Inférence d un réseau bayésien augmenté visant à confronter :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Inférence d un réseau bayésien augmenté visant à confronter :"

Transcription

1 Inférence d un réseau bayésien augmenté visant à confronter : un modèle complexe d analyse quantitative du risque microbiologique des données de vieillissement Clémence RIGAUX (1) En collaboration avec Sophie Ancelet (1)(2), Frédéric Carlin (3), Christophe Nguyen-Thé (3), Isabelle Albert (1) (1) Unité INRA Paris (2) Laboratoire LEPID, IRSN (3) Unité SQPOV, INRA Avignon Rochebrune, 3 avril

2 Contexte : l analyse du risque microbiologique dans les aliments : les toxi-infections Escherichia coli Germes de blé 2

3 Contexte : l analyse du risque microbiologique dans les aliments Construction de modèles quantitatifs d évaluation du risque (modèles QMRA): prédire le comportement de bactéries pathogènes le long d une chaîne de transformation des aliments calcul du risque de toxi-infection rendre compte des diverses situations par la prise en compte stochastique des sources de variabilité et d incertitudes 3

4 Sommaire 1) But du travail 2) Présentation du modèle de risque microbiologique et des données 3) Mise en place de la méthode 4) Résultats 4

5 Sommaire 1) But du travail 2) Présentation du modèle de risque microbiologique et des données 3) Mise en place de la méthode 4) Résultats 5

6 Cas d étude : Bacillus cereus dans une chaine de fabrication de purée de courgettes Article de Afchain et al., 2008 : analyse du risque par la méthode de simulation de Monte Carlo (1 er ordre) Méthode d approche alternative proposée ici : inférence bayésienne en utilisant un modèle de 2 nd ordre basé sur le modèle d Afchain et al.,

7 But et principe de l inférence bayésienne But : utiliser l information issue de données de contamination dans les paquets de courgettes pour améliorer le modèle Lois a priori sur les paramètres θ du modèle (informatives!!) Données observées de contamination en B.cereus X dans des paquets de courgettes après des tests de vieillissement Inférence bayésienne Lois a posteriori [θ X] sur les paramètres du modèle Calcul de la loi a posteriori par le théorème de Bayes : [ X ] [ ][ X ] [ X ] 7

8 Sommaire 1) But du travail 2) Présentation du modèle de risque microbiologique et des données 3) Mise en place de la méthode 4) Résultats 8

9 La bactérie pathogène Bacillus cereus 3 ème cause en 2008 de toxi-infections alimentaires collectives en France : intoxications émétiques (vomissements) et/ou symptômes diarrhéiques Produit des spores thermorésistantes 7 groupes génétiques + ou - thermorésistants 9

10 Chaîne de fabrication «purée de courgette» Batch de légumes Cuisson Ingrédients Mélange Mixage Partitionnement Intervalle de temps Batch industriel : 300kg de légumes + rajout de 44kg d ingrédients Partitionnement d un batch en 860 paquets de 400g Pasteurisation Conservation au froid en usine Transport réfrigéré Conservation au froid en magasin Transport chez le consommateur Modèle de la «fourche à la fourchette» Conservation dans un réfrigérateur domestique 10

11 Chaîne de fabrication et processus biologiques impactant la contamination en B.cereus Batch de légumes crus Ingrédients Cuisson Mélange Mixage Source de contamination (6 groupes) Inactivation des spores Partitionnement en 860 paquets Intervalle de temps Pasteurisation Conservation au froid en usine Transport réfrigéré Germination des spores Elimination totale des cellules végétatives et inactivation des spores Germination des spores et croissance des cellules végétatives Conservation au froid en magasin Transport chez le consommateur Croissance des cellules végétatives Conservation dans un réfrigérateur domestique 11

12 Modèle d évolution de la concentration en B.cereus le long de la chaine alimentaire : Modèle complexe comprenant 132 variables : 66 inputs 60 variables intermédiaires 6 outputs Approche modulaire (Nauta, 2002) : Un modèle global formé de sous-modèles conditionnellement indépendants 12

13 Sous-modèles d inactivation thermique : Modèle primaire : dit de Weibull (Mafart et al., 2002) : - t est la durée (min) du processus thermique à température constante T - est la concentration (en CFU/g) en bactérie du groupe génétique s au temps t - est la concentration initiale (en CFU/g) en bactérie du groupe s - est le paramètre de forme du modèle pour le groupe s - est le temps en minutes au bout duquel on obtient une réduction décimale (division par 10) de la population bactérienne du groupe s à la température T Modèle secondaire : dit de Bigelow (Couvert et al., 2005) : - T est la température du produit (en C) - est la température de référence, fixée à 90 C - est le temps en minutes au bout duquel on obtient une réduction décimale de la bactérie du groupe s par une exposition à la température de référence - (en C) est l augmentation de température provoquant une réduction décimale en un temps 13

14 Sous-modèles de croissance bactérienne : Modèle primaire : logistique avec retard (Rosso et al., 1995) : t (en h) est la durée de l étape considérée à la température T (en CFU/g) est la concentration en bactérie du groupe s au temps t (en CFU/g) est la concentration initiale en bactérie du groupe s (en CFU/g) est la concentration maximale que la population bactérienne peut atteindre dans le produit est le paramètre de retard (ou latence). On prendra ici 0 comme valeur en l absence d informations disponibles. ( ) est le taux de croissance maximal des bactéries du groupe s. Modèle secondaire : modèle CTMI (Rosso et al., 1993) ( ) est le taux de croissance optimal dans le produit T( C) est la température à l intérieur du produit. ( C) est la température minimale de croissance pour le groupe s ( C) est la température optimale de croissance pour le groupe s ( C) est la température maximale de croissance pour le groupe 14

15 Les données de contamination en B.cereus Données : De contamination après vieillissement avec des censures à gauches (pour 95.5% des 6*64 concentrations) Paquets prélevés après pasteurisation et stockés à différents temps-températures Data (source) 14 packages coming from the same batch (INRA) 50 packages coming from different batchs (COMPANY) Product Time and temperature of storage Concentration in log CFU/g (detected genetic groups) 5 packages of 800g 21 days at 4 C < 1,7 4 packages of 800g 21 days at 10 C 5 packages of 800g 27 packages of 400g 23 packages of 400g 5 days at C 20 days at 4 C then 10 days at 8 C 10 days at 4 C then 20 days at 8 C 5,5 (VI) 3 (VI) 3,8 (II) 3,1 (II) 6 (IV) 7,2 (II and IV) 6,4 (IV) 6,3 (IV) 6,3 (IV) 3,7 (II) 2,7 (II) 3,7 (II) 5 (II) < 2 for the 23 other packages 5,2 (VI) 4,4 (VI) 4,7 (VI) 15 < 2 for the 20 other packages

16 Sommaire 1) But du travail 2) Présentation du modèle de risque microbiologique et des données 3) Mise en place de la méthode 4) Résultats 16

17 Rappel : simulation de Monte Carlo à 1 ou 2 dimensions Simulation de Monte Carlo à 1 dimension : Utilise un modèle du «1 er ordre» : les distributions sur les variables représentent de la variabilité et/ou de l incertitude Variabilité et incertitude non séparés dans la modélisation 17

18 Rappel : simulation de Monte Carlo à 1 ou 2 dimensions Simulation de Monte Carlo à 2 dimensions : Utilise un modèle du «2 nd ordre» : séparation de la modélisation de la variabilité et de l incertitude Exemple : 1 er ordre 2 nd ordre X N(5; 2) X N(m; s) m N(5;1.4) s LogN(20; 5) X Distribution de variabilité Distributions d incertitude m s X 18

19 Rappel : simulation de Monte Carlo à 1 ou 2 dimensions Propagation de la variabilité taille Nv Simulation de Monte Carlo à 2 dimensions : Propagation séparée des sources de variabilité et d incertitude sur les paramètres, et donc sur les résultats du modèle Propagation de l incertitude taille Nu Hyperparamètre m 5,1 6 4,5 5,2 Variable X 5,2 6,1 4 5,4 5,5 5,5 4,5 4,9 4,8 6,5 4,9 5,7 4,4 6,8 3,9 6 19

20 Préalable à la mise en place de l inférence bayésienne Modèle AQR B.cereus initial du «premier ordre» Pour faire correctement l inférence bayésienne : importance de distinguer la notion de variabilité et d incertitude par des niveaux hiérarchiques dans la modélisation en particulier dans notre cas d étude : l utilisation d un modèle du 2 nd ordre va permettre de tenir compte dans la modélisation des sources de variabilité entre les 64 paquets provenant de 51 différents batchs, lors de l inférence bayésienne construction d un modèle AQR du «second ordre» 20

21 Le modèle de 1er ordre représenté par un réseau bayésien (DAG) Genetic group s =II,,VII I C is Resistance parameters is p is zi C t eq, i C C is ( t, T) B i B C is M C is Milk C is Starch C is Growth parameters min T is opt T is max T is opt,i N max,i PAR TI T i TI PAST t eq, i PAST CS RT RS HT HS Package j =1,,860 ( t, T ) CS ij ( t, T ) RT ij ( t, T ) ( t, T ) (t,t) CS (t,t) RT (t,t) RS (t,t) HT RS ij HT ij ( t, T ) HS ij 21 Batch i =1,,I

22 Construction du modèle du 2 nd ordre A l aide des avis d experts des microbiologistes : 1) On suppose que la distribution initiale des inputs représente soit de l incertitude, soit de la variabilité 2) Pour les inputs dont la distribution représente de l incertitude : on les garde tels-quels 3) Pour les inputs dont la distribution représente de la variabilité : on suppose que les paramètres de la distribution sont soit bien connus, soit incertains 4) Pour les inputs variables dont les paramètres sont supposés incertains : rajout d une distribution d incertitude sur les hyper-paramètres 5) Pour les inputs variables dont les paramètres sont supposés bien connus : on les garde tels-quels (distribution d incertitude sur les hyper-paramètres = Dirac)

23 Construction du modèle du 2 nd ordre Exemple de construction de distributions pour les inputs variables avec paramètres incertains : Contrainte : garder une interprétation biologique Variable X Distribution in the first order model (1)(a) Distributions in the second order model Variability distribution Uncertainty distribution T min opt max is, Tis, Tis I Milk C is, Cis, C, is p is C t eq, i PAS t eq, i Starch is X ~ N(m, s) X ~ N(μ, s 2) μ ~ N(m, s 1) 2 s 2 = s 2 2 /2 s 1 = s 2 /2 X ~ BP(n,ml,x) X ~ BP(n,o,x) o ~ BP((n+ml)/2,ml,(ml+x)/2) X ~ 20 + Exp(1/m) X ~ 20 + Exp(1/μ ) μ ~ N(m, s) X ~ Exp(1/m) X ~ Exp(1/μ ) s = m/4 Variables : représentées par des lettres en gras 23

24 Le modèle du 2 nd ordre représenté par un DAG I o s Milk o s Starch o s z o s p o s opt Nmax Genetic group s =II,,VII C teq I C is is p is Growth microbiological variables C t eq, i ( t, T) B i C C is B C is Thermoresistant microbiological variables min T is opt T is max T is T min s Topt s T max s M C is Milk C is Starch C is PAR PAS teq TI T i TI PAST t eq, i PAST CS RT RS HT HS Batch i =1,,I Package j =1,,J ( t, T ) CS ij ( t, T ) RT ij ( t, T ) RS ij ( t, T ) HT ij ( t, T ) HS ij 24

25 Mise en place de l inférence bayésienne «Augmentation du modèle» Simulation de 64 paquets dans les mêmes conditions de vieillissement que les données, issus de 51 batchs différents Batch n 1 Batch n 2, 3, ou packages Pasteurisation Pasteurisation 1 package per batch Storage at 4, 10 or C Storage at 4 C Measure of B.cereus concentration INRA data Home cold storage Home cold storage Storage at 8 C Measure of B.cereus concentration Company data

26 Mise en place de l inférence bayésienne Modèle d observation des données [ X ] : Raccordement des données de concentrations en B.cereus (en log 10 ufc/g) aux concentrations simulées via une loi normale censurée : C obs ijs ~ N( C A ijs 2, ) C(; ) j Données Prédictions Censure (uniquement pour les données censurées) Prior large sur σ (log 10 ufc/g): ~ Unif (0,10) i : batch j : paquet s : groupe génétique obs α j = LoD ou log( C jtotal /10)

27 Le réseau bayésien augmenté : raccrochement des données de contamination I o s Milk o s Starch o s z o s p o s σ opt Nmax Genetic group s =II,,VII I C is is p is Growth variables C teq C t eq, i ( t, T) B i C C is B C is Resistance variables min T is opt T is max T is T min s Topt s T max s M C is Milk C is Starch C is PAR ijs obs TI T i TI A PAS teq PAST t eq, i PAST CS RT RS HT HS Batch i =1,,51 ( t, T) Package j =1,..,14 or j=1 A ij ( t, T ) CS ij ( t, T ) RT ij ( t, T ) RS ij ( t, T ) HT ij ( t, T ) HS ij 27

28 Calcul des lois a posteriori Méthode de calcul par simulation : méthode MCMC (Markov Chain Monte Carlo): construction de chaînes de Markov convergeant vers la loi a posteriori Logiciel Jags Simulation de 2 chaînes de Markov indépendantes, période de chauffe de 1 million d itérations, puis itérations avec un pas de 200 soit 4000 valeurs pour déterminer les distributions a posteriori de chaque paramètre Temps de calcul : 6.5 jours (!) 28

29 Calcul des concentrations en B.cereus dans la chaine alimentaire, a priori et a posteriori Concentrations obtenues par le modèle du 2 nd ordre en utilisant une méthode de simulation de Monte Carlo à 2 dimensions : soit avec les lois a priori sur les paramètres soit avec les lois posteriori sur les paramètres Nu=200 tirages dans la dimension incertitude, et Nv=200 tirages dans la dimension variabilité (ie 200 batchs différents par itérations) Seulement 10 paquets simulés par batch au lieu de 860 D où Nu.Nv= batchs simulés et 10.Nu.Nv= paquets simulés, avec 6 groupes génétiques à chaque fois Limitation en espace et en temps de calcul 29

30 Sommaire 1) But du travail 2) Présentation du modèle de risque microbiologique et des données 3) Mise en place de la méthode 4) Résultats 30

31 Convergence Convergence atteinte pour la majorité des paramètres mais lente pour 2 ou 3 : grosse autocorrélation Statistique de Gelman-Rubin : très proche de 1.00 pour tous les paramètres, sauf un paramètre : proche de 1.3 log 10 Nmax 31

32 Comparaison des lois a priori (--) et des lois a posteriori ( ) sur les principaux paramètres modifiés Environ 25% des paramètres principaux réellement mis à jour, en particulier : Concentration initiale la + vraisemblable, groupe VI I o VI Concentration maximale atteignable log N 10 max Temps équivalent de cuisson moyen C teq Paramètre de résistance thermique z Temps de réduction décimal le + vraisemblable, groupe VI o VI Erreur du modèle

33 Comparaison des prévalences en B.cereus a priori et a posteriori dans la chaine alimentaire Augmentation des prévalences après cuisson, et de la prévalence finale en groupes IV et VI Prior pre va le nce (%) Ge ne tic Group Initia l Afte r cooking Afte r mixing with ingre die nts a nd pa rtitioning Afte r pa ste uriza tion Afte r home cold stora ge II III IV V VI V II T ota l Poste rior pre va le nce (%) II III IV V VI V II T ota l

34 Comparaison des concentrations en B.cereus a priori et a posteriori dans la chaine alimentaire, dans les batchs/paquets contenant au moins 1 spore CI95% comparables, sauf en fin de chaine pour les groupes II à VI : Ge ne tic Group Initia l 95% pre dictive prior CI Afte r mixing with Afte r ingre die nts a nd Cooking pa rtitioning Afte r pa ste urisa tion Afte r home cold stora ge II [-1.7; 0.1] [-5.3; -0.9] [-2.6; -0.9] [-2.6; -1.0] [-2.4; 4.8] III [-4.1; -2.3] [-5.4; -2.8] [-2.6; -0.9] [-2.6; -0.9] [-2.5; -0.2] IV [-4.1; -2.3] [-5.4; -3.0] [-2.3; -0.3] [-2.5; -0.5] [-2.5; 0.1] V [-4.1; -2.3] [-5.4; -3.6] [-2.6; -2.3] [-2.6; -2.2] [-2.6; 3.1] VI [-1.7; 0.1] [-5.4; -2.2] [-2.6; -2.3] [-2.6; -2.3] [-2.6; 4.3] VII [-4.1; -2.3] [-5.4; -2.8] [-2.6; -2.3] [-2.4; -2.0] [-2.4; -2.0] T ota l [-1.1; 0.3] [-5.3; -1.0] [-1.9; -0.3] [-2.5; -0.4] [-2.5; 1.6] 95% pre dictive poste rior CI II [-1.7; 0.1] [-5.3; -1.0] [-2.6; -1.0] [-2.5; -1.0] [-2.3; 5.2] III [-4.1; -2.3] [-5.4; -2.8] [-2.6; -1.0] [-2.6; -1.0] [-2.5; -0.5] IV [-4.1; -2.3] [-5.4; -3.0] [-2.1; -0.2] [-2.5; -0.4] [-2.5; -0.2] V [-4.1; -2.3] [-5.4; -3.6] [-2.6; -2.3] [-2.6; -2.2] [-2.5; 1.8] VI [-1.6; 0.2] [-5.4; -2.0] [-2.6; -2.1] [-2.6; -2.1] [-2.5; 6.3] VII [-4.1; -2.3] [-5.4; -2.8] [-2.6; -2.3] [-2.4; -2.0] [-2.3; -2.0] T ota l [-1.0; 0.3] [-5.2; -1.1] [-1.9; -0.2] [-2.5; -0.4] [-2.5; 1.6] 34

35 Conclusion Inférence bayésienne sur un réseau QMRA : Technique puissante permettant de faire remonter l information apportée par les données le long de la chaîne de production : - Convergence lente à atteindre, car forte auto-corrélation +/- : Nécessité d utiliser un modèle du 2 ème ordre + Mise à jour et/ou réduction d incertitude sur certains paramètres + Cohérence des résultats avec les données, qui nous amènent à modifier certaines conclusions de l évaluation des risques dans la purée de courgettes + Eventuelle remise en question de certains aspects du modèle 35

36 Merci de votre attention! Quelques références : Afchain, A.L., Carlin, F., Nguyen-the, C., Albert, I., Improving quantitative exposure assessment by considering genetic diversity of B. cereus in cooked, pasteurised and chilled foods. International Journal of Food Microbiology, 128, Albert, I., Grenier, E., Denis, J.B., Rousseau, J., Quantitative Risk Assessment from Farm to Fork and Beyond: a global Bayesian Approach Concerning Food-Borne Diseases. Risk Analysis, 28, Delignette-Muller, M.L., Cornu, M., Pouillot, R., Denis, J.B., Use of Bayesian modelling in risk assessment: application to growth of Listeria monocytogenes and food flora in cold-smoked salmon. International Journal of Food Microbiology,106,

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

22/12/11. Plan de la présentation

22/12/11. Plan de la présentation http://www.dda.ulg.ac.be L appréciation quantitative du risque microbiologique et la microbiologie prévisionnelle pour les entreprises. La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation

Plus en détail

L. monocytogenes. dans les produits réfrigérés

L. monocytogenes. dans les produits réfrigérés Novembre 2006 Construction d une démarche interdisciplinaire de description du processus sanitaire modulant l exposition au danger L. monocytogenes dans les produits réfrigérés RAPPORT DE RECHERCHE Construction

Plus en détail

Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques. Historique. Niveaux de modélisation

Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques. Historique. Niveaux de modélisation Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques Objectifs de la microbiologie prévisionnelle micro-organisme pathogène ou d altération produit

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7. ARC EPS Eco-microbiologie Prévisionnelle Statistique

Sommaire Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7. ARC EPS Eco-microbiologie Prévisionnelle Statistique ARC EPS Eco-microbiologie Prévisionnelle Statistique 1 Objectifs de l ARC EPS 2 Partenaires 3 Moyens 4 Problématique Microbiologique 5 Démarche et Résultats 6 Perspectives 7 Valorisation LES OBJECTIFS

Plus en détail

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION QUAND LE GESTIONNAIRE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE A-T-IL BESOIN D UTILISER UNE APPROCHE ANALYSE DE RISQUE? En concertation avec le groupe de

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Mots-clés : appréciation des risques, microbiologie prévisionnelle, Listeria monocytogenes.

Mots-clés : appréciation des risques, microbiologie prévisionnelle, Listeria monocytogenes. Intérêt de la microbiologie prévisionnelle dans l appréciation de l'exposition alimentaire à Listeria monocytogenes. Significance of predictive microbiology for the assessment of the exposure of food to

Plus en détail

Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie quantitative des aliments

Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie quantitative des aliments Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie quantitative des aliments Marie Cornu To cite this version: Marie Cornu. Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie

Plus en détail

Doctorat ParisTech T H È S E. L Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (AgroParisTech)

Doctorat ParisTech T H È S E. L Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (AgroParisTech) Doctorat ParisTech T H È S E pour obtenir le grade de docteur délivré par L Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (AgroParisTech) Spécialité : Biostatistique présentée et

Plus en détail

Les modèles de croissance en microbiologie prévisionnelle pour la maitrise de la sécurité des aliments (synthèse bibliographique)

Les modèles de croissance en microbiologie prévisionnelle pour la maitrise de la sécurité des aliments (synthèse bibliographique) B A S E Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2012 16(3), 369-381 Le Point sur : Les modèles de croissance en microbiologie prévisionnelle pour la maitrise de la sécurité des aliments (synthèse bibliographique)

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE

QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE ELLOUZE M IFIP, 7, Avenue du Général de Gaulle 94704 Maisons-Alfort. Présentation et historique La microbiologie prévisionnelle est

Plus en détail

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Logo CERVIA Parce que l enjeu alimentaire est plus que jamais un défi pour demain, le CERVIA PARIS Ilede-France,

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

MCMC et approximations en champ moyen pour les modèles de Markov

MCMC et approximations en champ moyen pour les modèles de Markov MCMC et approximations en champ moyen pour les modèles de Markov Gersende FORT LTCI CNRS - TELECOM ParisTech En collaboration avec Florence FORBES (Projet MISTIS, INRIA Rhône-Alpes). Basé sur l article:

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES Etablissement Public Local d Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Lyon Saint-Genis Laval 4, chemin des Grabelières 69230 Saint-Genis Laval 04.78.56.75.75

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels collection Méthodes stochastiques appliquées dirigée par Nikolaos Limnios et Jacques Janssen La sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques est aujourd hui un enjeu économique et sociétal majeur.

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois LE CONTEXTE SOMMAIRE Le 19 août 2008, le ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos Avant-propos Les Cahiers Sécurité des Aliments du Centre d Information des Viandes (CIV) ont pour objet de rendre plus facilement accessible l ensemble des données techniques, réglementaires et scientifiques

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

Critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires Lignes directrices pour l interprétation

Critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires Lignes directrices pour l interprétation GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG MINISTÈRE DE LA SANTÉ DIRECTION DE LA SANTE SERVICE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires Lignes directrices pour l interprétation

Plus en détail

L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires. Guide d application de la réglementation

L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires. Guide d application de la réglementation L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires Guide d application de la réglementation Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement Direction

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

Raisonnement probabiliste

Raisonnement probabiliste Plan Raisonnement probabiliste IFT-17587 Concepts avancés pour systèmes intelligents Luc Lamontagne Réseaux bayésiens Inférence dans les réseaux bayésiens Inférence exacte Inférence approximative 1 2 Contexte

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Méthodes de Simulation

Méthodes de Simulation Méthodes de Simulation JEAN-YVES TOURNERET Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT) ENSEEIHT, Toulouse, France Peyresq06 p. 1/41 Remerciements Christian Robert : pour ses excellents transparents

Plus en détail

Principales caractéristiques de Mixmod

Principales caractéristiques de Mixmod Modèle de mélanges Principales caractéristiques de Mixmod Gérard Govaert et Gilles Celeux 24 octobre 2006 1 Plan Le modèledemélange Utilisations du modèle de mélange Les algorithmes de Mixmod Modèle de

Plus en détail

Résumé des communications des Intervenants

Résumé des communications des Intervenants Enseignements de la 1ere semaine (du 01 au 07 décembre 2014) I. Titre du cours : Introduction au calcul stochastique pour la finance Intervenante : Prof. M hamed EDDAHBI Dans le calcul différentiel dit

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses...

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses... FEVRIER 2015 Qualité des produits alimentaires Prélèvements, demande d analyse... 2 Analyses bactériologiques... 2 Analyses chimiques... 5 Analyses combinées... 6 Analyses diverses... 11 Autres prestations...

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

APPORT DES RESEAUX BAYESIENS DANS LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE

APPORT DES RESEAUX BAYESIENS DANS LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE SûretéGlobale.Org La Guitonnière 49770 La Meignanne Téléphone : +33 241 777 886 Télécopie : +33 241 200 987 Portable : +33 6 83 01 01 80 Adresse de messagerie : c.courtois@sureteglobale.org APPORT DES

Plus en détail

Avancées récentes Les méta-analyses multi-traitements

Avancées récentes Les méta-analyses multi-traitements Tirer parti de toute l information en économie de la santé : Introduction aux outils statistiques bayésiens. Avancées récentes Les méta-analyses multi-traitements Séminaire JEM SFES : Paris, 26 janvier

Plus en détail

1 Design-based and model-based methods for estimating model parameters

1 Design-based and model-based methods for estimating model parameters Groupe de lecture Econométrie des données d'enquête Compte-rendu de la troisième réunion, 19 janvier 2015 La modélisation en théorie des sondages Suivi par Marine Guillerm et Ronan Le Saout Cette troisième

Plus en détail

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire VÉRONIQUE ZULIANI ET PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Avec l aimable autorisation de la revue "Salles

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Développement d'une méthodologie pour l appréciation quantitative des risques appliquée à Salmonella dans la viande de porc en Belgique

Développement d'une méthodologie pour l appréciation quantitative des risques appliquée à Salmonella dans la viande de porc en Belgique ACADEMIE UNIVERSITAIRE WALLONIE-EUROPE UNIVERSITE DE LIEGE FACULTE DE MEDECINE VETERINAIRE DEPARTEMENT DES SCIENCES DES DENREES ALIMENTAIRES SERVICE DE MICROBIOLOGIE Développement d'une méthodologie pour

Plus en détail

ÉVALUATION DES RISQUES SANITAIRES D ORIGINE HYDRIQUE À L AIDE DE MODÈLES D ÉVALUATION QUANTITATIVE DU RISQUE

ÉVALUATION DES RISQUES SANITAIRES D ORIGINE HYDRIQUE À L AIDE DE MODÈLES D ÉVALUATION QUANTITATIVE DU RISQUE ÉVALUATION DES RISQUES SANITAIRES D ORIGINE HYDRIQUE À L AIDE DE MODÈLES D ÉVALUATION QUANTITATIVE DU RISQUE PIERRE PAYMENT, CENTRE INRS-INSTITUT ARMAND-FRAPPIER Réseau canadien de l eau ÉVALUATION DES

Plus en détail

La cuisson sous-vide basse température ou juste température

La cuisson sous-vide basse température ou juste température Vincent Demester Hélène Vacher Novembre 2011 La cuisson sous-vide basse température ou juste température Les objectifs : Faire comprendre les phénomènes biochimiques et microbiologiques en apprenant à

Plus en détail

La microbiologie alimentaire a-t-elle un avenir dans le contexte réglementaire et technique actuel de la restauration collective?

La microbiologie alimentaire a-t-elle un avenir dans le contexte réglementaire et technique actuel de la restauration collective? Article original La microbiologie alimentaire a-t-elle un avenir dans le contexte réglementaire et technique actuel de la restauration collective? G. Bornert a, A. Bensebaa b, O. Koehle c, L. Boukbir d

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa jean-paul.laurent@univ-lyon1.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De la la mesure à l analyse des risques! Intégrer

Plus en détail

QUANTIFICATION DU RISQUE

QUANTIFICATION DU RISQUE QUANTIFICATION DU RISQUE Journées d études de Deauville, le 16 septembre 2011 OPÉRATIONNEL 1.Solvabilité 2 et le Risque Opérationnel 2.La gestion du Risque Opérationnel 3.Les méthodes de quantification

Plus en détail

Paquet hygiène en restauration

Paquet hygiène en restauration Paquet hygiène en restauration Échange de pratiques pour faciliter l application de la réglementation 30 janvier 2012 DDCSPP 87 1 Olivier TRARIEUX Technicien du Ministère de l Agriculture de l Alimentation,

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

Hygiène et capacité de charge

Hygiène et capacité de charge Hygiène et capacité de charge Plastique ou bois? Malgré un prix d acquisition plus élevé, les palettes plastiques offrent des avantages décisifs sur les palettes en bois. Il n existe aucune alternative

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Institute for Thermal Processing Specialists NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Différents symboles ont été employés pour représenter les variables mesurées et dérivées qui sont utilisées

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ALIMENTS RÉFRIGÈRES CONDITIONNES DE DURÉE DE CONSERVATION PROLONGÉE CAC/RCP 46-1999

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ALIMENTS RÉFRIGÈRES CONDITIONNES DE DURÉE DE CONSERVATION PROLONGÉE CAC/RCP 46-1999 CAC/RCP 46 Page 1 of 22 CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ALIMENTS RÉFRIGÈRES CONDITIONNES DE DURÉE DE CONSERVATION PROLONGÉE CAC/RCP 46-1999 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...2 1. OBJECTIFS...2

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 14 février 2014 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «un guide de bonnes pratiques d hygiène

Plus en détail

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE Présenté par: Marco Girouard, ing. CIDES 1 AVIS Les informations contenues dans ce document Les

Plus en détail

Une méthode de classification supervisée sans paramètre pour l apprentissage sur les grandes bases de données

Une méthode de classification supervisée sans paramètre pour l apprentissage sur les grandes bases de données Une méthode de classification supervisée sans paramètre pour l apprentissage sur les grandes bases de données Marc Boullé Orange Labs 2 avenue Pierre Marzin 22300 Lannion marc.boulle@orange-ftgroup.com,

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG)

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) SURVEILLANCE Analyser une situation et fournir des indicateurs! Détection de symptômes!

Plus en détail

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes CHAPITRE 5 Stratégies Mixtes Un des problèmes inhérents au concept d équilibre de Nash en stratégies pures est que pour certains jeux, de tels équilibres n existent pas. P.ex.le jeu de Pierre, Papier,

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

L analyse métagénomique ciblée au service de la microbiologie des aliments : applications concrètes

L analyse métagénomique ciblée au service de la microbiologie des aliments : applications concrètes L analyse métagénomique ciblée au service de la microbiologie des aliments : applications concrètes Bernard Taminiau, Carine Nezer, Laurent Delhalle, Ysabelle Adolphe, Pedro Imazaki, Amélie Darcis, Antoine

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

PLAN DE PARTENARIAT 2014-2015

PLAN DE PARTENARIAT 2014-2015 PLAN DE PARTENARIAT 2014-2015 LA FONDATION INITIA Fondée en 1992 sous le nom de Fondation des Gouverneurs, la Fondation Initia est un OSBL qui a comme mission d aider les entreprises en agroalimentaire

Plus en détail

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Guillem Candille, janvier 2006 Système de Prévision d Ensemble (EPS) (ECMWF Newsletter 90, 2001) Plan 1 Critères de validation probabiliste

Plus en détail

Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS

Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : La sécurité alimentaire est une priorité de santé publique

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results Soraya Amarouche Armelle Picau Olivier Pierson Raphaël Deal Laboratoire National de Métrologie

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

DOSSIER D INVITATION

DOSSIER D INVITATION 11 ème Convention d Affaires Sécurité des Aliments Hygiène & Traçabilité www.securfood.com 13 & 14 Octobre 2015 à Avignon DOSSIER D INVITATION Remplissez ce dossier soigneusement. Ces données serviront

Plus en détail

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique?

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique? Objectifs Calcul scientifique Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr (CERMICS, Ecole des Ponts ParisTech) Le Calcul scientifique permet par la simulation numérique de prédire, optimiser, contrôler... le comportement

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs

Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs Edition 2011 ISBN : 978-2-11-076672-4 ISSN : 0767-4538 AVIS AUX PROFESSIONNELS DE L ALIMENTATION

Plus en détail

1 La formule de Black et Scholes en t discret

1 La formule de Black et Scholes en t discret Université de Provence Préparation Agrégation Epreuve de Modélisation, Option Proba. Texte : La formule de Black Scholes en Finance Étienne Pardoux 1 La formule de Black et Scholes en t discret On suppose

Plus en détail