it be

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes.

Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes. Utilisation du modèle multistage dans l étude de la précocité du cancer après une exposition aux radiations ionisantes. The multistage model use in the study of cancer precocity after an exposure to ionizing

Plus en détail

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 (New) Danger as a Normal Condition of Employment 905-1-IPG-070 (Nouveau) Danger constituant une Condition normale de l emploi 905-1-IPG-070 1. Subject 1. Objet Clarification

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Electromagnetic compatibility (EMC) Part 4-3: Testing and measurement techniques Radiated, radio-frequency, electromagnetic field immunity test INTERPRETATION

Plus en détail

2 Méthodes générales pour l étude des risques

2 Méthodes générales pour l étude des risques 2 Méthodes générales pour l étude des risques Dans cette partie nous allons traiter différentes méthodes d analyse de risques. Cette partie est basée dans sa majorité sur le rapport «Risk Analysis» (Vatn,

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad Integration of services for frail elderly- SIPA and PRISMA projects and after Céline Bureau, M.Sc.Inf. (cbureau.csss-iugs@msss.gouv.qc.ca) CSSS-IUG

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

IPCS INTERNATIONAL PROGRAMME ON CHEMICAL SAFETY

IPCS INTERNATIONAL PROGRAMME ON CHEMICAL SAFETY IPCS INTERNATIONAL PROGRAMME ON CHEMICAL SAFETY ILO UNEP Environmental Health Criteria 240 Principles and Methods for the Risk Assessment of Chemicals in Food Résumé (FRENCH SUMMARY) A joint publication

Plus en détail

Corporate Strategy Partie 1

Corporate Strategy Partie 1 Corporate Strategy Partie 1 Nadhir LAGGOUNE Alger, Janvier 2014 1 AGENDA 0 Introductions 1 Introduction de la Stratégie d entreprise et discussion 2 Le Management stratégique ou la démarche stratégique

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T.

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T. D039942/02 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 juillet 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

European Aviation Safety Agency

European Aviation Safety Agency Page 1 of 6 European Aviation Safety Agency EASA SPECIFIC AIRWORTHINESS SPECIFICATION for as specified in Section I This Specific Airworthiness Specification is issued in accordance with Regulation (EC)

Plus en détail

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique Ahmed Meghzifene Chef de la Section Dosimétrie et Physique Médicale, Division de la Santé Humaine, Dept

Plus en détail

Doctorat ParisTech T H È S E. l École Nationale Supérieure d'arts et Métiers

Doctorat ParisTech T H È S E. l École Nationale Supérieure d'arts et Métiers N : 2009 ENAM XXXX École doctorale n 432 : Science des Métiers de l Ingénieur 2012-ENAM-00XX Doctorat ParisTech T H È S E pour obtenir le grade de docteur délivré par l École Nationale Supérieure d'arts

Plus en détail

Production de phages thérapeutiques

Production de phages thérapeutiques Production de phages thérapeutiques En France, quel contexte, quelles conditions? Comment répondre aux exigences modernes de préparation thérapeutique? Pour bien comprendre Les étapes du développement

Plus en détail

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012 FIXAGE La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY Deauville, le 19 septembre 2012 Journées d études de l institut des Actuaires et du SACEI FIXAGE

Plus en détail

Monitor LRD. Table des matières

Monitor LRD. Table des matières Folio :1/6 Table des matières 1.Installation du logiciel... 3 2.Utilisation du logiciel... 3 2.1.Description de la fenêtre de commande... 3 2.1.1.Réglage des paramètres de communication... 4 2.1.2.Boutons

Plus en détail

APSS Application Form for the University year 2016-2017 Formulaire de candidature au PEASS pour l année universitaire 2016-2017

APSS Application Form for the University year 2016-2017 Formulaire de candidature au PEASS pour l année universitaire 2016-2017 APSS Application Form for the University year 2016-2017 Formulaire de candidature au PEASS pour l année universitaire 2016-2017 This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012 Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques Jeudi 13 septembre 2012 Nos animateurs Marie-Laure Heraud Responsable activité REACH / Risque chimique

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 3 Subject: Topic: French Writing In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012

Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012 The Canadian Association of Immersion Teachers DELF Symposium Calgary, January 19, 2012 Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012 Round Table

Plus en détail

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Prof. Dr Benoit Nemery KU Leuven Prof. Dr Christophe Stove UGent Acrylonitrile : propriétés chimiques Formule

Plus en détail

Imputation multiple pour variables qualitatives par analyse des correspondances multiples

Imputation multiple pour variables qualitatives par analyse des correspondances multiples Imputation multiple pour variables qualitatives par analyse des correspondances multiples Vincent Audigier & François Husson & Julie Josse Laboratoire de mathématiques appliquées, Agrocampus Ouest 65 rue

Plus en détail

Terminologie en matière d'analyse des dangers et des risques selon le Codex alimentarius

Terminologie en matière d'analyse des dangers et des risques selon le Codex alimentarius PB 05 - I 01 - REV 0 2005 30 Terminologie en matière d'analyse des dangers et des risques selon le Codex alimentarius Rédigé par: Le Comité scientifique et le Secrétariat scientifique de l AFSCA Pour le

Plus en détail

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Ref interne EudraCT no Title of the Study Abbreviation Sponsor IMP (Repeat if necessary) NIMP (Repeat if necessary) Organisation

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Gestion du risque et aqueduc

Gestion du risque et aqueduc Gestion du risque et aqueduc Application des principes de gestion du risque à la gestion et la conception d infrastructures de distribution d eau potable CERIU INFRA 2011 1 Objectifs de la présentation

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail

AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 7/08/2009 AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Relatif à la proposition de valeurs limites d exposition à des agents

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment

Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment TOC 1. Introduction 2. Quick win 3. External events not in the original design basis 3. Costs 4. Perspectives Excellence dedicated

Plus en détail

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur un projet d arrêté relatif à l emploi de la taurine et de D-glucurono-gamma-lactone

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi Thomas Lemieux University of British Columbia Le 24 novembre 2009 Plan de la présentation La méthode de régression

Plus en détail

GRAPHIC STANDARDS MANUAL

GRAPHIC STANDARDS MANUAL GRAPHIC STANDARDS MANUAL CHARTE GRAPHIQUE This Graphic Standards Manual is aimed at the relays of the Europe Direct information network. They are members of a single family dedicated to the same aim: the

Plus en détail

FOURTH SESSION : "MRP & CRP"

FOURTH SESSION : MRP & CRP FOURTH SESSION : "MRP & CRP" Objectifs : Etre capable d analyser un plan directeur de fabrication (MPS). Pour cela il faut pouvoir : - exploser le plan en termes des différents composants, - Comprendre

Plus en détail

Classification. Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent

Classification. Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent Classification Session organisée par Charles Bouveyron et Francois Caron et Marie Chavent La classification a pour objet de regrouper des données en classes possédant des caractéristiques similaires. La

Plus en détail

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement :

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement : Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances Semestre 3 Programme d enseignement : UE V1: Toxicologie d organes (Frédéric Baud, R. Maximilien; 3 ECTS)

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 4 Subject: Topic: French Speaking In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail