ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES"

Transcription

1 ANDREW RENWICK L ÉVALUATION QUALITATIVE CONTRE L ÉVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES l écotoxicologie ou les risques microbiens, car je ne suis pas expert en la matière. L analyse du risque se compose de l identification du danger, caractérisation du danger, évaluation de l exposition, caractérisation du risque. Slide 2 Chemical Risk Assessment Questions What is the compound capable of doing? Andrew Renwick, University of Southampton, Southampton, Royaume-Uni Mesdames et Messieurs, Merci beaucoup, Monsieur le Président. Je voudrais remercier également le professeur Arpad Somogyi, l ganisateur de cette réunion, de m avoir invité. Je suis très flatté d être en si bonne compagnie, entre le professeur Kemper et Mike Knowles. Slide 1 Clinical Pharmacology Group, University of Southampton Quantitative and non-quantitative risk assessment of chemicals in relation to human health Hazard identification Hazard characterisation (dose-response) Exposure assessment Risk characterisation Je limiterai mon exposé à l évaluation qualitative et quantitative des risques présentés par les produits chimiques sur la santé humaine. Le sujet est véritablement très vaste. Je ne me risquerai pas à abder What is the likelihood of such an effect at the levels to which humans are exposed? What level of intake would be without appreciable health risk, if consumed daily over a lifetime? Les questions relatives à l évaluation des risques chimiques peuvent être posées de différentes manières. Quels sont les effets possibles d un produit chimique? Comme l a dit le professeur Bridges, il s agit ici de l identification du danger. Mais lsqu on abde l évaluation du risque, il faut en fait répondre à deux types de questions: Quelle est la probabilité d un effet pour les niveaux auxquels l homme est exposé? Cette question crespond à l évaluation quantitative du risque. L autre type de question posée est: Quelle est la dose maximale sans risque observable pour la santé qui peut être autisée? Il s agit d une évaluation non quantitative. L histoire de l évaluation des risques tourne autour de ces deux questions. Le professeur Bridges vous a présenté une courbe dose-effet théique. Je désire vous en montrer quelques-unes de plus. Les miennes sont un peu plus réalistes, car elles 1

2 ne comptent que quatre points et ne fment pas une ligne continue. Cependant, toute personne familière avec les bases de données toxicologiques reconnaîtra que nous sommes ence loin de la perfection. Slide 3 Slide 4 Basic data set EXTERNAL Physiologically-based kinetic parameters EXTERNAL INTERNAL Physiologically-based kinetic model EXTERNAL INTERNAL TOXIC RESPONSE TOXIC RESPONSE TOXIC RESPONSE Physiologically-based kinetic model plus local target gan metabolism Hypothetical dose-response EXTERNAL INTERNAL METABOLISM TOXIC RESPONSE % Response Control incidence Experimental data = Dose (mg/kg/day) Nous obtenons très rarement une situation idéale avec deux doses débouchant sur un effet, deux autres sans effet observé et une bonne relation linéaire avec l effet. Nous devrions, dans le meilleur des cas, partir de cette base pour quantifier ou évaluer les risques. Nous avons vraiment besoin de données avec un effet fiable, et l un des problèmes principaux que nous rencontrons est l inadéquation d un grand nombre des données doses-effets que nous devons évaluer. La base de données disponible montre de ftes variations en fonction des différents produits chimiques et évaluations de risques. Par exemple, nous obtenons dans de nombreux cas une définition claire, fondée sur des conditions nmales de test, de la relation entre la dose externe et l effet toxique. Cette relation constitue l ensemble de données fondamental, nécessaire, par exemple, à l établissement d une réglementation sur un pesticide ou un additif alimentaire. Biologically-based dose-response model EXTERNAL INTERNAL METABOLISM RESPONSES TOXIC RESPONSE Dans certains cas, nous pouvons même obtenir des infmations supplémentaires que nous n exploitons pas à l heure actuelle. Par exemple, il arrive que nous connaissions la relation entre les doses interne et externe. Nous avons parfois connaissance de la relation entre la dose externe et celle de l gane cible. Dans certains cas, nous connaissons même le métabolisme de l gane cible. Dans quelques rares cas, nous en savons même beaucoup plus et sommes capables de déduire directement l effet toxique à partir de la dose externe, en comprenant parfaitement les processus et mécanismes impliqués. Cependant, nous n obtenons généralement qu une base de données crecte qui se contente d établir une relation entre la dose externe et l effet toxique. Quelles sont als les méthodes utilisées d évaluation dose-effet et de caractérisation des risques? 2

3 Slide 5 METHODS de parvenir à une dose sans risque observable: la dose journalière admissible, dont nous avons déjà entendu parler. NO THRESHOLD QUANTITATIVE LOW - EXTRAPOLATION RISK ASSOCIATED WITH THE KNOWN INTAKE THRESHOLD NON - QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS INTAKE WITH NO APPRECIABLE EFFECTS eg ADI Par conséquent, si l on examine d abd les effets dépourvus de seuil, par exemple la cancérogénicité génotoxique, la courbe dose-effet est utilisée pour calculer le risque associé à une dose connue. Nous avons déjà entendu parler de ce risque infime, une dose quasi inoffensive: en d autres termes, un risque de cancer de 1 sur 1 million pendant toute une vie. Il existe fondamentalement deux approches. Elles sont choisies en fonction de la présence, ou de l absence, d un seuil sur la courbe dose-effet du phénomène ou effet néfaste. S il existe un seuil, l une de ces approches est utilisée. En l absence de seuil, nous choisissons une approche complètement différente. La présence ou l absence de seuil ne peut être prouvée de façon expérimentale in vivo. En effet, même le graphique précédent, qui présentait un seuil, crespond à un test classique de toxicité sur des groupes de 50 animaux. Si la fréquence tombe en dessous de 1 sur 50, als l effet deviendra nul dans le cas présent. Si vous disposiez de 000 animaux, vous pourriez constater un faible effet. Par conséquent, la présence ou l absence d un seuil doit être fondée sur la compréhension du processus et la probabilité du seuil. Histiquement, la communauté scientifique a supposé qu il n existait pas de seuil dans le cas des produits génotoxiques. En d autres termes, comme pour l évaluation des risques microbiens, un seul cas positif suffit à créer un effet. L évaluation quantitative des risques, par extrapolation descendante de la courbe dose-effet, est utilisée pour estimer les risques. Une approche différente est utilisée pour les produits toxiques à seuil. Nous n essayons pas de quantifier le risque, mais Slide 6 NON-THRESHOLD EFFECTS QUANTITATIVE LOW - EXTRAPOLATION RISK ASSOCIATED WITH THE KNOWN INTAKE INTAKE ASSOCIATED WITH A de minimis RISK eg A VIRTUALLY - SAFE such as 1 in CONTROL EXPOSURE TO BELOW THE VIRTUALLY SAFE INTAKE Je vous ai montré auparavant la relation entre la dose et l effet sur un axe linéaire nmal. La figure 7 présente les mêmes données sur un axe logarithmique. Slide 7 Response Hypothetical dose-response LINEAR -RESPONSE Dose (mg/kg/day) Experimental data = Dans le cas de ftes doses, la fréquence des données doses-effets des animaux 3

4 dépasse généralement les 5 %. Pour calculer une dose pratiquement saine pour l être humain, nous devons descendre la courbe dose-effet à un risque de 1 sur 000 ou même 1 sur 1 million. Dans la réalité, la plupart des données doses-effets sur les animaux ne permettent pas de définir précisément la relation dose-effet, même à fte dose. Un modèle mathématique est donc utilisé pour calculer le résultat. Slide 8 procèdent à une évaluation de la dose associée à un risque minimal. Dans d autres pays réglementés, comme le Royaume-Uni, cette approche n est pas retenue, car le résultat découle du modèle, et on préfère une évaluation non quantitative des risques. Pour les effets sans seuil, le procédé retenu est de réduire la dose jusqu au niveau le plus bas qu il est raisonnablement possible d atteindre ou d utiliser. Slide 9 Dose-response extrapolation NON-THRESHOLD EFFECTS 0 Region of acceptable risk Region of experimental data QUANTITATIVE NON-QUANTITATIVE % Response 1 One hit 0.1 Multi-stage 0.01 Weibull Log-nmal Dose (mg/kg/day) LOW - EXTRAPOLATION RISK ASSOCIATED WITH THE KNOWN INTAKE AS LOW AS REASONABLY ACHIEVABLE ALARA INTAKE ASSOCIATED WITH A de minimis RISK eg A VIRTUALLY - SAFE such as 1 in AS LOW AS REASONABLY PRACTICABLE ALARP CONTROL EXPOSURE TO BELOW THE VIRTUALLY SAFE INTAKE J ai pris ce modèle dans la revue Ecetoc. À la base, le résultat dépend entièrement du modèle utilisé. Si vous prenez le modèle à un cas positif, le plus simple, vous obtiendrez une relation linéaire (voir figure 7). Mais des modèles du type loglinéaire ou Weibull seraient tout autant vraisemblables. La dose associée au risque acceptable peut varier de 1 à 1 000, à 000 même. Elle dépend entièrement du modèle appliqué aux données animales expérimentales. Malheureusement, vous ne pouvez choisir le modèle fondé sur les données animales, car toutes les courbes auraient tendance à crespondre aux données expérimentales. Le thème de l extrapolation des faibles doses a suscité de nombreuses interrogations. Calabrese et ses collabateurs, aux États-Unis, ont soulevé le problème que le professeur Bridges a mentionné: le concept d «hmèse». L hmèse désigne le phénomène qui veut que, pour certains produits chimiques, les faibles doses apptent en fait une protection contre les effets nocifs. L influence du modèle entraîne une véritable dichotomie entre la manière d évaluer les produits cancérogènes génotoxiques et celle d estimer les autres effets sans seuil. Certains secteurs réglementés, par exemple aux États-Unis, 4

5 Slide % Response Control incidence Hmesis Significantly below controls Dose (mg/kg/day) Experimental data = Slide 12 THRESHOLD EFFECTS NON - QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS INTAKE WITH NO APPRECIABLE EFFECTS eg ADI CONTROL USE LEVELS TO BELOW THE ADI La conséquence logique de ce phénomène voudrait qu une petite dose de dioxine soit bonne pour la santé! Il n est donc pas surprenant que l hmèse soit absente de l évaluation des risques. Cependant, elle pourrait véritablement remettre en question la linéarité des faibles doses si une dose minime avait vraiment pour effet de déclencher des mécanismes cytoprotecteurs plus imptants que sa toxicité. L hmèse constitue donc un domaine que nous devrons surveiller à l avenir. Ce phénomène pourrait amener de grands changements dans notre manière de traiter l évaluation du risque des faibles doses. Examinons maintenant l autre face de ce problème. Nous avons un seuil biologique, c est-à-dire fondé sur le principe qu il existe un seuil de toxicité. Slide 11 Dans l évaluation non quantitative du risque, le seuil, ou niveau sans effet nocif observé, est divisé par des facteurs de sécurité pour déterminer une dose que l on estime être sans effets significatifs. Le gestionnaire des risques doit s assurer que le niveau moyen des doses est inférieur à la dose journalière admissible ou DJA. Slide 13 ADI = NOAEL SAFETY FACTOR ADI = Acceptable Daily Intake which can be ingested daily throughout life without appreciable health risk (JECFA, 1987) NOAEL = No Observed Adverse Effect Level which is derived from safety studies, usually in animals, which identify the hazard and the most sensitive species SAFETY FACTOR = fact applied to allow f differences between animals and humans, and between different humans % Response Hypothetical dose-response Control incidence THRESHOLD Dose (mg/kg/day) Experimental data = Le comité mixte d experts sur les additifs alimentaires (CMEAA) définit la DJA comme une dose qui peut être ingérée quotidiennement tout au long d une vie sans avoir de conséquences significatives sur la santé. Il s agit de la définition donnée en Notez que l on ne parle pas d un risque zéro, mais d un risque non perceptible pour la santé. Le niveau sans effet nocif observé est, dans une étude, la dose la plus élevée qui n entraîne pas 5

6 d effet néfaste. La nuance est d imptance. Le niveau sans effet nocif observé est généralement calculé à partir d études sur les animaux, parfois sur les êtres humains, mais il reste très rare que nous ayons à notre disposition des données humaines. Le facteur de sécurité permet de prendre en compte les différences entre humains et espèces testées ainsi que les différences entre les individus. Slide 15 Risk Assessment Facts Risk Management Facts Extrapolation Facts Database Facts Sub-group and Severity Facts Interspecies Intraspecies LOAEL to NOAEL Sub-chronic to chronic Missing studies Inhalation 3 Oral All routes 3 3 Tempary ADI 2 TDI 3 FQPA Teratogenicity 5 Non-genotoxic carcinogenicity 3 - Slide 14 ADI = Precision depends on the adequacy of the methods used. Guidelines f protocols and procedures ensure reliable data NOAEL SAFETY FACTOR The value used depends on the adequacy of the safety database and whether the critical effect has been studied in humans La précision du niveau sans effet nocif observé est imptante. Il existe des lignes directrices encadrant les protocoles et procédures pour essayer de garantir la fiabilité des données. Il est également possible d utiliser d autres méthodes que le niveau sans effet nocif observé, par exemple la dose étalonnée qui s appuie sur de solides éléments scientifiques, als que le niveau sans effet nocif observé présente le risque d être faussé par des études aux conclusions erronées. 6 La valeur du facteur de sécurité ne dépend pas seulement des différences interespèces et de la variabilité humaine, mais également de la pertinence de la base de données de sécurité. Il existe de nombreux types différents de facteurs de sécurité et d incertitude. Les facteurs d évaluation des risques sont très couramment appliqués. Ils permettent d effectuer des extrapolations entre les différentes espèces ainsi qu entre les différents individus. Il s agit d un facteur de 0 qui constitue la base de la plupart des évaluations de risques, notamment les additifs alimentaires et pesticides. Le programme international sur la sécurité chimique (PISC) applique parfois des facteurs supplémentaires en raison de l inadéquation de la base de données, par exemple dans le cas des lignes directrices pour la qualité de l eau. Peut-être existe-t-il uniquement un niveau de faible effet et non un niveau sans effet, peut-être ne s agit-il pas d une étude chronique. Une partie des données peut également manquer. Le professeur Bridges a mentionné les facteurs de gestion des risques. Je reconnais qu il en existe beaucoup. Un des exemples est la loi sur la protection de la qualité de la nourriture, aux États-Unis, en ce qui concerne les pesticides. L application d un facteur supplémentaire constitue véritablement une décision de gestion des risques lsque des nourrissons et enfants sont exposés aux résidus de pesticides. En fait, elle serait légitime même en l absence d études de

7 leur effet toxique sur le développement du nourrisson. Dans ce cas, le facteur serait justifié par une déficience de la base de données. D un point de vue histique, des facteurs supplémentaires ont déjà été appliqués à la tératogénicité et cancérogénicité non génotoxique, dans certaines évaluations de risques. Cependant, dans ce cas ence, ces facteurs ne reposent pas sur une base scientifique, comme l a expliqué le professeur Bridges. Je vais maintenant recentrer mon exposé sur le facteur 0. Nous examinerons son action et ce que nous pouvons faire pour l amélier. Il est utilisé depuis la fin des années 50 par le CMEAA et la Food and Drug Administration (FDA), qui l ont adopté à peu près à la même date. Il s agit d une approche pragmatique, efficace et pouvant être crobée par l analyse des données. Slide 16 Response Hypothetical dose response curves ADI HUMANS sensitive subjects INTRASPECIES Dose in mg/kg HUMANS population mean INTERSPECIES NOAEL ANIMALS population mean À quoi servent nos facteurs? Il existe des courbes doses-effets complètement hypothétiques. Le niveau sans effet nocif observé constitue une dose sûre dans un petit groupe d animaux. Il est divisé par un facteur pour calculer ce qui crespondrait à la dose-effet moyenne d une population humaine. Un facteur supplémentaire de permet de prendre en compte les individus sensibles. Telle est la base de l évaluation. Par conséquent, deux facteurs sont utilisés: le premier pour passer des animaux de labatoire à l être 7 humain moyen; le second pour intégrer toute la diversité de l humanité. Slide 17 The use of uncertainty safety facts SPECIES DIFFERENCES KINETICS DYNAMICS HUMAN VARIABILITY KINETICS DYNAMICS Uncertainty safety facts are used to extrapolate from a group of test animals to an average human and from average humans to potentially sensitive sub-populations Ces facteurs doivent prendre en compte deux zones d incertitude ou processus d extrapolation. L un d entre eux est l aspect cinétique, défini par l appt du produit au site cible ou livraison du produit chimique actif circulant au site cible. L autre est la toxicodynamique qui crespond à l effet du produit chimique sur l gane cible. Chacun des facteurs doit tenir compte de ces deux domaines. Le problème des facteurs, il y a ence cinq ans, était leur manque de souplesse. Par exemple, comment faire crespondre un modèle pharmacocinétique à base physiologique (PBPK) à un facteur d incertitude de 0? Il n existait aucun mécanisme capable de réaliser cette opération. Afin d isoler le facteur des différences d espèces, le rat par exemple, vous devez savoir ce qui se passe chez un rat, et les données sur ces rongeurs sont très nombreuses. Vous devez également savoir ce qui se produit chez un homme afin d effectuer la comparaison. C est à ce moment-là que la pharmacologie clinique et la thérapeutique entrent en scène. L industrie pharmaceutique possède d énmes bases de données qui peuvent nous fournir des renseignements sur d autres types de produits chimiques, dans le cadre de l évaluation des risques. Dans

8 le domaine de la toxicocinétique, de nombreux processus sont communs aux médicaments thérapeutiques et aux additifs alimentaires, polluants et pesticides. Slide FOLD UNCERTAINTY FACTOR INTER-SPECIES DIFFERENCES - FOLD TOXICO- DYNAMICS 0.4 (2.5) INTER-INDIVIDUAL DIFFERENCES - FOLD TOXICO- KINETICS 0.6 (4.0) TOXICO- DYNAMICS 0.5 (3.16) TOXICO- KINETICS 0.5 (3.16) En utilisant la base de données des produits pharmaceutiques, j ai donc subdivisé chacun des facteurs en une valeur adaptée à la toxicodynamique. Ces valeurs étaient la sensibilité inhérente à l gane cible et le facteur de cinétique (métabolisme et excrétion) crespondant aux différences d espèce. Un facteur de 4 est requis pour passer d un rat à un homme en ce qui concerne des processus physiologiques comme la circulation sanguine dans le foie et les reins. Le facteur humain a été subdivisé en deux facteurs de 3,16 égaux par un groupe de travail du PISC. Quel est l intérêt de cette subdivision? L avantage est que, si vous évaluez un produit complexe à l aide d un modèle PBPK de rats et que vous pouvez l extrapoler aux humains, vous pourrez als remplacer la valeur 4 par la donnée propre au produit chimique. Vous pouvez connaître la variabilité humaine dans le domaine de la cinétique, sans savoir véritablement son influence sur l effet, à l aide des doses marqueurs chez les humains. Ici ence, vous pourrez utiliser la donnée propre au produit chimique pour remplacer la valeur par défaut de 3,16. Par conséquent, ce processus permet à la 8 science d avoir une plus grande influence sur la modification du facteur d incertitude. Les valeurs générales par défaut, les quatre valeurs par défaut, nous ramènent au nombre 0 lsqu elles sont multipliées les unes avec les autres. Ce point est imptant car il n existe probablement qu une douzaine de produits dans le monde dont les données peuvent remplacer les valeurs par défaut. Les produits sur lesquels nous disposons de beaucoup de données ne sont pas si nombreux. Nous travaillons actuellement à un perfectionnement supplémentaire en utilisant des données humaines et animales, des données pharmaceutiques principalement, pour déterminer des valeurs par défaut d espèces et de catégies. En d autres termes, si la toxicité est produite par le rat et qu un produit est traité par les reins, quel facteur devonsnous utiliser pour les différences entre les espèces? Si celui-ci est géré dans le métabolisme du foie par P450, quel est le facteur à utiliser? Slide 19 Toxicokinetics Data-derived species + pathway categical defaults general default 4.0 Data-derived pathway related categical default general default 3.16 Toxicodynamics Data-derived process and species specific general default 2.5 Data-derived process related categical default general default 3.16 Interspecies Interindividual Si le processus est géré par le cytochrome P4502D6 par exemple, obtiendrons-nous des résultats satisfaisants avec un facteur 3,16 pour couvrir la variabilité humaine? Je pense que non. Un des aspects de l avenir sera la disponibilité d un nombre beaucoup plus imptant de données sur le métabolisme, car il est facile de mettre en place des systèmes de tests in

9 vitro. Les systèmes in vitro nous diront s il s agit du cytochrome P4502D6, en quels points nous rencontrons une grande variabilité ou s il est question d un autre isoenzyme avec une variabilité beaucoup plus faible. Il est possible que nous finissions par obtenir ces infmations. Cependant, si vous n isolez pas ces données, vous ne pouvez pas véritablement les utiliser de manière quantitative dans une évaluation des risques. Vous avez également la possibilité, une fois que vous avez isolé les facteurs d incertitude, de commencer à vous poser différents types de questions. Par exemple, vous pouvez vous demander quelle est la proption de la population que nous couvrons réellement avec notre facteur d incertitude de 3,16 pour la cinétique. La réponse est que la proption de population couverte dépend entièrement de la variabilité des estimations du paramètre. Slide 20 Analysis of the proption of a population covered by the default fact of 3.16 f either kinetics dynamics PROPORTION OF POPULATION sd = 30% of mean sd = 50% of mean sd = 80% of mean Default Fact PERCENTAGE OF MEAN PARAMETER ESTIMATE Par exemple, si l on utilise le domaine situé sous la courbe de durée de concentration plasmique comme mesure de la dose interne, le coefficient de variation de ce paramètre vous permettra de déterminer la proption de la population couverte avec un facteur de 3,16, en partant de la moyenne de la population. Slide 21 Analysis of Human Variability Toxicokinetics Toxicodynamics 60 Compounds 49 Effects Coefficient of variation Mean = 38% Minimum = 9% Maximum = 114% % Population covered Mean = 99.1% Minimum = 0.0% Maximum = 89.6% OVERALL % COVERED Mean = 99.98% Minimum = 0.00% Maximum = 98.64% Coefficient of variation Mean = 51% Minimum = 8% Maximum = 137% % Population covered Mean = 98.1% Minimum = 0.0% Maximum = 86.9% From Renwick and Lazarus (1998) Il y a deux ans, nous avions effectué une analyse, en utilisant des données pharmaceutiques, sur la variabilité de la toxicocinétique de 60 produits et sur celle de la toxicodynamique de 49 effets différents. La plupart des effets étaient pharmacologiques et, par conséquent, auraient pu entraîner des retombées médiatiques. Cette base de données n est pas idéale, mais c est la seule dont nous disposons. La dynamique présentait une variabilité légèrement supérieure à celle de la cinétique. Au moyen d un modèle de répartition, vous pouvez als déterminer la proption de la population couverte pour un facteur de cinétique de 3,16. Cette proption s est élevée en moyenne à 99,1 % pour les 60 produits différents. Le coefficient de variation de la dynamique était plus grand; la proption de la population couverte a donc été plus faible (98 %). Les personnes à risque étaient celles qui présentaient de ftes concentrations sanguines et une grande sensibilité. Le produit de ces deux catégies crespond au facteur. Si l on se base sur une population adulte en bonne santé, le résultat obtenu est excellent car couvrant 99,98 % de la population humaine pour un facteur de. Ence une fois, l analyse repose sur la modélisation des données, et le résultat dépend entièrement du modèle appliqué à la distribution de la population. Slide 22 9

10 Number not covered by fact (per million) % log-nmal % nmal 0 20% nmal 20% log-nmal Uncertainty fact certains cas, ces petites différences peuvent s avérer cruciales pour les décisions de gestion des risques. Slide 23 THRESHOLD EFFECTS NON - QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS QUANTITATIVE NOAEL AND SAFETY FACTORS Ce slide montre le facteur d incertitude par rappt au nombre par million qui crespondrait à ce facteur, comparé à la moyenne de la population. Tout d abd, en comparant 20 et 60 % de variabilité, nous constatons que, évidemment, plus le coefficient de variation est élevé, plus vous aurez besoin d un facteur imptant pour couvrir, par exemple, 99,9 % de la population. Si le paramètre présente une fte variation, un facteur beaucoup plus élevé sera nécessaire pour atteindre les 99,9 %. Le résultat dépend également beaucoup du modèle choisi pour la distribution de la population. Si vous prenez une distribution lognmale, vous aboutirez à un pourcentage différent de celui obtenu avec une distribution nmale. Le modèle que vous choisissez autour de la moyenne n a aucune imptance. Mais plus vous vous éloignez de la moyenne, que ce soit en dessous de la courbe dose-effet (voir paragraphes précédents) ou avec la distribution de la population, plus le modèle influence le résultat de l évaluation des risques. Pour défendre cette analyse, je dois préciser que nous parlons ici de l écart entre des facteurs de 3,16 et de 2,5, et non de cinq dres de grandeur (voir précédemment). La différence est relativement faible, mais dépend toujours du modèle utilisé. Pour certains produits, ce type de différence peut véritablement influencer de manière décisive les décisions de gestion des risques. Dans INTAKE WITH NO APPRECIABLE EFFECTS eg ADI CONTROL USE LEVELS TO BELOW THE ADI DETERMINE THE PROPORTION (%) OF THE POPULATION NOT COVERED BY THE SAFETY FACTORS En ce qui concerne les effets de seuil, nous avons effectué, de manière classique, une évaluation non quantitative des risques. Cependant, nous pouvons, à partir de quelques hypothèses de modélisation, entreprendre une évaluation quantitative des risques en analysant les effets d un facteur d incertitude de 0 sur la variabilité humaine. Le point décisif a été, et restera sans doute pendant les dix prochaines années, d évaluer si la dose-effet présentait ou non un seuil. Les deux approches pourraient être harmonisées si l on abandonnait l hypothèse simpliste de l absence de seuil chez les produits génotoxiques. Je pense que cette position est de moins en moins défendable sur le plan scientifique. Pour les effets sans seuil, vous pouvez entreprendre une extrapolation quantitative de faible dose ou «aussi faible que raisonnablement faisable».

11 Slide 24 Conclusions A MAJOR DETERMINANT OF THE STRATEGY IS THE PRESENCE OR ABSENCE OF A THRESHOLD NON-THRESHOLD TOXICITY IS BY QUANTITATIVE LOW EXTRAPOLATION OR BY ALARP THRESHOLD EFFECTS ARE ASSESSED TO DETERMINE A TOLERABLE OR ACCEPTABLE INTAKE FOR HUMANS THE SCIENTIFIC BASIS OF IS UNDER CONSTANT REVIEW AND IMPROVEMENT TO ALLOW QUANTITATIVE SCIENTIFIC DATA TO HAVE A GREATER IMPACT ON THE FINAL OUTCOME Vous pouvez donc réaliser des évaluations, quantitatives ou non, pour les effets sans seuil. De même, en ce qui concerne les effets avec seuil, l approche par défaut permet d obtenir une estimation non quantitative de la dose journalière admissible. Cependant, nous pouvons également effectuer une distribution probabiliste pour quantifier le nombre d individus susceptibles d être menacés. Je voudrais maintenant reprendre les paroles finales du professeur Bridges. Cette science est en évolution. Ses bases sont constamment révisées et, je l espère, améliées, ce qui permettra d enrichir l évaluation finale des risques avec des données scientifiques de plus en plus nombreuses. Je vous remercie de votre attention. 11

toxicologiques de référence : méthodes d élaboration

toxicologiques de référence : méthodes d élaboration Valeurs toxicologiques de référence : méthodes d élaboration Nathalie Bonvallot, Frédéric Dor Institut de Veille Sanitaire Département Santé Environnement Unité Evaluation des Risques Sanitaires Les auteurs

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

dans les médicamentsm

dans les médicamentsm Les impuretés s génotoxiquesg dans les médicamentsm D. Marzin Institut Pasteur de Lille Université lille2 Société Française de Toxicologie 25-26 0ctobre 2007 Le guideline L affaire Viracept (mésylate de

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION QUAND LE GESTIONNAIRE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE A-T-IL BESOIN D UTILISER UNE APPROCHE ANALYSE DE RISQUE? En concertation avec le groupe de

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Denis Belleville, M.D., M. Sc. Gaétan Carrier. Ing., M.D., Ph. D. Dorice

Plus en détail

Logiciel Médical USA, Europe, France

Logiciel Médical USA, Europe, France Logiciel Médical USA, Europe, France Dr. Georg Heidenreich - COCIR Medical Software Task Force Page 1 USA: Les lois pour les Logiciels Médicaux Les Dispositifs Médicaux sont des produits qui répondent

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

IPCS INTERNATIONAL PROGRAMME ON CHEMICAL SAFETY

IPCS INTERNATIONAL PROGRAMME ON CHEMICAL SAFETY IPCS INTERNATIONAL PROGRAMME ON CHEMICAL SAFETY ILO UNEP Environmental Health Criteria 240 Principles and Methods for the Risk Assessment of Chemicals in Food Résumé (FRENCH SUMMARY) A joint publication

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Évaluation des risques sanitaires

Évaluation des risques sanitaires Juin 2004 à avril 2007 Tome I Évaluation des risques sanitaires liés aux situations de dépassement des limites et références de qualité des eaux destinées à la consommation humaine Évaluation des risques

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Terminologie en matière d'analyse des dangers et des risques selon le Codex alimentarius

Terminologie en matière d'analyse des dangers et des risques selon le Codex alimentarius PB 05 - I 01 - REV 0 2005 30 Terminologie en matière d'analyse des dangers et des risques selon le Codex alimentarius Rédigé par: Le Comité scientifique et le Secrétariat scientifique de l AFSCA Pour le

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique Ahmed Meghzifene Chef de la Section Dosimétrie et Physique Médicale, Division de la Santé Humaine, Dept

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T.

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T. D039942/02 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 juillet 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : «Applied Multivariate Statistical

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Monitor LRD. Table des matières

Monitor LRD. Table des matières Folio :1/6 Table des matières 1.Installation du logiciel... 3 2.Utilisation du logiciel... 3 2.1.Description de la fenêtre de commande... 3 2.1.1.Réglage des paramètres de communication... 4 2.1.2.Boutons

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director Vos Responsabilités en Matière de Pharmacovigilance Notification Spontanée d'événements Indésirables Formation 2 Notification Spontanée d Événement Indésirable

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Stakeholder Feedback Form January 2013 Recirculation

Stakeholder Feedback Form January 2013 Recirculation 071 Stakeholder Feedback Fm January 2013 Recirculation A. How to Submit Your Comments 1. 2. 3. EMAIL: submissions@collegeofpsychotherapists.on.ca OR FAX: (416) 874-4079 OR MAIL: Consultations Transitional

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

ANALYSE DES 3 RISQUES ET AUTOCONTROLE EN PRODUCTION

ANALYSE DES 3 RISQUES ET AUTOCONTROLE EN PRODUCTION ANALYSE DES 3 RISQUES ET AUTOCONTROLE EN PRODUCTION A l exemple des autres manuels de formation produits par le programme PIP du COLEACP, le manuel 3 a été conçu et rédigé par la Cellule de Formation du

Plus en détail

Nouvelle approche de validation Novo Nordisk

Nouvelle approche de validation Novo Nordisk 44 ème Congrès International SFSTP 6 et 7 juin 2012 LA CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DE LA QUALITE PRODUIT Apports du «Quality by Design» et retours d expd expériences Nouvelle approche de validation

Plus en détail

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur un projet d arrêté relatif à l emploi de la taurine et de D-glucurono-gamma-lactone

Plus en détail

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Annabel MAISON Institut National de Recherche et de Sécurité Département Expertise et Conseil Technique Quelques

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Judge Group: P Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Student(s): Emma O'Shea Grade: 6

Judge Group: P Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Student(s): Emma O'Shea Grade: 6 Project No.1114 Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Level: Student(s): Emma O'Shea Grade: 6 This progect compares the results of compost, chemical fertilizer and normal earth

Plus en détail

FOURTH SESSION : "MRP & CRP"

FOURTH SESSION : MRP & CRP FOURTH SESSION : "MRP & CRP" Objectifs : Etre capable d analyser un plan directeur de fabrication (MPS). Pour cela il faut pouvoir : - exploser le plan en termes des différents composants, - Comprendre

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Demeter, nouvelle source d information sur la reprotoxicité des produits chimiques

Demeter, nouvelle source d information sur la reprotoxicité des produits chimiques Demeter, nouvelle source d information sur la reprotoxicité des produits chimiques D.Lafon ¹, D.Oberson-Geneste², A.Bijaoui ¹, D.Payan ¹ 1. INRS 2. Toxibio Un constat Données sur la toxicité sur le développement

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership:

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: Supporting policy dialogue on national health policies, strategies and plans and universal coverage Year 2 Report Jan. 2013 - - Dec. 2013 [Version

Plus en détail

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Société en commandite Gaz Métro CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Taux de la contribution au Fonds vert au 1 er janvier 2009 Description Volume Coûts Taux 10³m³ 000 $ /m³ (1) (2)

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Les nouveaux concepts de gestion de la qualité pharmaceutique ICH Q8, Q9 et Q10

Les nouveaux concepts de gestion de la qualité pharmaceutique ICH Q8, Q9 et Q10 Les nouveaux concepts de gestion de la qualité pharmaceutique ICH Q8, Q9 et Q10 Aspects théoriques des nouveaux concepts de gestion de la qualité ICH Q8 Q9 et Q10 : vers un référentiel universel Yves Roché

Plus en détail

Practice Direction. Class Proceedings

Practice Direction. Class Proceedings Effective Date: 2010/07/01 Number: PD - 5 Title: Practice Direction Class Proceedings Summary: This Practice Direction describes the procedure for requesting the assignment of a judge in a proceeding under

Plus en détail

Valeurs limites d exposition aux postes de travail en Suisse

Valeurs limites d exposition aux postes de travail en Suisse Version janvier 2013 Factsheet Valeurs limites d exposition aux postes de travail en Suisse Dr Michael Koller, Dr Claudia Pletscher, Dr Marcel Jost 1. Introduction Les valeurs limites d exposition servent

Plus en détail

Expanded Product Recall of Baxter Clinimix to include Four Additional Products/Lots due to Particulate Matter Found in the Solution:

Expanded Product Recall of Baxter Clinimix to include Four Additional Products/Lots due to Particulate Matter Found in the Solution: Notice to Hospitals Health Canada Endorsed Important Safety Information - Expanded Product Recall of Baxter Clinimix to Include Four additional Products/Lots May 29, 2014 Dear Chief of Medical Staff and

Plus en détail

SÉCURITÉ DES APPLICATIONS WEB LA SOLUTION D ANALYSE IDÉALE POUR LES APPLICATIONS WEB

SÉCURITÉ DES APPLICATIONS WEB LA SOLUTION D ANALYSE IDÉALE POUR LES APPLICATIONS WEB SWAT BROCHURE SÉCURITÉ DES APPLICATIONS WEB La sécurité des applications Web s est avérée être un énorme défi pour les entreprises ces dernières années, très peu de solutions appropriées étant disponibles

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

L ABC de l acquisition de petites entreprises

L ABC de l acquisition de petites entreprises L ABC de l acquisition de petites entreprises Bienvenue Séries d acquisition de petites entreprises Comment aborder le sujet. Comment vendre aux petites entreprises. Accroître la connaissance des produits

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS Introduction Ce supplément vous informe de l utilisation de la fonction USB qui a été installée sur votre table de mixage. Disponible avec 2 ports USB

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF

CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF ==> Download: CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF - Are you searching for Cest Pour Mieux Placer Mes Books? Now, you will be happy that at this

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

Métabolisme interspécifique et applications

Métabolisme interspécifique et applications Métabolisme interspécifique et applications 2 Sommaire a. A l échelle du système b. A l échelle enzymatique c. Variations à l échelle de la race / de l individu II. Et en pratique 1 3 Introduction Définition

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013 Dossier / File P128500 - Document DE/1 - Page 1/6 Ce rapport constitue une extension du rapport de classement n M091439-DE/4 This report is an extension of the classification report n M091439-DE/4 CLASSEMENT

Plus en détail

Présentation d EUPATI

Présentation d EUPATI The project is supported by the Innovative Medicines Initiative Joint Undertaking under grant agreement n 115334, resources of which are composed of financial contribution from the European Union's Seventh

Plus en détail

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics 3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics Résumé-Abstracts Organization: Ghislain Léveillé Co-organization:

Plus en détail

CONCLUSION. 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg

CONCLUSION. 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg CONCLUSION 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg REACH ET CLP Informations complémentaires (1/5) European chemicals agency : http://echa.europa.eu/ Guide d application : http://guidance.echa.europa.eu/

Plus en détail

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi

La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi La méthode de régression par discontinuité et l évaluation des politiques de l emploi Thomas Lemieux University of British Columbia Le 24 novembre 2009 Plan de la présentation La méthode de régression

Plus en détail

La Gestion des Données Cliniques

La Gestion des Données Cliniques La Gestion des Données Cliniques Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge.ch Centre de Recherche Clinique HUG http://crc.hug-ge.ch/ La gestion des données clinique Le gestion des données au sein

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD TURFI BOURSE L objectif de cet ouvrage est de vous présenter comment analyser une courbe de réussite sur une sélection. Nous verrons les configurations types, les tendances et leur rupture, nous ferons

Plus en détail

CLAUSES TYPES en génie-conseil

CLAUSES TYPES en génie-conseil CLAUSES TYPES en génie-conseil 1. LIMITATION DE RESPONSABILITE... 2 2. PROPRIÉTÉ ET UTILISATION DES DOCUMENTS, BREVETS ET MARQUES DE COMMERCE... 3 2.1 OWNERSHIP AND USE OF DOCUMENTS, PATENTS AND TRADEMARKS...

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? Regard critique sur nos filières de formation Symposium GSASA, Berne, 12 mai 2009 André Pannatier 1 PLAN 1. Les filières de formation de base et postdiplôme

Plus en détail

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design»

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» CONFERENCE PALISADE Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» 1 SIGMA PLUS Logiciels, Formations et Etudes Statistiques

Plus en détail

L évaluation des technologies innovantes: Pour la pérennité d un système de santé ouvert aux changements

L évaluation des technologies innovantes: Pour la pérennité d un système de santé ouvert aux changements Montréal, le 5 juin 2014 Sommet sur les soins de santé personnalisés Reiner Banken M.D. M.Sc. Conseiller du PDG alliances et réseaux INESSS reiner.banken@inesss.qc.ca L évaluation des technologies innovantes:

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

To know before to be connected... 2 FTP2SMS... 3 1.1 XML format to send... 3 1.2 File level 1 ( ftp2sms.mt)... 4 1.3 Ack response XML ( ftp2sms.

To know before to be connected... 2 FTP2SMS... 3 1.1 XML format to send... 3 1.2 File level 1 ( ftp2sms.mt)... 4 1.3 Ack response XML ( ftp2sms. FTP2SMS FTP2SMS Content To know before to be connected... 2 FTP2SMS... 3 1.1 XML format to send... 3 1.2 File level 1 ( ftp2sms.mt)... 4 1.3 Ack response XML ( ftp2sms.dc)... 5 1 TO KNOW BEFORE TO BE CONNECTED

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques «Re-analysis is a powerful tool in the review of important studies, and should be supported with data made available by

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail