Notes d orientation pour l évaluation des sources de risque et de vulnérabilité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notes d orientation pour l évaluation des sources de risque et de vulnérabilité"

Transcription

1 No Série de Documents de Discussion sur la Protection Sociale Notes d orientation pour l évaluation des sources de risque et de vulnérabilité Karin Heitzmann R. Sudharshan Canagarajah Paul B. Siegel Juin 2002 Unité de la Protection Sociale Réseau du Développement Humain La Banque Mondiale Les Documents de Discussion sur la Protection Sociale ne sont pas des publications formelles de la Banque Mondiale. Ils présentent des résultats préliminaires qui sont distribués pour encourager la discussion et susciter des commentaires; la citation et l'utilisation d'un tel document devraient tenir compte de son caractère temporaire. Les résultats, les interprétations, et les conclusions exprimés dans ce document sont entièrement ceux de ou des auteurs et ne devraient en aucun cas être attribués à la Banque Mondiale, à ses organismes affiliés ou aux membres de son Conseil de Directeurs Exécutifs ou des pays qu'ils représentent. Pour obtenir des copies gratuites de ce document, veuillez contacter le Service Consultatif de la Protection Sociale, Banque Mondiale, 1818 H Street, N.W., Washington, D.C Etats-Unis. Téléphone: (202) , Fax: (202) , Ou visitez le site internet sur le thème de la Protection Sociale à

2 DOCUMENT DE DISCUSSION DE LA PROTECTION SOCIALE 0218 Unité de la Protection Sociale, Réseau du Développement Humain Banque mondiale Juin 2002 Notes d orientation pour l évaluation des sources de risque et de vulnérabilité par Karin Heitzmann Professeur Assistante, Département de politique sociale, Université d Economie et d administration d entreprise de Vienne, Autriche R. Sudharshan Canagarajah Economiste Senior, Réseau de gestion économique et de réduction de la pauvreté, Banque mondiale, Kampala, Ouganda Paul B. Siegel Consultant, Unité de protection sociale, Réseau du développement humain, Banque mondiale, Washington D.C. Etats- Unis, La gestion du risque social (Social Risk Management, SRM)) est une nouvelle manière d envisager la pauvreté, le risque et la gestion du risque qui a été récemment présentée dans le Document de Stratégie de Protection Sociale de la Banque mondiale. La perspective de SRM traite la façon dont les ménages vulnérables peuvent être aidés à mieux gérer les risques et à devenir moins susceptibles à des pertes de bien-être potentiellement dommageables. Ce document propose quelques orientations et notions de base pour organiser les idées et les informations pertinentes aux évaluations de risque et de vulnérabilité. Plusieurs modèles sont proposés en annexe, ainsi qu une liste des rapports que la Banque mondiale a produits et est en train de produire qui examinent le risque et la vulnérabilité.

3 RÉSUMÉ Dans de nombreux pays en voie de développement, de profonds changements économiques, politiques et sociaux se sont produits pendant les années 90. Ces changements concernent la décentralisation, la privatisation et la libéralisation politique et des marchés, les transformations technologiques et la globalisation, la restructuration économique et sociale. De plus, beaucoup de pays en voie de développement ont subi de sérieux chocs économiques et naturels. Ces changements et ces chocs ont mis l accent sur les dispositifs sociaux qui servaient traditionnellement de filets de sécurité informels. En même temps, les contraintes fiscales ont eu tendance à entraîner des réductions des dépenses publiques consacrées aux services sociaux et aux programmes formels de filets sociaux de sécurité. Etant donné les risques accrus et la capacité réduite de gérer les risques, de nombreux ménages pauvres expriment une préoccupation accrue quant à leur vulnérabilité perçue comme l ont montré les évaluations participatives entreprises pour les Voix des pauvres. Le dernier Rapport sur le Développement mondial (RDM) 2000/1 met en évidence l interface entre la responsabilisation, la sécurité, les opportunités et la pauvreté. Cette approche concernant la réflexion sur la pauvreté place les notions du risque et de sa gestion au centre du dialogue politique. En même temps, l emploi du terme vulnérabilité a proliféré. Ce terme renvoie aux relations qui existent entre la pauvreté, le risque et les tentatives pour gérer le risque. La Gestion du risque social (SRM) est une nouvelle façon de considérer la pauvreté, le risque et la gestion du risque, qui a été récemment présentée dans le Document de Stratégie de Protection sociale de la Banque mondiale. La perspective de SRM traite de la façon dont les ménages vulnérables peuvent être aidés à mieux gérer les risques et à devenir moins susceptibles à des pertes de bien-être potentiellement dommageables. Bien qu il y ait un large consensus général sur les principes généraux liés à la vulnérabilité, les analystes de différentes disciplines ont tendance à employer différentes notions et significations de la vulnérabilité, ce qui a conduit à son tour à diverses méthodes pour définir et mesurer le risque et la vulnérabilité. La Banque mondiale progresse dans l élaboration de définitions conceptuelles et opérationnelles de la vulnérabilité. Cependant, le but de ce document n est pas d arriver à quelque nouveau consensus sur la signification et la mesure de la vulnérabilité, ou de proposer de nouvelles approches analytiques. L objectif de ce document est plutôt de fournir quelques notions fondamentales et des notes d orientation afin d organiser des idées et des informations pertinentes pour les évaluations de risque et de vulnérabilité. Plusieurs modèles sont fournis en annexe, ainsi qu une liste de rapports achevés et en cours de la Banque mondiale qui étudient le risque et la vulnérabilité. Ce document devrait être considéré comme un travail en cours qui évoluera en même temps que la réflexion et les applications sur le risque et la vulnérabilité évoluent. Nous espérons que ce document stimulera la réflexion et les discussions sur le risque et la vulnérabilité, et aidera à faire avancer la formulation de définitions et de mesures qui peuvent être utiles à l analyse politique et par conséquent à la conception, au contrôle et à l évaluation de politique. Les auteurs souhaitent remercier les personnes suivantes pour leur aide à la préparation de ce document : Robert Holzmann, John Blomquist et Emil Tesliuc de l Unité de Protection Sociale. En outre, tous nos remerciements pour leurs remarques et suggestions précieuses à nos collègues Aline Coudouel, Maurizia Tovo, Laura Rawlings (Banque mondiale) et Catherine Porter (DFID), et Kalanidi Subbarao (Banque mondiale) et Jeff Alwang (Virginia Tech). Et merci à Kimberly Zellars qui a collationné la version finale. 1

4 Table des matières RÉSUMÉ...1 INTRODUCTION...3 Contexte...3 Objectif du document...4 Organisation du document LE CADRE THEORIQUE : LES SOURCES DE VULNERABILITE RISQUE ET EXPOSITION AU RISQUE REALISATION DU RISQUE GESTION DU RISQUE Gestion du risque à priori Gestion du risque à posteriori Les acteurs de la gestion du risque : niveaux de formalités et d intervention RESULTATS NOTES D ORIENTATION POUR L EVALUATION DES SOURCES DE VULNERABILITE UN APERÇU DU BIEN-ETRE DES MENAGES : IDENTIFIER LES GROUPES SOCIO-ECONOMIQUES DEFAVORISES DANS UN PAYS Information sur les actifs des ménages Information sur les indicateurs de bien-être L EVALUATION DU RISQUE Identifier et catégoriser les risques Exposition aux risques Corrélation des risques : événements idiosyncratiques versus covariants Fréquence et timing des risques: événements répétés versus isolés Sévérité des chocs : chocs catastrophiques versus chocs non-catastrophiques L EVALUATION DE LA GESTION DU RISQUE Disponibilité des instruments de gestion du risque Accès aux instruments de gestion du risque et leur utilisation par les groupes socio-économiques EVALUATION DES SOURCES DE VULNERABILITE : ALLER DE L AVANT ECARTS ET DEFAUTS DES INSTRUMENTS EXISTANTS DE GESTION DU RISQUE HIERARCHISATION DES RISQUES ET /OU GROUPES SOCIO-ECONOMIQUES BIBLIOGRAPHIE...38 ANNEXE 1 : MODELES...41 ANNEXE 2 : EXEMPLES DE PAYS...54 ANNEXE 3 : TRAVAUX ACTUELS ET EN COURS SUR LES EVALUATIONS DE RISQUE ET DE VULNERABILITE A LA B ANQUE MONDIALE

5 INTRODUCTION Contexte Dans de nombreux pays en voie de développement, des changements économiques, politiques et sociaux profonds se sont produits pendant les années 90. Ces changements concernent la décentralisation, la privatisation et la libéralisation politique et des marchés, les transformations technologiques et la globalisation, la restructuration économique et sociale. De plus, beaucoup de pays en voie de développement ont subi de sérieux chocs économiques et naturels. Ces changements et ces chocs ont mis beaucoup de pression sur les dispositifs sociaux qui servaient traditionnellement de filets de sécurité informels. En même temps, les contraintes fiscales ont eu à tendance à entraîner des réductions des dépenses publiques consacrées aux services sociaux et aux programmes formels filets sociaux de sécurité. Etant donné les risques accrus et la capacité réduite à gérer les risques 1, de nombreux ménages pauvres expriment une préoccupation accrue quant à leur vulnérabilité perçue comme l ont montré les évaluations participatives entreprises pour les Voix des pauvres (Narayan, 2000). Le dernier Rapport sur le Développement mondial (RDM) 2000/1 met en lumière l interface entre la responsabilisation, la sécurité, les opportunités et la pauvreté. Cette approche concernant la réflexion sur la pauvreté place les notions du risque et de sa gestion au centre du dialogue politique. En même temps, l emploi du terme vulnérabilité a proliféré. Ce terme renvoie aux relations qui existent entre la pauvreté, le risque et les tentatives pour gérer le risque. La Gestion du risque social (SRM) est une nouvelle façon de considérer la pauvreté, le risque et la gestion du risque, qui a été récemment présentée dans le Document de Stratégie de Protection sociale de la Banque mondiale. La perspective de SRM traite la façon dont les ménages vulnérables peuvent être aidés à mieux gérer les risques et à devenir moins susceptibles à des pertes de bien-être potentiellement dommageables. Voici quelques-uns des principes généraux liés à la notion de vulnérabilité: (a) elle est dynamique et définie comme la probabilité d éprouver une perte dans le futur par rapport à Gestion du risque social (SRM) Holzmann et Jorgensen (1999) utilisent le terme gestion du risque social pour désigner la gestion sociale des risques la façon dont la société gère les risques (et non comment gérer les risques sociaux). La SRM comprend le large éventail de stratégies de gestion du risque réactive et proactive, formelle et informelle utilisées par les individus, les communautés, les nations et les communautés de nations, y compris les actions des secteurs public, privé et informel. Dans une perspective de SRM, la protection sociale répond au problème de la façon dont les ménages vulnérables peuvent être aidés à mieux gérer les risques et à devenir moins susceptibles à des pertes de bien-être dommageables/nuisibles?. 1 Dans les textes, certains auteurs indiquent des différences entre risque et incertitude, tandis que pour d autres ils sont interchangeables. Dans ce document, on suppose qu ils sont interchangeables, et que les risques sont des événements incertains qui peuvent mener à des pertes de bien-être. Quand un risque se matérialise, il peut devenir un choc, et ainsi un choc réfère à un risque qui cause un effet négatif sur le bien-être significatif (par exemple, une perte de revenu importante ou des coûts importants liés à la maladie). 3

6 un certain critère de bien-être, (b) un ménage peut être qualifié de vulnérable à une perte future de bien-être et cette vulnérabilité est causée par des événements incertains, (c) le degré de vulnérabilité dépend des caractéristiques du risque et de la capacité du ménage à répondre au risque, (d) la vulnérabilité dépend de la période au cours de laquelle un ménage peut être vulnérable aux risques au cours du mois suivant, de l année suivante, etc. et les réponses au risque se déroulent dans le temps, et e) les pauvres et presque pauvres tendent à être vulnérables à cause de leur exposition aux risques et de leur accès limité aux actifs (au sens large) ainsi que de leurs capacités limitées pour répondre au risque (Alwang, Siegel et Jorgensen, 2001). Notion de travail de la Vulnérabilité des ménages Un ménage est dit vulnérable à une perte future de bien-être selon certaines normes socialement acceptées causées par des événements à risque. Le degré de vulnérabilité dépend des caractéristiques du risque et de la capacité du ménage de répondre au risque. La capacité de répondre au risque dépend des caractéristiques du ménage, notamment les actifs dont ils disposent. L effet futur attendu est défini en fonction de certains critères spécifiés un niveau de bien-être de référence minimum socialement accepté (par exemple un seuil de pauvreté, des normes de nutrition). La mesure de la vulnérabilité dépend aussi de l horizon temporel: un ménage peut être vulnérable aux risques pendant le mois suivant, l année suivante, etc. Ainsi, les ménages sont vulnérables à subir un effet indésirable, et cette vulnérabilité vient de l exposition au risque. Bien qu il y ait un large consensus global sur les principes généraux liés à la vulnérabilité, les analystes de différentes disciplines ont tendance à employer différentes notions et significations de la vulnérabilité, ce qui a conduit à son tour à diverses méthodes pour définir et mesurer le risque et la vulnérabilité (Alwang, Siegel et Jorgensen, 2001; Dercon, 2001). 2 La Banque mondiale avance dans l élaboration de définitions conceptuelles et opérationnelles de la vulnérabilité (par exemple, Pritchett, Suryahadi et Subbaro, 2000 ; Christiaensen, Boisvert et Hoddinott, 2000 ; Cunningham et Mahoney, 2000a, 2000b; Mansuri et Healy, 2000 ; Coudouel, Hentschel et Wodon, 2001 ; Coudouel, Ezemenari, Grosh et Sherberne-Benz, 2001 ; Banque mondiale, 2001b). Cependant, le but de ce document n est pas d arriver à quelque nouveau consensus sur la signification et la mesure de la vulnérabilité, ou de proposer de nouvelles approches analytiques. L objectif de ce document est plutôt de fournir quelques notions fondamentales et des orientations afin d organiser des idées et des informations pertinentes pour les évaluations de risque et de vulnérabilité. Objectif du document La plus grande partie du travail d élaboration de ce document a été réalisée au cours de l été 2001, et en octobre 2001 une version préliminaire (Heitzmann, Canagarajah et Siegel, 2001) 2 Alwang, Siegel et Jorgensen (2001) comparent les approches de la définition et de la mesure du risque et de la vulnérabilité parmi plusieurs disciplines comprenant la dynamique de pauvreté, les moyens d existence durables, la sécurité alimentaire, la gestion de catastrophe, l environnement, et la santé/nutrition. Bien que ces disciplines aient diffé rents motifs pour définir et mesurer le risque et la vulnérabilité, elles peuvent fournir des indications sur l identification des risques et des groupes vulnérables. 4

7 a été soumise au personnel de la Banque mondiale et distribuée à l extérieur de la Banque. A la suite de quoi il a été décidé de faire quelques corrections et mises à jours mineures et d éditer un Document de Discussion de la Protection Sociale formel. Ce document devrait être considéré comme un travail en cours qui évoluera en même temps que la réflexion et les applications sur le risque et la vulnérabilité évoluent. En outre, l Unité de Protection Sociale de la Banque mondiale prévoit un rapport de suivi consacré aux approches analytiques et aux applications empiriques. Nous espérons que ce document stimulera la réflexion et les discussions sur le risque et la vulnérabilité, et aidera à faire avancer la formulation de définitions et de mesures qui peuvent être utiles à l analyse politique et par conséquent à la conception, au contrôle et à l évaluation de politique. Organisation du document Un cadre théorique sur les sources de vulnérabilité, utilisant la notion d une chaîne du risque, est présenté et examiné dans la première partie du document. La seconde partie du document donne quelques notes d orientation simples pour envisager l identification des risques et des groupes à risque, et une évaluation des sources de vulnérabilité. Plusieurs Information existante sur le risque et la vulnérabilité Il y a une importante quantité d information disponible sur de nombreux aspects du risque et de la vulnérabilité dans quelques analyses standards de la Banque mondiale. Par exemple, la Banque mondiale dis pose d une vaste gamme d'activités Analytiques et de Conseil (AAA) pour soutenir ses objectifs de développement. Entre autres, les pays clients bénéficient d un programme sur mesure de travail économique et de secteur (ESW) orienté sur leurs défis spécifiques de développement. Le ESW examine les perspectives économiques d un pays, comprenant par exemple ses secteurs financier et bancaire, le commerce, la pauvreté, et les problèmes de filet de sécurité. Les rapports parmi les plus importants sont : les évaluations de pauvreté (qui examinent le profil de pauvreté, ainsi que les politiques et les institutions d un pays en termes de réduction de pauvreté), les rapports sur les dépenses publiques (qui évaluent le rôle du secteur public en termes de services de financement, d offre ou de régulation), ou les rapports sur le secteur social (qui identifient essentiellement les priorités stratégiques de politique pour la réduction de la pauvreté et le développement humain en se basant sur une évaluation de la structure et de la politique du secteur social). On peut trouver d autres informations dans des enquêtes, comme des données tirées d une Etude de mesure des niveaux de vie (LSMS), et des données du recensement national ou des enquêtes sur les ménages. Les résultats de ces rapports constituent la base des stratégies d assistance aux pays (CAS), des programmes d investissement gouvernementaux et des projets soutenus par les prêts de la BIRD et de l IDA. En outre, la nouvelle initiative pour préparer les Documents de Stratégies de Réduction de la Pauvreté (PRSP) pour les pays pauvres fortement endettés (HIPC) a généré des orientations et des outils (par exemple, le Livre source de PRSP) qui aident à la fois à l organisation de l information sur le risque et la vulnérabilité et à la conception des politiques et des programmes appropriés afin de mieux gérer le risque et de réduire la vulnérabilité. Ces rapports peuvent fournir des informations abondantes qui peuvent être utilisées pour une évaluation de risque et de vulnérabilité. Un objectif majeur de ce document est d aider à identifier les types d information nécessaires à partir des rapports existants et de fournir un cadre pour l organisation et l analyse de cette information sur les sources de risque et de vulnérabilité. exemples sont présentés pour illustrer l approche. En outre, il y a un ensemble de modèles présentés dans l ANNEXE I qui aident à identifier les types de données quantitatives et 5

8 qualitatives et les informations générales utiles, et l ANNEXE II présente quelques applications réelles de pays. La troisième partie du document comprend une courte discussion de la façon de laquelle les analystes et/ou les responsables politiques peuvent utiliser les informations collectées pour examiner les instruments existants de gestion du risque et proposer les changements et les réformes qui pourraient aider les pauvres à mieux gérer le risque. L ANNEXE III présente une vue d ensemble de quelques travaux récemment achevés et en cours à la Banque mondiale sur les évaluations de risque et vulnérabilité. 6

9 1. Le cadre théorique : les sources de vulnérabilité Quelles sont les sources de vulnérabilité? Dans ce document, nous postulons que la vulnérabilité des ménages 3 peut être décomposée en plusieurs parties d une chaîne du risque : (a) le risque, ou événements incertains, (b) les options de gestion du risque, ou réponses au risque et (c) l effet le résultat en termes de perte de bien-être. L Encadré 1 et la Figure 1 illustrent la chaîne du risque. Les ménages sont exposés aux risques. S ils se matérialisent, ils peuvent entraîner des effets adverses, laissant les ménages plus vulnérables qu avant pour gérer les risques futurs. Que cela se produise ou non dépend des actifs des ménages, des risques auxquels ils sont exposés, des caractéristiques des risques, une fois qu ils sont réalisés, et des réponses des ménages à ces défis. La réduction de la vulnérabilité exige donc une meilleure compréhension des risques et de l exposition aux risques, des résultats qui sont susceptibles d être provoqués par les chocs et des moyens les plus efficaces (et des dispositifs) de gestion des risques, qui ne sont pas moins dépendants des actifs d un ménage (Alwang, Siegel et Jorgensen, 2001, p.2). 4 A son tour, la vulnérabilité dépend aussi de l existence (ou de l absence) des marchés pour les actifs, étant donné qu ils sont d une utilité restreinte s ils ne peuvent pas être mobilisés efficacement pour gérer les risques. La vulnérabilité a comme point de départ une notion de risque. Le risque est caractérisé par une distribution aléatoire connue ou inconnue d événements. Tous les individus, les ménages, les communautés ou les nations font face à de multiples risques de différentes sources, qu ils soient naturels (par ex., les tremblements de terre, la maladie) ou fabriqués par l homme (par ex., le chômage, la dégradation de l environnement, la guerre). Ces risques ne peuvent pas être empêchés, ou s ils se matérialisent ils touchent les individus, les communautés et/ou les régions de façon imprévisible. Ces événements aléatoires sont euxmêmes caractérisés par leur amplitude (à savoir leur dimension et leur étendue), leur fréquence et leur durée ainsi que leur histoire, tous ces facteurs affectant la vulnérabilité d un ménage au risque. Un choc est un événement à risque qui peut causer des impacts négatifs significatifs. 5 Des actions sociales peuvent réduire le risque et ainsi diminuer potentiellement le dommage associé aux chocs. 3 L objectif de ce document est la vulnérabilité des ménages. Il est clair que la vulnérabilité des individus au sein d un ménage et les dynamiques internes au ménage peuvent être décisives si l on veut comprendre la vulnérabilité des ménages. De plus, les risques ne menacent pas seulement les individus et les ménages, mais aussi des communautés, des régions ou des nations. L accent sera mis sur la façon dont les risques à d autres niveaux ont un impact sur les ménages. 4 La façon dont un choc est transmis aux ménages et la façon dont les ménages sont capables d y répondredépend, en plus des actifs des ménages, des actifs des communautés des régions et des nations, ainsi que des institutions, lois, réglementations et politiques des pays (voir Moser, 1998 ; Siegel et Alwang, 1999 ; Rakodi, 1999). 5 Lorsqu on parle de chocs, qu est-ce qu un impact négatif significatif? Ceci doit être établi en réalité par les analystes et les responsables politiques. Mais il est clair qu un événement à risque qui peut causer une perte de bien-être de 50% peut être considéré comme un choc, et pour beaucoup de ménages frôlant le seuil de pauvreté, un impact négatif de bien-être de 20 à 50% peut être considéré comme un choc. 7

10 Les ménages peuvent répondre aux risques, ou les gérer, de plusieurs façons. Les ménages utilisent des instruments de gestion du risque formels et informels en fonction de leur accès à ces instruments. La gestion du risque comprend des actions à priori et à posteriori. Les actions à priori sont entreprises avant qu un événement à risque ait lieu et la gestion à posteriori est effectuée après sa réalisation. La réduction du risque à priori peut soit réduire le risque (par exemple l éradication des moustiques porteurs de la malaria) soit diminuer l exposition aux risques (par exemple les cachets contre la malaria, les moustiquaires). Il est également possible pour un ménage d entreprendre des actions d atténuation du risque qui offrent une compensation en cas de perte comme un contrat d assurance. L atténuation du risque comprend des réponses formelles et informelles aux pertes attendues, telles que l autoassurance (comme l épargne de précaution), la construction de réseaux sociaux et l assurance formelle basée sur l expansion de la mise en commun du risque. Les activités à posteriori pour faire face au risque sont des réponses qui ont lieu après qu un événement à risque se soit réalisé et elles comportent des activités pour traiter les pertes réalisées, comme la vente de actifs, le retrait des enfants de l école, la migration de certains membres de la famille, la recherche d un emploi temporaire. Certains gouvernements fournissent des filets de sécurité formels, comme les programmes de travaux d utilité publique et l aide alimentaire, qui aident les ménages à faire face au risque. Les ménages se voient souvent confrontés à des contraintes pour adopter des pratiques efficaces de gestion du risque. Ces contraintes sont liées à des problèmes d information asymétrique, à des marchés financier et d assurance incomplets ou absents, à l incapacité de fournir des efforts d atténuation informels due à des risques covariants 6, et à leur exclusion de réseaux sociaux (Holzmann et Jorgensen, 1999 ; 2000). Des mesures politiques peuvent réduire ou éliminer certaines contraintes, mais d autres peuvent exiger des moyens alternatifs de gestion du risque car le coût de ces mesures peut excéder leurs bénéfices. Pour un ménage en particulier, l ensemble des options disponibles pour la gestion du risque est déterminé par ses actifs, au sens large du terme (voir Moser, 1998 ; Siegel et Alwang, 1999 ; Rakodi, 1999 ; Dercon, 2001). Le risque, combiné aux réponses du ménage, mène au résultat. Ainsi on dit qu un ménage est vulnérable au risque ou vulnérable à un résultat. L ampleur, le timing et l historique des risques et des réponses au risque aident à déterminer le résultat. Un ménage peut être capable d atténuer ou de réagir à un risque ou à un ensemble de risques à un moment donné (par exemple une baisse saisonnière de revenu), mais le processus peut résulter en une capacité limitée de gérer le risque dans les périodes suivantes, en particulier quand les actifs sont dégradés (voir Holzmann et Jorgensen, 1999 ; 2000 ; Siegel et Alwang, 1999). Le résultat du risque et du processus de réponse au risque, en termes de perte de bien-être relative à un critère donné, est un point d intérêt majeur pour la politique sociale. Pour rendre utile la notion de vulnérabilité, un indicateur minimum socialement accepté devrait être 6 Les risques covariants sont des risques qui ont un impact sur de nombreux individus ou ménages simultanément, comme par exemple des catastrophes naturelles, par opposition à des risques idiosyncratiques qui sont individuels ou spécifiques à un ménage, comme par exemple la maladie. 8

11 convenu pour chaque effet. Pour la vulnérabilité à la pauvreté de consommation, par exemple, nous pouvons utiliser un seuil de pauvreté. La vulnérabilité à la malnutrition peut être définie en termes d un standard nutritionnel minimum ou d un indice de valeur anthropométrique. Alors qu il est possible de mesurer les pertes à posteriori, comme la perte de bien-être, les niveaux de consommation inférieurs au seuil de pauvreté, la perte de actifs et leur valeur, l augmentation de la malnutrition, les violences physiques subies, etc., ce sont seulement les résultats statiques d un processus continu de risques et de réactions. La vulnérabilité est l état continu d anticipation de résultats attendus, la probabilité de tomber au-dessous d un indicateur repère de bien-être dans le futur 7. C est-à-dire que les pertes de bien-être à posteriori ne sont ni nécessaires ni suffisantes pour l existence de la vulnérabilité, car la vulnérabilité est seulement associée aux pertes de bien-être qui placent un ménage audessous d un niveau minimum socialement défini. Ainsi, aussi bien les ménages pauvres que non pauvres peuvent être vulnérables à un point donné dans le temps. 8 La vulnérabilité est l état d anticipation de résultats attendus, qui sont eux-mêmes déterminés par les actifs d un ménage, la corrélation, la fréquence et le timing, ainsi que la sévérité des chocs et par les instruments de gestion du risque appliqués. Différentes disciplines tendent à concentrer leur attention sur différentes parties de la chaîne du risque, avec moins d attention sur la réponse au risque (Alwang, Siegel et Jorgensen, 2001). C est parce que la réponse au risque est la partie de la chaîne du risque la plus difficile à identifier et à quantifier, et qu elle est très spécifique au ménage. Par contre, il existe souvent des données et des statistiques sur les différents types de risques (et éventuellement sur l exposition aux risques), ainsi que sur les résultats. La plus grande disponibilité d informations sur les risques et les résultats peut être quelque peu utile pour tenter d effectuer certaines parties d une évaluation de risque et de vulnérabilité, mais le manque d informations détaillées sur les réponses au risque limite la possibilité de réaliser une évaluation de risque et de vulnérabilité complète. Encadré 1 : Risque et vulnérabilité : la chaîne du risque Risque + réalisation du risque (choc descendant) Vulnérabilité Gestion du risque Résultat (attendu) (pauvreté, privations) La vulnérabilité peut être décomposée en trois parties d une chaîne du risque : (a) Risque et réalisation du risque : le risque est une distribution aléatoire d événements qui s ils se concrétisent (s ils deviennent des chocs descendants?) peuvent causer une perte de bien-être. 7 Comme nous l avons déjà mentionné, différents indicateurs repères peuvent être utilisés. Le seuil de pauvreté, basé sur le revenu ou le niveau de consommation, est un exemple logique (voir Dercon, 2001, pour d autres exemples). 8 A vrai dire, il est démontré que de nombreux ménages entrent et sortent de la pauvreté au cours d une année et sur plusieurs années. Il est probable que les ménages pauvres chroniques puissent être plus vulnérables (ayant une plus forte probabilité de passer au-dessous du seuil de pauvreté) qu un ménage pauvre temporairement ou qu un ménage non pauvre. 9

12 Cette perte peut, par exemple, être suffisamment importante pour pousser des ménages non pauvres au-dessous du seuil de pauvreté, ou des ménages pauvres plus profondément dans la pauvreté. (b) Gestion du risque : la gestion du risque, ou réponse au risque, comprend toutes les actions entreprises pour répondre aux risques, chocs et effets adverses générés. La gestion du risque peut être appliquée avant qu un risque ne se matérialise (gestion du risque à priori), ou après qu il se sera matérialisé (gestion du risque à posteriori). (c) Résultat : le choc ainsi que les réponses au risque mènent résultat. L résultat est le changement en matière de bien-être qui résulte de la réalisation du risque le choc et de la réussite ou de l échec des instruments de gestion du risque utilisés. La vulnérabilité est l état d anticipation des résultats attendus?, qui sont eux-mêmes déterminés par la corrélation, la fréquence et le timing? de risques réalisés et de réponses au risque. Les ménages sont vulnérables si un choc est susceptible de les pousser au-dessous (ou encore plus bas) d un seuil de bien-être prédéfini (par ex., le seuil de pauvreté). Source : les auteurs Figure 1 : la chaîne du risque Risque (voir section 1.1) Réduction du risque Exposition au risque (voir section 1.1) Gestion du risque à priori (voir section 1.3) Diminuer l'exposition au risque Atténuation du risque mitigation Réalisation du risque (Choc) (voir section 1.2) Gestion du risque à posteriori (voir section 1.3) Faire face Résultat des chocs antérieurs : à priori : résultat attendu : vulnérabilité résultats réalisés : par ex., pauvreté à posteriori : résultat réalisé : par ex., pauvreté + actifs des ménages (voir section 1.4) passé présent futur Source : Auteurs 10

13 1.1 Risque et exposition au risque La vulnérabilité commence par une notion de risque. Le risque se caractérise par une certaine distribution de probabilité d événements incertains. Les principaux exemples de risques (voir encadré 2) sont les risques naturels, les risques de la santé, les risques économiques, les risques du cycle de vie, les risques sociaux, les risques politiques et environnementaux. Le fait que des individus, des ménages, des communautés, des régions, des nations ou des entités plus importantes soient concrètement exposés aux risques (ou : prédisposés aux risques) dépend de divers facteurs. Par exemple, l exposition aux risques de santé dépend parmi des facteurs plus larges, comme des épidémies dans un pays aussi de la santé et de la condition nutritionnelle existantes des individus, de leurs actifs matériels tels que le logement, l infrastructure et l emplacement du foyer, ainsi que de leur information et de leur comportement, car tous ces facteurs (parmi d autres) déterminent leur exposition à ce type de risque. Encadré 2 : Exemples de risques par catégories Catégories de risques Exemples de risques Risques naturels par ex., fortes pluies, glissements de terrain, éruptions volcaniques, tremblements de terre, inondations, ouragans, sécheresses, vents forts, etc. Risques de santé par ex., maladie, blessure, accidents, invalidité, épidémies (par ex., malaria), famines, etc. Risques du cycle de par ex., naissance, maternité, vieillesse, rupture familiale, décès, etc. vie Risques sociaux par ex., crime, risques domestiques, violence, terrorisme, gangs, guerre, bouleversement social, etc. Risques économiques par ex., chômage, mauvaise récolte, faillite, reclassement, effondrement de la production, balance des paiements, crise financière, crise monétaire, chocs technologiques ou marché-induits aux termes de l échange, etc. Risques politiques par ex., discrimination, émeutes, troubles politiques, coup d état, etc. Risques par ex., pollution, déforestation, dégradation de la terre, catastrophe nucléaire, environnementaux etc. Source : Auteurs, basé sur Holzmann et Jørgensen, Réalisation du risque La seule existence du risque ne génère pas des résultats adverses. C est seulement si le risque se matérialise, c est-à-dire si le risque devient un choc, qu il affecte le bien-être des ménages. Les chocs peuvent être caractérisés par leur corrélation, leur fréquence et leur timing, et leur sévérité qui affectent tous la vulnérabilité des ménages. Il est important de souligner qu ici nous nous intéressons aux chocs susceptibles de porter atteinte au bien-être, c est-à-dire aux chocs qui ont des côtés négatifs. Dans ce contexte, les risques et les chocs constituent donc des menaces, plutôt que des opportunités, pour les ménages. Par exemple, nous sommes préoccupés par le risque (et la gestion du risque) de l échec économique, mais non par le risque (et la gestion du risque) de la réussite économique. Cette distinction est importante puisque un des aspects importants du développement économique est d encourager un 11

14 comportement de prise de risques pour échapper de pièges de pauvreté (cf. Holzmann et Jorgensen, 2000 ; Siegel et Alwang, 1999). 1.3 Gestion du risque Les individus et les ménages jouent un rôle actif et vital lorsqu il s agit de gérer les risques. Leurs choix sont clairement réduits si (i) si les instruments de gestion du risque ne sont pas disponibles (par exemple si les assurances ou les marchés (viables) de capitaux n existent pas), (ii) si on leur refuse l accès aux instruments existants (par exemple l accès à l assurance), ou (iii) s ils n utilisent pas les instruments existants pour d autres raisons, comme si par exemple si un instrument est trop coûteux (par exemple des primes d assurance ou taux d intérêt élevés), ou si le ménage manque d informations sur la valeur d un instrument spécifique (par exemple la vaccination)). Il est possible de séparer la gestion du risque en stratégies à priori et à posteriori (Holzmann et Jørgensen, 2000). Les actions à priori sont entreprises avant qu un risque ne se matérialise, et une gestion à posteriori a lieu après sa réalisation (Encadré 3). Encadré 3 : stratégies de gestion du risque : objectifs et points clés Gestion du risque à priori, c est-à-dire actions entreprises avant que le risque ne se matérialise Réduction du risque Prévient ou réduit le risque Réduction de Réduit l exposition au risque l exposition au risque Atténuation du risque Offre une compensation pour la perte attendue Gestion du risque à posteriori, c est-à-dire actions entreprises après que le risque ne se matérialise Réaction au risque Réagit aux pertes réalisées causées par les chocs Source : Auteurs Gestion du risque à priori La gestion du risque à priori consiste en trois stratégies différentes: (a) Prévention ou réduction du risque actions entreprises pour éliminer ou réduire les évènements à risque ; (b) Prévention ou réduction de l exposition au risque étant donné l existence de risques, il y a des actions pour prévenir ou réduire l exposition à de tels risques, et (c) Atténuation du risque actions qui peuvent être entreprises a priori pour fournir une compensation en cas de pertes causées par un risque (par exemple contrats sociaux, maintien d actifs, achat d assurance). 9 9 L atténuation du risque peut être considérée comme un arrangement contractuel a priori (soit formel ou informel) qui spécifie quelque compensation pour les pertes, tandis que la réaction aux risques comprend les actions des ménages en réponse à un événement à risque. Puisque l atténuation du risque en général ne fournit qu une compensation partielle des pertes, les ménages doivent avoir recours à d autres moyens pour compenser les pertes qui restent. 12

15 Prenons comme exemple le cas de la malaria pour illustrer ces différentes stratégies (Encadré 4): diverses actions peuvent être entreprises pour éliminer les moustiques qui sont les porteurs de la malaria, ou pour détruire leurs lieux de reproduction (réduction du risque). De plus, les individus peuvent prendre des médicaments contre la malaria, utiliser des moustiquaires, des serpentins, ou déménager vers des zones plus sèches afin de réduire leur exposition à la malaria transmise par les moustiques. L atténuation du risque (comme par exemple par l assurance médicale) offrirait une compensation pour les pertes de bien-être attendues associées avec le fait de contracter la malaria. Par exemple, les ménages pourraient obtenir une assurance maladie couvrant divers coûts liés à la maladie comme par exemple les médicaments. Encadré 4 : Stratégies de gestion du risque par différents niveaux d intervention pour gérer les risques de santé liés à la malaria transmise par les moustiques Gestion du risque à priori réduit le risque de contracter la malaria Option* (a): Eliminer les moustiques porteurs de la malaria ou détruire leurs lieux de reproduction. Niveaux d intervention: Micro niveau : appliquer des insecticides, supprimer l eau stagnante, et améliorer le traitement de l eau et l assainissement. Ces mesures ont une efficacité limitée, en partie due à des externalités associées à des actions individuelles. Meso niveau : comme au niveau du ménage, mais l action du groupe est potentiellement plus efficace grâce à l internalis ation des ext ernalités. Macro niveau : fournit une information sur le risque et les moyens de traiter le problème. Organise et finance une campagne d information ou de vaporisation. Niveau global :comme les niveaux régional et national, fournit connaissance et fonds. Note: aussi politiques internationales, par ex., interdire les insecticides peut affecter la capacité au niveau inférieur de réduire le risque. Option* (b): Réduire l exposition (ou sa probabilité) à la malaria due aux moustiques. Niveaux d intervention: Micro niveau: prendre des médicaments contre la malaria, utiliser des moustiquaires, des serpentins. Ou bien le ménage peut déménager vers les hauteurs ou des régions plus sèches pour réduire l exposition. Meso niveau: construire l infrastructure pour la distribution de médicaments; fournir l information. Macro niveau: campagne d information pour encourager l utilisation de médicaments pour la malaria, les moustiquaires, etc. Subventionner les actions des ménages et de la communauté. Niveau global:comme les niveaux régional et national. Gestion du risque à priori atténue les pertes de bien-être subies en contractant la malaria Option* (c): mener des actions pour atténuer les impacts négatifs (offrir une compensation pour les pertes de bien-être attendues, par ex. pertes de revenus) associés à la malaria. Niveaux d intervention: Micro niveau: contracter une assurance maladie couvrant le traitement de la malaria, contracter une assurance couvrant la perte d emploi due à la malaria, détenir une épargne pour couvrir les pertes de revenu, cultiver un capital social pour l assistance, apprendre aux enfants à aider aux tâches du ménage et emploi au cas où le chef de famille contracte la malaria ou des membres du foyer doivent donner des soins. Meso niveau: assistance sociale basée sur le contrat social pour aider les ménages affectés par la malaria; construire et soutenir des centres de soins. Macro niveau: fournir un cadre juridique et institutionnel pour soutenir les actions du ménage pour l atténuation (par ex. institutions financières et d assurance). Niveau global: fournir des services internationaux financiers et d assurance pour fournir une compensation pour les pertes de revenus liés à la malaria. 13

16 Gestion du risque à posteriori fait face aux pertes de bien-être subies après avoir contracté la malaria Option* (d): mener des actions pour faire face aux impacts négatifs associés au fait de contracter la malaria, à savoir offrir une compensation pour les pertes de bien-être réalisées (par ex. pertes de revenus) Niveaux d intervention: Micro niveau:acheter des médicaments et traitements contre la malaria. Repos à la maison et aide des membres du foyer; faire travailler d autres membres du foyer (retirer les enfants de l école); après la guérison, travailler davantage pour récupérer les pertes de revenus; possibilité de ventes de actifs pour maintenir les niveaux de consommation. Meso niveau: assistance sociale ad hoc pour la perte de revenu et les frais liés à la maladie. Macro niveau: assistance sociale pour la perte de revenu et les frais liés à la maladie. Niveau global: assistance sociale pour la perte de revenu et les frais liés à la maladie. *Les options de réponses à la malaria due aux moustiques dépendent de nombreux facteurs, notamment les actifs du ménage et de la communauté. Source : adapté de Siegel, Alwang et Canagarajah., 2001, p Gestion du risque à posteriori Réagir au risque à posteriori comprend les réponses qui sont faites après qu un risque se soit matérialisé, par exemple une fois qu un individu a réellement contracté la malaria. Réagir implique des activités pour traiter les pertes réalisées (ou: réelles), par exemple en vendant des actifs, en recherchant des prêts d urgence (auprès de parents, d amis, ou de banques), en retirant les enfants de l école, en émigrant, en cherchant un emploi temporaire, etc. Parfois les gouvernements fournissent des filets de sécurité formels, par exemple des programmes de travaux publics, une aide alimentaire, et autres types de transferts pour aider certains ménages et individus à réagir aux résultats adverses des risques. Il n y a pas de règles générales qui déterminent à priori quelles stratégies de gestion du risque sont préférables à d autres. 10 Les mesures à priori permettent aux ménages d éliminer ou de réduire les risques, de diminuer l exposition au risque, ou d atténuer les pertes attendues (voir aussi Figure 1), tandis que les instruments de gestion du risque à posteriori répondent seulement aux pertes réalisées liées aux risques. Ce qui suggère que des mesures à priori puissent être préférables, par exemple des mesures de réduction de risque. Quelle que soit la stratégie adoptée pour répondre aux événements à risques, une variété d instruments différents est disponible au sein de chaque stratégie dont chacun a des effets différents sur le bien-être, et peut augmenter ou diminuer la vulnérabilité dans le temps. Par exemple, une possibilité pour les ménages de faire face à une perte de revenus est de recourir au travail des enfants pour augmenter le revenu du foyer. Ceci peut, cependant, augmenter la vulnérabilité des enfants, alors qu une stratégie différente, par exemple l aide publique, en même temps qu une stratégie d atténuation progressiste, pourrait avoir moins d effets négatifs sur leur vulnérabilité. Cependant, à long terme, les ménages devraient être encouragés à prendre des risques, plutôt que de les réduire. Prendre des risques, et même des risques élevés avec des rendements 10 Il y a cependant quelques témoignages que les stratégies de gestion du risque sont en effet des solutions préférables (DeFerranti, et al., 2000) 14

17 élevés, est une condition nécessaire pour la croissance (Banque mondiale, 2000c). Cependant, des problèmes potentiels liés au risque moral doivent être reconnus en développant les capacités de gestion du risque. Cependant, en choisissant un mélange de réponses au risque, on doit tenir compte des nombreuses inter-corrélations entres les différents types d instruments et de stratégies de gestion du risque. Pour ne citer qu un exemple: les études sur les assurances (par exemple Williamson, Smith and Young, 1995) suggèrent une conduite morale à risque 11 lorsqu une compensation, comme les indemnités d assurance, est accordée en cas de perte. Tandis que les instruments d atténuation réduisent ainsi la vulnérabilité des personnes aux effets adverses, ce type de réponse au risque peut en réalité accroître leur exposition au risque (et causer ainsi un échec d assurance). Par exemple, des individus qui obtiennent une assurance contre les accidents, peuvent avoir tendance à devenir moins prudents en ce qui concerne les risques couverts, et accroître réellement leur exposition au risque parce qu ils seront du moins en partie indemnisés pour la perte attendue Les acteurs de la gestion du risque : niveaux de formalités et d intervention Les acteurs de la gestion du risque sont les individus et les ménages, les communautés, les réseaux sociaux, les ONG, le secteur public (au niveau local, régional et national), les entreprises qui s appuient sur le marché, les bailleurs de fonds ou les organisations internationales (pour plus d information sur le groupe d acteurs potentiels, voir Holzmann et Jørgensen, 2000). Tous jouent un double rôle : (i) ils sont exposés aux risques et doivent les gérer, c est-à-dire qu ils réclament des instruments de gestion du risque, et (ii) ils fournissent (et/ou financent) la gestion du risque, c est-à-dire qu ils en fournissent les instruments 12. Pour tenir compte des différences et interrelations entre les divers acteurs, ils peuvent être classés selon (i) leur niveau de formalité, et (ii) leur niveau d intervention (voir Encadré 5). Encadré 5 : Les acteurs de la gestion du risque par niveaux de formalités et d intervention Niveaux de formalité Niveaux Privé informel Privé formel Public d intervention micro Individus, ménages Compagnies basées sur le -- marché meso Communautés, ONG Compagnies basées sur le marché, bailleurs de fonds, organisations internationales, ONG Gouvernements locaux ou régionaux 11 Une conduite morale à risque décrit les effets d une assurance sur les motivations d un individu d empêcher une perte qui est réduite quand une assurance existe pour couvrir la perte. 12 Les raisons pour fournir des instruments de gestion du risque diffèrent selon les acteurs. Les ménages et les communautés fournissent en général des instruments de gestion du risque sans rechercher un intérêt, tandis que les organisations qui s appuient sur le marché veulent réaliser du profit. Les organis ations publiques sont engagées pour compenser les faillites (risque) du marché (par ex., elles fournissent une assurance, si les marchés de l assurance privés n existent pas ou ne fonctionnent pas correctement), ou pour atteindre des objectifs distributionnels (Devarajan et Hammer, 1998). 15

18 macro ONG Compagnies basées sur le marché, bailleurs de fonds, organisations internationales, ONG global ONG Compagnies basées sur le marché, bailleurs de fonds, organisations internationales, ONG Source : Auteurs Gouvernement national Gouvernement supranational (par ex., UE, OIT, ONU) Les dispositifs informels privés (tels que le mariage, l entraide, l épargne sous forme d actifs immobiliers, etc.) sont des réponses au risque qui reflètent l autoprotection par les individus, les ménages ou les communautés par des dispositifs informels/personnels 13. Les dispositifs formels privés (tels que les actifs financiers ou les contrats d assurance) exigent des institutions de marché performantes (comme une banque centrale, un système bancaire, des marchés des valeurs mobilières et des compagnies d assurance) ou autres organisations formelles privées (par ex., des ONG, des organisations de bailleurs de fonds, des organisations internationales). Les dispositifs fournis ou imposés publiquement, comme l assurance sociale, les transferts ou travaux publics, sont parfois fournis au cas où les dispositifs privés formels ou informels sont interrompus, sont dysfonctionnels ou n existent pas. Outre le niveau de formalité, les acteurs de la gestion du risque peuvent être différenciés selon les niveaux auxquels ils opèrent 14 (voir Encadré 6 et 7). Les ménages gèrent en général les risques à un micro niveau, les communautés à un méso niveau, les gouvernements à un macro niveau, etc. Plusieurs acteurs peuvent cependant gérer les risques à différents niveaux, par ex., les institutions publiques peuvent intervenir à un méso (par le biais de leurs gouvernements locaux) ou à un macro niveau (par le biais du gouvernement national). En général, toutes les actions menées par différents acteurs à différents niveaux affectent le risque et la vulnérabilité à d autres niveaux ou les actions menées par d autres acteurs (voir Holzmann et Jørgensen 2000; Siegel et Alwang, 1999). Dans de nombreux cas, la pratique préférable de gestion du risque sera une combinaison de plusieurs instruments, fournis par plusieurs acteurs à différents niveaux d intervention. Par exemple, la gestion des risques de santé pourrait être renforcée par une assurance de santé, et/ou par une couverture sanitaire étendue, une meilleure vaccination, une éducation de la communauté à la santé, etc. 13 La signification de ce type de dispositif est, par exemple, évidente pour la protection sociale, étant donné que mo ins du quart de la population mondiale a accès à des programmes formels de protection sociale (Banque mondiale, 2001:9). 14 Cette distinction devient pertinente, car des actions de gestion du risque entreprises à des niveaux institutionnels plus élevés peuvent diminuer ou augmenter le risque, ou renforcer ou affaiblir les capacités de gestion du risque à des niveaux inférieurs. Par ex., les choix d économie politique du gouvernement peuvent augmenter ou diminuer le risque de chômage des individus. De la même façon, si le gouvernement d un pays organise une campagne de pulvérisation à l échelle nationale pour éliminer les moustiques, les ménages gèreront ce risque différemment que si cette intervention n existait pas. 16

19 Le rôle du secteur public dans la gestion du risque est un rôle clé. Les gouvernements peuvent, par exemple, fournir des options de réduction de risque très efficaces, par exemple par des lois et réglementations (lois contre le travail des enfants, contre la discrimination), ou par des campagnes d information et d éducation (par ex., des programmes de prise de conscience du VIH/SIDA). Le rôle du gouvernement est cependant souvent ambigu, car les interventions publiques peuvent évincer les pratiques de gestion du risque privées (Devarajan et Hammer, 1998). Aussi, les interventions du secteur public doivent suivre une certaine logique (par ex. échec du marché, redistribution). Cependant, de nombreux ménages vulnérables ne peuvent pas s offrir le luxe de consacrer des ressources peu abondantes à la réduction ou à l atténuation de risque et dépendent des interventions du secteur public pour les aider à réagir aux risques à posteriori.. Encadré 6 : Exemples d instruments de gestion du risque classés par stratégies de gestion du risque et par niveau de formalité des acteurs de la gestion du risque Privé informel (principaux acteurs : individus, ménages, communautés, ONG) Réduction du risque Production moins risquée Migration Pratiques correctes d alimentation et de sevrage Hygiène et autres activités de prévention de la maladie Atténuation du risque Emplois mu ltiples Investissement en actifs Investissement en capital social Mariage/famille Dispositifs communautaires Métayage Travail à condition Famille élargie Contrats de travail Réaction au risque Vente d actifs immobiliers Emprunts auprès des voisins Transferts/charité intra- Privé formel (compagnies d assurance, institutions du marché financier) Formation interne Connaissance du marché financier Normes de travail basées sur l entreprise et le marché Investissement dans des actifs financiers multiples Micro finance Pensions de vieillesse Assurance invalidité, accident, et autre (par ex. assurance de la récolte) Vente d actifs financiers Emprunts auprès des banques Public (gouvernement, bailleurs de fonds, org. internationales) Bonnes politiques macroéconomiques Formation préalable Politiques de marché du travail Normes de travail Réduction du travail des enfants Politiques d invalidité Prévention du SIDA / des maladies Systèmes de retraite Transferts de actif Protection des droits à la propriété (spéc. pour les femmes) Soutien de marchés financiers pour les pauvres Assurances chômage, vieillesse, invalidité, maladie, obligatoires/fournies Aide aux victimes de catastrophes? Transferts/aide sociale 17

20 communautaire Envoi des enfants au travail Diminution du capital humain Migration saisonnière/temporaire Source : adapté de Holzmann et Jørgensen, 2000: Tab. 3.1, pg. 17. Subventions Travaux publics 18

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale No 0402 Série Documents de Travail sur la Protection Sociale Impacts des programmes actifs du marché du travail : Mise à jour des leçons tirées de leurs évaluations, et leur application possible aux pays

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002)

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) INTRODUCTION Actuellement, le Zimbabwe met en place divers systèmes de protection sociale qui peuvent être

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Institut Islamique de Recherches et de Formation Séminaire sur L Opérationnalisation de la gestion axée sur la performance

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

Séminaire Atelier sur la Protection Sociale et la Gestion du Risque Social

Séminaire Atelier sur la Protection Sociale et la Gestion du Risque Social Séminaire Atelier sur la Protection Sociale et la Gestion du Risque Social Présentation du Rwanda PROCESSUS Structure culturelle Institutionalisation des CDCs - décentralisation Vision 2020 PRSP Politiques

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD RISQUES NATURELS 1. D importantes régions dans le monde sont exposées à des risques naturels. Les pays l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ne sont pas exempts des ces risques naturels.

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX Nom du projet: PROJET FILETS SOCIAUX Secteur: Rural Autorité de Tutelle: Cabinet du Premier Ministre PRINCIPES DE BASE DE LA PROTECTION SOCIALE : Définitions et concepts

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Norme de Performance 5 V2 Acquisition de Terres et Réinstallation Involontaire

Norme de Performance 5 V2 Acquisition de Terres et Réinstallation Involontaire Introduction 1. La Norme de Performance 5 reconnaît que l acquisition de terres par un projet et les restrictions d utilisation des terres liées à certains projets spécifiques peuvent avoir des impacts

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Les fonds de répartition de l actif

Les fonds de répartition de l actif Les fonds de répartition de l actif À la fois simples et élaborés La Great-West vous offre deux types de fonds de répartition de l actif : les fonds de répartition de l actif à risque cible et à date cible.

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE Institut des Actuaires 23 Juin 2010 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE 1. Un univers des risques en expansion 2. D un monde plus linéaire

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les femmes et les hommes ruraux pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE NATURELLE : POOLS D ASSURANCE MÉCANISMES INNOVANTS DE FINANCEMENT ET DE TRANSFERT DES RISQUES

GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE NATURELLE : POOLS D ASSURANCE MÉCANISMES INNOVANTS DE FINANCEMENT ET DE TRANSFERT DES RISQUES GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE NATURELLE : POOLS D ASSURANCE ET MÉCANISMES INNOVANTS DE FINANCEMENT ET DE TRANSFERT DES RISQUES Document préliminaire, pour discussion 27 janvier 2000 LE MARCHÉ DE LA

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL ------------------------------------------------------------------------------------------ Titre: CONSULTANT(E) CHARGE(E) DE L APPUI A LA REVUE ET

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail